Navigation – Plan du site
Transferts et porosités génériques

« Deux épisodes dans la vie » de Gérald Godin : à la jonction du récit, du reportage et du journal de bord

Jonathan Livernois et Emmanuelle Germain

Résumés

Gérald Godin s’est retrouvé, en l’espace de six années, en deux lieux plus ou moins confortables pour un poète : à la prison Parthenais (Montréal) durant la crise d’Octobre 1970 et à l’Assemblée nationale du Québec en 1976. Dans les deux cas, lorsqu’est venu le moment de raconter le traumatisme, l’exaltation de la victoire et ses sentiments les plus vifs, il a choisi d’user des ressorts d’une écriture à mi-chemin entre le journal de bord et le reportage. Deux textes en témoignent : « Journal d’un prisonnier de guerre », paru sous forme d’un encart dans l’édition de Québec-Presse du 1er novembre 1970, et « Journal d’une campagne électorale », paru dans la revue Possibles à l’hiver 1977.

Dans cette étude, on posera l’hypothèse que cette écriture à deux moteurs a eu, pour Gérald Godin, une vertu stabilisatrice agissant sur les événements et sur leur déroulement, lui permettant de se les représenter et de les représenter aux autres. Sa façon de structurer son propos, de « fictionnaliser le réel », permet de « proposer un mode de représentation immédiatement compréhensible et accepté par tous » (Marie-Ève Thérenty). Également, on verra que son propos, qui rappelle à la fois le reportage en quête de la vérité et le dévoilement du journal de bord, engendre une authenticité littéraire certaine, en phase avec sa conception de la littérature et de la politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous reconnaissons le soutien financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Ce (...)
  • 2 Voir, à ce propos, Lamonde (Yvan) et al., Les intellectuel.les au Québec. Une brève histoire, Montr (...)
  • 3 Voir, à ce propos, Lamonde (Yvan), « L’écrivant polygraphe : terra incognita de la littérature québ (...)
  • 4 Pour le cas français, voir Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ lit (...)
  • 5 Gérald Godin est d’abord journaliste : il est rattaché au quotidien régional Le Nouvelliste de Troi (...)
  • 6 Godin (Gérald), Cantouques et Cie, choix de poèmes suivi d’un entretien, Montréal, Typo, 1991, p. 1 (...)

1La chose est connue1 : l’autonomisation lente et tardive2 du champ littéraire au Québec explique que son histoire soit peuplée d’écrivains polygraphes3, tout à la fois journalistes, écrivains et hommes d’État, passant sans coup férir d’un genre littéraire à l’autre, d’un statut à l’autre. On peut penser en ce sens à Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, romancier et journaliste devenu premier ministre du Québec (1867-1873), au poète Louis Fréchette, député de Lévis (1874-1878), et au journaliste et romancier Honoré Beaugrand, maire de Montréal (1885-1887). Au xxe siècle, la spécialisation des écrivains canadiens-français, comme celle des politiciens, d’ailleurs4, change singulièrement la donne : les hommes politiques ne sont plus, sauf exception, des hommes de lettres. En ce sens, le cas du journaliste, poète et ministre Gérald Godin (1938-1994)5, auquel nous nous attachons ici, est rare. À telle enseigne que le principal intéressé affirmait lui-même que son plus proche prédécesseur sur cette voie avait été Félix-Gabriel Marchand, journaliste et auteur qui dirigea le Québec… de 1897 à 19006. Certes, d’autres noms auraient pu se profiler : on pense à André Laurendeau, qui fut député au parlement de Québec de 1944 à 1948 (période qu’il n’apprécia pas), mais dont la carrière fut surtout intellectuelle et journalistique. On pense également à des écrivains engagés en politique, contemporains de Godin, comme Jacques Ferron (au parti Rhinocéros) ou Hubert Aquin (au Rassemblement pour l’indépendance nationale [RIN]), mais ceux-ci ne furent jamais élus.

  • 7 Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), Fonds Pauline Julien, MSS-419, série « corres (...)

2Le cas presque unique de Gérald Godin est donc des plus révélateurs en ce qui a trait à l’interaction des discours journalistique, politique et littéraire au Québec. Deux événements de sa vie et sa façon de les raconter, de les transformer en matière littéraire, sont éclairants de ce point de vue : son arrestation et son emprisonnement arbitraires pendant la crise d’Octobre 1970 ; son élection, six ans plus tard, comme député de la circonscription de Mercier. De la prison à l’Assemblée nationale du Québec, il y a bien là quelque chose comme une ironie du sort, dont le poète prend lui-même acte, dans une lettre à sa conjointe, la chanteuse Pauline Julien, datée du 18 octobre 1979 : « 9 ans jour pour jour après avoir été emprisonné, je deviens adjoint au ministre de la Justice… quelle ironie que la vie ! Ce sera un monde assez nouveau7. » C’est ce monde assez nouveau qu’il décrira comme un poète, un journaliste et un politicien. Comme si le polygraphe revivait, conscient des potentialités de textes qui mangent à tous les râteliers… génériques.

3Qu’il raconte le traumatisme ou l’exaltation de la victoire, Godin choisit un même type de discours, hybride et plurivoque, combinant les formes du journal de bord, compris comme description détaillée des petits événements qui ponctuent un voyage ou une expérience, et celles du reportage, compris comme relation journalistique d’un événement avec une certaine objectivité, qui est ici l’exigence de conformité à la vérité des faits. Cette combinaison engendre, en bout de piste, une sorte de fictionnalisation de l’expérience vécue, qu’il nous faudra définir au fil de l’analyse.

  • 8 Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, (...)

4Pourquoi Godin fait-il le choix de ce discours hybride ? On peut déjà poser l’hypothèse que cet alliage lui permet de mieux se représenter et de représenter aux autres les événements et leur déroulement, de leur donner une forme qui assure à la fois un récit complet et une garantie d’authenticité, en phase avec sa conception de la littérature, de la politique et, nous le verrons, de la poésie. Cette façon de structurer son propos, de « fictionnaliser le réel », comme l’a écrit Marie-Ève Thérenty à propos de la contamination des discours littéraire et journalistique au xixe siècle, permet de « proposer un mode de représentation immédiatement compréhensible et accepté par tous8 ».

