Navigation – Plan du site
Ouvertures critiques

Du lecteur automate aux émotions universelles

Pour une « histoire sensible » du journal
Guillaume Pinson

Résumés

Cet article propose quelques pistes de réflexion sur une histoire de « la vie affective d’autrefois » (Lucien Febvre), en s’intéressant aux émotions dans l’histoire littéraire et culturelle de la presse du XIXe siècle. Comment le lecteur exprimait-il des sensibilités, certaines anxiétés, des émotions et des désirs, étroitement liés à la consommation des objets médiatiques ? Après des propositions synthétiques et méthodologiques, l’article s’intéresse aux appropriations intimes et émotionnelles du journal dans une série de sources d’époques, notamment romanesques. Du lecteur immergé dans sa lecture jusqu’aux grandes « émotions universelles » du journal de masse, on explore certaines de ces réactions corporelles, émotionnelles et sociales. La vie émotionnelle en contexte médiatique réunit « l’intérieur » (le corps affecté du lecteur) et « l’extérieur » (le corps social ému), ce qui nous mène à proposer que la « civilisation du journal » a été le cadre d’un remodelage profond des sensibilités à partir du XIXe siècle, et que les émotions ont joué un rôle important dans l’histoire de la communication.

Haut de page

Texte intégral

Vers une histoire sensible du journal

  • 1 Voir Goulet (Vincent), Médias et classes populaires. Les usages ordinaires des informations, Paris, (...)
  • 2 Ibid., p. 327.
  • 3 Febvre (Lucien), « Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? La sensibilité et l’histoire (...)
  • 4 Goulet (Vincent), Médias et classes populaires, op. cit., p. 16.
  • 5 Lyon-Caen (Judith), « Lecteurs et lectures : les usages de la presse au xixe siècle », dans La civi (...)
  • 6 Voir notamment Chartier (Roger), Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, (...)

1Est-il possible de faire ce que l’on pourrait appeler une « histoire sensible » du journal (comme d’autres font une histoire politique, ou sociale), c’est-à-dire quelque chose qui ressemblerait à cette enquête sur les « usages ordinaires » des médias qu’a proposée tout récemment Vincent Goulet1 ? Celui-ci s’est interrogé sur la manière dont certaines couches sociales populaires de la société française d’aujourd’hui s’approprient les médias, les incluent dans leur existence au quotidien, cela pour « s’aménager un monde viable » et procéder à une difficile « réappropriation de soi2 » : il s’agirait donc de déporter ce questionnement vers des époques plus anciennes, par exemple le début de l’ère médiatique, le xixe siècle, ou encore l’ère des médias de masse au siècle suivant. Sans se limiter à une classe sociale en particulier et en adoptant une perspective socio-historique sur la « vie affective d’autrefois », comme l’exprimait naguère Lucien Febvre3, cette recherche sur les sensibilités aux médias du passé pourrait explorer plusieurs pistes. Il ne saurait être question d’importer sans nuances le questionnement de Goulet, à savoir « tenter de comprendre les usages concrets des informations dans la vie quotidienne et la façon dont elles participent de la construction des représentations sociales sans qu’un discours préconstitué vienne en réduire la diversité4 ». Pour le xixe siècle, l’historien qui s’intéresse aux usages de la presse est confronté à certains problèmes spécifiquement liés au recul temporel. Judith Lyon-Caen a ainsi bien montré qu’une histoire de la lecture et des lecteurs du journal est située sous le coup d’un paradoxe : « celui de la pléthore et de l’absence de traces », c’est-à-dire à la fois d’une omniprésence de textes qui mettent en scène les usages, notamment dans la presse elle-même, et d’un profond silence quant « aux appropriations différenciées et singulières de ces pages qu’aucune vie d’historien ne pourrait suffire à parcourir5 » – par « appropriation » il faut ici entendre les usages effectifs, hors de portée. Les appropriations sensibles du journal ne sauraient être immédiatement déduites de ces représentations, qui ont leur logique propre : il s’agit là d’un danger qui guette toute histoire des représentations, comme Roger Chartier l’a bien montré6.

  • 7 Voir bien sûr pour le xixe siècle les travaux d’Alain Corbin ; ou encore l’ouvrage collectif qui a (...)
  • 8 Voir Absalyamova (Elina) & Stiénon (Valérie) (dir.), Les voix du lecteur dans la presse française a (...)
  • 9 Thiesse (Anne-Marie), Le roman du quotidien. Lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque, Par (...)

2Une histoire des sensibilités médiatiques présenterait le défi méthodologique d’avoir à composer avec des données parcellaires et avec – il faut bien le reconnaître – un « discours préconstitué » omniprésent, pour reprendre l’expression de Goulet, duquel on ne saurait faire découler mécaniquement les pratiques réelles. L’histoire littéraire et culturelle est néanmoins bien au fait de ces enjeux, et invite avec raison à la prudence nécessaire et aux précautions interprétatives7. Se poserait notamment le délicat problème d’un accès impossible aux lecteurs, sous forme d’enquêtes et de questionnaires dont la sociologie est coutumière. La prudence méthodologique ne doit toutefois pas nous empêcher de postuler que chacune des sources d’époque qui évoque le lecteur8 constitue à tout le moins une forme diffractée de l’appropriation du journal. Derrière chacune d’elles était un auteur qui l’avait produite, mais aussi un lecteur qui avait généralement une expérience personnelle et approfondie du journal. D’une manière très rapprochée de ce questionnement, Anne-Marie Thiesse a ainsi mené une enquête passionnante chez les filles de lectrices de romans-feuilletons de la Belle Époque, alors qu’au début des années 1980 elle pouvait encore avoir accès à ces personnes, pour montrer dans quelle culture du journal elles vivaient9. Une telle proximité avec les acteurs de l’époque n’existe plus aujourd’hui.

  • 10 Antoine Lilti rappelle ainsi que la naissance de la vie privée est étroitement liée à une « premièr (...)
  • 11 Elle aurait donc des points de contact à établir avec les travaux de Norbert Élias sur la théorie d (...)
  • 12 Sur la notion de « travail émotionnel », nous nous inspirons des travaux pionniers d’Arlie Russell (...)
  • 13 Boltanski (Luc), La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailie (...)
  • 14 Par recoupements, cette réflexion pourrait concerner également d’autres formes de relation émotionn (...)

3Il s’agirait donc d’essayer de ressaisir le journal du xixe siècle à hauteur d’individu, de voir comment le lecteur d’autrefois exprimait des sensibilités, certaines anxiétés, des émotions et des désirs, étroitement liés à la consommation des objets médiatiques. À l’horizon de cette réflexion se situeraient quelques questions fascinantes, que les lignes suivantes ne sauraient résoudre, au mieux soulever et conserver comme point de fuite : la « civilisation du journal » a-t-elle historiquement modifié le registre émotionnel de l’humain ? Comment le lecteur entrelaçait-il le journal et les émotions de la vie « ordinaire » ? Et comment lier cette vie « médiatique » des émotions aux nouvelles conceptions de l’intime, dont on sait qu’elles étaient elles-mêmes tributaires de la constitution progressive d’un espace public que les historiens situent à partir de la seconde moitié du xviiie siècle10 ? Cette histoire « sensible » du journal, cette histoire des émotions en contexte médiatique reste largement à écrire, et demanderait de penser sans les opposer le développement des nouvelles interactions sociales à l’ère médiatique et ce que spontanément nous percevons comme irréductiblement unique, notre vie sentimentale et psychique, notre vie intérieure et intime11. Autrement formulée, l’hypothèse serait que l’ère médiatique engendre, dans la relation qui unit le journal au lecteur, une forme de « travail émotionnel » composé de normes et de codes, régulant et organisant l’activité de lecture12. Cette lecture sensible serait aussi fondée sur des attaches émotionnelles établies « à distance », en s’inspirant notamment de ce qu’a proposé Luc Boltanski sur les topiques de l’indignation et de la pitié13. Être lecteur de journal, ce serait en somme incarner à chaque lecture des injonctions émotionnelles, se mouler dans des émotions attendues et requises, dans des réactions qui ont « l’intime » pour réceptacle mais qui n’en sont pas moins socialement construites14. On pourrait le formuler en suivant cette fois les travaux de Christian Delporte et d’Anne-Claude Ambroise-Rendu, portant également sur l’indignation :

  • 15 Ambroise-Rendu (Anne-Claude) et Delporte (Christian), « L’indignation, un sentiment au prisme de l’ (...)

