Navigation – Plan du site

Communauté littéraire et espace ouvert : le Cercle littéraire de Sibiu

Ligia Tudurachi

Texte intégral

Extériorité et sociabilité littéraire

  • 1 Lilti (Antoine), « Espace urbain, espace mondain. Paris et la sociabilité mondaine au XVIIIe siècle (...)
  • 2 Voir par exemple Stierle (Karl-Heinz), La capitale des signes : Paris et son discours, Paris, Maiso (...)
  • 3 Heinich (Natalie), L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallim (...)

1En règle générale, la sociabilité littéraire est associée à des espaces intérieurs. C’est ce qu’on constate dans la plupart des formes modernes des communautés lettrées : le cénacle, le salon, le groupement de revue sont tous caractérisés par une installation intime, abondamment illustrée dans les archives et souvent envisagée comme une marque distinctive. Cette particularité s’explique par plusieurs raisons. Tout d’abord, il s’agit d’une circonstance culturelle : la sociabilité littéraire moderne coïncide avec l’avènement des nouvelles manières d’habitation liées à l’intimité et à l’importance que la classe bourgeoise accorde à l’espace privé et à sa séparation nette de l’espace public1. Ensuite, il faut prendre en compte la valeur symbolique des adresses de domicile dans le cadre d’une représentation émotionnelle de la carte d’une ville. Pas de groupement littéraire sans ancrage dans le territoire urbain2 : se réunir dans un bâtiment précis, situé dans un quartier, dans une « zone », au coin d’une rue fait partie de la définition d’une identité et d’un projet. Enfin, il s’agit du lien entre le développement des communautés littéraires dans la modernité et le « sacre » de l’écrivain : se réunir correspond souvent à se rendre chez quelqu’un, à partager son décor intime, à accepter son intériorité comme espace des échanges littéraires3.

2Il y a pourtant certaines conditions dans lesquelles les gens de lettres s’installent au « dehors ». Les cas qui vont m’intéresser ici ne sont pas ceux où cette installation fait suite à un choix, pour concrétiser une option – comme certaines communautés d’artistes qui occupent aujourd’hui d’anciens dépôts industriels ou des usines désertées. Je voudrais plutôt m’arrêter sur les situations où l’investissement de la rue constitue une réponse à une situation d’urgence et de crise ― c’est-à-dire des cas où cette sortie de l’espace privé se présente comme un « état d’exception » qui rend impossible toute autre solution. Insolite comme lieu de sociabilité, un tel espace extérieur adopté sous contraint fait apparaître la formule d’une sociabilité « de refuge », qui prend également en charge, d’une manière ou d’une autre, la gestion d’un trauma.

  • 4 Sans exclure quelques figures de professeurs (Henri Jacquier, Lucian Blaga), le Cercle littéraire s (...)

3Pour comprendre la spécificité d’une telle sociabilité, l’exemple d’un groupe roumain qui s’est constitué, entre 1940 et 1947, à Sibiu, ville située dans la partie inférieure de la Transylvanie, apparaît opérant. Le nom sous lequel celui-ci est entré dans l’histoire de la littérature roumaine rend explicite son appartenance urbaine : le Cercle littéraire de Sibiu. Des textes programmatiques, des confessions, des correspondances, voire de la poésie, de la prose et du théâtre évoquent de manière explicite les liens qui se tissent entre les membres de ce collectif et les dispositions urbaines. Le contexte dans lequel le Cercle littéraire se noue à la ville est celui de la Seconde Guerre mondiale. Au début de 1940, la Roumanie avait dû renoncer à une partie de la Transylvanie en faveur de la Hongrie. En conséquence, l’Université de Cluj, ville qui se trouvait dans le territoire cédé, a déménagé en régime d’urgence et in corpore pour Sibiu, à environ 200 kilomètres de distance, avec ses étudiants, ses professeurs et ses bibliothèques. Les jeunes hommes, étudiants en lettres et en philosophie, arrivaient de cette manière, tous ensemble et au même moment, dans une ville qu’ils ne connaissaient presque pas. Au cours de ce déplacement, la communauté littéraire s’est articulée sur ce sédiment universitaire4, dans un processus d’installation provisoire sur le nouveau territoire.

4Le cas roumain n’est pas tout à fait singulier : il existe de nombreux groupes qui se sont réunis soit en exil, soit sous la menace directe de conditions historiques contraignantes. On peut évoquer au moins deux cas de figure célèbres, souvent cités à ce titre par les sociologues de la littérature : le Groupe de Coppet, qui s’est constitué autour de Madame de Staël, dans le château d’une petite ville suisse, comme en retrait de la catastrophe des guerres napoléoniennes ; et le groupe russe d’avant-garde des Frères Serapions, qui, pendant la Révolution bolchévique, en 1917, avaient été forcés à se réunir loin de leur place d’origine, à Petersbourg et, pour cela, conduits par Maxime Gorki dans un ancien hôtel. Dans les circonstances de terreur historique, l’extériorité et ses décors sont imposés et, dès le début, se révèlent décalés par rapport aux attentes de la communauté. Pour résumer, ce qui caractériserait cette forme de sociabilité est à la fois (1) le trauma historique et l’angoisse qui s’y associe, (2) le déracinement forcé et (3) l’installation dans un espace impropre. C’est surtout sur cette dernière particularité que j’aimerais me pencher dans ces pages, pour me demander quelle est la relation du groupement littéraire à un tel espace qui lui est assigné de manière arbitraire, qui est souvent inadéquat pour les pratiques littéraires et en même temps non-familier à tous les membres du cercle.

  • 5 Glinoer (Anthony) & Laisney (Vincent), L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistique (...)
  • 6 Ibidem, p. 68.

5Il faut d’emblée comprendre l’importance symbolique du retrait dans un espace intérieur dans l’économie de la sociabilité littéraire. De nombreux exemples analysés dans la synthèse livrée par Anthony Glinoer et Vincent Laisney5 permettent de souligner le besoin singulier de protection qui anime les lettrés et qui les pousse à s’engager dans des projets communautaires. Le littéraire sort de sa solitude et accepte la vie ensemble dans une communauté d’artistes parce qu’il a besoin de plus de protection que ne lui offre sa condition de vie individuelle. Mais, afin de garantir cet effet de protection, le groupe doit à son tour délimiter soigneusement son espace intérieur : c’est parce qu’il assemble ses membres tout en les isolant du reste du monde qu’il s’offre ce sentiment de sécurité. D’où l’importance de la « chambre » du cénacle, qui, avec ses murs, fonctionne comme une barrière symbolique, assurant à la fois la préservation de l’intimité et l’opacité par rapports aux agents perturbateurs du dehors. Aussi, explique-t-on la diversité des topiques censées déterminer un espace clos dans l’imagination des sociabilités littéraires le « bastion », le « centre », le « foyer », le « creuset »6. Se situer à l’extérieur, dans un espace ouvert, signifie, de ce point de vue, renoncer à la protection : c’est accepter que ni la stabilité, ni l’organicité, ni la durabilité qu’assurait celle-ci ne sont désormais envisageables. L’extérieur a son lot de spécificités : bruits, météo instable, interférences de toutes sortes et, surtout, présence des intrus. Exercer un contrôle sur une telle ambiance tient de l’impossible et c’est un double sentiment de précarité et d’inconfort qui marque cette nouvelle forme de sociabilité ― qui se constitue surtout avec la conscience d’un manque, et très peu dans la logique d’un apport.

  • 7 La proposition semble d’ailleurs avoir une valeur de généralité plus importante. Antoine Lilti fait (...)

