Navigation – Plan du site
Science, fiction et actualité : l'anticipation dans la presse

« Mettez 600F dans la fente et vous recevrez les palmes académiques »

L’anticipation dans la petite presse (1880-1930) et les problèmes des généricités anachroniques
Matthieu Letourneux

Texte intégral

  • 1 Rappelons que dans son acception la plus large, le terme de « petite presse » désigne au xixe siècl (...)
  • 2 Hohnsbein (Axel), « La Science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des (...)
  • 3 Voir son article dans ce numéro.

1À partir des années 1880, les productions littéraires qu’on associe aujourd’hui à la « proto-science-fiction » se multiplient. On explique généralement la vogue de tels récits par le succès de Jules Verne, lequel aurait suscité bien des épigones, de Paul d’Ivoi à Louis Boussenard en passant par Albert Robida, Alphonse Brown et Georges Le Faure. Mais que ces auteurs aient été associés à la littérature pour la jeunesse, parce que leurs œuvres ont été publiées dans des collections et des formats à destination d’un tel public, nous fait un peu rapidement oublier qu’ils sont liés également à la civilisation du journal, et en particulier à la petite presse, entendue du moins dans son acception la plus large de presse non politique de divertissement1 : Paul d’Ivoi, Alphonse Brown et Louis Boussenard publiaient dans le Journal des voyages et, pour ce dernier, dans La Science illustrée, quant à Robida, il était le rédacteur en chef de La Caricature. Or, bien des traits nous invitent à creuser le lien entre cette génération d’écrivains et la culture de la petite presse. Ainsi, la tendance de tous ces auteurs à abuser du bon mot et du trait d’esprit ou leur façon de ne jamais tout à fait prendre au sérieux les ficelles de leur récit fait penser à l’écriture de connivence ironique de ce type de journaux sur laquelle reposent largement les stratégies distinctives des auteurs, loin des modèles de légitimité littéraires qui s’imposent à l’époque. De même, leur goût du sensationnalisme et de l’effet s’inscrit dans une culture du spectacle portée par la presse et affectant à la fin du siècle jusqu’au discours sur les sciences2. Leur intérêt pour les découvertes du jour épouse la scansion médiatique – et, comme l’a montré Delphine Gleizes, on peut alors voir dans leur tendance à extrapoler par l’imagination à partir des événements scientifiques une manifestation de la mécanique du puff propre à la culture médiatique3. Tous ces traits des fictions pour la jeunesse qu’on rassemble généralement autour de l’idée de « proto-science-fiction » recouvrent très largement ceux de la culture d’un journalisme petite presse qui se prend peu au sérieux et use volontiers de ficelles pour parvenir à des effets susceptibles de séduire le consommateur.

  • 4 Nous emploierons ici les termes d’anticipation et de merveilleux scientifique indépendamment de l’u (...)
  • 5 Sur la place de l’anticipation dans les productions journalistiques des périodes antérieures à notr (...)

2Ce lien entre une tradition romanesque et l’esthétique petite presse peut se lire à rebours dans les périodiques eux-mêmes, via une intense production comique recourant à des procédés qu’on rapporterait aujourd’hui à l’anticipation ou au merveilleux scientifique4, mais qui obéissent selon nous à d’autres logiques sérielles qu’on ne peut percevoir qu’en les ressaisissant dans le contexte de communication qui est le leur (depuis le milieu des années 1870 jusqu’aux années 1920). Les textes et les images d’« anticipation » sont proposés sur le mode ludique qui caractérise ces publications. Tandis qu’elle a pu jouer un rôle politique sous la Monarchie de Juillet et la Deuxième République (qu’on songe au fameux épisode de la poire)5, la petite presse a très largement opté pour le divertissement à partir du Second Empire. Elle s’affirme presse culturelle et comique – plus comique que culturelle – sous la Troisième République, jouant un rôle proche dans les médias de celui des émissions humoristiques. Comme eux, elle offre un divertissement aimable, à la critique rarement violente, et à l’impertinence toujours mesurée.

  • 6 C’est le cas par exemple de « Paris futur », fantaisie d’anticipation de Jules Hoche dans Le Journa (...)
  • 7 On citera par exemple Les Mannequins du Dr Cup, La Fantastique randonnée, Le Détrousseur de cerveau (...)
  • 8 Le Pêle-Mêle le présente comme un auteur « aux dessins d’une invention abracadabro-scientifico-mora (...)
  • 9 Les inventions de Gaston de Pawlowski jouent avec les imaginaires de la guerre et de la pénurie : o (...)
  • 10 Par exemple, dans cet article évoquant les rayons X : « on pourrait même appliquer les rayons X au (...)

3Ce recours aux imaginaires du merveilleux scientifique et de l’anticipation peut prendre des formes très différentes. Il peut se limiter à quelques vignettes dans une page aux sujets variés, parfois être le sujet d’une grande illustration. De même, dans les textes, l’évocation futuriste peut prendre la forme d’une simple saillie dans une chronique d’actualité ou représenter le sujet principal de l’article6, elle peut se limiter à une brève comique ou prendre la forme d’un long roman-feuilleton (comme on en rencontrera dans les années 1920 dans les pages du Pêle-Mêle7), etc. Certains contributeurs recourent fréquemment aux sujets du merveilleux scientifique et de l’anticipation, à l’instar de Robida et de ses visions grimaçantes dans La Caricature à partir des années 1880. Au Pêle-Mêle, Marius Monnier s’est fait une spécialité des inventions farfelues, souvent techniques [ill. 1]8 – c’est ce même Marius Monnier qui publiera, dans La Jeunesse illustrée, L’Histoire du grand savant Mecanick (1903) ou À 90 000 lieues de la terre (1906). Dans Le Rire, c’est Gaston de Pawlowski qui exploitera cette veine durant la Première Guerre mondiale, avec la rubrique des « inventions nouvelles et dernières nouveautés9 ». Il avait publié en 1912 son Voyage au pays de la quatrième dimension. Quant à Pierre Véron, qui s’est également illustré dans l’anticipation, avec En 1900 (1878) il a fait de l’extrapolation futuriste des sujets qu’il traite l’une des pointes régulières de sa chronique « La ville et le théâtre » publiée dans Le Journal amusant10. Mais aucun de ces illustrateurs ou écrivains ne se limitaient à ces sujets, et ils ne se définissaient même peut-être pas clairement de cette façon.

