Navigation – Plan du site

Compte-rendu de Anne-Begenat Neuschäfer et Catherine Mazauric (dir.), La question de l’auteur en littératures africaines

Frankfurt am Main, Peter Lang Edition, Sprachen Literaturen Kulturen, Aachener Beiträge zur Romania, 2015, 228 p.
Aurore Desgranges

Texte intégral

  • 1 De Biasi (Pierre-Marc), Génétique des textes, Paris, Éditions CNRS, 2011 ; Ferrer (Daniel), Logique (...)
  • 2 Begenat-Neuschäfer (Anne), Mazauric (Catherine), « Introduction – La question de l’auteur en littér (...)

1Réunissant les actes du quatorzième congrès de l’APELA à Aix-La-Chapelle en 2011, l’ouvrage collectif dirigé par Anne Begenat-Neuschäfer et Catherine Mazauric, La question de l’auteur en littératures africaines, a ouvert en 2015 des perspectives épistémologiques fructueuses. Au carrefour d’approches stimulantes en poétique et sociologie de la littérature, les articles réunis dans le volume s’inscrivent au sein de la dynamique critique des études francophones et africaines. En dépassant l’approche biographique, l’ouvrage propose de considérer la figure de l’auteur comme une réalité sociale, proposant ainsi des réflexions sur ses interactions avec l’instance éditoriale et sur ses modalités de présence dans l’espace médiatique. Il invite en outre à envisager l’émergence d’une figure d’auteur dans sa dimension processuelle, en prenant acte du réinvestissement théorique de la notion par les études génétiques1. Le choix d’engager ces réflexions à l’échelle des littératures africaines présente une pertinence heuristique certaine. En effet, l’attention portée aux divers contextes de production et de réception ainsi qu’aux mécanismes de consécration rappelle l’interaction permanente entre choix esthétiques et logiques institutionnelles. De même qu’il enrichit le débat théorique « à l’échelle des littératures du monde2 », l’ouvrage éclaire les enjeux propres aux littératures africaines.

  • 3 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène moderne de l’auteur, Essai, Genève, Slatkine (...)

2La première partie « Fabriques de l’auteur, postures, mises en scène » s’intéresse aux modalités spécifiques de légitimation des auteurs africains ainsi qu’aux stratégies de reconnaissance qui en découlent en s’adossant largement à l’appareil conceptuel élaboré par Jérôme Meizoz3. La deuxième partie « Figures d’auteur » retrace des trajectoires auctoriales à l’aune de leur contexte spécifique. Enfin, la dernière partie, « L’auteur, un singulier pluriel », évoque les usages des sources orales en ce qu’ils participent ou non d’une démultiplication de la figure d’auteur. Les différentes contributions nous invitent à penser l’auteur comme une figure spéculaire, s’élaborant au miroir de filiations, d’héritages, de sources orales et écrites, mais toujours amenée à être reconfigurée par l’horizon du public auquel son œuvre s’adresse.

L’auteur au croisement des filiations et des héritages

3La figure de l’auteur ne peut se penser hors d’un certain champ d’historicité culturelle et linguistique. C’est ainsi que l’article de Khalid Zekri explicite les spécificités du contexte magrébin « sans maîtres nationaux ». Il montre en quoi le Maghreb littéraire se situe au croisement d’influences linguistiques et culturelles multiples. Les principales filiations littéraires des œuvres sont en effet extra-maghrébines, du Machrek ou des littératures occidentales. La notion d’auteur se construit à la croisée de l’héritage des lettres occidentales et arabes. Le cas de l’auteur amazighophone s’inspirant de poètes locaux fait ainsi figure d’exception mais la circulation de ses œuvres écrites restent tributaires des langues européennes. Françoise Ugochukwu, dans une autre contribution, propose elle aussi une réflexion sur la figure auctoriale dans sa situation culturelle et linguistique. Elle présente le pays igbo au sud-est de la fédération du Nigéria comme une pépinière d’auteurs anglophones et igbo. Ces derniers renouvellent les genres littéraires à partir des années 1960 en mettant en scène la culture igbo traditionnelle. En insistant sur les motifs communs de l’œuvre de quatre « classiques », la contributrice montre le rôle fondamental du choix de la langue dans l’accès à une plus grande visibilité. Chinua Achebe, en publiant en anglais Le monde s’effondre en 1958, devient écrivain classique de la littérature africaine alors que des auteurs tels que Nwana, Ogbalu et Ubesie, qui ont choisi de publier dans leur langue maternelle, sont très peu connus hors du pays igbo.

