Navigation – Plan du site
Refigurations de l'engagement littéraire

Une politique de l’ennui

Les « pouvoirs de la fiction » dans trois romans québécois contemporains
Rachel Nadon

Résumé

À partir d’une analyse de trois œuvres québécoises contemporaines qui mettent en jeu différentes formes d’ennui, nous tenterons de voir comment celui-ci ouvre provisoirement un espace de subjectivation critique. Retraite (2014) et Rénovation (2016) de Renaud Jean ainsi que La Vie littéraire (2014) de Mathieu Arsenault ne prennent pas le parti d’une subversion ou d’une rupture esthétique particulière : ces auteurs n’ont pas nécessairement une « posture engagée ». On y retrace plutôt différentes formes d’ennui, qui semble chaque fois moins un état passif qu’une réaction à une réalité sociale, particulièrement le travail et le discours économique de l’activité et de la performance. L’ennui trace ainsi dans ces œuvres les contours d’une subjectivité critique.

Haut de page

Texte intégral

Planification stratégique

M’exclure de moi-même

Sortir par la fenêtre

Étape par étape

En respectant l’échéancier

— Bureau Beige, Pensées pour jours ouvrables

  • 1 Haladyn (Julian Jason) & Gardiner (Michael E.) (dir.), Boredom Studies Reader : Framework and Persp (...)
  • 2 « The above considerations raise, in turn, a host of questions about boredom’s sociohistorical cons (...)
  • 3 Voir Goodstein (Elisabeth S.), Experience Without Qualities. Boredom and Modernity, Stanford, Stanf (...)
  • 4 « (…) can certain manifestations of boredom help to precipitate, or at least prepare the ground for (...)

1Corolaire de l’industrialisation grandissante au xixe siècle, l’ennui a fait l’objet de plusieurs réflexions philosophiques et littéraires majeures, au nombre desquelles on compte les travaux de Charles Baudelaire, de Walter Benjamin, de Martin Heidegger, de Frédéric Nietzsche et d’Arthur Schopenhauer. Considéré comme caractéristique de l’expérience subjective, comme le fait de la classe dominante en opposition avec le labeur nécessaire de la classe ouvrière ou alors comme un état « contre-révolutionnaire » (Debord), l’ennui est lié à la modernité, tant économique qu’esthétique et philosophique. En introduction du récent Boredom Studies Reader : Framework and Perspectives, les auteurs Julian Jason Haladyn et Michael E. Gardiner définissent l’ennui comme : « a complex, dynamic and ambivalent phenomenon, incorporating a spectrum of often contradictory experiences, subjective intensities and possibilities that, arguably, give us privileged insight into the vicissitudes of our modern condition1. » Haladyn et Gardiner soulignent que ce thème soulève un vaste ensemble de questions, notamment à propos de la construction historique de l’ennui à l’ère de la reproduction technique et numérique2 et de sa nature, différente ou non, de celle de l’ennui tel que vécu à l’époque moderne3. Si l’ennui peut être synonyme de « conformisme » ou d’aliénation, espace-temps au sein duquel l’industrie culturelle poursuivrait son travail de contrôle sur les consciences (Adorno), on peut se demander avec Haladyn et Gardiner, si « certaines manifestations de l’ennui contribuent à former, ou à tout le moins à préparer le terrain pour des agentivités critiques qui font signe, même provisoirement ou de manière incomplète, à des formes plus autonomes de construction de sens4 (notre traduction) ».

  • 5 Au sens où l’entend Sonya Florey dans L’engagement littéraire à l’ère néolibérale, Villeneuve d’Asc (...)
  • 6 Hamel (Jean-François), « Qu’est-ce qu’une politique de la littérature ? Éléments pour une histoire (...)

2À partir d’une analyse de trois œuvres québécoises contemporaines qui mettent en jeu différentes formes d’ennui, nous tenterons de voir comment celui-ci ouvre provisoirement un espace de subjectivation critique. Retraite (2014) et Rénovation (2016) de Renaud Jean ainsi que La Vie littéraire (2014) de Mathieu Arsenault ne prennent pas le parti d’une subversion ou d’une rupture esthétique particulière : ces auteurs n’ont pas nécessairement une « posture engagée5 ». On y retrace plutôt différentes formes d’ennui, qui semble chaque fois moins un état passif qu’une réaction à une réalité sociale, particulièrement le travail et le discours économique de l’activité et de la performance. Ces œuvres semblent faire signe vers un certain corpus contemporain québécois, au nombre desquelles on compte par exemple Une vie inutile de Simon Paquet (2010) et Pensées pour jours ouvrables (2017) de Bureau Beige, qui font de l’ennui un trait dominant de l’expérience du travail ainsi que de son envers (congé, retraite, etc.). Après une brève présentation de ce que pourrait être une signification politique de l’ennui en régime contemporain, nous verrons comment celui-ci travaille ces trois œuvres québécoises des années 2010 et quelles significations il y acquiert. C’est une des multiples « politiques de la littérature », suivant la notion élaborée par Jean-François Hamel6, qui circule dans le champ littéraire québécois que l’on esquissera alors.

Une politique de l’ennui : hypothèses

  • 7 « the crisis-accelerated restructuring captured by “the posts” of postsocialism, postcolonialism, a (...)
  • 8 Ibid., p. 5.
  • 9 Idem.
  • 10 Boltanski (Luc) & Chiapello (Ève), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, « NRF essais  (...)

