Navigation – Plan du site
L'anticipation en contexte : discours, réseaux, valeurs

Anticipation et légitimation : le prix « Jules Verne »

Claire Barel-Moisan

Texte intégral

1En 1927, la revue Lectures pour tous institue un prix « Jules Verne » qui se propose de s’appuyer sur les visions de l’avenir que dessinent les sciences pour redynamiser le genre du roman d’aventures scientifiques. Voici la présentation qu’en donne la rédaction, deux ans après son lancement, soulignant l’accueil positif que l’opération a reçu :

  • 1 Lectures pour tous, « Un nouveau Jules Verne », mars 1929, p. 11.

« Les peuples qui marchent ne font que du Jules Verne », disait un jour le maréchal Lyautey. En puisant dans les perspectives d’avenir qu’ouvre la science, l’imagination du romancier trouvera ses plus belles inspirations, et ces inspirations donneront en effet aux jeunes générations le goût des réalisations qui font le progrès. Nous en avons de beaux exemples : le commandant Charcot se dit volontiers le disciple de Jules Verne, et le savant électricien Belin, dont nous parlions encore récemment, ne cache pas que le célèbre romancier a exercé sur lui une action incontestable. […] Le roman d’aventures scientifiques est donc un genre auquel il faut à tout prix rendre la place qui lui est due. C’est pour cette raison que la création du prix Jules Verne fut accueillie avec tant de faveur par le monde scientifique et le monde littéraire1.

  • 2 Lectures pour tous, mars 1929, « le prix Jules Verne 1929 », p. 11.
  • 3 Voir Schaeffer (Jean-Marie), Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Seuil, coll. « Poétique », (...)

2On peut analyser la fondation de ce prix comme un cas révélateur qui permet de saisir le processus de réappropriation d’un modèle de roman « à la Jules Verne », de la fin du xixe siècle aux années 1930. Quelle signification revêt, pour une revue, ce geste d’instituer un prix sous le patronage du romancier, soixante ans après le début de la publication de ses Voyages extraordinaires ? Cette opération repose sur la reconstruction d’un modèle tutélaire nécessairement transformé, et dévoile le regard que le début du xxe siècle porte sur le siècle précédent. Il s’agit d’un geste d’éditeur – en l’occurrence la maison Hachette – qui choisit de tracer une lignée pour, selon ses termes, « ressusciter le genre du roman d’aventures scientifiques2 ». La conception générique qui sous-tend le prix Verne relève donc de ce que Jean-Marie Schaeffer catégorise comme un genre pensé de façon généalogique, comme dérivation d’un modèle originaire3.

3On s’interrogera sur ce qui se joue alors autour de l’écriture vernienne. Pourquoi la maison Hachette ressent-elle, en 1927, le besoin de mettre en avant cette figure paradigmatique du romancier scientifique ? Quelles stratégies sont déployées, aussi bien par les auteurs que par leurs éditeurs pour faire dialoguer leurs romans avec l’œuvre de Verne ?

4En se plaçant sous l’égide d’un auteur disparu vingt ans plus tôt, la création du prix Jules Verne fonctionne comme une manière de sélectionner dans le corpus déjà existant des romans d’aventures une classe de textes présentant une série de traits communs avec le modèle institué. Mais le prix est surtout tourné vers l’avenir, conçu pour donner un nouvel essor au genre puisqu’il fonctionne comme une technique d’appel à manuscrits qui permet d’orienter le contenu des textes reçus par l’éditeur. Comment un projet d’écriture caractéristique de la seconde moitié du xixe siècle se voit-il alors réactivé et réapproprié, dans un contexte social et culturel si différent ? Quels processus d’institutionnalisation, de légitimation, de fabrication d’une lignée de littérature pour la jeunesse sont en jeu et quel rôle y joue le modèle générique de l’anticipation ? Une des originalités de ce prix n’est-elle pas précisément de cibler une « littérature de genre » peu légitime car relevant du secteur jeunesse et d’utiliser la puissance des stratégies médiatiques pour tenter d’orienter le goût d’un large public vers ces productions ? J’envisagerai ces questions en analysant d’abord l’inscription de ce prix au cœur de la culture médiatique, selon des modalités caractéristiques des revues généralistes contemporaines, comme Lectures pour tous. Le prix Jules Verne ne prend en effet son sens que dans le cadre de la massification des publics et du développement de collections grand public aux contenus normés. Les enjeux propres d’un tel prix sont indissociables du support périodique spécifique qui l’a fait naître et des stratégies commerciales soigneusement orchestrées de son éditeur, qui déterminent une nouvelle relation aux littératures de genre et contribuent à l’essor d’une culture « middlebrow ». J’examinerai ensuite trois dimensions spécifiques du roman vernien, pour déterminer comment les lauréats du prix négocient avec ces caractéristiques, reconduisant ou transformant les choix déployés dans les Voyages extraordinaires : la mobilisation d’une écriture didactique, le rapport avec l’actualité et les déclinaisons des systèmes de personnages avec leurs jeux d’écho et de variations.

« Cibler » un marché : un positionnement « middlebrow »

  • 4 Dans son histoire de la Librairie Hachette, Jean Mistler retrace le lancement de la revue, qui a dé (...)
  • 5 Le titre est ensuite repris, entre 1954 et 1974, par une filiale d’Hachette, Edimonde, selon une fo (...)

5Lectures pour tous [ill. 1] est une revue de la maison d’édition Hachette, fondée en octobre 1898 sous une forme mensuelle qui devient bimensuelle en raison de son grand succès (entre 1911 et 19194), et paraît jusqu’en juin 19405. Comme le souligne également son sous-titre, Revue universelle et populaire, elle s’adresse à l’ensemble de la famille et cible un large champ social, proposant des romans en feuilletons, des nouvelles et du théâtre, ainsi que des articles d’actualité, de vulgarisation, et des reportages.

Ill. 1. Lectures pour tous, août 1929, publication du roman d’Albert Bailly, L’Éther-Alpha, prix Jules Verne de l’année 1929 © coll. privée

  • 6 Mistler (Jean), La Librairie Hachette, op. cit., p. 285.
  • 7 Ibid., p. 351.
  • 8 Ibid., p. 286.

6Le remarquable succès de la revue découle de son double positionnement, caractéristique des stratégies de la maison Hachette. Il s’agit de combiner l’innovation technologique qui permet de produire à un plus grand débit, avec une meilleure qualité et pour un coût réduit, avec une idéologie consensuelle et rassurante. Dans la lignée des manuels et des autres publications de l’éditeur, ces publications « middlebrow » sont susceptibles de séduire la bourgeoisie tout en ne s’aliénant aucun public potentiel. L’image de modernité de la revue tient notamment à l’usage de techniques innovantes pour l’illustration : « Aux bois employés jusque-là, les Lectures pour tous substituaient la phototypie, avec des clichés trame sur papier couché (qui ne coûtait alors que 26 F les 100 kilos !). La mise en page était rendue plus variée par l’emploi fréquent des décrochés et des habillages des clichés6. » Jean Mistler rappelle les efforts permanents de la direction d’Hachette pour placer ses équipements à la pointe des progrès technologiques : « Nous avons vu, dès 1887, ses associés s’intéresser aux machines rotatives pour l’impression des livres. En 1906, elle utilisait, la première en France, une rotative d’héliogravure, pour le tirage des Lectures pour tous et de ses autres périodiques. […] En 1921 et 1922, furent achetées aux établissements VOMAG les deux premières rotatives typographiques7. » Ces structures de production novatrices permettent une très large diffusion de la revue, et elles vont de pair avec l’affichage de valeurs qui se situent dans la continuité des publications scolaires d’Hachette : une morale défendant l’attachement à la patrie, le goût du travail et de l’effort, le culte du progrès. Lecture commune, la revue forge et transmet ainsi une idéologie partagée, à l’échelle nationale, par toute une classe d’âge. Les contemporains témoignent de l’influence de Lectures pour tous et de la mémoire durable des fictions que la revue a publiées : « Comme tous les enfants de ma génération, je n’ai point oublié ces romans : L’Âme errante, Rois en exil, Le Puits qui pleure, etc8. »

7En avril 1926 paraît l’annonce de la création d’un prix annuel « Jules Verne » de 5.000 francs [ill. 2], décerné par la revue à un roman inédit qui doit être « un roman d’aventures, de voyages ou d’action à base scientifique ». Le jury du prix est composé de personnalités littéraires et scientifiques, d’académiciens, de grands reporters, d’inventeurs, de romanciers, de géographes… Le roman lauréat se voit alors publié en feuilleton dans la revue, et il paraît également en volume dans la collection Jules Verne. Les romans primés peuvent ensuite se voir repris dans la Bibliothèque verte, cartonnée, ou dans la bibliothèque de la jeunesse, avec des volumes brochés relativement bon marché. Contrairement au caractère indifférencié du public visé dans l’ensemble de la revue Lectures pour tous, la nature des collections où sont republiés les romans primés montre bien que le prix Jules Verne relève, quant à lui, de la littérature de jeunesse. Il est néanmoins révélateur de constater que l’inscription de ces romans dans le secteur jeunesse demeure tacite et qu’elle n’est jamais directement revendiquée par la direction de la revue.

Ill. 2. Première présentation du prix Jules Verne dans Lectures pour tous, avril 1926, p. 47 © coll. privée

  • 9 Lectures pour tous, « Le prix Jules Verne 1928. Le Secret des sables. Roman du Transsaharien par Ga (...)
  • 10 Pour une étude de la logique de développement de multiples collections, effectuée dans une perspect (...)
  • 11 Je Sais tout, n°178, 15 octobre 1920, p. 1218.
  • 12 Le « prix du roman d’aventures » continue à être décerné. Depuis 1930, il a couronné chaque année u (...)

