Navigation – Plan du site
Transferts et porosités génériques

« Je viens d’achever le billet que j’avais dans la tête »

Hybridité des pratiques intimes, autobiographiques et journalistiques chez Michelle Le Normand
Adrien Rannaud

Résumés

Ce texte met en lumière les effets de circularité et de contamination entre pratique diaristique et pratique journalistique chez la femme de lettres canadienne-française Michelle Le Normand. Il s’emploie à retracer les mouvements d’écriture entre deux supports, le journal intime et le périodique, vus ici autant comme des laboratoires d’écriture que comme les jalons d’une œuvre faite d’échos, de renvois et de palimpsestes. Ces aller retours entre « les journaux » de Michelle Le Normand conduisent à analyser la transformation du récit du journal intime, fondé sur l’immédiateté et le tâtonnement énonciatif, en matière autobiographique, soit en une reconstruction et un filtrage des souvenirs de l’écrivaine. En découle une réflexion sur ce que Christine Planté nomme l’« imaginaire générique » en vigueur dans la première moitié du XXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À noter la parution récente des lettres de Le Normand à Desrosiers : Le Normand (Michelle), À toi, (...)
  • 2 Voir Lacroix (Michel), « “Mon petit commerce”. Michelle Le Normand, femme de lettres et femme d’aff (...)
  • 3 Smart (Patricia), De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan. Se dire, se faire par l’écriture intime, (...)
  • 4 Voir Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain), La civilisati (...)
  • 5 Recueil réédité cinq fois du vivant de Le Normand, permettant même à cette dernière de remporter, e (...)
  • 6 Savoie (Chantal), Les femmes de lettres canadiennes-françaises au tournant du xxe siècle, Montréal, (...)

1Tombée dans l’oubli après son décès et celui de son mari, le romancier Léo-Paul Desrosiers, dans les années 1960, l’écrivaine et journaliste Michelle Le Normand (pseudonyme de Marie-Antoinette Tardif, 1893-1964) bénéficie depuis plusieurs années d’un regain d’intérêt de la part de la recherche universitaire. À cet effet, l’histoire littéraire et culturelle peut compter sur une documentation exceptionnelle pour une femme : une dizaine de volumes publiés, de nombreux articles et billets parus dans les journaux ainsi qu’un fonds d’archives considérable, consultable à Montréal et regroupant, entre autres, vingt cahiers d’un journal intime, plusieurs correspondances et des notes d’écriture1. S’il atteste d’une production prolifique, ce corpus témoigne plus largement du phénomène de professionnalisation qui entoure l’écriture des femmes au Québec dans la première moitié du xxe siècle. Ainsi que l’a montré Michel Lacroix, le croisement des archives et des productions livresques ou journalistiques permet d’apprécier la quête de capitaux (symboliques, économiques et sociaux) de la part de la femme de lettres, tour à tour épouse d’écrivain, mère de trois enfants, romancière, journaliste, agente littéraire, intendante et marchande de livres dans les champs littéraires canadiens-français et français2. Ces stratégies et ces postures, multidirectionnelles et tablant sur une connaissance accrue des codes et des dynamiques de la vie littéraire, trouvent leurs échos dans le journal intime, véritable caisse de résonance des ambitions de Le Normand. C’est l’hypothèse que formule Michel Lacroix, de même que Patricia Smart, cette dernière n’hésitant pas à dire du journal intime qu’il constitue « l’œuvre la plus réussie3 » de l’écrivaine. Saisi sous l’angle du paradoxe, le constat de Patricia Smart permet d’appréhender les jeux d’autoreprésentation auxquels se prête la diariste dans une forme dénuée de la fonction communicationnelle. Dans un même ordre d’idées, et dans la veine des travaux menés en histoire littéraire de la presse4, Chantal Savoie s’est penchée sur la pratique journalistique de Michelle Le Normand. Étudiant Autour de la maison, recueil publié en 1916 et qui vaudra à son auteure une large reconnaissance de la part de l’institution5, Savoie met en évidence la présence d’un « je » autobiographique qui vient reformuler en la complexifiant l’esthétique régionaliste des billets, celle-ci n’étant plus uniquement basée sur la représentation d’un passé idyllique, mais aussi sur un repositionnement du sujet féminin dans l’espace social6. Ces études donnent à redécouvrir une écrivaine appréciée et consacrée de son vivant, tout comme elles éclairent l’existence d’une poétique globale structurée autour de l’introspection, du souvenir, d’un questionnement qui, de façon sous-jacente, dépasse les clichés clérico-conservateurs de l’époque pour problématiser davantage l’individu. Les archives, les billets publiés dans les journaux et, a fortiori, en volume méritent ainsi d’être croisés dans une démarche où le texte ne constituerait pas un prolongement lansonnien de la vie de l’auteure, mais plutôt le fragment d’une production fonctionnant comme un système où le discours fictionnel émane du discours référentiel, et vice-versa.

  • 7 Sur cette différence entre journal intime et récit autobiographique, voir Lejeune (Philippe), Le pa (...)

2Gardant en ligne de mire l’étude des phénomènes d’enchâssement et d’hybridation entre les formes intimes, autobiographiques et médiatiques, la présente analyse souhaite aborder l’écriture de soi comme le moteur d’une poétique chez Michelle Le Normand, mais aussi examiner, plus largement, comment cette écriture s’inscrit dans le champ des pratiques littéraires féminines de la première moitié du xxe siècle au Québec. Plus spécifiquement, il s’agira de mettre en lumière les effets de circularité et de contamination entre pratique diaristique et pratique journalistique, depuis les années 1910 jusqu’au seuil de la Seconde Guerre mondiale. De fait, l’article s’emploiera à retracer les mouvements d’écriture entre les deux supports, le journal intime et le périodique, vus ici autant comme des laboratoires d’écriture que comme les jalons d’une œuvre faite d’échos, de renvois et de palimpsestes. Ces aller retours entre « les journaux » de Michelle Le Normand conduiront à analyser la transformation du récit du journal intime, fondé sur l’immédiateté et le tâtonnement énonciatif, en matière autobiographique, soit en une reconstruction et un filtrage des souvenirs de l’écrivaine7. On sera alors en mesure d’approfondir les réflexions de Christine Planté sur l’« imaginaire générique » (le « genre des genres ») en vigueur et ses répercussions sur les stratégies discursives d’une femme de lettres canadienne-française à la trajectoire et à la production bien plus complexes et novatrices qu’il n’y paraît.

De Marie-Antoinette à Michelle : la naissance d’un projet d’écriture

  • 8 Claude (pseudonyme de Marie-Antoinette Tardif), « L’arrivée du prélat », L’Avenir du Nord, 14e anné (...)
  • 9 Claude, « Un piquant microbe », L’Avenir du Nord, 14e année, n° 38, 23 septembre 1910, p. 2.

39 septembre 1910, Saint-Jérôme. L’Avenir du Nord, hebdomadaire d’obédience libérale, reproduit sur sa deuxième page une chronique intitulée « L’arrivée du prélat8 ». Sur trois colonnes, l’auteure, « Claude » – dont l’identité féminine saute aux yeux dès le premier qualificatif – raconte la visite d’un cardinal à Montréal. Ce n’est toutefois pas l’événement en soi qui captive la narratrice, mais bien l’émotion d’une journée passée à faire des emplettes dans la métropole et à apprécier l’atmosphère détrempée d’un tramway sous la pluie. Deux semaines plus tard, dans la livraison du 23 septembre, la même « Claude » s’impatiente en décrivant la fatigue et les éternuements d’un rhume attrapé sur le balcon par une soirée froide9. Ainsi de suite paraissent les tribulations d’une jeune femme tantôt tracassée par un fait en marge de l’actualité, tantôt ravie par les menus plaisirs de son quotidien.

  • 10 Tardif (Marie-Antoinette), Journal, fonds d’archives Michelle-Le-Normand et Léo-Paul-Desrosiers, Bi (...)

