Navigation – Plan du site

La configuration des lieux de sociabilité cénaculaires

Anthony Glinoer et Vincent Laisney

Texte intégral

  • 1 Hermant (Abel), Souvenirs de la vie mondaine, Paris, Plon, 1935, p. 126.
  • 2 Ibid.
  • 3 Voir Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’Âge des cénacles, Paris, Fayard, 2013, en particulie (...)

1Pénétrant pour la première fois dans l’intérieur des époux Charpentier, qui recevaient chaque semaine l’élite artistique et littéraire des années 1880, le jeune Abel Hermant se souvient encore, trente ans après, que le décor – « une armure de samouraï, Les Glaçons de Monet, deux Renoir, des dessins, des aquarelles, des estampes à foison dont les cadres se touchaient1 » – l’avait davantage étonné que les personnalités présentes (Zola, Daudet, Goncourt, etc.). Il s’attendait à pénétrer dans un salon bourgeois, et voilà qu’il se trouvait dans un atelier d’artiste : « On se serait cru chez un peintre !2 » Cet étonnement, ils furent nombreux à le partager parmi les jeunes aspirants à la littérature, qui, comme Abel Hermant, eurent le privilège de s’introduire dans ces Sanhédrins de l’art, baptisés alors « cénacles ». S’il est en effet dans l’ordre des choses, au XIXe siècle, de se réunir dans une salle de réception dite « salon », dans un « café littéraire », dans un « cabaret artistique », dans un atelier, ou dans une académie, pour y causer art et littérature, il l’est moins de se réunir dans des espaces domestiques inadaptés a priori à la causerie, tels qu’une salle à manger (comme ce fut le cas chez Mallarmé, rue de Rome) ou une mansarde (comme chez Étienne Delécluze ou Edmond de Goncourt). Dans la continuation de l’enquête que nous avons menée sur ces confraternités littéraires et artistiques3, c’est cette appropriation de lieux non dédiés à la sociabilité littéraire et artistique, et ses conséquences sur l’aménagement spatial, que nous voudrions questionner, avant d’en dégager la portée symbolique.

  • 4 Sainte-Beuve, « Le Cénacle », dans Vie, Poésies et Pensées de Joseph Delorme (1829), éd. J.-P. Bert (...)

2Mais peut-être n’est-il pas inutile, avant d’entrer dans le vif du sujet, de rappeler en quelques mots ce qu’est un cénacle. Étymologiquement, le mot est tiré de la Vulgate, c’est la salle haute où le Christ, après le festin pascal, institue l’Eucharistie, et par extension c’est l’assemblée des apôtres et des intimes réunis dans cette salle pour perpétuer l’enseignement du Christ. On voit par là, d’emblée, que le cénacle rend sacré un lieu qui ne l’était pas. Rien d’étonnant dans ces conditions à ce qu’on ait qualifié « d’église », de « sanctuaire », de « temple », la plupart des lieux où les adeptes de la nouvelle religion littéraire (romantisme, réalisme, Parnasse, symbolisme, naturalisme, etc.) se réunissaient pour « prier à genoux », comme l’écrit Sainte-Beuve dans le poème éponyme de 18294.