5Deux textes de Gérald Godin permettront ici de vérifier nos hypothèses : « Journal d’un prisonnier de guerre », paru sous forme d’un encart dans l’édition du 1er novembre 1970 de l’hebdomadaire de gauche Québec-Presse, et « Journal d’une campagne électorale », paru dans la revue Possibles à l’hiver 1977.

« Journal d’un prisonnier de guerre »

6Il faut rappeler, d’entrée de jeu, les circonstances de l’emprisonnement de Gérald Godin. En octobre 1970, le Front de libération du Québec (FLQ), fondé en 1963, kidnappe un diplomate anglais, James Richard Cross, et le ministre du Travail du Québec, Pierre Laporte. C’est ce que l’on a appelé la crise d’Octobre. Devant le risque de ce que les gouvernements municipal, provincial et fédéral considèrent comme une « insurrection appréhendée » (sic), le premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau, fait adopter la Loi sur les mesures de guerre. Cette mesure d’exception permet aux autorités policières d’arrêter sans mandat tout suspect susceptible d’appartenir au FLQ. Gérald Godin sera arrêté tôt, le matin du 16 octobre 1970. Le contexte est explosif :

  • 9 Tessier (Simon), Octobre de force. Répression et état d’exception, Drummondville, Le Québécois, 201 (...)

31 700 perquisitions de ratissage, 4 600 perquisitions avec saisies, et plus de 500 personnes arrêtées sans mandat, détenues durant une semaine en moyenne avant d’être relâchées – pour la majorité (467) – sans qu’aucune charge n’ait été retenue contre elles. Sur les centaines de personnes arrêtées, 95 % ne sont liées, ni de près ni de loin, au FLQ et à ses actions violentes9.

  • 10 Voir Godin (Gérald), « Entrevue de Jean Cournoyer », dans Traces pour une autobiographie. Écrits et (...)

7Gérald Godin sera libéré le 23 octobre, et ce, sans accusation. Il ne connaîtra jamais les raisons exactes de son arrestation, qu’il cherchera jusqu’à la fin de sa vie10. On peut croire que son métier d’éditeur, l’amenant à côtoyer les felquistes Jacques Lanctôt et Paul Rose, n’a pas été étranger à son arrestation.

  • 11 Voir, à ce propos, Keable (Jacques), Québec-Presse. Un journal libre et engagé, Montréal, Écosociét (...)

8Le « Journal d’un prisonnier de guerre » de Godin est publié neuf jours après sa sortie de prison, dans l’édition du 1er novembre de l’hebdomadaire Québec-Presse11, où il est journaliste depuis l’année précédente. Le texte se présente comme un encart, enchâssé dans l’édition courante. C’est dire l’urgence, la rapidité des événements, le temps bousculé, que l’on sent aussi dans la description du séjour en prison.

  • 12 Ibid., p. 110.

9Le texte de Godin est écrit de sorte que chaque jour de son incarcération a son entrée, comme un journal de bord, où on apprend la vie à la prison Parthenais de Montréal : ce qu’on y mange, ce qu’on y dit, ce qu’on y craint, ce qu’on y entend. Une sorte d’ironie, feutrée, court tout au long du texte, que l’on sent bien dans un extrait comme celui-ci : « Pour la première fois, on nous permet la récréation commune pour tout l’après-midi. On ne voit plus passer le temps. » Ou encore : « Une sorte d’agitation gronde. Les détenus veulent fumer. Mais c’est samedi soir et la cantine est fermée. À dix heures, on éteint les lumières. On ne laisse qu’un éclairage bleuté, comme dans les clubs de nuit12. » Inutile d’insister sur le caractère ironique de ce rapprochement avec la boîte de nuit, dans laquelle plusieurs des prisonniers se trouvaient, peut-être, à peine une semaine auparavant. La lumière bleutée n’en est que plus cruelle, à dix heures, un samedi soir.

10Dans ce journal de bord, les détails abondent, comme dans cette description de la cellule :

  • 13 Ibid., p. 108.

Le matelas en crin aggloméré est appuyé au mur. Sur le lit de fer, fixé au mur, deux draps étroits et une couverture de laine grise, trouée à deux endroits. La cellule est d’environ neuf pieds sur cinq. Côté droit, le lit et une penderie. Côté gauche, fixées au mur, une petite table et une banquette. Au fond, les toilettes et, entre les toilettes et le lit, un évier. Eau chaude, eau froide, et les robinets sont à la pression des doigts13.

  • 14 Godin (Gérald), « Journal d’un prisonnier de guerre », repris dans Traces pour une autobiographie. (...)

11On imagine sans mal le journaliste détailler sur le papier ce qu’il voit, peut-être même en faisant un croquis. On sera d’autant plus étonné de lire, à l’entrée du 23 octobre, qui est la dernière journée de détention de Godin, que « [pour] la première fois, [il met] la main sur du papier et un stylo Bic14. » Qu’est-ce à dire ? Que la forme du journal de bord ne s’est pas imposée d’elle-même, qu’elle a été choisie sciemment par Godin, comme forme narrative. C’est après coup que Godin a recomposé l’ensemble, l’a recréé à la fois en reportage et en journal de bord. Surtout, il lui a donné une sorte de statut littéraire ou, à tout le moins, fictionnalisé, en permettant au lecteur de comprendre que le geste de reconstruction a eu lieu a posteriori.

  • 15 Voir, par exemple, la lettre du 1er avril 1838 à Auguste-Norbert Morin, reprise dans Aubin (Georges (...)