L’indignation telle qu’elle est dite, donnée à voir, mise en scène par les journaux, fonctionne donc comme une invitation au partage, une injonction à l’assentiment, un impératif éthique. Réelle ou fantasmée, elle devient, via la publicité qui lui est faite, constitutive du lien moral et social. […] Il s’agit donc d’un sentiment qui fédère, qui crée du consensus, qui cimente les groupes, les mobilise et les pousse à la parole et à l’action, bref d’un sentiment […] qui s’avoue, s’assume et s’actualise dans l’espace public15.

  • 16 Vigarello (Georges), Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, Paris, Seuil, « L’uni (...)

4Tant bien que mal, au creux des sources, c’est au xixe siècle que l’on pourrait trouver les origines de ce « travail émotionnel » du médiatique, présidant aussi bien à la construction sociale du rôle de lecteur qu’à la constitution des grandes communautés de lecteurs qui allaient devenir les « masses » du siècle suivant. Si l’ère médiatique a pu constituer une véritable rupture anthropologique, comme l’ont proposé les directeurs de La civilisation du journal, c’est bien qu’elle a commandé des gestes et des manipulations répétées, des manières d’être au monde ainsi que d’appréhender le monde social ; c’est aussi qu’elle a sans doute contribué à la constitution de l’individu de la modernité qu’a bien étudié Georges Vigarello, au sentiment de ce que c’est que d’être soi, de ressentir la conviction intime d’être, parmi tant d’autres16. C’est pourquoi l’expérience émotionnelle individuelle est sans doute historiquement inséparable, pour être bien comprise, de l’étude des expériences collectives de socialisation, et parmi elles, au xixe siècle, de l’entrée dans l’ère médiatique.

  • 17 Voir notamment Charlier (Marie-Astrid), Le roman et les jours. Poétique de la quotidienneté au xixe(...)
  • 18 Voir Pinson (Guillaume) (dir.), La lettre et la presse. Poétique de l’intime et culture médiatique, (...)
  • 19 Lyon-Caen (Judith), La lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier (...)
  • 20 Voir ibid., pp. 143 et suiv.

5Des éléments de réponse à cette enquête qui lie les territoires du sensible au journal sont certainement dissimulés au creux de sources diversifiées, où il est possible d’aller rechercher les témoignages d’un nouveau rapport au monde qui fonde la culture médiatique. Les représentations romanesques sont centrales à cet égard, car le roman, au xixe siècle, a sans aucun doute donné un cadre à l’expérience du journal ; il s’agit là d’une documentation assez bien connue sur laquelle nous ne reviendrons pas en détail, sinon pour évoquer ultérieurement quelques scènes emblématiques17. Nous connaissons un peu moins un autre type de sources susceptible de donner sur ces questions un éclairage particulier : la lettre de lecteur18. En effet, la consultation de lettres de lecteurs adressées aux journaux et aux journalistes ouvre la possibilité d’une histoire de la culture médiatique passée au prisme des individus, de leurs prises de position et des réceptions du journal telles qu’ils les exprimaient en prenant ainsi la plume. Il s’agirait de considérer ce que le discours épistolaire et ses énonciations révèlent des réalités individuelles à travers le prisme des réactions émotionnelles et sensibles. À ce titre, les travaux de Judith Lyon-Caen, qui a analysé un corpus de lettres à l’écrivain (Balzac et Sue), constituent une réalisation exemplaire et inspirante qui pose les cadres de la compréhension de l’expérience singulière de la culture médiatique19. Ainsi Lyon-Caen parvient-elle à montrer que le lecteur du xixe siècle, sa sensibilité et les usages qu’il fait du roman ne correspondent à peu près en rien aux stéréotypes qui, tenaces, traversent au même moment le discours social20. D’où la nécessité de ne pas viser seulement l’effet de masse, comme y invite la prise en compte des discours publics, mais aussi de chercher les voix discordantes et singulières ; d’où la nécessité, également, de ne pas s’en tenir aux représentations romanesques, qui ont laissé dans les imaginaires des traces persistantes mais dont on peut questionner la représentativité.

  • 21 J’ai essayé de le montrer ailleurs : « Le salon en stéréo. Poétique sonore du carnet mondain vers 1 (...)
  • 22 Je reprends, en l’infléchissant, l’expression d’Alain Corbin : Les cloches de la terre. Paysage son (...)
  • 23 Pour une réflexion à ce propos, voir Marie-Ève Thérenty, « LA chronique et LE reportage : du “genre (...)
  • 24 Walch (Agnès), « De l’âme sensible à l’avènement scientifique des émotions : la densification des é (...)

6L’histoire des perceptions et appropriations du journal pourrait aller plus loin encore et investir des domaines inédits. Elle pourrait tâcher de montrer par exemple que pour le lecteur du xixe siècle qui ne connaît évidemment pas les techniques d’enregistrement du son, le journal est un objet à lire et à regarder, mais également un objet sonore : le journal participe notamment à la vitalité de la culture musicale, évoquant concerts, chansons et mélodies qui avaient sans doute la capacité de générer une réception sensible – auditive, jusqu’à un certain point – de la part des lecteurs21. La lecture du journal, pourrait-on poser comme hypothèse, s’accompagnait ainsi d’expériences auditives « mémorielles », et la recherche pourrait se donner pour mandat de redécouvrir ce « paysage sonore22 » inédit. Cette histoire pourrait également s’intéresser à la manière dont le lecteur construisait les cadres de référence genrés au monde social, car s’il est vrai que le journal est un objet compartimenté en fonction des lecteurs visés, hommes ou femmes, il n’est pas clair encore une fois que les pratiques réelles suivaient (et suivent toujours) ces injonctions, ni que les appropriations singulières épousaient strictement ces contours sans résistance, adaptation, ou rejet23. Il reste que le xixe siècle est bien le cadre d’une « sexualisation de l’émotion », qui « établit une ligne de partage nette entre celles qui sont émues et ceux qui doivent montrer leur virilité à travers des comportements durs et sévères24 ».

  • 25 La pudeur a son histoire, que Norbert Elias associe à une « autocontrainte » typique du processus d (...)
  • 26 Voir Thérenty (Marie-Ève), « Dante reporter. La création d’un paradigme journalistique », Autour de (...)

7Pour une époque comme le xixe siècle, ce ne sont donc évidemment pas des expériences sensibles de première main que les chercheurs auront à disposition, mais des traces de ces sensibilités, les impressions qu’elles ont laissées au creux des documents et des sources. La quête délicate de ces expressions du sensible invite à se prémunir de tout amalgame hâtif, même si l’on peut espérer retrouver dans la littérature, dans l’illustration, dans toutes les formes d’art peut-être des sources diversifiées qui peuvent permettre d’approcher cette histoire des affects et cette histoire du corps éprouvant en régime médiatique. Histoire difficile, au plus proche du « bord de la falaise », devant se prémunir des ruses de la pudeur25 (les émotions sont souvent tues), et qui pourrait venir compléter une autre histoire sensible qui a connu ces dernières années un certain développement, orientée vers le sujet percevant qu’est le journaliste, et tout particulièrement le reporter26. Qu’en est-il, à l’autre bout de la chaîne de communication, de la part dévolue plus spécifiquement au lecteur et à certains modes de réception retraduits en émotions et en ressenti ? Comment l’émotion médiatique s’imprime-t-elle au plus intime de l’être, dans le corps-réceptacle qui la reçoit et la traduit physiquement ? La suite de cette réflexion offrira certaines pistes concrètes d’analyse, sans autre ambition que d’envisager sous l’angle des sources primaires les perspectives que nous venons de suggérer.