3Récurrent tout au long du XIXe siècle – des Dimanches de Nodier aux Dimanches de Goncourt en passant par les Mercredis de Vigny, les Samedis de Leconte de Lisle et les Mardis de Mallarmé –, le cénacle est l’imbrication de quatre ordres de réalité : 1) il s’agit d’une forme de sociabilité, en l’occurrence, la réunion fréquente d’un nombre restreint d’écrivains et d’artistes triés sur le volet dans un espace privé, à tout le moins cloisonné, le plus souvent au domicile de l’un d’entre eux. 2) Il s’agit d’une forme de socialisation induite par le type de réunion susdit : la régularité des rencontres et la promiscuité créant des liens affectifs, le groupe devient rapidement cohésif, cohésion groupale corroborée positivement par la conscience d’appartenir à une corporation d’élus obéissant aux mêmes principes esthétiques, négativement par une opposition radicale à tout ce qui lui est étranger, que ce soient les institutions officielles ou le marché de la littérature. 3) Le cénacle est aussi une institution littéraire, à savoir une configuration associée à un ensemble de valeurs éthiques et esthétiques – souvent ramenées à une dénomination collective en –isme et générant des stratégies de légitimation individuelle et collective. 4) Le cénacle est enfin un objet imaginaire, dont les contours sont discernables, en creux, à travers les productions du cercle (préface-manifestes, articles de presse, poèmes cénaculaires, épigraphes, dédicaces, lettres, entretiens), en plein, dans des textes qui le scénographient (romans à clés, mémoires, historiographie, pamphlets), soit pour le sublimer soit au contraire pour le dénigrer.

4D’entrée de jeu, cette définition laisse entrevoir la possibilité d’une homologie structurale entre l’espace physique et l’espace symbolique du cénacle, à savoir qu’à sa clôture matérielle (une pièce close d’un appartement privé) et groupale (un cercle fermé, dont les accès sont contrôlés) correspondrait une unité sociale (homogénéité sexuelle et professionnelle), morale (habitus et hexis similaires), linguistique (sociolecte), esthétique (drapeau en -isme) et idéologique. Dans leurs pamphlets, les contempteurs du cénacle (Henri de Latouche, Jules Vallès, Adolphe Retté, etc.) vérifient a contrario cette hypothèse en faisant du cénacle-chartreuse, non pas un lieu d’incubation mais un lieu de nécrose. Il reste toutefois à examiner de plus près ce que tous, défenseurs comme pourfendeurs, se sont accordés à décrire comme un espace clos, fermé sur lui-même.

Parvenir au cénacle

  • 5 Voir Charle (Christophe), « Situation spatiale et position sociale. Essai de géographie sociale du (...)

5La plupart des cénacles se trouvent dans les arrondissements centraux (rive gauche) et dans l’ouest de la ville (rive droite), soit dans les zones les plus prisées par « l’avant-garde » de la fin du siècle, par opposition aux arrondissements élus (1e, 9e, 16e) par les classes les plus dominantes5. Certains cénacles sont plus difficiles d’accès.

Figure 1 : carte des cénacles

  • 6 Souvenirs inédits de Marie Nodier, archives Bied (coll. privée), cités dans Laisney (Vincent), L’Ar (...)
  • 7 Ibid., p. 37.
  • 8 « Ce petit coin écarté de la ville, cette extrémité cachée du boulevard […] où j’étais sûr de renco (...)
  • 9 Rosny (J.-H.), Torches et lumignons : souvenirs de la vie littéraire, Paris, La Force française, 19 (...)
  • 10 Sans parler des cas particuliers de communautés installées à la campagne (Le Phalanstère, l’Abbaye (...)

6Cette carte met en évidence l’éloignement de certains foyers de sociabilité ordinaires. Les cénacliers doivent consentir à « faire le voyage » – l’expression revient souvent – pour se rendre chez leur maître. Comme aujourd’hui certains chauffeurs de taxi en direction de la banlieue, « les cochers acceptaient avec résignation l’invitation d’accomplir cette redoutable promenade6 ». L’Arsenal, par exemple, se trouvait « à l’extrémité de Paris7 », presque « au bout du monde8 ». La maison d’Auteuil l’était tout autant. Propriété d’Edmond de Goncourt, la demeure se dresse dans le 16e arrondissement actuel, en un quartier où la végétation n’avait pas encore disparu au profit des habitations : « Autour, écrit Rosny, on apercevait cent jardins, l’enchantement de la vieille France, des arbres, des herbes, des corolles sans nombre9. » Les cénacles bousculent donc la géographie traditionnelle : à la polarisation des salons et des cafés littéraires – concentrés sur deux ou trois quartiers privilégiés (Marais, Faubourg Saint-Germain, Nouvelle Athènes) pour les premiers (Quartier latin et Montmartre) pour les seconds – répond l’atomisation des cénacles, disséminés sur le territoire parisien, aux confins des barrières10, et même pour certains, au-delà. La clôture du cénacle commence donc par son éloignement géographique. La sociabilité cénaculaire ne figure pas toujours sur le cadastre de la mondanité et de la bohème.