  • 4 Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Co (...)

4En outre, un certain nombre de contributions s’interrogent sur l’usage des sources orales dans les œuvres littéraires écrites et mettent en lumière la manière dont elles influencent la construction d’une figure d’auteur. Dans des habiles jeux de comparaison, les contributeurs analysent de manière conjointe la « scénographie4 » d’œuvres d’auteurs africains et européens.

  • 5 Lequellec Quottier (Christine), « Conte ou mécompte d’auteur ? », op. cit., p. 187.

5L’approche comparatiste choisie par Christine Lequellec-Cottier permet d’illustrer comment la mise en recueil de textes considérés comme « non assignables », parce qu’issus de la tradition orale, peut nourrir la construction d’une figure auctoriale cohérente. En s’intéressant aux projets de Birago Diop et de Blaise Cendrars, elle montre comment la scénographie assumée, en replaçant les contes dans un nouveau circuit de sens, détermine dans les deux cas la fonction-auteur. Alors que chez Diop, le recueil est « le lieu d’une volonté réflexive d’ordre ontologique5 », il s’agit plus pour Cendrars de s’emparer d’un matériau brut pour illustrer sa démarche poétique. Cette réflexion sur la mise en scène de la figure d’auteur dans une dynamique de partage auctorial est commune à plusieurs contributeurs de l’ouvrage collectif.

6Cette scénographie du dédoublement dans le cas d’une littérature empruntant à des formes rhétoriques issues de la tradition orale constitue un espace d’expérimentation pour les auteurs, une manière de conjuguer différents imaginaires. Le propos de Christine Lequellec Cottier rejoint à cet endroit celui de Jean-Marie Kouakou sur l’œuvre d’Alain Mabanckou Mémoires de porc-épic, écrite en 2006, qui propose une véritable reconfiguration personnelle de l’imaginaire congolais. Jean-Marie Kouakou lie la lecture de ce texte à celle de Soundjata ou l’épopée mandingue de Djibril Tamsir Niane, et de Gens de nuages de Le Clézio pour réfléchir à l’appartenance affichée du récit à un autrui conteur, marquant l’écriture du sceau de la « pulsion anthropologique ». Si les frontières entre littérature orale et littérature écrite sont invisibles, l’auteur tient par sa présence signalée dans l’écrit et existe dans le cadre d’un partage des rôles. Le postulat formulé par Jérôme Roger dans la préface « Gardons-nous de suivre la pensée d’un auteur » semble dès lors validé : la figure de l’auteur est potentiellement multiple.

  • 6 Samin (Richard), « Es’kia Mpahlele : un auteur « classique » », op. cit., p. 156.

7Enfin, convoquer le cadre d’influences linguistiques, culturelles et littéraires dans lequel évoluent les auteurs permet à Richard Samin et Anis Ben Amor de valoriser l’originalité de certaines trajectoires esthétiques. Richard Samin se propose d’étudier la production de l’auteur sud-africain Es’kia Mphahlele au prisme de deux approches théoriques : l’universel littéraire de Blanchot et la valeur institutionnelle d’Alain Viala. D’après Samin, l’auteur parvient à tirer parti de la division raciale et linguistique du champ littéraire en développant son propre code langagier et en travaillant sur l’interlangue entre anglais standard et anglais des milieux populaires, mêlé d’afrikaans, afin de « faire entendre la variété des discours ancrés dans des expériences africaines variées6 ». C’est bien la portée multiculturelle de son œuvre qui confère à sa trajectoire son caractère exceptionnel. Anis Ben Amor, quant à lui, s’intéresse au profil de l’écrivain zimbabwéen Dambudzo Marechera. En récusant la lecture exclusivement sociologique de son œuvre, il montre au contraire la propension de l’auteur émergeant à la fin des années 1970 à s’affranchir des traditions littéraires antérieures marquées par la négritude et le nationalisme culturel, en proposant un langage littéraire transgressif, influencé notamment par le dadaïsme et le surréalisme. Repoussant la tentation normative de l’engagement politique et social, Dambudzo Marechera semble s’affirmer comme un artiste cosmopolite, qui revendique son appartenance à la communauté humaine.

