Navigation – Plan du site

Compte-rendu de Giraud (Frédérique), Émile Zola, le déclassement et la lutte des places. Les Rougon-Macquart, condensation littéraire d’un désir d’ascension sociale

Paris, Honoré Champion, « romantisme et modernités », 2016, 502 p.
Christophe Voilliot

Texte intégral

  • 1 Sauf indication contraire, toutes les citations sont extraites du livre recensé.

1Issu d’une thèse pour le doctorat en sociologie soutenue à l’ENS de Lyon en 2014, ce livre de Frédérique Giraud est une étude systématique du cycle des Rougon-Macquart qui lui permet de proposer une biographie sociologique de l’auteur, démarche qu’elle inscrit dans une sociologie des pratiques de création littéraire qui « cherche à rendre compte des caractéristiques des œuvres littéraires quels que soient leurs formes stylistiques, leurs thèmes, leurs périodes et à les expliquer en relation avec leurs contextes de déploiement sociaux » (p. 14)1. L’objectif est donc bien de comprendre l’investissement hors normes d’Émile Zola à travers l’analyse des modalités de son adhésion au jeu littéraire. Cette analyse permet de prendre en compte les significations subjectives de l’écriture à partir des « dispositifs de retour sur soi » (p. 53) qui marquent le travail qui s’opère dans l’œuvre littéraire sous la forme d’une mise en récit et, dans le cas particulier d’Émile Zola, d’un « passage par l’écriture » (p. 54) que la mort tragique de son père lui a imposé.

Une biographie sociologique d’Émile Zola

  • 2 Reproche fait mezzo voce à la biographie « monumentale » d’Henri Mitterand.
  • 3 Lahire (Bernard) sous la direction de, Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent : mises en scène littér (...)

2Pour F. Giraud, une biographie sociologique doit comprendre à la fois « une histoire d’un jeu de possibles » et « une série d’hypothèses de sens concernant un individu » (p. 56), sans céder pour autant à la tentation du biographe de combler par son imagination les vides documentaires de son enquête2. Elle met par conséquent en œuvre une démarche inductive et contextualiste qui, partant d’un corpus de textes, nous donne à voir la manière dont ces derniers condensent littérairement une série d’expériences sociales que l’étude de la biographie de Zola permet de mettre en exergue. L’œuvre fonctionne donc dans cette logique, y compris dans sa dimension stylistique, comme une transposition du point de vue singulier sur le monde social de l’auteur3 que, dans certains cas, l’auteur va même jusqu’à exprimer à travers ses personnages. Quelle est l’apport d’une analyse sociologique « qui se donne pour objet le social à l’état intériorisé, plié, réfracté à l’intérieur d’un individu » (p. 68) par rapport à une biographie plus classique ? L’étude des dispositions socialement constituées, du passé incorporé si l’on préfère, en regard des contraintes contextuelles va se substituer au récit de vie reconstitué par le biographe pour comprendre les logiques d’action du biographié.

  • 4 Xau (Fernand), Émile Zola, Paris, C. Marpon & E. Flammarion, 1880, p. 32.
  • 5 La citation de Zola provient de la page 199.