6Pour pallier ces dispositions de fortune, ces communautés littéraires « de refuge » tentent de s’approprier l’espace extérieur selon le modèle de l’espace intérieur7. On peut observer cette tendance dans le cas des deux communautés lettrées déjà citées, le groupe de Coppet et les Frères Serapion. Les écrivains qui se réunissent autour de Mme de Staël assimilent leurs promenades à l’extérieur du château, dans le jardin et autour du lac à une sociabilité de « chambre » ; les jeunes auteurs russes accueillis par Maxime Gorki incluent la petite cour du musée dans le rituel de leur activité interne. Les circonstances extérieures traumatiques ne font que renforcer le besoin de protection et la quête de la sécurité, à tel point qu’on peut avancer que, plus lourdes sont les circonstances socio-historiques, plus forte deviendra la tendance du groupe à organiser un espace fermé. Une sociabilité orpheline, privée de son espace propre, s’efforcera en cela de se retrouver dans ce qu’elle dispose, surtout si ces biens sont maigres. Dans la situation particulière d’une communauté en exil on assiste à une radicalisation des rapports entre les lettrés et l’espace qu’ils sont censés utiliser : à la différence de toute autre communauté littéraire pour laquelle la protection est inscrite « par défaut » dans les propriétés du cadre choisi, cette protection devient une véritable obsession et un thème définitoire de la sociabilité au sein de la communauté d’exilés. Le groupe invente de cette façon des représentations, des protocoles et des modes d’emploi de l’espace susceptibles d’assurer sa fonction protectrice. Dans le cas de l’exemple roumain du Cercle littéraire de Sibiu, l’espace ouvert (celui de la ville et même, plus précisément, de quelques rues dans une ville) constitue à lui seul le cadre de la sociabilité, sans ouvrir sur des zones de rassemblement intérieures. Il nous permettra d’observer de près les quelques stratégies par lesquelles l’extériorité est soumise à une expérience d’habitation intime.

Produire l’intimité : stratégies de transformation spatiale

  • 8 Foucault (Michel), « Des espaces autres » (conférence de 1967), Architecture, Mouvement, Continuité(...)
  • 9 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar [Un roman par lettres], Cluj-Napoca, Dacia, 19 (...)
  • 10 Ibidem.
  • 11 Negoiţescu (Ion), Caiet, dans De la « elanul juvenil » la « visatul Euphorion ». Publicistica de ti (...)

7Dans les écrits des membres du Cercle littéraire, la figure de la ville apparaît comme un espace incomparable au cœur d’un imaginaire collectif. On qualifierait volontiers cette prédilection avec les termes de Michel Foucault comme une hypostase de l’« hétérotopie »8: un lieu réel, effectif, précisément situé sur la carte, mais dont on se sert comme d’une sorte de contre-emplacement ; un lieu figuré comme un hors-lieu, bien qu’il soit réel et localisable. Ce que l’« hétérotopie » assure ici c’est la séparation nette de l’espace, sa construction en fonction des frontières infranchissables, qui interprètent l’espace extérieur selon des dispositions intérieures. Des textes du Cercle littéraire qui datent de 1941 rendent compte de la première image que les jeunes écrivains qui arrivent à Sibiu se font de la ville, insistant sur leur sentiment de la découverte et du « jamais vu ». Ancienne ville fortifiée, organisée par les Saxons autour d’une citadelle, datant du XIVe siècle, Sibiu était en même temps une localité bien définie au niveau de sa représentation communautaire et au niveau de sa géographie urbaine. Dégageant de ce profil un aspect essentiellement cosmopolite, les jeunes gens confèrent à Sibiu une singularité hors norme (bien que, en réalité, il y ait plusieurs villes qui lui ressemblent, même en Transylvanie). Ils la comparent, d’une part, avec Cluj, la ville qu’ils avaient quittée – qui souffrait de « l’obtuse mesquinerie de la province » ; d’autre part, avec Bucarest, la capitale, marquée par « les stupides clameurs balkaniques »9. Entre le provincialisme de Cluj et le balkanisme de Bucarest, Sibiu, par son style cosmopolite, se révèle unique à leurs yeux. Ni périphérique, ni central, son statut est à un tel point singulier qu’« être sibien » devient pour eux synonyme d’« être isolé ». Dans une lettre à Radu Stanca, datée de 1941, Ion Negoiţescu formule clairement cette perception : « Rien ne nous oblige à participer à la vie littéraire de Bucarest, ou à celle, culturelle, de Cluj. Restons donc des isolés, pour devenir des “sibiens” par excellence »10. Autre signe de cette singularité : Sibiu est dépourvu, dans les représentations du Cercle littéraire, de toute connotation identitaire – ethnique ou nationale. Les membres du groupe, conscients de cette transformation imaginaire, l’évoquent comme une « purification du local », une « libération de ce qui est roumain ». Il s’agit d’effacer les traces de la présence historique des Roumains dans ce territoire : « Je ne me souviens – écrit Ion Negoitescu – d’aucune des figures illustres qui ont mené une vie roumaine dans cet endroit »11.

  • 12 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 11.

8Une autre hypostase de la ville relève de la même dimension hétérotopique : celle qui fait de Sibiu le substitut d’un voyage à l’étranger. Les membres du groupe perçoivent leur espace de refuge comme une localité lointaine, qui existe dans la série des villes universitaires de l’Europe. Ils évoquent Vienne, Zürich, Berne, Prague, Iéna ou Heidelberg. En fait, la géographie et l’architecture qu’ils découvrent leur sont à un tel point non-familières, qu’ils assimilent leur exil à un stage de formation à l’étranger : « L’aspect totalement germanique – par les murs mais aussi par la population – de la petite ville m’a séduit du premier instant […] ici tout était autrement et autre chose que ce que j’avais vécu avant ; me voilà envoyé aux études quelque part, au cœur de l’Europe »12. Ils désignent un tel positionnement lointain comme source d’un « comportement astral », censé les conduire à une « absolue immunité » : autrement dit, une réitération de la rêverie d’un espace sans contingence.

  • 13 Negoiţescu (Ion), « Virgiliu Monda, Trubendal », dans De la « elanul juvenil » la « visatul Euphori (...)
  • 14 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 149.

9Au-delà de cette transfiguration « hétérotopique » de la ville de Sibiu, il faut également noter l’insistance apportée dans les textes à la vocation « intérieure » de l’architecture urbaine. Les membres du groupe attachent, par exemple, une grande importance à l’épaisseur des murs de la cité médiévale et à la circularité parfaite du périmètre qu’ils dessinent : « Comme une corolle mélancolique, profondément vibrante, Sibiu se serre entre ses marges »13. Dans la même logique imaginaire, les jeunes auteurs tendent à souligner une certaine continuité entre les éléments architecturaux à l’intérieur du bourg. Les toits, pris dans un mouvement commun, semblent se lier les uns aux autres : « ils s’unissent, font de longs circuits, restent suspendus dans le vide, reviennent, montent et descendent, ici et là leurs sourcils se dessinent en pointe, surpris dans un tour, ils n’ont vraiment pas de repos »14. Ils insistent également sur les dimensions réduites de l’espace, dans une description qui s’appuie sur une isotopie de l’étroitesse :

  • 15 Negoiţescu (Ion), « Virgiliu Monda, Trubendal », dans De la « elanul juvenil » la « visatul Euphori (...)

Sibiu a de petites places, comme la Place Huct, dont les maisons, étroitement serrées les unes contre les autres [...] résistent encore pour surveiller avec leur cercle rétréci la sévère cathédrale luthérienne [...] or la plus petite des places du monde, faite, certes, non pas pour les hommes, mais pour de risibles êtres bruegéliens, la place comme un fond de fontaine sur lequel tombent d’en haut les escaliers de la rue Fingerling15.

