Navigation – Plan du site

Compte rendu de Sapiro (Gisèle), Les écrivains et la politique en France, de l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie

Paris, Seuil, 2018, 391 p.
Cécile Chatelet

Texte intégral

1Le projet ambitieux de l’étude de Gisèle Sapiro est d’offrir un cadrage théorique permettant de penser les rapports entre littérature et politique. Le livre se donne d’abord pour tâche d’analyser les transformations des rapports entre champ littéraire et champ politique en France de la fin du xixe siècle au début des années 1960, moment de l’engagement des écrivains dans la cité au nom de leur pouvoir symbolique. Revenant sur une période d’une ampleur considérable, il propose également de considérer l’inscription du politique dans les œuvres littéraires elles-mêmes et dans leur rapport à la société, en évoquant les visions du monde et les contre-récits portés par la littérature.

2L’originalité et la force de l’étude tiennent en grande partie à l’articulation de plusieurs méthodes d’analyse : la perspective sociologique (qui passe notamment par l’étude des trajectoires individuelles et collectives des écrivains) et l’histoire des idées vont ici toujours de pair avec une analyse détaillée des textes littéraires et des écrits politiques. C’est ce qui donne sens à la perspective adoptée dans la première partie du livre, qui examine la politisation du champ littéraire à la fin du xixe siècle et la structuration de ce champ, ainsi que les rapports entre les champs littéraire et politique – en prenant au sérieux l’affirmation des écrivains eux-mêmes d’une continuité entre leurs interventions publiques, leur conception de la littérature et leurs écrits. La seconde partie veut penser le statut de la production de l’écrivain engagé dans ce contexte de politisation du champ littéraire : elle s’intéresse aux rapports entre littérature et idéologie, et pose la question en termes bourdieusiens de « schèmes de perception » transmis par les textes littéraires. En pensant les œuvres dans leur autonomie plus ou moins importante par rapport à un système idéologique, le livre réaffirme le rôle de la littérature dans la construction de notre perception et notre évaluation du monde et propose de lire différentes modalités d’inscription du politique dans la fiction, affrontant les questions formelles et génériques.

Formes de politisation des écrivains et autonomie de la littérature

  • 1 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992

3Dédié à la mémoire de Pierre Bourdieu, l’ouvrage de Gisèle Sapiro s’inscrit dans la droite ligne des travaux du sociologue des Règles de l’art1 et fonde ses analyses sur la notion de « champ ». Partant des conclusions de celui-ci sur l’autonomisation du champ littéraire, qui se sépare nettement du champ politique sous la IIIe République, l’auteure constate que la spécialisation des métiers et cette autonomisation des champs a des conséquences sur la place de l’écrivain dans la société : l’autorité des lettres comme production intellectuelle permettant de comprendre le monde et d’expliquer des enjeux historiques, sociaux et politiques contemporains est remise en cause. Cette recontextualisation est l’un des nombreux mérites de ce travail : il rappelle que la figure de l’écrivain engagé ne procède déjà plus, dès cette période, d’une évidente légitimité de la parole du littéraire dans le domaine social et politique ; au contraire, l’engagement de l’écrivain est un « moyen de reconquérir une autorité sociale et une parole universelle dans une conjoncture de division du travail intellectuel et de montée de l’expertise » (p. 12), c’est-à-dire une revendication de leur pouvoir symbolique dans une logique de concurrence avec d’autres métiers intellectuels (journalistes, historiens, hommes politiques) et non une utilisation d’une posture de légitimité de l’écrivain qui serait alors allée de soi.

  • 2 Sapiro (Gisèle), La responsabilité de l'écrivain. Littérature, droit et morale en France (xixe-xxie(...)