4Au même moment, Marie-Antoinette Tardif, jeune Montréalaise d’à peine dix-sept ans, narre dans son journal intime ses premiers pas dans le monde littéraire. Dans l’attente de découvrir la nouvelle livraison de L’Avenir du Nord, elle écrit le 11 septembre 1910 : « À propos, j’ai des ambitions littéraires ; j’aimerais beaucoup écrire dans un journal. J’ai même ces jours-ci fait des démarches dont j’attends les résultats. Je serais si contente10 ». Quelques jours plus tard, sa fierté éclate : « Ah, il ne faut pas que j’oublie d’enregistrer dans “mon annale” que je suis devenue chroniqueuse. Deux articles de moi, signés Claude, ont déjà paru dans L’Avenir du Nord, journal de St-Jérôme […] » (J, 28 septembre 1910). La rapidité de Tardif à s’attribuer le statut de « chroniqueuse » témoigne de son aspiration profonde à devenir femme de lettres. Aspiration doublée d’une détermination dont on trouve des traces au gré des entrées diaristiques, un an auparavant, lorsque la jeune fille entreprend le plus sérieusement du monde la rédaction de son journal : « Pour la dixième fois, peut-être, je commence mon journal. Ferais-je de celui-là comme des autres […]. À seize ans, ma foi, on doit pouvoir, ou être capable de tenir ce que l’on se promet » (J, 9 septembre 1909).

  • 11 Smart (Patricia), op. cit., p. 165.
  • 12 Ibid., pp. 165-171.
  • 13 Voir Kang (Mathilde), Le parcours transatlantique du Journal d’Eugénie de Guérin. Un cas de transfe (...)
  • 14 Robert (Lucie), « D’Angéline de Montbrun à La chair décevante : la naissance d’une parole féminine (...)
  • 15 Voir Savoie (Chantal), op. cit.
  • 16 À son fiancé Léo-Paul Desrosiers, elle signe en 1922 « Michelle » ou « Michette » ; à Henri Pourrat (...)

5L’année 1909-1910 marque donc le début de la carrière littéraire de celle qui prendra rapidement le pseudonyme de Michelle Le Normand. En effet, dans l’intervalle de quelques mois, la jeune « chroniqueuse » se lance d’abord dans la pratique diaristique, puis dans l’écriture journalistique. Ce passage du privé au public ; de la monodie, propre au journal intime, à la polyphonie du régime médiatique, se situe au carrefour d’un double phénomène d’accès des femmes à l’écriture. D’une part, comme l’écrit Patricia Smart, « vers le milieu du xixe siècle, l’espace langagier ouvert aux femmes s’agrandit, s’étendant au-delà du genre épistolaire pour embrasser aussi la pratique du journal intime11 ». L’émergence du romantisme, la scission entre sphère publique et sphère privée, et la mise en place d’un commerce des cahiers d’écriture, dynamisent vraisemblablement cette expansion des formes d’expression personnelle du côté des femmes et des jeunes filles issues de la bourgeoisie12. À cela s’ajoute la fortune du Journal d’Eugénie de Guérin, dont la fonction de classique littéraire motive régulièrement la réédition sous forme d’extraits présentés dans les journaux et dans les manuels scolaires13. C’est à l’aune de ce parangon des écritures de soi qu’Henriette Dessaulles, Joséphine Marchand, Joséphine et Henriette Cartier, puis Marie-Antoinette Tardif, entre autres, épousent la pratique diaristique. D’autre part, la publication des billets dans L’Avenir du Nord, et l’adoption d’un premier pseudonyme, Claude, empruntent à un ensemble de stratégies caractéristiques de l’accès collectif des femmes à l’univers littéraire, au tournant du xxe siècle. En effet, comme l’a montré Chantal Savoie, l’avènement d’une parole féminine autonome, qui s’opère dans le champ littéraire canadien-français entre 1880 et 193014, trouve son point d’ancrage dans l’investissement des femmes de lettres au sein de l’espace médiatique15. Véritables portes d’entrée de la littérature, la chronique et le billet, mais aussi les rubriques « Nouvelles » et « Contes » voient se multiplier les signatures féminines, d’abord sous le couvert d’un pseudonyme prénom (Fadette, Colombine, Madeleine, Ginevra), puis d’un faux nom complet (Andrée Jarret, Moïsette Olier). Tardif illustre d’ailleurs cette évolution de l’identité scripturaire des femmes de lettres, puisqu’elle amorce sa carrière par le recours au prénom « Claude » uniquement, avant de créer, en 1915, le nom complet de « Michelle Le Normand », qui deviendra sa véritable identité dans l’espace social16.

  • 17 Savoie (Chantal), op. cit., pp. 38-54.

6Aussi, Le Normand bénéficie des gains obtenus par la « génération des aînées17 » en matière de stratégie littéraire, tout comme elle profite d’une dynamique favorable à l’apparition de nouvelles figures féminines en contexte médiatique pour fourbir ses armes à L’Avenir du Nord. En 1910, la relative simultanéité des pratiques d’écriture diaristique et journalistique fait surtout voir en creux l’émergence d’un projet littéraire que poursuivra l’auteure dans ses « journaux », intimes et quotidiens, jusqu’à sa mort en 1964. Loin d’être une coïncidence, cette simultanéité invite à envisager l’écriture intime et l’écriture médiatique selon un réseau d’interrelations, conduisant à évoquer l’existence d’une même matrice poétique à l’œuvre dans les textes privés et dans les textes publiés de l’écrivaine. Dans cette perspective, et dans la tentative d’esquisser une synthèse des travaux de Patricia Smart et de Chantal Savoie, on appréhendera le parcours de Michelle Le Normand comme une trajectoire significative où l’histoire des écritures de soi s’embranche sur celle des pratiques littéraires et médiatiques des femmes.

Le leitmotiv de l’écriture comme trait d’union entre discours intime et discours public

  • 18 Outre Le nom dans le bronze et La plus belle chose du monde, Le Normand initie d’autres projets d’é (...)
  • 19 Un dépouillement des archives confirme effectivement l’existence de manuscrits de travail commencés (...)

7La période 1916-1941 permet de saisir les temps forts de la production de Michelle Le Normand. La publication d’Autour de la maison, en 1916, qui regroupe des billets initialement parus dans l’hebdomadaire Le Nationaliste, accélère l’entrée en littérature de la jeune femme. Vingt-cinq ans plus tard, Le Normand publie La maison aux phlox18. Outre la similitude des deux titres qui indiquent un rapport et un repositionnement vis-à-vis de l’espace privé, la maison, les deux volumes témoignent d’une évolution de la pratique du billet qui n’est pas sans accuser les nombreuses transformations de la vie littéraire canadienne-française, mais aussi les reconfigurations de la carrière d’écrivaine de Michelle Le Normand. Conseillée par son amoureux et mentor, le poète Albert Lozeau, l’auteure parvient à se rapprocher des réseaux régionalistes et nationalistes de la fin de la décennie 1910, dans le même temps qu’elle obtient la direction des pages féminines du quotidien Le Devoir. Après un séjour à Paris en 1920-1921, elle épouse le journaliste et écrivain Léo-Paul Desrosiers. La période de l’entre-deux-guerres est prolifique pour le couple, puisque Desrosiers engage la rédaction des Engagés du Grand Portage, texte qui paraît finalement en 1938 chez Gallimard et consacre son auteur outre-Atlantique. De son côté, après quelques années placées sous le signe de la maternité, Le Normand publie deux romans pourtant débutés au lendemain de la Première Guerre mondiale : Le nom dans le bronze, roman à thèse au féminin, paru en 1933, et La plus belle chose du monde, roman psychologique à teneur autobiographique, et qui est publié en 193719. Elle veille également aux nombreuses rééditions d’Autour de la maison, ouvrage « gagne-pain » largement diffusé dans les institutions d’enseignement, et sur lequel Le Normand fonde son capital économique et symbolique.

  • 20 Lacroix (Michel), art. cit., p. 184.
  • 21 Lambert (Vincent Charles), Une heure à soi. Anthologie des billettistes (1900-1930), Québec, Nota b (...)