  • 16 Ibidem.
  • 17 Voilà, en illustration, une représentation de Sibiu dans un poème de Radu Stanca : « J’entre dans S (...)
  • 18 Negoiţescu (Ion), Caiet, dans éd. cit., p. 127.
  • 19 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 149.

10Dans de telles évocations, on ne peut pas manquer de remarquer le caractère onirique et délibérément naïf de la représentation de l’espace. La ville est vue de loin, presque comme un jouet dans une rêverie enfantine : « le haut du mur, d’où on perçoit, comme dans une ville d’enfants, les ruelles et les quelques places de Unterstadt-ului »16. Appropriation enfantine, clôture protectrice, miniaturisation : la « clé » de cette constellation de thèmes qui travaille les réalités architecturales de Sibiu est la métaphore de la ville comme un espace intérieur. C’est en tant que place de « jeu » que Sibiu peut substituer la « chambre »17. « Entre les tours et les murs, avec ses marchés serrés comme pour un jeu intérieur, d’enfants, avec des noms drôles et pleins de l’arôme du bourg rond d’autrefois », écrit Ion Negoiţescu en 194218. Par la suite, il reprend la métaphore, pour la rendre explicite : « trois tours liées entre elles détiennent un bras de la rue, et la rue se défait dans la place du théâtre : un intérieur »19. Dans un autre fragment, le même Negoiţescu revient à la description de cet endroit :

  • 20 Negoiţescu (Ion), « Virgiliu Monda, Trubendal », dans éd. cit., p. 478.

[...] la rue Hartenek, avec les trois tours des corps des métiers, avec le mur chargé de fleurs de lilas, avec le théâtre petit et parfait comme une cour de prince aux sources de Danube ; des murs médiévaux épais, les yeux des fenêtres enfoncés dans des orbites perdues, avec des foyers et des loges intimes, où les spectateurs se ramassent comme les invités dans un salon20.

  • 21 Kahn (Gustave), Esthétique de la rue, Paris, Société d’Edition Artistique, 1900.
  • 22 Benjamin (Walter), Paris, capitale du XIXe siècle, Paris, Cerf, 1990, p. 434.

11L’idée d’aménager l’espace urbain comme « salon » était déjà présente chez Gustave Kahn, dans son Esthétique de la rue21, où il imaginait le Paris de l’an 2000 comme un énorme décor intérieur : des rues-galeries qui devenaient des véritables salons par leurs meubles (canapés, fauteuils, bibliothèques) et leur atmosphère (plantes généreuses, éclairages). Il reviendra à Walter Benjamin de constater cette conversion des extérieurs de Paris, suite à l’invention des passages couverts et aux installations provisoires des expositions universelles : « Cette fantasmagorie, où elle [la ville] apparaît tantôt comme un paysage, tantôt comme une chambre »22. Pour le Cercle littéraire, l’imagination transfigure sur le même schéma la citadelle, en absence de tout aménagement urbain. Elle y opère un changement de régime en inversant la distribution du dedans et du dehors.

  • 23 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 51.
  • 24 Voir à ce titre Pilar (González Bernaldo de Quirós), « Sociabilité urbaine », Hypothèses, n° 1 (12) (...)

12Au-delà d’une production imaginaire réinscrite dans le texte, cette perception de la ville soutient aussi des logiques en matière de sociabilité. Sorti à l’extérieur pour exercer la littérature, installé dans la rue, le Cercle littéraire ne sera pas statique, mais en mouvement. Il définit un parcours urbain, invente un style de promenade. On se promène, à midi, sur les ruelles étroites le long des murs de la cité. C’est un mouvement circulaire, à l’intérieur de la citadelle, déployé sur le plan horizontal des voies d’accès urbaines. Ce sera une route fixe : « la route sibienne entre les murs »23. Mais, à la différence de la flânerie baudelairienne, cette promenade ne tente pas de contourner la familiarité du paysage. Bien qu’elle ait lieu au milieu de la journée, elle se fait en complète ignorance de la vie urbaine qui l’encadre. Aucune attention n’est prêtée aux rythmes de la rue, aucune curiosité pour les jeux du hasard ; il n’y a pas d’intérêt pour les passants, pour les inconnus ― pas de rôle à leur accorder. On peut facilement mesurer, de ce point de vue, non seulement la différence entre ce modèle de promenade et la flânerie baudelairienne, mais aussi la distance à laquelle celui-ci se situe face à la sociabilité urbaine24. Pratiquement, les membres du groupe font abstraction de tout ce que la rue peut offrir comme milieu social : ils refusent les interactions, les contacts, et l’engagement qu’elle peut supposer en tant qu’espace populaire. Enfermée entre les murs médiévaux, la (petite) ville n’est pour le Cercle littéraire qu’une grande chambre de laquelle on vérifie incessamment, par mouvement circulaire, la solidité des murs et l’imperméabilité de la clôture.

  • 25 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 28.
  • 26 Ibidem, p. 128.
  • 27 Doinaş (Ştefan Augustin), « Amintiri de la Cercul literar de la Sibiu » [« Souvenirs du Cercle litt (...)

13Durant ces promenades, on discute et on lit des textes à haute voix (« le dialogue socratique, tourné dans la rue si engageante »25). On caractérise ce mouvement comme un « nomadisme fondamental »26 et on définit la formule de la communauté comme une « confraternité errante »27. Mais par ces représentations et cette pratique, le groupe perpétue dans l’usage de la ville les gestes de socialisation propres aux rituels du cénacle. La « conversation errante » est, en soi, un « séminaire ». L’« habitude » cénaculaire ne subit pas d’altération par le fait de sa descente dans la rue : ce n’est qu’une dé-territorialisation provisoire d’un modèle de socialisation déjà consacré, une migration temporaire et une installation provisoire dans un espace impropre.

Une pratique de sociabilité différente

  • 28 Stanca (Radu), Sibiu, cetatea umbrelor. Mic ghid literar pentru călătorul imaginar [Sibiu, cité des (...)
  • 29 « Sibiu ne pourrait devenir une ville moderne que le jour où il se détache de ses morts – quand ses (...)
  • 30 Ibidem, p. 149.
  • 31 Ibidem, p. 144.
  • 32 Ibidem, p. 145.
  • 33 Negoiţescu (Ion), Perspectivă [Perspective], dans De la « elanul juvenil » la « visatul Euphorion »(...)
  • 34 Jacquier (Henri), Babel, mit viu [Babel, un mythe vivant], édition de Mircea Muthu, Cluj-Napoca, Da (...)
  • 35 Negoiţescu (Ion), Viaţa artistică la Sibiu [La vie artistique à Sibiu], dans De la « elanul juvenil (...)
  • 36 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 145.
  • 37 « Despărţirea de Sibiu » [« La séparation de Sibiu »] (texte signé collectivement par toute la réda (...)
  • 38 Stanca (Radu), Sibiu, cetatea umbrelor, dans Acvariu, éd. cit., p. 150.
  • 39 Ibidem, p. 145.

