Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques32Donner la parole : à quel prix ?

Donner la parole : à quel prix ?

Restitution littéraire et théories du don
Mathilde Zbaeren

Résumés

Cet article se propose d’interroger le succès de la notion de restitution dans les études littéraires afin d’envisager les effets d’un imaginaire de la littérature comme « don ». Au prisme du cas fourni par les collectes de témoignages de Jean Hatzfeld au Rwanda, il s’agit de mesurer les effets d’une importation dans les études littéraires des notions de « restitution », d’« échange de dons » et de « contre-don », héritées des travaux de Marcel Mauss et de Pierre Bourdieu. Partant de l’idée que les formes littéraires non-fictionnelles ont partie liée avec les exigences déontologiques et politiques de restauration de la dette, cet article soutient que les recueils de voix requièrent le dépassement de l’assimilation de la littérature à l’universel, afin de souligner ses engagements et ses effets au sein de la chaîne de l’échange qui constitue le lien social. La distinction entre restitution littéraire et restitution ethnographique, rendue caduque par les formes non-fictionnelles, exige des littératures documentaires et des écritures de terrain de penser la restitution dans sa dimension matérielle, en vertu de la « participation » au terrain des potentiels lecteurs et lectrices de ces productions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il est question de la grenade GLI-F4, une grenade chargée d’explosif qui a notamment tué Rémi Frais (...)
  • 2 Ibid., p. 117.
  • 3 Le masculin n’est pas utilisé comme forme neutre dans ce texte. Le texte de Sophie Divry rassemble (...)
  • 4 Marie Cosnay, Des îles. Lesbos 2020–Canaries 2021, Paris, Éditions de l’Ogre éd., 2021, p. 15.
  • 5 Idem.

1Les études littéraires contemporaines sur les enquêtes et collectes de paroles ont contribué à amener sur le devant de la scène critique une notion jusque-là discutée par les anthropologues et les sociologues : celle de restitution. Ce terme est apparu récemment dans des ouvrages sur des productions littéraires de non-fiction, telles que des enquêtes, reportages, recueils de « voix » et de témoignages. De leur côté, nombreux auteurs et autrices revendiquent aujourd’hui le recours à la collecte de témoignages, l’écriture à partir d’entretiens, l’immersion sur un terrain circonscrit. Sophie Divry a par exemple rassemblé, dans Cinq mains coupées (Seuil, 2020), les témoignages de manifestants estropiés par des grenades anti-émeute1 au cours de mobilisations en France. Dans l’épilogue de ce texte, l’autrice décrit sa méthode d’enquête de façon scrupuleuse. Elle y précise qu’elle a choisi de monter les différentes « voix » de ses enquêtés, afin de les entremêler, de croiser les témoignages collectés pour ne jamais parler à la place d’autrui, et ne pas « faire d’erreur2 ». Elle indique surtout que les versions écrites des entretiens ont été soumises à ses informateurs3. De façon similaire, Marie Cosnay, dans son dernier récit consacré à des trajectoires de personnes migrantes, précise dans un prologue que ce qu’elle relate de ces trajectoires ne se réduit jamais à une identité arrêtée ou à ce que l’autrice a pu percevoir d’elles4. Elle ajoute à cela la nécessité personnelle de ne raconter l’histoire que de celles et ceux qu’elle a personnellement aidés dans leurs démarches administratives pour régulariser leur situation, ceci afin de ne pas se sentir « en dette » ou « prédatrice d’histoires5 ».

  • 6 Pour une discussion des limites de l’exigence de retour au terrain en anthropologie, voir Aude Béli (...)
  • 7 Sur cette question, voir les travaux de Baptiste Godrie & Marie Dos Santos, « Présentation », Socio (...)
  • 8 Marie-Noëlle Schurmans, Maryvonne Charmillot, & Caroline Dayer, Introduction du Dossier « La restit (...)

2Ce souci éthique est motivé par la volonté de faire perdurer un lien entre l’instance collectrice de récits et les personnes qui ont eu la générosité de partager avec elle une part de leur intimité. Dans ce sens, permettre un droit de regard aux acteurs et actrices sociales sur les connaissances formées à leur contact se présente comme une nécessité éthique, sorte de règle de conduite informelle adoptée en vertu des relations tissées avec les enquêté·e·s, mais ne relevant pas d’une déontologie propre à l’exercice de la profession d’écrivain·e. Dans le domaine de l’anthropologie, le droit de regard sur l’enquête produite s’apparente à ce que des ethnologues ont désigné depuis les années 1990 comme un geste épistémologique incontournable, relevant cette fois d’une déontologie qui s’est progressivement imposée en préconisant un « retour » au terrain afin d’y présenter les résultats de l’enquête6. Par le « retour » aux enquêté·e·s, la production de connaissances se distingue ainsi de la captation. Le retour permet également de collectiviser la construction textuelle et d’élaborer de façon collaborative des constats généraux. Ce geste est parfois désigné comme une forme de restitution, mais il englobe aussi d’autres pratiques. Dans le domaine de l’anthropologie critique, des études post- et décoloniales, il désigne l’acte de rendre ce qui a été pris, usurpé, spolié dans le cadre de relations de domination. Dans le domaine des sciences sociales et celui des lettres, il signifie plus largement l’acte de donner autre chose en retour. Les chercheurs et chercheuses qui se sont penchées sur cette notion de restitution se sont ainsi empressées de souligner son ambiguïté et l’inconséquence scientifique d’un usage indéterminé de la notion. En revanche, d’aucuns ont souligné que la restitution, quand elle constitue un geste clairement défini, peut servir un idéal d’égalité épistémique7 et celui d’une conception des savoirs comme un espace de débat démocratique, pluriel et non-marchand8.

  • 9 L’idée de personnes « sans-voix » travaille les études littéraires depuis longtemps. Elle sert bien (...)
  • 10 Dominique Viart, « En lieu et place des sans voix », art. cité, p. 78 ; Laurent Demanze, Un nouvel (...)

3Dans les études littéraires, le terme de restitution n’est généralement pas utilisé pour désigner l’exigence de « retour » aux enquêtés et enquêtées. Face à l’attention croissante portée aux paroles mises sous silence ou, plus souvent, aux voix présentées comme « inaudibles9 », le terme de restitution semble adéquat pour synthétiser les ambitions poétique et sociale des récits composés à partir de témoignages et d’entretiens10. Polysémique, le terme recouvre cependant différentes démarches sans les distinguer. L’usage indéterminé de la notion est embarrassant d’un point de vue épistémologique et éthique, parce qu’il renforce la confusion entre trois acceptions différentes : 1. parfois synonyme de restauration, le terme permet aux critiques littéraires de valoriser des productions littéraires comme des espaces où des voix subalternes et minorisées peuvent être entendues ; 2. comprise comme synonyme de contre-don, la restitution permet de faire des œuvres des productions léguées aux informateurs et informatrices selon un accord qui tient de l’échange ou de la transaction ; 3. la restitution sert enfin à désigner une réparation symbolique susceptible de permettre à une communauté d’advenir à elle-même et de se ressaisir comme un « nous » au prisme d’une œuvre. Ces trois acceptions étant généralement confondues dans le discours critique, il n’est pas rare de voir assimilés le projet de « donner la parole » et celui de « refaire communauté » ou de « restaurer le vivre ensemble » au biais d’une forme littéraire « léguée » ou « offerte » comme un don à la société. Il est rare, en revanche, qu’on interroge les modalités d’un tel legs : que restituent les récits dans lesquels des témoignages sont réécrits, traduits, reformulés ? Qui est l’agent de la restitution ? Qui en est le destinataire ? Quelle est en somme la fonction sociale attribuée à de tels récits ? Et surtout, quel type de lien social permettent-ils de (re)tisser ? Quel gain épistémique, enfin, représente l’importation de la notion de restitution au sein des études littéraires ?

  • 11 Alain Caillé, Don, intérêt et désintéressement: Bourdieu, Mauss, Platon et quelques autres, Paris, (...)

4Les commentaires portant sur les collectes de paroles tendent à considérer comme des synonymes aux frontières mouvantes les termes de « restitution », « échange de dons » et « contre-don ». Une telle superposition des termes soulève des problématiques explorées par l’anthropologie et la sociologie au moins depuis les travaux sur le don de Marcel Mauss. Interroger le succès de la notion de restitution dans les études littéraires permet d’envisager les effets d’un imaginaire de la littérature comme « don », c’est-à-dire comme « prestation de biens ou de services effectués sans garantie de retour en vue de créer, entretenir ou régénérer le lien social11 ». L’idée de la littérature comme prestation aux vertus relationnelles et sociales marque en effet les études littéraires du contemporain, et tout particulièrement les études qui portent sur les littératures documentaires, de terrain et de témoignage. Un retour critique sur la notion de restitution au prisme des analyses de Mauss et de Bourdieu permet d’interroger l’idéal de « réparation » dont la littérature est aujourd’hui le vecteur symbolique. Il conduit aussi à éclairer les arrangements des écrivains-enquêteurs avec la dette qu’ils contractent à l’égard de leurs enquêtées, enquêtés et témoins.

  • 12 Depuis 1996, Jean Hatzfeld a adopté une posture d’exilé en littérature et affirme s’être réfugié du (...)

5Pour ce faire, je propose de prendre comme point d’entrée de cette réflexion le cas de Jean Hatzfeld. À partir de témoignages collectés au Rwanda à la suite du génocide des Tutsi, ce dernier a déployé dans son œuvre littéraire une série de réflexions sur le don symbolique que représente son écriture à l’égard de ses témoins, tout en parvenant à se soustraire à toute dette vis-à-vis d’eux. Les recueils de voix de l’auteur-reporter et leur réception critique fournissent un cas idéal pour interroger ce que peut être un projet de restitution littéraire et ses formulations critiques. Ancien reporter, « exilé12 » en littérature, Hatzfeld recueille depuis les années 1990 les témoignages des rescapé·e·s et des tueurs du génocide des Tutsi au Rwanda pour en faire la matière poétique de ses récits. Il est, en France hexagonale du moins, l’un des premiers écrivains à développer une pratique intensive du terrain associée à la collecte de paroles. Ce cas me permettra de mesurer les effets de l’importation de la notion de « restitution » dans le domaine littéraire, notion que la discipline anthropologique commence à développer au moment même où Hatzfeld publie ses premiers recueils de témoignages. En fin de parcours, j’envisagerai ainsi la manière dont les productions de Jean Hatzfeld ont été reçues par la critique et constituées en modèle du don littéraire.

