Navigation – Plan du site
Faire corpus : les généricités de l'anticipation

« Ceci n’est point un titre inventé à plaisir… »

Humbugs, canards et anticipation scientifique
Delphine Gleizes

Texte intégral

  • 1 Nerval (Gérard de), « Histoire véridique du canard », Le Diable à Paris, Paris, J. Hetzel, 1845, p. (...)
  • 2 Ibid., p. 287.

1C’est dans l’un des grands titres de la littérature panoramique du xixe siècle, Le Diable à Paris, que Gérard de Nerval propose une « Histoire véridique du canard » et se livre à une étude distanciée et désinvolte des phénomènes médiatiques qui l’accompagnent. « Le canard, écrit-il, est une nouvelle quelquefois vraie, toujours exagérée, souvent fausse. Ce sont les détails d’un horrible assassinat, illustré parfois de gravures en bois d’un style naïf ; c’est un désastre, un phénomène, une aventure extraordinaire ; on paye cinq centimes et l’on est volé1. » Mais Nerval n’en reste pas à cette approche dépréciative et replace la falsification de l’information dans un processus évolutif : « Ce qui est étrange, ajoute-t-il en effet, c’est que le canard, fruit de l’accouplement du paradoxe et de la fantaisie, finit toujours par se trouver vrai. […] Tout génie à part, on peut dire que l’homme n’invente rien qui ne se soit produit ou ne se produise dans un temps donné2. » C’est dire assez la proximité de l’intempestif volatile avec la littérature d’anticipation alors en cours d’émergence au xixe siècle.

2Se multiplient en effet dans la presse des annonces qui occupent ce territoire incertain à mi-chemin entre la brève scientifique, le canard et le récit d’anticipation. Les médias, répondant de manière de plus en plus réactive aux innovations et aux inventions qui se développent à un rythme accéléré, se trouvent en situation, non plus seulement d’annoncer des faits avérés et validés par la communauté scientifique, mais de s’aventurer sur le terrain de la prospective et des spéculations. Au rebours, les textes d’anticipation se nourrissent des annonces fantaisistes que le lecteur peut découvrir quotidiennement dans la presse. De part et d’autre s’exprime une similaire capacité à construire du récit à la frontière du réel et du virtuel, du fait attesté et de l’extrapolation imaginative.

  • 3 Daniel Compère fait l’historique du mot, de son introduction dans les années 1830 à la recrudescenc (...)
  • 4 Comettant (Oscar), Le Nouveau Monde : coutumes, mœurs et scènes de la vie américaine, Paris, Le Siè (...)

3Ce territoire partagé entre le canular et le récit d’anticipation naissant est aussi celui vers lequel viennent converger des pactes de lecture et des régimes de croyance à l’origine distincts : celui de la fiction qui se fonde sur la vraisemblance et celui de la presse d’information scientifique qui repose sur la véracité. Un territoire également très fortement idéologisé. Ce n’est sans doute pas un hasard en effet si les commentateurs – d’hier comme d’aujourd’hui d’ailleurs – désignent les États-Unis comme la patrie du humbug3, pays perçu dans l’imaginaire collectif comme celui où gouverne la logique économique, qu’elle s’applique à la concurrence dans le domaine des médias ou aux recherches de productivité dans le domaine scientifique. La blague, écrivait par exemple Oscar Comettant, « est le génie des Américains. Ils en ont fait, une véritable science que personne ne dédaigne, et qu’ils ont élevée jusqu’aux plus hautes spéculations de la philosophie pratique. Pendant que les métaphysiciens cherchent en Europe, sans aucun bénéfice pour leur bourse, la raison des lois divines, et que les philosophes s’évertuent à soumettre à l’analyse les passions et les sentiments de l’homme, l’école de la philosophie du humbug, en Amérique, se contente d’étudier la sottise humaine, ses travers et ses vices, pour les exploiter à son profit4. »

  • 5 Expérience que l’on associe au réalisateur soviétique Lev Koulechov : la construction de l’interpré (...)

4Le canard et l’anticipation ont en commun d’être des formes symptomatiques des errements et des dysfonctionnements de la société, particulièrement sensibles à ses interrogations, à ses inquiétudes dont ils offrent, à la manière d’un apologue qui réserverait sa morale, des déclinaisons ambiguës. Il s’agira ici d’explorer quelques pistes de ce vaste territoire, en envisageant la manière dont la littérature d’anticipation a pu se développer au contact du canular scientifique. À travers une série de cas qui mobilisent tout à la fois le texte et l’image dans l’élaboration du dispositif d’énonciation, il faudra voir en particulier comment les effets d’assemblage et de montage jouent, plus encore que les contenus narratifs eux-mêmes, un rôle prépondérant dans la détermination du sens de la fable et du statut générique des textes. Les récits d’anticipation seraient en quelque sorte tributaires d’un « effet Koulechov5 » en régime médiatique : leur intégration dans un contexte spécifique – tout à la fois lié à la poétique du support et à un horizon idéologique et scientifique – configurerait les lectures et les interprétations.

Un canard du Pays ou l’art du montage

  • 6 Un article de Jean-Luc Buard a permis de faire la lumière sur le contexte de publication de ce text (...)
  • 7 Parville (Henri de), Un habitant de la planète Mars, Paris, Hetzel, 1865, préface, p. vii.
  • 8 Ibid., p. 270.

5C’est bien souvent le montage des textes, leur articulation avec un contexte et un support qui produisent des effets de vérité (dans le cas du canular) ou de fictionnalité (dans le cas du récit d’anticipation). Un exemple pourrait en être donné par le canard retentissant qu’orchestra le journal Le Pays en 18646. Paraît le 17 juin un texte intitulé « Un habitant de la planète Mars » et signé « Pour extrait : A. Lomon ». Le texte annonce « une découverte scientifique d’une importance capitale [qui] vient d’être faite dans le pays des Arrapahys, à plusieurs milles du Pic James », aux États-Unis, alors divisés par la guerre de Sécession : la découverte d’un aérolithe renfermant la momie d’un individu que les savants, accourus à la nouvelle sensationnelle, ne tardent pas à identifier comme provenant de la planète Mars. D’autres informations sont publiées à la suite de cette première annonce et la nature véritable de ce humbug exceptionnel est révélée par la publication au printemps 1865 du récit de fiction Un habitant de la planète Mars, par Henri de Parville : le texte publié en volume reprend le contenu des « correspondances » publiées dans la presse, mais il les met en perspective, par le biais d’un dispositif péritextuel : une préface, signée H. de P. et dans laquelle l’auteur prétend avoir reçu mystérieusement, tous les quinze jours, à son réveil « une nouvelle lettre toute grande ouverte et datée d’Amérique7 » ; ensemble de lettres d’un anonyme correspondant qu’il affirme reproduire « absolument comme [il] les [a] reçues, sans rien y retrancher ni rien y ajouter. » La postface enfin, datée significativement du 1er avril 1865, vient compléter le dispositif en dévoilant le caractère fictif de toute l’affaire : un faux-fuyant somme toute assez conventionnel – le somnambulisme, imagine-t-on, de l’auteur – lui aurait fait s’écrire à lui-même ces lettres « pendant six mois8 ».

  • 9 Malo (Pierre), « Les voyageurs pour Mars en fusée ! », L’Homme libre, 18 mai 1938, p. 1.

