Navigation – Plan du site

Le poème et le pavé

Compte rendu de Gobille (Boris), Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires, Paris, CNRS Éditions, 2018, 400 p.
Léa Tilkens

Texte intégral

  • 1 L’expression est empruntée à Gilcher-Holtey (Ingrid), « “La nuit des barricades” », Sociétés & Repr (...)
  • 2 Bourdieu (Pierre), Homo Academicus, chap. 5 « Le moment critique », Paris, Minuit, 1984, p. 207-250

1 Prolongement d’une thèse défendue en 2003 à l’EHESS, l’ouvrage de Boris Gobille consacré à l’engagement littéraire au cœur de la révolution soixante-huitarde arrive à point nommé pour intégrer le cortège de publications célébrant le cinquantenaire de l’évènement. Dans son ambition de redéfinir la société et de contester « l’ordre établi » (p. 193), Mai 68 investit de manière inédite les mots de pouvoirs révolutionnaires, de sorte que l’évènement problématise à frais nouveaux les rapports entre parole, écriture et révolution. Reformulant hardiment la question de leur responsabilité, cette « révolution de la parole » se fait, partant, l’occasion d’un « renouveau de l’engagement politique des écrivains » (p. 7). Boris Gobille regrette pourtant que l’implication des hommes de lettres dans l’« évènement critique1 » soit trop souvent subsumée, au prix de sa singularité, sous la bannière très générale de l’engagement intellectuel. Avec Le Mai 68 des écrivains, l’essayiste se propose plutôt d’exposer en quoi Mai-Juin 1968 constitue un « moment singulier de téléscopage du politique et du littéraire » (p. 361). Et s’il choisit de faire coïncider les frontières de son terrain d’investigation avec celles de l’espace des avant-gardes (circonscription qui confère à l’ouvrage une cohérence, une densité et une acuité considérables), c’est que ce dernier se révèle être le lieu d’une pluralité d’engagements remarquables pour leur caractère « actif », « continu » et « collectif » (p. 8). Plus encore, si ce que Bourdieu appelait le « moment critique2 » contraint chaque individu « à se positionner, à choisir son camp, à se déterminer face à la situation » (p. 5), le cas de l’avant-garde se révèle à cet égard complexe et ambigu. D’une part, l’avant-garde paraît tout autorisée à prendre part à la révolution : la revendication d’une créativité généralisée et profane, portée par l’utopie soixante-huitarde de la démocratisation d’une parole performative et de l’abolition de toute forme d’autorité, offre a priori un écho favorable aux diverses formulations de « la mort de l’auteur » et à la destitution corolaire de l’auctoritas, aura symbolique socialement dévolue à la figure de l’auteur. D’autre part, la définition historique de l’avant-gardisme comme conjonction des radicalités esthétique et politique semble, bien plus que permettre, contraindre les groupes avant-gardistes à prendre parti et à questionner leur fonction au sein d’un contexte potentiellement révolutionnaire. Cependant, comme Gobille consacre son ouvrage à le démontrer, Mai-Juin 1968 n’en représente pas moins pour l’avant-garde un véritable défi : parce qu’elle s’appuie sur une critique globale de la division sociale et de la spécialisation, et qu’elle refuse par conséquent à l’écrivain le privilège du talent ou du génie, la « démocratisation radicale du signe » (p. 21), en même temps qu’elle convie l’avant-garde à élever la voix, ôte à cette dernière tout renom spécifique. Autrement dit, à l’heure où le pouvoir symbolique accordé à la force révolutionnaire du verbe acquiert un crédit inégalé, il est dans le même temps privé de tout capital.

  • 3 Sur le sujet, voir également la livraison de la revue Études françaises, « Écritures de la contesta (...)
  • 4 L’expression est de Jacques Dubois, qui désigne de cette façon les productions « qui ne participent (...)

2Véritable parcours fouillé au cœur des écrits produits autour de « l’évènement 68 » (p. 9), examinés à la loupe (textes d’écrivains, entretiens, archives, article de presse et fonds du Mouvement Mai-Juin 1968)3, l’essai s’applique à déplier le paradoxe inhérent à une telle situation. Si leur existence massive et la légitimité nouvelle qui leur est accordée alors sont établies comme coordonnées du problème de l’engagement littéraire, les écrits en tous genres qui recouvrent les murs et participent à l’époque du grand mouvement de réappropriation de l’espace public par une littérature dite « sauvage »4 seront quant à eux exemptés d’examen dans le présent volume. Et pour cause : plutôt que comme objets d’analyse, ces productions spontanées, éphémères et amateures fournissent à l’auteur le point d’ancrage de sa problématique, le postulat de ses investigations. Ils constituent dans leur propagation spectaculaire les données d’une situation renouvelée à l’aune de laquelle l’engagement de l’institution littéraire elle-même doit être repensé, en interrogeant non pas ce qu’il en est de la force potentiellement révolutionnaire d’une littérature qui s’épanouit dans les marges, mais plutôt ce qu’il peut encore en être – sous quelles conditions et selon quelles modalités – d’un engagement de la littérature officielle dans la révolution à l’heure de gloire de la première.

