Navigation – Plan du site

« J’ai toujours été une petite fille sage ».

Sens du placement et réception de Marie Noël (1883-1967)
Cécile Vanderpelen-Diagre

Résumé

L’écrivaine Marie Noël est l’une des auteures catholiques les plus incontournables de l’après Deuxième Guerre mondiale. Elle est présente dans toutes les anthologies et les manuels littéraires, qu’ils soient catholiques ou non. Cette pérennité s’explique par un très bon sens du placement, qui contraste avec l’habitus de la provinciale ignorante de la chose littéraire qu’elle a travaillé à imposer. Issue d’une famille de la haute fonction publique, Marie Noël a su mobiliser les réseaux scolaires. Parallèlement, elle a bénéficié des réseaux catholiques qui ont pu exploiter une œuvre multiforme, supposée aussi efficace pour la conversion que pour l’exploration de la foi.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Louis (Robert), « Noël Marie Rouget dite Marie - (1883-1967) », dans Encyclopædia Universalis [en l (...)
  • 2 Mauriac dans Les mémoires intérieurs : « Elle est de ces poètes comme il n’en existe presque plus c (...)
  • 3 Serry (Hervé), Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004.
  • 4 Le 30 mars 2017, l’Assemblée plénière de la Conférence épiscopale française a demandé au dicastère (...)
  • 5 Notamment : Preta-De-Beaufort (Aude), « Marie Noël », dans Dictionnaire de la poésie de Baudelaire (...)

1Comment expliquer que subsiste dans la mémoire collective des intellectuels catholiques, comme dans le patrimoine littéraire français l’œuvre d’une « petite provinciale, sans relations littéraires, [qui] publiait sous un pseudonyme aux remugles de sacristie des recueils aux titres dévots1 » ? Marie Noël est présente, depuis les années 1930 au moins, dans pratiquement tous les dictionnaires des auteurs, les histoires de la littérature, les anthologies et les manuels scolaires français. Cependant, son œuvre n’est pratiquement plus publiée ; elle ne fait pas partie des auteurs incontournables pour le grand public, fût-il lettré. Parmi ses pairs, elle a pu bénéficier d’un succès d’estime, voire d’une vraie reconnaissance, que l’on pense à Montherlant ou Mauriac2. Mais c’est surtout dans le monde catholique que sa mémoire est entretenue. De la sorte, il semblerait que, par une sorte d’effet de capillarité, la reconnaissance très forte dans le « sous-champ littéraire catholique3 » se répande dans l’intégralité du champ littéraire. C’est cet effet de capillarité que je voudrais ici examiner. L’hypothèse que je pose est qu’il s’explique, outre par une œuvre littéraire d’une richesse incontestable, en grande partie, par un sens du placement très habile tant de la part de Marie Noël que de son entourage et, depuis son décès en 1967, de ses ayants droit. Ce sens du placement se manifeste dans trois directions : des parrains efficaces dans les sphères autour de l’Académie ; la littérature féminine et le monde catholique. Les investissements sociaux correctement consentis dans ces sphères ont permis à une femme à la vie a priori « sans histoire » d’être, cinquante ans après sa mort, à la fois candidate à une béatification romaine4, et écrivaine ayant sa place dans les histoires de la poésie française5.

Une vie sans histoire

  • 6 de Diesbach (Ghislain), L’abbé Mugnier : le confesseur du tout-Paris, Paris, Perrin, 2003.
  • 7 On trouvera une biographie détaillée dans : Escholier (Raymond), Marie Noël. La Neige qui brûle [19 (...)
  • 8 Baude (Jeanne-Marie), « Actualité de Marie Noël », Études, février 2014-2, pp. 77‑86.

2Marie Rouget, Marie Noël en lettres, est née en 1883 à Auxerre, qu’elle n’a jamais quitté jusqu’à sa mort en 1967. Née dans une famille de la bourgeoisie cultivée et fortunée (en biens immobiliers et en vignobles), elle n’a fréquenté le lycée que pendant les dernières années de sa scolarité, en raison d’une santé très fragile. Sa formation intellectuelle a été assurée par son père, agrégé de philosophie et professeur d’histoire de l’art au lycée d’Auxerre. Sa mère et sa grand-mère se chargent de son éducation religieuse et artistique (Marie Noël est très bonne musicienne). Comme toute femme catholique célibataire de son milieu, elle consacre sa vie au soin de ses proches, aux œuvres caritatives de la paroisse et, après le décès de ses parents, à l’entretien du patrimoine immobilier de la famille. Une dépression nerveuse la mène en 1920 dans une maison de santé. Son psychiatre, le docteur Page, qui a découvert ses talents de poète, la recommande auprès de l’éditeur Sansot. Un premier recueil, Les Chansons et les Heures, paraît en 1920 à compte d’auteur. Le célèbre abbé Mugnier (1853-1944), confesseur du Paris mondain et artistique6 la « découvre » dès 1921 et devient son confident autant que son mentor ; il l’incite à écrire, à se délester des tâches ménagères et à ne pas trop craindre d’exposer les tourments de sa foi. Les deux recueils Le Rosaire des joies (1929) et les Chants de la Merci (1930) témoignent de cette évolution vers une mise à nu de la croyance7. Une étape supplémentaire est franchie dans les œuvres de l’après-guerre avec les Chants et psaumes d’automne, dans lesquels elle « ose faire entendre pleinement sa voix propre » comme l’écrit l’une de ses biographes récentes8. En 1959, elle publie ses Notes intimes, sorte de patchwork dans lequel elle a rassemblé ses souvenirs et pensées les plus intimes, les plus douloureuses souvent, depuis plus de vingt ans. Peu avant de mourir, son œuvre est récompensée par de nombreux prix, les plus importants étant le Grand prix de la Société des Gens de Lettres (1962), le Grand prix de poésie de l’Académie française (1962) et le Grand prix de la Poésie de la Ville de Paris (1964). En outre, en 1960, le Général de Gaulle lui décerne la Croix d’officier de la Légion d’honneur. L’un des aspects de sa visibilité posthume repose sur l’activité des sociétés culturelles et savantes bourguignonnes, qui gardent précieusement ses archives ainsi que l’Association des Amis de Marie Noël qui édite un Cahier depuis 1969.

Les parrains tutélaires

3Contrairement à ce que laisse penser l’image de l’écrivaine coupée du monde qu’elle a entretenue, Marie Rouget n’est pas si dépourvue de réseaux sociaux mobilisables. Par son père, elle peut toucher le milieu des notables scolaires. Son parrain d’abord, l’inspecteur d’académie Raphaël Périé (1848-1925), poète et auteur d’ouvrages scolaires. C’est vraisemblablement par son entremise qu’elle trouve appui auprès d’Ernest Dupuy (1849-1918), inspecteur-général de l’Instruction publique depuis 1895, qui présente quelques poèmes d’elle à la Revue des Deux-Mondes, qui les publie en 1910. C’est Dupuy qui lui présente l’abbé Mugnier, lequel l’aiguillera ensuite dans le monde littéraire. À ce noyau initial s’ajoutent l’Abbé Bremond (1865-1933), figure centrale de la « Renaissance littéraire catholique », Raymond Escholier (1882-1971), commis de l’État, qui fut chef de cabinet d’Aristide Briand, et par ailleurs cheville ouvrière de la revue Demain, Lucien Descaves (1861-1949), écrivain naturaliste libertaire parmi les fondateurs de l’Académie Goncourt, Édouard Estaunié (1862-1942), également commis de l’État, élu à l’Académie française en 1923, Jean-Jacques Brousson (1878-1958), ami d’Escholier, collaborateur du Gil Blas et des Nouvelles littéraires. C’est grâce à Bremond qu’elle reçoit le prix José-Maria de Heredia pour les Chansons et les heures en 1929. Tous ces hommes travaillent à la gloire de la poète, dont ils font des critiques élogieuses dans les revues auxquelles ils collaborent. On retiendra que si la plupart se revendiquent du catholicisme, d’autres, comme Descaves ou Brousson, non.

