Navigation – Plan du site

AccueilHors dossierVariaL’autosociobiographie, une forme ...

L’autosociobiographie, une forme itinérante

Philipp Lammers et Marcus Twellmann

Texte intégral

L’émergence d’un genre littéraire : l’autosociobiographie

1Est-il possible d’écrire l’histoire d’un genre littéraire naissant ? Nous constatons que les études littéraires ont souvent contribué à la création d’une forme littéraire et de son histoire. Elles ont notamment été impliquées dans la détermination des critères d’appartenance à ce genre et lui ont parfois même donné son nom. Nommer et décrire une forme littéraire implique l’affirmation que la forme en question existe bel et bien. Dans le cas d’un genre émergent, une telle affirmation tend à se révéler juste, puisque les descriptions et les caractéristiques attribuées à ce genre par la recherche littéraire apportent une contribution, aussi minime soit-elle, à l’émergence de leur sujet. Tout commentaire apporté à ce genre, soit-il négatif, critique, voire dédaigneux, postule néanmoins que la forme thématisée existe. La présente contribution n’échappe pas non plus à cette logique. La forme naissante en question, à laquelle se consacre notre article, est l’« autosociobiographie ». Nous estimons qu’elle mérite une attention particulière car elle ouvre des perspectives précieuses sur les dynamiques sociales et littéraires mondiales du passé récent et du présent.

  • 1 Annie Ernaux, L’Écriture comme un couteau. Entretien avec Frédéric-Yves Jeannet, Paris, Gallimard, (...)
  • 2 Cet article est issu du projet de recherche NOMIS « Traveling Forms » (Formes itinérantes, voir : h (...)
  • 3 Voir Rebecca L. Walkowitz, Born Translated. The Contemporary Novel in an Age of World Literature, N (...)
  • 4 Margaret Cohen, « Travelling Genres », New Literary History, 2003, no 34, p. 481-499.

2En France, l’autosociobiographie est inextricablement liée à certains textes d’Annie Ernaux, qui a forgé cette désignation elle-même1. Cependant, le présent article ne se fonde pas sur cette seule désignation, mais décrit plutôt comment un genre correspondant (« Autosoziobiographie ») s’est développé en Allemagne. Il propose ensuite une vision élargie et transnationale de ce genre potentiel qu’est l’autosociobiographie, en partant de l’hypothèse qu’il s’agit là d’une forme itinérante2. Dans ce qui suit, il s’agira donc moins d’une lecture attentive de textes autosociobiographiques que d’une réflexion sur les possibilités et les limites de l’étude de cette forme itinérante. Certaines œuvres littéraires individuelles3 sont « nées en traduction » (born in translation) – notre article montrera que c’est le cas aussi de certains genres, définis plus précisément comme « genres voyageurs » (traveling genres)4. Nous présumons dans ce qui suit que l’autosociobiographie émerge tout d’abord dans les processus de traduction. En premier lieu, nous verrons comment cette forme traverse les frontières nationales, de la France à l’Allemagne. Ensuite, les éléments et les concepts centraux du genre seront examinés. En troisième lieu, les questions méthodologiques soulevées par l’analyse des formes itinérantes seront discutées, notamment à travers l’exemple de la réception de Richard Hoggart en France. Enfin, nous tenterons d’esquisser une macro-perspective afin de démontrer pour quelles raisons les études littéraires devraient, au-delà des genres et des textes particuliers, s’intéresser également aux conditions institutionnelles de leur diffusion mondiale.

Un caprice allemand ?

  • 5 Qu’on se souvienne également du succès de la mise en scène par Thomas Ostermeier, succès remarqué e (...)
  • 6 Voir les nouvelles traductions en allemand de Sonja Finck chez Suhrkamp depuis 2017, https://www.su (...)
  • 7 Pierre Bourdieu, Ein soziologischer Selbstversuch, Francfort, Suhrkamp, 2002.

3En Allemagne, le terme « autosociobiographie » est avant tout associé au nom de Didier Eribon. Retour à Reims (Fayard, 2009) a été accueilli chaleureusement par le public germanophone5. Aux yeux des lecteur·rice·s allemand·e·s, une généalogie se dessinait : une nouvelle traduction des textes d’Annie Ernaux, plus proche de l’original6, est parue après le succès de Retour à Reims, pouvant donc donner l’impression de textes « prédécesseurs ». Les textes d’Édouard Louis ont été considérés comme un prolongement de cette démarche. On a également relu l’œuvre de Pierre Bourdieu, notamment son Esquisse pour une auto-analyse, parue en traduction allemande avant que la version française ne soit publiée7.

  • 8 Daniela Dröscher, Zeige deine Klasse. Die Geschichte meiner sozialen Herkunft, Hambourg, Hoffman un (...)
  • 9 Carlos Spoerhase, « Politik der Form : Autosoziobiografie als Gesellschaftsanalyse », Merkur 2017, (...)

4C’est notamment le livre de Didier Eribon qui a trouvé des imitateur·rice·s en Allemagne. Daniela Dröscher par exemple se réfère explicitement à Didier Eribon dans Zeige deine Klasse. Die Geschichte meiner sozialen Herkunft (Montre ta classe. L’histoire de mon origine sociale). Christian Baron, journaliste et auteur de Ein Mann seiner Klasse (Un homme de sa classe), est souvent comparé à l’auteur de Retour à Reims8. Tous deux relient leur propre histoire familiale à celle, plus générale, de leur classe sociale. Or, l’intérêt de la recherche littéraire en Allemagne pour ce genre nouveau avait déjà été éveillé auparavant. Dans un essai de 2017, Carlos Spoerhase qualifie certains textes récents d’« autosociobiographies ». Le terme est probablement dérivé indirectement d’Annie Ernaux, mais sans établir de lien explicite avec elle. Outre Didier Eribon et Édouard Louis, des textes tels que Hillbilly élégie, de J.D. Vance, en font également partie9. C’est précisément dans le contexte de cette discussion très animée que se situe le présent article : l’autosociobiographie est-elle un caprice allemand ?

  • 10 Voir tout récemment le dossier de Bénédicte Terrisse et Elisabeth Kargl qui contient aussi des disc (...)
  • 11 Véronique Montémont, « Autosociobiographie », Dictionnaire de l’autobiographie. Écritures de soi de (...)
  • 12 Voir par exemple Dominique Viart, « Récits de filiation », La littérature française au présent : hé (...)

5L’intérêt marqué du public allemand pour les auteurs susmentionnés, notamment pour Didier Eribon, est connu en France. Or, la discussion autour d’un genre « français » prétendument émergent l’est moins10. Pourtant, on constate dans les études françaises des efforts pour élargir le concept d’autosociobiographie au-delà des textes d’Annie Ernaux11. Il est fort possible que le débat allemand sur l’autosociobiographie, dans la mesure où il est perçu en France, y suscite l’incompréhension et soit attribué à une connaissance très partielle de la littérature française. À juste titre ? En effet, une réception sélective génère des chevauchements et des contradictions. Les traits caractéristiques de ce que l’on a nommé en France le « récit de filiation », la restitution des origines ou la mort d’un proche comme déclencheur du récit12, apparaissent dans le contexte germanophone désormais comme traits constitutifs de l’autosociobiographie. Le récit de filiation et ses auteur·e·s y sont, en revanche, très peu connus.

L’histoire du genre, une histoire de traductions

  • 13 Voir Michel Espagne et Michael Werner (dir.), Transferts : les relations interculturelles dans l’es (...)

6L’étude des transferts culturels a montré que ce qui pouvait être perçu comme des malentendus mérite d’être examiné de plus près13. L’autosociobiographie est, dans un premier temps, l’invention allemande d’un genre français. Plus précisément, nous avons affaire à une traduction sans original. Une telle vision des choses permet d’appréhender positivement les différences qui surviennent dans les processus de traduction. Ce concept soulève également des doutes quant aux récits des origines. Ces derniers assument souvent une fonction de mythe fondateur. Ils contribuent à la stabilité des genres littéraires en permettant de répondre à la question de ses caractéristiques par l’identification à un texte paradigmatique, et donc également à la question de l’appartenance générique. De tels récits mythiques font partie de l’histoire des genres littéraires. Le cas échéant, l’histoire littéraire doit les prendre en compte. Cependant, ils ne fournissent aucune information sur le processus de création proprement dit. Au contraire, ils tendent à masquer les débuts épars et une évolution continue du genre au fur et à mesure qu’il se développe.

  • 14 Anders Pettersson, « Conclusion : A Pragmatic Perspective on Genres and Theories of Genre », Litera (...)

7L’autosociobiographie, par exemple, n’est ni d’origine française ni d’origine allemande. Comme nous le montrerons, la traduction de certains textes français en allemand a été précédée d’une traduction d’un texte anglais en français. C’est avec The Uses of Literacy (1957) que Richard Hoggart a contribué de manière significative à l’émergence de la forme autosociobiographique. Cependant, il ne s’agit pas rendre à un prétendu créateur du genre ce qui lui reviendrait, mais démontrer que nous avons affaire à un genre littéraire transnational, voire mondial, qui doit être examiné en tant que tel. Au lieu de particulariser l’invention allemande en la faisant remonter à des circonstances contingentes, nous souhaitons mettre à l’épreuve l’hypothèse du caractère transnational du genre autosociobiographique. Enfin, les concepts qui pourraient convenir à une étude de la littérature mondiale ne peuvent être développés qu’à partir de contextes particuliers14.

  • 15 Voir Carlos Spoerhase, « Akademische Aufsteiger: scholarship boys als literarische Sozialfiguren de (...)
  • 16 Voir par exemple Michelle Perrot, « L’air du temps », Essais d’Ego-histoires, Pierre Nora (dir.), P (...)

8Si nous considérons le « caprice » allemand autour de l’autosociobiographie comme une opportunité à saisir, nous pouvons élargir le corpus de ce genre sans mythe fondateur et y inclure des textes qui n’ont aucun lien direct avec ceux mentionnés jusqu’à présent. Une enquête sur le genre en question devra couvrir des développements parallèles largement indépendants et ce à l’échelle mondiale – par exemple, des livres comme Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe (2021) de Rose-Marie Lagrave, Respectable. Crossing the Class Divide (2017) de Lynsey Hanley et Hunger of Memory (1982) de Richard Rodriguez. Malgré leurs approches très différentes, tou·te·s ces auteur·e·s sont lié·e·s par le fait qu’ils et elles ont lu l’œuvre de Richard Hoggart15. Cependant, même des œuvres tels que Where we stand : Class matters (2000) de bell hooks, qui n’ont aucun lien généalogique avec le texte anglais de Richard Hoggart, doivent être prises en considération. En outre, des textes jusqu’ici attribués à d’autres genres, tels que les textes de l’ego-histoire ou le récit de filiation, pourront entrer en ligne de compte16. Quel lien entre ces textes pourtant si différents ? Certes, nos classifications sont contingentes, mais elles reposent sur un concept préalable de ce genre littéraire. Tous les textes nommés opèrent avec la notion de « classe sociale » et, jointe à elle, avec celle de la « frontière » (à la fois sociale et géographique), constituant ainsi un genre entre l’analyse sociologique et le récit littéraire. Pour parvenir à une définition, il est donc nécessaire de comprendre comment ces concepts politiques et socio-économiques s’inscrivent dans la forme littéraire.

