Navigation – Plan du site

Robert Marteau ou la résistance catholique en poésie

Gérard Fabre

Résumé

Cultivant ses racines poitevines et françaises, québécoises et canadiennes, la poésie de Robert Marteau (1925-2011) incarne l’idée d’une résistance catholique. Résistance à la désaffection pour les appels de la religion et ses apostrophes dérangeantes. Résistance à la désaffiliation à l’égard de toute écriture ou figure transcendante. Résistance à la négation des sources divines de la création artistique. Cette poésie affirme donc l’absolue nécessité du règne de Dieu, dont la présence relativise et limite les pouvoirs devenus exorbitants de l’humain. Face à l’extension de ces pouvoirs à tous les domaines de la création, Robert Marteau trouve en cette présence la force de sauvegarder les arcanes ancestraux d’où les arts et la littérature commencent et s’épanouissent, du cœur de la tradition à celui de la modernité.

Haut de page

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marteau (Robert), Le temps ordinaire (Liturgie V 1999-2000), Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 254.

Dieu présent ! telle est l’affirmation du bois
Qu’exaltent les sons quand ils le font vibrer : c’est
L’Esprit sain qui par l’homme ainsi se manifeste
Dans la matière comme il s’est manifesté
En s’incarnant dans la Mère au commencement.
Aussi ne vous étonnerai-je pas en vous
Rappelant que l’univers en son infini
N’est que musique d’un opéra où chacun
De nous n’a à jouer qu’un rôle minuscule
Sans aucun spectateur pour rire ou applaudir.
L’imperceptible, qui est la réalité,
Nous échappe et chacun à l’incommensurable
Se voit mesuré ; et sans les anges qui nous
Gardent nous serions peu distincts de la poussière1.

  • 2 Tandis que le quotidien montréalais Le Devoir annonce le 18 mai 2011 la disparition de Marteau dans (...)
  • 3 « Robert Marteau, arpenteur en vers et en proses », études réunies et présentées par Sandrine Bédou (...)

1Poète, romancier, essayiste, traducteur et critique d’art, Robert Marteau est plus connu au Québec qu’en France, où il jouit d’une estime pour l’instant confidentielle2. La revue littéraire La Licorne lui a consacré récemment un numéro spécial qui entend réparer ce que les responsables du dossier considèrent comme une injustice3. Sans renoncer à une présentation minimale de son parcours biographique, nous souhaitons aborder ici une question plus générale, car ce créateur atypique incarne en poésie une forme de résistance à la désaffection des schèmes d’inspiration catholique. Son œuvre se déployant à la lumière d’une spiritualité que dédaignent les canons de la littérature contemporaine, il convient de s’interroger sur les raisons de ce dédain.

  • 4 Pour un éclairage biographique plus complet, voir Millet (Richard) (dir.), Pour saluer Robert Marte (...)

2Né en 1925, décédé en 2011, Robert Marteau fait le lien, chronologiquement parlant, entre les foyers de poésie catholique, chrétienne ou mystique qui se sont succédé au cours de la deuxième moitié du xxe siècle. Originaire d’un village du Poitou (Virollet), fils de paysan et forestier, il « monte » étudier à Paris à l’automne 1944. En 1972, il décide de s’établir à Montréal. Il retourne en 1984 à Paris, où il demeure jusqu’à sa disparition. Dès ses études, qu’il abandonne en 1946, son but est d’écrire, et rien ne l’en détournera. Pourtant, la crise de l’après-guerre ne facilite pas son insertion dans les milieux parisiens de l’imprimerie et de l’édition. Et l’on vit mal de la traduction, qu’il pratique assidument, mais seulement en fonction de ses goûts. Ses emplois sont toujours marqués par la brièveté ou la précarité : au pire, ils sont alimentaires ; au mieux, ils servent d’adjuvants à sa passion. Il est « pion » dans un collège pour payer ses études. Il occupe un temps partiel de commis au Palais de Justice, puis un poste d’instituteur suppléant, avant d’obtenir un contrat du Centre national d’éducation populaire de Marly-le-Roi, où il organise, durant les années 1960, des séminaires et des expositions de peinture ou de sculpture. Au Québec, il ne trouve pas davantage de stabilité professionnelle : il est « pigiste » à Radio-Canada et dans des maisons d’édition montréalaises. À son retour à Paris, il collabore à la Galerie du Fleuve4.