3Émile Zola a ainsi intériorisé un devoir de réussite sociale à travers l’héroïsation de la figure paternelle, celle de l’ingénieur François Zola décédé tragiquement alors que son fils n’avait que sept ans. Ce décès est intervenu alors que venaient de débuter les travaux du canal destiné à alimenter en eau la ville d’Aix-en-Provence. La société constituée à cette fin et dont François Zola était actionnaire était dans une situation délicate : sa famille devra rembourser 80 000 francs de dettes s’en pouvoir empêcher une faillite qui privera Émilie Zola, la mère du futur écrivain, de la pension qui était sa seule ressource. Pour F. Giraud, cet évènement biographique va s’avérer être porteur d’un sentiment de déclassement dont les effets se feront durablement sentir. Après s’être montré un élève sérieux, ayant intériorisé l’impératif de réussite scolaire, au sein de son collège aixois, Émile Zola va se heurter au monde plus concurrentiel des lycées parisiens lui donnant ainsi un goût pour les joutes intellectuelles qui ne le quittera jamais. Son échec au baccalauréat va renforcer « des dispositions à la critique et au rejet des normes institutionnelles » (p. 127) tout en le renvoyant objectivement à une position sociale marquée par le déclassement et par l’obligation de rechercher un emploi rémunérateur. Son entrée dans le champ littéraire, au prix d’un travail acharné, va s’effectuer dans une période de transformation des condition de production et de diffusion des œuvres où le roman s’affirme comme un genre privilégie et où l’on voit apparaître un lectorat populaire. Cette culture de masse, favorisée par la baisse du prix des livres, l’augmentation des effectifs scolaires et le développement d’une presse à grand tirage renforce l’autonomie du champ littéraire par le développement d’un statut de l’auteur et d’un marché des œuvres. Pour Zola, l’apprentissage du jeu se fait par une mise à distance de toute vocation romantique au profit d’enjeux matériels. Le projet de série romanesque qu’il élabore autour de l’histoire de deux familles, les Rougon et les Macquart, apparaît ainsi comme « une démarche stratégique et commerciale » (p. 150) destinée à faire face à la baisse de ses revenus consécutive à son départ de la librairie Hachette où il était en charge de la publicité. Cet emploi lui avait permis de constituer un réseau professionnel qui sera déterminant dans la signature de ses premiers contrats avec des éditeurs et dans le recours à cette « arme terrible4» que constituait la presse. Pour F. Giraud, le romancier se comporte alors comme un « entrepreneur des lettres qui gère sa carrière littéraire avec application et efficacité » (p. 157) tout en faisant vertu de la nécessité de gagner sa vie par l’écriture, objectif idéalisé comme un « état admirable par tous ». Le journalisme qu’il pratique assidument est certes un expédient mais, tout en étant conscient de la dévalorisation symbolique associée à cette forme d’écriture, il n’y renoncera jamais. Comment caractériser cet investissement au sein du champ littéraire ? « L’apprentissage du métier d’écrivain passe chez Zola par l’intériorisation d’un rapport concurrentiel aux autres, qui le pousse à concevoir l’activité littéraire comme une lutte » (p. 171). Ayant eu une activité de critique, il intègre un espace qui lui est connu et dans lequel il se situe avec assurance, jouant à la fois sur les logiques de filiation revendiquée (Balzac), de rupture (Hugo) et de rivalité (Flaubert, les frères Goncourt) tout en établissant des parallèles avec le monde de la peinture, tirant ainsi profit de son amitié d’enfance avec Cézanne et de sa connaissance des peintres impressionnistes. Dans ces conditions, l’invention du naturalisme relève bien d’une logique d’autopromotion, entre « discours militant et combat pour l’hégémonie » (p. 188) au sein du champ littéraire. Les références scientifiques que l’on trouve dans le recueil sur Le Roman expérimental forment une « gaine théorique » (p. 195) à même de procurer à Zola des profits de distinction. Si l’expérimentation fonctionne pour le romancier comme une « sociologie pratique5», elle lui permet aussi de se poser en véritable chef d’une école littéraire.

  • 6 Giddens (Anthony), La constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration, Paris (...)
  • 7 Miterrand (Henri), Zola. Tome III : L’honneur, 1893-1902, Paris, Fayard, 2002, p. 15.
  • 8 Charle (Christophe), Naissance des « intellectuels », 1880-1900, Paris, Minuit, « Le sens commun », (...)