8En revanche, avec ces romans d’aventures scientifiques, le prix Jules Verne vise explicitement une « littérature de genre ». Deux ans après l’institution du prix, la revue souligne d’ailleurs qu’elle a rempli la mission qu’elle s’était assignée : « Il n’existait pas de grand prix équivalant aux prix littéraires Goncourt et Femina, en faveur des romanciers d’imagination qui continuent la tradition de Jules Verne en s’inspirant du goût de notre époque pour les sciences et les voyages. […] les Lectures pour tous ont donné un essor nouveau à un genre littéraire que menaçait une crise regrettable9. » Des prix comparables, également dédiés à des littératures de genre, ont été institués dans la période, accompagnant et soutenant le développement concomitant de multiples collections éditoriales10. Le prix « Je sais tout » précède le prix Verne. Attribué une seule fois, en 1921, à deux romans ex-aequo (La Jeune Fille en proie au monstre de Pierre de La Batut et Le Neveu de Gulliver d’Edmond-Édouard Bauër), il vise à encourager le « Mystère scientifique dont l’attirance s’exerce avec plus de force que jamais sur le public français11 ». Comme ce sera le cas, quelques années plus tard pour Lectures pour tous, il est attaché à une revue généraliste et il entreprend de couronner des « romans scientifiques et d’aventures » qui présentent une dimension anticipatoire, puisque le romancier doit développer sa fiction « en tenant compte des possibilités scientifiques de l’avenir ». Dans la même logique de promotion d’un genre, le fondateur de la collection « Le Masque », Albert Pigasse, crée en 1930 le « prix du roman d’aventures ». Contrairement à ce que son titre pourrait laisser entendre, il s’agit d’un prix spécifiquement destiné au genre du roman policier, conçu dans le but de soutenir la production de romans policiers français, publiés ensuite dans l’emblématique collection « Le Masque12 ». Quant au prix Jules Verne, il est décerné durant sept années consécutives, entre 1927 et 1933, avant de disparaître de la revue Lectures pour tous. Trente années plus tard, un prix du même nom se voit relancé conjointement par les éditions Hachette et Gallimard, mais dans une optique différente. L’objectif est toujours de promouvoir une collection et une « littérature de genre », mais la dimension mise en avant est désormais moins celle de l’anticipation et d’une science référentielle que la volonté d’accompagner l’évolution de la science-fiction à la fin des années 1950, notamment sous l’influence des traductions des auteurs américains. De 1958 à 1963, le second prix Jules Verne couronne ainsi des auteurs français dont les romans se voient publiés dans une nouvelle collection fédératrice : « le Rayon fantastique ».

  • 13 Voir Ducas (Sylvie), La Littérature à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires, Paris, La Décou (...)

9Lorsqu’est lancé le premier prix Jules Verne, une vingtaine d’années s’est écoulée depuis l’institution des premiers grands prix littéraires emblématiques, le prix Goncourt en 1903, et le Femina en 1904 (délivré pour la première fois en 1905). Comme l’a montré Sylvie Ducas dans son étude sur l’histoire des prix littéraires et de leurs évolutions contemporaines, le testament d’Edmond de Goncourt a fondé son prix à la fois comme un protocole de désignation de la valeur littéraire et comme un moyen de préserver l’autonomie de l’écrivain13. L’enjeu était alors de protéger l’auteur contre la nécessité économique qui aurait pu l’amener à collaborer avec la presse, contribuant ainsi au développement d’une « littérature industrielle ». Sylvie Ducas n’a pas analysé le prix Verne, phénomène éditorial relativement éphémère, mais on peut estimer qu’il témoigne d’une réappropriation par l’éditeur du protocole originaire de sélection et de récompense conçu par Edmond de Goncourt, inversant en somme son fonctionnement, dans une logique proprement commerciale. Loin de préserver l’écrivain de la contamination d’une « littérature industrielle » emblématisée par la presse, le prix Verne repose au contraire sur l’influence d’une revue qui « labellise » des auteurs, afin de redynamiser la production d’un genre qu’elle estime porteur. De fait, qu’il s’agisse du prix Goncourt ou des nombreux prix qui se sont développés à sa suite tout au long du xxe siècle, qu’ils soient lancés par des éditeurs, des revues, des libraires, des cafés ou des radios, tous ont travaillé à forger une apparence d’« événement littéraire » qui leur permette d’occuper l’espace médiatique afin d’obtenir les retombées commerciales les plus larges possibles, autant pour la « marque » instituant le prix que pour l’œuvre concernée. C’est en réalité du prix Femina, originairement « Vie Heureuse », que le prix Verne peut le plus justement être rapproché : dans les deux cas, il s’agissait d’un prix issu d’une revue de la maison Hachette, œuvrant à légitimer des fictions romanesques, en s’inscrivant en dehors de la hiérarchie académique des genres. Mais si le prix Femina s’est imposé jusqu’à nos jours, on peut en revanche s’interroger sur l’autorité du prix Verne ainsi que sur son efficacité commerciale et son caractère réellement prescripteur. Il apparaît en effet avant tout comme une opération de communication destinée à mettre en avant certaines tendances de la littérature jeunesse qu’Hachette souhaite valoriser, par différenciation avec ses concurrents, comme l’éditeur Tallandier. Il témoigne aussi d’une stratégie de recrutement de la maison Hachette qui attire ainsi à elle de nouveaux auteurs, appelant des manuscrits dans un domaine supposé porteur.

  • 14 Lectures pour tous, « Le Prix Jules Verne. La Petite Fille de Michel Strogoff, par O. Béliard », ma (...)
  • 15 Lectures pour tous, « Un nouveau Jules Verne », mars 1929, p. 11.
  • 16 Idem.
  • 17 Idem.

10Les créateurs du prix usent d’une multiplicité de désignations génériques pour évoquer le domaine littéraire qu’ils ambitionnent de relancer autour de Verne. C’est là un trait caractéristique de cette période où aucune désignation ne s’impose de façon univoque : l’entrecroisement de multiples caractérisations définit un espace qu’on peut actuellement nommer « anticipation ». Le prix Verne célèbre ainsi « le roman scientifique où l’imagination dépasse les connaissances humaines de l’heure présente, mais où l’inspiration est guidée par une documentation sûre et un esprit averti, sinon des certitudes, du moins des possibilités de l’invention14 ». Certaines présentations des lauréats des prix insistent sur la dimension conjecturale de cette littérature : « En puisant dans les perspectives d’avenir qu’ouvre la science, l’imagination du romancier trouvera ses plus belles inspirations15 ». Le romancier apparaît alors comme un rival du scientifique, susceptible de le dépasser sur le terrain de l’hypothèse en « s’attaquant avec audace aux problèmes les plus ardus qu’essaie de résoudre la science moderne16 ». Les trois pôles de l’aventure, de la science et du voyage se voient affectés de coefficients d’importance variables selon les œuvres, dessinant ainsi différentes tendances du genre, parfois nommé « roman scientifique d’aventures », parfois « roman scientifique ou d’explorations aux pays inconnus », ou « roman d’aventures, de voyages et d’action à base scientifique ». Dans le cas du roman primé d’Albert Bailly, L’Éther-Alpha, la référence à Verne se combine d’ailleurs à celle à son alter ego britannique, H. G. Wells, auteur emblématique de l’anticipation : « Si les développements scientifiques s’apparentent à la manière de Jules Verne, certaines pages de belle venue littéraire font penser à Wells17 ». Derrière la diversité des œuvres sélectionnées et récompensées durant les sept années du prix décerné par Lectures pour tous, on reconnaît donc des thématiques et des enjeux communs, qui fédèrent les multiples facettes d’un romanesque d’anticipation d’inspiration vernienne.

Une opération commerciale pour relancer les ventes du fonds Hetzel ?

11La stratégie d’Hachette vise à affirmer la place de l’éditeur dans le champ d’une littérature de jeunesse « respectable » et sérieuse, se tenant à distance des publications trop populaires. La littérature d’anticipation « middlebrow » réinvestissant le modèle du roman vernien est idéale dans cette optique. Elle concilie à la fois l’intérêt des enfants attirés par un imaginaire de l’aventure et celui des parents et enseignants, prescripteurs et acheteurs rassurés par l’image instructive de ces fictions.

12Derrière la mise en place du prix Verne, on reconnaît ainsi la logique commerciale d’une opération de communication bien pensée, qui découle du rachat du fonds Hetzel en juillet 1914.

  • 18 Mistler (Jean), La Librairie Hachette, p. 292.

À la veille même de la guerre, la Librairie Hachette absorba le fonds Hetzel : elle n’avait pas fait d’opération aussi importante dans cet ordre d’idées depuis le rachat du fonds Lecou, du temps de son fondateur. […] les principaux ouvrages de son fonds étaient ceux de Jules Verne, d’Erckmann-Chatrian et d’André Laurie. Tous ces livres, les 14 volumes de La Vie de Collège d’André Laurie, comme les 66 titres de Jules Verne, allaient faire une nouvelle carrière boulevard saint Germain et connaître des tirages beaucoup plus considérables que chez Hetzel, d’abord sous la couverture grise où ils avaient paru, ensuite dans des collections diverses, notamment la Nouvelle Collection Jules Verne et la Bibliothèque Verte18.

  • 19 Voir Mistler (Jean), ibid., p. 352.
  • 20 Voir Perrin (Raymond), Fictions et journaux pour la jeunesse au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 201 (...)
  • 21 Voici la description qu’en donne Raymond Perrin : « volumes d’un peu plus de 250 pages, solidement (...)

