Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques31Groupés, dégroupés

Groupés, dégroupés

Poètes ouvriers et poètes locaux
Dinah Ribard

Texte intégral

  • 1 Je résume ici l’analyse proposée dans Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira, Histoire (...)

1Diriger son attention vers les groupes dans l’histoire du fait littéraire peut signifier accepter de regarder des gens qui, pour le dire intentionnellement de la manière la plus plate possible, ont fait ensemble des choses avec l’écriture, là où l’on croyait voir de loin des phénomènes comme l’émergence d’un genre, la circulation de styles ou de registres propres à une époque, bref l’ajustement entre littérature et évolution culturelle. J’ai écrit des gens, et non des auteurs, et par là je veux dire : pas seulement des auteurs, et les auteurs pas seulement en tant qu’auteurs. Prenons l’exemple d’un phénomène d’émergence qui semble bien établi, celui des Mémoires des xvie-xviie siècles, communément regardés comme constituant un genre nouveau. Cette évidence n’est pourtant pas sans implications. Un genre nouveau, cela veut dire un genre en formation sous la plume de quelques précurseurs sans doute particulièrement sensibles aux besoins intellectuels de leur époque puis, une fois formé, présent quelque part, c’est-à-dire sans doute dans la tête des auteurs qui ont écrit sur leur vie et leur temps au cours de la période. L’effort pour regarder de plus près fait voir autre chose pourtant que cette description problématique, et dont j’ai voulu souligner ce qu’elle a de difficile à assumer. Il fait voir que les Mémoires, comme genre, ne sont que le résultat d’opérations de librairie très circonscrites dans le temps (les années 1660) et, sinon concertées, du moins accomplies ensemble par des gens, concurrents ou associés, qui travaillaient en tout cas dans la connaissance du travail les uns des autres, libraires et travailleurs de l’édition. Elles sont de deux ordres : le prélèvement pour publication selon les voies de la littérature (formats, discours péritextuels, implication de littérateurs professionnels dans le processus) de quelques écrits dans une masse énorme d’objets de tout type appelés mémoires, tandis que la plupart étaient laissés de côté, et la publication sous le même intitulé d’autres écrits qui ne s’appelaient pas mémoires lors de leur rédaction, voire dans certains cas lors de premières impressions. Ensemble, et d’abord pour les yeux des observateurs les plus avertis du monde des lettres, ces opérations ont fait apparaître des points communs, des filiations, des rencontres, des possibilités, pour chacun, de penser son écriture. Et c’est bien le fait littéraire qui se donne à voir là : dans l’intervention des spécialistes de la fabrication et du commerce des nouveautés littéraires sur une pratique d’écriture présente dans de multiples activités sociales et situations dans lesquelles la production de pièces, de documents explicatifs, de rapports ou de récits justificatifs – de mémoires – pouvait intervenir1.

  • 2 Alain Viala, « Effets de champ, effets de prisme », Littérature, no 70, « Médiations du social, rec (...)
  • 3 Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire. Préalables critiques et principes de méthodes », Lendemains(...)

2Regarder l’histoire du fait littéraire comme histoire de ce que des gens ont fait avec l’écriture et aux usages sociaux de l’écrit, c’est s’efforcer à la compréhension d’actions répétées, imitées, accumulées, à l’analyse d’un travail plutôt que d’évolutions sans agents. C’est, pour le dire autrement, prendre au sérieux l’historicité du champ littéraire et se poser la question de la formation des possibles littéraires : le rôle des alliances, des concurrences, des différentes modalités de l’agrégation des actions s’observe à ce niveau. Alain Viala a proposé la notion d’effets de prisme pour aborder cette question2. Le champ littéraire n’est pas seulement, comme l’écrit Pierre Bourdieu en 1984, la « médiation spécifique par laquelle s’exercent sur la production culturelle les déterminations externes »3, la forme prise par le rapport de forces social entre producteurs de littérature ou encore par les règles du jeu qui a cours entre eux. Le champ littéraire réunit des agents sociaux qui font de la littérature : ils produisent des objets sémiotiques qui, détachés d’eux, s’accumulent et se répondent, se ressemblent et diffèrent les uns des autres, forment des traditions, des modes, des vogues. Les « effets de prisme », ce sont les effets sur les œuvres de la combinaison à chaque fois particulière des choix que les auteurs sont contraints de faire par ces traditions, ces modes, ces vogues, par ce qu’ils voient autour d’eux lorsqu’ils écrivent, par les choix des autres, par leurs conduites collectives, coordonnées ou non. L’ensemble constitué par ces choix et par ces objets, sans cesse en augmentation, agit sur lui-même à mesure qu’il grandit. La littérature médiatise ainsi les « déterminations externes » qui s’exercent sur elle pour en faire des déterminations internes. Or elle est aussi une proposition sociale, une proposition de médiation faite aux agents qui travaillent à autre chose, dans d’autres champs : les possibilités qu’elle ouvre, les langages qu’elle offre pour se situer, son existence même interviennent, à différentes échelles, sur l’ordre social.

  • 4 Cet article s’inscrit dans la préparation d’un ouvrage sur les pratiques poétiques dans les mondes (...)
  • 5 Il faut à nouveau renvoyer ici aux travaux d’Alain Viala : Naissance de l’écrivain. Sociologie de l (...)
  • 6 J’ai mis en rapport le passage de L’Ordre du discours (Paris, Gallimard, 1971, p. 28‑31) sur l’aute (...)