14Dans les écrits du Cercle datant des années 1943-1947, la perception de la ville change. Sibiu, cité des ombres28 (1944), l’un des documents les plus importants de cette période, met en scène une représentation nocturne qui s’appuie sur l’image d’une ville-cimetière. Allant contre l’évolution naturelle qui transforme « tout cimetière dans un parc » (car en général la nature finit par absorber les restes humains), « à Sibiu chaque parc devient un cimetière »29. La représentation a cette fois comme support une réalité objective : le fait que les morts n’y sont pas rassemblés dans un seul endroit (« un cimetière officiel ») mais sont parsemés partout, le long des murs, dans les cours des églises et des maisons. Or cette imagination « nocturne » marque un changement radical de la métaphore urbaine. Les membres du groupe soulignent l’architecture baroque de la ville et surtout son « mode gothique »30. Il y a une frappante ressemblance, observe Radu Stanca, entre l’expressivité de la ville et « l’expression de ces martyrs ogivales, profondément illuminés, terrifiants dans leur silence sans expressivité, qu’on rencontre en feuilletant les albums d’un Tilman Riemenschneider ou d’un Grünewald »31. Sous l’emprise de la nuit, sous l’impression des détails architecturaux et dans la présence funèbre des tombeaux, c’est surtout une atmosphère qui émane du décor urbain. Le mot, très important pour les écrivains du groupe (on trouve de cette façon : « atmosphère bizarre »32, « atmosphère chimérique »33, « atmosphère tragique »34), suggère un rapport à la ville défini à la fois par la fascination et par une sorte de domination. Sibiu « s’objective » dans son image funèbre, il impose « une urbanité ancienne, obstinée et réfractaire »35, crée comme une obligation dans sa reconnaissance : « Sibiu participe encore à la vie du siècle mais il essaie de la dominer, de la soumettre, de l’obliger – dans la manière dans laquelle est soumis et obligé un violon solo dans un concert »36. Signe d’une présence obsédante de l’espace, l’atmosphère trouve son pendant dans l’attitude en même temps passive et réceptive des promeneurs : le parcours errant des ruelles de la ville ne serait pas dicté par la volonté, mais par une soumission inconditionnelle, comme médusée, au charme du lieu. Les expressions qui marquent cette « servitude » involontaire abondent : on parle de l’« astre sibien » capable de conduire les destins ; les membres du Cercle se déclarent « captifs d’une atmosphère » et constatent que cette atmosphère les imprègne, comme « un poison doux »37. Qui plus est, à cette passivité s’associe une perte de vitalité, comme une réponse corporelle à la présence accablante de la ville. Les anciens étudiants de Cluj se découvrent à Sibiu « sceptiques, lyrisés », là où ils étaient « jeunes hommes trépidants, débordant d’énergie »38. « Être sibien » se traduit maintenant par le fait d’accepter d’être affecté par une irrépressible mélancolie historique : « Si tu acceptes d’être sibien, tu risques de déranger le sommeil profond de toutes les armures sur lesquelles tombent tes pas ; si tu acceptes d’être sibien, tu descends sur toi une condition décrépite – celle d’une désuétude perpétuée dans les siècles »39.

  • 40 Voir à ce titre David (Jérôme), « Baudelaire à Bruxelles. Style de la flânerie et individuation est (...)

15Ce nouveau rapport à la ville change le régime d’« usage » urbain et les pratiques sociales. Tout d’abord, les promenades diurnes sont remplacées par des parcours nocturnes qui offrent un contact avec la surréalité ténébreuse et gothique de la ville, accueillent les présences spectrales et favorisent les rencontres sur des plans hétérogènes de la réalité. En outre, au lieu de la traversée horizontale de la ville, on essaye d’expérimenter des parcours verticaux. Les ruelles étroites entre les murs sont abandonnées ; on gravit en revanche les routes en pente, les fameuses rues à escaliers de Sibiu, qu’on monte et redescend quatre ou cinq fois par nuit. C’est un style de promenade plus aventureux, plus dangereux aussi, par lequel le groupe veut répondre aux sollicitations du terrain. Le nouveau rituel urbain semble orienté vers une maximisation des données « objectives » de la ville. On ne se promène plus à Sibiu comme à Cluj. De la même manière dont la flânerie baudelairienne était déterminée et dépendante de la configuration spatiale parisienne et devenait impossible dans les conditions de vue et d’odorat qu’offrait Bruxelles40 – la balade nocturne du Cercle n’est plus l’utilisation indifférente d’un espace urbain quelconque. Elle est définie par les conditions du lieu et par sa présence immatérielle – par son « air » –, dans la proximité formelle du « rituel funèbre ».

  • 41 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 37.
  • 42 Berenstein-Jacques (Paola), Errances et corpographies urbaines. Augoyard, Jean-François. 1st Intern (...)
  • 43 La définition de la corpographie urbaine chez Paola Berenstein-Jacques est la suivante : « La ville (...)

16Dans les nouvelles conditions, la formule de la sociabilité reste errante, mais ses thèmes sont différents. Dorénavant, elle sera indissociable des résonances lugubres. Les jeunes hommes suivent le trajet des convois mortuaires et imaginent des cortèges de fantômes : les « voïvodes fuyards qui s’égarent la mort dans le sang »41. C’est une errance qui engage une expérience sensorielle de la ville nocturne. Il n’est pas inutile de rappeler dans ce contexte la contribution récente de Paola Berenstein-Jacques42, qui différencie deux rapports entre la ville et l’engagement de ses utilisateurs. Elle distingue la spectacularisation de la ville, lorsque l’espace extérieur est perçu comme un simple décor, qui ne sollicite pas le passant, et l’errance, qui engage dans l’exploration active d’un espace vivant et établit ainsi un rapport sensuel avec les rues. Tandis que la ville-spectacle se propose comme « image » et n’affecte pas le promeneur, l’errance mobilise une forte expérience corporelle, que Paola Berenstein-Jacques appelle corpographie urbaine43. Il faut remarquer à ce titre que, pour le Cercle littéraire, la reprise d’un même parcours jalonné de rues à escaliers est étroitement liée à l’expérimentation d’une telle corporéité : on ne cherche désormais plus à reproduire dans l’espace extérieur une structure rappelant l’espace intérieur occupé jadis, mais à éprouver ensemble la présence sensorielle de la ville.

  • 44 Stanca (Radu), Sibiu, cetatea umbrelor, dans Acvariu, éd. cit., p. 151.
  • 45 Debord (Guy), Rapport sur la construction des situations ; Essai de description psychogéographique (...)
  • 46 Henri Jacquier, « Intre pictură şi poezie : Atmosfera » [« Entre la peinture et la poésie : l’Atmos (...)
  • 47 Doinaş (Ştefan Augustin), « Momentul Manifestului » [« Le moment du Manifeste »], Euphorion, n° 2, (...)
  • 48 Stanca Radu), Interiorizare şi exteriorizare în arta actorului [Intériorisation et extériorisation (...)

17Un changement important intervient également dans la formule de la sociabilité. Ce qui vient remplacer la « communauté séminarielle » est une « communauté d’états d’âme »44. Pendant les promenades nocturnes, au lieu des discussions et des lectures, les membres du Cercle littéraire ne poursuivent que le partage d’une disposition commune, inspirée par le même usage de la ville. Il serait à ce titre intéressant de faire une comparaison entre cette expérience de l’espace urbain et les « recherches » des situationnistes, presque contemporaines. Le thème central y est la capacité de l’espace à induire des comportements affectifs, à produire une « modulation influentielle » des individus. Ce sont des effets que les situationnistes appellent « psychogéographiques »45 : il s’agit d’aménager des ambiances ou exploiter des ambiances existantes, d’organiser une planification consciente de la ville en vue d’une certaine impression sensible. De ce point de vue on peut encore mieux comprendre les enjeux spatiaux des écrivains du Cercle littéraire. C’est toujours en tant que productrice d’affects, qu’on envisage l’atmosphère funéraire de la ville. Henri Jacquier46 parle à ce titre d’un « ethos » qui émane du paysage et de la capacité « suggestive » du climat nocturne. Ştefan Augustin-Doinaş appelle « disposition » l’état mental produit par l’atmosphère urbaine et pense que les membres du groupe qui respirent l’air de la ville partagent « une disposition commune »47. Enfin, dans un texte tardif, de 195748, qui réévalue rétrospectivement le séjour à Sibiu, Radu Stanca invoque le pathos, « dans l’acception élargie de la notion », pour décrire la fonction formatrice de l’espace :

  • 49 Ibidem, p. 189.