  • 11 Stendhal, « Chez M. de L’Étang » [4 juillet 1832], dans Souvenirs d’égotisme, éd. Henri Martineau, (...)
  • 12 Durand (Pascal), Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Editions du Seuil, col (...)
  • 13 Lettre de Stéphane Mallarmé à Paul Valéry du 29 mars 1897, dans Correspondance, éd. Henri Mondor et (...)
  • 14 Lilti (Antoine), Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fay (...)

7Sur place, rien n’est fait pour faciliter l’accès dans le sanctuaire, tant s’en faut. Des escaliers peu commodes attendent les invités. Le cénacle se mérite. Stendhal parle de « quatre-vingt-quinze marches11 » à gravir. On compte cinq étages chez Leconte de Lisle, autant chez Murger (rue de la Tour d’Auvergne), quatre chez Mallarmé, et deux (très escarpés) chez Goncourt. À l’intérieur, passé le seuil, d’autres difficultés surgissent, à commencer par l’exiguïté. Avec l’élégance qui le caractérise – ce « sens des formalités » qu’a exploré en profondeur Pascal Durand12 – Mallarmé parle de « l’affectueux encombrement13 » de la pièce de réception, ingénieux oxymore pour exprimer le fait qu’on devait se serrer dans son salon mais que cette promiscuité avait l’avantage de resserrer les liens affectifs, de souder les esprits… On est là aux antipodes de l’organisation salonarde qu’Antoine Lilti a décrite pour le XVIIIe siècle14 et qu’on retrouve au début du XIXe siècle à l’Abbaye-aux-bois :

  • 15 Delécluze (Étienne-Jean), Souvenirs de soixante années, Paris, Michel Lévy frères, 1862, p. 287. Vo (...)

Ces réunions, ordinairement nombreuses, se composaient naturellement de différents groupes de personnes liées entre elles par des goûts analogues, mais surtout par les mêmes opinions politiques, car, à cette époque de la Restauration, la société était bien divisée. Pour mettre plus facilement en harmonie les invités à mesure qu’ils arrivaient, madame Récamier, pendant la matinée, prenait le soin de faire former avec des sièges cinq ou six cercles assez distants l’un de l’autre, pour que les dames étant assises, les hommes pussent circuler dans les intervalles et s’arrêter là où il leur convenait. Ces espèces de couloirs donnaient en outre à la présidente de la fête le moyen de faire prendre à ses hôtes, à mesure qu’ils arrivaient et sans qu’ils s’en aperçussent, la direction qui les conduisait vers leurs amis, ou au moins vers les personnes dont les idées et les goûts avaient le plus de rapport avec les leurs15.

Figure 2 : plan de la rue de Rome par Pierre Louÿs

  • 16 Goncourt (Edmond et Jules de), Journal, éd. Robert Ricatte, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins (...)

8L’absence de lieu de réception dédié oblige le maître des lieux à des réaménagements spécifiques. C’est dans la salle à manger (séparée des autres pièces dans les constructions récentes au nom de la rationalisation de l’espace), que se concentre le commerce social, cependant que les domestiques, les femmes et les enfants, présents par intermittence, se retirent dans un coin ou dans une pièce adjacente. Quant aux appartements des célibataires (Delécluze, Goncourt, Flaubert), leurs propriétaires poussent d’un cran supplémentaire la logique du repli en créant un univers ultra-confiné : Edmond de Goncourt reçoit dans « deux pièces dont la moins spacieuse ouvre sur la grande, par une baie qui lui donne l’aspect d’un petit théâtre dont la toile serait relevée16 ».

