Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques32En quoi faut-il des frontières ?

En quoi faut-il des frontières ?

Des « écritures ordinaires » aux « écritures lettrées »
Annick Louis

Résumés

En partant du postulat d’un croisement disciplinaire qui correspond au mode défini comme épistémologique, susceptible d’amener à une reconsidération de la position savante d’une discipline et de ses fondements (Louis 2013), nous proposons une réflexion qui allie des principes et méthodes des sciences humaines et sociales à l’étude de textes littéraires et narratifs. On s’attachera en particulier à la productivité de la notion d’« écritures ordinaires » (Fabre 1993), que nous reprenons pour explorer deux dimensions : le processus qui rend possible leur transformation en écritures lettrées, savantes ou littéraires permettant de dépasser l’opposition entre ces deux types d’écriture. Le territoire de production savante qui se définit à partir de la démarche proposée transforme ainsi la frontière entre différentes disciplines en un espace à part entière, dont on tentera de définir les spécificités.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mes premières hypothèses sur ce corpus sont exposées dans : « Homo explorator. L’écriture non-litté (...)
  • 2 Annick Louis, « Ce que l’enquête fait aux études littéraires : à propos de l’interdisciplinarité », (...)
  • 3 Jean-Marie Schaeffer, « Études littéraires », dans Nouveau Dictionnaire des Sciences du Langage, Pa (...)
  • 4 Daniel Fabre (et al.), Écritures ordinaires, Paris, Bibliothèque publique d’information, Centre Geo (...)

1L’objet de cet article est la catégorie fuyante d’« écriture non littéraire ». Au départ, l’expression cherchait à signaler le fait que les écrits des auteurs étudiés reposent sur une pratique intense de ce que Daniel Fabre appelle « écritures ordinaires » (journaux personnels, journalisme, correspondance…), retravaillées, et qui se projettent contre l’institution littéraire, parce que les trois auteurs du corpus connurent la tentation des Lettres, qu’ils abandonnèrent pour différentes raisons, sans pour autant cesser de flirter avec elle pendant le reste de leur vie1. À partir d’un croisement entre les études littéraires et l’anthropologie, nous aborderons les productions de trois voyageurs de la deuxième moitié du xixe siècle2: le poète français Arthur Rimbaud (1854-1891), l’écrivain et colonel argentin Lucio V. Mansilla (1831-1913) et le célèbre archéologue autodidacte allemand qui a découvert l’emplacement de l’ancienne ville de Troie, Heinrich Schliemann (1822-1890). Chacun d’eux est l’auteur d’une œuvre écrite vaste (si l’on prend en compte l’ensemble des productions graphiques), dont une partie seulement relève de la catégorie de « Littérature »3, mais les textes que l’on considérera ici sont liés à leurs expériences en tant qu’explorateurs : les lettres et les rapports écrits par Rimbaud dans sa période africaine (1880-1891) ; l’ouvrage Una excursión a los indios ranqueles de Mansilla, récit de son expédition chez les Indiens réalisée entre le 30 mars et le 17 avril 1870, publié d’abord dans le journal La Tribuna, à Buenos Aires, puis sous forme de livre la même année ; les autobiographies et les premiers récits de Schliemann sur les fouilles menées sur le site de l’ancienne ville de Troie, Trojanische Alterthümer (Antiquités troyennes, 1874). À partir de ces textes, l’objectif est de saisir le processus qui permet la transformation de ce que Daniel Fabre appelle « écritures ordinaires »4 en écritures lettrées.

Laisser trace, par quelle écriture ?

  • 5 Daniel Fabre, op.cit., p. 11.
  • 6 Ibid., p. 12 et 15 respectivement.

2Pour Daniel Fabre, les « écritures ordinaires » sont celles qui « s’opposent nettement à l’univers prestigieux des écrits qui se distinguent par la volonté de faire œuvre, la signature authentifiante de l’auteur, la consécration de l’imprimé », celles qui ont pour objectif de « laisser trace »5. Des écritures vouées à différents destins, réalisées sur des supports variés, parfois « de fortune », qui n’aspirent ni à l’exercice scrupuleux du « bon usage » ni à la sacralisation qui accompagne depuis deux siècles la mise à distance littéraire ; elles sont associées soit à des moments collectifs ou personnels intenses, soit à la routine des occupations quotidiennes – un aspect mis en valeur par l’épigraphe du volume dirigé par Daniel Fabre, empruntée à Espèces d’espaces de Georges Perec (1974). Les écritures ordinaires mettent en question le « grand partage » identifié par Michel de Certeau, ainsi que la distinction entre savants et ignorants, et définissent un vaste territoire d’« écrivains secrets », un « continent d’écriture paradoxalement méconnu6 ». On peut considérer ces écritures comme étant sans écrivain, comme des pratiques d’amateur, du dimanche, qui rappellent la métamorphose radicale introduite dans notre culture par la diffusion de l’écriture, un processus dont Jack Goody situe le commencement pendant la période du Second Empire. Daniel Fabre incite à mettre en relation l’écriture dans la diversité de ses pratiques, de ses formes et de ses contenus et un état des relations sociales dont on peut dire qu’elle les exprime et les façonne en même temps ; et, d’autre part, l’écriture ne vient jamais après coup affirmer une identité, traduire une différence, poser un antagonisme ni, inversement, nouer un lien ; elle contribue largement à faire exister ces relations, son appropriation et son maniement différenciés instaurent et exhibent, établissent et font savoir.

  • 7 J’utilise le terme pour désigner l’ensemble de récits oraux ou écrits, véhiculés par des auteurs, q (...)

3Rimbaud, Mansilla et Schliemann tentent tous trois de transformer leur pratique de différents types d’écritures ordinaires en des écritures lettrées – au sens de savantes. Ils aspirent ainsi à acquérir un autre statut que celui qui est alors le leur (militaire, propriétaire, commerçant…), celui d’auteurs de productions spécialisées, en opérant sur des genres comme le récit de voyage, les lettres commerciales et personnelles, la chronique journalistique, le récit de découverte – et dans le cas de Rimbaud en s’affranchissant de la poésie. Ce constat ne doit cependant pas occulter les différences qui existent entre eux : leur lieu de naissance, l’appartenance à des traditions culturelles différentes, les motifs qui les poussent à se déplacer, les conditions dans lesquelles se déroulent leurs voyages, les territoires qu’ils parcourent et sur lesquels ils écrivent. Par ailleurs, l’histoire de la publication de leurs écrits, l’époque où ils furent rendus publics et leur devenir diffèrent bien qu’ils voyagent pendant une même période, pendant les années 1870 à 1891, dans des régions mal répertoriées par la géographie occidentale. Étudier le rôle qu’accomplissent les écritures ordinaires dans la constitution des écritures lettrées de Rimbaud, Mansilla, Schliemann et le type d’écrits qu’elles ont permis de construire, implique de prendre en compte leurs biographies, en raison du lien étroit qui unit les figures auctoriales qu’ils ont construites aux écritures qu’ils produisent. Des constructions qui résultent, en partie, des auto-bio-fictions7 qu’ils ont eux-mêmes mises en circulation, bien que d’autres acteurs interviennent également, apportant aussi des éléments destinés à perdurer, le propre de ces formes étant qu’elles échappent rapidement au contrôle de leurs auteurs. Par ailleurs, si les écritures de Rimbaud, Mansilla et Schliemann empruntent des formes proches de l’autobiographie et d’autres modes narratifs, elles établissent avec leurs récits de vie des rapports de construction réciproque : la biographie interroge l’écrit, et vice-versa. On observe, de plus, dans certains cas, la tentative de transformation de pratiques « littéraires » en écriture savante ou scientifique, où celui qui écrit n’est pas celui qui ressent ou qui vit l’expérience : c’est un observateur qui, comme on le verra, adopte une position proche de celle de l’ethnographe contemporain tout en incorporant des formes narratives autres. Leurs textes se projettent ainsi contre une série de genres connus des lecteurs, mais aussi contre des textes et des genres pratiqués auparavant par nos auteurs : le rapport militaire officiel dans le cas de Mansilla, la poésie pour Rimbaud, et le journal de voyage et la correspondance pour Schliemann, qui tient un journal depuis les années 1840. Si certaines de ces formes relèvent au départ des « écritures ordinaires », elles constituent également le terrain de formation d’une écriture autre, qui peut être définie comme « non littéraire », étroitement liée aux désirs et aux rêves de ces trois explorateurs.

Heinrich Schliemann : du commerce à l’écriture savante

  • 8 « Préface » à Ithaque, le Péloponnèse, Troie, Recherches archéologiques, Paris, C. Reinwald, 1869, (...)
  • 9 Archives Schliemann, Manuscrits, Series A : Diaries – A2 : Diary 1850–1853 – California – 10 Dec. 1 (...)
  • 10 « Introduction, Autobiography of the author, and narrative of his work at Troy », Ilios : The City (...)
  • 11 J’étudie les quatre autobiographies de Schliemann dans L’invention de Troie. Les vies rêvées de Hei (...)