Patein signifie, dans le sens strict du mot, souffrir, mais, dans une perspective philosophique, le pathos désigne la capacité psychique de l’être humain à vivre intensivement un sentiment, à se concentrer avec toute sa diversité intérieure dans un effet. Être pathétique signifie, par conséquent, être capable de s’engager entièrement dans le service d’un sentiment qui – quel qu’il soit – mobilise à son compte toutes les ressources affectives disponibles49.

  • 50 Debord (Guy), « Théorie de la dérive », Internationale Situationniste, n° 2, décembre 1958 ; la dér (...)

18L’unicité et l’exclusivité du sentiment (qui est évoqué plus loin comme « un sentiment vécu avec intensité pathétique [qui] peut amener à la suspension momentanée ou définitive de la vie intérieure ») et la souffrance qu’il inflige (« la capacité de vivre pathétiquement un sentiment produit une profonde souffrance ») caractérisent ce nouveau rapport à la ville, qui implique simultanément la fascination et l’aliénation. Radu Stanca distingue ce sentiment qu’il caractérise comme « subi », des sentiments « produits » par les ressorts subjectifs de la sensibilité. Il le traite comme un artifice, en raison de sa condition étrangère, et le considère impossible à approprier par le psychisme individuel. C’est de ce point de vue que le parallèle avec les situationnistes – en dehors de toute préoccupation pour sa vérité historique – prend son sens : comme chez les membres du groupe français, il y a dans le cadre de Cercle littéraire une réflexion en marge de la géographie urbaine et de sa capacité à engager des effets psychiques, tout en impliquant l’imposition extérieure-objective de ce dispositif spatial. Ce qui distingue le groupe roumain c’est l’unicité du schéma spatial qu’ils envisagent : puisqu’ils ne pensent pas pouvoir opérer sur l’ambiance urbaine, altérer la configuration territoriale donnée, modifier la carte des parcours possibles de la ville – ce que les situationnistes vont appeler la dérive50. Le Cercle littéraire ne fait en effet pas la véritable expérimentation d’un état corporel à travers la ville (il n’y a pas de « découverte » dans cette deuxième utilisation de Sibiu, tout comme il n’y avait pas de « découverte » dans la première) ; ils disent supporter, simplement, les effets corporels d’une atmosphère urbaine qui s’imposent à leurs sens et les domine comme une « fatalité ».

« Une maternité lyrique » : productivité littéraire des espaces urbains

  • 51 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 182.
  • 52 Despărţirea de Sibiu, éd. cit..
  • 53 Le travail fondamental dans l’espace culturel roumain qui discute sous le mode de la contrainte le (...)

19« Maternité lyrique »51 est le nom donné par Radu Stanca à la créativité de ces réunions itinérantes, qui se concrétise par des performances théâtrales et des poèmes générés sur place par la décharge instantanée de l’état émotionnel, dans le cadre d’une activité purement spontanée et éphémère. Les formes de prédilection de cette productivité littéraire fortement influencée par le parcours nocturne des rues sibiennes sont la tragédie et la ballade, les deux reprises à travers le filtre du romantisme allemand. L’architecture germanique de la ville, la spiritualité « teutonne » qui s’en dégage, d’une part – et le décor funambulesque et nocturne, de l’autre, orientent de manière décisive le Cercle vers ces formes anachroniques et, à leur tour, impropres : « Témoin de l’aventure spirituelle que nous avons osée, la ville a infiltré l’idéologie pour laquelle nous militons avec sa personnalité architecturale incomparable »52. Encore une fois, le choix est ressenti comme imposé, émanant directement du dispositif de la ville d’adoption et allant contre les préférences « naturelles » du groupe. Aussi, en créant sous le signe tutélaire de Sibiu, les écrivains se sentent-ils obligés de prendre distance du même coup avec leur nationalité et avec leur contemporanéité53 :

  • 54 Negoiţescu (Ion), « Virgiliu Monda, Trubendal », dans éd. cit., p. 479.

Qui connaît Sibiu dans sa phénoménalité esthétique – écrit Ion Negoiţescu – et je veux par cela souligner le sens avec lequel nous investissons Sibiu, celui d’œuvre d’art –, qui l’a donc contemplé dans son absolue pureté esthétique, ne peut pas se retenir d’observer qu’elle ne répond aucunement à notre identité nationale, mais entièrement à la nationalité allemande qui l’a créée [...] La littérature de ce Sibiu doit avoir quelque chose de commun avec ce qu’a écrit un Albert Stifter, un Theodor Storm (même les poésies de Storm répondent à la vibration lyrique du paysage sibien, bien que le balladesque est ici engageant), d’un Wilhelm Raabe, un Theodor Fontane, auteurs qui au milieu du siècle passé allemand ont cultivé le réalisme magique54.

  • 55 Il est important de préciser la signification politique de cette préférence accordée aux romantique (...)
  • 56 Stanca (Radu) & Negoițescu (Ion), Un roman epistolar, p. 122, 213, 374.
  • 57 Voir à ce sujet : Enescu (Radu), « Actualitatea lui Schiller » [« L’actualité de Schiller »], Revis (...)
  • 58 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 36.
  • 59 I. Negoițescu projette d’écrire même un roman avec le titre Le Nouveau Werther, dont il rédige quel (...)
  • 60 Negoiţescu (Ion), Goethe şi existenţa orfică [Goethe et l’existence orphique], dans Alte însemnări (...)
  • 61 A la fin de l’année 1945, l’Université revient à Cluj. La Revue du Cercle Littéraire cesse son appa (...)
  • 62 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 36.

20Le choix des formes littéraires y est donc contraint, tout comme l’était la réalité affective du groupe. Si on pouvait parler, avec les situationnistes, d’une « spécialisation de l’espace en affects », on devrait parler aussi, dans le cas roumain, d’une sorte de spécialisation esthétique de l’espace. Grâce à son allure alémanique et romantique, Sibiu devient une « ville-esthétique », c’est-à-dire un dispositif de préférences formelles qui impose et actualise au milieu du XXe siècle des repères plus anciens. D’ailleurs, assez vite, le groupe de Iéna55 sera adopté en tant que symbole de ce romantisme anachronique. La ballade est travaillée par Goethe, la tragédie par Schiller ; l’intervalle 1945-1947 sera appelé « notre époque schillérienne », et pour les mêmes années on parle d’une « incubation schillérienne-goethéenne »56. Tout un programme de reprise est esquissé57 : « Nous proposons une restauration goethéenne. La poésie du Cercle doit suivre cette lignée. Et les délimitations que nous faisons entre les genres et les valeurs vont dans le même sens »58. Signe de cette affiliation, la littérature produite est placée dans le genre d’une « littérature faustique », avec un adjectif dérivé du Faust de Goethe59. Néanmoins, l’autorité de cette esthétique imposée par l’« air » de la ville dépasse le domaine des œuvres d’art. Ce n’est pas inhabituel qu’on invoque des scènes ou des personnages de Goethe pour décrire des situations diverses de la vie quotidienne, ou qu’on choisisse, comme une qualification générale des formalités de l’existence, une « manière d’être goethéenne »60. Enfin, il faut aussi noter que le projet du groupe après l’épisode de Sibiu portera le nom d’Euphorion61, d’après le personnage du même Faust (« cet Euphorion premier de Goethe, dans lequel s’harmonisaient l’ordre, la mesure, la règle grecque et le faustique – le romantique allemand »62).