  • 17 Gautier (Théophile), « Marilhat », Revue des deux Mondes, 1er juillet 1848, repris dans Portraits c (...)
  • 18 Mauclair (Camille), Servitude et grandeur littéraires, Paris, Ollendorff, 1922, p. 89.
  • 19 « Dès quatre heures son fumoir s’emplissait de monde : diplomates, journalistes, poètes » (Gide (An (...)

9Prenons garde cependant de modéliser à l’excès l’espace cénaculaire en le réduisant à une configuration unique ; car les exceptions existent. Sans entrer dans les détails, on pourrait ainsi relever le cas de l’Entresol Lemerre, où une librairie – une fois n’est pas coutume – sert de lieu de rassemblement ; de l’Impasse du Doyenné où les artistes vivaient en communauté dans « un appartement remarquable par un vaste salon aux boiseries tarabiscotées, aux glaces à trumeaux, au plafond décoré de moulures délicates et capricieuses17 » ; ou encore le cas du salon de Jose-Maria de Heredia, « six fois plus grand que la petite salle à manger de la rue de Rome18 », propice à la réception d’une population dépassant le petit cercle des poètes19.

  • 20 Voir Laisney (Vincent), En lisant en écoutant. Lectures en petit comité, de Hugo à Mallarmé, Paris/ (...)

10Retenons ceci : le cénacle élit le plus souvent domicile dans un espace inapproprié aux activités en société, voire carrément incommode, et nécessitant par là même, pour qu’y puisse s’y dérouler les trois activités cénaculaires majeures (la causerie informelle, la lecture des œuvres en cours20, l’élaboration de la doctrine), des aménagements.

L’esprit du lieu

11Sans surprise – c’est un trait d’époque – les lieux de réception sont chargés, voire très chargés, mais ils le sont surtout – là est la différence avec l’ordinaire bourgeois – d’objets d’art choisis avec soin et à dessein, tantôt parce que leurs auteurs appartiennent au cercle des élus, tantôt parce que ces objets (livres, statuettes, tableaux, dessins, etc.) évoquent l’esprit de ce cercle.

  • 21 Goncourt (Edmond et Jules de), Journal, éd. Robert Ricatte, op. cit., t. III, p. 1046 [14 décembre (...)
  • 22 Voir le plan supra où la banquette est parfaitement visible (elle est désignée par le mot « canapé  (...)
  • 23 « Quant au mobilier, il se com­posait à peu près, et même tout à fait, d’un divan bleu en velours d (...)
  • 24 Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’Âge des cénacles, op. cit. 2013.

12Avant d’examiner ces éléments décoratifs, arrêtons-nous un moment sur le mobilier. Dans les cénacles bohèmes, ce mobilier, on s’en serait douté, est réduit au strict minimum : même les chaises manquent parfois, ce qui n’est pas le cas de la plupart des cénacles, où règne un confort bourgeois, avec ces signes ostensibles de réussite : la cheminée, le piano, les fauteuils, et bien sûr le canapé. Il y aurait, soit dit en passant, beaucoup à dire sur les canapés, ce cœur douillet de la sociabilité cénaculaire, qui polarise tous les regards, attire les convoitises des aspirants, qui veulent s’y installer à demeure ! Du canapé en casimir rouge de l’Arsenal au « divan pour les apartés des causeurs, recouvert d’une robe de femme chinoise21 » de Goncourt, en passant par la simple banquette22 de Mallarmé, le divan bleu de Banville23 ou le canapé rouge de Gautier, on n’en finirait pas de recenser les occurrences de cet accessoire obligatoire du cénacle – rétrospectivement élevé au rang d’objet de culte, de relique sacrée. Significativement Auguste Renoir, dans le fameux tableau qui fait la couverture de notre livre24 (L’Atelier de la rue Saint-Georges, 1876), l’a placé au premier plan. Pas de canapé, pas de cénacle en somme. Georges Rivière nous offre dans ses souvenirs une description détaillée du mobilier de l’atelier de la rue Saint-Georges, qui complète à merveille le tableau :

  • 25 Rivière (Georges), Renoir et ses amis, Paris, Floury, 1921, p. 61.

