Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le présent dossier s’est donné pour ambition de croiser deux histoires qu’on pourrait croire, à première vue, antithétiques ou, à tout le moins, peu reliées, soit celles de l’intime et de la culture médiatique. Ces deux objets, qui ont été chacun envisagés par une importante historiographie, appellent quelques éclaircissements préalables.

  • 1 Coudreuse (Anne) & Simonet-Tenant (Françoise), « Pour une histoire de l’intime et de ses variations (...)
  • 2 Nous ne reviendrons pas sur la synthèse historiographique de Coudreuse et Simonet-Tenant, et nous r (...)
  • 3 Melançon (Benoît) (dir.), L’invention de l’intimité au siècle des Lumières, Nanterre, Université Pa (...)
  • 4 Coudreuse (Anne) et Simonet-Tenant (Françoise), « Préambule », « Pour une histoire de l’intime et d (...)
  • 5 Montémont (Véronique), « Dans la jungle de l’intime : enquête lexicographique et lexicométrique (16 (...)
  • 6 Brunet (Manon), « Le territoire de l’intime », dans Discours et pratiques de l’intime, sous la dire (...)
  • 7 Lecarme (Jacques) & Tabone-Lecarme (Éliane), L’autobiographie, Paris, Armand Colin, 1997, p. 244.
  • 8 Sur l’histoire des émotions médiatiques, on peut rappeler le travail de Boltanski (Luc), La souffra (...)
  • 9 Une lecture similaire de certains genres médiatiques a été proposée par Lejeune (Philippe), Je est (...)

2D’une part, des travaux récents se sont employés à décrire l’émergence et l’évolution diachronique des significations de la catégorie de l’« intime », du xviiie siècle à nos jours. Proposant une remarquable synthèse et un prolongement des recherches fondatrices, le dossier dirigé par Anne Coudreuse et Françoise Simonet-Tenant1 montre que l’intime est un objet mouvant et pluriel, qui recouvre ou recoupe, dans les discours des contemporains comme dans les travaux historiographiques, des notions proches : celles de quotidien, de vie privée, d’émotion, de sentiment de soi et de son corps, de sexualité, autant d’objets susceptibles d’être interrogés, eux aussi, par l’histoire sociale et culturelle, la sociologie historique ou les études littéraires2. Si l’on s’accorde généralement pour situer l’émergence de l’intime au xviiie siècle3, cette catégorie connaît aux xixe et xxe siècles une évolution importante, qui est aussi un élargissement progressif. Désignant à l’origine, étymologiquement, « ce qu’il y a de plus intérieur » au sein de l’expérience humaine4, l’adjectif se voit peu à peu appliquer à de nouveaux objets, au gré de mutations sociales. Après avoir été employé pour désigner strictement une relation de proximité avec une tierce personne, voire avec Dieu, l’adjectif devient à la fin du xviiie siècle synonyme de for intérieur et de connaissance de soi. Ce sens se renforce au siècle suivant, qui voit aussi l’apparition du substantif « intime », cependant que le terme se dote d’autres acceptions : « Littré, en 1873, synthétise les différentes acceptions, et hiérarchise la définition de la façon suivante : 1) plan physique (le plus en dedans et le plus essentiel), 2) plan moral (qui existe au fond de l’âme), 3) et 4) plans affectif et relationnel (très-étroit et très-cher), et 5) plan éthique (ce qu’il y a de plus profond dans une chose)5 ». Au xxe siècle, l’acception psychologique de l’intime devient nettement prédominante ; est désormais intime ce qui appartient au ressenti du sujet percevant, tandis que des liens nouveaux apparaissent avec la vie privée du couple, le corps et la sexualité. Circonscrire « le territoire de l’intime » est donc un exercice ardu qui doit tenir compte de ses variations historiques, mais aussi de sa dimension sociale. Nous rejoignons ainsi Manon Brunet lorsqu’elle définit l’intime « comme une activité “sociale”, c’est-à-dire qu’elle implique l’insertion d’un individu dans une activité prenant forme et signification à travers la relation, plus ou moins intime, que cet individu entretient avec son environnement6 ». Ces efforts de définition ne visent toutefois pas à figer la notion, puisque le sens conféré à celle-ci fluctue ; les textes réunis le confirment, en fonction des individus : « avec ce qu’elle comporte d’intérieur et de profond, [la notion de l’intime] varie considérablement d’un scripteur à l’autre : l’intime est pour celui-ci le sentimental et le sexuel, pour celui-là le spirituel et le métaphysique, pour l’un ses lectures, pour l’autre ses écritures, pour tel le politique et pour tel le financier7 ». Fournissant un éclairage complémentaire et nécessaire à l’histoire de l’intime, notre dossier entend montrer que l’évolution et les appropriations sociales de l’expression et de l’imaginaire de l’intime passent notamment par le surgissement de ceux-ci dans la culture médiatique qui marque les xixe et xxe siècles. Plus encore, il s’agit d’envisager cette co-construction sans a priori, c’est-à-dire en refusant d’interpréter l’intégration de l’intime à la culture médiatique comme une dénaturation de celui-ci. Au contraire, les contributions de ce dossier cherchent à éclairer les différentes manifestations du croisement entre l’intime et le médiatique, que ce soit par l’appropriation intime du journal et des formes médiatiques, ou par l’inscription ou le dévoilement du sujet intime dans le monde médiatique, dans ses supports et ses genres de discours. À cet effet, nous n’avons pas cherché à restreindre la définition de l’intime, qui est envisagé, de manière plurivoque et cohérente avec son extension historique progressive, en lien étroit avec les représentations d’un sujet médiatique, de ses émotions – en contexte médiatique, celles-ci résonnant autrement, étant appelées à être partagées8 –, de sa sensibilité, de son ressenti corporel, de sa mémoire, de son cercle relationnel, des lieux de sa vie privée et de son vécu. L’intime, s’il n’appartient en propre à aucun genre de discours, est couramment étudié au sein d’écrits personnels et autobiographiques (journaux intimes, correspondances, Mémoires). Si nous nous intéressons de même aux traces écrites de l’intime, c’est toujours dans le cadre de leur dicibilité médiatique, et dès lors, de genres et de supports quelque peu inhabituels, mais particulièrement susceptibles d’avoir partie liée avec l’intime car ils constituent, au moins pour partie, des formes d’écriture de soi ou d’autobiographie médiatique9, et ce, même dans le cas d’un genre réputé informatif comme le reportage, sur lequel se penchent les contributions de Mélodie Simard-Houde et de Charlotte Biron.