8Au fil des contributions reprises dans l’ouvrage, la figure de l’auteur est donc investie d’un pouvoir spéculaire en ce qu’elle réfléchit les diverses influences culturelles, linguistiques, idéologiques du contexte où elle émerge pour s’affirmer en tant qu’individualité esthétique. Mobile, elle s’invente dans un rapport dynamique avec le public qui la consacre.

L’auteur et sa réception

  • 7 Halen (Pierre), « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone » dan (...)

9Plusieurs contributions proposent une analyse attentive aux positionnements des auteurs au sein du « système littéraire francophone » tel que théorisé par Pierre Halen il y a quinze ans : « Chaque zone francophone est soumise à « la dépendance du champ français, dont les productions propres et les jugements de valeur (indexations) continuent à s’exporter vers les périphéries7 ». Ainsi se constituent des modalités de réception spécifiques qui amènent les auteurs à composer avec des horizons d’attente à échelles variables, du local au global.

10Les contributions de Marie-Rose Abomo-Maurin et Rémi Armand Tchokothe, en éclairant des modalités de fonctionnement de champs locaux, illustrent différentes voies de consécration pour les auteurs. Marie-Rose Abomo-Maurin interroge la consécration des auteurs classiques camerounais. Entrent en jeu selon elle les lois de l’arbitraire, au hasard des anthologies, les lieux de visibilité comme les maisons d’éditions locales ou les médias – le rôle de la radio et de la télévision est à cet égard particulièrement prégnant – mais également les options littéraires de ces auteurs, en l’occurrence le recours aux formes de la fable et de la poésie de combat, qui permettent aux auteurs d’asseoir leur légitimité en véhiculant des valeurs sociales. Rémi Armand Tchokothe, en dévoilant l’assise structurelle du champ littéraire swahili (absence d’ancrage institutionnel de la critique, généralisation de l’auto-édition), explique le phénomène de l’autocritique, phénomène d’autolâtrie chez des auteurs à « double casquette » tels Wamitila et Said qui dès lors frôlent l’« imposture auctoriale ».

11Dans le cadre de réception global des littératures africaines, l’auteur s’adresse à un public européen qui nourrit à son égard un horizon d’attente particulier. Ainsi le choix de s’identifier ou non au continent africain, les stratégies institutionnelles et littéraires qui président à sa figure d’auteur, s’élaborent dans une interaction constante avec le lectorat.

  • 8 Schüller (Thorsten), « Jouer la carte nègre : la réception conditionnée des littératures africaines (...)
  • 9 Ranaivoson (Dominique), « Griot, conteur, ou mpikabary, personnages africains en quête d’auteur », (...)