Des gestes, des larmes et de la joie

8Attardons-nous aux récits littéraires et à certaines représentations graphiques qui mettent en scène l’effet émotionnel du journal, entre représentation du corps sensible, qui absorbe les nouvelles, et description des affects. Penser le journal, les émotions et la vie psychique qui lui sont associées pourrait exiger de tenter d’établir une forme de gradation des affects, à commencer par le degré zéro où l’émotion n’est pas extérieurement perceptible, où toute l’activité est intériorisée. Le journal paraît alors « vécu », absorbant entièrement l’attention du lecteur. Dans un tableau de Jean Béraud, Le boulevard des Capucines devant le théâtre du Vaudeville (1889)27, la foule et l’animation frappent au premier coup d’œil : on croit percevoir les mouvements et les bruits du boulevard. Au centre, indifférent au monde qui l’entoure et silencieux, se distingue un petit lecteur de journal, marchant sur le trottoir tel un somnambule. Cet homme, représenté parmi ses semblables, paraît néanmoins plongé dans une vie intérieure lointaine. On le sent absorbé dans sa lecture, ruminant peut-être des pensées, réagissant intérieurement à sa lecture mais n’en laissant rien paraître, laissant présager ainsi le contraste entre le mouvement de la marche et le déroulement d’une vie psychique alimentée à cet instant même par le journal.

  • 28 Venayre (Sylvain), « “MM. les voyageurs sont invités à replacer la planchette et le journal à l’end (...)

9Ce corps automate frappe précisément parce qu’il est sans émotion et indifférent à l’immédiat du monde ; ces gestes répétés, en rupture apparente avec l’environnement, la déambulation somnambulique et la réception entièrement intériorisée constituent les indices insistants d’une certaine culture du journal. Souvent publique, une telle scène de lecture du journal, sans représentation des affects, porte en effet à son comble l’histoire de la lecture silencieuse : les contemporains l’ont enregistrée dès l’origine comme l’une de ces pratiques liées à la vie urbaine et aux transports collectifs, qui commande certaines interprétations28. Elle s’est en effet sédimentée en scène à forte connotation sociale, c’est-à-dire chargée de livrer une certaine interprétation du monde tel qu’il est envahi par les journaux, auxquels plus personne n’échappe. Elle laisse pensif l’observateur, comme ici le chroniqueur du Temps Jules Claretie qui médite sur la vue de voyageurs réunis dans un train, mais isolés dans la lecture du journal :

  • 29 Claretie (Jules), La vie à Paris 1898, Paris, Charpentier, 1899, p. 498.

Tous ont le nez dans un journal. Avidement penchés sur le papier déplié, ils dévorent les nouvelles. Et regardez bien leurs physionomies. Le sourcil est froncé, l’œil est inquiet, la bouche sévère. Pas un ne parle. C’est un des traits caractéristiques du moment. On n’oserait plus échanger une impression ou une idée avec un voisin. Le Français, tout naturellement causeur, devient renfermé et renfrogné. [...] Il ignore où l’autre train – celui des choses – l’emporte, lui et ses compagnons de voyage29.

  • 30 Flaubert (Gustave), L’éducation sentimentale, Paris, Gallimard, « Folio », 2005 [1869], p. 57.
  • 31 Tout le roman réaliste est envahi de ces scènes de lecture ; certaines sont analysées par Ambroise- (...)
  • 32 Cambron (Micheline) & Lüsebrinck (Hans-Jürgen), « Presse, littérature et espace public : de la lect (...)

10Après la posture hiératique des lecteurs de Béraud, le premier degré du registre émotionnel perceptible pourrait être, comme ici chez Claretie, celui du petit signe extérieur à peine partagé, involontaire, qui échappe au lecteur : « Le sourcil est froncé, l’œil est inquiet, la bouche sévère. » Les romanciers du xixe siècle revisitent la scène à de multiples occasions, traquent les signes du corps-lecteur et la situent aussi bien dans l’espace public que dans l’intérieur du foyer, là où elle se soustrait au regard des autres. « Tous les jours, Regimbart s’asseyait au coin du feu, dans son fauteuil, s’emparait du National, ne le quittait plus, et exprimait sa pensée par des exclamations ou de simples haussements d’épaules30 », écrit Flaubert dans L’éducation sentimentale (et bien entendu il y aurait à faire une lecture politique de la lecture du journal, ce dernier étant un marqueur des sensibilités politiques à la disposition des romanciers). Ces scènes de lecture, en public ou en privé, qui trahissent souvent une émotion contenue, sont innombrables. Chez Béraud, chez l’écrivain ou chez le chroniqueur, comme chez bien d’autres31, on sent que leur signification repose essentiellement sur la mise en scène d’un effet de contemporanéité, d’une sorte de coprésence intérieure qu’elles s’emploient à décrire : le lecteur partage le monde avec ses semblables, mais il le fait dans le repli de sa conscience, abîmé dans sa lecture, personnellement affecté par cette activité. « Tout lecteur cherche à travers le journal […] à percevoir le monde vécu élaboré dans l’espace public », proposent Cambron et Lüsebrinck32, ce qui suppose en retour que toute construction de ces scènes de lecture est susceptible d’exprimer le rapport entre un individu et le monde contemporain, de mettre en tension l’intime et le collectif, indissolublement.

  • 33 Cité par Anne-Emmanuelle Demartini et Dominique Kalifa, Imaginaire et sensibilité au xixe siècle, o (...)

11À partir de telles scènes de la lecture quotidienne, laquelle paraît suivre les aspérités émotionnelles inscrites dans le creux du texte médiatique, on pourrait remonter la pente ascendante des affects pour se rendre jusqu’aux émotions les plus fortes, aller sans doute jusqu’à la scène du choc violent de la nouvelle où le corps paraît déréglé, emporté par des pulsions. La scène du choc se trouve située en symétrie parfaite avec le calme des lectures silencieuses, mais toute proche pourtant, car la passion de la lecture du journal est aussi une recherche, un espoir du choc, un désir « des informations qui frappent », toute lecture calme pouvant soudain basculer dans la sidération. Le journal peut donc certainement s’envisager comme l’un de ces « objets générateurs d’émotions fortes » qu’avait identifiés Alain Corbin pour parler de l’histoire des sensibilités33. Là encore les émotions médiatiques, comme tout le registre du sensible, du calme de la répétition des gestes rituels aux sursauts les plus violents, sont susceptibles d’investir la littérature et d’avoir imprimé leurs marques dans les textes, livrant ainsi une part de cette réalité immatérielle qu’il s’agit de traquer.

  • 34 Hergé, Coke en stock, Tournai, Casterman, 1960, p. 13.
  • 35 Hergé, L’Affaire Tournesol, Tournai, Casterman, 1957, p. 42.
  • 36 Hergé, Le trésor de Rackham le Rouge, Tournai, Casterman, 1954, p. 2.

12Pour se représenter la scène du choc, on ne résistera pas au plaisir de rappeler brièvement ces innombrables passages des Aventures de Tintin qu’Hergé a dessinés avec jubilation : les personnages – le plus souvent Tintin et le capitaine Haddock – sursautent violemment en prenant connaissance d’une nouvelle qui les concerne particulièrement. Ce faisant, Hergé pointe vers une culture du journal située au croisement de la scène générique (la commotion médiatique issue des nouvelles frappantes est en effet universelle, nous allons y revenir) et du corps physiquement affecté, représenté par des personnages courbés sur le journal, comme s’ils avaient été frappés au ventre, et s’exclamant brutalement : « Sapristi34 ! », « Mille sabords35 ! », « Tonnerre de Brest36 !!! ».

13Attardons-nous à un autre exemple, plus ancien. L’Affaire Lerouge d’Émile Gaboriau est un roman d’enquête judiciaire publié dans sa version définitive en 1866, mais aussi – on l’oublie souvent – un roman sentimental où la force des émotions joue un rôle important. Au troisième chapitre, alors que le Père Tabaret, sorte d’enquêteur amateur, entre chez sa voisine et vieille amie Mme Gerdy (qui se trouve mêlée à l’affaire, ce que le lecteur ne sait pas encore à ce moment du roman), le voici, seul un instant, observant le salon :

  • 37 L’auteur souligne, ainsi que dans les citations suivantes.

Une seule bougie éclairait le salon et il n’était pas dans son ordre accoutumé. Le guéridon à dessus de marbre, toujours placé au milieu de la pièce, avait été roulé dans un coin. Le grand fauteuil de Mme Gerdy se trouvait près de la fenêtre. Un journal déplié était tombé sur le tapis37.