3Les nouvelles formes d’économie et les nouveaux modes d’organisation du travail semblent aller de pair avec l’émergence de manifestations et de significations inédites de l’ennui qui, nous en faisons l’hypothèse dans le cadre de cet article, pourraient créer, même provisoirement comme le disaient Haladyn et Gardiner, des subjectivations politiques et des agentivités critiques spécifiques. Ces « ennuis » (littéraires) nous amèneraient à « repenser la relation entre le statut, la production, la consommation et l’expérience d’excès de temps libre7 » (nous traduisons), comme la « face cachée » (« underbelly ») de nouvelles relations économiques voire comme un de ses discours critiques. Sans nous arrêter trop longuement sur les liens entre l’ennui, l’économie et le travail, on peut dire que le premier est généralement étudié en fonction des classes sociales et de la division du travail : l’ennui « apparaîtrait » en même temps que la modernité, comme la réalité des plus riches qui échapperaient, contrairement aux classes dites laborieuses, à la nécessité du travail. Pour des chercheurs comme Marguerite van den Berg et Bruce O’Neil, il serait aujourd’hui, à l’inverse, une des conséquences du précariat : « Idle days spent doing nothing are no longer the province of the privileged few8. » L’inactivité, l’ennui, le fait de « ne rien faire » dans un monde où l’attachement affectif au travail est toujours présent seraient alors davantage la réalité des laissés pour compte que des privilégiés : ceux et celles qui habitent les marges de la société9 seraient maintenus dans l’inactivité par les formes de travail produites par le capitalisme tardif (« advanced capitalism »), lequel exigerait un savoir-faire et une manière d’être structurellement hors de leur portée. Cette idée s’inscrit à la suite des travaux de Luc Boltanski et d’Ève Chiapello sur la temporalité et les exigences (connaissances actualisées, mais aussi légèreté, écoute, empathie, disponibilité, etc.) du nouvel esprit du capitalisme10, tout en proposant de repenser plus spécifiquement ce que celles-ci produisent, mais excluent et reconfigurent en même temps. L’ennui apparaît dans ces travaux comme un espace de prise de conscience de l’économique dominant, mais aussi comme une nouvelle « politique »de classe.

  • 11 Lapointe (Martine-Emmanuelle), Emblèmes d’une littérature : Le libraire, Prochain épisode et L’aval (...)
  • 12 Dans une perspective connexe, signalons le mémoire de Philippe Tessier, « La signification sociale (...)

4Plus spécifiquement, l’ennui « littéraire » contemporain effectuerait la critique d’une réalité morose, mais dont la monotonie ne serait plus liée à l’absence d’activité, comme on peut le retracer dans un certain nombre de romans québécois des années 1950 aux années 1980, mais à sa surenchère. En effet, la parution du Libraire de Gérard Bessette en 1960, roman considéré comme un « emblème » de la littérature québécoise11, marque la naissance d’un univers fondé sur l’ennui, Jodoin, le personnage principal, recherchant une économie maximale d’énergie en toutes choses. Par la suite lié au désœuvrement du chômeur (dans Le Cassé de Jacques Renaud) puis au travail de fonctionnaire, à la vie de bureau ou au quotidien de la ménagère (dont Mômna travaille pas, a trop d’ouvrage ! du Théâtre des cuisines), l’ennui opère par la négative la critique d’un rapport au travail et de la participation à la vie économique de la société : la réalité de ces « inactifs » littéraires met en lumière une conception dominante de l’activité économique, du travail et de leurs divisions sexuelle et sociale. L’ennui et ses objets connexes comme la paresse, par exemple, bien que très peu étudiés dans travaux sur les liens entre la littérature et le travail ou les relations économiques12, semblent toutefois en être un topos persistant.

5Cet ennui nous semble plus spécifiquement se traduire sur le plan formel par un travail sur le lieu commun, forme doxique qui peut renvoyer à une forme d’ennui par son caractère convenu. Les poncifs associés au discours de l’activité, du travail, mais aussi ceux associés à la critique de la doxa économique sont exposés par ces œuvres, montrant un travail littéraire sur le « commun » et l’absence d’originalité, tout en en faisant, peut-être paradoxalement, une expression du pouvoir de la littérature.

Sur deux livres de Renaud Jean13 : l’ennui comme refus

  • 13 Cette partie a trouvé son origine dans des discussions et une séance de travail avec Frédéric Clais (...)
  • 14 Une partie de cette analyse a été présentée lors d’un colloque organisé par Julien Lefort-Favreau e (...)

6Le premier livre de Renaud Jean, Retraite14, est un recueil de nouvelles publié en 2014 ; son deuxième, Rénovation, est un roman paru en 2016. Les deux sont publiés aux éditions Boréal, une des plus anciennes maisons d’édition du Québec, qui réédite entre autres les « classiques québécois », tout en maintenant une politique d’auteur qui assure l’édition continue de plusieurs écrivains dont l’œuvre a débuté dans les années 1980, et même avant. Les deux œuvres de Renaud Jean ont d’ailleurs connu une réception discrète, à l’image de Jean lui-même, peu présent sur la scène littéraire contemporaine.

  • 15 Jean (Renaud), Retraite, Montréal, Boréal, 2014, p. 47.
  • 16 Ibid., p. 96.
  • 17 Ibid., p. 102.
  • 18 Ibid., p. 35.

7Dans les nouvelles du premier livre, l’ennui apparaît sous diverses formes qu’activent les différents modes de retraites : cessation d’une activité professionnelle, temporaire ou permanente, forcée (chômage) ou désirée (la fin d’une carrière) ; désintérêt d’une réalité ennuyeuse pour le songe ou les pensées ; occupation d’un lieu inhabituel qui autorise un retour inquiet sur le quotidien surchargé ; retrait introspectif dû à la fatigue, à la lassitude, à la dépression ou au désœuvrement ; vacances ou visites comme autant d’« écarts ». « Mon intuition me confirmait que j’avais besoin, fondamentalement, de cloisons et d’ombre ‒ d’un véritable lieu de retraite15. » Ce constat pourrait être repris par une grande partie des personnages qui traversent ce recueil, tantôt tentés par l’« aventure » (sortie de la retraite, toujours regrettée), tantôt cherchant l’inactivité complète (désir de retraite). L’emploi qu’ils occupent, qu’ils espèrent obtenir ou qu’ils n’ont pas y est formellement structurant ; le travail alimente cependant un sentiment général d’inadéquation et d’inutilité qui s’inscrit dans une critique de la productivité et de la temporalité de l’« activité ». Même la fin du travail ne permet pas d’en finir avec ces logiques, comme le montre le personnage de la nouvelle centrale du recueil (« Retraite ») : « Enfin délivré de sa carrière et délesté du poids de ses responsabilités, il [Jean-Pierre] se promettait de donner à son existence l’intensité qui lui avait fait défaut durant les trente-cinq années précédentes. Il ne vivrait plus à moitié, non, mais pleinement et sans compromission16. » Or, « bien vite, il se sentit condamné à l’ennui, à l’erreur, à l’errance », ennui qui l’amène à « [s’]étonn[er] de se connaître si mal et d’avoir nourri pour sa retraite, pendant des années, la confuse ambition d’une vie renouvelée17 ». Cette « attitude tout économique devant la vie18 » est remise en question lors de moments d’arrêt, de pause, de retrait.

