Navigation – Plan du site
L'intime dans le reportage

Les corps du reporter : corps propre, corps « témoin », corps public

Mélodie Simard-Houde

Résumés

Cette étude recompose, à partir d’articles collectés dans la presse de la Troisième République, l’histoire sensible de la pratique du reportage, telle qu’elle affleure dans les témoignages mêmes des reporters. La mise en scène du corps du reporter n’est pas une modalité accessoire du protocole d’écriture de l’information qui s’invente à la fin du xixe siècle : au contraire, elle participe pleinement de la pratique du reportage et de l’authentification du témoignage. Que l’expérience corporelle soit douloureuse ou sensualiste, extraordinaire ou appartenant à de nouvelles pratiques communes de loisir, elle révèle quelques choses des manières possibles de ressentir et de témoigner en culture médiatique. Le corps du reporter, qui expose dans le journal l’intimité sensible d’un sujet, est à la cheville de l’individuel et du collectif, du ressenti singulier et de l’expérience collectivement recevable. En cela, il est dicible dans l’espace public et incarne paradoxalement une intimité démocratique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi une vaste bibliographie, voir Boucharenc (Myriam), L’écrivain-reporter au cœur des années tre (...)

1Le reportage n’est sans doute pas le genre journalistique auquel on pense de prime abord lorsque l’on tente de réfléchir aux intersections de l’intime et du champ médiatique. Orienté vers la médiatisation du monde social, de la vie politique, de l’espace urbain ou exotique, il semble laisser bien peu de place à l’expression de l’intimité d’un sujet. En demeurer à cet a priori serait faire l’impasse sur la position centrale qu’y occupe le témoin journalistique, soit le reporter : un sujet qui dit « je » et qui se met en scène, en train de réaliser son enquête, de collecter l’information, de parcourir le monde et les champs de bataille, comme l’ont souligné toutes les études qui ont récemment été consacrées à ce genre sous l’angle de l’histoire littéraire de la presse1.

  • 2 Juneau (Véronique), Poétique et fictionnalisation du reportage de guerre sous le Second Empire, mém (...)

2Le reportage dont il est question dans cette contribution s’invente et se diffuse dans la presse écrite française à grand tirage, quotidienne ou hebdomadaire, des années 1880 à 1930. Cette période constitue un tournant, tant pour l’histoire de la presse que pour celle du corps, qui s’écrit désormais dans le creuset de la culture médiatique et des quotidiens de grande diffusion, des pages des nouvelles sportives à celles de l’actualité internationale. Le reportage, originellement développé, sous le second Empire, dans les balbutiements des correspondances de guerre et des enquêtes sur des faits divers criminels2, trouve alors un plein déploiement. Il est anobli, devient « grand reportage », le fait d’« envoyés spéciaux » dont la reconnaissance au sein de la hiérarchie des rédactions est appuyée par la place nouvelle que leurs enquêtes occupent, à la « une » des quotidiens comme dans l’édition en librairie. L’enquête alors plonge dans les domaines les plus divers, où le corps du reporter se trouve soumis à des expériences variées : de la guerre comme des sports modernes, de l’exploration des lointains exotiques ou des bas-fonds urbains.

  • 3 Muhlmann (Géraldine), Une histoire politique du journalisme (xixexxe siècle), Presses universitair (...)

3Pendant toute cette période, l’écriture du reportage est marquée par les modalités de l’immersion corporelle, fondement de la poétique du genre. La mise en scène du corps est tributaire de la pratique de terrain qui démarque le reporter parmi le personnel journalistique, en plus de remplir une fonction d’attestation. Elle renforce la crédibilité du témoignage du reporter et confère une dimension sensualiste à son récit. La convocation des sens – la vue, mais aussi l’ouïe, l’odorat, le toucher, le goût – participe de ce que Géraldine Muhlmann nomme les « rituels d’objectivité3 » du reportage, qui captent la confiance du lectorat dans la véracité et l’exactitude du témoignage rapporté. La devise du reporter pourrait être « je sens, donc je suis », « je sens, donc mon témoignage est vrai ». La notation du ressenti corporel, le récit des tribulations du corps confèrent en outre à la démarche journalistique du reporter un caractère empathique, subjectif, souvent héroïsant. Ces modalités peuvent toutefois se déployer, comme on va le voir, dans des registres très divers, et moduler par des voies variées la représentation de la compétence sensible du témoin journalistique, du sensualisme à la mise à l’épreuve, de l’attestation à l’expérimentation scientifique. Ce sont ces différentes voies que la présente étude met en évidence, en soulignant avant tout des constantes transversales et des topoï qui ont cours dans la représentation du corps du journaliste. Ces topoï contribuent à donner forme et sens à l’imaginaire du journalisme d’enquête, dans lequel l’expression du corps et de son expérience intime est partie prenante de la fonction sociale attribuée au nouvel acteur journalistique qu’est le reporter. C’est pour partie cette expression corporelle même qui assure le succès et la modernité de l’action de médiatisation prise en charge par le journaliste, en contribuant à rassembler un lectorat et à le convaincre de la validité de l’expérience subjective restituée. Le constat est valide dans la majorité des supports de presse alors dédiés à l’actualité et à l’information générale. Il se vérifie dans les premiers quotidiens accueillant le reportage et construisant le langage nouveau du journalisme d’information, à l’instar du Figaro, dès les années 1870 et, dans les années 1890, du Journal, et encore dans le grand quotidien des années 1930, Paris-Soir, ou dans Vu, hebdomadaire illustré fondé en 1928. J’ai moins cherché ici à spécifier des effets-supports, à repérer des variantes de posture ou de profil professionnel des acteurs journalistiques, ou encore des changements liés à l’évolution de la presse, qu’à souligner de grands regroupements de représentations prégnantes et relativement pérennes, de manière plus exploratoire que systématique, tout en veillant à les resituer dans un cadre historique.

4En effet, les usages et les représentations du corps du reporter doivent être appréhendés sous la double lumière de l’histoire médiatique et de l’histoire culturelle. Une telle contextualisation permet de cerner dans quelle mesure l’intimité médiatisée du reporter doit sa dicibilité et son émergence à des domaines exogènes au seul journalisme et qui déterminent de nouveaux usages et de nouveaux discours sur le corps, à l’instar de la guerre, du sport, de l’exploration géographique ou de la médecine. En ce sens, le corps du reporter est exemplaire de la croisée de l’intime et de la sphère publique.

  • 4 Corbin (Alain), « La douleur et la souffrance », dans Histoire du corps, t. ii, De la Révolution à (...)
  • 5 Alain Corbin, « Introduction », dans ibid., p. 7.
  • 6 Ibid., p. 8.

5Explorer les possibilités de mise en scène de la corporéité du reporter invite aussi à interroger, toujours à la lumière de l’histoire culturelle, la conception du corps dont elles témoignent, conception étonnamment variable, tantôt celle d’un « corps propre », tantôt d’un « corps objet ». Alain Corbin rappelle, dans l’introduction de L’histoire du corps, cette distinction classique qui intervient à l’époque de Jean-Jacques Rousseau et de « l’épanchement de l’âme sensible4 » : on différencie, d’une part, un « corps objet », physique, matériel, qui « peut être touché, senti, contemplé » de l’extérieur et, d’autre part, un « corps propre », siège des sensations, corps de jouissance ou de douleur dont l’individu restitue l’expérience en s’éprouvant dans sa subjectivité sensible5. À ces deux dimensions s’ajoute un déplacement, à la fin du xixe siècle, qui fait intervenir la « conscience de la gestion sociale du corps » comme le « résultat d’une construction, d’un équilibre rétabli entre le dedans et le dehors », entre « le corps pour moi et le corps pour autrui »6. De là, une porosité des frontières se dessine, qui s’affirme au xxe siècle, et qui est indissociable des conditions de dicibilité de l’intime au sein des formes nouvelles émergeant dans la culture médiatique contemporaine.

  • 7 Pennac (Daniel), Journal d’un corps, Paris, Gallimard, édition numérique augmentée, 2014.
  • 8 À l’instar des formes étudiées par Philippe Lejeune dans Je est un autre. L’autobiographie de la li (...)
  • 9 Montémont (Véronique), « Dans la jungle de l’intime : enquête lexicographique et lexicométrique (16 (...)