  • 9 Bremond (Henri), Goyau (Georges) et al., Manuel illustré de la littérature catholique en France, de (...)

4Sans réelle surprise, Marie Noël est très vite intégrée dans le panthéon de la renaissance littéraire catholique. Elle figure en bonne place dans le fameux Manuel illustré de la littérature catholique en France, de 1870 à nos jours édité par Bremond et ses amis en 19259. La description par Bremond de la poète d’Auxerre et de ses « gamineries angéliques » devient un topos la concernant et sera repris par la suite dans toutes les anthologies.

  • 10 Idem.

Parmi nos poètes catholiques de langue française, je n’en vois pas un que je préfère à Marie Noël. […] Un atome de solennité la détruirait. Imaginez le contraire de ce que nous appelons sérieux, une sorte d’humour céleste, une gaminerie angélique. Cantique ? Non. C’est chanson qu’il faut dire. Mais sa chanson la plus étourdie est prière, comme sa prière la plus profonde chanson.10

  • 11 Marie Noël à Raymond Escholier, Auxerre, 26 février 1959, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, M (...)

5Du début à la fin de sa carrière littéraire, Marie Noël est guidée, accompagnée, voire même dirigée par tous ces hommes de lettres. Son parrain Périé relit et corrige tous ses textes et la lance dans le monde littéraire. Le relais est pris par Mugnier, Bremond, Estaunié et Escholier, qui valident, pour les deux premiers, l’orthodoxie religieuse, pour le troisième et le quatrième, la qualité littéraire. Elle rédige ses Notes intimes sous les conseils et avec les encouragements de l’abbé Mugnier et c’est avec Escholier qu’elle les agence et les sélectionne11. Les Notes intimes racontent comment ces « parrains » procédaient au choix des textes :

  • 12 « Souvenirs sur l’abbé Bremond », dans Notes intimes, Paris, Stock, 1959, pp. 341-342.

En novembre 1925, [Bremond] accepta de se réunir en « grand conseil de guerre » avec Escholier et Brousson pour examiner mes « rossignols ». Escholier voulait en tirer un second recueil dans lequel eût été compris le Rosaire. Je leur avais abandonné tous mes poèmes, bons et mauvais. Et ils allaient dans mon champ (de poésie) comme des femmes à la salade, aux champignons, ou aux fleurs, ramassant, chacun, ce qui lui faisait plaisir entre tant de strophes qui n’étaient pour la plupart que de l’herbe à brouter – et encore ! – pour le commun des bêtes12.

  • 13 Escholier (Raymond), Marie Noël. La Neige qui brûle... [1957], op. cit., p. 154.
  • 14 Raymond Escholier à Marie Noël, 15 juin 1954, cité dans Cavallini (Gabrielle), « Levée de scellés s (...)
  • 15 Noël Marie & Mugnier (Abbé), J’ai bien souvent de la peine avec Dieu : correspondance, Paris, Cerf, (...)

6Dans la biographie très nourrie qu’il consacre à Marie Noël, Escholier se montre beaucoup moins positif concernant ce « Conseil composé d’autorités contestables » qui, selon lui, « prononcèrent souvent des exclusives contre des œuvres admirables, demeurées inédites, pour leur préférer des poèmes très inférieurs13. » Dans une lettre à Marie Noël, il est beaucoup plus ferme : « toute votre vie, vous aurez eu à faire, hélas, à des conseillers littéraires d’un goût déplorable »14. À le lire, et cette impression n’est pas contredite dans la correspondance avec Mugnier15, on serait tentés de ne voir la poète bourguignonne que comme une sorte de marionnette dont on tire les ficelles. À y regarder de plus près, force est de constater que la marionnette parvient à danser et jouer, dans une certaine mesure, les morceaux qu’elle souhaite, ou du moins à tirer elle aussi quelques ficelles.

Femme et écrivaine

  • 16 Vraisemblablement lettre inédite citée dans Idem, p. 203.
  • 17 Planté (Christine), Épistolaire, un genre féminin ?, Paris, Honoré Champion, 1998 (Champion-Varia ; (...)
  • 18 Galmiche (Xavier), « Présentation », J’ai bien souvent de la peine avec Dieu, op. cit., pp. 26-28.

7Toute jeune Marie Rouget est avertie de l’ethos attendu de son sexe. Pour sa grand-mère, la littérature pour une femme est « un des chemins qui tournent mal. Femmes de lettres, filles de théâtre, même mauvaise espèce… à peu près16. » Comme pour beaucoup de femmes, une grande part de sa pratique d’écriture s’accomplit dès lors par le travail épistolaire, genre « ordinaire » autorisé aux femmes, qui permet de rester dans le domaine du privé tout en créant du lien social et se forgeant une stature publique nécessaire à la mise sur pied d’un réseau social17. Les deux cents lettres qu’elle écrit à l’abbé Mugnier récemment publiées témoignent d’un réel effort pour trouver un style personnel et esthétique. Peu dotée en capital scolaire, l’écrivaine fait de ces textes des exercices d’apprentissage à la prose. Mugnier l’incite d’ailleurs à s’investir dans ce genre, direction qu’elle prendra après la guerre dans ses contes et ses Notes intimes18.

  • 19 Marie Noël au Conseiller de Préfecture à Auxerre, 20 mars 1924, cité dans Escholier (Raymond), Mari (...)
  • 20 Notes intimes, op. cit., p. 75.
  • 21 Idem, p. 59.

8Dans ses lettres comme dans les Notes intimes, elle impose une posture de l’humilité. Elle se décrit tantôt comme « une chèvre », une « douce petite vieille fille sage, ni vue, ni connue » (p. 84), « une allumette » (p. 84), « un enfant » (p. 158), « une carmélite manquée » (p. 231), « une petite fille sage qui craint tout et n’ose faire ni mal, ni bien » (p. 153). Aux hommes qui l’invitent à siéger à l’Académie de Dijon, elle aurait répondu : « On me prend pour un écrivain (j’ai écrit aussi peu que possible et n’écrirai peut-être plus) et pour une femme de lettres. Je ne suis qu’une bonne femme qui, de sa cuisine à son église, n’a rencontré que par hasard un encrier, en somme le sujet le moins académique du monde19. » D’une manière particulièrement habile elle prend soin d’éviter qu’on puisse croire qu’elle aurait une quelconque ambition dans deux domaines qu’elle sait chasses gardées par les hommes : la littérature, par les écrivains, la religion, par les hommes d’Église et les théologiens. Elle n’est pas écrivaine, elle « chante » comme cela lui vient, sans métier ni recherche : « C’est étonnant comme j’écris en vieux style quand je veux dire des choses sérieuses. Pédante va !20 ». Elle n’est pas non plus une mystique, trop peu courageuse pour cela : « Les mystiques, ces fous admirables qui se coupent les pieds pour se faire pousser des ailes. Moi j’aurais peur21. »

  • 22 Gemis (Vanessa), « Socialisation genrée et création littéraire : les récits autobiographiques de Je (...)
  • 23 Sabot (Philippe), « Primitivisme et surréalisme : une « synthèse » impossible ? », Methodos [En lig (...)
  • 24 Baetens (Jan) é de Geest (Dirk), « Relire La poésie pure (1926) d’Henri Bremond », Orbis Litterarum (...)
  • 25 Marxer (François), « Marie Noël », dans Les femmes mystiques. Histoire et dictionnaire, sous la dir (...)