  • 10 Pinson (Guillaume), La culture médiatique francophone en Europe et en Amérique du Nord. De 1760 à l (...)

3D’autre part, l’histoire culturelle et littéraire des dernières décennies a fortement renouvelé la définition et l’appréhension du deuxième objet de ce dossier, c’est-à-dire de la culture médiatique et de ses formes. Si les premiers périodiques imprimés naissent dès la fin du xvie siècle en Allemagne, et si un premier réseau de circulation de l’information est déjà constitué en Europe et en Amérique du Nord à la fin du xviiie siècle10, le xixe siècle se démarque comme celui de la mise en place d’une culture médiatique massifiée et diversifiée, qui imprègne progressivement toutes les classes sociales au sein des pays occidentaux. L’alphabétisation, les progrès des moyens de transport et des techniques d’impression, la formation des États-nations, l’avènement de la démocratie parlementaire et de la liberté de presse, ainsi que la professionnalisation des métiers du journalisme entamée à la toute fin du siècle assurent peu à peu la place du « quatrième pouvoir » – celui du journalisme – dans la vie politique, sociale et culturelle, qui est aussi la vie quotidienne, privée, intime de chaque lecteur et de chaque lectrice du journal. Face au xixe siècle de l’imprimé, le xxe siècle peut être décrit comme celui d’une diversification plus grande des supports médiatiques, alors que les images photographique et filmique prennent essor, déterminant la création de nouveaux supports et modes de diffusion de l’information, suivis par la télévision et, plus tard, par les réseaux numériques. Si des ruptures importantes surviennent avec l’invention de ces nouveaux médias, et si la quasi totalité des contributions de ce dossier ont choisi de prendre pour objet la presse écrite, nous n’avons pas jugé souhaitable de fermer la réflexion aux médias visuels, audiovisuels et numériques, et nous souhaitons que ce dossier constitue une invitation à poursuivre dans cette voie. Cette ouverture se justifie par le désir de mettre en relief, davantage que des ruptures, des continuités dans les interactions de l’intime et du médiatique, du xixe siècle à nos jours. Elle est souhaitable aussi en vertu du potentiel heuristique des études intermédiales, à l’instar de celle que propose Marina Merlo sur la mise en regard de deux modes de diffusion de représentations de soi : la carte postale et le selfie.

  • 11 Expression que nous empruntons à la synthèse suivante et qui désigne l’importance fondamentale de l (...)
  • 12 Entendue ici selon les définitions qu’en ont donné l’analyse du discours et la sociocritique, soit (...)

4En dépit de leur conjonction historique, telle que nous venons de la décrire, la simultanéité du développement de la culture médiatique et des mutations d’une conscience de l’intime depuis le xixe siècle peut sembler à première vue d’incidence fortuite et de peu d’intérêt. Qu’auraient à voir la vie privée, l’égotisme, les écrits personnels et leur poétique, l’introspection, la conscience de soi et de son corps avec la « civilisation du journal11 » et les écrits médiatiques ? La question n’est pourtant ni aussi étonnante qu’on pourrait le croire ni aussi neuve – certains travaux fondateurs évoqués dans les lignes suivantes ayant commencé de donner à voir des intersections importantes entre l’intime et la culture médiatique. Elle demande d’interroger les conditions de la rencontre de l’intime et du médiatique sur deux principaux plans entre lesquels les contributions qui suivent tissent des allers-retours constants : le premier est celui des poétiques journalistiques, des conditions de production et de diffusion des écritures de soi étudiées ; le second concerne la (re)présentation de soi dans le discours12 (ou dans l’image) ainsi produite, de même que la relation entre soi et l’autre qui s’y construit, c’est-à-dire entre le sujet (son intimité) et la collectivité, le monde extérieur, politique, social, ou encore entre le sujet et l’intimité d’un Autre à laquelle le travail journalistique donne accès.