8Couvrant la période 1916-1941, le journal intime met en scène les stratégies de placement et les efforts déployés par une femme de lettres à la poursuite de plusieurs objectifs : assurer la fortune économique et la renommée de la maison Desrosiers ; obtenir un nom et une reconnaissance pour le bien de ses enfants et, a fortiori, pour sa patrie ; chercher les appuis et les collaborations avec de nombreux agents et animateurs de la vie littéraire au Québec et en France, parmi lesquels Henri Pourrat, Lionel Groulx, Louvigny de Montigny, Marie Le Franc, Simone Routier ou Albert Tessier. Au cœur de ces enjeux, des projets, des réussites et des déceptions qui les sous-tendent, la représentation de la pratique scripturale occupe une grande place. En effet, les entrées du journal intime sont régulièrement ponctuées d’assertions qui mettent en récit l’activité littéraire, parfois selon une « comptabilité serrée des heures consacrées à l’écriture20 » : « Je travaille depuis deux heures […] » (J, 27 novembre 1928) ; « Hier, j’ai travaillé deux heures, ce matin, une heure et demie […] » (J, 5 décembre 1928) ; « Ce soir, j’essaie d’écrire » (J, 14 octobre 1929) ; « J’écris dans ma chambre » (J, 27 novembre 1931). Face aux heures qui se dérobent avec une rapidité contrariante, Le Normand trouve « une heure à soi21 » pour consigner ses regrets et ses intuitions dans son journal. Le récit diaristique donne l’impression que l’écrivaine parvient à reprendre la direction d’un quotidien aliénant, celui du foyer, des enfants et des humeurs d’un époux sujet à la déprime. D’ailleurs, grâce à la datation précise des entrées, Michelle Le Normand se raccroche à l’histoire et donne à sa « non-écriture » publique une épaisseur et une pertinence capable de sauver l’écrivaine du découragement. Ainsi ce journal est-il celui d’une femme qui écrit constamment, mettant en scène sa propre activité professionnelle, tant son absence que ses éclairs de lucidité, et préoccupée par l’objectif d’une œuvre.

9Par le biais d’un phénomène de souvenance, la diariste fait parfois intervenir une figure, celle de la jeune fille qui écrit, sorte d’image du passé qui cristallise la vocation de l’auteure :

J’écris ce soir au secrétaire que j’avais jeune fille. Je l’avais abandonné depuis mon mariage. Je l’ai fait réparer […]. Il sent le bois neuf, le magasin de meuble, l’odeur qu’il avait quand je l’ai vu. Et je me revois quand je l’ai étrenné, à 17 ans, dans une robe de mousseline fleurie de minuscules boutons de roses. Et une âme si ardente et si remplie d’illusions. (J, 25 mai 1927)

  • 22 Sur ce thème de la vocation dans la littérature des femmes, voir Naudier (Delphine), « La cause lit (...)

10Dans cet extrait, la pratique de l’écriture est mise en scène sur deux plans, l’un de l’instantanéité, l’autre de la remémoration. La jeune fille, tenue à distance par la troisième personne, ne fait qu’une avec la diariste, par le biais de ce secrétaire étrenné pour la seconde fois. Le meuble ajoute une dimension cyclique à l’écriture de Le Normand, métaphorisant le retour au passé, mais aussi et surtout le rappel d’une époque synonyme de succès littéraire. Dès lors, la jeunesse disparue devient le terreau d’une imagination créatrice. L’obsession de Le Normand pour l’écriture, ajoutée à la fascination qu’exerce le souvenir d’elle-même quand elle était jeune fille, structure le récit du journal intime selon le mode de la litanie, ces chants religieux où les motifs sont répétés en guise de prière. La diariste tente d’exorciser le manque d’inspiration qui la guette en mettant en valeur son activité d’écrivaine, tantôt comme un besoin, tantôt comme une passion, mais toujours sous-tendue par l’idée de vocation22.

  • 23 Le Normand (Michelle), « Première communion », Le Nationaliste, vol. 13, n° 14, 21 mai 1916, p. 3.

11Du côté des textes parus dans la presse, il n’est pas rare d’observer un dispositif similaire paramétré autour de la mise en scène de l’acte d’écriture, et plus particulièrement de la « jeune fille qui écrit », comme le montre un billet paru dans Le Nationaliste du 21 mai 1916 : « Moi, je suis une demoiselle qui, de jour en jour, noircit un peu plus de papier, et qui en noircira sans doute chaque jour davantage, jusqu’à sa dernière heure23 ! ». De la même manière, le motif de l’écriture est modulé à la fin de La maison aux phlox, dans un texte dont on peut supposer qu’il fut préalablement rédigé pour le quotidien :

  • 24 Le Normand (Michelle), « Souhait », dans La maison aux phlox, Montréal, Imprimerie populaire, 1941, (...)

Ma table de travail serait près d’une fenêtre d’où je verrais une rue blanche, une rue de village calme, dominée, bénite, – et moi avec ! – par un clocher […] Ah ! méditer, à la campagne, dans une maison aux larges fenêtres à espagnolettes, qu’on ouvre à deux battants, pour recevoir tout le vent du jour matinal… Et incliner ensuite son front lavé d’air pur au-dessus de la petite table où vous invite le papier encore blanc24

  • 25 Lambert (Vincent Charles), op. cit., p. 15.
  • 26 Ibid., pp. 5-17.

12De l’entrée de journal intime à la page féminine du Devoir, Le Normand investit la figure de la jeune femme au seuil de l’écriture comme motif discursif, ce qui a pour effet d’enclencher une mise en abîme. Elle s’inscrit ici dans une tradition du billet reposant sur l’observation du monde et la posture de l’accoudement. Comme l’écrit Vincent Charles Lambert, « [l]e billettiste a cessé de marcher par les rues. On peut le voir à la fenêtre de sa chambre, parfois en train d’écrire mais le plus souvent distrait, accoudé devant la vitre à regarder dehors25 ». En l’occurrence, l’acte d’écriture enferme le sujet locuteur dans un rapport semblable à celui du journal intime, celui de la contemplation et de la solitude. En outre, de par l’inactualité du propos et l’expression d’un moi intérieur, les billets de Le Normand, comme ceux d’Albert Lozeau ou de Henriette Dessaulles dans les années 1910, se situent au point de jonction du privé et du public, dans un entre-deux de l’intime et du notoire ; ce qui permet à Lambert d’affirmer que le billet s’approche des formes de l’écriture intime, comme le journal ou les lettres26. Dans le cas de Le Normand, la lecture conjointe du journal et des textes parus dans Le Devoir et Le Nationaliste motive l’hypothèse d’une très grande porosité entre la poétique du journal intime et celle des textes médiatiques réunis par la suite dans les recueils ; porosité qui consiste justement à apprécier le fait personnel comme matériau littéraire susceptible d’être réutilisé au gré des projets et des supports de diffusion. Dans ce sens, les trois exemples qui suivent témoignent de la circularité des mêmes thèmes et des mêmes enjeux sociolittéraires qui structurent la production de l’écrivaine.

Du journal intime au quotidien : trois itinéraires

Le journal intime comme archive

  • 27 Ce recueil regroupe des textes publiés dans Le Devoir et Le Nationaliste entre 1915 et 1919 : Le No (...)

13Dans les années 1920 et 1930, à la recherche d’un souvenir, d’un état d’âme, d’une sensation, Le Normand puise à ses productions antérieures, tant publiques que privées. Le 5 mars 1927, elle consigne dans son journal : « À titre de document, j’ai dû revoir quelques pages de Couleur du temps, et cela m’a émue de retrouver mon visage et mes sentiments de jeune fille. Je regrette peut-être un peu le passé » (J, 5 mars 1927)27. Comme le montre cette entrée, le recours aux écrits antérieurs semble présider à la création d’un billet ou d’un passage de roman, ce qui dénote déjà, on le verra, un processus de réécriture de thèmes privilégiés chez l’écrivaine.