4Commerçant ayant abandonné ses affaires à plus de quarante ans pour se consacrer au monde du savoir, Heinrich Schliemann fut également un grand voyageur autodidacte, polyglotte, archéologue, célèbre pour ses découvertes, qui ont marqué la discipline, tout comme l’imagination de plusieurs générations ; mais sa célébrité découle également de son autobiographie, où il raconte la naissance de sa vocation scientifique : son père lui racontait, enfant, les exploits homériques8. Schliemann rédigea quatre versions de son récit de vie. Écrite en anglais, la première date de 1850, époque où Schliemann était encore étranger au monde de la science, et met en valeur son parcours de self-made man au moment où il part aux États-Unis, après avoir fait ses débuts dans le commerce comme commis et comme clerc à Amsterdam, puis la Russie, et ne fut pas publiée de son vivant9. La deuxième, dans laquelle il introduit la scène d’origine de sa vocation et son désir de retrouver le site de l’ancienne ville de Troie, est la préface à son premier ouvrage relevant de l’archéologie, Ithaque, le Péloponnèse et Troie, publié à Paris en 1869, qui constitue plutôt une carte de présentation de soi dans le monde savant. La troisième autobiographie se présente explicitement comme telle, et précède le rapport archéologique dans Ilios. City and country of the Trojans, ouvrage publié en 1880 simultanément en anglais et en allemand10. Pour finir, la Selbstbiographie, publiée après sa mort, en 1892, propose un montage de fragments des deux versions connues du public et d’autres documents, réalisé par Alfred Brückner, et met l’accent non pas sur ses mérites en tant qu’archéologue, mais sur son parcours de vie11.

  • 12 Heinrich Schliemann, La Chine et le Japon au temps présent, Paris, Librairie Centrale, 1867.
  • 13 Heinrich Schliemann, Ithaque, le Péloponnèse et Troie, op.cit., p. V.

5En 1864, Schliemann se retire du commerce, réalise un voyage à travers l’Égypte, l’Inde, la Chine et le Japon, puis s’installe à Paris en 1866, où il publie son premier ouvrage, La Chine et le Japon au temps présent12, investit sa fortune dans l’immobilier, et entreprend sa formation intellectuelle : il étudie les langues, la littérature et la philosophie à la Sorbonne, assiste à des réunions de différentes sociétés savantes, en particulier de la Société de Géographie de Paris, et intègre progressivement les salons des hommes de science. En 1868, il fait un voyage en Grèce et dans la Troade, revient à Paris et écrit, pendant l’automne 1868, Ithaque, le Péloponnèse et Troie13. Vie privée et vie professionnelle s’entremêlent dorénavant : Schliemann décide de se consacrer à l’écriture et à l’archéologie, prépare sa première véritable campagne de fouilles dans la Troade, et utilise l’édition d’Ithaque pour solliciter l’obtention d’un doctorat à l’Université de Rostock. Schliemann, comme on peut voir, n’est pas un scholar, mais il s’oriente désormais vers une carrière d’homme de lettres. C’est, en tout cas, dans ces termes qu’il décrit la tournure que prend sa vie, à partir du moment où il décide de se consacrer à la production de savoir scientifique. La fin du processus qui lui permettra d’acquérir le statut reconnu d’archéologue doit être située entre 1873 et 1875, période où la polémique autour de ses découvertes s’enflamme. En 1875, il réalise des fouilles à Tiryns, Mycènes, Troie, et à Mycènes, et découvre les tombes des rois et le célèbre masque d’Agamemnon. Le résultat sera publié sous le titre de Mykenae. Bericht über meine Forschungen und Entdeckungen in Mykenae und Tiryns (1878), ouvrage qui confirme la découverte de la civilisation mycénienne.

  • 14 Archives Schliemann, Manuscrits, Series B, Box 60, 13 ; lettre à H. van Kempen du 26/01/1866.
  • 15 Daniel Fabre, op.cit., p. 25.

6Schliemann entretient, dès les débuts de sa carrière de commerçant, des rapports intenses à l’écriture, comme le prouve sa vaste correspondance, commerciale, personnelle puis scientifique, et la rédaction d’un journal pendant ses nombreux voyages. L’écriture et la publication de La Chine, dont il semble avoir achevé la rédaction en arrivant à Paris (même si, fin janvier 1866, il cherche toujours un collaborateur, et une de ses connaissances suggère qu’« Alexandre Dumas pourrait le faire14 »), constitue un des premiers éléments d’une articulation de ces écritures ordinaires au monde lettré du livre, mouvement lié à son abandon du commerce. Cette articulation est rendue possible par l’adoption d’un genre auquel Schliemann restera attaché : le récit de voyage. Devenu sujet de l’énonciation, le voyageur emmène le lecteur avec lui dans son parcours ; pour les auteurs de récits de voyage de l’époque, ce qu’un individu voit et ce qu’il constate deviennent ainsi connaissance de tout un chacun. On peut, certes, comprendre l’adoption de ce point de vue comme une affaire de langue, Schliemann ayant tendance à imiter les modes narratifs des écritures produites par d’autres ; mais on peut aussi y voir une tentative pour construire un récit qui permette aux auditeurs, puis aux lecteurs, d’accompagner le mouvement du narrateur, l’amenant ainsi à partager ses points de vue et ses hypothèses. Le récit acquiert ainsi une dimension rhétorique. Sa première autobiographie, datée du début des années 1850, peut être considérée comme ce que Daniel Fabre appelle une « autobiographie ordinaire », qui marque le passage de l’autographe à l’autobiographie au sein des pratiques d’écritures ordinaires15.

  • 16 Sur le concept d’« imagination scientifique », voir Annick Louis, Sans objet, Paris, Hermann, 2021.

7Le passage d’une écriture ordinaire à une écriture lettrée présente une caractéristique spécifique chez Schliemann : il s’accompagne d’une pratique du récit oral. On peut, en effet, faire l’hypothèse que la scène de l’enfant qui rêve de Troie a fait l’objet de récits oraux, ce qui permet d’articuler le concept d’écritures ordinaires à celui de « discours ou paroles ordinaires » ; les traces d’archives suggèrent en effet que Schliemann, au moment de son intégration dans le milieu savant parisien, autour de 1867/68, a participé à des salons et des réunions où il a pu progressivement prendre la parole, pratique qui vient s’ajouter à l’habitude de raconter ses voyages à sa famille, probablement en utilisant son journal, ouvrant la perspective d’un usage particulier de celui-ci, en tant que guide d’un récit oral. C’est pourquoi nous pouvons imaginer que le récit de l’enfant qui rêve de Troie a été testé d’abord dans les salons16, où Schliemann a présenté l’origine de sa vocation en ces termes :

Dès que j’avais su parler, mon père m’avait raconté les grands exploits des héros homériques ; j’aimais ces récits ; ils me charmaient ; ils m’enthousiasmaient. Les premières impressions que l’enfant reçoit lui restent pendant toute la vie, et quoiqu’il me fût réservé d’entrer dès l’âge de quatorze ans dans l’épicerie de M. E. Lud Holts, dans la petite ville de Fürstenberg en Mecklembourg, au lieu de suivre la carrière des lettres, pour laquelle je me sentais un goût extrême, je conservai toujours pour les gloires de l’antiquité le même amour que j’avais eu dans ma première enfance. (Ithaque, le Péloponnèse et Troie, V-VI)

8Ces prises de parole ordinaires impliquent un « je », qui reprend celui du récit de voyage, et constitue une des instances qui permet de les articuler à une écriture qui revendique une auctorialité, en les projetant vers des genres établis, constitués, reconnaissables et plus ou moins formalisés. Néanmoins, ces prises de parole ordinaires sont elles-mêmes formées aussi d’écritures ordinaires et lettrées, mobilisées par Schliemann.

Arthur Rimbaud : une écriture construite sur le rejet de la poésie

  • 17 « Rapport sur l’Ogadine, par M. Arthur Rimbaud, agent de MM. Mazeran, Viannay et Bardey, à Harar (A (...)

9Arthur Rimbaud avait montré, dès le début de l’adolescence, des signes d’un malaise lié à son milieu, qui l’amène à tenter de quitter sa ville natale dès l’âge de seize ans, en 1870, poussé par ses ambitions littéraires. Commence alors une longue errance, pendant laquelle il ne cesse de retourner régulièrement chez sa famille, généralement quand il en est contraint, à Charleville puis à Roche, jusqu’au moment où il quitte l’Europe, pour n’y revenir qu’en 1891. Sans nouvelles de lui, Verlaine entreprend la réédition de ses poèmes et sa récupération en tant que figure tutélaire des « poètes maudits » à partir de 1883, pendant que Rimbaud organise diverses expéditions depuis Harar, en particulier celle de l’Ogadine, à laquelle il ne participe pas, mais dont il rédigera le rapport envoyé à la Société de Géographie de Paris17 ; puis en 1885, il entreprend sa célèbre et désastreuse expédition de ventes d’armes dans la Choa, dans laquelle il explore une route alors inconnue des Européens. En 1887, il publie le récit de ses voyages dans la région dans le Bosphore Égyptien ; à son retour à Aden, et sollicite une aide de la Société Géographique de Paris pour mener une exploration en Abyssinie, mais ce projet n’aboutit pas. Souffrant d’une tumeur au genou droit, il s’embarque à bord de l’Amazone, pour Marseille ; amputé de sa jambe, il regagne Roche, puis, malgré la dégradation de son état, Marseille où il meurt le 10 novembre 1891.