  • 63 Negoiţescu (Ion), Virgiliu Monda, Trubendal, dans éd. cit., p. 478.

21Il y a encore un aspect qui mérite d’être souligné. Si la ballade et la tragédie deviennent les options littéraires définitoires du Cercle littéraire, cela n’engage pas leurs propriétés formelles, mais leur capacité à inscrire des états d’âme et des dispositions psychiques. Plus que des formes, ces choix désignent en effet des catégories éthiques. Aussi, parle-t-on volontiers du « tragique » et du « balladesque », plutôt que de « tragédie » et de « ballade » : « Or, Sibiu n’est pas seulement très pictural, et très “atmosphérique”, mais il est également balladesque (d’un balladesque qui va jusqu’à l’hallucination63) ». Le sens de ces catégories génériques consiste notamment dans la sublimation de la présence urbaine. On trouve chez Ion Negoițescu ce syntagme qui applique à la ville les propriétés de la forme littéraire : « bourg balladesque de Sibiu ». Dans la pratique, il s’agit d’une littérature qui n’est pas caractérisée par la conception de l’action et par l’usage des personnages, mais par le décor et par la chorégraphie des corps. C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi la plupart des projets de tragédies initiés par les membres du Cercle restent en ébauche, esquissant seulement des séquences qui ritualisent le paysage urbain.

Conclusion

22Force est de constater, pour la deuxième étape de l’activité du Cercle littéraire, l’apparition d’une « négociation » du rapport à l’espace : les membres du groupe développent une attention aux formes particulières de la ville (exprimées dans l’image de la ville-cimetière) et tendent à déployer des stratégies afin de s’adapter à sa présence. Ce qui en ressurgit sont les caractères de l’espace urbain les moins ajustés pour un usage « intérieur » : verticalité, apparence spectrale, mobilité sans répit. On peut dire qu’il y a, de ce point de vue, un mouvement inverse qui s’illustre dans les deux étapes de la vie du groupement roumain. Une forte imagination intimiste et une volonté obstinée de la projeter sur l’espace extérieur – dans un premier temps. Une forte présence de la ville « réelle » et une disponibilité de l’accueillir dans la production littéraire – dans le deuxième. À regarder de loin cette symétrie, on a l’impression de voir la ville prendre sa revanche et imposer au Cercle littéraire, sinon les repères objectifs de sa réalité, du moins ses déterminations concrètes.

23Ce cas roumain nous permet de formuler deux observations en ce qui concerne la possibilité pour l’espace extérieur de devenir un cadre de la sociabilité littéraire. Premièrement, on peut relever la tendance de la communauté littéraire cénaculaire à s’approprier le territoire urbain sur le schéma de l’espace fermé, afin de lui attribuer une fonction protectrice. Cette tendance est d’autant plus marquée que les pressions du dehors sont contraignantes et appellent l’urgence d’une rupture. Le besoin de sécurité est un moteur puissant qui assure la transfiguration imaginaire de tout espace extérieur à l’instar d’une disposition intimiste.

  • 64 Le communisme s’installe en Roumanie, une partie des membres du Cercle feront de la prison pour rai (...)

24Mais il faut compléter cette première observation par une remarque secondaire, liée au fait que l’espace ouvert a, même dans de telles circonstances, une capacité productive. Peu importe la force qui nourrit l’imagination, il est capable de guider les usages, de mobiliser des formes littéraires particulières, de générer des pratiques spécifiques de communication et de consommation des œuvres. Le devenir du groupe quand il quitte Sibiu, en 1945, dès lors que l’Université revient à Cluj, est notable : bien que la majorité de ses membres s’établisse alors à Cluj, le Cercle n’arrive plus à se réunir. Le groupe devient incapable de (re)constituer toute formule de sociabilité qui soit ; comme si, en absence de son espace premier et des effets contraignants, la communauté devenait elle-même impossible. Jusqu’en 1947, quand il se dissout sous la pression du nouveau régime politique64, le groupe fonctionnera sans contact, comme une communauté à distance, communiquant uniquement par lettres. Si la sociabilité disparaît une fois avec l’espace qui le gérait, la poétique du groupe donne à observer, au contraire, la fermeté de l’empreinte spatiale : la ville « tragique » rend exclusive, entre 1945 et 1947, la préoccupation pour la tragédie antique. Conçu à Cluj, le projet Euphorion ne fera que pousser en utopie cette obsession. On envisageait non seulement de ressusciter cette forme désuète à travers une pratique littéraire soutenue ; on l’investit aussi avec la capacité de revigorer théoriquement la philosophie de la culture et l’esthétique comparée.

Haut de page

Bibliographie

Corpus du Cercle littéraire de Sibiu :

***, « Despărţirea de Sibiu » [« La séparation de Sibiu »], Revista Cercului literar, n° 6-8, juin-août 1945.

Doinaş (Ştefan Augustin), « Amintiri de la Cercul literar de la Sibiu » [« Souvenirs du Cercle littéraire de Sibiu »], România literară, 26, 1970.

Doinaş (Ştefan Augustin), « Momentul Manifestului » [« Le moment du Manifeste »], Euphorion, n° 2, 1993.

Enescu (Radu), « Actualitatea lui Schiller » [« L’actualité de Schiller »], Revista Cercului literar, n° 6-8, juin-août 1945.

Jacquier (Henri), « Intre pictură şi poezie: Atmosfera » [« Entre la peinture et la poésie : l’Atmosphère »], Revista Cercului Literar, 5, mai 1945.

Jacquier (Henri), Babel, mit viu [Babel, un mythe vivant], édition de Mircea Muthu, Cluj-Napoca, Dacia, 1991.

Negoiţescu (Ion), De la « elanul juvenil » la « visatul Euphorion ». Publicistica de tinereţe: 1938-1947 [Depuis l’« élan juvénile » jusqu’au « rêve Euphorion ». Écrits de jeunesse : 1938-1947], édition de Lelia Nicolescu, Cluj-Napoca, Casa Cărţii de Ştiinţă, 2007.

Negoiţescu (Ion), Alte însemnări critice [Autres écrits critiques], Bucarest, Cartea Românească, 1980.

Sîrbu (I.D.), Atlet al mizeriei. În loc de autobiografie [Athlète de la misère. Substitut d’autobiographie], dans Publicistică, I, Petroşani, Éditions « I.D. Sîrbu », 1994.

Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar [Un roman épistolaire], Cluj-Napoca, Dacia, 1998.

Stanca (Radu), Acvariu [Aquarium], texte établi et préface de Mircea Tomuş, Cluj-Napoca, Dacia, 1971.

Stanca (Radu), Versuri [Vers], Cluj-Napoca, Dacia, 1980.

Bibliographie critique :

Benjamin (Walter), Paris, capitale du XIXe siècle, Paris, Cerf, 1990.

Berenstein-Jacques (Paola), Errances et corpographies urbaines. Augoyard, Jean-François. 1st International Congress on Ambiances, Grenoble 2008, Sep 2008, Grenoble, France. À La Croisée, pp. 331-334, Ambiances, Ambiance. <halshs-00836176>.

Charle (Christophe), « Situation spatiale et position sociale. Essai de géographie sociale du champ littéraire à la fin du XIXe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, 13, 1997, pp. 45-59.

Crohmălniceanu (Ovid S.) & Heitmann (Klaus), Cercul literar de la Sibiu şi influenţa catalitică a culturii germane [Le Cercle littéraire de Sibiu et l’influence catalytique de la culture allemande], Bucarest, Universalia, 2000.

