Navigation – Plan du site

La reconversion des écrivains catholiques après-guerre en Belgique francophone : le cas de l’hebdomadaire Vrai

Paul Aron

Résumé

L’hebdomadaire Vrai (1944-1949) caractérise un moment de la transformation du rôle et de la mission que se donnent certains auteurs catholiques belges après la guerre. Orientés vers l’action politique, ils lient efficacement leurs goûts littéraires avec la défense de convictions anticommunistes et patriotiques bien affirmées. Ce catholicisme de combat, qui s’appuie sur les réseaux de formation traditionnels, contribue à reformuler le rôle de l’écrivain. L’hésitation ancienne entre création romanesque et cohérence idéologique est remplacée par une littérature journalistique et essayistique dont le lien à l’actualité, présenté comme nécessaire, suspend le jugement esthétique. L’article s’attache surtout aux trois directeurs du journal (Georges-Henri Dumont, Jo Gérard et Georges Sion), ainsi qu’à Marie Gevers, qui y publie son reportage sur le Rwanda.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique b (...)

1En conclusion de sa thèse consacrée à la littérature catholique belge entre les deux guerres, Cécile Vanderpelen acte la disparition de l’écrivain catholique1. Cette disparition ne doit évidemment pas être entendue de manière littérale. Il y aura encore des écrivains croyants, et des catholiques qui écrivent en thématisant leur foi. Mais, sur le plan institutionnel, ce qui tend à disparaître est la tension entre deux mondes, chacun ayant ses propres codes et valeurs. Le fait que les écrivains catholiques cessent de devoir rendre compte de leur activité d’écrivains à une instance religieuse spécifique les libère d’un grand poids, même s’ils continuent de faire leur « examen de conscience ». Le constat est identique dans le cas français, et annonce également la situation québécoise des années 1960. Pourtant, comme on pouvait s’y attendre, cette mort entraîne également une résurrection. S’ils disparaissent en tant qu’identité collective, certains écrivains catholiques forment désormais des réseaux d’amitié et d’influence, pleinement inscrits dans le monde et aspirant à y intervenir. Le cas de l’hebdomadaire Vrai que je voudrais étudier ici caractérise un moment de cette transformation. Il correspond en effet à de nouvelles modalités de l’intervention publique des auteurs, et à un transfert repensé de leurs adhésions religieuses, littéraires et politiques.

Une revue catholique jeune et conservatrice

2Le contexte était favorable à cette évolution. Le monde catholique belge a toujours bénéficié d’une représentation politique. Mais, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le parti catholique entreprend une mue essentielle. Il souhaite s’ouvrir à de nouveaux électeurs, en devenant un parti comme les autres et non plus seulement un parti confessionnel, et un parti plus ouvert aux questions sociales. C’était aussi une manière d’intégrer le Mouvement ouvrier chrétien, et notamment sa composante syndicale, dont on pouvait craindre qu’il soit tenté par des rapprochements plus à gauche encore. En réaction à cette ouverture, une jeune droite catholique met en avant les priorités qu’elle entend défendre coûte que coûte. Elles sont au nombre de trois : une Belgique unie derrière le Roi et l’armée ; la défense de l’œuvre coloniale ; la place du monde catholique dans les structures de la société civile. Ces exigences sont cimentées par le lancement d’une véritable croisade anticommuniste, puis, une fois les ministres communistes écartés du gouvernement et le Parti social-chrétien (PSC) appelé aux affaires, par un soutien indéfectible au Palais et aux colonies.

  • 2 Jo Gérard raconte dans ses Mémoires les circonstances dans lesquelles ce grand patron lui signe un (...)

3La revue Vrai est lancée le 16 septembre 1944 sous la forme d’un hebdomadaire de grand format et sur papier journal. Elle publie des éditoriaux et des rubriques politiques tout en accordant une large place à la vie intellectuelle et culturelle (cinéma, théâtre, littérature et musique). La publicité y est discrète, et le rédactionnel l’emporte largement sur les illustrations ou les photographies. Elle est financée au départ par les 50 000 F. généreusement offerts par Jean-Baptiste Van Gysel, un des fondateurs de SARMA (Société Anonyme pour la Revente d’Articles de Masse), une chaîne de grands magasins fondée en 19282. On ignore les détails de son financement ultérieur, mais l’augmentation progressive de la surface rédactionnelle et l’absence d’appels pathétiques aux abonnés suggèrent qu’elle a pu équilibrer ses comptes.

4Le comité de rédaction de la revue reste stable pendant toute son existence. Il se compose de trois jeunes gens dont les trajectoires parallèles permettent précisément de tracer le profil d’un « nouvel écrivain catholique ». Il s’agit de :

5Jo Gérard (29 avril 1919 à Bruxelles – 15 janvier 2006). Après des études secondaires au collège Saint-Michel, il décrocha, en 1940, une licence en histoire à l’UCL où son maître à penser était Léon van der Essen. Son mémoire avait pour thème la presse sous Joseph II. Sa carrière ensuite est celle d’un journaliste et d’un historien s’adressant au grand public, à travers la presse (La Libre Belgique, Europe magazine) et la télévision.