Éléments de définition : concepts et contextes

  • 17 Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Librairie Droz, 1972, p. 189.
  • 18 Voir la citation correspondante de Bourdieu dans Pierre Bergounioux et Gabriel Bergounioux, Pierre (...)
  • 19 Le titre de Christian Baron « Un homme de sa classe » (Ein Mann seiner Klasse), par exemple, expliq (...)
  • 20 Annie Ernaux, L’Écriture comme un couteau, op. cit., p. 42.

9« L’histoire de l’individu [n’est] jamais qu’une certaine spécification de l’histoire collective de son groupe ou de sa classe17. » La mise en perspective du collectif à travers l’individuel, telle qu’illustrée par Pierre Bourdieu, est au cœur du genre autosociobiographique. Des auteur·e·s aussi divers·e·s qu’Annie Ernaux, Pierre Bergounioux18 ou Christian Baron19 tentent d’examiner leur propre vie et celle de leur famille en fonction des structures sociales desquelles il·elle·s sont issu·e·s. Dans le cas d’Annie Ernaux, le terme « auto-socio-biographique » lui-même vise à la mise en œuvre de cette prémisse dans son œuvre littéraire20. Le concept d’habitus, que Pierre Bourdieu a lié à une nouvelle théorie des classes sociales, est évidemment d’une grande importance pour l’autosociobiographie. Une attention particulière est accordée à la dimension culturelle des différences sociales. Les autosociobiographes utilisent le concept de classe, transféré dans la sphère culturelle, de manière programmatique pour interpréter leur propre trajectoire. Cette dernière est imaginée de manière topologique ; l’individu franchit une frontière entre milieux sociaux. Le sujet central des récits est souvent, comme le suggère le titre de l’ouvrage de Didier Eribon, le « retour ».

  • 21 Voir la critique de Chantal Jaquet concernant l’expression de l’« ascension » sociale et du « trans (...)

10Conformément au modèle de récit traditionnel du « nostos », l’auteur décrit un second franchissement de la frontière, ou bien son récit est conçu comme un retour mental au pays. Le héros ou l’héroïne, transformé·e par l’« ascension21 » sociale subie, revient en visite et se trouve en rupture avec son milieu social d’origine. Or, la culture de la « nouvelle » classe sociale restera également étrangère pour le ou la transfuge de classe. C’est déjà le cas de Richard Hoggart, qui décrit sa mobilité sociale grâce à l’éducation. La figure du boursier (scholarship boy) qu’il introduit est caractérisée par une ambivalence que les textes ultérieurs racontent également : le transfuge de classe souffre d’un double manque d’appartenance.

Limites à la diffusion de la forme littéraire

  • 22 Voir l’ouvrage de Jules Naudet qui compare la mobilité sociale ascendante à l’échelle international (...)

11L’importance du motif de la frontière sociale et de son franchissement nous permet de réfléchir sur la diffusion du genre autosociobiographique. Il n’est susceptible de se répandre que dans les sociétés qui peuvent se décrire de manière plausible comme des sociétés de classe22. Plus encore, le fait que l’histoire porte sur le franchissement des frontières sociales grâce à l’éducation est susceptible d’entraver la diffusion de cette forme littéraire. La mobilité sociale des milieux défavorisés repose en effet sur des conditions sociales préalables, qui n’existent pas dans la même mesure dans le monde entier. L’autosociobiographie nous semble, en somme, être un effet de la démocratisation de l’enseignement scolaire et universitaire (« explosion scolaire »), poursuivie par l’État-providence après la Seconde Guerre mondiale.

12Dans quelle mesure s’agit-il donc d’un genre de la littérature mondiale ? Sans doute cette forme littéraire se retrouve principalement dans les riches nations industrialisées qui se sont définies elles-mêmes comme « premier monde » dans le contexte de la guerre froide. L’accès à l’éducation est ouvert à une part encore plus large de la population dans le « deuxième monde » de l’Union soviétique et de ses alliés, qui, comme on le sait, ne se considéraient pas comme des sociétés de classes. Toutefois, si l’approche présentée ici s’avère fructueuse, des études comparatives de plus grande envergure pourraient être entreprises, incluant également ce que l’on appelait autrefois le « tiers monde » des anciennes colonies et des « pays en voie de développement ». De cette façon, il serait possible de préciser quels facteurs sociaux ont contribué à l’émergence de l’autosociobiographie.

Un genre né après la fin du boom économique

13Dans quel contexte historique émerge ce genre nouveau ? Il s’agit d’un phénomène qui surgit largement après la fin de l’essor économique de l’après-guerre. Certes, Richard Hoggart a fait ses études avant le boom économique qui a débuté après la Seconde Guerre mondiale et qui a duré trois décennies. L’auteur de The Uses of Literacy, ouvrage qui reflète sa propre expérience, a pu poursuivre ses études dans l’enseignement secondaire et à l’université grâce à une bourse des autorités locales de la ville de Leeds. Cependant, ce n’est qu’avec les politiques éducatives expansionnistes de l’après-guerre que l’on voit apparaître un grand nombre de trajectoires sociales comparables23. Leur effet sur la littérature n’est naturellement perceptible qu’avec un certain retard. Tandis que des fictions consacrées aux mobilités sociales apparaissaient déjà pendant les Trente Glorieuses24, peu d’autosociobiographies « factuelles » ont été écrites pour autant que nous puissions le constater. Le boom littéraire n’a donc commencé qu’après la fin du boom économique. Le fait que le texte de Richard Hoggart n’ait été traduit en France qu’en 197025, à un moment où la fin de la période de croissance économique s’annonçait clairement, nous semble être significatif. Dans le monde anglophone, l’œuvre de Richard Hoggart connaît également un écho différé ; une vague d’autosociobiographies est publiée dans les années 1980, représentée de manière remarquable par le texte de Carolyn Steedman, Landscape for a good woman.

14Sans aucun doute, ce nouvel intérêt pour les classes sociales et l’éducation est dû au changement global de la situation politique et économique à partir des années 1970. L’« ascenseur social » pouvait désormais être décrit comme un fait historique – et non plus comme une réalité. Cependant, cette situation offrait et offre encore un potentiel pour les récits consacrés au fait social : les histoires individuelles de mobilité ascendante s’inscrivent sur la toile de fond d’une conjoncture économique collective désormais passée ou menacée. Malgré le caractère critique des textes, de nombreuses autosociobiographies expriment une reconnaissance envers l’État-providence. Rose-Marie Lagrave, par exemple, interrompt à plusieurs reprises le récit de sa trajectoire en tant que transfuge de classe féministe :

  • 26 Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe, Par (...)

Toutefois, sans le contexte de plein emploi et l’essor de l’État-providence durant ces années, appelées non sans raison, quoique abusivement, Trente Glorieuses, rien n’eût été envisageable ; le rappeler n’est que justice, face à un moment, celui de l’écriture, où, sous mes yeux, se détricotent la solidarité, la redistribution et la justice sociale qui caractérisaient davantage cette période26.

  • 27 Liz Heron, « Introduction », Truth, Dare or Promise. Girls Growing Up in the Fifties, Londres, Vira (...)

15Que ce type de prise de position soit fondamental pour tout le genre autosociobiographique est également démontré par l’anthologie anglaise Truth, Dare or Promise. Girls Growing Up in the Fifties. Chacune des auteures décrit une « expérience de la mobilité entre les classes sociales » différente. Tous les textes s’accordent cependant sur une césure historique. Cinq ans après l’élection de Margaret Thatcher, on dresse le bilan d’une époque révolue et de ses perspectives d’avenir perdues. « Nous avions confiance en l’avenir », écrit Liz Heron dans sa préface, « une confiance qui a été sévèrement ébranlée depuis la fin des années 1970. La récession économique de la Grande-Bretagne et les ravages d’un gouvernement de droite sur les fondations de l’État-providence qui nous a nourri étaient, jusqu’alors, impensables27. »

Le néolibéralisme comme adversaire commun

  • 28 David Harvey, A Brief History of Neoliberalism, Oxford/New York, Oxford University Press, 2005, p.  (...)
  • 29 Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant, « La nouvelle vulgate planétaire », Le Monde diplomatique, 12 mai (...)

16Si l’on compare les passages cités de Liz Heron et de Rose-Marie Lagrave, on constate que toutes deux – à des moments très différents – traitent de la victoire d’un nouveau régime politique et économique, réduit souvent au terme de néolibéralisme, terme aussi inadéquat qu’indispensable. D’après David Harvey, il s’agit avant tout « d’un projet politique visant à rétablir les conditions de l’accumulation du capital et à restaurer le pouvoir des élites économiques28. » L’utilisation programmatique du concept de classe sociale dans les autosociobiographies doit être comprise comme une réaction à ce régime et à son langage. « La diffusion de cette nouvelle vulgate planétaire – dont sont remarquablement absents capitalisme, classe, exploitation, domination, inégalité, autant de vocables péremptoirement révoqués sous prétexte d’obsolescence ou d’impertinence présumées – est le produit d’un impérialisme proprement symbolique29 », remarquait Bourdieu dans l’une de ses dernières interventions journalistiques.

17Chez Annie Ernaux par exemple, l’émergence de cette nouvelle vulgate devient plus tard un objet de mémoire :

  • 30 Annie Ernaux, Les Années, Paris, Gallimard, 2008, p. 147.

Il n’y avait rien à attendre des « idéologies » et de leur « langue de bois ». La « lutte des classes », l’« engagement », l’opposition « capital et travail » suscitaient des sourires de commisération. À force de ne plus être utilisés, des mots paraissaient dépourvus de sens. D’autres arrivaient et s’imposaient pour évaluer les individus et les actes, la « performance », le « défi », le « profit »30.

  • 31 Daniela Dröscher, Zeige deine Klasse, op. cit., p. 19.
  • 32 Christian Baron, Proleten, Pöbel, Parasiten. Warum die Linken die Arbeiter verachten, Berlin, Das N (...)
  • 33 Ibid., p. 16.

18L’autosociobiographe allemande Daniela Dröscher déclare : « Au cours de la période allant approximativement de 1981 à 2000, il ne semblait pas y avoir de distinctions de classe dans le discours officiel en Allemagne. La classe sociale était censée être devenue la couche sociale31. » Christian Baron tire lui de cette circonstance un devoir pour les autosociobiographies : « L’Allemagne ne peut [...] être décrite que comme une société de classes32. » D’après lui, la classe ouvrière est constituée précisément de tous ceux « qui ont été amenés pendant des décennies à ne pas se considérer comme faisant partie de la classe ouvrière33 ». Un but central de l’autosociobiographie semble donc consister à remettre sur le devant de la scène un fait longtemps occulté, à savoir la persistance des différences entre les classes sociales, et de faire prendre conscience à ses lecteur·rice·s de leur propre appartenance de classe.