3Articulant sociologie du champ littéraire et sociologie des crises politiques, Gobille ambitionne ainsi de comprendre « ce que les avant-gardes font de l’évènement [et] ce que l’évènement fait au champ littéraire » (p. 361), compte tenu des caractéristiques propres à l’un et à l’autre : c’est comme univers particulier que le champ littéraire (tel que conceptualisé par Pierre Bourdieu, dont la théorie nourrit solidement les propos de l’auteur) subit les effets du moment critique ; c’est en tant qu’évènement inédit (doté des propriétés génériques d’une crise mais aussi de propriétés spécifiques), et non comme « un décor narratif ou un donné contextuel mollement causal » (p. 9), que Mai 68 infléchit le monde des lettres, de sorte que la possibilité d’existence et les modalités de l’engagement écrivain ne sont pas indifférentes à son contenu idéologique et que, « si les rapports de force qui les relient continuent d’informer [les] prises de position [des avant-gardes], c’est par rapport à la matrice symbolique de l’évènement que la valeur avant-gardiste s’étalonne et se redistribue » (p. 364) ; c’est enfin au titre d’écrivains, considérés à la lumière de « la spécificité de leur activité, de leur être social et de leurs productions symboliques », et plus précisément d’écrivains de l’avant-garde, « espace à part doté de ses logiques propres […], d’une temporalité et d’un rapport au temps spécifiques […], d’un fonctionnement social différent […], de lieux et de vecteurs distincts […], d’une autoréférentialité plus stricte […], et d’un mode particulier d’articulation du littéraire et du politique » (p. 11-12), que ces acteurs prennent position. On le conçoit, l’entreprise, remarquablement menée, est d’envergure : maitrisant les variations de focale allant du particulier, avec des plans serrés sur quelques trajectoires singulières (Aragon, Blanchot, Sartre, etc.), au collectif (les surréalistes, Tel Quel, Change, etc.), et ménageant des allers-retours entre le temps long du champ et le temps court de l’évènement, Boris Gobille parvient à mettre au jour le cheminement biographique, esthétique, politique et social du monde littéraire ainsi que la constance de certaines logiques face à la rupture de certaines autres à la faveur de l’épisode.

4Dans les première et deuxième parties de son ouvrage, Boris Gobille s’emploie à mettre en évidence l’évolution des types d’engagement qu’impose la tournure des évènements de 68. La première (« Ouvrir un avenir. 3 mai – 18 mai 1968 ») éprouve les significations et les logiques d’une mobilisation précoce qui prend place dans la phase émergente de la conjoncture critique. Le chapitre liminaire (« La longue histoire d’une cristallisation subite. Les avant-gardes consacrées et la résonnance de l’évènement »), donne à voir l’étroite corrélation entre l’investissement des groupes littéraires et intellectuels et la trajectoire respective de chacun d’eux, elle-même inscrite dans l’histoire de l’engagement depuis la Libération, que Mai 68 cristallise. Il permet de saisir pourquoi les premiers soutiens apportés à la contestation étudiante sont le fait d’avant-gardes consacrées mais vieillissantes : le surréalisme d’un côté, qui devait avant tout son pouvoir d’attraction à la personne charismatique de Breton, décédé en 1966, et qui souffre, sur le front révolutionnaire, la concurrence de l’Internationale Situationniste et, sur le plan littéraire, l’ascendance de Tel Quel ; l’existentialisme, de l’autre, qui pâtit de l’assaut du structuralisme et de la montée en force des sciences humaines et sociales. S’ils s’investissent aussi promptement, c’est que les surréalistes se reconnaissent dans ce qu’ils devinent être, au-delà d’une révolution universitaire, une convocation à l’ébranlement généralisé de l’ordre établi qui réaliserait, dans une dynamique anti-institutionnelle et spontanéiste constitutives de l’ethos du mouvement, leur ambition fondatrice de « refonte totale de l’Entendement humain » (p. 31). Boris Gobille explique alors comment ce premier engagement peut encore s’épanouir dans les formes traditionnelles de la mobilisation politique que sont le tract, la pétition et le communiqué : la situation n’est pas encore celle d’une crise sociale et politique majeure, ce qui ne contraint pas les écrivains à descendre dans les rues. Bien plus, il montre en quoi ces modes d’actions sont favorisés par le caractère établi des groupes intervenants et freinent l’initiative des avant-gardes émergentes : c’est la préexistence de capacités collectives et un réseau pétitionnaire déjà structuré que les avant-gardes consacrées réactivent à travers de tels formats qui, fonctionnant sur le principe de l’engagement du nom, leur permettent en outre d’investir un capital symbolique et de jouir d’un accès privilégié à l’espace public dont ne bénéficient pas les mouvements plus récents.