4En effet, Émile Zola aspire à la fois à la reconnaissance de ses pairs et à tirer le meilleur profit possible de ses œuvres. Ce « double jeu » jamais vraiment maîtrisé est une manière réaliste de faire carrière et fonctionne comme une contrainte structurante au sens de Giddens6: « l’incapacité à asseoir sa légitimité sur la scène restreinte l’incline à accroitre ses efforts du côté du pôle de grande production » (p. 212). Ces deux aspects sont donc intrinsèquement liés ce qui permet à l’écrivain de valoriser les « indices matériels » (p. 218) de sa réussite au sein du champ littéraire. Mettant en œuvre les techniques publicitaires éprouvées chez Hachette, Zola envisage sans complexe la littérature romanesque comme une marchandise et ce d’autant plus qu’il vise un lectorat susceptible de se reconnaître dans ses descriptions des classes populaires et d’apprécier les adaptations théâtrales de ses romans. Parallèlement, il va se lancer dans une véritable quête de reconnaissance institutionnelle. Contraint de dénier publiquement son enrichissement, il fait de la nécessité pour l’écrivain de vivre de sa plume l’axe central de sa campagne pour obtenir un siège à l’Académie française. Tout en demeurant très critique vis-à-vis de l’institution et de ses membres, il se porte candidat à vingt-cinq reprises entre 1890 et 1899. Pour F. Giraud, « le sens profond de la création littéraire zolienne se donne à lire dans ce tressage paradoxal d’interactions avec l’Académie » (p. 267). Paradoxal car Zola aspire à être reconnu par ceux qui sont les moins susceptibles de l’apprécier. Cette position fragile le contraint à osciller entre provocations et repentirs apparents. Ce faisant, il fait de ses échecs « une composante de son identité dans le champ » (p. 269) et recherche des consécrations alternatives à travers les invitations officielles à l’étranger ou la présidence de la Société des Gens de Lettre. D’autres hypothèses auraient mérité d’être envisagées pour expliquer cet investissement institutionnel, par exemple celle de difficultés à se renouveler une fois achevé les Rougon-Macquart qui le contraignent à mettre en chantier un nouveau cycle « aux formes largement rénovées7» consacré aux villes saintes. Cette période se clôt avec l’investissement sans réserve dans la défense de Dreyfus, engagement au nom de la justice tout en étant « ajusté » à ses préoccupations personnelles : « s’il s’y engage si intensément c’est qu’il y décèle à travers le soutien apporté au capitaine une manière de se défendre au sein de la sphère littéraire, de soutenir le combat de son père » (p. 278). Zola va ainsi contribuer à définir la position de l’intellectuel critique, comme l’a montré Christophe Charle8. F. Giraud considère quant à elle que cet engagement va s’avérer coûteux pour l’écrivain, contraint de se défendre devant les tribunaux puis de s’exiler.

  • 9 Que l’on aurait pu utilement comparer avec l’aménagement de la maison-laboratoire de Pasteur à Arbo (...)

5Dans l’œuvre d’Émile Zola, le processus créatif est mis en scène au sein même de l’écriture romanesque. F. Giraud consacre un chapitre de son livre à en examiner les deux modalités : la légitimation par l’enquête ethnographique et la valorisation du travail de l’écrivain. La méthode de travail de Zola n’est pas uniquement dictée par l’objet du roman mais vise à accroitre sa crédibilité au sein du champ littéraire. Toutefois, note l’auteure, le romancier ne s’efface jamais complètement derrière l’ethnographe et l’observation du réel ne se veut pas « l’exacte reproduction de la réalité » (p. 290). Souvent, l’imagination vient combler les lacunes d’une documentation dont l’usage, savamment publicisé, va donner une « caution scientifique » (p. 296) au travail d’écriture. À la figure du savant, Zola va ajouter les contours d’une éthique professionnelle qui lui permet de mettre à distance le mythe de l’inspiration romantique en s’appuyant sur les figures de Balzac et de Taine qu’il érige en modèles. Ce refus de la bohème littéraire et cette valorisation du travail n’est pas qu’une posture, elle relève d’une disposition incorporée. Toute la carrière de Zola est ainsi marquée par une « appropriation ascétique » des vertus de l’effort « qui prend la forme concrète d’une auto-injonction au travail » (p. 322). Même l’aménagement de sa propriété de Médan9 s’inscrit dans cette logique : Zola y met en scène son ascétisme devant les journalistes tout en préservant l’intimité de son cabinet.