Éléments de la forme autosociobiographique

  • 34 Voir Marcus Twellmann, « Assemblage (Collage, Montage): für einen neuen Formalismus », Deutsche Vie (...)
  • 35 Dominique Viart, « L’illusion biographique », art. cit., p. 223.
  • 36 Raymond Williams, « Fiction and the Writing Public (a review of The Uses of Literacy) », Essays in (...)
  • 37 Fabrice Thumerel, Le champ littéraire français au xxe siècle, Éléments pour une sociologie de la li (...)
  • 38 Annie Ernaux, La place, Paris, Gallimard, 1983, p. 24.
  • 39 Annie Ernaux, L’écriture comme un couteau, op. cit., p. 74.

19L’imaginaire des classes sociales et de leurs frontières fait donc partie intégrante d’une forme que nous pouvons considérer comme un agencement temporairement stable d’éléments hétérogènes34. S’applique à cette forme ce que Dominique Viart a appelé provisoirement « narranalyse » à propos du récit de filiation : une combinaison hétérogène de narration et d’analyse (sociologique)35. Cette hétérogénéité irritait encore les lecteur·rice·s dans la phase initiale de l’histoire du genre. Dans son compte-rendu de The Uses of Literacy, Raymond Williams a noté une « confusion des formes », perceptible dans le vacillement parfois hésitant « entre fiction ou autobiographie d’une part, et sociologie d’autre part »36. Cette irritation peut être considérée comme productive pour la façon dont nous pensons l’émergence des formes : elles naissent d’une telle « confusion » et peuvent provoquer à la fois le rejet et l’imitation. Dans le cas présent, l’autosociobiographie réunit des éléments d’origine différente (de la sociologie et de la littérature) dans une relation qui ne laisse aucun des éléments inchangés. La nouvelle forme rassemble par exemple l’identité autobiographique de l’auteur·e, du héros/de l’héroïne et du·de la narrateur·rice, mais aussi un style sobre et simple, qui trouve son apogée chez Annie Ernaux avec l’écriture plate « dictée par volonté politique de fidélité à l’indignité des origines et par souci d’objectivisation sociologique37 ». Un autre élément constitutif de la forme est le rejet de la fiction et du roman : Annie Ernaux part du principe que « le roman est impossible38 » et combine cette prémisse avec un « refus de la fiction et de l’autofiction39 ». Cela distingue les autosociobiographies des textes ayant des thèmes connexes, comme les romans autobiographiques de Raymond Williams. Le premier roman de celui-ci, Border Country, publié en 1960, traite également du franchissement des frontières sociales, mais reprend la tradition du roman réaliste comme alternative à la « confusion des formes » relevée chez Richard Hoggart. Il va de soi que chaque texte agence les éléments susnommés de manière différente ; toute étude textuelle doit donc explorer comment ces éléments hétérogènes se déterminent mutuellement dans chaque cas.

Re-passer les frontières sociales : les concepts de « retour » et de « classe »

  • 40 Fabrice Thumerel, « Retour à/Retour sur… Sociogenèse d’un paradigme heuristique. Retour à Reims de (...)
  • 41 Voir les modèles romanesques dont se sert Chantal Jaquet afin de comprendre les causes de la « non- (...)
  • 42 Iouri Lotman, La Structure du texte artistique, trad. du russe par Anne Fournier et al, Paris, Gall (...)
  • 43 Ibid., p. 332.
  • 44 Ibid., p. 330.
  • 45 Ibid., p. 327.
  • 46 Ibid., p. 333.
  • 47 Voir Julia Reuter, « Literarische Selbstzeugnisse von Bildungsaufsteiger*innen zwischen Autobiograp (...)
  • 48 Michel Foucault, « Préface à la transgression », Dits et Écrits. 1954-1988, t. 1, 1954-1969, Daniel (...)

20Deux éléments qui structurent souvent les récits autosociobiographiques méritent une attention particulière : le double retour (physique et mental) du protagoniste dans son milieu d’origine40 et le concept de classe sociale, avec ses implications pour la narration. Une première conséquence découle de la combinaison de ces deux éléments : elle crée une image particulièrement statique de la société. À l’exception du transfuge de classe (ou transclasse), la frontière entre les classes sociales peut sembler insurmontable ; la transgression de cette frontière constitue donc un événement particulier et qui mérite d’être raconté41. Le récit d’un monde partagé entre le milieu d’arrivée et celui d’origine rappelle des théories narratives plus anciennes. À la « base de l’organisation interne [de tout texte], se trouve », selon la théorie structurale de Iouri Lotman, « en général le principe d’opposition sémantique binaire42 », c’est-à-dire que le monde représenté est réparti en champs sémantiques, opposés l’un à l’autre. « Dans le texte, ces champs [...] reçoivent vraisemblablement toujours une réalisation spatiale : le monde des pauvres est réalisé sous forme de “faubourgs” [...], le monde des riches sous forme de “[...] palais” ». Lotman part du principe que le « héros actant » se définit par le fait de pouvoir traverser la frontière, normalement « impénétrable », entre ces champs sémantiques : « le héros qui rompt avec son milieu social43 ». En revanche, il existe des textes qui ne contiennent aucune transgression, textes « sans sujet » dans la terminologie de Lotman. Ceux-ci ont « un caractère nettement classificateur, ils affirment un monde et son agencement44 ». Selon le théoricien structuraliste, les textes contenant un franchissement de frontière45 sont « révolutionnaires » et remettent donc en question l’« image du monde46 ». La conviction que le genre possède un potentiel transgressif est souvent alimentée par la recherche47. On pourrait objecter à cela avec Michel Foucault que : « La limite et la transgression se doivent l’une à l’autre la densité de leur être48. » Toute transgression racontée présuppose une frontière et la rend particulièrement visible. La narration classifie. L’image spatiale des milieux sociaux et de la frontière contribue à la substantialisation des différences sociales. Le héros ou l’héroïne se déplace entre différents quartiers de la ville ou entre capitale et province. La forme narrative des autosociobiographies contribue à l’objectif des auteur·e·s, à savoir rappeler l’existence des sociétés de classe : la possibilité d’un « retour » dans l’espace d’origine apporte une preuve narrative à l’existence de classes distinctes.

  • 49 Christian Baron, Maria Barankow, « Vorwort », Klasse und Kampf, Christian Baron et Maria Barankow ( (...)
  • 50 Voir Rita Felski, « Recognizing Class », New Literary History, 2021, no 52/1, p. 95-117.
  • 51 Andreas Reckwitz, La société des singularités. Une transformation structurelle de la modernité, tra (...)
  • 52 Oliver Nachtwey, Die Abstiegsgesellschaft. Über das Aufgebehren in der regressiven Moderne, Berlin, (...)

21L’autosociobiographie s’avère être une forme littéraire qui traite d’actes individuels de franchissement des frontières sociales, mais qui tend à immobiliser ainsi l’ordre des classes sociales. Une rhétorique de l’intervention entre en tension avec une logique de la reconnaissance. Ainsi, la mobilisation d’une rhétorique marxiste dans le titre programmatique du volume collectif Klasse und Kampf (« Classes et lutte ») n’est suivie de rien d’autre que d’une invitation à la compassion : « Nous voulons rendre les griefs tangibles à travers des perspectives personnelles et ainsi lancer une invitation à l’empathie49. » Le fait que le public universitaire en Allemagne soit particulièrement réceptif à ces interventions et récits est probablement lié à la prédominance d’une philosophie sociale de la reconnaissance50. Dans ce contexte, il convient également de mentionner le diagnostic influent d’une « crise du général » dans la « société des singularités ». D’après le sociologue allemand Andreas Reckwitz, la société toute entière, divisée en individus, se dispute désormais l’attention51. Si l’on tient également compte de la description d’une « société du déclin52 », le succès des autosociobiographies en Allemagne n’est donc pas étonnant. Avec ce genre, les lecteur·rices sont les témoins d’un cas singulier représentant ce qui est perçu comme un destin collectif.

L’autosociobiographie : une forme du collectif ?

  • 53 Annie Ernaux, « Vers un je transpersonnel », R.I.T.M. « Autofictions & Cie », 1993, no 6, 1994, p.  (...)
  • 54 Annie Ernaux, L’écriture comme un couteau, op. cit., p. 73.
  • 55 Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Fayard, 2018 [2009], p. 20.
  • 56 Daniela Dröscher, Zeige deine Klasse, op. cit., p. 30.
  • 57 Édouard Louis, « Cinq questions à Édouard Louis », dans Didier Eribon, Retour à Reims, op. cit., p. (...)

22Revenons donc à la question du collectif. Comment réaliser la prétention d’extraire des représentations collectivement valables, « transpersonnelles53 », de vies individuelles ? En d’autres termes, comment la forme littéraire et la forme sociale se combinent-elles dans l’autosociobiographie ? Annie Ernaux n’est pas la seule à souligner « la valeur collective du “je”54 ». Didier Eribon conçoit également la « sphère du privé » comme un lieu qui « nous réinscrit dans la case du monde social d’où nous venons, dans des lieux marqués par l’appartenance de classe, dans une topographie où ce qui semble ressortir aux relations les plus fondamentalement personnelles nous situe dans une histoire et une géographie collectives55 ». De même, Daniela Dröscher affirme que son « drame tranquille » est un drame que « tant de membres de ma génération pourraient raconter, un drame sur la fiction d’une famille “normale”, de la “classe moyenne”56». Cette idée d’une appartenance à un groupe, appartenance oubliée ou refoulée, est liée à l’espoir des auteur·e·s que leur « coming out » social fasse école. Le titre de l’ouvrage de Daniela Dröscher « Montre ta classe » (Zeige deine Klasse) appelle à l’imitation. Et Édouard Louis, dans un entretien inclus dans la nouvelle édition 2018 de Retour à Reims, attribue un effet collectivisant au texte de Didier Eribon : « Je pense que Retour à Reims produit des effets sur une multitude d’individus, qui, tous agrégés, forment un collectif qui ne se connaît pas nécessairement comme collectif, mais qui existe, et qui est là, partout autour de nous57. » Selon Édouard Louis, auteur d’une autosociobiographie dans le sillage de Didier Eribon, le collectif devient perceptible dans l’effet des textes sur les lecteur·rice·s, dont certain·e·s deviennent eux·elles-mêmes auteur·e·s et poursuivent la série des « confessions » : et ego, moi aussi.