14L’exemple suivant témoigne, pour sa part, de ce rapport au journal intime comme archive. À l’été 1929, la famille Desrosiers passe ses vacances en Gaspésie. Dans son journal, Le Normand partage ses lectures, ses promenades et ses observations du paysage. La fin des vacances approchant, la nostalgie semble la prendre. Une première entrée, le 13 septembre, se construit autour de la description de la mer :

La mer devant nous a l’air d’être un étage mouvant qui monte vers le ciel ; et quand on marche sur la plage, on se dresse vers l’écran bleu ou gris de l’eau […]. Elle était d’un beau bleu d’acier séparé nettement d’un long ciel rose : juste au milieu se dressait un bateau gris […] il était merveilleusement imposant, haut comme un vaisseau fantôme. (J, 13 septembre 1929)

15Le 29 septembre 1929, la veille du retour à Ottawa où la famille habite, Le Normand fait cette fois-ci la description de la maison gaspésienne :

Le cottage, que nous allons quitter demain, je voudrais qu’il soit à moi, parce que je l’aime […] fermé pour les autres, ne s’ouvrant avec joie que pour nous […]. Les meubles sont rustiques, simples, mais le tout si bien comme ils doivent être, qu’y entrant, étrangère, vous vous êtes senti chez vous, retrouvant vos goûts dans les images sur les murs, ne voulant rien ajouter, rien changer. (J, 29 septembre 1929)

  • 28 Voir Savoie (Chantal), « Femmes, chroniques et billets dans les années 1930 », Voix et images, vol. (...)

16On note l’usage de marqueurs de présence, propres à la poétique du billet dans les années 1920 et 193028, et qui contraste a priori avec l’écriture pour soi sous-tendue par la forme intime. Toutefois, l’utilisation du journal comme laboratoire d’écriture devient évidente à la lecture du billet de Le Normand paru dans Le Devoir du 29 novembre 1929 :

  • 29 Le Normand (Michelle), « La maison sur la grève », Le Devoir, vol. 20, n° 278, 29 novembre 1929, p. (...)

Les meubles sont rustiques, simples, mais jolis, et si bien comme ils doivent être qu’en entrant, étrangers, ils nous ont paru des amis […]. La mer, la mer, par tous les temps, comme elle était belle, et proche de cette maison. Bleue, pailletée, pareille à un étage mouvant, à une longue marche rutilante, elle montait de la grève blonde, rejoindre le ciel. Elle était haute devant nous comme un écran, sur lequel je vois encore se profiler les silhouettes agitées de mes fils […]. Dressé comme un vaisseau fantôme, la proue vers nos fenêtres, mais assez loin, les mâts fantastiques et minces, ayant l’air debout au sommet de l’eau, un grand bateau noir étant ancré29.

17Élaboré sur la fusion de deux entrées du journal intime, le billet reprend les mêmes éléments observés par Le Normand (la mer, le bateau « vaisseau fantôme », la maison), la même construction rhétorique (les métaphores, comme l’écran), les mêmes sensibilités et topoï (l’étrangeté et la familiarité du lieu). Dès lors, le journal intime apparaît autant comme une archive qu’un carnet d’écriture, figurant un premier terrain d’expérimentation scripturale et de médiations discursives ; finalement, autant comme un support de l’introspection que comme un brouillon d’écrivain.

Imaginaire du support diaristique en contexte médiatique

18Le deuxième exemple choisi prolonge cette double idée du journal intime comme archive, et du billet comme espace scénographique du sujet scriptural. Comme on l’a vu, le billet s’infiltre dans le journal intime, notamment par le truchement d’un « vous » qui vient loger la portée communicationnelle du discours journalistique dans le cadre diaristique. De la même manière, le billet s’hybride au contact du journal intime et s’impose à la manière d’une entrée de carnet personnel. La périodicité ainsi que l’inscription du texte dans le temps présent du quotidien scandent la lecture des chroniques sur le mode d’un récit pour soi fait au jour le jour. Mais surtout, le billet incorpore un imaginaire du support diaristique sur lequel le sujet médiatique va fonder son récit et transmettre une expérience à son lectorat. Le texte « La leçon du vieux cahier », paru dans Le Devoir du 23 avril 1919, se construit de fait sur une suite de représentations du journal intime, et plus particulièrement de ses effets de lecture. Profitant d’une journée pluvieuse, la narratrice redécouvre son journal :

  • 30 Le Normand (Michelle), « La leçon du vieux journal », Le Devoir, vol. 10, n° 94, 23 avril 1919, p.  (...)

Ensuite, en rangeant machinalement des papiers bouleversés, de mon secrétaire j’ai tiré un des cahiers de mon journal. Je ne l’ouvrais que par curiosité, non pour m’amuser. Et j’ai souffert à fleur de peau en le parcourant. Hélas, qu’il nous reste peu de choses des jours passés ! Ici et là, un souvenir vivace persiste, exact ; une journée, une heure qu’on peut revivre en entier si l’on ferme les yeux. Mais que d’autres qui furent belles ont fui à jamais ; et devant quelques lignes qui me les rappelait, je cherchais vainement les faits précis, les paroles qui les marquèrent30.

  • 31 Savoie (Chantal), « Femmes, chroniques et billets dans les années 1930 », Voix et images, vol. 39, (...)
  • 32 Le Normand (Michelle), « La leçon du vieux journal », op. cit., p. 5.
  • 33 Idem.

19À l’instar de ce qu’observe Chantal Savoie sur le billet féminin des années 192031, le texte est dominé par l’idée du temps à la fois fragmenté et fugace, passé et à venir, empli de doutes et de promesses. La référence croisée à la « vie intense32 », à la sincérité des sentiments projetés dans le journal intime, et à la souffrance procurée par cette lecture a posteriori témoigne du travail d’introspection de la billettiste, de la même manière qu’elle met en relief le caractère réflexif et didactique de ce genre médiatique, puisque l’auteure s’adresse volontairement à son lectorat : « Soyons tout simplement heureux des petits bonheurs qui passent avec nos devoirs, nos ambitions et nos sentiments. Mettons des idées et de la foi dans nos jours. Et la vie est bonne33 ». Ce retour à la simplicité doublée de la croyance en Dieu s’inscrit dans une tradition de la chronique féminine où l’auteure, prétendant au rôle de modèle, esquisse les contours d’une communauté de l’intime dans l’espace médiatique.

  • 34 Mes recherches n’ont pour le moment pas permis de déceler l’existence d’une première version de ce (...)
  • 35 Le Normand (Michelle), « En relisant votre journal », Couleur du temps, Montréal, éditions du Devoi (...)
  • 36 Idem.

20Publié dans Couleur du temps, le texte « En relisant votre journal » réactive l’infusion d’une représentation de la pratique diaristique, cette fois dans un recueil34. Il conserve de « La leçon du vieux cahier » la même fonction didactique, principalement en substituant à la mise en scène de soi par la première personne du singulier, l’incorporation d’un « vous » – on retrouve la fonction phatique du billet – où se dédoublent la narratrice et ses lectrices. Cependant, l’accent est mis davantage sur la matérialité du journal intime, ce qui propulse le caractère diffus et incomplet du souvenir : « des vieux cahiers », « les pages noircies de lettres pressées », « l’ensemble d’une écriture différente de celle que vous avez aujourd’hui35 ». À nouveau, le « vrai » journal intime est mis à contribution, Le Normand n’hésitant pas à intégrer une entrée de son propre récit personnel dans le cadre du texte : « Ailleurs, vous évoquez, par exemple, une promenade d’antan, si vous lisez tout simplement : “Aujourd’hui, je suis allée dans la montagne avec mes amies Jeanne et Georgette”36 ». La tension entre la joie du moment perdu et la tristesse du phénomène mémoriel basé sur l’oubli ou l’amplification dynamise la litanie autour de cette fenêtre sur le passé et, finalement, de cette porte sur la connaissance de soi que constitue le carnet personnel. Ainsi, la forme du texte de même que son sujet matérialisent un retour sur soi, dans un mouvement où la mémoire est branchée sur l’immédiateté, et qui entraîne la circulation des émotions entre la sphère privée et la sphère publique.