Ill. 1. Marius Monnier, « Chapitre à ajouter à une Histoire de l’habitation humaine », Le Pêle-Mêle, 12 avril 1908, p. 6 © BnF

4De fait, si l’on regarde par exemple les fameuses illustrations de Robida, l’une censée se dérouler dans le présent, l’autre dans l’avenir [ill. 2 et 3], on se rend bien compte que la lecture d’anticipation n’est pas toujours évidente, et que dans les deux cas l’imagination s’inscrit plutôt dans une logique d’exagération excentrique, dans un style d’invasion graphique de la page par des volutes loufoques, suivant des procédés employés par l’auteur pour des sujets très différents.

Ill. 2. Albert Robida, « Inoculation du parfait bonheur », La Caricature, n° 239, 26 juillet 1884 © BnF

Ill. 3. Albert Robida, « L’Embellissement de Paris par le Métropolitain », La Caricature, n° 338, 19 juin 1886 © BnF

  • 11 Par exemple dans les deux pointes suivantes, l’une dans un article sur la statuomanie : « j’entrevo (...)

5Cela signifie qu’en isolant sa production d’anticipation, on manque le fait que Robida vise bien plutôt dans ses charges toute la modernité dans son caractère foisonnant. De même en est-il des inventions du Pêle-Mêle ou celles de Gaston de Pawlowski dans Le Rire. Les machines créées ici, qui rappellent les inventions d’Alphonse Allais, tiennent bien plus souvent du bricolage loufoque que de l’extrapolation, à l’instar du « tabac automatique » [ill. 4], et elles sont même généralement dépourvues de tout caractère scientifique. Quant à Véron, il utilise le procédé de l’anticipation comme une simple pointe dans des chroniques centrées sur l’actualité culturelle, et en fait une pirouette exagérant les critiques sur les modes du temps pour mieux en montrer l’inanité11. Autrement dit, les articles et images que l’on identifie comme de la « proto-science-fiction », sont pris dans des réseaux sériels de procédés humoristiques qui les empêchent de faire saillance comme participant d’un genre spécifique. En revanche, ils représentent une masse de textes suffisamment importants pour apparaître comme symptomatique des imaginaires du temps.

Ill. 4. Ménard, « Les grandes inventions du Pêle-Mêle, le tabac automatique », Le Pêle-Mêle, 27 juillet 1902 © BnF

Ill. 5. Ménard, « Les Grandes inventions du Pêle-Mêle », Le Pêle-Mêle, 22 juillet 1900 © BnF

  • 12 On évoquera encore ses « nouvelles girafes militaires » (« munies d’un fil qui suit la colonne vert (...)

6On peut repérer trois types de chronotopes favorisant une lecture suivant les modèles de l’anticipation. Le premier revient, suivant un principe de merveilleux contemporain, à décrire comme une invention nouvelle un objet technique imaginaire : machine extraordinaire et découvertes loufoques emplissent les pages de ces périodiques comiques, avec des pics au moment de l’Exposition Universelle de 1900 (comme quand il s’agit d’imaginer de nouveaux transports pour l’Exposition [ill. 5]) et durant la Première Guerre mondiale (comme chez Gaston de Pawlowski12), mais on trouve de telles productions à toutes les époques. Celles-ci s’inspirent souvent d’une invention faisant l’actualité, comme la rue de l’avenir, ce tapis roulant de plusieurs kilomètres permettant de visiter l’Exposition [ill. 6 et 7] ou le métropolitain. C’est sans doute pour cela que l’Exposition Universelle, intense promotion de nouveautés, ou la Première Guerre mondiale, dont les découvertes militaires font l’actualité, appellent des inventions loufoques. Dans le cas de la guerre, on peut même parler de rivalité ludique qui dédramatise la violence tout en nourrissant jusque dans le rire les pulsions patriotiques des lecteurs.

Ill. 6. M. Monnier, « Pour remplacer les treize jours », Le Pêle-Mêle, 13 juillet 1902 © BnF

Ill. 7. « Les grandes inventions du Pêle-Mêle », Le Pêle-Mêle, 24 juillet 1904 © BnF

  • 13 Par exemple dans l’article « Une future (et désirable) réforme de notre code pénal » (« Grâce aux r (...)
  • 14 Stiénon (Valérie), « Les genres médiatiques de l’anticipation : des usages comiques du futur », Méd (...)

7Le deuxième type de chronotope articule, suivant un principe de prédiction, un temps présent et un temps anticipé via un travail d’extrapolation explicite, dans le futur, à partir d’un quotidien servant explicitement de premier cadre référentiel. Du fait de la brièveté des textes, le mode d’énonciation définit dans ce cas davantage un discours qu’un récit, avec un chronotope ancré dans notre temps13. Il met l’accent sur le journaliste comme extrapolateur et sur la relation au présent médiatique. L’anticipation peut d’ailleurs se limiter à quelques remarques ou à une chute amusante dans un texte dominé par des sujets d’actualité, comme dans le cas de Véron, on l’a vu. C’est à ce modèle qu’obéit aussi le genre des prédictions décrit par Valérie Stiénon, qui s’appuie par définition sur une énonciation liée au présent14 : le rire repose d’ailleurs sur cette relation à l’actualité directe, que le contemporain repérait évidemment de façon bien plus évidente que nous, l’allusion ayant pour fonction d’outrer une vogue ou une tendance du moment, en partant des sujets qui occupaient à l’époque l’espace médiatique.

  • 15 On citera, pêle-mêle : « Ce que seront les concierges au Vingtième siècle », « L’Exposition de l’an (...)