  • 13 Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, (...)
  • 14 Pinson (Guillaume) (dir.), La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique, Méd (...)
  • 15 Voir notamment Lavaud (Martine) & Thérenty (Marie-Ève), dossier « L’interview d’écrivain », Lieux (...)

5Quant au premier de ces deux plans, celui des poétiques journalistiques, Marie-Ève Thérenty a montré que l’intime est une composante importante de la matrice littéraire ayant nourri l’invention médiatique et la formation des genres journalistiques dès le début du xixe siècle13. Les études de cas composant ce dossier illustrent la continuité remarquable de ce mouvement au xxe siècle, alors que des formes journalistiques comme le billet, le témoignage et le reportage se nourrissent aux écrits personnels (notamment au journal intime) des journalistes, hommes et femmes. Parfois encore, l’écrit personnel n’est plus un palimpseste à partir duquel le journaliste compose l’article, mais constitue un canevas poétique dans lequel le témoignage journalistique se moule avec plus ou moins de conformité au modèle. Ainsi, les manières de se raconter et de se mettre en scène comme sujet dans les médias donnent à voir des processus d’hybridation des genres, qui ne s’effacent pas entièrement avec la professionnalisation graduelle du journalisme au xxe siècle. Lorsque le journal intime, forme confidentielle par excellence, subit des croisements et des réécritures avec des genres médiatiques tels que le reportage, la chronique et le billet, le temps personnel de la mémoire et des jours s’entremêle au temps collectif de l’actualité, des événements qui font histoire, qui se superposent au récit de soi et l’articulent au collectif. Du journal intime au journal quotidien, le déplacement contextuel module aussi les dimensions du sujet susceptibles d’être mises en avant : la sphère émotionnelle demeure présente, mais tend à être reléguée au second plan, derrière l’image d’un sujet sensible qui appréhende le monde par son corps et ses sens. Ce sujet tend par ailleurs à se délocaliser, à se dire en des lieux non habituellement rattachés à l’intimité : aux espaces privés, domestiques et quotidiens se substituent pour partie des lieux publics, exotiques et souvent extraordinaires, non sans une certaine friction. Cette porosité des écritures intimes et médiatiques nuance le postulat d’une autonomie des formes, qui se révèlent plutôt en constante interaction ; celle-ci teinte parfois le regard du journaliste, tout à coup plus sensible à rechercher dans la réalité observée des traces et des objets en concordance avec sa vie intérieure, comme le montre la contribution de Mylène Bédard à propos d’Adieu, Paris ! de Simone Routier, où le drame intime du deuil amoureux se mélange à l’expérience d’un exode en temps de guerre. En dépit de leur antinomie apparente, l’intime et le médiatique semblent ainsi continuellement infléchis par des transferts poétiques, émotionnels et sensibles, des influences qui s’exercent de part et d’autre. Ce mouvement réciproque avait déjà été abordé, auparavant, par le biais des pratiques épistolaires associées à la presse (lettres de lecteurs, interlocution médiatique, imaginaires et sociabilités journalistiques dans les correspondances)14. Nous avons voulu, pour notre part, ouvrir l’angle d’analyse à une pluralité de genres médiatiques et personnels : on verra ainsi que la correspondance particulière, le récit de voyage, le reportage, le billet, la chronique et certaines transpositions journalistiques du journal intime (à l’instar du « journal de prison » étudié par Jonathan Livernois et Emmanuelle Germain) sont tous concernés par l’écriture de soi et de son intimité en contexte médiatique. Il en va de même de l’interview qui, à l’ère des médias audio-visuels, poursuit un processus de médiatisation de l’écrivain entamé à la fin du xixe siècle15 et comporte une forme d’écriture et d’exposition particulière de l’intimité du sujet, par le prisme de l’intervieweur, comme le montre Martine Delvaux en analysant le traitement médiatique de l’image d’écrivaines contemporaines, telles Nelly Arcan et Elena Ferrante. On peut postuler que d’autres genres médiatiques, parfois plus surprenants, présentent eux aussi le potentiel d’autoriser des incursions du sujet journaliste dans son intimité ou la mise en relief de sa subjectivité, tels la critique (littéraire, dramatique, artistique, musicale, etc.), l’éditorial et, logiquement, toutes les formes de témoignage en contexte médiatique (souvenirs, histoire vécue). Les pistes sont virtuellement infinies, dans la mesure où l’intime et les médias, loin d’être antinomiques, sont profondément et constamment imbriqués.

  • 16 Vigarello (Georges), Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, op. cit.
  • 17 À ce sujet, une autre suite possible de cette recherche consisterait à interroger plus avant et de (...)
  • 18 Anderson (Benedict), L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, t (...)
  • 19 Selon Claude Labrosse, le journal « œuvre à la constitution d’un véritable patrimoine mémoriel » en (...)