12Éditeur et écrivain, Godin, exploitant la forme du journal de prison, sait sans aucun doute où il met les pieds. Il s’inscrit dans une longue tradition d’écrits de captivité : certes, on peut remonter jusqu’au Dernier jour d’un condamné de Victor Hugo, mais cette tradition est aussi québécoise. Il y a d’abord tous les journaux et lettres des patriotes de 1837 et 1838, qui seront largement republiés au fil des années 1970. La description minutieuse de la vie des prisonniers dans les lettres du patriote et député Jean-Joseph Girouard (1794-1855), par exemple, n’est pas très différente de la description que Godin fait de la prison Parthenais15. Mais le texte de Godin rappelle encore davantage les Souvenirs de prison (1910) du journaliste Jules Fournier, condamné à trois mois de prison en 1909 pour avoir révélé la corruption du régime libéral. La filiation est claire : dans les deux cas, le propos combine une mise en scène du sujet, une description minutieuse des détails et une tendance à transformer l’expérience en reportage. On peut relire en ce sens le « loyal avertissement » de Fournier, où l’auteur annonce d’abord qu’il ne parlera que de lui, juste avant de décrire son texte comme « une étude sur le régime pénitentiaire » :

L’auteur, dès cette première ligne, tient à prévenir qu’il ne parlera maintenant que de lui jusqu’à la table des matières inclusivement (si toutefois il en met une).

  • 16 Fournier (Jules), Souvenirs de prison (première série : la cellule no 14), préface d’Olivar Asselin (...)

Il aurait de beaucoup préféré, dans cette étude sur le régime pénitentiaire, mettre en scène un autre personnage, et par exemple le premier ministre de la Province de Québec. Malheureusement, M. Gouin n’a pas encore été en prison16.

  • 17 Ibid., page de couverture.

13La ressemblance iconographique est aussi frappante entre les textes de Godin et de Fournier : la page couverture des Souvenirs de prison de Fournier révèle le dessin d’un homme étendu, les mains derrière la tête, sur la couchette de sa cellule17 ; le « Journal d’un prisonnier de guerre » reproduit très exactement, mais selon un autre angle de vue, la posture du prisonnier des Souvenirs, sauf que cette fois-ci, l’ensemble est composé d’une photographie (on reconnaît Godin, étendu) et d’un dessin qui illustre la couchette et la cellule.

  • 18 Fabre (Gérard), « Les passerelles internationales de la maison d’édition Parti pris », Revue de Bib (...)
  • 19 Vallières (Pierre), Nègres blancs d’Amérique, Montréal, Parti pris, « Aspects », 1968, pp. 11-12.
  • 20 Godin (Gérald), « Journal d’un prisonnier de guerre », loc. cit., p. 109.

14Deux textes, plus récents, peuvent également constituer une sorte d’intertexte du « Journal d’un prisonnier de guerre ». Il y a d’abord l’essai Nègres blancs d’Amérique, rédigé dans l’urgence par le felquiste Pierre Vallières, incarcéré dans la prison « The Tombs » en plein cœur de Manhattan (comme la prison Parthenais est en plein cœur de Montréal), puis publié par les Éditions Parti pris – dont Godin est le directeur – en 1968. Comme le rappelle Gérard Fabre dans un article sur les relations internationales des Éditions Parti pris, cette publication a « donné lieu à des traductions en langues étrangères et à un mouvement international de protestation en faveur des auteurs emprisonnés18 ». Dans « l’avertissement » qui ouvre le texte, Vallières rappelle qu’il « a été écrit dans un bruit permanent de cellules ouvertes et fermées d’une main de fer, au milieu des cris des gardes répondant à ceux des prisonniers, dans le cadre d’une discipline absurde (qui s’appelle le règlement de la prison), inventée et appliquée pour abrutir les détenus au maximum ». Il ajoute à cela « la bêtise hurlante de la radio et de la télévision aux heures de “lock-out” et aux heures de “sieste” » et « mille tracasseries volontairement attachées à nos moindres activités alimentaires19 ». Le journal de Godin s’attache à des phénomènes carcéraux semblables, les décrit de manière analogue, comme l’histoire de cette radio qui joue sans arrêt, qui devient dans son texte la « période ininterrompue de quatorze heures » de « chansons françaises de la station CFGL-FM, de Laval20 » qui l’empêche de dormir.

  • 21 Idem.
  • 22 Idem.
  • 23 Idem.

15Notons, finalement, cet autre texte paru aux Éditions Parti pris en 1969, Journal de Bolivie, qui est la traduction du carnet de notes du Che Guevara, relatant les derniers moments de sa vie. La description quotidienne et détaillée de la guérilla par le Che donne à voir une rupture des temporalités et des espaces entre, d’un côté, le temps intérieur, celui de la guérilla et de la vie de troupe et, de l’autre, le temps de l’extérieur, souvent limité à ce qu’en révèle la radio. On retrouve aussi une telle séparation dans le journal de Godin, qui insiste sur la proximité troublante de deux univers : la vie en prison, soumise à une temporalité réglée au quart de tour, mais, paradoxalement, complètement déréglée, et la vie normale de Centre-Sud, le quartier populaire de Montréal où se trouve la prison, à deux jets de pierre, d’ailleurs, de la vieille prison de Montréal, où furent incarcérés les patriotes de 1837 et 1838… Godin écrit ainsi, dans son « Journal d’un prisonnier de guerre » : « Vers dix heures, on commence à parler de manger. De dix heures à une heure, l’agitation augmente en même temps que la faim. Des camions de biscuits Viau passent dans la rue, comme des provocateurs21. » De la fenêtre de sa cellule, Godin voit également « les rues Ontario et Sainte-Catherine, Radio-Québec, le pont Jacques-Cartier et une partie de Terre des Hommes. Au mât de Radio-Québec, un drapeau fleurdelisé qui fait des signes22. » Dehors, donc, la vie continue, la crise bat son plein, et le drapeau sera bientôt mis en berne. Quelqu’un est mort – Pierre Laporte –, mais à l’intérieur des murs de la prison ni nouvelles ni informations ne parviennent jusqu’aux détenus. La radio, comme dans Nègres blancs d’Amérique, est utilisée à des fins malicieuses par les gardes : « Chaque fois que l’indicatif des nouvelles commence, tout le monde se tait. Puis le speaker commence : “La premi…”, et c’est coupé. Nous sommes détenus incommunicado ! Aucune nouvelle, ni écrite, ni parlée, ni télévisée23. »

  • 24 Ibid., p. 106.
  • 25 Ibid., p. 107.