9Cet ethos pudique, typique des femmes écrivaines qui doivent créer une « identité genrée »22, s’incarne également dans l’œuvre. Beaucoup de poèmes ainsi que les contes sont rédigés dans une langue volontairement enfantine et puisent dans un imaginaire rural, où les faits du quotidien donnent l’effet de réel. Ce choix pour un style que l’on peut qualifier de naïf a deux vertus rhétoriques. La première est héritière de la technique oratoire bien connue appelée la captatio benevolentiae et consiste à tenter d’obtenir l’attention bienveillante et les bonnes grâces d’un auditoire, la naïveté étant un indice d’authenticité. La deuxième vertu de cette technique oratoire est de résonner avec une disposition évangélique qui valorise les croyants qui ont un rapport immédiat – non médiatisé – avec le divin, ce qui leur confère une clairvoyance propre. « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits » (Matthieu, 11, 25). Dans ses poèmes et ses contes, la poète d’Auxerre atteste de la sorte d’une simplicité, d’un naturel et d’une « petitesse » propres à ne pas effrayer ses pairs masculins tout en se plaçant dans une filiation chrétienne. Il est à noter, en outre, que la naïveté dans l’art et dans la littérature est dans l’air du temps durant tout l’entre-deux-guerres. Les surréalistes notamment l’utilisent dans leur projet primitiviste comme méthode pour se libérer des normes civilisationnelles23. Les critiques et écrivains catholiques tentent également de retrouver cette espèce de virginité originelle que l’abbé Bremond théorise avec son concept de « poésie pure » : le poème apparenté à la prière, à l’écoute des « musiques du silence » et qui fait abstraction du « bruit des mots »24. Les critiques de Marie Noël goûtent particulièrement qu’elle « avance, armée non pas du savoir académique, mais de l’intuition poétique et de l’audace de son intelligence croyante, d’une folle témérité en regard de la vulgate d’un tranquille catéchisme25. » C’est tout l’art, en effet, de cette écrivaine de parvenir à exprimer une pensée parfois grave et complexe dans un style qui se veut spontané et simple. La manœuvre fonctionne parfaitement. Lorsqu’elle lui soumit le recueil, le Rosaire des joies (1930), l’abbé Bremond se serait exclamé :

  • 26 Notes intimes, op. cit., p. 339.

Dieu soit béni ! J’ai eu bien peur pour vous. Je me disais : cette pauvre chanteuse, on la sort de son ombre, on lui fait un succès. Mauvaise affaire ! Comment s’en tirera-t-elle ? Elle va se croire écrivain, obligée de faire de la littérature. Mais non ! ce n’est pas de la littérature. Ce n’est toujours que la grâce de Dieu. Je respire26

  • 27 Chaigne (Louis), Anthologie de la renaissance catholique, Paris, Editions « Alsatia », 1945, p. 191
  • 28 Marie Noël au Docteur H. Sutton, 10 janvier 1967, Cahiers Marie Noël, Numéro 8, avril 1976, p. 22.

10Cette grâce reconnue lui vaut d’être abondamment citée par les revues et journaux paroissiaux et de figurer en bonne place dans les anthologies scolaires. Nombre d’écoliers de collège ont appris par cœur les poèmes, aux allures de chansonnettes de cette auteure qui « recueille le chant intérieur et secret du bon peuple bourguignon et français27 ». Cependant, contrairement à ce que beaucoup pensent, elle ne veut pas seulement être « une vieille fille pieuse… comme il en fut et en est tant et tant en nos provinces », elle veut être une écrivaine ! Dans une lettre à son traducteur américain, elle fait d’ailleurs à François Mauriac ce reproche : « il m’expédie gracieusement "in Paradisum" avec Thérèse Martin (sainte Thérèse de l’Enfant Jésus), les saints et les anges… promotion certainement glorieuse pour moi… mais qui me tient à l’écart de tout intérêt littéraire28. »

Écrivaine et catholique

  • 29 Marie Noël à Henri Gouhier, 4 juin 1927, Cahiers Marie Noël, Juin 2001, numéro 20, p. 17.
  • 30 Idem, 1er décembre 1927, p. 21.

11La correspondance de l’écrivaine nous apprend qu’elle a toujours pris grand soin d’avoir un comportement qui ne soit en rien attentatoire à la morale. Alors qu’elle a près de quarante ans, elle demande l’autorisation de pouvoir lire les ouvrages mis à l’Index, Victor Hugo en l’occurrence29. Elle ne publie rien non plus qui pourrait être refusé par l’Imprimatur (autorisation officielle de publier, donnée par une autorité de l’Église catholique)30. Au soir de sa vie, après la publication de ses Notes intimes, elle craint encore d’être crossée par le clergé.

  • 31 Marie Noël à Ella Sherdin-Berg, 16 mars 1960, Cahiers Marie Noël, Février 1974, numéro 6.

Oui, l’article du RP Blanchet est magnifique [Études, février 1960]. /Avant tout il me rassure. J’avais si peur d’être hérétique avec mes bonds capricieux de chèvre entre terre et ciel ! Mais il paraît que le ciel ne m’en veut pas de mes audaces, à cause que j’ai trop aimé Dieu pour perdre ma foi./ Il m’a sauvée toutes les fois que je risquais de me perdre31

  • 32 Abbé Mugnier à Marie Noël, 29 novembre 1925, dans J’ai bien souvent de la peine..., op. cit. pp. 14 (...)
  • 33 Escholier (Raymond), Marie Noël. La Neige qui brûle..., op. cit. pp. 283-284.
  • 34 Marie Noël à Raymond Escholier, 8 mai 1953, cité dans Ibid, p. 325.

12Pour sauvegarder sa réputation d’écrivaine catholique, elle doit d’abord manœuvrer pour obtenir un « satisfecit » de ses « parrains », lesquels ne sont pas toujours d’accord sur l’opportunité de publier tous ses poèmes. Mugnier lui déconseille de faire paraître son poème « Ténèbres »32. Bremond est défavorable à l’édition des Chants de la merci et aimerait que le Rosaire des joies soit accueilli dans une maison d’édition catholique33. Elle tente tant bien que mal de suivre ces injonctions. L’une des techniques qu’elle utilise est de sérier les publications selon ce qu’elle appelle « trois couleurs différentes » : « Chants pour moi seule – Chants pour les autres – Chants d’Évangile »34. Selon leur « couleur », les textes sont publiés dans des ouvrages distincts, pour des publics particuliers.