6Cette mystification resta fort longtemps dans les esprits comme en témoigne, à de nombreuses années de distance, la presse de l’époque. Le Gaulois du 30 septembre 1911, dans sa rubrique « Ce qui se passe – Échos de partout », rappelait « le pétard du Pays » qui « fit un bruit énorme ». Et en date du 18 mai 1938, dans le journal L’Homme libre, c’était encore le canular de 1864 qui se trouvait remis en mémoire par l’auteur d’un article, Pierre Malo, en page de titre9. L’article évoquait l’annonce, faite par un savant, du développement dans un futur proche, de voyages interstellaires. Le journaliste s’émerveillait d’un ton badin mais entendait également mettre en garde le public contre « certains ‘canards’ super-stratosphériques » au premier rang desquels il citait « Le Pays un journal de l’Empire qui ne craignit pas d’annoncer […] que des mineurs américains avaient trouvé un habitant de la planète Mars à l’intérieur d’un aérolithe. »

7En régime médiatique, l’hypothétique investit les formes qui sont censées attester ou garantir une authenticité : comptes rendus, courrier des lecteurs, rubriques de brèves. Dans le cas du canular scientifique du Pays, le texte fut en effet donné comme une nouvelle d’un correspondant :

  • 10 Buard (Jean-Luc), art. cit.

Nous recevons à l’instant même de Richmond la correspondance suivante, qui nous jette dans un profond étonnement. Nous la publions sous toutes réserves, bien que nous ne mettions pas un seul instant en doute l’honorabilité de notre correspondant10.

8Jean-Luc Buard a relevé que le canard, d’abord placé dans la rubrique « Variétés » migre ensuite, mais temporairement, dans les colonnes du feuilleton avant de réintégrer son emplacement d’origine. Cette instabilité peut s’entendre comme le symptôme d’un trouble quant au statut du texte publié, le déplacement vers le feuilleton semblant postuler qu’on en attend le retour périodique – forcément programmé par l’écriture de cette fiction plus que par les développements nécessairement aléatoires d’une véritable découverte scientifique.

  • 11 Figuier (Louis), L’Année scientifique et industrielle : ou Exposé annuel des travaux scientifiques, (...)

9Dans L’Année scientifique et industrielle qui compile ses chroniques de l’année écoulée dans la presse, Louis Figuier n’a pas de mots assez durs pour dénoncer « Un canard scientifique de haut vol11 » :

Le Pays du 17 juin 1864 mettait en circulation un affreux canard, d’origine prétendue américaine, mais qui a eu pour objet de mystifier le Français débonnaire par une amplification drolatique des découvertes récentes concernant les aérolithes et l’homme fossile.

10Figuier évoque également des « entreprises sur la crédulité publique » « perpétrées avec une étendue et une longueur qui dénotent un grand parti pris de réussite. » Il entreprend ensuite de soumettre à une relecture critique la première des publications du Pays. Mais il s’agit moins pour lui de dénoncer l’ineptie de la fable que de remettre en cause les canaux médiatiques par lesquels on s’est employé à l’accréditer :

  • 12 Ibid., p. 37.

Si nous avions trouvé ce canard atroce et infiniment trop emplumé dans le Journal pour rire ou dans le Charivari, nous l’aurions regardé comme assez indifférent. Mais quand on nous le présente comme un document sérieux, dans un grand journal politique, il nous semble que quelques coups de fouet de la critique ne sont pas de trop pour punir cette véritable atteinte portée au crédit de la presse en général12.

11Les commentaires de Figuier reflètent donc la conscience de la force authentifiante et légitimatrice de la diffusion médiatique, la capacité également qu’aurait le lectorat à évaluer le degré de supposée fiabilité des informations en fonction du canal par lequel elles sont diffusées, question dont nous mesurons aujourd’hui encore toute la difficulté.

  • 13 Larousse (Pierre), Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, s.v. « Parville (François-Henri Peu (...)

12La publication en volume fait basculer le texte vers le régime fictionnel. La révélation, sur la page de titre, de l’identité de son auteur, Henri de Parville, ne lève qu’imparfaitement l’ambiguïté, Parville étant reconnu comme l’« un de nos vulgarisateurs scientifiques les plus estimés » ainsi que l’écrira plus tard Pierre Larousse dans l’article qu’il lui consacre dans son Grand Dictionnaire universel du xixe siècle13. En revanche, le choix de la collection dans laquelle le texte est publié le place, aux côtés de Jules Verne, dans l’univers de la fiction : chez Hetzel, dans la Bibliothèque d’éducation et de récréation, en volume in-18 avec gravures. C’est clairement construire un pacte de lecture mettant l’imagination au service de l’instruction divertissante, réception du récit attestée par des témoignages. Ainsi lit-on, dans La Presse en date du 20 décembre 1897 (p. 3) dans une rubrique « Menus propos » sous-titrée sobrement « Mars », les confidences quelque peu nostalgiques de Louis de Gramont :

  • 14 Gramont (Louis de), « Mars », La Presse, 20 décembre 1897, p. 3.

Je me rappelle avoir lu, étant enfant, le livre de M. Henri de Parville, intitulé : Un habitant de la planète Mars. De ce que c’était, au juste, je n’ai pas gardé mémoire. […] Ce que je n’ai pas oublié, c’est que l’ouvrage était fort amusant et qu’il m’avait intéressé au plus haut point. Et comment, en effet, ne pas être passionné par ces problèmes de la pluralité des mondes habités14 ?

13Le journaliste retrouve dans sa mémoire tous les éléments attachés à une publication Hetzel : littérature de jeunesse, ambition de plaire et d’instruire, articulation des connaissances scientifiques et de la prospective, mobilisation des savoirs exacts à la faveur d’un récit d’imagination. La dimension mystificatrice du texte a été partiellement désamorcée par la publication en volume. Paradoxalement, les signaux qui, en contexte médiatique, sont susceptibles d’assurer l’adhésion et la tromperie du lecteur (effet de réel de la « correspondance », suivi, récurrence de la nouvelle, insertion dans une rubrique identifiée) sont les mêmes qui, une fois transportés au seuil d’une publication en librairie, servent à construire le pacte de lecture fictionnel.

  • 15 Parville (Henri de), « Mouvement scientifique », Les Annales politiques et littéraires, 15 mai 1898 (...)

14Henri de Parville revient lui-même sur son récit, avec une désinvolture affichée, à l’occasion d’un article sérieux publié dans Les Annales politiques et littéraires : « C’est si vieux qu’il est bien permis d’en parler. J’ai commis, vers 1866, chez l’éditeur Hetzel, un petit livre intitulé : Un habitant de la planète Mars. Je crois qu’il existe encore avec des dessins satiriques de Riou15. » Parville évoque tout à la fois la dimension vulgarisatrice de son écrit, qui permettait, via la fiction d’aborder « les problèmes scientifiques de l’époque : pluralité des mondes, âge des planètes, évolution des êtres, transformisme, etc. » et également sa tonalité satirique, l’auteur esquissant « les portraits de quelques académiciens contemporains qui furent loin de se trouver ressemblants : Babinet, Le Verrier, Milne-Edwards, Velpeau, etc. » et qui lui « ont pardonné, depuis, ce péché de jeunesse ».

  • 16 La presse américaine de l’époque s’est en effet fait l’écho de l’événement, voir par exemple The Ne (...)