8Enfin viennent les véritables anticipations, autrement dit les textes ou les illustrations renvoyant explicitement à une période de l’avenir, sans mise en scène d’un énonciateur contemporain. Peu appropriées au format de la presse, qui favorise les marqueurs discursifs (et donc une inscription dans le temps de la parole) et les références à l’actualité (et donc un présent référentiel), ces anticipations sont en définitive les plus rares. On les rencontre cependant dans des petits contes, des articles ou des illustrations, souvent titrés « en l’an 2000 », « en 1950 » « au vingtième siècle » ou associés à des syntagmes comme « de demain », « de l’avenir »15… En réalité, même dans ce dernier cas, la relation avec les sujets d’actualité est frappante. Ce qui est évoqué, ce sont les conséquences extrapolées d’un sujet animant les médias du temps, comme le développement de l’automobile ou de l’aviation, et dans ce cas encore, c’est la logique du rire médiatique qui prévaut. L’anticipation et le merveilleux scientifique prolongent naturellement une écriture indexée à l’actualité.

9Le dialogue entre un discours d’actualité et son dépassement vers le futur s’explique par le fait que, pour la presse, parler de l’actualité suppose d’anticiper sans cesse, ne serait-ce que pour imaginer les conséquences d’une décision politique, les tendances et les modes, ou encore les perspectives qu’offrent de nouvelles découvertes. Plus largement, pour prendre sens, un événement doit être converti en récit, et mettre en branle des scénarios intertextuels qui engagent ensemble le journaliste et son lecteur dans un mouvement vers l’avenir. Cette manière de procéder est inscrite dans la logique même de l’écriture journalistique, qui rapporte les événements à des modèles narratifs et discursifs collectifs, structurant le discours social en une signification liant le présent au futur.

  • 16 Voir par exemple G. Ri, « L’automobilisme au xxe siècle », La Caricature, 16 avril 1898, ou Paramé (...)
  • 17 Par exemple dans le « Coup d’œil prophétique sur l’an 1881 » de Robida (La Caricature, 1er janvier (...)

10La différence entre les extrapolations imaginaires qu’engage le présent et celles reposant réellement sur un chronotope d’anticipation correspond moins à un changement de relation à l’imagination qu’à une fonction différente affectée au discours, ce qui apparaît très nettement dans les illustrations comiques : dans le premier cas, on présente un élément de nouveauté dans un cadre donné comme présent, dans l’autre, on évoque généralement un monde contaminé dans sa totalité par la nouveauté en exagérant la situation présente : les transports au xxe siècle16, le féminisme de l’avenir17… Mais en réalité, à chaque fois, c’est l’actualité médiatique qui est l’objet de ces œuvres.

  • 18 On comparera par exemple « Ce que seront les concierges au vingtième siècle » (La Caricature, 26 ao (...)

11Dès lors, ce qu’on identifie comme de la « proto-science-fiction » correspond en réalité à une logique de caricature, puisque la fonction première de ces productions est de grossir les traits, d’exagérer le contemporain, souvent, comme chez Robida, de façon réactionnaire. L’anticipation ou l’excentricité scientifique apparaissent ainsi comme des modalités de la caricature de sujets médiatiques du temps. Il n’y a pas de différence de fond entre cette pratique et les caricatures évoquant les dangers de l’automobile ou les vogues du moment. On en voudrait pour preuve le recoupement des sujets : médias, transports, médecine, spectacle, mais aussi mode, mœurs, politique… tous les thèmes peuvent être abordés suivant des modalités de l’invention ou du rire contemporain, y compris ceux étrangers aux questions scientifiques et techniques, comme les plaisanteries grivoises qui remplissent les pages de ces périodiques. Ainsi en est-il du poncif des trouvailles de la femme et de l’amant pour se jouer du mari cocu, ou des impertinences des concierges, sujets omniprésents dans la petite presse, et dont on trouve, parmi d’autres, une version d’anticipation18. Autrement dit, l’anticipation apparaît comme une variante dans un système sérialisé de plaisanteries. Isoler l’anticipation ou le merveilleux scientifique dans la petite presse comme genres indépendants n’a donc pas grand sens, puisque les effets de résonance sérielle dessinent d’autres unités de cohérence.

Ill. 8. Noël Darville, « Les élections à travers les âges ; demain », Le Pêle-Mêle, 29 mai 1898 © BnF

Ill. 9. Henriot, « Grande vitesse », Le Journal amusant, 6 juillet 1895 © BnF

  • 19 Singer (Ben), Melodrama and Modernity, New York, Columbia University Press, 2001.
  • 20 M. Radiguet, « La Fée électricité », Le Pêle-Mêle, 22 septembre 1912.
  • 21 « N° 34. – Entonnoir à recueillir le lest, s’adaptant sous tous les ballons, dirigeables ou non ; e (...)
  • 22 « N’achetez que des manches munies de valve Edison. Grâce à cet ingénieux appareil, la manche se go (...)