14Le père Tabaret sent immédiatement qu’il s’est produit quelque chose d’inhabituel. Les meubles déplacés et surtout le journal déplié et tombé en constituent les premiers signes. La bonne le confirme un instant après :

— Après son dîner, madame est venue au salon comme à l’ordinaire. Elle s’est assise et a pris un des journaux de monsieur Noël [son fils]. À peine a-t-elle eu commencé à lire, qu’elle a poussé un grand cri, un cri horrible. Nous sommes accourus ; madame était tombée sur le tapis, comme morte.

15Le lecteur alors comprend évidemment que Mme Gerdy a été littéralement renversée à la lecture du journal. Le choc se transpose en signe pour Tabaret, qui devra l’interpréter. Mais l’action n’est pas tout à fait terminée, car voilà que l’enquêteur lui-même va éprouver cet effet de sidération qui contamine toute la scène : « il ramassa le journal et s’installa au coin du feu, déplaçant la bougie pour lire plus à son aise. / Une minute ne s’était pas écoulée qu’à son tour il bondit sur le fauteuil et étouffa un cri de surprise et d’effroi instinctif. » Tabaret découvre en effet que le journal raconte le fait divers du meurtre de la veuve Lerouge, et réalise que c’est peut-être ce fait divers qui a provoqué l’évanouissement de Mme Gerdy.

  • 38 Voir Pinson (Guillaume), « L’imaginaire médiatique dans À la recherche du temps perdu : du journal (...)
  • 39 Proust (Marcel), Albertine disparue, Paris, Gallimard, « Folio », 1997, p. 104.

16Dans un registre très proche, la lecture du journal peut être douloureuse, car elle rappelle l’absence, confronte le sujet à de nouvelles formes de solitudes, à des inquiétudes et à des tourments inédits. Le développement des techniques et des modes de communication n’abolit jamais la distance physique entre les êtres, elle l’exacerbe même souvent. Prenons cette fois le cas d’À la recherche du temps perdu, où figurent absolument partout des références aux journaux et à des journalistes : on y compte plus de 200 mentions et de très nombreuses scènes où le médiatique est intriqué dans le romanesque38. Le journal constitue pour le narrateur une manière d’accès au monde, il offre une lisibilité de la société qu’il convient de décrypter, mais il porte aussi la source d’une introspection, parfois de grandes douleurs, une conception de la mémoire et du temps, tout le régime des affects. Peu après la mort d’Albertine, par exemple, le narrateur ressent vivement la souffrance de cette absence. Une longue page d’Albertine disparue évoque ainsi la présence des journaux dans cette vie nouvelle, alors que le héros cherche ses repères, évolue dans un monde où même les gestes de la quotidienneté sont éprouvants : « D’ailleurs, d’habitude, ces journaux, je ne pouvais même pas les lire, car le simple geste de les ouvrir me rappelait à la fois que j’en accomplissais de semblables quand Albertine vivait, et qu’elle ne vivait plus ; je les laissais retomber sans avoir la force de les déplier jusqu’au bout39. »

  • 40 Voir Maupassant (Guy de), Bel-Ami, Paris, Gallimard, « Folio », 1998 [1885], pp. 179 et suiv.
  • 41 Balzac (Honoré de), Illusions perdues, Paris, Flammarion, « GF », 1990 [1843], p. 373.
  • 42 Ibid., p. 438.

17Encore un journal qui tombe… Le journal est douloureux, car il est le signe même de l’être-ensemble ; le journal n’est jamais lu dans le retrait du monde, il s’agit d’un acte social qui, à ce titre, peut accentuer le ressenti de la distance et de la perte. Au bout du compte, le journal et les émotions de la perte (de la mort) sont profondément liés. Le narrateur souffre physiquement de la mort d’Albertine en lisant les journaux ; Mme Gerdy agonise à la lecture d’une nouvelle ; Georges Duroy (le « Bel-Ami » de Maupassant) passe de longues journées fiévreuses à la pensée d’échanger des épigrammes avec le mystérieux confrère d’un journal concurrent, jusqu’à la scène du duel et de la mort frôlée de près40. On se souviendra également de certaines scènes des Illusions perdues de Balzac, dans lesquelles Lucien de Rubempré compose des articles où il trahit ses amis dans la plus grande douleur et frappe ses ennemis de sa « haine » (le mot est de Balzac) en usant là aussi de l’épigramme, cette « lame froide qui trouve sa gaine dans le cœur de la victime41 ». Enfin, toujours chez Balzac, comment ne pas penser à cette maladie mortelle qui atteint l’amante de Lucien, l’actrice Coralie, qui meurt littéralement de la lecture des feuilletons incendiaires que les ennemis de Lucien rédigent ? « Coralie entendit un ou deux sanglots [tandis que Lucien lisait les journaux], elle sauta de son lit vers Lucien, aperçut les journaux, voulut les voir et les lut. Après cette lecture elle alla se recoucher et garda le silence42. » La mort viendra l’emporter quelques pages plus loin.

18Chocs physiques, chocs « intérieurs » qui affectent le corps : l’histoire sensible du journal est une histoire de gestes, de journaux dépliés, froissés, jetés, échappés, piétinés, de regards effarés, de cris, de rires, de larmes… C’est pourquoi le « lecteur-automate » que nous avons présenté un peu plus tôt forme sans doute une paire, dans les représentations, avec le lecteur « faible », c’est-à-dire la victime potentielle du journal qui en absorbe le contenu sans distance ni résistance. Les contemporains vont parfois jusqu’à envisager les effets médicaux de la lecture du journal, en condamnant une consommation que l’on soupçonne d’engendrer chez certains lecteurs des dérèglements physiologiques. En 1871, le docteur Ignace Druhen publie une étude intitulée De l’influence du journalisme sur la santé du corps et de l’esprit, et donne un vernis scientifique aux effets néfastes de l’information de masse :

  • 43 Druhen (Ignace), De l’influence du journalisme sur la santé du corps et de l’esprit, Besançon, Tube (...)

Si le journal, dans la mission qu’il s’arroge, s’adresse quelquefois à la raison et fait appel à quelques-uns des sentiments les plus élevés de l’homme, tels que le patriotisme, bien souvent il sollicite les instincts inférieurs, il excite les passions et produit des impressions dont la vivacité et la répétition fréquente ne sauraient laisser l’organisme indifférent43.

  • 44 Comme le montre par exemple une estampe anonyme (vers 1792), intitulée ironiquement « La liberté de (...)
  • 45 Bon donne ainsi trois raisons au fait que les opinions sont instables, sans cesse changeantes, dans (...)

19Le xixe siècle est hanté par les effets du discours, par la performativité de la chose imprimée, susceptible d’engendrer d’inquiétantes pathologies sociales, retraduites dans « l’organisme » humain par des « passions » et des « impressions » dangereuses. L’histoire de cet imaginaire médiatique est celle de la crainte des corps déréglés, et par extension du corps social désarticulé – ici l’image des foules s’arrachant les journaux constitue une archive culturelle profondément ancrée dans les représentations sociales44. On ne s’étonnera pas que les contemporains des premiers temps de la presse de masse, autour de 1900, aient médité non sans inquiétude sur les « foules » criminelles et incontrôlables : Gustave Le Bon émaille sa Psychologie des foules (1895) de termes clés – opinion, suggestion, contagion… – qui opèrent une liaison intertextuelle assez nette avec la puissance « impressionnante » du médiatique et de sa modernité inquiétante. Le Bon relie ainsi à plusieurs endroits la montée du désordre social qu’il perçoit autour de lui aux opinions qui s’entrechoquent dans la presse45.

  • 46 Pinson (Guillaume), « Irkoutsk ne répond plus. Jules Verne, les médias de masse et l’imaginaire de (...)
  • 47 Verne (Jules), De la Terre à la Lune, Paris, Librairie générale française, 2001 [1865], pp. 143, 14 (...)