6Cette étude exploratoire ouvre par ailleurs sur un dernier enjeu, qui a trait à l’écriture autobiographique. En traçant une petite typologie des formes d’incarnation du reporter, je voudrais aussi – de manière ludique et un peu fictive – restituer quelque chose de la vie possible du corps du reporter, dans une recomposition biographique en forme de mosaïque d’expériences, ou de « journal d’un corps », pour reprendre l’expression de Daniel Pennac7, dont la destinée serait tracée dans les pages de la presse et recomposée à partir du corps collectif de multiples reporters. Il s’agit d’initier (et d’inviter à poursuivre plus avant) une approche du reportage comme forme d’« autobiographie médiatique8 », une lecture qui n’a jamais véritablement été faite, sans doute parce que le reportage est un genre qui, à première vue, n’aurait que peu à voir avec l’intime, comme je le soulignais d’entrée de jeu : témoin de l’Histoire en marche, comme le veut la doxa des souvenirs professionnels, observateur des grands événements, le reporter est tourné vers le monde, avant d’être tourné vers son for intérieur. Et pourtant, le reportage place au cœur de sa poétique les impressions subjectives d’un témoin du monde. L’intimité médiatisée, qui y joue un rôle fondamental, institue le corps du reporter en pivot entre l’individu et son lectorat ; elle est potentiellement partagée et politique. En cela, le reportage témoigne bien de l’« ambiguïté constitutive de la notion d’intime, cette tension entre public et privé9 ».

  • 10 L’acception psychologisante émergeant à la fin du xviiie siècle supplante elle-même l’usage plus an (...)
  • 11 Idem.

7Pour autant, quelques mots sont sans doute nécessaires pour justifier, enfin, dans le cadre de ce dossier, l’agrégation du corps et du ressenti corporel à la sphère de l’intime. Corps et intimité ont partie liée dans leur évolution historique : les acceptions de l’intime connaissent au fil du temps un élargissement comparable à celui des conceptions du corps. Elles subissent même une forme de dédoublement similaire et inversé, l’intimité intérieure, celle des émotions, des méditations introspectives et de la sphère privée, qui constitue le nœud des acceptions de la fin du xviiie siècle à la fin du xixe siècle, se complétant d’une facette externe et corporelle au début du xxe siècle10. Ce moment, qui marque aussi un échelon dans la reconnaissance professionnelle du reporter et qui constitue le tournant de la presse d’information, est ainsi celui où le corps devient inclus dans les différentes définitions de l’intime, en relation avec de nouveaux principes hygiénistes (on parle de « toilette » et d’« odeur » intime) ou, plus rarement, dans l’évocation explicite de la sexualité (« toison » intime)11. Il semble donc pertinent de croiser les facteurs et d’interroger le caractère intime de l’expression du ressenti corporel (même en dehors du contexte de la nudité, de la toilette ou de la sexualité), dans la mesure où, d’une part, l’émergence du « corps propre » est tout à fait contemporaine des premières acceptions psychologiques de l’« intime », à la fin du xviiie siècle, et puisque, d’autre part, corps et intimité se croisent à nouveau dans le contexte du tournant des xixe et xxe siècles, marqué simultanément par la visibilité médiatique accrue et par la caractérisation intime du corps. Écrire le corps participe de la conscience de soi, d’une forme d’expression du sujet, même en contexte médiatique ; comme l’émotion, la sensibilité émerge du secret du for intérieur tout en relevant d’une fabrication sociale.

Itinéraires extraordinaires

8De par le caractère stéréotypé de l’écriture de reportage, il est possible d’y repérer des scénarios récurrents, dont la plupart ont été construits dans le dernier tiers du xixe siècle, puis repris. Ceux-ci forment un répertoire historique dans lequel les reporters puisent l’inspiration de leurs enquêtes. Parmi ces scénarios, deux grandes « épreuves initiatiques » sont susceptibles de marquer le parcours des reporters, en traçant un axe symbolique et vertical dans l’espace. Sous la terre et dans les airs : voilà deux espaces extraordinaires dans l’exploration desquels le reporter connaît une forme d’initiation, accède au statut de celui qui voit et sent en des dimensions de l’expérience humaine inaccessibles à la plupart de ses contemporains.

  • 12 Thérenty (Marie-Ève), « Dante reporter. La création d’un paradigme journalistique », Autour de Vall (...)

9La descente s’effectue soit en des bas-fonds métaphoriques, zone d’exotisme de la société urbaine, soit dans un sous-sol littéralement atteint, un lieu inhabituel et dangereux, sous la surface de la terre : je prendrai pour exemple la mine, mais on pourrait citer encore les tunnels du métro en construction, les catacombes et les égouts de Paris. C’est Jules Vallès qui, en 1866, codifie la scénographie de la descente dans la mine. La mise en danger du reporter et les notations sensorielles, comme l’a noté Marie-Ève Thérenty dans un article où elle décrit ce qu’elle nomme le « paradigme de Dante12 », occupent une place de premier plan dans cette scénographie de l’enquête journalistique. L’exhibition du corps souffrant du reporter y est porteuse d’une fonction d’attestation de l’expérience vécue et peut-être, surtout, du caractère extraordinaire de cette expérience : le reporter fait figure d’initié ; il connaît une souffrance réservée à celui qui met son corps au service de l’information, une souffrance qui serait le gage d’une prise plus directe, plus authentique, sur le réel.

  • 13 Naudeau (Ludovic), « Dans la mine », Le Journal, 30 novembre 1901.

10En 1901, le reporter Ludovic Naudeau réitère l’expérience pour le quotidien parisien Le Journal et revêt comme son prédécesseur les habits du mineur. « Je dois dire ce qu’on éprouve quand on descend dans une mine, et non expliquer ce que c’est qu’une mine. / Je ne prétends nullement à la compétence, mais à la sincérité, à l’impartialité13 », écrit-il au seuil de son reportage. L’acuité des sensations du reporter est l’assurance d’une compétence d’un autre type, non pas technique, mais empathique, celle qui lui permet de rendre la condition du mineur sensible à son lectorat, après l’avoir éprouvée dans son propre corps. Naudeau évoque, comme Vallès, les sensations de la descente qui « ressemble à une chute », la dépossession du corps qui caractérise l’expérience du mineur :

Dès l’entrée dans la benne, on ne s’appartient plus. On est un fétu qu’attire, qu’aspire une force inconnue. Debout dans des wagonnets vides placés sur le monte-charge et qui sont renvoyés au fond de la mine, on sent un bourdonnement dans les oreilles, on aperçoit, comme un éclair, la lumière des galeries intermédiaires illuminées, puis tout s’arrête. C’est le fond de la fosse. […] On a traversé, sans s’en douter, les terrains d’alluvions, les sables argileux compacts, les sables verts, les roches calcaires. La sensation d’une chute dans la nuit.

11Naudeau décrit ensuite la tête qui se « heurte […] au plafond », la marche pénible, « courbés en deux », la « vague terreur » éprouvée, le « gazouillement de l’eau qui coule », les courants d’air, le pied qui trébuche, l’effort. Ainsi prime « la sincérité » de la connaissance sensible qui, seule, permettra au reporter de comprendre les mineurs, après avoir « [descendu] avec eux dans les gouffres » et « [vécu] leur vie ».

12Par-delà la proclamation de sincérité de Naudeau et la croyance en son corps sensible comme instrument de connaissance, la mise en scène du corps souffrant renferme un caractère sensationnaliste propre à s’accorder avec les visées du Journal, à une époque de forte concurrence entre les principaux quotidiens parisiens. On peut remarquer une cohérence éditoriale, à ce sujet, entre le fait que la publication de l’article de Vallès survient lors du passage du Figaro d’une périodicité hebdomadaire à une périodicité quotidienne, et celui de Naudeau, à une époque où Le Journal s’apprête à multiplier les enquêtes sensationnelles et les campagnes de presse bruyantes. Le contexte médiatique semble jouer un rôle important dans l’émergence de la représentation des souffrances et expériences de mise en danger du témoin journalistique. Le corps du reporter, plongé dans un milieu hostile, est susceptible de devenir un instrument autopromotionnel. Sa mise en avant est toutefois également tributaire de choix individuels. Tout au long de sa carrière, Naudeau demeure pareillement attaché à l’écoute et à la transcription de ses perceptions sensibles, parfois si prégnantes qu’elles brouillent l’intelligence de la situation dans laquelle il se trouve, comme dans ses correspondances de la guerre russo-japonaise (1904-1905). L’envahissement des sensations n’est pas dénué alors de visée éthique ; il exprime la particularité et l’absurdité du conflit moderne, où les armes frappent à distance :

  • 14 Naudeau (Ludovic), « Sensations de bataille », Le Journal, 10 novembre 1904.