12On se situe donc dans un double registre de l’exagération caricaturale de certains traits signifiants de l’époque et de la variante astucieuse au sein de pratiques sérialisées – trouvailles qui s’inscrivent elles-mêmes dans des logiques sérielles dont les figures prototypiques sont par exemple Robida et Henriot, pour l’illustration, et Alphonse Allais pour la description d’inventions loufoques. Mais cela ne veut pas dire que ce rire sur les machines et sur les sujets d’anticipation n’aurait pas de signification propre. De fait, la sérialisation met en évidence des manières de dire le monde partagées par les contemporains ; quant à la caricature, elle opère un découpage dans le réel, en insistant sur ce qu’elle perçoit comme étant ses traits saillants. Dès lors, la multiplication des productions recourant au merveilleux scientifique est révélatrice de nouvelles façons de voir le monde et d’en parler. Or, ce qu’on exagère en série, c’est l’idée d’une dynamique de progrès reposant sur l’invention technique, à l’instar de cette « campagne populo-progressiste » imaginée par le Pêle-Mêle, quintessence d’un modernisme technicisé tourné vers le gadget et le spectacle [ill. 8]. Sa récurrence comme variante comique signale la montée en puissance d’une culture de la nouveauté et du changement. Cela signifie que le regard porté sur le monde repose sur deux traits fondamentaux. Le premier, c’est celui d’une société perçue sous le signe d’une labilité constante – et il n’est pas étonnant qu’un des motifs de la modernité soit la vitesse, cette autre expression du changement19. On a évoqué l’importance des caricatures consacrées à l’automobilisme ; mais il faut citer aussi celles évoquant la fin prochaine du cheval, qui vaut pour métaphore du mouvement même d’une société qui se transforme sous les yeux des contemporains. Ainsi est-ce la vitesse elle-même que semblent désigner bien des inventions techniques – automobiles, vélocipèdes, tapis roulants, aéroplanes – celle-là même d’une société emportée par une dynamique de mutations, comme le montre une page fameuse d’Henriot [ill. 9]. Le second trait, c’est celui d’une mutation qui est avant tout abordée via les nouveaux objets de la culture matérielle, comme culture des nouveautés marchandes : véhicules, vêtements et machines farfelus en sont les expressions les plus frappantes [ill. 10]. Ainsi, lorsqu’on vante l’électricité, c’est tout à la fois une nouvelle ère et tout un ensemble de nouvelles pratiques de consommation qu’il s’agit de décrire : l’électricité « nous a donné le télégraphe, le téléphone et les peaux de chat pour les douleurs […]. Puis nous avons eu ces maisons enchantées où le service est entièrement fait au moyen de l’électricité […]. Il suffira d’appuyer sur un bouton pour se faire apporter ses journaux, son petit déjeuner du matin, brosser ses habits, faire cuire son déjeuner, se faire coiffer, etc., etc20. ». C’est bien à une culture de consommation moderne que les inventions permettent d’accéder ; elles offrent un bien-être matérialiste qui semble envahir le quotidien dans tous ses aspects. Confirmant cette transformation, nombreux sont les textes et les images qui mettent en avant des listes de nouvelles inventions brevetées, faisant du tract et du catalogue marchands des nouveaux modes de description du monde21. Ailleurs, on parle de faire breveter et de vendre une invention, ou on la présente avec le vocabulaire de la publicité ce qui est tout aussi significatif22. D’autant que les véritables publicités exploitent elles-mêmes le registre de l’imagination futuriste [ill. 11, 12 et 13]. Dans toutes ces productions se dessine une signification globale de l’invention en régime marchand. Elle produit un nouveau rapport au monde et aux choses, dominé par le plaisir et la curiosité, elle se consomme et se vend, enfin, elle se raconte. Le temps est à la fascination de ces nouveaux objets, inventions techniques, produits originaux, vogues du temps, gadgets… c’est tout à la fois la vague de ces marchandises originales et leur manière de désigner de nouveaux modes de consommation qui est présentée dans les textes et les images.

Ill. 10. Savoyat, « Les grandes inventions du Pêle-Mêle », Le Pêle-Mêle, 17 juillet 1904 © BnF

Ill. 11, 12 et 13. Publicités parues dans Le Rire (29 juillet 1905, 4 mai 1907 et 27 janvier 1917) © BnF

  • 23 Williams (Rosalind H.), Dream Worlds. Mass Consumption in Late Nineteenth-Century France, Berkeley, (...)
  • 24 « Nous extrayons du Catalogue illustré quelques aperçus des principaux et plus utiles appareils. Me (...)

13On le voit, il se produit une double rupture avec les productions antérieures au Second Empire qui, comme l’a montré Yoan Vérilhac, abordent plus souvent l’avenir sous les modalités de l’utopie, c’est-à-dire d’une réalité sociale largement déconnectée de notre chronologie (elle est renvoyée à un avenir lointain et diffère fondamentalement de notre monde), ou d’une fantaisie fantastique reposant assez peu sur la culture matérielle et les marchandises. De fait, la France de la seconde moitié du xixe siècle a largement basculé dans une culture marchande qui s’impose dans les imaginaires avant même le xxe siècle23 ; et cette culture marchande se fonde sur une idée de modernité, une insistance sur les nouveautés, pour séduire ses consommateurs, comme l’illustrent les « magasins automatiques » imaginés par la Caricature24 ou ceux, en images, du Pêle-Mêle, qui en profite pour égratigner une administration rétive au progrès [ill. 14]. Parce qu’il est lui-même un bien de consommation superflu et qu’il prend pour objet les divertissements du temps, le journal comique s’empare naturellement de cette fascination pour les marchandises techniques et les gadgets. Surtout, il cherche à séduire en adoptant lui-même une rhétorique de la nouveauté : on peut décrire l’outrance fantaisiste des textes et des images comme des trouvailles destinées à séduire et vouées à la péremption.

Ill. 14. Moriss, « En l’an 2000 ou tout comme aujourd’hui », Le Pêle-Mêle, 21 avril 1929 © BnF

  • 25 Corbin (Alain), L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier, 1995.

14Ainsi, l’attrait de la petite presse pour ces sujets s’explique-t-il aussi par la nature du médium et des modes de consommation qu’il induit. Presse de consommation, le journal comique a pour ambition de restituer l’air du temps ; presse de divertissement, il ne cherche pas à évoquer les sujets de société par des démonstrations rationnelles ou des discours de conviction. Il opte pour les formes de distraction du rire (satire légère, parodie, jeux de mots, traits d’inventivité) et de la fiction (on commente en effet très peu l’actualité et les mœurs, mais on préfère s’en inspirer pour raconter d’autres histoires, imaginaires cette fois). Dans les deux cas, il s’agit de délasser en mettant en branle l’imagination fantaisiste. Le merveilleux scientifique est réduit à des inventions qui n’ont pas besoin d’être expliquées mais qui doivent amuser. Cette presse comique offre de l’époque une version décomplexée et vulgaire, débarrassée des idéaux positivistes ou patriotiques, pour ne s’intéresser qu’aux plaisirs les plus directs. Elle dépouille l’imaginaire technique ou les rêveries sur le futur de leurs atours scientifiques ou utopistes pour n’en conserver que la fascination la plus élémentaire. En cela, elle révèle la face prosaïque de la libido sciendi et du positivisme. Si elle procède ainsi, c’est qu’elle participe d’une logique de divertissement, s’inscrivant dans des modes de consommation superflus, dans cette culture de loisir qui se développe à l’époque25. Rien d’étonnant alors à ce qu’elle prenne pour sujet la consommation oisive : consommation des objets techniques, de la mode, des boissons, des loisirs, des femmes… On voit comment ce type de périodique peut envisager la culture du progrès par le biais d’une imagination consumériste fondée sur le divertissement.