  • 18 Ibid., p. 370.
  • 19 Lutèce 29 mars au 5 avril 1884 p. 382 – 283 7 avril 1884. Voir : Arthur Rimbaud, Correspondance. 18 (...)
  • 20 Voir aussi la lettre du 9 août 1877, écrite à Charleville, par Ernest Delahaye à Ernest Millot, qui (...)

10On peut proposer l’hypothèse que les écrits de Rimbaud constituent des tentatives pour laisser une trace autre que celle de sa poésie. La publication de ses poèmes et la reconnaissance de son œuvre sont entamées en son absence et sans sa participation auctoriale, grâce à une quête mouvementée, menée principalement par Paul Verlaine, une véritable chasse aux manuscrits, alors que Rimbaud est occupé à créer et à exercer des formes d’écriture considérées comme « non littéraires », et qu’il s’efforce de devenir un explorateur reconnu. À la fin de l’année 1883, plusieurs événements simultanés mettent en évidence les différentes directions que prend le destin de Rimbaud : le numéro « Les poètes maudits » paraît dans la revue Lutèce (5 octobre-10 novembre 1883), et contient les poèmes réunis par Verlaine « Les Chercheuses de poux », « Voyelles », « Bateau ivre », « Oraison du soir », « Les Assis », « Les Effarés », une strophe de « Premières communions », une de l’« Éternité », quelques vers de Paris se repeuple ; en décembre, Paul Bourde annonce à Bardeay à bord du paquebot Sagnalien que Rimbaud a un passé de poète, que la jeune génération l’admire et qu’on s’interroge, à Paris, à propos de son destin18; le « Rapport sur l’Ogadine » paraît le 10 décembre dans le Bulletin de la Société de Géographie de Paris. Les différentes écritures de Rimbaud acquièrent ainsi simultanément la visibilité de l’imprimé. Mise en vente en mars 1884, la plaquette Les poètes maudits connaît une diffusion rapide19, et est suivie d’autres publications, qui poursuivent la diffusion de son œuvre poétique. Il ne fait aucun doute que l’absence de Rimbaud, la méconnaissance de son destin, l’effort de collecte de manuscrits et de publications épars vont contribuer à doter sa poésie de valeur littéraire. L’œuvre et la légende se construisent de façon simultanée et parallèle, le mythe déterminant la possibilité même de la génération de l’œuvre, car c’est parce qu’il est sans nouvelles de Rimbaud que Verlaine peut se lancer dans une frénétique récupération des écrits de son ancien ami et amant. Ses spéculations et ses tentatives anxieuses pour le retrouver frappent par leur intensité, mais il ne fait aucun doute que leur échec dégage le terrain pour celui qui souhaite disposer de l’œuvre qu’il a laissée derrière lui : à mesure que Rimbaud s’engouffre dans une vie mystérieuse d’exploration, sa légende croît, et confère une valeur supplémentaire à sa poésie20 Ces recherches peuvent faire penser que le destin de ses poèmes l’intéressait peu, même s’il ne les détruisit pas.

  • 21 Arthur Rimbaud, Correspondance. 1854-1891, op.cit., p. 7-12.
  • 22 Le recueil le plus ancien est Lettres de Jean-Arthur Rimbaud. Égypte, Arabie, Éthiopie, 1899, édité (...)
  • 23 Correspondance (1888-1891), Paris, Gallimard, 1965.
  • 24 Voir Alain Borer, Rimbaud en Abyssinie, Paris, Seuil, 1984, p. 243.
  • 25 Albert Camus, L’Homme révolté, Paris, Gallimard, 1951, p. 117.
  • 26 Borer parle de la « beauté paradoxale », « non littéraire » des lettres, ce qui ne me paraît guère (...)
  • 27 Pour les questions d’esthétique, voir : Gérard Genette, L’Œuvre de l’art. Immanence et transcendanc (...)
  • 28 Dans ce cas, le fait que Sotiro ait confié la rédaction à Rimbaud (en tout cas, c’est ce que l’on s (...)

11L’histoire des écrits « non littéraires » de Rimbaud est tout aussi complexe, comme le rappelle Jean-Jacques Lefrère dans l’« Avant-propos » de son édition21. La plupart des lettres de sa vie de poète sont perdues, alors que celles écrites ensuite constituent les trois quarts de l’important volume, qui, néanmoins, reste incomplet22. Ce dont nous disposons a fait l’objet de détournements et de falsifications, l’ensemble a été utilisé essentiellement pour reconstruire la biographie de Rimbaud23. Résultat d’importantes recherches, les volumes de Lefrère présentent la correspondance organisée selon un ordre chronologique, et comprennent également des lettres dont Rimbaud n’est ni le signataire ni le destinataire, mais qui concernent ses collègues commerçants, et contiennent des informations sur lui. Ainsi, le « roman Rimbaud » semble avoir été construit par Lefrère, qui met en avant le romanesque qui entoure sa vie et le désir de la critique d’y inscrire cette empreinte sur son œuvre. L’édition contient également les versions complètes des deux rapports mentionnés, alors que celui de l’Ogadine n’avait été publié que partiellement par le Bulletin de la Société de Géographie de Paris. Nous ignorons, néanmoins, le destin que Rimbaud imaginait pour ses écrits « non littéraires », qui sont, en vérité, rarement lus pour leur valeur littéraire, qui leur est, de plus, souvent refusée. Les lettres de Rimbaud comparaissent devant le tribunal de la Littérature, et sont affectées à deux usages, qu’elles ne satisfont cependant pas, mais qui correspondent au documentaire et à la biographie24 : en vérité, la correspondance qui correspond à la période africaine s’avère souvent compromettante pour la poésie et pour le mythe Rimbaud (comme le signale Camus25), son manque de qualité pouvant tantôt délégitimer leur lecture, tantôt être revendiquée contre la belle écriture. Critiques et lecteurs semblent considérer que les lettres de Rimbaud n’appartiennent pas aux Belles Lettres et se situent donc en dehors de l’institution littéraire. Reste à savoir s’il faut envisager cette correspondance à partir d’un critère esthétique, comme les rapports l’ont souvent été. Ce qui implique une définition institutionnelle des objets littéraires, mais non esthétique au sens propre (sauf, bien entendu, si on assimile institution et esthétique)26. On pourrait déplacer la question et dire que le problème réside dans le fait que nous ignorons quelle attitude adopter à l’égard de cet objet et quelle attention lui porter, et si celle-ci doit relever de l’esthétique27. Si un tout autre commerçant, un homme qui n’aurait pas eu un tel passé littéraire, avait écrit ces lettres, comment les regarderions-nous ? Sans compter que l’analyse des rapports et de certaines lettres (pas nécessairement celles écrites à sa famille) montre une maîtrise particulière de l’écrit, qu’on retrouve rarement dans les rapports des sociétés savantes de la période28.

12On peut affirmer qu’en choisissant volontairement de se placer en dehors de l’institution littéraire, ou de se positionner aux bords de celle-ci, les écrits « non littéraires » demandent une attention spécifique, marquée par le fait qu’il s’agit d’une correspondance privée. Et si la poésie de Rimbaud avait peu circulé avant l’intervention de Verlaine en 1883/1884, ayant coupé le contact avec le milieu parisien, ceux à qui il envoie ses lettres une fois qu’il a quitté l’Europe ne font pas partie du circuit des lecteurs de sa poésie, réels ou désirés. Par suite, les renvois contenus dans les lettres à la poésie écrite en Europe acquièrent un véritable statut de « citation », même s’ils ne sont pas présentés comme tels : Rimbaud emprunte à sa propre poésie, crée un cadre nouveau pour des images et des figures poétiques, dans lequel elles pourront être lues en-dehors de l’institution littéraire, par sa famille et ses collègues commerçants. La correspondance devait-elle procurer un contexte à l’œuvre poétique ? Que cela ait ou non été le cas, c’est peut-être ainsi qu’elle a été conçue.

  • 29 Concernant les concepts de généricité auctoriale et généricité lectoriale, voir Jean-Marie Schaeffe (...)

13À quel type d’objet avons-nous donc affaire ? Du point de vue du statut éditorial, il n’y a pas de différence entre l’œuvre poétique et l’œuvre « non littéraire » : Rimbaud n’avait édité ni sa poésie ni ses lettres. L’écrit semble destiné à se perdre, ou plutôt à renforcer un aspect, celui du contact qu’il établit et des scènes qu’il crée pour un autre défini dans l’écriture elle-même. Si l’œuvre de Rimbaud ne peut cesser d’apparaître comme une création littéraire instable, on peut se demander qui est l’auteur Rimbaud. Et aussi : quel type d’auctorialité a-t-il exercé et à quel type d’auctorialité correspond-il aujourd’hui pour nous ? La généricité lectoriale, dans son cas, repose sur le fait que plusieurs générations de lecteurs ont eu accès à différentes versions éditoriales de l’œuvre29 ; même lorsque ces lecteurs ignorent la situation et l’histoire de ses écrits, le caractère instable de l’objet « œuvre de Rimbaud » reste perceptible par le mode de diffusion éditorial qu’elle connaît. L’auctorialité se construit ainsi dans l’instabilité, ce qui n’empêche néanmoins pas Rimbaud de devenir un monument littéraire : au croisement de formes éditoriales distinctes se constitue une figure auctoriale dont les traits se définissent en partie par le mode éditorial, et non par le texte lui-même. L’instabilité de l’objet « œuvre de Rimbaud » met ainsi en évidence le constat suivant : aux libertés éditoriales correspond la capacité des lecteurs à s’émanciper des normes, règles et conventions qui ont été pertinentes dans le processus de genèse d’une œuvre.

