Navigation – Plan du site
Transferts et porosités génériques

Adieu, Paris ! de Simone Routier à la croisée de l’intime et du médiatique 

Mylène Bédard

Résumés

Cet article propose de mettre en lumière le rapport de la femme de lettres canadienne-française Simone Routier à la presse, lequel paraît reposer sur une compréhension fine des enjeux économiques, politiques, de mobilité dans le champ littéraire et de prestige qui y sont associés. Pour ce faire, je m’attarderai à son journal d’évacuation Adieu, Paris !, qui s’inscrit à la croisée du journal intime et du reportage de guerre, de même qu’à sa collaboration au quotidien L’Événement pendant son séjour européen (1930-1940). La forme du reportage qui module le journal de Routier s’avère d’ailleurs compatible avec la stratégie du succès privilégiée par l’écrivaine puisqu’elle met en scène une figure, celle du reporter, qui se veut rassembleuse. L’analyse de l’incidence du médiatique dans le récit que Routier fait de son évacuation, qui touche aussi bien la poétique, la forme que l’ethos construit par l’écrivaine, permettra de mieux saisir le statut particulier du texte, à la fois commande, journal intime et reportage de guerre, ses visées politiques et son rôle déterminant dans la suite de la trajectoire de la femme de lettres.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alfred DesRochers est une figure centrale dans l’histoire littéraire de cette période, non seulemen (...)
  • 2 Lettre à Alfred DesRochers, décembre 1928, citée dans Brosseau (Marie-Claude), « L’émergence d’une (...)

1Le parcours littéraire de la poétesse canadienne-française Simone Routier (1901-1987) repose sur les liens étroits qu’elle tisse habilement entre la poésie, les formes intimes et la presse. Issue de la bourgeoisie, Routier s’adonne à la peinture et à la musique, et aspire aussi à une carrière littéraire. Comme plusieurs intellectuels de son époque, elle souhaite obtenir une bourse d’étude qui lui permettrait de séjourner à Paris. Pour lancer sa carrière littéraire et s’assurer de la diffusion de son œuvre poétique, Routier s’adresse par lettres à des écrivains légitimés dans le milieu littéraire et qui jouissent d’une tribune médiatique, dont le romancier Harry Bernard et le poète et critique Alfred DesRochers – le premier signe la chronique « Le courrier littéraire » dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe tandis que le second est le fondateur et le rédacteur en chef de L’Étoile de l’Est1 – afin qu’ils publient les poèmes qu’elle inclut à son courrier. La parution de ses poèmes dans la presse lui assure ainsi une large visibilité de Québec à Sherbrooke en passant par Saint-Hyacinthe, et lui permet de faire de la réclame puisque ses textes sont publiés avec les mentions « D’un ouvrage en préparation » ou encore « De L’Immortel adolescent, actuellement sous presse ». À DesRochers, elle prodigue ce conseil qui fait foi des stratégies médiatiques mises en œuvre pour mousser sa production poétique : « Vous auriez dû – il en est temps encore – adresser un de vos poèmes (variés) à chaque quotidien du Canada indiquant : du volume qui vient de paraître. Si vous le désirez, je me ferai un plaisir de vous recopier cette liste qu’on m’a charitablement fournie il y a quelques mois. C’est ainsi que le journal, les critiques et les lecteurs s’intéressent, communiquent avec vous et parlent du livre2. » Le réseau littéraire qu’elle construit, notamment par le biais de sa correspondance, compte dans ses rangs de nombreuses figures d’autorité qu’elle interpelle sans détour sur des questions professionnelles, ce qui témoigne d’une vision fine du champ littéraire de l’époque, mais aussi de sa compréhension de l’importance de la presse dans la quête rapide du succès.

  • 3 Beaudet (Marie-Andrée), « Voix et jeux de coulisses : la correspondance Simone Routier-Louis Dantin (...)
  • 4 Routier (Simone), Je voudrais bien être un homme : correspondance littéraire entre Simone Routier e (...)
  • 5 Ibid., p. 130.
  • 6 Lacroix (Michel), « “Toi qui me vois mondaine.” Poésie, mondanité, et écriture des femmes : Les ten (...)
  • 7 Viala (Alain), Naissance de l’écrivain, Paris, Minuit, 1985.
  • 8 Simard-Houde (Mélodie), « Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1 (...)

2Ce maillage du littéraire et du médiatique reflète tout à fait sa « volonté d’être “à la page”, de suivre “la mode du jour”, expressions qui reviennent [d’ailleurs] fréquemment sous sa plume3 », comme le souligne Marie-Andrée Beaudet. Routier a non seulement l’audace de solliciter par lettre des acteurs clés du milieu littéraire, mais elle a aussi les aptitudes et l’aisance nécessaires pour entretenir ses relations en inscrivant ses échanges dans une longue durée. Ainsi, les correspondants littéraires de Routier jouent un rôle en amont en commentant, par retour de courrier, les textes soumis, et en aval en signant des critiques dans lesquelles ils saluent, sans complaisance, le style de l’auteure. Par la voie épistolaire, Routier invite donc ses interlocuteurs à agir tour à tour comme correspondant, relecteur, éditeur et critique. Dans ses différents échanges, elle fait valoir l’étendue et la qualité de son réseau, en informant ses destinataires du nom des critiques qui se sont engagés ou qui ont fait paraître des recensions de son œuvre. Dans cette perspective, elle écrit à Bernard : « Ne pourriez-vous faire passer votre critique au Devoir qui partage sûrement vos opinions, sous un pseudonyme sous lequel on vous reconnaîtrait par la suite seulement ? C’est que voyez-vous Harvey, Lanctôt, l’abbé Robert Boulanger, Francoeur et Choquette me préparent des critiques, mais j’entrevois que nul ne dira exactement ce qui est votre opinion4 » ou encore : « La critique est très agréable, merci. Vous déplairait-il que je la fasse reproduire à L’Événement ? J’y ai de solides amis5. » C’est donc par ses poèmes que Routier s’inscrit conjointement dans le champ littéraire et médiatique, et non par la chronique de graphologie qu’elle tient brièvement dans le journal L’Étoile de l’Est en 1927. Si Michel Lacroix a déjà montré comment se nouent chez Routier mondanité et projet poétique6, notamment par le biais de la dédicace et de la thématique du voyage, l’analyse que je propose s’attachera, quant à elle, à cerner ce qui serait le troisième angle du triangle qui caractérise la trajectoire et la production de l’écrivaine, à savoir le pôle médiatique. L’intérêt de Routier envers les médias semble relever davantage, malgré la légitimité dont jouissent ses correspondants littéraires et les nombreuses critiques qu’elle sollicite auprès de ses pairs, de la stratégie du succès que de celle de la réussite, pour reprendre l’opposition d’Alain Viala7. Les extraits de correspondances cités plus haut mettent bien en évidence l’attention scrupuleuse qu’elle porte à la mise en marché et à la promotion de sa poésie. Pour valider cette hypothèse et éclairer le rapport de Routier à la presse, lequel paraît reposer sur une compréhension fine des enjeux économiques, politiques, de mobilité dans le champ littéraire et de prestige qui y sont associés, je m’attarderai à son journal d’évacuation Adieu, Paris !, qui s’inscrit à la croisée du journal intime et du reportage de guerre, de même qu’à sa collaboration au quotidien L’Événement pendant son séjour européen. La forme du reportage qui module le journal de Routier s’avère d’ailleurs compatible avec la stratégie du succès puisqu’elle met en scène une figure, celle du reporter, qui se veut « médiatrice d’un rassemblement autour de valeurs consensuelles, largement partagées8 ». L’analyse de l’incidence du médiatique dans le récit que Routier fait de son évacuation, qui touche aussi bien la poétique, la forme que l’ethos construit par l’écrivaine, permettra de mieux saisir le statut particulier du texte, à la fois commande, journal intime et reportage de guerre, ses visées politiques et son rôle déterminant dans la suite de la trajectoire de la femme de lettres.

Simone Routier à Paris : correspondante, écrivaine et évacuée de guerre

  • 9 Selon Michel Lacroix, « La France, et Paris tout particulièrement, ont été la grande, l’obsédante r (...)
  • 10 Brosseau (Marie-Claude), « L’émergence d’une écriture féminine autonome au Québec : les débuts litt (...)
  • 11 Lacroix (Michel), L’invention du retour d’Europe..., op. cit., p. 88.

