Navigation – Plan du site

AccueilHors dossierNotes de lectureCompte rendu de Victoire Feuilleb...

Compte rendu de Victoire Feuillebois, Portraits de l’écrivain romantique en conteur nocturne

Paris, Classiques Garnier, « Perspectives comparatistes », 2021, 435 p.
Ninon Chavoz

Texte intégral

1La nuit romantique recèle-t-elle encore des mystères ? On aurait pu croire que tout avait été dit à propos d’un motif qui, ainsi que le rappelle Victoire Feuillebois dans les premières pages de son livre, a joué un rôle structurel dans l’élaboration de la littérature comparée, grâce notamment aux travaux des « pères fondateurs » (p. 10) de la discipline comme Fernand Baldensperger (« Young et ses Nuits en France », 1907), Paul Van Tieghem (La Poésie de la nuit et des tombeaux en Europe au xviiie siècle, 1921) ou Albert Béguin (L’Âme romantique et le rêve : essai sur le romantisme allemand et la poésie française, 1937). À ces travaux liminaires s’ajoute encore une large bibliographie contemporaine, qui favorise une approche pluridisciplinaire de la nuit romantique, en associant entre autres l’étude des textes à l’anthropologie (Alain Montandon, Les Yeux de la nuit : essai sur le romantisme allemand, 2010) ou à la psychanalyse (Corinne Bayle, Au clair de la nuit, 2012).

2Naviguant avec dextérité dans cet ample massif critique, qui rassemble plus d’un siècle de lectures détaillées de la nuit romantique, Victoire Feuillebois réussit l’exploit d’en proposer une approche nouvelle et complètement inédite, en accordant notamment la part belle aux usages du contage nocturne dans la construction d’une figure de l’auteur moderne. L’originalité du présent ouvrage, issu d’une thèse soutenue en 2012 à l’Université de Poitiers sous la direction d’Anne Faivre Dupaigre, tient donc à la fois à la délimitation du corpus et à la méthode appliquée. L’auteure annonce en effet dès l’introduction son choix de privilégier un « corpus large », qui mêle sans discrimination des « textes canoniques de la littérature romantique » (E.T.A. Hoffmann et Ludwig Tieck en Allemagne, Alexandre Pouchkine et Nicolas Gogol en Russie, Théophile Gautier et George Sand en France) et des « ouvrages mineurs », si marginaux qu’il paraît aujourd’hui encore délicat d’identifier précisément leur auteur (p. 41‑42). L’essai s’achève ainsi sur l’évocation d’un texte mystérieux, Les Veilles, paru en 1804 « dans une petite maison d’édition de Penig, près d’Iéna » sous le pseudonyme de Bonaventura (p. 385) : si le nom de plume en question a déjà été utilisé par le philosophe idéaliste Schelling, tout porte à croire que c’est un autre auteur – sans doute bien moins renommé – qui publie ce texte nocturne en se prévalant d’une signature déjà connue. En faisant le choix de constituer son corpus non seulement avec quelques grands noms ou auteurs, mais également dans l’exploration d’un motif narratologique et textuel diffus, Victoire Feuillebois entend démontrer « la cohérence non réductrice de l’appropriation du modèle du contage nocturne, à tous les niveaux du fait littéraire et dans de nombreux pays d’Europe » (p. 42).

  • 1  Alain Vaillant, La Crise de la littérature : romantisme et modernité, Grenoble, ELLUG, 2005.
  • 2  Marie-Ève Thérenty, « Pour une poétique historique du support », Romantisme, no 143, 2009/1, p. 10 (...)