« Faire parler », négocier un témoignage : le donnant-donnant

  • 13 Jean Birnbaum, « Jean Hatzfeld : “Je n’essaie pas de comprendre” », Le Monde des Livres, 19 février (...)

6Lors d’un entretien accordé au Monde le 19 février 2021 à l’occasion de la sortie de son dernier récit, Là où tout se tait (Gallimard, 2021), Jean Hatzfeld déclarait vouloir « donner la parole » aux quelques « Justes » hutus qui, au risque de leur vie, ont tenté de venir en aide aux victimes du génocide des Tutsi du Rwanda13. Dans son ouvrage Dans le nu de la vie (Seuil, 2000), le reporter-écrivain s’était attelé à « donner voix » aux rescapés pour pallier la carence d’attention médiatique et juridique sur le génocide au Rwanda et en France. La forme littéraire lui apparaissait alors comme un moyen de relater des expériences vécues de la violence et de diffuser la parole peu entendue des victimes, rescapés tutsis et hutus modérés. Mettre ces témoignages en récit lui permettait d’adopter une perspective éthique et de suppléer à une absence de représentation.

  • 14 Florent Piton, Le Génocide des Tutsi du Rwanda, Paris, La Découverte, 2018 ; Stéphane Audoin-Rouzea (...)
  • 15 Dans son dernier ouvrage, le reporter Patrick de Saint-Exupéry étudie la thèse négationniste selon (...)
  • 16 Catherine Coquio, Rwanda, le réel et les récits, Paris, Belin, 2004 ; Charlotte Lacoste, Séductions (...)
  • 17 Jean Birnbaum, « Jean Hatzfeld : “Je n’essaie pas de comprendre” », art. cit.

7La démarche littéraire de l’auteur a commencé en 1994, dans un contexte où l’attention médiatique se tourne vers les réfugiés – parmi lesquels se trouvent de nombreux tueurs et responsables politiques du génocide – qui fuient alors vers l’ex-Zaïre, actuelle République démocratique du Congo14. En choisissant de donner la parole aux rescapés restés au Rwanda, Hatzfled a contribué à médiatiser leur parole pour la diffuser auprès d’un lectorat essentiellement situé en France hexagonale. S’il s’est d’abord appliqué à rapporter la parole des rescapés, l’auteur s’est ensuite ouvert aux récits des bourreaux et tueurs enfermés dans le centre de détention de Rilima. Les récits des tueurs font l’objet d’un deuxième volume intitulé Une Saison de machettes (Seuil, 2003). Plus délicat à aborder dans la mesure où il rassemble la parole de criminels souvent adeptes de l’idéologie raciste et de la thèse négationniste du second génocide15, ce livre a fait l’objet de critiques plus virulentes que le premier16. Un troisième volume, La Stratégie des antilopes (Seuil, 2007), entremêle les voix des tueurs et des rescapés afin d’interroger la possibilité d’un vivre-ensemble, à l’heure où de nombreux détenus sont relâchés et reviennent vivre sur les lieux de leurs crimes. Ces trois récits, comme ceux qui leur succèdent, Englebert des collines (Gallimard, 2014), Un Papa de sang (Gallimard, 2015) et Là où tout se tait (Gallimard, 2021), soulèvent la question de la fonction « réparatrice » de la littérature, au-delà de la fascination pour le mal et « l’engouement sanguinaire17 ».

  • 18 Voir le récent colloque Livres de voix. Narrations pluralistes et démocratie organisé par Alexandre (...)
  • 19 En 2007 a paru un volume réunissant Dans le nu de la vie, Une Saison de machettes et La Stratégie d (...)
  • 20 À plusieurs reprises, les récits soulignent combien la parole des victimes et rescapé·e·s n’a pas é (...)

8Il est aujourd’hui coutumier de désigner les récits d’Hatzfeld comme des « recueils » ou des « livres de voix18 » dont les propriétés et les fonctions ne se confondent pas entièrement avec celles que l’on reconnaît aux témoignages. Selon la critique littéraire, les recueils de voix visent moins une attestation qu’une restitution et un don. Dans les Récits des marais rwandais19 et dans les recueils de voix qui succèdent à cette trilogie, Hatzfeld entend donner la parole à des témoins désignés comme inaudibles20, mais il entend aussi donner de sa personne en s’impliquant dans son enquête. Chez Hatzfeld, le témoignage des rescapés ou des tueurs est souvent présenté comme relevant d’une transaction ou d’un échange. Les récits explicitent la manière dont se négocient les entretiens. À cette fin, des segments métadiscursifs prennent souvent place dans des chapitres contextualisants et dans les parties intercalaires, où l’auteur-reporter décrit les lieux traversés et les situations de rencontre avec ses témoins. Au début de chaque chapitre de Dans le nu de la vie, le reporter-écrivain relate par exemple les conditions dans lesquelles il a fait la rencontre du témoin dont la parole est ensuite rapportée entre guillemets. Dans ces chapitres intercalaires, il s’agit essentiellement de proposer la description d’un paysage, d’une ville, du décor dans lequel s’ancre la parole du témoin.

  • 21 Dans un chapitre particulièrement essentialisant de la Stratégie des antilopes, l’auteur propose le (...)

9Les segments métadiscursifs, comme le prologue, signalent moins la dette de l’auteur à l’égard du témoin que son intention de focaliser son enquête sur des figures de témoins et de narrativiser une rencontre. Chacun est présenté au sein de son lieu de vie, sur la terrasse du bistro dont il est le gérant, dans la salle de classe où il enseigne, ou sur un chemin qu’il emprunte quotidiennement ; autrement dit dans un environnement quotidien, représenté comme immuable21. Le présent de narration tend à conférer aux descriptions une valeur de vérité générale, et les portraits photographiques (de Raymond Depardon) qui accompagnent les témoignages laissent entendre que le texte nous donne accès à une portion de vie que la visite de l’auteur et de son interprète ne trouble pas. Le dernier paragraphe qui précède chaque témoignage propose par ailleurs une description physique et psychologique du rescapé.

10L’écriture entend ainsi cerner tout à la fois la singularité du témoin et rendre compte de certains traits caractéristiques : timidité, beauté, méfiance ou enthousiasme. Plus important encore, ces portraits mettent en scène la première rencontre et insèrent celle-ci dans une succession d’entretiens dont l’auteur signale qu’ils relèvent d’une négociation explicite, comme dans ce paragraphe introduisant la prise de parole de Francine Niyitegeka, une rescapée tutsie dont le portrait photographique orne la couverture de la première édition de l’ouvrage :

  • 22 Jean Hatzfeld, Dans le nu de la vie : récits des marais rwandais, Paris, Seuil, « Points », 2002, p (...)

Sur l’esplanade du village, une femme est adossée à sa maison, assise sur un banc. Elle s’appelle Francine Niyitegeka. Elle sourit et présente son nourrisson, Bonfils, qu’elle tient dans ses bras. Sa nièce, Clémentine, est à son côté. Elle est habillée d’un pagne fleuri et vert, un tissu assorti enroulé en turban autour de ses cheveux. Sa beauté se remarque de loin ; de près, tous ses gestes sont empreints d’une grâce indicible. Elle s’apprête à prendre à pied le chemin du dispensaire, distant d’une vingtaine de kilomètres, parce que son bébé souffre d’un brutal accès de malaria. L’apparition d’une voiture étrangère, aubaine inespérée en ce torride après-midi, l’incite à surmonter sa timidité. Elle rit et, en bonne Africaine, négocie le premier entretien contre un transport aller-retour en voiture. Le premier jour, elle évoque ses souvenirs par bribes, avec parcimonie ; elle décrit un drame par ellipses délicates. Sa méfiance se dissipe au fil des rencontres. Elle se montre même souvent bavarde, et parfois gaie22.

  • 23 Catherine Coquio, Rwanda, le réel et les récits, op. cit., p. 171.

11Ces parties de contextualisation non seulement produisent l’effet d’une spontanéité de la parole, car le témoignage succède à une description et semble découler naturellement du contexte, mais permettent également de présenter le témoignage comme un échange inscrit au sein d’une économie plus vaste. Dans les volumes qui suivent ce premier volet des Récits des marais rwandais, l’auteur continuera de joindre des descriptions contextualisantes aux fragments testimoniaux. Même si les voix des tueurs et des rescapés sont progressivement entremêlées, même si le dispositif littéraire se fait de moins en moins sériel pour gagner en hétérogénéité, Une Saison de machettes et La Stratégie des antilopes fournissent des descriptions du cadre d’énonciation des témoignages, ce qui leur confère une dimension exotisante, comme l’a déjà rappelé Catherine Coquio dans Le Réel et les récits23. Ces portions de texte remplissent toutefois une fonction bien précise : celle de découper le récit en séquences thématiques et de signaler l’échange dont procède le témoignage. Dans l’extrait rapporté plus haut, le commentaire métadiscursif nous renseigne sur un échange : Francine Niyitegeka accepte de témoigner contre un trajet en voiture.

Dons et scènes rituelles

12Chez Hatzfeld, le témoignage est présenté comme un « échange de dons » au sens de Marcel Mauss. Le parallèle peut sembler hâtif. Il faut rappeler que, dans une perspective maussienne, l’échange de dons désigne essentiellement un échange de biens matériels. Si la référence à Marcel Mauss est toutefois pertinente ici, c’est au regard des réflexions de l’anthropologue sur l’efficacité matérielle et sociale des rites. Contre toute attente, cet imaginaire du don permet à l’auteur des Récits des marais rwandais de se soustraire à la dette qui le lie à ses témoins.