15Ce qui transparaît ici, c’est que dans la petite presse, le merveilleux scientifique et l’anticipation sont deux des modes d’expression privilégiés de cette culture matérielle qui s’impose dans sa technicité consommable et spectaculaire. Via des inventions qui les déforment absurdement, le merveilleux scientifique dit la fascination pour ces objets techniques et ces produits superflus qui envahissent les espaces publics et privés et qui participent largement aux dynamiques spectaculaires du Second Empire et de la Troisième République – Expositions Universelles, grands magasins, nouvelles technologies optiques, jouets et nouveautés... Quant à l’anticipation, elle ressaisit cette fascination pour les technologies contemporaines comme une projection dans l’avenir, manifestant combien la consommation est une pulsion désirante, via une logique d’exagération prenant une forme d’extrapolation burlesque.

  • 26 Dans ce dernier cas, les plaisanteries se comptent par dizaines (on citera « La Photographie de l’i (...)

16Ces œuvres s’inscrivent donc dans un discours d’actualité, lequel dessine avec des productions issues d’autres médias, une trame de textes qui entrent en résonance : presse de vulgarisation, publicités pour les nouveaux appareils, pièces théâtrales fantaisistes, prestidigitation… tous ces objets culturels présentent les traits communs d’un discours non sur le futur mais sur l’actualité, centré sur les transformations du temps, et la fascination pour la dimension technique de ces mutations contemporaines : photographie, aéronautes, automobiles, appareils à rayons X26… dans la très grande majorité des cas, ce n’est pas l’avenir qui est évoqué, mais le présent, et les objets inventés ne renvoient pas à un imaginaire futuriste, mais aux possibilités merveilleuses de l’époque. Quant aux visions d’avenir, elles sont prises dans des questions contemporaines auxquelles elles sont si nettement indexées qu’elles ne semblent pas s’émanciper de l’actualité.

17Dès lors, on peut considérer que la petite presse rend saillante une tendance plus générale des productions qu’on présente comme de la « proto-science-fiction », à l’instar des récits de machines extraordinaires – ceux de Paul d’Ivoi par exemple, ou plus tard ceux de Jean de La Hire – ou de la vogue des « contes futurs » et des « contes de demain » dans les journaux de la fin du xixsiècle, tous participant d’une logique de mise en scène épique ou satirique du présent. On voit combien, ressaisies dans le discours social et les sérialités médiatiques, ces productions prennent une toute autre signification que celle que lui assigne le raccourci anachronique qui chercherait à les associer à un genre inscrit dans d’autres imaginaires sociaux et médiatiques.

18Si la petite presse peut agir en révélateur de l’esprit du temps, si elle peut mettre vulgairement au jour la dynamique matérialiste dont est porteuse l’idéologie du progrès, c’est aussi parce qu’elle correspond à une position située dans l’espace culturel, celle du divertissement médiatique. Or, cette position singularise aussi son propos par rapport aux autres productions du temps. Journalistes et illustrateurs de la petite presse, quels que soient leurs sujets, s’inscrivent dans des stratégies de valorisation liées au contexte littéraire qui est le leur. Ils doivent être les plus drôles, les plus divertissants. Dès lors, le divertissement agit comme une contrainte qui détermine la signification en contexte de ces productions. Non seulement on peut repérer les traits caractéristiques d’un merveilleux scientifique « petite presse » liés à cette logique médiatique (recours à l’image, tonalité comique, formes brèves, mise en scène de l’énonciateur en plaisantin), mais on peut aussi distinguer à quelle fonction dans le métadiscours de la petite presse correspond l’usage de tels sujet dans les périodiques. Car si, comme on l’a vu, les auteurs ne se préoccupent guère d’offrir une vision forte du monde ou de faire la satire de leur époque, et s’ils se contentent de reprendre les plaisanteries du jour, alors c’est sans doute à d’autres stratégies que renvoie le recours à ce type de sujets, des stratégies propres aux logiques du support et aux sociabilités qui lui sont associées. Le milieu petite presse s’apparente à celui de la bohème, dont l’imaginaire s’est constitué plusieurs décennies auparavant et qui, loin de la mythologie d’un Henry Murger, correspond concrètement à une classe artistique et intellectuelle peu légitimitée. Auteurs peu valorisés, peu susceptibles de bénéficier d’une grande reconnaissance, les contributeurs de la petite presse peuvent jouir en revanche d’une certaine célébrité, au moins auprès de leurs pairs ou des lecteurs du périodique. À défaut d’être littéraire ou artistique, leur reconnaissance peut être médiatique. Quel que soit le sujet traité, ce qui importe au premier chef pour ces auteurs c’est de se singulariser, suivant la logique bouffonne du support. Il s’agit de trouver l’astuce amusante, l’idée originale qui saura séduire le responsable de publication, les collègues, le lecteur. Pur produit de consommation, la petite presse doit se donner en permanence en spectacle, et pour les auteurs, il faut multiplier les tours de force et les effets. C’est dans cette perspective attractionnelle que sont conçus les périodiques, avec leurs grandes illustrations et leurs larges doubles pages faisant spectacle, avec leur érotisme de petites femmes dévêtues et leurs excentricités. Le merveilleux scientifique est une modalité de la logique spectaculaire que recherche plus généralement ce type de productions, par la virtuosité du trait, l’effet, la chute, l’imagination fictionnelle ou les astuces formelles. Il l’est au même titre que l’érotisme dessiné reposant sur un principe de séduction, ou que cette culture du spectacle médiatique qui est l’objet premier des articles : recension de pièces de boulevard, de spectacles de divertissement, anecdotes sur les célébrités et les modes du jour, etc.

Ill. 15. G. Ri, « Les Grandes inventions du Pêle-Mêle, Le Pêle-Mêle, 19 janvier 1902 © BnF

Ill. 16. Trock, « Le Mois comique » (extrait), La Caricature, 5 mars 1881 © BnF

  • 27 C’est le cas de son pneu anti-noyade, « brevet à vendre, s’adresser à G. Ri », La Caricature, 29 ju (...)