  • 3 Voir la notice consacrée à Georges Sion sur le site de l’ARLLFB, et Gérard (Jo), « Georges Sion et (...)

6Georges Sion (15 décembre 1913 à Binche – 13 avril 2001). Il a fait ses études secondaires au collège Saint-Michel, et des études de droit aux Facultés Saint-Louis et à l’Université de Louvain. Il fonde en 1940 la revue Arc-en-Ciel pour soutenir le Centre d’accueil aux réfugiés, puis il est directeur littéraire des éditions Goemaere où il fait paraître des livres d’histoire glorifiant le passé national3. Auteur de théâtre, il est aussi critique dramatique au journal La Lanterne, critique littéraire au journal Le Soir, et enseigne l’histoire du théâtre aux conservatoires de Mons et de Bruxelles.

7Georges-Henri Dumont (14 septembre 1920 à Zotteghem – 6 avril 2013) est le plus jeune des trois amis et celui qui aura la carrière la plus importante. Il entame sa scolarité au Collège Sainte-Barbe, à Gand, et la poursuit au Collège Saint-Michel à Bruxelles, où sa famille s’est installée. Il entame des études supérieures aux Facultés Saint-Louis puis à l’Université de Louvain, où il a notamment pour professeur Léon van der Essen et pour compagnon Paul Warzée. En 1942, il est licencié en Philosophie et Lettres et en Histoire. Il fait son service militaire pendant les premières années de Vrai, puis est nommé conservateur aux Musées royaux des Beaux-Arts avant d’entamer une carrière politique en tant que chef de cabinet de plusieurs ministres psc. Il préside la commission du pacte scolaire. Il donne cours à l’ichec, une haute école commerciale, puis représente la Belgique au comité directeur de l’unesco. Son essai sur Marie de Bourgogne, en 1941, s’attache à l’histoire nationale. Il annonce une longue série d’ouvrages sur la Belgique dont l’auteur devient une sorte d’historien officiel, dans un esprit de vulgarisation bien informée.

8Comme on le voit, entre les trois hommes, les convergences sont nombreuses. Elles sont liées à un parcours scolaire qui leur fait fréquenter les meilleures écoles de la bourgeoisie francophone catholique, écoles de jésuites, les Facultés Saint-Louis, puis l’Université de Louvain. Cultivant l’élitisme, mais aussi le sens du devoir civique, ces écoles les ont parfaitement préparés à intervenir dans la vie sociale par les compétences rhétoriques qu’ils y ont acquises. Leur formation se traduit sous la forme d’une vocation initiale à écrire de la littérature. Sion s’engage très jeune dans l’écriture théâtrale à laquelle il doit une reconnaissance précoce. Il commence sa carrière d’auteur et d’adaptateur avec La Matrone d’Éphèse, montée en 1943 par Claude Étienne, sur une musique de Jacques Stehman. Cette création inaugure le Rideau de Bruxelles. Dumont compte à son actif un recueil de poèmes, La Voie rédemptrice, qui frappe par la violence de son expression. Ce sera sa seule incursion dans ce domaine, quoiqu’il ne dédaigne pas le lyrisme, auquel il consacre un essai d’une centaine de pages en 1943, À corps perdu, publié simultanément à Bruxelles et à Paris, qui s’attache à la poésie de l’entre-deux-guerres. L’un et l’autre seront académiciens à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. Sion y entre en 1962 ; il en sera le secrétaire perpétuel de 1972 à 1988. Dumont y est élu la même année 1988. De leur côté, Dumont et Gérard partagent une activité d’historiens médiatisés, principalement centrée sur l’Ancien Régime pour le premier, sur la période léopoldienne pour le second, mais largement convergente dans leur intérêt commun pour l’histoire contemporaine du pays. Tous les trois sont brillants, sûrs d’eux-mêmes, cultivés, et prêts à s’engager pour défendre leurs convictions. Ils ne mettent pas en évidence leur foi ou leurs doutes religieux, mais ils occupent sans hésiter leur place dans le « pilier » catholique, une place qui, à l’époque de Vrai, se donne pour conservatrice, cultivée et combattive.