15Mais ce rappel sert surtout de biais à Parville pour souligner la porosité des frontières entre science et fiction. Il évoque ainsi, en cette année 1898, « un journal américain [qui] vient évidemment de donner une nouvelle édition de [son] “Habitant de la planète Mars” en publiant le récit de la découverte d’un aérolithe. Il cite le récit du journaliste qui relate la façon dont « un astronome connu, M. Jeremiah Macdonald16 » qui « rentrait dernièrement chez lui vers une heure du matin, à Binghamton (État de New-York) » « fut tout à coup frappé par une lumière éblouissante. » « En même temps, au milieu d’un grand bruit, un corps tombé du ciel s’enfonçait dans le sol à quelques pas. » Après avoir longtemps fouillé la terre alentour, l’astronome dégageait « une masse d’aspect métallique » sur laquelle il découvrit le lendemain « des marques très semblables à des caractères d’écriture », constat qui débouchait sur la conclusion qu’il s’agissait « d’un message envoyé par les habitants de la planète Mars. » Autant de détails que le journaliste avait développés dans sa fiction canular de 1864.

16« J’ai toujours pensé que les astronomes avaient beaucoup d’imagination. J’en suis maintenant tout à fait convaincu », écrit encore Parville en guise de péroraison. C’est dire en quelque sorte la réversibilité de la relation qu’entretient le récit d’anticipation avec la presse. Il naît dans les interstices équivoques de ses rubriques mais une fois constitué en texte autonome et légitimé, il sert d’instrument pour un examen critique des médias et de la sphère scientifique.

Les plans sur La Comète ou les phénomènes d’amplification médiatique

17Dans d’autres cas, on assiste à une fictionnalisation des données scientifiques qui peut parfois refléter une intention polémique. Cette pratique, qui relève d’une logique d’instrumentalisation de l’information cherchant à disqualifier celui qui est censé en être le porteur, contribue sur un autre plan à conférer une résonance inattendue aux manifestations du merveilleux scientifique. L’argument, que l’on trouve sous forme de boutade sous la plume de Parville selon lequel « les astronomes [ont] beaucoup d’imagination », en fait les premiers responsables, et de longue date dans l’imaginaire collectif, de ces extrapolations fictionnelles.

  • 17 Sur Lalande (1732-1807) et les polémiques qui lui sont attachées, voir Gleizes (Delphine), « Un ast (...)
  • 18 Traité d’astronomie, 1re éd. 1764, Abrégé d’astronomie, 1re éd. 1774 et Astronomie des Dames, 1re é (...)
  • 19 Sur les stratégies habituelles de communication savante au xviiie siècle, voir Peiffer (Jeanne) & V (...)
  • 20 Journal helvétique, août 1773, pp. 67-69.
  • 21 Les « lettres aux auteurs du journal » étaient alors fort courantes, anticipant sur le courrier des (...)
  • 22 Nouveau Journal helvétique, août 1773, Pièces fugitives, pp. 65-89.
  • 23 Ibid., p. 72, note 1.

18Le xixe siècle ne fut pas le seul à jouer cette partition dont le développement semble corrélé à l’essor parallèle de la sphère médiatique. On peut en juger à travers l’exemple de certains savants qui se sont retrouvés, volens nolens, dans la tourmente des polémiques. Ce fut le cas de Jérôme de Lalande17, astronome réputé, directeur de l’Observatoire de Paris, membre de l’académie des Sciences, titulaire de la chaire d’astronomie au Collège de France, mais aussi artisan de la vulgarisation de l’astronomie à travers plusieurs ouvrages de large diffusion : le Traité d’astronomie, l’Abrégé et l’Astronomie des Dames18. Cette figure incontestable de l’astronomie au xviiie siècle fut la cible de violentes attaques, sans doute en raison de ses convictions athées et de ses sympathies pour la franc-maçonnerie. L’exemple est significatif car c’est celui d’un savant dont la parole se trouve instrumentalisée et bascule, à son corps défendant, dans l’annonce sensationnelle et la fiction d’anticipation. Le scientifique, qui devait faire une communication de ses travaux devant l’académie des Sciences19, communication relative à la probabilité (fort faible !) de la collision d’une comète avec la Terre, dut y renoncer à la suite d’un contretemps mais eut le déplaisir d’en voir diffusé le contenu totalement déformé dans la presse. « Ces propos, note le Journal helvétique, en passant de bouche en bouche, ont excité les craintes les plus ridicules, on en est venu au point de fixer le jour où notre monde devait être submergé20. » Le passage de l’information scientifique produite par Lalande au canular dont il n’est pas l’auteur mais qu’on lui impute par malveillance s’est opéré via les structures mêmes de la communication médiatique : la fable s’immisce notamment dans la rubrique du courrier des lecteurs21, fictionnalisé pour l’occasion. Le Nouveau Journal helvétique, dans sa livraison d’août 177322, affiche clairement son intention de faire verser le débat du côté de la production littéraire. Malgré, en préambule, un rappel des faits objectif, la gazette affirme : « Notre but est d’amuser nos lecteurs23 ». Le journal propose alors une divertissante galerie de portraits, chaque lettre faisant état de l’anxiété croissante de la population devant l’annonce de l’apocalypse. La deuxième lettre ébauche les traits d’une coquette effrayée à l’idée de la fin du monde et plus encore à la perspective, que lui enjoint de suivre son mari jaloux, de s’en retirer.

  • 24 Ibid., p. 73.

Cette comète, qu’en pensez-vous ? viendra-t-elle, ne viendra-t-elle point ? Serai-je noyée ou brûlée ? Un astronome que j’ai envoyé consulter, m’assure que le péril est très urgent. […] Mon mari, qui n’est point astronome, me conseille en tout événement de prendre le parti de la retraite. Quitter le monde ! […] en vérité je n’en ai point la force : et encore, pourquoi ? Sur un peut-être ! Je suis jeune, jolie, femme de qualité, mariée depuis un an ; j’aime les plaisirs, j’en suis folle24.

19La troisième lettre campe un mélancolique « philanthrope » qui imagine le moyen pour l’humanité de survivre au déluge annoncé en pratiquant l’apnée de longue durée. La quatrième lettre dessine les traits d’un homme de lettres désespéré à l’idée de ne pas connaître la gloire avant la catastrophe. Ces stéréotypes sont dignes d’un conte philosophique, et s’ils empruntent les voies du courrier des lecteurs et exploitent le support médiatique, c’est pour mieux investir le domaine de la fiction. La mesure de ce basculement peut être prise en comparant la substance de ces fausses correspondances à la teneur, quasi identique, du conte philosophique d’anticipation, La Comète, conte en l’air, écrit pour la même circonstance par Bricaire de la Dixmerie. En voici l’argument dans la presse de l’époque :

  • 25 Journal des beaux-arts et des sciences, août 1773, pp. 235-236.

La scène est à Pékin, et le conte est comme divisé en deux parties. Dans la première, on voit les regrets de quantité de gens, sur le tort que fera à leurs affaires, à leurs goûts, à leurs projets, l’arrivée subite d’une comète qui bouleversera le globe. Dans l’autre, on en voit s’affliger, s’examiner intérieurement, se juger sans indulgence, et enfin se rectifier ; sur quoi l’auteur dit : cette révolution fut sans doute la plus grande qu’aucune comète eût jamais opérée25.

  • 26 [Bricaire de la Dixmerie (Nicolas)], La Comète, conte en l’air, s.l., s.d., p. 3.
  • 27 Sur les récits de fin du monde, voir Dessy (Clément) & Stiénon (Valérie) (dir.), (Bé)vues du futur. (...)
  • 28 Cousin de Grainville (Jean-Baptiste), Le Dernier Homme, Paris, Detterville, [1805] 1811 ; Flammario (...)