  • 58 Ibid., p. IX.
  • 59 Daniela Dröscher, Zeige deine Klasse, op. cit., p. 28.
  • 60 Didier Eribon, Retour à Reims, op. cit., p. 164.
  • 61 Carolyn Steedman, Landscape for a good woman. A Story of Two Lives, New Brunswick, New Jersey, Rutg (...)

23La diffusion de la forme se produit donc principalement par imitatio. Les références des auteur·e·s à leurs prédécesseur·e·s font partie intégrante de leurs « confessions ». Pourtant, le collectif « sériel58 » des autosociobiographes connaît aussi des tensions. Dans la mesure où la catégorie négligée de la classe sociale s’inscrit aujourd’hui dans une logique plus identitaire et individuelle (par exemple dans la triade souvent réunie de « race, classe, genre »), la réflexion sur le collectif va de pair avec la distinction individuelle. Pour reprendre les mots de Daniela Dröscher : « L’histoire de mon origine est tout aussi spéciale que chaque personne et chaque origine est spéciale59. » La spécificité de chacun·e doit être représentée en dépit de son appartenance à un collectif. La forme autosociobiographique est donc caractérisée par le fait qu’elle incite tout d’abord à l’identification et appelle à l’imitatio. Cependant, presque tous les textes du genre autosociobiographique prétendent plutôt à une aemulatio au sens d’un défi critique envers leurs prédécesseur·e·s. Didier Eribon fonde Retour à Reims sur l’Esquisse pour une auto-analyse de Pierre Bourdieu, mais révèle les lacunes de cet écrit : « J’ai retrouvé, dans le petit livre que Pierre Bourdieu termina et envoya à son éditeur allemand un mois avant sa mort, Esquisse pour une auto-analyse, une image grossière de ce que j’avais vécu. [...] Hélas, Bourdieu ne pousse pas assez loin, ici, l’auto-analyse60 ». Carolyn Steedman et Rose-Marie Lagrave se reconnaissent d’abord dans les textes de leurs prédécesseur·e·s, mais les défient avec leurs propres textes. Ce faisant, il·elle·s font évoluer la forme autosociobiographique : Landscape for a good woman de Carolyn Steedman reprend Landscape with Figures de Richard Hoggart, mais formule une critique acerbe du texte de Hoggart, qu’elle considère comme étant imprégné de clichés : « La lourdeur des temps se trouve dans les pages de The Uses of Literacy. Les rues sont toutes les mêmes, rien ne change61. » L’identification première de Rose-Marie Lagrave aux transfuges de classe tels que Didier Eribon suit la même logique de différenciation :

  • 62 Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir, op. cit., p. 13.

Tout me portait à une lecture identificatrice avec des auteurs et des autrices devenus universitaires. [...] Cette impression s’est estompée à mesure que j’imprimais à ces œuvres une réflexivité qui en dévoilait les lacunes, les non-dits, et parfois les biais inconscients. [...] je ne suis pas issue d’un milieu ouvrier et je suis une femme [...]62.

  • 63 Voir par exemple les analyses de Jérôme Meizoz, « Annie Ernaux : posture de l’auteure en sociologue (...)

24Certes, la pratique d’une imitatio qui surpasse son modèle, ou aemulatio, est aussi vieille que la poésie elle-même. Mais, dans le cas présent, cette pratique révèle un aspect des conditions socio-politiques de la forme littéraire. Si le « mouvement » littéraire de l’autosociobiographie se dresse contre le régime néolibéral, il est permis de se demander s’il peut échapper aux conditions de concurrence imposées par celui-ci. L’étude de l’autosociobiographie doit donc aller au-delà du programme politico-poétique du genre et s’interroger sur sa pratique réelle et ses effets. Les textes individuels, liés par l’imitation sérielle, contribuent-ils effectivement à une entreprise collective critique ? Ou bien l’aemulatio autosociobiographique se rapprocherait-elle de la survalorisation néolibérale du singulier contre laquelle l’autosociobiographie avait pourtant renouvelé le concept de classe sociale ? Les efforts de certain·e·s auteur·e·s comme Annie Ernaux63 de se distinguer de la tradition littéraire s’appuient sur le concept de classe. On est en droit de se demander si la théorie des classes ne sert pas comme ressource permettant à une nouvelle avant-garde de se démarquer du champ existant et de tenter de dépasser une singularité difficilement surpassable.

Considérations méthodologiques : comment penser les formes itinérantes ?

  • 64 Stuart Alexander Rockefeller, « Flow », Current Anthropology, 2011, no 52/4, p. 557-578.
  • 65 Antoine Vauchez, « Le prisme circulatoire. Retour sur un leitmotiv académique », Critique internati (...)
  • 66 Anna Lowenhaupt Tsing, Friction: An Ethnography of Global Connection, Princeton, Princeton Universi (...)

25La relation esquissée entre frontière et transgression n’est pas seulement importante en ce qui concerne le sujet du présent article. Elle est également constitutive de l’approche méthodologique de ce que l’on a nommé les « formes itinérantes ». Que les formes (littéraires) voyagent est remarquable dans la mesure où l’espace traversé est divisé. À l’heure de l’euphorie de la mondialisation, les sciences sociales ont conçu un espace lisse de « flux » (flows), inspiré des théories managériales64. Or, ceux·elles qui prônent l’étude de la circulation des formes littéraires à l’échelle internationale doivent avoir à l’esprit que leur devise méthodologique s’inscrit dans le cadre de puissants impératifs. La « circulation » est le leitmotiv d’une politique d’internationalisation et donc « indissociablement un mot d’ordre des stratégies d’internationalisation qu’il prétend décrire65 ». En contrepartie de l’image d’un espace lisse de « flux », d’autres études ont souligné combien tous les processus de traduction de formes et d’idées sont complexes et soumis à des « frictions66 ». Pour le contexte qui nous intéresse ici, les théories méthodologiquement orientées vers les frontières nationales peuvent donc également être prises en considération.

Penser les formes itinérantes : Une question d’échelle

  • 67 Gisèle Sapiro, « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l (...)
  • 68 Voir le dossier « La littérature au-delà des nations. Hommage à Pascale Casanova », Claire Ducourna (...)
  • 69 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 2008 [1999].
  • 70 Gisèle Sapiro, « How Do Literary Works Cross Borders (or Not)? A Sociological Approach to World Lit (...)
  • 71 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de l (...)
  • 72 Gisèle Sapiro, « The Transnational Literary Field between (Inter)-nationalism and Cosmopolitanism » (...)

26Bien que le concept de « champ » ne l’exige pas67, les études de Pierre Bourdieu s’appuient généralement sur l’hypothèse de l’existence de frontières et de champs nationaux. Cette perspective permet, en retour, de partir de la nation pour aller « au-delà » d’elle68. Ainsi, Pascale Casanova a décrit une compétition internationale des littératures et les relations hégémoniques entre les centres mondiaux et les périphéries69. On peut également se demander, comme Gisèle Sapiro, comment les œuvres littéraires traversent les frontières70. Pierre Bourdieu lui-même a suscité le débat avec son essai sur la circulation internationale des idées. Dans ce dernier, il part du principe de « nationalismes intellectuels profonds71 » et d’une lutte internationale pour la suprématie intellectuelle. Entre-temps, les concepts de champs transnationaux et mondiaux ont été développés72.

  • 73 Daniela Dröscher, Zeige deine Klasse, op. cit., p. 20. Nous soulignons.

27Il est important pour les travaux futurs sur le voyage des formes de préciser l’échelle appropriée. La question de savoir si les frontières nationales doivent être prises en compte dépend du sujet traité. Il est essentiel de tenir compte des démarcations et des échelles que les acteur·rice·s eux·elles-mêmes établissent. Dans le cas de l’autosociobiographie, il semble donc approprié d’inclure la frontière comme une donnée de l’étude. Daniela Dröscher, par exemple, écrit : « Le sociologue français Didier Eribon a ouvert une porte dans ce pays. Les gens parlent à nouveau des différences sociales73. » Bien que Didier Eribon soit perçu comme auteur dans le même genre littéraire, il est en même temps situé en tant que Français, donc de l’autre côté d’une frontière nationale, au-delà de laquelle d’autres catégories prévalent. C’est précisément ce qui motive la « traduction par imitation » qu’entreprend Daniela Dröscher : il s’agit de contribuer à un changement dans l’auto-description de la société « dans ce pays » qu’est l’Allemagne.

  • 74 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », art. cit., (...)

28Dans le présent contexte, la remarque de Pierre Bourdieu selon laquelle la fonction d’une œuvre importée n’est pas déterminée uniquement par le champ de son origine, mais dans une même mesure par le champ de sa réception, s’avère pertinente. Selon lui, une attention particulière doit être accordée aux médiateur·rice·s, car l’introduction d’auteur·e·s étranger·ère·s dans un domaine national est toujours guidée par des intérêts et liée à l’attribution d’un sens spécifique : « Très souvent, avec les auteurs étrangers, ce n’est pas ce qu’ils disent qui compte, mais ce qu’on peut leur faire dire74 ». Ainsi, Daniela Dröscher, qui assume son rôle de médiatrice entre le champ « français » et le champ « allemand », fait dire à Didier Eribon ce qu’elle veut qu’il dise. Si l’on élargit le concept de la traduction, il convient de prendre en compte non seulement les traducteur·rice·s, mais aussi les auteur·e·s, le monde de l’édition et les journalistes.

Un Hoggart « français »

  • 75 Voir Claire Ducournau, « Les deux (ou trois) carrières de Richard Hoggart. De la fondation des cult (...)
  • 76 Voir également Paul Pasquali Olivier Schwartz, « La Culture du pauvre : un classique revisité. Hogg (...)
  • 77 Jean Claude Passeron, « Portrait de Richard Hoggart en sociologue », Enquête, 1993, no 8, p. 1-19.

29Il convient de confronter notre démarche à l’exemple de Richard Hoggart, dont l’ouvrage The Uses of Literacy a été traduit en français avec un certain retard. À l’aide de cet exemple d’importation et d’« appropriation » bien connu75, il est possible de reconstituer les changements qui se produisent dans la structure relationnelle d’un autre champ et quel rôle les catégories nationales peuvent jouer dans l’émergence d’une nouvelle forme littéraire telle que l’autosociobiographie. Les travaux de Richard Hoggart ont notamment été introduits par Jean-Claude Passeron et Claude Grignon, qui ont attiré l’attention sur les bénéfices scientifiques de la réflexion autobiographique face à une sociologie très systématisante en France. Pierre Bourdieu quant à lui adhérait, dans la lignée d’Émile Durkheim, à des normes scientifiques, auxquelles ne correspondait guère un investissement dans l’histoire de sa propre vie. Toutefois, il a veillé à ce que La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre soit publiée dans la collection dont il était le directeur, Le sens commun, aux Éditions de Minuit en 197076. Jean-Claude Passeron n’a pas seulement apporté sa contribution au projet en tant que traducteur, il a rédigé une « Présentation » qui précède le texte de Hoggart. Plus tard, il a également publié un « portrait » de ce dernier. Il est tout à fait possible qu’il ait ainsi incité son collègue Bourdieu à s’essayer à une auto-analyse : « Hoggart a été conduit à vouloir connaître obstinément les déterminations sociales liées à son origine populaire [...] La garantie de la distance sociologique tient ici au désir de se comprendre subjectivement dans l’objectivité du monde social77. » Ce n’est cependant qu’à la fin de sa vie que Pierre Bourdieu va s’essayer à ce genre.