9Autour de ce trio dirigeant, Vrai réunit une série de collaborateurs de qualité. La liste apparaît dès la première livraison : Romain Sanvic, Carlo Bronne, chanoine Jacques Leclercq, René Micha, Étienne de Greeff, Marie Delcourt, Alexis Curvers, Adrien Jans, Roger Stengel, Paul-Louis Marsick, Paul Fierens, Adrien Timmermans, Charles L. Stassin, Philippe de Soignies, S.J., Pierre Nothomb, Charles du Bus de Warnaffe, Gérard de Landthseere, Luc Hommel, Jean-Marie De Buck, SJ, Jeanne Cappe, Reginald Hemeleers, Freddy van den Bergh, Raoul Crabbé, Fernand Desonay, Georges Christophe, François Dejemeppe, Xavier Snoeck, Jean Loslever, O.P., Yves Schmitz de Terweest, Jean de Beucken. Des contributions occasionnelles seront également proposées à d’autres auteurs comme Marie Gevers ou Charles d’Ydewalle. Il y a là des journalistes professionnels (Gérard de Landthseere), des notables intéressés par un domaine culturel (comme le chroniqueur théâtral Romain Sanvic), des écrivains hommes politiques (Nothomb), des enseignants universitaires (Jacques Leclercq, de Greeff, Desonay), etc. Peu d’inconnus au total, la plupart de ces personnalités ont laissé une trace dans l’histoire de leur temps. Tous n’affichent pas leur catholicisme, mais la plupart ont des trajectoires homologues à celles des trois directeurs, autant en termes de génération que de formation scolaire.

10Examinons à présent le contenu rédactionnel dans son ensemble. Le politique prédomine. Le premier éditorial inscrit le journal dans un courant patriotique, mais délié de toute sujétion avec les organisations de la résistance :

Vrai est rédigé par un groupe d’écrivains et de publicistes belges qui ont lutté pendant quatre ans pour affirmer la grandeur de leur patrie […] Ils ont lutté par tous les moyens qui s’offraient aux âmes bien nées […] Sans délai, nous reprenons — librement ! — notre combat pour notre culture et notre civilisation. (Vrai, 16 décembre 1944)

  • 4 La revue ne précise pas le nom de ce collaborateur. Mais son parcours d’intellectuel et de journali (...)

11On appréciera l’allusion aux « âmes bien nées », qui reviendra comme une antienne. Mais le message est clair : il s’agit de gérer l’après-guerre, sans se sentir gêné par les alliances nouées contre l’occupant. Vrai se place ainsi d’emblée dans une lutte contre l’épuration lorsqu’elle touche des proches ou des intellectuels de droite, ce que Jo Gérard explique dans son éditorial du 30 septembre 1944 : « Que nos partisans traquent la 5e colonne, dont les insolences et les meurtres exaspèrent les Belges bien nés, parfait et bravo ! Mais qu’ils entrent revolver à la ceinture et mitraillette au poing dans notre vie politique future, c’est autre chose. » Le danger vient des communistes, pas des anciens collaborateurs. Ainsi le portrait tout en nuance que Jean Wolf trace d’un incivique4 tend à conclure à l’urgence de pardonner quelques errements. La crainte de voir un gouvernement à participation communiste gérer l’épuration lui paraît un bien plus grand danger car « l’appareil administratif et policier, si l’on n’y prend garde, deviendra un redoutable adjuvant, inspiré du pire esprit totalitaire, entre les mains d’un gouvernement à tout le moins douteux » (6 octobre 1945). La campagne se prolonge le 20 octobre avec un article intitulé « L’incivisme est à gauche ». Cette compréhension s’étend aussi à l’Espagne franquiste, dont le reportage de Solange Degrave, « Quinze jours en Espagne », entérine le retour à une situation « normale » (20 avril 1946).

  • 5 On ne dispose pas d’une analyse d’ensemble des « chapelles » politico-littéraires du pilier catholi (...)

12La fin de la publication de Vrai, en juillet 1949, coïncide avec la formation du gouvernement Eyskens, qui marque l’exclusion des socialistes au profit d’une union entre le parti libéral et le psc. L’idéologie personnaliste qui avait servi de ciment à ce parti lors de sa fondation en 1945, et qui l’incitait à chercher une « troisième voie » entre socialisme et libéralisme, se plie désormais à la réalité des alliances politiques. En choisissant de s’orienter nettement à droite, le psc indique que le programme de l’hebdomadaire a été réalisé. Nombre de ses collaborateurs occuperont ensuite des postes en vue dans le pays5.

Du politique au littéraire (et retour)

13Nulle ambiguïté donc : Vrai est un journal engagé, qui se proclame tel, et qui souhaite influencer la représentation politique du catholicisme dans un sens conservateur, anticommuniste et nationaliste. Quelle est donc son attitude dans le domaine littéraire ?

14En premier lieu, les rédacteurs affichent leur rejet de la littérature d’actualité et d’opinion. Ainsi, en critiquant Ici Londres de Simone Berson [pseudonyme de Simone Becher, 1894-1975], des nouvelles évoquant la vie des Belges à Londres, rédigées par une auteure d’origine juive qui ne cache pas ses sympathies libérales et que publie la Renaissance du livre, maison dirigée par Gustave Charlier, professeur à l’Université libre de Bruxelles, Georges Sion se félicite de l’absence de littérature de guerre en Belgique : « Cette affreuse circonstance de l’Histoire donne toujours, à chaud, une littérature de circonstance » (16 décembre 1944, p. 3) : le réalisme et le rapport au réel semblent toujours suspects. Au moment où l’existentialisme (également rejeté sauf en sa composante chrétienne) semble imposer la légitimité de l’engagement littéraire, Vrai récuse absolument cette hypothèse. Ici encore, c’est le plus littéraire des trois rédacteurs principaux qui exprime les opinions les plus tranchées sur le sujet, dans un grand article intitulé « Livres d’aujourd’hui, ou contre la Littérature d’engagement » :

La littérature est malade d’engagement. […] Les écrivains se croient obligés — par qui ? À la politique, à la sociologie, à la philosophie ou aux testaments spirituels. Le malheur, c’est qu’ils abandonnent la littérature. À l’arbre des lettres, on ne cueille plus ces beaux fruits, dorés et chauds, des choses inventées. Il ne pend plus que des essais en trois cents pages. 