  • 10 Grignon (Claude) & Passeron (Jean-Claude), Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en (...)

6Dans le prolongement des propositions théoriques de Bernard Lahire, F. Giraud envisage l’écriture fictionnelle comme « le terrain pour l’écrivain d’un travail sur ses propres expériences sociales » (p. 345). La fiction devient ainsi une mise en intrigue de ces expériences sociales. Dans cette logique, les Rougon-Macquart forment un ensemble cohérent qui met en évidence les efforts de leur auteur pour penser et lutter contre le sentiment de déclassement social. La dimension réaliste de l’écriture zolienne est une transformation littéraire qui fonctionne à la fois comme une prise de distance et comme une « mise à nu » (p. 349) d’expériences douloureuses. La vision clivée de l’espace social qui en est le produit est repérable, entre autres, dans les couples de personnage que l’on retrouve dans les différents romans du cycle. Ils sont autant de « relais fictionnels » (p. 359) qui permettent à Zola d’affirmer ses dispositions à la critique des coulisses de la société du Second Empire, lui permettant ainsi de dénouer ses expériences personnelles les plus douloureuses. En mettant des mots sur des expériences de domination économique similaires à celles qu’il a connu enfant, en recourant au style indirect libre pour donner à voir les langues populaires, il caractérise subjectivement sa propre position dans l’espace social et ses aspirations. L’écriture dévoile une critique acérée, presque revancharde, des mœurs de la classe bourgeoise qui confère aux Rougon-Macquart une indéniable dimension politique. Cette « revanche fictionnelle » (p. 405) conduit ainsi le romancier à faire des dominés ses porte-paroles tout en mettant en évidence le poids des hérédités sociales et ce d’autant plus que plusieurs personnages se voient affectés de tares héréditaires qui redoublent leur assignations au sein de l’espace social. Zola va ainsi leur « attribuer des propriétés physiques et physiologiques » et « réfléchir par la narration à l’espace des possibles qui s’ouvre à eux, compte tenu du contexte qui les entoure » (p. 421-422). Les intrigues se nourrissent quant à elles du désir d’argent de personnages « conquérants » (p. 437). Zola distingue soigneusement l’argent produit du travail de celui qui est le fruit de la spéculation afin de donner naissance à une figure positive de l’entrepreneur obstiné, sorte de double fictionnel de la figure du père. Ce faisant, et parce que l’écriture zolienne demeure un point de vue, elle prend le risque de faire de sa propre expérience de déplacement social une théodicée oscillant entre « misérabilisme » et « populisme »10.

L’ombre portée de Pierre Bourdieu

  • 11 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, « Li (...)

7Conformément au programme de recherche de Bernard Lahire, qui a dirigé sa thèse, F. Giraud entend procéder à une « reprise critique » (p. 22) de la sociologie du champ littéraire proposée par Pierre Bourdieu dans Les règles de l’art11. Cette démarche repose très largement sur une dissociation des concepts de champ et d’habitus mis en avant par ce dernier, dissociation pas nécessairement heuristique et contestable du point de vue méthodologique tant elle contrevient aux intentions d’une sociologie où la théorie de l’action :

  • 12 Bourdieu (Pierre), Sociologie générale volume 1. Cours au Collège de France (1981-1983), Paris, Rai (...)

8« revient à dire que le sujet de cette action n’est ni dans l’individu biologiquement défini, ni dans son système de dispositions, ni même dans la position définie - comme le suggèrent, par exemple, les psychologues qui font des descriptions de poste -, mais dans cette relation très complexe entre l’espace des positions - parce que je ne peux pas définir une position per definitionem autrement que par sa position dans l’espace des positions - et dans l’espace des habitus : il est dans la correspondance entre ces deux espaces12. »

  • 13 Lahire (Bernard), Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Décou (...)
  • 14 Bourdieu (Pierre), Manet. Une révolution symbolique. Cours au Collège de France (1998-2000) suivis (...)
  • 15 Pour une lecture différente de ces cours, voir la recension mise en ligne sur le carnet « Actualité (...)
  • 16 Ce que j’ai tenté de montrer dans l’étude d’un roman inachevé de Balzac. Voilliot (Christophe), « L (...)