Quand je constatais que des balles japonaises soupiraient près de moi, que des obus japonais sifflaient au-dessus de ma tête et que plusieurs batteries russes tonnaient assez loin derrière mon dos ; quand je me sentais entouré d’horreurs et que l’air opprimé, torturé par des fluides, des gaz, des flammes, des déflagrations, vibrait et geignait comme une créature consciente, il me semblait pourtant que j’étais arrivé jusqu’au champ de bataille. Mais où étaient les combattants14 ?

13Symétriquement à la descente, le corps du reporter peut connaître aussi les aléas de l’ascension, autre épreuve initiatique qui le mène aux confins du monde et qui peut se décliner sur un mode tout aussi littéral que la première. Alpine, l’ascension entraîne le reporter à vaincre les sommets les plus difficiles, au prix de souffrances mises en scène, à l’instar de celles que connaît Guy de Maupassant, protoreporter, chroniqueur en voyage pour les quotidiens mondains parisiens, qui raconte son ascension de l’Etna dans un article de 1885. Il y expose les difficultés du chemin et les agressions subies :

  • 15 Maupassant (Guy de), « L’Etna », Gil Blas, 14 juillet 1885.

C’est d’abord un souffle brusque et violent que suit un moment de calme, puis une rafale furieuse, à peine interrompue […]. / Il faut enfin repartir bien que la tempête continue. / Et peu à peu, le froid nous prend, ce froid pénétrant des montagnes qui gèle le sang et paralyse les membres. Il semble caché, embusqué dans le vent ; il pique les yeux et mord la peau de sa morsure glacée15.

  • 16 Idem.
  • 17 Idem.
  • 18 Sur Maupassant comme protoreporter dans le contexte spécifique des mutations du champ médiatique en (...)

14Après une nuit « de marche et d’efforts16 », les membres de l’équipée parviennent au sommet du volcan, où les « vapeurs de souffre [les] prennent à la gorge17 ». Comme dans les récits de Jules Vallès et de Ludovic Naudeau au fond de la mine, l’exhibition de la corporéité de Maupassant, la description des sensations de son corps souffrant participent d’une scénographie de l’immersion corporelle du reporter dans le monde. Certes, les notations corporelles sont parties prenantes de la poétique plus ancienne du récit de voyage ; toutefois, leur tonalité plus héroïsante et souffrante que sensualiste, dans ce récit de Maupassant, appartient pleinement au tournant médiatique initié notamment par Vallès, et à la construction d’une posture journalistique alors relativement neuve, celle du reporter aventurier18. Le récit de Maupassant protoreporter renvoie au moins autant, sinon davantage, aux intertextes du roman d’aventures géographiques et des récits d’explorations de reporters américains, comme Henri Morton Stanley, diffusés en France, qu’au récit de voyage classique.

  • 19 Alloucherie (Jean), « À la recherche de l’or des Andes », Paris-Soir, 5-23 septembre 1936.
  • 20 Alloucherie (Jean), « À la recherche de l’or des Andes. Épuisés, ensanglantés, ivres de coca, les h (...)

15Une semblable représentation du corps est convoquée quelque cinquante ans plus tard, en 1936, par un reporter de Paris-Soir, Jean Alloucherie, qui illustre une veine du reportage d’exploration à la croisée de la découverte géographique et ethnologique et de l’exploit sportif. Ce type de reportage au long cours est alors en vogue, propulsé par le renouveau de l’ethnologie française, et incarné par d’autres grands reporters de l’époque, comme Titaÿna. Il prolonge, dans le domaine du récit vécu, l’aventure géographique du siècle précédent et demeure marqué par l’immersion corporelle, selon des modalités très proches de celles des reportages du xixe siècle. Alloucherie s’aventure ainsi « À la recherche de l’or des Andes19 » et relate l’éprouvante ascension de la « Montagne Maudite » qui met à l’épreuve son endurance et son intégrité physique : « J’ai dû m’arrêter à chaque instant et m’asseoir, respirer ; mâcher sans trêve des feuilles de coca [...]. Aucun nuage ne nous protège du soleil et la chaleur est intense : la peau de nos visages s’en va par morceaux20. » L’ascension fait figure, comme la descente sous terre, d’épreuve initiatique pour le corps du reporter, abandonné aux duretés de l’enquête, au point que l’aventure d’un corps devient, implicitement, le véritable sujet du reportage.

16Ce recentrement de la scénographie du reportage sur le corps, assez remarquable chez Vallès, Naudeau ou Maupassant, se banalise nettement dans l’entre-deux-guerres. En effet, à la fin du xixe siècle, l’immersion corporelle, source de souffrances, demeure une modalité isolée dans la presse française, hors de la correspondance de guerre, qui constitue un cas à part. Sa diffusion dans l’entre-deux-guerres est en bonne partie tributaire – comme dans le cas de Jean Alloucherie – d’une interférence entre les figures du reporter et du sportif ou de l’explorateur. Aventurier, le reporter se porte au cœur du désert, en altitude, dans la jungle, éprouve toutes sortes de conditions extrêmes, au cours de raids aériens ou automobiles, d’expéditions, de parties de chasse. À l’inverse, maints explorateurs et sportifs de raid (tels les navigateurs Alain Gerbault et Marin-Marie) publient des récits dans la presse, en se faisant reporters amateurs de leurs propres aventures. Dans tous les cas, reportages, raids et explorations se centrent sur l’expérience corporelle et la mise à l’épreuve d’un témoin qui est aussi l’acteur héroïsé de l’aventure qu’il narre.

  • 21 Simard-Houde (Mélodie), Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, op. cit., (...)
  • 22 Martin (Marc), « Les grands reporters français durant la guerre russo-japonaise », Le Temps des méd (...)
  • 23 Corbin (Alain), « La douleur et la souffrance », loc. cit., pp. 268-271.

17De plus, les grands conflits modernes du début du xxe siècle ont contribué à instituer le reporter en dépositaire du témoignage sur la souffrance et en expérimentateur de première ligne du danger. Comme on l’a vu, Naudeau, au cœur de la guerre russo-japonaise, est un témoin dérouté par l’afflux, voire la saturation sensorielle. Un semblable brouillage des sens se vérifie chez les correspondants de guerre couvrant les grands conflits des décennies ultérieures, par exemple la guerre civile espagnole, depuis le point de vue subjectif de leur corps en danger21. L’émergence de cette modalité de témoignage est liée au contexte médiatique après 1900 (marqué par la concurrence exacerbée entre les quotidiens, la quête du sensationnel, la médiatisation à la « une » des correspondants et la reconnaissance grandissante de leur métier22), mais aussi aux spécificités du conflit moderne. Ces facteurs ont pu contribuer aux choix poétiques de Naudeau, qui se tourne en 1904 vers la restitution d’une expérience d’immersion sensorielle et le récit d’une guerre vécue du point de vue du corps d’un témoin singulier. La Grande Guerre, quant à elle, a peu laissé place aux témoignages des correspondants, en raison de la censure de la presse, mais elle a pu contribuer tout de même à asseoir la force de conviction du témoignage du reporter sur le corps souffrant, ne serait-ce que parce qu’une importante partie de la population masculine expérimente la réalité du combat. Au cours des années 1920 et 1930, la représentation du correspondant de guerre ne subit pas d’infléchissement marqué par rapport à celle qu’inaugurent les correspondants du début du xxe siècle. Dans une société où l’expérience comme le spectacle de la douleur ont été peu à peu repoussées – au cours du xixe siècle – dans les marges du quotidien, dans l’ordre de l’extraordinaire et du lointain23, le reporter incarne la subsistance (spectacularisée) d’un corps mis à l’épreuve.