  • 5 Alors que la critique interne lézarde le Parti depuis longtemps, le 26 mai 1968, trente-six écrivai (...)

5Néanmoins, après avoir éclairé la manière dont certains mouvements en déclin trouvent dans l’évènement la résonnance qui renforce leur position, Gobille s’attache dans un deuxième chapitre (« Discordances et désaccords des écrivains communistes ») à examiner comment, à l’inverse, certaines positions ressortent fragilisées de la crise, à l’image de l’engagement communiste. Il souligne à travers trois itinéraires combien la référence au PCF devient facteur d’affaiblissement : Louis Aragon, membre du comité central du PCF, voit en Mai-Juin 1968 son prestige de « grand écrivain » (p. 62) s’effondrer auprès du mouvement étudiant, en échouant à exister à la fois sur le front littéraire et sur le front communiste alors largement dévalué. Il atteste en cela de l’impossibilité de maintenir une position floue et d’échapper à une catégorie politique définie, en temps de crise ― et, plus spécifiquement encore, au moment de Mai 68, où l’on prône la consubstantialité des enjeux politiques et de la vie. Le Comité National des Écrivains (CNE), né dans le contexte de l’Occupation, confirme quant à lui qu’une crise n’est pas l’autre : alors que le comité était parvenu durant la Seconde Guerre mondiale à fédérer communistes et non-communistes autour des valeurs de la Résistance, 1968, en imposant la revendication d’une couleur politique claire, rend intenable son hétérogénéité en en accusant les contradictions. Les valeurs universelles et le principe fondateur de lutte contre le nazisme qui animent le CNE apparaissent par ailleurs désajustés à l’évènement et insuffisants à compenser son assimilation au PCF et la relégation au passé que lui impose la création de l’Union des Écrivains (UE), portée par une nouvelle génération d’auteurs communistes ; enfin, l’affaire des trente-six écrivains, artistes et intellectuels communistes qui s’en prennent de l’intérieur à la direction PCF est le signe d’une contestation qui s’immisce jusque dans les rangs-mêmes du parti5.

  • 6 Sur le CAEE, voir aussi Hamel (Jean-François), Nous sommes tous la pègre. Les années 68 de Blanchot(...)

6La deuxième partie du livre (« Former des collectifs. 18 mai – juin 1968 ») illustre que la mobilisation des littéraires ne pourra se réaliser sans une modification de leurs modes d’action : la confiscation de l’auctoritas, qui leur conférait auparavant un rôle de premier ordre dans la prise de parole publique, oblige désormais les écrivains à plonger dans la mêlée des profanes et à s’établir en collectifs. L’un d’eux, le Comité d’Action Étudiants Écrivains (CAEE) – objet du troisième chapitre (« Les avant-gardes consacrées face à la radicalisation ») – est pris en exemple d’une adaptation aux nouvelles coordonnées par le premier réseau de soutien du mouvement étudiant, qui passe alors « d’un engagement du nom [à] un engagement par le corps » (p. 93)6. Dans son quatrième chapitre (« Du front commun à la dissociation des avant-garde »), Gobille observe que cette évolution des modalités interventionnelles ne va pas sans une réinvention des significations de l’engagement lettré, qui constituera le point de rupture du front commun des avant-gardes : autorisée par la sortie du répertoire d’action traditionnel, qui privilégiait les « grands noms », et par l’égalisation radicale du droit à la parole, l’adjonction au CAEE d’une population littéraire plus jeune affecte son apparente unanimité. Divergences idéologiques, générationnelles, littéraires et théoriques aboutiront à la fondation de l’Union des Écrivains (UE) à partir d’une poignée d’anciens membres du CAEE, réunis autour de préoccupations syndicales. Accusée de dépolitisation en raison d’enjeux jugés corporatistes, l’UE essuie des tensions internes et des relations conflictuelles avec le CAEE. C’est alors qu’intervient la revue Tel Quel qui, pour s’y faire une place, entend confirmer la division du bloc avant-gardiste, et y parvient. Trois groupes s’opposent : l’un est issu des avant-gardes consacrées, c’est le CAEE ; un autre provient de l’avant-garde émergente, c’est Tel Quel ; le dernier est une avant-garde en gestation sous le nom de Change. Tandis que CAEE se retire rapidement, le duel – sujet du cinquième chapitre de l’ouvrage (« Tel Quel versus l’Union des Écrivains. La division des avant-gardes émergentes ») – a lieu entre les deux jeunes du peloton, la revue de Sollers et l’UE.