3Le cas de la poésie, sur lequel le présent article propose une étude ponctuelle, est particulièrement éclairant. Comme la production de mémoires, la pratique poétique était à l’époque moderne – elle l’est restée au-delà de l’époque moderne – une pratique sociale extrêmement répandue. On en trouve des traces pour toutes les catégories sociales4. Elle servait à différents usages, notamment politiques, et avait sa place dans toutes sortes d’événements communautaires, familiaux, urbains, religieux, cérémoniels ou circonstanciels. L’émergence d’un premier champ littéraire a modifié le sens et la valeur de cette pratique et des poèmes auxquels elle donnait naissance5. Dans le temps de leur mise en circulation ou par la suite, certains d’entre eux, en effet, ont fait l’objet d’un travail d’inscription dans la littérature ; d’autres non. On va s’intéresser ici à ce travail, et plus particulièrement à la manière dont le rattachement a posteriori de certains poètes à une catégorie sociale plutôt qu’à une autre, à un groupe identitaire plutôt qu’à des actions situées dans l’espace et dans le temps, a joué dans la mise en histoire littéraire d’une partie de la poésie effectivement composée à une époque donnée : à la « fonction-groupe » dans cette production de la littérature à partir de gestes poétiques divers. Comme l’auteur, en effet, le groupe est un « principe de raréfaction6 » du discours ; avec l’auteur, il est un principe d’accumulation, de de transmission, de distribution de ressources discursives, les ressources littéraires.

  • 7 Georges Straka, Poèmes du xviiie siècle en dialecte de Saint-Étienne. Édition avec commentaires phi (...)
  • 8 Sur les poètes amateurs à l’époque contemporaine, voir Aude Mouaci, Les Poètes amateurs. Approche s (...)

4Rendue possible, il faut le dire ici, par les recherches de Georges Straka, l’étude va porter sur deux praticiens de la poésie actifs à Saint-Étienne à l’époque moderne, Jean Chapelon et Georges Boiron7. Ces deux poètes ont laissé après eux des écrits – dont ils n’avaient pas forcément été les rédacteurs – qui ont été conservés, copiés, puis publiés comme œuvres littéraires plusieurs décennies après leur mort, le premier à la fin du xviiie siècle, le second dans les années 1830. Pour reprendre la formule utilisée plus haut, des gens, à Saint-Étienne, érudits, éditeurs, acteurs politiques, écrivains eux-mêmes, on le verra, ont fait quelque chose avec une écriture préexistante, en l’occurrence poétique. Ils en ont fait de la littérature. Dans ce processus, la « fonction-groupe » a joué un rôle crucial : la publication des œuvres de Chapelon et de Boiron les a à la fois rassemblés – regroupés – pour venir constituer ensemble le patrimoine poétique stéphanois et distingués – dégroupés – pour faire de l’un un porte-parole du milieu artisan honorable et de l’autre un représentant du peuple ouvrier. L’inspiration, disons, des poèmes de l’un n’est pourtant guère différente de celle des pièces de l’autre. C’est le travail de la littérature qui a transformé les traces écrites d’actions socio-politiques menées avec la poésie en expression de la culture d’un groupe partageant une identité locale mais segmenté selon des lignes qu’on peut dire de classe. Je ne parlerai donc pas ici, moi-même, de poésie locale, pas plus que d’auteurs mineurs, encore moins d’amateurs8.

Poètes d’une ville

  • 9 Les entrées royales ou impériales ont été très étudiées ; pour un changement d’échelle, voir les ét (...)
  • 10 Jean Chapelon 1647-1694, Œuvres complètes, édité et traduit par Annie Elsass, Saint-Étienne, Centre (...)
  • 11 Voir dans le présent dossier l’article d’Audrey Duru.

5Jean Chapelon était né en 1647. Prêtre sociétaire, c’est-à-dire membre d’une communauté subordonnée au curé d’une grosse paroisse, entretenu en échange de son aide dans les tâches qui pesaient sur le pasteur, ce fils de marchand coutelier plutôt prospère se trouvait ainsi placé au cœur de la vie d’une cité assez importante, où il était manifestement connu de tous, honoré, doté d’une certaine capacité d’action politique aussi. Il a écrit beaucoup de noëls, la relation versifiée d’une cérémonie politiquement importante (l’entrée solennelle dans la ville du personnage devenu le seigneur du territoire dont dépendait Saint-Étienne, Saint-Priest, à la suite de la mort inattendue d’un prédécesseur haï de tous9), des vers sur des thèses dues à de jeunes notables de la région, des plaisanteries sur des figures locales. Nourris de lectures, composés principalement en dialecte franco-provençal, qui a été à Saint-Étienne une langue écrite jusqu’au xixe siècle, ses vers accompagnaient la vie de la communauté urbaine à laquelle le poète et son public appartenaient sans viser à une reconnaissance élargie10. Nulle publication de l’existence d’une œuvre pour des lecteurs qui ne la connaîtraient pas, nulle promotion par les spécialistes de la production du goût de ces lecteurs ne leur donnait leur sens11. Que certains de ses poèmes aient été imprimés de son vivant n’est pas l’élément déterminant ici. Impression ne signifie nécessairement ni mise en circulation ni survie, et les brochures en question ont presque toutes disparu. La Collection complète des œuvres de messire Jean Chapelon, prêtre-sociétaire de St-Étienne, avec l’abrégé historique de sa vie paraît grâce aux soins d’Étienne Chauve, autre prêtre stéphanois, en 1779. Recueil de pièces pieusement conservées à Saint-Étienne, copiées, lues peut-être dans des imprimés perdus depuis, elle ne paraît qu’à Saint-Étienne.

