Navigation – Plan du site

Compte rendu de Murray (Simone), The Digital Literary Sphere. Reading, Writing and Selling Books in the Internet Era

Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2018.
Anthony Glinoer

Texte intégral

1Comme la sociologie de la littérature, l’histoire du livre s’intéresse peu à la réorganisation contemporaine de la chaîne du livre dans l’espace numérique. Le livre de synthèse que publie Simone Murray brave ce désintérêt collectif en allant chercher son bien dans diverses disciplines (étude des médias, sociologie, digital literary studies, etc.). C’est toutefois à la sociologie de la littérature qu’elle annonce (p. 17) vouloir se rattacher, dans la continuité des travaux de James English (dont le livre The Economy of Prestige était consacré en 2005 au phénomène des prix littéraires). Il s’agit de tester l’application de la théorie du champ littéraire à l’environnement numérique, sans nier les difficultés d’adaptation de ce concept pensé pour le champ littéraire français du xixe siècle, à un univers déterritorialisé, décentralisé et dont les lieux de médiation sont en constante évolution.

2Au cœur du livre se trouve un tableau où les colonnes indiquent cinq processus (la performance auctoriale, la vente et la promotion de la littérature, la curation de la vie littéraire, la consécration du littéraire, la discussion collective sur la littérature) et les lignes des types de sites internet (liés à l’auteur, à l’éditeur, au libraire, au lecteur, aux institutions culturelles et aux médias). Les cinq chapitres détaillent cette mise en relation entre processus et lieux d’existence numériques de la littérature.

  • 1 Pour le domaine français, on peut se référer à Sapiro (Gisèle) & Rabot (Cécile) (dir.), Profession  (...)
  • 2 J’utilise ici les italiques parce que les mots anglais et français n’ont pas exactement le même sen (...)

3Le premier chapitre porte non pas sur la situation des écrivains à l’époque contemporaine1, moins encore sur les pratiques d’écriture (il n’est pas dit un mot par exemple du site et de l’application d’écriture Wattpad, avec leurs 65 millions de visites mensuelles et leurs 400 millions de récits téléversés), que sur la performance2. Partant des celebrity studies, Simone Murray souligne plusieurs aspects de la présence publique des auteurs sur internet : désintermédiation et réintermédiation par le recours aux plateformes d’autoédition (Lulu, Scribd, XLibris) et au socio-financement ; interactivité avec l’usage de blogues, de pages sur Facebook, de comptes sur Twitter, Instagram, Pinterest ou encore Youtube, qui permettent aux auteurs de contourner les éditeurs et les médias pour poursuivre les échanges et les rencontres avec les lecteurs rendus possibles par les festivals, les séances de signatures dans les librairies, etc. En ressort qu’il n’y a pas de nivellement total dans ce domaine, comme dans d’autres, mais plutôt une polarisation entre un nombre gigantesque d’écrivains amateurs auto-édités et, de l’autre, un petit nombre d’écrivains professionnels qui ont importé et développé leur célébrité acquise hors ligne. Parmi ceux-ci, toutes les situations se rencontrent : du refus complet de se prêter au jeu (par manque de temps ou par dédain pour ce type de publicité) à l’adhésion enthousiaste à la vie des médias socionumériques, en passant par la délégation à des employés de la rédaction de tweets.

  • 3 Voir la remarquable étude de Thompson (John B.), Merchants of Culture. The Publishing Business in t (...)