9La critique porte en premier lieu sur le concept de champ. Pour Bernard Lahire en effet, le modèle du champ littéraire souffre de « réductionnisme sociologique » et ne permet pas une analyse du contenu textuel des œuvres13. Parce qu’elles ne sauraient être réduites à des prises de position dans le champ, il est nécessaire d’avoir recours à des principes d’explication hors-champ pour en expliquer la genèse. F. Giraud reproche ainsi à l’analyse des propriétés sociales de Manet dans les cours du Collège de France que Pierre Bourdieu lui a consacrés14 de ne pas restituer l’ensemble des « expériences socialisatrices qui font de Manet le peintre à l’habitus clivé qu’il est au moment où le sociologue prend le peintre pour objet » (p. 29)15. Or, ces expériences hors-champ sont justement celles qui sont en quelque sorte synthétisées sous la forme de dispositions dans l’habitus des agents sociaux. Ce n’est que si on le dissocie du concept d’habitus que la théorie du champ littéraire va exclure l’analyse biographique de la palette du sociologue. Le champ ne fonctionne pas comme un « prisme » (p. 32) mais comme un espace d’actualisation de remise en cause de dispositions préalablement constituées. Dès lors, conclure sur la « cécité interprétative du champ littéraire » (p. 34) nous semble relever plus d’un effort de distinction au sein du champ académique que d’une critique sereine de la sociologie de Pierre Bourdieu. Il est concevable d’accorder de l’importance aux rapports à la littérature qui ne seraient pas directement explicables par l’engagement dans le champ littéraire, en particulier quand les luttes au sein de ce dernier semblent moins exacerbées (ce qui n’est assurément pas le cas à l’époque où Zola tente de s’imposer), mais pas en imputant à tort à Pierre Bourdieu un mode explicatif qui supposerait une forme unique d’illusio ! L’analyse des conditions matérielles de production des textes littéraires n’est pas incompatible, contrairement à ce que pense F. Giraud, avec la théorie des champs de production artistique16.

  • 17 Lahire (Bernard), L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, « Essais & recherches » (...)
  • 18 Bourdieu (Pierre), Manet. Une révolution symbolique… op. cit., p. 88. Cours du 20 janvier 1999.
  • 19 Ibid., p. 138. Cours du 3 février 1999.
  • 20 Bourdieu (Pierre), Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, « Cours et travaux », 200 (...)
  • 21 Voilliot (Christophe), « Passé et présent de l’élection dans l’œuvre romanesque d’Émile Zola : quel (...)

10La critique porte en second lieu sur le concept d’habitus, là encore dans le prolongement de celle de Bernard Lahire17. Tout en se revendiquant d’une sociologie dispositionnelle, F. Giraud conteste l’usage de ce concept qui surévalue selon elle « le caractère systématique des dispositions, leur durabilité, l’intensité et l’homogénéité des expériences des individus » (p. 209). La lecture des cours que Pierre Bourdieu a consacré à Manet devrait suffire à relativiser ces objections. Son projet d’une « sociologie génétique du sens pratique de Manet »18 ne se limite pas à retrouver dans les œuvres l’effet de dispositions socialement constituées, mais intègre les transformations de l’habitus du peintre en lien avec celles du sous-champ dans lequel il se situe, ce que Pierre Bourdieu résume à l’aide de la formule suivante : « chaque coup de pinceau est à la fois libre et structuré »19. Il y a certes une systématicité de l’habitus dans la théorie de la pratique de Bourdieu, mais cette systématicité n’est pas exclusive de variations et d’adaptations, en particulier dans les cas d’habitus clivés qui traduisent une « coïncidence des contraires »20. Au surplus, on peut s’interroger sur les apories d’une approche biographique qui ne met en relation que deux échelles temporelles, celle de la trajectoire sociale de l’auteur et celle de la société dans laquelle il vit. L’ambition cyclique qui caractérise les Rougon-Macquart contribue à en construire une troisième, celle interne au cycle romanesque. Progressivement, Zola fut contraint d’accepter et d’intégrer dans ses intrigues un décalage temporel entre la société qu’il décrit, celle du Second Empire, et celle dans laquelle lui-même et ses lecteurs vivaient désormais, celle de la Troisième République. Ce qui aurait pu constituer un obstacle à l’écriture réaliste se trouve ainsi transfiguré dans un jeu de miroirs fascinant où c’est bien l’habitus de Zola qui ordonne la pulsion créatrice21. Aucune de ces remarques ne doit cependant détourner de la lecture du livre de Frédérique Giraud dont la connaissance du corpus zolien et la finesse des analyses méritent d’être ici soulignées.

