Navigation – Plan du site

AccueilHors dossierVaria2024Cultures narratives « vernaculair...

2024

Cultures narratives « vernaculaires » et création sociale

Jérôme Meizoz

Résumé

Comment les pratiques littéraires, et les cultures narratives en général, prennent-elles en charge les mondes « vernaculaires » ? L’article interroge cette notion courante en sciences humaines, reconfigurée par Ivan Illitch (1981) puis par l’anthropologue James Scott (2009). Mis à l’écart par le discours moderniste, les mondes vernaculaires n’en proposent pas moins une critique de la raison savante et des outils de création sociale horizontale, qu’explorent nombre de récits contemporains.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« Les idées générales sont des idées de général. »

Virginia Woolf

  • 1 Jérôme Meizoz, Écrire les mondes vernaculaires. Littérature, ethnologie et création sociale, Montré (...)

1On se propose ici de réfléchir aux cultures narratives sous l’angle des pratiques dites « vernaculaires ». La notion a longtemps été marginale car elle faisait partie de l’impensé voire du refoulé des conceptions modernistes du progrès. Elle a connu des usages très variés aussi bien en architecture qu’en photographie, en linguistique qu’en littérature. Mais surtout, elle fait désormais l’objet de nouveaux usages depuis sa réévaluation par Ivan Illitch puis son intégration à l’anthropologie culturelle de James Scott. Dans cet article, avec l’aimable autorisation de l’éditeur, je développe quelques points de mon ouvrage Écrire les mondes vernaculaires. Littérature, ethnologie et création sociale1 ; ceci afin de les rendre accessibles à la communauté des chercheur·es en sociologie de la littérature, dans la mesure où cet ouvrage n’est pas diffusé hors du Canada.

« Vernaculaire » et création sociale horizontale

  • 2 Faustine Vincent, « A Caracas, c’est le chaos », Le Monde, 12 mars 2019.

2En mars 2019, une longue coupure d’électricité à Caracas a fait de cette mégalopole active, en moins de cinq jours, un lieu de panique : pénurie d’eau courante (issue de pompes électriques), rupture d’internet (donc des terminaux de payement, etc.), fermeture des supermarchés (perte de toute la nourriture congelée), et tout de suite, les premiers de pillages2. Depuis, les crises environnementale et sanitaires (SRAS, Covid-19) ont rendu plus visibles les systèmes d’interdépendances qu’accentuent le capitalisme financier, la technoscience et le monde numérique. Les sociétés dites avancées, très « différenciées », selon le terme de Durkheim, sont certes puissantes, productives et organisées, mais paradoxalement fragiles de leur complexité même. Au moment où les normes technocratiques venues des experts s’imposent d’en haut au moyen de procédures quantitatives, de règles d’organisation (new management) et de classement (accrues et universalisées par le cosmos informatique), les individus n’ont guère le choix que de s’adapter à ces cadres qu’ils n’ont pas élaborés, afin de rester inclus dans le flux de l’activité générale.

3Schématiquement, deux modes d’agir s’affrontent dans ces affaires : d’une part, une planification en amont, au nom de normes techniques présentées comme neutres ou scientifiques en vue de l’efficacité maximum dans toutes les situations ; de l’autre, une auto-organisation locale, ouverte à l’improvisation et à la particularité des situations, dans laquelle les acteurs sociaux exercent des formes de création sociale non indexées sur des normes universelles. En effet, on observe dans divers contextes que, à côté de la mondialisation des normes techniques en tous genres (urbanisme, processus industriels, transports, etc.), les usagers ordinaires tentent d’autres expériences, envisagent d’autres solutions, imaginent d’autres pratiques. Ils ne demeurent pas passifs, mais proposent, le plus souvent de manière peu visible dans les grands médias, des formes alternatives. On tentera de les décrire ici grâce à la notion de « vernaculaire ».

4La notion est très ancienne et issue d’un contexte historique spécifique : on la trouve chez le grammairien romain Varron, au Ier siècle avant notre ère. Vernacularis se dit par exemple d’un parler local, limité à un groupe. La catégorie est adoptée par les grammairiens et linguistes modernes, sous la forme du couple « langue vernaculaire » versus « langue véhiculaire ». On rapproche souvent le vernaculaire des qualificatifs indigène, local ou autochtone. La notion est complexe car elle connaît des usages dans divers champs de savoir (linguistique, géographie, ethnologie, architecture, photographie (on parle de « style vernaculaire »), etc.) et se construit à la frontière de plusieurs disciplines. Au moment des contre-cultures des années 1960, le terme inspire le courant américain du Do it yourself qui valorise le bricolage par soi-même pour sortir du monde consumériste des supermarchés.