13Cette politique dynamique de diversification des collections et d’augmentation des tirages connaît un grand succès dans l’entre-deux-guerres. Le volume des affaires de la maison Hachette a ainsi triplé en vingt ans19. Les collections sont soigneusement définies [ill. 3 et 4], chacune ciblant une portion de public donné, et adaptant aux attentes de ces lecteurs non seulement les formats, les styles d’illustration, et les matériaux des reliures, mais aussi les thématiques des fictions. La « Bibliothèque Verte », créée en 1924, émane de l’ancienne collection de Hetzel : la « Nouvelle Bibliothèque d’éducation et de récréation20 ». Le prix des volumes est de 7 francs. Par opposition à ces cartonnages bon marché, les ouvrages de la « Nouvelle collection Jules Verne » apparaissent comme des produits de luxe, chaque livre étant vendu au tarif de 16 francs21. La « collection du prix Jules Verne » fondée pour publier les romans primés propose, quant à elle, des ouvrages vendus au prix de 15 francs. Durant cette décennie, de nombreuses collections sont créées, avec des catalogues d’ampleur variable et des durées de vie plus ou moins longues, comme la « Bibliothèque du Dimanche illustré », « Le Livre du jeudi », la « Bibliothèque rose », la « Bibliothèque bleue » ou « La Nouvelle Collection Ségur » (autre fleuron du catalogue Hachette, fondée sur le même modèle que « La Nouvelle Collection Verne »).

Ill. 3 et 4. Collection « Prix Jules Verne », Librairie Hachette, 1929 et « Bibliothèque de la jeunesse », Hachette, 1951 © coll. privée

  • 22 Jean-Yves Mollier évalue la proportion de lecteurs des quotidiens par rapport à la population franç (...)
  • 23 Mollier (Jean-Yves), ibid., p. 17.

14Jean-Yves Mollier a mis en évidence les différents facteurs qui ont permis, dès la Belle Époque, d’établir des structures qui ont par la suite rendu possible la diffusion d’une culture de masse. Le premier d’entre eux est l’extraordinaire développement de la lecture des quotidiens : « avant 1914, environ douze millions de journaux chaque jour dans une population qui ne dépassait pas quarante millions d’habitants en métropole22 ». Le second correspond à la distribution des manuels scolaires sur l’ensemble du territoire national, allant de pair avec la gratuité et l’obligation scolaire instituées par les lois Jules Ferry. Ces lois sont complétées par un arrêté de janvier 1890, stipulant que chaque enfant scolarisé doit posséder six manuels scolaires : « nul jeune de moins de treize ans ne saurait éviter le compagnonnage prolongé avec l’imprimé, ce qui ne s’était jamais produit jusque-là23 ».

15Cette proximité naturelle avec l’imprimé et l’imprégnation par le discours pédagogique des manuels républicains sont ceux d’une génération qui a également lu les romans de Jules Verne au fur et à mesure de leur publication, dans les deux dernières décennies du siècle. Une génération plus tard, on peut supposer qu’ils en deviennent à leur tour les prescripteurs pour leurs enfants qui, par ailleurs, les reçoivent également par le biais de l’institution scolaire sous forme de livres de prix. Il n’est donc pas surprenant que cette littérature apparaisse dès lors comme un modèle de formation, et que les promoteurs du concours de Lectures pour tous fassent de la littérature d’anticipation d’inspiration vernienne un paradigme des valeurs républicaines et consensuelles qu’ils souhaitent continuer à transmettre à leurs enfants.

Conflits de valeurs : le grand écart de la littérature de jeunesse

  • 24 Mollier (Jean-Yves), Hachette, le géant aux ailes brisées, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelie (...)
  • 25 Letourneux (Matthieu), Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique, Paris, S (...)

16Dans son étude récente sur l’histoire de la maison Hachette, Jean-Yves Mollier souligne les effets de la standardisation des contenus unifiant le goût du public : « Comme la plupart des collections admises dans ce circuit faisaient l’objet d’une commande précise de la part de leurs directeurs respectifs, on assistait bien à une standardisation des contenus […]. L’industrialisation de la culture était la base de cette normalisation du goût, tant chez Hachette que chez Michel Lévy frères ou Garnier frères, et ce sont les collections à bon marché qui trahissaient leur logique en s’efforçant d’imposer un goût moyen à leurs lecteurs24. » Cependant, face à ce type de publication « middlebrow » aux contenus normés se diffusent des modèles concurrents, avec des journaux-romans et des fascicules pour la jeunesse vendus pour quelques centimes, loin de tout contrôle parental. « Démonétisée, la fiction s’ouvre alors à des modes de lecture plus désinvoltes, plus hédonistes. L’imprimé n’est plus associé à un gain culturel (celui de la lecture éducative ou édifiante) mais devient de plus en plus un bien de consommation comme les autres25. » Ces publications à bas prix transforment à la fois la nature des textes et les pratiques de lecture, détachées de toute ambition instructive :

  • 26 Ibid., p. 133.

On retrouve bien des anecdotes, par exemple chez Jean-Paul Sartre, Robert Desnos ou plus tard Jean d’Ormesson, de ces fascicules offerts par une nourrice, acquis en contrebande, ou par l’achat mutualisé entre camarades de classe, parfois revendus ou loués… Ces pratiques inversent presque entièrement la logique du livre de jeunesse qui prévalait auparavant. Les souvenirs de ces lectures manifestent d’ailleurs bien souvent l’impression d’un plaisir buissonnier presque crapuleux de consommer des publications délégitimées. […] elles s’inscrivent dans une logique dont il faudrait mesurer la dimension carnavalesque et transgressive. Contre les livres moralisés et le goût hérité, les couvertures criardes et les petits formats aisés à manipuler ou à cacher déterminent une culture définie de façon horizontale, entre pairs. […] Plus de développements didactiques, plus d’interventions d’un narrateur adulte ou de ses représentants, plus même de mise en scène de la transmission via la figuration, dans la diégèse, d’un couple formé par un adulte et un enfant, mais une aventure violente, des plaisanteries de mauvais goût, et des rebondissements nourrissant les fantasmes transgressifs du lecteur26.

17Ces romans d’aventures à quelques centimes constituent donc pour les promoteurs du prix Verne un véritable contre-modèle. Lectures pour tous réagit à cette transformation des modes de lecture par la mise en avant d’un modèle rassurant et plus ancien, célébré dans son utilité sociale, comme susceptible de susciter chez les jeunes lecteurs des vocations scientifiques. La création du prix Verne prend tout son sens dans ce contexte de tensions autour des enjeux éducatifs de la littérature pour la jeunesse. Au-delà de la reconfiguration globale des collections des littératures de genre qui caractérise la fin des années 1920, il se trouve qu’un débat spécifique a précisément été soulevé autour des publications pour la jeunesse l’année précédant l’institution du prix. Les éditeurs Offenstadt ont été condamnés en mai 1925 par le tribunal d’Amiens, notamment en raison du manque de fiabilité scientifique de leur revue Sciences et Voyages qu’on accuse de proposer « des romans et des articles qui n’ont rien de scientifique et ne peuvent qu’avoir une action pernicieuse sur l’imagination et l’intelligence des enfants ». La présentation du prix Verne fait le même constat.

  • 27 Lectures pour tous, « Le prix Jules Verne », avril 1926, p. 47.

Actuellement, le roman scientifique ou d’exploration aux pays inconnus est trop souvent d’une documentation incertaine, d’une science fantaisiste, où l’hypothèse ne repose sur aucune base solide. Or, aujourd’hui, la science a pris une trop grande place dans notre vie pour qu’on la traite avec une déplaisante désinvolture. C’est en elle et dans la perspective qu’elle ouvre que l’imagination du romancier doit chercher son inspiration27.

  • 28 « Le prix Jules Verne. La Petite Fille de Michel Strogoff par O. Béliard », Lectures pour tous, mar (...)
  • 29 Francis Marcoin a analysé en détail les enjeux de ce prix et son évolution dans « L’effet Montyon » (...)
  • 30 « Le prix Jules Verne. La Petite Fille de Michel Strogoff par O. Béliard », Lectures pour tous, mar (...)
  • 31 Lectures pour tous, « Le prix Jules Verne », avril 1926, p. 47.

18Face au repoussoir que constituerait une « mauvaise littérature » pour la jeunesse, c’est-à-dire des romans présentant une science trop fantaisiste, comportant une dimension imaginaire trop développée, la solution qu’adopte Lectures pour tous est de s’ancrer dans la tradition ancienne du pacte didactique sérieux mis en œuvre par Hetzel dans le Magasin d’éducation et de récréation. Les commentaires sur le premier prix Jules Verne, en 1927, soulignent les retombées sociales de cette littérature : « Saura-t-on jamais exactement quelles vocations scientifiques ont été éveillées par les romans de Jules Verne au cours de ces soixante-dix dernières années28 ? » Les rédacteurs invoquent les témoignages de l’explorateur Charcot et de l’inventeur Édouard Belin qui disent tous deux l’influence que Verne a exercée sur eux. De fait, dès 1872, l’Académie récompensait le roman vernien comme une œuvre socialement bénéfique, en attribuant le prix Montyon aux cinq premiers romans des Voyages extraordinaires. Dans la logique du prix de vertu, c’était désormais la connaissance portée par le roman qu’on couronnait comme vecteur de moralité et d’utilité pour la société. Sachant l’importance de ces marques de légitimité pour valider le rôle de prescripteur de l’éditeur auprès des parents, Hetzel affichait d’ailleurs en tête du Magasin d’éducation et de récréation tous les lauriers des différents prix Montyon reçus par ses collaborateurs29. De même, les promoteurs du prix Verne se flattent « d’enrichir notre littérature d’œuvres saines et captivantes30 ». Ils affichent dans la revue la composition du jury de leur prix, constitué de personnalités qui doivent lui conférer une incontestable autorité, comme le secrétaire perpétuel de l’Académie française, deux académiciens, des romanciers conservateurs tels Henry Bordeaux et Georges Lecomte, et de multiples garants des compétences aussi bien scientifiques que géographiques des lauréats, un explorateur, Charcot, un grand reporter, Joseph Kessel, un membre de l’institut océanographique, André Berget, un inventeur, Edouard Belin, et un constructeur d’avions, Louis Bréguet31.