7Comme l’expose une troisième partie (« L’insoutenable légèreté des Lettres. « Écrivain », « écriture », « révolution »), la réflexion sur les enjeux et moyens de l’engagement littéraire mise à l’œuvre par Mai 68, parce qu’elle pose la question du lien entre écriture et révolution, implique une division de l’avant-garde autour d’une série de remodelages symboliques importants. De son côté, Tel Quel, dans une volonté de maintenir à la fois son originalité et le crédit d’une stratégie de radicalité communiste trop récente pour être désavouée, encaisse en  68 un double désajustement, politique et symbolique, aux évènements : politiquement, la revue défend la C.G.T. et un PCF retourné à sa raideur dogmatique dont on a pu mesurer l’actuel discrédit ; symboliquement, elle réaffirme que seul le textualisme est révolutionnaire et prône un théoricisme qui, parce qu’il réserve les pouvoirs révolutionnaires du langage aux telqueliens initiés, ne cadre pas avec la démocratisation de la créativité que le mouvement critique appelle de ses vœux (chapitre 6 : « Tel Quel et le textualisme révolutionnaire »). Le CAEE perçoit dans les dispositions telqueliennes une sacralisation retorse du littéraire. Il appelle inversement à un « communisme d’écriture » dans lequel l’écrivain s’efface au profit d’une parole anonyme et impersonnelle qui puisse faire corps avec celle du mouvement révolutionnaire (chapitre 7 : « Le CAEE et l’effacement révolutionnaire de l’auteur »). L’UE, pour sa part, tout en se fondant sur la croyance en un pouvoir révolutionnaire de la parole, se donne pour mission de redéfinir le statut de l’écrivain en tant que « travailleur », selon une vision résolument profanatrice du créateur raccord avec la critique de la spécialisation. Aliéné et exploité comme les autres, l’écrivain doit être préservé de sa « mort sociale » à travers un combat de nature syndicale qui repense les conditions économiques et sociales de son métier. Là encore, l’UE s’efforce de fondre ses revendications dans celles de Mai 68 à l’égard de l’exploitation, pour opposer aux accusations de dépolitisation et de démobilisation sa volonté de reconnexion des vies littéraire, professionnelle et politique (chapitre 8 : « L’union des écrivains et l’« écrivain-travailleur »).

8Mais qu’en est-il de ces reconfigurations symboliques une fois le calme rétabli ? Boris Gobille questionne leur relative non-pérennité post-soixante-huitarde, en interrogeant ce qu’il nomme, en intitulé de la quatrième partie de son ouvrage, « le paradoxe des prophéties accomplies » (p. 200) : pourquoi sont-ce précisément les groupes sortis de l’évènement auréolés d’une légitimité nouvelle grâce à une adéquation optimale avec sa « matrice idéologique » (p. 359), qui se dissolvent le plus rapidement une fois la crise résorbée ? Alors que Mai 68, à travers la destitution symbolique de l’auctoritas et l’anonymat, matérialise ses réflexions sur l’écriture communiste, le CAEE se saborde l’année d’après en posant la question des « conditions sociales d’attestation et d’institution de la parole prophétique » (p. 25) : privé des conditions critiques propices au prophétisme et fissuré par des clivages internes, le comité assume crânement son délitement en proclamant un refus de s’institutionnaliser proclamé en fidélité à l’esprit anti-institutionnel et antibureaucratique de Mai (chapitre 9 : « Prophètes sans Église. Vie et mort du CAEE »). Autre énigme, tandis que le surréalisme vit Mai-Juin 1968 comme l’occasion tant attendue venant accomplir son vœu de changer la vie, le mouvement s’autodissout un an et demi plus tard : l’impossible transmission de la domination charismatique de Breton, la focalisation sur les désaccords politiques internes et un respect des idéaux de Mai, qui interdisent toute forme de relégation hiérarchique et rendent par là-même ingouvernable un groupe assailli de nouveaux venus, auront raison du mouvement surréaliste officiel (chapitre 10 : « Les fils perdus d’André Breton. Grâce et coup de grâce de « l’Évènement surréaliste »).

