Navigation – Plan du site
Au-delà de l'immersion : la fiction comme interface

Comment la fiction contemporaine travaille ses lecteurs

Les expériences de pensée en littérature
Nancy Murzilli

Résumés

Penser les effets de la fiction sur les individus et la société suppose de la considérer d’un point de vue pragmatique comme quelque chose qui opère dans et depuis le monde, d’étudier la façon dont les auteurs aujourd'hui la travaillent et dont elle travaille en retour ses lecteurs du point de vue des usages qu'ils en font. Que peut la littérature devant les pratiques de storytelling néolibéralistes dont l'objectif est d'inventer un concept-solution qui soit « actionnable », efficace en termes de like, de follow et de vente ? Elle peut en reconnaître la valeur instrumentale, en partager la confiance dans le pouvoir de la fiction d'agir sur le monde, puis s'en servir de levier à d'autres fins éventuelles. À travers l’analyse du Grand Jeu, de Céline Minard (2016), et de Défaite des maîtres et possesseurs (2016), de Vincent Message, nous verrons dans cette étude comment les fictions littéraires peuvent opérer sous forme d’enquêtes sur la vie pratique et les formes de vie individuelles et collectives, et nous intéresserons plus particulièrement à la manière dont les expériences de pensée y remplissent leur fonction heuristique.

Haut de page

Texte intégral

1Le constat, désormais convenu, selon lequel la littérature contemporaine a renoué avec son « dehors » engage naturellement la question de savoir comment elle le fait et quels en sont les effets. Une littérature reliée au monde repose sur une pratique littéraire qui fait de ce lien son objet, qui se demande comment le réaliser et qui croit en ses effets potentiels. Si l’on reconnaît aujourd’hui à la fiction littéraire la capacité de développer des formes d’intelligibilité du réel, rendre compte de l’effectivité propre de ce savoir de fiction ne peut se passer de la question de son comment, précisément parce qu’il s’agit d’un « savoir de fiction ». Comment, en effet, un savoir de fiction peut-il avoir une quelconque effectivité ? Une telle question, de par sa nature, nous oriente vers une approche pragmatique de la littérature et de sa dimension expérientielle. Mettre la fiction littéraire face à ses pouvoirs requiert de s’interroger sur le genre d’expérience qu’elle permet. Or quelle expérience peut-on tirer de ce qui relève de la fiction ? Certaines œuvres littéraires contemporaines utilisent la fiction comme levier d’expérimentation pour en faire le moyen d’expériences de pensée. Mon hypothèse est que la puissance d’action de ces expériences de pensée tient dans le fait qu’elles forment, pour le lecteur, des expériences à part entière.

  • 1 Sur ces questions, voir le récent ouvrage de Camille de Toledo, Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós, L (...)

2Pour commencer, j’interrogerai la théorie de la fiction afin de tenter de comprendre ce qui nous empêche parfois encore aujourd’hui de saisir d’un point de vue théorique le pouvoir d’action de la fiction sur le réel. Je m’attacherai ensuite, à travers une réflexion sur la notion d’expérience de pensée, à la question de savoir ce qui donne à la fiction littéraire une dimension expérientielle et peut en faire un instrument d’action. Pour illustrer mon propos, je m’appuierai sur deux romans qui sont le lieu d’expériences de pensée conduites par certains personnages ou par le narrateur : Défaite des maîtres et possesseurs de Vincent Message (Seuil, 2016) et Le Grand Jeu de Céline Minard (Rivages, 2016). Dans le premier, Vincent Message imagine un monde semblable au nôtre à quelques détails près, où nous ne serions plus les maîtres et possesseurs de la nature. Le Grand Jeu est le récit de l’entraînement physique et spirituel d’une femme qui s’est isolée de ses semblables sur un massif rocheux pour travailler à son détachement. Je me propose de montrer comment les auteurs de ces deux romans font un usage instrumental de la fiction pour mettre en branle un processus d’enquête visant à la résolution de situations problématiques auxquelles nous sommes, ou pourrions être, confrontés. Par de tels procédés, la fiction littéraire acquiert une dimension politique qui suppose, pour en penser les effets et l’action sur le monde, d’être conçue autrement que sur le mode de l’utopie et d’être envisagée non comme un hors monde, mais comme quelque chose qui opère dans et depuis le monde1, à la manière dont les expériences de pensée remplissent leur fonction heuristique. Cela implique de prendre en considération la façon dont les auteurs travaillent aujourd’hui la fiction et dont celle-ci travaille en retour ses lecteurs. Faut-il pour ce faire interroger les pratiques d’écriture séparément des pratiques de lecture ? Une pensée pragmatique nous invite à nous défaire de ce genre de dichotomie qui tend à séparer le geste de création de sa réception, l’écrivain du lecteur, et à les isoler des pratiques humaines, des formes de vie communes et des processus normaux de l’existence auxquels ils sont rattachés. Je partirai donc de l’idée que c’est en réintégrant la fiction littéraire dans la vie, dans ses pratiques et ses usages, que l’on pourra prendre la mesure de sa force et de son pouvoir.

Du pouvoir de la fiction dans et depuis ce monde-ci

  • 2 Caïra (Olivier), Définir la fiction. Du roman au jeu d’échecs, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. «  (...)
  • 3 Hamel (Jean-François), « Émanciper la lecture. Formes de vie et gestes critiques d’après Marielle M (...)
  • 4 Que l’on pense par exemple au statut de textes comme ceux de l’anthropologue Éric Chauvier, où le r (...)

3Si une distinction est bien nécessaire entre les usages des termes « fiction » et « récit factuel », celle-ci peut rester d’ordre pragmatique, sans qu’il soit nécessaire d’en chercher un fondement ontologique, puisqu’elle possède avant tout une utilité pratique. Le statut de la fiction, comme l’a montré Olivier Caïra dans Définir la fiction, se laisse parfaitement définir de façon pragmatique, au sens où il dépend des instructions de cadrage d’une œuvre ou d’une situation2. De même, le statut de la littérature ne se définira pas par des critères de littérarité qui en détermineraient l’essence, mais par des pratiques et des usages des textes « qui les situent au croisement de nos jeux de langage et de nos formes de vie3 », où le récit et la fiction ont un rôle à jouer4.