La pièce rectangulaire avait l’un de ses grands côtés entière­ment vitré et exposé à l’ouest. Pendant l’été, le soleil remplissait la pièce de lumière, malgré les rideaux de toile épaisse destinés à la tamiser. Les murs étaient tapissés de papier gris clair et quelques toiles sans cadre y étaient accrochées. Contre les murs gisaient, en tas, des toiles peintes ou blanches, dont on ne voyait jamais que l’envers, Il n’y avait pas d’autres meubles que deux chevalets, quelques chaises cannées du modèle le plus banal, deux vieux fau­teuils « crapaud » garnis d’un reps à fleurs très défraîchi, un divan fatigué recouvert d’une étoffe de couleur indécise et une table en bois blanc sur laquelle gisaient pêle-mêle des tubes de couleurs, des brosses, des bouteilles à huile ou à essence et des chiffons maculés de peinture25

  • 26 Victor Hugo occupe le n°9 (modeste appartement situé au 2e étage) de mai 1830 à octobre 1832, avant (...)
  • 27 Olivier (Juste), Paris en 1830. Journal, éd. André Delattre et Marc Denkinger, Paris, Mercure de Fr (...)
  • 28 Ibid., p. 85 (9 juin 1830).

13Cette mention des toiles de la rue Saint-Georges nous permet d’aborder ce qui constitue la marque spécifique du lieu cénaculaire : sa décoration intérieure. Chez Hugo (rue Jean-Goujon26), les pièces ornementales identifiées par Juste Olivier, lors de son premier passage, dialoguent sans équivoque avec les valeurs du cénacle romantique : un tableau (« Les Sorcières de Macbeth »), des lithographies de Boulanger : « Les Fantômes », « La Baigneuse », le « Rêve d’un condamné », qui portent toujours au bas : « À mon bien-cher Victor Hugo », « À mon ami Hugo », des esquisses de paysages, des dessins ; et puis, à mettre au compte du bric-à-brac gothique (qu’on retrouvera dans le Petit Cénacle) : un poignard suspendu à un clou, un oiseau blanc empaillé, des petits vases de terre de forme assez bizarre, des tableaux de sang et de mort27. Chez Vigny, toujours selon Juste Olivier, on trouve « quelques tableaux représentant diverses situations, divers costumes du More ou du Marchand de Venise. Dans un coin, tout seul, un portrait de Cinq-Mars.28 »

14Même correspondance chez Stéphane Mallarmé entre les conversations de la rue de Rome et la décoration de son salon, pour qui sait les déchiffrer :

  • 29 Mauclair (Camille), Mallarmé chez lui, Paris, Grasset, 1935, pp. 18-19.

Aux murs, un paysage de rivière de Claude Monet, une esquisse d’Édouard Manet représentant Ham­let et le Spectre sur la terrasse d’Elseneur, une eau-forte de Whistler, le petit portrait de Mallarmé par Manet qui est maintenant au musée du Lou­vre, une aquarelle de Berthe Morisot, et un pastel de fleurs d’Odilon Redon. […] Sur un vaisse­lier, il y avait un plâtre de Rodin repré­sentant une nymphe nue saisie par un faune, et une bûche de bois orangé où Paul Gauguin avait sculpté un profil de Maori. Voilà tout le décor du cénacle29.

15Le visiteur est littéralement cerné par les œuvres des artistes chers au Maître, dont la plupart sont des habitués des Mardis. L’esthétique de la suggestion, que l’auteur du « Sonnet en X » s’évertue à rendre intelligible chaque mardi à ses disciples, trouve ainsi son contrepoint dans les œuvres des impressionnistes, dont Mallarmé se sent si proche.