Lucio V. Mansilla : écrire au-delà des genres

  • 30 En français : Une excursion au pays des Ranqueles, Paris, Christian Bourgois, 2008, traduction d’Od (...)
  • 31 Mansilla et Sarmiento avaient fait connaissance dans le bateau qui les amena de Montévideo au Brési (...)
  • 32 Sur les récits de frontière, voir Claudia Torre, Literatura en tránsito. La narrativa expedicionari (...)

14Voyageur ayant parcouru l’Europe, une partie de l’Afrique, l’Inde, l’Afrique et de nombreuses régions de l’Amérique du Sud, dandy, globe-trotteur sud-américain, polyglotte et homme de lettres cultivé, Lucio V. Mansilla (1831-1913) est aujourd’hui reconnu comme le plus grand écrivain de sa génération, même si l’histoire littéraire argentine a tardé à lui accorder cette place. Fils du général Lucio Norberto Mansilla, héros de l’Indépendance argentine, et de la célèbre Agustina Rosas (1816-1898), sœur de Juan Manuel de Rosas (1793-1877), « el Restaurador de las leyes » (le restaurateur des lois), dont le régime s’étendit entre 1833 et 1852 et marqua l’imaginaire politique et littéraire argentin, Mansilla grandit dans la famille du dictateur, et, à partir de la chute de celui-ci, il entreprit plusieurs carrières (littéraire, militaire, diplomatique, journalistique). Son œuvre est tout aussi variée que sa biographie et ses activités, et comprend des récits de voyage, des pièces de théâtre, des essais journalistiques, des opuscules techniques et militaires. Son ouvrage le plus célèbre est Una excursión a los indios ranqueles30, récit de l’expédition qu’il a entreprise dans la pampa argentine entre le 30 mars et le 17 avril 1870, alors qu’il était commandant de la lointaine frontière de Cordoba, dont le siège se trouvait à Río Cuarto31, fleuve marquant la limite entre le territoire sous le contrôle du gouvernement de Buenos Aires et le territoire indien. En Argentine, dans la deuxième moitié du xixe siècle, la frontière restait instable, et était continuellement déplacée ; ce que les élites argentines appelaient « le désert » commençait à peine à deux cents kilomètres de la Maison du gouvernement de Buenos Aires. L’expression « Tierra adentro » (qu’on peut traduire par l’intérieur des terres ou l’arrière-pays) était également employée pour faire référence à cet espace géographique aux frontières incertaines32. Du point de vue historique, le voyage de Mansilla doit être resitué dans le processus connu sous le nom de « araucanisation des pampas », qui commence au xviiie siècle, lorsque les groupes indigènes qui habitent le sud du continent des deux côtés de la Cordillère des Andes établissent des rapports.

  • 33 Fondé en 1853 par Héctor Rufino, Mariano Adrián, et Luis Varela, La Tribuna, fut dirigé alternative (...)

15La décision de Mansilla d’explorer ce territoire répond à un intérêt personnel, mais il prend pour prétexte la nécessité de ratifier un traité conclu avec les tribus ranqueles. Il demande l’autorisation au gouvernement pour réaliser ce projet, mais n’attend pas la réponse de ses supérieurs, sachant probablement qu’elle lui serait refusée ; il en sera ainsi, effectivement, et il sera destitué à son retour, pour des raisons politiques qui dépassent la portée de son acte de désobéissance, alors même que la publication, sous forme de feuilleton, de Una excursión dans La Tribuna, le plus important journal de Buenos Aires en termes de vente et de popularité dans les années 1870, connaît un important succès33.

  • 34 Vincent Debaene a étudié la question de l’existence de deux textes, une monographie savante et un o (...)
  • 35 Publié dans La Tribuna, 5868, Buenos Aires, le 11 mai 1870. Transcrit par Julio Caillet-Bois dans « (...)
  • 36 Sur le croquis, voir Carlos Della Mattia et Norberto Mollo, « El mapa de Mansilla », En tiempos de (...)
  • 37 Tiempo perdido, Buenos Aires, El Ateneo, 1931, p. 89.
  • 38 « À une époque où les gouvernements paient les services de leurs loyaux amis en les destituant brut (...)
  • 39 Le caractère fragmentaire de l’écriture de Mansilla a été signalé et étudié par la critique ; voir (...)

16Le voyage de Mansilla va donner lieu à trois textes, qui doivent être considérés comme des œuvres autonomes, puisque chacune a eu un impact spécifique et donné lieu à des appropriations particulières : un rapport officiel, la publication de lettres dans le journal, le livre34. La production de ces trois écrits peut être lue comme un geste politique, en raison de leurs caractéristiques spécifiques comme de leur insertion dans des circuits de lecture distincts, que Mansilla semble tenter de réunir. Le rapport, « Cuadro completo del estado de los toldos » (Tableau complet de l’état des tentes)35, est adressé au « Comandante en Jefe de las Fronteras Sud y Sud Este de Córdoba », c’est-à-dire José M. Arredondo, et daté du mois d’avril 1870. Du point de vue formel, la première version de Una escursión a los indios ranqueles se présente comme une série de lettres à Santiago Arcos (un ami de Mansilla, qui se trouvait alors en Espagne, ce que l’auteur ne sait pas ou feint de ne pas savoir), publiées dans La Tribuna de Buenos Aires, entre le 20 mai et le 7 septembre 1870. Chaque lettre est encadrée par le titre, le numéro, l’adresse à « Sr. D. Santiago Arcos. », la mention « Querido Santiago », et se ferme sur l’expression : « Tu afectísimo, Lucio » (ou « Tu afmo, Lucio ». Lors de leur publication sous forme de livre la même année, la dédicace et la signature disparaissent, et on constate une série de décalages dans la numération des lettres, qui sont soixante-quatre dans le journal et soixante-huit dans le livre36. Le succès des lettres détermina Héctor Varela, fondateur et directeur du journal, à les publier en volume la même année ; la « Única edición autorizada » (Unique édition autorisée) de Una excursión est publiée en deux tomes, en 1877, à Leipzig, chez F. A. Brockhaus. D’autres éléments témoignent de son succès : Eduardo Wilde note dans ses mémoires que « Los ranqueles están de moda desde que los ha inventado Lucio Mansilla. » (les ranqueles sont à la mode depuis que Lucio Mansilla les a inventés)37. Donnée plus ambivalente, le banquet offert à Mansilla par ses amis le 19 juin, à l’Hôtel Argentin, comme une sorte d’hommage-réparation pour avoir été destitué de l’armée par le président Sarmiento, officiellement, dans le cadre d’une accusation pour l’exécution sans procès d’un déserteur, Avelino Acosta. L’impact politique de la publication des Lettres peut être mesuré dans la réponse à la dédicace de Mansilla de l’édition de 1870 par Héctor Varela : « En una época en que los gobiernos pagan los servicios de sus leales amigos, destituyéndose brutalmente de los puestos en que supieron conquistarse fama y simpatía, ni todas las intenciones se aprecian, ni todos los sentimientos se comprenden. »38. Les circonstances permettent de penser que l’impact des lettres sur les habitants de Buenos Aires et sur la caste politique est essentiellement dû au fait que Mansilla rend publics les arguments et les débats d’époque, au moyen d’une rhétorique fragmentaire, et, souvent, sans les attribuer à un nom ou à un parti en particulier. Faire circuler ces discours destinés au départ à rester dans le circuit privé du rapport officiel affectera la position de Mansilla en tant que membre du corps militaire, et en tant qu’homme politique39.

  • 40 « On ne pourra pas dire de moi que je travaille pour un penny a line » ; « Namby et Pamby » ; « Imp (...)
  • 41 « Poetas, traductores y críticos », Entre-Nos. Causeries del Jueves, op.cit., p. 347.