4Le premier chapitre retrace la genèse de l’importation des catégories de « droite » et de « gauche » dans le champ littéraire afin de déterminer le contenu des engagements des écrivains ainsi qualifiés. Il s’agit d’abord de remarquer que ce système de classement issu du champ politique est d’autant plus opérant dans le champ littéraire qu’il vient combler le vide créé par la disparition des écoles littéraires à la fin du xixe siècle. L’auteure montre que ces catégories tendent, au sein du champ littéraire, à se détacher des contenus idéologiques réels ou supposés des œuvres, pour recouper d’autres oppositions qui préexistaient. Elle souligne que le contenu des engagements des écrivains « de droite » ou « de gauche » est de fait très lié à la question de l’autonomie de la littérature. Ainsi, les écrivains « de droite » ont une production qui relaie la parole consacrée, celle du pouvoir ; elle est marquée idéologiquement, conservatrice et réactionnaire. Ces écrivains attaquent fréquemment des textes littéraires au nom de la défense de la morale, voient en la littérature un potentiel subversif qui peut être préjudiciable à l’ordre social – c’est la responsabilité de l’écrivain qu’ils mettent en avant, thème du précédent livre de l’auteure2. À l’inverse, les écrivains dits « de gauche » sont avant tout ceux qui refusent de subordonner leur œuvre à une cause extra-littéraire. Ces défenseurs de l’autonomie de la littérature se mobilisent pour défendre la liberté de l’auteur, notamment celle des écrivains attaqués pour immoralisme. C’est ce couple d’oppositions responsabilité / liberté qui structure, selon Gisèle Sapiro, le champ littéraire et donne sens à sa réorganisation autour de l’opposition droite / gauche, et ce jusqu’à la Libération. Cette antinomie n’est dépassée que lorsque Jean-Paul Sartre se réapproprie la notion de responsabilité pour la rattacher à une définition existentialiste de la liberté.

  • 3 Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, Paris, Seuil, 1999.

5C’est le second chapitre qui forme le cœur de l’analyse de Gisèle Sapiro : il insiste sur la nécessité de distinguer différentes formes de politisation au sein du champ littéraire et propose des outils pour y parvenir. Les modes de politisation s’élaborent en tenant compte des positions occupées par les agents dans le champ littéraire, en vertu du principe bourdieusien d’homologie entre l’espace des positions et l’espace des prises de position. Ils influent sur les modalités de l’engagement (individuel ou collectif, régulier ou ponctuel, ainsi que sur les supports écrits utilisés) et sur le genre mobilisé (essai, fiction,...). Reprenant en partie ses travaux précédents3, Gisèle Sapiro propose ici une étude d’une ampleur remarquable. Deux facteurs principaux sont distingués pour marquer les spécificités des prises de position des écrivains : s’établissent un axe dominant / dominé (ceux qui ont intérêt à la conservation de l’état du rapport de force car ils ont une position établie dans le champ contre ceux qui tendent à le subvertir et à rompre les codes établis, car ils sont peu reconnus) et un axe hétéronomie / autonomie (les écrivains qui mettent en avant le contenu des œuvres, plutôt détenteurs d’un capital temporel, et ceux pour qui prévaut l’attention portée à la forme et au style, qui possèdent eux plutôt un capital symbolique, la reconnaissance de leurs pairs). En croisant ces deux axes, on obtient quatre types de positions : au pôle dominant, et détenteurs d’un capital temporel, il y a « les notables », parmi lesquels Maurice Barrès ou Paul Bourget. Toujours au pôle dominant, mais détenteurs cette fois d’un capital symbolique, Gisèle Sapiro propose la catégorie des « esthètes », parmi lesquels peuvent être rangés Roger Martin du Gard ou André Malraux. Au pôle dominé, mais toujours à la recherche d’accumulation d’un capital symbolique, on trouve les « avant-gardes », que représentent bien par exemple Nathalie Sarraute ou Alain Robbe-Grillet. Toujours au pôle dominé, mais devant vivre de leur plume sans réel capital symbolique, on trouve les « polémistes », dont une partie d’entre eux se trouvent du côté des intellectuels fascistes. La construction de chaque catégorie est subtile et croise de nombreuses données, rendant compte de manière fine et convaincante de la dynamique du champ littéraire et des phénomènes de concurrence entre ses membres, de la logique des prises de position au choix du genre littéraire par tel ou tel auteur.