  • 32 Voir Letourneux (Matthieu), Fictions à la chaîne, op. cit., pp. 90-91.

19À rebours de l’image topique d’un feuilleton potentiellement pernicieux pour la jeunesse, l’affichage de ces différentes personnalités fonctionne comme autant de cautions garantissant le sérieux, la moralité du roman sélectionné pour le prix Verne, et la fiabilité des informations scientifiques qu’il délivre. Comme on l’a vu, la qualité des illustrations et des supports contribue elle aussi à identifier les romans du prix Jules Verne comme des productions typiques de la culture « middlebrow » de l’entre-deux-guerres. Dans ce contexte, on constate une forme de compromis entre une littérature sérielle et normée, avec des attentes bien spécifiques, et une valorisation de l’individualité des auteurs ainsi que la mise en avant d’une production de qualité32. La légitimation de cette littérature passe dès lors par la valorisation de la figure de l’auteur, dont on affiche le portrait en tête du sommaire du mois [ill. 5].

Ill. 5. Sommaire du numéro de février 1928 de Lectures pour tous incluant le portrait du lauréat du prix Jules Verne, M. J.-L. Gaston Pastre © coll. privée

  • 33 Le premier auteur primé par le prix Jules Verne, Octave Béliard, était d’ailleurs lui-même médecin. (...)
  • 34 Pour une mise en perspective globale de la valorisation de l’auteur par l’usage du portrait, voir B (...)

20Cette mise en vedette de l’écrivain a été particulièrement spectaculaire dans le cas du récipiendaire du prix de 1929, Albert Bailly, qui présentait la caractéristique idéale d’afficher un éthos d’écrivain scientifique33. La revue a donc opéré une véritable mise en scène de l’écrivain en chimiste et expérimentateur [ill. 6], déployant sur une double page, comme un remarquable coup publicitaire, la présentation de cette figure d’auteur34. Son expertise scientifique, alliée à ses compétences littéraires en fait, comme le dit le titre de l’article, « un nouveau Jules Verne ».

Ill. 6. « M. Albert Bailly, qui obtient cette année le prix Jules Verne avec un passionnant roman : “L’Éther-Alpha”, est un écrivain belge qui s’adonne à de sérieuses études scientifiques. Le voici au travail, dans un laboratoire. », Lectures pour tous, mars 1929, « Un nouveau Jules Verne », p. 10 © coll. privée

21À la différence d’autres prix littéraires qui ne sont pas conçus en lien avec une maison d’édition ou un organe de presse particuliers, comme le prix Goncourt, le prix Jules Verne ne prend tout son sens que dans le contexte médiatique de la revue qui l’abrite ; il se rapproche en cela, on l’a vu, du prix Femina. Le travail de valorisation et de légitimation des auteurs doit donc être remis en perspective, en tenant compte de la place – finalement relativement limitée – qu’occupent les feuilletons du prix Jules Verne dans l’économie de la revue. Ce prix fonctionne en somme sur le même modèle que l’ensemble des concours périodiquement mis en place par la revue, comme autant de manières de stimuler l’intérêt des lecteurs. Dans la mise en page de la revue, l’appel lancé par la rédaction pour recevoir les manuscrits de romans d’aventures scientifiques figure entre la mention d’un concours de photos et une prime proposant des montres bracelets à ses lecteurs. La première présentation du prix [ill. 2] est d’ailleurs mise sur le même plan que le jeu concours de petites énigmes scientifiques à résoudre qui se trouve à la page suivante [ill. 7].

Ill. 7. « Petits concours amusants », Lectures pour tous, avril 1926, p. 48 © coll. privée

22Recontextualiser ce prix dans l’économie propre de la revue peut alors fournir une première hypothèse d’explication pour la durée de vie relativement courte du prix Jules Verne. La temporalité de la revue n’est en effet pas celle de la longue durée. Le prix a constitué une vaste opération de publicité qui a permis de mettre l’accent sur le lancement de la collection Verne, en valorisant le fonds Hetzel qu’Hachette avait acquis douze ans auparavant. De fait, les tirages des œuvres de Verne chez Hachette atteignent alors des chiffres sans commune mesure avec ceux qu’ils avaient connus chez Hetzel. Voyage au centre de la terre est par exemple vendu à plus de 500.000 exemplaires. Cependant, une fois que le prix a rempli sa double fonction de coup publicitaire et de repositionnement de la littérature de jeunesse, on peut penser que la revue a éprouvé le besoin de se renouveler et de passer à d’autres opérations.

23Les enjeux institutionnels, éditoriaux et médiatiques du prix constituent un premier mode de compréhension des mécanismes de légitimation qui se jouent autour de ce modèle de littérature d’anticipation. Entrer au cœur des textes et confronter les modalités d’écriture des romans couronnés par le prix Verne avec leur modèle originaire permet de faire émerger d’autres dimensions de l’anticipation. Nous l’envisagerons à partir de deux romans primés : le premier prix Jules Verne paru en 1927, La Petite Fille de Michel Strogoff d’Octave Béliard, et le prix de 1929, L’Éther-Alpha d’Albert Bailly, qui ont pour point commun de comporter une forte dimension anticipatoire. Parmi les sept romans qui ont reçu le prix Verne entre 1927 et 1933, certains mettent davantage l’accent sur une forme de vulgarisation géographique contemporaine, proposant des romans d’aventures exotiques et coloniales, comme Le Secret des sables. Roman du Transsaharien, de Gaston Pastre, primé en 1928. D’autres, comme L’Étrange disparition de James Butler de Pierre Palau (prix 1932), se placent dans la lignée d’écrivains déclinant l’aventure sur un mode différent, l’auteur s’inspirant de Jack London davantage que de Verne. Nous avons choisi d’analyser, avec les romans de Béliard et Bailly, le premier et le troisième prix Jules Verne, pour lesquels la filiation avec l’œuvre vernienne paraît la plus manifeste, afin de mettre en évidence les modalités et les enjeux du dialogue intertextuel.

Vulgariser les sciences

24Le modèle vernien d’une écriture didactique est présent dans les deux romans, mais s’il est central dans l’économie de L’Éther-Alpha, il ne joue qu’un rôle anecdotique dans La Petite Fille de Michel Strogoff. En effet, la présentation du fondement scientifique du roman (qui consiste en l’invention d’une machine proche de la télévision) se concentre sur quatre pages consécutives. Un personnage expose les travaux de scientifiques réels, comme Édouard Branly, pour décrire le fonctionnement de l’invention imaginaire élaborée par son frère. Le lecteur reconnaît ici un modèle assez rudimentaire de vulgarisation – que Verne pratiquait également – c’est-à-dire l’insertion dans la narration d’une forme de fiche, sans effort particulier de narrativisation.

25Le texte est interrompu par des schémas explicatifs scientifiques [ill. 9] qui réinterprètent l’illustration précédente [ill. 8] : l’on reconnaît dans cette figuration technique le dispositif en forme de pompe qui était représenté au premier plan de l’illustration précédente. Le travail de l’illustrateur contribue ainsi à renforcer l’affichage d’une scientificité certes ostentatoire, mais uniquement présente de façon ponctuelle.

Ill. 8 et 9. Octave Béliard, La Petite Fille de Michel Strogoff, pp. 121 et 124 © coll. privée

26À la différence de cette insertion simple et limitée d’un discours scientifique au début du roman d’Octave Béliard, dans L’Éther-Alpha on observe une gradation des recours à une écriture didactique, avec une grande variété des modes de mobilisation du discours instructif. Comme le souligne la présentation du prix, la dimension scientifique est cette fois au cœur de l’intrigue du roman.

  • 35 Lectures pour tous, Présentation de L’Éther-Alpha, août 1929, p. 105.

Le roman dont nous commençons la publication […] est bien dans la tradition du grand romancier, puisqu’il est basé sur les merveilleuses perspectives que nous ouvre la science. En prenant, le premier, pour point de départ les hypothèses actuelles sur l’éther, la désintégration de la matière, la « sarabande des atomes », l’auteur nous attache à une intrigue vraiment neuve et passionnante. L’Éther-Alpha est un des plus remarquables ouvrages qu’ait produits la renaissance actuelle du roman scientifique d’aventures35.

  • 36 Bailly (Albert), L’Éther-Alpha, dans Lectures pour tous, août 1929, p. 125.

27La modalité minimale de mobilisation d’une écriture scientifique référentielle est le recours à l’allusion, notamment à travers la mention d’un nom propre. Le personnage principal du roman, Cecil Montcalm, fait par exemple référence à l’actualité scientifique en affirmant : « L’éther était admis par les uns pour supporter des hypothèses scientifiques, et nié par d’autres. Einstein lui-même ne l’avait pas condamné36 ». La caution scientifique du nom d’Einstein permet de valider l’hypothèse de l’existence de l’éther. Le roman s’inscrit ainsi au cœur de l’actualité des sciences. Le débat scientifique autour de l’éther demeurait en effet toujours vif dans les années 1920, et Einstein s’y était engagé en octobre 1920 en prononçant à Leyde le discours intitulé « l’Éther et la théorie de la relativité ».

  • 37 Idem.
  • 38 Voir L’Éther-Alpha, op. cit., août 1929, p. 126.
  • 39 Ibid., septembre 1929, pp. 122-123.