20Le corps du lecteur du journal est un corps social et politique : c’est pourquoi la lecture du journal, qui engendre souvent des réactions physiologiques extériorisées comme on l’a vu un peu plus tôt, a la capacité à se transformer en émotion collective. Les émotions médiatiques sont tout à la fois intimes et vécues de façon très personnelle (il s’agit chaque fois de la réaction du corps d’un lecteur – ou d’une lectrice –, les enjeux genrés masculin/féminin devant être pris en considération), mais se répercutent chez d’innombrables lecteurs, dans un jeu de bascule vers les grands émois sociaux, les grandes affaires de l’actualité bruyante. Il n’y a pas de choc médiatique sans processus de liaison des individus entre eux et, en retour, toute réaction physiologique à la lecture du journal témoigne d’une liaison du corporel et du social. Cette physiologie du choc témoigne donc du puissant désir de connexion qui anime l’individu avec ses semblables en régime médiatique, comme le symbolise bien la représentation des scènes de foules qui tentent d’arracher un journal au camelot, ou encore la scène semblable, mais inversée, où tout le monde dévore la même nouvelle, simultanément. On notera qu’un romancier comme Jules Verne, qui a multiplié dans les Voyages extraordinaires les scènes de lecture et de communication médiatique46, emploie souvent le vocabulaire des affects pour décrire la masse collective des contemporains lisant frénétiquement les nouvelles ; il évoque par exemple de grands émois collectifs dans De la Terre à la Lune, les journaux « que l’on dévorait d’un œil avide et passionné », « l’émotion dont fut prise l’Amérique tout entière », « l’émotion universelle47 », etc.

  • 48 Charlier (Marie-Astrid), Le roman et les jours. Poétique de la quotidienneté, op. cit.
  • 49 L’avènement des loisirs, 1850-1960, sous la direction d’Alain Corbin, Paris, Aubier, 1995.
  • 50 Venayre (Sylvain), « “MM. les voyageurs sont invités à replacer la planchette et le journal à l’end (...)
  • 51 Voir Ducroix (Clémence) & Marshall (Alan), Transatlantiques, l’épopée graphique des paquebots de lé (...)
  • 52 Air France Revue est à ce titre l’une des plus anciennes, lancée au début des 1930 ; certains numér (...)
  • 53 Voir Venayre (Sylvain), Panorama du voyage (1780-1920), Paris, Les Belles Lettres, 2012, pp. 383 et (...)

21Cette histoire sensible du journal est bien une histoire de la liaison émotionnelle des corps entre eux. Elle implique des formes de spatialisation (la lecture est toujours inscrite dans des lieux particuliers : espaces publics et systèmes de transport, espaces privés et intimes où l’on éprouve néanmoins l’émotion collective), tout en se déployant dans une temporalité. L’ère médiatique, on le sait, a présidé à de nouvelles scansions sociales de la temporalité, telles que la quotidienneté, magistralement étudiée par Marie-Astrid Charlier48. Il en va de même du temps perçu, l’attente notamment, les tourments de l’impatience et du désir, la conscience et la crainte du temps vide tout à la fois, tous contemporains des développements du « temps des loisirs » bien étudié par Alain Corbin et ses collaborateurs49. Voilà qui explique sans doute le succès des journaux que l’on destinait à la lecture dans les gares et les moyens de transport. Le temps vide du voyage était ainsi particulièrement propice à être meublé par la lecture, et comme Sylvain Venayre l’a montré, des journaux gratuits au xixe siècle se développèrent naturellement pour occuper les voyageurs dans le train, un peu plus tard sur les paquebots50. En 1907, la Compagnie générale transatlantique publia à bord de ses bateaux le Journal de l’Atlantique, distribué aux voyageurs, fournissant des nouvelles du bord et quelques nouvelles du pays laissé derrière soi51. Plus tard, mais suivant la même logique, avec le développement du transport aérien commercial à partir des années 1930, les compagnies aériennes se lancèrent dans l’édition de magazines offerts aux passagers52. En somme, le journal devait accompagner la « joie par les sens53 » que provoquaient les émotions du voyage.

  • 54 Champfleury, Les aventures de mademoiselle Mariette, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1862, p.  (...)
  • 55 Benedict Anderson attribuant au journal un rôle important dans la constitution d’un « imaginaire na (...)
  • 56 On trouve des éléments de réflexion à ce propos dans Wolton (Dominique), Penser la communication, P (...)
  • 57 Voir Primack (Brian A.), Shensa (Ariel), Sidani (Jaime E.), Whaite (Erin O.), Lin (Liu Yi), Rosen ( (...)
  • 58 Walch (Agnès), « De l’âme sensible à l’avènement scientifique des émotions », op. cit., p. 223.
  • 59 Ibid., p. 224.

22D’un même souffle, dans le temps long du transport, mais aussi tout simplement en raison de la disponibilité et de l’abondance du journal, la « déconnexion » devenait peu à peu insupportable au lecteur, elle se muait en un sentiment physique, un véritable besoin de toujours être au courant, une conviction intime qu’il ne fallait rien manquer. « Aussitôt que je trouve la moindre gazette, je ne peux m’empêcher d’y jeter un coup d’œil54 », affirme Gérard, l’un des personnages des Aventures de mademoiselle Mariette. D’où l’hypothèse que la « civilisation du journal » soit l’une des grandes sources du sentiment de solitude qui a accompagné le lecteur et la lectrice de la modernité médiatique, le journal présidant à une tension paradoxale : il unifie de vastes communautés de lecteurs anonymes55, mais il accentue aussi la perception de la distance entre les lecteurs, notamment physique, qu’il n’est jamais possible de combler parfaitement56. Autrement dit, plus les mécanismes médiatiques de « connexion » entre les humains seraient perfectionnés, plus se diffuseraient à la fois un sentiment de solitude et le besoin de consommation du journal afin de surmonter l’impression d’être seul, dans un mouvement sans fin que les sociabilités numériques ne font aujourd’hui que démultiplier57… Il y a ici des liens à établir avec les « solitudes affectives » qu’évoque Agnès Walsh58, à propos de la nécessité de partager les émotions et de la difficulté de ne pas pouvoir le faire, dans certaines situations. Nul doute que la culture médiatique provoque chez les lecteurs des désirs de partager les émotions, ces réactions émotionnelles rappelant « la nécessité des liens interpersonnels, qui tissent une toile autour des individus et les font vivre par la force des sensations ressenties59 ».

  • 60 Vigarello (Georges), Le sentiment de soi, op. cit., p. 103.
  • 61 On pourrait par exemple se rappeler la scène où Georges Duroy découvre dans le journal la publicati (...)

23Une histoire de la solitude perçue et de la solitude affective en régime médiatique reste à faire, et pourrait figurer en bonne place à côté de l’histoire de l’invention de la vie privée et de celle de l’évolution de la conscience du corps. On pourrait suggérer que le lecteur du xixe siècle était porté vers un nouveau type de regard introspectif (l’émotion médiatique contribuant à développer le « sentiment de soi60 »), dont l’évolution et l’intensification allaient de pair avec les rituels de la quotidienneté médiatique, les deux se complétant, s’approfondissant de concert. Une telle vie émotionnelle en contexte médiatique, réunissant l’intérieur (le corps affecté du lecteur) et l’extérieur (le corps social ému), éclaire les représentations du journalisme – ce que j’ai appelé ailleurs « l’imaginaire médiatique » – sous un angle nouveau. L’imaginaire médiatique a probablement rempli la fonction de donner à « lire » l’émotion, à enseigner la réaction émotionnelle, de lui donner un cadre et de l’organiser pour des lecteurs qui avaient encore à apprivoiser le journal. Si tant de personnages de fiction pleurent en lisant le journal, si tant de peine – et parfois un peu de joie61 – se trouve vécue à cause de lui, c’est parce que le médiatique est entré profondément dans l’expérience humaine et est devenu l’une de ces médiations essentielles par lesquelles nous éprouvons le monde qui nous entoure.

  • 62 Vaillant (Alain), « La modernité littéraire », dans La civilisation du journal, op. cit., pp. 1523- (...)
  • 63 Suter (Patrick), Le journal et les lettres, t. i : de la presse à l’œuvre, Genève, Mêtis Presses, « (...)