L’écriture palimpseste

21À la jonction de l’archive et du laboratoire stylistique, mettant en lumière une poétique tournant autour du vrai et du vécu, le troisième exemple figure un cas d’écriture palimpseste ; autrement dit, d’une réécriture approfondissant les impressions d’un fait vécu par l’écrivaine.

  • 37 C’est ce qu’on peut supposer à partir des réponses de Lozeau, les 25 et 27 juillet 1917 : Lozeau (A (...)
  • 38 Premier article intitulé « Devant la tâche nouvelle », Le Devoir, vol. VIII, n° 195, 20 août 1917, (...)
  • 39 Le Normand (Michelle), « Les quais », Le Devoir, vol. 8, n° 203, 29 août 1917, p. 5.
  • 40 Idem.
  • 41 Idem.
  • 42 Idem.

22Tout commence à l’été 1917, lorsque la jeune billettiste passe ses vacances dans la ville de Sorel. Entre la fin du mois de juillet et le début de septembre, elle revient dans son journal sur ses activités, notamment ses promenades sur les quais et sur le fleuve, et sur sa rencontre avec Georges Monarque qui devient son amoureux. Dans le même temps, par le biais du support épistolaire cette fois, elle fait le récit de son séjour à son mentor de l’époque, le poète Albert Lozeau37. C’est à ce moment que Le Normand hérite de la « Page du foyer », section publiée deux fois par semaine dans Le Devoir et où la chroniqueuse doit fournir un texte d’inspiration intimiste et féminine38. Le 29 août 1917, elle rédige justement un texte intitulé « Les quais39 ». Le port de Sorel devient dans Le Devoir un espace aux tonalités extrêmement romantiques, où la ruine navale, comme les « bouées rouges et énormes qui renversées attendent on ne sait quelle destinée » ou les « pyramides de charbon, ou de sable fin40 », se prête à des observations hyperboliques de la part de Le Normand. En effet, le texte se distingue par la friction, évidente, entre la médiocrité, voire le caractère insalubre du lieu (« ces quais ne sont point une promenade à la mode […] point libres et propres », « rien de tout cela n’est splendide41 ») et l’émerveillement de la narratrice, qui se saisit d’une fulgurance instantanée pour livrer un tableau : « […] et pourtant à l’heure du crépuscule, à cette heure dispensatrice d’illusions, tout cela vous donne envie d’être peintre, tant tout cela vous touche42 ». Domine alors une opposition entre les convenances, la « mode » et les « illusions » sociales, et le souci de sincérité qui anime la billettiste dans sa description. À ce sujet, il n’est pas inintéressant de relever l’indication spatio-temporelle précisée en fin de billet (« Sorel, le 26 août »), et qui greffe à un texte descriptif une indication référentielle qui renseigne sur le degré souhaité de véracité.

  • 43 Le Normand (Michelle), « Les quais », Couleur du temps, op. cit., pp. 100-102.
  • 44 Le Normand (Michelle), Le nom dans le bronze, Montréal, éditions du Devoir, 1933, p. 9.

23Jusqu’ici, on saisit comment l’intime s’infiltre dans le médiatique. Or, la description des quais de Sorel ne s’arrête pas à cette transposition dans un autre support et un autre régime de communication. En 1919, le texte est republié dans Couleur du temps, recueil qui, par l’alternance des billets, repose sur une relative unité narrative amorçant l’écriture romanesque43. Trait d’union entre le journal et le recueil, la mention de la date et du lieu d’écriture (Sorel, 1917) marque à nouveau le texte du sceau du fait vécu. Puis, le même billet sert de canevas à la rédaction de l’incipit du Nom dans le bronze. Dans les premières pages de ce roman à thèse au féminin, le récit embrasse la ville de Sorel un soir d’été, afin de se resserrer autour du couple que forment Marguerite et Steven, et qui déambule sur « les quais ». S’échappant de la foule qui accueille un grand bateau de croisière, les jeunes gens pénètrent une section plus isolée et plus sombre du port de Sorel : « Ici et là, des bouées rouges, ventrues, attendent leur destin ; des amas de charbon, de sable, s’enflent en collines le long des hangars ; tout un paysage hétéroclite se dessine, dans le mystère du soir44 ». Le thème de la ruine demeure, favorisant un peu plus la tension entre le monde social, celui des lumières et des sociabilités mondaines du bateau, et le jeune couple illicite – l’amour entre une Canadienne française et un anglophone constitue le nœud de ce roman à thèse. L’influence du médium cinématographique, notamment dans le jeu des couleurs claires et obscures, ainsi que les métaphores se retrouvent manipulées et reconfigurées au gré de la forme romanesque, ce qui illustre les transformations, en fonction des supports, en 1917, en 1919 et en 1933, d’un même espace poétique.

Écrire « pour être vrai » : l’imaginaire générique et l’axe réel/fiction

24Loin d’être des cas isolés, ces trois exemples de reprises, de renvois et de palimpsestes témoignent du déploiement constant des pratiques et des discours dans la production de Michelle Le Normand. Apparaît une écriture-système où l’intime, le littéraire et le médiatique s’entrecroisent et participent d’une même poétique fondée sur le vrai et le refus du mensonge. C’est d’ailleurs ce que prétend faire l’écrivaine, comme elle le confie dans son journal intime le 27 juillet 1927 :

J’ai décidé que lorsque j’écrivais des billets maintenant et que j’aurais envie d’être personnelle, je le serais. En parlant de soi, on parle des autres puisque tous, ou à peu près nous ressemblons et que ce qui est humain est éternel. Je serai humaine, sincère. J’écrirai pour être vraie. (J, 27 juillet 1927, l’auteure souligne)

  • 45 Le Normand (Michelle), « La vie », Le Devoir, vol. 18, n° 172, 26 juillet 1927, p. 1.
  • 46 Voir Lamonde (Yvan), La modernité au Québec, t. 1 : La crise de l’homme et de l’esprit, 1929-1939, (...)
  • 47 Le Normand (Michelle), La plus belle chose du monde, Montréal, éditions du Devoir, 1937.
  • 48 J’aborde cette question dans Rannaud (Adrien), « Quand écrire, c’est vivre. Personnages d’écrivain (...)

25Fait digne de mention, la diariste commente ici son dernier billet paru dans Le Devoir, et justement intitulé « La vie45 ». De fait, les matrices de l’intime et du médiatique s’inversent et fusionnent, approfondissant l’idée d’une circulation équivoque des motifs et des discours dans les écrits de l’auteure. Fondés sur l’idée centrale de « la vie », l’entrée du journal du 27 juillet et le texte journalistique qui la propulse sont intéressants sur deux plans. Tout d’abord, ils renvoient à deux tendances traversant l’espace social de l’entre-deux-guerres au Québec, soit l’émergence d’une épistémè de la vie et du vivant au sein des représentations littéraires, artistiques et médiatiques, et la consolidation du « je » dans l’écriture et l’action individuelle46. La fusion de ces deux paramètres permet le développement du roman psychologique ainsi que des textes autobiographiques. À ce sujet, La plus belle chose du monde, publié en 1937, dit bien le repositionnement romanesque de Le Normand47. L’auteure y épouse le récit de soi et livre ce qu’il faudrait bien considérer comme une des premières autofictions au Québec, ne serait-ce que par le pacte de lecture proposé dans un « avertissement au lecteur », situé au début du roman, et qui traduit autant le travail de la fiction que l’importance de la rétrospection propre au genre autobiographique48.

26Dans la lancée de cette observation sur l’épistémé et la vie et le vivant, il semble que quelque chose d’autre se joue ici quant à l’écriture des femmes. Aussi, je souhaite conclure en essayant de lier la propension de Le Normand à jouer sur l’hybridation des pratiques médiatiques, intimes et autobiographiques ou, pour le dire autrement, sur les points de frictions entre discours référentiel et discours fictionnel, avec les conventions entourant l’écriture des femmes au début du xxe siècle. Sur ce point, la notion d’imaginaire générique apparaît pertinente, puisqu’elle met en relief les chevilles d’un phénomène textuel particulier avec les dynamiques sociolittéraires et culturelles genrées qui lui sont externes et concomitantes.

