Navigation – Plan du site

Le domicile de l’écrivain comme lieu de sociabilité à la fin du xixe siècle

Alexia Kalantzis

Texte intégral

  • 1 Nora (Olivier), « La visite au grand écrivain », dans Les lieux de mémoire II. La nation, sous la d (...)
  • 2 Voir à ce sujet Bénichou (Paul), Le Sacre de l’écrivain (1750-1830). Essai sur l’avènement d’un pou (...)
  • 3 Marneffe (Daphné de), « Le réseau des petites revues littéraires belges, modernistes et d’avant-gar (...)

1À la fin du xixe siècle, nombreux sont les documents qui présentent le domicile des écrivains comme un lieu de sociabilité essentiel dans la vie littéraire : témoignages, souvenirs, journaux, articles de presse, romans ou récits variés narrent ce qu’Olivier Nora nomme « la visite au grand écrivain1 ». La sociabilité qui se construit autour de la maison est ainsi associée à la dimension sacrée qu’acquiert l’écrivain au cours du siècle2. Or les formes de sociabilité littéraire évoluent au cours du siècle. Dans les années 1880, la profusion des périodiques artistiques et littéraires, ou « petites revues », comme on les appelle à l’époque, favorise le développement de nouveaux centres de la vie littéraire : cabarets et cafés accueillent les artistes et écrivains, du Chat noir aux dîners de La Plume. La maison de l’écrivain accompagne plutôt qu’elle ne laisse la place à ces nouveaux lieux de sociabilité. Elle a sa place dans le réseau qui se tisse à cette époque, à la fois par sa position géographique et par l’évolution de la sociabilité qui lui est associée. Après avoir étudié le domicile en tant qu’espace réel qui inscrit géographiquement les écrivains dans un réseau stratégique, nous montrerons comment la médiatisation des maisons d’écrivain construit une sociabilité spécifique, « moderne », pourrait-on dire, en tant qu’espace cette fois textuel. Nous reprenons ainsi la notion de « réseau » théorisée par Daphné de Marneffe à propos des revues modernistes et avant-gardistes belges pour tenter de dégager les enjeux et stratégies littéraires liés aux lieux d’habitation de l’écrivain3.

Le domicile de l’écrivain a la fin du XIXe siecle : une sociabilité en réseau

  • 4 Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Champion, (...)
  • 5 Régnier (Marie-Clémence), « Le spectacle de l’homme de lettres au quotidien : de l’intérieur bourge (...)

2Dans son étude sur l’écrivain imaginaire, José-Luis Diaz introduit la notion de « scénographies auctoriales » pour désigner la représentation de l’écrivain, sa posture, l’image de soi qu’il construit. Il propose d’étudier les « scénographies auctoriales » comme des faits sociaux, de groupes, d’écoles, de générations4. Marie-Clémence Régnier, dans un article sur « Le spectacle de l’homme de lettres au quotidien », intègre le domicile de l’écrivain dans les scénographies décrites par José-Luis Diaz5. Le décor, les meubles participent, tout autant que la posture de l’écrivain et son œuvre, à créer une image spécifique de l’auteur. Si ces analyses sont valables pour l’intérieur des maisons d’écrivain, comme l’a très bien montré Marie-Clémence Régnier, elles le sont aussi pour leur positionnement géographique et leur construction en tant qu’espace de sociabilité.

Logique spatiale et symbolique géographique

  • 6 Charle (Christophe), « Situation spatiale et position sociale [essai de géographie sociale du champ (...)
  • 7 Charle (Christophe), art. cit., p.  54. L’auteur regroupe dans l’avant-garde de la période 1870-190 (...)
  • 8 Régnier (Marie-Clémence), « ‘Et mon père signa le bail qui l’exilait de Paris’. Les maisons d’écriv (...)