16Pour Godin, arriver à Parthenais, c’est sortir « du monde des vivants24 ». Il ajoute : « Au cours de cette première journée, mon sentiment majeur est d’être déraciné. De flotter dans l’incertitude absolue. Pourquoi suis-je ici ? Si au moins on m’interrogeait, je pourrais savoir à quoi m’en tenir. […] Si je le savais, je pourrais reprendre pied sur du solide. Pour l’instant, c’est le vide25. » Justement, comment reprendre pied ? Comment dire une expérience traumatique ? Le journal de bord permet de scander les périodes, de leur donner un sens ou du moins de les mettre en récit, de jouer le rôle, aussi, de cahier préparatoire pour le journaliste qui enquête sur le terrain.

  • 26 Ibid., p. 113.

17Par ailleurs, le texte de Godin, écrit en reprenant les codes du journal de bord, conférant ainsi une certaine authenticité aux propos de l’homme, emprunte également la forme du reportage. À la fois dénonciation pour soi et pour les autres (« Maintenant, il faut voir à leur libération26 », dit-il en conclusion de son journal à propos des autres prisonniers), l’incarcération finit par avoir un semblant de sens. L’auteur est vu comme un journaliste en reportage, impression renforcée par l’encadré qui coiffe le texte. Il importe d’en citer le contenu en entier :

  • 27 « Le Journal d’un prisonnier de guerre », Québec-Presse, 1er novembre 1970, p. 2B.

Notre collaborateur Gérald Godin a été détenu huit jours sous l’empire de la Loi des mesures de guerre. Il raconte ici son expérience de “prisonnier de guerre”. Âgé de 31 ans, Gérald Godin est journaliste depuis 1959. Il a appris son métier au Nouvelliste de Trois-Rivières. En 1961, il devenait membre de l’équipe du Nouveau Journal sous la direction de Jean-Louis Gagnon, jusqu’au dernier numéro du journal. Il retournait ensuite au Nouvelliste pour quelques mois avant de devenir recherchiste à l’émission Aujourd’hui de Radio-Canada en novembre 1962. Cinq ans plus tard, il accédait au poste de chef d’information à la même émission, poste qu’il occupait pendant un an. En janvier 1969, il était détaché de Radio-Canada à l’Office national du film pour y travailler avec l’équipe du film “On est au coton”, un long métrage sur la misère des ouvriers du textile au Québec. En octobre dernier, il entrait au comité de rédaction de QUÉBEC-PRESSE. Depuis quatre ans, il est secrétaire général de l’Association coopérative des Éditions parti pris, et c’est vraisemblablement à ce titre qu’il a été incarcéré27.

18Ici, c’est l’expérience du journaliste qui prévaut. Rien sur son métier de poète, tandis qu’il a déjà publié quelques recueils depuis dix ans. Ce qu’on retient, c’est qu’après la misère des employés du textile, le journaliste s’intéresse tout bonnement au sort des prisonniers. À la seule différence que, cette fois-ci, il est lui-même un prisonnier.

19Une mise en scène du sujet, une description minutieuse des détails, une intégration dans la tradition des écrits de captivité, une mise en récit qui déroule le temps scandé par les entrées d’un journal de bord, celles-ci étant en fin de compte des artifices narratifs : ces procédés que propose Gérald Godin renforcent l’impression d’authenticité du propos dans son « Journal d’un prisonnier de guerre ». Or, cette guerre, ne l’oublions pas, n’existe même pas, rendant l’emprisonnement de 450 personnes d’autant plus absurde, à tout le moins.

20Comme quoi les choses vont vite : six ans plus tard, Gérald Godin devient député au parlement de Québec. Comment relatera-t-il l’ascension vers le pouvoir ? De nouveau, il choisit cet alliage entre reportage et journal de bord, laissant cette fois une place, discrète, à la poésie, à la fois substance narrative – on le verra – et rythme même du récit.

« Journal d’une campagne électorale »

21En 1977, quelques mois après avoir défait, contre toute attente, le premier ministre Robert Bourassa dans sa circonscription de Mercier, Gérald Godin fait paraître, dans le second numéro de la revue Possibles, son « Journal d’une campagne électorale ». Fondée en 1976 par Marcel Rioux, Gaston Miron, Gérald Godin et quelques autres, la revue Possibles, publiant poésie et études, promeut l’indépendantisme et le socialisme, lequel passe notamment par des expériences d’autogestion – comme celle de Tricofil, manufacture autogérée de Saint-Jérôme de 1975 à 1982, partout présente dans la revue.

  • 28 Godin (Gérald), « Journal d’une campagne électorale », dans Traces pour une autobiographie, op. cit (...)

22De nouveau, le texte reprend la forme d’un journal de bord, mais l’artifice est révélé d’emblée : les entrées du journal de Godin suivent un ordre chronologique décroissant et vont du 15 décembre au 17 octobre 1976. C’est le journaliste qui semble encore parler, donnant moult précisions et identifiant, en tête d’entrée, de simples faits. Par exemple : « LUNDI, 13 DÉCEMBRE 1976. Mini-caucus des députés, à la salle 81-A du Parlement. » Ou encore : « LUNDI 15 NOVEMBRE 1976. Victoire du PQ. Dans Mercier, le premier ministre Robert Bourassa est défait. J’obtiens une majorité de 3736 voix, soit 51 p. 100 des votes. La majorité absolue28. »

  • 29 Ibid., p. 152.
  • 30 Voir « Le noir dossier de Murray Hill » (26 octobre 1969), « Sombre affaire de la régie des Alcools (...)
  • 31 Godin (Gérald), « Journal d’une campagne électorale », loc. cit., p. 152.