Avant l’existentialisme, c’était la Résistance, et sa « littérature » aux trois-quarts mauvaise. Engagés un moment dans la lutte pour la liberté, les écrivains acceptaient mal qu’on les démobilisât sans indemnité de succès. Et pour les plus sincères, ils n’arrivaient pas à se déprendre d’une psychose essentiellement temporaire. Il a fallu que le public prît, si l’on peut dire l’initiative de ne plus les lire pour qu’ils comprissent qu’on n’en voulait plus. (Vrai, 1er juin 1946)

15Le cas de Mauriac pose évidemment problème à l’auteur de ces lignes. Pleinement engagé et ne cachant pas ses sympathies gaullistes, le plus grand écrivain catholique contemporain doit-il être compris dans cette condamnation de l’engagement ? En l’occurrence, le jugement se fait nuancé : « Il a estimé que ses responsabilités l’obligeaient à lutter dans l’arène des pensées. Il a quitté en même temps l’arène littéraire. […] Mauriac sert un idéal à la fois : ce n’est pas un agent double. » Cette position de principe semble donc récuser toute forme de confusion des plans. L’écrivain se préoccupe uniquement d’art, de beauté ou de grandes idées ; les préoccupations temporelles doivent demeurer à l’extérieur de ce que l’on appelle encore volontiers dans ces milieux « le Bois sacré », le monde de l’art. Il est donc permis de supposer que la distinction s’applique non seulement à la production des auteurs, mais aussi aux critères du jugement esthétique. Pourtant, comme l’a montré le cas de Berson, l’art pour l’art s’arrête souvent où commence le désaccord idéologique.

16Tous les auteurs de gauche étaient-ils donc proscrits ? Il faut être plus nuancé. Sous la plume de Benoit Braun, Vrai peut apprécier Zdravko le cheval de Charles-Louis Paron, écrivain communiste, mais publié chez Gallimard et dont les convictions politiques étaient sans doute ignorées à l’époque (Vrai, 26 mai 1945). L’hebdomadaire publie aussi de bonnes pages de Sartre.

17Quantitativement toutefois, les auteurs catholiques proches du comité de rédaction bénéficient du traitement le plus favorable. Dans ce cas, l’objection de principe sur la littérature de circonstance est levée. Il suffit de comparer le cas Berson cité plus haut avec l’accueil élogieux du roman-fleuve Les Elie-Beaucourt, signé Henri-Créange (Pierre Nothomb), qui transpose en saga fantasmée les engagements idéologiques de la famille Nothomb (19 septembre 1945). Non moins typique est la nouvelle de Carlo de Mey, « Le miracle » (28 mars 1947), véritable nouvelle catholique, témoignant des difficultés de l’apostolat et des scrupules d’âme d’un curé de campagne.

18Moreldieu de Franz Hellens pose un problème intéressant. Il s’agit de l’introspection d’un personnage préoccupé par Dieu, mais à la manière d’un daïmon tentateur et mauvais. Sous la plume d’un écrivain connu comme laïc, l’analyse psychologique de ce personnage semble précisément occuper le terrain du roman catholique, sans toutefois laisser la moindre place à une résipiscence finale. Ce roman sur le péché publié par un des rares écrivains belges dont le talent fait l’unanimité dans son pays ne pouvait que susciter la plus extrême méfiance idéologique, alors que les compétences professionnelles de l’auteur ne pouvaient être mises en doute. D’où la réaction contournée de Sion (28 septembre 1946) : « Le talent de Franz Hellens n’est pas en cause dans la réprobation que commande un tel livre. Ou plutôt si : je ne me résous pas à innocenter un écrivain qui donne des signes parmi les plus éclatants de son talent dans une œuvre pareille. Car le scandale, ici, n’est même pas médiocre… » On touche ici très clairement aux limites que peut accepter la critique de Vrai : elle affiche une certaine diversité, publie des récits de Thomas Owen ou s’ouvre à de nombreux auteurs modernes non catholiques, mais le discours sur Dieu demeure un terrain sensible qui justifie le glissement subreptice de l’esthétique vers l’idéologique.

Une dimension méconnue de l’engagement catholique : le domaine colonial

  • 6 Vantemsche (Guy), La Belgique et le Congo. L’impact de la colonie sur la métropole, Bruxelles, Le C (...)