3Dans la lignée des travaux de Pierre Bourdieu, Christophe Charle a analysé la géographie sociale du champ littéraire à la fin du xixe siècle. Il a notamment montré que les choix d’habitation des écrivains correspondent à la fois à une position sociale – laquelle dépend du prix des loyers et du prestige social des différents quartiers – et à un positionnement stratégique par rapport aux institutions littéraires et aux lieux de sociabilité volontiers réinvestis par les écrivains – salons, salles de rédaction des journaux et revues, cafés, éditeurs, théâtres, académies6. Il situe une partie de l’avant-garde (qu’il fait rentrer dans la catégorie des « dominés » en marge du champ littéraire, « frange d’étudiants et d’artistes » souvent « venus de province ou de l’étranger »)7 aux alentours du quartier latin (5e et 6e arrondissements) en raison du coût peu élevé des loyers, de la localisation des universités et, en cette fin de siècle, de l’importante présence des sièges des petites revues (comme La Vogue, Lutèce, La Plume, Le Scapin ou L’Ermitage), souvent artisanales et éphémères, dans lesquelles ils écrivent. Les écrivains plus reconnus ont tendance à se regrouper dans l’ouest de Paris, particulièrement dans les 8e et 9e arrondissements. Arthur Rimbaud, Alfred Jarry, J.-K. Huysmans, Marcel Schwob, Remy de Gourmont, Rachilde, Gustave Kahn, Paul Valéry, Paul Léautaud vivent rive gauche, tandis qu’Emile Zola, les frères Goncourt, Alphonse Daudet, Anatole France, Victorien Sardou ou Jules Lemaître élisent domicile rive droite, dans les 8e, 9e, et 16e arrondissements. Christophe Charle souligne également l’importance des trajectoires géographiques des écrivains. La logique spatiale qui guide le choix des domiciles d’écrivains dans Paris apparaît aussi dans les phénomènes de déplacement : les écrivains changent de domicile et de quartier en fonction de l’évolution de leur statut dans le champ littéraire. Marie-Clémence Régnier a récemment montré que les changements de domicile de Victor Hugo étaient liés à l’évolution de sa reconnaissance. Dans son cas, l’accession au statut d’écrivain dominant se manifestait par un éloignement du centre vers la périphérie8. À la fin du xixe siècle, c’est le cas pour d’autres écrivains comme les frères Goncourt avec leur maison d’Auteuil ou Zola à Médan. Leur reconnaissance fait de leur maison un lieu important de sociabilité, un centre à partir duquel ils rayonnent et attirent les sociabilités littéraires. À l’inverse, l’aspirant écrivain tend à se rapprocher des centres littéraires et des sièges des revues, c’est-à-dire, à la fin du siècle, des 5e et 6e arrondissements. Paul Léautaud et Alfred Jarry, qui débutent tous deux dans le Mercure de France, se rapprochent par exemple des bureaux de la revue et des domiciles des autres contributeurs, nombreux dans le 6e. Alfred Jarry, du boulevard de Port-Royal, emménage boulevard Saint-Germain, et Léautaud se déplace de la rue Amyot à la rue des Fossés-St-Jacques, puis au 11 rue de Condé, c’est-à-dire à deux pas des bureaux du Mercure. Ces déplacements s’inscrivent donc dans des réseaux de sociabilité : les écrivains, dans leurs journaux ou leurs souvenirs, insistent souvent sur des rituels géographiques instaurés entre les domiciles, les cafés et les lieux de travail. Léautaud évoque ainsi ses promenades avec Valéry :

  • 9 Léautaud (Paul), Journal littéraire, tome 1 (1893-1906), Mercure de France, 1957, 29 novembre 1899, (...)

À cette époque, Valéry habitait à l’Hôtel Henri IV, rue Gay-Lussac, sa chambre dont je revois très bien la disposition (le guéridon, avec le cahier de papier écolier couvert de notes, le tableau noir), donnant sur l’Impasse Royer-Collard. Moi, 11, rue de Condé. Presque chaque soir nous partions en promenade dans Paris. Nous montions sur l’impériale d’un omnibus et nous allions de terminus en terminus, jusque dans les quartiers les plus excentriques. D’autres soirs, tout bonnement prendre des bavaroises chez Prévost, boulevard Bonne-Nouvelle, en face le Gymnase. Le dimanche, les quais derrière Notre-Dame, la passerelle de l’Estacade, disparue aujourd’hui, où nous faisions une pause. Retour pour l’heure à laquelle il faisait sa visite à Huysmans, - J.K. (Joris-Karl) comme il disait, - rue Saint-Placide. […] Son hôtel évoquait pour lui, grand lecteur de Balzac, la Pension Vauquer, du Père Goriot, que Balzac place à peu près dans le même quartier9 […]. 

4Paris est donc chargé d’itinéraires symboliques et de représentations littéraires dans lesquels les écrivains s’inscrivent. De même, Remy de Gourmont décrit ses promenades en compagnie de Huysmans :

  • 10 Gourmont (Remy de), « Souvenirs sur Huysmans », Promenades littéraires, 3e série, Mercure de France (...)

Je sortais de la Bibliothèque Nationale à quatre heures. Huysmans ne quittait son bureau qu’à cinq heures. C’est donc moi qui venais le prendre, et presque tous les jours, pour le ramener vers le faubourg Saint-Germain, où nous demeurions tous les deux. Par les Champs-Elysées et les quais de la rive gauche, nous nous dirigions vers le café Caron, situé au coin de la rue de l’Université et de la rue des Saints-Pères. C’était fort régulier10.

5Ces deux extraits de souvenirs montrent la volonté d’inscription dans une symbolique géographique que l’écrivain reproduit à son tour. Chez les jeunes auteurs notamment, le devenir écrivain semble passer par des rituels géographiques qui marquent son appartenance à une communauté littéraire. Cette géographie mêle des lieux littéraires, rendus mythiques par des romans de référence, des quartiers, souvent les 5e et 6e arrondissements de Paris, des cafés, et des lieux d’habitation. La maison constitue ainsi un point spatial stratégique dans les réseaux de sociabilité, par leur positionnement par rapport aux autres domiciles, mais aussi aux autres lieux de sociabilité.