6L’« abrégé historique » s’ouvre sur une déclaration des motifs qui ont poussé Chauve à écrire sur « cet homme célèbre parmi nous », c’est-à-dire très exactement notable :

  • 12 Collection complète des œuvres de messire Jean Chapelon, prêtre-sociétaire de St-Étienne, avec l’ab (...)

C’est rendre hommage à la Ville, obliger tous les ordres des Citoyens, faire plaisir aux pères de famille, honorer l’Etat Ecclésiastique, rappeler aux vieillards un souvenir qui leur est cher, donner un sujet d’émulation à la jeunesse, & porter la joie dans tous les cœurs, que de leur faire connaître cet homme chéri, ce digne Prêtre dont ils ont tant entendu parler, que leurs pères ont vu, que tout le monde estimait, que ses amis chérissaient, & qui a fait les délices de la société12.

7L’écrit prend le relais de la mémoire collective au moment délicat où la dernière génération directement en contact avec le notable disparu doit transmettre son souvenir à ses enfants. Bien que l’échelle envisagée soit réduite, les propriétés de l’opération de publication ne sont pourtant pas négligées. Faire un livre avec l’œuvre et la vie de Chapelon, c’est illustrer sa ville, c’est éduquer la jeunesse, c’est mettre la mémoire en action. C’est plus précisément ici s’employer, à la suite de Chapelon lui-même, à perpétuer une joie publique évanouie, ou plutôt à rappeler son existence passée et ainsi la faire renaître pour ses lecteurs. L’histoire remplace la poésie en un temps où le travail, en se transformant, a rendu la poésie impossible à Saint-Étienne :

  • 13 Denys Bobrun est le personnage qui parle dans une des pièces du recueil publié par Chauve, « Les Ad (...)
  • 14 Polignais et le Clapier sont deux quartiers de Saint-Étienne ; Polignais était celui des forgerons.
  • 15 Collection complète des œuvres de messire Jean Chapelon, prêtre-sociétaire de St-Étienne, op. cit., (...)

La poésie fut, pour ainsi dire, son élément naturel. Il la suça avec le lait de sa mère ; il l’apprit dans les conversations & dans la lecture des ouvrages de son père & de son aïeul, car tous deux étaient les Poètes de leur temps. On est étonné de voir qu’il n’y a plus de Poètes à St Étienne, quand on apprend qu’il y en avait plusieurs il y a deux cents ans.
Pour bien entendre ceci, il faut remonter aux temps dont nous parlons. Alors St Étienne était circonscrit dans une enceinte fort étroite […] Or ce tènement [= ensemble de maisons, implantation, domaine] était occupé par quelques marchands en détail, quelques bourgeois en petit nombre, des revendeurs, des ouvriers, comme forgeurs, menuisiers, fourbisseurs, couteliers, &c. Les deux fabriques principales qui font briller le commerce aujourd’hui, les armes & la soierie, commençaient à peine à travailler.
Il est constant que tous ces gens-là n’étaient point occupés ni acharnés à un travail opiniâtre comme on l’est maintenant. Ils avaient du temps de reste, qu’ils ne perdaient pas assurément ni au jeu, ni dans les visites, ni dans les cabarets : ils l’employaient plus agréablement à composer des vers, tels étaient leurs délassements. Les Muses leur étaient favorables, parce qu’elles sont filles du Repos & du Loisir.
D’ailleurs, on vivait dans un siècle, qu’on peut appeler l’âge d’or ; toutes sortes de denrées à vil prix, les impôts très modiques, la bonne foi établie dans le commerce […] un ouvrier médiocre se trouvait dans l’aisance en travaillant quelques heures dans la journée. Des gens si heureux ne pouvaient pas être tristes : aussi voyait-on leur belle humeur s’égayer dans les charmes de la poésie, dans des descriptions simples, mais agréables, dans des narrations puériles, mais ravissantes, qui toutes portaient l’empreinte de l’allégresse & du contentement. On voit que Bobrun dans ses adieux13, regrette les charmes de la vie & des vers de ses concitoyens ; déplore l’avilissement où la poésie est tombée, & dit tristement adieu au Parnasse, qu’il place sur la hauteur de Poligniay, regardant le Clapier14.
L’aisance est la mère de la joie, & la joie est la compagne des Muses. Les ancêtres de M. Chapelon avaient cultivé le talent des vers, comme il paraît par leurs ouvrages ; ils le transmirent à leur descendant15.

  • 16 Daniel Fabre, « Le berger des signes » dans id. (dir.), Écritures ordinaires, Paris, P.O.L, 1993, p (...)
  • 17 Voir Jean-Yves Grenier, « Temps de travail et fêtes religieuses au xviiie siècle », Revue historiqu (...)

8C’était mieux avant : la déploration peut paraître banale. Mais ce qui frappe ici, me semble-t-il, est l’évidence du lien entre la présence de la poésie dans la vie d’un groupement humain et les conditions de travail qui y ont cours. La poésie n’est pas normalement, n’est pas d’abord, lit-on, une activité individuelle. Elle est d’abord l’expression partagée d’une existence collective satisfaisante, un délassement commun. On retrouve là, certes, une manière qui n’est pas neuve de raconter la naissance de la poésie ; mais les personnages de ce récit ne sont pas les bergers qu’on attendrait peut-être16. Ce sont « quelques marchands en détail, quelques bourgeois en petit nombre, des revendeurs, des ouvriers, comme forgeurs, menuisiers, fourbisseurs, couteliers, &c. », les travailleurs de Saint-Étienne ; et l’amour, première source des mélodies des bergers, selon la tradition, est absent de la présentation de leur pratique des vers. C’est l’aisance, c’est la joie de leur bonheur – ils sont « heureux », autrement dit vivent dans de bonnes conditions – qu’ils chantent, et avec eux Chapelon et ses pères : son père et son grand-père, en effet eux aussi crédités d’une œuvre, publiée avec la sienne par Chauve. Et si un mot attendu quand il s’agit de poésie, « loisir », apparaît, il est aussitôt doublé et précisé par un autre mot, plus étonnant : « repos ». L’équilibre entre temps de travail et temps de repos, et non une activité assimilée au loisir (garder les troupeaux, par exemple), fait naître le plaisir poétique. Cette rare version industrielle du récit des origines de la poésie est en complet décalage avec tout ce qui, dans la même période, se produit et s’écrit dans le sens de l’intensification du travail17. Elle constitue en même temps une interprétation des actions de Chapelon avec la poésie comme expression d’une identité locale, celle d’une cité industrieuse.