6L’intérêt de cette proposition apparaît nettement au chapitre suivant, qui propose un panorama des écrivains d’extrême droite, « entre maurrassisme et fascisme », qui permet de tenir compte de l’œuvre littéraire d’écrivains souvent considérés par les historiens uniquement pour leurs prises de position publiques, et analysés par les études littéraires en regard d’une définition générale du fascisme. Or, il existe différentes manières d’adhérer au fascisme, qui doivent être mises en relation avec un ethos littéraire. Le vaste corpus de quarante-quatre écrivains permet de ne pas en rester à l’étude de quelques grandes figures. Gisèle Sapiro propose de constater la prédominance du groupe des « polémistes » (Robert Brasillach, Maurice Bardèche) ainsi que de celui des « notables » (dont Charles Maurras) parmi les écrivains fascistes, avant de noter l’absence d’« avant-gardes » d’extrême droite en France, contrairement au cas italien, où le futurisme a rempli ce rôle. Outre le travail sur les différentes œuvres et trajectoires de ces auteurs, et leur mise en relation sans systématisme, l’auteure en profite pour revenir sur le cas de Louis-Ferdinand Céline, seul écrivain français qui rompt, dans Voyage au bout de la nuit, avec les codes littéraires établis, dont on aurait pu penser qu’il constituerait l’avant-garde parmi ces écrivains fascistes. L’auteure s’appuie alors sur une étude de la trajectoire sociologique et de la position dans le champ de cet écrivain pour distinguer le Céline des deux premiers romans, puisque lors de leur publication rien ne permet encore de l’identifier au fascisme, et celui des pamphlets, qui le rangent nettement dans le groupe des polémistes : il y a une évolution de l’écrivain, d’abord plus proche de l’avant-garde, puis ensuite classable parmi les polémistes qui se rangent parmi les fascistes. L’argument repose sur une lecture de l’entreprise des pamphlets comme une stratégie commerciale de la part de l’écrivain antisémite en mal de reconnaissance temporelle (la critique accueille par exemple avec beaucoup de réserve Mort à crédit), « à un moment où le champ littéraire se politise et où l’antisémitisme devient un thème porteur » (p. 148), mais aussi sur une analyse de la réception de la prose célinienne par les contemporains : cette dernière ne séduit les polémistes de l’extrême droite qu’à partir des pamphlets, preuve que Céline serait bien passé d’une catégorie à l’autre.

7Resserré autour de la figure d’Aragon, le chapitre 4 permet moins d’évoquer différents ethos parmi les écrivains « de gauche », mais il se fonde sur la même attention aux textes littéraires et aux écrits politiques pour commenter les rapports entre les champs littéraire et politique. Il s’agit de dessiner la position contrainte d’Aragon, défenseur de l’autonomie de la littérature, en porte-à-faux avec la doctrine réaliste-socialiste de ses camarades du parti communiste. Les interventions publiques de l’auteur du cycle du Monde réel, notamment au sein du parti, sont lues comme des tentatives d’infléchir ou de préserver des marges de manœuvre pour les écrivains militants communistes, et ce sans jamais désavouer la position officielle du parti. Les mises en rapport d’extraits de prises de parole d’Aragon et de propositions de lecture de ses œuvres littéraires sont passionnantes, notamment en ce qu’elles mettent en avant les apories de la littérature engagée telle qu’elle a été pensée par Sartre, permettant une discussion féconde sur le binôme littérature et propagande, tout en questionnant les modalités littéraires et esthétiques de l’engagement de l’écrivain militant.