  • 19 Ibid., pp. 111‑112.
  • 20 Ibid., p. 116.
  • 21 Ibid., p. 117.

8Si l’ennui crée un retour critique sur les exigences de la vie économique, il peut aussi signifier, par sa force d’inertie, un refus de participer au monde. Le narrateur de « Faire le vide » déplore que sa copine ait voulu le forcer à l’accompagner dans une auberge de la région des Laurentides pour profiter d’un « forfait détente », idéal pour « lâcher prise » ‒ lui qui pourtant a seulement envie de faire le vide non dans sa tête, mais « autour de lui » : « Brigitte me comparait souvent à ces vieillards désœuvrés attirés par les moindres travaux de voirie. C’était une façon de déprécier mon goût d’une existence tranquille, à l’extérieur du monde. Elle critiquait sans cesse mon inactivité19. » S’il se tient « à la lisière du monde, en retrait de l’action20 », le narrateur reconnaît qu’il a « tout faux » : « Je me croyais à l’écart du monde alors que j’étais en plein dedans. Il n’y a pas moyen de faire autrement. Naître, me disais-je, c’est être phagocyté par le monde21. » La scénographie n’est pas celle d’un retrait complet, mais de l’occupation obstinée d’un seuil. L’inaction, caractéristique de la vieillesse et du « désœuvrement », apparaît ici comme une attitude non conformiste irritante.

  • 22 Ibid., p.  113.
  • 23 Ibid., p. 111.
  • 24 Ibid., p.  41.
  • 25 Ibid., p. 19.
  • 26 Ibid., p. 153.
  • 27 Ibid., p. 155.
  • 28 Angenot (Marc), « Que peut la littérature ? Sociocritique littéraire et critique du discours social (...)

9Les personnages des différentes nouvelles de Jean ‒ inactifs, mais pas indifférents, déprimés, mais pas aliénés, immobiles, exilés, déserteurs, fuyards, désœuvrés, résignés ‒ opèrent par leur retraite une résistance, une critique : le sujet se montre ennuyé (dans tous les sens) par les attentes sociales et par leur autorité « supposée », sa force d’inertie signale un refus d’un certain style de vie. Plus encore qu’une critique sociale ou économique, ces nouvelles reprennent des formules qui renvoient à un discours de l’activité et de l’accomplissement, mais aussi du ressourcement et du travail sur soi dans lesquels on lit en creux un interdiscours économique : « lâcher prise22 », « faire le vide23 », « accéder à la propriété24 », assurer sa « qualité de vie25 », « réintégrer la vie active26 », chercher à obtenir un « poste convoité27 ». Ces idées reçues, le texte les reprend et les expose, mais ne les critique pas. C’est dans l’acte de lecture que cette inaction semble trouver un sens politique, en dressant le négatif, au sens photographique, de la société économique. Ce serait là le « pouvoir » non pas d’opposition de la littérature, mais comme l’affirme Marc Angenot, d’« étrangéification28».

  • 29 Jean (Renaud), Rénovation, Montréal, Boréal, 2016, p. 9.
  • 30 « Je me tiens debout au milieu de la cuisine, en caleçon, entre un Scandinave et un Japonais qui vi (...)

10Dans Rénovation, le second livre de Renaud Jean, cette logique de sortie du monde est poussée à son maximum, par un narrateur qui est cette fois une sorte de double d’Oblomov, ce parangon russe de la paresse et de l’inactivité, comme le signale l’incipit : « J’emménage dans mon nouvel appartement au début de l’hiver. C’est un vaste appartement sans fenêtres, à l’intérieur capitonné. Je repose là sur un canapé, dans le silence et l’obscurité, attentif aux battements de mon cœur, m’abandonnant au passage du temps29. » Méfiant envers le monde extérieur qu’il veut fuir à tout prix, aspirant sans cesse à se confondre avec l’inerte (le canapé, et plus tard la roche d’un volcan éteint), il est désemparé lorsque deux ouvriers, Folke et Takashi, font irruption un jour chez lui pour rénover son appartement alors qu’il n’a été « informé de rien30 ». On le comprend, l’univers de Rénovation a des accents kafkaïens et prend la forme d’une allégorie.

  • 31 Ibid., p. 37.

11Expulsé de son appartement au printemps, à la fin des travaux, le narrateur anonyme de Rénovation erre dans les bibliothèques et les parcs avant d’être envoyé dans un « Centre » pour quitter la marge et être enfin guéri de son envie de fuir le monde : « Ma tendance au repliement ne sera renversée, m’a-t-on expliqué, que lorsque je parviendrai à détourner ce torrent au profit de la collectivité (il faut me lancer, en somme, dans des travaux d’hydraulique intérieurs)31. » On retrouve ici le lieu commun du « travail sur soi », travail qui a uniquement comme objectif l’intégration du narrateur sur le marché du travail et son obéissance aux exigences de la société économique. En effet, patient en thérapie, puis affecté malgré lui à des emplois ‒ serveur payé en frappés à la banane à une buvette, puis « Chef » du Monorail du Centre, devenu parc d’attractions après son rachat par YOLO Aventures, le « mésadapté » de Rénovation ne cesse de vivre dans l’espace contradictoire entre les discours de progrès, d’épanouissement et d’accomplissement au travail et sa propre expérience d’inadéquation et d’exploitation.

  • 32 La cabane dans la forêt et son fantasme, parfois lieu de l’enfance, héritage ou horizon, fait retou (...)

12Le roman se donne à lire sous la forme d’un rapport ou d’un récit destiné au secteur des Archives, où termine le personnage « désuet » qui a échoué à se renouveler et à occuper correctement son travail. Le narrateur lui-même apparaît comme un être de papier, plat, indifférent au monde, que mettent en relief (ou que montrent sans relief) des phrases courtes et simples (la suite sujet, verbe, complément) toujours au présent. Il est complètement désubjectivé, anonyme et sans singularité, sans force, ni désir autre qu’une « cabane en bois entouré d’un fossé bourbeux32 » ; bref, un être plutôt ennuyeux. L’inaction, l’individualisme, mais aussi les impératifs d’un travail perpétuel et la logique du processus sans fin structurent le roman Rénovation. Le peu de consistance du personnage, comme déjà aliéné, et le travail non rémunéré au parc d’attractions, une situation d’exploitation sous couvert de donner une place à un sans-abri, opèrent une mise en fiction des lieux communs ‒ espaces et idées convenues ‒ du capitalisme et de sa critique.