4Afin de montrer quel rôle la fiction peut jouer dans nos vies, j’ai délibérément choisi de convoquer des formes contemporaines de littérature qui recourent à des procédés fictionnels dans le but d’enquêter sur des questions d’ordre éthique et politique. Ces deux romans abordent l’un comme l’autre des problèmes engendrés par nos formes de vies actuelles. Défaite des maîtres et possesseurs interroge les conséquences écologiques de l’élevage industriel et notre responsabilité éthique face à l’abattage massif des animaux pour les besoins alimentaires d’une population planétaire en croissance exponentielle. Le Grand Jeu met en question la fragilité de nos existences bardées de prothèses et d’instruments high-tech devant la nature sauvage et la sauvagerie des rapports humains. La fiction, dans ces romans, en devenant le moyen d’une expérience de pensée, a le pouvoir d’engendrer une dé-réalisation qui peut déboucher sur une re-réalisation, une autre manière de configurer le réel.

5Je me pencherai tout d’abord sur Le Grand Jeu de Céline Minard, où il est avant tout question du rapport à l’autre et du fondement de ce rapport. Dans ce roman, Céline Minard expérimente ce que pourrait être une relation humaine qui ne serait pas conditionnée par la menace ou la promesse :

  • 5 Minard (Céline), Le Grand Jeu, Paris, Rivages, 2016, version électronique, ch. 1, dernier §.

La menace pourrait-elle être une contrainte forte et la promesse une contrainte douce ? Est-il impossible de ne pas s’engager dans la relation de promesse ou de menace ? De ne pas y être engagé. Tout se passe comme si la volonté ou la tentative de ne pas s’engager dans ce type de négociation équivalait à une réponse qui serait faite à l’intérieur de cette négociation. Ni la menace ni la promesse ne peuvent être ignorées. C’est le putsch de l’autre contre soi. Ou de soi contre soi. Une prise de pouvoir. Une menace est un guide précis. Et une promesse5 ?

6Cette question sera mise à l’épreuve de l’isolement puis de la rencontre inopinée de la narratrice avec une ermite. Nous ne saurons rien du passé de la narratrice qui a choisi de se retirer de la civilisation pour vivre dans une sorte de tonneau diogénique high-tech accroché à une paroi escarpée. Son projet est de sonder les limites que la nature oppose à son humanité. Et pour ce faire elle s’éprouvera, elle s’entraînera, elle se mettra en « jeu » à travers des exercices spirituels, des activités de survie, de longues excursions et de l’alpinisme. Au cours de la première partie du roman, le lecteur la suivra pas à pas dans ses explorations :

Je suis en cours d’entraînement, je m’entraîne. Je dois m’occuper, définir et traiter plusieurs points de névralgie.

Je dois savoir si la détresse est une situation, un état du corps ou un état de l’esprit.

  • 6 Ibid., ch. 1, § 13-15.

On peut être accroché à une paroi à trois mille quatre cents mètres d’altitude en plein orage nocturne sans être en détresse. On peut aussi sous le même orage nocturne se sentir au chaud au fond de son lit au cœur de la détresse. On peut avoir soif, être fatigué, blessé sans être en détresse6.

  • 7 Ibid., ch. 4, § 39.

7La narratrice croit avoir réuni toutes les conditions pour s’exercer à cette forme d’épreuve taoïste : instruments de survie à la pointe de la technologie, pratiques spirituelles prônées par les techniques en vogue de développement personnel. Mais son plan sera déjoué par la découverte de Dongbin – « il n’était pas prévu qu’un humain me dérange7 » – dont les traits reprennent ceux du légendaire ermite Lü Dongbin, grand stratège redoutable de ruse et de sagesse. Cette rencontre inopportune la contraindra à interroger plus avant la question de la relation humaine et de ce qui la fonde. Le rapport qui s’instaurera entre les deux personnages passera par le langage des corps, dans une sorte de défi physique et métaphysique au cours duquel la narratrice se soumettra à l’épreuve du vide. En fin de parcours, mise au défi par Dongbin de s’élancer sur une slackline tendue entre deux cimes, elle sera conduite à formuler de nouvelles questions comme autant de pistes de réponse à la question de départ :

Est-ce que c’est le jeu que je cherchais ? Celui qui combine la menace sans domination et la promesse sans objet ? Le jeu sans aucune part obscure, le jeu limpide ? La méthode ? Le moyen de se décoller, de se surprendre soi-même et de s’accueillir ?

L’idiotie ?

Est-ce que c’est un bluff ? Un risque calculé ? Un risque recueilli ? Est-ce que je saurai demain si l’éternité peut tenir dans une durée finie ? Est-ce que j’en ferai plusieurs parties ? Est-ce que ça compte ?

  • 8 Ibid., ch. 6, dernier §.

Comment pourrait-il accueillir le monde celui qui ne se mise pas lui-même8 ?

8La narratrice du Grand Jeu tente une expérience, celle de la solitude dans une nature hostile. Dans toute la première partie du roman, ses longues promenades sont accompagnées de méditations et de questionnements dont elle remplit ses cahiers. Ils surgissent au gré de son aventure et prennent la forme d’un cheminement spirituel, dont le cours est brutalement interrompu par la rencontre avec Dongbin. Dongbin, qui paraît vivre dans le plus grand dénuement, pourrait sembler l’envers de la narratrice – aucun gadget importé de la civilisation, ni aucune forme de civilité ne vient faire rempart entre elle et la nature ou la narratrice –, mais elle n’est peut-être que le reflet de son devenir, le produit de l’expérience dans laquelle la narratrice s’est risquée. Dans ce grand jeu, l’adversaire est aussi une projection de soi. Chaque nouvelle rencontre avec Dongbin est, pour la narratrice, une occasion de mettre à l’épreuve la question qui l’habite : « une relation peut-elle ne pas être conditionnée par la menace ou la promesse ? », et de tenter un nouveau coup, comme aux échecs. Mais Dongbin n’est jamais où on l’attendrait, elle semble avoir été désertée par la pensée, comme par la parole, et ne répond jamais que par des actes qui se transforment en un jeu de piste pour la narratrice, où, en risquant son corps, elle est entraînée à expérimenter d’autres formes de pensée.