3C’est grâce à l’obtention du Prix David en 1929 pour la réédition de son recueil de poèmes L’immortel adolescent et à la bourse de 850 $ qui lui est assortie que Simone Routier peut entreprendre son voyage à Paris, ardemment désiré en raison de l’effervescent climat intellectuel qui y règne et du capital symbolique qu’il est susceptible de lui procurer9. Ce séjour européen, qui devait durer 12 mois, mais qui se prolonge jusqu’à ce que la Deuxième Guerre mondiale l’oblige à rentrer au pays en 1940, est dès le départ associé à la pratique journalistique et aux possibles que celle-ci ouvre en termes d’entrées, de relations et de visibilité. Non seulement ses préparatifs incluent-ils la lecture assidue des journaux français, mais elle utilise ses relations et multiplie les démarches, notamment auprès de La Tribune, Le Soleil et La Patrie, pour « se dénicher un poste de journaliste qui lui donnerait ses coudées franches à Paris, tout en lui permettant d’économiser grâce aux privilèges que confère une carte de presse10 ». Ces efforts ciblés répondent certes à des impératifs économiques, mais ils témoignent aussi de la volonté de la femme de lettres de maintenir son appartenance dans le milieu littéraire canadien-français tout en tentant de se faire connaître à Paris. Comme le souligne Michel Lacroix, « écrire dans les périodiques, outre les revenus que cela peut éventuellement procurer, constitue à l’époque pour la plupart des écrivains le lien fondamental à la vie littéraire11. » Routier obtient finalement en janvier 1930, soit à peine quelques semaines avant son embarquement pour la France, le statut de correspondante à Paris pour le compte du journal quotidien L’Événement de Québec, position enviable en ce qu’elle suppose, d’une part, une capacité à comprendre les enjeux d’une culture et d’un pays étrangers afin d’en rendre compte, et, de l’autre, une connaissance suffisante du public canadien pour adapter les nouvelles internationales à ses goûts, ses valeurs et ses intérêts.

  • 12 Chartier (Daniel), « Hector Fabre et le Paris-Canada au cœur de la rencontre culturelle France-Québ (...)
  • 13 Dans son étude sur L’invention du retour d’Europe, Michel Lacroix souligne que ces quatre poètes n’ (...)
  • 14 Signalons tout de même le texte de Jacqueline Mabit, « Paris et les Allemands », publié dans la rev (...)

4En plus de ses études en phonétique à l’Université de Paris et en littérature à la Sorbonne, de son emploi de dessinatrice-cartographe aux Archives de l’ambassade canadienne à Paris, Routier publie, pendant son séjour, trois recueils de poèmes et d’aphorismes, et collabore à quelques journaux français. Elle signe notamment un article dans France-Amérique sur la littérature canadienne, puis d’autres dans La bouteille à la mer, revue de poèmes, de contes et de nouvelles, La Parenthèse et Paris-Canada, fondé par son compatriote Hector Fabre en 1884 pour servir de « trait d’union entre les deux pays12 ». À Paris, Routier prononce aussi une conférence sur « Le film français au Canada ». Elle se montre ainsi plus ouverte que ses compatriotes exotiques exilés, Marcel Dugas, René Chopin, Paul Morin et Guy Delahaye, à afficher ses origines canadiennes et à en tirer profit13. Outre ces collaborations ponctuelles qui font foi de son inscription dans l’espace médiatique français à titre d’écrivaine canadienne, elle sert d’agente de presse pour certains acteurs de son réseau littéraire en distribuant des livres d’Alfred DesRochers et de Louis Dantin, par exemple, auprès de ses contacts parisiens. On peut supposer que ce rôle lui permet de consolider sa position au sein de son réseau, et ce, des deux côtés de l’Atlantique. Dès son retour au Canada, elle publie le journal de son évacuation forcée entre le 10 mai et le 17 juin 1940 sous le titre Adieu, Paris !. Bien qu’il ne s’agit pas d’un témoignage écrit à chaud, publié au jour le jour à mesure de son écriture et qu’un délai temporel de plusieurs mois intervient dans le processus de rédaction et d’édition, Routier est l’une des premières Canadiennes françaises à rendre compte en tant que témoin du conflit mondial14, puisque la plupart des auteurs qui offriront des récits de guerre au public canadien partent pour la France au moment où elle-même en revient. Ce qui fait dire au critique Pierre Baillargeon, en 1941, que

  • 15 Baillargeon (Pierre), « Adieu, Paris ! par Simone Routier », La Relève, vol. 5, no 7, avril 1941, p (...)

Les trois événements les plus considérables de l’histoire de France ont eu lieu depuis que nous ne sommes plus des Français : la Révolution, l’Épopée napoléonienne, enfin la Grande Guerre et cette guerre-ci qui ne forment qu’une seule guerre inachevée encore. Les deux premiers événements n’ont pas eu, que je sache, de témoin canadien. Au moins, sur cette guerre-ci avons-nous déjà le témoignage d’une évacuée canadienne, qui a dû fuir la guerre15.

  • 16 Dans son étude sur le reportage, Mélodie Simard-Houde rappelle, en reprenant les quatre principes d (...)
  • 17 Gobeil (Anne-Sophie), « Dynamiques de genre et pratiques professionnelles : le cas des journalistes (...)

5Même si l’écriture de ce témoignage ne s’effectue pas pour le compte d’un organe de presse, ce qui contribue certainement à l’hybridité du texte et à l’ethos que s’y construit l’écrivaine16, Routier y joue néanmoins son rôle de correspondante, au sens où elle transmet « une information d’intérêt public à ses concitoyens dans un contexte où [elle] est l[a] seul[e] à pouvoir le faire. En effet, une fois sur le terrain, [elle] devient les yeux et les oreilles de ses compatriotes [et] représente leur seul et unique moyen de comprendre ce qui se passe. De ce fait le correspondant devient presque la vedette de l’heure lors de conflits : puisque les enjeux des événements qu’il couvre sont grands et qu’il représente l’une des rares sources fiables sur le terrain, voire la seule17 ». De là, sans doute, l’empressement de Routier et du journal Le Droit à publier ce texte.

6Le récit de Routier aurait cependant d’abord été rédigé à la demande du ministère des Affaires extérieures pour éclaircir les conditions de l’évacuation de la Délégation canadienne à Paris, dont font également partie les écrivains Robert de Roquebrune et Marcel Dugas, puis complété à la faveur du journal Le Droit d’Ottawa, qui le publiera par tranches à partir d’octobre 1940 et en volume aux éditions du Droit en décembre de la même année. Le journal sera réédité en 1941 chez Beauchemin à Montréal et en fascicules en 1942 dans le supplément de La Revue paroissiale de l’Immaculée-Conception à Montréal. Finalement, une cinquième édition revue et augmentée du texte paraîtra en 1944 chez Beauchemin. Ainsi, le texte de Routier est réédité en alternance dans la presse et en livre sur une très courte période, ce qui tend à montrer la volonté de l’écrivaine d’occuper les deux espaces de manière simultanée, mais aussi de tirer profit de sa position privilégiée de témoin avant la fin du conflit mondial et avant le retour de ceux et celles qui livreront à leur tour au public leur témoignage de guerre. Ces rééditions s’inscrivent également dans les tentatives visant à mobiliser l’opinion publique en faveur de l’effort de guerre, j’y reviendrai.

7Avant d’examiner plus en détail le journal de l’évacuation de Routier, je m’intéresserai pour le moment au seul article, selon les dépouillements menés par coups de sonde entre 1930 et 1940, qu’elle fait paraître à titre de correspondante dans le quotidien L’Événement en mars 1934. Ce texte est motivé par l’actualité : la mort du roi des Belges, Albert Ier, qui l’oblige à quitter Paris pour couvrir les funérailles royales à Bruxelles. S’étalant sur deux colonnes et demie en page 4 avec les autres nouvelles politiques internationales, cet article ressemble à bien des égards à Adieu, Paris !, à tel point qu’il pourrait être considéré comme le laboratoire d’une écriture et d’un ethos médiatiques. Routier y propose un compte rendu de l’événement, décrivant la cérémonie d’heure en heure depuis son départ de Paris au petit matin jusqu’à son retour au début de la nuit. À la manière du reportage, le récit de l’événement est enchâssé entre l’exposé des problèmes, obstacles et contraintes qui compliquent son déplacement et la cueillette de l’information :

  • 18 Routier (Simone), « Aux funérailles du Roi-soldat », L’Événement, 17 mars 1934, p. 4.