9Le prêtre poète avait notamment écrit vers 1690 une « Description de la misère de Saint-Étienne », virulente défense des artisans du fer contre les pratiques des négociants. Il y identifie avec soin les ennemis de ceux qu’il appelle à l’occasion « nous ». Parmi eux, il y a les marchands qui paient l’artisan en matière première plutôt qu’en argent (je ne cite que la traduction d’Annie Elsass) :

  • 18 Je cite ici la traduction d’Annie Elsass dans Jean Chapelon 1647-1694, Œuvres complètes, op. cit., (...)

Le marchand, plus cruel que les lions d’Afrique,
Dit : « Faites bon marché, ou bien fermez boutique !
Tenez, voici du fer, prenez-en pour la moitié
Et nous paierons le reste peu à peu,
Quand vous aurez besoin de poids ou de petits pois,
D’une vieille marmite, d’une paire de semelles,
D’une couverture faite de morceaux, de bas ou de chapeaux,
Apportez des choses, vous en aurez de plus beaux »
Que répondriez-vous à cela ? On en perd la tramontane.
Quand on a beaucoup travaillé tout au long de la semaine
Et qu’on se voit payé de telle façon,
On préfèrerait cent fois servir un maçon18.

10La plainte vise un rapport déséquilibré entre fabricants fournisseurs et distributeurs, l’imposition de pratiques de paiement qui placent le producteur dans une extrême dépendance vis-à-vis du marchand. La condition du simple manœuvre, de celui qui « ser[t] un maçon » en deviendrait plus favorable que celle de l’artisan qualifié dans sa boutique : que cela soit une hyperbole, l’expression même du malheur, situe la voix qui parle ici. Chapelon dit aussi que ces artisans, ces « forgerons », jusque-là naturellement poètes, sont devenus muets dans les malheurs qui les ont frappés :

  • 19 Ibid., p. 309.

Autrefois les gens de Polignais, malgré leur pauvreté,
Avaient chacun leur Muse au pied de leur étau.
Aujourd’hui on n’entend plus japper la moindre bête19.

11Dans l’histoire littéraire produite par Chauve, ces dénonciations sont devenues le patrimoine de tous les Stéphanois. Les œuvres de Chapelon ont été offertes à Pierre-Paul Gilbert de Voisins, président à mortier au parlement de Paris, seigneur de Saint-Priest et donc de Saint-Étienne, par une lettre qui n’est pas devenue l’épître dédicatoire du volume de Chauve ; elle a été publiée dans une revue d’érudition locale en 1869. Cette lettre offrait le livre au magistrat en tant que d’abord offert aux habitants de Saint-Étienne, reconnu par eux, destiné à eux seuls au fond :

  • 20 « Lettre inédite de l’abbé Chauve à Gilbert de Voisins, marquis de Saint-Priest, seigneur de la vil (...)

Le livre que j’ai l’honneur de présenter à VOTRE GRANDEUR, a été accueilli avec empressement de tous les habitants de votre ville de Saint-Étienne. Ils ont été charmés de voir revivre la mémoire d’un homme né parmi eux, qui a fait les délices de ses contemporains, qui les a égayés par ses Écrits et les a édifiés par sa vie exemplaire20.

12Il est ensuite explicitement dit que Gilbert de Voisins n’est pas censé comprendre, ni par voie de conséquence lire la poésie de Chapelon, majoritairement écrite dans une langue à laquelle il n’a pas accès. Il ne vient donc pas figurer, sous les traits prestigieux du grand magistrat, le public des lecteurs, comme une épître dédicatoire le suggèrerait sans doute ; ou plus exactement, s’il représente aussi ce public large des amateurs de littérature, c’est bien parce que le livre n’est pas destiné à celui-ci, mais à celui, bien plus restreint, des locuteurs du « langage Forisien ». Cela, alors même que les œuvres de Chapelon sont de « la plus belle poésie », énergique et frappante, déclare Chauve. Ce n’est pas cette beauté qui est offerte par Chauve à Gilbert de Voisins. C’est une preuve de la constante fidélité des Stéphanois à leurs seigneurs. Une constance qui mériterait que ceux-ci les aident à préserver ce qui reste d’un bonheur collectif très menacé, décrit avec soin dans ce que le magistrat, pour le coup, peut lire : le « précis » de la vie de Chapelon par Chauve. Constituée en œuvre, rassemblée dans un livre, célébrée pour sa beauté, la poésie produite pour les « forgerons », les compagnies de la milice urbaine, les paroissiens de Saint-Étienne, restait néanmoins pour Chauve l’outil d’une action politique menée à une autre échelle. Dans l’opération de patrimonialisation littéraire, un groupe plus stable et plus compréhensible – les habitants de Saint-Etienne, la population locale – est venu se substituer aux collectifs mobilisés par les actions de Chapelon. La « fonction-groupe » a servi la littérarisation de sa poésie, sa transmission par de multiples rééditions, on va le voir, de la Collection complète de ses œuvres ; elle a par la suite contribué à sa relégation dans la littérature régionale, mais ce n’est pas là le phénomène que j’observe.