18Cependant le travail du reporter n’est pas que cela. L’expérience sensible est souvent sensuelle et agréable. L’ascension initiatique peut encore prendre la forme du « baptême de l’air » et d’une révélation sensorielle, depuis les ascensions en ballon d’écrivains-journalistes au xixe siècle, jusqu’aux premiers vols de reporters sportifs en aéroplane. Le rubricard du Figaro, Frantz-Reichel, est non seulement un pionnier du journalisme sportif, mais également le premier reporter français à prendre place à bord de l’avion de Wilbur Wright qui fait des essais au Mans, en France, à l’automne 1908. Le reporter relate cette expérience inédite dans le Figaro :

  • 24 Frantz-Reichel, « J’ai volé une heure avec Wright », Le Figaro, 4 octobre 1908, p. 1.

J’ai aujourd’hui connu une ivresse magnifique. […] / Ma joie est immense et je me perds dans le tumulte énivrant [sic] des sensations éprouvées […] / Ce fut tout d’abord la curieuse et subite impression d’un plongeon dans l’espace qui me donna un coup à l’estomac […]. Dans le bruissement pressé des hélices, nous volions. Je me tendis de tout mon être pour bien voir, bien sentir, raidi, n’osant bouger, remuer. […] / Nous filions […] avec la contradictoire sensation d’un glissement vertigineux, mais tapageur, dans le fluide et le moelleux... […] / Et ce fut le premier virage […]. / Une immense émotion s’empara de moi, mon cœur se gonfla et je sentis des larmes me monter aux yeux. / […] nous volons d’un vol qu’un homme a créé24.

19Frantz-Reichel relate son expérience en des mots dans lesquels s’entrelacent les sensations du corps, l’ivresse des émotions (comme quoi celle-ci et celles-là ont souvent partie liée) et le trouble de l’esprit séduit par la conquête de l’air. L’exemple montre aussi que l’expérience du corps, pour être recevable dans le cadre médiatique, doit interpeler le public soit, comme c’est le cas ici, parce qu’elle est à peine croyable et inaccessible ; soit, tout au contraire, parce qu’elle pourrait être sienne. Frantz-Reichel n’est pas pilote, mais passager : son reportage est le premier d’une longue lignée de témoignages de passagers « professionnels » qui suivent les progrès de l’aéronautique et les vulgarisent en premier lieu par le biais de l’expérience sensorielle nouvelle qu’ils fournissent.

Expériences de la vie moderne

  • 25 Corbin (Alain) (dir.), L’avènement des loisirs. 1850-1960, Paris, Aubier, « Champs / histoire », 19 (...)

20En 1908, le vol demeure une forme d’épreuve initiatique de l’ordre de l’extraordinaire. Comme dans le cas du ressenti de la douleur, le corps du reporter transmet une expérience qui ne fait pas partie du quotidien de son lectorat. Mais l’expérience sensualiste peut aussi embrasser des pratiques démocratisées, des modalités communes de loisir, à l’instar des plaisirs du voyage, de la gastronomie, des bains de mer ou des sports modernes qui émergent à la fin du xixe siècle. Le corps du reporter est alors le support d’une expérience ordinaire, qui peut appeler une imitation de la part du lecteur. Silhouette emblématique de la vie moderne, le reporter s’attache à en explorer différentes pratiques dont il rend compte à titre exemplaire. Il participe ainsi à transcrire dans le langage les nouveaux usages et sensations du corps qui s’offrent à ses contemporains. La convocation des travaux sur l’histoire du corps permet de mettre en lumière l’ancrage culturel et social de la panoplie de petits reportages alors dédiés à différents aspects de la « société de loisirs » en plein développement25. Leur émergence et la constitution de leur poétique débordent de beaucoup les seuls facteurs médiatiques ; elles dépendent aussi des modalités d’écriture du corps de loisirs, du corps sportif ou délassé.

21Les petits reportages dont il est question trouvent d’ailleurs une place privilégiée dans le quotidien pendant la saison des vacances, propice à l’évocation d’un temps de loisir. En août 1929, un journaliste de Paris-Soir, Max Bihan, consacre quelques articles à l’expérience des activités du Trou-sur-mer sportif, telle la fréquentation de la plage. Le récit de Bihan est tout axé sur l’aventure et les sensations du corps, de sa préparation à son arrivée sur la dune puis à la baignade :

  • 26 Bihan (Max), « Trou-sur-mer sportif. La plage », Paris-Soir, 9 août 1929.

je sortis de mes valises un assortiment bigarré de caleçons de bain […]. Puis je […] me dirigeai vers les dunes où sèche un varech roux et, dans un coin, je me déshabillai. / […] le vent du large entra soudain en compétition avec ma chemise : il contournait les cabines, ondoyait selon les sillons de la falaise et ma chemise flottait sous ses coups. […] je m’avançai vers la mer. […] je dus m’offrir un cross de trois mille mètres avant de confronter mes pieds avec la mer26.

  • 27 Vigarello (Georges), « S’entraîner », dans Histoire du corps, t. iii, Les mutations du regard. Le x (...)
  • 28 Holt (Richard), « Premiers sports », dans Histoire du corps, t. ii, op. cit, p. 351.

22« Épuisé » après avoir nagé, le reporter « [regagne] la plage » et « [s’allonge] sur le sable » pour prendre « un bain de soleil » avant d’être informé par un garde champêtre qu’il n’est pas revêtu du « caleçon de bain » réglementaire. La livraison restitue ainsi sur un ton léger les aventures d’un corps à la plage et prend place, de manière significative, dans les pages sportives du quotidien, à une époque où se massifie la pratique des sports et des activités de plein air en France27, où le journalisme sportif se répand et s’autonomise, générant un personnel journalistique, des services, des pages et des périodiques spécialisés. Le reportage contribue à mettre en valeur un nouveau corps athlétique idéal, « mince [et] mobile28 ».

23Un semblable cas de figure se retrouve dans maints courts reportages qui visent à illustrer des aspects neufs, encore peu courants mais destinés à se démocratiser, de la vie « moderne » dont le reporter se veut un expérimentateur de première ligne : camping, pratique de divers sports et usage de moyens de transport (avant l’avion, les voyages en ballon, puis en paquebot et en zeppelin connaissent un investissement similaire). S’il naît à la fin du xixe siècle, ce type de reportage est cependant assez caractéristique, comme l’exploration sportive et géographique, de l’entre-deux-guerres, alors que se généralisent de nouveaux usages du corps dont le reporter est appelé à rendre compte. Ce décalage historique entre, d’une part, l’invention du reportage et, d’autre part, l’arrivée à l’avant-plan de certaines des modalités de l’immersion corporelle que présente le genre tend à confirmer le rôle prégnant de l’évolution des usages du corps dans la constitution d’une pratique et d’une poétique journalistiques.

24Les reportages sur les usages modernes du corps participent du sensualisme par la précision et, souvent, par la jouissance avec laquelle le reporter rend compte de ses perceptions, mais aussi d’une objectification du corps, puisque le reporter soumet sa personne physique à une expérience qu’il relate afin de faire bénéficier son lectorat de la connaissance de sensations nouvelles. C’est le cas de René Maine, qui décrit en détail une plongée sous-marine en scaphandre aux lecteurs de Paris-Soir :

  • 29 Maine (René), « En scaphandre sur l’épave du “France” », Paris-Soir, 14 avril 1936.

On me prête des bas de laine, un énorme caleçon montant, deux chandails tricotés d’un point serré. / Je suis pris dans cet accoutrement comme dans un justaucorps. / Le froid du caoutchouc me saisit les poignets et le cou. [...] / Les chaussures. Elles pèsent quinze kilos, rigole un matelot. Et celles-là sont spéciales pour le bal ! / – Vous savez, me conseille M. Serra, nous convenons d’un code. Deux coups vous voulez remonter. Quatre coups brefs, vous êtes en difficulté. Préférez-vous rester les mains nues ou mettre des gants ? / Je préfère mettre des gants, fussent-ils simplement de cuir. Il me semble qu’ils me protégeraient, le cas échéant. / Un scaphandrier serre ma ceinture et me donne en main le cordage conducteur. / Tout est prêt. Je traîne mes pieds jusqu’à l’échelle minuscule de coupée que j’aborde délicatement, en marche arrière, si je puis dire, jusqu’à sentir les échelons sous mes brodequins carrés et luisants. [...] / On me pose le casque. Une cage de cuivre me tombe sur les épaules, brutale. / Je descends d’un échelon, d’un autre. Il me semble que la fraîcheur m’envahit, que je vais être tout imprégné d’une sorte de rosée du matin, car, si je ne crois pas à l’invasion de la mer dans ma combinaison imperméable, je ne puis cependant me défendre d’y songer, un peu inquiet... / ET C’EST LA MER... / Quelque chose chasse la buée de mon hublot et je pense : l’air. Puis je vois la coque noire de la vedette au moment où je songe que je n’ai pas regardé, une dernière fois, avant de descendre, le beau ciel de la presqu’île. / Beau ciel !... Et c’est la mer, quelque éther où tout à coup je suis délivré de mes boulets de plomb et de cuivre, de ma pesanteur. / Voici un poisson, étonnant passant dont je n’ai vu que la nage fulgurante. Il y a ainsi des reflets d’argent qui trouent cette demi-obscurité où glissent, sans que je les sente, le long de ma combinaison29.