17La pratique ludique d’évocation de genres divers montre que pour Mansilla toutes les écritures sont ordinaires ou aucune ne l’est : l’institution littéraire doit se composer des textes qui relèvent d’écritures ordinaires travaillées avec rigueur et talent. Il s’agit là d’une originale en son temps, mais qui est aussi liée au fait que l’Argentine n’a pas encore de canon établi à l’époque. Et Mansilla ne considère pas que pour en bâtir un, il faut produire des textes qui répondent à des genres et des normes canonisés ailleurs – c’est-à-dire en Europe (le modèle dominant), aux États-Unis (modèle de nombreux hommes politiques de l’époque) – ou dans son propre pays. C’est le journalisme qui, au départ, lui a permis de passer des écritures ordinaires aux écritures lettrées, d’après ce qu’il affirme dans sa célèbre causerie « De cómo el hambre me hizo escritor » (« Comment la faim a fait de moi un écrivain »), car jusque-là il n’avait fait qu’écrire de la correspondance familière et des traductions, affirmation qui passe sous silence ses travaux précédents, comme De Adén a Suez. Mais il s’agit d’un type particulier d’écriture lettrée, qui ne correspond pas aux désirs et aux projets d’établissement d’une institution littéraire des élites du pays. L’origine de la carrière de Mansilla doit être située, d’après cette causerie, dans une demande faite par son amphitryon alors qu’il se trouve en exil : afin de rétribuer son hospitalité à un moment où il est dans le besoin, il rédige une sorte de chronique impossible, une fiction de chronique, qui consiste à décrire ce qu’il n’avait pas vu, ou ce qu’il n’avait pas constaté, c’est-à-dire la navigation du río Salado. Néanmoins, si écrivain et journaliste sont identifiés, Mansilla tient à se différencier de l’écrivain professionnel (« No se dirá que soy un penny a line », « Namby y Pamby » et « Impaciencia y curiosidad »).40 Pour Mansilla la rémunération ne détermine pas si on est un écrivain professionnel ou pas ; on peut vivre de sa plume, mais seulement si on est amené à le faire par nécessité et, surtout, si quelqu’un reconnaît en nous un talent spécifique : Mansilla est invité à écrire, et sera rémunéré pour le faire, à un moment où il connaît des difficultés financières, essentiellement en raison de ses qualités intellectuelles. Se définit ainsi une forme de professionnalisation, où cette possibilité s’ouvre grâce au talent personnel, et non pas par nécessité, même si celle-ci existe. Mansilla ne défend pas, néanmoins, ce que nous appellerions une culture populaire, caractérisée par une langue orale spontanée ; il postule la construction écrite d’une langue littéraire dont les matériaux viennent en partie de l’oralité. Dans ce projet, l’emploi du « vos » (tu) caractéristique du Río de la Plata joue un rôle majeur, parce qu’il permet de lutter contre l’institutionnalisation des Belles Lettres et contre l’académisation41. On peut en effet lire dans ce geste une revendication de l’amateurisme sous une forme particulière : l’exhibition de connaissances linguistiques, rhétoriques et culturelles, doublées d’une singularité capable d’émettre des jugements critiques, étrangers à l’institutionnalisation des Lettres.

Des frontières en territoire d’écriture

18Si Rimbaud, Schliemann et Mansilla ont l’ambition de transformer leurs écritures ordinaires en écritures lettrées, c’est dans l’objectif de devenir des auteurs-explorateurs (ou explorateurs-auteurs) et d’imposer de nouveaux canons, susceptibles d’avoir une postérité. Mais ce passage est également lié à l’ennui, qui est au cœur de leur vie : il constitue une menace qui peut se manifester à tout moment, et qui s’inscrit dans le quotidien, quel qu’il soit. Il y a ennui dès qu’il n’y a plus déplacement, l’écriture étant l’unique pratique susceptible de remplacer le mouvement. Mais qui sont-ils en tant qu’écrivains, ou plutôt en tant que producteurs d’écriture ? D’une écriture qui se situe, tel qu’on l’a postulé, entre écritures ordinaires et lettrées, et qui aspire à une réalisation autre, qui reste à inventer, que ces explorateurs mettent en place dans leurs pratiques. Le voyageur se déplace et promène son regard : ce qu’il voit, il doit l’organiser, puis le traduire en récit, au moyen d’une stratégie narrative pour en faire part au lecteur qu’il imagine et désire. Ce que les sens révèlent dans cette expérience d’exploration demande à être présenté comme étant objectif, puisque la tradition veut que le voyageur mette de côté ses propres sentiments et sa subjectivité individuelle. Les trois voyageurs considérés, néanmoins, réalisent le geste opposé : ils mettent en scène leurs propres inclinaisons, goûts et passions, leurs états d’âme et jugements. L’inscription du « je » en tant que terrain d’affrontement et d’éparpillement aboutit à la constitution d’une figure d’homme lettré savant spécifique, qui annonce certains traits des spécialistes des sciences humaines et sociales du xxe siècle.

  • 42 Carl Thompson, The Suffering Traveller and the Romantic Imagination, Oxford, Clarendon Press, 2007.

19Mansilla, Rimbaud et Schliemann voyagent pour produire une connaissance scientifique relevant de ce que nous percevons aujourd’hui comme une variété de domaines allant de la topographie à l’ethnographie, mais qui correspond, à l’époque, à la catégorie de l’étude de l’homme. Or, ils tentent de produire ce savoir en exhibant leurs traits personnels, et même leurs exubérantes personnalités, et non pas en construisant un positionnement objectif. C’est pourquoi je les considère comme des explorateurs. Le terme désignait, avant le romantisme, les personnes qui, sans nécessairement se déplacer, réalisaient des découvertes en une discipline scientifique, alors que ceux qui voyageaient étaient considérés comme des « découvreurs »42. L’exploration recouvrait la notion de découverte et impliquait également une tout autre tâche, celle de donner à connaître à partir d’une formation technique précise, capable de rendre compte de ce qu’on voit, sans demander forcément un bagage intellectuel académique destiné à situer ce qui est observé dans une totalité. Le fragment acquiert ainsi une autonomie, l’inclure dans un tout n’est plus essentiel, car le regard globalisant ne favorise pas l’observation à une microéchelle.

20On peut dire que Mansilla, Rimbaud et Schliemann renoncent à le faire, parce qu’un objectif précis les guide : mettre en valeur le fait que cette articulation entre une zone, un peuple, une géographie particuliers et circonscrits est ce que l’explorateur doit construire. En tant qu’explorateurs, ils connurent des destins différents, mais leurs échecs et leurs réussites se manifestent dans l’écriture, et prennent une signification autre grâce à la destinée de leurs écrits : ce que notre époque lit, ou tente de lire, les renouvelle et en fait aujourd’hui un objet d’intérêt ouvert à l’interprétation. Que signifiait pour eux la gloire ? Pour Schliemann, il s’agissait sans conteste de faire une découverte archéologique, d’être pris en compte par la communauté scientifique, mais aussi de comprendre ce qu’il trouvait grâce à ses fouilles. Tout ceci ne peut se réaliser que par l’écriture, en plusieurs langues, grâce à des récits contenant des scènes saisissantes pour le public de l’époque. Pour Rimbaud, peut-être en raison du caractère fragmentaire de sa correspondance, nous pouvons difficilement percevoir ce qu’il désire au-delà de voyager, faire fortune, survivre ; il souhaitait probablement aussi effacer ses années européennes, sa vie dans la bohème poétique parisienne, son ambition de devenir poète, même si son manque d’acharnement à détruire et à reconstruire sa production poétique traduit plutôt une forme d’indifférence. Dans tous les cas, dans les moments de désespoir et d’échec, il n’envisage jamais de profiter de l’intérêt croissant pour sa. Pour Mansilla, « se faire un nom » équivaut à la fois à se défaire de son nom – qui porte la marque de son père et celle du dictateur Juan Manuel de Rosas -, et à le rendre tout autre : il vit dans le paradoxe d’être un héritier et d’avoir à faire ses preuves. Car il ne partage pas les projets politiques qui se mettent en place dans la période, ni la conception de ceux qui gouvernent sur la nature de la culture sur laquelle doit reposer la jeune république.

21XXX En contemplant la possibilité de devenir des producteurs dans des genres littéraires identifiables, Rimbaud, Mansilla et Schliemann se positionnèrent face à des institutions qui se trouvent à des moments différents de développement ; ils mettent ainsi en place un rapport à l’institution littéraire qui fonctionne comme une sorte de « guide » d’écriture mais de façon oblique : la « littérature » se constitue en horizon non pas d’attente mais de rupture et, dans une certaine mesure, de désaveu. Le récit (qui est, de façon simultanée, rejeté et réapproprié de façon à mettre en question la nature même du genre) se projette contre le statut de monument littéraire, que celui-ci s’incarne dans un texte existant ou dans une textualité absente mais qui fonctionne néanmoins comme un modèle.

22Si l’on peut parler d’écriture « non littéraire » au sujet de ces auteurs, c’est que tous trois tentent de sortir des écritures ordinaires sans pour autant s’identifier à une démarche reconnue comme littéraire. Et aussi que leurs explorations géographiques correspondent à des tentatives scripturales qui activent des genres établis, pour mener vers des modes narratifs inédits et hétérogènes. Il serait donc plus pertinent de parler d’« écriture lettrée non littéraire » : ce ne sont pas des écritures ordinaires, elles se projettent de façon fragmentaire vers des écritures qui relèvent des sciences de l’homme et de la société, qui sont, dans la deuxième moitié du xixe siècle, en cours de constitution et d’institutionnalisation, mais qui n’ont pas encore défini leurs protocoles disciplinaires. Il ne s’agit donc pas de penser les rapports entre littérature et sciences humaines et sociales dans la deuxième moitié du xixe siècle, car ceci présupposerait qu’il existait alors deux territoires identifiables, dont les frontières étaient nettes, et dont on pouvait observer les chevauchements et les points de contact. Mais si ces écritures nous semblent relever des sciences humaines et sociales, c’est parce qu’elles aspirent à constituer un savoir, posant d’une façon particulièrement stimulante la question du rôle de l’observateur qui écrit. Se construisant dans la fascination et le rejet simultanés du récit romanesque, elles s’érigent en véritables débats (plus ou moins explicités) sur ce genre tel qu’il est pratiqué, par les écrivains et par les lecteurs de la période. Sur les « débris » d’un genre, il est possible d’en construire un autre, car c’est l’empreinte romanesque qui est ici en jeu, et non pas forcément le roman.