23Étonnamment, la présentation de ces faits par Godin, à chaque entrée du journal, est sans suite : ce dernier passe aussitôt à une explication détaillée et continue – la forme même du journal devient accessoire – des raisons de la défaite du Parti libéral ainsi que de Robert Bourassa dans sa propre circonscription. Pourquoi retenir, alors, la forme diaristique ? Il y a quelque chose, ici, du retour sur les événements, de la réminiscence une fois que les gens de bonne volonté sont au pouvoir. Comment nous sommes-nous rendus à ce mini-caucus des députés à la salle 81-A du Parlement ? Comment avons-nous fait pour défaire ce gouvernement qui détenait une majorité écrasante – 102 députés sur 110 ? Non seulement Godin analyse les causes de la défaite, mais il propose du même coup une plongée dans l’organisation électorale. Le texte devient presque un petit guide de la victoire politique au Québec, Godin expliquant la structure de l’organisation qui divise sa circonscription en cinq sections de trente « polls » (bureaux de scrutin) : « du 19 octobre au 13 novembre, soit en l’espace de vingt-six jours, les indécis de 147 “polls” sur 159 furent visités, dont 109 par le candidat et les 38 autres par des comédiens, artistes ou chanteurs qui avaient offert leurs services au comité organisateur de la circonscription de Mercier29. » La structure et la manière du texte rappellent ces grands reportages, ces enquêtes de Québec-Presse dans lesquels Godin décortiquait la réalité cachée du Québec, même s’il ne s’y mettait pas en scène30. La réalité du terrain, cette fois-ci, est à l’avantage du journaliste, qui se dédouble en politicien. Il est à la fois le journaliste en reportage et le politicien en campagne. Cette double approche engendre une certaine distanciation de l’écrivain par rapport à l’événement vécu. Plus d’une fois, Godin donne même l’impression d’être détaché de son écriture. Il y a dépersonnalisation, l’ancien journaliste allant même jusqu’à parler de lui à la troisième personne : « du 19 octobre au 13 novembre, soit en l’espace de vingt-six jours, les indécis de 147 “polls” sur 159 furent visités, dont 109 par le candidat […]31 ». Le « candidat » étant, bien sûr, lui-même. Il y a là, encore, la manière du journaliste, qui se détache et s’attache à l’événement, tout à la fois, dans une sorte de double mouvement, qui participe du métissage générique du texte, entre le journal, le reportage et le récit.

24Car le « je » est là, aussi. Des scènes dont il est le témoin viennent renforcer la théorie, les deux étant bien liées dans un passage comme celui-ci :

  • 32 Idem.

Le porte à porte, donc, constitue un moyen privilégié, pour un candidat, de récolter les opinions et les sentiments de la population. […] Un couple de Québécois anglophones, tout à fait à l’est de la circonscription, établis dans Mercier depuis plus de vingt ans, nous ont reçus, le responsable de “poll” et moi, pendant une dizaine de minutes au salon, et ils nous ont dit : “En vingt ans, c’est la première fois qu’un candidat vient nous rendre visite32”.

25Du « candidat » en général à Godin en particulier, on voit tout le spectre allant du journal de bord au reportage se déployer. S’y ajoutent plusieurs dialogues, montrant notamment la détresse d’électeurs indigents et âgés, assez nombreux dans cette circonscription ouvrière de Montréal :

Un matin, rue Gilford, un électeur s’apprête à entrer dans la buanderie. Je m’approche de lui :

— Je suis Gérald Godin, candidat du Parti québécois dans Mercier.

— …

— Est-ce que je peux vous donner la main ?

— Oui, mais pas trop fort.

— …

— Je souffre d’arthrite…

— …

— (Dans un murmure :) et c’est la faute à Bourassa.

  • 33 Ibid., p. 153.

Un des aspects du porte à porte, c’est l’infinie diversité de la nature humaine33.

  • 34 « Moi, je pense que l’avenir du Québec est dans l’artisanat et dans les solutions artisanales, c’es (...)

26Le passage est magnifique, qui incarne parfaitement l’authenticité de Godin, dont la campagne a été, le disait-il lui-même, faite au plus près des gens34. Des observateurs, comme Pierre Dupont, virent la même chose : 

  • 35 Dupont (Pierre), 15 novembre 1976, Montréal, Éditions Quinze, 1976, p. 53.

Les 500 militants du comté n’ont pas tenu compte des atouts tangibles de leur adversaire qui bénéficiait de toute la publicité à l’échelle nationale. Toutefois, dans la course à cette bonne vieille tradition artisanale des affiches aux fenêtres et aux balcons des maisons, Godin acquit une avance incontestable35.

  • 36 Godin (Gérald), « Journal d’une campagne électorale », loc. cit., p. 147.
  • 37 Ibid., p. 155.

27Cette authenticité, cette volonté d’être au plus près des gens humbles, explique peut-être, en outre, la raison pour laquelle le journal est en ordre chronologique décroissant. Rappelons les premiers mots du texte : « Je commence par la fin. Un menuisier des Travaux publics vient apposer à la porte de mon bureau une plaque qu’il dit être en “amicoïde” et qui porte le nom de ma circonscription et le mien, suivi du sigle MAN : membre de l’Assemblée nationale36. » Tout se passe comme si c’était l’homme humble – le menuisier – qui consacrait, qui concrétisait cette étonnante victoire. Sans lui, la victoire n’existe pas. Et le reste en découle. C’est ce qui ouvre le texte, donc, mais aussi ce qui le referme : « Question à ne jamais perdre de vue : la faveur populaire, ça se gagne chaque jour, ça se mérite chaque seconde et ça ne se conserve que dans l’authenticité des élus avec les problèmes et les gens qui les subissent37. » Ce n’est pas tant l’ascension d’un journaliste en politique qui est relatée dans ce texte alliant la forme du journal de bord et celle du reportage : c’est plutôt la conscience, le retour sur soi-même de l’écrivain qui donne à voir tout ce qu’il a fallu faire pour gagner, « chaque seconde », la « faveur populaire ».

La solidarité poétique

  • 38 Godin (Gérald), « Libertés surveillées », dans Ils ne demandaient qu’à brûler. Poèmes 1960-1986, Mo (...)
  • 39 Ibid., p. 232.

28Et où est le poète, dans ces deux textes ? Le discours alliant journal de bord et reportage, témoignage riche qui use de formes littéraires pour mieux rendre compte d’une expérience, est-il étranger à la poésie ? Dans le « Journal d’un prisonnier de guerre », la colère de Godin est retenue, le caractère impersonnel mais authentique du texte a quelque chose d’un blocage émotif délibéré. La violence de l’incarcération, on la sentira quelques années plus tard, dans un poème comme « Libertés surveillées » (1975) : « il y avait ceux qui pleuraient en silence / dans un coin de leur cellule / il y avait ceux qui se ruaient sur les barreaux / et que les gardiens traitaient de drogués / il y avait ceux qui hurlaient de peur la nuit / il y avait ceux qui jeûnaient depuis le début38 ». Plus encore : « il y a ceux qui ont oublié / il y a ceux qui serrent encore les dents / il y a ceux qui s’en sacrent / il y a ceux qui veulent tuer39. »

29Cette poésie, on la retrouve aussi dans le « Journal d’une campagne électorale ». Comme événement, d’abord :

  • 40 Godin (Gérald), « Journal d’une campagne électorale », loc. cit., pp. 154-155.