20La Dixmerie y dépeint le savant astronome sous les traits d’un « lettré, pâle, essoufflé, oppressé, haletant et ayant l’air de vouloir dire bien des choses, sans pouvoir en dire une », arrivant précipitamment chez la belle Aradné, « jolie femme d’un des principaux Mandarins de la cour26 » pour lui porter la terrible nouvelle d’une catastrophe prochaine. Le texte tient à la fois par son ton des contes philosophiques dont le xviiie siècle était familier et par son contenu des récits d’apocalypse tels que le xixe siècle les connaîtra27, du Dernier Homme de Cousin de Grainville à La Fin du monde de Camille Flammarion28.

21La presse, y compris dans ses développements sous forme de gazette au xviiie siècle, apparaît donc comme le lieu d’un contact privilégié entre l’univers littéraire de la fiction et celui des informations à caractère scientifique. Bien plus, elle favorise une créativité littéraire fondée sur l’indétermination des statuts et sur l’instabilité des genres.

« Fantaisie d’astronomie » : institutions, savoirs académiques et modèles littéraires

  • 29 Fonvielle (Wilfrid de), « À la surface de Mars », Journal des Voyages et des aventures de terre et (...)
  • 30 Voir Axel Hohnsbein, auteur d’une thèse à paraître intitulée La Science en mouvement : la presse de (...)

22Le contexte de publication par Wilfrid de Fonvielle dans le Journal des Voyages et des aventures de terre et de mer de « À la surface de Mars29 » joue précisément de la même ambivalence. Le signal envoyé par cette signature est celui d’un texte écrit par un vulgarisateur scientifique de premier plan. Wilfrid de Fonvielle collabora en effet avec Gaston Tissandier et Victor Meunier, fournit de nombreux articles pour la presse tant généraliste (Le Petit Journal) que de vulgarisation (La Science illustrée, Cosmos, La Nature). Il publia également des volumes consacrés aux enjeux de la science ainsi que des récits d’aventures scientifiques30. L’article de Fonvielle prétend, ainsi que le laisse espérer le titre « À la surface de Mars », offrir au lecteur un certain nombre de considérations scientifiques relatives à la planète rouge.

  • 31 Lanos (Henri), « Ce qui doit être une des principales distractions des Martiens », Je sais tout, n° (...)

23Mais simultanément, l’indication générique placée en « une » du journal, « Fantaisie d’astronomie », indique assez la prégnance de la fiction sur le texte qui se donne à lire dans les pages intérieures. Cette indication est renforcée plus encore par la superbe illustration d’Albert Robida [ill. 1], « Les habitants de Mars communiquant avec la Terre », qui donne bien sûr un tour plus imaginatif au texte de Fonvielle et annonce, sur la même thématique, celle d’Henri Lanos quelques années plus tard, en 1906, dans le magazine Je sais tout31.

Ill. 1. Albert Robida, « Les habitants de Mars communiquant avec la Terre », Journal des Voyages et des aventures de terre et de mer, nº 220, 17 février 1901 © Marie Palewska

  • 32 Comptes rendus de l’académie des sciences, t. CXXXI, 1900, 2e semestre, p. 1147. Le Prix Guzman fut (...)

24L’incipit de l’article de Wilfrid de Fonvielle permet également de mesurer la façon dont le texte se maintient de manière ambivalente entre fiction et vulgarisation. Il fait en effet référence à l’actualité scientifique du temps en évoquant le « Prix Guzman ». L’initiative de ce prix, due à une riche veuve, avait agité le monde médiatique dans les années 1890. On lit par exemple dans Le Figaro du 10 août 1891, sous le titre « Un legs original » (p. 1), les précisions concernant cette affaire « dont il est beaucoup question depuis une semaine ». Les dispositions relatives à ce prix ne furent pourtant prises qu’en 1900, ainsi que le précisent les Comptes rendus de l’académie des sciences32 : Clara Goguet, veuve Guzman léguait une somme de cent mille francs à l’académie des sciences pour la fondation d’un prix, portant le nom de son fils décédé, prix « qui sera décerné à celui qui aura trouvé le moyen de communiquer avec un astre autre que la planète Mars. » Et le très sérieux compte rendu de l’académie des sciences ne manque pas d’humour en poursuivant : « Prévoyant que le prix […] ne serait pas décerné tout de suite, la fondatrice a voulu, jusqu’à ce que ce prix soit gagné, que les intérêts du capital, cumulés pendant cinq années, formassent un prix, […] qui serait décerné à un savant français ou étranger, qui aurait fait faire un progrès important à l’Astronomie. »

25En regard de cette annonce, l’ironie et la badinerie de Wilfrid de Fonvielle s’apprécient à l’incipit de son article « Fantaisie » : « Après dix longues années d’hésitations, l’Académie des Sciences de Paris a accepté le legs de cent mille francs constitué par la veuve Guzman pour récompenser l’auteur des communications interplanétaires. La prime est assez belle pour que j’essaie de la gagner. » Le développement dévoile rapidement le caractère parodique de l’ambition, lorsque le nom de Fonvielle se trouve associé à « un habile artiste dont le talent a deviné ce que deviendront nos grandes villes lorsque la conquête de l’air sera réalisée. » « M. Robida, poursuit le journaliste, joignant son inspiration à la nôtre, nous sommes certain d’emporter le prix proposé, et de ne pas le laisser moisir […]. »

  • 33 Daniel Fondanèche y voit une référence à la découverte de Neptune le 24 septembre 1846 par l’Allema (...)
  • 34 Verne (Jules), La Journée d’un journaliste américain en 2890, publié en anglais, sous le titre In t (...)

26Fonvielle n’en reste pas cependant à la seule tonalité parodique et explore successivement toutes les postures d’énonciation possibles et tous les types de texte : l’approche historique, en récapitulant les écrits et les croyances sur Mars, l’approche littéraire – tour à tour d’ailleurs convoquée et démentie, en évoquant « le gros canon de M. Jules Verne » – son roman De la Terre à la Lune (1865), donc – et pêle-mêle, sans distinction ni hiérarchie Galilée, Kepler, Fontenelle et le Voltaire de Micromégas. Tantôt l’article perd de vue le prétexte premier de la communication interastrale et distille des informations, par exemple sur l’analyse spectrale qui permet de déterminer l’atmosphère des planètes observées. Tantôt l’hyperbole fait de nouveau osciller le texte du côté de la fiction et de la parodie : « Nous connaissons la topographie de Mars presque aussi bien que si nous l’habitions, beaucoup mieux que nous ne connaissions la géographie de l’Afrique avant le siècle qui vient de finir. » Le lecteur, alors plongé en plein débat sur les canaux martiens, dut apprécier. La tonalité, ici, n’est pas très éloignée de l’enthousiasme figuré sous la plume satirique de Verne dans sa Journée d’un journaliste. Dans ce récit qui imagine le fonctionnement médiatique des sociétés en 2889, Verne connecte malicieusement les recherches scientifiques et la vulgarisation : toute découverte doit faire l’objet d’une diffusion immédiate. S’y dessinent les contours d’une économie de l’information dans laquelle la quête de l’immédiateté et du flux permanent ouvrent la porte aux dysfonctionnements du humbug et du puff. S’enquérant des dernières découvertes relatives à la lointaine planète Gandini33, le magnat de la presse Benett, propriétaire du Earth Herald formule cette recommandation auprès du savant : « Bien ! […] hâtez-vous d’en informer le service de reportage. Vous savez quelle passion le public apporte à ces questions astronomiques. Je tiens à ce que la nouvelle paraisse dans le numéro d’aujourd’hui34 ! »

  • 35 Pour les articles scientifiques de Cros, voir Cros (Charles) & Corbière (Tristan), Œuvres complètes(...)
  • 36 Cros (Charles), « Un drame interastral », La Renaissance littéraire et artistique, 24 août 1872.
  • 37 Meunier (Stanislas), La Nature, n° 17, 27 septembre 1873, p. 287.