Parti à six heures, notre rapide entre en gare du Nord à dix heures. Un tram nous amène, aussi près du Palais que possible ; c’est-à-dire à quatre kilomètres, à Laeken où vient expirer la marée humaine qui a envahi, durant toute la nuit, la ville. Chacun aspire à une place en bordure de la chaussée. [...] De 10 heures 30 à 1 h 30, sur un monticule de terre argileuse et humide, immobiles dans le brouillard glacé, nous attendons la lunette braquée sur le petit pont qu’il doit franchir une dernière fois. Mais voici que des échelles, des marchepieds, des tréteaux viennent se planter dans l’allée libre au pied de notre tertre. Indignation, crise et protestations inutiles. Tout est à recommencer. Il faut, un petit bonheur, s’insinuer dans la foule, chercher les quelques centimètres d’azur, entre cous et chapeaux où l’œil pourra, aux caprices des oscillations de la foule, essayer de voir18.

  • 19 Selon Marie-Ève Thérenty, le récit des complications fait partie de la « scénographie de l’informat (...)
  • 20 Simard-Houde (Mélodie), « Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1 (...)

8Ce type de mise en scène du contexte du reportage, qui participe de la « scénographie de l’information19 », d’une part dramatise le travail de la correspondante qui, parmi des femmes prises de malaise et transportées sur des civières, doit redoubler d’efforts pour accéder à l’information, et d’autre part contribue à l’héroïsation de sa figure. Selon Mélodie Simard-Houde, cette scénographique, qui s’apparente à une forme de rituel, « renvoie aussi au fait que cette scène narrative participe d’un cérémonial démocratique, par lequel le reporter, en vertu de son statut de témoin professionnel, s’institue comme l’ambassadeur sensible de son lectorat. » Elle ajoute, en outre, qu’en « révélant les conditions de la collecte d’information et du témoignage, [cette scénographie] scelle le pacte de factualité du reportage, revêt une fonction d’attestation, d’authentification20. » L’article de Routier se clôt sur un topos du reportage, soit sur les nombreuses embûches qui ont ponctué l’itinéraire du retour (train bondé, grève des taxis, etc.) ainsi que sur l’inutilité relative du périple due à la concurrence déloyale que livrent les nouvelles technologies de diffusion au journalisme de terrain :

  • 21 Routier (Simone), « Aux funérailles du Roi-soldat », art. cit., p. 4.

Le lendemain de ma journée fameuse, j’apprends d’amies qui ont assisté par T. S. F. aux obsèques royales qu’elles en ont vu davantage que certains de ceux qui ont fait le voyage. Cinq speakers, placés à Sainte-Gudule, à la crypte de Laeken et sur trois différents points du parcours, d’une voix lente, intelligible et émue, de dix heures à trois heures, leur ont littéralement fait suivre toute la grandiose cérémonie. Nous entendîmes même, me disent-elles le piaffement des chevaux, le roulement des carosses, […] le crissement du cercueil sur la catafalque et les sanglots étouffés dans l’église21.

9Outre la représentation du travail journalistique qui rend compte de la capacité de Routier à s’imprégner d’un imaginaire contemporain de la course à l’information, l’article accorde une large place à son expérience de témoin. Celle-ci permet de bien camper la subjectivité de la correspondante, dont le corps et les sens agissent comme prisme par lequel le reportage est transmis au public. Détaillé, le récit de l’événement est conçu pour donner au public canadien l’impression d’y avoir assisté : d’avoir aperçu, comme elle, la scène à travers le « brouillard glacé », d’avoir senti « la foule [...] secouée d’un frisson » et la « petite pluie fine tombée », d’avoir entendu dans « le silence émouvant » monter « les sonneries des clairons ». Le compte rendu sensible de Routier est par ailleurs adapté, par les comparaisons qu’il tisse, au lectorat canadien à qui il est destiné :

  • 22 Idem.

En Belgique, tout comme chez nous, les femmes ne se joignent pas au cortège funèbre. C’est donc à l’église, en grands voiles de deuil, que viennent s’agenouiller devant le trône royal près de la reine Élisabeth et de la princesse Astrid les princesses Clémentine et Joséphine, les duchesses de Vendôme, la princesse Geneviève de Chapponay, les princesses Marguerite et Martha de Suède22.

  • 23  Routier (Simone), Adieu, Paris ! Journal d’une évacuée canadienne 10 mai – 31 août 1940, 5e éditio (...)
  • 24 Ibid., p. 19.

10Cette subjectivité, qui affiche ses origines canadiennes et, par conséquent, sa compétence à représenter le public canadien, favorise le rapprochement entre cet article de L’Événement et le journal Adieu, Paris !, où l’on retrouve un sujet mû par les mêmes sensibilités à la musique et aux bruits, et dont le regard est plus naturellement attiré par des figures de femmes. Enfin, les pointes d’humour, qui émaillent le style de Routier et qui sont généralement récurrentes dans l’écriture du reportage, provoquent, dans les deux cas, un contraste par rapport à la gravité des circonstances décrites, mais attestent de la complicité qu’elle cherche à établir avec son lectorat. Les préoccupations prosaïques et quotidiennes, comme les conditions du temps et la difficulté à trouver un lieu pour le repas, ainsi qu’un attrait pour le faste et la mode occupent une place de choix dans le compte rendu des événements que livre Routier. Si, aux funérailles royales, son regard s’attarde à décrire les « perruques argentées, à bicornes et à houppelandes grises » des cochers, dans le récit de son évacuation forcée, elle confie avoir souffert du froid pendant une alerte, car « par une crainte bien stupide d’être ridicule, [elle] avai[t] abandonné le masque à gaz et le manteau lourd23 » ou observe, en circulant dans la capitale en état de guerre, que « Ce printemps, les vitrines des boulevards ont habillé leurs mannequins de costumes d’alerte qui rappellent celui des skieuses, en plus masculin. Mais la Française est rondouillette et n’a pas, en général, la juvénilité ni la longueur de jambe qui permettent de bien porter ce travesti24. » Ces dernières remarques sur les tendances vestimentaires en temps de guerre et les particularités du corps des Françaises confirment que le texte n’a pas été écrit dans le seul but de renseigner le ministère des Affaires extérieures sur son évacuation, mais qu’il était aussi destiné à un public canadien plus large.

11La lecture d’Adieu, Paris ! à la lumière de l’article sur les funérailles du Roi soldat met bien en relief l’inscription du médiatique – lequel renvoie aussi bien au support du journalisme écrit qu’aux poétiques et scénographies qui le caractérisent – dans le journal d’évacuation tout en dégageant ce qui relève plus spécifiquement de l’écriture de l’intime, que la forme du journal donnée au texte appelle, et qui se retrouve à un moindre degré dans l’article publié dans L’Événement. Au-delà de l’inscription forte du corps et des sensations, Adieu, Paris ! laisse émaner des traces de l’intime, d’un drame intérieur, qui fait écho au drame collectif, mais qui s’en distingue néanmoins. Ce drame, intelligible par les rares confidences que livre l’écrivaine, colore de manière particulière le regard que Routier porte sur l’Autre, sur la guerre et sur son exode. Cette expression de l’intime constitue une manifestation supplémentaire de l’anticipation d’un lectorat plus vaste que celui composé par le personnel administratif du ministère des Affaires extérieures. Bien que l’unique article rédigé pour le compte de L’Événement nous permette d’envisager que le statut de correspondante tant recherché par Routier était davantage nominal qu’effectif, l’analyse d’Adieu, Paris ! apporte quelques nuances. Son journal d’évacuation ne pourrait-il pas en effet être considéré comme sa principale contribution à titre de correspondante ? La pression de l’actualité avec l’éclatement de la Deuxième Guerre mondiale aurait infléchi, en quelque sorte et malgré elle, son statut de « correspondante particulière », affectée à la couverture de l’actualité européenne pendant plusieurs mois, vers celui de « correspondante spéciale », dont le mandat consiste à couvrir la crise, le conflit mondial. On peut aussi postuler que, n’ayant pu faire ses preuves en tant que correspondante attitrée à L’Événement, Routier profite de son journal d’évacuation commandé par le ministère pour faire valoir ses compétences dans le journalisme de terrain auprès du lectorat canadien.

12Dès l’entrée inaugurale du journal d’évacuation datée du 10 mai 1940, on trouve des références aux médias comme source d’information : elle dit avoir été réveillée par l’allocution du ministre de l’Information relayée par la T.S.F. et cite des extraits de l’édition du Journal du jour. L’ethos façonné dans ces premières pages est celui d’une femme au cœur de l’action et bien au fait des nouvelles de l’actualité la plus récente, la mention des sources rehaussant la crédibilité des faits rapportés. À ces canaux d’information officiels s’ajoutent les témoignages d’hommes et de femmes que Routier rapporte :

  • 25 Routier (Simone), Adieu, Paris !, op. cit., p. 26.