3L’indéniable succès de cette forme de narration particulière s’expliquerait en effet par la « crise de la littérature » et par « la révolution de la lecture » auxquelles se trouvent confrontés les écrivains romantiques : prenant appui sur les travaux d’Alain Vaillant1, mais aussi sur la « poétique du support » définie par Marie-Ève Thérenty à propos de l’émergence de la presse2, Victoire Feuillebois entend relire la nuit romantique au prisme de considérations sociologiques, qui tiennent à la construction d’une nouvelle figure de l’écrivain, à l’heure où le feuilleton conduit à une marchandisation croissante de productions littéraires rentrées de plain-pied dans le domaine médiatique. À l’approche thématique souvent privilégiée par la critique pour démêler l’écheveau des motifs récurrents de la nuit romantique, l’auteure substitue dès lors une méthode novatrice, qui se concentre à la fois sur les modalités discursives du contage nocturne et sur leur inscription dans des stratégies littéraires : « il s’agit donc, d’une part, d’analyser sous l’angle de la narratologie formelle l’entrelacement des voix et des strates de récit ; et d’autre part, de recontextualiser ces expérimentations dans les évolutions du champ littéraire de la première moitié du xixe siècle » (p. 37). L’application de cette double méthode – à la fois très proche du détail des textes et capable d’une remarquable prise de recul, qui permet de saisir les phénomènes littéraires dans leur ensemble – conduit Victoire Feuillebois à l’énoncé et à la démonstration méticuleuse de plusieurs hypothèses fortes, qui battent en brèche une vision stéréotypée et simpliste du contage nocturne et font de ce genre, en apparence mineur, une étape décisive dans la naissance du roman moderne – et en particulier du « grand roman russe » de la seconde moitié du xixe siècle. Par cette analyse convaincante, Victoire Feuillebois fait donc aussi œuvre d’historienne de la littérature : après avoir établi clairement la différence entre les fictions de contage nocturne romantique et leurs précédents plus anciens, en montrant notamment que là où le Décaméron rassure en établissant nette partition entre l’univers des conteurs et celui de la fiction contée, les textes romantiques s’emploient au contraire à brouiller cette frontière, l’auteure s’attache à montrer comment ces derniers préparent aussi, implicitement, les évolutions ultérieures de la forme romanesque, et notamment de la narration. Plutôt que de déployer intégralement la riche architecture de ce volume, qui illustre la complexité de la notion de « contage » en analysant successivement des « textualisations » qui convoquent l’apparence de l’oralité, les « figurations » du personnage du conteur et, en dernière instance, les « dissociations » qui permettent d’établir un hiatus entre cette figure diégétique et celle de l’écrivain, nous préférerons ici illustrer la portée de ces analyses en nous concentrant sur quelques nuances apportées à la représentation courante de la nuit romantique.

