Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques31Le groupe de Médan : histoire d’u...

Le groupe de Médan : histoire d’une histoire

Marie-Ange Fougère

Texte intégral

  • 1 Pour compléter ce propos, on pourra se reporter aux ouvrages suivants : Léon Deffoux et Émile Zavie (...)

1Dans le cadre d’une réflexion générale sur la « fonction-groupe » dans l’histoire littéraire, les Médaniens constituent un exemple intéressant de construction d’un groupe aux contours précis et historiquement délimités. Surtout ils présentent un intérêt particulier : celui d’une auto-proclamation dont les moindres détails ont été imaginés par leur chef de file, Émile Zola et dont la parution du recueil collectif des Soirées de Médan en 1880 constitua l’acmé. Il s’agirait donc, ici, de se placer sur le terrain des représentations plus que sur celui des idées et des principes littéraires. Le groupe de Médan, c’est d’abord une histoire, un mythe au sens étymologique du terme, dont les enjeux ne peuvent être mis au jour que si on en déroule d’abord le fil narratif1. C’est donc l’histoire de cette histoire qu’il faut commencer par raconter, avant d’envisager l’efficacité du procédé zolien : la promotion qu’il orchestra savamment joua un rôle essentiel dans la propagation par l’histoire littéraire universitaire d’une certaine image du groupe de Médan, de sa constitution à son déclin.

La maison de Médan

  • 2 Émile Zola au journaliste Maurice Guillemot dans Villégiatures d’artistes, Paris, Flammarion, 1897, (...)

2Présenter le groupe de Médan suppose en premier lieu une précision géographique. Médan est un lieu : un village à une quarantaine de kilomètres de Paris, près de Poissy, sur les bords de la Seine. Et plus précisément c’est une maison, celle qu’achète Zola, en 1878, grâce aux droits d’auteur que lui vaut le succès de L’Assommoir l’année précédente : « oh ! tout petit, trois fenêtres et un bout de jardin avec des remblais bouchant une ancienne carrière2 ». Cinq mois plus tard commence la construction de la tour nord, de forme carrée et que l’on appellera plus tard la « tour Nana ». L’année suivante Zola achète pour son cabinet de travail, la pièce la plus imposante de la maison, une cheminée de pierre à cariatides et de style Renaissance, sur la hotte de laquelle il fait peindre la devise Nulla dies sine linea, puis fait exécuter un vitrail représentant Mes-Bottes, personnage de L’Assommoir. Au cours des années qui suivent, la maison ne cesse de s’agrandir : Zola multiplie les achats de terrain autour de sa propriété et acquiert une île située en face, fait construire en 1881, à côté de la tour carrée, le « pavillon Charpentier », du nom de son éditeur depuis 1872 et en 1886 la tour sud dite « tour Germinal », de forme hexagonale. Zola vit à Médan la moitié de l’année, préférant passer l’hiver à Paris. Il est aisé de percevoir combien cette maison de Médan est conçue comme un lieu de retraite créatrice, le toponyme fonctionnant comme un renvoi continuel au travail du romancier. Cette dimension symbolique du lieu est encore attestée aujourd’hui puisque depuis 1903, avec seulement l’interruption des deux guerres, un « pèlerinage » se déroule chaque année à Médan, le premier dimanche d’octobre : se sont succédé à la tribune des écrivains – Céline (1933), Aragon (1946) –, des hommes politiques – François Mitterrand (1976), Jacques Chirac (2002) –, ainsi que des chercheurs dont les travaux portent sur l’œuvre de Zola et pour qui l’allocution à Médan constitue le rite d’intronisation dans la société des zoliens. Aujourd’hui Médan est un musée littéraire : les lieux ont été restaurés grâce au mécénat de Pierre Bergé et sont gérés par l’association « Maison Zola - Musée Dreyfus ».

3Mais la maison de Zola est aussi un lieu de rencontres littéraires : le pèlerinage de Médan ne fait que prolonger la tradition médanienne instaurée par Zola lui-même qui n’a de cesse, au fil des années, de recevoir ses amis à Médan ; les anciens : Alphonse Daudet et sa famille, Edmond de Goncourt, Henry Céard, et les nouveaux : Léon Hennique, Joris-Karl Huysmans, Paul Alexis, Guy de Maupassant ; les connus et les moins connus. On trouve dans le Journal d’Edmond de Goncourt le récit d’une de ces journées passées à Médan :

  • 3 Edmond de Goncourt, 20 juin 1881, Journal. Mémoires de la vie littéraire, t. II, Paris, Robert Laff (...)