6Traquer les diverses manifestations du « sentiment de soi16 » repérables en contexte médiatique invite par ailleurs à substituer à la dualité du couple « intime / collectif » les variations d’une triade, qui met en relation le sujet et la collectivité par le prisme du média, par le truchement constant du support. Les collaborateurs ont été invités à porter une attention particulière aux conditions de production, de diffusion et de réception des représentations de l’intime en contexte médiatique. Cela signifie aussi mettre en relief la relation qui se noue, d’une part, entre la figure du producteur et celle du destinataire, lecteur ou spectateur (effectif ou imaginé), et celle qui relie, d’autre part, les représentations de l’intime et les enjeux de la sphère publique (événements politiques, identité, situation et devenir de la communauté). On touche là le second axe principal du dossier, qui, à côté des poétiques, met en lumière la profonde socialité des écritures de l’intime en contexte médiatique17. L’hypothèse, d’emblée, semble logique, voulant que la conscience accrue de soi accompagne le développement d’une conscience de l’autre, des autres, soit celle de communautés soudées par la consommation de produits médiatiques. Au xixe siècle, le journal, nouveau pain quotidien, devient le vecteur d’une forme de communion dans le rituel moderne de la lecture quotidienne, introduit jusqu’au cœur de l’espace domestique, comme l’a souligné Benedict Anderson18. Dans l’histoire des émotions et du point de vue du récepteur, les médias sont sans aucun doute autant les producteurs du sentiment du lien social que de celui de la solitude de l’individu au sein de la collectivité, comme le signale la contribution de Guillaume Pinson à propos des représentations de la figure du lecteur de journal. La dialectique entre soi et les autres dessine une relation triangulaire entre producteur, interlocuteur médiatisé et lecteur, qui est au centre du propos de Charlotte Biron sur le récit de voyage d’Arthur Buies et le reportage de Gabrielle Roy : ces deux Canadiens français partent à la rencontre d’une altérité étrangère avec laquelle ils se trouvent dans une relation de plus ou moins grande proximité, tout en s’adressant simultanément au lectorat de leur pays d’origine. Ces exemples rappellent que la presse est un espace où s’entrecroisent les voix et les sensibilités de divers énonciateurs, dont la polyphonie est partie prenante de la construction des représentations de l’intime. L’altérité face à laquelle se définit l’intime en contexte médiatique peut encore être celle d’un double, d’un alter ego du journaliste, qui se projette sous le couvert d’un pseudonyme ou dans les traits d’un avatar fictionnel. Sans aller aussi loin dans le travestissement, le sujet médiatique peut construire une posture, une mise en scène de soi laissant voir, à dessein, et parfois dans le but de répondre à des stratégies d’acquisition de prestige symbolique dans les champs littéraire et médiatique, certains pans de son intimité, comme le montre le cas de Michelle Le Normand étudié par Adrien Rannaud. Dans ces rapports à l’altérité se révèle la portée universelle de l’intime, qui non seulement favorise le contact avec les sujets rencontrés au fil des enquêtes et des reportages journalistiques, mais aussi la création d’une communauté de lecteurs partageant des valeurs, des émotions et un même rapport au temps et à la mémoire19.

7Avant de laisser notre propre lecteur se porter à la rencontre des articles du dossier, il est bon d’en fournir un très bref résumé systématique. À la suite de celui-ci, nous dégagerons, pour conclure, les principales fonctions dont les écritures et représentations de l’intime se voient investies en contexte médiatique. La première partie de ce dossier rassemble deux articles qui mettent en lumière les déclinaisons de l’intime au sein d’un genre journalistique précis, le reportage, tel qu’il naît dans la presse d’information à la charnière des xixe et xxe siècles. Mélodie Simard-Houde examine le rôle prédominant que joue le ressenti corporel dans la poétique et la scénographie du reportage français entre 1880 et 1930. Le corps y est vu comme un pivot entre l’intime et la communauté des lecteurs, le garant de la communication réussie d’expériences sensualistes ou douloureuses de la vie moderne. Prolongeant la réflexion sur le reportage, Charlotte Biron se penche sur un corpus québécois en comparant les récits de voyages d’Arthur Buies et les reportages de Gabrielle Roy pour évaluer les transformations de l’intime en contexte médiatique entre 1874 et 1942, notamment par l’incidence de l’élargissement du lectorat, de l’évolution du support médiatique ainsi que du rapport à l’altérité. Dans la deuxième partie du dossier, trois contributions se penchent sur des cas de transferts et de porosités génériques. L’étude de Mylène Bédard s’intéresse aux croisements entre le journal intime et le reportage en prenant pour appui le journal de Simone Routier, Adieu, Paris !, rédigé entre le 10 mai et le 31 août 1940 et dans lequel la femme de lettres canadienne-française raconte à la manière d’une correspondante spéciale le récit de son exode à travers la France bombardée et s’approprie ainsi l’imaginaire du reportage. Les deux contributions qui suivent portent sur l’inscription du journal intime dans la presse. Adrien Rannaud explore les transferts et hybridations poétiques entre le journal intime et le billet chez Michelle Le Normand, montrant le processus de réécriture et d’enchevêtrement entre les différents supports et la prégnance de la tentation autobiographique, tandis que Jonathan Livernois et Emmanuelle Germain étudient deux textes du poète et député Gérald Godin pour montrer comment ce dernier brouille la frontière entre le reportage et l’écrit de soi, faisant du récit de son expérience propre une enquête journalistique qui se veut objective et apte à informer le public tantôt de la Crise d’Octobre de 1970, tantôt de la campagne électorale de 1976. L’intimité agit comme un gage d’authenticité et comme une forme d’engagement littéraire et politique dans la représentation à chaud de ces deux événements. Enfin, la troisième partie du dossier présente des ouvertures critiques, soit en décentrant l’analyse de la presse imprimée vers les médias audiovisuels, soit en envisageant la position du lecteur plutôt que celle du producteur, soit encore en avançant dans le temps pour s’intéresser à la littérature de l’extrême-contemporain. Se penchant pour sa part sur un corpus iconographique, Marina Merlo compare deux supports de la médiatisation de soi, la carte postale et le selfie, afin d’inscrire cette pratique contemporaine de l’image partagée dans un continuum historique. Guillaume Pison montre comment l’analyse des journaux et de l’imaginaire médiatique (pictural et littéraire) donne prise sur les émotions et les réactions des récepteurs du journal, lecteurs et lectrices, et constitue de ce fait un précieux apport à l’histoire des sensibilités. En conclusion du dossier, Martine Delvaux propose une réflexion, à partir de sa pratique d’écriture qu’elle croise à celles de Nelly Arcan et d’Elena Ferrante, afin de réfléchir à la manière dont les médias dévoilent l’identité des écrivaines contemporaines dans une volonté de mise à nu et d’amalgame entre le sujet empirique et le sujet de l’écriture. Delvaux conçoit cette prétention des médias à départager la vie de la littérature comme une forme de violation de la vie et du corps des écrivaines, et une mise en échec de la littérature.