25L’expérience sensorielle n’est pas un motif accessoire ou convoqué à seule fin d’attestation ; elle constitue le cœur de l’information transmise par le témoignage, qui s’organise autour d’elle. Loin de se cantonner au seul domaine de la vision, elle concerne un ressenti plus intégral et sans doute plus intime, car moins tourné vers l’extérieur que vers le corps propre du sujet : celui des muscles fatigués par la lourde combinaison, de la peau au contact de la fraîcheur des gants ou de l’eau environnante. À cet égard, un autre exemple, celui du reportage gastronomique, permettrait de même d’illustrer que le sensualisme du reportage a recours à l’intégralité des sens. L’odorat et le goût deviennent, dans ce type d’enquête spécialisée dont on observe des occurrences dans l’entre-deux-guerres, les supports d’une évaluation, d’un jugement de la part du reporter. Ces sens sont alors investis, tout comme la vue, du pouvoir de transmettre une vérité objective à partir d’une appréciation individuelle, de faire naître la confiance du lecteur dans le jugement gustatif du reporter.

  • 30 Ory (Pascal), « Conclusion : quelle tendance ? », dans Histoire du corps, t. iii, op. cit., p. 159.
  • 31 Vigarello (Georges), « Le corps du dedans », dans ibid., p. 178.
  • 32 Ibid., p. 179.

26L’évolution du sensualisme du reportage, qui s’épanouit dans l’entre-deux-guerres, accompagne ainsi le « mouvement d’individuation » du corps décrit par Pascal Ory, mouvement qui, au début du xxe siècle, « pose au centre de l’univers, donc d’abord de la société, un individu à la recherche de son autonomie, ici objet et sujet d’une économie de l’entretien et de l’épanouissement corporels, là objet et sujet d’un discours hédoniste30 ». Ce mouvement permet l’émergence d’un ressenti inédit, « celui des muscles éprouvés, interrogés, “conscientisés”31 » d’un individu à l’écoute de ses sensations. Dès lors, la littérature sportive se montre « [attentive] au registre sensoriel comme jamais jusque-là32 », ce dont on retrouve des échos nets dans la poétique du reportage, tributaire – outre des mutations importantes du champ médiatique et du contexte politique – du réinvestissement conscientisé du corps.

Du corps propre au corps témoin : le protocole expérimental

27Les expériences évoquées jusqu’à présent sont l’occasion de transcrire dans le journal le ressenti du corps propre du reporter. Cependant le reportage laisse parfois place à une objectification du corps, par laquelle l’intimité du reporter tend à être abolie, comme si lui-même en venait à considérer son propre corps d’un œil froidement extérieur. Il peut ainsi devenir objet de science, « corps expérimental ». C’est le cas lorsque Bertie Henri Clère, un reporter anglais, effectue pour Le Journal, en 1892, une enquête sur « l’inoculation » (ou le vaccin) contre le choléra. L’expérience se veut une forme d’adaptation alors inédite dans la presse française du stunt journalism à l’américaine ; Clère calque son projet sur celui d’un reporter du New York Herald, Stanhope, qui a séjourné avant lui dans un hôpital de Hambourg en pleine épidémie de choléra, pour prouver l’efficacité de l’inoculation contre cette maladie. Clère entend démontrer le contraire, c’est-à-dire l’inutilité du vaccin et l’invalidité de l’expérience de Stanhope, en soumettant son corps aux mêmes risques, sans avoir reçu le vaccin.

28Ainsi, le corps exposé de Clère devient un corps « témoin » au sens scientifique, dans une démarche calquée sur le protocole expérimental (son corps sert de comparant par rapport à celui du premier reporter). Clère restitue les moindres indications quant à son état de santé et aux conditions matérielles de son séjour, insiste sur les possibilités de contagion. Il se livre à des gestes que le lecteur doit supposer dangereux et qui sont décrits avec ostentation :

  • 33 « M. Bertie-Henri Clère à Hambourg », Le Journal, 6 octobre 1892.

Stanhope a bu de l’eau ordinaire, la même que celle dont la population fait usage, qui arrive par les tuyaux de la Compagnie et qui, ainsi, se trouve filtrée en quelque sorte. Mais cette eau, ainsi que les infirmiers me l’ont expliqué, n’avait pas été filtrée à proprement parler et elle n’avait pas davantage été bouillie. J’en ai bu deux verres, en conscience. J’attends le résultat de cette absorption33.

  • 34 « Le “Journal” à Hambourg », Le Journal, 8 octobre 1892.

J’ai touché tous les cholériques gravement atteints ; j’ai touché leurs joues, leurs bras ; j’ai mis mes doigts ensuite dans ma bouche, dans mes narines pour aspirer le mal34.

  • 35 Le Journal, 10 octobre 1892.
  • 36 Moulin (Anne Marie), « Le corps humain comme objet d’expérimentation ou la société-laboratoire », d (...)

29Le reporter se montre attentif aux manifestations de son corps – mais moins à ses manifestations internes et sensorielles qu’à ses symptômes : « Pour ma part, j’ai été, aujourd’hui, en proie à un commencement de diarrhée cholériforme35 », note-t-il prosaïquement. Son corps se trouve muté en objet expérimental, contrôlé, selon une rhétorique et un protocole empruntés à la science médicale. L’innovation journalistique doit être replacée dans un débat scientifique contemporain (sur le moyen de combattre le choléra) comme dans des pratiques médicales : l’expérimentation médicale sur les humains est, à la fin du xixe siècle, objet de revendications par les médecins alors peu soucieux d’une réflexion éthique ou de l’obtention du consentement des sujets. Pour prouver son innocuité relative, l’autoexpérimentation devient courante chez les médecins, qui « avalent leurs parasites » ou « [absorbent] des “jus” de microbes »36. Les expériences de Clère et de Stanhope peuvent être lues comme une transposition journalistique de ce type d’annexion du corps aux impératifs de la science.

  • 37 Choisy (Maryse), Un mois chez les hommes. Reportage, Paris, Éditions de France, « Le livre d’aujour (...)

30Le corps du reporter devient instrument de connaissance (même si celle-ci est en partie illusoire et relève jusqu’à un certain point d’une quête de sensationnalisme). Le corps est ici l’instrument crucial rendant possible le reportage ; il est objectifié au risque de connaître des dégradations au cours de l’expérience. Il en va de même lorsque le corps, dans d’autres reportages, se travestit, pour permettre à l’enquêteur de se glisser dans différents rôles et d’expérimenter la « réalité » présumée de métiers ou de conditions sociales autrement inaccessibles : gueux, homme-sandwich, mannequin, domestique, prostituée, moine… Le corps du reporter apparaît alors étonnamment labile et modulable, voire entièrement abandonné, parfois jusque dans ses dimensions les plus intimes, dans son intégrité physique, sa dignité, sa sexualité, ses fonctionnalités, aux nécessités du métier journalistique. On peut citer à cet égard le cas de Maryse Choisy, une reporter de l’entre-deux-guerres qui affirme s’être fait retirer les seins par chirurgie afin de pouvoir pénétrer, sous le couvert d’un déguisement masculin, chez les moines du mont Athos, où elle se trouve livrée à la convoitise sexuelle d’un jeune novice37. Si l’instrumentalisation expérimentale de son propre corps par Clère semble nier, par son approche pseudo-scientifique, la dimension intime et sensorielle de la corporéité, elle constitue pourtant aussi une des formes d’exposition les plus crues et les plus sensationnalistes du corps du reporter. La publication de son reportage, d’ailleurs, prend sens – comme dans les cas précédents de Vallès et de Naudeau – en regard du contexte éditorial et médiatique, Le Journal se trouvant, en 1892, dans ses premiers mois d’existence, soucieux d’inventer une formule qui laisse place aux formes les plus nouvelles du journalisme et qui attire massivement les lecteurs.