24Pour conclure ce panorama, on trouverait peut-être dans la poésie d’avant-garde une forme de travail particulièrement net de liaison entre l’impact du médiatique sur l’intime et la projection du sujet dans un monde extérieur médiatisé. De façon générale, et au contraire du roman, la poésie n’inscrit pas explicitement le médiatique dans son texte, mais elle le retraduit plutôt dans l’expression poétique. On sait que ce choc de la nouvelle que j’ai brièvement exposé un peu plus tôt est un objet inlassable de fascination pour la poésie d’avant-garde, chez Apollinaire et chez Cendrars, entre autres. Depuis le xixe siècle, en réalité, la poésie est en rapport avec le médiatique de façon insistante, d’abord par sa présence au cœur du journal, qui fut historiquement le lieu d’expérimentation essentiel des poètes-journalistes62, puis en écho à la page du journal, dans sa capacité d’amalgame, de juxtaposition des signes, de synthèse aussi des discours et des formes visuelles, marquant profondément et inlassablement la poésie d’avant-garde63. Au début du xxe siècle, en effet, le choc de l’actualité se trouve fondu dans un lyrisme du quotidien, qui repose sur la banalité et l’expérience du journal, ouvrant au jeu de la collecte documentaire, du collage et de la citation, parmi bien d’autres.

  • 64 Un récent colloque a fait état de ces relations : « La presse et la conquête de l’air. Histoire, im (...)

25Je ne donnerai ici qu’un seul exemple, tiré de la « Prose du Transsibérien » de Blaise Cendrars. Dans ce poème bien connu, on repère en vrac la guerre russo-japonaise, les troubles révolutionnaires en Russie, des reprises de Jules Verne – auteur médiatique s’il en est –, des éléments issus du monde commercial et de la publicité, la présence aussi de l’aéroplane dont on sait qu’il est lié au développement de la presse d’information64, le train bien entendu, des scansions du temps et de l’espace (de nombreuses horloges), le naufrage du Titanic « que j’ai lu dans le journal », précise le poète… Le poème semble donc aspirer et faire coexister ces éléments hétérogènes, notamment grâce à la présence continue du « Je » qui conduit le poème, ce « Je » indéterminé qui pourrait bien être le lecteur du journal, celui du moins qui éprouve tous les jours cette quotidienneté, et qui va trouver dans un amour fragile pour la petite Jeanne un objet de témoignage sentimental qui constitue précisément le chant du poème, son fil conducteur lyrique :

Du fond de mon cœur des larmes me viennent

Si je pense, Amour, à ma maîtresse

Elle n’est qu’une enfant, que je trouvai ainsi

Pâle, immaculée, au fond d’un bordel.

  • 65 Kalifa (Dominique), Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, « L’univers historique » (...)

26Deux « profondeurs » ici cohabitent, le « fond de mon cœur » du premier vers et le « fond du bordel » du quatrième : tout se passe comme si l’émotion, l’amour et les larmes montaient au plus intime du poète en provenant des bas-fonds de la fureur médiatique du monde, ces bas-fonds dont on sait qu’ils constituent l’un des grands imaginaires sociaux de l’Occident, largement façonnés par la culture médiatique à partir du xixe siècle65.

27Dans l’histoire des médias, peu d’analyses ont ainsi porté sur les sensibilités, les émotions, le registre des affects. L’histoire en est difficile à établir, mais l’émotion est pourtant un élément très riche de la communication humaine et il n’est pas anodin que les romanciers en aient traqué les formes diversifiées, inlassablement, chez leurs personnages. Et il n’est pas interdit d’envisager de lier l’étude des sources comme représentations, sur lesquelles nous travaillons (littéraires et historiens de la culture médiatique), à une certaine réalité de la « vie affective d’autrefois » (Lucien Febvre), car l’émotion dans son surgissement, puis la volonté d’un écrivain ou d’un artiste de la capter, de l’inscrire dans l’œuvre, en disent beaucoup sur les modes d’appropriation des objets médiatiques et sur la place qu’ils occupent dans nos sociétés depuis deux siècles au moins.

Haut de page

Bibliographie

Absalyamova (Elina) & Stiénon (Valérie) (dir.), Les voix du lecteur dans la presse française au xixe siècle, Limoges, Presses universitaires de Limoges, « Médiatextes », 2018.

Ambroise-Rendu (Anne-Claude), « Figures de lecteurs, poses de lecture dans la littérature du xixe siècle », Le Temps des Médias, no 3, 2004, pp. 26-38.

Ambroise-Rendu (Anne-Claude) & Delporte (Christian), « L’indignation, un sentiment au prisme de l’histoire », dans L’indignation. Histoire d’une émotion (xixe-xxe siècles), sous la direction d’Anne-Claude Ambroise-Rendu & Christian Delporte, Paris, Nouveau Monde, « Histoire culturelle », 2008, pp. 5-19.

Anderson (Benedict), L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996 [traduction de l’édition anglaise de 1983].

Balzac (Honoré de), Illusions perdues, Paris, Flammarion, « GF », 1990 [1843].

Bédard (Mylène), Écrire en temps d’insurrection. Pratiques épistolaires et usages de la presse chez les femmes patriotes (183-1840), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2016.

Boltanski (Luc), La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailier, 1993.

Cambron (Micheline) & Lüsebrinck (Hans-Jürgen), « Presse, littérature et espace public : de la lecture et du politique », Études françaises, vol. 36, no 3, 2000, pp. 127-145.

Champfleury, Les aventures de mademoiselle Mariette, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1862.

Charlier (Marie-Astrid), Le roman et les jours. Poétique de la quotidienneté au xixe siècle, thèse de doctorat en littérature française, Université de Montpellier 3, 2014.

Chartier (Roger), Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998.

Claretie (Jules), La vie à Paris 1898, Paris, Charpentier, 1899.

Combe (Dominique), « L’universel reportage » […] « Nul n’échappe, décidément au journalisme », dans Poésie et journalisme au xixe siècle en France et en Italie, sous la direction de Silvia Disegni, Recherches et travaux, no 65, 2004, pp. 125-135.

Corbin (Alain), Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.

Corbin (Alain) (dir.), L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier, 1995.

Demartini (Anne-Emmanuelle) & Kalifa (Dominique) (dir.), Imaginaire et sensibilité au xixe siècle. Études pour Alain Corbin, Paris, Creaphis, 2005.

Druhen (Ignace), De l’influence du journalisme sur la santé du corps et de l’esprit, Besançon, Tubergue, 1871.

Ducroix (Clémence) & Marshall (Alan), Transatlantiques, l’épopée graphique des paquebots de légende, Lyon, Musée de l’imprimerie, 2013.

Élias (Norbert), La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975.

Febvre (Lucien), « Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? La sensibilité et l’histoire », dans Combats pour l’Histoire, Paris, Pocket, 1992 [1941], pp. 221-238.

Flaubert (Gustave), L’éducation sentimentale, Paris, Gallimard, « Folio », 2005 [1869].

Goulet (Vincent), Médias et classes populaires. Les usages ordinaires des informations, Paris, INA, « Médias essais », 2010.

Hergé, Le trésor de Rackham le Rouge, Tournai, Casterman, 1954.

Hergé, L’Affaire Tournesol, Tournai, Casterman, 1957.

Hergé, Coke en stock, Tournai, Casterman, 1960.

Hochschild (Arlie Russell), The Managed Heart : Commercialization of Human Feeling, Berkeley, University of California Press, 1983.

Kalifa (Dominique), Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, « L’univers historique », 2013.

Le Bon (Gustave), Psychologie des foules, UQAC, Les classiques des sciences sociales, 2001 [1895].

Lilti (Antoine), Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Paris Fayard, 2014.

Lyon-Caen (Judith), La lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006.

Lyon-Caen (Judith), « Lecteurs et lectures : les usages de la presse au xixe siècle », dans La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau monde, 2011, pp. 23-60.

Maupassant (Guy de), Bel-Ami, Paris, Gallimard, « Folio », 1998 [1885].

Pinson (Guillaume), « L’imaginaire médiatique dans À la recherche du temps perdu : du journal à l’œuvre d’art », Études françaises, vol. 43, no 3, automne 2007, pp. 11-26.

Pinson (Guillaume), L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au xixe siècle, Paris, Garnier, 2012.