  • 20 Sur l’importance de la proximité dans les genres journalistiques modernes, voir Ringoot (Roselyne) (...)
  • 21 Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien, op. cit., pp. 184-185.

8À la lumière de ces études de cas plaçant en regard les médias québécois et français, cinq fonctions principales de l’intime médiatisé se donnent à voir, cinq fonctions qui établissent des continuités fortes du xixe siècle à nos jours, et qui gagneraient, pour la suite des choses, à être confrontées à d’autres corpus. L’intime comporte d’abord une fonction politique nette, à l’encontre de l’idée selon laquelle il ne toucherait pas à la vie collective et à la sphère publique. Ses usages médiatiques, en effet, visent parfois la diffusion et la défense d’idéologies, de projets et d’idées politiques, ou encore la prise de parole d’un sujet menacé dans l’exercice même de sa fonction politique, comme en témoignent les récits de Gérald Godin sur ses séjours en prison. L’écriture intime se veut performative ; elle fonde et accompagne des engagements politiques. En second lieu, l’intime se voit investi d’une importante fonction de rassemblement, qui est aussi, pour le formuler autrement, le fruit d’un geste de médiation réussi. Les textes étudiés dans le présent dossier montrent que la représentation du sujet en contexte médiatique repose sur un mouvement oscillatoire entre soi et l’autre : d’une part, l’autoreprésentation du journaliste est conçue de manière à favoriser l’identification du lectorat et à lui faire éprouver par procuration les expériences sensibles et émotionnelles vécues, d’autre part, la représentation des sujets observés façonne en creux une image du sujet écrivant. Ces effets miroir traduisent la volonté de créer une relation de proximité, voire de communion, entre le personnel journalistique et les acteurs rencontrés (ou simplement décrits), et de ces derniers avec le lectorat, volonté qui est intelligible dans l’énonciation, le rapport d’adresse de même que dans la description minutieuse des émotions et du ressenti. En ce sens, l’écriture de l’intime est partie prenante des stratégies visant à établir une relation de connivence et de proximité entre le journaliste et son lectorat20. Elle permet de rapprocher de manière empathique un lectorat massifié, au xxe siècle, de réalités distantes, à l’instar de la vie quotidienne et de la maison des familles d’immigrants de l’Ouest canadien observées par Gabrielle Roy, et d’expériences sensibles nouvelles de la vie moderne, comme celles qu’expérimentent les reporters. Parler de soi, pour les journalistes, est souvent parler des autres et, plus largement, de l’humain : le postulat se vérifie chez Michelle Le Normand comme chez Simone Routier. L’émotion intime permettrait la compréhension plus profonde des enjeux émotionnels des événements collectifs, elle favoriserait l’empathie ; en retour, le média, lui aussi, formate les réactions sensibles et émotionnelles des lectorats modernes. En ce sens, le journalisme du xxe siècle fait perdurer l’idée, née avec les Lumières et placée au fondement du journalisme du xixe siècle, par laquelle l’intime et ses écritures parlent d’une universalité de la condition humaine, comme l’explique Marie-Ève Thérenty : « [Le] journal, romantique en l’espèce, estime que l’écriture personnelle ne renvoie qu’en apparence à la singularité d’une conscience, toutes les consciences se révélant touchées par les mêmes questionnements universels et particuliers21. » La troisième fonction de l’intime touche elle aussi profondément l’économie du discours journalistique, qui est toujours un discours à distance et tenu, surtout après l’avènement de la presse d’information, de produire des gages de vérité ; elle est une fonction d’authentification. Celle-ci est comprise non comme la sincérité transparente et « véritable » du sujet à lui-même et à ses lecteurs ni, de manière péjorative, comme le sacrifice de cette sincérité au profit d’une mise en scène de soi ostentatoire ; elle est plutôt déconstruite et saisie pour ce qu’elle est, c’est-à-dire comme une sincérité proclamée, fruit de constructions, de stratégies et de dispositifs discursifs, visuels ou communicationnels. Dans les représentations médiatiques qu’il produit de lui-même, le sujet est appelé à faire corps avec le support médiatique, investissant des postures où la quête de sincérité associée à l’écriture de soi sous le sceau de l’échange privé se révèle paradoxalement le produit d’une construction tributaire de contraintes médiatiques, de logiques sérielles, d’imaginaires collectifs, de la recherche d’« effets de présence », comme le signale Marina Merlo. La mise en scène de soi, de ses sensations et émotions participe par exemple, dans la scénographie du reportage, à l’authentification du témoignage auprès du lectorat. Cette fonction se lit aussi dans le choix d’opérer une construction rétrospective de la forme du journal intime pour conférer un sceau d’authenticité au témoignage (comme chez Gérald Godin), ou encore dans la convocation de souvenirs personnels et de fragments de journal intime pour fonder une « poétique du vrai », à l’instar de celle qu’Adrien Rannaud a repérée chez Michelle Le Normand. Elle peut aussi mener à certaines dérives, dont celle de la mise en procès de la littérature des femmes évoquée par Martine Delvaux à partir des méthodes, parfois inquisitrices, du journalisme sensationnaliste. Ainsi, l’intime comme contenu (ce qui se rapporte aux souvenirs, perceptions, émotions, for intérieur du sujet) autant que l’intime comme écrit personnel fournissant une matrice poétique peuvent tous deux être vecteurs d’authentification du récit en contexte médiatique.