  • 3 Ivan Illitch, Le Travail fantôme [1981], in Œuvres complètes, vol. 2, Paris, Fayard, 2005.

5Ivan Illitch le définit à parti de l’étymologie : est vernaculaire tout ce qui est produit et reproduit chez soi, à l’opposé de ce qui est échangé et vient d’ailleurs3. Pour James Scott, qui en élargit le sens, le vernaculaire désigne ce qui échappe aux institutions officielles et aux savoirs écrits institués. Les mondes vernaculaires possèdent un potentiel subversif à l’égard des institutions :

  • 4 James Scott, La Domination et les arts de la résistance. Fragments de discours subalterne, traducti (...)

Je pense qu’il n’est pas exagéré de voir dans les trois derniers siècles le triomphe des paysages de contrôle standardisés et officiels et leur mainmise sur l’ordre vernaculaire. Il est parfaitement logique que ce triomphe ait concordé avec l’essor des organisations hiérarchiques à grande échelle, dont l’Etat lui-même est l’un des exemples les plus frappants. La nomenclature complète des ordres vernaculaires perdus [au cours de ce processus] serait probablement ahurissante4.

  • 5 Jacques Bouveresse, Le mythe moderne du progrès, Marseille, Agone, 2014.

6Le vernaculaire est une catégorie dévaluée par le mythe moderne du progrès et donc souvent connotée négativement5. Il désigne alors des usages et savoirs que la modernité, désireuse de rompre avec le passé, a effacés ou invisibilisés. Après 1789, l’éradication des « patois » au profit d’un français national unifié, voulue par l’Abbé Grégoire, en est une illustration. Les patois ne sont pas compatibles, avec l’universalité des règles rationnelles (droit, sciences, monnaie, poids et mesures) mais aussi relationnelles (communication, savoirs, informations) de la nouvelle Nation. La modernité se présente ici comme une franche rupture avec le passé, rejetant comme « superstitions » ou « obscurantisme » toute une série d’usages et façons de percevoir, parler, croire et penser. En disqualifiant le mode vernaculaire (identifié au rural, local, arriéré, etc.), le projet moderne vise avant tout à se prémunir contre les traditions figées mais il efface aussi l’improvisation, l’oralité, le bricolage (hantise de l’ingénieur qui procède par lois mathématiques). Bref, les formes variées de ce que l’on peut qualifier de création sociale horizontale. J’entends par là toutes les improvisations, expériences et bricolages tentés sur le terrain, sans guidage étatique ou institutionnel fort, sans mode d’emploi technique écrit et uniformisé. C’est la part d’invention des pratiques sociales qui revient à des petits groupes localisés sans prétention à formuler ou diffuser des modèles d’action universels.

  • 6 Jean-Loup Amselle, Critique de la raison animiste, Paris, Mimesis, 2023.
  • 7 Pasolini fait écho ici à Gramsci qui définit la littérature « nationale-populaire » comme celle qui (...)

7À l’inverse, la dimension vernaculaire peut être idéalisée et valorisée dans un « marché de la tradition6 » bien connu dans les Alpes, en Bretagne, en Corse, mais aussi dans toute l’Afrique où l’on assiste à un retour à l’animisme désigné comme authentique chez de nombreux intellectuels et artistes soucieux de se défaire du modèle colonial. Dans le même ordre d’idées, Pasolini opposait « le vieil univers agricole et paléocapitaliste » des régions italiennes, célébré dans ses poèmes, à la culture consumériste internationale qui a suscité « la disparition des lucioles ». Dans ses Ecrits corsaires, il rejette ainsi Mai 68 et ses promesses de libération, conçues comme des ruses du capitalisme pour substituer des consommateurs aux citoyens7.

  • 8 Baptiste Godrie et Marie Dos Santos (dir.), Injustices épistémiques, numéro thématique de la revue (...)
  • 9 Le Matin Dimanche, Lausanne, 12 mars 2023.