Pinson (Guillaume), « Irkoutsk ne répond plus. Jules Verne, les médias de masse et l’imaginaire de la rupture de communication », Romantisme, no 158, 2012, pp. 83-92.

Pinson (Guillaume), « Le salon en stéréo. Poétique sonore du carnet mondain vers 1900 », dans Presse, chanson et culture orale au xixe siècle, sous la direction d’Élisabeth Pillet & Marie-Ève Thérenty, Paris, Nouveau monde, 2012, pp. 293-303.

Pinson (Guillaume) (dir.), La lettre et la presse. Poétique de l’intime et culture médiatique, Médias 19, mis à jour le 3 juillet 2012. url : http://www.medias19.org/index.php?id=275.

Primack (Brian A.), Shensa (Ariel), Sidani (Jaime E.), Whaite (Erin O.), Lin (Liu Yi), Rosen (Daniel), Colditz (Jason B.), Radovic (Ana) & Miller (Elizabeth), « Social Media Use and Perceived Social Isolation Among Young Adults in the U.S. », American Journal of Preventive Medicine, mars 2017. url : http://dx.doi.org/10.1016/j.amepre.2017.01.010.

Proust (Marcel), Albertine disparue, Paris, Gallimard, « Folio », 1997.

Simard-Houde (Mélodie), Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, Limoges, Presses universitaires de Limoges, « Médiatextes », 2017.

Simard-Houde (Mélodie) (dir.), La presse et la conquête de l’air. Histoire, imaginaires, poétiques (xviiie-xxie siècles), Université Paris Panthéon Sorbonne, actes du colloque du 12 janvier 2017, à paraître dans Nacelles. Passé et présent de l’aéronautique et du spatial, automne 2018.

Suter (Patrick), Le journal et les lettres, t. i : de la presse à l’œuvre, Genève, Mêtis Presses, « Voltiges », 2010.

Thérenty (Marie-Ève), « Dante reporter. La création d’un paradigme journalistique », Autour de Vallès, n° 38, 2008, pp. 57-72.

Thérenty (Marie-Ève), « LA chronique et LE reportage : du “genre” (gender) des genres journalistiques », Études littéraires, vol. 40, automne 2010, pp. 115-125.

Thiesse (Anne-Marie), Le roman du quotidien. Lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque, Paris, Seuil, « Points / Histoire », 2000.

Vaillant (Alain), « La modernité littéraire », dans La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau monde, 2011, pp. 1523-1531.

Venayre (Sylvain), Panorama du voyage (1780-1920), Paris, Les Belles Lettres, 2012.

Venayre (Sylvain), « “MM. les voyageurs sont invités à replacer la planchette et le journal à l’endroit qui leur est assigné dans la voiture” : la littérature de la route et le journal gratuit », dans Les journalistes, identités et modernités. Actes du premier congrès Médias 19, sous la direction de Guillaume Pinson & Marie-Ève Thérenty, Médias 19, 2017. url http://www.medias19.org/index.php?id=22702.

Verne (Jules), De la Terre à la Lune, Paris, Librairie générale française, 2001 [1865].

Vigarello (Georges), Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, Paris, Seuil, « L’univers historique », 2014.

Walch (Agnès), « De l’âme sensible à l’avènement scientifique des émotions : la densification des émotions dans la sphère privée », dans Histoire des émotions, t. ii : Des Lumières à la fin du xixe siècle, sous la direction d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine & Georges Vigarello, Paris, Seuil, 2016, pp. 203-226.

Wolton (Dominique), Penser la communication, Paris, Flammarion, 1997.

Haut de page

Notes

1 Voir Goulet (Vincent), Médias et classes populaires. Les usages ordinaires des informations, Paris, INA, « Médias essais », 2010.

2 Ibid., p. 327.

3 Febvre (Lucien), « Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? La sensibilité et l’histoire », dans Combats pour l’Histoire, Paris, Pocket, 1992 [1941], pp. 221-238.

4 Goulet (Vincent), Médias et classes populaires, op. cit., p. 16.

5 Lyon-Caen (Judith), « Lecteurs et lectures : les usages de la presse au xixe siècle », dans La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau monde, 2011, p. 27.

6 Voir notamment Chartier (Roger), Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998.

7 Voir bien sûr pour le xixe siècle les travaux d’Alain Corbin ; ou encore l’ouvrage collectif qui a été constitué en son honneur, faisant le point sur diverses approches de l’histoire culturelle du xixe siècle : Demartini (Anne-Emmanuelle) & Kalifa (Dominique) (dir.), Imaginaire et sensibilité au xixe siècle. Études pour Alain Corbin, Paris, Creaphis, 2005.

8 Voir Absalyamova (Elina) & Stiénon (Valérie) (dir.), Les voix du lecteur dans la presse française au xixe siècle, Limoges, Presses universitaires de Limoges, « Médiatextes », 2018.

9 Thiesse (Anne-Marie), Le roman du quotidien. Lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque, Paris, Seuil, « Points / Histoire », 2000.

10 Antoine Lilti rappelle ainsi que la naissance de la vie privée est étroitement liée à une « première révolution médiatique » qui se produit au xviiie siècle : voir Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Paris Fayard, 2014, pp. 75 et suiv.

11 Elle aurait donc des points de contact à établir avec les travaux de Norbert Élias sur la théorie de la « civilisation », explorant le resserrement des interdépendances entre les humains et le développement d’une nouvelle « économie psychique » et émotionnelle ; voir notamment La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975.

12 Sur la notion de « travail émotionnel », nous nous inspirons des travaux pionniers d’Arlie Russell Hochschild, en particulier : The Managed Heart : Commercialization of Human Feeling, Berkeley, University of California Press, 1983.

13 Boltanski (Luc), La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailier, 1993. Dans Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire (Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2017), Mélodie Simard-Houde a repris certaines topiques développées par Boltanski en les adaptant à la poétique du reportage ; ces pages (en particulier pp. 183 et suiv.) ont inspiré ici les nôtres.

14 Par recoupements, cette réflexion pourrait concerner également d’autres formes de relation émotionnelle avec l’ensemble du discours social (Angenot), mais nous partons ici du principe d’une spécificité, ou du moins d’une prédominance, de la lecture du journal.

15 Ambroise-Rendu (Anne-Claude) et Delporte (Christian), « L’indignation, un sentiment au prisme de l’histoire », dans L’indignation. Histoire d’une émotion (xixe-xxe siècles), sous la direction d’Anne-Claude Ambroise-Rendu & Christian Delporte, Paris, Nouveau Monde, « Histoire culturelle », 2008, pp. 5-19.

16 Vigarello (Georges), Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, Paris, Seuil, « L’univers historique », 2014.

17 Voir notamment Charlier (Marie-Astrid), Le roman et les jours. Poétique de la quotidienneté au xixe siècle, thèse de doctorat en littérature française, Université de Montpellier 3, 2014 ; Ambroise-Rendu (Anne-Claude), « Figures de lecteurs, poses de lecture dans la littérature du xixe siècle », Le Temps des Médias, no 3, 2004, pp. 26-38 ; Pinson (Guillaume), L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au xixe siècle, Paris, Garnier, 2012.

18 Voir Pinson (Guillaume) (dir.), La lettre et la presse. Poétique de l’intime et culture médiatique, Médias 19, mis à jour le 3 juillet 2012. url : http://www.medias19.org/index.php?id=275 ; voir aussi les travaux de Mylène Bédard, notamment Écrire en temps d’insurrection. Pratiques épistolaires et usages de la presse chez les femmes patriotes (183-1840), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2016.

19 Lyon-Caen (Judith), La lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006.

20 Voir ibid., pp. 143 et suiv.

21 J’ai essayé de le montrer ailleurs : « Le salon en stéréo. Poétique sonore du carnet mondain vers 1900 », dans Presse, chanson et culture orale au xixe siècle, sous la direction d’Élisabeth Pillet & Marie-Ève Thérenty, Paris, Nouveau monde, 2012.

22 Je reprends, en l’infléchissant, l’expression d’Alain Corbin : Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.

23 Pour une réflexion à ce propos, voir Marie-Ève Thérenty, « LA chronique et LE reportage : du “genre” (gender) des genres journalistiques », Études littéraires, vol. 40, automne 2010, pp. 115-125.