  • 78 Jean Claude Passeron, « Présentation », dans Richard Hoggart, La Culture du pauvre. Étude sur le st (...)
  • 79 Jean-Claude Passeron, « Portrait », art. cit., p. 15.
  • 80 Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir, op. cit., p. 239-240.
  • 81 Voir la critique de Carolyn Steedman, Landscape for a good woman, op. cit., p. 6-16.
  • 82 Voir Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir, op. cit., p. 121 et p. 235.

30La réception de Hoggart en France, bien que différée, a donné une impulsion productive à la forme émergente de l’autosociobiographie. Ceci est évident avant même la parution de l’Esquisse pour une auto-analyse de Bourdieu. Le discours de Jean-Claude Passeron sur le travail de Richard Hoggart montre ce que l’on attend de ce nouveau genre littéraire : « L’auteur a su, en dépit de tous les mécanismes de défense qui protègent l’intellectuel issu du peuple contre sa propre origine sociale, frayer, par un travail sur soi à la fois sociologique et auto-analytique, le chemin difficile par lequel s’accomplit le retour du refoulé78. » Comme Passeron en témoigne dans un essai ultérieur, l’ouvrage de Hoggart sur les classes populaires anglaises l’avait d’abord sensibilisé au double danger du « misérabilisme » et du « populisme », danger dont il parle en détail dans Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, coécrit avec Claude Grignon79. La sociologue et autosociobiographe Rose-Marie Lagrave a d’ailleurs assisté au séminaire qu’ont animé les auteurs sur ce sujet à l’EHESS en 198280. Dans sa propre autosociobiographie, Rose-Marie Lagrave traite Hoggart, conformément à la réception et à la traduction françaises et contrairement à la réception anglaise81, comme un modèle d’auto-analyse précise82.

  • 83 Annie Ernaux, L’Écriture comme un couteau, op. cit., p. 72.
  • 84 Paul Pasquali et Olivier Schwartz, « La Culture du pauvre : un classique revisité », art. cit., p.  (...)

31Cela est aussi largement dû aux discours d’encadrement de Passeron, qui orientent la réception de Hoggart en France. La réussite que Passeron attribue à l’œuvre de Hoggart constitue aussi un appel et une exigence pour cette nouvelle forme littéraire. Revenant sur la création de La Place (1983), son premier texte autosociobiographique après trois romans autobiographiques, Annie Ernaux remarque dans les termes mêmes de Passeron et Grignon : « Le grand danger, je m’en suis aperçue, c’était de tomber dans le misérabilisme ou le populisme, donc d’échouer complètement à offrir la réalité, à la fois objective et subjective, de mon père et du monde dominé83. » La fabrication de « l’écriture de la distance », style autosociobiographique pour ainsi dire, qui dans La Place (1983) était encore appelée « écriture plate », n’est donc pas imputable à la seule réception de la sociologie française et bourdeusienne de la part d’Annie Ernaux. C’est aussi le voyage du texte de Hoggart en France et son appropriation sur place par les traducteur·rice·s sociologues, c’est-à-dire la « fabrique d’un “Hoggart français”, en grande partie éloigné de ses réceptions dans les pays anglo-saxons84 », qui a contribué de manière décisive au dispositif stylistique qu’a inventé Annie Ernaux.

  • 85 Mark Gibson, « The Antipodean Uses of Literacy », Richard Hoggart and Cultural Studies, Sue Owen (d (...)
  • 86 Voir Rolf Lindner, « “Lived Experience”. Über die kulturale Wende in den Kulturwissenschaften », Cu (...)
  • 87 Claire Ducournau, « Les deux (ou trois) carrières de Richard Hoggart », art. cit., p. 271.
  • 88 Voir Bill Marshall, « Introduction », Études culturelles françaises, 2012, no 23/2, p. 99-103.

32L’exemple d’un « Hoggart français » montre en outre que le fait de souligner et de commenter les particularités nationales peut favoriser la circulation d’une forme littéraire telle que l’autosociobiographie. Bien que Mark Gibson se soit demandé si l’approche de Hoggart pouvait être transférée en Australie, par exemple, puisqu’il s’agit d’une « figure qui est indubitablement et inéluctablement anglaise85 », c’est ce « caractère anglais » des textes de Hoggart, aimerions-nous répondre, qui a rendu Hoggart intéressant pour les lecteur·rice·s français·e·s. La spécificité nationale de son approche tient notamment à l’empirisme de l’« expérience vécue86 », qui n’avait pas de tradition sociologique comparable en France. Mais surtout, l’appropriation des cultural studies en France a ouvert un nouveau type d’accès à la culture populaire pour la sociologie autour de Pierre Bourdieu, visant « à fonder une science dotée de ses propres règles de fonctionnement87. » Les médiateur·rice·s français·e·s de Hoggart ont ainsi pu occuper une position innovante dans le champ académique. De la même manière, la prétendue « francité » de l’autosociobiographie de Didier Eribon a favorisé son succès auprès des lecteur·rice·s allemand·e·s. Après la très regrettée « fin de la théorie », perçue essentiellement comme « french theory », le public intellectuel était désespérément à la recherche d’une relève. En tant que récit chargé de théorie, l’autosociobiographie convenait parfaitement à un public intellectuellement avide de ce type d’écrits. En réalité, il a accueilli un texte certes publié d’abord en France, mais qui véhiculait certaines impulsions des cultural studies américaines et du black feminism. Didier Eribon, qui a enseigné temporairement aux États-Unis, avait déjà fait ses preuves en tant qu’expert de la diffusion transnationale des débats et des théories88.

Conditions institutionnelles pour le voyage des formes

33Comme indiqué précédemment, l’émergence de l’autosociobiographie peut difficilement s’expliquer de manière exhaustive par la logique inhérente à un domaine littéraire supposé autonome. Outre les conditions économiques, il faut également tenir compte des conditions institutionnelles qui dépendent des spécificités nationales, par exemple dans le domaine de l’éducation. À cet égard, le cadre analytique établi par Pierre Bourdieu semble être le plus approprié à notre sujet. Parler d’un champ « transnational » ou « global » voudrait dire courir le risque, déjà mentionné, de créer l’idée fausse d’un monde sans « frictions ». Néanmoins, il faut tenir compte de l’influence d’institutions agissant au niveau transnational sur l’émergence et le voyage des formes telles que l’autosociobiographie. C’est cette relation entre spécificités nationales et processus transnationaux qui nous intéressera en guise de conclusion.

Frontières et mondialisation

34Il découle de ce qui précède que l’étude de l’autosociobiographie en tant que forme itinérante porte donc, comme ce genre lui-même, sur le franchissement de frontières. Dans les deux cas, l’importance des frontières est marquée. Tout comme les autosociobiographes, nous justifions notre pratique de tracer des frontières par le fait que celles-ci rendent visibles les différences existantes. Les études littéraires font partie d’une pratique sociale de démarcation des frontières qui détermine également la manière dont les sociétés se perçoivent, comme le montrent les exemples littéraires cités ici. Cependant, l’accent mis sur les frontières nationales risque de rendre à son tour invisibles les structures supranationales. Comment résoudre ce problème ?

  • 89 Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant, « La nouvelle vulgate planétaire », art. cit., p. 6.
  • 90 Idem.
  • 91 Cela vaut également pour le néolibéralisme prétendument américain : il a aussi des racines européen (...)

35Dans ses publications tardives, et notamment dans ses interventions journalistiques, Bourdieu traite de plus en plus des processus globaux et rejette le discours de la « mondialisation » pour la simple et bonne raison qu’il ne pourrait servir, selon lui, qu’à justifier un ordre économique néolibéral imposé par les États-Unis89. Comme nous l’avons montré, l’autosociobiographie est dirigée contre cette « nouvelle vulgate planétaire ». Mais comment étudier la diffusion d’une forme littéraire sans recourir au modèle de la mondialisation ? Bourdieu y voit un impérialisme symbolique à l’œuvre du fait de la domination américaine. Cet impérialisme serait caractérisé par des concepts détachés de leurs contextes d’origine et diffusés comme prétendument universels : « Nombre de topiques directement issus de confrontations intellectuelles liées aux particularités et aux particularismes de la société et des universités américaines se sont imposés, sous des dehors en apparence déshistoricisés, à l’ensemble de la planète90. » Cette description abrégée de la diffusion des idées et des « topiques » omet ce que Bourdieu lui-même avait décrit autre part : que les idées qui circulent au niveau international subissent une transformation au cours de leur introduction dans les différentes structures relationnelles des champs nationaux respectifs91.

Pour une étude littéraire des institutions

  • 92 Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant, « La nouvelle vulgate planétaire », art. cit., p. 6.

36Malgré cette réserve, deux leçons pour l’étude des formes itinérantes peuvent être tirées des réflexions de Bourdieu sur la circulation des idées. Même si certain·e·s des acteur·rice·s impliqué·e·s dans le transfert postulent leur universalité, les idées doivent toujours être traduites et parfois adaptées à des conditions difficiles pour devenir efficaces. Ensuite, il convient de noter que si hégémonie il y a, elle ne serait pas diminuée par les changements liés aux adaptations locales. La « friction », indiquée auparavant, entrave et permet la circulation des formes et des idées dans une même mesure. Seule l’étude de ces processus de traduction (dans un sens large) pourrait réellement saisir la diffusion globale d’une idée lorsqu’elle opère dans un jeu d’échelles aux tailles différentes. En ce qui concerne l’autosociobiographie, la micro-perspective qui se penche sur des textes particuliers ou des extraits de ceux-ci ne doit pas être seulement combinée à un niveau « méso » consacré au genre littéraire tout entier et à ses voyages. En outre, il faudrait aussi un niveau « macro » qui couvre les institutions mondiales et leurs effets sur la forme littéraire : d’après Bourdieu, ces « instances prétendument neutres de la pensée neutre que sont les grands organismes internationaux – Banque mondiale, Commission européenne, Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)92 » participent à la diffusion des idées.

  • 93 Regula Bürgi, Die OECD und die Bildungsplanung der freien Welt. Denkstile und Netzwerke einer inter (...)