Hier, Irène Trétiakoff est arrivée chez moi pour dîner, les yeux dilatés d’épouvante. Elle a vu, de ses yeux vu, deux parachutistes atterrir avenue des Champs-Elysées ! La radio dément, au dessert, et prétend qu’il s’agit d’un ballon d’observation qui est dégonflé. Irène dit qu’il n’y a pas à confondre deux paires de mains et de pieds avec une saucisse ou un ballon captif25.

  • 26 Ibid., p. 29.
  • 27 Ibid., p. 32.
  • 28 Ibid., p. 40.
  • 29 Ibid., p. 48.
  • 30 Idem.
  • 31 Ibid., pp. 69-70.

13La maîtrise des codes de la sociabilité mondaine – tant en ce qui concerne l’art de la table que l’art épistolaire – et l’appartenance à un vaste réseau constituent de précieux atouts dans la collecte de l’information sur lesquels Routier insiste : « Ce matin, je reçois une lettre de madame Douglass O., arrivée à Londres il y a quelques mois avec le premier contingent canadien. Son mari est capitaine, elle est infirmière26 », « Madame G. me raconte...27 », « Madame B. me décrit les bombardements bas28 », « Nette me décrit d’indicibles scènes de détresse, d’émotion29 ». Routier prend soin, lorsqu’elle est en mesure de le faire, d’authentifier ces témoignages : « N’ai-je pas moi-même entendu l’appel fait par radio aux réfugiés belges désireux d’être employés selon leurs capacités en France30 ? » Son réseau, largement féminin, lui permet ainsi de diversifier et de confronter ses sources dans le but d’offrir au public un récit à la fois complet et particulier de l’événement, au sens où il cumule les informations transmises par une pléthore de témoins de première ligne. Le plus souvent, Routier rapporte longuement le discours de ses interlocutrices de manière indirecte, celui-ci est même entrecoupé par des intertitres qui rendent compte de ses interventions dans l’organisation et la construction du récit. De telle sorte qu’une certaine confusion s’installe entre les événements dont elle a été témoin et ceux qui lui ont été racontés. À cette position de témoin informé s’ajoutent dès lors le devoir et la responsabilité de la mise en récit du témoignage. Si elle ne risque pas sa vie, comme les reporters, pour transmettre sans délai les dépêches qu’elle rédige, Routier se représente en train d’écrire dans des conditions pour le moins précaires et difficiles qui l’inscrivent au cœur des événements, conférant de la crédibilité au récit et à celle qui le produit : « Côté gauche de cette longue gare, entre la cantine et le buffet, les grappes de gens sont immobiles, comme pétrifiées dans la stupeur. On n’y distingue guère que les pleurs fatigués des enfants et un épais silence de désolation. Assise sur ma mallette, je note un peu de ce que je vois et j’entends31. » Ce court extrait condense les éléments clés de la scénographie du reportage telle que la décrit Mélodie Simard-Houde, soit

  • 32 Simard-Houde (Mélodie), « Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1 (...)

la nécessité d’attester, d’authentifier l’information en donnant à voir les conditions du témoignage (c’est là sa principale fonction). Elle permet aussi de légitimer et de valoriser, dans ces premiers temps, le travail du reporter sur le terrain. Enfin, par ricochet, elle active une fonction figurative ; elle permet au reporter de se mettre en scène, de construire un ethos, toujours duel, à la fois celui d’un témoin et d’un scripteur de l’information32.

14Bien que reporter malgré elle, Routier affiche les traits posturaux de cette figure de journaliste de terrain. Les notes d’humour et d’autodérision qui ponctuent ici et là le récit contrastent avec l’angoisse et l’horreur de la situation, mais rehaussent le caractère stoïque de l’écrivaine-reporter qui, même plongée dans le drame, conserve son sang-froid et la maîtrise d’elle-même. Si elle s’approprie, dans une certaine mesure, la posture du reporter, elle adapte la forme de son récit. En effet, plutôt que d’emprunter la forme épistolaire, comme le veut la tradition du reportage, son récit adopte plutôt celle du journal, ce qui module le rapport que ce récit d’actualité entretient avec le temps. Ayant déjà fait l’expérience, à son désavantage, de la rapidité des médias, comme la radio, à transmettre l’information, elle circonscrit son projet en conséquence. Elle vise à fixer la mémoire de ses impressions et des événements dont elle est témoin plus qu’elle ne cherche à divulguer dans l’urgence des nouvelles de l’actualité la plus brûlante.

15La temporalité d’Adieu, Paris ! reflète ainsi l’hybridité formelle du récit et découle, entre autres, du double mandat d’écriture qui lui est associé : d’abord rapport commandé par le ministère, puis récit dédié à la presse dans une forme qui rappelle le journal intime. Il faut, en outre, signaler que dans le récit d’évacuation de Routier, le drame personnel côtoie le drame collectif. Le départ précipité de Paris s’effectue quelque temps à peine après le décès tragique de son fiancé survenu deux jours avant la célébration prévue de leur mariage. Endeuillée, Routier doit se résoudre à quitter les lieux partagés avec le défunt et à se départir d’objets qui la rattachent à lui. À l’écriture de la chose vue et entendue, qui inscrit le récit dans l’actualité immédiate et le lie à la forme du reportage, se juxtapose dès lors une écriture de la commémoration, du souvenir amoureux, qui tire le texte du côté du passé récent et du journal intime. L’entrée du journal intitulée « Anniversaires » marque le retour à un rapport plus personnel au temps, qui n’est plus rythmé par les bombardements ou les horaires de train, mais par le cycle des naissances, des rencontres intimes et des décès :

  • 33 Routier (Simone), Adieu, Paris !, op. cit., p. 83.

C’est aujourd’hui l’anniversaire de papa. Il y a aussi deux ans aujourd’hui que la magnifique silhouette de celui qui devait devenir, et demeurer à jamais, mon fiancé s’encadrait pour la première fois, avec celle de la très pétillante Marie Dupré qui me le présentait dans la porte rustique de mon pigeonnier clodoaldien. Il est mort depuis bientôt neuf mois, aux toutes premières heures de la grande tourmente, avec son beau sourire d’homme loyal et heureux33.

  • 34 Entrevue accordée à Alfred DesRochers dans La Tribune, 29 juin 1919, p. 6 et citée dans Drapeau (Hé (...)
  • 35 Lacroix (Michel), « “Toi qui me vois mondaine.” Poésie, mondanité, et écriture des femmes : Les ten (...)

16Ce détachement relatif et ponctuel des grands événements collectifs au profit d’un temps et d’un ton plus personnels coïncide avec l’insertion de vers dans le texte. La présence de ces vers, adressés au fiancé disparu, confirme l’inscription d’un autre registre temporel ancré dans le passé puisque selon les dires de Routier elle-même : « Le souvenir est la source de la plupart de mes poèmes34. » Ces moments où l’intimité du sujet perce le récit de la guerre témoignent à la fois de la singularité de l’expérience de Routier et de la portée universelle de l’intime, puisque c’est dans ces circonstances que la poétesse canadienne éprouve au plus près ce que vivent les Français, forcés de laisser tout derrière eux pour fuir la guerre. Paradoxalement, c’est par l’expression des douleurs les plus intimes que Routier s’unit au peuple français, que son « je » se soude au « nous » français. Cette fusion par l’intime caractérise également la production poétique de Routier qui repose sur « une communauté émotionnelle35 », comme le remarque Michel Lacroix.

  • 36 Cette mise en page change entre l’édition originale de 1940 et celle de 1944. Alors que dans la pre (...)
  • 37 Louise-Hélène Filion relève également le « goût [de Routier] pour les “historiettes”, pour des fait (...)

17Même si le journal de Routier porte la marque des jours, se divisant par des entrées datées, celles-ci ne constituent toutefois pas le principe d’organisation principal du texte. Chacune des entrées se fractionne en paragraphes placés sous des intertitres qui s’apparentent ainsi à des dépêches brèves d’actualité qui seraient consignées à défaut d’être télégraphiées. En effet, la prise de notes de Routier, bien que fragmentaire, ne s’effectue pas dans l’urgence, mais s’inscrit dans un temps relativement long, celui de la perspective du retour au pays. Ce sont ces intertitres accrocheurs, comme « Panique au ministère. La République en pantoufles » ou « Une grand’mère pulvérisée », lesquels sont mis en évidence par des effets typographiques, qui assurent le rythme du journal36. Ces intertitres découpent l’actualité en petites scénettes à la manière du feuilleton publié en épisodes37, de sorte que la mise en récit semble prendre le dessus sur les procédés de l’enquête journalistique et l’attestation de l’authenticité des faits rapportés.