19En 1945, l’article 73 de la charte des Nations-Unies reconnaît « la primauté des intérêts des habitants » des colonies sur les intérêts des colonisateurs. Comme l’a bien montré l’historien Guy Vantemsche cette disposition suscite de vives réactions en Belgique6. Les gouvernements belges estiment qu’il faut se défendre de l’immixtion tant des États-Unis que de l’ONU dans la politique coloniale de la Belgique. Le parti catholique en particulier, était en pointe sur ce dossier. Une série de textes de propagande tentent donc d’expliquer à l’opinion publique que les Belges font tout ce qui est possible, au Congo et au Rwanda, pour développer ces pays dans l’intérêt même de leurs habitants.

20Partisan inconditionnel du Congo belge qui assure au pays une place reconnue parmi les nations occidentales (l’uranium de la bombe atomique américaine est issu des mines congolaises), Vrai ne manque pas une occasion de célébrer la gestion nationale des colonies. Outre les articles de fond, il privilégie aussi les reportages d’écrivains et de journalistes qui peuvent ajouter l’authenticité des « choses vues » à la propagande. Le premier est de la plume de l’écrivain liégeois Paul Dresse de Lébioles (1901-1987), poète et auteur d’essais sur Léon Daudet ou Charles Maurras. En tant que romancier, il publie de 1956 à 1965 Chronique de la tradition perdue, vaste chronique familiale mettant en scène la famille de l’auteur et ses proches qui ont façonné le monde industriel et culturel liégeois. Animateur des Cahiers mosans, proche du groupe de La Jeunesse nouvelle, il appartenait précisément à la génération des Jeunes catholiques radicaux qui précédait celle des directeurs de Vrai. Il avait déjà publié en 1940 Le Ruanda d’aujourd’hui. Son reportage « Ruanda, création belge » (6 avril 1946) est un panégyrique sans nuance de l’action des Belges au Ruanda, l’ancienne colonie allemande dont la gestion avait été confiée aux Belges après la Grande Guerre.

  • 7 La Libre Belgique, 9 août 1948, p. 1.

21En août 1948, l’administration belge du Ruanda-Urundi suscite précisément les critiques du Conseil de tutelle de l’ONU. La Libre Belgique, principal quotidien catholique, réagit immédiatement. Elle explique que l’Allemagne n’avait rien fait pour ses colonisés, et que pour la Belgique : « La tâche à accomplir était et reste encore énorme : éduquer le peuple, lui apprendre les principes de la morale chrétienne, tracer des routes, développer économiquement le pays… »7 Alors que le conseil de tutelle regrette qu’« aucun progrès n’a été réalisé dans le but de faire comprendre aux indigènes ce qu’est la démocratie et comment on l’applique », la Libre souligne le développement économique, médical et scolaire du pays.

  • 8 « La Belgique ne se laissera pas injurier par l’onu », Vrai, 8 août 1948. J’ai proposé une analyse (...)
  • 9 Notamment : 15, 22 et 29 août 1948, 5 et 12 septembre 1948, puis 31 octobre 1948 : « La source du N (...)

22Vrai va dans le même sens8. Le 15 août 1948, l’hebdomadaire commence la publication d’une série de lettres ouvertes à Georges Sion sous le titre général : « Marie Gevers nous écrit du Ruanda » ; ces lettres seront ensuite revues pour la publication de l’essai intitulé Des mille collines au pays des volcans (Paris, Plon, 1952)9.

  • 10 Par exemple : « Nous avons mis deux mille ans pour comprendre que la bonté existe... Oh! on l’exerc (...)
  • 11 Le mot est celui qu’utilise Emile Gevers-Orban dans une lettre à son neveu Paul Willems, Liège, 16  (...)

23Les grands axes argumentatifs de ces chroniques tournent autour de trois thèmes principaux. Il s’agit de valoriser le travail exemplaire des missions et des missionnaires, ensuite celui de la force publique et des administrateurs belges (ex. pp. 95, 107). Par les procédés classiques du reportage à la première personne, garante d’authenticité, la narratrice rapporte un certain nombre d’anecdotes toujours très concrètes qui illustrent la bonne volonté des colons. Le dévouement d’un médecin de brousse ou la compétence d’un ingénieur sont mis en évidence. Pourtant, reconnaît l’auteure, la colonisation reste difficile, les complexités du terrain et de la rencontre entre les races et les cultures posent problème. Elle rappelle alors, en guise d’excuse, la brièveté de l’expérience coloniale : il faut donner du temps au temps et faire confiance dans la bonne volonté des uns et des autres (ex. pp. 66, 90-130)10. Ces réserves admises, conclut Marie Gevers, le bilan de la colonisation apparaît comme « globalement positif ». Les articles de Marie Gevers sont d’ailleurs nourris par les articles de La Libre Belgique qu’Émile Gevers-Orban (le frère de Marie) envoie régulièrement à sa sœur pour qu’elle puisse y faire allusion « dans son reportage11 ».

  • 12 Bruxelles, Goemaere, 1953.