  • 35 Marie Noël à Yvonne Bougé, Auxerre, 4 décembre 1959, Bibliothèque Jacques Doucet MMS, 3521.
  • 36 Paris, Aubier, 1959-1960.
  • 37 Cavallini (Gabrielle), « Levée de scellés sur une correspondance », op. cit. Le passage a été publi (...)

13Elle hésite longuement à publier les Notes intimes : « fruit très lent (quarante ans) d’une longue inquiétude religieuse. Je le réservais pour mes œuvres posthumes. Une pression et des conseils très autorisés m’ont poussée à le céder plus tôt ; de mon vivant35. » Le jésuite André Blanchet (1889-1973), critique écouté de la revue Études et par ailleurs auteur de La littérature et le spirituel36, a en effet été consulté. Il est d’avis de supprimer un passage, « L’inconnaissable », particulièrement complexe puisque Marie Noël s’y adresse directement à Dieu pour lui avouer : « il m’arrive de vous adorer en criant d’inquiétude »37.

  • 38 Notes intimes, op. cit., p. 10

14L’ouvrage qui paraît n’est pourtant pas d’une foi très quiète. Les Notes décrivent parfois en des termes très durs et avec beaucoup d’audace les tourments de la foi et « les tréfonds dangereux de [l’] inquiétude religieuse »38.

  • 39 Idem, p. 129

Car c’est un grand et dur travail que de penser Dieu et tout ce qui n’existe pas pour les sens, de regarder fidèlement ce qu’on ne voit pas ; d’écouter ce qu’on n’entend pas, d’aimer ce qui n’est nulle part qu’en cette âme où rien n’est plus39.

  • 40 Idem, p. 9.
  • 41 Cette stratégie est utilisée par les écrivains catholiques François Mauriac ou Georges Bernanos. L’ (...)

15Marie Noël choisit d’utiliser la préface, pour préciser que l’ « âpre suc » n’est pas destiné aux catholiques. Reprenant les termes que lui a soufflés Mugnier, elle explique qu’elle part « en mission ». « Vous êtes, a écrit l’abbé qu’elle cite, allée en Enfer. D’autres, plus nombreux que vous ne croyez, s’y débattent encore. Vos notes de route les aideront40. » Cette stratégie d’avertissement au public est classique chez les écrivains catholiques41.

  • 42 Citation de l’Abbé Mugnier dans Notes intimes, op. cit., p. 9.
  • 43 Réédition: Blanchet (André), « Marie Noël entre deux mondes », Études, Tome 394-2, 1 février 2001, (...)

16L’œuvre ne s’adresse pas aux croyants, qui n’en ont pas besoin puisqu’« ils ont tout ce qu’il leur faut, leur catéchisme, leurs sermons, leurs prêtres42. » Ce sont pourtant eux qui accueillent l’œuvre avec le plus d’enthousiasme. Elle inspire en 1960 un article très développé à André Blanchet. Pour ce dernier, le témoignage de Marie Noël est majeur en ce qu’il fait voir le visage douloureux de la foi, non pas choix de confort comme le pensent les incroyants, mais chemin de recherche constante pour des âmes inconsolées de ne pas être saintes43. Certes, une telle littérature existait déjà, mais la nouveauté des Notes intimes est de ne provenir ni d’un.e saint.e, ni d’un.e mystique, avec lesquel.le.s il est difficile de s’identifier.

  • 44 La revue Témoignage chrétien en est la manifestation la plus évidente. Voir : Pelletier (Denis) & S (...)
  • 45 Chaperon (Sylvie), « Une génération d’intellectuelles dans le sillage de Simone de Beauvoir », Clio (...)
  • 46 « Bibliographie », Cahiers Marie Noël, 1, février 1969, p. 42.

17Il est évident que cette œuvre vient à point nommé pour nourrir la littérature de témoignage qui s’emboite parfaitement avec l’évangélisation par les témoins que l’Église appelle alors de ses vœux44. Elle participe également – mais sans doute de manière plus involontaire – à une libération de la parole féminine qui se manifeste par le nombre accru de récits autobiographiques écrits par les premières femmes mieux dotées en capital scolaire, les premières « intellectuelles » en quelque sorte45. Tous ces éléments combinés assurent à l’œuvre un impact certain dans le sous-champ littéraire catholique. Celui-ci, doté de moyens de diffusion et de traduction conséquents, lui assure une belle diffusion internationale. Les Notes intimes sont traduites et publiées en italien, allemand, portugais et anglais (américain)46.

  • 47 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.
  • 48 Noël (Marie), « D’Auxerre en cave à l’Hôtel de ville », dans Le cru d’Auxerre, Paris, Stock, 1967, (...)

18L’un des ressorts du caractère exportable de l’œuvre de Marie Noël est qu’elle se veut universaliste. On n’y trouvera que très peu d’allusions ou de commentaires concernant l’actualité immédiate, géographiquement et temporellement située. Quand c’est le cas, les termes et l’angle choisis visent à donner à l’événement convoqué une envergure épique pour mieux en souligner la dimension exclusivement morale et/ou esthétique. L’écrivaine se positionne ainsi selon un schéma politique de l’apolitisme typique de l’ethos de l’Académie française et qui vise, comme l’a montré Gisèle Sapiro, à éviter dans son langage toute référence à la politique, préférant neutraliser les mentions de celle-ci par l’utilisation d’une doxa susceptible de produire un sens universaliste à tout discours à portée sociale47. On ne surprendra pas la poète d’Auxerre à prendre des positions politiques. Lorsque, sous le régime de Vichy, le préfet d’Auxerre la supplie d’accepter un siège de conseillère municipale, elle refuse et s’inspire de l’événement pour un conte drolatique48. En revanche, elle s’adonne volontiers à la prose et à la poésie patriotique à l’occasion des deux guerres qu’elle a connues ou quand il s’agit de chanter le Général de Gaulle – des mains duquel elle recevra la Légion d’honneur –, pour lequel elle éprouve une admiration profonde. Évoquant la rencontre du Général de Gaulle et de Winston Churchill, elle écrit :

  • 49 Cité dans Dienesch (Marie-Madeleine), « Marie Noël et la vie politique », Revue des Deux Mondes, ma (...)

Le grand Empire et l’Homme seul signent ensemble ce jour-là le plus sublime traité qui ait jamais été conclu dans toute l’histoire, le traité de l’Espérance et de la Foi qui rassemblent, à deux mains unies, la toute-puissance spirituelle du miracle49.

19Cet extrait démontre que toute provinciale qu’elle est, la poète d’Auxerre maîtrise parfaitement la langue académicienne.

Une réception durable

  • 50 Cournot (Michel), « Théâtre ‘Chant dans la nuit’ de Marie Noël. Données immédiates », Le Monde, 21 (...)
  • 51 Cournot (Michel), « Off ; 44e festival d’Avignon 1991. Coupable d’innocence. Dans les poèmes de Mar (...)
  • 52 Noël (Marie), Les chants de la merci ; Chants des quatre-temps, Paris, Gallimard, 2008.

20Il serait fastidieux d’énumérer tous les textes qui exhument, exaltent ou rappellent au bon souvenir des lecteurs la littérature de Marie Noël après sa mort. La réédition est un indice certain d’un intérêt soutenu. Les Notes intimes publiées une première fois en 1959 par Stock sont rééditées, parce qu’épuisées et régulièrement demandées, en 1984. La réédition est accueillie chaleureusement par Michel Cournot dans Le Monde, qui compare l’auteure à Aragon. Cette année-là, Jean-Pierre Nortel met en scène pour le théâtre d’Essaïon un Chant de la nuit qui adapte ce texte50. En 1991, le même metteur en scène réadapte d’autres textes pour une pièce Jugement, présentée en « Off » au théâtre d’Avignon51. La poète trouve également toujours des lecteurs. Les Chants de la merci ont été réédités récemment par Gallimard52.