28Au-delà de ces simples allusions, une version plus ostensible de l’écriture didactique consiste dans l’insertion de scènes de vulgarisation dialoguée, procédé commode auquel Verne a aussi eu largement recours. Dans L’Éther-Alpha on peut en trouver une version sérieuse, avec une répartition genrée traditionnelle des rôles des personnages. Un savant (Cecil Montcalm) s’adresse à une jeune femme (Minnie Vernon, sa future épouse) dont les interrogations ingénues relancent son exposé : « Cette question naïve parut enchanter le jeune inventeur37 ». Dans ce dialogue, le savant commence par invoquer une série de références scientifiques contemporaines, comme les travaux d’Édouard Branly sur la radioconduction ou ceux de Sir Rutherford sur le noyau atomique. Le dialogue quitte ensuite la scientificité référentielle et effectue un saut dans l’imaginaire. Le jeune homme expose ainsi la méthode grâce à laquelle il a réussi à solidifier l’éther pour inventer une nouvelle matière38. Une autre forme de vulgarisation par le biais d’un dialogue entre les personnages se trouve fréquemment employée dans l’œuvre de Verne et elle est également présente chez Albert Bailly. Le discours de vulgarisation se voit alors délégué à un personnage comique, ce qui permet de problématiser la réception du discours savant, tout en rompant avec la monotonie d’une énonciation scientifique sérieuse. Dans L’Éther-Alpha, un vieux fonctionnaire du ministère des Finances, M. Ronflette, explique ainsi avec enthousiasme à la foule des badauds réunis devant les bureaux du Petit Parisien les lois scientifiques qui sous-tendent le décollage de l’Éther-Alpha emportant Cecil Montcalm et son épouse vers la lune39. Le discours sérieux du savoir laisse la place à une vulgarisation populaire, humoristique et dérisoire.

  • 40 Ibid., octobre 1929, pp. 107-109.

29Pour décrire la formation des paysages volcaniques sur la lune, une dernière modalité d’écriture scientifique est mise en œuvre, qu’on peut lire comme une forme de pastiche vernien, très proche des descriptions naturalistes poétiques de Vingt mille lieues sous les mers ou de Voyage au centre de la terre. Le jeu sur les sonorités des nomenclatures scientifiques, l’usage des couleurs et des comparaisons architecturales tendent à transformer la réalité scientifique décrite en un objet esthétique40. Les procédés variés d’une écriture de vulgarisation scientifique mobilisés dans L’Éther-Alpha sont donc, en apparence, les mêmes que ceux qu’on rencontre dans le roman vernien. Cependant, même s’il relève d’une logique de légitimation comparable, le discours scientifique n’a plus le même statut dans le roman d’anticipation de la fin des années 1920, cette écriture instructive étant désormais mise au service d’une science largement imaginaire.

  • 41 Verne (Jules), Michel Strogoff. Moscou-Irkoutsk [1876], Paris, Hetzel, coll. « Bibliothèque d’éduca (...)
  • 42 Ibid., p. 83.
  • 43 « Itinéraire de Michel Strogoff. Première carte », ibid., p. 65.
  • 44 Voir par exemple les illustrations de D. Dutriac pour La Petite Fille de Michel Strogoff d’Octave B (...)

30Une autre modalité d’écriture didactique typique de Jules Verne est celle de la vulgarisation géographique, qu’il a pratiquée aussi bien dans ses romans d’aventures géographiques que dans ses récits d’exploration. C’est par exemple une dimension fondamentale de l’écriture de Michel Strogoff, bien soulignée par son sous-titre Moscou-Irkoutsk qui rappelle que le roman repose sur une traversée de la Russie. Le narrateur vernien joue de cette vulgarisation géographique comme d’un ressort de suspense, interrompant par exemple la confrontation décisive entre Strogoff et son ennemi Ogareff pour livrer une longue description de la ville de Tomsk41. En revanche, la vulgarisation géographique a disparu du roman d’Octave Béliard, qui ne fournit que des descriptions très rapides des paysages russes, et qui renonce à délivrer les informations encyclopédiques qui émaillent au contraire le texte vernien, comme la différence entre les deux moyens de transport que sont le tarentass et la télègue42. La passion de la connaissance et le jeu sur les savoirs qui sont au cœur de l’écriture vernienne ont ainsi disparu dans La Petite Fille de Michel Strogoff. Les illustrations reflètent bien cette mutation du roman d’aventures géographiques. La carte, scientifique et informative, qui guidait le lecteur le long de l’itinéraire de Strogoff43 a laissé la place à des illustrations marquées par le pathétique feuilletonnesque44. Dans La Petite Fille de Michel Strogoff, ce n’est plus l’information géographique qui intéresse le public. À la fin des années 1920, la fascination des lecteurs pour les grandes explorations qui ont accompagné le développement du roman d’aventures scientifiques s’est transformée. Si un imaginaire géographique et exotique se situe toujours au cœur de la dynamique du roman d’anticipation, il n’est plus lié au déploiement d’une écriture didactique fidèle au paradigme vernien.

Le rapport à l’actualité

  • 45 Bailly (Albert), L’Éther-Alpha, op. cit., septembre 1929, p. 117.

31La construction d’une fiction médiatique qui dialogue avec la presse contemporaine est un élément essentiel de l’œuvre de Jules Verne, qui structure en profondeur son écriture. C’est également une dimension importante de la première moitié de L’Éther-Alpha où l’on assiste à une autoreprésentation du feuilleton qui met en abyme le rôle social de la presse. À travers le rôle donné dans la fiction au grand journal le New York Press, la culture médiatique met en scène sa puissance, mais aussi son cynisme, et la pratique courante d’un travestissement de l’information. Elle révèle la circulation mondiale de l’information, dévoilant le fonctionnement de la machine médiatique lorsque les inventions scientifiques du héros – la solidification de l’éther, la désintégration de la matière et la commande des forces électromagnétiques – se voient déclinées dans un spectacle du Moulin-Rouge intitulé « danse des électrons », et dans un film de Charlie Chaplin qui transpose l’aventure du savant-explorateur en tournant un « Charlot dans la lune45 ».

  • 46 Annonce du troisième épisode de La Petite Fille de Michel Strogoff, Lectures pour tous, août 1927, (...)
  • 47 Annonce de l’attribution du prix Jules Verne 1932, Lectures pour tous, mai 1933, p. 124.

32Le dialogue avec l’actualité est de nature tout à fait différente dans La Petite Fille de Michel Strogoff. Publié à peine trois ans après la mort de Lénine, en 1924, le roman évoque les cérémonies qui suivent sa disparition et surtout les effets de la NEP, la nouvelle politique économique instaurée en 1921. Mais, plus profondément, l’intrigue est construite autour de la rumeur circulant alors en URSS et dans toute l’Europe, selon laquelle une fille du tsar aurait survécu. Alors qu’elle est censée avoir été exécutée avec le reste de sa famille en 1918, elle serait donc toujours vivante en 1924. Dans le roman, il s’agit de la grande duchesse Tatiana Nicolaïevna. Dans la réalité, on a plutôt évoqué la survie d’une autre fille du tsar, Anastasia. Plusieurs usurpatrices se sont fait passer pour la princesse et sont parvenues à entretenir l’incertitude sur leur véritable identité, ce que mentionne la revue lorsqu’elle annonce, dans son numéro à venir : « la suite du passionnant roman qui a obtenu le prix Jules Verne et qui est d’une si curieuse actualité à un moment où a couru le bruit d’une prétendue survivance d’une fille de Nicolas II46 ». La revue est particulièrement friande de ces échos avec l’actualité, mis en avant comme autant d’arguments de vente. On le constate également dans la présentation du prix de 1933, Vaisseaux en flammes, rapproché d’accidents en mer qui ont agité l’opinion : « Cette dramatique œuvre nouvelle du captivant romancier auquel on doit “Sanga, taureau” et “L’horrible mort de Miss Gildchrist”, qui obtint le prix du roman d’Aventures, vient bien à son heure après les incendies en mer qui ont récemment occupé l’opinion47. »

  • 48 Durand (Pascal), « Presse ou médias, littérature ou culture médiatique ? Question de concepts », CO (...)

33L’appétence pour les échos de l’actualité dans la fiction qu’on observe chez Verne ainsi que l’autoreprésentation de la puissance de la culture médiatique sont donc effectivement demeurées des caractéristiques saillantes des romans couronnés par le prix Verne. Mais au-delà du roman d’aventures scientifiques, on peut considérer que ce sont finalement des traits partagés par toute fiction incluse dans la culture médiatique. Ces jeux d’échos apparaissent caractéristiques, plus globalement, des fictions du début du siècle, comme en témoigne entre autres la virtuosité des entrecroisements entre réalité et fiction et les allusions à l’actualité dans un roman comme On vole des enfants à Paris, de Louis Forest, paru à partir de juin 1906 dans Le Matin. L’inscription des fictions dans l’écosystème de l’organe de presse, qu’il s’agisse d’un quotidien ou d’un mensuel, catalyse ces effets d’écho entre la fiction et les articles d’actualité qui l’entourent. Dans un article sur la culture médiatique et l’enjeu du choix des concepts pour la désigner, Pascal Durand s’interroge : « qu’est-ce qui change, dans un texte, quand change son site d’inscription et de manifestation ? […] lorsqu’[il] passe du journal au livre, au recueil, à l’anthologie ou dans le saint des saints des “Œuvres complètes”. Quelles dimensions s’y trouvent-elles activées, réduites ou bien oblitérées dans [son] transport d’un média à un autre48 ? » Ces multiplicités d’inflexions, mettant en valeur diverses dimensions qui coexistent dans une même œuvre, se manifestent par exemple lorsque L’Éther-Alpha est publié d’abord en feuilleton dans un quotidien, Le Figaro, sous un titre différent, Le Baiser de l’infini (entre le 14 septembre 1928 et le 20 octobre 1928). La réflexion portée par le roman sur le traitement de l’actualité et le rôle des médias se voit alors particulièrement soulignée. Le passage dans une revue généraliste, s’adressant à l’ensemble de la famille, comme Lectures pour tous, déporte l’attention vers d’autres thématiques du roman, telle la représentation des États-Unis comme la terre de la modernité et du progrès technologique. Le roman est enfin republié en volume et en littérature de jeunesse, dans la collection du prix Verne, puis dans la « Bibliothèque de la jeunesse ». Conformément aux attentes du genre, la valorisation d’une figure de savant et le déploiement d’un discours instructif prennent alors une résonance particulière.