  • 24 Björn-Olav Dozo & Anthony Glinoer, « Don et littérature », COnTEXTES no 5, 2009, URL : https://jour (...)
  • 25 Pierre Bourdieu, « L’économie des biens symboliques », in Raisons pratiques : sur la théorie de l’a (...)
  • 26 Björn-Olav Dozo & Anthony Glinoer, « Don et littérature », art. cit., p. 4.
  • 27 Anthony Glinoer et Michel Lacroix, « Dons et économie des échanges dans les groupes littéraires », (...)
  • 28 Idem.
  • 29 Hélène Merlin-Kajman, « Le texte comme don public », Études françaises, 2009, vol. 45, n°2, p. 47-6 (...)

13Dans un dossier de COnTEXTES consacré aux rapports entre le don et la littérature, Björn-Olav Dozo et Anthony Glinoer avaient (déjà) rappelé combien l’essai de Mauss constitue un outil théorique privilégié pour penser le cas « idéal-typique » du champ littéraire et des échanges de biens symboliques24. Rappelant les analyses de Pierre Bourdieu sur le champ littéraire et l’« intérêt au désintéressement25 », Dozo et Glinoer portaient dans ce dossier leur attention sur les phénomènes d’échanges de biens symboliques au sein du champ littéraire (cooptation, prix, édition et diffusion, par exemple) en soulignant leur caractère obligatoire et implicite. Ils soulignaient alors que le don, en tant que « fait social total » structurant les individus et les sociétés, s’apparente à l’investissement que les actrices et les acteurs sociaux placent dans le champ littéraire. Le don se présentait ainsi comme un moyen efficace de disqualifier les lectures finalistes ou mécanistes de la théorie des champs et comme un outil à la fois heuristique et herméneutique pour transcender la dichotomie entre approches interne et externe de l’œuvre littéraire26. Les articles de ce dossier fournissent des clés précieuses pour la compréhension de l’entrelacement complexe du don et de la littérature. Dans une perspective similaire, Anthony Glinoer et Michel Lacroix ont récemment travaillé à mettre en évidence l’homologie profonde entre don et récit à travers une analyse des échanges au sein de groupes littéraires27. Selon leurs analyses, le don dans le groupe littéraire relève d’une économie propre qui est « constitutivement opposée à la possibilité d’un équivalent généralisé »28 tel que l’argent. On citera encore, dans une perspective sensiblement différente, un article d’Hélène Merlin-Kajman qui a pour sa part proposé de voir dans le don littéraire de l’auteur·ice à son public, un geste de « profanation » ambivalent visant tout à la fois à affirmer la sacralité de la chose donnée et le retour à son usage commun29. La littérarité naîtrait de l’interstice ouvert par la publication au sein même de cette tension entre sacré et profane, entre abandon d’une chose donnée comme publique et la persistance d’un lien sacré, véhiculé par l’esthétique. À rebours des thèses de Pierre Bourdieu sur l’intérêt au désintéressement et l’économie des biens symboliques, l’analyse que propose Merlin-Kajman présente le don littéraire d’un auteur·ice à son public comme élément central de la « transitionnalité » de la littérature.

  • 30 Maurice Godelier, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, A (...)
  • 31 Voir à ce sujet l’ouvrage d’Olivier Christin, La Cause des autres. Une histoire du dévouement polit (...)

14S’ils donnent à penser les relations entre don et littérature à travers des cas variés, aucun de ces travaux ne se penche sur les enjeux du don littéraire dans les ouvrages de non-fiction. On conçoit aisément que, selon les mots de Maurice Godelier, « donner, [ce soit] toujours maintenir quelque chose de la personne qui donne dans la chose donnée »30, et que, par conséquent, quelque chose de l’auteur·ice perdure dans son don littéraire. Mais qu’en est-il lorsque l’auteur·ice est redevable d’un don préalable, parce que le texte qu’il ou elle compose et publie est constitué à partir de la parole des autres ? Comment les recueils de voix reconfigurent-ils l’appariement entre la littérature et les « scènes sociales rituelles » du don ? Comment, sur le terrain et face aux enquêté·e·s, la démarche du collecteur de voix se distingue-t-elle de l’aumône, que Mauss prenait pour cible de son Essai et que la modernité s’est employée à congédier31 ?

  • 32 Florence Weber, « Présentation », in Marcel Mauss, Essai sur le don: Forme et raison de l’échange d (...)
  • 33 Voir à ce sujet Marcel Mauss, La Prière, Paris, Presses universitaires de France, « Quadrige », 20 (...)

15Rappelons que, dans l’Essai sur le don (1925), Mauss analyse par le biais des travaux de Bronislaw Malinowski sur la kula et de Franz Boas sur le potlatch les contextes sociaux dans lesquels les interactions et prestations prennent leur signification pour les acteurs de l’échange (donateurs et donataires). Mauss montre que « l’échange de dons » n’est pas un simple transfert, mais une transaction. Il soutient que ce phénomène du don et du contre-don est universel, tout en soulignant sa complexité et ses variations dans des contextes qu’il s’applique à décrire. L’Essai sur le don conteste par ailleurs l’apparente gratuité du don pour défendre qu’il est toujours obligatoire et intéressé. Dans l’Essai, Mauss se penche sur les formes d’échanges qui relèvent d’obligations purement sociales, exigibles, car relevant de règles connues de tous et toutes au sein d’une société donnée. À la différence de Max Weber – pour qui l’enjeu était de retracer la genèse culturelle des concepts économiques – ou de Malinowski – qui voulait lui aussi s’opposer à la « fable du troc » –, Mauss a surtout contribué à décrire la dimension sociale des phénomènes économiques. Mauss parvient ainsi à identifier deux types d’obligations qui lient les parties d’un échange : l’obligation juridique et l’obligation sociale. D’après lui, ces contextes – ou, pour reprendre l’expression de Florence Weber, ces « scènes sociales »32 – fonctionnent comme des cadres cognitifs eux-mêmes structurés par la langue en usage et par les qualifications des interactions en cours. Pour le dire autrement, les « scènes sociales » d’interaction du don sont étroitement liées aux rituels et sont « découpées » par les formules solennelles d’ouverture et de fermeture. La question qui se pose ainsi à Mauss lors de l’analyse des scènes rituelles « d’échange de dons » est celle des frontières entre différentes scènes sociales, rituellement séparées mais relevant toutefois d’un même monde social. Sa théorie du don ouvre ainsi une réflexion sur la dimension performative du langage : dans le rituel d’échange de dons, l’expression des sentiments véhiculés par les formules de politesse ne diminue en rien leur sincérité, mais contribue au contraire à la produire33.

16Chez Hatzfeld, les chapitres contextualisants permettent de découper ces scènes sociales et signalent un échange. S’il est rendu explicite, l’échange ne relève pas pour autant d’une tactique froide ou calculatrice. Il ne s’apparente pas non plus à l’aumône, qui met en jeu le sentiment de devoir et l’espoir de faire la paix avec soi-même et avec le destinataire du don, car les récits et la compilation des fragments de témoignages confèrent aux recueils de voix une portée conflictuelle et une dimension hétérogène soulevant la question des responsabilités des parties convoquées, et notamment celle du gouvernement français à l’époque du génocide.

  • 34 Les commentaires de l’Essai sur le don ont traditionnellement souligné que Mauss distingue la forme (...)

17Certes, l’auteur-reporter négocie de façon sincère un entretien. En cela même, on peut saisir qu’il ne prend pas pour due cette parole, qu’elle doit s’insérer dans un échange explicite. Cette négociation vise à valoriser la parole de son informatrice, et non à l’instrumentaliser pour en tirer un gain symbolique. On pourra à cet égard souligner que l’échange raconté par Hatzfeld relève davantage d’une transaction que d’un « échange de dons » au sens maussien. En effet, dans l’Essai sur le don, Mauss souligne que le don, en tant que règle de droit et d’intérêt, fonctionne à l’insu des protagonistes, donateur et donataire, puisqu’il se présente comme volontaire, libre et gratuit, alors qu’il est en réalité obligatoire, contraint et intéressé34.

  • 35 L’auteur n’évoque que brièvement son interprète, par exemple, sans en dire plus sur les termes du c (...)
  • 36 Jean Hatzfeld, La Stratégie des antilopes : récits, Paris, Seuil, 2007, p. 211 : « Certaines, comme (...)
  • 37 Ibid., p. 211 : « Avec les personnages rescapés du premier livre, les relations sont sincères, beau (...)
  • 38 Frédétique Leichter-Flack, « D’une littérature de témoignage côté bourreaux : à propos d’Une saison (...)

18Est-ce à dire que l’explicitation de l’échange vise à désamorcer la contrainte implicite ? Dans les récits d’Hatzfeld, les confessions des témoins et les services rendus par Hatzfeld ne sont pas présentés comme des dons gratuits et uniques, mais comme des transactions explicites. Ceci ne signifie pas pour autant que l’ensemble de ses échanges avec les témoins au Rwanda soient explicités (dans les récits d’Hatzfeld)35. L’auteur mentionne lui-même les retenues et les refus de certains de ses témoins36. Cependant, même s’il valorise l’implication des témoins dans l’enquête et les « relations […] sincères37 » qui le lie à eux, il ne donne pas accès aux questions posées à ses témoins. Il ne dit pas non plus s’il a fait relire à ses informateurs et informatrices des retranscriptions des entretiens. Le flou qui plane sur les procédés de collecte (temporalité, fréquence, questions posées) et de réécriture (procédés de sélection, choix de traduction, implication de l’interprète, portions réécrites) est également largement entretenu38. Cette part absente des récits ne permet pas de comprendre comment l’auteur « fait parler » les témoins, ni ce qu’il offre en échange du témoignage ou de leur participation à l’enquête.

  • 39 Pierre Bourdieu, Le Sens pratique, op. cit., p. 191.