  • 49 Planté (Christine), La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Lyon, Presses universitair (...)
  • 50 Voir Castoriadis (Cornélius), L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.
  • 51 Thérenty (Marie-Ève), « LA chronique et LE reportage : du “genre” (gender) des genres journalistiqu (...)

27Dans son essai La petite sœur de Balzac, Christine Planté avance l’hypothèse d’un « genre des genres » à l’œuvre dans la littérature française au xixe siècle49. Se fondant sur la superposition de deux systèmes binaires qui pensent la littérature (prose/poésie) et la différence des sexes (masculin/féminin), l’imaginaire générique, comme Planté le nomme, « institue50 », catégorise et (dé)valorise les genres littéraires en fonction de la variable du genre sexuel. Il décrit des conventions discursives, coordonne et conditionne les écritures, autant qu’il pousse la réception à considérer les cas à part comme des anomalies ou, parfois, comme des chefs-d’œuvre. En 2009, Marie-Ève Thérenty avançait une idée équivalente, en parlant du « genre des genres journalistiques » et en montrant, par exemple, comment la chronique devenait affaire de femmes, contrairement au reportage, vu comme une pratique médiatique masculine51. Christine Planté conçoit cet entrelacement des genres (sexuel et littéraire) comme le moteur d’une réflexion sur le système générique en littérature (l’espace des possibles et des valeurs esthétiques) ainsi que sur les mécanismes d’attribution asymétrique du capital entre les hommes et les femmes. L’hypothèse d’un « genre des genres » interrogerait, selon elle, l’écriture comme opération de réactivation ou de révolution ; comme un acte pouvant critiquer et travailler à son tour l’imaginaire générique, contribuant ainsi à un élargissement des pratiques discursives dans le champ.

  • 52 Voir Rannaud (Adrien), « De l’amour et de l’audace… », op. cit.
  • 53 « Si les femmes en écrivant ont eu tendance à fragmenter la forme romanesque par l’emploi de la for (...)
  • 54 « Il est connu que la femme est bavarde et écrivassière ; elle s’épanche en conversations, en lettr (...)

28Deux axes semblent structurer l’imaginaire générique : l’axe des genres (qu’ils soient littéraires ou médiatiques) et l’axe masculin-féminin. À la lumière du cas de Michelle Le Normand, de nos connaissances sur les pratiques littéraires des femmes52 et des analyses séduisantes de Patricia Smart sur la distinction entre réel et réalisme53, on pourrait en proposer un troisième : un axe réel-fiction qui délimiterait un champ des possibles en fonction des valeurs accordées au vrai et au faux. À l’image de ce qu’énonçait sévèrement Simone de Beauvoir sur la « femme-nature54 », cet axe est avant tout forgé par la critique, avant de se répercuter dans les pratiques et les postures littéraires des femmes : tendance à écrire le vrai, le sensible ; exclusion prétendument naturelle de l’ordre symbolique que représente le discours ; difficulté à « inventer » des récits. Rappelons à ce sujet les mots d’une contemporaine de Le Normand, la poète et romancière Éva Senécal, qui synthétisent l’incorporation, dans le discours d’appréciation et, plus fortement, dans le discours social, de schèmes structurant la différence des sexes :

  • 55 Senécal (Éva), « Lettres à Alfred DesRochers », fonds d’archives Alfred-DesRochers, Bibliothèque et (...)

Pauvres vous autres, quand donc comprendrez-vous qu’une femme ne peut pas écrire comme un homme… qu’un cœur de femme ce n’est pas un cerveau d’homme bourré de raisonnement, de volonté et de tout le bataclan où ne vous suivrions pas une minute sans en avoir par-dessus la tête. Un cœur de femme, et trouvez-moi une femme […] trouvez-moi une femme qui écrive autrement qu’avec son cœur, ce petit vase fragile qu’un rien briserait, mais qui est pourtant capable de contenir les plus fougueux, les plus passionnés et les plus terrifiants des sentiments humains55.

  • 56 Comme l’écrivait Monique Wittig dans « Le point de vue, universel ou particulier. Avant-note à La P (...)

29Aux femmes, la nature, le vrai, l’impossible extraction de leur condition pour livrer un récit universel ; aux hommes, les compétences nécessaires pour raconter et déformer le réel, pour manier l’art de la fiction et ses multiples frontières56. Dans la perspective d’un imaginaire générique structurant la vie littéraire, il est évident que la distribution des valeurs et des codes esthétiques accuse cette dichotomie. En ce sens, l’écriture-système de Le Normand et son caractère autobiographique, tant les billets et les recueils qui suivent que les romans, ne sont pas dus à une faiblesse d’écriture, mais à un projet délibéré, à un souci d’être « vrai » qui répond aux attentes de l’époque et façonne les stratégies d’écriture et de placement. À l’instar de ce que font les autres femmes poètes, romancières et journalistes des années 1920 et 1930, comme Jovette-Alice Bernier et Éva Senécal, les journaux de Michelle Le Normand, qu’ils soient intimes ou publics, jouent sur une ligne poreuse entre le discours référentiel et le discours fictionnel pour légitimer une position et une posture d’écrivaine. S’il convient d’éviter précautionneusement la lecture biographique, véritable piège pour l’histoire littéraire, il importe toutefois de prendre en considération l’étroitesse des rapports entre l’invention et le témoignage, et de mettre en relief les effets de reprises qui parsèment une production comme celle de Michelle Le Normand. La perspective de l’imaginaire générique, et l’axe réel/fiction dont j’ai tenu à rendre compte, constituent en ce sens un nœud paradigmatique ouvrant à une meilleure compréhension de l’histoire littéraire des femmes, celle-ci reposant autant sur les archives personnelles que sur les objets publiés sous la forme du journal ou du livre.

Haut de page

Bibliographie

Textes de Michelle Le Normand consultés

Claude (pseudonyme de Marie-Antoinette Tardif), « L’arrivée du prélat », L’Avenir du Nord, 14e année, n° 36, 9 septembre 1910, p. 2.

Claude, « Un piquant microbe », L’Avenir du Nord, 14e année, n° 38, 23 septembre 1910, p. 2.

Desrosiers (Léo-Paul), Le Normand (Michelle) & Pourrat (Henri), Des « Amitiés paysannes » à la NRF. Correspondance, 1933-1959, éditée par Michel Lacroix, Québec, Nota bene, 2010.

Le Normand (Michelle), À toi, de tout cœur. Lettres d’amour à Léo-Paul Desrosiers, 1920-1922, texte transcrit et annoté par Georges Aubin, introduction d’Adrien Rannaud, L’Assomption, éditions Point du jour, 2017.

Le Normand (Michelle), Autour de la maison, Montréal, éditions du Devoir, 1916.

Le Normand (Michelle), « Première communion », Le Nationaliste, vol. 13, n° 14, 21 mai 1916, p. 3.

Le Normand (Michelle), Couleur du temps, Montréal, éditions du Devoir, 1919.

Le Normand (Michelle), « La vie », Le Devoir, vol. 18, n° 172, 26 juillet 1927, p. 1.

Le Normand (Michelle), Le nom dans le bronze, Montréal, éditions du Devoir, 1933.

Le Normand (Michelle), La plus belle chose du monde, Montréal, éditions du Devoir, 1937.

Le Normand (Michelle), La maison aux phlox, Montréal, Imprimerie populaire, 1941.

Le Normand (Michelle), Premières amours. Journal, 1909-1921, texte transcrit et annoté par Georges Aubin, L’Assomption, éditions Point du jour, 2017.

Ouvrages et articles critiques

Beauvoir (Simone de), Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1976 [1949].

Castoriadis (Cornélius), L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.

Kang (Mathilde), Le parcours transatlantique du Journal d’Eugénie de Guérin. Un cas de transfert culturel (1850-1950), Oxford, New York, éditions Peter Lang, 2009, 203 p.