  • 38 Routier (Simone), Adieu, Paris !, op. cit., p. 70.
  • 39 Ibid., p. 106.
  • 40 Elle écrira, par exemple : « Le contre-torpilleur se détache de nous et va écarter deux torpilleurs (...)

18En outre, puisque les événements se succèdent à un rythme effréné, les entrées par date sont de plus en plus longues, atteignant parfois une trentaine de pages dans un récit qui en fait 198 au total, faisant en sorte que la notion des jours importe moins que le décompte des heures et les multiples incidents qui perturbent l’itinéraire du retour. Elle écrira d’ailleurs : « La moitié de ces gens a déjà perdu la notion des jours et des dates depuis le 10 mai38. » Cela dit, les entrées par date se poursuivent jusqu’au 8 juin – jour où son chef lui commande de rentrer à Paris pour rejoindre la délégation qui cherche à atteindre l’Angleterre – permettant la vérification des événements relatés et de contrer l’impression d’intemporalité créée par le contexte de guerre ou de combler le besoin de s’inscrire dans le présent malgré la déstructuration des cadres d’appréhension du temps quotidien. Or, après le 8 juin, l’écriture du journal ne se fera plus dans l’immédiat et la quotidienneté, mais dans l’après-coup à partir de notes : « les événements se succèdent avec une précipitation si aveugle [écrit Routier] que ce n’est que le 7 juillet, un mois plus tard, et non plus au jour le jour, que je puis rouvrir le journal, où je viens de puiser ces notes, pour le compléter tant mal que bien du récit qui suit39. » Dès lors, les entrées seront rédigées par une femme qui connaît l’avenir40.

Le sujet énonciateur comme trait d’union

  • 41 L’article « La tragique odyssée du Dr Duplessis en France » qu’elle publie dans Le Canada à son ret (...)
  • 42 Voir « LA chronique et LE reportage : du genre (gender) des genres journalistiques », Études littér (...)
  • 43 « Parmi tous ces êtres, la démence avant fait de nombreuses et faciles victimes. Des asiles d’alién (...)
  • 44 Ibid., p. 105.

19Sous le couvert du journal intime, Routier relate le périple de son évacuation, mais celui-ci lui fait croiser la route de milliers de civils qui fuient comme elle la Capitale. Ainsi, le récit oscille entre deux perspectives : celle d’actrice et celle de témoin de cet exode massif, lesquelles se reflètent dans la tension dialectique entre l’identification et la distanciation qui traverse le texte. Tantôt Routier s’identifie aux Français et paraît se distancier de ses compatriotes canadiens, tantôt elle jette un regard qui se veut plus détaché sur les événements qui secouent la France, et rappelle ses origines canadiennes par l’évocation de références que son lectorat et elle ont en partage. L’écrivaine met en relief la bravoure et la désolation ordinaires en consignant les multiples drames qu’elle côtoie, et tout particulièrement ceux qui mettent en scène des femmes, et qui font écho au sien, sans perspective de décrire dans sa globalité l’état de guerre dans lequel Paris et les Parisiens sont plongés. Le récit semble même, par moments, remplir une fonction cathartique. Si Routier ne fait allusion à son propre drame qu’en de rares occasions, elle se montre néanmoins plus sensible aux effets de la guerre sur l’intimité, évoquant tantôt des drames de mœurs conjugales tantôt la séparation de fiancés, révélant ainsi qu’elle observe la guerre à travers le filtre de sa propre désolation. Fondant son malheur dans celui des autres qu’elle s’attache à décrire, à consigner, Routier instaure une relation de proximité, voire de réciprocité, et d’empathie avec les Français « ordinaires » fuyant la guerre. La première référence aux tactiques de l’Allemagne nazie à s’inscrire de manière plus étoffée dans le récit concerne précisément les lettres anonymes envoyées aux soldats français ou bretons afin de les faire quitter le front en les informant des infidélités de leurs épouses. Situation qui mène, dans certains cas extrêmes, au meurtre de la femme par le mari jaloux41. Comme de nombreuses reporters françaises de la même époque, dont Marie-Ève Thérenty a analysé la pratique dans une perspective de genre42, Simone Routier s’identifie, malgré son statut privilégié de membre de la délégation canadienne, plus spontanément aux marginalisés43, femmes, enfants, vieillards, tandis qu’elle adopte un point de vue beaucoup plus critique sur ceux que la guerre place sous le feu des projecteurs : les soldats. Par exemple, elle n’hésite pas à rapporter les négligences des officiers, lesquels laissent sans surveillance pendant un déjeuner galant leur serviette contenant « des plans de la défense antiaérienne de la capitale » au bénéfice des membres de la Cinquième colonne qui s’en emparent, et prend même le soin de préciser que : « Ce n’est évidemment pas le journal ni la radio qui nous racontent cela44. » Le statut de notes prises pour soi l’autorise à livrer ses impressions sur le conflit plus librement et à exposer une perspective intime de la guerre, focalisée sur la profusion de drames personnels qu’elle provoque. Toutefois, l’inscription du récit dans un rapport de complémentarité avec le journalisme écrit et radiophonique entretient la tension entre l’écriture personnelle, axée sur l’expression d’une subjectivité et la consignation des expériences quotidiennes, et l’écriture publique, qui vise à informer autrui.

  • 45 Amossy (Ruth), La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, Presses universitaires de (...)
  • 46 Ce « nous » pointe également vers le reporter puisque celui-ci « est à la fois le représentant d’un (...)
  • 47 Dans sa correspondance à Alfred DesRochers, Routier dresse un portrait du public canadien, et notam (...)

20Au fil de l’itinéraire qui la ramène au pays, Routier s’unit par le pronom « nous » tantôt au peuple français, auquel elle s’identifie puisqu’elle vit en France depuis dix ans, tantôt au peuple d’origine, aux Canadiens, vers qui elle revient et à qui elle adresse son récit. Ce glissement pronominal extensif par lequel Routier passe du « je » au « nous » témoigne d’une volonté double : celle « de se voir et de se montrer en membre d’un groupe qui fonde son identité propre » et celle de se poser comme une « représentant[e] automandaté[e]45 ». Ce « nous » module ainsi à la fois la mise en scène de Simone Routier en tant que sujet singulier ayant assimilé la culture française et ses codes particuliers au point de pouvoir s’y fondre sans friction, et celle du peuple canadien, qu’elle prétend représenter et qui, grâce à cette association, apparaît comme un tout unifié et cohérent. Cette identification de Routier peut avoir une fonction persuasive et performative au sens où elle invite le lecteur canadien-français à faire de même, c’est-à-dire à s’unir avec les Français, en participant à l’effort de guerre46. Bien que Routier pointe ici et là dans son texte certaines particularités des Français, elle évite d’offrir une représentation exotique de la France, représentation qui ferait obstacle au processus d’identification du lectorat47. Ce dessein peut, en partie, expliquer la focalisation sur les Français ordinaires au détriment, pourrait-on dire, des Français mondains, lettrés, gradés, etc., qui incarnent pourtant le génie français qu’il faut, si l’on en croit la conclusion du texte de Routier, absolument préserver.

21La première entrée du journal s’énonce d’abord à la première personne du pluriel, qui renvoie aux Français, avant de passer au « je » :

  • 48 Adieu, Paris !, op. cit., p. 11.

C’est au réveil, par la voix de M. Frossard, ministre de l’information, que la T. S. F. nous a tous glacés de stupeur en nous apprenant ce nouvel attentat du Reich contre des pays neutres. Nous l’attendions pourtant, d’un jour à l’autre, quoique les stratégistes nous eussent affirmé n’y point croire. […] Mon projet était d’aller passer ce weekend de la Pentecôte au Château de la Chapelle, à la Charité-sur-Loire, chez des amis. Je crois maintenant plus sage de rester à Paris, à portée de ma Légation, dans l’attente de ce qui pourra advenir48.

22Le délaissement du « nous » au profit de l’énonciation à la première personne du singulier, par l’utilisation du déterminant possessif, entraîne une certaine forme de mise à distance par rapport au peuple français, Routier se plaçant désormais dans la position de l’observatrice plus détachée :

  • 49 Ibid., pp. 13-14.

Bureaux, plates-formes d’autobus, wagons de métro, terrasse de cafés : la conversation partout s’engage entre inconnus, sur l’événement. Jusque tard dans la nuit, des noyaux de foule ne cesseront de se reformer devant les transparents de journaux où s’allonge la liste des dépêches, le honteux palmarès des crimes allemands. Bombardements de telle ville belge, de telle ville française. Des victimes civiles... Une froide colère s’empare cette fois du sentiment populaire : toujours les mêmes ces sales Boches ! Quelle race de barbares49 !