12La posture de l’auteur est ainsi tributaire des effets d’altérité dans la lecture des œuvres. Thorsten Schüller rappelle à cet égard l’importance du rôle du public extra-africain. Les auteurs seraient invités à « jouer la carte nègre » pour trouver leur place dans le système littéraire. Il interroge la cohérence de postures d’auteurs qui tentent de se libérer de ce type de représentations. Sami Tchak place par exemple systématiquement l’action de ces romans hors d’Afrique afin « se libérer des attentes du lectorat ou du marché littéraire8 ». Dominique Ranaivoson montre également à quel point la réception peut infléchir la figure auctoriale. Face à un horizon d’attente essentialisant, les auteurs mobilisent des stratégies de détournements esthétiques. Salim Hatubou, Jean-Luc Raharimanana et Mahi Binebine, en exploitant divers motifs de l’oralité, jouent avec ironie sur les éléments attendus et inattendus afin de désamorcer les stéréotypes. « Les personnages de la tradition ont bien été, le temps du texte, réinventés par des auteurs libres9 ». Son article affirme ainsi le pouvoir propre à la littérature de reconfigurer les imaginaires, de représenter les incessants mouvements des identités individuelles et collectives.

13Une critique attentive au contexte de réception postcoloniale permet par ailleurs d’envisager les conséquences de la position subalterne occupée par les auteurs africains. Jean-Pierre Orban s’interroge ainsi sur la spécificité de l’intervention éditoriale pour les œuvres d’auteurs africains. S’il postule une plus grande difficulté à franchir le seuil éditorial ainsi qu’une plus grande intervention des éditeurs, ce qui fait de l’autonomisation des auteurs africains un défi pour la création, il décrit la relation comme dynamique, loin de correspondre au schéma dominant-dominé : les auteurs maîtrisent de plus en plus les règles du jeu et parviennent peu à peu à faire entrer leurs œuvres dans le canon « central » comme le montrent les prix littéraires attribués à des auteurs comme Alain Mabanckou ou encore Léonora Miano. Nicolas Martin Granel éclaire quant à lui le cahier des charges anthropologique spécifique aux auteurs francophones et postcoloniaux à travers les multiples soupçons qui ont été formulés à l’encontre de l’écrivain Sony Labou Tansi, selon lesquels il aurait enrôlé des nègres pour écrire ses livres. Le chercheur déjoue les idées reçues par l’approche heuristique de la génétique : la pluralité auctoriale accompagne le parcours d’écriture du Congolais, de l’influence de Gabriel Garcia Marquez à la sollicitation de la phratrie congolaise pour relire ses œuvres. Si Daniel Delas laisse au contraire entendre que le soupçon de plagiat qui pèse sur l’œuvre de Camara Laye Le regard du roi, écrite en 1954, est fondé, c’est bien pour ré-historiciser le contexte de bouillonnement idéologique et de débats autour de la décolonisation dans lequel il se trouvait. Produit de la politique extérieure française d’éducation, Camara Laye arrive à Paris à vingt ans, fréquente les milieux intellectuels hostiles au socialisme et se construit ainsi contre les intellectuels de Présence africaine : Senghor, Césaire, Sartre, etc. Alors que le chemin pour la reconnaissance apparaissait encore sinueux, il aurait endossé la paternité de l’œuvre écrite par François Soulié, y voyant une manière d’affirmer sa propre posture. Une étude génétique pourrait certes trancher la question de manière plus précise, mais la tentation de l’« imposture » serait à rattacher à la volonté de s’opposer aux auteurs de la négritude anticoloniale, ainsi que de saisir la perche tendue par son protecteur et ami Soulié, pour faire « décoller » sa carrière.

  • 10 Malela (Buata B.), « Posture d’auteur contemporaine et dispositif médiatique », op. cit., p. 73‑96.

14Le contexte de mondialisation offre enfin aux chercheurs et chercheuses en littérature africaine la possibilité d’approcher la construction énonciative, médiatique, stratégique de la figure d’auteur, d’un point de vue global. Buata B. Malela, en analysant les stratégies promotionnelles des auteures contemporaines Christine Angot et Calixthe Beyala, illustre un phénomène d’homogénéisation des postures auctoriales autour de la promotion de l’individualisme et des questions identitaires. Les stratégies des romancières s’adaptent selon lui à ces métamorphoses de l’univers littéraire « en mobilisant à la fois des ressources littéraires (thématiques, paratextes des œuvres) et extralittéraires (discours, mise en scène de soi sur les réseaux sociaux, site internet)10 » afin de valider une double reconnaissance de leur œuvre par le grand public et par leurs pairs.