Aujourd’hui, le ménage Daudet, le ménage Charpentier et moi, nous allons passer la journée chez Zola à Médan […]. Le cabinet de travail est, par exemple, très bien. Il a la hauteur, la grandeur, mais est très abîmé par une bibeloterie infecte. […] Quant au jardin, ce sont deux petites et étroites bandes de terrain, dont l’une est de dix pieds en contrebas de l’autre, et cela se prolonge dans les champs, coupés par le chemin de fer, par des bouts de terrain qui, à ce qui paraît, lui appartiennent, et au-delà de la rivière, par encore cin­quante arpents dans une île. On déjeune gaîment et l’on va, après déjeuner, dans l’île, où il fait bâtir un chalet, auquel travaillent encore les peintres et qui contient une grande pièce tout en sapin, au monumental poêle en faïence d’une belle simplicité et d’un grand goût3.

4Retraite créatrice et lieu de rencontres littéraires, cette double dimension de la maison zolienne permet de comprendre comment s’est élaborée toute une histoire : le mythe de Médan.

Écriture d’une aventure collective

5Cette belle histoire, c’est Maupassant qui le premier la raconte en s’adressant au directeur du Gaulois. Il pose d’abord le cadre :

  • 4 Guy de Maupassant, « Les Soirées de Médan. Comment ce livre a été fait », Le Gaulois, 17 avril 1880

Nous nous trouvions réunis, l’été, chez Zola, dans sa propriété de Médan.
Pendant les longues digestions des longs repas (car nous sommes tous gourmands et gourmets, et Zola mange à lui seul comme trois romanciers ordinaires), nous causions. Il nous racontait ses futurs romans, ses idées littéraires, ses opinions sur toutes choses. Quelquefois il prenait un fusil, qu’il manœuvrait en myope, et tout en parlant, il tirait sur des touffes d’herbes que nous lui affirmions être des oiseaux, s’étonnant considérablement quand il ne retrouvait aucun cadavre.
Certains jours on pêchait à la ligne. […] Moi, je restais étendu dans la barque la Nana, ou bien je me baignais pendant des heures, tandis que Paul Alexis rôdait avec des idées grivoises, que Huysmans fumait des cigarettes, et que Céard s’embêtait, trouvant stupide la campagne4.

6Vient ensuite l’élaboration d’un Sexaméron naturaliste :

Or, par une nuit de pleine lune, nous parlions de Mérimée […] On en vint à parcourir tous les conteurs célèbres et à vanter les raconteurs de vive voix, dont le plus merveilleux, à notre connaissance, est le grand Russe Tourgueniev, ce maître presque français ; Paul Alexis prétendait qu’un conte écrit est très difficile à faire. Céard, un sceptique, regardant la lune, murmura : « Voici un beau décor romantique, on devrait l’utiliser... » Huysmans ajouta : « ... en racontant des histoires de sentiment ». Mais Zola trouva que c’était une idée, qu’il fallait se dire des histoires. L’invention nous fit rire, et on convint, pour augmenter la difficulté, que le cadre choisi par le premier serait conservé par les autres, qui y placeraient des aventures différentes.
On alla s’asseoir, et, dans le grand repos des champs assoupis, sous la lumière éclatante de la lune, Zola nous dit cette terrible page de l’histoire sinistre des guerres, qui s’appelle l’Attaque du Moulin.
Quand il eut fini, chacun s’écria : « Il faut écrire cela bien vite. »
Lui se mit à rire : « C’est fait. »

7Maupassant raconte alors comment chacun des jeunes écrivains présents vint apporter sa collaboration : lui-même d’abord ; Huysmans le jour suivant, qui les amusa beaucoup avec le « récit des misères d’un mobile sans enthousiasme » ; Céard qui revint sur le siège de Paris « avec des explications nouvelles » et « déroula une histoire pleine de philosophie, toujours vraisemblable sinon vraie, mais toujours réelle depuis le vieux poème d’Homère » ; Hennique dont le texte prouvait que « les hommes, souvent intelligents et raisonnables, pris isolément, deviennent infailliblement des brutes, quand ils sont en nombre ». Enfin Alexis, qui ne trouvait pas de sujet, fit attendre ses compagnons quatre jours ; il finit par imaginer « l’amusante anecdote d’une grande dame allant ramasser son mari mort sur un champ de bataille et se laissant ‘‘attendrir’’ par un pauvre soldat blessé », lequel s’avérait être un prêtre. Et Maupassant de conclure : « Zola trouva ces récits curieux et nous proposa d’en faire un livre ».