Déclinaison des personnages verniens

  • 49 Voir Saint-Gelais (Richard), Fictions transfuges : la transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seui (...)

34La réactivation du modèle vernien se fait particulièrement ostentatoire dans le cas du premier roman couronné par le prix, La Petite Fille de Michel Strogoff, explicitement conçu en contrepoint de l’œuvre source de Jules Verne. Cette modalité voyante de la transfictionnalité49 consiste à inventer des descendants aux personnages d’origine, de manière à décliner et étendre les univers fictionnels qui se greffent dès lors l’un sur l’autre, en quelque sorte indépendamment de leurs auteurs. Au-delà de cette filiation entre les deux héros de Verne et de Béliard, dans leurs deux romans, le lecteur suit les personnages qui effectuent un voyage de Moscou aux steppes de la Sibérie. Chez Verne, c’est la parole du tsar qui traverse le pays, sous la forme d’un message adressé à son frère et porté par le courrier du tsar, Michel Strogoff. Chez Béliard, c’est la fille même du tsar qui est emmenée à l’Est, pour tenter un hypothétique exil loin de la Russie.

35À chaque personnage vernien correspond un double dans le roman de 1927. Le traître par ambition et vengeance Ivan Ogareff trouve son répondant chez Octave Béliard en Serge Narskine, arriviste qui trahit également la cause russe. Le couple comique du journaliste français populaire et gouailleur Alcide Jolivet accompagné de son acolyte aristocratique et silencieux Harry Blount a également son équivalent dans le duo contrasté du reporter méridional Lazare Puycassou, accompagné du baron Otto von Lilienthal. Enfin, le couple de Michel Strogoff et de la jeune Nadia trouve son équivalent, mais cette fois inversé, dans celui de Sonia Strogoff et de Jean-Paul Hibeau. Dans la fiction d’Octave Béliard, c’est Sonia Strogoff qui a hérité de la bravoure et de la résistance physique de son grand-père. C’est donc elle qui accomplit des exploits pour sauver la duchesse Tatiana, tandis que Jean-Paul Hibeau se contente de l’accompagner admirativement, comme le faisait Nadia dans le roman vernien. Le système des personnages de ce premier prix Jules Verne est donc entièrement conçu en réponse au roman source qu’est Michel Strogoff. On pourrait lire l’œuvre de Béliard comme une forme de pastiche vernien, mis au goût du jour grâce à une série d’innovations piquantes, comme l’inversion des rôles de genre, dans les deux couples de Michel Strogoff et Nadia, face à Sonia Strogoff et Hibeau. Le lecteur se voit placé dans une posture active, gardant en mémoire l’intertexte vernien pour se prêter au jeu des différences et repérer les reprises et les transformations.

36On ne saurait néanmoins réduire la fiction de Béliard à un strict démarquage du canevas vernien. La Petite Fille de Michel Strogoff peut aussi être lue de façon autonome, comme une œuvre indépendante du texte source qui l’a inspiré. Cette autonomie prend en outre tout son sens dans le contexte de publication du roman. Destinée à intégrer une collection de littérature pour la jeunesse et à être découverte par des enfants qui n’auront pas forcément lu Michel Strogoff, la fiction doit fonctionner indépendamment du texte vernien et emporter l’adhésion de jeunes lecteurs qui ne se prêteraient pas à un jeu érudit de construction et déconstruction de références.

  • 50 Dans cette optique, Laurent Bazin analyse l’ensemble de la carrière littéraire d’Albert Bailly, met (...)

37L’Éther-Alpha se situe quant à lui dans une configuration plus classique d’une fiction d’anticipation conçue dans la lignée de l’œuvre vernienne, mais sans démarquer explicitement les personnages des Voyages extraordinaires. Le voyage vers la lune de Cecil Montcalm et Minnie Vernon fait, certes, écho au diptyque De la terre à la lune et Autour de la lune. Mais au lieu des trois amis Michel Ardan, Barbicane et Nicholl, c’est désormais un couple de jeunes mariés qui va sur la lune. À l’instar de nombreuses œuvres verniennes, le roman met en scène des Américains et il se déroule pour partie aux États-Unis, présentés comme la terre de la technologie et de la modernité – avec toutes ses dérives. Albert Bailly se saisit des personnages-types des romans d’aventures scientifiques, valorisant le savant et l’ingénieur entreprenant, mais l’ironie vernienne face aux membres du Gun Club devient désormais plus sombre, dans un contexte de montée des tensions internationales en Europe. L’Éther-Alpha est scandé par une série de débats qui opposent le personnage du scientifique à plusieurs interlocuteurs : sa fiancée, le président des États-Unis, et enfin le chef des êtres radio-électriques rencontrés sur la lune. Dans chacune de ces discussions, deux questions connexes sont posées : quelle est la responsabilité du scientifique dans un contexte de course aux armements, et quelle est la valeur de la recherche scientifique ? Sous une forme différente, ces questions accompagnent une grande partie des textes verniens et reçoivent des réponses variées au fil des Voyages extraordinaires. Ce qui frappe dans le traitement de ces sujets par la fiction de L’Éther-Alpha, c’est la série de retournements, la forme d’instabilité idéologique qui fait osciller le narrateur entre célébration et dénonciation de la science, le « happy end » se trouvant ainsi largement teinté de doute50.

De quoi Verne est-il le nom ?

38Revisitant le genre du « roman scientifique », l’écrivain qui reçoit le prix Jules Verne devient en quelque sorte une nouvelle incarnation de l’auteur des Voyages extraordinaires :

  • 51 Lectures pour tous, « Un nouveau Jules Verne », mars 1929, p. 11.

Le jour même où l’on fêtait en Sorbonne le Centenaire de l’illustre auteur du Tour du monde en 80 jours et de L’île mystérieuse, le jury du Prix Jules Verne […] révélait, par une coïncidence heureuse, avec un ouvrage de tout premier ordre : L’Éther-Alpha, un nouveau Jules Verne. Son nom : M. Albert Bailly51.

39« Un nouveau Jules Verne » : derrière le geste d’institution du prix, se dessine une logique d’instrumentalisation et de réinterprétation, qui fait d’un nom d’auteur une marque. Qu’est-ce qui se joue, finalement, avec la transformation d’un écrivain singulier en antonomase ? Le jury simplifie et sélectionne quelques traits du roman vernien pour en faire un modèle canonique susceptible de guider les évolutions de la littérature de jeunesse. Comme on l’a vu, Verne constitue indéniablement un outil idéal de légitimation de la littérature d’anticipation, incarnant un rapport rassurant à l’aventure et au savoir, et une justification de la fiction par ses ambitions éducatives. On peut néanmoins s’interroger sur les effets de cette légitimation proprement institutionnelle, qui combine l’autorité procurée par un jury reconnu et le recours à un ancêtre prestigieux. Si elle convainc les parents, n’est-elle pas en décalage par rapport aux attentes réelles des enfants ? Le récit vernien a été largement repris et décliné jusqu’à la Première Guerre mondiale. S’appuyer sur ce paradigme ancien pour une nouvelle opération de légitimation ne relève-t-il pas d’une forme de passéisme et de frilosité qui figent la littérature de jeunesse dans un modèle désormais obsolète ?

  • 52 Livre mon ami : lectures enfantines, 1914-1954. Exposition des bibliothèques de la Ville de Paris, (...)

40À ce doute s’ajoutent les effets négatifs du développement de collections normées, incitant davantage à la reprise de formules éprouvées voire usées, qu’à l’audace de l’innovation et de l’expérimentation. Analysant la généralisation du regroupement des publications en collections dans l’édition enfantine des années 1920, Annie Renonciat souligne ses effets positifs d’un point de vue commercial, mais également l’inévitable nivellement des productions qu’elle entraîne : « “La collection fait tracteur”, résume un responsable de la maison Hachette. Mais le format et le nombre de pages normalisés pèsent sur la création littéraire, autant que les grands tirages souvent associés à cette formule. La collection repose sur le principe de la réplique et la recherche d’une sécurité, freinant innovations et dynamismes52. »

  • 53 Parinet (Elisabeth), « Les éditeurs et le marché : la vulgarisation scientifique dans l’édition fra (...)

41De multiples facteurs se combinent pour faire des années 1920 une période de mutations dans le champ de la littérature jeunesse, ce dont l’institution du prix Verne peut aussi constituer un témoignage paradoxal. Comme le rappelle Elisabeth Parinet, les publications de vulgarisation sont désormais en perte de vitesse. Après l’extraordinaire vogue des ouvrages de vulgarisation et leur influence massive dans le champ éditorial de la fin du xixe siècle, ce modèle tend à s’effacer. « Les ouvrages de vulgarisation ne disparaissent pas des catalogues des grands éditeurs, mais ils y deviennent moins nombreux et ne sont plus regroupés en collections spécifiques. […] Il y a une sorte de dissolution du livre de vulgarisation assez populaire parmi les lectures familiales et les ouvrages pratiques53. » Dans cette dynamique, le modèle économique du livre de prix se trouve lui aussi en recul, faisant de cette branche de l’édition un secteur moins ouvert à l’innovation. C’est donc tout un modèle d’articulation de la fiction et de l’instruction qui paraît s’essouffler.

42Une hypothèse complémentaire pour expliquer le conservatisme qui sous-tend le recours au paradigme vernien fait état de la situation particulière de l’édition pour la jeunesse au début du siècle. Selon Jean Perrin, le secteur aurait traversé une forme de crise de production. L’abondance et la qualité des auteurs du xixe siècle auraient en quelque sorte tari la création puisqu’il suffisait aux éditeurs d’exploiter leurs fonds déjà constitués, toujours appréciés des lecteurs.