  • 22 Marie-Claire Grassi écrit ainsi que « l’écrit ordinaire devient un genre hybride, relevant autant d (...)

9Au total, en vertu de ces trois premières fonctions, l’écriture intime apparaît comme l’une des stratégies importantes susceptibles d’être mises en place par le producteur du discours pour assurer son efficacité perlocutoire, c’est-à-dire pour produire un effet sur le lecteur, pour convaincre, promouvoir, rassembler. À celles-là s’ajoutent deux dernières fonctions, de nature quelque peu différente, car plus spécifiquement liées au journalisme compris comme entreprise littéraire, activité d’écriture inscrite dans un projet littéraire et esthétique personnel et plus vaste. La quatrième fonction de l’intime est ainsi une fonction génétique : dans certains cas, en effet, l’écriture intime constitue le brouillon, le laboratoire de l’écriture journalistique, à l’instar du journal intime pour les billets de Michelle Le Normand. Pré-texte ou palimpseste, l’écrit intime forme un chaînon possible dans une multitude de réécritures et de transferts génériques. Au même titre, on aurait pu étudier les carnets de reporter et observer dans quelle mesure s’y croisent le nœud du futur récit journalistique et des notations intimes qui sont par la suite soit évacuées, soit conservées dans le texte publié. Enfin, la cinquième et dernière fonction est une fonction réflexive et introspective, qui dit la permanence, même en contexte médiatique et sous l’œil scrutateur des foules, du rôle traditionnellement dévolu à l’écrit intime22. La plupart des productions médiatiques envisagées dans ce dossier continuent d’incorporer une part d’introspection, en nourrissant une réflexion sur le rapport du sujet au temps (de la mémoire, du souvenir personnel) et à l’espace (de la patrie comme des lieux privés et familiaux). Ce constat revient à affirmer que le journalisme, au-delà de ses fonctions d’information et de médiation, est potentiellement pour le sujet journaliste lui-même un lieu d’expression et de connaissance de soi. C’est dire aussi que l’introspection, le contenu intime placé dans le creuset médiatique, s’il est construit et stratégique, n’est pas non plus que mise en scène pure, qu’il comporte une part de questionnement, d’épanchement, de confidence. En se livrant, le sujet journaliste se met potentiellement en quête d’une valeur heuristique (dans la découverte et la compréhension plus grande de soi et des autres), cathartique (dans la conjuration de drames personnels) ou éthique (dans le choix d’une position d’exposition, de vulnérabilité et d’empathie).

Haut de page

Bibliographie

Agostino (Gabriella d’), Kilani (Mondher) & Montes (Stefano) (dir.), Histoires, témoignages, autobiographies de terrain. Formes d’énonciation et de textualisation, Freiburger Sozialanthropolische Studien, « LIT », Berlin, 2010.

Ambroise-Rendu (Anne-Claude) & Delporte (Christian) (dir.), L’indignation. Histoire d’une émotion (xixe-xxe siècles), Nouveau Monde éditions, « Histoire culturelle », 2008.

Amossy (Ruth), La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, PUF, « L’interrogation philosophique », 2010.