24Pour sa part, Georges Sion prépare ce qui deviendra son Voyage aux quatre coins du Congo (1949-1952)12 et Georges-Henri Dumont fera l’histoire de ces années dans : Le Congo du régime colonial à l’indépendance, 1955-1960, La Table Ronde belgo-congolaise (janvier-février 1960) (Paris, Éditions universitaires, 1961).

25Ces essais et reportages constituent le versant le plus militant des textes produits par les auteurs de Vrai. Ils permettent de saisir au plus près la question de l’engagement et la solution originale qui lui est donnée.

  • 13 Voir notamment Boucharenc (Myriam) (sous la direction de.), L’Écrivain-reporter au cœur des années (...)

26Après s’être prononcés contre une littérature engagée, avec les nuances que nous avons vues, les auteurs de Vrai sont-ils en contradiction avec eux-mêmes lorsqu’ils produisent des textes aussi manifestement orientés par leur idéologie procoloniale ? Dans leur esprit, sans doute pas. En effet, s’il est largement admis de nos jours que le grand reportage rédigé par des écrivains appartient de plein droit à leur œuvre13, il est non moins certain que des auteurs attachés aux formes traditionnelles de l’expression littéraire pouvaient à bon droit les rabattre au rang du simple journalisme. Ils considéraient donc, de manière cohérente, qu’un écrivain faisant du journalisme engagé conservait intacte la distinction entre son œuvre proprement littéraire et la littérature de circonstance.

Conclusions

27Cette brève enquête dans l’un des meilleurs périodiques de la jeune droite catholique belge permet de formuler plusieurs conclusions.

28La première est liée aux choix de carrière des auteurs concernés. Nous avons vu qu’un des deux poètes a privilégié le genre historique, dans lequel, spontanément, s’est investi le troisième rédacteur de Vrai. Ce choix peut s’expliquer au-delà des déterminations individuelles. Il est clairement lié au statut même de l’écrivain dans le pays, statut le condamnant à une marginalité insupportable pour nos trois ambitieux, et inévitablement liée, par eux-mêmes comme par leur milieu, à une comparaison implicitement dévalorisante à l’égard des confrères français. Seul le théâtre permettait de rejoindre le public local, et c’est le genre qu’a choisi Georges Sion. Quant aux deux autres, ils ont certainement médité la réflexion de leur ami, parue dans un article sur les auteurs belges :

Nous lisons plus facilement nos historiens que nos romanciers. Je n’oserais assurer que ce soit par prédilection pour l’histoire ; je pense plutôt que notre principe de la « préférence pour l’étranger » se heurte ici à l’absence de l’étranger. Qui parle de notre passé, à part nos historiens ? Alors il faut bien passer par eux. Nous sommes implacables. (Georges Sion, « Soit dit en passant. Des auteurs belges », Vrai, 21 décembre 1947).

29De ce point de vue, le choix du genre historique apparaît comme un choix judicieux pour l’écrivain catholique désireux d’occuper le terrain médiatique. Il s’agit d’un transfert de sa compétence littéraire vers une compétence essayistique ou historienne.

  • 14 Voir par exemple Gérard (Jo), « Henri Davignon raconte », 19 octobre 1947.
  • 15 Depuis les premières livraisons, le journal contient une chronique très régulière de Jeanne Cappe, (...)

30Cette notion de terrain conduit à une seconde conclusion, portant sur le transfert de l’engagement textuel vers l’engagement réticulaire. Il est en effet frappant de constater que, malgré son ouverture à des auteurs extérieurs, Vrai consacre beaucoup de place à critiquer positivement les personnalités qui lui sont proches, voire à encenser l’un ou l’autre des rédacteurs principaux14. Les différentes rubriques, qui vont de la politique au cinéma comme à la littérature de jeunesse15 permettent au journal de couvrir presque tous les domaines de la vie sociale et culturelle. Ce que l’on sait des activités publiques des trois fondateurs par la suite confirme cette analyse : vulgarisation historique et journalisme pour Gérard, vulgarisation de niveau supérieur pour Dumont, qui occupe aussi de hautes fonctions de chef de cabinet de plusieurs ministres catholiques ; théâtre, académie, enseignement, radio pour Sion. Ces activités impliquent aussi un réseau d’amitiés, de correspondants et de solidarités où s’exprime sans doute le plus profondément l’engagement du trio (qui ne restera pourtant pas uni jusqu’à la fin, en raison des déclarations de plus en plus outrancières d’un Jo Gérard, obsessionnellement anticommuniste). Ce réseau n’est pas toujours aisé à décrire, puisque discret par nature. On le voit pourtant à l’œuvre dans les élections à l’Académie royale de langue et de littérature françaises. Henri Davignon, reçu par Georges Virrès en février 1933, accueille Luc Hommel en décembre 1950 pour succéder à Firmin van den Bosch, qu’il avait accueilli en 1937 ; Georges Sion rend hommage à Luc Hommel en 1962 et à Davignon en 1964. Fernand Desonay, le mari de Jeanne Cappe, y entre en 1950. Devenu secrétaire perpétuel de l’institution, c’est Sion qui accueille son ami Dumont élu le 13 février 1988. Leurs discours évoquent la longue amitié qui les lie ; dans la salle, explique Sion, Jo Gérard assiste naturellement au déroulé du rituel académique.