Damaschin (Dan), Cercul literar de la Sibiu [Le Cercle littéraire de Sibiu], Cluj-Napoca, Zenit, 2009.

David (Jérôme), « Baudelaire à Bruxelles. Style de la flânerie et individuation esthétique », dans Le style en acte. Vers une pragmatique du style, sous la direction de Laurent Jenny, Genève, Metis Presses, 2011.

Debord (Guy), Rapport sur la construction des situations ; Essai de description psychogéographique des Halles ; Formulaire pour un urbanisme nouveau, dans Internationale situationniste (1958-1969), Paris, Fayard, 1997.

Foucault (Michel), « Des espaces autres » (conférence de 1967), Architecture, Mouvement, Continuité, 5, 1984.

Gailliot (Antoine), Markovits (Rahul), Nadeau (Robin) et al., « (Re)Faire l’histoire de la sociabilité urbaine. Pratiques, espaces et discours », Hypothèses, n° 1 (12), 2009, pp. 239-250.

Glinoer (Anthony) & Laisney (Vincent), L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2013.

Heinich (Natalie), L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, 2005.

Kahn (Gustave), Esthétique de la rue, Paris, Société d’Edition Artistique, 1900.

Lilti (Antoine), « Espace urbain, espace mondain. Paris et la sociabilité mondaine au XVIIIe siècle », dans La ville et l’esprit de la société, sous la direction de Béguin (Katia), Dautresme (Olivier), Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2004, pp. 111-127.

Pilar (González Bernaldo de Quirós), « Sociabilité urbaine », Hypothèses, n° 1 (12), 2009, pp. 295-303.

Stierle (Karl-Heinz), La capitale des signes : Paris et son discours, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2001.

Tizon (P.), Qu’est-ce que le territoire, dans Di Meo (Guy), Les Territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, 1996.

Haut de page

Notes

1 Lilti (Antoine), « Espace urbain, espace mondain. Paris et la sociabilité mondaine au XVIIIe siècle », dans La ville et l’esprit de la société, sous la direction de Béguin (Katia), Dautresme (Olivier), Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2004, pp. 111-127.

2 Voir par exemple Stierle (Karl-Heinz), La capitale des signes : Paris et son discours, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2001; ou Charle (Christophe), « Situation spatiale et position sociale. Essai de géographie sociale du champ littéraire à la fin du xixe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 13, 1997, pp. 45-59.

3 Heinich (Natalie), L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, 2005, pp. 172-191.

4 Sans exclure quelques figures de professeurs (Henri Jacquier, Lucian Blaga), le Cercle littéraire s’est composé majoritairement des étudiants en Lettres et en Philosophie : I.D. Sârbu, Nicolae Balotă, Eugen Todoran, Eta Boeriu, Radu Enescu, Dominic Stanca, Ioanichie Olteanu, Ovidiu Drîmba, Deliu Petroiu, Alexandru Cucu, Dan Constantinescu, Wolf von Aichelburg, Ion Negoițescu, Radu Stanca, Cornel Regman et Ștefan Augustin-Doinaș. Les quatre derniers deviendront les figures-phares du groupe, constituant ce qu’on appelait à partir de 1945 le « forum suprême ».

5 Glinoer (Anthony) & Laisney (Vincent), L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2013, p. 255.

6 Ibidem, p. 68.

7 La proposition semble d’ailleurs avoir une valeur de généralité plus importante. Antoine Lilti fait une constatation similaire pour la sociabilité littéraire parisienne du XVIIIe siècle : déployée habituellement dans des salons, celle-ci exploite également certains espaces campagnards (le cas de Mme Necker à Saint-Ouen) ; or, regroupant ici les mêmes personnes, gardant les mêmes enjeux et dynamiques, elle procède, selon Lilti, à la transformation de l’espace campagnard dans « une extension de la sociabilité urbaine » (Lilti (Antoine), art. cit., p. 119).

8 Foucault (Michel), « Des espaces autres » (conférence de 1967), Architecture, Mouvement, Continuité, n° 5, 1984. Une catégorie encore plus proche de l’utilisation de l’hétérotopie que nous faisons ici est chez Foucault celle de l’hétérotopie de crise, comprise comme « lieux privilégiés, ou sacrés, ou interdits, réservés aux individus qui se trouvent, par rapport à la société, et au milieu humain à l’intérieur duquel ils vivent, en état de crise ».

9 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar [Un roman par lettres], Cluj-Napoca, Dacia, 1998, p. 56. Ce texte, qui constitue la ressource la plus importante d’information sur la sociabilité du groupe, édite la correspondance entre Radu Stanca et Ion Negoiţescu, dans l’intervalle 1945-1961. Nous précisons que la traduction en français de tous les extraits des textes du Cercle littéraire nous appartient.

10 Ibidem.

11 Negoiţescu (Ion), Caiet, dans De la « elanul juvenil » la « visatul Euphorion ». Publicistica de tinereţe: 1938-1947 [Depuis l’ « élan juvénile » jusqu’au « rêve Euphorion ». Écrits de jeunesse : 1938-1947], édition de Lelia Nicolescu, Cluj-Napoca, Casa Cărţii de Ştiinţă, 2007, p. 127.

12 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 11.

13 Negoiţescu (Ion), « Virgiliu Monda, Trubendal », dans De la « elanul juvenil » la « visatul Euphorion », éd. cit., p. 479.

14 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 149.

15 Negoiţescu (Ion), « Virgiliu Monda, Trubendal », dans De la « elanul juvenil » la « visatul Euphorion », éd. cit., p. 478.

16 Ibidem.

17 Voilà, en illustration, une représentation de Sibiu dans un poème de Radu Stanca : « J’entre dans Sibiu comme dans une chambre/ Où il y a un mort, dans la partie droite/ J’ai les murs sourds de silence/ Dans la partie gauche, j’ai mon cœur sensé.// Autour je ne vois que des portes et dans les portes, des fenêtres/ Et dans les fenêtres des yeux qui me glacent/ J’entre dans Sibiu comme dans une histoire/ Dans laquelle je porte la visière sur la face » (Stanca (Radu), Nocturnă [Nocturne], dans Versuri [Vers], Cluj-Napoca, Dacia, 1980, p. 45).

18 Negoiţescu (Ion), Caiet, dans éd. cit., p. 127.

19 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 149.

20 Negoiţescu (Ion), « Virgiliu Monda, Trubendal », dans éd. cit., p. 478.

21 Kahn (Gustave), Esthétique de la rue, Paris, Société d’Edition Artistique, 1900.

22 Benjamin (Walter), Paris, capitale du XIXe siècle, Paris, Cerf, 1990, p. 434.

23 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 51.

24 Voir à ce titre Pilar (González Bernaldo de Quirós), « Sociabilité urbaine », Hypothèses, n° 1 (12), 2009, pp. 295-303 ; Gailliot (Antoine), Markovits (Rahul), Nadeau (Robin) et al., « (Re)Faire l’histoire de la sociabilité urbaine. Pratiques, espaces et discours », Hypothèses, n° 1 (12), 2009, pp. 239-250 ; Tizon (P.), « Qu’est-ce que le territoire ? », dans Di Meo (Guy), Les Territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, 1996, pp. 17-34.

25 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 28.

26 Ibidem, p. 128.

27 Doinaş (Ştefan Augustin), « Amintiri de la Cercul literar de la Sibiu » [« Souvenirs du Cercle littéraire de Sibiu »], România literară, 26, 1970.