Le domicile au cœur d’un réseau multi-pôles

6L’analyse du positionnement géographique des écrivains dans Paris met en évidence les liens qui se tissent entre les domiciles, les sièges des revues et les lieux des soirées. Les réseaux d’écrivains se construisent à partir de leur contribution aux petites ou grandes revues, à leur positionnement dans le champ littéraire et à la formation de groupes autour des divers lieux de sociabilité. La position des bureaux des différentes revues et journaux dépend en grande partie de leur reconnaissance et de leur hiérarchie au sein du monde des lettres. Outre les revues montmartroises, qui constituent un pôle littéraire spécifique, en lien avec les cabarets, on peut constater que beaucoup de petites revues se situent dans le 6e arrondissement : le Mercure de France, d’abord situé au 15 rue de l’Echaudé, puis au 26 rue de Condé, La Plume au 31 rue Bonaparte, la Revue indépendante rue des Saints-Pères, Le Scapin rue du Littré, puis 15 rue des Beaux-Arts, La Décadence, dans les mêmes bureaux de la rue du Littré, Lutèce dans le 6e, La Vogue rue des Écoles, L’Ermitage dans le 6e. La Revue blanche s’installe quant à elle dans le 9e, d’abord boulevard des italiens, proche de Montmartre – second pôle géographique de l’avant-garde – puis rue Lafitte. Les grandes revues se situent dans des quartiers plus bourgeois : dans le 7e pour la Revue des deux-mondes, rue de Belle-Chasse, puis rue de l’Université, dans le 8e pour la Revue de Paris, rue du faubourg saint-Honoré. À partir de ces critères sociologiques, un imaginaire géographique lié aux revues se déploie parfois dans les souvenirs d’écrivain, par exemple dans les Souvenirs sur le Symbolisme d’Adolphe Retté, qui revient sur les débuts de La Cravache en l’associant aux quartiers populaires, pour en accentuer le caractère novateur et marginal :

  • 11 Retté (Adolphe), Le Symbolisme. Anecdotes et souvenirs, Léon Vanier, 1903, p. 17 et 20.

Sur le côté gauche de la rue d’Aboukir, en venant de la rue Saint-Denis, s’ouvrait, en 1888, et s’ouvre sans doute encore la Cour des Miracles. Ce n’était plus la tanière à truands décrite par Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris, mais, tout de même, une sentine jaunâtre et fétide, habitée par une population hétéroclite. […] Il gravissait l’échelle qui menait au bureau de la rédaction, installé dans une soupente et qui contenait, pour tout ameublement, une table maculée d’encre, un fauteuil boiteux et des rouleaux de papier à journal11

7Or les petites revues, qui ont un modèle économique spécifique, souvent artisanal – du moins dans un premier temps –, sont proches du domicile des écrivains qui les dirigent et les animent, d’autant plus que les bureaux se situent dans certains cas dans la maison même des écrivains. C’est le cas du Mercure de France, domicile d’Alfred Vallette et de sa femme Rachilde, de La Pléiade, dont les bureaux se trouvent au domicile de Rodolphe Darzens au 99 rue de Richelieu dans le 2e, ou de la revue L’Ymagier, au 9 rue de Varenne, chez l’écrivain Remy de Gourmont. Les soirées enfin, liées aux revues, sont organisées dans des cafés proches des bureaux, café de l’Avenir boulevard Saint-Michel pour Le Scapin, Caveau du Soleil d’or au 1 place Saint-Michel pour La Plume, ou au domicile même des directeurs de revue. Cette dynamique globale culmine dans la superposition des divers lieux de sociabilité, comme c’est le cas pour le Mercure de France. Rachilde organise ses mardis à son domicile, où se trouvent également les bureaux du Mercure : salon, soirée et lieu de travail se confondent, ce qui montre bien comment se tisse le réseau des lieux de sociabilité chez l’avant-garde fin-de-siècle. Espace privé et espace public se mêlent : dîners ou soirées des écrivains et des revues sont souvent placés sur le même plan. On parle des mercredis du Scapin organisés au café de l’Avenir, des mardis de Rachilde, qui deviennent ceux du Mercure, des mercredis de l’Ermitage, rue de Varenne, chez Henri Mazel, des soirées de Moréas au café Vachette. Adolphe Retté insiste d’ailleurs sur le caractère convivial des soirées organisées par les revues des années 1890, les opposant à celles du Chat noir en les comparant à un « chez-soi » :

  • 12 Retté (Adolphe), Le Symbolisme. Anecdotes et souvenirs, op. cit., p. 161.

Combien ces réunions sont simples, cordiales, empreintes d’une bonhomie fraternelle et différentes de celles du Chat noir, par exemple, où l’art tourne vite au pufisme et à la parodie ! À La Plume, au contraire, on est chez soi. Partout, dans tous les coins, à toutes les tables, des visages de connaissance, de têtes de camarades venus avec la seule intention d’écouter des vers…12

  • 13 L’expression « on est chez soi », qui figure en italique dans le texte, est à interpréter au sens m (...)
  • 14 Selon Alain Vaillant, le système avant-gardiste « réintroduit un mode de fonctionnement en réseau à (...)
  • 15 Glittoer (Anthony) & Laisney (Vincent), L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiqu (...)