  • 43 Je suis ici la conception de la fiction comme pragmatique de Jean-Marie Schaeffer telle qu’elle a é (...)

23Sans doute le rejet d’une pratique précise du roman repose-t-elle sur la récupération de modèles non dominants, des explorations génériques qui relèvent en même temps d’un travail sur les textes et d’une révision de leur inscription institutionnelle, et qui se réalise par le biais d’une exploration territoriale, aboutissant à une réflexion sur les rapports entre géographie et littérature. Il s’agit, pour ces écrits, moins de se démarquer d’un territoire, celui de la fiction romanesque, que d’en élargir les limites à partir d’une perception des genres qui s’émancipe de toute tentative de les penser comme des phénomènes stables. Dans les termes de la théorie contemporaine, on peut dire que ces écrits exploitent l’instabilité historique qui caractérise les cadres pragmatiques de la fiction43. Aujourd’hui, ils ne peuvent être perçus que parce que notre tradition critique reconnaît sa propre tendance à établir des genres « pleins » – pour ne pas dire « purs », même si de telles catégories ne constituent que des horizons vers lesquels les œuvres tendent –, c’est-à-dire à identifier des traits inhérents spécifiques, à l’identité générique incontestable. Mais qu’est-ce la fiction pour Rimbaud, Schliemann et Mansilla ? Une réponse schématique pourrait être : un répertoire de ressources à remettre en question, à démonter, à réutiliser, qui aboutissent à des textes dont le degré de véracité est impossible à établir ; un mode narratif qui ne relève pas exclusivement de l’imaginaire, dont les vérités ne se trouvent pas dans leurs énoncés thématiques – dans le contenu. On ne peut établir de frontière entre ces deux types de récits, ou isoler les éléments qui pourraient définir l’appartenance des textes à une de ces catégories, mais on peut réfléchir à ces pratiques qui se posent volontairement comme participant des deux, et qui affichent leur recyclage de formes venant de l’un ou de l’autre, tout en affirmant leur inscription dans un des genres (que ce soit le témoignage, la chronique ou la fiction).

24La réception de ces écrits qui dérobent la clé de fonctionnement de certains genres établis et reconnus du public a pu être considérable, d’autres fois inexistante ou restreinte. Ce qui reste certain, c’est qu’avec le temps, leur statut se modifie, parfois de façon radicale : certains textes considérés au départ comme des témoignages deviennent des fictions, et vice-versa. Ce changement dans l’attribution du genre reste un phénomène classique ; plus remarquable est le fait que ces textes aient fait (et/ou font) l’objet d’une réception particulière dans la mesure où ils sont perçus par un public déterminé, à une époque déterminée, à la fois comme des textes véridiques (des témoignages, des chroniques, etc.) et comme des récits sur lesquels s’inscrit l’empreinte de la fiction romanesque. Il ne s’agit pas d’incliner certains textes vers la catégorie de fiction à un moment historique où celle-ci est marquée par un statut prestigieux ; nous cherchons, en revanche, à mettre en valeur le fait qu’une partie de l’effet – et du plaisir – suscité par ces récits chez le lecteur sont apparentés à l’effet et au plaisir qui caractérisent le récit romanesque. Probablement parce que le rejet essentiel de ces textes ne s’adresse pas au roman, ou au récit romancé de voyage, mais précisément au romanesque, à ses règles et à ses conventions. Si le romanesque permet l’articulation de la fiction et de la vie vécue, en extirper les caractéristiques spécifiques apparaît comme un recours permettant de produire un récit littéraire de l’expérience qui conserve l’intensité produite par la lecture du roman réaliste de la deuxième moitié du xixe siècle.

  • 44 Jean Bazin, « Interpréter ou décrire. Notes critiques sur la connaissance anthropologique », dans U (...)

25En se projetant comme mode de constitution de savoirs, les écritures non littéraires de Rimbaud, Mansilla et Schliemann convoquent le débat entre herméneutique et pragmatique qui traverse les sciences humaines. Comme on l’a suggéré, le « je observateur » n’est pas, dans les récits de Mansilla, Rimbaud et Schliemann, indéterminé, mais une instance narrative qui refuse de renoncer à sa propre subjectivité, tout en aspirant à créer un savoir objectif. Constituer en objet de savoir ce que font des humains implique, comme le signale Jean Bazin, que ce que les observés font ne m’est pas familier, ou qu’il a cessé de l’être : les observer est cet écart même, la distance que ma capacité à observer manifeste44. Mais le fait que l’observateur ignore ce qu’ils font ne signifie pas que les observés aient une connaissance analogue à celle que l’observateur prétend acquérir et transmettre. Bazin propose aussi l’idée qu’on n’observe pas une société mais des situations ; le faire, c’est s’y trouver, en faire partie mais au titre d’étranger. Ces mondes observés qui ne sont pas ceux des narrateurs constituent des objets donnés dans une situation partagée par « eux » et « je » ; une tension marquée par la co-présence et la distance qui pour Bazin définit le « terrain ». Le « je » n’est pas un des protagonistes du monde observé, mais un des acteurs de la situation : un rôle lui est affecté, qui est décrit dans les textes, mais on ignore, en vérité, comment ces présences sont utilisées. Les savoirs de Rimbaud, Mansilla et Schliemann se construisent sur des situations, historiquement datées, mais aspirent-ils à une universalité ? Malgré des moments où Mansilla propose des conclusions sur la condition humaine, la réponse à cette question serait négative : leurs récits restent attachés à des situations précises observées, qui ne sont jamais des tableaux, et restent en mouvement permanent. Les formes et frontières floues, en termes de genre et de tradition générique, des écritures de nos trois explorateurs cherchent à créer de nouveaux modes narratifs associés à des idéologies et des conceptions tout aussi nouvelles. D’où l’opposition et le recyclage permanent de ressources et d’effets du roman, qui incarne à l’époque, pour eux, un genre institutionnalisé, hiérarchisé et associé à la notion de totalité – mais qui peut être démantelé, fragmenté, rendu productif autrement.

  • 45 Roland Barthes avait déjà proposé l’idée que le propre d’une démarche interdisciplinaire est le fai (...)

26En proposant l’objet « écritures lettrées non littéraires », le présent article pose la question de la discipline et de l’interdisciplinarité au moins à deux niveaux. D’une part, en ce qui concerne le corpus même, puisque les textes sont difficiles à associer à une discipline, même au moment où ils ont été écrits ; ils exhibent leur hétérogénéité, mettant à l’épreuve la possibilité de les identifier pleinement à un genre unique, et proposent des modes narratifs qui relèvent des sciences humaines et sociales alors en constitution. Au-delà du succès qu’ils aient pu avoir auprès du public, leur inscription disciplinaire est incertaine à l’époque où ils ont été écrits aussi bien qu’aujourd’hui. Mais cette recherche convoque également la question de la discipline dans son inscription actuelle, parce qu’une approche exclusivement disciplinaire ne peut rendre compte de ces textes, même si le point de départ relève des études littéraires. L’approche et la méthodologie d’une recherche viennent généralement de la formation disciplinaire première du chercheur ou de la chercheuse, et déterminent que l’écrit se trouve au centre du travail analytique ; néanmoins, la tentative de définir un type d’écriture qui ne relève pleinement ni des études littéraires ni d’autres disciplines relevant des sciences humaines et sociales implique le recours à l’histoire, l’archéologie, l’ethnographie, la géographie… Partant donc d’une expertise disciplinaire, l’analyse du récit, pour s’orienter par la suite vers l’inscription sociale des stratégies narratives, cette recherche met en évidence les modes, les usages et les effets du récit, ancrés au départ dans des traditions d’écriture liées au littéraire, et la façon dont elles se tournent vers l’expérimentation. C’est pourquoi l’écriture lettrée non littéraire de Rimbaud, Mansilla et Schliemann permet d’appréhender le rôle que le récit a joué dans la définition des genres littéraires et de certains domaines scientifiques. Se produit ainsi une extension des frontières de la discipline littéraire, non seulement en raison du corpus considéré, mais aussi parce que celui-ci aboutit à la construction d’un nouvel objet d’étude45. Cela permet ainsi d’envisager de passer d’une conception de la discipline suivant laquelle celle-ci aurait pour objet « l’écriture littéraire », basée sur la notion de valeur, à une conception de la discipline qui fait de son centre « l’écriture lettrée non littéraire », impliquant le renouvellement des outils, démarches et méthodes analytiques.

Haut de page

Bibliographie

Barthes Roland, « Jeunes chercheurs », Le bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984, p. 97-103.

Bazin Jean, « Interpréter ou décrire. Notes critiques sur la connaissance anthropologique », in : Revel, Jacques/Wachtel, Nathan, (dir..) : Une école pour les Sciences Sociales. De la Vie Section à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, Éditions du Cerf, 1996, p. 401–420.