28 Stanca (Radu), Sibiu, cetatea umbrelor. Mic ghid literar pentru călătorul imaginar [Sibiu, cité des ombres. Petit guide littéraire pour le voyageur imaginaire] (1944), dans Acvariu [Aquarium], texte établi et préface de Mircea Tomuş, Cluj-Napoca, Dacia, 1971, pp. 144-153.

29 « Sibiu ne pourrait devenir une ville moderne que le jour où il se détache de ses morts – quand ses morts ne restent plus dispersés sous les murs, dans les cours des églises, et se ramassent, comme dans les autres villes, dans un cimetière officiel, où ils constitueraient leur propre ville, leur république. Or, il est impossible que cela y advienne » (Ibidem, p. 147).

30 Ibidem, p. 149.

31 Ibidem, p. 144.

32 Ibidem, p. 145.

33 Negoiţescu (Ion), Perspectivă [Perspective], dans De la « elanul juvenil » la « visatul Euphorion », éd. cit., p. 334.

34 Jacquier (Henri), Babel, mit viu [Babel, un mythe vivant], édition de Mircea Muthu, Cluj-Napoca, Dacia, 1991, p. 204.

35 Negoiţescu (Ion), Viaţa artistică la Sibiu [La vie artistique à Sibiu], dans De la « elanul juvenil » la « visatul Euphorion », éd. cit., p. 191.

36 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 145.

37 « Despărţirea de Sibiu » [« La séparation de Sibiu »] (texte signé collectivement par toute la rédaction), Revista Cercului literar, n° 6-8, juin-août 1945.

38 Stanca (Radu), Sibiu, cetatea umbrelor, dans Acvariu, éd. cit., p. 150.

39 Ibidem, p. 145.

40 Voir à ce titre David (Jérôme), « Baudelaire à Bruxelles. Style de la flânerie et individuation esthétique », dans Le style en acte. Vers une pragmatique du style, sous la direction de Laurent Jenny, Genève, Metis Presses, 2011, p. 94.

41 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 37.

42 Berenstein-Jacques (Paola), Errances et corpographies urbaines. Augoyard, Jean-François. 1st International Congress on Ambiances, Grenoble 2008, Sep 2008, Grenoble, France. À La Croisée, pp. 331-334, Ambiances, Ambiance. <halshs-00836176>.

43 La définition de la corpographie urbaine chez Paola Berenstein-Jacques est la suivante : « La ville saisie par le corps écrit ce qu’on pourrait désormais appeler une corpographie urbaine. La corpographie est la mémoire urbaine du corps, son mode singulier d’enregistrement de l’expérience propre de la ville » (Ibidem, p. 332).

44 Stanca (Radu), Sibiu, cetatea umbrelor, dans Acvariu, éd. cit., p. 151.

45 Debord (Guy), Rapport sur la construction des situations ; Essai de description psychogéographique des Halles ; Formulaire pour un urbanisme nouveau (dans Internationale situationniste (1958-1969), Paris, Fayard, 1997).

46 Henri Jacquier, « Intre pictură şi poezie : Atmosfera » [« Entre la peinture et la poésie : l’Atmosphère »], Revista Cercului Literar, 5, mai 1945.

47 Doinaş (Ştefan Augustin), « Momentul Manifestului » [« Le moment du Manifeste »], Euphorion, n° 2, 1993.

48 Stanca Radu), Interiorizare şi exteriorizare în arta actorului [Intériorisation et extériorisation dans l’art de l’acteur], dans Acvariu, éd. cit., pp. 189-197.

49 Ibidem, p. 189.

50 Debord (Guy), « Théorie de la dérive », Internationale Situationniste, n° 2, décembre 1958 ; la dérive y est définie comme « technique du passage hâtif à travers des ambiances variées ».

51 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 182.

52 Despărţirea de Sibiu, éd. cit..

53 Le travail fondamental dans l’espace culturel roumain qui discute sous le mode de la contrainte le rapport entre le Cercle littéraire et la culture allemande, à travers l’architecture, date des années 2000 (Crohmălniceanu (Ovid S.) & Heitmann (Klaus), Cercul literar de la Sibiu şi influenţa catalitică a culturii germane [Le Cercle littéraire de Sibiu et l’influence catalitique de la culture allemande], Bucarest, Universalia, 2000). Plus récemment, des analyses consistantes sur la même idée ont été développées dans Damaschin (Dan), Cercul literar de la Sibiu [Le Cercle littéraire de Sibiu], Cluj-Napoca, Zenit, 2009.

54 Negoiţescu (Ion), « Virgiliu Monda, Trubendal », dans éd. cit., p. 479.

55 Il est important de préciser la signification politique de cette préférence accordée aux romantiques allemands. Dans le contexte des années 1940 en Roumanie, un tel engagement philo-germanique était bien difficile à tenir. En raison des circonstances historiques, la culture allemande occupait un positionnement complexe et les membres du Cercle littéraire manifestaient ainsi une germanophilie (comme solidarité avec une Allemagne idéale, archétypale, une sorte de « patrie éternelle »), tandis que la guerre les forçait à adopter des attitudes anti-fascistes : « Nous étions dans la guerre, nous étions tous antifascistes et philo-alliés » (Sîrbu (I.D.) Atlet al mizeriei. În loc de autobiografie [Athlète de la misère. Substitut d’autobiographie], dans Publicistică, I, Petroşani, Éditions « I.D. Sîrbu », 1994, p. 82). Leur germanophilie a été d’ailleurs incriminée comme « germanomanie » même par certains intellectuels proches du groupe, comme Henri Jacquier.

56 Stanca (Radu) & Negoițescu (Ion), Un roman epistolar, p. 122, 213, 374.

57 Voir à ce sujet : Enescu (Radu), « Actualitatea lui Schiller » [« L’actualité de Schiller »], Revista Cercului literar, n° 6-8, juin-août 1945 ; Stanca (Radu), Resurecţia baladei [La résurrection de la ballade] (1945), dans éd. cit., pp. 40-46 ; Stanca, (Radu) Tragedia şi modalitatea ei scenică în perspectiva actualităţii [La tragédie et sa mise en scène dans la perspective de l’actualité] (1967), dans éd. cit., pp. 237-245.

58 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 36.

59 I. Negoițescu projette d’écrire même un roman avec le titre Le Nouveau Werther, dont il rédige quelques fragments.

60 Negoiţescu (Ion), Goethe şi existenţa orfică [Goethe et l’existence orphique], dans Alte însemnări critice [Autres écrits critiques], Bucarest, Cartea Românească, 1980, pp. 220.

61 A la fin de l’année 1945, l’Université revient à Cluj. La Revue du Cercle Littéraire cesse son apparition. On projette sa continuation à Cluj, sous le nom de Euphorion, qui reflète mieux la poétique du groupe. La réalisation de celle-ci revient à I. Negoiţescu, qui s’installe lui-aussi à Cluj ; mais la revue restera une simple rêverie, tout comme l’ambitieux programme « euphorioniste » qu’elle soutient (voir pour les détails de ce projet Un roman epistolar, éd. cit.).

62 Stanca (Radu) & Negoiţescu (Ion), Un roman epistolar, p. 36.

63 Negoiţescu (Ion), Virgiliu Monda, Trubendal, dans éd. cit., p. 478.

64 Le communisme s’installe en Roumanie, une partie des membres du Cercle feront de la prison pour raisons politiques, d’autres seront contraints à l’exil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ligia Tudurachi, « Communauté littéraire et espace ouvert : le Cercle littéraire de Sibiu  », COnTEXTES [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 22 décembre 2017, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6314 ; DOI : 10.4000/contextes.6314

Haut de page

Auteur

Ligia Tudurachi

Académie Roumaine, Institut de Linguistique et d’Histoire Littéraire, Cluj-Napoca

Haut de page