4Vient ensuite, dans le deuxième chapitre, la question de la « vente » de littérature, dans la double acception de la transaction commerciale et de la promotion. Là aussi, le modèle bourdieusien du champ littéraire (dans une version atrophiée d’une bonne partie de sa complexité), est mis en regard de la configuration numérique actuelle : l’usage des algorithmes par les plateformes commerciales (les GAFA en particulier), tend en effet à redistribuer la reconnaissance selon des opérations computationnelles plutôt que sous l’action médiatrice d’individus. Le livre s’intéresse surtout aux plus gros joueurs, Amazon en tête, et presque exclusivement aux entreprises basées aux États-Unis et en Grande-Bretagne. C’est regrettable parce qu’en ressort l’impression d’un internet littéraire très centralisé autour de quelques sites alors que, si ceux-ci attirent une portion considérable du trafic, toutes sortes d’initiatives de petite taille fleurissent et parfois persistent. En outre, un acteur fondamental est totalement négligé dans ce livre : l’éditeur qui, s’il a réagi avec retard à la réorganisation du champ littéraire sous l’impulsion de l’internet, ne s’y est pas moins intégré depuis3.

  • 4 Je renvoie à deux ouvrages collectifs très utiles : Lizé (Wenceslas), Naudier (Delphine) & Roueff ( (...)

5Après un troisième chapitre consacré aux festivals littéraires en ligne, The Digital Literary Sphere s’intéresse à l’épineuse question de la recension de livres en ligne ‒ en laissant là encore dans l’ombre des pratiques plus souterraines comme les échanges de commentaires sur les forums d’écriture et les forums de lecteurs. Le modèle traditionnel de la recension a en effet beaucoup souffert au cours des dernières années des malheurs économiques de la presse papier (de nombreux suppléments littéraires de quotidiens ont disparu ou ont été réduits à la portion congrue) et d’une remise en question de la légitimité des critiques littéraires. L’internet a normalisé et démocratisé le principe du compte rendu critique, que ce soit sur le site des revendeurs, sur des réseaux sociaux dédiés comme Babelio, sur des blogues, dans des clubs de lecture (les plus célèbres sont sans doute ceux qu’ont tenus Oprah Winfrey et Mark Zuckerberg) ou sur les chaînes des booktubers. Simone Murray insiste avec raison pour dire que la barrière entre professionnels et amateurs de la recension est à peu près tombée mais que des hiérarchies culturelles demeurent. Pour s’en convaincre, il faudra consulter les travaux réalisés récemment dans le domaine français sur la prescription culturelle et les intermédiaires de la création4.

6Dans son dernier chapitre, qui porte sur les groupes de lecture, comme dans sa conclusion, Simone Murray fait une grande place aux recherches menées par d’autres, au point que la discussion sur les ressources théoriques et les travaux empiriques disponibles l’emporte souvent sur l’étude des phénomènes eux-mêmes. Son livre s’achève sur une sorte de plaidoyer pour la constitution de l’internet littéraire comme champ (inter)disciplinaire à part entière. On ne peut qu’abonder en ce sens tout en regrettant qu’une séparation nette, nécessaire pour l’unité de l’étude mais artificielle en réalité, ait été faite entre le monde littéraire en ligne et hors ligne.

Haut de page

Notes

1 Pour le domaine français, on peut se référer à Sapiro (Gisèle) & Rabot (Cécile) (dir.), Profession ? Écrivain, Paris, CNRS Éditions, 2017.

2 J’utilise ici les italiques parce que les mots anglais et français n’ont pas exactement le même sens.

3 Voir la remarquable étude de Thompson (John B.), Merchants of Culture. The Publishing Business in the Twenty-First Century, Cambridge, Polity Press, 2010.

4 Je renvoie à deux ouvrages collectifs très utiles : Lizé (Wenceslas), Naudier (Delphine) & Roueff (Olivier) (dir.), Intermédiaires du travail artistique. À la frontière de l’art et du commerce, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, Département des études, de la prospective et des statistiques, « Questions de culture », 2011 ; Chapelain (Brigitte) & Ducas (Sylvie) (dir.), Prescription culturelle : avatars et médiamorphoses, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, « Papiers », 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Glinoer, « Compte rendu de Murray (Simone), The Digital Literary Sphere. Reading, Writing and Selling Books in the Internet Era », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 11 décembre 2018, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6756

Haut de page

Auteur

Anthony Glinoer

Articles du même auteur

Haut de page