  • 11 Mangeon (Anthony) (dir.), Postures postcoloniales, Domaines africains et antillais, Paris, Karthala (...)
  • 12 Ducournau (Claire), La fabrique des classiques africains, Paris, CNRS Éditions, 2017.
  • 13 Gahungu (Céline), « « L’œuvre ! L’œuvre ! » Le devenir écrivain dans les littératures francophones  (...)

15La question de l’auteur en littératures africaines est ainsi abordée dans une dimension institutionnelle, idéologique, esthétique. Parce qu’elles évoquent des auteurs d’Afrique francophone et anglophone, des auteurs particulièrement visibles dans le centre franco-parisien ou reconnus uniquement à un niveau local, les contributions proposées autorisent maintes comparaisons entre les différents contextes et offrent ainsi un objet d’analyse éclairant pour la théorie littéraire. Des entrées génériques plus diversifiées (théâtre, poésie) auraient peut-être permis d’enrichir la réflexion sur la duplication ou multiplication de la figure d’auteur, ou sur les différentes étapes du processus qui conduisent au statut d’auteur. Les apports indéniables de l’ouvrage aux débats actuels sur une question qui suscite un intérêt croissant se confirment dans les réflexions qui le précèdent ou le prolongent : posture d’auteur et identité postcoloniale11, fabrique et stratégie promotionnelle12, auctorialité comme processus pluriel13.

Haut de page

Notes

1 De Biasi (Pierre-Marc), Génétique des textes, Paris, Éditions CNRS, 2011 ; Ferrer (Daniel), Logiques du brouillon : modèle pour une critique génétique, Paris, Seuil, 2011.

2 Begenat-Neuschäfer (Anne), Mazauric (Catherine), « Introduction – La question de l’auteur en littératures africaines », op. cit., p. 23.

3 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène moderne de l’auteur, Essai, Genève, Slatkine Erudition, 2007, p. 22 ; voir aussi Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités. Postures II, Genève, Slatkine Erudition, 2011.

4 Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004, p. 192.

5 Lequellec Quottier (Christine), « Conte ou mécompte d’auteur ? », op. cit., p. 187.

6 Samin (Richard), « Es’kia Mpahlele : un auteur « classique » », op. cit., p. 156.

7 Halen (Pierre), « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone » dans Littératures et sociétés africaines, Regards comparatistes et perspectives interculturelles, sous la direction de Papa Samba Diop et Hans-Jürgen Lüsebrink, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2001, p. 59.

8 Schüller (Thorsten), « Jouer la carte nègre : la réception conditionnée des littératures africaines », op. cit., p. 68.

9 Ranaivoson (Dominique), « Griot, conteur, ou mpikabary, personnages africains en quête d’auteur », op. cit., p. 204.

10 Malela (Buata B.), « Posture d’auteur contemporaine et dispositif médiatique », op. cit., p. 73‑96.

11 Mangeon (Anthony) (dir.), Postures postcoloniales, Domaines africains et antillais, Paris, Karthala, 2012 ; Moudileno (Lydie), Parades postcoloniales, Paris, Karthala, 2006.

12 Ducournau (Claire), La fabrique des classiques africains, Paris, CNRS Éditions, 2017.

13 Gahungu (Céline), « « L’œuvre ! L’œuvre ! » Le devenir écrivain dans les littératures francophones », Continents manuscrits [En ligne], no 10, mars 2018, http://journals.openedition.org/coma/1157, consulté le 23 mars 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Desgranges, « Compte-rendu de Anne-Begenat Neuschäfer et Catherine Mazauric (dir.), La question de l’auteur en littératures africaines », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6475

Haut de page

Auteur

Aurore Desgranges

Université de Lyon 2 (Laboratoire Passages XX-XXI) ; Université Ouaga 1. Pr. Joseph Ki Zerbo (Laboratoire LES, Littératures, Espaces, Sociétés).

Haut de page