27Cette mise en abyme des stratégies journalistiques entre en résonance avec l’approche parodique de Wilfrid de Fonvielle, le texte servant de miroir pour interroger les pratiques contemporaines. Le texte du Journal des Voyages finit d’ailleurs par retrouver la tonalité du conte philosophique qu’il avait un temps mis à distance, évoquant la beauté des « femmes marsiennes » et des « êtres délicats et charmants ». Là règnent justice, élévation d’esprit, à la manière d’un nouvel Eldorado qui présente un reflet bien critique à nos propres sociétés. Le cas de Fonvielle, qui maintient étroitement associés fiction et faits scientifiques, satire et esprit sérieux n’est pas isolé dans le dernier tiers du siècle. Sur une thématique similaire, d’inspiration non pas martienne mais vénusienne, le poète Charles Cros s’était déjà illustré. L’écrivain fut tout à la fois l’auteur de conférences savantes35 au sujet de la communication interastrale et celui d’une mélancolique et drolatique nouvelle publiée dans La Renaissance36 en 1872, récit qui imaginait les amours impossibles d’un terrien, fils du directeur de l’Observatoire des Andes Sud et d’une jeune habitante de Vénus. Stanislas Meunier dans La Nature, évoquait quelques mois plus tard les convictions de ce « jeune savant qui s’est déjà signalé par plusieurs travaux marqués au coin de l’originalité la plus remarquable » : « M. Charles Cros, pense que le prochain passage de Vénus serait une occasion favorable pour savoir s’il y a des habitants dans cette planète, et, dans ce cas, pour entrer en relation avec eux37. »

28Cette dernière référence l’illustre suffisamment, les allers et retours dans l’espace médiatique entre fait et fiction visent moins à démêler le vrai du faux qu’à envisager les conditions d’existence du possible et à évaluer son impact dans des sociétés modernes où la foi dans le progrès accorde une importance toujours croissante à la prospective et au conjectural.

Donner à voir : le rôle ambigu de l’illustration

29Dans ce paysage incertain qui se dessine entre l’anticipation et le canard, il semblerait légitime de penser que l’illustration, proposée en contrepoint du texte, soit un stabilisateur pour sa lecture. Elle orienterait ainsi l’interprétation et contribuerait à sortir le récit de ses ambiguïtés pour le ranger avec plus de certitude du côté de la mystification ou du côté de la fiction. Cette hypothèse cependant, si elle trouve parfois à se vérifier, est loin de constituer une règle et l’image, s’agissant de la détermination du statut d’un texte, est plus un facteur de trouble supplémentaire qu’un agent d’élucidation.

  • 38 Bertsch (Auguste), « Le monde invisible », Musée des familles, Lectures du soir, vol. 7, n° 4, juil (...)
  • 39 Le numéro dans lequel se trouve publiée la nouvelle de Maurice Renard intègre par exemple un report (...)

30La publication dans le Musée des familles en 1840 par Auguste Bertsch d’un récit intitulé « Le monde invisible38 » est le reflet de ces ambiguïtés. Le texte est une fiction fantastique qui imagine la transformation d’un astronome en « homme-microscope » à la suite d’une violente commotion. La vue du savant se modifie radicalement au point qu’il perçoit le monde qui l’entoure comme à travers un monstrueux microscope. Mais cet accès de « névrose », ainsi que le nomme le médecin et ami qui l’examine, est surtout un prétexte à l’exposé de considérations relatives à l’observation microscopique. En effet, Bertsch était un pionnier de la photomicrographie et mit au point des séries de clichés qui firent date, notamment sa fameuse série « La naissance d’un pou » (v. 1853-1857). Le récit publié dans Le Musée des familles joue de cette ambivalence. Il est clairement une fiction, avec parfois des accents philosophiques sur la vanité de l’existence humaine et la nécessaire humilité du savant devant la faible étendue de ses connaissances. Il se fonde sur des thématiques qui feront les beaux jours, au xxe siècle, de la littérature d’anticipation. Ainsi par exemple du récit imaginé par Maurice Renard, L’Homme truqué. Ce texte, paru dans Je sais tout le 15 mars 1921 (puis en volume aux éditions Cres) évoque le destin du lieutenant Jean Lebris, blessé au cours de la Grande Guerre et auquel un savant fou entreprend de redonner la vue. Mais une vue « truquée », uniquement sensible aux phénomènes électriques. À quelque quatre-vingts ans d’écart, les textes de Bertsch et de Renard, aux frontières de la science, approfondissent la question problématique de la vision. Tous deux ont également en commun d’être publiés dans des revues généralistes de vulgarisation, Le Musée des familles et Je sais tout qui mêlent les pages de fiction aux rubriques informatives dans les domaines les plus variés de la connaissance. La rubrique dans laquelle se trouve insérée la fiction est également intéressante à noter. Il s’agit, dans Le Musée des familles des « Études d’histoire naturelle », l’une des rubriques dans lesquelles intervenait régulièrement Bertsch dans les colonnes de cette revue à laquelle il collabora de 1839 à 1868. La revue Je sais tout ne comporte pas de rubriques mais présente un très grand éclectisme des sujets traités39, soutenu par une mise en page et une iconographie différenciées. Ces deux revues partagent aussi une commune prédilection pour l’illustration et si les moyens mobilisés pour la revue Je sais tout, depuis 1905, n’ont plus grand chose à voir avec les modestes gravures des années 1840, il n’en reste pas moins que dans l’un et l’autre cas, l’image joue un rôle dans le processus de lecture et de réception.

  • 40 Hooke (Robert), Micrographia, or some Physiological Descriptions of Minute Bodies made by Magnifyin (...)

31Le récit de Bertsch se trouve ainsi déporté du côté de la vulgarisation scientifique [ill. 2]. Les illustrations auxquelles il est associé déclinent méthodiquement plusieurs types d’observation microscopiques, somme toute assez traditionnels : le sang, les insectes, la moisissure, dans la grande lignée des observations inaugurées par Hooke dans son ouvrage Micrographia, en 166540. Le récit de L’Homme truqué en revanche se trouve accompagné d’illustrations d’Alexandre Rzewuski qui, sous forme de vignettes [ill. 3], sous-tendent la fiction. Les codes ne sont plus ceux de la planche encyclopédique mais bien ceux de l’univers romanesque. Les dessins de Rzewuski, peintre mondain des Années folles, apportent une plus-value artistique au récit.

Ill. 2. Auguste Bertsch, Le Monde invisible, Le Musée des familles, juillet 1840, p. 296 © Iris Lille 1

Ill. 3. Maurice Renard, L’Homme truqué, Je sais tout, 15 mars 1921, p. 343 © BnF

  • 41 La Nature, 29 octobre 1887, pp. 344-346.
  • 42 Voir par exemple le traitement cinématographique de la question, chez Segundo de Chomón dans L’Hôt (...)

32Les images fonctionnent donc comme des attracteurs. Elles orientent la lecture des textes. Il arrive également, symétriquement, que la sphère journalistique soit contaminée par la charge fantasmatique de l’illustration. Ainsi la très sérieuse revue de vulgarisation scientifique La Nature eut-elle à rendre compte, en 1887, de l’initiative de Gaston Menier, le patron des chocolats du même nom, qui avait fait installer dans son hôtel particulier du Parc Monceau un petit train électrique de table utilisé pour passer les plats durant le repas41. C’est certes un monde parfaitement ordonné que donnent à voir les planches de L. Poyet et de H. Thiriat [ill. 4 et 5], et non un univers gagné par une burlesque entropie42, dans lequel l’être humain finit par être le jouet des outils et des machines qu’il a créés pour le servir.