La littérature subversive : visions du monde et contre-récits

8La seconde partie du livre affronte la question du contenu idéologique en littérature dans des œuvres qui ne sont pas des romans à thèse. Repartant du travail de la critique marxiste pour affirmer que la littérature est indissociable d’un système de valeurs, Gisèle Sapiro écarte le terme d’idéologie pour lui préférer une nouvelle fois une notion bourdieusienne, celle de doxa, définie comme l’ensemble des croyances qui fondent la vision du monde et font que ce monde semble aller de soi. Le postulat sur lequel s’appuie cette partie de l’étude est que la littérature participe pleinement de l’activité cognitive de classification et d’évaluation qui fonde notre vision du monde. Il s’agit alors de faire porter l’attention sur le « degré de dépendance ou d’autonomie des schèmes de représentation littéraire par rapport aux cadres de perception et d’analyse existants, qu’ils soient médiatiques, politiques ou savants » (p. 211), qui varie selon les œuvres et détermine leur capacité à s’ériger en contre-récits. Elle souligne que la vision du monde qui sous-tend une œuvre ne tient pas uniquement dans les représentations ou le message transmis, « mais dans le cadrage même de la perception, c’est-à-dire dans les aspects formels ainsi que dans le style » (p. 206‑207). L’idée de Gisèle Sapiro est de s’attarder sur ces modalités formelles pour souligner l’autonomie de certaines œuvres par rapport à un système idéologique, et mettre ainsi en lumière la dimension subversive de la littérature.

9Dans son cinquième chapitre, elle propose une histoire de la place des œuvres littéraires dans le débat politique et social. Il s’agit de voir comment la remise en cause socio-politique que constituent certaines œuvres littéraires est liée à la conception que l’écrivain a de son rôle dans la société, qu’il semble d’abord pouvoir penser en termes de « devoir de vérité » jusqu’à l’affaire Dreyfus – à la fin du xixe siècle, la notion de vérité deviendra le monopole de la science, devenue le paradigme dominant. Plus intéressant encore, ce devoir de vérité n’est alors pas l’inverse du processus de fictionnalisation, bien au contraire. Le caractère politique de la fiction réside avant tout dans sa manière de représenter l’ordre social, et ce sont les procédés fictionnels qui sont estimés passibles de poursuites, comme le soulignent les procès des textes de Gustave Flaubert, Auguste Luchet et Lucien Descaves – la fiction est ici politique car les innovations formelles permettent des remises en cause de l’ordre établi. Avec la Première Guerre mondiale, la production littéraire est marquée par le témoignage, qui veut remettre en cause la vision du monde dominante, celle d’un patriotisme mensonger ; sur le plan formel, cette remise en cause passe par exemple par le refus de l’épique. Revenant ensuite sur une période charnière pour penser le rapport de l’écrivain au politique, Gisèle Sapiro montre comment la proposition sartrienne fait basculer la fictionnalisation du politique en procédant à un double refus. D’une part Jean-Paul Sartre récuse l’autonomie impliquant l’irresponsabilité de l’écrivain (contre ceux qui défendent les écrivains accusés d’intelligence avec l’ennemi après la fin de la Seconde Guerre mondiale) et d’autre part il refuse l’engagement politique qui sacrifie cette autonomie au sens des responsabilités (s’opposant ainsi au militantisme communiste d’auteurs comme Aragon). Sur le plan formel, il s’agit de s’opposer aux techniques du roman réaliste. Cela permet à l’auteure, de manière inattendue mais très convaincante, de lire dans le Nouveau Roman une radicalisation des positions sartriennes : la bonne histoire à laquelle il s’oppose, c’est une narration qui mime les schémas dont les gens ont l’habitude, et donc l’idée qu’ils ont de la réalité. Le rejet du personnage, de la narration traditionnelle et du message par les Nouveaux Romanciers, tout comme leur revendication de l’autonomie absolue de l’œuvre d’art, sont ainsi liés à la croyance dans le pouvoir subversif de la littérature, et l’invention formelle a tout à voir avec le refus de subordonner la liberté à la responsabilité de l’écrivain, déjà présent chez Sartre. De manière globale, sur toute la période, Gisèle Sapiro montre que la littérature a perpétué un héritage de subversion, en proposant des visions du monde alternatives, voire opposées à l’idéologie dominante et à la doxa.