  • 53 Notamment : Calvet (Jean), Visages d’un demi-siècle, Paris, Grasset, 1958, p. 133.
  • 54 Erken (Geneviève), « Pourquoi la poésie des femmes est-elle (encore) moins lue que celle des hommes (...)
  • 55 Miquel (Pierre), Littérature. XXe siècle. Textes et documents, Paris, Nathan, [1989], 2003, p. 574.
  • 56 Idem.

21Mais sa visibilité la plus importante se trouve dans la littérature scolaire. Depuis les ouvrages de l’abbé Brémond ainsi que ceux de Jean Calvet53, elle a sa place dans toutes les anthologies et tous manuels de littérature rédigés par des auteurs chrétiens. Mais elle est également présente dans les manuels de l’enseignement public. Parmi les versifi­cateurs du xxe siècle, elle est la seule femme poète, avec Anna de Noailles, reprise dans le Lagarde et Michard, le Litttéra­ture française de Nathan ou le Littérature de Bordas54. Dans le manuel publié par Nathan, elle est décrite comme « une héritière de la tradition populaire des chants et comptines et un écrivain complexe et tourmenté dont la ferveur et la technique feront l’admiration de Valéry et Montherlant55. » Ce style simple et clair, « populaire », elle l’a acquis durant sa scolarité et il a été encouragé par ses mentors, issus en grande partie de l’institution scolaire, on l’a vu. À ce sujet, le manuel précise que « pour dire sa foi et ses doutes, Marie Noël refuse en tout cas les grands abandons mystiques et contraint la spiritualité, dans ses vers, à ne jamais déserter les êtres, les paysages ou les choses du quotidien56. » La plupart des pièces proposées à la lecture et à l’apprentissage des écoliers sont extraites de son recueil Les chansons et des heures, premier ouvrage toujours cité parce que le plus apte à la mémorisation et le plus accessible quant à son propos. Ainsi est passé sous silence la majeure partie d’une œuvre, en vers et en prose, beaucoup plus difficile, puisant dans les tourments de l’âme l’inspiration pour dire un rapport à Dieu extrêmement complexe.

  • 57 Paru chez Mame/Plon. « Echangeons des cadeaux pour l’an 2000 », La Croix, 2 décembre 1999, p. 15.

22Du côté catholique, la mémoire est entretenue tant dans le pôle de la pastorale religieuse, que dans celui souvent plus exigeant intellectuellement de la sphère intellectuelle catholique. Dans le premier pôle de la pastorale, on citera par exemple la bonne place que lui donne Le Livre des Merveilles, réalisé par le Conseil de présidence du grand Jubilé de l’an 2000 ; un livre de 365 histoires vraies « où l’on voit Dieu à l’œuvre dans le monde ». Plus de 150 spécialistes internationaux, sous la responsabilité de Mgr Joseph Doré, archevêque de Strasbourg, ont collaboré à la rédaction de ces 1 350 pages en papier bible57.

  • 58 « Une Université catholique », L’Université catholique de Louvain. Vie et mémoire d’une institution(...)
  • 59 Lebreton (Christophe), Le souffle du don: journal de frère Christophe, moine de Tibhirine : 8 août (...)
  • 60 de Sauto (Martine), « Religion et spiritualité. Dossier. La nuit de la foi, marcher sans appui. Ent (...)
  • 61 Gallimard, 2006.
  • 62 Pelletier (Anne-Marie)  : « Une expérience spécifique de la vie et de la foi », Recueilli par Clair (...)
  • 63 Nys-Mazure (Colette), « La petite bibliothèque spirituelle », Panorama, 521, septembre 2015, p. 53. (...)
  • 64 Roussel (Éric), François Mitterrand. De l’intime au politique, Paris, Laffont, 2015.

23Mais Marie Noël est surtout convoquée pour son témoignage sur l’expérience de l’épreuve de la foi par les hommes de lettres et les intellectuels catholiques. Quelques exemples méritent d’être cités. En 1993, le prêtre, journaliste et écrivain Gabriel Ringlet, alors vice-recteur aux affaires étudiantes de l’Université catholique de Louvain la cite longuement pour décrire ce qu’est une foi, une vérité « vivante »58. En 1995, soit un an avant son assassinat, le moine trappiste de l’abbaye algérienne de Tibhirine, Christophe Lebreton, cite l’un de ses poèmes (Les Heures, À prime) dans son journal59. En 2007, le théologien très prolifique et écouté Maurice Bellet (1923-), la convoque, à côté de Mère Teresa, Thérèse de Lisieux et le cardinal Congar comme croyante qui a pu dire cette « nuit », « vécue silencieusement par beaucoup de nos contemporains60 ». On retrouve la même idée chez le prêtre Benoît Lobet, qui en fait l’objet d’un livre. Il parvient en outre à convertir, en quelque sorte, son ami l’académicien Hector Bianciotti à la supériorité spirituelle de Marie Noël. On trouve le récit de cette « révélation » dans les Lettres à un ami de Hector Bianciotti et Benoît Lobet61. Il est intéressant de constater d’une part la diversité de cette réception, et de l’autre, le fait qu’elle n’est pas forcément masculine. Ce qui n’empêche pas certaines femmes d’être particulièrement attachées à l’auteure des Chants de la Merci. Pour la bibliste Anne-Marie Pelletier, lauréate du prix Razinger en 2014, elle est un « maître de confiance »62. Quand on demande à l’écrivaine belge Colette Nys-Mazure de constituer sa « petite bibliothèque spirituelle » et de dire quel livre elle lira encore à 100 ans, elle répond : « Notes intimes de Marie Noël »63. Ces exemples sont des indices du fait que les ouvrages de la poète d’Auxerre font partie de la culture commune du monde lettré catholique. Ainsi, fait-elle partie du bagage intellectuel du jeune François Mitterrand, dont on sait l’éducation dans une famille très pieuse, qui la fait figurer dans son panthéon de poètes favoris dans sa chronique des Échos de Paris64.

  • 65 Bianciotti (Hector), « La lutte de Marie Noël », Le Monde, 13 mai 1994, p. 1 ; Reboul (Michèle), «  (...)

24La richesse de son témoignage spirituel lui ouvre également les portes d’une reconnaissance bien plus prestigieuse, celle due aux auteurs catholiques qui surent faire honneur aux lettres, à côté de Bossuet, Racine et Claudel. C’est la raison pour laquelle elle fait régulièrement l’objet d’articles dans la presse non spécifiquement catholique, tels Le Monde ou Le Figaro65.

Conclusion

  • 66 Collin (Françoise), « Le livre et le code : De Simone de Beauvoir à Thérèse d’Avila », Les Cahiers (...)