La veille des élections, l’organisation libérale de la circonscription distribue à chaque foyer un extrait d’un poème tiré de mon dernier recueil : Libertés surveillées. C’est un poème rageur qui dénonce les patroneux, “double-crosseurs”, trafiquants d’élections et qui se termine par une litanie de blasphèmes que je résume ainsi : “par tous ces tabarnaques, j’ai mal à mon pays jusqu’à la fin des temps.” Le document est illégal : citations sans autorisation de l’éditeur ou de l’auteur. Justification du tirage au nom d’une imprimerie qui n’existe pas40.

30Sans le vouloir, le gouvernement libéral donne une résonance aux poèmes de Godin, en montre tout le pouvoir, corrosif. Il rappelle que le journaliste doublé d’un candidat est aussi un poète. Les trois dimensions sont solidaires.

  • 41 Godin (Gérald), « T’en souviens-tu, Godin? », Les botterlots, Montréal, l’Hexagone, 1993, p. 25.
  • 42 Voir, par exemple, son entretien avec Janette Biondi, Radio-Québec, 1988, page consultée le 31 octo (...)

31La poésie travaille aussi le texte de ce journal, dans le dialogue évoqué plus haut entre le candidat et le vieil homme arthritique, notamment. Les silences, les murmures émaillent la conversation : le dialogue de Godin révèle la pauvreté des moyens, l’anonymat du vieil homme. C’est la matière, organisée autrement, de poèmes comme « T’en souviens-tu, Godin ? », où défilent « l’amiantosé le cotonisé / le byssinosé le silicosé / celui qui tousse sa journée / celui qui crache sa vie / celui qui s’arrache les poumons / celui qui râle dans sa cuisine / celui qui se plongue sur sa bonbonne d’oxygène / il n’attend rien d’autre / que l’bon dieu vienne le chercher41. » Le poète a suffisamment expliqué42 ce pour quoi il avait voulu récupérer dans sa poésie les mots appauvris du quotidien, ceux des plus faibles, des plus démunis, dans une sorte de volonté de les sauver, de les rédimer, même, pourrait-on dire.

  • 43 Godin (Gérald), « Mal au pays », dans Ils ne demandaient qu’à brûler, op. cit., p. 225.

32Comme s’il fallait faire écho à ce « Mal au pays » repris par les libéraux, donnant une visibilité certaine à cette longue énumération d’ennemis intérieurs des Québécois (« par les pas clair-de-nœuds / par ceux qui ont des meubles en cadeaux / par les baveux du million mal acquis / j’ai mal au pays43 »), Godin propose une description symétriquement opposée, celle du peuple qu’il découvre dans ce comté de Mercier.

  • 44 Godin (Gérald), « Journal d’une campagne électorale », loc. cit., p. 154.

Il y a des “tireux de pipe”, des sérieux, des farceurs, des joueurs de tours, des têtus, ceux qui invitent à souper, ceux qui offrent du thé, ceux qui sont en pyjama parce qu’ils travaillent de nuit, ceux qui racontent leur vie, ceux qui souffrent, ceux qui n’ont rien, ceux qui sont malades, des invalides qui vivent dans des deuxièmes, ceux qui offrent des bonbons pour la toux, ceux qui parlent de Trois-Rivières, des vieilles maisons avec des meubles modernes, des appartements modernes avec des vieux meubles, des Portugais, des Grecs, des Italiens, des Anglais qui travaillent au CNR ou à la Cunard, des bêtes et méchants, des trotskystes avec des tuques incas, pour qui “voter, c’est se faire fourrer”, beaucoup de jeunes femmes enceintes, des libéraux prêts à vous écouter, des jeunes couples qui viennent de s’installer dans le secteur, des piliers de taverne […] et j’en passe44.

33Il ne resterait plus qu’à découper ce texte en vers, engendrant un autre poème énumératif propre à la poétique de Godin. La poésie est ici solidaire du travail du journaliste sur le terrain. C’est la dimension qui se dégage, au final, du « Journal d’une campagne électorale », comme si cette fois, le polygraphe était en pleine possession de ses moyens.

Conclusion

34On aura donc vu que le caractère polygraphique de ces deux « journaux » de Gérald Godin permet, en quelque sorte, de fédérer les différents aspects d’une vie, partagée entre le journalisme, la littérature (avec la poésie, au premier chef) et la politique, comme si c’était leur combinaison qui permettait au mieux de raconter le drame personnel comme la victoire éclatante. Si le journal de bord et le reportage sont parfois dépersonnalisés, interdisant à l’émotion de passer son chemin, c’est la scansion poétique, qui se dégage çà et là, dans des dialogues, de longues énumérations, qui permet notamment de voir la mise à nu des sentiments d’un homme qui cherche avant tout l’authenticité littéraire et politique.

  • 45 Godin (Gérald), « Les mots citoyens », Le Devoir, 19 avril 1980, p. 21.

35Car c’est la question qu’on posera invariablement à l’homme de lettres qui s’égare en politique, après l’autonomisation relative du champ littéraire québécois et de la professionnalisation de la classe politique québécoise au début du xxe siècle : comment peut-on continuer à être écrivain ou poète une fois le Rubicon traversé ? Godin y répondra, en avril 1980, dans un texte magnifiquement intitulé « Les mots citoyens » : « Ce par quoi les deux [la politique et la poésie] se ressemblent, en fait, c’est en ce que les mots sont les citoyens de la poésie. Innombrables, imprévisibles, vivants, dynamiques, changeants, intraitables et qui, au fond, dominent absolument ceux qui croient s’en servir45. » Et la poésie, elle-même, devient la matrice de l’engagement du politicien. Ainsi, dans cette lettre à Pauline Julien, Godin n’hésite pas à reprendre les mots d’un autre poète, son ami Gaston Miron, pour passer d’une sphère à l’autre, sans coup férir, comme pouvaient le laisser deviner ces deux textes d’un polygraphe moderne que nous avons lus ici :

Les neurones du monde ont changé ! tout est changé ! il nous appartient à nous, à toi, à moi et à tous, de faire en sorte que la flamme soit toujours vive et qu’elle brûle ce qui peut rester de pure [sic] de la vie dans le vieux tréfonds colonisé de notre peuple si extraordinaire.