Haut de page

Notes

1 Sauf indication contraire, toutes les citations sont extraites du livre recensé.

2 Reproche fait mezzo voce à la biographie « monumentale » d’Henri Mitterand.

3 Lahire (Bernard) sous la direction de, Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent : mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2011.

4 Xau (Fernand), Émile Zola, Paris, C. Marpon & E. Flammarion, 1880, p. 32.

5 La citation de Zola provient de la page 199.

6 Giddens (Anthony), La constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration, Paris, Presses universitaires de France, « Sociologies », 1987.

7 Miterrand (Henri), Zola. Tome III : L’honneur, 1893-1902, Paris, Fayard, 2002, p. 15.

8 Charle (Christophe), Naissance des « intellectuels », 1880-1900, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1990.

9 Que l’on aurait pu utilement comparer avec l’aménagement de la maison-laboratoire de Pasteur à Arbois.

10 Grignon (Claude) & Passeron (Jean-Claude), Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard, 1989.

11 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, « Libre examen », 1992.

12 Bourdieu (Pierre), Sociologie générale volume 1. Cours au Collège de France (1981-1983), Paris, Raisons d’agir/Seuil, « Cours et travaux », 2015, p. 304.

13 Lahire (Bernard), Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, « Textes à l’appui », 2010, ch. 1.

14 Bourdieu (Pierre), Manet. Une révolution symbolique. Cours au Collège de France (1998-2000) suivis d’un manuscrit inachevé de Pierre et Marie-Claire Bourdieu, Paris, Raisons d’agir/Seuil, « Cours et travaux », 2013.

15 Pour une lecture différente de ces cours, voir la recension mise en ligne sur le carnet « Actualités du xixe siècle » : https://histoire19.hypotheses.org/1085

16 Ce que j’ai tenté de montrer dans l’étude d’un roman inachevé de Balzac. Voilliot (Christophe), « La figuration de l’élection dans l’espace social d’un roman balzacien : Le député d’Arcis », A contrario, vol. 1, no 2, 2003, pp. 32-51.

17 Lahire (Bernard), L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, « Essais & recherches », 1998.

18 Bourdieu (Pierre), Manet. Une révolution symbolique… op. cit., p. 88. Cours du 20 janvier 1999.

19 Ibid., p. 138. Cours du 3 février 1999.

20 Bourdieu (Pierre), Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, « Cours et travaux », 2004, p. 127.

21 Voilliot (Christophe), « Passé et présent de l’élection dans l’œuvre romanesque d’Émile Zola : quelques remarques provisoires », in Barrat (Raphaël), Hollard (Virginie), Le Digol (Christophe) & Voilliot (Christophe) sous la direction de, Histoire(s) d’élection(s), Paris, Éditions du CNRS, à paraître en 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Voilliot, « Compte-rendu de Giraud (Frédérique), Émile Zola, le déclassement et la lutte des places. Les Rougon-Macquart, condensation littéraire d’un désir d’ascension sociale », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 08 mai 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6465

Haut de page