10Le chapitre suivant propose à nouveau une étude de détail, se penchant cette fois-ci sur la figure de Drieu La Rochelle. Il s’agit de montrer comment se constitue la vision du monde perceptible dans une œuvre littéraire, ici le récit à caractère autobiographique Rêveuse bourgeoisie. Cette vision n’est pas réductible à une intention d’auteur, mais bien lisible à l’aune d’une trajectoire sociologique complexe (Drieu La Rochelle ayant vacillé entre le rêve surréaliste et l’élitisme « occidental » de l’Action française). En outre, le chapitre rappelle bien que poser la question en termes de vision du monde ne résout pas toutes les difficultés d’interprétation, histoire familiale singulière et lecture de l’histoire nationale étant imbriquées. Si l’opposition « entre rêve et action » visible dans le roman de Drieu La Rochelle est un thème majeur des intellectuels français de la période, l’analyse vaut surtout pour la finesse de ses propositions d’interprétation des choix narratifs et esthétiques particuliers de l’écrivain.

11L’auteure bascule ensuite à nouveau vers les écrivains de gauche pour proposer une étude de la poésie de la Résistance dans la France occupée. L’enjeu de ce septième chapitre est de voir, dans le moment de crise que constitue l’Occupation allemande, la manière dont la littérature participe à l’interprétation de la défaite de 1940. La production littéraire a en effet été décisive dans ce moment de guerre idéologique, notamment face à la double défection de la science (dominant largement le domaine du savoir, mais peu à même de répondre aux questions posées alors) et de la presse (le journaliste est vite bâillonné ou embrigadé par l’idéologie dominante). Gisèle Sapiro choisit de se concentrer sur la poésie parce que la fiction a déjà été plus largement analysée, mais aussi car la poésie permet de percevoir plus nettement que ce ne sont pas seulement les représentations alternatives que la littérature convoque qui comptent, mais également son pouvoir de symbolisation, son recours à un langage opaque. Pour déconstruire le récit dominant de la défaite et exister dans la clandestinité, les poètes-Résistants sont passés par le mythe et le symbolisme ; le lyrisme et le réalisme étaient impossibles dans cette poésie qui ne pouvait être que « de contrebande », selon le mot d’Aragon. L’enjeu est bien de percevoir les nouvelles modalités formelles de ces contre-récits, et d’en noter l’efficacité : ils se sont imposés face à l’idéologie dominante et ont eu un impact politique considérable – ce qui n’a pas empêché Sartre d’exclure ensuite le genre poétique de la littérature engagée, comme le note l’auteure.

12Le dernier chapitre s’attache au cas singulier d’André Malraux, qui fut le seul à occuper une place aussi importante tant dans le champ littéraire que dans le champ politique, et ce au moment de la professionnalisation des carrières d’hommes politiques. Le portrait de Malraux en ministre, au terme de l’étude de sa trajectoire sociologique, permet à l’auteure de tirer une double conclusion : d’une part, elle montre comment la gestion des affaires culturelles par un artiste est exceptionnelle, et que celle-ci, en se professionnalisant, exclura les créateurs – et ce alors même que l’élaboration par Malraux de la notion de culture, tout comme sa conception antididactique de la diffusion des œuvres d’art, ont marqué durablement l’action publique. D’autre part, elle montre comment l’anticolonialiste d’avant-guerre met ensuite ses talents au service de la propagande pour l’Algérie française à l’étranger, lorsque Malraux s’est tout entier voué à de Gaulle.