37Pourquoi les études littéraires doivent-elles s’intéresser à ces institutions et organisations ? Dans le cas de l’autosociobiographie, nous avons affaire à une forme littéraire qui a pour fondement non seulement les transformations économiques de la deuxième moitié du xxsiècle, mais aussi les politiques éducatives et leurs conséquences. Or, les évolutions de l’enseignement supérieur au xxe siècle n’auraient pu se faire sans l’impulsion d’organisations mondiales telles que l’OCDE. À l’époque de la guerre froide et de la concurrence entre les systèmes mondiaux, cette organisation a orienté ses pays membres industrialisés vers une gestion de l’éducation sur la base de données statistiques, guidée par des enjeux économiques93. De cette façon, elle a contribué de manière significative à la mise en place de politiques éducatives expansionnistes qui constituent la condition institutionnelle préalable à l’autosociobiographie.

  • 94 John W. Meyer, Francisco O. Ramirez et Yasemin Nuhoglu Soysal, « World Expansion of Mass Education, (...)
  • 95 John Boli, Francisco O. Ramirez et John W. Meyer, « Explaining the Origins and Expansion of Mass Ed (...)

38C’est notamment dans le domaine de l’éducation que l’on peut combiner une approche qui tient compte des frontières nationales et une approche globale. Le sociologue de Stanford John W. Meyer et ses collègues, par exemple, observent que l’« expansion mondiale de l’éducation de masse » s’est considérablement accélérée après 1945. En même temps, cette expansion mondiale est liée « à l’intensification du modèle de l’État-nation et à la centralité de l’éducation de masse dans ce modèle94 ». Contrairement à ce que suggèrent de nombreuses théories de la mondialisation, ce processus ne s’accompagne donc pas d’une perte d’importance de l’État-nation. La sociologie de la « culture mondiale » décrit plutôt la diffusion mondiale de ce modèle de société et souligne que l’éducation généralisée en est l’un des éléments. À cet égard, elle est bien compatible avec l’approche de Bourdieu, car les différences nationales-culturelles ne sont pas pour autant niées : « Parce que la société [polity] moderne prend des formes différentes, la route vers l’éducation de masse implique des chemins quelque peu différents selon les sociétés95. » Les différences nationales au sein des structures institutionnelles persistent en particulier dans le domaine de l’éducation. Prenons l’exemple des universités d’élite privées aux États-Unis, d’une part, et de la tradition française des grandes écoles publiques, d’autre part. L’étude des autosociobiographies exige une attention aigue à ces particularités, d’autant plus que les textes eux-mêmes en témoignent. Rose-Marie Lagrave, par exemple, reconstitue méticuleusement sa carrière dans Se ressaisir et contribue ainsi également à une biographie des institutions éducatives françaises des années 1950 à nos jours.

Ce livre parle de moi !

39Cependant, comme la diffusion du modèle de l’État-nation repose sur l’imitation des sociétés dominantes, il existe un alignement culturel qui est renforcé par les organisations internationales. Dans tous les pays industrialisés, la durée de la scolarité et de l’éducation a augmenté. Des proportions croissantes d’élèves fréquentent les établissements de l’enseignement supérieur. Malgré toute l’attention portée aux spécificités nationales, il est important de souligner cette convergence dans le présent contexte, car elle explique la capacité du genre autosociobiographique à se diffuser.

  • 96 Ulrich Beck, La société de risque. Sur la voie d’une autre modernité, traduit de l’allemand par Lau (...)

40Comme l’a observé le sociologue allemand Ulrich Beck par rapport à l’Allemagne fédérale au milieu des années 1980, « la consommation de masse des études supérieures – qu’elle s’avère payante ou non dans le domaine professionnel – a créé une rupture entre les générations […] On a ainsi pris congé des liens avec la culture de classe et des prérequis des milieux d’origine96. » Cela ne vaut pas seulement pour l’Allemagne. L’accès croissant des groupes sociaux « dominés » à l’enseignement a créé des conditions institutionnelles pour les vies « transclasses » dans le monde entier, qui sont racontées dans des autosociobiographies. Ce genre permet l’articulation d’une expérience partagée et permet aux lecteur·rice·s et aux auteur·e·s de nombreux pays de reconnaître leur propre histoire dans les écrits des autres.

  • 97 Didier Eribon, Retour à Reims, op. cit., p. 203 ; voir aussi Pierre Bourdieu, Esquisse pour une aut (...)

41Ainsi, le « miracle97 » de la non-reproduction, que les auteur·e·s voient dans leur propre franchissement des frontières sociales et dont ils témoignent dans leurs écrits, est lié au « miracle » de la reconnaissance en lisant les écrits d’autres transfuges. « Ce livre parle de moi ! » : cet effet ne peut se produire que sur le fondement d’un alignement transnational des structures institutionnelles, des programmes d’enseignement et des formes littéraires. Il reste à voir si l’appropriation généralisée et localement différente de l’autosociobiographie conduira à une multiplication de la forme qui dément la première impression d’une tendance à l’isomorphisme. Dans tous les cas, que ces histoires narrant l’ascension sociale par l’éducation soient lues et appréciées au-delà des frontières nationales montre que le fait de parler de l’autosociobiographie comme d’une forme littéraire itinérante n’est pas un pur caprice.

Haut de page

Bibliographie

Baron Christian et Barankow Maria, « Vorwort », Klasse und Kampf, Christian Baron et Maria Barankow (dir.), Berlin, claassen, 2021, p. 7-12.

Baron Christian, Ein Mann seiner Klasse, Berlin, claassen, 2020.

Baron Christian, Proleten, Pöbel, Parasiten. Warum die Linken die Arbeiter verachten, Berlin, Das Neue Berlin, 2016.

Beck Ulrich, La société de risque. Sur la voie d’une autre modernité, traduit de l’allemand par Laure Bernardi, préface de Bruno Latour, Paris, Flammarion, 2003.

Bergounioux Pierre et Bergounioux Gabriel, Pierre Bergounioux, l’héritage, Paris, Les Flohics Éd.

Blome Eva, « Rückkehr zur Herkunft. Autosoziobiografien erzählen von der Klassengesellschaft », Deutsche Vierteljahresschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, 2020, no 94, p. 541-571.

Boli John, Ramirez Francisco O., Meyer John W., « Explaining the Origins and Expansion of Mass Education », Comparative Education Review, 1985, no 29, p. 145-170.

Bourdieu Pierre, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Librairie Droz, 1970.

Bourdieu Pierre et Wacquant Loïc, « La nouvelle vulgate planétaire », Le monde diplomatique, 12 mai 2000, p. 6-7.

Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la Recherche en sciences sociales, 2002/5, no 145, p. 3-8.

Bourdieu Pierre, Ein soziologischer Selbstversuch, Francfort, Suhrkamp, 2002.

Bourdieu Pierre, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Éditions Raisons d’agir, 2004.

Buchholz Larissa, « What Is a Global Field? Theorizing Fields Beyond the Nation-State », The Sociological Review Monographs, 2016, no 64/2, p. 31-60.

Bürgi Regula, Die OECD und die Bildungsplanung der freien Welt. Denkstile und Netzwerke einer internationalen Bildungsexpertise, Opladen, Verlag Barbara Budrich, 2017.

Casanova Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 2008 [1999].

Cohen Margaret, « Travelling Genres », New Literary History, 2003, no 34, p. 481-499.

Demanze Laurent, Encres orphelines. Pierre Bergounioux, Gérard Macé, Pierre Michon, Paris, José Corti, « Essais », 2008.

Dröscher Daniela, Zeige deine Klasse. Die Geschichte meiner sozialen Herkunft, Hambourg, Hoffman und Campe, 2018.

Ducournau Claire, « Les deux (ou trois) carrières de Richard Hoggart. De la fondation des cultural studies aux appropriations de la sociologie française », Revue d’anthropologie des connaissances, 2017, no 11/3, p. 263-282.

Ducournau Claire, Leperlier Tristan et Sapiro Gisèle (dir.), « La littérature au-delà des nations. Hommage à Pascale Casanova », COnTEXTES, 2020, no 28, consulté le 29 juillet 2021.

Eribon Didier, Retour à Reims, Paris, Fayard, 2018 [2009].

Ernaux Annie, « Vers un je transpersonnel », R.I.T.M. « Autofictions & Cie », 1993, no 6, 1994, p. 219-222.

Ernaux Annie, L’Écriture comme un couteau. Entretien avec Frédéric-Yves Jeannet, Paris, Gallimard, 2003.

Ernaux Annie, La Place, Paris, Gallimard, 1983.

Ernaux Annie, Les Années, Paris, Gallimard, 2008.

Espagne Michel et Werner Michael (dir.), Transferts : les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie et xixe siècle), Paris, Éd. Recherche sur les Civilisations, 1988, p. 11-34.

Felski Rita, « Recognizing Class », New Literary History, 2021, no 52/1, p. 95-117.

Foucault Michel, « Préface à la transgression », Dits et Écrits. 1954-1988, t. 1, 1954-1969, Daniel Defert, François Ewald (éd.), Paris, Gallimard, p. 233-250.

Gibson Mark, « The Antipodean Uses of Literacy », Richard Hoggart and Cultural Studies, Sue Owen (dir.), Londres, Palgrave Macmillan, 2008, p. 187-197.

Harvey David, A Brief History of Neoliberalism, Oxford/New York, Oxford University Press, 2005.

Heron Liz, « Introduction », Truth, Dare or Promise. Girls Growing Up in the Fifties, Londres, Virago, 1985, p. 1-9.

http://ses.ens-lyon.fr/ressources/stats-a-la-une/massification-et-democratisation-de-lacces-a-lecole-et-a-lenseignement-superieur, consulté le 24 juillet 2021.

https://www.suhrkamp.de/person/annie-ernaux-p-14816, consulté le 24 juillet 2021.

Jaquet Chantal, Les transclasses ou la non-reproduction, Paris, Puf, 2014.

Kargl Elisabeth et Terrisse Bénédicte (dir.), « Transfuge, transfert, traduction : la récéption de Didier Eribon dans les pays germanophones », lendemains, n0 180, 2021.

Lagrave Rose-Marie, Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe, Paris, La Découverte, 2021.

Lindner Rolf, « “Lived Experience”. Über die kulturale Wende in den Kulturwissenschaften », Cultural Turn. Zur Geschichte der Kulturwissenschaften, Lutz Musner, Gotthard Wunberg et Christina Lutter (dir.), Vienne, Turia und Kant, 2001, p. 11-19.

Lotman Iouri, La Structure du texte artistique, trad. du russe par Anne Fournier et al, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1973.

Louis Édouard, « Cinq questions à Édouard Louis », dans Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Fayard 2018 p. I-X.

Lowenhaupt Tsing Anna, Friction: An Ethnography of Global Connection, Princeton, Princeton University Press, 2005.

Marshall Bill, « Introduction », Études culturelles françaises, 2012, no 23/2, p. 99-103.

Meizoz Jérôme, « Annie Ernaux : posture de l’auteure en sociologue », Annie Ernaux : se mettre en gage pour dire le monde, Thomas Hunkeler et Marc-Henry Soulet, (dir.), Genève, MétisPresses, 2012, p. 27-44.