Poètes d’une classe

  • 21 Toutes les informations biographiques et éditoriales sur Boiron, ainsi que les citations de la biog (...)
  • 22 Fragments des poésies patoises de Maitre Boyron, graveur. Suivis d'une biographie stéphanoise et d' (...)
  • 23 La BnF possède l’édition de 1866 : Notices biographiques stéphanoises, par M. Descreux, Saint-Étien (...)
  • 24 Recueil des œuvres de Messire Jean Chapelon prêtre sociétaire de St-Étienne ; avec l’abrégé histori (...)

13Georges Boiron était né en 1730. Son père était tailleur de limes ; lui-même exerçait le métier de graveur, autrement dit travaillait à l’ornementation des armes de luxe dont la fabrication occupait nombre d’ateliers de son quartier21. Plus de trente ans après sa mort, que la tradition place en 1804, onze de ses chansons ont été éditées à partir de copies manuscrites par son neveu Denis Descreux. Cette édition des Fragments des poésies patoises de Maitre Boyron, graveur22 contient aussi une notice biographique en dialecte dont la version française paraît en 1858 dans une série de Notices biographiques stéphanoises23. Cette notice indique que Boiron n’était pas très bon ouvrier : « il ne possédait pas les talents de son art », dit le biographe, qui était par ailleurs secrétaire de la Mairie et de la Chambre de commerce de Saint-Étienne. Le sens de cette information est à rapporter, me semble-t-il, à ce que les Notices biographiques stéphanoises disent de la ville en rassemblant les portraits, pour reprendre les formulations significatives d’un article historique et bibliographique qui l’évoque, paru en 1897 dans un journal local, Le Stéphanois, « de vaillants officiers, de savants ingénieurs, de sages administrateurs, de généreuses bienfaitrices », et surtout de nombre « d’habiles artistes en gravure et en sculpture », représentants de « cette population travailleuse […] qui a fait d’un hameau la septième ville de France comme nombre d’habitants, la première de celles qui ont conservé le nom du patron de leur vieille église » : « Saint-Étienne a toujours été peuplé d’artisans et d’industriels et n’a jamais conservé beaucoup de rentiers dans ses murs ». L’opération de Descreux et de ses commentateurs érudits successifs, on le voit, réitérait l’effort d’illustration d’une ville identifiée à l’industrie qu’on a observé dans le travail de Chauve sur la poésie de Chapelon. Dès 1820, du reste, une réédition des œuvres du prêtre-poète du xviie siècle contenait une section intitulée « Pièces diverses de M. Boiron » qui publiait trois poèmes de ce dernier24.

  • 25 Sur ce type de pratiques érudites, voir Stéphane Gerson, The Pride of Place. Local Memories and Pol (...)

14Les chansons volontiers licencieuses, très satiriques, de Boiron posaient cependant un problème. Elles ne servaient guère l’honorabilité de ces « artisans » et de ces « industriels », telle qu’elle était conçue au xixe siècle par les érudits qui se sont à leur tour engagés dans l’entreprise d’illustration de leur patrie25. Faire de lui un mauvais graveur plus souvent au cabaret que dans son atelier a permis de le tirer vers le petit peuple, dont ses vers auraient offert une description de première main : une description indulgente, du fait de la proximité sociale de l’auteur avec ceux dont il parle, mais centrée sur leurs travers. On retrouve ce rattachement à la fraction populaire de la population stéphanoise jusque chez Georges Straka.

  • 26 L’Histoire chronologique de la ville de Saint-Étienne de Furan en Forez, manuscrite, due à Claude B (...)
  • 27 Daniel Fabre, « La voie des oiseaux. Sur quelques récits d’apprentissage », L’Homme, 1986, t. 26, n(...)

15En réalité, les vers publiés par Descreux évoquent aussi bien un personnage de mari infidèle issu de la bonne bourgeoisie que les filles du peuple dévoyées ou que les compagnies de jeunes maraudeurs stéphanois, organisés pour aller voler de quoi faire bombance dans la campagne environnante. Deux pièces traitent des exploits nocturnes de l’une d’elles, la « Compagni dó boussu Jean Michie », habile à piller les châteaux aussi bien que les fermes. Mais il ne s’agit pas là d’une description indulgente des déviances populaires. Ces chansons, tout comme la première évoquée qui raconte comment le mari infidèle a été attrapé par sa femme, me semblent plutôt manifester l’intensité d’une attention aux événements de la vie publique qui n’est pas différente de celle de Chapelon. Les compagnies de jeunes garçons et leurs frasques rituelles, de même que les compagnies d’archers dont les activités donnent son sujet à une autre chanson de Boiron, créent de l’événement collectif, font parler d’elles, participent de la chronique stéphanoise au même titre que les déboires sexuels d’une figure bourgeoise qui apparaît d’ailleurs dans d’autres écrits du temps26. Les travaux de l’anthropologue Daniel Fabre ont montré que les deux types de compagnies, celles où l’on pratiquait le tir au papegai et celles où l’on s’occupait en bande à dénicher, à chaparder ou à capturer des animaux vivants, tous rites de passage à l’âge viril, constituaient dans de nombreuses régions françaises deux manifestations étroitement liées du fonctionnement de la jeunesse masculine comme corps organisé27. Il en allait sans doute ainsi à Saint-Étienne. C’est de la vie de la collectivité urbaine, vue sous différents aspects, et non de celle du peuple, qu’il est principalement question dans la poésie de Boiron, comme dans celle de Chapelon – des Chapelon.