8L’histoire est belle : le décor prête à la rêverie, le maître est campé au milieu de ces disciples. Surtout ce que l’on lit ici est un texte fondateur dans la geste zolienne : le mythe des origines du groupe de Médan. Alexandrine Zola ne s’y trompe pas qui, vingt-cinq plus tard, dans un entretien à L’Aurore, le raconte de nouveau en évoquant Hennique, Huysmans, Alexis et Maupassant :

  • 5 L’Aurore, 11 mars 1905, cité par Alain Pagès, Zola et le groupe de Médan, op. cit., p. 11.12.

Ceux-là arrivaient le samedi et restaient jusqu’au lundi. Ce sont les signataires des Soirées de Médan, le fameux recueil de nouvelles dont le projet fut inventé et discuté un jour qu’ils causaient ensemble tous les six, couchés dans l’herbe, dans cette île de la Seine que nous avions acquise en 18805.

  • 6 Voir Alain Pagès, Zola et le groupe de Médan, op. cit., p. 196.

9Or ce récit de genèse est inventé. En réalité l’idée du recueil collectif naît au cours d’une réunion à la fin du mois d’octobre ou au début du mois de novembre 1879, sans doute au cours d’un dîner dans une gargote montmartroise6. Le thème de la guerre de 1870 est choisi parce que Zola, Huysmans et Céard lui ont déjà consacré une nouvelle ; aussi engagent-ils Alexis, Hennique et Maupassant à faire de même. Quelque temps plus tard tous se réunissent chez Maupassant, lisent à tour de rôle leur nouvelle, tirent au sort, dans un chapeau, la place de chacune dans le recueil, celle de Zola restant la première, avant d’envoyer le tout chez l’éditeur.

10C’est à Léon Deffoux et Émile Zavie, qu’il revient, dans Le Groupe de Médan publié en 1920, de lever le voile sur le récit des origines. Deffoux – car Zavie ne joue qu’un rôle anecdotique dans l’écriture de cet essai –, éprouve de grandes réticences à l’égard de l’observation scientifique du réel et de la documentation prônées par Zola, jugées excessives. Mais la fréquentation de Céard, un des derniers survivants du groupe, lui permet d’accéder à des informations et des documents précis dont Le Groupe de Médan se veut la restitution.

11Que signale la comparaison entre les deux versions de la genèse du groupe de Médan ? À l’évidence la version proposée par Maupassant et entérinée par Zola vise moins à enjoliver l’histoire qu’à renforcer et à mettre au premier plan l’effet de groupe, ce qui confère du même coup une dimension mythique à Médan. Maupassant donne de l’épaisseur à la scène : épaisseur temporelle d’une part – cinq jours au lieu d’un –, épaisseur affective de l’autre – l’impatience provoquée par Alexis qui fait attendre ses compagnons et aussi l’intérêt de Zola.

Zola, homme de groupe

12Si Maupassant en écrit la naissance, c’est bien Zola, toutefois, qui fonde le groupe. L’examen de ses motivations sollicite des éléments biographiques, mais aussi de théorie littéraire et de sociologie.

  • 7 Émile Zola, L’Œuvre, éd. de Marie-Ange Voisin-Fougère, Paris, Le Livre de Poche, 1996, p. 288.
  • 8 Émile Zola, lettre à B. Baille, juillet 1860, Correspondance, t. I, Montréal, Presses de l’universi (...)
  • 9 Edmond de Goncourt, 28 mai 1879, Journal. t. II, op. cit., p. 825.

13Zola est un homme de groupe. Toute sa vie il a cherché à constituer autour de lui des réseaux, d’amis ou de relations, institutionnalisés ou éphémères. Ces réseaux constituent à ses yeux le seul moyen de conjurer certaines obsessions, qu’il s’agisse du doute – la crainte de ne pouvoir mener à bien l’écriture de ses textes – ou de la hantise de la mort. Dans L’Œuvre, roman publié en 1886, le romancier Sandoz énonce à plusieurs reprises la conviction zolienne qu’un groupe peut seul conférer à un artiste la force de mener à bien son œuvre : « Un rêve d’éternelle amitié l’immobilisait, des jeudis pareils se succédaient à l’infini, jusqu’aux derniers lointains de l’âge. Tous éternellement ensemble ! tous partis à la même heure et arrivés dans la même victoire7 ! » Très tôt, Zola expose à ses amis d’enfance son désir de créer une association dont le but serait de « former un puissant faisceau pour l’avenir, de nous soutenir mutuellement, quelle que soit la position qui nous attende8 ». Une fois entré en littérature et tandis qu’il publie les premiers volumes des Rougon-Macquart, il intègre le groupe des Cinq qui, autour de Flaubert, réunit Edmond de Goncourt, Daudet, Tourgueniev et lui-même pendant six ans (1872-1878) ; mais il doit faire face aux réticences de Daudet et surtout à la jalousie de Goncourt : « Zola a une gens de jeunes fidèles, dont le malin écrivain entretient et nourrit du reste l’admiration, l’enthousiasme et la flamme par l’octroi de correspondances à l’étranger, le faufilement bien payé dans les journaux où il règne en maître, enfin par des services tout matériels9 ».