  • 33 En bref, les auteurs y notent une fascination contemporaine, en littérature, mais aussi en philosop (...)
  • 34 Huppe (Justine) & Claisse (Frédéric), ibid.
  • 35 Arendt (Hannah), La condition de l’homme moderne, traduit de l’anglais par Georges Fradier, Paris, (...)

13Autant dans Retraite que dans Rénovation, se dessine un net penchant à l’oblomovisme qui semble ouvrir à une politique de l’ennui : Oblomov, figure du roman de Ivan Gontcharov que le narrateur de la nouvelle « Faire le vide » élit comme un de ses romans préférés, reste dans l’entre-deux de la rêverie et fuit de cette manière toutes attentes et obligations. Il est intéressant de noter à ce titre que Justine Huppe et Frédéric Claisse y voient une des figures critiques des nouvelles formes sociales dans leur article sur les « zones de défection temporaire33 ». L’ennui acquiert ainsi une signification plus politique que romantique : rester sur son canapé (ou regarder les travaux de voirie), c’est consentir à une autre temporalité que celle de l’activité ou du projet de la société « connexionniste » décrite par Luc Boltanski et Ève Chiapello34 ; c’est refuser l’impératif du divertissement. L’individu privé, au sens arendtien de « privé d’apparaître35 », Oblomov, annoncerait dès le xixe siècle une posture critique où l’inaction deviendrait paradoxalement une force. Autant dans Retraite que dans Rénovation, la désuétude et l’inaction vont de paire avec la « vieillesse » pour former un paradigme qui trace les contours d’une expérience subjective de l’ennui.

  • 36 Biron (Michel), La conscience du désert, Montréal, Boréal, « Papiers collés », 2010, p. 9.
  • 37 Les auteurs de l’Histoire de la littérature québécoise notent que le roman d’Hémon a fait « l’objet (...)
  • 38 Ibid., p. 86. De plus, le déserteur aurait plusieurs formes dans l’imaginaire social, à la fois lit (...)
  • 39 Biron (Michel),La conscience du désert, op. cit. Voir particulièrement les pages 77 à 90.
  • 40 Très engagé auprès de la scène littéraire québécoise, notamment avec son Académie de la vie littéra (...)

14De cet oblomovisme qui fait de la mondanité et des attentes sociales un fardeau, de l’ennui un état créateur de rêveries, se trace une filiation avec la figure du déserteur. À l’instar de Huppe et Claisse qui analysent les refigurations contemporaines des personnages de Bartleby et de Jean Des Esseintes, notamment, dans un corpus français, Michel Biron avance que les « personnages aussi peu conflictuels que lui [Bartleby] se sont multipliés. Dans le cas du Québec […], ce n’est pas seulement la littérature contemporaine qui s’inscrit dans cette filiation, mais toute une tradition qui remonte jusqu’aux premières œuvres36 » : de Maria Chapdelaine de Louis Hémon (1913), considéré par plusieurs, non sans malaise37, comme le premier classique québécois, à la saga Soifs de Marie-Claire Blais (1995-2018), les avatars de Bartleby seraient légion. Plus largement, il existerait selon lui, au Québec, toute une « filiation de déserteurs » littéraires qui cherchent à échapper à la communauté, qui en refuseraient les exigences. Cependant, « la rupture [que ces personnages effectuent] a toujours quelque chose d’inaccompli, d’ambivalent, comme si elle visait, par le détachement qu’elle entraîne, à éprouver la capacité de l’individu à exister en dehors du nous ». Ainsi, cette posture de déserteur serait critique38, elle serait pour Michel Biron une manière de réarticuler son rapport à la communauté : ce serait effectivement dans la solitude que le déserteur éprouverait son lien avec ce nous39 et interrogerait ce qui leur est commun, il s’éprouverait dans les lieux communs que la littérature travaille et reprend du discours social. Il faudrait, ceci dit, explorer plus avant la fonction de l’ennui dans la désertion et les configurations littéraires qui en résultent. Le récit La Vie littéraire de Mathieu Arsenault40 (2014) nous permettra d’avancer quelques pistes à ce propos.

La Vie littéraire de Mathieu Arsenault : l’ennui productif de la suractivité

  • 41 Arsenault (Mathieu), La Vie littéraire, Montréal, Le Quartanier, « Série QR », 2014, p. 83.

15Quelles formes l’ennui prend-il dans une société saturée de discours, au sein de laquelle la nouveauté ‒ des informations, des statuts Facebook, des livres ‒ est constitutive du quotidien ? Dans La Vie littéraire, la suractivité caractéristique du monde contemporain (activités sociales, etc.), dont rend compte la phrase sans ponctuation d’Arsenault, produit un ennui que la narratrice cherche à épuiser avec les ressources mêmes de la littérature. La narratrice, une étudiante en littérature dans la vingtaine, « tape [s]a vie » à l’ordinateur, comme elle le répète, « jusqu’à l’épuisement du langage quand cette phrase ne sera qu’une affaire aussi fanée que les mémoires de maitrise sur claudel41 ». L’ennui qu’elle ressent devant les choses, littérature incluse, est systématiquement répété : la scénographie du retrait et de la mise à distance ouvre un espace critique au sein duquel s’énonce l’ennui, qui apparaît alors comme un vecteur de prise de conscience, et conséquemment d’écriture. Autrement dit, dans La Vie littéraire, si le retrait permet l’écriture, il autorise également, pourrait-on avancer, à l’ennui de se muer provisoirement en force d’action.

16En effet, la retraite et l’ennui devant semblent les conditions de possibilité du récit qu’on lit.

  • 42 Ibid., p. 56.

[…] je travaillerais tous les jours tous les câlisses de jours parce que je n’ai pas plus câlisse rien à faire fantôme de moi-même mon téléphone est mort les hebdos gratuits ont disparu je passe toutes mes journées sur wikipedia je vis dans les limbes je ressasse les heures que je perds d’une page à l’autre et je n’aurai de cesse de hanter ce problème que lorsque j’arriverai à quelque chose de nous veau42 […].