8On associe le plus souvent le vernaculaire à ce qui n’est pas de l’ordre du savoir officiel, formalisé, scolaire : dans le pire des cas, on l’assimile à l’ignorance et l’obscurantisme, dans le meilleur, à l’autodidaxie et aux « savoirs d’expérience8 ». Et pourtant, le vernaculaire contient le germe d’une nouvelle symétrie épistémique que les technosciences ont repoussé à leurs marges. Ainsi, l’hôpital public prend-il désormais en compte les « savoirs profanes » des patients eux-mêmes, de même que s’élabore dans nombre d’institutions une science « participative9 ». Au vernaculaire on identifie le subalterne, qu’il soit de classe (le peuple), de race (colonisé), de genre (féminin : jardins, patois, rites, sage-femme, sorcière, etc.) en tant qu’il s’exerce sous forme de pratiques et de croyances orales peu formalisées, éloignées des normes officielles. Dans cet esprit, l’activiste féministe et « sorcière païenne » américaine Starhawk, a voulu réhabiliter les savoirs des « sorcières » brûlées en Europe entre 1430 et 1780. Elle interprète leur persécution en termes de concurrence professionnelle :

  • 10 Starhawk, Femmes, magie et politique, traduction d’An Morbic, Paris Les Empêcheurs de penser en ron (...)

La montée du professionnalisme dans de nombreuses sphères de la vie a signifié que les activités et les services que les gens avaient pratiqués pour eux-mêmes ou pour leurs voisins ou leur famille étaient désormais pris en charge par des corps d’experts payés qui avaient une licence ou un autre moyen de reconnaissance de leur qualité de gardiens d’un corps de savoir réservé et garanti officiellement10.

9Commentant ce texte, Paul B. Preciado ajoute :

  • 11 Paul B. Preciado, Testo junkie. Sexe, drogue et biopolitique [2008], Points, 2020 p. 144-145.

Ces femmes qui soignent, savantes ou accoucheuses, représentent une menace pour les ordres professionnels au sein desquels se fédèrent les nouveaux savoirs experts, bientôt validés comme scientifiques, tels que la médecine, qui s’organise en corporation à partir du XVIe siècle. On crée des licences pour réglementer l’exercice de la profession médicale. Elles excluent les femmes des savoirs pharmacologiques. […] La persécution des sorcières peut donc être interprétée comme une guerre des savoirs experts contre les savoirs populaires et non professionnels […]11.

Vernaculaire et littérature : cultures narratives en tension

10Dans le champ littéraire, la production « vernaculaire » (orale, locale, régionale) est dévaluée vis-à-vis du modèle véhiculaire (langue nationale unifiée) au moins depuis l’Abbé Grégoire et la naissance en 1789 d’une nation fondée sur le français national standard. Un nombre infini de textes littéraires thématisent ce changement profond du rapport aux langues. Citons par exemple le Portrait des Valaisans (1965) de Maurice Chappaz : à l’école, le petit Pirrotin refuse d’apprendre l’alphabet et, insolent, il répond en patois à son instituteur. Le conteur commente ce geste avant d’en faire un exemple de résistance littéraire :

  • 12 Maurice Chappaz, Portait des Valaisans en légende et en vérité [1965], Vevey, L’Aire, 1983, p. 60-6 (...)

Dans le parler valaisan toute la nature prenait vie ; dans le français de la bourgeoisie et de l’administration on cachait les choses, on mettait nos âmes sous cellophane, elles y sont restées. Comme écrivain je commence à dire : non ! Les non d’écrivains doivent être les plus violents12.

  • 13 Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie [1788], Paris, Garnier-Flammarion, 1984, p. 47.
  • 14 Jules Vallès, « Victimes du Livre », Le Figaro, 9 octobre 1862, in Littérature et révolution, Paris (...)