  • 50 Ibid., p. 177.
  • 51 Gobeil (Anne-Sophie), « Dynamiques de genre et pratiques professionnelles : le cas des journalistes (...)
  • 52 Routier (Simone), Adieu, Paris !, op. cit., p. 41.
  • 53 Muhlmann (Géraldine), Une histoire politique du journalisme (xixe-xxe siècle), Paris, Presses unive (...)

23En s’exprimant au « je », Routier semble renouer avec ses origines canadiennes ou, à tout le moins, ne semble plus en mesure de s’associer de manière aussi étroite aux malheurs des Français : en tant que ressortissante canadienne, elle a la possibilité, contrairement à eux, d’être évacuée. Puis, au fil du récit, des précisions de nature didactique viennent confirmer l’adresse à un vaste public canadien. Routier explique l’origine de la Cinquième colonne, définit ce qu’est un transat, et note après l’évocation d’un « imper », « [qu]’en France évoluée on tronque ainsi tous les substantifs50 ». Ces précisions rendent compte d’un souci de vulgarisation chez Routier, mais aussi de sa posture d’observatrice de la culture française, laquelle suppose une mise à distance critique. Ce discours destiné à éduquer les Canadiens vise aussi, me semble-t-il, à faire en sorte qu’ils se sentent interpellés, impliqués dans la crise que traverse la France. Émerge alors « un regard personnalisé sur les événements51 », celui d’une Canadienne installée à Paris depuis dix ans, qui cherche et choisit les sujets les plus susceptibles d’intéresser le public canadien sur la situation que traverse la France. Après avoir esquissé le tableau des misères des Parisiens évacués, elle s’adresse directement à ses compatriotes : « Essayons d’envisager cela, nous dont le cœur se retourne au seul spectacle d’un cycliste qui s’ouvre le front sur l’angle d’un trottoir52. » Cette comparaison est particulièrement évocatrice dans la mesure où elle fait appel aux sens et, plus encore, aux sentiments que les Canadiens ont en commun et qui créent leur cohésion en tant que peuple. Dans cette perspective, cette comparaison consolide le statut de « témoin-ambassadeur » que Routier tend à s’attribuer ; l’évocation d’expériences corporelles et sensibles favorisant la création d’un rapport d’identification entre le lectorat et l’écrivaine. Pour le dire avec Géraldine Muhlmann, si ces journalistes et reporters incarnent des ambassadeurs aux yeux du public, c’est parce que « leur corps sent comme le nôtre, que leur œil est potentiellement notre œil à tous53 ». La référence explicite à des valeurs et des sentiments que Simone Routier partage avec l’ensemble des Canadiens sert de levier au discours de propagande qui teinte le texte. La présence de plus en plus marquée d’un « nous » canadien coïncide, en effet, avec des appels à ne pas laisser mourir la civilisation française dans l’indifférence, posant au contraire le peuple canadien comme responsable de la survivance de l’esprit français :

  • 54 Routier (Simone), Adieu, Paris !, op. cit., p. 196.

Et, en regard de cette Europe croulante de civilisation, que notre Canada a encore de noble candeur et de forces inemployées ! N’est-ce pas de lui que Fernand Gregh […] disait, lors de son bref séjour en 1934, que ce pays serait peut-être un jour appelé à devenir le centre de la civilisation française54 ?…

  • 55 Simard-Houde (Mélodie), « Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1 (...)

24Au deuil du fiancé s’ajoute donc, en quelque sorte, le deuil de cette France admirée. Le retour au Canada s’envisage toutefois dans une perspective de préservation du génie français, tâche à laquelle Routier s’auto-mandate et mandate les lecteurs de son texte. Cette visée sous-jacente au témoignage de guerre met au jour le « filtre moral ou idéologique à travers lequel le reporter envisage son sujet, [les] valeurs qui organisent la mise en texte du réel, qui sous-tendent le reportage et déterminent sa visée, son engagement (social, politique)55 ». Les fondements axiologiques du texte invitent l’opinion publique à voir le danger immense qui menace la France et la culture française, et à se sentir concernée au point non seulement de se montrer favorable à l’effort de guerre, mais d’y participer. La citation de Kathleen Lovelock placée en exergue du volume pointe également dans ce sens :

When one comes from the European continent, where plans were ruined in the space of a few hours, and the most undreamed of events happened so quickly that one didn’t have the time to think, getting back to Canada seems like entering into some peaceful spot that nothing can disturb. Still past experiences teach one that this feeling of being secure is but the relude to action.

  • 56 Ibid., p. 269.

25De ce point de vue, la représentation qui se dégage du texte n’est pas celle d’un reporter neutre et « dépolitisé », mais « engagé au service de causes qui fédèrent un rassemblement56 ».

Conclusion

26En conclusion, j’aimerais revenir sur les liens observés par Michel Lacroix entre le voyage, l’intime et la mondanité dans la poésie de Simone Routier en ajoutant que ceux-ci se déploient également dans sa pratique médiatique conférant une grande cohérence à la production de l’écrivaine. Le séjour à Paris et le rôle de correspondante qu’elle y joue semblent en effet déterminants dans la trajectoire de Routier. Les liens étroits qui se tissent entre l’intime et le médiatique dès le premier (et possiblement le seul) article qu’elle signe comme correspondante à Paris pour le compte du quotidien L’Événement, notamment par la posture de la reporter, qui en est une d’immersion – culturelle et corporelle – et de proximité, trouvent dans le récit de son évacuation forcée, Adieu, Paris !, un lieu de prolongement et d’approfondissement en ce qu’ils permettent au sujet d’exprimer la singularité de son expérience de la guerre et, ce faisant, de rendre compte du drame collectif. Un double mouvement traverse donc le récit, celui qui va de soi vers l’autre et celui qui, par le contact ou la simple observation de l’autre, ramène, de manière explicite ou non, à soi. Chez Routier, le rapport à l’autre, qui puise à l’expérience intime du sujet, est au cœur du projet poétique, médiatique et le sera dans la suite de la carrière diplomatique de l’écrivaine.

  • 57 La diplomatie semble une avenue professionnelle récente au Canada dans les années 1950 si l’on se f (...)
  • 58 Lacroix (Michel), « “Toi qui me vois mondaine.” Poésie, mondanité, et écriture des femmes : Les ten (...)
  • 59 Raymond (Jean-François), Diplomates écrivains du Canada : des voix nouvelles, Bruxelles/New York, P (...)

27À son retour au Canada, Routier agira comme correspondante canadienne pour le journal La Voix de France publié à New York. Puis après une retraite de dix mois au cloître des Dominicaines, elle publie un pastiche et trois recueils de poèmes. Abandonnant la poésie à la fin des années 1940, elle entreprend une carrière diplomatique dans les années 1950, d’abord comme attachée de presse à l’Ambassade du Canada à Bruxelles, qui, rappelons-le, a été le lieu de son premier reportage avéré, puis au Consulat général du Canada à Boston57. Mise au service de la carrière poétique, la presse le sera également pour la carrière diplomatique de Routier, qui apparaît comme l’aboutissement de ce statut de correspondante pour le quotidien L’Événement, lequel sera véritablement consacré avec la publication d’Adieu, Paris ! L’analyse de l’inscription du médiatique dans Adieu, Paris ! met en lumière de manière très nette la conscience, chez Routier, que les médias constituent un puissant levier pour réussir aussi bien comme femme de lettres que comme représentante du gouvernement canadien en assurant une diffusion rapide et large de sa production auprès du grand public. Le rôle de diplomate permet à Routier d’exploiter son capital de relation et de servir d’intermédiaire afin de faciliter les rapports et les échanges entre les deux nations, ce qu’elle faisait déjà dans sa pratique journalistique, présentant la littérature canadienne dans un périodique français et décrivant l’invasion de la France dans la presse canadienne. Dans cette optique, cette fonction ne s’oppose pas, non plus, à la carrière poétique, mais s’inscrit dans le prolongement de cette pratique mondaine du voyage et de la dédicace analysée par Lacroix dans les premiers recueils de Routier, notamment en ce qui a trait au « rapport à l’espace, celui du tourisme de luxe, des croisières et séjours balnéaires, des visites à Ténérife, Venise, Barcelone ou Monaco en compagnie d’amis choisis58 ». En effet, selon Jean-François de Raymond, « Poèmes, journaux, souvenirs intimes, descriptions de personnes et de lieux […] fécondent l’activité diplomatique » et « renforcent […] la compréhension des cultures, des êtres et de leurs relations59 », ce que fait Routier en se présentant comme point de jonction entre deux « nous ».