Bazin Jean, Des clous dans la Joconde. L’anthropologie autrement, Toulouse, Anacharsis, 2008.

Blanchot Maurice, « Le sommeil de Rimbaud », La Part du feu, Paris, Gallimard/NRF, 1949.

Borer Alain, Rimbaud en Abyssinie, Paris, Seuil, 1984.

Camus Albert, L’Homme révolté, Paris, Gallimard, 1951.

Contreras Sandra, « Lucio V. Mansilla, ¿literato ? », Anclajes, n. 1, 2019, p. 1-17.

Debaene Vincent, L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 2010.

Mattia Carlos, Mollo Norberto, « El mapa de Mansilla », En tiempos de Eduarda y Lucio V. Mansilla. Congreso de Historia y Literatura, Junta Provincial de Historia de Córdoba, Córdoba, 2005, p. 209-254.

Fabre Daniel, Bataille à Lascaux. Comment l’art préhistorique apparut aux enfants, Paris, L’Échoppe, 2014.

Fabre Daniel (et al.), Écritures ordinaires, Paris, Bibliothèque publique d’information, Centre Georges Pompidou, P.O.L., 1993.

Genette Gérard, L’œuvre de l’art. Immanence et transcendance, Paris, Seuil, 1994.

Genette Gérard, L’œuvre de l’art. La relation esthétique, Paris, Seuil, 1997.

Louis, Annick, « Homo explorator. L’écriture non-littéraire d’Arthur Rimbaud, Lucio V. Mansilla et Heinrich Schliemann », Revue de littérature comparée, 4/2007, octobre-décembre 2007, p. 439-458.

Louis Annick, « Ce que l’enquête fait aux études littéraires : à propos de l’interdisciplinarité », Fabula / Les colloques, Littérature et histoire en débats, URL : http://www.fabula.org/colloques/document2097.php. 2013.

Louis Annick, « Alban Bensa, François Pouillon (dir.), Terrains d’écrivains », Annales. Histoire, Sciences sociales, n. 2, avril-juin 2016, p. 551-553.

Louis Annick, L’invention de Troie. Les vies rêvées de Heinrich Schliemann, Paris, Éditions EHESS, 2020.

Louis Annick, Sans objet. Pour une épistémologie de la discipline littéraire, Paris, Hermann, 2021.

Mansilla Lucio V., De Adén a Suez, Buenos Aires, Imprenta de Mayo, 1855.

Mansilla Lucio V., Entre-Nos. Causeries del Jueves, Buenos Aires, Hachette, 1963.

Mansilla Lucio V., Una escursión á los Indios Ranqueles, por Lucio V. Mansilla, Buenos Aires, Imprenta de Belgrano, 1870.

Mansilla Lucio V., Una excursión a los indios ranqueles, Venezuela, Ayacucho, 1984, préface de Saúl Sosnowski.

Mansilla Lucio V., Une excursion au pays des Ranqueles, Paris, Christian Bourgois, 2008, traduction d’Odile Begue.

Pauls Alan, « Sobre las Causeries de Mansilla. Una causa perdida », Lecturas críticas, n. 2, 07/1984, p. 4-15.

Rimbaud Arthur, « Rapport sur l’Ogadine, par M. Arthur Rimbaud, agent de MM. Mazeran, Viannay et Bardey, à Harar (Afrique orientale) (1) – Harar, 10 décembre 1883 », Compte rendu des Séances de la Société de Géographie et de la Commission Centrale paraissant deux fois par mois, Année 1884 – Paris – Société de Géographie, Boulevard Saint-Germain, 184, 1884, p. 99-103.

Rimbaud Arthur, « Rimbaud au directeur du ‘Bosphore égyptien’ », Bosphore égyptien, Le Caire, [20] août 1887, p. 430-440.

Rimbaud Arthur, Correspondance. 1854-1891, Paris, Fayard, 2007. Présentation et notes de Jean-Jacques Lefrère.

Rimbaud Arthur, Correspondance posthume. 1891-1900. Paris, Fayard, 2010. Présentation et notes de Jean-Jacques Lefrère.

Schaeffer Jean-Marie, Pourquoi la fiction ?, Paris, Éditions du Seuil, 1999.

Schaeffer Jean-Marie, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Éditions du Seuil, 1989.

Schaeffer Jean-Marie, Les célibataires de l’art, Paris, NRF, 1992.

Schaeffer Jean-Marie, « Études littéraires », dans Nouveau Dictionnaire des Sciences du Langage, Paris, Seuil, 1995, p. 73-89.

Schaeffer Jean-Marie, Petite écologie des études littéraires, Paris, Thierry Marchaisse, 2011

Schliemann Heinrich, La Chine et le Japon au temps présent, Paris, Librairie Centrale, 1867.

Schliemann Heinrich, Ithaque le Péloponnèse Troie : Recherches Archéologique, Paris, C. Reinwald, 1869.

Schliemann Heinrich, Trojanische Atlterthümer. Bericht über die Ausgrabungen in Troja, Leipzig, F. A. Brockhaus, 1874.

Schliemann Heinrich, Antiquités troyennes. Rapport sur les fouilles de Troie, Leipzig-Paris, 1874, traduit de l’allemand par Alexandre Rizos Rangabé.

Schliemann Heinrich, Atlas des Antiquités Troyennes. Illustrations photographiques faisant suite au rapport sur les fouilles de Troie, Paris, Maisonneuve et cie, 1874. Traduit de l’allemand par Alexandre Rizos Rangabé.

Schliemann Heinrich, Ilios : the City and Country of the Trojans in the Years 1871, 72, 73, 78, 79, Londres, J. Murray, 1880.

Schliemann Heinrich, Schliemann, Sophie [Hrsg.], Heinrich Schliemann’s Selbstbiographie, Leipzig, Brockhaus, 1892. subtitled Trojanische Träume in Mecklenburg.

Thompson Carl, The Suffering Traveller and the Romantic Imagination, Oxford, Clarendon Press, 2007.

Torre Claudia, Literatura en tránsito. La narrativa expedicionaria de la Conquista del Desierto, Buenos Aires, Prometeo/Libros, 2010.

Viñas David, Literatura argentina I, Cursos magistrales, UBA, 1986.

Viñas David, Literatura argentina y realidad política. Apogeo de la oligarquía, Buenos Aires, Siglo Veinte, 1975.

Weber, Shirley H., Schliemann’s first visit to America. 1850-1851, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1942, p. 3-12.

Haut de page

Notes

1 Mes premières hypothèses sur ce corpus sont exposées dans : « Homo explorator. L’écriture non-littéraire d’Arthur Rimbaud, Lucio V. Mansilla et Heinrich Schliemann », Revue de littérature comparée, 4/2007, octobre-décembre 2007, p. 439-458.

2 Annick Louis, « Ce que l’enquête fait aux études littéraires : à propos de l’interdisciplinarité », Fabula / Les colloques, Littérature et histoire en débats, URL : http://www.fabula.org/colloques/document2097.php. 2013.

3 Jean-Marie Schaeffer, « Études littéraires », dans Nouveau Dictionnaire des Sciences du Langage, Paris, Seuil, 1995, p. 73-89 ; Jean-Marie Schaeffer, Petite écologie des études littéraires, Paris, Thierry Marchaisse, 2011.

4 Daniel Fabre (et al.), Écritures ordinaires, Paris, Bibliothèque publique d’information, Centre Georges Pompidou, P.O.L., 1993.

5 Daniel Fabre, op.cit., p. 11.

6 Ibid., p. 12 et 15 respectivement.

7 J’utilise le terme pour désigner l’ensemble de récits oraux ou écrits, véhiculés par des auteurs, qui font référence à leur rapport à l’écriture et à la littérature, tout comme à leurs carrières, au cours de leur vie, et met l’accent sur l’aspect créatif, inventif, narratif, et sur le fait qu’ils se trouvent entre littérature et autobiographie : ils contaminent l’œuvre et la figure auctoriale. Il englobe tout récit qui relève de l’incidence entre vie et œuvre, qui se présente comme ayant un caractère référentiel, même si les données n’ont pas été confirmées. Souvent, ces constructions fragmentaires sont destinées à la critique, se génèrent dans le rapport à une réception, et constituent un des éléments de la construction de la figure auctoriale.

8 « Préface » à Ithaque, le Péloponnèse, Troie, Recherches archéologiques, Paris, C. Reinwald, 1869, p. V–XVI. Fils d’un pasteur protestant, Schliemann fit d’abord fortune dans le commerce, puis aux États-Unis en 1850 ; il y tient une maison de prêt et une banque à Sacramento, avant de retourner en Russie en 1852, où il épouse Jekaterina Petrowna Lyshina (fille d’un marchand russe, 1826-1896), et multiplie à nouveau sa fortune pendant la guerre de Crimée (1853-1856).

9 Archives Schliemann, Manuscrits, Series A : Diaries – A2 : Diary 1850–1853 – California – 10 Dec. 1850–12 Feb. 1853. Le manuscrit a été publié : Shirley H. Weber, Schliemann’s first visit to America. 1850-1851, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1942, p. 3-12.