17L’ennui est ici lié au travail même, à son objet et à sa méthode. Et rien ne vient à bout de la lassitude générale qu’inspire la lecture frénétique de pages Wikipédia, qui ne produit que le vide que la narratrice remplit ensuite. L’écriture du roman tant désiré (ici l’horizon du « travail » effectué) et les études en littérature lui laissant paradoxalement tout son temps libre, c’est dans les limbes qu’elle échoue et dont elle ne peut sortir que par la « nouveauté » d’une histoire, nouveauté dont La Vie littéraire montre l’inutile, mais pas infertile quête (le livre lui-même).

18Le récit de Mathieu Arsenault joue également de la contradiction entre le discours des acteurs culturels sur le « dynamisme » de la scène culturelle et la réalité vécue, au premier chef la platitude de la littérature actuelle et la pauvreté de ses possibles. L’ennui serait essentiellement le fait des choses à côté de la vie, d’une littérature sans aventure.

  • 43 Ibid., pp. 24‑25.

il n’y a plus de romans d’aventures il n’y a plus de capitaines on ne peut plus raconter la vie les aventures sont de vieilles choses être un personnage de roman inspirant est une vieille chose et la littérature est une vieille chose tellement vieille chose qu’elle ne comprend plus rien elle ne fait rien que raconter les détails boring de ses années glorieuses et il lui faut un fauteuil roulant ça lui prend dix minutes passer dans le cadre de porte la littérature est fantastique elle coule en flamme au milieu du lac léman et pour sentir qu’on est en vie on fait des coches dans le bois des cadres de porte43.

  • 44 Ibid., p. 71.

19La littérature ne servirait plus à rien : sa vieillesse (synonyme ici de platitude et d’un manque de dynamisme) donne envie de ne rien faire sauf de marquer le temps sur le bois des cadres de porte, elle serait aux prises avec un problème de ressassement et d’insignifiance chroniques. La scénographie montre un sujet critique de la littérature, mais aussi de la société contemporaine : on y lit le lieu commun de la désuétude des livres (la littérature est une « vieille chose »), du temps qu’ils exigent (elle prend du temps à passer le cadre de porte, à arriver) dans le monde hyper-connecté que partagent la narratrice et ses lecteurs et lectrices. L’absence de la ponctuation, qui donne au texte un rythme de lecture effréné ‒ « les points c’est uniquement pour respirer parce qu’autrement le temps est inhumain44 »dit-elle ‒ fait de chaque bloc une tentative répétée pour pallier l’ennui de la vie littéraire, tout en affirmant aussi, dans un effet de tourniquet, la nécessité de la littérature par le relais et l’exposition critiques du discours social. D’une certaine manière, affirmer l’ennui de la littérature et de la vie littéraire contemporaines semble le dernier moyen pour garder la littérature vivante. Si la littérature manque d’originalité et ressasse des lieux communs, aussi bien reprendre ces régimes énonciatifs et exploiter au maximum leur logique.

20Si la narratrice expose aussi, avec souffle et humour (noir), la logique de la subvention et de la rentabilité, du réseautage et de l’uniformisation, du divertissement et de l’abrutissement, elle met à plat une certaine hypocrisie générale du discours littéraire quant à la « puissance » de la littérature.

  • 45 Ibid., pp. 75‑76.

je lis garcia marquez et c’est supposé changer ma vie je lis kundera et c’est supposé changer ma vie je vais au théâtre et c’est supposé changer ma vie je me fais du riz au poulet et ça change ma vie et là je suis dans une soirée de poésie et elle change à perte de vue ma vie eh qu’on est donc en extase les yeux qui brillent tellement on voit à travers le linge à venir les centaines de dollars cachés dans les tiroirs à sous-vêtements notre sourire est une porte de garage ouverte sur le désordre accumulé après la fermeture les employés de soutien des bibliothèques balaient toute la vie changée des tapis la vie changée des petites lampes sur les tables la vie changée des toilettes et moi sous l’éclairage ultraviolet de la bibliothèque de verdun je me passe de l’eau dans le visage la littérature s’enfuit de la vie changée d’oubli d’air le souffle coupé par le vent glacial qui balaie mon visage et passe entre ces doigts gelés qui tiennent le dvd de marie ugay gelée comme la terre au mois de janvier que rien n’arriverait à faire bouger surtout pas les pelletées banales de vies changées qui continue de se déverser sans qu’on puisse jamais les voir ni les mesurer parce que chaque matin la vie ordinaire enterre les vies changées de la veille45 […].

  • 46 « […] pourquoi écrire un livre me sauverait pourquoi chanter dans un band me sauverait pourquoi cha (...)

21L’impuissance de la littérature à « changer la vie » ou à « transformer le monde » se repère à travers la répétition ironique du syntagme « vie changée », dans lequel on retrace un des topos de la « défense » de la littérature (« c’est supposé changer ma vie »). Le sujet ne trouve plus rien qui satisfasse son désir de voir sa vie changée : il n’y a pas d’agir ni d’exceptionnalité de la littérature. La littérature est ce qui « nous a abandonné[s] », « la poésie continu[e] à ne pas arriver ». Si les « soirées de poésie » laissent transparaître la possibilité d’un échange, celui-ci est rapidement discrédité par la pauvreté des vers qui ne semblent s’adresser à personne. La réflexion circulaire et solipsiste reprend donc de plus belle, dans une recherche de « salvation46 » toujours reportée. La narratrice est à la recherche de la littérature, qui semble avoir déserté le monde alors même que tous ‒ poètes en devenir, aspirantes écrivaines, amateurs de culture ‒ parlent d’elle. Placée en retrait des choses, seule à l’ordinateur, elle s’ennuie partout, surtout dans les lancements mondains et dans les soirées de poésie interminables. La narratrice anonyme se présente, d’une certaine manière, comme la voix de toutes ces filles impossibles de la littérature, celles « qui cherchent cette vie des os dans le temps des pierres » littéraires, constamment lasses de n’écrire et de n’être personne, mais jamais oisives. Le retrait qu’elles effectuent et l’ennui qu’elles ressentent leur permettent d’éprouver et surtout d’écrire, pour reprendre les mots de Michel Biron, leur capacité à exister en dehors de la communauté.

Conclusion

  • 47 Nous pensons ici à la pratique littéraire de Jean-Charles Massera, notamment à son livre United Emm (...)
  • 48 Plus largement, ce désir de disparition et d’anonymat semble en tension nette, dans les écritures p (...)