19Mais si les sujets liés à la culture de distraction thématisent la logique de divertissement du périodique, si l’érotisme en restitue la dynamique de séduction, les créations scientifiques et futuristes ont pour vocation cette fois de formuler l’inventivité virtuose des dessinateurs et des journalistes, manifestant une forme d’auctorialité en mode mineur. En effet, cette façon qu’ont textes et illustrations de multiplier les inventions excentriques ou les visions burlesques du futur revient à reconfigurer, à travers le vocabulaire de la technique, l’acte même d’imagination créative. L’inventeur de toutes ces machines, c’est l’auteur petite presse, qui en est, de fait, à l’origine. Et les mécaniques fantastiques n’ont qu’une fonction, qu’un usage, révéler la créativité de l’artiste. Nombreux sont d’ailleurs les textes ou les illustrations qui opèrent de tels rapprochements : ainsi en est-il de ceux qui associent directement travail de l’artiste et logique d’invention, comme lorsqu’on imagine une machine à gaz hilarant expliquant suivant le dessinateur l’incroyable drôlerie des auteurs-maison [ill. 15]. De même en est-il de la façon qu’ont les auteurs de se présenter en inventeurs : c’est la signification que prennent les rubriques des « inventions du Pêle-Mêle » et des « inventions nouvelles » du Rire, ou cet artiste de La Caricature imaginant une invention d’Edison pour que les tableaux s’achèvent tout seuls [ill. 16]. Filant la métaphore d’une culture marchande, Le Pêle-Mêle propose ses inventions dans les « grands magasins du Pêle-Mêle » [ill. 17] et G. Ri prétend vendre le brevet d’une de ses inventions comiques27. On peut enfin interpréter dans cette perspective la posture d’extrapolateurs qu’adoptent les auteurs, en se mettant en scène en locuteurs imaginant l’avenir à partir d’une situation présente. Quant au Rire, il va organiser un grand feuilleton pour rire mettant en scène ses contributeurs en inventeurs loufoques dans son « circuit du rire » en cinq livraisons dont une donnant lieu à un numéro spécial du périodique. Création collective des dessinateurs et des journalistes, cette course imaginaire d’avions met en scène, à travers des articles et des récits en images, un concours ludique, occasion de mettre en scène l’imagination des auteurs, rivalisant d’inventivité pour concevoir véhicules loufoques et épisodes fantastiques. Leurs machines apparaissent ici comme la matérialisation comique de leur créativité [ill. 18 et 19]. Toutes ces productions manifestent sous une forme ludique combien la dynamique d’invention peut être interprétée aussi comme une métaphore de la créativité journalistique. Il ne s’agit pas d’imaginer un avenir vraisemblable, mais d’en produire librement un, idiot et excentrique, avec cette idée précisément que ce qui est le plus invraisemblable est le plus amusant, et que c’est ce qui manifeste le plus explicitement l’ingéniosité de l’auteur. C’est pour cela que, dans ce Grand Magasin du rire, les inventions technologiques se mêlent aux trouvailles bricolées, parce que ce qui compte, c’est la créativité de l’humoriste, et le plaisir qu’il procure au public, souvent via les motifs des loisirs – natation, pique-niques et plaisir du manger et du boire. Dès lors, l’invention quitte le domaine de la science pour s’inscrire dans l’économie de la création petite presse. Elle définit une posture de création, loin des modèles romantiques : celle d’un farceur, dont le génie (il invente sans cesse pour notre divertissement) est profondément improductif (puisque ses inventions sont volontairement absurdes) – ce qui peut sembler une bonne définition de l’artiste de divertissement.

Ill. 17. Monnier, « Rapide sauvetage », Le Pêle-Mêle, 24 août 1902 © BnF

Ill. 18. Marcel Capy, « L’aéro-home », Le Rire, 5 août 1911 © BnF

Ill. 19. Genty, Le Rire, 5 août 1911 © BnF

20Ce que montre l’exemple de ces créations petite presse, c’est la nécessité de penser les productions sérielles dans leur contexte interdiscursif. Cela suppose d’échapper aux définitions transcendantes et anhistoriques des genre (la science-fiction ou l’anticipation comme unités indépendantes du découpage interdiscursif). Dans notre cas, on voit qu’anticipation, merveilleux scientifique, inventivité technique, culture du spectacle et consommation s’articulent dans une unité imaginaire, qui forme une série culturelle cohérente. Mais dire cela, c’est tenir compte, dans l’analyse des productions sérielles, d’une tension entre deux logiques contradictoires : celle des imaginaires sociaux de l’époque d’une part, et de leur reconfiguration suivant la situation médiatique et discursive des œuvres d’autre part. Dans notre cas, loin des définitions transcendantes de la science-fiction, les productions de la petite presse se révèlent profondément enracinées dans un discours ancré dans l’époque qui est la leur, parce que ce qu’il s’agit de caricaturer via le merveilleux scientifique, c’est, au présent, un imaginaire social dominé par le progrès, par la technique et la consommation. Mais si elle le révèle si clairement, c’est que la petite presse participe de cette logique de consommation et de divertissement, et qu’en évoquant ces objets, elle met également en scène sa propre dynamique de séduction. Dès lors, ses logiques médiatiques déterminent également la manière dont le merveilleux scientifique fait sens en contexte, suivant les modalités d’une auctorialité en mode mineur, comme expression de l’inventivité des artistes, d’une poétique de la trouvaille qui entre en écho avec le goût de la nouveauté et du gadget qui caractérise la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle. C’est cette articulation entre une signification globale des imaginaires sériels et la façon dont ils prennent sens dans leur contexte médiatique et sociodiscursif direct qui nous semble devoir être un enjeu majeur de toute réflexion sur les genres et les productions populaires de la modernité.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que dans son acception la plus large, le terme de « petite presse » désigne au xixe siècle tout périodique non politique. Mais très vite, il renvoie plus spécifiquement aux périodiques de divertissement, satiriques ou plus généralement humoristiques. C’est ce dernier ensemble que nous étudions ici, en nous intéressant en particulier aux journaux suivants : Le Pêle-Mêle, La Caricature, Le Rire, Le Journal amusant et Le Journal pour rire.