10 « Introduction, Autobiography of the author, and narrative of his work at Troy », Ilios : The City and Country of the Trojans, London, John Murray, 1880, p. 1–66 ; « Autobiographie des Verfassers und Geschichte seiner Arbeiten in Troja », Ilios, Stadt und Land der Trojaner : Forschungen und Entdeckungen in der Troas und Besonderes auf der Baustelle von Troja, Leipzig, 1881, 1-23. En français, « Introduction. Autobiographie de l’auteur et récit de ses travaux à Troie », Ilios. Ville et pays des troyens, Paris, Librairie Firmin-Didot et Cie, 1885, p.2-94. Traduction de Elisabeth Egger.

11 J’étudie les quatre autobiographies de Schliemann dans L’invention de Troie. Les vies rêvées de Heinrich Schliemann, Paris, Éditions EHESS, 2020.

12 Heinrich Schliemann, La Chine et le Japon au temps présent, Paris, Librairie Centrale, 1867.

13 Heinrich Schliemann, Ithaque, le Péloponnèse et Troie, op.cit., p. V.

14 Archives Schliemann, Manuscrits, Series B, Box 60, 13 ; lettre à H. van Kempen du 26/01/1866.

15 Daniel Fabre, op.cit., p. 25.

16 Sur le concept d’« imagination scientifique », voir Annick Louis, Sans objet, Paris, Hermann, 2021.

17 « Rapport sur l’Ogadine, par M. Arthur Rimbaud, agent de MM. Mazeran, Viannay et Bardey, à Harar (Afrique orientale) (1) – Harar, 10 décembre 1883 », Compte rendu des Séances de la Société de Géographie et de la Commission Centrale paraissant deux fois par mois, Année 1884 – Paris – Société de Géographie, Boulevard Saint-Germain, 184, 1884, p. 99-103. Arthur Rimbaud, Correspondance. 1854-1891, op.cit., p. 361-364.

18 Ibid., p. 370.

19 Lutèce 29 mars au 5 avril 1884 p. 382 – 283 7 avril 1884. Voir : Arthur Rimbaud, Correspondance. 1854-1891, Paris, Fayard, 2007, p. 382-383.

20 Voir aussi la lettre du 9 août 1877, écrite à Charleville, par Ernest Delahaye à Ernest Millot, qui contient des dessins : « Je te dis qu’IL a été signalé dernièrement à Stockholm puis à Copenhague, et pas de nouvelles depuis. Les géographes les plus autorisés le supposent vers le 76e parallèle, aussi me suis-je humblement fait leur interprète. » Arthur Rimbaud, Correspondance. 1854-1891, op.cit., p. 237.

21 Arthur Rimbaud, Correspondance. 1854-1891, op.cit., p. 7-12.

22 Le recueil le plus ancien est Lettres de Jean-Arthur Rimbaud. Égypte, Arabie, Éthiopie, 1899, éditées par Paterne Berrichon, où les lettres sont trafiquées et censurées ; paraît ensuite au Mercure de France, le 15 mars 1929, « Les Vraies Lettres du Rimbaud arabo-éthiopien » par Marcel Coulon (629-640). La longue lettre d’Isabelle Rimbaud du 28 octobre 1891 racontant la supposée conversion de son frère au moment de sa mort fut publiée pour la première fois au Mercure de France le 15 avril 1920 (370-374). En 1946, La Pléiade publie un volume présenté et annoté par André Rolland de Réneville et Jules Mouquet, avec la totalité de la correspondance connue alors, contenant, néanmoins, quelques erreurs de transcription ; Jean Voellmy fait paraître les 35 lettres adressées à Alfred Ilg.

23 Correspondance (1888-1891), Paris, Gallimard, 1965.

24 Voir Alain Borer, Rimbaud en Abyssinie, Paris, Seuil, 1984, p. 243.

25 Albert Camus, L’Homme révolté, Paris, Gallimard, 1951, p. 117.

26 Borer parle de la « beauté paradoxale », « non littéraire » des lettres, ce qui ne me paraît guère plus convaincant. Rimbaud en Abyssinie, op.cit., p. 246. Blanchot aussi a fait partie de ceux qui ont revendiqué la « mauvaise qualité » des lettres. Voir « Le sommeil de Rimbaud », La Part du feu, Paris, Gallimard/NRF, 1949.

27 Pour les questions d’esthétique, voir : Gérard Genette, L’Œuvre de l’art. Immanence et transcendance, Paris, Seuil, 1994 et L’œuvre de l’art. La relation esthétique, Paris, Seuil, 1997 et Jean-Marie Schaeffer, Les Célibataires de l’art, Paris, NRF, 1992.

28 Dans ce cas, le fait que Sotiro ait confié la rédaction à Rimbaud (en tout cas, c’est ce que l’on suppose) incline à croire qu’un tel travail n’était pas à la portée de n’importe quel explorateur.

29 Concernant les concepts de généricité auctoriale et généricité lectoriale, voir Jean-Marie Schaeffer, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Seuil, 1989.

30 En français : Une excursion au pays des Ranqueles, Paris, Christian Bourgois, 2008, traduction d’Odile Begué.

31 Mansilla et Sarmiento avaient fait connaissance dans le bateau qui les amena de Montévideo au Brésil en 1852. Plusieurs épisodes traduisent des moments de rapprochement et l’existence d’intérêts politiques communs, mais aussi des différences importantes. Mansilla et Arredondo avaient soutenu Sarmiento pendant sa campagne présidentielle en 1867 ; une version de cette affaire est donnée dans une des Causeries, publiée en 1889 et en 1890 : « El famoso fusilamiento del caballo » (La célèbre fusillade du cheval), Entre nos. Causeries del jueves, Buenos Aires, Hachette, 1963, p. 117-144.

32 Sur les récits de frontière, voir Claudia Torre, Literatura en tránsito. La narrativa expedicionaria de la Conquista del Desierto, Buenos Aires, Prometeo/Libros, 2010.

33 Fondé en 1853 par Héctor Rufino, Mariano Adrián, et Luis Varela, La Tribuna, fut dirigé alternativement par Héctor et Mariano.

34 Vincent Debaene a étudié la question de l’existence de deux textes, une monographie savante et un ouvrage littéraire, chez les anthropologues dans L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 2010. Les trois textes rédigés par Mansilla ne correspondent cependant pas à ces catégories.

35 Publié dans La Tribuna, 5868, Buenos Aires, le 11 mai 1870. Transcrit par Julio Caillet-Bois dans « La relación militar de Una excursión a los indios ranqueles », Revista Logos, Universidad de Buenos Aires, año. V, núm. VIII, 1946, p. 144-152. Le mot « Toldos » désigne au départ les tentes des Indiens, et plus généralement leur habitat.

36 Sur le croquis, voir Carlos Della Mattia et Norberto Mollo, « El mapa de Mansilla », En tiempos de Eduarda y Lucio V. Mansilla. Congreso de Historia y Literatura, Junta Provincial de Historia de Córdoba, Córdoba, 2005, p. 209-254. Les Lettres qui ne se trouvaient pas dans La Tribuna, son citées selon l’édition suivante : Una excursión a los indios ranqueles, Venezuela, Ayacucho, 1984, préface de Saúl Sosnowski.

37 Tiempo perdido, Buenos Aires, El Ateneo, 1931, p. 89.

38 « À une époque où les gouvernements paient les services de leurs loyaux amis en les destituant brutalement des postes où ils ont su conquérir célébrité et sympathie, toutes les intentions ne sont pas appréciées, et tous les sentiments ne sont pas compris. »

39 Le caractère fragmentaire de l’écriture de Mansilla a été signalé et étudié par la critique ; voir David Viñas, Literatura argentina I, Cursos magistrales, UBA, 1986, Alan Pauls, « Sobre las Causeries de Mansilla. Una causa perdida », Lecturas críticas, n. 2, 07/1984, p. 4-15, Sandra Contreras, « Lucio V. Mansilla, ¿literato ? », op.cit., p. 2-4.

40 « On ne pourra pas dire de moi que je travaille pour un penny a line » ; « Namby et Pamby » ; « Impatience et curiosité ».

41 « Poetas, traductores y críticos », Entre-Nos. Causeries del Jueves, op.cit., p. 347.

42 Carl Thompson, The Suffering Traveller and the Romantic Imagination, Oxford, Clarendon Press, 2007.

43 Je suis ici la conception de la fiction comme pragmatique de Jean-Marie Schaeffer telle qu’elle a été posée dans Pourquoi la fiction ?, Paris, Éditions du Seuil, 1999.

44 Jean Bazin, « Interpréter ou décrire. Notes critiques sur la connaissance anthropologique », dans Une école pour les Sciences Sociales. De la Vie Section à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, sous la direction de Jacques Revel, Jacques et Nathan /Wachtel, Paris, Éditions du Cerf, 1996, p. 401–420.

45 Roland Barthes avait déjà proposé l’idée que le propre d’une démarche interdisciplinaire est le fait qu’elle doit aboutir à la création d’un nouvel objet. Voir Roland Barthes, « Jeunes chercheurs », Le bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984, p. 97-103.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Louis, « En quoi faut-il des frontières ? »COnTEXTES [En ligne], 32 | 2022, mis en ligne le 21 juin 2022, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/contextes/10942 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.10942

Haut de page

Auteur

Annick Louis

Université de Franche-Comté – EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search