8Ce témoignage, avec lequel il faut prendre quelque distance13, est cependant significatif de l’image d’une sociabilité littéraire à la fois intime et exposée que souhaitent véhiculer les écrivains de la fin-de-siècle. Le réseau est à la fois fermé et ouvert, conformément à la définition que donne Alain Vaillant de l’avant-garde14. Elle diffère du cénacle tel qu’il est décrit par Anthony Glinoer et Vincent Laisney et qui repose sur l’autorité d’un chef charismatique, sur une sociabilité ritualisée et fermée, sur des principes esthétiques convergents15. La multiplicité des lieux qui forment le réseau de sociabilité au cœur duquel le domicile de l’écrivain trouve sa place se caractérise par l’absence d’un pôle dominant et d’un chef d’orchestre. Le réseau fonctionne à partir de valeurs communes et de lieux d’échanges davantage que sur l’esthétique individuelle des écrivains. Le chez-soi se veut familier mais ouvert sur l’espace public, à travers un phénomène de médiatisation de la sociabilité.

La maison d’écrivain : vers une sociabilité moderne

9Au cours du xixe siècle, la médiatisation, voire la vedettisation de l’écrivain s’accompagne d’une mise en valeur du domicile de l’écrivain dans un sens métonymique : la maison devient pour le grand public un reflet de l’œuvre, et donc de son auteur. D’où l’importance des récits de visites au grand écrivain, comme l’a bien montré Olivier Nora, dans des maisons qui sont de fait souvent l’aboutissement d’une scénographie orchestrée par l’auteur : maison-musée des Goncourt, hôtel particulier de Montesquiou, maison bourgeoise de Victor Hugo, etc. À la fin du siècle, on perçoit encore cette recherche de l’écrivain et de son œuvre à travers la description de la maison, mais la médiatisation massive des intérieurs d’écrivain, et surtout la mode du reportage, vont dans le sens d’une désacralisation et de la mise en valeur de formes de sociabilité plus modernes.

La visite à… : une étape nécessaire de la vie littéraire

10Les écrivains, dans leurs témoignages, leur journal ou leurs souvenirs, accordent une place importante aux récits de visites à d’autres écrivains, soit en tant que souvenir, soit en tant que récit d’initiation : le récit de visite devient presque un genre en soi, genre en série, avec ses codes, dévoilant une sociabilité très littéraire. Pour les jeunes auteurs, aller chez un écrivain reconnu constitue une étape et un positionnement dans la vie littéraire, mais aussi une quête de sens dans le théâtre de la vie sociale. Tout au long du siècle, ces récits ont en grande partie contribué à la construction de la légende des grands écrivains. C’est encore le cas à la fin du siècle avec Mallarmé dont les mardis apparaissent presque comme un rituel initiatique, et la personne de Mallarmé est dans les portraits transfigurée :

  • 16 Valery (Paul), page autographe reproduite dans Paul Valéry, Exposition du centenaire, Bibliothèque (...)
  • 17 Mockel (Albert), Stéphane Mallarmé Un Héros, [Mercure de France, 1899] Honoré Champion, 2009, p.  2 (...)

Samedi X octobre [18]91. À 9h chez Mallarmé – il ouvre lui-même, – petit – l’impression d’un bourgeois tranquille et fatigué de 49 ans – (…) La pipe. Lui, un fauteuil à bascule. C’est d’abord calme (…) puis la mise en train se perçoit. D’abord – province, félibres – Yeux mi-clos – parole morte – très basse puis soudain grands yeux – et haute phrase avec des aspirations – Cet homme devient savant sans une hésitation (j’aime à voir que j’ai pensé déjà – hier – tout ce qu’il dit) – puis épique – puis tragique16
Cet apôtre de l’antique Vertu l’enseignait sans en parler par le fait unique de son charme et d’une noblesse naturelle qui n’excluait ni la simplicité ni les attitudes familières. En pantoufles, en chemise de flanelle, une petite pipe entre les doigts, un homme ouvrait la porte de son étroit logis. La causerie naissait vite. Sans pose, avec des silences, elle allait d’elle-même aux régions élevées que visite la méditation. Un geste léger commentait ou venait souligner ; on suivait le beau regard, doux comme celui d’un frère aîné, finement sourieur mais profond, et où il y avait parfois une mystérieuse solennité17

  • 18 Durand (Pascal), 89 rue de Rome. Le rituel des « Mardis » mallarméens, Art&Fact, n°18/1999, « Mélan (...)
  • 19 Retté (Adolphe), op. cit., p. 89.

11Pascal Durand a montré que la concordance des témoignages des contemporains – récits qui prennent place dans les volumes de souvenirs, très en vogue à l’époque – s’explique par le rituel instauré lors de ces mardis et par la théâtralisation de la posture de l’hôte18. Mais ces récits qui contribuent à construire la légende de Mallarmé trouvent aussi leur contre-point, par exemple sous la plume d’Adolphe Retté, qui les accuse d’être rédigés en termes vagues et pompeux19. De fait, la fin de siècle voit se développer de plus en plus de récits désacralisants, premier pas vers l’instauration d’une sociabilité plus moderne. Jules Renard dans son Journal souligne ainsi le décalage entre la figure légendaire d’Alphonse Allais et son domicile réel :

  • 20 Renard (Jules), Journal (1897-1910), Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1960, 20 février 1896, (...)