“je suis là, debout parmi les miens,

mon pays n’a pas à rougir de moi”

  • 46 Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), Fonds Pauline Julien, MSS-419, série « corres (...)

Je crois que je vais faire un bon député. parce qu’il y a beaucoup d’amour en moi…46 

Haut de page

Bibliographie

Aubin (Georges) (dir.), Au Pied-du-Courant. Lettres des prisonniers politiques de 1837-1839, Montréal, Comeau & Nadeau, « Agone », 2000.

Benoît (Jacques), « Mercier : Bourassa peut dormir en paix ! », La Presse, 4 novembre 1976, p. A11.

Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998 [1992].

Collectif, 23 dossiers de Québec-Presse, Montréal, Réédition-Québec, 1971.

Dupont (Pierre), 15 novembre 1976…, Montréal, Éditions Quinze, 1976.

Fabre (Gérard), « Les passerelles internationales de la maison d’édition Parti pris », Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, no 2, 2010, pp. 6-17.

Fournier (Jules), Souvenirs de prison (première série : la cellule no 14), préface d’Olivar Asselin, Montréal, s.n., 1910.

Godin (Gérald), « Le Journal d’un prisonnier de guerre », Québec-Presse, 1er novembre 1970, p. 2B.

Godin (Gérald), Ils ne demandaient qu’à brûler. Poèmes 1960-1986, Montréal, L’Hexagone, « Perspectives », 1987.

Godin (Gérald), Cantouques et Cie, choix de poèmes suivi d’un entretien, Montréal, Typo, 1991.

Godin (Gérald), Les botterlots, Montréal, l’Hexagone, 1993.

Godin (Gérald), Traces pour une autobiographie. Écrits et parlés II, édition préparée par André Gervais, Montréal, L’Hexagone, « Itinéraires », 1994.

Keable (Jacques), Québec-Presse. Un journal libre et engagé, Montréal, Écosociété, 2015.

Lamonde (Yvan), « L’écrivant polygraphe : terra incognita de la littérature québécoise du 19e siècle », dans Joseph-Charles Taché polygraphe, sous la direction de Julien Goyette & Claude LaCharité, avec la collaboration de Catherine Broué, Québec, Presses de l’Université Laval, « Cultures québécoises », 2013, pp. 19-37.

Lamonde (Yvan) et al., Les intellectuel.les au Québec. Une brève histoire, Montréal, Del Busso éditeur, 2015.

Tessier (Simon), Octobre de force. Répression et état d’exception, Drummondville, Le Québécois, 2012.

Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007.

Vallières (Pierre), Nègres blancs d’Amérique, Montréal, Parti pris, « Aspects », 1968.

Haut de page

Notes

1 Nous reconnaissons le soutien financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Cette étude s’inscrit dans le projet de recherche « Prolégomènes à l’étude de la poétique politique : enjeux, problématisation et étude de cas ».

2 Voir, à ce propos, Lamonde (Yvan) et al., Les intellectuel.les au Québec. Une brève histoire, Montréal, Del Busso éditeur, 2015, pp. 6-17 ; Saint-Jacques (Denis) & Viala (Alain), « À propos du champ littéraire : histoire, géographie, histoire littéraire », dans Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, sous la direction de Bernard Lahire, Paris, La Découverte, 2001, pp. 69-70.

3 Voir, à ce propos, Lamonde (Yvan), « L’écrivant polygraphe : terra incognita de la littérature québécoise du 19e siècle », dans Joseph-Charles Taché polygraphe, sous la direction de Julien Goyette & Claude LaCharité, avec la collaboration de Catherine Broué, Québec, Presses de l’Université Laval, « Cultures québécoises », 2013, pp. 19-37.

4 Pour le cas français, voir Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998 [1992], p. 218.

5 Gérald Godin est d’abord journaliste : il est rattaché au quotidien régional Le Nouvelliste de Trois-Rivières (1958-1961 et 1962-1963), à l’éphémère Nouveau Journal de Montréal (1961-1962), à la télévision de Radio-Canada (1963-1969), au journal de gauche Québec-Presse (1969-1974) et au magazine Maclean (1966-1976). Dès le début des années 1960, il publie de nombreux recueils de poésie, comme Chansons très naïves (1961) et Les cantouques (1967). Il publie également, au fil des années 1960, des essais dans les revues intellectuelles Cité libre et Parti pris. Éditeur, il dirige les Éditions Parti pris, rattachées (et survivant) à la revue éponyme, de 1965 à 1977. Politicien, il n’a rien du candidat vedette lorsque, aux élections québécoises de 1976, il représente le jeune Parti québécois (fondé en 1968) dans une circonscription détenue depuis dix ans par le premier ministre de l’époque, Robert Bourassa. Il l’emporte, à la surprise de tous. Douze jours avant les élections, il déclarait même au quotidien La Presse : « Je ne me fais pas d’illusions […]. C’est un gros morceau à déplacer, M. Bourassa. Je pense quand même que je vais faire aussi bien que Bourgault et O’Neill, et même réduire sa majorité à 1,800 voix ». Benoît (Jacques), « Mercier : Bourassa peut dormir en paix ! », La Presse, 4 novembre 1976, p. A11. Il deviendra ministre de l’Immigration en 1980, puis ministre des Communautés culturelles et de l’immigration de 1981 à 1985. Il sera réélu jusqu’à son décès, en 1994.