19Si l’on se réfère au commentaire que Pierre Bourdieu a proposé de l’Essai sur le don, c’est l’intervalle entre le don et le contre-don qui permet une ascendance de celui qui offre sur celui qui reçoit. Soulignant la relation duale entre donateur et donataire, Bourdieu introduit dans la constellation des lectures de l’Essai sur le don une attention à la dimension temporelle de l’échange. Pour Bourdieu, le don maussien n’est pas une simple transaction marchande, car la durée qui sépare le don du contre-don permet au donateur d’exercer sa domination sur le donataire, tout en masquant la violence de son geste sous une apparence de générosité et de désintéressement. L’intervalle entre le don et le contre-don rapproche ainsi le don de la dette et fait du don « désintéressé » ou « gratuit » l’un des oripeaux du mensonge social. S’il instaure une relation de domination, le don n’est toutefois jamais réalisé de manière cynique. Au contraire, ce sont l’ensemble des dispositions et des appréciations communes aux acteurs (donateurs et donataires) qui motivent, selon Bourdieu, la dissimulation collective des attentes de réciprocité. Rappelons que Bourdieu désigne comme une « fiction sincère de désintéressement39 » l’adhésion des acteurs au jeu des échanges de prestations. La transfiguration des actes économiques (échanges de biens ou de services) en actes symboliques (dons, cadeaux) se fonde sur un « refoulement », sur la « censure » de l’intérêt économique.

  • 40 En 2017, dans un dossier de la revue XXI qu’il a fondée en 2008, Patrick de Saint-Exupéry dévoile s (...)

20Dans une certaine mesure, l’explicitation de la nature de l’échange aurait bien le mérite de désamorcer la violence symbolique que la latence entre le don et le contre-don fait peser sur le donataire. Au sein des récits d’Hatzfeld, les segments contextualisants offrent un cadre dans lequel l’auteur précise qu’une contrepartie au témoignage a déjà été fournie, et qu’il n’est par conséquent plus l’obligé de son témoin. Au fil de ces remarques, l’auteur renverse ainsi les rapports entre témoin-donateur (qui confie son témoignage au collecteur) et collecteur-donataire (qui reçoit le témoignage). Celui qui recueille la parole des témoins – et qui la reçoit comme un don précieux le contraignant à une dette symbolique à leur égard – adopte progressivement la posture de celui qui donne la parole, de celui qui fournit une écoute attentive et diffuse des « vérités » vécues au-delà de son terrain. Se faisant auteur des paroles collectées, Hatzfeld devient donateur : il lègue des récits à des donataires extérieurs au terrain, à savoir les lectrices et lecteurs, essentiellement situés en France hexagonale. Ce déplacement vise à rendre visibles les expériences des rescapés et permet d’adresser ces récits à un lectorat français, largement ignorant à l’égard des événements de 1994 et de la responsabilité de la France dans le génocide des Tutsi40. La démarche relève en ce sens d’une certaine « transitionnalité » de la littérature. Toutefois, les propos collectés, tout en conférant au récit sa valeur de vérité et son originalité, ne peuvent pas être reçus comme des témoignages. Il importe donc de se demander ce que ces récits transmettent et – puisque les témoins n’en sont pas les destinataires désignés – à quelles conditions, et à quel prix, cette transmission exogène s’opère.

De quoi la « restitution » est-elle le nom ?

  • 41 En 1993, une journée d’étude intitulée « La restitution en ethnologie » est organisée par Maurice D (...)
  • 42 Nicolas Flamant, « Observer, analyser, restituer. Conditions et contradictions de l’enquête ethnolo (...)

21Dans le domaine des sciences humaines et sociales, les premiers jalons d’une réflexion sur la restitution ont été posés en 1993 et 1994 dans le cadre de séminaires de recherche et de journées d’étude en France et au Canada41. Comme nous le verrons ici, ces réflexions ne sont pas étrangères à des préoccupations littéraires. Du point de vue des études littéraires, l’histoire de ces réflexions gagne ainsi à être rappelée. Relativement récente, la restitution est apparue comme une nécessité éthique au moment du développement de l’ethnologie du proche42. La progression de l’accessibilité aux données, l’intérêt accru pour les traditions écrites et la fin de la dissociation entre l’espace de recueil de données et celui de la formation des connaissances anthropologiques ont progressivement astreint les ethnographes à offrir un droit de regard aux enquêté·e·s sur l’usage que l’enquête ethnographique fait de leur parole. Il y a bientôt trente ans, la restitution en est ainsi venue à désigner deux soucis déontologiques et éthiques : la véracité des propos retranscrits et la nécessité de fournir une garantie de la bonne coopération de l’observateur-participant avec les « observés » au moment de l’enquête. En somme, le sens du terme s’est déplacé avec la reconfiguration de la discipline anthropologique. S’il signifie dans sa première acception juridique la nécessité de rendre ce qui a été dérobé ou ce qui était entré indûment en possession d’un tiers (on pensera ici par exemple à la restitution de biens matériels pillés lors des conquêtes, voyages et missions coloniales), il gagne dans les années 1990 une nouvelle acception en sciences sociales et permet de désigner le geste du retour aux enquêté·e·s après la conclusion de l’enquête.

  • 43 Françoise Zonabend, La Presqu’île au nucléaire, Paris, Odile Jacob, 1989.

22L’un des premiers articles parus en France sur la notion a été publié dans la revue Gradhiva par Françoise Zonabend43. Cet article défend l’idée que le geste du retour aux enquêté·e·s est toujours source de déception :

  • 44 Françoise Zonabend, « De l’objet et de sa restitution en anthropologie », Gradhiva, n° 16, 1994, p. (...)

En ce sens, l’ethnographe, parce qu’il renvoie bien souvent une image à laquelle ses interlocuteurs ont quelque peine à s’identifier, devient une sorte de décepteur du social. D’où les réactions que l’ethnologie du proche, dans sa déjà longue tradition, a pu relever de la part de ses lecteurs locaux, en somme les premiers intéressés, – réactions sinon hostiles du moins de déni (« Il (l’ethnographe) n’a pas tout vu… », « Il n’a rien compris… », « Il en dit trop… », « Il ne faut pas parler de tout cela… », etc.) 44.

  • 45 Françoise Zonabend, La Presqu’île au nucléaire, op. cit., p. 12.
  • 46 Wolfgang Iser, L’acte de lecture : théorie de l’effet esthétique, Bruxelles, Mardaga, 1985.
  • 47 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.
  • 48 Christian Jouhaud, Présentation du dossier « Littérature et histoire », Annales, mars-avril 1994, n(...)

23Cette déception inéluctable selon Zonabend est intimement connue de la chercheuse qui relate dans cet article les difficultés rencontrées au cours de son terrain à la Hague. Dans le récit publié de cette enquête, La Presqu’île au nucléaire (1989), elle affirmait déjà que la neutralité axiologique ne pouvait tenir lieu de méthode à l’ethnologue du proche, dans la mesure où ce dernier est incessamment confronté à la méfiance et constamment sommé de se positionner politiquement45. Sa réflexion met en évidence une aporie propre à la restitution en sciences sociales : à la fois obligatoire pour des raisons déontologiques, elle semble toujours insatisfaisante et problématique en raison de l’inadéquation entre les « vérités » situées des protagonistes sur le terrain et les vérités défendues par l’ethnographe à partir de son expérience – située elle aussi, mais légitimée comme savoir par l’institution académique. À la suite de cette réflexion, Zonabend assimile la restitution de l’enquête à la réception littéraire et s’appuie pour cela sur les travaux de Wolfgang Iser et de Hans Robert Jauss. Rappelons que Wolfgang Iser, dans L’Acte de lecture46 et Hans Robert Jauss dans Pour une esthétique de la réception47 se sont tous deux attachés à analyser la relation dialogique entre le texte et ses lecteurs. Dans leurs travaux sur la réception, l’œuvre littéraire est ainsi présentée comme un « objet de communication inscrit dans l’histoire », selon l’expression de Christian Jouhaud48. Même si Zonabend retient de sa lecture d’Iser et de Jauss la notion d’« effet esthétique » qu’elle rapproche d’un « effet ethnographique », il faut préciser qu’Iser considère dans son ouvrage la lecture bien plus comme un acte que comme un effet. Sa perspective est essentiellement phénoménologique et se fonde sur le refus de distinguer entre les choses et leurs effets. Chez Iser, l’emploi du terme « effet » signale la nécessité d'élargir l'étude des textes pour inclure dans la définition de l’esthétique l'action du texte sur le lecteur. Ces brèves remarques nous permettent de souligner que c’est en vertu d’une conception textualiste de l’enquête ethnographique que Zonabend peut associer restitution ethnographique et réception littéraire. C’est ce que montrent encore certaines de ses remarques :

  • 49 Françoise Zonabend, « De l’objet et de sa restitution en anthropologie », art. cit., p. 10.

Le plus souvent, cette restitution dont on parle se fait sous la forme d’une réception d’un texte écrit ou d’un produit audiovisuel, totalement élaboré, monté ou imprimé, et sur lequel – quel qu’en soit le contenu – les informateurs n’ont plus prise, si bien que les réactions, désaccords, oppositions ou rectifications ne peuvent y être inclus : le texte ou le film se donne comme une totalité alors fermée sur elle-même. Il est reçu, non point restitué49.

  • 50 Ibid., p. 4.
  • 51 Idem.

24La restitution comme « retour » aux enquêté·e·s est par après dénoncée comme illusoire ou, au moins, limitée par la clôture de l’enquête. Selon Zonabend, les résultats de l’enquête ne se délivrent la plupart du temps qu’une fois qu’ils ont été pleinement rédigés et publiés. Selon Zonabend, on pourrait ainsi envisager, à l’image de l’« effet esthétique » décrit par Iser, un « effet ethnographique » désignant la réception de l’enquête par ceux et celles qui en sont les protagonistes50. La distinction entre réception littéraire et restitution ethnographique repose, chez Zonabend, sur une séparation entre lectorat « universel, dépourvu de chair et de sang » (celui qui lit des textes « de fiction » désignés comme « abstraits ») et lectorat « participant 51». C’est cette séparation qui lui permet de distinguer la réception (littéraire) de la restitution (ethnographique). On voit toutefois aisément pourquoi cette distinction entre littérature et anthropologie qui présuppose une imperméabilité totale du texte littéraire à sa réception peut poser problème, et peut-être plus encore lorsque l’on en vient à considérer des productions littéraires de non-fiction.