11Jusqu’à nos jours, la fascination romantique pour la parole « populaire » ou « vernaculaire », avant sa saisie et sa normalisation par l’écriture et l’école, demeure une constante de l’histoire littéraire francophone. Du fait de leur visée « universelle », bien des littératures écrites entretiennent un rapport ambivalent aux mondes vernaculaires, définis par des pratiques locales fondées sur une expérience très contextuelle, sans prétention à la validité générale. À l’orée de la modernité romanesque, Don Quichotte (1606) oppose Sancho, homme de l’oralité et maître des proverbes, personnage foncièrement oral et vernaculaire, à un chevalier errant détraqué par sa lecture des romans de chevalerie (Goody 1979). Toute la tradition dite du « bon sauvage », de Montaigne à Rousseau, met en scène les interrogations de certains intellectuels à l’égard de l’emprise croissante de la culture écrite. De cette dialectique, nombre d’expressions sont devenues célèbres, de Robinson Crusoé de Defoe (1719) à Paul et Virginie (1788) de Bernardin de Saint-Pierre : « Paul et Virginie n’avaient ni horloges, ni almanachs, ni livres de chronologie d'histoire, et de philosophie13 ». Une étude de grande ampleur pourrait les collecter, de Stendhal (Le Rouge et le noir, 1830) à François le champi (1850) de George Sand ; de Jules Vallès dénonçant les « victimes du livre14 » à La Vie d’un simple d’Emile Guillaumin (1904) ; d’Un de Baumugnes (1931) de Giono à Mort à crédit (1936) de Céline ; de Zazie dans le métro de Queneau (1959) au Petit Nicolas de Sempé (1962) ; de Coco perdu de Louis Guilloux (1972) à Lila dit ça de Chimo (1997). Il faudrait également s’éloigner du canon littéraire traditionnel pour observer de tels phénomènes dans les genres peu consacrés comme la poésie ouvrière, la chanson de rue au XIXe siècle ou le roman policier des premières décennies du XXe. La fameuse bande dessinée Astérix le Gaulois n’oppose-t-elle pas constamment l’oralité du colonisé (le barde Assurancetourix ; la parole du chef du village) à l’écriture de l’envahisseur (les tablettes gravées des Romains) ?

12Faisons l’hypothèse qu’une partie de la production littéraire, depuis les Lumières au moins, met en intrigue les déplacements, tensions et reflux du mode vernaculaire et, à travers eux, les injonctions à s’adapter à un ordre culturel nouveau ou « moderne ». Mais on y lirait aussi les ruses et bricolages pour détourner ou résister à ce reflux qui profite à la culture écrite. Songeons aux ouvrages de Jean-Jacques Rousseau, Bernardin de St Pierre, Restif de la Bretonne, Paul-Louis Courier, Rodolphe Töpffer, Nerval, Sand, Vallès, Alain-Fournier, Pergaud, Péguy, Louis Hémon, Henri Pourrat, Ramuz, Giono, Prévert, Henri Calet et plus récemment Annie Ernaux, Pierre Michon, Pierre Bergounioux, Jean-Loup Trassard, Marie-Hélène Lafon, etc. Il vaudrait aussi la peine d’examiner des cas plus anciens, de Villon à Rabelais, de Montaigne à Molière, sans oublier Boccaccio, Cervantès, Defoe ou, dans le monde germanique, Thomas Platter, Ulrich Bräker, Jeremias Gotthelf ou encore Gottfried Keller.

13À les observer de près, on remarque l’extraordinaire porosité syncrétique des usages vernaculaires : de nombreux textes littéraires en fournissent des exemples, parce qu’ils font place au détail signifiant, à la pluralité des points de vue et des voix et donc au plurivocalisme social cher à Bakhtine. Bien que très générale, la polarisation entre des règles planifiées (normes verticales des procédures officielles) et des astuces pratiques (usages horizontaux des mondes vernaculaires) a suffisamment de pertinence sociologique, dans l’histoire des sociétés européennes, pour structurer nombre de récits, s’infiltrer dans leurs intrigues et orienter les modes d’action des personnages. La tension entre la planification abstraite et les bricolages vernaculaires anime dialectiquement nos cultures narratives parce qu’elle travaille en profondeur leurs jeux de langage.

Fabrizio Puccinelli, l’enseignant enseigné

14Prenons un exemple de mise en récit du mode vernaculaire. Le Suppléant (Il Supplente) de Fabrizio Puccinelli, ouvrage que Pasolini a remarqué dès sa parution en 1972, relate les expériences d’un instituteur d’origine urbaine envoyé comme remplaçant dans les villages de l’Appenin italien surplombant la ville de Lucques. La scène a lieu au début des années 1960 :

  • 15 Fabrizio Puccinelli, Le Suppléant [1972], traduction de Marc Logoz, Genève, Héros-Limite, 2016, p. (...)