  • 30 Sainte-Beuve, « Poètes modernes : Victor Hugo », Revue des Deux Mondes, 1er août 1831, repris dans (...)
  • 31 Jourdain (Frantz), À la côte, Paris, Librairie Moderne, 1889, pp. 263-265

16Chez Goncourt l’espace y est plus encombré (et moins affectueux) que chez Mallarmé. Mais « l’idée du Cénacle30 » y domine pareillement ; la symbiose entre l’écosystème et ses habitants est accomplie. La présence des Greniéristes y est redoublée par leurs œuvres exhibées sous une vitrine ou accrochées au mur. Une photo nous est parvenue de ce petit chef-d’œuvre décoratif aménagé par Frantz Jourdain, sur les ordres d’Edmond. « Cette pièce, se souviendra l’architecte, a été arrangée comme on peint un tableau ou comme on compose une symphonie ! rien n’a été abandonné au hasard ou au caprice du tapissier. Chaque tache, chaque valeur, chaque note a sa raison d’être et contribue à l’harmonie générale de l’ensemble31. » Avec Goncourt, le cénacle atteint un degré de sophistication inégalé : il évolue en théâtre de la littérature, en attendant sa mue prochaine en académie...

17De la secte des Méditateurs au groupe de l’Abbaye, tous les cénacles ont plus ou moins fantasmé, et pour certains d’entre eux réalisé, on vient de le voir, la fusion du cénacle matériel avec le cénacle spirituel en faisant du décor un miroir du groupe agissant et de son idéologie esthétique. Cette fusion est illustrée de manière exemplaire dans le fameux tableau de Théo van Rysselberghe, intitulé Une Lecture (1903).

Figure 3 : Théo van Rysselberghe, Une Lecture (1903).

  • 32 Whistler (James McNeill), Arrangement in Grey and Black, No. 2: Portrait of Thomas Carlyle, 1872-73 (...)
  • 33 Nous sommes enclins à voir un quatrième personnage important du symbolisme en la personne d’Henri d (...)

18Il représente Verhaeren (en rouge) lisant à haute voix l’un de ses textes dans un salon chargé de symboles. Dans cette toile grandiose, il y a non pas un, mais deux cénacles : le premier, visible, est incarné par les membres présents (Le Dantec, Vielé-Griffin, Fénéon, Cross, Gide, Ghéon et Maeterlinck), le second, invisible, est symbolisé par trois œuvres d’art (deux statuettes et une huile), en arrière-plan, dont le choix des auteurs ne doit rien au hasard, puisque la figurine sur le manteau de cheminée (Agenouillé à la fontaine, 1898 [Musée d’Orsay]) est de George Minne, artiste belge, remarqué dès 1886 par Verhaeren et Maeterlinck, et qui s’est imposé comme le sculpteur du symbolisme ; puisque la statuette en terre cuite (Femme assise sur un rocher, s. d., Musée des Beaux-Arts de Lyon] est d’Auguste Rodin, défendu ardemment par Verhaeren ; puisque enfin le tableau qui jouxte cette figurine est un portrait de Thomas Carlyle par Whistler, portrait lourd de signification pour le maître du post-symbolisme, dans la mesure où le peintre anglais y tourne le dos à l’esthétique réaliste au profit d’un arrangement musical des couleurs, comme le souligne d’ailleurs le titre (Arrangement en gris et noir n°232). En même temps qu’un hommage à Verhaeren, ce tableau de Rysselberghe est une sorte d’Apothéose de Whistler (mort en 1903), compagnon de route de Mallarmé et Manet33.