Dysfonctionnement et mortalité

  • 38 Jacob (Madeleine), « L’ascète chez Gargantua », Vu, n° 349, 21 novembre 1934, pp. 1477-1479.
  • 39 Idem.
  • 40 Idem.

31Vue l’importance du corps comme support de sincérité, de vérification sensible, courroie de transmission démocratique entre l’expérience du « réel » et le lectorat, que se passe-t-il, dès lors, lorsque le corps du reporter se montre inadéquat ? lorsqu’il ne possède pas la sensibilité ou l’habileté requises pour « réussir » son expérience immersive ? La question découvre le jeu de mise à distance que peut entretenir le reporter avec les stéréotypes du genre (surtout à partir des années 1920, une fois celui-ci bien établi dans la presse) ; les moments où le corps faillit à sa tâche prouvent a contrario la fonction fondamentale de l’écriture sensible dans l’économie du reportage. Ainsi, une reporter des années 1930, Madeleine Jacob, joue de son incompétence sensorielle dans un registre d’autodérision doucement ironique : à l’occasion d’un reportage gastronomique effectué pour l’hebdomadaire Vu sur les fêtes de la Cuisine lyonnaise et intitulé « Une ascète chez Gargantua », elle s’emploie à montrer à quel point elle est peu qualifiée pour une telle expérience gustative, elle qui « n’aime ni les carottes, ni les haricots verts, ni les petits pois, […] ni les pâtes, ni le riz38 », qui est peu disposée à goûter les plats qu’on lui présente « parce [qu’elle a] peur de trouver cela très mauvais et de le recracher là, sur place39… ». C’est avec délectation que son corps retrouve le repos après le festin : « Six heures sans manger, sans boire, après trois jours de festins biquotidiens, mais c’est magnifique40. » On retrouve une semblable autodérision dans les reportages d’Albert Londres – sans doute le grand reporter français le plus célèbre des années 1920 – qui se met souvent en scène comme un reporter physiquement peu doué – maladroit, impatient, aux réflexes peu aiguisés –, traçant une image cocasse de son incompétence et prenant le contrepied de la représentation typique du reporter héroïque, sportif, prêt à triompher dans toutes les situations. Amusantes par l’écart qu’elles ménagent avec les représentations dominantes de la compétence sensible du reporter, ces mises en scène décalées n’en contribuent pas moins à affirmer, en creux, l’importance de la corporéité du reporter, qui caractérise sa présence au monde, et se trouve inscrite dans la restitution des sensations d’un « corps propre », et parfois d’un « corps objet », exposé au cœur de l’enquête.

  • 41 Danjou (Henri), « Quand j’étais en Espagne avec Louis Delaprée... », Paris-Soir, 13 décembre 1936.
  • 42 Paris-Soir, 11 décembre 1936.

32Dans une certaine mesure, la biographie recomposée du reporter ne laisse à son corps aucun retrait hors des lumières de la scène médiatique. C’est jusque dans sa mort que son corps est décrit, lorsque celle-ci survient « en devoir professionnel ». Le corps témoignant est alors exposé symboliquement dans les pages du journal comme dans un salon funéraire. Ainsi, un reporter de Paris-Soir, Louis Delaprée, meurt de manière violente pendant un reportage sur la guerre civile espagnole, en décembre 1936, après que l’avion qui le transportait d’Espagne à Toulouse a été mitraillé en plein vol, lui causant une grave blessure qui entraîne son décès quelques jours plus tard. L’hommage posthume insiste sur l’oubli de soi dont a fait preuve le reporter dans l’exercice de son métier : « Il [Delaprée] ne pensait pas plus aux risques qu’il courait qu’à sa propre fatigue, puisque Paris-Soir devait être informé avant tous les autres journaux du monde ! […] Son devoir […] lui faisait oublier l’âpre et bouleversante sensation de la mort41. » La mort de Louis Delaprée rappelle que le corps du reporter est un corps public jusque dans le détail et l’évolution de ses atteintes. Dans les comptes rendus de l’état du blessé, le corps du reporter est mis en avant ; la presse retrace l’évolution de sa condition qui se dégrade : « On constata d’abord une fracture de l’os iliaque et peu après une perforation des intestins. Mais la grande faiblesse persistante du malade ne permettait toujours pas de prendre la décision d’une intervention chirurgicale. […] La nuit semble n’avoir pas été trop mauvaise. Delaprée a dormi un peu42 », peut-on lire la veille de sa mort. Le corps souffrant du reporter moribond ne lui appartient pas tout à fait : il est garant du caractère absolu de son engagement professionnel.

  • 43 Anonyme, « L’état de santé de Louis Delaprée inspire de vives inquiétudes », Paris-Soir, 11 décembr (...)
  • 44 À propos de son confrère du Matin, Jules Hedeman, mort à Verdun. Lauzanne (Stéphane), Sa Majesté la (...)

33L’ultime mise en scène médiatique du reporter, orchestrée par son quotidien d’attache, est l’occasion d’opérer un dernier rassemblement autour de sa figure fédératrice, dans les diverses communautés qui sont montrées célébrant sa mémoire : les cercles professionnels des confrères, la communauté des lecteurs et, plus largement, celle de la Nation. Bien concrètement, c’est entre autres par le déplacement auprès du corps blessé que le rassemblement se manifeste : « Des journalistes français et anglais actuellement à Madrid – […] envoyés spéciaux de l’Agence Havas, du “Daily Express”, du “Petit Journal” et de l’“Humanité” – se rendirent aussitôt à son chevet43. » L’hommage posthume met une dernière fois en relief le rôle de rassemblement et la fonction de transmission assurés par le reporter, au corps sacrifié, « mort pour la France, par la presse44 », dont l’intimité des derniers moments appartient aux confrères journalistes.

De la modernité d’un corps public

  • 45 Pennac (Daniel), Journal d’un corps, op. cit., emplacement 247.
  • 46 « Le monde de la chronique n’était pas habité par un corps énonciateur mais par une voix dont l’ori (...)
  • 47 Ringoot (Roselyne) & Rochard (Yvon), « Proximité éditoriale : normes et usages des genres journalis (...)
  • 48 Idem.

34De leurs enquêtes initiatiques à leur mort, les reporters dessinent dans les pages du journal les fragments d’une autobiographie collective, celle des tribulations d’un corps témoignant au service du public, traversant les expériences multiples d’une vie dite moderne. Ce faisant, le reportage donne une place remarquable à l’écriture du corps, sans doute plus grande que celle que lui accordent d’autres formes d’écriture de soi, plus tournées vers la vie sentimentale. Il comble peut-être en partie ce « vide » que Daniel Pennac soulignait, évoquant le corps comme grand absent du journal intime : « Ceux qui écrivent leur journal […] parlent de tout et de rien, des émotions, des sentiments, des histoires d’amitié, d’amour, de trahison, […] mais ils ne parlent jamais de leur corps45. » À tout le moins, les reporters tracent l’histoire d’un autre corps, à la croisée de l’intime et de la sphère médiatique. S’il tend à s’effacer du journal intime, le corps est parfois tout aussi fuyant dans l’écriture journalistique, traditionnellement plutôt absent de la presse d’opinion du xixe siècle, qui privilégie la voix du chroniqueur au corps du reporter46. De ce fait, l’émergence du ressenti corporel dans l’action publique d’information contribue à spécifier le reportage parmi les genres journalistiques. Comme l’interview et, de manière générale, le journalisme d’enquête et de terrain, le reportage est un genre que l’on peut qualifier de « corporalisant », pour suivre la typologie dessinée par Roselyne Ringoot et Yvon Rochard47. Axé sur la transmission d’une proximité physique et émotionnelle avec le lecteur, il se distingue à la fois des genres « caractérisants », comme l’éditorial et la chronique, qui privilégient une proximité émotionnelle et intellectuelle, et des genres « dépersonnalisants », comme la dépêche, où prime la recherche d’une énonciation objective, masquant toute trace de la subjectivité de l’énonciateur48. En ce sens, le reportage de la Troisième République incarne un paradoxe ou une exception du journalisme d’information moderne, qui s’est en bonne partie professionnalisé et codifié, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans la rationalisation du discours et la recherche d’une illusion d’objectivité.