  • 52 Voir Didier Fassin, « Éthique de la restitution », in Erik Neveu et Pierre Leroux (dir.), En immers (...)

25Cette même distinction entre littérature et sciences sociales et entre leurs publics (incarnés versus universels et abstraits) permet à Didier Fassin, dans un article sur l’« Éthique de la restitution » paru en 2017, de proposer une typologie des formes de restitution. La littérature, parce qu’elle servirait un propos universel, ne pourrait proposer qu’une restitution symbolique d’ordre esthétique52. Fassin, plus encore que Zonabend, soustrait à la restitution littéraire sa dimension politique et éthique en procédant à une désincarnation de ses publics et de ses matériaux :

  • 53 Ibid., p. 289.

Restituer le fruit de son enquête, c’est en effet en présenter les résultats et les conclusions à celles et ceux auprès desquelles on l’a conduite, en considérant qu’on leur doit parce qu’ils ont partagé de leur temps, de leur savoir, de leur histoire : leur don appelle un contre-don. Restituer le monde de son enquête, c’est par ailleurs en exprimer l’esprit et la matière afin de faire revivre mentalement un espace, un groupe, un passé, en les reconstituant avec justesse : la ressuscitation suppose la vérité. Contre-don en réparation d’une dette, d’un côté, vérité comprise comme fidélité, de l’autre. La restitution est, dans les deux cas, affaire d’éthique53.

  • 54 Ibid., p. 290.
  • 55 Ibid., p. 294.
  • 56 « On peut considérer que le réel, ce sont les événements qui ont eu lieu et les faits qu’on peut ob (...)

26À l’opposé de cette conception de la restitution ethnographique censée valoriser le retour éthique à celles et ceux qui ont fait don de leur histoire sur le terrain du « réel 54», le propre de la restitution littéraire serait de « rendre vrai », de « ressusciter » un « monde » et de « réparer » symboliquement des liens abîmés dans l’espace social. La restitution littéraire opèrerait par déplacement, dans la mesure où la littérature ne viserait pas à rendre compte du « réel », mais à dire le « vrai » pour en proposer une interprétation. Fassin désigne par ailleurs comme « active » la restitution éthique qui inclut la participation des enquêté·e·s. La restitution après publication des résultats – celle que Zonabend associait à la réception littéraire – est pour sa part placée sous le signe de la passivité55. Une telle distinction entre restitution active et passive repose non seulement sur une séparation épistémique discutable entre le réel et le vrai56, mais surtout sur un présupposé réducteur qui assimile trop rapidement littérature et fiction, et qui fait abstraction du rôle de la réception dans la composition même des œuvres littéraires (qu’il s’agisse, notons-le au passage, de fiction ou non).

  • 57 Des approches plus récentes de la restitution en sciences humaines et sociales ont permis de rétabl (...)

27Comme nous l’avons noté au sujet des productions de Jean Hatzfeld – et très rapidement celles de Sophie Divry et Marie Cosnay – les formes littéraires non-fictionnelles ont bien partie liée avec les exigences déontologiques et politiques de restauration de la dette. Les enquêtes littéraires, les recueils de voix ne parlent pas seulement de la vie d’un individu susceptible de fournir un modèle universel, mais bien de groupes situés composés d’individus réels disposés à lire les récits composés à partir de leurs paroles et de leurs expériences. Un tel ancrage corporel et matériel de la littérature requiert le dépassement de l’assimilation de la littérature à l’universel, afin de souligner ses engagements et ses effets au sein de la chaîne de l’échange qui constitue le lien social. En d’autres termes, il me semble essentiel de prendre acte du fait que la distinction entre restitution littéraire et restitution ethnographique est rendue caduque par les formes non-fictionnelles, les littératures documentaires et les écritures de terrain, ceci notamment en vertu de la « participation » au terrain des potentiels lecteurs et lectrices de ces productions57. Il semble que les études littéraires comme les sciences sociales gagneraient à prendre acte de ces échanges disciplinaires et du voyage de la notion de « restitution ». Mais cela implique alors d’inclure à la réflexion sur le littéraire tout ce que la notion implique, à savoir ces enjeux éthiques et déontologiques.

« Restitution » et réception critique des recueils de voix

  • 58 C’est notamment ce que soulignent Jean-Pierre Bertrand, Frédéric Claisse & Justine Huppe, « Opus et (...)
  • 59 La littérarité des écritures non-fictionnelles est identifiée, d’après Gérard Genette, selon certai (...)
  • 60 Alexandre Gefen, Réparer le monde. La littérature française face au xxie siècle, Paris, José Corti, (...)
  • 61 Ibid., p. 231.
  • 62 Ibid., p. 235.
  • 63 Après un développement sur les récits d’Hatzfeld qu’il rapproche des entreprises de Philippe Artièr (...)

28La question de la déontologie, si importante dans les travaux sur la restitution en sciences sociales, apparaît toutefois au second plan des études littéraires. Les nombreux ouvrages critiques consacrés à la question semblent avoir fait de la restitution une question strictement éthique. De fait, il y est moins question de restitution que de « réparation ». Parmi les commentateurs des recueils de voix, on a déjà souvent cité Alexandre Gefen, qui a interrogé l’imaginaire « réparateur » de la littérature contemporaine non-fictionnelle, en le confrontant aux enquêtes en sciences humaines et sociales58. Dans Réparer le monde, la littérature française face au xxie siècle, il consacre plusieurs pages à Hatzfeld et note, au sujet de la trilogie des Récits de marais rwandais, que cette forme « conditionnellement » littéraire59 « fait place aux voix manquantes de l’histoire60 » et refuse de fournir des explications définitives. Selon Gefen, les récits de Jean Hatzfeld sont des « enquêtes-témoignages » qui fournissent un « modèle de thérapie-historique61 ». Selon le critique, Hatzfeld propose de dépasser les rapports disciplinaires concurrentiels et invite à une alliance pragmatique entre entreprise historienne et travail littéraire. Sans résoudre les conflits et proposer des élucidations, les récits d’Hatzfeld permettraient de complexifier l’herméneutique des événements historiques en en proposant une « narration dense62 ». Ils seraient ainsi les vecteurs d’un savoir ancré dans le réel, « offrant » aux disparus un tombeau littéraire63.

  • 64 Laurant Demanze, Un nouvel âge de l’enquête : portraits de l’écrivain contemporain en enquêteur, op (...)

29Cette idée d’un dédommagement symbolique fourni par la littérature a été prolongée et interrogée par Laurent Demanze dans Un nouvel âge de l’enquête. L’ouvrage dresse un panorama des littératures d’investigation et analyse avec finesse la façon dont diverses formes littéraires contemporaines (enquêtes, recueils de voix ou biofictions) mettent à mal le rapport idéalisé à la « vérité » et à la neutralité axiologique64. Selon le critique, les enquêtes littéraires engagent des lectures pragmatiques et invitent à des réceptions actives dans la recomposition du sens, resté ouvert, pluriel, en suspens. Les enquêtes littéraires, telles que décrites par Demanze, visent moins à restituer un savoir définitif portant sur des événements et des expériences, qu’à donner à lire les modes de fabrication du savoir.

  • 65 Ibid., p. 189.
  • 66 Ibid., p. 203.
  • 67 Primo Levi, Les Naufragés et les rescapés: quarante ans après Auschwitz, Gallimard, 1989.
  • 68 Laurent Demanze, Un nouvel âge de l’enquête, op. cit., p. 204.

30Dans le quatrième chapitre intitulé « Restituer », Demanze se penche sur la dimension testimoniale des recueils de voix et les implications éthiques du projet de restitution d’un témoignage par délégation. Il distingue trois « stratégies » (incarnation, réflexivité et estrangement) déployées selon lui par Hatzfeld pour atténuer l’effet de déréalisation provoqué par la réécriture des témoignages. Bien que l’auteur tâche d’ancrer la parole des témoins dans le réel, les récits des marais rwandais transmettent essentiellement l’idée d’un intransmissible, d’un « reste » qui « échappe à toute appropriation65 ». Pour Demanze, les recueils de voix d’Hatzfeld s’adossent au genre littéraire du témoignage, lui-même intrinsèquement hétérogène. Selon Demanze, ce qui définit le témoignage est sa structure de suppléance : un témoin parle toujours pour celles et ceux dont les voix se sont tues. Dans cette perspective, si Hatzfeld peut être le porte-voix des rescapés du génocide des Tutsi, c’est parce que le témoignage porte structurellement en lui une dimension indirecte et collective66. Demanze rapproche à ce titre la démarche d’Hatzfeld de celle de Primo Levi, rescapé de la Shoah qui se présentait comme un témoin imparfait67, ne pouvant parler qu’incomplètement pour ceux dont les voix ont été réduites au silence. Bien qu’Hatzfeld ne soit pas un rescapé comme Levi, Demanze envisage sa démarche de collecte comme appartenant au genre du témoignage et voit dans les Récits des marais rwandais un « dispositif indirect d’attestation et d’hommage » qui permet d’inscrire chaque prise de parole dans un « horizon collectif et politique68 ».

  • 69 Alexandre Gefen, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, op. cit., p. 234.
  • 70 Demanze cite à ce titre Guy Debord (ibid., p. 280). Alexandre Gefen invoque pour sa part Walter Ben (...)

31Dans Réparer le monde et dans Un nouvel âge de l’enquête, la littérature est envisagée comme un « mode d’insertion dans la société contemporaine69 » et investie du pouvoir de rendre des expériences singulières compréhensives et partageables au sein d’une communauté. On retrouve ainsi, dans les commentaires sur les recueils ou les « livres de voix », une même tentation de l’idéal universaliste. Les ouvrages cités s’accordent sur les vertus politiques et pragmatiques de la restitution littéraire, susceptible selon eux de constituer une « communauté éphémère70 », voire un « nous ». Ce « nous » n’est cependant jamais clairement délimité sous la plume de leurs auteurs. Il s’agit pourtant d’une communauté de lecteurs et lectrices qui reçoit, commente, publie et consacre les ouvrages écrits depuis des territoires localisés eux aussi. Non seulement ces commentaires s’accommodent rapidement des déclarations de foi formulées par Jean Hatzfeld au sujet de l’adhésion des témoins à l’enquête, mais ils décrivent surtout les recueils de voix comme des espaces démocratiques et des dons « offerts » à une communauté en devenir. Par ce geste théorique, les critiques entérinent le déplacement opéré par les auteurs et autrices de recueils de voix : ils confirment la valeur de l’œuvre comme don susceptible de structurer les liens sociaux pour un lectorat virtuel. Leurs perspectives ne dépassent pas une conception de la restitution comme réception esthétique ou, selon la typologie de Didier Fassin, comme restitution « passive ».