Haut de page

Bibliographie

Amossy (Ruth), La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, Presses universitaires de France, 2010.

Baillargeon (Pierre), « Adieu, Paris ! par Simone Routier », La Relève, vol. 5, no 7, avril 1941.

Beaudet (Marie-Andrée), « Voix et jeux de coulisses : la correspondance Simone Routier-Louis Dantin », dans Lettres des années trente : actes du colloque tenu à l’Université d’Ottawa le 30 novembre 1995, sous la direction de Michel Biron & Benoît Melançon, Ottawa, Le Nordir, 1995, pp. 69-83.

Brosseau (Marie-Claude), « L’émergence d’une écriture féminine autonome au Québec. Les débuts littéraires d’Alice Lemieux, Éva Sénécal et Simone Routier à travers leur correspondance avec Alfred DesRochers (1927-1936) », mémoire de maîtrise (Lettres et littérature), Université de Sherbrooke, 1994.

Boucharenc (Myriam), L’écrivain-reporter au cœur de années trente, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004.

Cadieux (Marcel), Premières armes, Montréal, Cercle du livre de France, 1951.

Chartier (Daniel), « Hector Fabre et le Paris-Canada au cœur de la rencontre culturelle France-Québec de la fin du xxe siècle », Études françaises, vol. 32, n3, 1996, pp. 51-60.

Drapeau (Hélène), « Simone Routier, sa vie, son œuvre », thèse de maîtrise, Université de Montréal, 1965.

Filion (Louise-Hélène), « Entre distanciation et médiation. Perceptions de l’Allemagne nazie et rencontres interculturelles chez Hélène J. Gagnon, Simone Routier et Paul Péladeau », dans Europa zwischen Text und Ort / Interkulturalität in Kriegszeiten (1914-1954). L’Europe entre Texte et Lieu / Interculturalités en temps de guerre (1914-1954), sous la direction de Valérie Deshoulières, Hans-Jürgen Lüsebrink & Christoph Vatter, Bielefeld, Transcript, 2013, pp. 199-211.

Gobeil (Anne-Sophie), « Dynamiques de genre et pratiques professionnelles : le cas des journalistes québécoises correspondantes à l’étranger », mémoire de maîtrise (Communication publique), Université Laval, 2016.

Lacroix (Michel), L’invention du retour d’Europe. Réseaux transatlantiques et transferts culturels au début du xxe siècle, Québec, Presses de l’Université Laval, 2014.

Lacroix (Michel), « “Toi qui me vois mondaine.” Poésie, mondanité, et écriture des femmes : Les tentations de Simone Routier », Québec Studies, vol. 38, Fall 2004/Winter 2005, pp. 59-69.

Muhlmann (Géraldine), Une histoire politique du journalisme (xixe-xxe siècle), Paris, Presses universitaires de France, 2004.

Pinson (Guillaume), « Présentation du dossier », dans La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique, sous la direction de Guillaume Pinson, Médias 19, mis à jour le 3 juillet 2012. url : http://www.medias19.org/index.php?id=424.

Raymond (Jean-François), Diplomates écrivains du Canada : des voix nouvelles, Bruxelles/New York, P.I.E. Peter Lang, 2007.

Routier (Simone), « Aux funérailles du Roi-soldat », L’Événement, 17 mars 1934, p. 4.

Routier (Simone), Adieu, Paris ! Journal d’une évacuée canadienne 10 mai – 31 août 1940, 5e édition, Montréal, Beauchemin, 1944.

Simard-Houde (Mélodie), « Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1939) », thèse de doctorat (études littéraires), Québec/Montpellier, Université Laval/Université Paul-Valéry, 2015.

Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007.

Haut de page

Notes

1 Alfred DesRochers est une figure centrale dans l’histoire littéraire de cette période, non seulement par sa poésie qui connaît un succès critique, mais aussi par le rôle fondateur qu’il joue au sein des « Individualistes », groupe de jeunes écrivains parmi lesquels on trouve, entre autres, Alice Lemieux, Simone Routier, Harry Bernard et Rex Desmarchais, qui tirent profit de ce vaste réseau de sociabilité littéraire et intellectuel tout en préservant leur « individualité de pensée et d’action », comme le souligne DesRochers dans Paragraphes (interviews littéraires), Montréal, Librairie d’Action canadienne française, 1931, p. 174. DesRochers agit aussi comme mentor auprès d’écrivaines en début de carrière, telles que Alice Lemieux, Éva Sénécal et Simone Routier. Voir à ce sujet les travaux de Marie-Claude Brosseau et de Stéphanie Bernier.

2 Lettre à Alfred DesRochers, décembre 1928, citée dans Brosseau (Marie-Claude), « L’émergence d’une écriture féminine autonome au Québec. Les débuts littéraires d’Alice Lemieux, Éva Sénécal et Simone Routier à travers leur correspondance avec Alfred DesRochers (1927-1936) », mémoire de maîtrise (Lettres et littérature), Université de Sherbrooke, 1994, p. 93.

3 Beaudet (Marie-Andrée), « Voix et jeux de coulisses : la correspondance Simone Routier-Louis Dantin », dans Michel Biron et Benoît Melançon (dir.), Lettres des années trente : actes du colloque tenu à l’Université d’Ottawa le 30 novembre 1995, Ottawa, Le Nordir, 1995, p. 79.

4 Routier (Simone), Je voudrais bien être un homme : correspondance littéraire entre Simone Routier et Harry Bernard, Ottawa, David, 2011, p. 123.

5 Ibid., p. 130.

6 Lacroix (Michel), « “Toi qui me vois mondaine.” Poésie, mondanité, et écriture des femmes : Les tentations de Simone Routier », Québec Studies, vol. 38, Fall 2004/Winter 2005, pp. 59-69.

7 Viala (Alain), Naissance de l’écrivain, Paris, Minuit, 1985.

8 Simard-Houde (Mélodie), « Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1939) », thèse de doctorat (études littéraires), Québec/Montpellier, Université Laval/Université Paul-Valéry, 2015, p. 3. Une version remaniée de la thèse a été publiée en 2017 aux Presses universitaires de Limoges sous le titre Le Reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire.

9 Selon Michel Lacroix, « La France, et Paris tout particulièrement, ont été la grande, l’obsédante référence culturelle de l’élite québécoise à la fin du xixe siècle jusque fort tard dans le xxe siècle. » Lacroix ajoute également qu’après les exotiques, groupe de poètes canadiens-français actifs dans la décennie 1910, « tout écrivain [canadien-français] doit dorénavant décider s’il veut ou non aller en France. Il ne s’agit plus d’un choix strictement individuel, mais d’une option fondamentale, constitutive du champ littéraire (et plus généralement, culturel) de l’entre-deux-guerres et prégnante longtemps après. » Lacroix (Michel), L’invention du retour d’Europe. Réseaux transatlantiques et transferts culturels au début du xxe siècle, Québec, Presses de l’Université Laval, 2014, pp. 1 et 265.

10 Brosseau (Marie-Claude), « L’émergence d’une écriture féminine autonome au Québec : les débuts littéraires d’Alice Lemieux, Éva Sénécal et Simone Routier à travers leur correspondance avec Alfred DesRochers (1927-1936) », op. cit., p. 97.

11 Lacroix (Michel), L’invention du retour d’Europe..., op. cit., p. 88.

12 Chartier (Daniel), « Hector Fabre et le Paris-Canada au cœur de la rencontre culturelle France-Québec de la fin du xxe siècle », Études françaises, vol. 32, no 3, 1996, p. 56.

13 Dans son étude sur L’invention du retour d’Europe, Michel Lacroix souligne que ces quatre poètes n’ont pas, à sa connaissance, publié dans des revues et périodiques français et aspiraient à être reconnus comme des écrivains français et non pas canadiens-français à Paris. Lacroix (Michel), L’invention du retour d’Europe..., op. cit., pp. 87-89.

14 Signalons tout de même le texte de Jacqueline Mabit, « Paris et les Allemands », publié dans la revue Amérique française en novembre 1941, pp. 24-27.

15 Baillargeon (Pierre), « Adieu, Paris ! par Simone Routier », La Relève, vol. 5, no 7, avril 1941, p. 222.

16 Dans son étude sur le reportage, Mélodie Simard-Houde rappelle, en reprenant les quatre principes de la matrice journalistique décrite par Marie-Ève Thérenty, soit la périodicité, l’actualité, la collectivité et la rubricité, que les textes destinés à la presse « répondent en général à de fortes contraintes d’écriture » auxquelles s’ajoutent des contraintes liées à l’idéologie et aux allégeances politiques du journal. Simard-Houde (Mélodie), « Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1939) », op. cit., p. 184.