Dîner chez Alphonse Allais. Ce bohème qui a passé sa jeunesse et pas mal de sa maturité dans les cafés et les hôtels meublés, le voilà rangé, dans un appartement de 3500 francs. Il y a une baignoire avec de l’eau chaude en tout temps. Les visiteurs n’ont qu’à tourner le robinet pour se brûler. Il y a une cuisinière, un groom, qui s’appelle Gaëtan, qui apporte les lettres sur un plateau et dit timidement : « Madame est servie »20.

12Paul Léautaud va plus loin et dénonce quant à lui, dans son journal également, la scénographie de l’écrivain et la mise en valeur du décor :

  • 21 Léautaud (Paul), Journal, Mercure de France, tome 1, 26 mars 1898, p.  18-19.

Il faut bien dire que je ne ressens rien du goût, du besoin, peut-être, qui portent certains écrivains à s’entourer d’un décor : tableaux, gravures, mobilier, bibelots, etc… Ces gens me font un peu l’effet de marchands dans les bazars. Par exemple, la photographie de la collection nos contemporains chez eux, où l’on voit Loti dans toute sa turquerie. Il paraît qu’un jour Goncourt demanda à Renan : Pourriez-vous me dire de quelle couleur est le papier de votre chambre à coucher ? et que Renan lui avoua n’avoir jamais songé à s’en rendre compte. Je ne suis pas loin de m’en tenir à ce désintéressement. N’est-ce pas un certain vide de soi-même, un certain manque de vie intérieure, qui fait qu’on se plaît au milieu d’un décor, que même on en a besoin21 ? 

13À la fin du siècle, la maison d’écrivain oscille donc entre une mythification et une mise à distance qui somme toute la normalise et en fait un lieu de vie propice à une sociabilité moins littéraire, plus adaptée aux attentes du grand public. Or, et Léautaud le souligne puisqu’il évoque une série de photographies parue dans les périodiques, « nos contemporains chez eux », cette évolution est intrinsèquement liée à la médiatisation massive de la maison dans la presse et les revues : l’intérieur de l’écrivain glisse du symbole de l’homme-œuvre à celui de l’homme-médiatique.

La maison dans la presse : vers une sociabilité médiatique

  • 22 Voir à ce sujet Régnier (Marie-Clémence), « Le spectacle de l’homme de lettres au quotidien », art. (...)
  • 23 Durand (Pascal), « De Nadar à Dornac », COnTEXTES [en ligne], 14/2014, consulté le 6 mai 2016.

14Le phénomène de la médiatisation du domicile des écrivains n’est pas nouveau en cette fin de siècle, mais son traitement tend à évoluer, avec le déploiement d’images stylisées dans des petites revues comme La Plume, et la vogue des reportages dans la grande presse et les revues illustrées. Au milieu du xixe siècle, la médiatisation de l’intérieur des écrivains accompagne leur sacralisation, mettant en valeur une scénographie qui propose à la fois une symbolique littéraire et l’affirmation de la valeur bourgeoise du chez-soi22. L’espace privé, même médiatisé, s’oppose donc encore aux lieux de sociabilité de l’espace public. On retrouve cette tendance en 1887 avec la série « Nos contemporains chez eux » par Dornac (pseudonyme de Paul Cardon), photographies qui ont été reprises dans Le Monde illustré et qui s’étendent jusqu’en 1917 : cette exposition publique de l’intimité fige l’écrivain dans une posture qui met en valeur une « poétique de l’intérieur », pour reprendre l’expression de Pascal Durand, et non un lieu de sociabilité23. L’écrivain est mis en scène seul, prenant la pose dans un décor symbolique de l’imaginaire qui lui est associé. Pierre Loti est photographié entouré d’objets exotiques, Edmond de Goncourt en train d’écrire devant sa bibliothèque. Or, parallèlement, la petite et la grande presse se livrent à une désacralisation des intérieurs d’écrivains qui coïncide justement avec leur affichage médiatique en tant que lieu de sociabilité. Cette évolution accompagne l’ouverture de la littérature au grand public et le déploiement des mass media. Le lecteur, par l’intermédiaire du journaliste, se sent plus proche des écrivains.