Anderson (Benedict), L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, La Découverte, « poche », 2002 [1983].

Bédard (Mylène), Écrire en temps d’insurrections. Pratiques épistolaires et usages de la presse chez les femmes patriotes (1830-1840), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Espace littéraire », 2016.

Boltanski (Luc), La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Gallimard, « folio/essais », 2007 [1993].

Bossis (Mireille) (dir.), La lettre à la croisée de l’individuel et du social, actes de colloque, Paris, Éditions Kimé, 1994.

Brunet (Manon), « Le territoire de l’intime », dans Discours et pratiques de l’intime, sous la direction de Manon Brunet & Serge Gagnon, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1993, pp. 9-13.

Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (dir.), Histoire des émotions, t. ii : Des Lumières à la fin du xixe siècle, Paris, Seuil, 2016.

Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (dir.), Histoire du corps, t. ii : De la Révolution à la Grande Guerre, volume dirigé par Alain Corbin, Paris, Seuil, 2005.

Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (dir.), Histoire du corps, t. iii : Les mutations du regard. Le xxe siècle, volume dirigé par Jean-Jacques Courtine, Paris, Seuil, 2006.

Coudreuse (Anne) & Simonet-Tenant (Françoise) (dir.), « Pour une histoire de l’intime et de ses variations », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, vol. 4, 2009. url : http://itineraires.revues.org/574.

Habermas (Jürgen), L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise [1962], Paris, Payot, 1993.

Heinich (Nathalie), De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Sciences humaines », 2012.

Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain) (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2011.

Lavaud (Martine) & Thérenty (Marie-Ève), « L’interview d’écrivain », Lieux littéraires. La revue, n° 9-10, juin 2006.

Lecarme (Jacques) & Tabone-Lecarme (Éliane), L’autobiographie, Paris, Armand Colin, 1997.

Lejeune (Philippe), Je est un autre. L’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, Seuil, 1980.

Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.

Meizoz (Jérôme), Postures littéraires : mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007.

Meizoz (Jérôme), La fabrique des singularités. Postures littéraires ii, Genève, Slatkine Érudition, 2011.

Melançon (Benoît) (dir.), L’invention de l’intimité au siècle des Lumières, Nanterre, Université Paris X-Nanterre, « Littérales » no 17, 1995.

Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), « Contes de lettres et écriture de soi », dans Presse et plumes. Journalisme et littérature au xixe siècle, sous la direction de Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau Monde éditions, 2004, pp.481-498.

Muhlmann (Géraldine), Une histoire politique du journalisme. xixe-xxe siècle, Paris, Presses universitaires de France, « Points », 2004.

Pinson (Guillaume), La culture médiatique francophone en Europe et en Amérique du Nord. De 1760 à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Québec, Presses de l’Université Laval, « Cultures québécoises », 2016.

Pinson (Guillaume) (dir.), La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique, Médias 19, mis à jour le 3 juillet 2012. url : http://www.medias19.org/index.php?id=275.

Pinson (Guillaume), L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au xixe siècle, Paris, Classiques Garnier, « Études romantiques et dix-neuviémistes », 2012.

Ringoot (Roselyne) & Rochard (Yvon), « Proximité éditoriale : normes et usages des genres journalistiques », Mots. Les langages du politique, no 77, 2005, pp. 73-90. url : http://mots.revues.org/162.

Simard-Houde (Mélodie), Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, Limoges, Presses universitaires de Limoges, « Mediatextes », 2017.

Souchier (Emmanuël), « L’image du texte. Pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Cahiers de médiologie, no 6, 1998, pp. 137-145.

Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007.

Vigarello (Georges), Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2014.

Vitalis (André), Tétu (Jean-François), Palmer (Michaël) & Castagne (Bernard) (dir.), Médias, temporalité et démocratie, Éditions Apogée, 2000.

Wrona (Adeline), Face au portrait : de Sainte-Beuve à Facebook, Paris, Hermann, 2012.

Haut de page

Notes

1 Coudreuse (Anne) & Simonet-Tenant (Françoise), « Pour une histoire de l’intime et de ses variations », Itinéraires. Littérature, textes, cultures [en ligne], vol. 4, 2009. url : http://itineraires.revues.org/574.

2 Nous ne reviendrons pas sur la synthèse historiographique de Coudreuse et Simonet-Tenant, et nous renvoyons plutôt le lecteur à l’introduction du dossier (ibid.) pour la liste commentée de ces travaux. On peut toutefois y ajouter, tout récemment, la parution de Vigarello (Georges), Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2014 et de Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (dir.), Histoire des émotions, t. ii : Des Lumières à la fin du xixe siècle, Paris, Seuil, 2016.

3 Melançon (Benoît) (dir.), L’invention de l’intimité au siècle des Lumières, Nanterre, Université Paris X-Nanterre, « Littérales » no 17, 1995.

4 Coudreuse (Anne) et Simonet-Tenant (Françoise), « Préambule », « Pour une histoire de l’intime et de ses variations », op. cit.

5 Montémont (Véronique), « Dans la jungle de l’intime : enquête lexicographique et lexicométrique (1606-2008) », dans ibid.