  • 54 Perrin (Jean), Fictions et journaux pour la jeunesse au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 38

On peut surtout se demander si l’immense réservoir d’œuvres prestigieuses accumulées de 1850 à 1900, assez fortes pour être constamment rééditées pendant tout le xxsiècle, n’a pas rendu les éditeurs un peu passifs. Les écrivains les plus prisés par la jeunesse, et les plus édités, sont ceux qui dominaient la fin du xixsiècle […] tout semble se passer comme si, potentiellement capable de vivre sur ce capital de fictions renommées, tel le Nil traversant deux mille kilomètres de désert saharien sans avoir besoin de recevoir l’eau d’un quelconque affluent, la littérature de jeunesse était capable de vivre une ou deux décennies à cheval sur le nouveau siècle, grâce à ses acquis et sans un réel besoin de sang neuf54 ?

  • 55 Dans le cadre de l’ANR Anticipation, Émilie Pézard a recensé les publications relevant de la littér (...)
  • 56 Lévêque (Mathilde), Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Re (...)

43Les promoteurs du prix Verne corroborent ces hypothèses, puisque leur argumentaire repose sur le constat d’une crise du roman d’aventures scientifiques. L’objectif du prix est dès lors clairement affirmé : il s’agit de ressusciter un genre en déclin et d’inciter à la production d’œuvres nouvelles. Or, une enquête sur les publications effectives entre 1900 et 1930 contredit radicalement ce point de vue. On peut au contraire constater une multiplication de l’offre dans la période : si l’on recense les publications relevant de l’anticipation (en rassemblant littérature de jeunesse et littérature générale), on dénombre environ 300 titres dans les années 1900, 300 titres également dans les années 1910, puis la production explose dans l’après-guerre : les publications atteignent alors près de 650 titres pour les années 192055. Le décalage entre les chiffres effectifs des publications et la perception qu’en ont les commentateurs peut s’expliquer en partie par le statut des œuvres concernées. Il s’agit en effet, pour une part d’entre elles, de publications peu légitimes, parues sous forme de fascicules pour la jeunesse, qui échappent précisément au modèle vernien que Lectures pour tous entend valoriser. La patrimonialisation de l’œuvre vernienne occulte ainsi une large part de la diversité des œuvres d’anticipation. Mathilde Lévêque évoque le retournement, dans l’entre-deux-guerres, de cette dialectique entre modernité et patrimoine littéraire : « La modernité correspondrait ici à une tentative d’ancrage dans la tradition littéraire de tout le xixe siècle, conçue autour de classiques internationaux qui sont autant de modèles et de références échappant aux affres du temps. Se placer sous l’égide de ce panthéon atemporel de la littérature pour la jeunesse, c’est garantir une production de qualité56. »

44Mais cette « production de qualité » ne repose-t-elle pas sur un modèle usé et la véritable modernité ne se joue-t-elle pas ailleurs ? Le prix Verne témoigne d’une reconnaissance de la fonction sociale d’un certain modèle de littérature d’anticipation et révèle la cristallisation d’un imaginaire scientifique autour de scénarios d’aventures à l’efficacité éprouvée. Cependant, le modèle qu’il promeut répond-il uniquement aux attentes d’un public-cible avec une collection reconduisant des structures narratives et des typologies de personnages figées ? L’étude de L’Éther-Alpha dévoile au contraire l’adaptation aux interrogations contemporaines sur les enjeux éthiques de la science et une véritable innovation esthétique dans les illustrations. Grâce à des cadrages audacieux [ill. 10], le dessinateur J. Touchet décentre le regard du spectateur. Le couple des personnages principaux apparaît comme désindividualisé, deux simples silhouettes disparaissant face à la spectacularisation de l’objet technique – un gigantesque télescope présenté en contre-plongée. Cette modernité esthétique traduit une réflexion sur l’instrumentation du regard, et une interrogation plus globale sur la place de la personne face au développement de la technologie.

Ill. 10. L’Éther-Alpha, illustrations de J. Touchet, collection « Prix Jules Verne », p. 119 © coll. privée

45Cet exemple permet de nuancer une image trop manichéenne selon laquelle la légitimation de l’anticipation dans le prix Verne passerait par l’adoption d’un format de romans obsolètes et standardisés. Dans les cas les plus réussis, comme L’Éther-Alpha, les textes négocient avec les normes et les attentes des éditeurs pour associer l’ancrage dans une tradition rassurante (et efficace commercialement) à l’ouverture vers une certaine originalité et l’affichage d’une esthétique de la modernité.

  • 57 Cette recherche a été effectuée dans le cadre de l’ANR Anticipation : romans d’anticipation scienti (...)

46Au croisement de la sociologie des publics, de l’histoire des supports et de l’économie du livre, l’histoire du prix Verne et l’analyse des œuvres qu’il a couronnées permettent de saisir la mécanique de légitimation à l’œuvre dans le canon littéraire, mais elles dévoilent aussi les dynamiques concurrentes qui font système avec elle, en constituant un contrepoint. Un modèle de romanesque ne se substitue pas simplement à un autre. Le roman scientifique d’aventures conçu selon un schéma vernien ne laisse pas la place à une littérature d’anticipation populaire de pure fantaisie, où toute visée éducative aurait disparu. Des paradigmes différents, ancien et nouveau, coexistent durant des décennies, se transformant progressivement sur une multitude de plans. Les chronologies des phénomènes culturels et des mutations de la sphère médiatique doivent tenir compte de ces effets de permanence et de diversification parallèles. C’est donc une histoire littéraire complexe, attentive aux effets de sédimentation et d’asynchronie, qu’incite à construire la saisie d’un phénomène transversal comme la littérature d’anticipation, qui traverse les multiples champs de la production littéraire et de la culture médiatique57.

Haut de page

Bibliographie

Bailly (Albert), L’Éther-Alpha, dans Lectures pour tous, août-octobre 1929.

Bazin (Laurent), « Altérités, altérations. La littérature conjecturale d’Albert Bailly », Textyles. Revue des lettres belges de langue française, n°48, 2016, « Utopie et anticipation », pp. 29-37. ULR : https://journals.openedition.org/textyles/2658.

Béliard (Octave), La Petite Fille de Michel Strogoff, dans Lectures pour tous, août-octobre 1927.

Bertrand (Jean-Pierre), Durand (Pascal) & Lavaud (Martine) (dir.), « Le Portrait photographique d’écrivain », COnTEXTES, n°14, 2014. URL : https://journals.openedition.org/contextes/5904.

Ducas (Sylvie), La Littérature à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2013.

Durand (Pascal), « Presse ou médias, littérature ou culture médiatique ? Question de concepts », COnTEXTES, Revue de sociologie de la littérature, n°11, « Le littéraire en régime journalistique », 2012. URL : https://journals.openedition.org/contextes/5392.

Letourneux (Matthieu), Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 2017.

Lévêque (Mathilde), Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Marcoin (Francis), « L’effet Montyon », Romantisme, année 1996, n°93, pp. 65-82.

Mistler (Jean), La Librairie Hachette : de 1826 à nos jours, Paris, Hachette, 1964.

Mollier (Jean-Yves), « La naissance de la culture médiatique à la Belle-Époque : mise en place des structures de diffusion de masse », Études littéraires, vol. 30, n°1, « Récit paralittéraire et culture médiatique », automne 1997, pp. 15-26.

Mollier (Jean-Yves), Hachette, le géant aux ailes brisées, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, 2015.

Parinet (Élisabeth), « Les éditeurs et le marché : la vulgarisation scientifique dans l’édition française », dans Bensaude-Vincent (Bernadette) & Rasmussen (Anne) (dir.), La Science populaire dans la presse et l’édition. xixe et xxe siècles, Paris, CNRS Éditions, 1997, pp. 33-50.

Perrin (Raymond), Fictions et journaux pour la jeunesse au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2014.

Renonciat (Annie), Livre mon ami : lectures enfantines, 1914-1954. Exposition des bibliothèques de la Ville de Paris, catalogue établi avec la collaboration de Viviane Ezratty et Françoise Lévèque, Paris, Agence culturelle de Paris, 1991.

Rivalan Guégo (Christine) & Nicoli (Miriam) (dir.), La Collection. Essor et affirmation d’un objet éditorial, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2014.

Saint-Gelais (Richard), Fictions transfuges : la transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011.

Schaeffer (Jean-Marie), Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1989.

Verne (Jules), Michel Strogoff. Moscou-Irkoutsk [1876], Paris, Hetzel, coll. « Bibliothèque d’éducation et de récréation », 1905.

Haut de page

Notes

1 Lectures pour tous, « Un nouveau Jules Verne », mars 1929, p. 11.

2 Lectures pour tous, mars 1929, « le prix Jules Verne 1929 », p. 11.

3 Voir Schaeffer (Jean-Marie), Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1989.

4 Dans son histoire de la Librairie Hachette, Jean Mistler retrace le lancement de la revue, qui a débuté en juin 1897 en tant que supplément illustré, prime de l’Almanach. « Ce supplément comprenait deux cents pages in-16 et ne coûtait que 50 centimes. Les 60.000 exemplaires tirés furent vendus en quelques semaines. On décida alors de le transformer en un périodique mensuel « analogue aux magazines anglais ». Le principal changement fut dans le format qui doublait en passant à l’in-8°, tandis que le nombre de pages était de 96 et que le prix restait inchangé. Le premier numéro fut daté d’octobre 1898. », Mistler (Jean), La Librairie Hachette : de 1826 à nos jours, Paris, Hachette, 1964, p. 285.