15Les petites revues proposent une image stylisée des maisons d’écrivains qui orchestre une véritable mise en scène de la sociabilité, par des illustrations légères, humoristiques et parfois proches de la caricature, comme ces « Nuits de Monsieur Baudelaire » qui jouent avec l’imaginaire de l’écrivain (figure 1). La Plume dans son numéro spécial consacré à Verlaine publie en janvier 1896 un dessin d’une soirée chez Paul Verlaine qui offre une vision peu solennelle de l’intérieur de l’écrivain : tiroir ouvert, verres et bouteilles sur les tables, mise en scène de la discussion de groupe… (figure 2) En 1894, cette même revue fait paraître une série de reproductions de cartes de vœux, cartes d’invitations et cartes de visites d’écrivains qui constituent une manière originale d’inscrire la sociabilité de l’écrivain dans l’espace public, et surtout qui fait écho à la médiatisation des soirées ou banquets de la revue, dont les invitations sont elles aussi publiées avec la même stylisation (figure 3). Cette mise en scène de la sociabilité permet d’attirer le lecteur en le faisant participer indirectement au réseau d’initiés. Sans déroger à leurs principes, les petites revues empruntent les stratégies de la grande presse pour toucher un plus large public.

16On retrouve en effet une mise en scène légèrement différente de la sociabilité dans les interviews et les reportages à domicile, très en vogue depuis les années 1880 dans des revues comme Le Monde illustré, L’Illustration ou La Revue illustrée. Les reportages à domicile, qu’ils soient ou non accompagnés de photos, associent en effet l’exercice du portrait et la mise en scène de la sociabilité : ils mêlent description du domicile et retranscription de la conversation. Le journaliste tend à désacraliser l’écrivain en offrant la vision d’une relation d’égal à égal, une conversation souvent retranscrite avec humour ou ironie. La description de la maison de l’écrivain ou son illustration photographique joue un rôle fondamental dans cet exercice et l’on voit bien le glissement qui s’opère entre l’écrivain-œuvre et l’homme sociable. L’Enquête sur l’évolution littéraire de Jules Huret (1891), si elle n’est pas accompagnée de photographies, s’attarde souvent sur la description des écrivains et de leur milieu de vie, et le journaliste semble bénéficier d’un accès privilégié à cette intimité. Par exemple, dans le chapitre consacré à Huysmans, Jules Huret, après avoir décrit l’intérieur de l’appartement de la rue de Sèvre de façon assez conventionnelle, pénètre à la fin de la conversation dans la chambre de Huysmans :

  • 24 Huret (Jules), Enquête sur l’évolution littéraire [Charpentier, 1891], José Corti, p. 184-185.

Je suivis M. Huysmans dans une troisième pièce ouvrant sur le cabinet où nous causions et qui est sa chambre à coucher. Ce tableau représentait une scène de lupanar : sur un fond rouge, quelques femmes nues, en bas et jarretières, liées par les bras, se cambraient en corbeille devant le vieux Monsieur de Forain. Le vieux était assis sur un canapé rouge ; attentif, mais très calme, les mains jointes sur sa canne, il contemplait l’ignoble blonde et la brune canaille, tendant les hanches dans une complaisance indifférente. Le morceau était, en effet, très beau.
– Je le mets là pour ne pas scandaliser des visiteurs inattendus, me dit M. Huysmans24

  • 25 Lureau (Jean), « Contre-Enquête sur l’évolution littéraire », La Revue blanche, tome 2, 1890-1891, (...)

17Ce principe est repris et poussé à l’extrême dans la « Contre-enquête sur l’évolution littéraire » que publie La Revue blanche en 1890-1891. Jean Lureau y décrit un M. Degeraisme nu dans sa « fameuse salle de bain en porphyre, en train de se faire faire une pédicure25. Dans La Revue indépendante, Georges Docquois, par le prisme des animaux familiers, offre un regard neuf sur l’intérieur de l’écrivain, entouré de sa famille : on peut ainsi comparer les portraits de Mallarmé avec celui de la série « Bêtes et gens de lettres » :

  • 26 Docquois (Georges), « Bêtes et gens de lettres. M. Stéphane Mallarmé », La Revue indépendante, tome (...)

 Rue de Rome, 89, au quatrième, en un chétif appartement, M. Stéphane Mallarmé coule de calmes jours entre sa femme, sa fille - et son chat. Madame Mallarmé est aimable ; mademoiselle Mallarmé est spirituelle ; le chat est noir. […] Quant à M. Stéphane Mallarmé, que M. Paul Verlaine a mis dans le rang des « poètes maudits », je lui trouve l’air aussi peu maudit que possible26

18Cette description désacralisante constitue une première étape pour la médiatisation d’une conversation retranscrite dans les pages des journaux et revues en une mise en scène de la sociabilité telle qu’elle est expérimentée par le journaliste. Le dialogue s’établit ainsi entre G. Docquois et Mallarmé autour de son chat, montrant un Mallarmé amusant et accessible : « J’éclate de rire », écrit le journaliste, « car la chose a été dite avec cette simplicité de ton spéciale à Alphonse Allais, prince des pince-sans-rire de cette fin de siècle. »

  • 27 Saint-Cère (Jacques), « Une heure chez M. de Montesquiou », La Revue illustrée, 1er août 1894, p. 1 (...)