25Marie Rouget met beaucoup d’énergie à créer Marie Noël. Elle doit pour ce faire façonner une identité apte à concilier ses différentes attaches et déterminants sociaux. Tout se passe comme si ses statuts et fonction de femme, d’écrivaine et de catholique étaient des boulons qu’elle devait resserrer constamment dans la machine pour assurer que celle-ci fonctionne. Au total, elle fait montre d’un excellent sens du placement. Pour le dire d’une manière un peu schématique, dans une première phase de sa carrière, elle gagne ses galons d’écrivaine catholique tout public, dans une deuxième, d’écrivaine catholique dans le pôle restreint de la littérature reconnue par les intellectuels catholiques. Pour cette deuxième phase, elle investit un genre qu’on pourrait appeler « mystique » – terme qu’elle récuse à différentes occasions cependant, ici expression de l’expérience de la foi, de la spiritualité intérieure. Comme Françoise Collin l’a montré, l’une des raisons qui expliquent la surreprésentation des femmes dans ce genre est que la littérature mystique les autorise à s’adresser à Dieu sans l’intervention, l’intermédiaire, des hommes66. Au final, Marie Noël parvient à se faire entendre, non pas en dépit, mais en raison de son genre. André Blanchet écrit d’une manière symptomatique :

  • 67 Blanchet (André), « Marie Noël entre deux mondes »..., op. cit.

Ce qui caractérise Marie Noël, c’est le contraste entre l’âpreté, la stridence, la folie même de certains cris, et, d’autre part, une confiance si abandonnée et souriante que ces cris s’en trouvent annulés et rendus dérisoires. Marie Noël, c’est un enfant qui hurle de peur... mais dans les bras de son père67.

  • 68 Fouilloux (Etienne), Une Eglise en quête de liberté: la pensée catholique française entre modernism (...)
  • 69 Marxer (François), « Marie Noël », dans Les femmes mystiques…, op. cit. et Idem, Au péril de la nui (...)

26À cet égard, elle parvient à trouver sa place dans le champ religieux, qui ouvre, après la Deuxième Guerre mondiale un espace de parole aux intellectuels68. Elle figure désormais parmi les écrivaines mystiques du xxe siècle69. Mais elle est également parvenue à se positionner dans le champ littéraire par la voie du régionalisme, de la poésie scolaire puis de la littérature de l’intime. Par une mise en prose et en en vers d’une vie intérieure qui dévoile avec la plus grande hardiesse la difficulté de croire, elle s’est approprié une thématique peu explorée. Par sa mise à distance d’elle-même et sa relation à Dieu, elle a trouvé une voie originale du récit de soi à laquelle les non-catholiques peuvent être sensibles. Cette voie, elle est parvenue à la creuser parce qu’elle a su très bien mobiliser les différents réseaux qui l’entouraient : le réseau « scolaire » de sa famille paternelle d’abord, le réseau « catholique » du côté de sa mère ensuite. Cette mobilisation, elle l’active grâce à la correspondance – média privilégié pour les femmes – et c’est par ce média qu’elle parvient à se trouver des « parrains », qui sont aussi des « relais » dans les réseaux qu’elle convoite. Ce sont eux qui assurent à l’auteure la meilleure diffusion qui soit en écrivant des critiques dans la presse littéraire.

Haut de page

Bibliographie

Baetens (Jan) et de Geest (Dirk), « Relire La poésie pure (1926) d’Henri Bremond », Orbis Litterarum, 68-6, 1 décembre 2013, pp. 506-522.

Baude (Jeanne-Marie), « Actualité de Marie Noël », Études, février 2014-2, pp. 77‑86.

Bianciotti (Hector), « La lutte de Marie Noël », Le Monde, 13 mai 1994, p. 1.

Blanchet (André), « Marie Noël entre deux mondes », Études, Tome 394-2, 1 février 2001, pp. 233‑246.

Bremond (Henri), Goyau (Georges) et al., Manuel illustré de la littérature catholique en France, de 1870 à nos jours, Paris, Spes, 1925.

Cahiers Marie Noël, 1969-2003.

Calvet (Jean), Visages d’un demi-siècle, Paris, Grasset, 1958.

Chaigne (Louis), Anthologie de la renaissance catholique, Paris, Editions « Alsatia », 1945.

Chaperon (Sylvie), « Une génération d’intellectuelles dans le sillage de Simone de Beauvoir », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 13, 2001, pp. 99-116.

Collin (Françoise), « Le livre et le code : De Simone de Beauvoir à Thérèse d’Avila », Les Cahiers du GRIF, Hors-Série n° 2, 1996, Âmes fortes, esprits libres, pp. 9-19.

Cournot (Michel), « Théâtre ‘Chant dans la nuit’ de Marie Noël. Données immédiates », Le Monde, 21 janvier 1984.

Cournot (Michel), « Off ; 44e festival d’Avignon 1991. Coupable d’innocence. Dans les poèmes de Marie Noël, mécréants et croyants se rejoignent », Le Monde, 22 juillet 1991, p. 9.

de Diesbach (Ghislain), L’abbé Mugnier : le confesseur du tout-Paris, Paris, Perrin, 2003.

de Sauto (Martine), « Religion et spiritualité. Dossier. La nuit de la foi, marcher sans appui. Entretien avec Maurice Bellet », La Croix, 29 septembre 2007.

Dienesch (Marie-Madeleine), « Marie Noël et la vie politique », Revue des Deux Mondes, mai 1984, p. 328-333.

Erken (Geneviève), « Pourquoi la poésie des femmes est-elle (encore) moins lue que celle des hommes ? : Brève étude sur la poésie féminine francophone du xxe siècle », Sextant. Revue du Groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes, vol. 17-18, 2002, p. 21-35.

Escholier (Raymond), Marie Noël. La Neige qui brûle [1957], préface de Gabrielle Cavallini, Paris-Auxerre, Association Marie Noël-Société des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 2010.

Fouché (Chantal), « Noël Marie », dans Dictionnaire des lettres françaises, sous la direction de Bercot (Martine) et Guyaux (André), Paris, Livre de poche, pp. 797-798 (Encyclopédie d’aujourd’hui).

Fouilloux (Etienne), Une Eglise en quête de liberté: la pensée catholique française entre modernisme et Vatican II, 1914-1962, Paris, Desclée De Brouwer, 1998.

Gemis (Vanessa), « Socialisation genrée et création littéraire : les récits autobiographiques de Jean Dominique et Blanche Rousseau », COnTEXTES [En ligne], 15 | 2015. URL : http://contextes.revues.org/6023.

Haenens (Albert), sous la direction de, L’Université catholique de Louvain. Vie et mémoire d’une institution, Bruxelles, La Renaissance du Livre/Presses universitaires de Louvain, 1993.

Larminat (Astrid de), « Le livre des bonnes heures. Les remèdes de l’écrivain Marie Noël pour guérir de la dépression », Le Figaro littéraire, 23 juin 2011, p. 4.

Lebreton (Christophe), Le souffle du don: journal de frère Christophe, moine de Tibhirine : 8 août 1993-19 mars 1996, Paris, Bayard-Centurion, 1999.

Lemaître (Henri), La poésie depuis Baudelaire, Paris, Armand Colin [1965], 1993.

Louis (Robert), « Noël Marie Rouget dite Marie - (1883-1967) », dans Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 mai 2016. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/noel-marie-rouget-dite-marie/.

Marxer (François), « Marie Noël », dans Les femmes mystiques. Histoire et dictionnaire, sous la direction de Fella (Audrey), Paris, Laffont, 2013 (Bouquins), p. 697.