  • 4 Elle rappelle notamment l’importance de l’étude d’Alice Kaplan sur les pamphlets de Céline, qui mon (...)

13Intitulé « dépolitisation de la littérature ? », l’épilogue apparaît comme une proposition importante, qui souligne à la fois l’ambition de cet ample parcours présenté par Gisèle Sapiro et la volonté d’offrir des outils qui permettent de s’emparer des débats contemporains animant le champ littéraire. Ainsi, le livre s’ouvre et se termine sur la question de la republication des pamphlets de Céline, que l’auteure tranche en qualifiant cette volonté éditoriale de coup commercial : elle réinscrit cette discussion dans un paysage politique marqué par la montée de l’extrême droite pour souligner que l’entreprise apparaît aussi dangereuse qu’inutile, refusant l’argument de l’intérêt historique de ces textes déjà accessibles aux chercheurs4, pointant la question du précédent légal qu’introduirait le fait de publier des textes incitant à la haine raciale. Particulièrement éclairantes, ces pages font le tour du débat de manière exhaustive tout en prenant fermement position. Revenant aussi sur ce qui a suivi la période du Nouveau Roman, elle admet bien une lecture de la fin des années 1970 comme moment de dépolitisation de la littérature. Elle souligne notamment le fait que la figure de l’intellectuel n’est alors plus incarnée par l’écrivain, mais bien par le professeur, en suivant les remarques de Michel Foucault sur l’avènement de « l’intellectuel spécifique » face au savoir universaliste qui était porté par l’écrivain. Pourtant, elle affirme bien apercevoir nettement une repolitisation du champ littéraire ces vingt dernières années. Une analyse des positions des écrivains de droite est alors proposée, et elle établit des liens convaincants avec le modèle élaboré auparavant à partir des positions d’écrivains d’extrême droite du début du siècle. Elle définit aussi la manière dont cette droite se construit, pensant aller à l’encontre de l’idéologie dominante qu’elle définit comme droit-de-l’hommiste. Marquant des différences entre les polémistes comme Éric Zemmour, les notables comme Alain Finkielkraut ou les esthètes comme Renaud Camus et Richard Millet, elle critique l’étiquette trop large de « nouveaux réactionnaires », qui empêche tant de percevoir les différents positionnements que les constantes structurales et axiologiques entre le début du xxe siècle et la période contemporaine. La réutilisation des différentes catégories apparaît moins productive à gauche, nombre d’écrivains étant rangés parmi les esthètes et les avant-gardes sans qu’on puisse distinguer ce qui pourrait singulariser leurs différents types d’implication politique et leurs choix formels. Toutefois, ce panorama permet à l’auteure de souligner que le mécanisme de repolitisation actuelle de la gauche littéraire est le même qu’au début du siècle précédent : il s’agit de s’opposer à la montée de l’extrême droite et aux écrivains qui sacrifient l’autonomie de la littérature au nom d’une défense identitaire. Gisèle Sapiro démontre ici combien son étude est fructueuse : ses outils sont opérants sur une période de plus d’un siècle.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

2 Sapiro (Gisèle), La responsabilité de l'écrivain. Littérature, droit et morale en France (xixe-xxie siècle), Paris, Seuil, 2011.

3 Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, Paris, Seuil, 1999.

4 Elle rappelle notamment l’importance de l’étude d’Alice Kaplan sur les pamphlets de Céline, qui montre comment la presse d’extrême-droite a été une source d’inspiration décisive pour l’écriture de ceux-ci, ce qui relativise leur valeur littéraire.
Kaplan (Alice), Relevé des sources et citations dans « Bagatelles pour un massacre », Tusson, du Lérot, 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Chatelet, « Compte rendu de Sapiro (Gisèle), Les écrivains et la politique en France, de l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 23 février 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/7462

Haut de page

Auteur

Cécile Chatelet

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Haut de page