Lacroix (Michel), « “Mon petit commerce”. Michelle Le Normand, femme de lettres et femme d’affaires », dans Histoire littéraire des femmes. Cas et enjeux, sous la direction de Chantal Savoie, Québec, Nota bene, « Séminaires », 2010, pp. 167-189.

Lambert (Vincent Charles), Une heure à soi. Anthologie des billettistes (1900-1930), Québec, Nota bene, 2005.

Lamonde (Yvan), La modernité au Québec, t. 1 : La crise de l’homme et de l’esprit, 1929-1939, Montréal, Fides, 2011.

Lejeune (Philippe), Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, « Points », 1996 [1975].

Naudier (Delphine), « La cause littéraire des femmes. Modes d’accès et de consécration des femmes dans le champ littéraire (1970-1988) », thèse de doctorat (sociologie), École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2000.

Planté (Christine), La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015 [1989].

Planté (Christine), « Le genre des genres : la romance aux xviiie et xixe siècles », Le Genre à l’œuvre, sous la direction de Mélody Jan-Ré, vol. 1, « Réceptions », Paris, L’Harmattan, 2012, pp. 31-55

Planté (Christine), « Un roman épistolaire féminin ? Pour une critique de l’imaginaire générique (Constance de Salm, Vingt-quatre heures d’une femme sensible) », La tradition des romans de femmes, xviiie-xixe siècles, sous la direction de Catherine Mariette-Clot & Damien Zanone, Paris, Honoré Champion, « Littérature et genre », 2012, pp. 275-296.

Rannaud (Adrien), De l’amour et de l’audace. Femmes et roman au Québec dans les années 1930, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, « Nouvelles études québécoises », 2018.

Rannaud (Adrien), « “Je veux vivre intensivement”. Formes, figures et discours de la vie dans la collection “Les Romans de la jeune génération” (1931-1932) », Voix et images, vol. 43, n° 1, 2017, pp. 95-110.

Rannaud (Adrien), « Quand écrire, c’est vivre. Personnages d’écrivain et discours sur la littérature dans les romans psychologiques de Rex Desmarchais, Michelle Le Normand et François Hertel », dans Une culture de transition : la recherche de codes de substitution (1934-1965) au Québec, sous la direction d’Yvan Lamonde & Jonathan Livernois, Québec, Codicille éditeur, « Prégnance », 2018, pp. 91-109.

Robert (Lucie), « D’Angéline de Montbrun à La chair décevante : la naissance d’une parole féminine autonome dans la littérature québécoise », Études littéraires, vol. 20, n° 1, 1987, pp. 99-110.

Savoie (Chantal), « Femmes, chroniques et billets dans les années 1930 », Voix et images, vol. 39, n° 2, 2014, pp. 57-67.

Savoie (Chantal), Les femmes de lettres canadiennes-françaises au tournant du xxe siècle, Montréal, Nota bene, « Essais critiques », 2014.

Simonet-Tenant (Françoise), « L’autobiographique hors l’autobiographie : le cas du journal personnel », Elseneur, n° 22, pp. 61-77.

Smart (Patricia), De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan. Se dire, se faire par l’écriture intime, Montréal, Boréal, 2014.

Smart (Patricia), Écrire dans la maison du père, Montréal, XYZ, 2003 [1988].

Stistrup Jensen (Merete), « La notion de nature dans les théories de l’“écriture féminine” », Nature, langue, discours, Lyon, Cahiers du Masculin/Féminin de l’Université Lumière Lyon 2, 2001, pp. 31-45.

Thérenty (Marie-Ève), « LA chronique et LE reportage : du “genre” (gender) des genres journalistiques », Études littéraires, vol. 40, n° 3, 2009, pp. 115-125.

Wittig (Monique), « Le point de vue, universel ou particulier. Avant-note à La Passion de Djuna Barnes », La pensée straight, Paris, Amsterdam, 2007, pp. 89-95.

Haut de page

Notes

1 À noter la parution récente des lettres de Le Normand à Desrosiers : Le Normand (Michelle), À toi, de tout cœur. Lettres d’amour à Léo-Paul Desrosiers, 1920-1922, texte transcrit et annoté par Georges Aubin, introduction d’Adrien Rannaud, L’Assomption, éditions Point du jour, 2017. Voir également Le Normand (Michelle), Premières amours. Journal, 1909-1921, texte transcrit et annoté par Georges Aubin, L’Assomption, éditions Point du jour, 2017.

2 Voir Lacroix (Michel), « “Mon petit commerce”. Michelle Le Normand, femme de lettres et femme d’affaires », dans Histoire littéraire des femmes. Cas et enjeux, sous la direction de Chantal Savoie, Québec, Nota bene, « Séminaires », 2010, pp. 167-189, et Rannaud (Adrien), De l’amour et de l’audace. Femmes et roman au Québec dans les années 1930, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Nouvelles études québécoises », 2018. On note effectivement une tentative de Le Normand de faire connaître ses productions et celles de son mari en France. Voir Desrosiers (Léo-Paul), Le Normand (Michelle) & Pourrat (Henri), Des « Amitiés paysannes » à la NRF. Correspondance, 1933-1959, éditée par Michel Lacroix, Québec, Nota bene, 2010.

3 Smart (Patricia), De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan. Se dire, se faire par l’écriture intime, Montréal, Boréal, 2014, p. 273.

4 Voir Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain), La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau monde éditions, « Opus magnum », 2011.

5 Recueil réédité cinq fois du vivant de Le Normand, permettant même à cette dernière de remporter, en 1931, une médaille de l’Académie française. Le Normand (Michelle), Autour de la maison, Montréal, éditions du Devoir, 1916.

6 Savoie (Chantal), Les femmes de lettres canadiennes-françaises au tournant du xxe siècle, Montréal, Nota bene, « Essais critiques », 2014, pp. 182-191.

7 Sur cette différence entre journal intime et récit autobiographique, voir Lejeune (Philippe), Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, « Points », 1996 [1975], pp. 14-15 et Simonet-Tenant (Françoise), « L’autobiographique hors l’autobiographie : le cas du journal personnel », Elseneur, n° 22, p. 61-77.

8 Claude (pseudonyme de Marie-Antoinette Tardif), « L’arrivée du prélat », L’Avenir du Nord, 14e année, n° 36, 9 septembre 1910, p. 2.

9 Claude, « Un piquant microbe », L’Avenir du Nord, 14e année, n° 38, 23 septembre 1910, p. 2.

10 Tardif (Marie-Antoinette), Journal, fonds d’archives Michelle-Le-Normand et Léo-Paul-Desrosiers, Bibliothèque et Archives nationales du Québec-Montréal, MSS26, entrée du 11 septembre 1910. Désormais, la référence au journal sera indiquée par la mention J, suivie de la date de l’entrée.

11 Smart (Patricia), op. cit., p. 165.

12 Ibid., pp. 165-171.

13 Voir Kang (Mathilde), Le parcours transatlantique du Journal d’Eugénie de Guérin. Un cas de transfert culturel (1850-1950), Oxford, New York, éditions Peter Lang, 2009.

14 Robert (Lucie), « D’Angéline de Montbrun à La chair décevante : la naissance d’une parole féminine autonome dans la littérature québécoise », Études littéraires, vol. 20, n° 1, 1987, pp. 99-110.

15 Voir Savoie (Chantal), op. cit.

16 À son fiancé Léo-Paul Desrosiers, elle signe en 1922 « Michelle » ou « Michette » ; à Henri Pourrat, « Michelle Desrosiers ». À noter qu’à la fin de la décennie 1910, Le Normand usera d’un autre pseudonyme, « Cousine Gillette », en vue de prodiguer des conseils de mode dans Le Devoir.

17 Savoie (Chantal), op. cit., pp. 38-54.

18 Outre Le nom dans le bronze et La plus belle chose du monde, Le Normand initie d’autres projets d’écriture durant l’entre-deux-guerres qui n’aboutiront pas.