Marxer (François), Au péril de la nuit. Femmes mystiques du xxe siècle, Paris, Cerf, 2017 (Spiritualité).

Mauriac (François) Œuvres autobiographiques, édition de François Durand, Paris, Gallimard, 1990, « Bibliothèque de la Pléiade ».

Miquel (Pierre), Littérature. Textes et documents. XXe siècle, Paris, Nathan, [1989], 2003.

Montherlant (Henry de), Carnets, Gallimard, 1957.

Mollier (Jean-Yves), La mise au pas des écrivains : l’impossible mission de l’abbé Bethléem au XXe siècle, Paris, Fayard, 2014.

Noël (Marie) et Mugnier (Abbé), J’ai bien souvent de la peine avec Dieu : correspondance, Paris, Cerf, 2017.

Noël (Marie), Les chants de la merci ; Chants des quatre-temps, Paris, Gallimard, 2008.

Noël (Marie), Le cru d’Auxerre, Paris, Stock, 1967.

Noël (Marie), Notes intimes, Paris, Stock, 1959.

Nys-Mazure (Colette), « La petite bibliothèque spirituelle », Panorama, 521, septembre 2015, p. 53.

Nys-Mazure (Colette), « Religion et spiritualité/L’Évangile », La Croix, samedi 1 août 2009, p. 14.

Pelletier (Anne-Marie) : « Une expérience spécifique de la vie et de la foi », Recueilli par Claire Lesegretain, La Croix, le 22/05/2014.

Pelletier (Denis) et Schlegel (Jean-Louis), À la gauche du Christ : Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Éditions du Seuil, 2012.

Preta-De-Beaufort (Aude), « Marie Noël », dans Dictionnaire de la poésie de Baudelaire à nos jours, sous la direction de Jarrety (Michel), Paris, PUF, 2001.

Planté (Christine), Épistolaire, un genre féminin ?, Paris, Honoré Champion, 1998, « Champion-Varia ; n° 30 ».

Reboul (Michèle), « Polémique. Les atrocités de ce siècle ne doivent pas en occulter les grandeurs spirituelles. L’irréductible besoin d’absolu », Le Figaro, 28 décembre 1999, p. 13.

Roussel (Éric), François Mitterrand. De l’intime au politique, Paris, Laffont, 2015.

Sabot (Philippe), « Primitivisme et surréalisme : une « synthèse » impossible ? », Methodos [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2004. URL : http://methodos.revues.org/109.

Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

Serry (Hervé), Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004.

Smadja (Stéphanie), « Le style simple dans les années 1920 : le mode majeur de la prose française », COnTEXTES [En ligne], 18, 2016, mis en ligne le 19 décembre 2016. URL : http://contextes.revues.org/6229.

Haut de page

Notes

1 Louis (Robert), « Noël Marie Rouget dite Marie - (1883-1967) », dans Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 mai 2016. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/noel-marie-rouget-dite-marie/

2 Mauriac dans Les mémoires intérieurs : « Elle est de ces poètes comme il n’en existe presque plus chez nous, qui échappent aux exclusions de l’avant-garde, qui sont aimés de ceux qui les aiment en dehors de toutes les considérations d’écoles et modes littéraires. Même ses lecteurs qui n’ont part ni à sa foi ni à son espérance, bénéficient de l’amour qui l’a portée elle-même, qui l’a soutenue, qui lui a inspiré les chansons dont elle berçait sa souffrance et la nôtre. Car nous sommes tous pareils, en dépit de nos vies différentes ; et tous les cœurs d’une certaine race auront eu la même histoire. » Cité dans Œuvres autobiographiques, édition de François Durand, Paris, Gallimard, 1990, « Bibliothèque de la Pléiade », pp. 666-670. Montherlant a écrit « Marie Noël est pour moi le plus grand poète français vivant ; mettons, si l’on veut, le seul qui me touche » (Carnets, Gallimard, 1957, p. 101).

3 Serry (Hervé), Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004.

4 Le 30 mars 2017, l’Assemblée plénière de la Conférence épiscopale française a demandé au dicastère romain compétent (la Congrégation pour la Cause des saints) de lui permettre d’organiser l’enquête nécessaire pour l’introduction de sa cause en vue de sa béatification.

5 Notamment : Preta-De-Beaufort (Aude), « Marie Noël », dans Dictionnaire de la poésie de Baudelaire à nos jours, sous la direction de Jarrety (Michel), Paris, PUF, 2001, p. 537-539 ; Miquel (Pierre), Littérature. Textes et documents. XXe siècle, Paris, Nathan, [1989], 2003, p. 52 ; Lemaître (Henri), La poésie depuis Baudelaire, Paris, Armand Colin [1965], 1993, p. 52 et Fouché (Chantal), « Noël Marie », dans Dictionnaire des lettres françaises, sous la direction de Bercot (Martine) & Guyaux (André), Paris, Livre de poche, pp. 797-798 (Encyclopédie d’aujourd’hui).

6 de Diesbach (Ghislain), L’abbé Mugnier : le confesseur du tout-Paris, Paris, Perrin, 2003.

7 On trouvera une biographie détaillée dans : Escholier (Raymond), Marie Noël. La Neige qui brûle [1957], préface de Gabrielle Cavallini, Paris-Auxerre, Association Marie Noël-Société des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 2010.

8 Baude (Jeanne-Marie), « Actualité de Marie Noël », Études, février 2014-2, pp. 77‑86.

9 Bremond (Henri), Goyau (Georges) et al., Manuel illustré de la littérature catholique en France, de 1870 à nos jours, Paris, Spes, 1925, pp. lxxvi-lxxvii.

10 Idem.

11 Marie Noël à Raymond Escholier, Auxerre, 26 février 1959, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, MMS 50831-8.

12 « Souvenirs sur l’abbé Bremond », dans Notes intimes, Paris, Stock, 1959, pp. 341-342.

13 Escholier (Raymond), Marie Noël. La Neige qui brûle... [1957], op. cit., p. 154.

14 Raymond Escholier à Marie Noël, 15 juin 1954, cité dans Cavallini (Gabrielle), « Levée de scellés sur une correspondance », Idem, p. 33.

15 Noël Marie & Mugnier (Abbé), J’ai bien souvent de la peine avec Dieu : correspondance, Paris, Cerf, 2017.

16 Vraisemblablement lettre inédite citée dans Idem, p. 203.

17 Planté (Christine), Épistolaire, un genre féminin ?, Paris, Honoré Champion, 1998 (Champion-Varia ; 30).

18 Galmiche (Xavier), « Présentation », J’ai bien souvent de la peine avec Dieu, op. cit., pp. 26-28.

19 Marie Noël au Conseiller de Préfecture à Auxerre, 20 mars 1924, cité dans Escholier (Raymond), Marie Noël. La Neige qui brûle..., op. cit., p. 112.

20 Notes intimes, op. cit., p. 75.

21 Idem, p. 59.

22 Gemis (Vanessa), « Socialisation genrée et création littéraire : les récits autobiographiques de Jean Dominique et Blanche Rousseau », COnTEXTES [En ligne], 15 | 2015, consulté le 26 octobre 2017. URL : http://contextes.revues.org/6023.

23 Sabot (Philippe), « Primitivisme et surréalisme : une « synthèse » impossible ? », Methodos [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2004, consulté le 25 octobre 2017. URL : http://methodos.revues.org/109 et Smadja (Stéphanie), « Le style simple dans les années 1920 : le mode majeur de la prose française », COnTEXTES [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2016, consulté le 06 décembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/6229.