9Le Grand Jeu pose un problème, une question philosophique, et met en œuvre dans le récit les conditions d’une expérience pour en tester les solutions possibles. Mon hypothèse est que certains textes littéraires trouvent dans la fiction un puissant instrument pour le développement d’expériences de pensée au moyen desquelles expérimenter d’autres parcours possibles, d’autres solutions pour envisager d’autres formes de vie et d’autres formes d’action. Cela ne signifie pas que les expériences de pensée relèvent exclusivement de la fiction ou qu’il y ait une différence de nature entre les effets de la fiction et ceux de la non-fiction narrative. Je pense par exemple que des récits comme À ce stade de la nuit, de Maylis de Kerangal (Verticales, 2015), ou Le Royaume d’Emmanuel Carrère (P.O.L., 2014), peuvent être considérés comme des supports pour des expériences de pensée à travers lesquelles le lecteur pourra par exemple s’interroger sur le genre de responsabilité intime qu’implique une question collective comme celle de la crise migratoire en Europe ou sur l’influence des textes évangéliques sur la foi chrétienne aujourd’hui. Mais je voudrais justement montrer, en m’attachant à des récits qui se présentent sans ambiguïté comme fictionnels, que le degré de fictionnalité d’un texte ne réduit pas d’autant son potentiel d’action sur le réel et sur l’expérience humaine, et que le fait d’évoquer un monde imaginaire ne l’empêche pas d’appartenir à une littérature du présent.

  • 9 Voir Searle (John), Sens et expression. Études de théorie des actes de langage, traduit de l’anglai (...)
  • 10 Voir Walton (Kendall L.), Mimesis as Make Believe. On the Foundations of the Representational Arts, (...)
  • 11 Voir Frege (Gottlob), « Sens et dénotation », dans Écrits logiques et philosophiques, traduit de l’ (...)
  • 12 Lewis (David), « Truth in fiction », American Philosophical Quarterly, no 15, 1978, pp. 37-46.
  • 13 Sur la question de l’articulation de la sémantique des mondes possible à la théorie de la fiction e (...)

10C’est sans doute parce que nous avons hérité d’une forme d’essentialisme l’habitude de distinguer entre un monde réel et des mondes possibles de la fiction, qu’il nous est encore aujourd’hui difficile de penser autrement le rapport entre ces mondes. Les théories de la fiction qui au siècle dernier se souciaient de la référentialité des termes fictionnels se fondaient sur une séparation ontologique entre la réalité et la fiction pour en déterminer la valeur de vérité. Selon une approche de la vérité en terme de correspondance avec le monde, des philosophes comme Searle9 ou Walton10, à la suite de Frege11, considéraient que les objets fictionnels n’ayant aucune référence n’avaient par conséquent pas de valeur de vérité. Le recours à la sémantique des mondes possibles a permis à D. Lewis d’appliquer la notion de monde possible à la fiction, dans un article publié en 1978 qui a fait date en théorie de la fiction12. Il y propose de résoudre le problème de la référence des objets fictionnels en plaçant leurs référents dans des mondes possibles qui seraient tout aussi réels que le nôtre pour un observateur se situant de leur point de vue. Si une telle démarche trouve son efficacité dans l’exploration de la logique modale, le problème du rapport des mondes possibles au monde réel y reste entier, car rien ne permet d’effectuer le saut ontologique qui autoriserait l’application des propositions énoncées dans des mondes possibles de la fiction dans le monde actuel, et par conséquent de comprendre comment la fiction littéraire peut agir sur et par ceux qui la lisent13.

  • 14 Walton (Kendall), Mimesis as Make-Believe, op. cit.
  • 15 Walton (Kendall), « How Remote are Fictional Worlds from the Real World ? », The Journal of Aesthet (...)
  • 16 Voir Walton (Kendall), Mimesis as Make-Believe, op. cit., pp. 67.
  • 17 Ibid., p. 34.
  • 18 Pour une analyse plus approfondie du rapport sur ce point entre les approches de K. Walton et de D. (...)
  • 19 J.-F. Hamel, art. cit., évoque un « tournant pragmatiste des études littéraires ». J. Huppe dévelop (...)
  • 20 Voir notamment le « Procès de la fiction. Procès fictif de la frontière entre fait et fiction », or (...)

11Du point de vue de la théorie de la fiction littéraire, c’est sans doute K. Walton qui, dans son livre Mimesis as Make Believe14,a le mieux exploité les propositions de D. Lewis, en développant la notion de « faire semblant ». Devant la difficulté de donner un statut référentiel au discours de fiction, K. Walton, tout comme J. Searle, s’est orienté vers une définition pragmatique et non sémantique de la fiction. Il a forgé la notion de « faire semblant » pour expliciter la façon dont nous articulons les mondes fictionnels au monde réel. Par le jeu de faire-semblant, il se dispensait ainsi de l’équation entre mondes fictionnels et mondes possibles qu’avait posée D. Lewis dans « Truth in Fiction ». K. Walton revendique l’existence de mondes fictionnels, mais ces mondes ne sont pas des mondes possibles. Il considère que le monde fictif ne doit pas être construit comme un royaume dans lequel il est vrai qu’existe, par exemple, un personnage fictionnel tel que Crusoé15. Le jeu de faire-semblant remplace en quelque sorte la fonction d’actualisation des mondes fictionnels que jouaient les mondes possibles. Dans un jeu de faire-semblant, les récits fictionnels agissent comme des props, des supports qui permettent au lecteur d’articuler son expérience de la réalité avec le travail de projection imaginaire : « les props isolent les mondes fictionnels de ce que les gens font et pensent, tout en leur conférant une sorte d’intégrité objective digne du monde réel et en faisant de leur exploration une aventure faite de découvertes et de surprises16 ». Selon K. Walton, le lecteur projette un moi fictionnel dans le monde imaginaire de la fiction qu’il tiendra pour vrai pendant toute la durée du jeu : quand j’imagine une proposition, je m’imagine moi-même en train de la croire. C’est donc par cette imagination auto-référentielle que je pourrais m’imaginer moi-même dans la peau d’un autre, et ainsi à la fois le comprendre et en apprendre sur moi-même17. Par ce biais, la fiction nous ferait imaginer le possible comme réel, tandis que ce même possible subsisterait dans la réalité sous forme de possibilité. Or une telle approche implique non seulement une inversion arbitraire des rapports entre le possible et le réel tels que nous les entendons d’ordinaire, mais aussi une dualité de point de vue qui continue de maintenir l’étanchéité réciproque de deux mondes ontologiquement distincts, car jamais on ne s’y résout à franchir la frontière qui sépare, selon l’idée reçue, le domaine du vrai du domaine de la fiction18. Cela explique sans doute pourquoi de tels préalables théoriques, qui pourraient paraître dépassés par ce qui a été désigné comme un « tournant pragmatiste des études littéraires19 », semblent aujourd’hui encore persister dans certains discours brouillant la compréhension des pouvoirs de la fiction littéraire et de la manière dont les pratiques littéraires contemporaines en font usage20.