19***

20Comme nous le révèle ce tableau, et plus généralement, l’étude de la configuration des lieux de sociabilité cénaculaires, le cénacle ne se réduit pas à l’addition de ses membres : il caractérise à la fois le lieu qu’il met à la disposition des personnes admises, les pratiques (causerie, lecture) qui y prennent place et le groupe des présents, augmenté de la présence symbolique des grands absents (pères spirituels, grands inspirateurs, figures tutélaires, frères d’âmes) par le truchement de leurs œuvres exposées (peintures, livres, esquisses, etc.). Un hyper-cénacle, immatériel, surplombe donc le cénacle de chair, associant par-delà les siècles et les continents, des créateurs qui communient dans une même conception de l’art et de la littérature. Tel a du moins été l’ambition des cénacles du XIXe siècle qui n’a cessé de travailler à un dispositif spatial permettant à cette magie sociale de s’opérer.

Haut de page

Notes

1 Hermant (Abel), Souvenirs de la vie mondaine, Paris, Plon, 1935, p. 126.

2 Ibid.

3 Voir Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’Âge des cénacles, Paris, Fayard, 2013, en particulier la deuxième partie : « Physiologie du cénacle ».

4 Sainte-Beuve, « Le Cénacle », dans Vie, Poésies et Pensées de Joseph Delorme (1829), éd. J.-P. Bertrand et A. Glinoer, Paris, Bartillat, 2004, p. 102.

5 Voir Charle (Christophe), « Situation spatiale et position sociale. Essai de géographie sociale du champ littéraire à la fin du XIXe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 13, janvier 1997, p. 45-59.

6 Souvenirs inédits de Marie Nodier, archives Bied (coll. privée), cités dans Laisney (Vincent), L’Arsenal romantique, Paris, Champion, 2002, p. 39.

7 Ibid., p. 37.

8 « Ce petit coin écarté de la ville, cette extrémité cachée du boulevard […] où j’étais sûr de rencontrer un accueil si cordial », dit encore Antoine Fontaney dans une lettre à Marie Nodier (Salomon (Michel), Charles Nodier et le groupe romantique, Paris, Librairie académique Perrin, 1908, p. 168).

9 Rosny (J.-H.), Torches et lumignons : souvenirs de la vie littéraire, Paris, La Force française, 1921, p. 27.

10 Sans parler des cas particuliers de communautés installées à la campagne (Le Phalanstère, l’Abbaye de Créteil, Carnetin)

11 Stendhal, « Chez M. de L’Étang » [4 juillet 1832], dans Souvenirs d’égotisme, éd. Henri Martineau, Paris, Le Divan, 1927, p. 172.

12 Durand (Pascal), Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Editions du Seuil, coll. « Liber », 2008.

13 Lettre de Stéphane Mallarmé à Paul Valéry du 29 mars 1897, dans Correspondance, éd. Henri Mondor et Lloyd James Austin, Paris, Gallimard, 1983, t. IX, p. 119.

14 Lilti (Antoine), Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.

15 Delécluze (Étienne-Jean), Souvenirs de soixante années, Paris, Michel Lévy frères, 1862, p. 287. Voir aussi sur ce point : Martin-Fugier (Anne), La Vie élégante ou la formation du Tout-Paris 1815-1848, Paris, Seuil, coll. « Points-Histoire », 1990, p. 169.

16 Goncourt (Edmond et Jules de), Journal, éd. Robert Ricatte, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1989, t. III, p. 1046 (14 décembre 1894).

17 Gautier (Théophile), « Marilhat », Revue des deux Mondes, 1er juillet 1848, repris dans Portraits contemporains, Paris, Charpentier, 1874, p. 235.

18 Mauclair (Camille), Servitude et grandeur littéraires, Paris, Ollendorff, 1922, p. 89.

19 « Dès quatre heures son fumoir s’emplissait de monde : diplomates, journalistes, poètes » (Gide (André), Si le Grain ne meurt, Paris, Gallimard, 1947 1926, p. 261-262).

20 Voir Laisney (Vincent), En lisant en écoutant. Lectures en petit comité, de Hugo à Mallarmé, Paris/Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, « Réflexions faites », 2017.