16Sur les onze chansons rassemblées par Denis Descreux, du reste, deux autres sont des satires de l’administration fiscale, l’une dirigée contre les gabelous, l’autre contre le « chef des barrières », c’est-à-dire le directeur du bureau des Aides (un impôt indirect). Elles n’ont rien de spécifiquement populaire. Enfin, une dernière chanson est une célébration de « La mort de Javogues ». Claude Javogues, député de Rhône-et-Loire à la Convention, montagnard, en mission de répression dans le Lyonnais, à Montbrison (dont il était originaire) et à Saint-Étienne en 1793-1794, fut fusillé le 10 octobre 1796, à la suite de la conspiration du camp de Grenelle. Dirigée contre les clubistes, la chanson politique qui se réjouit de cette exécution n’a rien non plus qui doive la faire qualifier de populaire. Restent un certain nombre de vers grivois attaquant des personnes précises, qui peuvent très probablement être renvoyés du côté de l’exercice du contrôle social.

  • 28 L’édition de Chauve a été rééditée en 1793, 1820, 1832, 1837 et 1850. J’ai trouvé dans le catalogue (...)

17Les poèmes de Boiron ont été en partie notés, comme l’avaient été en plus grand nombre ceux de Chapelon, alors que lui-même ne le souhaitait pas, ce qui suggère de sa part un souci de préserver sa position de barde communautaire, en quelque sorte, très à distance de toute préoccupation d’auteur. Cela ne signifie pas que Boiron ne savait pas écrire. Mais la démarche patrimoniale de Descreux, manifestée par le prospectus de huit pages annonçant, en 1836, la parution prochaine de son édition de Boiron couplée à une réédition des écrits de Chapelon, avait affaire à un objet à l’évidence fugace, plus fugace que la poésie du prêtre sociétaire : des chansons dont la réputation s’était mieux transmise que le texte, un nom d’auteur à qui étaient peut-être attribuées des pièces qu’il n’avait pas composées, un bien collectif dont le mode d’existence n’était pas du tout celui d’une œuvre. Le mince volume imprimé en 1837 n’est pas, finalement, la publication combinée des deux voix poétiques stéphanoises annoncée l’année précédente et anticipée en 1820. L’œuvre de Chapelon allait connaître différentes republications séparées28. Quant à Boiron, la brochure intitulé Fragments des poésies patoises de Maître Boyron, graveur, suivis d’une biographie stéphanoise et d’une notice historique sur la ville de Saint-Étienne associe finalement, comme son titre l’indique, ses chansons à des écrits d’érudition locale, développés dans la version française de 1858. Mais si le regroupement avec Chapelon n’a pas pu s’effectuer au xixe siècle, à un moment où le prêtre poète était devenu un écrivain reconnu, le graveur chansonnier est bel et bien venu s’agréger au patrimoine culturel stéphanois, auquel il ajoute désormais une touche populaire qui n’est qu’un produit de la manière dont il a été édité. J’ai suggéré déjà la ressemblance réelle entre son inspiration et celle de Chapelon. L’œuvre beaucoup plus abondante de ce dernier comprend des chansons à boire (nombreuses) et une satire contre une grande buveuse, des évocations des amourettes des garçons et des filles de la ville, une pièce mettant en scène une dispute entre un charbonnier et deux recors, et même un « mois-de-mai » (« mi-de-moi »), genre de chanson consacré aux réjouissances associées au retour du printemps. On en trouve également un dans le court recueil publié des poèmes de Boiron. L’écart entre les deux poètes de Saint-Étienne, l’un réaffirmé dans sa position de porte-parole du milieu artisan honorable, l’autre regardé comme représentant du peuple ouvrier, manifestation frappante de la « fonction-groupe », est un fait de publication : un aspect du travail de la littérature – travail d’éditeurs, d’érudits, autant que d’écrivains – sur les pratiques poétiques locales et les écrits qui en restent. Du travail ouvrier, seule l’œuvre de Chapelon, et non celle du poète ouvrier, se trouve en fait dire quelque chose, dans la « Description de la misère de St-Étienne ».

  • 29 Sur ces sociabilités, voir Denis Saint-Amand (dir.), La Dynamique des groupes littéraires, Liège, P (...)

18Étudier l’histoire du fait littéraire, c’est étudier les formes d’accumulation et d’agrégation des actions des agents sociaux qui s’occupent de littérature. Dans la production de la littérature, depuis le xviie siècle, la rédaction permanente d’histoires littéraires petites et grandes, la fabrication de patrimoines, de lignées, de familles, de groupes d’auteurs joue un grand rôle : la « fonction-groupe » génère la vie littéraire. Je me suis intéressée ici à la mise en littérature d’écrits qui n’ont pas été rattachés à des sociabilités littéraires29, mais caractérisés par d’autres types d’appartenance sociale, en l’occurrence l’identité locale et l’identité de classe. Les pratiques poétiques ne sont pas nécessairement, n’ont pas toujours été des pratiques littéraires. Le cas stéphanois permet d’observer les transformations qui s’opèrent dans le passage des unes aux autres : en l’occurrence, l’invention d’une littérature locale et le creusement d’un écart social entre deux séries d’écrits très similaires.