  • 21 Citton (Yves), Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Éditions Amsterdam, 2010, (...)
  • 22 Idem.
  • 23 Ibid., p. 85.

12L’activité de scénarisation telle que la définit Yves Citton, dans Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche, permet me semble-t-il, à travers ce qu’il nomme « le pouvoir scénarisateur des mythes21 », d’envisager le pouvoir des récits fictionnels sans nécessairement recourir au « faire semblant » et au dualisme de point de vue auquel il conduit. L’activité de scénarisation ne suppose pas, de la part du lecteur, la projection d’un moi fictionnel dans le monde de la fiction. La scénarisation est, selon Y. Citton, « l’inscription d’une narration dans le cadre des transformations qu’elle est amenée à induire dans le réel, à travers le forçage métaleptique qui transmute les comportements de personnages imaginés en comportements d’individus réels dont les conduites ont été frayées au cours de l’expérience narrative22 ». L’activité de scénarisation est métaleptique en ce qu’elle fait la jointure entre le monde de la fiction et le monde réel de celui qui la reçoit, la métalepse se définissant comme « la transgression d’une différence de niveau narratif qui devait en principe assurer l’étanchéité réciproque de deux univers enchâssés23 ». Le fait d’utiliser un trope comme la métalepse, emprunté à la narratologie, pour expliciter la manière dont le récit fictionnel a le pouvoir d’encapaciter le réel peut paraître troublant. Qu’est-ce qui rapproche le narrateur de Jacques le Fataliste, invitant le lecteur à entrer dans le monde fictif pour en vérifier la réalité, d’une activité de scénarisation dans laquelle je projette un scénario fictif sur une situation réelle ? Vouloir penser la jointure entre monde réel et monde fictionnel ne suppose-t-il pas une conception de ces mondes comme ontologiquement disjoints ? Il pourrait sembler que la métalepse ne serve ici qu’à reconduire, sous le mode de la transgression, des distinctions préétablies. Pourtant, l’activité de scénarisation, telle que Citton en fait usage, ouvre la voie à une levée de la frontière ontologique entre le réel et la fiction tout en sortant des impasses dans lesquelles conduisaient les approches de D. Lewis et de K. Walton :

  • 24 Ibid., p. 86.

En scénarisant des chemins d’évolution divergents à partir de la situation actuelle, je projette dans l’imaginaire des comportements fictifs qui émanent de ma seule puissance d’établir des enchaînements narratifs entre actions et, du fait même de ce travail imaginaire, ce sont déjà ces chemins d’évolution que je fraie dans le réel de mon cerveau ou dans celui des props que je produis à cette occasion24.

  • 25 Dewey (John), The Later Works (1925-1953), vol. 7, Ethics (1932), Carbondale, SIU Press, 2008, p. 2 (...)

13L’activité de scénarisation, dès lors qu’elle est considérée ainsi, comme opérant dans et depuis ce monde-ci, sans le subterfuge d’un « faire semblant », me semble particulièrement intéressante et féconde pour penser la portée de la fiction littéraire, en ce qu’elle sert à la « répétition imaginative » (imaginative rehearsal) qui définit, selon John Dewey, l’activité de délibération au moyen de laquelle nous éprouvons par l’imagination différentes lignes possibles d’actions qui pourraient partir d’une certaine situation critique25. C’est par l’activité de scénarisation que le lecteur réalise des expériences de pensée dont les fictions sont le support. Ne pas séparer cette activité du contexte réel dans lequel elle se produit suppose qu’il n’y a pas un monde imaginaire séparé dans lequel elle se déroulerait. Un tel glissement implique de reconsidérer le rôle et les enjeux de la fiction à partir de l’expérience que l’on en fait. Contrairement à ce que laissent parfois entendre les discours incriminant les pratiques de storytelling, si les récits fictionnels ont un caractère instrumental, ce n’est pas parce qu’ils posséderaient la capacité de pré-programmer des actions dans des mondes séparés du nôtre en puissance d’être réalisées par des récepteurs passifs doués d’on ne sait quel don de franchissement de frontières, mais parce qu’ils sont des instruments pour des expériences de pensée qui embrassent dans un même mouvement, ici et maintenant, le réel et la fiction. L’expérience de pensée est fictionnelle, mais elle agit déjà, puisqu’elle existe en tant qu’expérience de la pensée. Elle prend forme par la répétition imaginative d’une action inédite au moyen de la fiction qui possède de ce fait une fonction prédictive. Les fictions permettent en effet aux lecteurs de prévoir et de se préparer à d’autres éventualités, de faire des expériences qui les prédisposent à des reconfigurations de leurs formes de vie. C’est en cela que les fictions détiennent un pouvoir émancipateur : elles sont de puissants instruments de délibération et d’exercice à la délibération, qui servent de guide à nos conduites en agissant par anticipation.

14Considérer les fictions littéraires comme des dispositifs de mise en œuvre d’expériences de pensée permet d’apporter une réponse à la question de savoir comment elles peuvent offrir aux lecteurs la possibilité d’une forme d’expérimentation de situations inédites. Il s’agit alors de comprendre comment une expérience imaginée peut tenir lieu d’expérience en reconcevant la position des lecteurs comme celle d’enquêteurs plutôt que comme celle de simples récepteurs.

Forger des communautés de lecteurs-enquêteurs

  • 26 Dreon (Roberta), Sortir de la tour d’ivoire. L’esthétique inclusive de John Dewey aujourd’hui, trad (...)