6 Brunet (Manon), « Le territoire de l’intime », dans Discours et pratiques de l’intime, sous la direction de Manon Brunet & Serge Gagnon, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1993, p. 10.

7 Lecarme (Jacques) & Tabone-Lecarme (Éliane), L’autobiographie, Paris, Armand Colin, 1997, p. 244.

8 Sur l’histoire des émotions médiatiques, on peut rappeler le travail de Boltanski (Luc), La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Gallimard, « folio/essais », 2007 [1993]. Le sujet a été aussi plus récemment investi par l’histoire culturelle : Ambroise-Rendu (Anne-Claude) & Delporte (Christian) (dir.), L’indignation. Histoire d’une émotion (xixe-xxe siècles), Nouveau Monde éditions, « Histoire culturelle », 2008.

9 Une lecture similaire de certains genres médiatiques a été proposée par Lejeune (Philippe), Je est un autre. L’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, Seuil, 1980.

10 Pinson (Guillaume), La culture médiatique francophone en Europe et en Amérique du Nord. De 1760 à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Québec, Presses de l’Université Laval, « Cultures québécoises », 2016.

11 Expression que nous empruntons à la synthèse suivante et qui désigne l’importance fondamentale de la culture médiatique pour le xixe siècle : Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain) (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2011.

12 Entendue ici selon les définitions qu’en ont donné l’analyse du discours et la sociocritique, soit comme l’ethos de l’énonciateur au sein d’une production donnée, qui peut aussi être prolongé dans une scène d’énonciation ou scénographie présidant à l’écriture, soit comme posture médiatique plus vaste construite dans plusieurs productions d’un même auteur/journaliste et, potentiellement, dans ses conduites médiatiques (ce dernier versant de la posture ayant toutefois été peu appréhendé dans le cadre de ce dossier). Sur ces notions voir Amossy (Ruth), La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, PUF, « L’interrogation philosophique », 2010 ; Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004 ; Meizoz (Jérôme), Postures littéraires : mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007 ; Meizoz (Jérôme), La fabrique des singularités. Postures littéraires II, Genève, Slatkine Érudition, 2011.

13 Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007.

14 Pinson (Guillaume) (dir.), La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique, Médias 19, mis à jour le 3 juillet 2012. url http://www.medias19.org/index.php?id=275.

15 Voir notamment Lavaud (Martine) & Thérenty (Marie-Ève), dossier « L’interview d’écrivain », Lieux littéraires. La revue, n° 9-10, juin 2006 ; Wrona (Adeline), Face au portrait : de Sainte-Beuve à Facebook, Paris, Hermann, 2012 ; Seillan (Jean-Marie), « L’interview », dans La civilisation du journal, op. cit. ; Simard-Houde (Mélodie), Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, Limoges, Presses universitaires de Limoges, « Mediatextes », 2017, pp. 49-53 et 442-460.

16 Vigarello (Georges), Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, op. cit.

17 À ce sujet, une autre suite possible de cette recherche consisterait à interroger plus avant et de façon plus systématique la particularité de la socialité de l’intime en contexte médiatique par rapport à la socialité de l’intime dans le contexte d’écrits personnels, privés ou semi-privés, non destinés à être diffusés publiquement, mais qui, eux aussi, créent des liens sociaux, se trouvent en prise sur des enjeux politiques, relient sphères privée et publique. Voir Bédard (Mylène), Écrire en temps d’insurrections. Pratiques épistolaires et usages de la presse chez les femmes patriotes (1830-1840), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Espace littéraire », 2016.

18 Anderson (Benedict), L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, La Découverte, « poche », 2002 [1983].

19 Selon Claude Labrosse, le journal « œuvre à la constitution d’un véritable patrimoine mémoriel » en ce qu’il consigne « “mémorable” et le “commémorable” » d’une époque. Labrosse (Claude), « L’avènement de la périodicité », dans Médias, temporalité et démocratie, sous la direction d’André Vitalis, Jean-François Tétu, Michaël Palmer & Bernard Castagna, Éditions Apogée, 2000, pp. 117-118.

20 Sur l’importance de la proximité dans les genres journalistiques modernes, voir Ringoot (Roselyne) & Rochard (Yvon), « Proximité éditoriale : normes et usages des genres journalistiques », Mots. Les langages du politique, no 77, 2005, pp. 73-90. url : http://mots.revues.org/162.

21 Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien, op. cit., pp. 184-185.

22 Marie-Claire Grassi écrit ainsi que « l’écrit ordinaire devient un genre hybride, relevant autant de la pratique sociale, tournée vers l’extérieur et en prise avec elle que de l’introspection menée dans le secret des cœurs et des corps sous forme de journaux intimes ou des correspondances privées. » Grassi (Marie-Claire), « Correspondances féminines au xixe siècle. De l’écrit ordinaire au réseau », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, no 35, 2012, p. 69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mylène Bédard et Mélodie Simard-Houde, « Introduction », COnTEXTES [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 27 avril 2018, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6405 ; DOI : 10.4000/contextes.6405

Haut de page

Auteurs

Mylène Bédard

CRILCQ - Université Laval

Articles du même auteur

Mélodie Simard-Houde

Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page