24 Walch (Agnès), « De l’âme sensible à l’avènement scientifique des émotions : la densification des émotions dans la sphère privée », dans Histoire des émotions, t. ii : Des Lumières à la fin du xixe siècle, sous la direction d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine & Georges Vigarello, Paris, Seuil, 2016, p. 206.

25 La pudeur a son histoire, que Norbert Elias associe à une « autocontrainte » typique du processus de civilisation : voir La dynamique de l’Occident, op. cit., 2e partie, chapitre 5 : « La pudeur et la gêne », pp. 263-273.

26 Voir Thérenty (Marie-Ève), « Dante reporter. La création d’un paradigme journalistique », Autour de Vallès, n° 38, 2008, pp. 57-72 ; et, dans le présent dossier, l’article de Mélodie Simard-Houde.

27 Voir la présentation du tableau sur le site du Musée Carnavalet. url http://www.carnavalet.paris.fr/fr/collections/le-boulevard-des-capucines-devant-le-theatre-du-vaudeville.

28 Venayre (Sylvain), « “MM. les voyageurs sont invités à replacer la planchette et le journal à l’endroit qui leur est assigné dans la voiture” : la littérature de la route et le journal gratuit », dans Les journalistes, identités et modernités. Actes du premier congrès Médias 19, sous la direction de Guillaume Pinson & Marie-Ève Thérenty, Médias 19, 2017. url http://www.medias19.org/index.php?id=22702.

29 Claretie (Jules), La vie à Paris 1898, Paris, Charpentier, 1899, p. 498.

30 Flaubert (Gustave), L’éducation sentimentale, Paris, Gallimard, « Folio », 2005 [1869], p. 57.

31 Tout le roman réaliste est envahi de ces scènes de lecture ; certaines sont analysées par Ambroise-Rendu, « Figures de lecteurs, poses de lecture dans la littérature du xixe siècle », op. cit.

32 Cambron (Micheline) & Lüsebrinck (Hans-Jürgen), « Presse, littérature et espace public : de la lecture et du politique », Études françaises, vol. 36, no 3, 2000, p. 141.

33 Cité par Anne-Emmanuelle Demartini et Dominique Kalifa, Imaginaire et sensibilité au xixe siècle, op. cit., p. 7.

34 Hergé, Coke en stock, Tournai, Casterman, 1960, p. 13.

35 Hergé, L’Affaire Tournesol, Tournai, Casterman, 1957, p. 42.

36 Hergé, Le trésor de Rackham le Rouge, Tournai, Casterman, 1954, p. 2.

37 L’auteur souligne, ainsi que dans les citations suivantes.

38 Voir Pinson (Guillaume), « L’imaginaire médiatique dans À la recherche du temps perdu : du journal à l’œuvre d’art », Études françaises, vol. 43, no 3, automne 2007, pp. 11-26.

39 Proust (Marcel), Albertine disparue, Paris, Gallimard, « Folio », 1997, p. 104.

40 Voir Maupassant (Guy de), Bel-Ami, Paris, Gallimard, « Folio », 1998 [1885], pp. 179 et suiv.

41 Balzac (Honoré de), Illusions perdues, Paris, Flammarion, « GF », 1990 [1843], p. 373.

42 Ibid., p. 438.

43 Druhen (Ignace), De l’influence du journalisme sur la santé du corps et de l’esprit, Besançon, Tubergue, 1871, p. 2.

44 Comme le montre par exemple une estampe anonyme (vers 1792), intitulée ironiquement « La liberté de la presse », qui représente les crieurs et la foule révolutionnaire qui plonge sur les journaux et les pamphlets, tandis qu’en arrière-plan dans leur atelier, typographes et ouvriers tentent de répondre à la demande frénétique des lecteurs. Gravure anonyme, « La Presse à la Une », Expositions BnF. url http://expositions.bnf.fr/presse/grandmobile/pre_016.php.

45 Bon donne ainsi trois raisons au fait que les opinions sont instables, sans cesse changeantes, dans la société : « La troisième raison enfin est la diffusion récente de la presse faisant passer sans cesse sous les yeux les opinions les plus contraires. Les suggestions engendrées par chacune d’elles sont bientôt détruites par des suggestions opposées. Aucune opinion n’arrive donc à s’étendre et toutes sont vouées à une existence éphémère. Elles meurent avant d’avoir pu se propager assez pour devenir générales » (Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Université du Québec à Chicoutimi, Les classiques des sciences sociales, 2001 [1895], p. 88).

46 Pinson (Guillaume), « Irkoutsk ne répond plus. Jules Verne, les médias de masse et l’imaginaire de la rupture de communication », Romantisme, no 158, 2012, pp. 83-92.

47 Verne (Jules), De la Terre à la Lune, Paris, Librairie générale française, 2001 [1865], pp. 143, 149 et 232.

48 Charlier (Marie-Astrid), Le roman et les jours. Poétique de la quotidienneté, op. cit.

49 L’avènement des loisirs, 1850-1960, sous la direction d’Alain Corbin, Paris, Aubier, 1995.

50 Venayre (Sylvain), « “MM. les voyageurs sont invités à replacer la planchette et le journal à l’endroit qui leur est assigné dans la voiture” », op. cit.

51 Voir Ducroix (Clémence) & Marshall (Alan), Transatlantiques, l’épopée graphique des paquebots de légende, Lyon, Musée de l’imprimerie, 2013, pp. 47-55.

52 Air France Revue est à ce titre l’une des plus anciennes, lancée au début des 1930 ; certains numéros sont numérisés : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34446008n/date.

53 Voir Venayre (Sylvain), Panorama du voyage (1780-1920), Paris, Les Belles Lettres, 2012, pp. 383 et suiv.

54 Champfleury, Les aventures de mademoiselle Mariette, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1862, p. 6.

55 Benedict Anderson attribuant au journal un rôle important dans la constitution d’un « imaginaire national » : voir L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996 (traduction de l’édition anglaise de 1983), en particulier le premier chapitre.

56 On trouve des éléments de réflexion à ce propos dans Wolton (Dominique), Penser la communication, Paris, Flammarion, 1997.

57 Voir Primack (Brian A.), Shensa (Ariel), Sidani (Jaime E.), Whaite (Erin O.), Lin (Liu Yi), Rosen (Daniel), Colditz (Jason B.), Radovic (Ana) & Miller (Elizabeth), « Social Media Use and Perceived Social Isolation Among Young Adults in the U.S. », American Journal of Preventive Medicine, mars 2017. url http://dx.doi.org/10.1016/j.amepre.2017.01.010.

58 Walch (Agnès), « De l’âme sensible à l’avènement scientifique des émotions », op. cit., p. 223.

59 Ibid., p. 224.

60 Vigarello (Georges), Le sentiment de soi, op. cit., p. 103.

61 On pourrait par exemple se rappeler la scène où Georges Duroy découvre dans le journal la publication de sa première chronique : « Ça y était ! quelle joie ! » (Maupassant, Bel-Ami, op. cit., p. 86).

62 Vaillant (Alain), « La modernité littéraire », dans La civilisation du journal, op. cit., pp. 1523-1531.

63 Suter (Patrick), Le journal et les lettres, t. i : de la presse à l’œuvre, Genève, Mêtis Presses, « Voltiges », 2010 ; Combe (Dominique), « L’universel reportage » […] « Nul n’échappe, décidément au journalisme », dans Poésie et journalisme au xixe siècle en France et en Italie, sous la direction de Disegni (Silvia), Recherches et travaux, no 65, 2004, pp. 125-135.

64 Un récent colloque a fait état de ces relations : « La presse et la conquête de l’air. Histoire, imaginaires, poétiques (xviiie-xxie siècles) », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (12 janvier 2017), organisé par Mélodie Simard-Houde, actes à paraître dans la revue Nacelles. Passé et présent de l’aéronautique et du spatial, automne 2018.

65 Kalifa (Dominique), Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, « L’univers historique », 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Pinson, « Du lecteur automate aux émotions universelles », COnTEXTES [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 27 avril 2018, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6445 ; DOI : 10.4000/contextes.6445

Haut de page

Auteur

Guillaume Pinson

Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page