9Cependant, convenir du caractère éphémère de certaines restructurations occasionnées par Mai-Juin 1968 dans le champ littéraire ne revient pas à occulter l’avenir de certaines autres, auxquelles Gobille accorde la cinquième et dernière partie de son essai (« Sillages de Mai »). L’auteur y décortique d’abord la récupération de Mai 68 comme repoussoir et comme ressource par les revues Tel Quel et Change dans la « guerre fratricide » (p. 279) qui les oppose après une crise dont la première sort concurrencée par la seconde sur son propre terrain, le formalisme, et au sein de la même maison d’édition, Le Seuil. La revue emmenée par Jean-Pierre Faye investit une légitimité révolutionnaire octroyée par l’évènement pour acquérir une domination symbolique autrement inconcevable, au moyen d’une posture bigarrée réussissant, là où celle de Sollers a échoué, à articuler revendications politiques soixante-huitardes et sympathie à l’égard du PCF, patrimoine idéologique de Mai et préoccupations formalistes (chapitre 11 : « Change et Tel Quel, la guerre fratricide des avant-gardes). Un second temps est accordé à éclaircir l’effet plus méconnu du moment critique que constitue la mise en place, prolongement d’un projet initié en 68 par l’UE, d’un syndicalisme d’auteur renouvelé et plus fort – propulsé par une solidarité collective conjoncturelle n’allant pas de soi au sein d’un champ littéraire structuré comme espace de luttes –, à la tête duquel les auteurs auparavant marginaux sont remplacés par des écrivains renommés. L’enjeu est le suivant : invalider la conception de l’écrivain-propriétaire au profit de celle de l’écrivain-travailleur en revendiquant l’unicité de son métier. Le projet échoue dans son ambition de révolutionner la représentation symbolique du littéraire pour n’obtenir gain de cause que sur l’aspect purement syndical de ses propositions – un projet de loi sur la sécurité sociale des auteurs est signé en 1975 –, témoignant par là des résistances suscitées par quelques revendications touchant à des traditions trop ancrées, ainsi que de l’estompement de l’empreinte idéologique de l’évènement qui avait permis leur déploiement à une échelle sans lui impensable. Toutefois, l’exemple syndicaliste n’en invite pas moins à considérer l’impulsion à reproblématiser l’activité littéraire qu’a pu constituer le mouvement critique, selon Boris Gobille qui le convoque à ce titre pour finalement nuancer une histoire intellectuelle de l’après-68 essentiellement déceptive et désabusée.

Haut de page

Notes

1 L’expression est empruntée à Gilcher-Holtey (Ingrid), « “La nuit des barricades” », Sociétés & Représentations, no 4, mai 1997, p. 165-184.

2 Bourdieu (Pierre), Homo Academicus, chap. 5 « Le moment critique », Paris, Minuit, 1984, p. 207-250.

3 Sur le sujet, voir également la livraison de la revue Études françaises, « Écritures de la contestation. La littérature des années 68 », sous la dir. de Jean-François Hamel et Julien Lefort-Favreau, vol. 54, n° 1, 2018, URL : https://www.erudit.org/fr/revues/etudfr/2018-v54-n1-etudfr03363/

4 L’expression est de Jacques Dubois, qui désigne de cette façon les productions « qui ne participent d’aucun des réseaux [habituels] de production-diffusion, qui s’expriment de façon plus ou moins spontanée et se manifestent à travers des canaux de fortune. » Dubois (Jacques), L’Institution de la littérature [1978], Bruxelles, Labor, coll. « Espace Nord », 2005, p. 192.

5 Alors que la critique interne lézarde le Parti depuis longtemps, le 26 mai 1968, trente-six écrivains, artistes, intellectuels et avocats communistes rédigent à l’attention de sa direction une lettre de protestation qu’ils menacent de rendre publique. Les signataires reprochent à un PCF aux principes sclérosés d’afficher à l’égard du mouvement étudiant un mépris rendu criant par l’absence de ses dirigeants à la manifestation estudiantine organisée deux jours avant à Lyon : dans une dynamique finalement avant-gardiste, ils somment le parti de se « montrer disponible à [l]a nouveauté radicale » de la situation critique (p. 70), de mesurer le potentiel des forces naissantes qu’elle révèle et de composer audacieusement avec ces dernières.

6 Sur le CAEE, voir aussi Hamel (Jean-François), Nous sommes tous la pègre. Les années 68 de Blanchot, Paris, Minuit, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léa Tilkens, « Le poème et le pavé », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 23 mai 2018, consulté le 17 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6468

Haut de page

Auteur

Léa Tilkens

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page