22Retraite, Rénovation et La Vie littéraire proposent une articulation différente, moins « éclatante » que d’autres dispositifs47 littéraires, entre les impératifs du travail et de l’activité, et leur critique : la scénographie du retrait et de l’ennui et le travail sur le lieu commun mettent au jour une doxa économique, celle sur laquelle se fondent ces univers littéraires. Autrement dit, l’ennui devant une réalité aliénante, dominée par l’économique, où les formes de travail (littéraire y compris) sont de plus en plus pernicieuses et exigeantes, productrices de nouvelles formes d’aliénation, opère une critique politique du monde contemporain. Le cliché, le lieu commun, apparaissent alors comme le moyen le plus efficace de critiquer les formes et les forces actuelles de domination et d’uniformisation, voire une manière de jouer de ce retard dont parlent Boltanski et Chiapello dans Le Nouvel Esprit du capitalisme. L’effacement des singularités48 chez Renaud Jean, et dans une autre mesure chez Mathieu Arsenault, signale par leur travail différent de la langue et des formes littéraires, une conception autrement critique de la littérature et du « travail littéraire ». Ils composent une politique de l’ennui, soit l’idée que celui-ci mobilise une action et une signification sociale et politique singulières en littérature.

  • 49 Adler (Aurélie) & Heck (Marilyne), « Introduction », dans Écrire le travail au xxie siècle : quelle (...)
  • 50 Hamel (Jean-François), « Qu’est-ce qu’une politique de la littérature? Éléments pour une histoire c (...)
  • 51 Ibid., p. 13.

23Plus encore, tant dans les travaux savants que dans les analyses littéraires, cette manière d’interpréter l’ennui comme puissance critique en négatif de la vie économique contemporaine dessine à notre avis une « politique de la littérature » qu’il s’agira de détailler dans des analyses subséquentes. À l’instar d’Aurélie Adler et de Maryline Heck49, la notion de « politique de la littérature50 », élaborée par Jean-François Hamel, à la suite de Benoît Denis et de Jacques Rancière, nous semble particulièrement pertinente pour éclairer ce type de corpus critique (les travaux sur l’ennui, le nôtre inclus) et fictionnel contemporain. Par politique de la littérature, Hamel entend les « représentations à travers lesquelles les acteurs du champ littéraire définissent ce qu’est la littérature et ce qu’est la politique, mais encore les modalités de leur nouage51 ». Ces « idées » et conceptions de la littérature que diffusent écrivains, mais aussi éditeurs, critiques et théoriciens, parce qu’elles « agissent », parce qu’elles « transmettent des significations » sur la littérature, construisent un discours qui disent la valeur, l’autorité, l’action, le pouvoir de la littérature. Il y aurait là peut-être un paradoxe, à parler de politiques de la littérature à propos de textes qui mettent en avant une forme d’inaction, qui ne proposent pas de communauté alternative ou de dispositif contre-hégémonique, qui s’énoncent dans une scénographie de la mise en retrait et de l’ennui. Ce n’est pas qu’il faudrait arrêter d’écrire ou de croire en la littérature semblent nous dire ces œuvres, au contraire ; c’est de son retard qu’elle peut peut-être jouer, dans la mise à plat des clichés, dans l’exposition des lieux communs, qui, pour irritants ou ennuyants qu’ils puissent parfois paraître dans les discours, sont peut-être un de ses lieux de pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Adler (Aurélie) & Heck (Maryline) (dir.), Écrire le travail au xxie siècle : quelles implications politiques ?, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, « Fiction/non fiction », 2016.

Angenot (Marc), « Que peut la littérature ? Sociocritique littéraire et critique du discours social », dans La Politique du texte : enjeux sociocritiques, sous la direction de Jacques Neefs & Marie-Claire Ropars, Lille, Presses universitaires de Lille, « Problématiques », 1992, pp. 10‑27.

Arendt (Hannah), La condition de l’homme moderne, traduit de l’anglais par Georges Fradier, Paris, Pocket, « Agora », 2002 [The Human Condition, 1958].

Arsenault (Mathieu), La Vie littéraire, Montréal, Le Quartanier, « Série QR », 2014.

Arsenault (Mathieu), Doctorak, go !, URL : http://doctorak-go.blogspot.ca/.

Beige (Bureau), Pensées pour jours ouvrables, Montréal, Moult éditions, 2017.

van den Berg (Marguerite) & O’Neil (Bruce), « Introduction : Rethinking the class politics of boredom », Focaal-Journal of Global and History Anthropology, no 78, 2017, pp. 1‑8.

Biron (Michel), La conscience du désert, Montréal, Boréal, « Papiers collés », 2010.

Biron (Michel), Dumont (François) & Nardout-Lafarge (Élisabeth), Histoire de la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 2010.

Blais (Marie-Claire), Des rencontres humaines, Paroisse Notre-Dame-des-Neiges, Éditions Trois-Pistoles, « Écrire », 2002.

Boltanski, Luc & Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, « NRF essais », 1999.

Charest (Marie-Josée), « Chansons de travail, chansons de chômage : une lecture du monde ouvrier pendant la crise à travers l’œuvre de La Bolduc », Études littéraires, vol. 40, no 2, 2009, pp. 57‑68.

Florey (Sonya), L’Engagement littéraire à l’ère néolibérale, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, « Perspectives », 2013.

Goodstein (Elisabeth S.), Experience Without Qualities. Boredom and Modernity, Stanford, Stanford University Press, 2005.

Haladyn (Julian Jason) & Gardiner (Michael E.) (dir.), Boredom Studies Reader : Framework and Perspectives, London, Routledge, 2017.

Hamel (Jean-François), « Qu’est-ce qu’une politique de la littérature ? Éléments pour une histoire culturelle des théories de l’engagement », dans Politiques de la littérature. Une traversée du xxe siècle français sous la direction de Laurence Côté-Fournier, Élyse Guay & Jean-François Hamel, Montréal, Université du Québec à Montréal : Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, vol. 35, pp. 9‑30.

Huppe (Justine) & Claisse (Frédéric), « Zones de défection temporaire. Refigurations de Bartleby et de Des Esseintes », Trans, no 20, 2016, URL : http://trans.revues.org/1269.

Jean (Renaud), Retraite, Montréal, Boréal, 2014.

Jean (Renaud), Rénovation, Montréal, Boréal, 2016.