Meyer John W., Francisco O. Ramirez et Yasemin Nuhoglu Soysal, « World Expansion of Mass Education, 1870-1980 », Sociology of Education, 1992, no 65/2, p. 128-149.

Montémont Véronique, « Autosociobiographie », Dictionnaire de l’autobiographie. Écritures de soi de langue française, dir. Françoise Simonet-Tenant, Paris, Honoré Champion, 2017, p. 99-100.

Nachtwey Oliver, Die Abstiegsgesellschaft. Über das Aufgebehren in der regressiven Moderne, Berlin, Suhrkamp, 2016.

Naudet Jules, Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux États‑Unis et en Inde, Paris, Puf, « Le Lien Social », 2012.

Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 2008.

Pasquali Paul et Schwartz Olivier, « La Culture du pauvre : un classique revisité. Hoggart, les classes populaires et la mobilité sociale », Politix, 2016, no 2, p. 21-45.

Passeron Jean Claude, « Portrait de Richard Hoggart en sociologue », Enquéte, 1993, no 8, p. 1-19.

Passeron Jean Claude, « Présentation », dans Richard Hoggart, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris : Éditions de Minuit, p. 7-25.

Perrot Michelle, « L’air du temps », Essais d’Ego-histoires, Pierre Nora (dir.), Paris, Gallimard, 1987, p. 241-292. Viart Dominique, « L’illusion biographique ou Bourdieu après la bataille ? » Bourdieu et la littérature, Jean-Pierre Martin (dir.), Nantes, Defaut, 2010, p. 207-235.

Pettersson Anders, « Conclusion : A Pragmatic Perspective on Genres and Theories of Genre », Literary History. Towards a Global Perspective, t. 2, Gunilla Lindberg-Wada (dir.), Berlin/New York, De Gruyter, 2006), p. 279-305.

Reckwitz Andreas, La société des singularités. Une transformation structurelle de la modernité, traduit de l’allemand par Loïc Windels, Paris, Les Éditions de la maison des sciences de l’homme, 2021 (à paraître).

Reuter Julia, « Literarische Selbstzeugnisse von Bildungsaufsteiger*innen zwischen Autobiographie und Sozioanalyse », Vom Arbeiterkind zur Professur. Sozialer Aufstieg in der Wissenschaft, Julia Reuter et al. (dir.), Bielefeld, transcript, 2020, p. 103-128.

Rockefeller Stuart Alexander, « Flow », Current Anthropology, 2011, no 52/4, p. 557-578.

Sapiro Gisèle, « How Do Literary Works Cross Borders (or Not)? A Sociological Approach to World Literature », Journal of World Literature, 2016, no 1, p. 81-96.

Sapiro Gisèle, « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l’histoire globale », Actes de la recherche en sciences sociales, 2013, no 200, p. 70-85.

Sapiro Gisèle, « The Transnational Literary Field between (Inter)-nationalism and Cosmopolitanism », Journal of World Literature, 2020, no 5/4, p. 481-504.

Siskind Mariano, « The Genres of World Literature », The Routledge Companion to World Literature, Theo D’haen/David Damrosch/Djelal Kadir (dir.), London/New York, Routledge, 2012, p. 345-355.

Slobodian Quinn, Globalists: The End of Empire and the Birth of Neoliberalism, Cambridge (MA), Harvard University Press, 2018.

Spoerhase Carlos, « Akademische Aufsteiger: scholarship boys als literarische Sozialfiguren der Autosoziobiographie (Politik der Form II) », Autosoziobiographie. Poetik und Politik, Eva Blome, Philipp Lammers, Sarah Seidel (dir.), Stuttgart, Metzler, à paraître.

Spoerhase Carlos, « Politik der Form : Autosoziobiografie als Gesellschaftsanalyse », Merkur 2017, no 71/818, p. 27-37

Spoerhase Carlos, « Une politique de la forme littéraire : l’auto-sociobiographie comme analyse de la société », Philonsorbonne, 2019, no 13, p. 121-130.

Steedman Carolyn, Landscape for a good woman. A Story of Two Lives, New Brunswick, New Jersey, Rutgers University Press, 1987 [1986].

Thumerel Fabrice, Le champ littéraire français au xxe siècle, Éléments pour une sociologie de la littérature, Paris, Armand Colin, « U », 2002.

Thumerel Fabrice, « Retour à/Retour sur… Sociogenèse d’un paradigme heuristique. Retour à Reims de Didier Eribon », Tumultes, 2011/1, no 36, p. 77-90.

Twellmann Marcus, « Assemblage (Collage, Montage): für einen neuen Formalismus », Deutsche Vierteljahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, 2019, no 93, p. 239-261.

Vauchez Antoine, « Le prisme circulatoire. Retour sur un leitmotiv académique », Critique internationale, 2013, no 59, p. 9-16.

Viart Dominique, « Récits de filiation », La littérature française au présent : héritage, modernité, mutations, Paris, Bordas, 2008, p. 70-129.

Walkowitz Rebecca L., Born Translated. The Contemporary Novel in an Age of World Literature, New York, Columbia University Press, 2015.

Williams Raymond, « Fiction and the Writing Public (a review of The Uses of Literacy) », Essays in Criticism, 1957, no 7/4, p. 422-428.

Woodin Tom, « Social Class and Life Writing », Encyclopedia of life writing, t. 2, Margaretta Jolly (dir.), Londres, Dearborn, 2001, p. 816-818.

Haut de page

Notes

1 Annie Ernaux, L’Écriture comme un couteau. Entretien avec Frédéric-Yves Jeannet, Paris, Gallimard, 2003.

2 Cet article est issu du projet de recherche NOMIS « Traveling Forms » (Formes itinérantes, voir : https://www.traveling-forms.uni.kn,consulté le 09 décembre 2021). Nous reviendrons à ce concept.

3 Voir Rebecca L. Walkowitz, Born Translated. The Contemporary Novel in an Age of World Literature, New York, Columbia University Press, 2015.

4 Margaret Cohen, « Travelling Genres », New Literary History, 2003, no 34, p. 481-499.

5 Qu’on se souvienne également du succès de la mise en scène par Thomas Ostermeier, succès remarqué en France.

6 Voir les nouvelles traductions en allemand de Sonja Finck chez Suhrkamp depuis 2017, https://www.suhrkamp.de/person/annie-ernaux-p-14816, consulté le 24 juillet 2021.

7 Pierre Bourdieu, Ein soziologischer Selbstversuch, Francfort, Suhrkamp, 2002.

8 Daniela Dröscher, Zeige deine Klasse. Die Geschichte meiner sozialen Herkunft, Hambourg, Hoffman und Campe, 2018; Christian Baron, Ein Mann seiner Klasse, Berlin, claassen, 2020.

9 Carlos Spoerhase, « Politik der Form : Autosoziobiografie als Gesellschaftsanalyse », Merkur 2017, no 71/818, p. 27-37, traduit en français : « Une politique de la forme littéraire : l’auto-sociobiographie comme analyse de la société », Philonsorbonne, 2019, no 13, p. 121-130.

10 Voir tout récemment le dossier de Bénédicte Terrisse et Elisabeth Kargl qui contient aussi des discussions autour de la notion d’autosociobiographie : Bénédicte Terrisse et Elisabeth Kargl (dir.), « Transfuge, transfert, traduction : la récéption de Didier Eribon dans les pays germanophones », lendemains, n0 180, 2021.

11 Véronique Montémont, « Autosociobiographie », Dictionnaire de l’autobiographie. Écritures de soi de langue française, dir. Françoise Simonet-Tenant, p. 99-100, Paris, Honoré Champion, 2017.

12 Voir par exemple Dominique Viart, « Récits de filiation », La littérature française au présent : héritage, modernité, mutations, Paris, Bordas, 2008, p. 70-129, p. 84 et p. 91 et Laurent Demanze, Encres orphelines. Pierre Bergounioux, Gérard Macé, Pierre Michon, Paris, José Corti, « Essais », 2008. Voir pour la discussion du topos de la mort d’un ascendant dans les études germanophones : Eva Blome, « Rückkehr zur Herkunft. Autosoziobiografien erzählen von der Klassengesellschaft », Deutsche Vierteljahresschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, 2020, no 94, p. 541-571.

13 Voir Michel Espagne et Michael Werner (dir.), Transferts : les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie et xixe siècle), Paris, Éd. Recherche sur les Civilisations, 1988, p. 11-34.

14 Anders Pettersson, « Conclusion : A Pragmatic Perspective on Genres and Theories of Genre », Literary History. Towards a Global Perspective, t. 2, Gunilla Lindberg-Wada (dir.), Berlin/New York, De Gruyter, 2006), p. 279-305 ; Mariano Siskind, « The Genres of World Literature », The Routledge Companion to World Literature, Theo D’haen/David Damrosch/Djelal Kadir (dir.), London/New York, Routledge, 2012, p. 345-355.

15 Voir Carlos Spoerhase, « Akademische Aufsteiger: scholarship boys als literarische Sozialfiguren der Autosoziobiographie (Politik der Form II) », Autosoziobiographie. Poetik und Politik, Eva Blome, Philipp Lammers, Sarah Seidel (dir.), Stuttgart, Metzler, 2022 (à paraître).

16 Voir par exemple Michelle Perrot, « L’air du temps », Essais d’Ego-histoires, Pierre Nora (dir.), Paris, Gallimard, 1987, p. 241-292 qui constitue, pour la sociologue Rose-Marie Lagrave, un récit d’une transfuge de classe féministe. Voir aussi les œuvres de Pierre Bergounioux, de Martine Sonnet et d’autres qui sont en étroite relation avec la sociologie bourdeusienne d’après Dominique Viart, « L’illusion biographique ou Bourdieu après la bataille ? » Bourdieu et la littérature, Jean-Pierre Martin (dir.), Nantes, Defaut, 2010, p. 207-235.

17 Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Librairie Droz, 1972, p. 189.

18 Voir la citation correspondante de Bourdieu dans Pierre Bergounioux et Gabriel Bergounioux, Pierre Bergounioux, l’héritage, Paris, Les Flohics Éd., p. 114.

19 Le titre de Christian Baron « Un homme de sa classe » (Ein Mann seiner Klasse), par exemple, explique la violence brute du père comme étant liée à la classe sociale.

20 Annie Ernaux, L’Écriture comme un couteau, op. cit., p. 42.

21 Voir la critique de Chantal Jaquet concernant l’expression de l’« ascension » sociale et du « transfuge » de classe. Elle propose le néologisme de « transclasse ». Chantal Jaquet, Les transclasses ou la non-reproduction, Paris, PUF, 2014.

22 Voir l’ouvrage de Jules Naudet qui compare la mobilité sociale ascendante à l’échelle internationale. Malgré de fortes ressemblances entre des trajectoires sociales en Inde, aux États-Unis et en France, il y a des différences dans les images que les sociétés se donnent elles-mêmes. Jules Naudet, Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux États‑Unis et en Inde, Paris, PUF, « Le Lien Social », 2012.