2 Hohnsbein (Axel), « La Science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903) », thèse de doctorat dirigée par Christine Planté, Université Lyon II Lumière, 2016.

3 Voir son article dans ce numéro.

4 Nous emploierons ici les termes d’anticipation et de merveilleux scientifique indépendamment de l’usage historique qui a pu prévaloir pour désigner des genres institués de récits. L’anticipation renverra à tout discours ludique ou non, tourné vers l’avenir. L’expression de merveilleux scientifique désignera un usage merveilleux de la science, proposant des inventions ou des découvertes imaginaires. La première forme de discours est liée à une distorsion introduite dans le chronotope (elle évoque l’avenir), la seconde se concentre sur les inventions, avec un chronotope contemporain ou indéterminé. Si nous nous éloignons des définitions instituées des genres, c’est précisément parce que nous voulons arracher les productions à une lecture anachronique en les rapportant à la fois au niveau macrostructurel du discours social (celui de la Troisième République) et, au niveau contextuel du système médiatique (celui de la petite presse).

5 Sur la place de l’anticipation dans les productions journalistiques des périodes antérieures à notre corpus, voir Yoan Vérilhac dans ce numéro.

6 C’est le cas par exemple de « Paris futur », fantaisie d’anticipation de Jules Hoche dans Le Journal amusant (1895), dans laquelle l’auteur se livre à une rêverie sur la future Exposition Universelle.

7 On citera par exemple Les Mannequins du Dr Cup, La Fantastique randonnée, Le Détrousseur de cerveaux ou L’homme à ressorts.

8 Le Pêle-Mêle le présente comme un auteur « aux dessins d’une invention abracadabro-scientifico-moraliste » (Jolicler (E.), « Au lecteur », Le Pêle-Mêle, 26 mai 1907).

9 Les inventions de Gaston de Pawlowski jouent avec les imaginaires de la guerre et de la pénurie : on citera « une modeste mais utile invention qui fera la joie de tous les hôteliers. Il s’agit d’un petit pot de peinture genre aluminium, dit “Le Riche argentin”, qui permet de donner l’aspect du neuf aux sardines défraichies » (Le Rire, 23 décembre 1916), ou « le nouveau créneau-boomerang de tranchée [qui] est d’un mécanisme fort simple. Lorsqu’une balle frappe la plaque de protection, cela déclenche non pas une sonnerie, comme dans les tirs forains, mais une mitrailleuse automatique, qui répond coup pour coup sans qu’on ait à s’en préoccuper » (8 mai 1916) – on voit dans ce second cas combien le rire permet de transformer la guerre en divertissement.

10 Par exemple, dans cet article évoquant les rayons X : « on pourrait même appliquer les rayons X au détroussage des passants. Pas la peine de chouriner, quand cela doit rapporter trop peu. Un bandit empoignerait un monsieur par derrière. Son camarade, avant de jouer du couteau, promènerait les rayons X dans la poche du promeneur attardé, et on le relâcherait, ce bon promeneur, si son porte-monnaie n’était pas assez garni pour qu’on risquât en son honneur cinq ans de Nouvelle ou même trois ans de prison » (Le Journal amusant, 7 août 1897). La plaisanterie des futurs voleurs aux rayons X est récurrente dans la petite presse.

11 Par exemple dans les deux pointes suivantes, l’une dans un article sur la statuomanie : « j’entrevois pour la seconde moitié du vingtième siècle, un Paris où chaque porte cochère aura son grand homme sur le trottoir correspondant. Puis, comme les trottoirs ne suffiront plus, on juchera des bustes au sommet des édicules de nécessité » (Le Journal amusant, 14 juillet 1894), ou celui-ci sur le destin futur de la haute culture : « en allant de ce train, quand sera venu le vingtième siècle qui nous menace, la littérature et l’art seront probablement voués exclusivement à la fabrication des confitures d’asticots » (16 novembre 1895).

12 On évoquera encore ses « nouvelles girafes militaires » (« munies d’un fil qui suit la colonne vertébrale de la tête à la queue, elles permettent d’installer instantanément un poste de télégraphe sans fil à l’emplacement choisi ») ou le « nouveau sac gonflé, comme les ballons, à l’hydrogène » de « l’infanterie boche » (« on espère relever ainsi l’allure des jeunes vieilles recrues »).

13 Par exemple dans l’article « Une future (et désirable) réforme de notre code pénal » (« Grâce aux rayons X – (Quelle merveilleuse découverte !...) – nous avons pu cette semaine nous procurer la copie d’un chapitre spécial d’une Histoire de France qu’un des arrière-petits-neveux de Michelet se propose de publier en l’an 2047 », Le Tintamarre, 25 juin 1899).

14 Stiénon (Valérie), « Les genres médiatiques de l’anticipation : des usages comiques du futur », Médias 19, Pinson (Guillaume) & Thérenty (Marie-Ève) (dir.), « Les journalistes : identités et modernités », actes du premier congrès Médias 19 (Paris, 8-12 juin 2015), avril 2017. URL : http://www.medias19.org/index.php?id=22718.

15 On citera, pêle-mêle : « Ce que seront les concierges au Vingtième siècle », « L’Exposition de l’an 2000 », « Ce qu’on exigera des cochers en 1950 », « Un succès de la mode de demain », « Un attelage chic en l’an 4000 », « Une affaire de viol en l’an 2000 », « Ce qui se dira à bord de l’avion “Mundus” en juillet 1980 », etc.

16 Voir par exemple G. Ri, « L’automobilisme au xxe siècle », La Caricature, 16 avril 1898, ou Paramé (Georges), « un Matche de vitesse en 1900 », L’auto-vélo, 7 novembre 1897.

17 Par exemple dans le « Coup d’œil prophétique sur l’an 1881 » de Robida (La Caricature, 1er janvier 1881), ou dans « Le Féminisme triomphant », Le Journal amusant, « Au xxe siècle », 15 décembre 1900.