Haut de page

Notes

1 Je résume ici l’analyse proposée dans Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira, Histoire littérature témoignage. Écrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, « Folio », 2009, p. 23‑88, où l’on trouvera la bibliographie correspondante ; un certain nombre des très abondants travaux sur les Mémoires postérieurs à 2009 sont recensés dans Marc Hersant, Jean-Louis Jeannelle et Damien Zanone (dir.) La Licorne, no 104, « Le Sens du passé. Pour une nouvelle approche des Mémoires », Rennes, PUR, 2013.

2 Alain Viala, « Effets de champ, effets de prisme », Littérature, no 70, « Médiations du social, recherches actuelles », 1988, p. 64‑71, ici p. 70‑71. Ces remarques seraient à prolonger dans la perspective de la discussion autour de la notion d’institution littéraire (voir Anthony Glinoer, « Institution », dans Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Le Lexique socius, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/45-institution). Le livre de Jacques Dubois, L’Institution de la littérature, a été récemment réédité (Bruxelles, Espace Nord, 2019).

3 Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire. Préalables critiques et principes de méthodes », Lendemains, no 36, 1984, p. 5‑20, ici p. 5, cité dans « Effets de champ, effets de prisme », art. cit., p. 65.

4 Cet article s’inscrit dans la préparation d’un ouvrage sur les pratiques poétiques dans les mondes ouvriers, entre époque moderne et époque contemporaine ; pour d’autres éléments de cette enquête, voir Dinah Ribard, « Ce que fait la littérature. Poésie et histoire des mondes ouvriers », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 138, 2018, p. 159‑173, et « L’ordre social en littérature. 1644 : le premier poète ouvrier », dans Philippe Olivera et Vincent Platini (dir.), Agone. Histoire, Politique & Sociologie, no 63‑64, « Autre(s) littérature(s) », 2019, p. 41‑63.

5 Il faut à nouveau renvoyer ici aux travaux d’Alain Viala : Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985, ainsi qu’à la discussion qu’en a proposée Christian Jouhaud : « Histoire et histoire littéraire : naissance de l'écrivain », Annales ESC, 43ᵉ année, no 4, 1988, p. 849‑866. Sur le sens que pouvait donner à un écrit le fait de se situer dans la littérature au xviie siècle, voir Laurence Giavarini, « Histoire, littérature, vérité. Sur la littérature comme geste historiographique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 65, 2018/2, p. 78‑96.

6 J’ai mis en rapport le passage de L’Ordre du discours (Paris, Gallimard, 1971, p. 28‑31) sur l’auteur comme « principe de raréfaction » limitant « le hasard du discours » avec les propositions présentées auparavant par Michel Foucault dans « Qu’est-ce qu’un auteur ? » dans Dinah Ribard, 1969 : Michel Foucault et la question de l’auteur. « Qu’est-ce qu’un auteur ? ». Texte, présentation et commentaire, Paris, Honoré Champion, 2019, p. 87‑91.

7 Georges Straka, Poèmes du xviiie siècle en dialecte de Saint-Étienne. Édition avec commentaires philologique et linguistique, Paris, Belles-Lettres, 1964.

8 Sur les poètes amateurs à l’époque contemporaine, voir Aude Mouaci, Les Poètes amateurs. Approche sociologique d’une conduite culturelle, Paris, L’Harmattan, 2001, ainsi que Paul Aron, « La poésie en vers et pour tous », dans Marine Roussillon, Sylvain Guyot, Dominic Glynn et Marie-Madeleine Fragonard (dir.), Littéraire. Pour Alain Viala, Arras, Artois Presses Université, 2018, t. II, p. 203‑207 ; du même, « La poésie professionnelle des pharmaciens aux XIXe et XXe siècles en France et en Belgique », dans Alexandre Wenger Julien Knebusch Martina Diaz et Thomas Augais (dir.), La Figure du poète-médecin, Chêne-Bourg, Georg, 2018, p. 173-196. Plus largement, voir Claude Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Economica, 2006.

9 Les entrées royales ou impériales ont été très étudiées ; pour un changement d’échelle, voir les études réunies dans la troisième partie de Françoise Michaud-Fréjaville, Noëlle Dauphon et Jean-Pierre Guilhembet, Entrer en ville, Rennes, PUR, 2006, p. 211‑266.

10 Jean Chapelon 1647-1694, Œuvres complètes, édité et traduit par Annie Elsass, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1985.

11 Voir dans le présent dossier l’article d’Audrey Duru.

12 Collection complète des œuvres de messire Jean Chapelon, prêtre-sociétaire de St-Étienne, avec l’abrégé historique de sa vie, recueillies et publiées par Mre E. C..., Saint-Étienne, Devers, 1779, p. 3.

13 Denys Bobrun est le personnage qui parle dans une des pièces du recueil publié par Chauve, « Les Adieux de Bobrun » ; il est présenté comme le type du vieux Stéphanois. Cette pièce est attribuée, dans le recueil, au père de Chapelon, réputé poète, on le verra, comme son fils et comme son propre père.