23 Voir http://ses.ens-lyon.fr/ressources/stats-a-la-une/massification-et-democratisation-de-lacces-a-lecole-et-a-lenseignement-superieur, consulté le 24 juillet 2021.

24 Tom Woodin, « Social Class and Life Writing », Encyclopedia of life writing, t. 2, Margaretta Jolly (dir.), Londres, Dearborn, 2001, p. 816-818, p. 817.

25 Dans une collection dirigée par Pierre Bourdieu, nous y reviendrons.

26 Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe, Paris, La Découverte, 2021, p. 150.

27 Liz Heron, « Introduction », Truth, Dare or Promise. Girls Growing Up in the Fifties, Londres, Virago, 1985, p. 1-9, p. 2. Sauf indication contraire, toutes les traductions sont de nous.

28 David Harvey, A Brief History of Neoliberalism, Oxford/New York, Oxford University Press, 2005, p. 19.

29 Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant, « La nouvelle vulgate planétaire », Le Monde diplomatique, 12 mai 2000, p. 6-7, p. 6.

30 Annie Ernaux, Les Années, Paris, Gallimard, 2008, p. 147.

31 Daniela Dröscher, Zeige deine Klasse, op. cit., p. 19.

32 Christian Baron, Proleten, Pöbel, Parasiten. Warum die Linken die Arbeiter verachten, Berlin, Das Neue Berlin, 2016, p. 15.

33 Ibid., p. 16.

34 Voir Marcus Twellmann, « Assemblage (Collage, Montage): für einen neuen Formalismus », Deutsche Vierteljahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, 2019, no 93, p. 239-261.

35 Dominique Viart, « L’illusion biographique », art. cit., p. 223.

36 Raymond Williams, « Fiction and the Writing Public (a review of The Uses of Literacy) », Essays in Criticism, 1957, no 7/4, p. 422-428.

37 Fabrice Thumerel, Le champ littéraire français au xxe siècle, Éléments pour une sociologie de la littérature, Paris, Armand Colin, « U », 2002, p. 94.

38 Annie Ernaux, La place, Paris, Gallimard, 1983, p. 24.

39 Annie Ernaux, L’écriture comme un couteau, op. cit., p. 74.

40 Fabrice Thumerel, « Retour à/Retour sur… Sociogenèse d’un paradigme heuristique. Retour à Reims de Didier Eribon », Tumultes, 2011/1, no 36, p. 77-90.

41 Voir les modèles romanesques dont se sert Chantal Jaquet afin de comprendre les causes de la « non-reproduction ». Chantal Jaquet, Les transclasses, op. cit., première partie.

42 Iouri Lotman, La Structure du texte artistique, trad. du russe par Anne Fournier et al, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1973, p. 331.

43 Ibid., p. 332.

44 Ibid., p. 330.

45 Ibid., p. 327.

46 Ibid., p. 333.

47 Voir Julia Reuter, « Literarische Selbstzeugnisse von Bildungsaufsteiger*innen zwischen Autobiographie und Sozioanalyse », Vom Arbeiterkind zur Professur. Sozialer Aufstieg in der Wissenschaft, Julia Reuter et al. (dir.), Bielefeld, transcript, 2020, p. 103-128, p. 120 : « Il faut espérer qu’Eribon et ses alliés [...] encouragent d’autres [...] à surmonter leur honte et leur impuissance ».

48 Michel Foucault, « Préface à la transgression », Dits et Écrits. 1954-1988, t. 1, 1954-1969, Daniel Defert, François Ewald (éd.), Paris, Gallimard, p. 233-250, p. 237.

49 Christian Baron, Maria Barankow, « Vorwort », Klasse und Kampf, Christian Baron et Maria Barankow (dir.), Berlin, claassen, 2021, p. 7-12, p. 10.

50 Voir Rita Felski, « Recognizing Class », New Literary History, 2021, no 52/1, p. 95-117.

51 Andreas Reckwitz, La société des singularités. Une transformation structurelle de la modernité, traduit de l’allemand par Loïc Windels, Paris, Les Éditions de la maison des sciences de l’homme, 2021 (à paraître).

52 Oliver Nachtwey, Die Abstiegsgesellschaft. Über das Aufgebehren in der regressiven Moderne, Berlin, Suhrkamp, 2016.

53 Annie Ernaux, « Vers un je transpersonnel », R.I.T.M. « Autofictions & Cie », 1993, no 6, 1994, p. 219-222.

54 Annie Ernaux, L’écriture comme un couteau, op. cit., p. 73.

55 Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Fayard, 2018 [2009], p. 20.

56 Daniela Dröscher, Zeige deine Klasse, op. cit., p. 30.

57 Édouard Louis, « Cinq questions à Édouard Louis », dans Didier Eribon, Retour à Reims, op. cit., p. I-X, p. X.

58 Ibid., p. IX.

59 Daniela Dröscher, Zeige deine Klasse, op. cit., p. 28.

60 Didier Eribon, Retour à Reims, op. cit., p. 164.

61 Carolyn Steedman, Landscape for a good woman. A Story of Two Lives, New Brunswick, New Jersey, Rutgers University Press, 1987 [1986], p. 11.

62 Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir, op. cit., p. 13.

63 Voir par exemple les analyses de Jérôme Meizoz, « Annie Ernaux : posture de l’auteure en sociologue », Annie Ernaux : se mettre en gage pour dire le monde, Thomas Hunkeler et Marc-Henry Soulet, (dir.), Genève, MétisPresses, 2012, p. 27-44 qui insiste sur la relation ambivalente et changeante de l’auteure par rapport au champ littéraire.

64 Stuart Alexander Rockefeller, « Flow », Current Anthropology, 2011, no 52/4, p. 557-578.

65 Antoine Vauchez, « Le prisme circulatoire. Retour sur un leitmotiv académique », Critique internationale, 2013, no 59, p. 9-16, p. 11.

66 Anna Lowenhaupt Tsing, Friction: An Ethnography of Global Connection, Princeton, Princeton University Press, 2005.

67 Gisèle Sapiro, « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l’histoire globale », Actes de la recherche en sciences sociales, 2013, no 200, p. 70-85.

68 Voir le dossier « La littérature au-delà des nations. Hommage à Pascale Casanova », Claire Ducournau, Tristan Leperlier et Gisèle Sapiro (dir.), COnTEXTES, 2020, no 28.

69 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 2008 [1999].

70 Gisèle Sapiro, « How Do Literary Works Cross Borders (or Not)? A Sociological Approach to World Literature », Journal of World Literature, 2016, no 1, p. 81-96.

71 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la Recherche en sciences sociales, 2002/5, no 145, p. 3-8, p. 8.

72 Gisèle Sapiro, « The Transnational Literary Field between (Inter)-nationalism and Cosmopolitanism », Journal of World Literature, 2020, no 5/4, p. 481-504; Larissa Buchholz, « What Is a Global Field? Theorizing Fields Beyond the Nation-State », The Sociological Review Monographs, 2016, no 64/2, p. 31-60.

73 Daniela Dröscher, Zeige deine Klasse, op. cit., p. 20. Nous soulignons.

74 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », art. cit., p. 5.

75 Voir Claire Ducournau, « Les deux (ou trois) carrières de Richard Hoggart. De la fondation des cultural studies aux appropriations de la sociologie française », Revue d’anthropologie des connaissances, 2017, no 11/3, p. 263-282.

76 Voir également Paul Pasquali Olivier Schwartz, « La Culture du pauvre : un classique revisité. Hoggart, les classes populaires et la mobilité sociale », Politix, 2016, no 2, p. 21-45.

77 Jean Claude Passeron, « Portrait de Richard Hoggart en sociologue », Enquête, 1993, no 8, p. 1-19.

78 Jean Claude Passeron, « Présentation », dans Richard Hoggart, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris : Éditions de Minuit, 1970, p. 7-25, p. 25.

79 Jean-Claude Passeron, « Portrait », art. cit., p. 15.

80 Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir, op. cit., p. 239-240.

81 Voir la critique de Carolyn Steedman, Landscape for a good woman, op. cit., p. 6-16.

82 Voir Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir, op. cit., p. 121 et p. 235.

83 Annie Ernaux, L’Écriture comme un couteau, op. cit., p. 72.

84 Paul Pasquali et Olivier Schwartz, « La Culture du pauvre : un classique revisité », art. cit., p. 22.

85 Mark Gibson, « The Antipodean Uses of Literacy », Richard Hoggart and Cultural Studies, Sue Owen (dir.), Londres, Palgrave Macmillan, 2008, p. 187-197.

86 Voir Rolf Lindner, « “Lived Experience”. Über die kulturale Wende in den Kulturwissenschaften », Cultural Turn. Zur Geschichte der Kulturwissenschaften, Lutz Musner, Gotthard Wunberg et Christina Lutter (dir.), Vienne, Turia und Kant, 2001, p. 11-19.

87 Claire Ducournau, « Les deux (ou trois) carrières de Richard Hoggart », art. cit., p. 271.

88 Voir Bill Marshall, « Introduction », Études culturelles françaises, 2012, no 23/2, p. 99-103.

89 Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant, « La nouvelle vulgate planétaire », art. cit., p. 6.

90 Idem.

91 Cela vaut également pour le néolibéralisme prétendument américain : il a aussi des racines européennes ; de plus, les variétés de néolibéralisme ont été récemment mises en évidence. Voir Quinn Slobodian, Globalists: The End of Empire and the Birth of Neoliberalism, Cambridge (MA), Harvard University Press, 2018.

92 Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant, « La nouvelle vulgate planétaire », art. cit., p. 6.

93 Regula Bürgi, Die OECD und die Bildungsplanung der freien Welt. Denkstile und Netzwerke einer internationalen Bildungsexpertise, Opladen, Verlag Barbara Budrich, 2017.

94 John W. Meyer, Francisco O. Ramirez et Yasemin Nuhoglu Soysal, « World Expansion of Mass Education, 1870-1980 », Sociology of Education, 1992, no 65/2, p. 128-149, p. 128.

95 John Boli, Francisco O. Ramirez et John W. Meyer, « Explaining the Origins and Expansion of Mass Education », Comparative Education Review, 1985, no 29, p. 145-170, p. 158.

96 Ulrich Beck, La société de risque. Sur la voie d’une autre modernité, traduit de l’allemand par Laure Bernardi, préface de Bruno Latour, Paris, Flammarion, 2003, p. 175. Traduction modifiée.

97 Didier Eribon, Retour à Reims, op. cit., p. 203 ; voir aussi Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Éditions Raisons d’agir, 2004, p. 130.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philipp Lammers et Marcus Twellmann, « L’autosociobiographie, une forme itinérante »COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 16 décembre 2021, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10515

Haut de page

Auteurs

Philipp Lammers

Universität Konstanz

Marcus Twellmann

Universität Hamburg

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search