4La première tient sans doute à l’association récurrente de cette nuit à des révélations jaillies des profondeurs de la conscience, à des angoisses primordiales et à un imaginaire inspiré ou mélancolique. Sans nier ces caractéristiques, Victoire Feuillebois avance qu’il y a également dans l’appropriation de cette thématique « un pragmatisme tout prosaïque » (p. 80) : si de nombreux auteurs se coulent dans le modèle du contage nocturne, c’est avant tout parce que ce dernier permet une adaptation au support journalistique qui connaît alors son plein essor. « L’opportune proximité entre le support journalistique et la forme des fictions à conteur nocturne » (p. 233) repose de fait sur de multiples facteurs : la présence de l’oralité, qui correspond à la forte « adressivité » des textes publiés en contexte journalistique ; la souplesse de la forme, autorisant une publication fractionnée ; la dimension inquisitoriale ou documentaire enfin, qui fait de la nuit « un moment particulièrement intéressant pour le journal », qu’il s’agisse de rendre compte de pratiques folkloriques (comme le fait par exemple George Sand) ou de révéler des « mondes interlopes » en contexte urbain, comme le fait Gérard de Nerval dans ses Nuits d’octobre (p. 235). Loin de participer exclusivement du sacre du poète béni par les Muses, le contage nocturne témoignerait donc également de l’insertion des auteurs dans un commerce du livre et de leur soumission aux lois du marché. Plus encore, il constituerait un espace de négociation pour tous ceux qui hésitent entre deux modèles en apparence incompatibles – celui des auteurs vendus, qui ne répugnent pas à se compromettre avec la presse, et celui des poètes maudits (dans les années 1830-1840, on distingue ainsi en Russie les « aristocrates » et les « marchands de littérature »). Cette opposition fondatrice, qui préoccupe de nombreux écrivains romantiques, trouverait une expression symbolique aboutie dans le traitement que réservent Alexandre Pouchkine (Les Nuits d’Égypte) et Théophile Gautier (« Une nuit de Cléopâtre ») au motif de la « nuit de Cléopâtre » : l’anecdote, relatée par l’obscur Aurélius Victor, voudrait que la reine d’Égypte ait proposé aux amateurs de payer une nuit à ses côtés du prix de leur vie. Pour Victoire Feuillebois, Cléopâtre agit ici comme un « exorcisme » et comme un « double apaisé de l’auteur » : en effet, « elle accepte de se vendre tout en conservant son aura altière » (p. 277). Cette résolution du dilemme romantique va cependant de pair avec un dévoiement du modèle de la nuit et des attentes – notamment thématiques – qu’il suscite chez son lecteur : ainsi, ni Pouchkine ni Gautier ne consentent à la description d’un érotisme oriental que le sujet faisait pourtant miroiter, et le titre est uniquement justifié « par la présence plus ou moins explicite d’un cadre oral nocturne dans lequel est produite la fiction sur la nuit de Cléopâtre » (p. 268). La nuit, en d’autres termes, n’est pas ce qu’elle promet : on passe insensiblement de « la nuit érotique promise à une nuit purement littéraire, seul vestige du contrat que semblait établir le titre » (p. 291). L’analyse comparée des textes de Pouchkine et de Gautier permet dès lors d’aboutir à un double constat : d’une part, la forme narratologique de la nuit importe plus que le traitement effectif de certaines thématiques attendues ; d’autre part, le contage nocturne est un genre trompeur, supposant un jeu avec le lecteur, à l’occasion duquel l’auteur déploie une forme de ruse ou de mauvaise foi. Cette dernière se décline ensuite selon plusieurs modalités, que Victoire Feuillebois s’emploie à détailler en prenant appui sur de solides analyses de textes. La fausseté du contage nocturne tient ainsi d’abord à son éloge récurrent de l’oralité, présentée, dans une tradition toute platonicienne, comme une forme de récit supérieure à l’écriture. Un tel argument s’apparente pourtant au fameux « paradoxe du menteur », que l’auteure propose d’adapter comme suit : « j’écris un livre pour prouver que mon livre ne vaut rien, car l’oralité est un mode de communication supérieure » (p. 363). Non content de constituer une aberration logique, puisqu’il feint de prendre acte de la supériorité de l’oral tout en optant pour un modèle écrit, un tel énoncé se voit implicitement récusé dans de nombreuses fictions qui procèdent discrètement au discréditde la figure, en apparence dominante, du conteur : « pour résoudre cette autocontradiction, il s’agit de souligner le travail du texte, qui désintègre la mise en scène orale pour mieux faire retour vers l’espace du livre comme seule instance d’autorité de la fiction et vers l’auteur comme seule source d’auctorialité » (p. 363).

  • 3  Voir Jérôme Meizoz, Postures littéraires : mises en scènes modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, (...)

5Le premier indice de la supercherie mise en œuvre par ces auteurs, qui font mine de convoquer le modèle de l’oralité tout en le récusant, tient à la ductilité de la notion même de « veillée » ou de « nuit » qui, en dépit des apparences, ne correspond pas à une unité de temps mesurable par le narrateur (temps du récit) ou par le lecteur (temps de la lecture) : en réalité, les veillées de longueur variable se substituent tout bonnement aux chapitres et « leur dimension pseudo-réaliste ne fait que renvoyer en définitive à leur textualité avérée » (c’est-à-dire, à leur structure typiquement écrite, p. 340). Tout en capitalisant sur l’aura du conteur (et en substituant ainsi « l’auralité », chère aux spécialistes de l’épopée, à l’oralité), l’auteur romantique le dépeint comme un « narrateur non fiable » ou à tout le moins malhabile : après avoir mis en évidence les limites narratives du chanvreur Étienne Depardieu, présenté dans les romans de George Sand comme un « double incomplet de l’auteur » (p. 347), Victoire Feuillebois livre une analyse serrée des Veillées du hameau près de Dikanka de Nicolas Gogol, où elle souligne l’opposition entre la figure du narrateur encadrant, le jovial apiculteur Panko le Rouge, et un « narrateur subtil », que son anonymat n’empêche pas d’identifier à Gogol lui-même (p. 353-354). Le conteur, par conséquent, n’est pas une image de l’écrivain, en dépit des fausses pistes autobiographiques qui peuvent ponctuellement suggérer leur identification (par exemple dans le cas des Frères de Saint-Sérapion d’E.T.A. Hoffmann, évoqué p. 246 et suivantes), et ce dernier n’entend pas non plus se transformer en « ethnologue avant la lettre » (p. 330), glanant des données sur le terrain pour livrer un texte strictement documentaire : tout au contraire, le conteur est là pour offrir à l’auteur un contre-modèle heuristique. La nouvelle position que l’écrivain se construit dans le texte est dès lors fondée « sur une disqualification des figures intercalaires de l’énonciation, au profit de la promotion d’une posture de narrateur en retrait, manifestée non directement dans le texte, mais à travers une série d’indices qui font de l’auteur lui-même une figure d’autorité précisément en raison de sa position surplombante » (p. 344). La vogue des nuits romantiques, conçues comme un dispositif narratologique et non comme une thématique récurrente, permettrait en d’autres termes l’avènement de formes de narrations caractéristiques du roman moderne – et notamment du principe d’externalité défini par Bakhtine, qui « suppose la dispersion de la présence de l’auteur dans l’arrière-plan du discours, dans un point de vue supérieur et englobant à partir duquel il peut figurer une multiplicité de voix extérieures » (p. 343). Du point de vue de la sociologie de la littérature, la nuit romantique aboutit simultanément à la construction de nouvelles postures ou scénographies auctoriales, dont Victoire Feuillebois emprunte la définition respectivement à Jérôme Meizoz et à José-Luis Diaz3 : ainsi que le suggère d’emblée son titre, c’est bel et bien l’auteur, dans ses manifestations textuelles autant que para-textuelles, qui constitue le principal sujet de la présente étude.