32Profitant de la pluralité des sens du terme de restitution, Demanze et Gefen parviennent à souligner les affinités de la littérature contemporaine avec les sciences sociales. La restitution tend cependant à être dépouillée de ses dimensions déontologique et politique : l’exigence de restauration de la dette de l’enquêteur à ses enquêté·e·s est écartée comme pour souligner que ces questionnements matériels et déontologiques ne sont pas dignes du projet littéraire. Comme pour suggérer que la littérature ne saurait s’embarrasser des réclamations de témoins sur le terrain, quand son but se trouve dans un au-delà du réel, dans les interprétations que l’auteur en propose, tout en s’adressant à un public universel et virtuel. Malgré les tendances de ces formes à fonder selon la critique une « politique » de la littérature, limiter la restitution à sa dimension symbolique et éthique revient à oblitérer la dimension matérielle et ancrée des démarches de collectes et d’enquête. Enfin, l’importation de la notion de restitution en littérature représente un gain symbolique important pour les chercheurs qui voient leur discipline recouvrer une légitimité éthique. Ce gain en légitimité est important, ceci d’autant plus que la critique se défausse de la responsabilité d’interroger le « retour » aux enquêté·e·s. L’importation de la notion fournit donc l’occasion d’étendre à la littérature la réflexivité propre aux sciences humaines et sociales et de faire de la littérature le lieu privilégié d’interrogations sur les manières dont se fabrique le savoir.

33Comme le montrent l’analyse de certains passages des recueils de voix de Jean Hatzfeld et la lecture de commentaires de son œuvre, le geste distinctif de la restitution littéraire – à la différence de la restitution ethnographique – réside dans l’effacement des données déictiques de la situation d’interlocution, non dans le retour sur le terrain après la publication des résultats de l’enquête. Les commentaires critiques en témoignent : tout en favorisant une abstraction, l’effacement des données matérielles garantit, en partie au moins, une réception littéraire des ouvrages. Un tel effacement permet dès lors d’alimenter une conception de la littérature comme lieu d’accès au vrai et à l’universel, conception soutenue par l’opposition entre un lectorat incarné (les enquêté·e·s à qui les livres ne sont pas destinés) et lectorat virtuel ou « abstrait ». Cet effacement constitue par conséquent le socle d’un déplacement du don et de la dette, déplacement qui, cependant, ne s’effectue jamais de façon cynique dans l’optique d’un gain symbolique individuel, mais porte la trace d’un idéal, celui de la constitution d’un commun fragile, sensible et conflictuel. Les questionnements éthiques animent d’ailleurs les auteurs et autrices de recueils de voix qui manifestent, à des degrés certes variables, le souci éthique de ne pas s’approprier les paroles d’autrui. Les stratégies déployées pour se dédouaner de telles accusations sont diverses : les remerciements en début ou fin d’ouvrage remplissent parfois, comme nous l’avons évoqué, la fonction d’ouverture ou de fermeture rituelle de l’échange, les commentaires métadiscursifs au cœur du récit permettent au collecteur ou à la collectrice d’expliciter sa méthode et de spécifier sa situation.

34S’attacher à la notion de « restitution littéraire » n’est donc pas un moyen de révoquer la valeur littéraire des recueils de voix ou de disqualifier les formes de savoirs sensibles et fragiles qu’ils véhiculent, mais permet plutôt d’interroger les échanges entre les épistémologies critiques développées dans les sciences sociales et les pratiques littéraires contemporaines soucieuses des rapports de domination d’une certaine éthique de la parole. Car ces formes littéraires scrutent parfois les limites de ces épistémologies et répètent de façon troublante leurs interrogations éthiques.

Haut de page

Bibliographie

Alves Audrey, « Témoigner des violences génocidaires: les enjeux “des livres de voix” L’entreprise littéraire du journaliste Jean Hatzfeld », dans Violences postcoloniales: représentations littéraires et perceptions médiatiques, sous la direction de Bazié Isaac et Lüsebrink Hans-Jürgen, Berlin, 2011, p. 189-201.

Audoin-Rouzeau Stéphane, « La responsabilité de la France vue du Rwanda », Esprit, n5, 2010, p. 122-134.

Audoin-Rouzeau Stéphane & Dumas Hélène, « Le génocide des Tutsi rwandais vingt ans après. Réflexions introductives », Vingtième Siècle, vol. 122, n2, 2014, p. 3-16, https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=VING_122_0002

Béliard Aude & Eideliman Jean-Sébastien, « Au-delà de la déontologie. Anonymat et confidentialité dans le travail ethnographique », dans Bensa Alban (dir), Les Politiques de l’enquête, Paris, La Découverte, 2008, p. 123-141.

Bertrand Jean-Pierre, Claisse Frédéric & Huppe Justine, « Opus et modus operandi : agirs spécifiques et pouvoirs impropres de la littérature contemporaine (vue par elle-même) », COnTEXTES, n22, 2019.

Birnbaum Jean, « Jean Hatzfeld : “Je n’essaie pas de comprendre” », Le Monde des Livres, le 19 février 2021, https://www.lemonde.fr/livres/article/2021/02/17/jean-hatzfeld-je-n-essaie-pas-de-comprendre_6070304_3260.html.

Bourdieu Pierre, « L'économie des biens symboliques », dans Raisons pratiques : sur la théorie de l’action, p. 175-211, Paris, Seuil, 1994.

——, Le Sens pratique, Paris, Minuit, 1980.

Braconner Cécile & Mayer Nonna, Les Inaudibles: sociologie politique des précaires, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

Caillé Alain, Don, intérêt et désintéressement: Bourdieu, Mauss, Platon et quelques autres, Paris, La Découverte, 2012.

Christin Olivier, La Cause des autres. Une histoire du dévouement politique, Paris, Presses universitaires de France, 2021.

Coquio Catherine, Rwanda, le réel et les récits, Paris, Belin, 2004.

Cosnay Marie, Des îles. Lesbos 2020–Canaries 2021, Paris, Éditions de l’Ogre, 2021.

Demanze Laurent, Un nouvel âge de l'enquête : portraits de l'écrivain contemporain en enquêteur, Paris, Corti, 2019.

Divry Sophie, Cinq mains coupées, Paris, Seuil, 2020.

Dozo Björn-Olav & Glinoer Anthony, « Don et littérature », COnTEXTES, no 5, 2009, [En ligne] https://journals.openedition.org/contextes/4282.

Dumas Hélène, « Le génocide au village : le massacre des Tutsi au Rwanda », Paris, Éditions du Seuil, 2014.

Fassin Didier, « Éthique de la restitution », dans En immersion. Pratiques intensives du terrain en journalisme, littérature et sciences sociales, sous la direction de Erik Neveu et Pierre Leroux, PUR, 2017, p. 289-297.

Favret-Saada Jeanne, « Être affecté », Gradhiva, n8, 1990, p. 3-9. [En ligne] https://www.persee.fr/doc/gradh_0764-8928_1990_num_8_1_1340.

Flamant Nicolas, « Observer, analyser, restituer. Conditions et contradictions de l’enquête ethnologique en entreprise », n44, 2005, https://journals.openedition.org/terrain/2505#tocto1n4

Glinoer Anthony & Lacroix Michel, « Dons et économie des échanges dans les groupes littéraires », Revue du MAUSS, 2021, vol. 58, n2, p. 90-102.

Gefen Alexandre, Réparer le monde. La littérature française face au xxie siècle, Paris, Corti, 2017.

Genette Gérard, « Fiction ou diction », Poétique, no 134, 2003, p. 131-139.

Godelier Maurice, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque Albin Michel. Idées », 2007.

Godrie Baptiste & Dos Santos Marie, « Présentation », Sociologie et sociétés 49, n1, 2017, https://doi.org/10.7202/1042804ar

Hatzfeld Jean, Dans le nu de la vie : récits des marais rwandais, Paris, Seuil, 2002.

——, La Stratégie des antilopes : récits, Paris, Seuil, 2007.

Iser Wolfgang, L’acte de lecture : théorie de l’effet esthétique, Bruxelles, Éditions Mardaga, 1985.

Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la réception, Paris, Éditions Gallimard, 1978.

Jouhaud Christian, Présentation du dossier « Littérature et histoire », Annales, mars-avril 1994, n2, p. 272.

Lacoste Charlotte, Séductions du bourreau. Négation des victimes, Paris, PUF, 2010.

La Soudière (de) Martin, « L’inconfort du terrain: “Faire” la Creuse, le Maroc, la Lozère... (À propos des ouvrages Ethnologue au Maroc, réflexion sur une enquête de terrain de Paul Rabinow, et Vivre dans la Creuse de Jacques Maho) », Terrain, n11, 1988, p. 94-105.

Lecacheur Maud, « La “ligne droite” et la “ligne sinueuse”: reportage et littérature dans les Récits des marais rwandais de Jean Hatzfeld », Recherches & Travaux, n98, 2021 https://journals.openedition.org/recherchestravaux/3683#ftn4

Leichter-Flack Frédérique, « D’une littérature de témoignage côté bourreaux : à propos d’Une saison de machettes de Jean Hatzfeld », Humanitaire, n10 printemps/été, 2004, p. 179-188.

Levi Primo, Les Naufragés et les rescapés : quarante ans après Auschwitz, Paris, Gallimard, 1989.

Mauss Marcel, Essai sur le don: Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques [1925], Introduction de Florence Weber, Paris, Presses universitaires de France, 2012.

——, Essais de sociologie, Paris, Seuil, 1971.

——, La Prière. Quadrige. Série Mauss 4, Paris, Presses universitaires de France, 2019.