  • 49 Muhlmann (Géraldine), Une histoire politique du journalisme (xixexxe siècle), op. cit., pp. 34, 40 (...)
  • 50 Reverzy (Éléonore), Portrait de l’artiste en fille de joie. La littérature publique, Paris, CNRS Éd (...)
  • 51 Pour Marie-Ève Thérenty, l’une des manifestations prégnantes de l’influence de « l’écriture intime  (...)
  • 52 Géraldine Muhlmann, Une histoire politique du journalisme. xixe-xxe siècle, op. cit.

35Géraldine Muhlmann oppose, elle aussi, l’action de rassemblement opéré par le reporter, à l’aide de ses sens, à la force de conviction de la voix dans la presse d’opinion du xixe siècle49. Le corps public et se prêtant à l’expérience est le nœud du rassemblement opéré entre le reporter et son lectorat ; il est public mais aussi politique. Il présente ce paradoxe d’être à la fois constamment interrogé dans le repli de ses sensations, et éminemment exposé, rendant de ce fait, jusqu’au xxe siècle, un écho un peu lointain, certainement coloré de façon nouvelle, moderne et positive, à la métaphore de la prostitution associée depuis la première moitié du xixe siècle à la figure de l’écrivain-journaliste50. Loin d’être synonyme de vénalité, de simulacre ou d’anonymat, le corps publicisé du reporter renverse les termes de la métaphore antérieure, symbolisant désormais le sacrifice du journaliste à son métier, sa quête de sincérité, le singularisant dans son identité professionnelle tout en rassemblant autour de lui son lectorat démocratique. Il témoigne d’un usage politique de l’« intime », celui-ci étant entendu non plus comme une modalité d’écriture du temps quotidien, c’est-à-dire comme une forme de notation au jour le jour proche du journal intime – à la manière de ce que l’on observe dans la poétique de la chronique du xixe siècle51 –, mais comme une forme moderne de dévoilement du sujet qui expose, pour les bénéfices de l’enquête, son corps sensible. C’est en grande partie en vertu de ce dévoilement que le reporter se constitue en « témoin-ambassadeur » d’un lectorat de masse (selon la belle formule proposée et illustrée par Géraldine Muhlmann52), ce lectorat se trouvant capable de se reconnaître ou de se projeter dans les expériences sensorielles qui lui sont rapportées. Muhlmann rapporte principalement cette fonction de « témoin-ambassadeur » à l’importance qu’acquiert dans le reportage le sens de la vue ; cependant, elle repose aussi, plus largement, sur la capacité du reporter à s’instituer non seulement en témoin oculaire, mais en témoin sensible, et ce, par tous les « sens » possibles – vue, odorat, toucher, ouïe, goût –, délicieusement ou atrocement sollicités, et par toutes les autres expressions et manifestations envisageables de la vie du corps, jusque les plus dégradantes d’entre elles. Le corps est aussi le support d’appréciations sensorielles, dans sa capacité, étroitement liée à la culture contemporaine, d’exprimer des impressions globales (de l’ivresse spatiale du vol, de la fatigue agréable de la baignade, de l’éreintement de l’entraînement, de l’oppression de la mine, de la jouissance plus ou moins grande issue d’un repas). Comme quoi l’intimité racontée, en culture médiatique, si elle menace parfois de sombrer dans le sensationnalisme de la révélation choquante ou dégoûtante, est aussi le puissant instrument d’un rassemblement et l’un des fondements d’une compréhension commune.

Haut de page

Bibliographie

Reportages

Anonyme, « L’état de santé de Louis Delaprée inspire de vives inquiétudes », Paris-Soir, 11 décembre 1936.

Alloucherie (Jean), À la recherche de l’or des Andes, Paris-Soir, 5-23 septembre 1936.

Bihan (Max), « Trou-sur-mer sportif. La plage », Paris-Soir, 9 août 1929.

Choisy (Maryse), Un mois chez les hommes. Reportage, Paris, Éditions de France, « Le livre d’aujourd’hui », 1929.

Clère (Bertie Henri), « À Hambourg », Le Journal, 6, 8, 10 octobre 1892.

Danjou (Henri), « Quand j’étais en Espagne avec Louis Delaprée... », Paris-Soir, 13 décembre 1936.

Frantz-Reichel, « J’ai volé une heure avec Wright », Le Figaro, 4 octobre 1908.

Jacob (Madeleine), « L’ascète chez Gargantua », Vu, n° 349, 21 novembre 1934, pp. 1477-1479.

Lauzanne (Stéphane), Sa Majesté la presse. Choses vues, Paris, Fayard, « Les œuvres libres », vol. xxxii, 1925, p. 288.

Maine (René), « En scaphandre sur l’épave du “France” », Paris-Soir, 14 avril 1936.

Maupassant (Guy de), « L’Etna », Gil Blas, 14 juillet 1885.

Naudeau (Ludovic), « Dans la mine », Le Journal, 30 novembre 1901.

Naudeau (Ludovic), « Sensations de bataille », Le Journal, 10 novembre 1904.

Références

Boucharenc (Myriam), L’écrivain-reporter au cœur des années trente, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004.

Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (dir.), Histoire du corps, t. II, De la Révolution à la Grande Guerre, volume dirigé par Alain Corbin, Paris, Seuil, 2005.

Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (dir.), Histoire du corps, t. III, Les mutations du regard. Le xxe siècle, volume dirigé par Jean-Jacques Courtine, Paris, Seuil, 2006.

Corbin (Alain) (dir.), L’avènement des loisirs. 1850-1960, Paris, Aubier, « Champs / histoire », 1995.

Diaz (José-Luis), « Balzac, les courtisanes et les lupanars de la pensée », dans Presse, prostitution, bas-fonds (1830-1930), sous la direction de Guillaume Pinson, Médias 19, mis à jour le 13 juin 2013. url : http://www.medias19.org/index.php?id=13396.

Durand (Pascal), « Le reportage », dans La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau Monde, 2011, pp. 1011-1024.

Isaac (Olivier), « Les enquêtes balbutiantes des journalistes durant l’affaire Troppmann », dans L’enquête judiciaire en Europe au xixe siècle : acteurs, imaginaires, pratiques, sous la direction de Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa & Jean-Noël Luc, Paris, Creaphis, 2007, pp. 231-239.

Juneau (Véronique), Poétique et fictionnalisation du reportage de guerre sous le Second Empire, mémoire d’études littéraires, Université Laval, Québec, 2011.

Lejeune (Philippe), Je est un autre. L’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, Seuil, 1980.

Martin (Marc), « Les grands reporters français durant la guerre russo-japonaise », Le Temps des médias, vol. 1, no 4, 2005, pp. 22-33.

Montémont (Véronique), « Dans la jungle de l’intime : enquête lexicographique et lexicométrique (1606-2008) », dans Pour une histoire de l’intime et de ses variations, dossier sous la direction de Anne Coudreuse & Françoise Simonet-Tenant, Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2009-4. url : https://journals.openedition.org/itineraires/585.

Muhlmann (Géraldine), Une histoire politique du journalisme. xixe-xxe siècle, Paris, Presses universitaires de France, « Points », 2004.

Pennac (Daniel), Journal d’un corps, Paris, Gallimard, édition numérique augmentée, 2014.

Reverzy (Éléonore), Portrait de l’artiste en fille de joie. La littérature publique, Paris, CNRS Éditions, 2016.

Ringoot (Roselyne) & Rochard (Yvon), « Proximité éditoriale : normes et usages des genres journalistiques », Mots. Les langages du politique, no 77, 2005, pp. 73-90. url http://mots.revues.org/162.

Simard-Houde (Mélodie), Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, Limoges, Presses universitaires de Limoges, « Mediatextes », 2017.

Simard-Houde (Mélodie), « Être reporter sans le titre ? Les reconfigurations poétiques de la chronique à l’heure de l’invention de l’enquête (1870-1890) », Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo, vol. 6, no 1, 2017, pp. 144-157. url : http://surlejournalisme.com/rev/index.php/slj/article/view/298.

Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007.

Thérenty (Marie-Ève), « Dante reporter. La création d’un paradigme journalistique », Autour de Vallès, n° 38, 2008, pp. 57-72.