15Une expérience de pensée se définit comme un cas fictif dans lequel on observe la modification possible d’un élément et les conséquences que peut engendrer la modification de cet élément sur le contexte dans lequel il évolue. Par exemple, une phrase contrefactuelle telle que « si Hitler avait gagné la guerre, l’Allemagne nazie dominerait aujourd’hui la moitié du monde » devient une expérience de pensée à partir du moment où l’on imagine les conséquences d’une telle victoire sur l’histoire de l’humanité. De ce point de vue la littérature peut être envisagée comme un vaste laboratoire pour ce genre d’expérimentations. Quand Vincent Message imagine, dans Défaite des maîtres et possesseurs, un monde où une espèce inconnue colonise cette terre et fait subir aux hommes la domination que ceux-ci exercent aujourd’hui sur le règne animal, il met en œuvre une expérience de pensée qui engage le lecteur non seulement à suivre mentalement les enchaînements narratifs qu’il a lui-même mis en place dans le dispositif du récit, mais il l’amène aussi à faire l’expérience du sort réservé aujourd’hui aux animaux, à voir ce que produit le fait d’imaginer les hommes à leur place, à saisir en quoi une telle expérience peut modifier notre regard sur les bêtes et notre point de vue sur la façon dont nous les traitons. Comme le remarque Roberta Dreon dans Sortir de la tour d’ivoire, la répétition imaginative permet « à l’histoire imaginée d’être mise à l’épreuve à travers la sensibilité, qui en perçoit le potentiel favorable ou dangereux pour soi et pour les autres26 ». C’est parce qu’elle engage d’un même bloc notre sensibilité, notre capacité de réfléchir sur nos émotions et de les analyser, que la répétition imaginative fait de l’expérience de pensée une expérience à part entière.

  • 27 Voir notamment Expérience et éducation, ch. 11 « Expérience et pensée » et The Middle Works (1899-1 (...)

16Il me semble ici nécessaire de clarifier la caractérisation de l’expérience de pensée en termes mentaux, non seulement pour expliciter que ce n’est pas parce qu’elle est « de pensée » qu’elle ne possède pas toutes les caractéristiques d’une expérience réelle, mais aussi pour mieux comprendre que ce n’est pas parce qu’elle est mentale qu’elle se déploierait dans un autre monde que celui-ci. Sur ce point, la pensée pragmatique de Dewey me paraît décisive en ce qu’elle permet de reconcevoir la notion d’expérience de pensée à nouveaux frais et d’étendre le champ de l’expérience à celui de la fiction littéraire. Dewey a soutenu dans plusieurs textes la nécessité de soustraire le mental à l’opposition dualiste avec ce qui serait simplement physique ou avec ce que nous nommons le réel27. Le mental doit être compris comme une modalité spécifique d’interaction entre un organisme et son environnement naturel et social. Une expérience mentale implique une forme de reconsidération réflexive de ce dont on fait l’expérience pour répondre aux problèmes de détermination qui se posent dans certains cas critiques. Dans le cas de la fiction littéraire, le fait que l’expérience soit une expérience de pensée correspond à la possibilité de reconsidérer réflexivement des situations d’interaction avec notre milieu. Mais elle n’est pas en cela opposée aux événements physiques du monde dit « réel ».

17C’est ce que je voudrais à présent montrer à travers l’exemple de Défaite des maîtres et possesseurs. Dans ce roman, un « stellaire », Malo, membre d’une espèce supérieure qui domine la planète après l’avoir sauvée de la destruction à laquelle les hommes la condamnaient, se voit contraint d’enfreindre les lois forgées par son peuple lorsqu’il tente de libérer de sa servitude Iris, une humaine sans papiers. Dans ce monde, les hommes se divisent en trois catégories : les esclaves, les hommes de compagnie, les hommes d’élevage. Les sentiments qui lient Malo à Iris le conduiront à remettre en question les lois qui régissent l’organisation de cette société. Il entrera en résistance, guidé par une longue méditation où seront mises en abîme les grandes questions auxquelles l’humanité est confrontée aujourd’hui. Parmi ces questions, celles de l’euthanasie et de la stabilisation de la population mondiale pour faire face au réchauffement climatique feront l’objet d’un débat à l’Assemblée des stellaires :

  • 28 Message (Vincent), op. cit., ch. 8, § 35.

La question que nous débattons aujourd’hui ne devrait sûrement pas être de savoir si nous devons les laisser vivre plus longtemps, mais plutôt de déterminer si nous devrons, dans un avenir plus ou moins proche, nous résoudre à les éradiquer, pour pouvoir augmenter sans faire trop de dégâts notre propre empreinte écologique28.

18Ceux que les stellaires envisagent d’éradiquer ici sont les hommes. Dans un cas comme celui-ci, le lecteur est conduit à expérimenter un renversement de perspective au moyen d’un raisonnement contrefactuel du type « si d’autres créatures dominaient les hommes, ceux-ci seraient réduits à l’état d’animaux ». Dans ce jeu de permutation des rôles, la fiction déplace l’attention du lecteur en la décentrant. Celui-ci expérimente tour à tour la position du stellaire « dominant », celle du stellaire « responsable », celle de l’« humain de compagnie » et celle de l’« humain d’élevage ». C’est bien l’un des pouvoirs majeurs de la fiction que de le permettre et l’on peut y reconnaître sa force instrumentale. Le pouvoir instrumental de la fiction, au sens que le pragmatisme donne à ce terme, tient dans ce qui en fait un instrument de délibération et d’action pour les lecteurs. Dans Défaite des maîtres et possesseurs, le déplacement par inversion des sentiments humains sur l’animal et du dominant sur le dominé permet d’explorer par comparaison d’autres types de déplacements qui bénéficieront de l’attention émotionnelle mobilisée par la fiction. Plusieurs situations dans le roman font, par exemple, écho à celle des abattoirs, des sans-papiers ou des pays les moins avancés de notre civilisation. Dans l’extrait suivant, comme dans de nombreux autres au cours du récit, seuls quelques éléments de langage distinguent le contexte fictionnel de celui de nos abattoirs :

L’étourdisseur pointe son pistolet sur leur front et leur envoie la décharge électrique qui est censée les mettre à la fois hors d’état de se défendre et hors d’état de souffrir. Ils tombent. Si tout va bien, ils tombent. C’est terrible de les voir tomber, mais c’est pire s’ils ne tombent pas. Car il faut alors renouveler l’opération, ou, en dernier recours, utiliser le pistolet à cheville percutante qui les tue en leur enfonçant une tige d’acier dans le crâne.