17 Gobeil (Anne-Sophie), « Dynamiques de genre et pratiques professionnelles : le cas des journalistes québécoises correspondantes à l’étranger », mémoire de maîtrise (Communication publique), Université Laval, 2016, f. 9.

18 Routier (Simone), « Aux funérailles du Roi-soldat », L’Événement, 17 mars 1934, p. 4.

19 Selon Marie-Ève Thérenty, le récit des complications fait partie de la « scénographie de l’information » : « Le fait ne se livre pas brutalement et nu : le lecteur suit autant les aléas du récit que les aventures du reporter, qui se décrit courant après la poste, jouant de malchance dans le contrôle de l’information et la maîtrise des moyens de communication. » Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007, p. 303.

20 Simard-Houde (Mélodie), « Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1939) », op. cit., p. 11.

21 Routier (Simone), « Aux funérailles du Roi-soldat », art. cit., p. 4.

22 Idem.

23  Routier (Simone), Adieu, Paris ! Journal d’une évacuée canadienne 10 mai – 31 août 1940, 5e édition, Montréal, Beauchemin, 1944, p. 14.

24 Ibid., p. 19.

25 Routier (Simone), Adieu, Paris !, op. cit., p. 26.

26 Ibid., p. 29.

27 Ibid., p. 32.

28 Ibid., p. 40.

29 Ibid., p. 48.

30 Idem.

31 Ibid., pp. 69-70.

32 Simard-Houde (Mélodie), « Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1939) », op. cit., p. 191.

33 Routier (Simone), Adieu, Paris !, op. cit., p. 83.

34 Entrevue accordée à Alfred DesRochers dans La Tribune, 29 juin 1919, p. 6 et citée dans Drapeau (Hélène), Simone Routier, sa vie, son œuvre, thèse de maîtrise, Université de Montréal, 1965, p. 57.

35 Lacroix (Michel), « “Toi qui me vois mondaine.” Poésie, mondanité, et écriture des femmes : Les tentations de Simone Routier », op. cit., p. 59.

36 Cette mise en page change entre l’édition originale de 1940 et celle de 1944. Alors que dans la première édition, les intertitres sont placés dans la marge donnant préséance aux dates comme principe organisateur du texte, dans celle de 1944, les intertitres s’inscrivent dans le corps du texte et retiennent davantage l’attention.

37 Louise-Hélène Filion relève également le « goût [de Routier] pour les “historiettes”, pour des faits dont l’importance n’est que relative », pour les anecdotes en somme. Filion (Louise-Hélène), « Entre distanciation et médiation. Perceptions de l’Allemagne nazie et rencontres interculturelles chez Hélène J. Gagnon, Simone Routier et Paul Péladeau », dans Europa zwischen Text und Ort / Interkulturalität in Kriegszeiten (1914-1954). L’Europe entre Texte et Lieu / Interculturalités en temps de guerre (1914-1954), sous la direction de Valérie Deshoulières, Hans-Jürgen Lüsebrink & Christoph Vatter, Bielefeld, Transcript, 2013, p. 205.

38 Routier (Simone), Adieu, Paris !, op. cit., p. 70.

39 Ibid., p. 106.

40 Elle écrira, par exemple : « Le contre-torpilleur se détache de nous et va écarter deux torpilleurs allemands tandis que notre petit canon tire sur un bombardier qu’il atteint. La radio allemande nous portera disparus. L’Angleterre, deux jours après, démentira la nouvelle. » (Adieu, Paris !, op. cit., p. 170)

41 L’article « La tragique odyssée du Dr Duplessis en France » qu’elle publie dans Le Canada à son retour au pays porte précisément sur un drame amoureux survenu pendant la guerre, soit la mort de la femme du médecin pendant un bombardement allemand. Routier (Simone), « La tragique odyssée du Dr Duplessis en France », Le Canada, 24 juillet 1940, p. 14.

42 Voir « LA chronique et LE reportage : du genre (gender) des genres journalistiques », Études littéraires, vol. 40, no 3, 2009 et « Maryse Choisy chez les filles : Sur le reportage d’immersion », dans Presse, prostitution, bas-fonds (1830-1930), sous la direction de Guillaume Pinson, « Enquêtes dans les bas-fonds et le monde criminel », Médias 19, mis à jour le 24 mars 2014. url : http://www.medias19.org/index.php?id=13423

43 « Parmi tous ces êtres, la démence avant fait de nombreuses et faciles victimes. Des asiles d’aliénés avaient été bombardés. On ne savait où étaient au juste tous ces fous. Et que pouvaient-ils penser, ceux-là, devant ce carnage, de ceux qu’il est convenu d’appeler des sains d’esprit ? » Routier (Simone), Adieu, Paris !, op. cit., p. 50.

44 Ibid., p. 105.

45 Amossy (Ruth), La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 156.

46 Ce « nous » pointe également vers le reporter puisque celui-ci « est à la fois le représentant d’un “nous” auquel il appartient, et le médiateur d’un “autre” dont il s’approche au plus près. » Simard-Houde (Mélodie), « Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1939) », op. cit., p. 274.

47 Dans sa correspondance à Alfred DesRochers, Routier dresse un portrait du public canadien, et notamment des critiques littéraires canadiens, axé sur les préjugés qu’il entretient à l’égard de la France : « Le moment n’est-il pas mal choisi, écrivain canadien, à Paris, de faire parler de soi, d’ouvrir sur soi les digues du verbe dit canadien et qui se prétend offensé ? [...] L’estampe Paris sur ma couverture ne va-t-elle pas à elle seule faire jaillir des sentiments... réprobateurs ? » Lettre de Simone Routier à Alfred DesRochers, 26 août 1931, citée dans Brosseau (Marie-Claude), « L’émergence d’une écriture féminine autonome au Québec… », op. cit., p. 100.

48 Adieu, Paris !, op. cit., p. 11.

49 Ibid., pp. 13-14.

50 Ibid., p. 177.

51 Gobeil (Anne-Sophie), « Dynamiques de genre et pratiques professionnelles : le cas des journalistes québécoises correspondantes à l’étranger », op. cit., f. 11. Dans cette perspective, Gobeil ajoute : « Durant chacune de ses assignations, le correspondant garde en tête ceux pour qui il produit l’information, en essayant de répondre à leurs attentes et de les intéresser à ce sujet. Sormany précise qu’il est fondamental de “garder le contact avec son public, [de] tenir compte de ce qui lui est inconnu, [de] savoir vulgariser” (2011 : 416). […] La raison d’être du correspondant est là : dans la compréhension de son public et dans sa capacité à lui transmettre une information préparée “sur mesure” » (f. 11).

52 Routier (Simone), Adieu, Paris !, op. cit., p. 41.

53 Muhlmann (Géraldine), Une histoire politique du journalisme (xixe-xxe siècle), Paris, Presses universitaires de France, 2004, p. 60.

54 Routier (Simone), Adieu, Paris !, op. cit., p. 196.

55 Simard-Houde (Mélodie), « Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1939) », op. cit., p. 195.

56 Ibid., p. 269.

57 La diplomatie semble une avenue professionnelle récente au Canada dans les années 1950 si l’on se fie au témoignage que livre Marcel Cadieux dans Premières armes : « La diplomatie, pour employer le mot consacré, est une profession nouvelle au Canada. J’ai à cœur de la faire connaître aux jeunes car, à mon avis, ils peuvent y faire une carrière intéressante. […] Aussi ai-je voulu dans ces quelques pages faire voir dans le concret comment le diplomate doit s’adapter à des conditions nouvelles, parfois difficiles. » Cadieux (Marcel), Premières armes, Montréal, Cercle du livre de France, 1951, p. 9.

58 Lacroix (Michel), « “Toi qui me vois mondaine.” Poésie, mondanité, et écriture des femmes : Les tentations de Simone Routier », op. cit., p. 62.

59 Raymond (Jean-François), Diplomates écrivains du Canada : des voix nouvelles, Bruxelles/New York, P.I.E Peter Lang, 2007, p. 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mylène Bédard, « Adieu, Paris ! de Simone Routier à la croisée de l’intime et du médiatique  », COnTEXTES [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 18 avril 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6415 ; DOI : 10.4000/contextes.6415

Haut de page

Auteur

Mylène Bédard

CRILCQ - Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page