21 Goncourt (Edmond et Jules de), Journal, éd. Robert Ricatte, op. cit., t. III, p. 1046 [14 décembre 1894].

22 Voir le plan supra où la banquette est parfaitement visible (elle est désignée par le mot « canapé ») ; sur cette banquette, comme l’indique Pierre Louÿs qui a tracé hâtivement ce croquis à la demande de Jean Cassou le 13 mars 1919, prenaient place « Mme et Mlle Mallarmé, jusqu’à l’heure où elles se retiraient (10h) » (2) et Whistler (5). « Adossé au poêle », se tenait Mallarmé, debout (1) ; en face de lui, les invités sont installés sur cinq chaises ; Pierre Louÿs a la sienne en (3) ; derrière eux domine le « buffet » et la « bibliothèque étagère » (4). Comme le précise l’auteur du croquis, « l’antichambre et la salle à manger étaient très petites. » Le salon donne sur la rue de Rome, et, au-delà, sur la tranchée de voies de chemin de fer menant à la gare Saint-Lazare ; la chambre de Stéphane, qui est aussi son lieu de travail, est séparée du salon par une pièce dont la fonction n’est pas précisée (sans doute la chambre de Mme Mallarmé).

23 « Quant au mobilier, il se com­posait à peu près, et même tout à fait, d’un divan bleu en velours d’Utrecht. Mais il était d’un bleu délicieux, caressant, céleste, et on y était bien pour fumer et pour boire. C’était peu sans doute, mais c’était assez. » (Banville (Théodore de), L’Âme de Paris. Nouveaux souvenirs, Paris, Charpentier, 1890, p. 249.)

24 Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’Âge des cénacles, op. cit. 2013.

25 Rivière (Georges), Renoir et ses amis, Paris, Floury, 1921, p. 61.

26 Victor Hugo occupe le n°9 (modeste appartement situé au 2e étage) de mai 1830 à octobre 1832, avant de s’installer au 6, place des Vosges (actuel).

27 Olivier (Juste), Paris en 1830. Journal, éd. André Delattre et Marc Denkinger, Paris, Mercure de France, 1941, p. 189 (21 juillet 1830).

28 Ibid., p. 85 (9 juin 1830).

29 Mauclair (Camille), Mallarmé chez lui, Paris, Grasset, 1935, pp. 18-19.

30 Sainte-Beuve, « Poètes modernes : Victor Hugo », Revue des Deux Mondes, 1er août 1831, repris dans Victor Hugo, Œuvres complètes, éd. Jean Massin, Paris, Le Club Français du Livre, 1967, t. II, p. 1069.

31 Jourdain (Frantz), À la côte, Paris, Librairie Moderne, 1889, pp. 263-265

32 Whistler (James McNeill), Arrangement in Grey and Black, No. 2: Portrait of Thomas Carlyle, 1872-73, huile sur toile (171 x 143.5 cm), Kelvingrove Art Gallery and Museum, Glasgow (Écosse).

33 Nous sommes enclins à voir un quatrième personnage important du symbolisme en la personne d’Henri de Régnier, que Théo van Rysselberghe, semble-t-il, se découragea de solliciter pour une séance de pose et remplaça par un vase de fleurs, comme le fit Fantin-Latour dans le fameux Coin de Table pour remplacer Albert Mérat.

Haut de page

Figure 1 : carte des cénacles
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6312/img-1.png
image/png, 1,4M
Figure 2 : plan de la rue de Rome par Pierre Louÿs
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6312/img-2.png
image/png, 6,5M
Figure 3 : Théo van Rysselberghe, Une Lecture (1903).
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6312/img-3.jpg
image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Glinoer et Vincent Laisney, « La configuration des lieux de sociabilité cénaculaires  », COnTEXTES [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 12 décembre 2017, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6312 ; DOI : 10.4000/contextes.6312

Haut de page

Auteurs

Anthony Glinoer

Université de Sherbrooke

Articles du même auteur

Vincent Laisney

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page