Lapointe (Martine-Emmanuelle), Emblèmes d’une littérature : Le libraire, Prochain épisode et L’avalée des avalés, Montréal, Fides, coll. « Nouvelles études québécoises », 2008.

Massera, Jean-Charles, United Emmerdements of New Order précédé de United Problems of Coût de la Main-D’œuvre, Paris, P. O. L., « Fiction », 2002.

Mouffe (Chantal), Agonistique. Penser politiquement le monde, Paris, ENSBA, « D’art en question », 2014.

Paquet (Simon), Une vie inutile, Montréal, Héliotrope, 2010.

Renaud (Jacques), Le Cassé, Montréal, Parti pris, « Paroles », 1964.

Segura (Mauricio), Przrychodzeń (Janusz), Brissette (Pascal), Choinière (Paul) & Lafrance (Geneviève) (dir.), Imaginaire social et discours économique, Montréal, Université de Montréal : Département d’études françaises, « Paragraphes », 2003.

Tessier (Philippe), « La signification sociale de la paresse dans Le Survenant et dans Bonheur d’occasion », Montréal, Université du Québec à Montréal, Département d’études littéraires, mémoire de maîtrise, 2014.

Théâtre des cuisines, Môman travaille pas, a trop d’ouvrage !, Montréal, Éditions du Remue-Ménage, 1976.

Haut de page

Notes

1 Haladyn (Julian Jason) & Gardiner (Michael E.) (dir.), Boredom Studies Reader : Framework and Perspectives, London, Routledge, 2017, p. 12.

2 « The above considerations raise, in turn, a host of questions about boredom’s sociohistorical constitution in the age of mechanical and digital reproduction » (ibid., p. 13). Ils ajoutent plus loin : « Can, for instance, different instantiations of boredom be linked to discrete phases of capitalist development, including transformations in our experience of space-time as a result of rapidly-consolidating technologies of transportation and communications ? Does our late modern world of information overload and compulsory forms of digitalised connectivity “on demand”, arguably resulting in the “fractalisation” and subsequent problematisation of qualitatively-experienced time, precipitate a different kind of boredom than that typically experienced in an earlier period, wherein forms of repetitive and stultifying industrial labour were the norm (see Gardiner 2012, 2014)? » (ibid.).

3 Voir Goodstein (Elisabeth S.), Experience Without Qualities. Boredom and Modernity, Stanford, Stanford University Press, 2005.

4 « (…) can certain manifestations of boredom help to precipitate, or at least prepare the ground for, critical agencies that gesture towards, however tentatively or inchoately, more autonomous forms of meaning-construction, in a world that always teeters on the brink of nihilism. » (Haladyn (Julian Jason) & Gardiner (Michael E.), op. cit., p. 13.)

5 Au sens où l’entend Sonya Florey dans L’engagement littéraire à l’ère néolibérale, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, « Perspectives », 2013.

6 Hamel (Jean-François), « Qu’est-ce qu’une politique de la littérature ? Éléments pour une histoire culturelle des théories de l’engagement », dans Politiques de la littérature. Une traversée du xxesiècle français sous la direction de Laurence Côté-Fournier, Élyse Guay & Jean-François Hamel, Montréal, Université du Québec à Montréal : Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, vol. 35, pp. 9‑30.

7 « the crisis-accelerated restructuring captured by “the posts” of postsocialism, postcolonialism, and post-Fordism requires a rethinking of the relationship between status, production, consumption, and the experience of excess free time » van den Berg (Marguerite) & O’Neil (Bruce), « Introduction : Rethinking the class politics of boredom », Focaal-Journal of Global and History Anthropology, no 78, 2017, p. 2.

8 Ibid., p. 5.

9 Idem.

10 Boltanski (Luc) & Chiapello (Ève), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, « NRF essais », 1999.

11 Lapointe (Martine-Emmanuelle), Emblèmes d’une littérature : Le libraire, Prochain épisode et L’avalée des avalés, Montréal, Fides, « Nouvelles études québécoises », 2008.

12 Dans une perspective connexe, signalons le mémoire de Philippe Tessier, « La signification sociale de la paresse dans Le Survenant et dans Bonheur d’occasion », Département d’études littéraires, mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 2014. Voir aussi le collectif Imaginaire social et discours économique, sous la direction de Mauricio Segura, Janusz Przrychodzeń, Pascal Brissette, Paul Choinière & Geneviève Lafrance, Montréal, Université de Montréal, Département d’études françaises, « Paragraphes », 2003. Celui-ci développe également des réflexions pertinentes sur les représentations critiques de l’économique et de ses « envers » (dépossession, indigence, pauvreté, etc.) en littératures québécoise et française.

13 Cette partie a trouvé son origine dans des discussions et une séance de travail avec Frédéric Claisse et Justine Huppe en janvier 2017. Nous nous étions alors intéressés, notamment, aux différents modes de management, à la hiérarchisation des espaces et au motif critique du parc d’attractions dans Rénovation.

14 Une partie de cette analyse a été présentée lors d’un colloque organisé par Julien Lefort-Favreau et Stéphane Inkel à l’Université Queen’s à Kingston (Ontario), et intitulé « Les pratiques politiques dans les écritures contemporaines en France et au Québec » (7 avril 2017, communication non publiée).

15 Jean (Renaud), Retraite, Montréal, Boréal, 2014, p. 47.

16 Ibid., p. 96.

17 Ibid., p. 102.

18 Ibid., p. 35.

19 Ibid., pp. 111‑112.

20 Ibid., p. 116.

21 Ibid., p. 117.

22 Ibid., p.  113.

23 Ibid., p. 111.

24 Ibid., p.  41.

25 Ibid., p. 19.

26 Ibid., p. 153.

27 Ibid., p. 155.

28 Angenot (Marc), « Que peut la littérature ? Sociocritique littéraire et critique du discours social », dans La Politique du texte : enjeux sociocritiques, sous la direction de Jacques Neefs & Marie-Claire Ropars, Lille, Presses universitaires de Lille, « Problématiques », 1992, p. 22.

29 Jean (Renaud), Rénovation, Montréal, Boréal, 2016, p. 9.

30 « Je me tiens debout au milieu de la cuisine, en caleçon, entre un Scandinave et un Japonais qui viennent d’élire domicile chez moi, dans mon appartement, mon appartement qu’ils prétendent rénover : la chose me paraît d’autant plus invraisemblable que je n’ai été informé de rien. À ma connaissance, aucun travaux ne sont prévus dans l’immeuble » (ibid., p. 11.)