31Le cercle fermé du recrutement correspond à une connivence politico-littéraire qui sera plus ou moins avouée dans les propos publics. Le discours de Carton de Wiart adressé à Nothomb me paraît être un modèle de dialectique :

Or, Monsieur, vous n’êtes pas seulement, en poésie comme en prose, un des meilleurs écrivains de votre génération, vous êtes aussi un homme politique et, comme tel, un homme discuté, car tout homme politique est, par définition, un champ de bataille [...] Mais ici nous ne sommes pas sur le Forum. Nous sommes au cœur du Bois sacré [...] parlant au nom de nos confrères ès Lettres françaises, je dois donc me garder d’ouvrir ou d’entrebâiller la porte aux souffles fiévreux du dehors. Quelle que soit ma vigilance, y parviendrai-je ?

Lorsque, dans un même individu, le poète et l’homme public sont unis comme l’étaient les frères siamois, que le même sang, le même idéal, les mêmes visions animent à la fois leur œuvre littéraire et leur action politique, l’opinion commune les dissocie mal l’un de l’autre [...] (BARLLF, xxiv, n° 3, déc. 1946, pp. 162-163).

32On ne saurait mieux dire : l’écrivain catholique ne se reconnaît plus à des choix purement textuels qui pourraient le mettre en tension avec les codes mêmes de la littérature, mais à une attitude générale, liant sans solution de continuité les différents aspects de son activité publique et privée, littéraire et sociétale.

33Le renouveau de l’écrivain catholique porté par la revue Vrai se fonde donc à la fois sur une position de principe et une stratégie d’occupation de terrain. La position de principe affirme la dissociation des plans. L’écrivain catholique ne doit pas porter ses convictions dans son œuvre, mais il lui est permis, et il est même souhaité, qu’il voue ses compétences professionnelles au service des causes jugées urgentes, comme la lutte anticommuniste ou la défense de la colonie belge. Dans ce dernier cas, le genre du reportage lui permet d’enfreindre la séparation de principe qu’il affiche, parce que le statut littéraire du reportage demeure ambivalent. Par ailleurs, c’est l’écriture littéraire elle-même qui n’apparaît plus comme le lieu d’un investissement privilégié. L’activité publique de l’historien leur semble d’un meilleur rendement pour porter haut et fort leur vision du monde. Enfin, de manière plus discrète, mais sans doute aussi efficace, un réseau de solidarité lie les rédacteurs de Vrai, qui se soutiendront les uns les autres pour occuper des fonctions dirigeantes dans l’espace public et les postes symboliques dans l’espace culturel et médiatique. Décidément, on le voit, l’écrivain catholique n’est pas mort. Il a muté. Il ne prétend plus parler au nom de l’Église, mais il porte haut sa foi et le souci de ceux qui partagent ses valeurs au sein même des institutions de la vie sociale.

Haut de page

Bibliographie

Aron (Paul), « The Mille collines of Marie Gevers : From Reportage to Literary Text », Literary Journalism Studies, Vol. 8, No. 2, Fall 2016, pp. 24-37.

Carton de Wiart (Henry), « Discours de M. le comte Carton de Wiart », Bulletin de l’Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique, xxiv, n° 3, déc. 1946, p. 161-180.

Boucharenc (Myriam) (dir.), L’Écrivain-reporter au cœur des années trente, Lille, Presses Univ. Septentrion, 2004.

Dresse (Paul), Chronique de la tradition perdue, 5 volumes, Paris/Bruxelles, Scorpion/de Méyère, 1956-1965.

Dresse (Paul), Le Ruanda aujourd’hui, Bruxelles, Charles Dessart, 1940.

Dumont (Georges-Henri), La voie rédemptrice, poèmes, Bruxelles, Les Écrits, 1941.

Dumont (Georges-Henri), À corps perdu, essai, Paris/Bruxelles, Éditions universitaires, 1943.

Dumont (Georges-Henri), Le Congo du régime colonial à l’indépendance, 1955-1960, La Table Ronde belgo-congolaise (janvier-février 1960), Paris, Éditions universitaires, 1961.

Dumont (Georges-Henri) et Van der Essen (Léon), Marie de Bourgogne, Bruxelles, Charles Dessart, 1941.

Gérard (Jo), Jo Gérard raconte ses mémoires, Braine-l’Alleud, J.-M. Collet, 1995.

Gérard (Jo), « Georges Sion et la Matrone… couronnée », Vrai, 29 décembre 1945.

Gérard (Jo), « Henri Davignon raconte », Vrai, 19 octobre 1947.

Gevers (Marie), Des mille collines au pays des volcans, Paris, Plon, 1952.