Merlin-Kajman Hélène, « Le texte comme don public », Études françaises, 2009, vol. 45, no 2, p. 47-67.

Mujawayo Esther & Belhaddad Souad, La Fleur de Stéphanie : Rwanda entre réconciliation et déni [récit], Paris, Flammarion, 2006.

——, Survivantes : Rwanda, histoire d’un génocide, nouv. éd. augmentée, revue et corrigée, Genève, MétisPresses, « Imprescriptible », 2011.

Piton Florent, Le Génocide des Tutsi du Rwanda, Paris, La Découverte, 2018.

Rabaté Dominique, En quel nom parler, Vol. 31, Presses universitaires de Bordeaux, 2010.

Saint-Exupéry Patrick, La Traversée. Une odyssée au cœur de l’Afrique, Paris, Les Arènes, 2021.

——, « Réarmez-les », Revue XXI, n39, 2017.

Schurmans Marie-Noëlle, Charmillot Maryvonne & Dayer Caroline, Introduction du Dossier « La restitution des savoirs », SociologieS, 2014, http://journals.openedition.org/sociologies/4713

Trouillot Michel-Rolph, Silencing the past: Power and the production of history, Boston, Beacon Press, 1995.

Vachaud Pauline, « Écrire la voix des autres: la responsabilité de la forme dans la littérature française contemporaine », Thèse de doctorat, Université de Grenoble, 2010.

Viart Dominique, « En lieu et place des sans voix », Magazine littéraire, n526, 2012, p. 78-80.

Weber Florence, « Présentation », dans Essai sur le don: Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, sous la direction de Marcel Mauss, Paris, Presses universitaires de France, 2012, p. 1-59.

Zenetti Marie-Jeanne, Factographies. L’enregistrement littéraire à l’époque contemporaine, Paris, Classiques Garnier, 2014.

Zonabend Françoise, « De l’objet et de sa restitution en anthropologie », Gradhiva, no 16, 1994, p. 3-14.

——, La Presqu’île au nucléaire, Paris, Odile Jacob, 1989.

Haut de page

Notes

1 Il est question de la grenade GLI-F4, une grenade chargée d’explosif qui a notamment tué Rémi Fraisse en 2014 et Vital Michalon en 1977, une arme de guerre dont les CRS se servent en France sur ordre du ministre de l’Intérieur. Plusieurs estropiés des manifestations des gilets jaunes se sont opposés à son utilisation, en vain. Voir Sophie Divry, Cinq mains coupées, Paris, Seuil, 2020, p. 113.

2 Ibid., p. 117.

3 Le masculin n’est pas utilisé comme forme neutre dans ce texte. Le texte de Sophie Divry rassemble les témoignages de cinq hommes. Au cours de cet article, j’ai choisi de suivre la règle des accords de proximité ainsi que la double désignation.

4 Marie Cosnay, Des îles. Lesbos 2020–Canaries 2021, Paris, Éditions de l’Ogre éd., 2021, p. 15.

5 Idem.

6 Pour une discussion des limites de l’exigence de retour au terrain en anthropologie, voir Aude Béliard et Jean-Sébastien Eideliman, « Au-delà de la déontologie. Anonymat et confidentialité dans le travail ethnographique », dans Alban Bensa (dir.), Les Politiques de l’enquête, Paris, La Découverte, 2008, p. 123-141.

7 Sur cette question, voir les travaux de Baptiste Godrie & Marie Dos Santos, « Présentation », Sociologie et sociétés vol. 49, n1, 2017.

8 Marie-Noëlle Schurmans, Maryvonne Charmillot, & Caroline Dayer, Introduction du Dossier « La restitution des savoirs », SociologieS 2014, consulté le 29 novembre 2021, URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4713.

9 L’idée de personnes « sans-voix » travaille les études littéraires depuis longtemps. Elle sert bien souvent à légitimer la littérature comme vecteur de cette parole et porte-voix. Voir Dominique Viart, « En lieu et place des sans voix », Magazine littéraire, no 526, 2012, p. 78-80 ; sur les avantages du concept d’« inaudible » sur celui d’« invisible », voir le volume dirigé par Cécile Braconner & Nonna Mayer, Les Inaudibles: sociologie politique des précaires, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

10 Dominique Viart, « En lieu et place des sans voix », art. cité, p. 78 ; Laurent Demanze, Un nouvel âge de l’enquête : portraits de l’écrivain contemporain en enquêteur, Paris, Corti, 2019, voir le chap. IV, p. 177-229 ; Dominique Rabaté, En quel nom parler, Presses universitaires de Bordeaux, vol. 31, 2010 ; Pauline Vachaud, « Écrire la voix des autres: la responsabilité de la forme dans la littérature française contemporaine », thèse de doctorat, Université de Grenoble, 2010 ; Marie-Jeanne Zenetti, Factographies. L’enregistrement littéraire à l’époque contemporaine, Classiques Garnier, 2014, p. 273-272.

11 Alain Caillé, Don, intérêt et désintéressement: Bourdieu, Mauss, Platon et quelques autres, Paris, La Découverte, 2012, p. 75.

12 Depuis 1996, Jean Hatzfeld a adopté une posture d’exilé en littérature et affirme s’être réfugié du côté du texte long, susceptible, d’après lui, de restituer la complexité des expériences plus que ne le sont le genre du reportage et le journalisme. Des chercheuses ont toutefois montré que cette réorientation professionnelle trouvait également sa raison dans les restructurations financières de la presse au cours des années 1990. Voir : Frédérique Leichter-Flack, « D’une littérature de témoignage côté bourreaux : à propos d’Une saison de machettes de Jean Hatzfeld », Humanitaire no 10 printemps/été, 2004, p. 179-188 ; Maud Lecacheur, « La “ligne droite” et la “ligne sinueuse” : reportage et littérature dans les Récits des marais rwandais de Jean Hatzfeld », Recherches & Travaux, no 98, 2021, consulté le 29 novembre 2021, URL : https://journals.openedition.org/recherchestravaux/3683#ftn4

13 Jean Birnbaum, « Jean Hatzfeld : “Je n’essaie pas de comprendre” », Le Monde des Livres, 19 février 2021, consulté le 29 novembre 2021, URL : https://www.lemonde.fr/livres/article/2021/02/17/jean-hatzfeld-je-n-essaie-pas-de-comprendre_6070304_3260.html.

14 Florent Piton, Le Génocide des Tutsi du Rwanda, Paris, La Découverte, 2018 ; Stéphane Audoin-Rouzeau et Hélène Dumas, « Le génocide des Tutsi rwandais vingt ans après. Réflexions introductives », Vingtième Siècle, vol. 122, no 2, 2014, p. 3-16, URL : https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=VING_122_0002.

15 Dans son dernier ouvrage, le reporter Patrick de Saint-Exupéry étudie la thèse négationniste selon laquelle un second génocide aurait pris place au Congo après la fuite des Hutus. Dans son récit immersif à travers la forêt équatoriale, il fait un exposé systématique des rouages politiques de cette thèse. Voir Patrick de Saint-Exupéry, La Traversée. Une odyssée au coeur de l’Afrique Paris, Les Arènes, 2021.

16 Catherine Coquio, Rwanda, le réel et les récits, Paris, Belin, 2004 ; Charlotte Lacoste, Séductions du bourreau. Négation des victimes, Paris, Presses universitaires de France, 2010 ; Frédérique Leichter-Flack, « D’une littérature de témoignage côté bourreaux : à propos d’Une saison de machettes de Jean Hatzfeld », art. cit.

17 Jean Birnbaum, « Jean Hatzfeld : “Je n’essaie pas de comprendre” », art. cit.

18 Voir le récent colloque Livres de voix. Narrations pluralistes et démocratie organisé par Alexandre Gefen et Frédérique Leichter-Flack (https://www.fabula.org/colloques/sommaire8057.php). L’expression « livre de voix » semble pouvoir être attribuée à Audrey Alves, « Témoigner des violences génocidaires : les enjeux “des livres de voix”. L’entreprise littéraire du journaliste Jean Hatzfeld », in Bazié Isaac & Lüsebrink Hans-Jürgen, Violences postcoloniales: représentations littéraires et perceptions médiatiques, Berlin, 2011, p. 189-201. L’expression apparaît également chez Dominique Viart, « En lieu et place des sans voix », art. cit.

19 En 2007 a paru un volume réunissant Dans le nu de la vie, Une Saison de machettes et La Stratégie des antilopes aux éditions du Seuil, dans la collection « Fiction&Cie ». Par ce geste éditorial, la trilogie, intitulée Récits des marais rwandais, est constituée en un triptyque cohérent formant une image complète de « l’univers génocidaire » (selon l’expression choisie par l’éditeur) : comme le précisent la quatrième de couverture et la page de présentation de l’ouvrage sur le site des éditions du Seuil, le premier volet porte sur les rescapés tutsi, le deuxième sur les tueurs hutus et le troisième sur leur voisinage.

20 À plusieurs reprises, les récits soulignent combien la parole des victimes et rescapé·e·s n’a pas été entendue ou prise en compte. Afin de remédier à cette lacune, Jean Hatzfeld entend solliciter cette parole et la diffuser au-delà du continent africain.

21 Dans un chapitre particulièrement essentialisant de la Stratégie des antilopes, l’auteur propose le double portrait de « l’homme blanc » et de « l’Africain ». Les occidentaux sont décrits comme des êtres avides de changement, tandis que les Africains se feraient remarquer par leurs traditions. On retrouve cette tendance à décrire l’Afrique comme un continent immuable et anhistorique dans plusieurs descriptions de paysages au sein des différents récits d’Hatzfeld. Voir Jean Hatzfeld, Une saison de machettes : récits, Paris, Seuil, « Points », 2003, p. 176. Cette vision exotique du continent mériterait d’être étudiée, car elle est récurrente chez l’auteur, comme l’atteste notamment l’expression « en bonne Africaine » dans la citation qui suit.