24 Baetens (Jan) é de Geest (Dirk), « Relire La poésie pure (1926) d’Henri Bremond », Orbis Litterarum, 68-6, 1 décembre 2013, pp. 506-522.

25 Marxer (François), « Marie Noël », dans Les femmes mystiques. Histoire et dictionnaire, sous la direction de Fella (Audrey), Paris, Laffont, 2013 (Bouquins), p. 697.

26 Notes intimes, op. cit., p. 339.

27 Chaigne (Louis), Anthologie de la renaissance catholique, Paris, Editions « Alsatia », 1945, p. 191.

28 Marie Noël au Docteur H. Sutton, 10 janvier 1967, Cahiers Marie Noël, Numéro 8, avril 1976, p. 22.

29 Marie Noël à Henri Gouhier, 4 juin 1927, Cahiers Marie Noël, Juin 2001, numéro 20, p. 17.

30 Idem, 1er décembre 1927, p. 21.

31 Marie Noël à Ella Sherdin-Berg, 16 mars 1960, Cahiers Marie Noël, Février 1974, numéro 6.

32 Abbé Mugnier à Marie Noël, 29 novembre 1925, dans J’ai bien souvent de la peine..., op. cit. pp. 143-144.

33 Escholier (Raymond), Marie Noël. La Neige qui brûle..., op. cit. pp. 283-284.

34 Marie Noël à Raymond Escholier, 8 mai 1953, cité dans Ibid, p. 325.

35 Marie Noël à Yvonne Bougé, Auxerre, 4 décembre 1959, Bibliothèque Jacques Doucet MMS, 3521.

36 Paris, Aubier, 1959-1960.

37 Cavallini (Gabrielle), « Levée de scellés sur une correspondance », op. cit. Le passage a été publié dans Idem, pp. 513-514.

38 Notes intimes, op. cit., p. 10

39 Idem, p. 129

40 Idem, p. 9.

41 Cette stratégie est utilisée par les écrivains catholiques François Mauriac ou Georges Bernanos. L’avertissement du lecteur est également au cœur du système mis en place par l’Église. Voir à ce sujet : Mollier (Jean-Yves), La mise au pas des écrivains : l’impossible mission de l’abbé Bethléem au XXe siècle, Paris, Fayard, 2014.

42 Citation de l’Abbé Mugnier dans Notes intimes, op. cit., p. 9.

43 Réédition: Blanchet (André), « Marie Noël entre deux mondes », Études, Tome 394-2, 1 février 2001, pp. 233‑246.

44 La revue Témoignage chrétien en est la manifestation la plus évidente. Voir : Pelletier (Denis) & Schlegel (Jean-Louis), À la gauche du Christ : Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Éditions du Seuil, 2012.

45 Chaperon (Sylvie), « Une génération d’intellectuelles dans le sillage de Simone de Beauvoir », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 13, 2001, pp. 99-116.

46 « Bibliographie », Cahiers Marie Noël, 1, février 1969, p. 42.

47 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

48 Noël (Marie), « D’Auxerre en cave à l’Hôtel de ville », dans Le cru d’Auxerre, Paris, Stock, 1967, pp. 49‑72.

49 Cité dans Dienesch (Marie-Madeleine), « Marie Noël et la vie politique », Revue des Deux Mondes, mai 1984, p. 333.

50 Cournot (Michel), « Théâtre ‘Chant dans la nuit’ de Marie Noël. Données immédiates », Le Monde, 21 janvier 1984.

51 Cournot (Michel), « Off ; 44e festival d’Avignon 1991. Coupable d’innocence. Dans les poèmes de Marie Noël, mécréants et croyants se rejoignent », Le Monde, 22 juillet 1991, p. 9.

52 Noël (Marie), Les chants de la merci ; Chants des quatre-temps, Paris, Gallimard, 2008.

53 Notamment : Calvet (Jean), Visages d’un demi-siècle, Paris, Grasset, 1958, p. 133.

54 Erken (Geneviève), « Pourquoi la poésie des femmes est-elle (encore) moins lue que celle des hommes ? : Brève étude sur la poésie féminine francophone du xxe siècle », Sextant. Revue du Groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes, vol. 17-18, 2002, p. 22.

55 Miquel (Pierre), Littérature. XXe siècle. Textes et documents, Paris, Nathan, [1989], 2003, p. 574.

56 Idem.

57 Paru chez Mame/Plon. « Echangeons des cadeaux pour l’an 2000 », La Croix, 2 décembre 1999, p. 15.

58 « Une Université catholique », L’Université catholique de Louvain. Vie et mémoire d’une institution, sous la direction d’Haenens (Albert), Bruxelles, La Renaissance du Livre/Presses universitaires de Louvain, 1993, p. 267.

59 Lebreton (Christophe), Le souffle du don: journal de frère Christophe, moine de Tibhirine : 8 août 1993-19 mars 1996, Paris, Bayard-Centurion, 1999, p. 142.

60 de Sauto (Martine), « Religion et spiritualité. Dossier. La nuit de la foi, marcher sans appui. Entretien avec Maurice Bellet », La Croix, 29 septembre 2007.

61 Gallimard, 2006.

62 Pelletier (Anne-Marie)  : « Une expérience spécifique de la vie et de la foi », Recueilli par Claire Lesegretain, La Croix, le 22/05/2014.

63 Nys-Mazure (Colette), « La petite bibliothèque spirituelle », Panorama, 521, septembre 2015, p. 53. Voir également : Idem, « Religion et spiritualité/L’Évangile », La Croix, samedi 1 août 2009, p. 14.

64 Roussel (Éric), François Mitterrand. De l’intime au politique, Paris, Laffont, 2015.

65 Bianciotti (Hector), « La lutte de Marie Noël », Le Monde, 13 mai 1994, p. 1 ; Reboul (Michèle), « Polémique. Les atrocités de ce siècle ne doivent pas en occulter les grandeurs spirituelles. L’irréductible besoin d’absolu », Le Figaro, 28 décembre 1999, p. 13 ; de Larminat (Astrid), « Le livre des bonnes heures. Les remèdes de l’écrivain Marie Noël pour guérir de la dépression », Le Figaro littéraire, 23 juin 2011, p. 4.

66 Collin (Françoise), « Le livre et le code : De Simone de Beauvoir à Thérèse d’Avila », Les Cahiers du GRIF, Hors-Série n° 2, 1996, Âmes fortes, esprits libres, pp. 9-19.

67 Blanchet (André), « Marie Noël entre deux mondes »..., op. cit.

68 Fouilloux (Etienne), Une Eglise en quête de liberté: la pensée catholique française entre modernisme et Vatican II, 1914-1962, Paris, Desclée De Brouwer, 1998 et Serry (Hervé), Naissance…, op. cit.

69 Marxer (François), « Marie Noël », dans Les femmes mystiques…, op. cit. et Idem, Au péril de la nuit. Femmes mystiques du xxe siècle, Paris, Cerf, 2017 (Spiritualité).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « « J’ai toujours été une petite fille sage ».  », COnTEXTES [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 avril 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/7591 ; DOI : 10.4000/contextes.7591

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

Université libre de Bruxelles – Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité

Articles du même auteur

Haut de page