18 On comparera par exemple « Ce que seront les concierges au vingtième siècle » (La Caricature, 26 août 1893) avec les « Domestiques modernes » du Pêle-Mêle (19 janvier 1903) qui brodent selon des termes similaires, au présent pour le second, au futur pour le premier, sur le déclin du respect dans les classes subalternes.

19 Singer (Ben), Melodrama and Modernity, New York, Columbia University Press, 2001.

20 M. Radiguet, « La Fée électricité », Le Pêle-Mêle, 22 septembre 1912.

21 « N° 34. – Entonnoir à recueillir le lest, s’adaptant sous tous les ballons, dirigeables ou non ; empêche de gaspiller le lest et permet de réaliser d’importantes économies sur le prix des ascensions. N° 5312. Moteur à essence de rose, supprimant radicalement le pétrole et ses odeurs nauséabondes ; spécialement recommandé aux chauffeurs trois à quatre fois milliardaires », Timmory (G.), « Les Inventions de l’ingénieur Loufe », Le Rire, 14 octobre 1905.

22 « N’achetez que des manches munies de valve Edison. Grâce à cet ingénieux appareil, la manche se gonfle à volonté, prend cette rotondité qui sied à la beauté des dames. Pour cela que faut-il ? Il suffit de la pompe-bijou », Valéry (Gaston), « Ô réclame ! », La Caricature, 31 octobre 1896.

23 Williams (Rosalind H.), Dream Worlds. Mass Consumption in Late Nineteenth-Century France, Berkeley, University of California Press, 1982 ; Miller (Michael B.), The Bon Marché, Bourgeois Culture and the Department Store, 1869-1920, Princeton, Princeton University Press, 1981.

24 « Nous extrayons du Catalogue illustré quelques aperçus des principaux et plus utiles appareils. Mettez cinq francs et vous aurez une douche écossaise, à l’eau de Cologne […] Mettez deux francs, et vous aurez Une coupe de cheveux dernière mode […] Mettez cinq francs et vous aurez Un lot actions Tramway du Congo, Buen-retiro Réunis et Ananas de la Villette […]. », Azurine, « Magasins automatiques », La Caricature, 7 mai 1892.

25 Corbin (Alain), L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier, 1995.

26 Dans ce dernier cas, les plaisanteries se comptent par dizaines (on citera « La Photographie de l’invisible », Le Journal amusant, 7 mars 1896 ; « Les Rayons X dans le désert », Le Pêle-Mêle, 27 septembre, 1896 ; « Les Rayons X et la douane », Le journal amusant, 17 juillet 1897 ; « Les rayons révélateurs », Le Pêle-Mêle, 20 mars 1898).

27 C’est le cas de son pneu anti-noyade, « brevet à vendre, s’adresser à G. Ri », La Caricature, 29 juillet 1899.

Haut de page

Ill. 1. Marius Monnier, « Chapitre à ajouter à une Histoire de l’habitation humaine », Le Pêle-Mêle, 12 avril 1908, p. 6 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-1.jpg
image/jpeg, 1,9M
Ill. 2. Albert Robida, « Inoculation du parfait bonheur », La Caricature, n° 239, 26 juillet 1884 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-2.jpg
image/jpeg, 4,6M
Ill. 3. Albert Robida, « L’Embellissement de Paris par le Métropolitain », La Caricature, n° 338, 19 juin 1886 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-3.jpg
image/jpeg, 5,1M
Ill. 4. Ménard, « Les grandes inventions du Pêle-Mêle, le tabac automatique », Le Pêle-Mêle, 27 juillet 1902 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-4.jpg
image/jpeg, 1,4M
Ill. 5. Ménard, « Les Grandes inventions du Pêle-Mêle », Le Pêle-Mêle, 22 juillet 1900 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-5.jpg
image/jpeg, 688k
Ill. 6. M. Monnier, « Pour remplacer les treize jours », Le Pêle-Mêle, 13 juillet 1902 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-6.jpg
image/jpeg, 308k
Ill. 7. « Les grandes inventions du Pêle-Mêle », Le Pêle-Mêle, 24 juillet 1904 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-7.jpg
image/jpeg, 2,2M
Ill. 8. Noël Darville, « Les élections à travers les âges ; demain », Le Pêle-Mêle, 29 mai 1898 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-8.jpg
image/jpeg, 1,3M
Ill. 9. Henriot, « Grande vitesse », Le Journal amusant, 6 juillet 1895 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-9.jpg
image/jpeg, 4,9M
Ill. 10. Savoyat, « Les grandes inventions du Pêle-Mêle », Le Pêle-Mêle, 17 juillet 1904 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-10.jpg
image/jpeg, 928k
Ill. 11, 12 et 13. Publicités parues dans Le Rire (29 juillet 1905, 4 mai 1907 et 27 janvier 1917) © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-11.jpg
image/jpeg, 168k
Ill. 14. Moriss, « En l’an 2000 ou tout comme aujourd’hui », Le Pêle-Mêle, 21 avril 1929 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-12.jpg
image/jpeg, 408k
Ill. 15. G. Ri, « Les Grandes inventions du Pêle-Mêle, Le Pêle-Mêle, 19 janvier 1902 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-13.jpg
image/jpeg, 2,4M
Ill. 16. Trock, « Le Mois comique » (extrait), La Caricature, 5 mars 1881 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-14.jpg
image/jpeg, 60k
Ill. 17. Monnier, « Rapide sauvetage », Le Pêle-Mêle, 24 août 1902 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-15.jpg
image/jpeg, 1,6M
Ill. 18. Marcel Capy, « L’aéro-home », Le Rire, 5 août 1911 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-16.jpg
image/jpeg, 448k
Ill. 19. Genty, Le Rire, 5 août 1911 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6710/img-17.jpg
image/jpeg, 652k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Letourneux, « « Mettez 600F dans la fente et vous recevrez les palmes académiques » », COnTEXTES [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6710 ; DOI : 10.4000/contextes.6710

Haut de page

Auteur

Matthieu Letourneux

Université Paris Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page