Ill. 4 et 5. La Nature, « Train électrique de table », 1887 © CNUM

  • 43 Pour un recensement des planches de Robida publiées dans le supplément de La Nature, les Nouvelles (...)
  • 44 Hervilly (Ernest d’), Timbale d’histoires à la parisienne, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1883. (...)
  • 45 Robida (Albert), La Vie électrique, Paris, Librairie illustrée, 1892, p. 135.

33Mais quelle différence entre cette évocation dans la presse de vulgarisation scientifique et les pochades d’anticipation qui se multiplient sous la plume des polygraphes dans les mêmes années ? Sans doute faut-il y voir une différence de degré et non de nature. Et la distance qui sépare les planches de l’Encyclopédie des utopies philosophiques du siècle des Lumières est la même que celle qui sépare les impeccables gravures sur bois de bout de La Nature des proto-bandes dessinées humoristiques de Robida parues dans le supplément de cette dernière revue43. Ernest d’Hervilly, par exemple imagine un Thomas Edison de fantaisie44, Josuah Électricmann, qui passe son existence à inventer d’improbables machines à communiquer et en oublie de vivre. Les fantaisies de Robida dans La Vie électrique ne sont guère éloignées de l’inventaire à la Prévert des objets remarquables énumérés dans la rubrique des « Petites inventions » des Nouvelles scientifiques : le tire-manche, la pipe à piston, le pèle-orange… Les déclarations optimistes de son personnage Philox Lorris qui assure « fournir la maison de tous les perfectionnements que la mécanique a de nos jours apportés dans la vie habituelle, perfectionnements qui permettent de se passer des bonnes, des domestiques et du nombreux personnel que nos aïeux devaient entretenir autour d’eux45 » rejoignent celles de Zola célébrant, dans Travail, l’électricité qui permettait de soustraire « à l’effort physique » « la ménagère » et la servante. L’illustration « Domestique de l’avenir » du magazine Je sais tout [ill. 6] est une déclinaison à peine plus sérieuse par Lanos du dessin de Robida évoquant sa « Bonne à tout faire » [ill. 7].

Ill. 6. « Domestique de l’avenir », Je sais tout, 15 octobre 1906, n° 21, p. 283 © BnF

Ill. 7. Albert Robida, La Vie électrique, « La bonne à tout faire », p. 129 © BnF

34L’imaginaire circule entre texte et illustration. L’image, loin d’avoir une simple vertu d’attestation permet d’élargir le territoire interstitiel du conjectural, entre le fait et la fiction.

À l’Ouest, toujours du nouveau

  • 46 Voir Compère (Daniel), « Sur la terre comme au ciel : l’affiche », Image & Narrative, n° 20, 2007.
  • 47 Voir Le Gallic (Stéphanie), « De la science-fiction à la réalité : la conquête du ciel par la publi (...)
  • 48 L’Illustration, n° 1554, 7 décembre 1872, p. 1.

35Via l’interface médiatique, imagination et information s’engendrent mutuellement. Encore une fois, l’Amérique joue un rôle matriciel dans ce processus. La première publication, par Villiers de l’Isle Adam, de L’Affichage céleste46 sous le titre « La Découverte de M. Grave » date du 30 novembre 1873 dans La Renaissance. Elle est quasi simultanée de la publication dans L’Illustration [ill. 8] d’une information en provenance des États-Unis47 : « L’Élection présidentielle aux États-Unis : annonce des résultats du vote au moyen de la lumière électrique48. »

Ill. 8. L’Illustration, n° 1554, 7 décembre 1872 © BnF

36Une illustration de Steinlen [ill. 9] réalisée pour une nouvelle publication de L’Affichage céleste, dans L’Écho de Paris, en 1891, met de nouveau en scène le procédé qui sera véritablement popularisé par l’Exposition universelle de Chicago (1893). Un faisceau de lumière issu d’un projecteur « installé sur le toit du Palais des arts et manufactures, à 60 mètres au-dessus du sol, informait chaque soir le public du nombre des visiteurs pendant la journée et le distrayait en projetant sur les nuages, lorsqu’il y en avait, des mots et des dessins. »

Ill. 9. Théophile Alexandre Steinlen, L’Écho de Paris, supplément illustré, 14 juin 1891 © BnF

Ill. 10. La Nature, « Projection sur les nuages », 1894 © CNUM

37Lorsque la revue La Nature rend compte de l’événement en 1894, c’est pour souligner le « retard » que la technique a pris sur la fiction :

  • 49 Dr. Z., « La Publicité sur nuages », La Nature, 1894, 1er semestre, p. 304.

La publicité sur nuages dont on parle depuis tant d’années comme d’un vague projet possible et réalisable, est aujourd’hui un fait expérimentalement et pratiquement acquis, et c’est tout naturellement en Amérique que nous devons aller chercher ses premières manifestations49.

38Le Dr. Z. qui rédige cet article consacré à la projection aérienne l’a significativement et presque magrittement intitulé « La Publicité sur nuages. Ceci n’est point un titre inventé à plaisir… » Et pourtant, ce que l’article explore, sous couvert de relayer une actualité d’outre-Atlantique, c’est un univers conjectural. Ainsi opère notamment le commentaire conclusif de l’illustration [ill. 10] :

Notre gravure représente le dispositif et le mode de fonctionnement du nouveau système d’annonces en supposant projetée une annonce de La Nature. On peut affirmer, sans s’exposer à être mauvais prophète, qu’une semblable publicité obtiendrait à Paris un certain succès. Attendons-nous à voir la réclame sur nuages passer à l’état d’industrie.

  • 50 La nouvelle de Verne La Journée d’un journaliste américain en 2889, publiée à plusieurs reprises da (...)

39L’image fait passer dans la fiction. Elle rend visible ce qui n’est pas, mais qui pourrait être et sans doute devait-elle être éloquente pour le lecteur familier de Villiers et de Verne50.

  • 51 Verne (Jules), Le Humbug, Hier et demain : contes et nouvelles, Paris, Hetzel, 1910, p. 168.

40Les jeux de l’anticipation et du canard ne datent certes pas du xixe siècle. L’exemple a pu en être donné à travers le cas de la comète de Lalande et la façon dont les gazettes du xviiie siècle fictionnalisaient les contenus scientifiques. Mais s’opère au siècle des Expositions universelles un changement d’échelle sans précédent. Jules Verne, décortiquant dans Le Humbug les mécanismes de l’amplification médiatique, évoque « l’effet de cette publicité à haute pression51 » sur la population. Tout y est affaire de conditionnement : ces nouvelles hypothétiques sous condition sont tributaires de leur emballage et tout autant de l’effet d’entraînement qu’elles suscitent dans l’esprit du lecteur. Peut-être l’émergence de la littérature d’anticipation au xixe siècle, sa constitution progressive comme genre reconnu, est-elle une réponse aux emballements de plus en plus fréquents de la sphère médiatique. Développée dans les colonnes de la presse, qui alimente son imagination conjecturale ainsi que l’inventivité de ses formes, cette littérature en met au jour, de façon critique, les errements, fût-ce en détournant à son profit les stratégies de mystification qu’elle entend dénoncer. La parodie, l’humour et le second degré facilitent cette circulation entre univers littéraire et médiatique tout en interrogeant le rapport des sociétés contemporaines aux faits et à leur véracité. À ce titre, l’anticipation réfléchit dans sa forme aux questions qu’elle aborde dans son contenu. Par ses rapports consubstantiels avec la presse, elle construit une connivence entre modèle cognitif et principe créatif et invente un territoire dans lequel toute croyance est l’effet d’un montage et la réalité (presque) un jeu de collage.