Les enfants arrivent détrempés et, à tour de rôle, ils se réchauffent près du poêle. Puis ils s’asseyent et m’écoutent. La pensée scientifique, les éléments fondamentaux de la biologie et de la physique leurs sont étrangers comme l’est l’Histoire de leur pays et du monde. Face à de petites vérités, ils se recroquevillent. De la vérité, on en a peur. C’est la chose la plus simple. Pour unir deux points de la manière la plus directe, il n’y a qu’une ligne droite.
J’ai invité les garçons à faire quelques recherches sur leur village. Comment il était avant. Autrefois, pour ainsi dire. Je leur ai parlé aussi de nos institutions parlementaires, je leur ai demandé s’ils savaient ce que sont un parlement et un gouvernement. Ils ne savaient rien, mais ils m’ont touché un mot du député qui fait le tour des villages. Puis j’ai entendu parler du député [de la démocratie chrétienne] chez les Sisti. […] Les rites électoraux sont intégrés à des rites plus anciens, avant tout religieux, si ce n’est magiques. Les sympathies dont le député local jouit sont empreintes de superstitions et du conflit dramatique entre cette société archaïque et le monde d’aujourd’hui. Les petites vieilles parlent de lui comme d’un bon fiston malheureux parce qu’il s’est séparé de sa femme, les prêtres comme d’un brave garçon qui a essuyé quelques difficultés dans la vie. Lui, il met les paysans et les bergers en contact avec une réalité qui est étrangère et ennemie, une projection de leurs fantaisies et de leurs cauchemars hivernaux, mais en même temps il les en sépare, il les garde dans un nid de sauvagerie et les y maintient à l’abri. Comme un sorcier il exorcise les forces malignes
15.

  • 16 Jeanne Favret-Saada, Désorceler, Paris, L’Olivier, 2009.

15Deux mondes, dramatiquement opposés par le narrateur : c’est que l’épaisseur vernaculaire lui reste peu accessible, en tant qu’éducateur et agent de l’Etat arrivé de la ville. Dans un premier temps, il ne rencontre qu’absence de savoir ou peur du savoir. Puis, à l’occasion de la vie quotidienne au village, les langues se délient et le narrateur apprend des choses sur le mode de vie des écoliers, sur le député local et son rôle. Ces informations sont traduites, en quelque sorte, dans un langage savant dont le narrateur lettré a l’exclusivité : empruntant un lexique d’ethnologue, il élabore même une analogie (« sauvage », si j’ose dire, dans ce contexte où il représente le civilisé), entre la fonction de député et celle de « sorcier » : passeur entre les deux mondes, le député tient d’une main le monde vernaculaire à qui son histoire le lie et, de l’autre, il apporte dans le village le monde lointain de l’Etat. Le narrateur fait également entendre diverses voix au sein des dialogues : les écoliers et la famille Sisti (chez qui il prend ses repas) l’informent sur la vie du hameau. Là où, en contexte scolaire, il butait sur un non-savoir, il découvre une parole profuse, informée, radicale, mais demeurant toujours discrète et latérale. Une parole qui dit autre chose que les institutions, qui n’a pas le même horizon que celle du prêtre, du député ou de … l’instituteur ! C’est le « discours caché » des subalternes, qu’a étudié James Scott, si difficile à recueillir matériellement car il ne se prononce qu’entre soi. Ce sont les propos des ensorcelés, que Jeanne Favret-Saada n’a pu entendre qu’après avoir été « prise » dans le processus qu’elle étudiait16. C’est ce carrefour de voix que le suppléant atteint lentement. Et peu à peu, l’enseignant se trouve enseigné : ainsi progresse Le Suppléant vers un renversement progressif des préjugés pédagogiques vis-à-vis des enfants de Villalta. Dans le rapport aux mondes vernaculaires se joue aussi le paradoxe de celui qui prétend les surplomber.