Haut de page

Notes

1 Parmi une vaste bibliographie, voir Boucharenc (Myriam), L’écrivain-reporter au cœur des années trente, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004 ; Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Seuil, « Poétique », 2007 ; Durand (Pascal), « Le reportage », dans La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau Monde, 2011, pp. 1011-1024 ; Simard-Houde (Mélodie), Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, Limoges, Presses universitaires de Limoges, « Mediatextes », 2017.

2 Juneau (Véronique), Poétique et fictionnalisation du reportage de guerre sous le Second Empire, mémoire d’études littéraires, Université Laval, Québec, 2011 ; Isaac (Olivier), « Les enquêtes balbutiantes des journalistes durant l’affaire Troppmann », dans L’enquête judiciaire en Europe au xixe siècle : acteurs, imaginaires, pratiques, sous la direction de Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa & Jean-Noël Luc, Paris, Creaphis, 2007, pp. 231-239.

3 Muhlmann (Géraldine), Une histoire politique du journalisme (xixexxe siècle), Presses universitaires de France, « Partage du savoir », 2004.

4 Corbin (Alain), « La douleur et la souffrance », dans Histoire du corps, t. ii, De la Révolution à la Grande Guerre, sous la direction d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine & Georges Vigarello, volume dirigé par Alain Corbin, Paris, Seuil, 2005, p. 261.

5 Alain Corbin, « Introduction », dans ibid., p. 7.

6 Ibid., p. 8.

7 Pennac (Daniel), Journal d’un corps, Paris, Gallimard, édition numérique augmentée, 2014.

8 À l’instar des formes étudiées par Philippe Lejeune dans Je est un autre. L’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, Seuil, 1980.

9 Montémont (Véronique), « Dans la jungle de l’intime : enquête lexicographique et lexicométrique (1606-2008) », dans Pour une histoire de l’intime et de ses variations, dossier sous la direction d’Anne Coudreuse & Françoise Simonet-Tenant, Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2009-4, paragraphe 2. url : https://journals.openedition.org/itineraires/585.

10 L’acception psychologisante émergeant à la fin du xviiie siècle supplante elle-même l’usage plus ancien de l’adjectif « intime » pour qualifier une relation interpersonnelle (un « ami intime »). Montémont (Véronique), « Dans la jungle de l’intime : enquête lexicographique et lexicométrique (1606-2008) », art. cit.

11 Idem.

12 Thérenty (Marie-Ève), « Dante reporter. La création d’un paradigme journalistique », Autour de Vallès, n° 38, 2008, p. 60.

13 Naudeau (Ludovic), « Dans la mine », Le Journal, 30 novembre 1901.

14 Naudeau (Ludovic), « Sensations de bataille », Le Journal, 10 novembre 1904.

15 Maupassant (Guy de), « L’Etna », Gil Blas, 14 juillet 1885.

16 Idem.

17 Idem.

18 Sur Maupassant comme protoreporter dans le contexte spécifique des mutations du champ médiatique en 1870-1880, voir Simard-Houde (Mélodie), « Être reporter sans le titre ? Les reconfigurations poétiques de la chronique à l’heure de l’invention de l’enquête (1870-1890) », Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo, vol. 6, n1, 2017, pp. 144-157. url : http://surlejournalisme.com/rev/index.php/slj/article/view/298.

19 Alloucherie (Jean), « À la recherche de l’or des Andes », Paris-Soir, 5-23 septembre 1936.

20 Alloucherie (Jean), « À la recherche de l’or des Andes. Épuisés, ensanglantés, ivres de coca, les hommes, désespérément, s’attaquent à la Madre de Dios, la Montagne Maudite », Paris-Soir, 11 septembre 1936.

21 Simard-Houde (Mélodie), Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, op. cit., pp. 82-87.

22 Martin (Marc), « Les grands reporters français durant la guerre russo-japonaise », Le Temps des médias, vol. 1, no 4, 2005, pp. 22-33.

23 Corbin (Alain), « La douleur et la souffrance », loc. cit., pp. 268-271.

24 Frantz-Reichel, « J’ai volé une heure avec Wright », Le Figaro, 4 octobre 1908, p. 1.

25 Corbin (Alain) (dir.), L’avènement des loisirs. 1850-1960, Paris, Aubier, « Champs / histoire », 1995.

26 Bihan (Max), « Trou-sur-mer sportif. La plage », Paris-Soir, 9 août 1929.

27 Vigarello (Georges), « S’entraîner », dans Histoire du corps, t. iii, Les mutations du regard. Le xxe siècle, sous la direction d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine & Georges Vigarello, volume dirigé par Jean-Jacques Courtine, Paris, Seuil, 2006, pp. 163-199.

28 Holt (Richard), « Premiers sports », dans Histoire du corps, t. ii, op. cit, p. 351.

29 Maine (René), « En scaphandre sur l’épave du “France” », Paris-Soir, 14 avril 1936.

30 Ory (Pascal), « Conclusion : quelle tendance ? », dans Histoire du corps, t. iii, op. cit., p. 159.

31 Vigarello (Georges), « Le corps du dedans », dans ibid., p. 178.

32 Ibid., p. 179.

33 « M. Bertie-Henri Clère à Hambourg », Le Journal, 6 octobre 1892.

34 « Le “Journal” à Hambourg », Le Journal, 8 octobre 1892.

35 Le Journal, 10 octobre 1892.

36 Moulin (Anne Marie), « Le corps humain comme objet d’expérimentation ou la société-laboratoire », dans Histoire du corps, t. iii, op. cit., pp. 36-37.

37 Choisy (Maryse), Un mois chez les hommes. Reportage, Paris, Éditions de France, « Le livre d’aujourd’hui », 1929.

38 Jacob (Madeleine), « L’ascète chez Gargantua », Vu, n° 349, 21 novembre 1934, pp. 1477-1479.

39 Idem.

40 Idem.

41 Danjou (Henri), « Quand j’étais en Espagne avec Louis Delaprée... », Paris-Soir, 13 décembre 1936.

42 Paris-Soir, 11 décembre 1936.

43 Anonyme, « L’état de santé de Louis Delaprée inspire de vives inquiétudes », Paris-Soir, 11 décembre 1936, p. 1.

44 À propos de son confrère du Matin, Jules Hedeman, mort à Verdun. Lauzanne (Stéphane), Sa Majesté la presse. Choses vues, Paris, Fayard, « Les œuvres libres », vol. xxxii, 1925, p. 288.

45 Pennac (Daniel), Journal d’un corps, op. cit., emplacement 247.

46 « Le monde de la chronique n’était pas habité par un corps énonciateur mais par une voix dont l’origine matérielle n’était que rarement évoquée », remarque Marie-Ève Thérenty, dans La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, op. cit., p. 317.

47 Ringoot (Roselyne) & Rochard (Yvon), « Proximité éditoriale : normes et usages des genres journalistiques », Mots. Les langages du politique, no 77, 2005, pp. 73-90. url : http://mots.revues.org/162.

48 Idem.

49 Muhlmann (Géraldine), Une histoire politique du journalisme (xixexxe siècle), op. cit., pp. 34, 40 et 42.

50 Reverzy (Éléonore), Portrait de l’artiste en fille de joie. La littérature publique, Paris, CNRS Éditions, 2016. Voir aussi, sur l’usage de cette métaphore chez Balzac, Diaz (José-Luis), « Balzac, les courtisanes et les lupanars de la pensée », dans Presse, prostitution, bas-fonds (1830-1930), sous la direction de Guillaume Pinson, Médias 19, mis à jour le 13 juin 2013. url http://www.medias19.org/index.php?id=13396.

51 Pour Marie-Ève Thérenty, l’une des manifestations prégnantes de l’influence de « l’écriture intime » dans le journal du xixe siècle se donne à lire dans le « récit de la journée du chroniqueur, par exemple, [qui] constitue une notation du quotidien intéressante pour le périodique soucieux d’agglomérer toutes les expériences en vue de composer un récit exemplaire du jour ». Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, op. cit., p. 192.

52 Géraldine Muhlmann, Une histoire politique du journalisme. xixe-xxe siècle, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélodie Simard-Houde, « Les corps du reporter : corps propre, corps « témoin », corps public », COnTEXTES [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 27 avril 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6421 ; DOI : 10.4000/contextes.6421

Haut de page

Auteur

Mélodie Simard-Houde

Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page