  • 10 Joris-Karl Huysmans lettre du 16 décembre 1876, Lettres à Théodore Hannon, Paris, C. Pirot, 1985, p (...)
  • 11 Sur ce point, voir Christophe Charle, La Crise littéraire à l’époque du naturalisme, Paris, Presses (...)
  • 12 Louis de Fourcauld, Le Gaulois, 31 janvier 1877.
  • 13 Barbey d’Aurevilly, Le Constitutionnel, 29 janvier 1877.

14De fait, Zola fédère autour de lui un groupe de jeunes écrivains encore inconnus qu’unit le sentiment d’une authentique originalité littéraire : « Nous sommes à Paris un petit groupe qui sommes convaincus que le roman ne peut plus être une histoire plus ou moins vraie ou déguisée, plus ou moins enveloppée de colle de poisson, comme certains remèdes, pour masquer le goût10 », écrit Huysmans à son ami le poète belge Théodore Hannon, en 1876. L’ambition littéraire est double : s’imposer face au roman idéaliste qui, en ces années, règne encore sur le champ littéraire, malgré les succès réalistes de Flaubert et autres Goncourt, mais aussi disputer à la poésie sa position dominante11. La bataille de L’Assommoir offre aux jeunes gens l’occasion de s’affirmer aux yeux du public, tandis que la critique s’insurge contre l’incursion de la « pourriture12 » dans le roman contemporain et dénonce en Zola un « Hercule souillé qui remue le fumier d’Augias13 ». Ces jeunes écrivains revendiquent une conception scientifique de la littérature :

Notre but se résout à vouloir peindre ce qui existe, notre méthode consiste à présenter au public des situations et des caractères assez vécus et assez fouillés pour qu’ils soient manifestes et palpables. Nous considérons que l’écrivain est un médecin, et qu’il doit développer ses observations à mesure qu’il les note, sans se soucier de conclure ni de poser des préceptes presque toujours ennuyeux,

  • 14 Émile Zola, préface de Thérèse Raquin [1868], Paris, Gallimard, coll. Folio, 1979, p. 29.
  • 15 Alain Pagès, Zola et le groupe de Médan, op. cit., p. 136.
  • 16 Edmond de Goncourt, 16 avril 1877, Journal, t. II, op. cit., p. 736.

15clame Hennique dans Le Gaulois du 15 février 1877, reprenant les termes utilisés par Zola dix ans plus tôt dans la préface de Thérèse Raquin : […] mon but a été un but scientifique avant tout. […] J’ai simplement fait sur deux corps vivants le travail analytique que les chirurgiens font sur les cadavres14 ». Quelques semaines plus tard a lieu un événement que « les histoires littéraires considéreront plus tard comme le baptême officiel de l’école naturaliste15 » : le dîner Trapp, du nom de la brasserie située près de la gare Saint-Lazare. Alexis, Céard, Hennique, Huysmans, Mirbeau et Maupassant organisent pour Zola un dîner auquel ils décident de convier aussi Flaubert et Goncourt, dont ils sont moins proches, et l’éditeur Charpentier. L’idée est d’affirmer une solidarité de groupe, comme le note Edmond de Goncourt dans son Journal, dans les lignes qu’il consacre à ce « dîner des plus cordiaux et des plus gais » : « Voici l’armée nouvelle en train de se former16 ».

16Les trois années qui séparent la parution mouvementée de L’Assommoir de l’acte de naissance officiel du groupe de Médan en 1880 permettent de recenser les difficultés soulevées, selon Zola, par la constitution d’un groupe à ce moment précis de l’histoire littéraire, et les moyens envisagés pour les circonscrire.

  • 17 Sur ce point, voir Alain Pagès, Zola et le groupe de Médan, op. cit., p. 139.

17La première difficulté à conjurer est l’éparpillement : comment parvenir à circonscrire clairement aux yeux du public les contours du groupe ? Un an avant la publication des Soirées de Médan, les chroniqueurs s’y trompent encore et ne proposent pas les mêmes listes. Ainsi Octave Mirbeau apparaît ou disparaît au gré des uns et des autres ; or, s’il est vrai qu’il se situe plutôt du côté de Goncourt que de Zola, il s’est rallié au groupe après la parution de L’Assommoir17. Le recueil collectif permet donc de matérialiser le nouveau groupe : la table des matières des Soirées de Médan en constitue la preuve imprimée, et donc irréfutable. En outre, la répartition aléatoire des cinq nouvelles derrière celle de Zola laisse à penser que les cinq membres sont égaux : loin de toute hiérarchie, le groupe de Médan réaliserait le bel idéal d’unité rêvé par le romancier naturaliste.