31 Ibid., p. 37.

32 La cabane dans la forêt et son fantasme, parfois lieu de l’enfance, héritage ou horizon, fait retour; inscrivant ces œuvres qui proposent une thématisation des formes de la vie économique dans une même filiation, réactivant le cliché américain de la disparition dans la nature et de la force de l’autonomie individuelle tout en en renouvelant le potentiel critique.

33 En bref, les auteurs y notent une fascination contemporaine, en littérature, mais aussi en philosophie, pour le scribe de Melville, et pour sa posture critique et sans compromis, mais soulignent aussi une impossibilité pour les personnages littéraires du xxie siècle à la tenir : il y aurait plutôt un désir de rejoindre des « zones de défection temporaire », un fantasme d’effacement de soi, de sortie (d’« exit ») du monde, voire de « retour à un mode de vie pré-connexioniste » (Huppe & Claisse, §33). Or ces romans feraient montre d’une négativité générale : si la résistance n’est plus suffisante, la sortie définitive est toujours repoussée. Voir : Huppe (Justine) & Claisse (Frédéric), « Zones de défection temporaire. Refigurations de Bartleby et de Des Esseintes », Trans, no 20, 2016, URL : http://trans.revues.org/1269.

34 Huppe (Justine) & Claisse (Frédéric), ibid.

35 Arendt (Hannah), La condition de l’homme moderne, traduit de l’anglais par Georges Fradier, Paris, Pocket, « Agora », 2002 [The Human Condition, 1958].

36 Biron (Michel), La conscience du désert, Montréal, Boréal, « Papiers collés », 2010, p. 9.

37 Les auteurs de l’Histoire de la littérature québécoise notent que le roman d’Hémon a fait « l’objet d’un long processus d’appropriation qui en fera bientôt le premier des “classiques” du roman canadien-français », signalant également l’« embarras » que ressent l’historien de la littérature québécoise devant « ce roman écrit par un Français pour un public français ». Voir Biron (Michel), Dumont (François) & Nardout-Lafarge (Élisabeth), Histoire de la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 2010, pp. 199‑200.

38 Ibid., p. 86. De plus, le déserteur aurait plusieurs formes dans l’imaginaire social, à la fois littéraire et politique : pour la philosophe Chantal Mouffe, la désertion et l’exode, qu’appellent par exemple des théories politiques comme celles de Negri et Hardt et de Paolo Virno, si elles s’effectuent à l’horizon d’une désarticulation de l’ordre social et d’une résistance fondamentale à l’hégémonie, ne peuvent amener un renouveau des pratiques discursives et sociales, une réarticulation de l’hégémonie. Si les artistes peuvent, par des dispositifs contre-hégémoniques, agir sur celle-ci, ils ne doivent pas laisser à d’autres le soin de refaire l’ordre discursif une fois celui-ci « défait »; il faut aller au bout de la critique, nous dit Mouffe, et rester aussi pour refaire autrement l’espace agonistique (ce que ne peut pas le déserteur). Voir Mouffe (Chantal), Agonistique. Penser politiquement le monde, Paris, ENSBA, « D’art en question », 2014, p. 93.

39 Biron (Michel),La conscience du désert, op. cit. Voir particulièrement les pages 77 à 90.

40 Très engagé auprès de la scène littéraire québécoise, notamment avec son Académie de la vie littéraire, qui octroie des prix absurdes aux oubliés des « grands concours » littéraires, Mathieu Arsenault publie en 2014 La Vie littéraire au Quartanier; une maison d’édition très active fondée en 2002. En plus de collaborer à plusieurs revues culturelles, il tient une chronique depuis 2012 à la revue Liberté, une des plus anciennes revues littéraires québécoises. Il a fondé le blogue Doctorak, go! en 2008, sur lequel il publie ponctuellement des textes en plus de vendre de la « marchandise » littéraire. Voir Arsenault (Mathieu), Doctorak, go! URL : http://doctorak-go.blogspot.ca/.)

41 Arsenault (Mathieu), La Vie littéraire, Montréal, Le Quartanier, « Série QR », 2014, p. 83.

42 Ibid., p. 56.

43 Ibid., pp. 24‑25.

44 Ibid., p. 71.

45 Ibid., pp. 75‑76.

46 « […] pourquoi écrire un livre me sauverait pourquoi chanter dans un band me sauverait pourquoi chanter dans un band de garage me sauverait pourquoi faire du théâtre de rue me sauverait de n’être personne […]. » (ibid., p. 54)

47 Nous pensons ici à la pratique littéraire de Jean-Charles Massera, notamment à son livre United Emmerdements of New Order précédé de United Problems of Coût de la Main-D’œuvre, Paris, P. O. L., « Fiction », 2002.

48 Plus largement, ce désir de disparition et d’anonymat semble en tension nette, dans les écritures politiques contemporaines, avec une volonté de rendre visible les sans-paroles, les sans-voix. Au contraire de Renaud Jean ou de Mathieu Arsenault, Marie-Claire Blais parle de l’écriture comme ce qui« dit ce qui n’est pas dit, parle par ces voix silencieuses, pénètre ces destins longtemps voilés ». La littérature permet ainsi de parler de ces « êtres que la société relaie à l’obscurité », cette « majeure partie de l’humanité, pauvres, marginaux, tous gens sans parole ». Blais place ainsi ses romans du côté de la visibilitéet de la lumière, et non de la disparition. Voir Blais (Marie-Claire), Des rencontres humaines, Paroisse Notre-Dame-des-Neiges, Éditions Trois-Pistoles, « Écrire », 2002, p. 93.

49 Adler (Aurélie) & Heck (Marilyne), « Introduction », dans Écrire le travail au xxie siècle : quelles implications politiques ?, op. cit., pp. 11‑12.

50 Hamel (Jean-François), « Qu’est-ce qu’une politique de la littérature? Éléments pour une histoire culturelle des théories de l’engagement », op cit.

51 Ibid., p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel Nadon, « Une politique de l’ennui », COnTEXTES [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 18 février 2019, consulté le 21 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/7047 ; DOI : 10.4000/contextes.7047

Haut de page

Auteur

Rachel Nadon

Université de Montréal

Haut de page