Contre-narrations vernaculaires et littérature contemporaine

16De telles réflexions pourraient aussi être enrichies par de nombreux récits contemporains qui interrogent, avec les outils de la fiction, du témoignage ou de l’enquête, de nouvelles manières d’habiter le monde et de faire société. Par la ruse, l’invention et la créativité radicale (dite aussi « utopique »), par la critique sociale, par l’invention de moyens d’existence considérés comme plus harmonieux (décroissance, sobriété), ces récits mettent en scène et font exister, comme ressources potentielles, des formes alternatives d’organisation (habitat, énergie, environnement, etc.), de production des biens (agriculture, etc.) et de relations sociales (redistribution, organisation communale, auto-gestion), incluant également les liens entre humains et non-humains (relation avec les espèces compagnes ; choix alimentaires). Prenant appui sur la longue expérience des pratiques vernaculaires (sans adopter pour autant un point de vue passéiste ou réactionnaire), ils invitent au retissage des liens sociaux, font l’éloge de l’interdépendance, de la solidarité et de la diplomatie entre les espèces, prônent l’attention et les égards (care) entre les vivants, esquissant au passage de nouveaux biens communs.

  • 17 Philippe Descola, La Composition des mondes. Entretiens avec Pierre Charbonnier, Paris, Flammarion, (...)
  • 18 Bruno Latour, Où atterrir ?, Paris, La Découverte, 2017.

17L’anthropologue Philippe Descola le préconise explicitement, en recommandant d’emprunter aux Achuars d’Amazonie d’autres modes de relation au monde naturel17. Bruno Latour développe dans Où atterrir ? des propositions voisines18. Dans À l’est des rêves (2022), l’anthropologue Nastassja Martin met en valeur la pensée et les actions des peuples du grand nord russe face au réchauffement climatique et à l’isolement institutionnel. Alessandro Pignoccchi, s’inspirant de Philippe Descola, traduit dans un récit graphique, La Recomposition des mondes (2019), les expériences et savoirs de la ZAD en lutte. Olivia Rosenthal, dans Eloge des bâtards (2019) décrit par le menu l’infra-politique de résistance dans une société totalitaire, à l’instar des romans d’Alain Damasio (Les Furtifs, 2019) ou de Jean-Charles Massera (United Emmerdments of New Order, 2002). Dans Après le monde (2020), Antoinette Rychner dessine une société réinventant son quotidien après un cataclysme climatique. Jean-Marc Lovay, avec un onirisme plein d’humour, congédie les ambitions prométhéennes du « scientifique Gratk » et y substitue un nouvel art de vivre dégagé de l’emprise utilitariste (Midi solaire, 1993). Enfin, les chamanes-soldats d’Antoine Volodine, dans Terminus radieux (2014), une fois les idéaux soviétiques pervertis et vaincus, ne cherchent-ils pas du côté de pratiques vernaculaires un espoir de survie ?

  • 19 Yves Citton, « Contrefictions en médiocratie », in Fixxion, no 6, Fiction et démocratie, sous la di (...)

18Il faudrait cartographier ces récits de résistance ou d’alternative, de retour ou d’utopie et les lire en tant que reformulations d’un « partage du sensible », au sens de Jacques Rancière, qui relance les pratiques vernaculaires reléguées aux oubliettes par les discours techno-capitalistes. Yves Citton examine quant à lui les « contre-fictions » qui prennent au sérieux et discutent la dimension infra-politique des pratiques vernaculaires, aussi méconnues que fécondes pour l’aventure démocratique19. Encore un chantier qui mérite d’être ouvert…

Haut de page

Bibliographie

Amselle Jean-Loup, Critique de la raison animiste, Paris, Mimesis, 2023.

Bouveresse Jacques, Le mythe moderne du progrès, Marseille, Agone, 2014.

Chappaz Maurice, Portait des Valaisans en légende et en vérité [1965], Lausanne, L’Aire, 1983.

Citton Yves, « Contrefictions en médiocratie », in Fixxion, no 6, Fiction et démocratie, Sous la direction d’Emilie Brière et Alexandre Gefen, 2013, en ligne : https://journals.openedition.org/fixxion/8164

Cornu Marie, Orsi Fabienne et Rochfeld Judith (dir.), Dictionnaire des biens communs, Paris, PUF, « Quadrige », 2021.

Descola Philippe, La Composition des mondes. Entretiens avec Pierre Charbonnier, Paris, Flammarion, « Champs », 2017.

Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

Godrie Baptiste et Dos Santos Marie (dir.), Injustices épistémiques, numéro thématique de la revue Sociologie et sociétés, no 49/1, 2017, Presses de l’Université de Montréal.

Goody Jack, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit, 1979.

Illitch Ivan, Le Travail fantôme (1981), in Œuvres complètes, vol. 2, Fayard, 2005.

Favret-Saada Jeanne, Désorceler, Paris, L’Olivier, 2009.