  • 4  Je fais ici référence à deux colloques récemment co-organisés par Victoire Feuillebois à l’Univers (...)

6En définitive, le contage nocturne romantique, décrit avec érudition et brio dans cet ouvrage, se présente comme un habile simulacre de nostalgie : opposant en apparence un modèle d’oralité révolu au triomphe de l’écrit et à la frénésie de lecture qui caractérise le premier xixe siècle, il relève en réalité d’une stratégie d’intégration dans un champ littéraire marqué par l’hégémonie de la presse, et prépare les développements ultérieurs du roman autant qu’il porte un regard rétrospectif sur les grands modèles passés que représentent le Décaméron de Boccace et Les Mille et une Nuits. Les suites et conséquences de la riche réflexion menée dans Portraits de l’écrivain en conteur nocturne ne cessent d’ailleurs de se multiplier : en se tournant désormais vers l’étude de l’œuvre de Dostoïevski ou vers les horizons offerts par la bibliothérapie4, Victoire Feuillebois prolonge les pistes tracées dans le présent ouvrage et démontre, une nouvelle fois, l’importance du tournant représenté par le contage nocturne à l’époque romantique, en rendant manifeste ses répercussions jusqu’à l’heure contemporaine.

Haut de page

Notes

1  Alain Vaillant, La Crise de la littérature : romantisme et modernité, Grenoble, ELLUG, 2005.

2  Marie-Ève Thérenty, « Pour une poétique historique du support », Romantisme, no 143, 2009/1, p. 109‑115. 

3  Voir Jérôme Meizoz, Postures littéraires : mises en scènes modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007 et La Fabrique des singularités : postures littéraires II, Genève, Slatkine, 2011 ; José-Luis Diaz, L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, 2007 et « Portrait de Balzac en conteur “phosphorique” », dans Balzac : une poétique du roman, sous la direction de Stéphane Vachon, Saint-Denis/Montréal, Presses Universitaires de Vincennes/XYZ éditeur, 1996, p. 89-108.

4  Je fais ici référence à deux colloques récemment co-organisés par Victoire Feuillebois à l’Université de Strasbourg, et financés par l’Idex Recherche et le Prix Guy-Ourisson dont elle avait été lauréate en 2019 et 2020 : « Spectres de Dostoïevski », du 20 au 22 octobre 2021 (http://www.cercle-gutenberg.fr/agenda/evenement/news/victoire-feuillebois-prix-guy-ourisson-2020-organise-un-colloque-international-spectres-de-dost/) et « Bibliothérapies d’ailleurs : représentations et pratiques de l’Antiquité à nos jours », les 18 et 19 novembre 2021 (https://lethica.unistra.fr/evenements/evenement/bibliotherapies-dailleurs-representations-et-pratiques-de-lantiquite-a-nos-jours).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ninon Chavoz, « Compte rendu de Victoire Feuillebois, Portraits de l’écrivain romantique en conteur nocturne »COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 05 janvier 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10557

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search