Haut de page

Notes

1 Nerval (Gérard de), « Histoire véridique du canard », Le Diable à Paris, Paris, J. Hetzel, 1845, p. 281.

2 Ibid., p. 287.

3 Daniel Compère fait l’historique du mot, de son introduction dans les années 1830 à la recrudescence de son emploi dans les années 1860. Il note également que la diffusion du mot a bénéficié de la publicité accordée au livre de Barnum, The Humbugs of the World, 1866 traduit en français la même année sous le titre Les Blagues de l’univers. Voir « Puff, bluff et humbug : de Barnum à Jules Verne », Romantisme, 2002, n° 116, pp. 59-64 et de façon plus générale tout le numéro 116 consacré à la blague et aux supercheries littéraires. Le Humbug de Jules Verne date sans doute des mêmes années. La version publiée par son fils en 1910 mentionne en note que « cette boutade inédite a été écrite vers 1863 », Verne (Jules), Hier et Demain, Paris, Hetzel, 1910, pp. 137-175.

4 Comettant (Oscar), Le Nouveau Monde : coutumes, mœurs et scènes de la vie américaine, Paris, Le Siècle, 1876, p. 263. Définition à rapprocher de celle du puff : « Le puff est l’art de semer et de faire éclore à son profit la chose qui n’est pas » (Scribe (Eugène), Le Puff ou mensonge et vérité, Paris, Beck, 1848, acte I, scène 2). Le puff est encore « la réclame perfectionnée », « l’art de duper les gens naïfs avec de grands mots » (Larousse (Pierre), Grand Dictionnaire universel du xixe siècle). Voir Marie-Ève Thérenty, « Le puffisme littéraire : sur les steeple-chases romanesques au xixsiècle », dans Saminadayar-Perrin (Corinne) (dir.), Qu’est-ce qu’un événement littéraire au xixsiècle ?, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2008, p. 224 ; Preiss (Nathalie), Pour de rire ! La blague au xixe siècle ou la représentation en question, Paris, PUF, 2002 ; Dousteyssier-Khoze (Catherine) & Vaillant (Alain), « Le siècle de la mystification », Romantisme, 2012, n° 156, pp. 3-11.

5 Expérience que l’on associe au réalisateur soviétique Lev Koulechov : la construction de l’interprétation d’une séquence filmique par le spectateur serait tributaire du montage des plans entre eux. Le sens que l’on attribue à une image est ainsi orienté par celles qui la précèdent ou la suivent directement.

6 Un article de Jean-Luc Buard a permis de faire la lumière sur le contexte de publication de ce texte. Voir « Un habitant de la planète Mars, Henri de Parville », Le Rocambole, Bulletin des amis du roman populaire, n° 9, 1999, pp. 147-156.

7 Parville (Henri de), Un habitant de la planète Mars, Paris, Hetzel, 1865, préface, p. vii.

8 Ibid., p. 270.

9 Malo (Pierre), « Les voyageurs pour Mars en fusée ! », L’Homme libre, 18 mai 1938, p. 1.

10 Buard (Jean-Luc), art. cit.

11 Figuier (Louis), L’Année scientifique et industrielle : ou Exposé annuel des travaux scientifiques, des inventions et des principales applications de la science à l’industrie et aux arts, qui ont attiré l’attention publique en France et à l’étranger, Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1865, pp. 33 sqq.

12 Ibid., p. 37.

13 Larousse (Pierre), Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, s.v. « Parville (François-Henri Peudefer de) », t. 12, 1874, p. 342. Pierre Larousse évoque également la publication d’Un habitant de la planète Mars comme un « écrit satirique qui a fait du bruit »

14 Gramont (Louis de), « Mars », La Presse, 20 décembre 1897, p. 3.

15 Parville (Henri de), « Mouvement scientifique », Les Annales politiques et littéraires, 15 mai 1898, p. 318.

16 La presse américaine de l’époque s’est en effet fait l’écho de l’événement, voir par exemple The New York Times du 14 novembre 1897 (p. 1) que Parville paraît traduire presque littéralement : « Prof. McDonald is among those who believe the mysterious ball was meant as a means of communication from another world. » Il semblerait également que Jeremiah MacDonald (1859-1918) tînt plus de l’empirique que du savant. La bibliothèque de l’Université de Binghamton (NY) conserve les archives de celui qui commercialisa médecines et orviétans et fonda le MacDonald’s Farmer Almanac.

17 Sur Lalande (1732-1807) et les polémiques qui lui sont attachées, voir Gleizes (Delphine), « Un astronome dans le débat public : Jérôme de Lalande, de l’expertise à la polémique », La Guerre des étoiles. L’astronomie entre lettres et sciences, Orages, Zékian (Stéphane) (dir.), n° 13, mars 2014, pp. 22-40.

18 Traité d’astronomie, 1re éd. 1764, Abrégé d’astronomie, 1re éd. 1774 et Astronomie des Dames, 1re éd. 1786.

19 Sur les stratégies habituelles de communication savante au xviiie siècle, voir Peiffer (Jeanne) & Vittu (Jean-Pierre) « Les journaux savants, formes de la communication et agents de la construction des savoirs (xviie- xviiie siècles) », Dix-huitième siècle, 2008/1, n° 40, pp. 281-300 et également dans le même volume l’article de Pierre Crépel, « République(s) des savants et stratégies de publication ».

20 Journal helvétique, août 1773, pp. 67-69.

21 Les « lettres aux auteurs du journal » étaient alors fort courantes, anticipant sur le courrier des lecteurs des futures revues de vulgarisation scientifique au xixe siècle. L’affaire de la comète de Lalande en révèle un usage parodique et ludique.

22 Nouveau Journal helvétique, août 1773, Pièces fugitives, pp. 65-89.

23 Ibid., p. 72, note 1.

24 Ibid., p. 73.

25 Journal des beaux-arts et des sciences, août 1773, pp. 235-236.

26 [Bricaire de la Dixmerie (Nicolas)], La Comète, conte en l’air, s.l., s.d., p. 3.

27 Sur les récits de fin du monde, voir Dessy (Clément) & Stiénon (Valérie) (dir.), (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940), Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2015. Également Stiénon (Valérie), « Les genres médiatiques de l’anticipation : des usages comiques du futur », Médias 19, Pinson (Guillaume) & Thérenty (Marie-Ève) (dir.), « Les journalistes : identités et modernités », actes du premier congrès Médias 19 (Paris, 8-12 juin 2015), avril 2017, URL : http://www.medias19.org/index.php?id=22718.

28 Cousin de Grainville (Jean-Baptiste), Le Dernier Homme, Paris, Detterville, [1805] 1811 ; Flammarion (Camille), La Fin du monde, Paris, Flammarion, 1894.

29 Fonvielle (Wilfrid de), « À la surface de Mars », Journal des Voyages et des aventures de terre et de mer, nº 220, 17 février 1901, pp. 186-187.

30 Voir Axel Hohnsbein, auteur d’une thèse à paraître intitulée La Science en mouvement : la presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903), Lyon, Université Lumière Lyon 2, 2016.

31 Lanos (Henri), « Ce qui doit être une des principales distractions des Martiens », Je sais tout, n° 22, 15 novembre 1906.