14 Polignais et le Clapier sont deux quartiers de Saint-Étienne ; Polignais était celui des forgerons.

15 Collection complète des œuvres de messire Jean Chapelon, prêtre-sociétaire de St-Étienne, op. cit., p. 6‑8.

16 Daniel Fabre, « Le berger des signes » dans id. (dir.), Écritures ordinaires, Paris, P.O.L, 1993, p. 269‑313 ; du même, « Torquato Tasso chez les bergers » dans Alfred Messerli, Roger Chartier (Hrsg.), Scripta volant, verba manent. Schriftkulturen in Europa zwischen 1500 und 1900 / Les cultures de l’écrit entre 1500 et 1900, Basel, Schwabe, 2007, p. 359‑272 ; Laurence Giavarini, La Distance pastorale. Usages politiques de la représentation des bergers (xvie-xviie siècle), Paris, Vrin/EHESS, 2010. Un poète paysan anglais – catégorie inexistante dans la France moderne – des années 1730 fait fonds sur l’évidence du rapport des bergers à la poésie : « Nor yet the tedious labour to beguile, / And make the passing minutes sweetly smile, / Can we, like shepherds, tell a merry tale; / The voice is lost, drowned by the noisy flail […] / The shepherd may well tune his voice to sing, / Inspired by all the beauties of the spring: / No fountains murmur here, not lambkins play, / No linnets warble, and no fields look gay; / ‘Tis a dull a melancholy scene, / Fit only to provoke the Muse’s spleen » (Stephen Duck, « The Thresher’s Labour » ; je cite ici d’après Marek Korczinski, Mickael Pickering et Emma Robertson, Rhythms of Labour. Music at work in Britain, Cambridge/New York/Melbourne/Madrid/Cape Town/Singapore/São Paulo/Delhi/Mexico City, Cambridge University Press, 2013, p. 161).

17 Voir Jean-Yves Grenier, « Temps de travail et fêtes religieuses au xviiie siècle », Revue historique, vol. 663, no 3, 2012, p. 609‑641 et Corine Maitte, Didier Terrier (dir.), Les Temps du travail. Normes, pratiques, évolutions (xive-xixe siècles), Rennes, PUR, 2014. Le nombre excessif des jours de fête religieuses chômés ou de repos coutumiers (le lundi) est le thème de multiples écrits d’économie politique, mais aussi de multiples sermons dans cette période.

18 Je cite ici la traduction d’Annie Elsass dans Jean Chapelon 1647-1694, Œuvres complètes, op. cit., p. 287.

19 Ibid., p. 309.

20 « Lettre inédite de l’abbé Chauve à Gilbert de Voisins, marquis de Saint-Priest, seigneur de la ville de Saint-Étienne, pour lui offrir son édition de Chapelon », publiée (à partir d’une copie non datée) par Auguste Benoît, Revue forézienne, 1869, p. 190.

21 Toutes les informations biographiques et éditoriales sur Boiron, ainsi que les citations de la biographie de Descreux, sauf exception signalée, sont tirées de l’ouvrage de Georges Straka, Poèmes du xviiie siècle en dialecte de Saint-Étienne, op. cit., p. 477 et suiv.

22 Fragments des poésies patoises de Maitre Boyron, graveur. Suivis d'une biographie stéphanoise et d'une notice historique sur la ville de Saint-Etienne, par M. Descreux, Saint-Étienne, de l’imprimerie de D. Sauret, 1837.

23 La BnF possède l’édition de 1866 : Notices biographiques stéphanoises, par M. Descreux, Saint-Étienne, Constantin, 1866.

24 Recueil des œuvres de Messire Jean Chapelon prêtre sociétaire de St-Étienne ; avec l’abrégé historique de sa vie, et les œuvres de son père et de son ayeul, Saint-Étienne, D. Sauret, p. 289‑293.

25 Sur ce type de pratiques érudites, voir Stéphane Gerson, The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century France, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 2003.

26 L’Histoire chronologique de la ville de Saint-Étienne de Furan en Forez, manuscrite, due à Claude Beneyton, « maitre maçon, charpentier et entrepreneur de bâtiments audit Saint-Étienne », mort en 1772, mentionne ce personnage l’année 1754 ; voir Eloi Thiollière, « Les historiens stéphanois du xviiie siècle », Études foréziennes, ix, « Aspects de la vie littéraire en Forez », 1978, p. 127‑148.

27 Daniel Fabre, « La voie des oiseaux. Sur quelques récits d’apprentissage », L’Homme, 1986, t. 26, no 99, p. 7‑40 ; voir aussi, du même, « Une enfance de roi », Ethnologie française, nouvelle série, t. 21, no 4, 1991, p. 392‑414 ; Dominique Blanc et Daniel Fabre, Le Brigand de Cavanac, Le fait divers, le roman, l’histoire, rééd. Lagrasse, Verdier, 2015, p. 150‑154. Dans une autre perspective et sur le cas bourguignon, voir Benoît Garnot, « Le regard de la société sur la délinquance de la jeunesse masculine dans la France du xviiie siècle », dans Jean-Claude Vimont (dir.), Jeunes, déviances et identités, xviiie-xxe siècle, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2005, p. 15‑22.

28 L’édition de Chauve a été rééditée en 1793, 1820, 1832, 1837 et 1850. J’ai trouvé dans le catalogue d’un libraire de Montbrison un volume où la 6e édition des Œuvres complètes de Messire Jean Chapelon recueillies par Étienne Chauve, publiée chez D. Sauret en 1837, est reliée avec l’édition procurée par Descreux des Fragments des poésies patoises de Boiron, publiée la même année chez le même imprimeur, mais il s’agit de deux livres reliés ensemble par leur propriétaire et non dans le cadre d’une démarche éditoriale, la pagination n’étant pas continue.

29 Sur ces sociabilités, voir Denis Saint-Amand (dir.), La Dynamique des groupes littéraires, Liège, Presses Universitaires de Liège, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dinah Ribard, « Groupés, dégroupés  »COnTEXTES [En ligne], 31 | 2021, mis en ligne le 15 octobre 2021, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10415 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.10415

Haut de page

Auteur

Dinah Ribard

EHESS/Centre de recherches historiques - Grihl

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search