19La légende de l’écrivain, obstacle à une vraie conversation, est ainsi caricaturée, ou mise à distance. Dans la série publiée par la Revue illustrée à partir de 1891, « Une heure chez… », le journaliste ouvre son reportage sur Montesquiou en ces termes : « Un tel homme ne vaut-il pas qu’on s’arrête un instant devant lui et qu’on essaye de dégager sa véritable personnalité des plaisanteries faciles et des légendes bizarres qui, dans les milieux parisiens, s’accrochent à toute individualité sortant de l’ordinaire alignement de la vie27 ? »

20Dans cette célèbre série abondamment illustrée par des photos, l’article sur Zola, écrit par Jules Huret et publié le 15 décembre 1891, c’est-à-dire peu après la parution de l’Enquête sur l’évolution littéraire, est particulièrement intéressant dans le jeu qu’il instaure avec le genre du photoreportage et dans le traitement ironique de la description. La lettrine qui ouvre l’article, illustrée par un dessin qui retranscrit ironiquement la relation entre le journaliste et l’écrivain (figure 4), annonce la tonalité générale du reportage, qui s’ouvre sur une description haute en couleur de la maison de Zola, et dans laquelle le journaliste concurrence le romancier :

  • 28 Huret (Jules), « Une heure chez Émile Zola », La Revue illustrée, 15 décembre 1891, p. 349.

Tout compte fait, M. Émile Zola a été interviewé neuf cents quatre-vingt-dix-neuf fois jusqu’à ce jour. J’ai cru intéressant de réserver à la Revue Illustrée le dixième centenaire de ce sport auquel j’ai consacré déjà quelques années de mon existence. À l’originalité de cet anniversaire se joignait pour moi l’amusement de recommencer mon début dans le reportage, car chacun sait que M. Zola partage avec M. Renan le fatigant monopole de baptiser les néophytes de l’interview. J’ai donc passé les habits du dimanche du reporter, j’ai emmené avec moi le photographe attitré de la Revue et j’ai sonné 21 bis, rue de Bruxelles, en cultivant en moi le ressouvenir de la petite angoisse de ma première visite. La nouvelle demeure du maître n’a pas encore, que je sache, été décrite. Qu’importe d’ailleurs ! C’est aujourd’hui jour de fête et je veux la refaire, cette description28.

21Cette description contraste ironiquement avec la légende de l’image qui l’illustre, reprise d’un extrait du dialogue entre l’écrivain et le journaliste, tout à fait sortie de son contexte : « Une mansarde, savez-vous ! Une mansarde et la tranquillité !!! » (figure 5). La conversation se déroule sur le mode de la confiance et de la simplicité, et se clôt par un éclat de rire commun : « Nous partîmes d’un grand éclat de rire ». On est bien loin des descriptions du rituel des mardis mallarméens.

22La maison d’écrivain à la fin du xixe siècle apparaît donc comme un espace clé dans le réseau des lieux de sociabilité qui se développent dans Paris. Espace spécifique certes, mais qui tisse des liens étroits avec les revues et les cafés dont elle est souvent proche géographiquement, et avec lesquelles elle va jusqu’à se superposer dans le cas de certaines petites revues. La médiatisation accentue encore cette confusion entre espace privé et espace public en offrant une image désacralisée de l’écrivain et un modèle de sociabilité porté par un journaliste qui se veut l’égal de l’écrivain. Les modes de sociabilité associés aux domiciles des écrivains de la fin du xixe siècle relèvent donc d’une logique avant-gardiste qui tente de concilier une vision élitiste de la littérature et un mode de communication ouvert sur le grand public. C’est en cela que les petites revues artistiques et littéraires rejoignent la grande presse. Par des procédés différents, mais qui souvent reprennent de façon ludique ou détournée ceux des journaux (interviews détournées, comptes rendus de soirées…), elles affichent le réseau littéraire dans lequel elles s’inscrivent, faisant participer le lecteur aux manifestations de la vie littéraire, et trouvant par là même une forme de légitimation. Légitimation dont n’ont pas besoin les grands auteurs que les journalistes vont interviewer chez eux, mais qui sont soumis au même mouvement d’ouverture vers le grand public. L’espace médiatique, envahi par l’information et le reportage, place l’écrivain sur le même plan documentaire que le reste, s’accordant ainsi au triomphe du naturalisme sur le plan littéraire.

Haut de page

Notes

1 Nora (Olivier), « La visite au grand écrivain », dans Les lieux de mémoire II. La nation, sous la direction de Pierre Nora, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque illustrée des histoires », 1986, pp. 563-587.

2 Voir à ce sujet Bénichou (Paul), Le Sacre de l’écrivain (1750-1830). Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Idées », 1996.

3 Marneffe (Daphné de), « Le réseau des petites revues littéraires belges, modernistes et d’avant-garde, du début des années 1920 : construction d’un modèle et proposition de schématisation », COnTEXTES [en ligne], 4/2008. La notion de réseau telle qu’elle est théorisée par Daphné de Marneffe implique l’ouverture, qui s’oppose comme nous le verrons à la clôture liée au cénacle, la multiplicité des pôles, qui s’oppose à une vision de la maison du grand écrivain comme un pôle dominant, et la logique de solidarité, qui s’oppose à celle de la concurrence.