Gramsci Antonio, Cahiers de prison, Paris, Gallimard, 1978-1996.

Meizoz Jérôme, Ecrire les mondes vernaculaires. Littérature, ethnologie et création sociale, Montréal, Tangence, « Confluences », 2021.

Preciado Paul B., Testo junkie. Sexe, drogue et biopolitique [2008], Paris, Points, 2020.

Puccinelli Fabrizio, Le Suppléant [1972], Genève, Héros-Limite, 2016.

Saint-Pierre Bernardin de, Paul et Virginie [1788], Paris, Garnier-Flammarion, 1984.

Starhawk, Femmes, magie et politique, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2003.

Scott James, La Domination et les arts de la résistance. Fragments de discours subalterne, Paris, Amsterdam, 2009.

Vallès Jules, « Victimes du Livre », Le Figaro, 9 octobre 1862, in Littérature et révolution, Paris, Editions sociales, 1969, p. 57-66.

Vincent Faustine, « A Caracas, c’est le chaos », Le Monde, 12 mars 2019.

Haut de page

Notes

1 Jérôme Meizoz, Écrire les mondes vernaculaires. Littérature, ethnologie et création sociale, Montréal, Tangence, « Confluences », 2021.

2 Faustine Vincent, « A Caracas, c’est le chaos », Le Monde, 12 mars 2019.

3 Ivan Illitch, Le Travail fantôme [1981], in Œuvres complètes, vol. 2, Paris, Fayard, 2005.

4 James Scott, La Domination et les arts de la résistance. Fragments de discours subalterne, traduction d’Olivier Ruchet, Paris, Amsterdam, 2009, p. 83,

5 Jacques Bouveresse, Le mythe moderne du progrès, Marseille, Agone, 2014.

6 Jean-Loup Amselle, Critique de la raison animiste, Paris, Mimesis, 2023.

7 Pasolini fait écho ici à Gramsci qui définit la littérature « nationale-populaire » comme celle qui est ancrée dans « l’humus de la culture populaire », quand les écrivains ont une sensibilité au monde et à la condition subalterne et pas seulement à l’hégémonie culturelle du moment. Il cite en ce sens Hugo ou Balzac alors qu’Eugène Sue serait inauthentique et fabriqué. Voir Antonio Gramsci, Cahiers de prison, Paris, Gallimard, 1978-1996, Cahier 15, traduction de Françoise Bouillot et de Gérard Granel, § 58, p. 171.

8 Baptiste Godrie et Marie Dos Santos (dir.), Injustices épistémiques, numéro thématique de la revue Sociologie et sociétés, no 49/1, 2017, Presses de l’Université de Montréal.

9 Le Matin Dimanche, Lausanne, 12 mars 2023.

10 Starhawk, Femmes, magie et politique, traduction d’An Morbic, Paris Les Empêcheurs de penser en rond, 2003, p. 275.

11 Paul B. Preciado, Testo junkie. Sexe, drogue et biopolitique [2008], Points, 2020 p. 144-145.

12 Maurice Chappaz, Portait des Valaisans en légende et en vérité [1965], Vevey, L’Aire, 1983, p. 60-62.

13 Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie [1788], Paris, Garnier-Flammarion, 1984, p. 47.

14 Jules Vallès, « Victimes du Livre », Le Figaro, 9 octobre 1862, in Littérature et révolution, Paris, Éditions sociales, 1969, p. 57.

15 Fabrizio Puccinelli, Le Suppléant [1972], traduction de Marc Logoz, Genève, Héros-Limite, 2016, p. 13-14.

16 Jeanne Favret-Saada, Désorceler, Paris, L’Olivier, 2009.

17 Philippe Descola, La Composition des mondes. Entretiens avec Pierre Charbonnier, Paris, Flammarion, « Champs », 2017.

18 Bruno Latour, Où atterrir ?, Paris, La Découverte, 2017.

19 Yves Citton, « Contrefictions en médiocratie », in Fixxion, no 6, Fiction et démocratie, sous la direction d’Emilie Brière et Alexandre Gefen, 2013, en ligne : https://journals.openedition.org/fixxion/8164.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Meizoz, « Cultures narratives « vernaculaires » et création sociale »COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 09 avril 2024, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/contextes/11631 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.11631

Haut de page

Auteur

Jérôme Meizoz

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search