  • 18 Le Bien public, 30 octobre 1876, repris dans Le Naturalisme au théâtre, Œuvres complètes, t. 10, Pa (...)

18La deuxième difficulté consiste à imposer une vision commune de la création littéraire, efficace moyen de reconnaissance des membres du groupe face aux autres écrivains. Ici Zola entrevoit rapidement l’intérêt d’exploiter la tâche à laquelle il s’est attelé depuis quelques années : l’édification des Rougon-Macquart. Le romancier naturaliste revendique une méthode qu’il n’a de cesse de présenter à ses proches, une voie à suivre, fondée sur l’étude des faits, la « continuelle compilation des documents humains18 », en une démarche analogue à celle de l’homme de science. Cette méthode, il en illustre les étapes logiques par la préparation de chacun de ses volumes : d’abord ce qu’il appelle l’« Ébauche », monologue intérieur où il définit la ligne générale du projet romanesque, puis le plan d’ensemble et les plans détaillés, soigneusement consignés dans les dossiers préparatoires. La création littéraire perd de son aura mystérieuse, mais acquiert une logique dont il fait le signe de ralliement de son groupe. Aussi utilise-t-il ses chroniques littéraires comme une tribune pour défendre le naturalisme, seule esthétique à s’inscrire dans le prolongement logique de l’évolution littéraire à l’œuvre au xixe siècle, depuis Balzac et Stendhal, puis Flaubert.

  • 19 Émile Zola, lettre à H. Céard, 16 juillet 1877, Correspondance, t. III, Montréal, Paris, Presses de (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Lettre du 2 septembre 1877, ibid., p. 189.

19Une troisième difficulté naît de la volonté de faire nombre. Cette fois c’est la correspondance de l’écrivain qui atteste le souci de s’imposer dans le champ littéraire, d’occuper le terrain, de compenser la faiblesse numérique par la copia littéraire ; s’inquiétant auprès de Céard du découragement de Huysmans préparant Les Sœurs Vatard, il écrit : « Mais il faut qu’il travaille, dites-le-lui bien. Il est notre espoir, il n’a pas le droit de lâcher son roman, quand tout le groupe a besoin d’œuvres19 ». Puis il admoneste Céard lui-même : « Et vous, que faites-vous ? Je vois bien que vous lancez d’anciennes pièces ; cela ne suffit pas, il faut en écrire de nouvelles, et des drames, et des comédies, et des romans. Nous devons d’ici à quelques semaines écraser le public sous notre fécondité20 ». Tout aussi injonctive est la lettre adressée à Léon Hennique : « Ce n’est qu’avec des œuvres que nous nous affirmerons ; les œuvres ferment la bouche des impuissants et décident seules des grands mouvements littéraires. Savoir où l’on veut aller, c’est très bien ; mais il faut encore montrer qu’on y va21 ». C’est bien une bataille littéraire qu’entend mener Zola : enrôlant ses jeunes disciples, il ne cesse de brandir l’étendard du naturalisme derrière lequel tous doivent venir se regrouper.

20Comment répondre à cette nécessité de s’imposer aux yeux des autres écrivains et du public ? Pour Zola il s’agit bel et bien là d’un défi d’ordre publicitaire. Pour avoir passé plusieurs années au service « publicité » de la maison Hachette, l’écrivain connaît parfaitement les ressorts à activer. Edmond de Goncourt ne manque pas de le souligner lorsqu’il met en scène, dans son Journal, Zola en train de se justifier auprès d’un Flaubert qui déteste toute forme de système et abhorre les professions de foi de tout bord :

  • 22 Edmond de Goncourt, 19 février 1877, Journal, t. II, op. cit., p. 729.

Oui, c’est vrai que je me moque comme vous de ce mot naturalisme ; et cependant, je le répéterai, parce qu’il faut un baptême aux choses, pour que le public les croie neuves… Voyez-vous, je fais deux parts dans ce que j’écris, il y a mes œuvres, avec lesquelles on me juge et sur lesquelles je désire être jugé, puis il y a mon feuilleton du Bien public, mes articles de Russie, ma correspondance de Marseille, qui ne me sont de rien, que je rejette, et qui ne sont que pour faire mousser mes livres… J’ai d’abord posé un clou, et d’un coup de marteau, je l’ai fait entrer d’un centimètre dans la cervelle du public ; puis d’un second coup, je l’ai fait entrer de deux centimètres… Eh bien mon marteau, c’est le journalisme, que je fais moi-même autour de mes œuvres22.