22 Jean Hatzfeld, Dans le nu de la vie : récits des marais rwandais, Paris, Seuil, « Points », 2002, p. 37.

23 Catherine Coquio, Rwanda, le réel et les récits, op. cit., p. 171.

24 Björn-Olav Dozo & Anthony Glinoer, « Don et littérature », COnTEXTES no 5, 2009, URL : https://journals.openedition.org/contextes/4282.

25 Pierre Bourdieu, « L’économie des biens symboliques », in Raisons pratiques : sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994, p. 175-211, ici p. 200 ; Le Sens pratique, Paris, Minuit, 2018, p. 191.

26 Björn-Olav Dozo & Anthony Glinoer, « Don et littérature », art. cit., p. 4.

27 Anthony Glinoer et Michel Lacroix, « Dons et économie des échanges dans les groupes littéraires », Revue du MAUSS, 2021, vol. 58, n2, p. 90-102.

28 Idem.

29 Hélène Merlin-Kajman, « Le texte comme don public », Études françaises, 2009, vol. 45, n°2, p. 47-67. La fin de cet article est inspirée des thèses de Giorgio Agamben, dans Profanations, Paris, Payot & Rivages, coll. « Bibliothèque Rivages », 2005, p. 99.

30 Maurice Godelier, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque Albin Michel. Idées », 2007, p. 88, cité par Hélène Merlin-Kajman, art. cité, p. 65.

31 Voir à ce sujet l’ouvrage d’Olivier Christin, La Cause des autres. Une histoire du dévouement politique, Paris, Presses universitaires de France, 2021.

32 Florence Weber, « Présentation », in Marcel Mauss, Essai sur le don: Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, Presses universitaires de France, 2012, p. 1-59, p. 34.

33 Voir à ce sujet Marcel Mauss, La Prière, Paris, Presses universitaires de France, « Quadrige », 2019 ; et Essais de sociologie, Paris, Seuil, 1971.

34 Les commentaires de l’Essai sur le don ont traditionnellement souligné que Mauss distingue la forme du don de son fond. La forme du don suppose que celui-ci est offert généreusement en cadeau, le fond révèle sa dimension d’obligation et l’intérêt économique qui le sous-tend. Le don maussien est ainsi implicitement contraint. Voir le chapitre « Les trois obligations : donner, recevoir, rendre » dans Marcel Mauss, Essai sur le don, op. cit., p. 142-153.

35 L’auteur n’évoque que brièvement son interprète, par exemple, sans en dire plus sur les termes du contrat qui les lie.

36 Jean Hatzfeld, La Stratégie des antilopes : récits, Paris, Seuil, 2007, p. 211 : « Certaines, comme Édith [Uwanyligira], une amie, ou Odette [Mukamusoni], avec qui le dialogue est laborieux, n’ont pas souhaité poursuivre l’aventure, sans donner aucune explication. »

37 Ibid., p. 211 : « Avec les personnages rescapés du premier livre, les relations sont sincères, beaucoup plus compliquées et imprévisibles. Tous se sont impliqués dans la préparation du livre, chacun à sa manière, puis tous l’ont lu, au moins les passages qui contiennent leurs récits, et l’ont manifesté. Ils ont été interrogés à ce sujet par des amis, parents, collègues, et souvent des étrangers. »

38 Frédétique Leichter-Flack, « D’une littérature de témoignage côté bourreaux : à propos d’Une saison de machettes de Jean Hatzfeld », art. cit.

39 Pierre Bourdieu, Le Sens pratique, op. cit., p. 191.

40 En 2017, dans un dossier de la revue XXI qu’il a fondée en 2008, Patrick de Saint-Exupéry dévoile sur la base de sources que les génocidaires ont été réarmés sur ordre de la France lors de l’opération Turquoise. Patrick Saint-Exupéry, « Réarmez-les », XXI, n39, 2017, En 2010 déjà, Stéphane Audoin-Rouzeau et Hélène Dumas notaient dans un article portant sur la responsabilité de la France dans le génocide et le rapport Mucyo : « l’utilisation intensive des archives François Mitterrand (interdites d’accès normal en France), en particulier des notes du général Quesnot (chef d’état-major particulier du président de la République), ne laisse malheureusement guère de doute sur l’ampleur et la gravité des fautes alors commises par le pouvoir politique français, la présidence de la République au tout premier chef. » Voir Stéphane Audoin-Rouzeau, « La responsabilité de la France vue du Rwanda », Esprit, n5, 2010, p. 122-134, p. 127 ; Stéphane Audoin-Rouzeau et Hélène Dumas, « Le génocide des Tutsi rwandais vingt ans après », art. cit.

41 En 1993, une journée d’étude intitulée « La restitution en ethnologie » est organisée par Maurice Duval dans le cadre du laboratoire d’ethnologie méditerranéenne et comparative de l’Université de Provence. En 1994, une seconde journée sur la thématique est organisée au sein du Congrès de l’Association canadienne d’anthropologie qui s’est tenu à l’Université de Colombie britannique de Vancouver.

42 Nicolas Flamant, « Observer, analyser, restituer. Conditions et contradictions de l’enquête ethnologique en entreprise », n44, 2005, consulté le 29 novembre 2021, https://journals.openedition.org/terrain/2505#tocto1n4.

43 Françoise Zonabend, La Presqu’île au nucléaire, Paris, Odile Jacob, 1989.

44 Françoise Zonabend, « De l’objet et de sa restitution en anthropologie », Gradhiva, n° 16, 1994, p. 10.

45 Françoise Zonabend, La Presqu’île au nucléaire, op. cit., p. 12.

46 Wolfgang Iser, L’acte de lecture : théorie de l’effet esthétique, Bruxelles, Mardaga, 1985.

47 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

48 Christian Jouhaud, Présentation du dossier « Littérature et histoire », Annales, mars-avril 1994, n2, p. 272.

49 Françoise Zonabend, « De l’objet et de sa restitution en anthropologie », art. cit., p. 10.

50 Ibid., p. 4.

51 Idem.

52 Voir Didier Fassin, « Éthique de la restitution », in Erik Neveu et Pierre Leroux (dir.), En immersion. Pratiques intensives du terrain en journalisme, littérature et sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 289-297.

53 Ibid., p. 289.

54 Ibid., p. 290.

55 Ibid., p. 294.

56 « On peut considérer que le réel, ce sont les événements qui ont eu lieu et les faits qu’on peut objectiver, et que le vrai, c’est ce qui est en jeu dans ces événements et ces faits. » Didier Fassin précise bien qu’il s’agit d’une séparation heuristique à des fins théoriques, mais que toute description suppose déjà une interprétation, et inversement. Ibid., p. 291.

57 Des approches plus récentes de la restitution en sciences humaines et sociales ont permis de rétablir la notion en dépassant l’alternative initiale entre deux pôles, selon lesquels la restitution est soit inexistante (en ce qu’il n’y a pas d’amont à l’échange), soit permanente (la réciprocité de l’échange subsume toute différence entre les savoirs). Dans un dossier de la revue SociologieS, Marie-Noëlle Schurmans, Maryvonne Charmillot & Caroline Dayer proposent par exemple de « prendre en charge la dialectique destinataire-destinateur » afin « d’aborder pleinement les questions corrélatives de l’échange et du partenariat ». Leur réflexion théorique se distingue par une conception de la restitution comme socle éthique d’une science ethnographique se devant de respecter les exigences de justice épistémique, de co-production du savoir, voire d’auctorialité collective. Marie-Noëlle Schurmans, Maryvonne Charmillot & Caroline Dayer, Introduction du Dossier « La restitution des savoirs », art. cit.

58 C’est notamment ce que soulignent Jean-Pierre Bertrand, Frédéric Claisse & Justine Huppe, « Opus et modus operandi: agirs spécifiques et pouvoirs impropres de la littérature contemporaine (vue par elle-même) », COnTEXTES, n22, 2019.

59 La littérarité des écritures non-fictionnelles est identifiée, d’après Gérard Genette, selon certaines « conditions » et selon un « motif subjectif – de subjectivité individuelle ou collective ». Voir Gérard Genette, « Fiction ou diction », Poétique, no 134, 2003, p. 131-139.

60 Alexandre Gefen, Réparer le monde. La littérature française face au xxie siècle, Paris, José Corti, 2017, p. 233.

61 Ibid., p. 231.

62 Ibid., p. 235.

63 Après un développement sur les récits d’Hatzfeld qu’il rapproche des entreprises de Philippe Artières dans Vie et mort de Paul Gény (Seuil, 2013) et d’Ivan Jablonka dans Laëtitia ou la fin de hommes (Seuil, 2016), Gefen clôt son propos sur ces mots : « […] qu’il s’agisse de faire la nécrologie des morts de novembre 2015, ou l’inventaire des fosses communes, de se souvenir de peuples exterminés par la colonisation ou de guérir la violence ordinaire, il faut donc apaiser les fantômes des victimes hantant l’histoire humaine en leur donnant une sépulture. C’est-à-dire aussi leur offrir en dédommagement une part, même minime, dans le grand récit du monde, fragile et réversible reconstruction dont les formes expérimentales font beaucoup de la richesse de la littérature du tournant du xxie siècle. » Ibid., p. 235.

64 Laurant Demanze, Un nouvel âge de l’enquête : portraits de l’écrivain contemporain en enquêteur, op. cit., p. 274-275.

65 Ibid., p. 189.

66 Ibid., p. 203.

67 Primo Levi, Les Naufragés et les rescapés: quarante ans après Auschwitz, Gallimard, 1989.

68 Laurent Demanze, Un nouvel âge de l’enquête, op. cit., p. 204.

69 Alexandre Gefen, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, op. cit., p. 234.

70 Demanze cite à ce titre Guy Debord (ibid., p. 280). Alexandre Gefen invoque pour sa part Walter Benjamin et la figure du conteur, « capable d’insuffler du commun à la communauté » et donnant à la société l’horizon d’un « nous » en devenir. Voir Alexandre Gefen, Réparer le monde. La littérature française face au xxie siècle, op. cit., p. 216.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Zbaeren, « Donner la parole : à quel prix ? »COnTEXTES [En ligne], 32 | 2022, mis en ligne le 21 juin 2022, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10912 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.10912

Haut de page

Auteur

Mathilde Zbaeren

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search