  • 29 Ibid., ch. 6 § 30-31, je souligne.

Inconscients, à terre, ils glissent sur le tapis roulant qui les descend vers la zone de tuerie. À l’arrivée, les entraveurs leur accrochent un anneau de métal à la cheville, et les suspendent par cet anneau à un crochet. La tête en bas, les bras ballants, ils ont déjà un air de choses, et sont entraînés en avant par le rail d’élévation vers le poste de saignée29.

  • 30 Voir Dreon (Roberta), op. cit., p. 274.

19Le déplacement opéré par la fiction permet ici au lecteur de prendre une distance à la fois critique et incarnée sur la condition des animaux d’élevage. Situer des questions d’ordre éthique et politique dans un contexte imaginaire où sont développées certaines hypothèses les regardant invite le lecteur à en considérer jusqu’au bout les conséquences possibles. Comme le souligne encore Roberta Dreon, « les conséquences de certaines actions évaluées imaginativement sont perçues comme effectivement réalisables dans la mesure où elles pourraient modifier notre monde et rétroagir sur nous-même30 ».

  • 31 Zask (Joëlle), « Situation ou contexte. Une lecture de Dewey », Revue internationale de philosophie(...)
  • 32 Dewey (John), The Later Works (1925-1953), vol. 12, Logic: The Theory of Inquiry (1938), Carbondale (...)
  • 33 Zask (Joëlle), op.cit., p. 313.
  • 34 Sur une conception de la littérature comme instrument d’enquête sur nos formes de vies et nos probl (...)

20Lorsqu’il mène des expériences de pensée dans le cadre de la fiction, le lecteur interagit avec le monde dans la mesure où il fait appel à des matériaux provenant du monde commun et d’expériences partagées qu’il applique à des événements, des actions, des choix et des conséquences qui mettent en relief les contextes de vie dans lesquels il délibère habituellement et qui en ce sens retournent au monde commun. C’est en ce sens également qu’il s’agit d’une expérience pour le lecteur. Ici encore la philosophie de l’expérience de Dewey me semble tout à fait éclairante pour envisager la dimension expérientielle de la littérature. Pour Dewey, le lieu de toute expérience est la transaction entre un organisme et son environnement. Il n’y a réellement d’expérience qu’en réaction à une situation problématique, où un changement dans l’environnement suppose une enquête. Comme le rappelle Joëlle Zask, pour Dewey « une enquête est une réponse à une situation “troublée”, c’est-à-dire à une situation dont les traits cessent d’être suffisamment identifiables pour qu’ils puissent être convertis en un moyen d’action31 ». L’enquête permettra d’examiner les données d’un problème et les moyens adaptés pour le résoudre au moyen d’une recherche de données et d’une phase réflexive d’élaboration de solutions et de tests. Pour Dewey, toute expérience véritable est interactive et consiste à rétablir une continuité entre le sujet et son environnement, « nous ne faisons jamais l’expérience ni ne formons de jugements au sujet d’objets et d’événements séparément, mais seulement en connexion avec un tout contextuel. Ce dernier est ce que nous appelons une “situation”32 ». Les fictions littéraires sont le lieu idéal pour reconstruire une « situation », et le processus d’enquête qu’elles mettent en œuvre est par nature ancré dans le monde puisqu’il est « “un processus conjoint à la vie”, non une manière d’y échapper, en la transcendant, ou en s’en dégageant33 ». On peut alors comprendre comment les expériences de pensée auxquelles donnent lieu les fictions littéraires travaillent les lecteurs. Elles les invitent à mener une expérience au moyen d’une enquête réflexive guidée par le récit fictionnel. Une telle enquête engage les lecteurs tant sur le plan intellectuel qu’émotionnel et reconfigure leur mode d’interaction avec leur environnement. Les lecteurs y tiennent un rôle actif, celui d’enquêteurs, qui loin de contempler le modèle à imiter d’un monde disjoint du leur, font l’expérience d’une version non encore advenue de ce monde-ci. Certaines enquêtes peuvent échouer, qu’un lecteur passe à côté d’un livre ou qu’un livre passe à côté de ses lecteurs. Les expériences de pensée dont les fictions littéraires sont le lieu s’apparentent à nos activités individuelles de scénarisation quotidiennes. Elles s’en différencient toutefois par leur degré d’efficacité en tant que formes intensifiées et raffinées d’interaction avec l’environnement naturel et social, mais aussi par le fait qu’en tant qu’objet intentionnel elles appartiennent à un acte de communication au moyen duquel les lecteurs entrent en interaction avec l’expression de l’expérience d’autrui et participent ainsi à un faire commun. C’est dans cette interaction que peuvent se forger des communautés de lecteurs-enquêteurs qui activent le pouvoir d’investigation de nos problèmes publics des fictions34 et, par là, leur pouvoir d’émancipation. Par les expériences de pensée auxquelles elles conduisent, les fictions offrent des outils pour construire des espaces de liberté dans lesquels parler ensemble de ce qui peut advenir.

***

  • 35 Voir Dreon (Roberta), op. cit.
  • 36 Message (Vincent), « Si j’étais président je ferais de la transition alimentaire le levier de la tr (...)
  • 37 Van Lennepkade (Nicolaï), « L’incroyable discours animaliste de l’auteur Vincent Message à l’Instit (...)
  • 38 Hamel (Jean-François), art. cit., p. 106.
  • 39 Zask (Joëlle), op.cit., p. 324.