19 Un dépouillement des archives confirme effectivement l’existence de manuscrits de travail commencés dès 1919.

20 Lacroix (Michel), art. cit., p. 184.

21 Lambert (Vincent Charles), Une heure à soi. Anthologie des billettistes (1900-1930), Québec, Nota bene, 2005.

22 Sur ce thème de la vocation dans la littérature des femmes, voir Naudier (Delphine), « La cause littéraire des femmes. Modes d’accès et de consécration des femmes dans le champ littéraire (1970-1988) », thèse de doctorat (sociologie), École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2000.

23 Le Normand (Michelle), « Première communion », Le Nationaliste, vol. 13, n° 14, 21 mai 1916, p. 3.

24 Le Normand (Michelle), « Souhait », dans La maison aux phlox, Montréal, Imprimerie populaire, 1941, pp. 211-212.

25 Lambert (Vincent Charles), op. cit., p. 15.

26 Ibid., pp. 5-17.

27 Ce recueil regroupe des textes publiés dans Le Devoir et Le Nationaliste entre 1915 et 1919 : Le Normand (Michelle), Couleur du temps, Montréal, éditions du Devoir, 1919.

28 Voir Savoie (Chantal), « Femmes, chroniques et billets dans les années 1930 », Voix et images, vol. 39, n° 2, 2014, p. 63.

29 Le Normand (Michelle), « La maison sur la grève », Le Devoir, vol. 20, n° 278, 29 novembre 1929, p. 1.

30 Le Normand (Michelle), « La leçon du vieux journal », Le Devoir, vol. 10, n° 94, 23 avril 1919, p. 5.

31 Savoie (Chantal), « Femmes, chroniques et billets dans les années 1930 », Voix et images, vol. 39, n° 2, 2014, p. 61.

32 Le Normand (Michelle), « La leçon du vieux journal », op. cit., p. 5.

33 Idem.

34 Mes recherches n’ont pour le moment pas permis de déceler l’existence d’une première version de ce texte dans un support journalistique quel qu’il soit. Tous les autres textes qui composent Couleur du temps ont, eux, fait l’objet d’une première publication dans Le Devoir et Le Nationaliste, ce qui me pousse à faire l’hypothèse de la parution de ce texte en amont de son intégration au recueil de 1919.

35 Le Normand (Michelle), « En relisant votre journal », Couleur du temps, Montréal, éditions du Devoir, 1919, p. 21.

36 Idem.

37 C’est ce qu’on peut supposer à partir des réponses de Lozeau, les 25 et 27 juillet 1917 : Lozeau (Albert), Lettres à Marie-Antoinette, éditées par Michel Lemaire, Nota bene, Québec, 2006, pp. 152-153

38 Premier article intitulé « Devant la tâche nouvelle », Le Devoir, vol. VIII, n° 195, 20 août 1917, p. 5.

39 Le Normand (Michelle), « Les quais », Le Devoir, vol. 8, n° 203, 29 août 1917, p. 5.

40 Idem.

41 Idem.

42 Idem.

43 Le Normand (Michelle), « Les quais », Couleur du temps, op. cit., pp. 100-102.

44 Le Normand (Michelle), Le nom dans le bronze, Montréal, éditions du Devoir, 1933, p. 9.

45 Le Normand (Michelle), « La vie », Le Devoir, vol. 18, n° 172, 26 juillet 1927, p. 1.

46 Voir Lamonde (Yvan), La modernité au Québec, t. 1 : La crise de l’homme et de l’esprit, 1929-1939, Montréal, Fides, 2011, pp. 50-51 et pp. 231-239 ; et Rannaud (Adrien), « “Je veux vivre intensivement”. Formes, figures et discours de la vie dans la collection “Les Romans de la jeune génération” (1931-1932) », Voix et images, vol. 43, n° 1, 2017, pp. 95-110.

47 Le Normand (Michelle), La plus belle chose du monde, Montréal, éditions du Devoir, 1937.

48 J’aborde cette question dans Rannaud (Adrien), « Quand écrire, c’est vivre. Personnages d’écrivain et discours sur la littérature dans les romans psychologiques de Rex Desmarchais, Michelle Le Normand et François Hertel », dans Une culture de transition : la recherche de codes de substitution (1934-1965) au Québec, sous la direction d’Yvan Lamonde & Jonathan Livernois, Québec, Codicille éditeur, « Prégnance », 2018, pp. 91-109.

49 Planté (Christine), La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015 [1989]. Voir également, de la même auteure : « Le genre des genres : la romance aux xviiie et xixe siècles », Le Genre à l’œuvre, sous la direction de Mélody Jan-Ré, vol. 1, « Réceptions », Paris, L’Harmattan, 2012, pp. 31-55 ; « Un roman épistolaire féminin ? Pour une critique de l’imaginaire générique (Constance de Salm, Vingt-quatre heures d’une femme sensible) », La tradition des romans de femmes, xviiie-xixe siècles, sous la direction de Catherine Mariette-Clot & Damien Zanone, Paris, Honoré Champion, « Littérature et genre », 2012, pp. 275-296.

50 Voir Castoriadis (Cornélius), L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.

51 Thérenty (Marie-Ève), « LA chronique et LE reportage : du “genre” (gender) des genres journalistiques », Études littéraires, vol. 40, n° 3, 2009, pp. 115-125.

52 Voir Rannaud (Adrien), « De l’amour et de l’audace… », op. cit.

53 « Si les femmes en écrivant ont eu tendance à fragmenter la forme romanesque par l’emploi de la forme épistolaire, des journaux intimes ou de l’autobiographie, il se peut que ce ne soit pas (comme on l’a longtemps prétendu) parce qu’il leur manque la confiance, l’expérience ou l’autorité pour écrire comme les hommes, mais plutôt parce que leur écriture présente une façon autre de re-présenter, d’écouter, et de toucher la texture du réel. Entre le « réalisme » consacré par la culture patriarcale et le « réel » tel qu’il se présente dans l’écriture des femmes, il y a un monde, et une distinction qui vaut la peine d’être explorée. » Smart (Patricia), Écrire dans la maison du père, Montréal, XYZ, 2003 [1988], pp. 27-28 (l’auteure souligne).

54 « Il est connu que la femme est bavarde et écrivassière ; elle s’épanche en conversations, en lettres, en journaux intimes. Il suffit qu’elle ait un peu d’ambition, la voilà rédigeant ses mémoires, transposant sa biographie en roman, exhalant ses sentiments dans des poèmes […]. Les femmes ne dépassent jamais le prétexte, me disait un écrivain. C’est assez vrai. Encore toutes émerveillées d’avoir reçu la permission d’explorer ce monde, elles en font l’inventaire sans chercher à en découvrir le sens. [...] Un des domaines qu’elles ont exploré avec le plus d’amour, c’est la Nature ; pour la jeune fille, pour la femme qui n’a pas tout à fait abdiqué, la nature représente ce que la femme elle-même représente pour l’homme : soi-même et sa négation, un royaume et un lieu d’exil ; elle est tout sous la figure de l’autre. » Beauvoir (Simone de), Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1976 [1949], pp. 628 et 635-636. Voir Stistrup Jensen (Merete), « La notion de nature dans les théories de l’“écriture féminine” », Nature, langue, discours, Lyon, Cahiers du Masculin/Féminin de l’Université Lumière Lyon 2, 2001, pp. 31-45.

55 Senécal (Éva), « Lettres à Alfred DesRochers », fonds d’archives Alfred-DesRochers, Bibliothèque et Archives nationales du Québec-Sherbrooke, P6, lettre du 9 août 1929.

56 Comme l’écrivait Monique Wittig dans « Le point de vue, universel ou particulier. Avant-note à La Passion de Djuna Barnes », La pensée straight, Paris, Amsterdam, 2007, pp. 89-95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Rannaud, « « Je viens d’achever le billet que j’avais dans la tête » », COnTEXTES [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 27 avril 2018, consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6430 ; DOI : 10.4000/contextes.6430

Haut de page

Auteur

Adrien Rannaud

CRILCQ – Université Laval

Haut de page