Hellens (Franz), Moreldieu, Paris, Albin Michel, 1946.

Nothomb (Pierre) (alias Henri Créang), Les Élie-Beaucout, Bruxelles, Le Rond Point, 1944.

Paron (Charles-Louis), Zdravko le cheval, Paris, Gallimard, 1944.

Sion (Georges), Voyage aux quatre coins du Congo (1949-1952), Bruxelles, Goemaere, 1953.

Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Éditions Complexe-ceges, 2004.

Vantemsche (Guy), La Belgique et le Congo. L’impact de la colonie sur la métropole, Bruxelles, Le Cri-Histoire, 2010.

Zelis (Guy), « Jeanne Cappe (1895-1956), une intellectuelle au pays de l’enfance », dans : Pirotte (Jean) et Zélis (Guy) (éd.), en collaboration avec Groessens (Baudouin) et Scaillet (Thierry), Pour une histoire du monde catholique au xxe siècle, Louvain-la-Neuve, Église-Wallonie, 2003, pp. 117-132.

Haut de page

Notes

1 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Éditions Complexe-ceges, 2004. L’ouvrage décrit bien la situation antérieure ; je n’y reviendrai donc pas.

2 Jo Gérard raconte dans ses Mémoires les circonstances dans lesquelles ce grand patron lui signe un chèque (Gérard (Jo), Jo Gérard raconte ses mémoires, Braine-l’Alleud, J.-M. Collet, 1995, p. 8 et suiv.)

3 Voir la notice consacrée à Georges Sion sur le site de l’ARLLFB, et Gérard (Jo), « Georges Sion et la Matrone… couronnée », Vrai, 29 décembre 1945.

4 La revue ne précise pas le nom de ce collaborateur. Mais son parcours d’intellectuel et de journaliste rendant compte, sous l’occupation, de la vie culturelle dans des journaux collaborationnistes, correspond, me semble-t-il, à celui de Paul Werrie, le célèbre critique du Nouveau journal.

5 On ne dispose pas d’une analyse d’ensemble des « chapelles » politico-littéraires du pilier catholique d’après-guerre. Il serait évidemment passionnant de suivre comment les évolutions du monde catholique, pris entre les logiques de gestion du pouvoir politique local et les orientations du monde religieux pré- et postconciliaire, ont pu influencer les positions critiques et littéraires issues de ce milieu.

6 Vantemsche (Guy), La Belgique et le Congo. L’impact de la colonie sur la métropole, Bruxelles, Le Cri-Histoire, 2010, pp. 183-186.

7 La Libre Belgique, 9 août 1948, p. 1.

8 « La Belgique ne se laissera pas injurier par l’onu », Vrai, 8 août 1948. J’ai proposé une analyse du travail journalistique de Marie Gevers dans : Aron (Paul), « The Mille collines of Marie Gevers : From Reportage to Literary Text », Literary Journalism Studies, Vol. 8, No. 2, Fall 2016, pp. 24-37.

9 Notamment : 15, 22 et 29 août 1948, 5 et 12 septembre 1948, puis 31 octobre 1948 : « La source du Nil » ; 7 novembre 1948 : « Les belles histoires du Ruanda » ; 14 novembre : « Montée vers une chefferie » ; 28 novembre : « Huttes de luxe » ; 26 décembre : « En tournée dans les collines ».

10 Par exemple : « Nous avons mis deux mille ans pour comprendre que la bonté existe... Oh! on l’exerce rarement, mais, enfin, chacun sait pourtant qu’elle existe... Et vous voudriez voir combler en trente ans le fossé qui nous sépare des habitants du Ruanda ? » (p. 90)

11 Le mot est celui qu’utilise Emile Gevers-Orban dans une lettre à son neveu Paul Willems, Liège, 16 août 1948 (aml, FS557/96/4).

12 Bruxelles, Goemaere, 1953.

13 Voir notamment Boucharenc (Myriam) (sous la direction de.), L’Écrivain-reporter au cœur des années trente, Lille, Presses Universitaires Septentrion, 2004.

14 Voir par exemple Gérard (Jo), « Henri Davignon raconte », 19 octobre 1947.

15 Depuis les premières livraisons, le journal contient une chronique très régulière de Jeanne Cappe, qui ne semble pas avoir été mentionnée dans les collaborations de cette journaliste universitaire spécialiste de la littérature pour la jeunesse. (voir Zelis (Guy), « Jeanne Cappe (1895-1956), une intellectuelle au pays de l’enfance », dans : Pirotte (Jean) et Zélis (Guy) (éd.), en collaboration avec Groessens (Baudouin) et Scaillet (Thierry), Pour une histoire du monde catholique au xxe siècle. Louvain-la-Neuve, Église-Wallonie, 2003, pp. 117-132).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Aron, « La reconversion des écrivains catholiques après-guerre en Belgique francophone : le cas de l’hebdomadaire Vrai », COnTEXTES [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 avril 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/7542 ; DOI : 10.4000/contextes.7542

Haut de page