21Les pratiques littéraires contemporaines nous invitent à considérer la littérature comme un instrument de réflexion sur les pratiques humaines et leurs implications anthropologiques, sociales et politiques. Elles nous encouragent à pratiquer une « esthétique inclusive35 ». Le problème du réchauffement climatique, celui d’un choix délibéré de se soustraire au poids social d’un monde hyperconnectéposent des questions qui concernent notre présent. Des auteurs comme Céline Minard ou Vincent Message ont choisi de s’en emparer pour construire des dispositifs littéraires dans lesquels ces problèmes sont mis à l’épreuve d’un cours possible des événements. Le pouvoir de la fiction tient en la capacité de ces récits de mettre en œuvre des expériences de pensée qui engagent les lecteurs dans un travail d’enquête où ils feront l’expérience de ces possibles. Le 30 novembre 2016, Vincent Message intervenait au Palais de Tokyo dans le cadre d’un événement intitulé « Si j’étais président36 ». Il y proposait une réforme qui permettrait de diminuer notre consommation de viande en appuyant son argumentation sur la fiction développée dans son roman. Lorsqu’on voit, reprise sur le site végan Végactu, la captation de cette conférence-performance37, on saisit à quel point le pouvoir de la fiction se définit par ses usages, à quel point, si l’on peut discuter du caractère instrumental de la fiction, il n’y a pas de doute sur le fait qu’elle puisse être instrumentalisée, et aujourd’hui plus que jamais. L’efficacité des fictions littéraires réside dans le fait que les expériences de pensée dont elles sont le moyen, en exerçant notre sensibilité à la complexité des situations d’interaction avec notre environnement, nous rendent capables d’agir avec discernement. C’est en cela que les fictions littéraires peuvent être considérées comme des instruments de la démocratie. Cela ne leur confère pas pour autant une valeur didactique, un pouvoir de transformation ou d’émancipation qu’elles détiendraient a priori. Comme l’a remarqué Jean-François Hamel, « si la littérature possède une puissance émancipatrice, grâce à laquelle nous inventons des formes de vie et des styles d’existence, ce n’est pas en vertu de ce qu’elle est en propre, en tant qu’exception de tout discours, mais en raison de ce que nous faisons d’elle et de ce qu’elle nous fait38 ». Si comme le souligne par ailleurs Joëlle Zask « une communauté démocratique suppose une communauté d’enquêteurs39 », on peut donc penser que l’un des pouvoirs de la fiction est de renforcer ce type de communauté.

Haut de page

Bibliographie

Caïra (Olivier), Définir la fiction. Du roman au jeu d’échecs, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « En temps & lieux », 2011.

Citton (Yves), Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Éditions Amsterdam, 2010.

De Toledo (Camille), Imhoff (Aliocha) et Quirós (Kantuta), Les potentiels du temps. Art etpolitique, Paris, Manuela Éditions, 2016.

Dewey (John), The Middle Works (1899-1924), vol. 7, (1912-1914), Carbondale, SIU Press, 2008.

Dewey (John), The Later Works (1925-1953), vol. 7, Ethics (1932), Carbondale, SIU Press, 2008.

Dewey (John), The Later Works (1925-1953), Vol. 12, Logic: The Theory of Inquiry (1938), Carbondale, SIU Press, 2008.

Dreon (Roberta), Sortir de la tour d’ivoire. L’esthétique inclusive de John Dewey aujourd’hui, traduit de l’italien par Jérôme Orsoni, Paris, Questions Théoriques, 2016 [2012].

Frege (Gottlob), « Sens et dénotation », dans Écrits logiques et philosophiques, traduit de l’allemand par Claude Imbert, Paris, Seuil, pp. 102-126.

Genette (Gérard), Fiction et diction, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1991.

Hamel (Jean-François), « Émanciper la lecture. Formes de vie et gestes critiques d’après Marielle Macé et Yves Citton », Tangence, « Des communautés de lecteurs », no 107, 2015, pp. 89‑107.

Lavocat (Françoise) (dir.), La Théorie littéraire des mondes possibles, Paris, CNRS Éditions, 2010.

Lavocat (Françoise), Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, 2016.

Lewis (David), « Truth in fiction », American Philosophical Quarterly, no 5, 1978, pp. 37-46.

Message (Vincent), Défaite des maîtres et possesseurs, Paris, Seuil, 2016.

Minard (Céline), Le Grand Jeu, Paris, Rivages, 2016.

Murzilli (Nancy), « De l’usage des mondes possibles en théorie de la fiction », dans La philosophie de David Lewis, sous la direction de Yann Schmitt, Klesis, no 24, 2012, pp. 326-351.

Pavel (Thomas), Univers de la fiction, trad. fr., Paris, Seuil, 1988 [1986].

Schaeffer (Jean-Marie), Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999.

Searle (John), Sens et expression. Études de théorie des actes de langage, traduit de l’anglais par Joëlle Proust, Paris, Minuit, 1982 [1979].

Walton (Kendall L.), Mimesis as Make Believe.On the Foundations of the Representational Arts, Cambridge, Harvard University Press, 1990.

Zask (Joëlle), « Situation ou contexte. Une lecture de Dewey », Revue internationale de philosophie, no 245, 2008/3, pp. 313-328.

Haut de page

Notes

1 Sur ces questions, voir le récent ouvrage de Camille de Toledo, Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós, Les potentiels du temps. Art et politique, Paris, Manuela Éditions, 2016, ch. 2. « Cartographier des possibles », pp. 81-180.

2 Caïra (Olivier), Définir la fiction. Du roman au jeu d’échecs, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « En temps & lieux », 2011, pp. 90-91.

3 Hamel (Jean-François), « Émanciper la lecture. Formes de vie et gestes critiques d’après Marielle Macé et Yves Citton », Tangence, « Des communautés de lecteurs », no 107, 2015, p. 89.

4 Que l’on pense par exemple au statut de textes comme ceux de l’anthropologue Éric Chauvier, où le récit fictionnel se mêle à l’enquête de terrain pour réinterroger les formes de l’anthropologie, notamment dans son Anthropologie de l’ordinaire. Une conversion du regard, Toulouse, Anacharsis, 2011.

5 Minard (Céline), Le Grand Jeu, Paris, Rivages, 2016, version électronique, ch. 1, dernier §.

6 Ibid., ch. 1, § 13-15.

7 Ibid., ch. 4, § 39.

8 Ibid., ch. 6, dernier §.

9 Voir Searle (John), Sens et expression. Études de théorie des actes de langage, traduit de l’anglais par Joëlle Proust, Paris, Minuit, 1982 [1979], ch. 3 « Le statut logique du discours de fiction », pp. 101-119.

10 Voir Walton (Kendall L.), Mimesis as Make Believe. On the Foundations of the Representational Arts, Cambridge, Harvard University Press, 1990.