32 Comptes rendus de l’académie des sciences, t. CXXXI, 1900, 2e semestre, p. 1147. Le Prix Guzman fut décerné pour la première fois en 1905.

33 Daniel Fondanèche y voit une référence à la découverte de Neptune le 24 septembre 1846 par l’Allemand Johann Galle à la suite des calculs d’Urbain Le Verrier, La Littérature d’imagination scientifique, Amsterdam, New York, Rodopi, 2012, pp. 191-192.

34 Verne (Jules), La Journée d’un journaliste américain en 2890, publié en anglais, sous le titre In the Year 2889, The Forum, février 1889 puis dans Journal d’Amiens. Moniteur de la Somme, 21 janvier 1891, pp. 2-3. Le texte, La Journée d’un journaliste américain en 2889, fut ensuite publié et retouché par le fils de Verne, Michel, dans le recueil Hier et demain : contes et nouvelles, Paris, Hetzel, 1910, p. 187 pour la citation.

35 Pour les articles scientifiques de Cros, voir Cros (Charles) & Corbière (Tristan), Œuvres complètes, Forestier (Louis) & Walzer (Pierre-Olivier) (éd.), Paris, Gallimard, 1970. Cros avait en mai 1869, à l’invitation de Camille Flammarion, prononcé une conférence au sujet de la communication interplanétaire et publié la même année un article dans la revue Cosmos.

36 Cros (Charles), « Un drame interastral », La Renaissance littéraire et artistique, 24 août 1872.

37 Meunier (Stanislas), La Nature, n° 17, 27 septembre 1873, p. 287.

38 Bertsch (Auguste), « Le monde invisible », Musée des familles, Lectures du soir, vol. 7, n° 4, juillet 1840, pp. 293-301.Texte repris partiellement dans Berthoud (Samuel-Henry), Le Monde des insectes, Paris, Garnier frères, s.d. Auguste Bertsch (1813-1870) fut un membre fondateur de la Société française de photographie. Voir Troufléau (Carole), « La légende d’Auguste Bertsch : infortunes de la photomicrographie », Études photographiques, n° 11, mai 2002. Sur ce texte et sur la question de la vision microscopique, voir Gleizes (Delphine) & Reynaud (Denis), Machines à voir. Pour une histoire du regard instrumenté (xviie-xixe siècles), Lyon, PUL, 2017, pp. 41-42.

39 Le numéro dans lequel se trouve publiée la nouvelle de Maurice Renard intègre par exemple un reportage de voyage au Soudan, une histoire de la boxe, une planche consacrée à « une pile qui ne s’use pas », etc.

40 Hooke (Robert), Micrographia, or some Physiological Descriptions of Minute Bodies made by Magnifying Glasses, with Observations and Inquiries thereupon, London, J. Martyn and J. Allestry, 1665.

41 La Nature, 29 octobre 1887, pp. 344-346.

42 Voir par exemple le traitement cinématographique de la question, chez Segundo de Chomón dans L’Hôtel électrique en 1908 puis chez Buster Keaton dans The Electric House en 1922.

43 Pour un recensement des planches de Robida publiées dans le supplément de La Nature, les Nouvelles scientifiques, voir la thèse de Doré (Sandrine), Albert Robida (1848-1926), un dessinateur fin-de-siècle dans la société des images, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 2014, vol. II, Annexes, pp. 534-536.

44 Hervilly (Ernest d’), Timbale d’histoires à la parisienne, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1883. On sait, grâce au dépouillement de Stéphanie Dord-Crouslé (« Variations électriques dans La Vie moderne, époque Charpentier (1879-1883) », communication au colloque Merveilles électriques, Lyon, novembre 2016, à paraître) que la nouvelle avait été antérieurement publiée dans La Vie moderne, « Les inventions de Josuah Électricmann », troisième année, n° 32, samedi 6 août 1881, pp. 510-511.

45 Robida (Albert), La Vie électrique, Paris, Librairie illustrée, 1892, p. 135.

46 Voir Compère (Daniel), « Sur la terre comme au ciel : l’affiche », Image & Narrative, n° 20, 2007.

47 Voir Le Gallic (Stéphanie), « De la science-fiction à la réalité : la conquête du ciel par la publicité lumineuse », Le Temps des Médias, n° 27 automne-hiver 2016-2017, pp. 153-169. Stéphanie Le Gallic est l’auteur d’une récente thèse d’histoire sur la question, Les Messages de lumière. La publicité lumineuse à Paris, Londres et New York de la fin du xixe siècle à nos jours, Université Paris IV-Sorbonne, 2014. Elle date le prototype de la publicité céleste de 1878, information publiée dans Scientific American.

48 L’Illustration, n° 1554, 7 décembre 1872, p. 1.

49 Dr. Z., « La Publicité sur nuages », La Nature, 1894, 1er semestre, p. 304.

50 La nouvelle de Verne La Journée d’un journaliste américain en 2889, publiée à plusieurs reprises dans la presse entre 1889 et 1891 puis reprise dans le recueil Hier et demain : contes et nouvelles, Paris, Hetzel en 1910 évoque clairement la réclame dans les nuages : « Grâce à un ingénieux système, d’ailleurs, une partie de cette publicité se propage sous une forme absolument nouvelle, due à un brevet acheté au prix de trois dollars à un pauvre diable qui est mort de faim. Ce sont d’immenses affiches, réfléchies par les nuages, et dont la dimension est telle que l’on peut les apercevoir d’une contrée tout entière. Dans cette galerie, mille projecteurs étaient sans cesse occupés à envoyer aux nues, qui les reproduisaient en couleur, ces annonces démesurées. » (p. 188).

51 Verne (Jules), Le Humbug, Hier et demain : contes et nouvelles, Paris, Hetzel, 1910, p. 168.

Haut de page

Ill. 1. Albert Robida, « Les habitants de Mars communiquant avec la Terre », Journal des Voyages et des aventures de terre et de mer, nº 220, 17 février 1901 © Marie Palewska
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6715/img-1.png
image/png, 659k
Ill. 2. Auguste Bertsch, Le Monde invisible, Le Musée des familles, juillet 1840, p. 296 © Iris Lille 1
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6715/img-2.png
image/png, 199k
Ill. 3. Maurice Renard, L’Homme truqué, Je sais tout, 15 mars 1921, p. 343 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6715/img-3.png
image/png, 103k
Ill. 4 et 5. La Nature, « Train électrique de table », 1887 © CNUM
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6715/img-4.png
image/png, 475k
Ill. 6. « Domestique de l’avenir », Je sais tout, 15 octobre 1906, n° 21, p. 283 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6715/img-5.jpg
image/jpeg, 2,5M
Ill. 7. Albert Robida, La Vie électrique, « La bonne à tout faire », p. 129 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6715/img-6.png
image/png, 512k
Ill. 8. L’Illustration, n° 1554, 7 décembre 1872 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6715/img-7.jpg
image/jpeg, 68k
Ill. 9. Théophile Alexandre Steinlen, L’Écho de Paris, supplément illustré, 14 juin 1891 © BnF
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6715/img-8.jpg
image/jpeg, 920k
Ill. 10. La Nature, « Projection sur les nuages », 1894 © CNUM
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6715/img-9.png
image/png, 138k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Gleizes, « « Ceci n’est point un titre inventé à plaisir… » », COnTEXTES [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6715 ; DOI : 10.4000/contextes.6715

Haut de page

Auteur

Delphine Gleizes

Université Grenoble Alpes

Haut de page