21L’évocation péjorative de la stratégie publicitaire par Zola lui-même peut surprendre, mais il faut faire la part de la perfidie d’Edmond de Goncourt, ainsi que de la pression exercée sur Zola par la détestation flaubertienne de toute forme de proclamation esthétique. La mort de Flaubert en 1880 coïncide avec l’entrée dans la phase active d’affirmation du groupe de Médan, et sans doute cette coïncidence n’est-elle pas fortuite.

  • 23 Émile Zola, préface de L’Assommoir, [1877], Paris, Gallimard, coll. Folio, 1978, p. 18.
  • 24 Joris-Karl Huysmans, L’Actualité, Bruxelles, 11 mars-18 avril 1877.

22Une dernière difficulté rencontrée par Zola dans la construction du groupe des Médaniens réside dans la création de la figure du chef de file lui-même. Il s’agit de mettre en place une image cohérente de l’homme – Zola – et du lieu – Médan. Il faut donc impérativement faire disparaître des esprits le pornographe caricaturé par la presse depuis la publication en feuilleton de L’Assommoir. Zola s’y emploie le premier, dans la préface de L’Assommoir : il commence par dénoncer la « légende stupéfiante » servie au public par les détracteurs du naturalisme : « Si l’on savait combien le buveur de sang, le romancier féroce, est un digne bourgeois, un homme d’étude et d’art, vivant sagement dans son coin, et dont l’unique ambition est de laisser une œuvre aussi large et aussi vivante qu’il pourra23 ! » Et d’affirmer sa conviction que, au fil du temps et de la parution de ses romans, le public découvrira qui il est réellement. Puis c’est au tour de Huysmans de batailler : « Qu’on cesse donc de nous jeter tout le débraillé de ces hommes à la tête, et que les gens qui se représentent Émile Zola costumé comme Mes Bottes et faisant saillir sous un feutre qui bat de l’aile une barbe parfumée d’absinthe et un nez fleuri de roses, perdent cette illusion24 ». En réalité, explique-t-il, « le logis de ce romancier féroce est tout simplement la demeure confortable d’un bourgeois à l’aise, qui vit chez lui, tranquille, travaille pendant toute la journée » et tous les racontars débités sur le « buveur de sang » et le « pornographe » ne sont qu’insanités et insultent la bienveillance du maître.

23La stratégie consiste ici à dessiner la figure d’un bourgeois tranquille et casanier – ce que Zola est effectivement –, et à l’évoquer aussi souvent que possible. Grâce à la maîtrise de son image, Zola a tous les atouts en main pour lancer son groupe.

Un coup de force médiatique

  • 25 Anthony Glinoer et Vincent Laisney, L’Âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques a (...)
  • 26 Ibid.
  • 27 Henri Mitterand, Zola et le naturalisme, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1986, p. 28.
  • 28 Émile Zola, Le Roman expérimental, Œuvres complètes, t. 9, Paris, Nouveau monde éditions, 2004, p. (...)

24Une fois ces difficultés conjurées, le romancier peut franchir le pas décisif que constitue l’abandon du « cénacle réel pour lui substituer son cénacle virtuel, […] à l’efficacité publicitaire plus grande25 » : en 1880 sont publiées les Soirées de Médan. Comme le relèvent Anthony Glinoer et Vincent Laisney, le « geste est sans précédent : ni les romantiques ni les Parnassiens n’avaient eu l’idée – l’audace –, pour se faire connaître du public, de lui révéler son lieu de rassemblement26 ». Véritable construction médiatique, le recueil collectif lance le groupe. En outre Zola a pris soin d’intensifier, dans les mois précédents, la campagne naturaliste en publiant plusieurs textes théoriques dont Le Roman expérimental, véritable « forcing didactique et polémique27 » : appliquant la méthode expérimentale du médecin-biologiste Claude Bernard à la création romanesque, Zola fait du romancier non plus seulement un observateur de la nature humaine, mais aussi un expérimentateur qui « fait mouvoir les personnages dans une histoire particulière, pour y montrer que la succession des faits y sera telle que l’exige le déterminisme des phénomènes mis à l’étude28 ». Quelques années plus tard, Zola proposera une conception plus souple du naturalisme, moins liée au document et au rationalisme scientifique, mais en cette année 1880, il veut frapper les esprits, et frapper fort, au moment même où naît le groupe de Médan. « Nous nous attendons à toutes les attaques, à la mauvaise foi et à l’ignorance dont la critique courante nous a déjà donné tant de preuves. Notre seul souci a été d’affirmer publiquement nos véritables amitiés et, en même temps, nos tendances littéraires », lit-on dans la préface. De fait, même la critique hostile au naturalisme ne peut que prendre acte de cette naissance : la publication des Soirées de Médan « prouve […] l’intention de se poser en école », note Jean Richepin qui a ensuite beau jeu de

  • 29 Jean Richepin, Gil Blas, 21 avril 1880.

blâmer cette façon de se présenter au public à la queue-leu-leu derrière un homme arrivé. Cela fait trop penser aux débiles qui, dans une foule, emboîtent le pas à quelque solide gaillard pour profiter de la trouée qu’il a su faire. Cela donne aux cinq jeunes naturalistes l’allure de gens qui battent monnaie avec la réputation d’un maître. Cela les ravale au rôle d’élèves. Or cette allure et ce rôle me semblent indignes d’eux29.