5 Le titre est ensuite repris, entre 1954 et 1974, par une filiale d’Hachette, Edimonde, selon une formule différente et dans un nouveau format.

6 Mistler (Jean), La Librairie Hachette, op. cit., p. 285.

7 Ibid., p. 351.

8 Ibid., p. 286.

9 Lectures pour tous, « Le prix Jules Verne 1928. Le Secret des sables. Roman du Transsaharien par Gaston Pastre », février 1928, p. 71.

10 Pour une étude de la logique de développement de multiples collections, effectuée dans une perspective comparatiste (Espagne, France, Italie, Belgique, Suisse, Argentine et Canada), voir Rivalan Guégo (Christine) & Nicoli (Miriam) (dir.), La Collection. Essor et affirmation d’un objet éditorial, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2014.

11 Je Sais tout, n°178, 15 octobre 1920, p. 1218.

12 Le « prix du roman d’aventures » continue à être décerné. Depuis 1930, il a couronné chaque année un roman policier, sauf pendant la Seconde Guerre mondiale.

13 Voir Ducas (Sylvie), La Littérature à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2013.

14 Lectures pour tous, « Le Prix Jules Verne. La Petite Fille de Michel Strogoff, par O. Béliard », mars 1927, p. 74.

15 Lectures pour tous, « Un nouveau Jules Verne », mars 1929, p. 11.

16 Idem.

17 Idem.

18 Mistler (Jean), La Librairie Hachette, p. 292.

19 Voir Mistler (Jean), ibid., p. 352.

20 Voir Perrin (Raymond), Fictions et journaux pour la jeunesse au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 79.

21 Voici la description qu’en donne Raymond Perrin : « volumes d’un peu plus de 250 pages, solidement reliés, toilés de couleur vert clair et couverts d’une jaquette. Ils sont de format 12,5 sur 18,5 cm. (le format in-12). Les illustrations sont le plus souvent dues à André Galland », ibid., pp. 80-81.

22 Jean-Yves Mollier évalue la proportion de lecteurs des quotidiens par rapport à la population française que supposent de tels chiffres de vente des journaux : « ce qui signifie que le nombre de lecteurs était supérieur à la moitié ou aux trois quarts de la population française », Mollier (Jean-Yves), « La naissance de la culture médiatique à la Belle-Époque : mise en place des structures de diffusion de masse », Études littéraires, vol. 30, n°1, « Récit paralittéraire et culture médiatique », automne 1997, p. 19.

23 Mollier (Jean-Yves), ibid., p. 17.

24 Mollier (Jean-Yves), Hachette, le géant aux ailes brisées, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, 2015, p. 48.

25 Letourneux (Matthieu), Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 2017, p. 92.

26 Ibid., p. 133.

27 Lectures pour tous, « Le prix Jules Verne », avril 1926, p. 47.

28 « Le prix Jules Verne. La Petite Fille de Michel Strogoff par O. Béliard », Lectures pour tous, mars 1927, p. 74.

29 Francis Marcoin a analysé en détail les enjeux de ce prix et son évolution dans « L’effet Montyon », Romantisme, 1996, n°93, pp. 65-82.

30 « Le prix Jules Verne. La Petite Fille de Michel Strogoff par O. Béliard », Lectures pour tous, mars 1927, p. 74.

31 Lectures pour tous, « Le prix Jules Verne », avril 1926, p. 47.

32 Voir Letourneux (Matthieu), Fictions à la chaîne, op. cit., pp. 90-91.

33 Le premier auteur primé par le prix Jules Verne, Octave Béliard, était d’ailleurs lui-même médecin. Mais contrairement à la stratégie qu’elle adopte pour Albert Bailly, la revue n’a pas axé la promotion du livre sur le statut professionnel de son auteur, les sciences n’étant pas directement au cœur de La Petite Fille de Michel Strogoff, comme nous le verrons.

34 Pour une mise en perspective globale de la valorisation de l’auteur par l’usage du portrait, voir Bertrand (Jean-Pierre), Durand (Pascal) & Lavaud (Martine) (dir.), « Le Portrait photographique d’écrivain », COnTEXTES, n°14, 2014. URL : https://journals.openedition.org/contextes/5904.

35 Lectures pour tous, Présentation de L’Éther-Alpha, août 1929, p. 105.

36 Bailly (Albert), L’Éther-Alpha, dans Lectures pour tous, août 1929, p. 125.

37 Idem.

38 Voir L’Éther-Alpha, op. cit., août 1929, p. 126.

39 Ibid., septembre 1929, pp. 122-123.

40 Ibid., octobre 1929, pp. 107-109.

41 Verne (Jules), Michel Strogoff. Moscou-Irkoutsk [1876], Paris, Hetzel, coll. « Bibliothèque d’éducation et de récréation », 1905, 2e partie, chapitre IV, p. 219.

42 Ibid., p. 83.

43 « Itinéraire de Michel Strogoff. Première carte », ibid., p. 65.

44 Voir par exemple les illustrations de D. Dutriac pour La Petite Fille de Michel Strogoff d’Octave Béliard, dans Lectures pour tous, août 1927, pp. 117, 121 et septembre 1927, p. 117.

45 Bailly (Albert), L’Éther-Alpha, op. cit., septembre 1929, p. 117.

46 Annonce du troisième épisode de La Petite Fille de Michel Strogoff, Lectures pour tous, août 1927, p. 128.

47 Annonce de l’attribution du prix Jules Verne 1932, Lectures pour tous, mai 1933, p. 124.

48 Durand (Pascal), « Presse ou médias, littérature ou culture médiatique ? Question de concepts », COnTEXTES, n°11, « Le littéraire en régime journalistique », 2012, p. 11, §24. URL : https://journals.openedition.org/contextes/5392.

49 Voir Saint-Gelais (Richard), Fictions transfuges : la transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011.

50 Dans cette optique, Laurent Bazin analyse l’ensemble de la carrière littéraire d’Albert Bailly, mettant en évidence l’interrogation qui la traverse sur le sens à donner aux civilisations, qu’elles se situent dans un passé proto-historique ou dans le futur. Voir « Altérités, altérations. La littérature conjecturale d’Albert Bailly », Textyles. Revue des lettres belges de langue française, n°48, « Utopie et anticipation », 2016, pp. 29-37. ULR : https://journals.openedition.org/textyles/2658.

51 Lectures pour tous, « Un nouveau Jules Verne », mars 1929, p. 11.

52 Livre mon ami : lectures enfantines, 1914-1954. Exposition des bibliothèques de la Ville de Paris, catalogue par Annie Renonciat, avec la collaboration de Viviane Ezratty et Françoise Lévèque, Paris, Agence culturelle de Paris, 1991, p. 39.

53 Parinet (Elisabeth), « Les éditeurs et le marché : la vulgarisation scientifique dans l’édition française », dans Bensaude-Vincent (Bernadette) & Rasmussen (Anne) (dir.), La Science populaire dans la presse et l’édition. xixe et xxe siècles, Paris, CNRS Éditions, 1997, p. 47.

54 Perrin (Jean), Fictions et journaux pour la jeunesse au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 38.

55 Dans le cadre de l’ANR Anticipation, Émilie Pézard a recensé les publications relevant de la littérature d’anticipation entre 1860 et 1940. Elle s’est appuyée pour cela sur le dépouillement de la presse contemporaine, des catalogues d’éditeurs, de la Bibliographie de la France, des critiques contemporaines et des bibliographies secondaires sur le sujet. Une sélection de titres de ce corpus est analysée en détail dans la base de données « Anticipation », hébergée sur la TGIR Huma-Num.

56 Lévêque (Mathilde), Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 43.

57 Cette recherche a été effectuée dans le cadre de l’ANR Anticipation : romans d’anticipation scientifique au tournant du xixsiècle (1860-1940).

Haut de page

Ill. 1. Lectures pour tous, août 1929, publication du roman d’Albert Bailly, L’Éther-Alpha, prix Jules Verne de l’année 1929 © coll. privée
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6725/img-1.png
image/png, 558k
Ill. 2. Première présentation du prix Jules Verne dans Lectures pour tous, avril 1926, p. 47 © coll. privée
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6725/img-2.jpg
image/jpeg, 184k
Ill. 3 et 4. Collection « Prix Jules Verne », Librairie Hachette, 1929 et « Bibliothèque de la jeunesse », Hachette, 1951 © coll. privée
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6725/img-3.jpg
image/jpeg, 164k
Ill. 5. Sommaire du numéro de février 1928 de Lectures pour tous incluant le portrait du lauréat du prix Jules Verne, M. J.-L. Gaston Pastre © coll. privée
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6725/img-4.jpg
image/jpeg, 108k
Ill. 6. « M. Albert Bailly, qui obtient cette année le prix Jules Verne avec un passionnant roman : “L’Éther-Alpha”, est un écrivain belge qui s’adonne à de sérieuses études scientifiques. Le voici au travail, dans un laboratoire. », Lectures pour tous, mars 1929, « Un nouveau Jules Verne », p. 10 © coll. privée
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6725/img-5.png
image/png, 418k
Ill. 7. « Petits concours amusants », Lectures pour tous, avril 1926, p. 48 © coll. privée
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6725/img-6.jpg
image/jpeg, 204k
Ill. 8 et 9. Octave Béliard, La Petite Fille de Michel Strogoff, pp. 121 et 124 © coll. privée
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6725/img-7.jpg
image/jpeg, 224k
Ill. 10. L’Éther-Alpha, illustrations de J. Touchet, collection « Prix Jules Verne », p. 119 © coll. privée
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6725/img-8.png
image/png, 500k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Barel-Moisan, « Anticipation et légitimation : le prix « Jules Verne » », COnTEXTES [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6725 ; DOI : 10.4000/contextes.6725

Haut de page

Auteur

Claire Barel-Moisan

CNRS/ENS-Lyon

Haut de page