6 Godin (Gérald), Cantouques et Cie, choix de poèmes suivi d’un entretien, Montréal, Typo, 1991, p. 188.

7 Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), Fonds Pauline Julien, MSS-419, série « correspondance », contenant 2006-10-001/3396, anciennement boîte 15, lettre de Gérald Godin à Pauline Julien, le 19 octobre 1979. Nous tenons à remercier Pascale Galipeau, ayant droit des fonds d’archives de Pauline Julien et de Gérald Godin, sans l’autorisation de laquelle il nous aurait été impossible de consulter et de reproduire les lettres échangées entre Julien et Godin.

8 Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007, p. 151.

9 Tessier (Simon), Octobre de force. Répression et état d’exception, Drummondville, Le Québécois, 2012, p. 90.

10 Voir Godin (Gérald), « Entrevue de Jean Cournoyer », dans Traces pour une autobiographie. Écrits et parlés II, édition préparée par André Gervais, Montréal, L’Hexagone, « Itinéraires », 1994, pp. 205-216 ; « Le prix de l’engagement », entrevue de Gérald Godin à l’émission SRC Bonjour, 22 décembre 1992, page consultée le 29 octobre 2016. url http://archives.radio-canada.ca/arts_culture/poesie/clips/828/.

11 Voir, à ce propos, Keable (Jacques), Québec-Presse. Un journal libre et engagé, Montréal, Écosociété, 2015. Lecture impressionniste mais riche de faits sur l’histoire du périodique.

12 Ibid., p. 110.

13 Ibid., p. 108.

14 Godin (Gérald), « Journal d’un prisonnier de guerre », repris dans Traces pour une autobiographie. Écrits et parlés II, p. 112.

15 Voir, par exemple, la lettre du 1er avril 1838 à Auguste-Norbert Morin, reprise dans Aubin (Georges) (dir.), Au Pied-du-Courant. Lettres des prisonniers politiques de 1837-1839, Montréal, Comeau & Nadeau, « Agone », 2000, pp. 93-108.

16 Fournier (Jules), Souvenirs de prison (première série : la cellule no 14), préface d’Olivar Asselin, Montréal, s.n., 1910, deuxième édition, p. 9.

17 Ibid., page de couverture.

18 Fabre (Gérard), « Les passerelles internationales de la maison d’édition Parti pris », Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, no 2, 2010, p. 12.

19 Vallières (Pierre), Nègres blancs d’Amérique, Montréal, Parti pris, « Aspects », 1968, pp. 11-12.

20 Godin (Gérald), « Journal d’un prisonnier de guerre », loc. cit., p. 109.

21 Idem.

22 Idem.

23 Idem.

24 Ibid., p. 106.

25 Ibid., p. 107.

26 Ibid., p. 113.

27 « Le Journal d’un prisonnier de guerre », Québec-Presse, 1er novembre 1970, p. 2B.

28 Godin (Gérald), « Journal d’une campagne électorale », dans Traces pour une autobiographie, op. cit., pp. 148-149.

29 Ibid., p. 152.

30 Voir « Le noir dossier de Murray Hill » (26 octobre 1969), « Sombre affaire de la régie des Alcools à Ville La Salle » (26 avril 1970), « IBM à Bromont : le développement industriel au service des spéculateurs et des politiciens » (28 juin 1970), « Le Québec vs le monopole financier de la rue Saint-Jacques » (6 décembre 1970), « Asbestos, ou l’impérialisme américain au Québec » (14 mars 1971). Ces enquêtes ont été reprises dans 23 dossiers de Québec-Presse, Montréal, Réédition-Québec, 1971.

31 Godin (Gérald), « Journal d’une campagne électorale », loc. cit., p. 152.

32 Idem.

33 Ibid., p. 153.

34 « Moi, je pense que l’avenir du Québec est dans l’artisanat et dans les solutions artisanales, c’est-à-dire celles qui viennent de la tête du monde, qui sont simples, qui sont moins coûteuses que les édifices de béton. Parce que nous, on ne doit rien ni aux architectes, ni aux ingénieurs ni aux bétonniers professionnels, on s’entend par là les constructeurs de Stade olympique et de grands buildings prestigieux, qui font la fierté de certaines personnes. » Gérald Godin, extrait d’entrevue tiré du film Godin, réalisé par Simon Beaulieu et produit par Marc-André Faucher et Benjamin Hogue, Les films de Garry, 2011.

35 Dupont (Pierre), 15 novembre 1976, Montréal, Éditions Quinze, 1976, p. 53.

36 Godin (Gérald), « Journal d’une campagne électorale », loc. cit., p. 147.

37 Ibid., p. 155.

38 Godin (Gérald), « Libertés surveillées », dans Ils ne demandaient qu’à brûler. Poèmes 1960-1986, Montréal, l’Hexagone, 1987, « Perspectives », p. 231.

39 Ibid., p. 232.

40 Godin (Gérald), « Journal d’une campagne électorale », loc. cit., pp. 154-155.

41 Godin (Gérald), « T’en souviens-tu, Godin? », Les botterlots, Montréal, l’Hexagone, 1993, p. 25.

42 Voir, par exemple, son entretien avec Janette Biondi, Radio-Québec, 1988, page consultée le 31 octobre 2016. url : http://www.lafabriqueculturelle.tv/capsules/1399/sorti-des-voutes-gerald-godin-et-la-souverainete-des-mots.

43 Godin (Gérald), « Mal au pays », dans Ils ne demandaient qu’à brûler, op. cit., p. 225.

44 Godin (Gérald), « Journal d’une campagne électorale », loc. cit., p. 154.

45 Godin (Gérald), « Les mots citoyens », Le Devoir, 19 avril 1980, p. 21.

46 Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), Fonds Pauline Julien, MSS-419, série « correspondance », contenant 2006-10-001/3396, anciennement boîte 15, lettre de Gérald Godin à Pauline Julien, le 20 novembre 1976.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Livernois et Emmanuelle Germain, « « Deux épisodes dans la vie » de Gérald Godin : à la jonction du récit, du reportage et du journal de bord », COnTEXTES [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 27 avril 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6433 ; DOI : 10.4000/contextes.6433

Haut de page

Auteurs

Jonathan Livernois

CRILCQ – Université Laval

Emmanuelle Germain

CRILCQ – Unversité Laval

Haut de page