25Quant à Émile Bergerat, il se livre dans le Voltaire du 13 mars 1881 à une attaque en règle du mythe médanien : « Médan près de Poissy est un lieu d’aisance et de plaisance, où de jeunes fanatiques, prosternés jours et nuits devant un cheik constipé écoutent les gargouillades sacrées de son ventre et tâchent de les imiter par des bruits de bouche similaires ». Féroce, le tableau n’en atteste pas moins l’existence du groupe. « Ennemis utiles, merci ; n’ont-ils pas révélé notre existence à la foule, attiré l’attention sur nos œuvres, préparé notre succès », écrit Alexis, l’un des six, dans le Gil Blas du 22 avril 1881.

  • 30 Voir René-Pierre Colin, Zola, renégats et alliés, op. cit., p. 227.
  • 31 Anthony Glinoer, Vincent Laisnay, L’Âge des cénacles, op. cit., p. 555.

26Quelle est la fin de l’histoire ? Le groupe de Médan va commencer à se désagréger dès les mois suivants, alors que l’étoile du maître est à son zénith. Médisances et rancœurs s’accumulent, encouragées par les aînés, Goncourt tout particulièrement. Quant aux autres auteurs des Soirées de Médan, soit ils peinent à se faire un nom – Céard, Alexis, Hennique –, soit ils s’éloignent de la stricte obédience naturaliste : Maupassant s’en libère dès la notoriété acquise30 ; quant à Huysmans, il ouvre avec À Rebours une nouvelle page littéraire de sa carrière. « Le combat est collectif, la gloire est individuelle31 ».

  • 32 Paris, First Éditions, 2005. On citera également, par exemple, 100 fiches sur les mouvements littér (...)

27Le groupe de Médan a donc constitué un instrument esthétique et publicitaire particulièrement efficace entre les mains de Zola : le romancier a su maîtriser la constitution d’un récit, au moment même où il parvenait à imposer le mouvement naturaliste dans le champ littéraire. Certes la désagrégation fut pour lui une déception, l’amère fin de L’Œuvre (1885) l’atteste, comme la progressive métamorphose de Médan en tour d’ivoire – du moins jusqu’à l’affaire Dreyfus. Mais la fortune de l’expression « groupe de Médan » dans les manuels d’histoire littéraire incarne bien la réussite de l’entreprise zolienne. La date de publication des Soirées de Médan, cette année 1880 au cours de laquelle Zola s’impose dans le champ littéraire comme grand romancier et théoricien naturaliste, tout comme la précision toponymique de leur titre confèrent à l’idée de groupe une solidité inébranlable. La mise au jour par Deffoux et Zavie des dessous bien prosaïques de cette publication ne l’entame en aucune manière. Au fil des manuels d’histoire littéraire, la mention des Soirées de Médan revient systématiquement, même lorsque la présentation du mouvement naturaliste est réduite à un encart d’une demi-page, comme c’est le cas dans La Littérature pour les Nuls32: à l’évidence il s’agit moins d’évoquer une œuvre dont le caractère mineur, en dehors de « Boule de Suif », ne fait pas discussion, que de signaler la prépondérance littéraire de Zola et du naturalisme en 1880.

28Aujourd’hui encore, la « fonction-groupe » dont use l’histoire littéraire oblitère le « groupe » lui-même pour dramatiser le récit de la carrière de Zola et incarner de manière frappante la posture de chef de file qui fut un temps la sienne. Ce « groupe de Médan » est une expression bien utile pour condenser, dans un manuel, un épisode de l’histoire littéraire du dernier quart du xixe siècle. Certes l’identité même des membres de ce groupe fluctue, on l’a vu, puisque tous les jeunes écrivains se réclamant de l’obédience naturaliste n’y figurent pas, tandis que Maupassant ne se considéra jamais réellement comme un disciple de Zola. Mais la « fonction-groupe » joue quand même à plein et permet de condenser efficacement la prégnance symbolique d’une date et la fécondité métonymique d’un lieu pour désigner la prise de pouvoir par Zola, à un moment donné, dans le champ littéraire français.