4 Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Champion, 2007, p. 6.

5 Régnier (Marie-Clémence), « Le spectacle de l’homme de lettres au quotidien : de l’intérieur bourgeois à l’intérieur artiste (1840-1903), Romantisme, Intérieurs, 2015/2, n°168, note 7 p. 71.

6 Charle (Christophe), « Situation spatiale et position sociale [essai de géographie sociale du champ littéraire à la fin du xixe siècle], dans Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 13, février 1977, p.  45-59.

7 Charle (Christophe), art. cit., p.  54. L’auteur regroupe dans l’avant-garde de la période 1870-1900 les écrivains symbolistes, décadents, et « un certain nombre d’auteurs ‘maudits’ exclus des répertoires », art. cit., p.  50.

8 Régnier (Marie-Clémence), « ‘Et mon père signa le bail qui l’exilait de Paris’. Les maisons d’écrivains au prisme de la cartographie », Artl@s Bulletin 1, n°1 (2012), Pour une histoire spatiale des arts et des lettres, p. 85.

9 Léautaud (Paul), Journal littéraire, tome 1 (1893-1906), Mercure de France, 1957, 29 novembre 1899, note n°1 p.  24.

10 Gourmont (Remy de), « Souvenirs sur Huysmans », Promenades littéraires, 3e série, Mercure de France, 1909, p. 6.

11 Retté (Adolphe), Le Symbolisme. Anecdotes et souvenirs, Léon Vanier, 1903, p. 17 et 20.

12 Retté (Adolphe), Le Symbolisme. Anecdotes et souvenirs, op. cit., p. 161.

13 L’expression « on est chez soi », qui figure en italique dans le texte, est à interpréter au sens métaphorique. Il s’agit moins d’une intimité au sens de personnes proches et peu nombreuses que de la notion de réseau, c’est-à-dire une communauté littéraire. On sait en effet que ces soirées étaient très fréquentées.

14 Selon Alain Vaillant, le système avant-gardiste « réintroduit un mode de fonctionnement en réseau à l’intérieur d’une économie culturelle fondée sur le marché ouvert », et ce fonctionnement concilie la sociabilité privée et ouverture sur l’espace public à travers la médiatisation. Voir Vaillant (Alain), « L’histoire littéraire », Paris, Armand Colin, coll. « U », 2011, p. 280-281. Le fonctionnement des soirées de la revue La Plume est significatif de ce double mouvement. Les soirées et les banquets qu’elle organise sont médiatisés dans les pages du périodique avec des listes de participants, des caricatures etc.

15 Glittoer (Anthony) & Laisney (Vincent), L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Fayard, 2013.

16 Valery (Paul), page autographe reproduite dans Paul Valéry, Exposition du centenaire, Bibliothèque nationale, 1971, planche v, s.p.

17 Mockel (Albert), Stéphane Mallarmé Un Héros, [Mercure de France, 1899] Honoré Champion, 2009, p.  243-244.

18 Durand (Pascal), 89 rue de Rome. Le rituel des « Mardis » mallarméens, Art&Fact, n°18/1999, « Mélanges Philippe Minguet », p. 113-126.

19 Retté (Adolphe), op. cit., p. 89.

20 Renard (Jules), Journal (1897-1910), Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1960, 20 février 1896, p. 322.

21 Léautaud (Paul), Journal, Mercure de France, tome 1, 26 mars 1898, p.  18-19.

22 Voir à ce sujet Régnier (Marie-Clémence), « Le spectacle de l’homme de lettres au quotidien », art. cit., p.  73. Elle cite par exemple la description de la maison de Victor Hugo place Royale par Samuel-Henri Berthoud dans Le Mercure de France en mai-juin 1840, ou celle de Théophile Gautier sur le mobilier de l’écrivain dans La Presse le 7 juin 1852. En 1845, une revue « curieuse et indiscrète des intérieurs les plus célèbres de notre époque » est fondée : La Sylphide.

23 Durand (Pascal), « De Nadar à Dornac », COnTEXTES [en ligne], 14/2014, consulté le 6 mai 2016.

24 Huret (Jules), Enquête sur l’évolution littéraire [Charpentier, 1891], José Corti, p. 184-185.

25 Lureau (Jean), « Contre-Enquête sur l’évolution littéraire », La Revue blanche, tome 2, 1890-1891, p. 74.

26 Docquois (Georges), « Bêtes et gens de lettres. M. Stéphane Mallarmé », La Revue indépendante, tome xxvi, février-octobre 1893, p. 228.

27 Saint-Cère (Jacques), « Une heure chez M. de Montesquiou », La Revue illustrée, 1er août 1894, p. 117.

28 Huret (Jules), « Une heure chez Émile Zola », La Revue illustrée, 15 décembre 1891, p. 349.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia Kalantzis, « Le domicile de l’écrivain comme lieu de sociabilité à la fin du xixe siècle », COnTEXTES [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6306 ; DOI : 10.4000/contextes.6306

Haut de page

Auteur

Alexia Kalantzis

Université de Versailles

Articles du même auteur

Haut de page