11 Voir Frege (Gottlob), « Sens et dénotation », dans Écrits logiques et philosophiques, traduit de l’allemand par Claude Imbert, Paris, Seuil, pp. 102-126.

12 Lewis (David), « Truth in fiction », American Philosophical Quarterly, no 15, 1978, pp. 37-46.

13 Sur la question de l’articulation de la sémantique des mondes possible à la théorie de la fiction et celle d’une frontière entre fait et fiction, je me permets de renvoyer à mon article « De l’usage des mondes possibles en théorie de la fiction » (dans La philosophie de David Lewis, sous la direction de Yann Schmitt, Klesis no 24, 2012, pp. 326-351), où j’analyse les raisons de l’influence du réalisme modal de Lewis sur la théorie de la fiction et en interroge la portée. Dans les années 1970, plusieurs théoriciens de la littérature, dont U. Eco, Th. Pavel, L. Vaina, L. Doležel et M.‑L. Ryan, ont utilisé les travaux développés en philosophie analytique sur les mondes possibles et la logique des propositions contrefactuelles pour tenter de régler le problème des rapports entre fiction et réalité. Les questions liées à la fictionnalité et à la sémantique des mondes possibles ont fait plus tardivement leur entrée dans le paysage théorique francophone grâce, notamment, à la traduction en français du livre de Thomas Pavel, Univers de la fiction (1988). Les travaux de Thomas Pavel ont été relayés en France par ceux de Gérard Genette, Fiction et diction (1991), par ceux de Jean‑Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction (1999), et plus récemment par ceux de Françoise Lavocat qui, avec Fait et fiction. Pour une frontière (2016), défend l’idée que la fiction est un monde possible possédant son ontologie propre. Signalons également La Théorie littéraire des mondes possibles (2010), sous la direction de Françoise Lavocat, qui tente de faire le point sur la théorie des mondes possibles appliquée à la fiction dans une perspective diachronique large.

14 Walton (Kendall), Mimesis as Make-Believe, op. cit.

15 Walton (Kendall), « How Remote are Fictional Worlds from the Real World ? », The Journal of Aesthetics and ArtCriticism, vol. 37, 1978, pp. 11-24.

16 Voir Walton (Kendall), Mimesis as Make-Believe, op. cit., pp. 67.

17 Ibid., p. 34.

18 Pour une analyse plus approfondie du rapport sur ce point entre les approches de K. Walton et de D. Lewis, je me permets de renvoyer à mon article « De l’usage des mondes possibles en théorie de la fiction », art. cit.

19 J.-F. Hamel, art. cit., évoque un « tournant pragmatiste des études littéraires ». J. Huppe développe une réflexion nuancée sur la réalité d’un tel tournant en France, dans « “Encore un effort si vous voulez être pragmatiques”. Enjeux d’un éventuel tournant théorique d’après Marielle Macé et Yves Citton », séminaire « Les chemins actuels de la critique (1968-2018) », sous la direction de Laurent Demanze & Jérémie Majorel, ENS Lyon et Université Lyon 2, 27 octobre 2017, à paraître.

20 Voir notamment le « Procès de la fiction. Procès fictif de la frontière entre fait et fiction », organisé par la plateforme curatoriale Le Peuple qui manque dans le cadre de la Nuit Blanche, le 7 octobre 2017 à l’Hôtel de ville de Paris. URL : http://www.lepeuplequimanque.org/proces-de-la-fiction/live, consulté le 8 octobre 2017.

21 Citton (Yves), Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Éditions Amsterdam, 2010, p. 87.

22 Idem.

23 Ibid., p. 85.

24 Ibid., p. 86.

25 Dewey (John), The Later Works (1925-1953), vol. 7, Ethics (1932), Carbondale, SIU Press, 2008, p. 275.

26 Dreon (Roberta), Sortir de la tour d’ivoire. L’esthétique inclusive de John Dewey aujourd’hui, traduit de l’italien par Jérôme Orsoni, Paris, Questions Théoriques, 2016, p. 272.

27 Voir notamment Expérience et éducation, ch. 11 « Expérience et pensée » et The Middle Works (1899-1924), vol. 7, (1912-1914), Carbondale, SIU Press, 2008, ch. 1 Essays : « What are States of Mind ? », pp. 31-43.

28 Message (Vincent), op. cit., ch. 8, § 35.

29 Ibid., ch. 6 § 30-31, je souligne.

30 Voir Dreon (Roberta), op. cit., p. 274.

31 Zask (Joëlle), « Situation ou contexte. Une lecture de Dewey », Revue internationale de philosophie, no 245, 2008/3, p. 316.

32 Dewey (John), The Later Works (1925-1953), vol. 12, Logic: The Theory of Inquiry (1938), Carbondale, SIU Press, 2008, p. 72, je traduis.

33 Zask (Joëlle), op.cit., p. 313.

34 Sur une conception de la littérature comme instrument d’enquête sur nos formes de vies et nos problèmes publics, qui écarte cependant de sa démarche la notion d’expériences de pensée, voir le livre de Florent Coste, Explore. Investigations littéraires, Paris, Questions Théoriques, 2017.

35 Voir Dreon (Roberta), op. cit.

36 Message (Vincent), « Si j’étais président je ferais de la transition alimentaire le levier de la transformation de la société », allocution lors de la soirée « Si j’étais président » organisée par L’Institut de l’entreprise, Palais de Tokyo, 30 novembre 2016.

37 Van Lennepkade (Nicolaï), « L’incroyable discours animaliste de l’auteur Vincent Message à l’Institut de l’entreprise », Végactu.com, 4 février 2017. URL : https://www.vegactu.com/actualite/lincroyable-discours-animaliste-de-lauteur-vincent-message-a-linstitut-de-lentreprise-video-24069, consulté le 30 septembre 2017.

38 Hamel (Jean-François), art. cit., p. 106.

39 Zask (Joëlle), op.cit., p. 324.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nancy Murzilli, « Comment la fiction contemporaine travaille ses lecteurs », COnTEXTES [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 20 février 2019, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6949 ; DOI : 10.4000/contextes.6949

Haut de page

Auteur

Nancy Murzilli

Université Paris-8

Haut de page