Haut de page

Notes

1 Pour compléter ce propos, on pourra se reporter aux ouvrages suivants : Léon Deffoux et Émile Zavie, Le Groupe de Médan, Paris, Payot, 1920 ; René-Pierre Colin, Zola, renégats et alliés, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1988 ; René-Pierre Colin, Dictionnaire du naturalisme, Tusson, Du Lérot, 2012 ; Alain Pagès, Zola et le groupe de Médan, Paris, Perrin, 2014 – c’est à ce dernier que j’emprunte le terme « mythe » (voir « Prologue », p. 11).

2 Émile Zola au journaliste Maurice Guillemot dans Villégiatures d’artistes, Paris, Flammarion, 1897, p. 88.

3 Edmond de Goncourt, 20 juin 1881, Journal. Mémoires de la vie littéraire, t. II, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1989, p. 898.

4 Guy de Maupassant, « Les Soirées de Médan. Comment ce livre a été fait », Le Gaulois, 17 avril 1880.

5 L’Aurore, 11 mars 1905, cité par Alain Pagès, Zola et le groupe de Médan, op. cit., p. 11.12.

6 Voir Alain Pagès, Zola et le groupe de Médan, op. cit., p. 196.

7 Émile Zola, L’Œuvre, éd. de Marie-Ange Voisin-Fougère, Paris, Le Livre de Poche, 1996, p. 288.

8 Émile Zola, lettre à B. Baille, juillet 1860, Correspondance, t. I, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 1978, p. 112.

9 Edmond de Goncourt, 28 mai 1879, Journal. t. II, op. cit., p. 825.

10 Joris-Karl Huysmans lettre du 16 décembre 1876, Lettres à Théodore Hannon, Paris, C. Pirot, 1985, p. 35.

11 Sur ce point, voir Christophe Charle, La Crise littéraire à l’époque du naturalisme, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1979, p. 64.

12 Louis de Fourcauld, Le Gaulois, 31 janvier 1877.

13 Barbey d’Aurevilly, Le Constitutionnel, 29 janvier 1877.

14 Émile Zola, préface de Thérèse Raquin [1868], Paris, Gallimard, coll. Folio, 1979, p. 29.

15 Alain Pagès, Zola et le groupe de Médan, op. cit., p. 136.

16 Edmond de Goncourt, 16 avril 1877, Journal, t. II, op. cit., p. 736.

17 Sur ce point, voir Alain Pagès, Zola et le groupe de Médan, op. cit., p. 139.

18 Le Bien public, 30 octobre 1876, repris dans Le Naturalisme au théâtre, Œuvres complètes, t. 10, Paris, Nouveau monde éditions, 2004, p. 102.

19 Émile Zola, lettre à H. Céard, 16 juillet 1877, Correspondance, t. III, Montréal, Paris, Presses de l’Université de Montréal/CNRS, 1982, p. 78.

20 Ibid.

21 Lettre du 2 septembre 1877, ibid., p. 189.

22 Edmond de Goncourt, 19 février 1877, Journal, t. II, op. cit., p. 729.

23 Émile Zola, préface de L’Assommoir, [1877], Paris, Gallimard, coll. Folio, 1978, p. 18.

24 Joris-Karl Huysmans, L’Actualité, Bruxelles, 11 mars-18 avril 1877.

25 Anthony Glinoer et Vincent Laisney, L’Âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Paris, Fayard, 2013, p. 165.

26 Ibid.

27 Henri Mitterand, Zola et le naturalisme, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1986, p. 28.

28 Émile Zola, Le Roman expérimental, Œuvres complètes, t. 9, Paris, Nouveau monde éditions, 2004, p. 327.

29 Jean Richepin, Gil Blas, 21 avril 1880.

30 Voir René-Pierre Colin, Zola, renégats et alliés, op. cit., p. 227.

31 Anthony Glinoer, Vincent Laisnay, L’Âge des cénacles, op. cit., p. 555.

32 Paris, First Éditions, 2005. On citera également, par exemple, 100 fiches sur les mouvements littéraires, publié chez Bréal en 2017 : « Destiné à prouver la cohérence et la valeur littéraire du mouvement, le recueil de nouvelles intitulé Les soirées de Médan (1880) est considéré comme un manifeste naturaliste. Le titre évoque les réunions du groupe dans la maison de campagne [de] Zola » (p. 129).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Ange Fougère, « Le groupe de Médan : histoire d’une histoire »COnTEXTES [En ligne], 31 | 2021, mis en ligne le 15 octobre 2021, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10433 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.10433

Haut de page

Auteur

Marie-Ange Fougère

Université de Bourgogne-Franche-Comté/CPTC

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search