  • 5 La livraison de La Licorne comporte une riche section bibliographique, pp. 147-173.

3Marteau a publié quantité d’ouvrages (une quarantaine, dont une douzaine de recueils de poèmes), de livres d’artistes (une trentaine), de traductions (une dizaine de volumes ; une cinquantaine d’extraits publiés en revue) et d’articles (pas moins de 300)5. Complice radiophonique de Pierre Jean Jouve et Pierre Emmanuel, lu et respecté par plusieurs de ses cadets, Marteau occupe un carrefour générationnel : c’est à ce titre qu’il peut faire figure d’étalon de mesure de la résistance catholique en littérature à partir des années 1960. Nous nous arrêterons plus particulièrement à deux textes critiques de Marteau, parus à trente ans de distance, l’un en 1968 sur René Char, l’autre en 1998 sur la poétesse québécoise Rina Lasnier.

La poésie de la Résistance, un sursaut de la sensibilité spirituelle

  • 6 de Labriolle (Pierre), Histoire de la littérature latine chrétienne, Paris, Les Belles Lettres, 192 (...)
  • 7 Valéry (Paul), Œuvres, tome 1, Paris, Le Livre de Poche, 2016, pp. 689-691 et 1705-1713.
  • 8 Bremond (Henri), Prière et Poésie, Paris, Grasset, 1926. Comme le titre l’indique, Bremond insistai (...)

4Il fut un temps où la littérature se vouait au christianisme6. Le sacré et l’art allaient alors de pair, leur consubstantialité ne prêtait point à discussion. Et même quand elle se met à susciter une plus vive contestation, à l’heure où ses plus virulents détracteurs se recrutent parmi les surréalistes, la réunion de l’art et du sacré compte encore de nombreux adeptes. Ainsi, avec Paul Valéry7 et Henri Bremond8, l’élaboration dans les années 1920 d’une théorie de la poésie pure ne rompt pas avec la tradition latine chrétienne, qu’elle réactualise à maints égards.

  • 9 Béguin (Albert), « Notes sur la litanie (Pour servir à l’intelligence du style de Péguy) », Fontain (...)
  • 10 Publié initialement en mars 1943, il fut repris dans La Diane française, Paris, Seghers, 1944.
  • 11 « De la poésie comme exercice spirituel », Fontaine, 19-20, mars-avril 1942.

5Comme l’écrit encore dans les années 1940 le critique suisse Albert Béguin, la forme même des textes poétiques se prête à une énonciation litanique, avec les éléments récurrents que sont « le vocatif d’adoration », « le retour des temps forts de la phrase » et le « refrain grammatical » : à la suite de l’abbé Bremond, Béguin conclut son texte par une analogie entre poésie et prière, entre « oraison » et « suggestion lyrique »9. Cet article de l’auteur helvétique publié pendant la guerre dans Fontaine, une revue hostile au régime de Vichy, s’inscrit dans le dernier moment fort d’une alliance entre matérialisme et tradition chrétienne, au nom d’un humanisme universaliste partagé. Avec son anaphore « Celui qui croyait au Ciel / Celui qui n’y croyait pas », le fameux poème « La rose et le réséda », écrit en 1943 par Louis Aragon10, sert d’étendard à cette alliance. Déjà, en 1942, un numéro de Fontaine s’intitule significativement : « De la poésie comme exercice spirituel »11.

6L’affirmation d’une responsabilité universelle répond à une situation extrême – la menace totalitaire planant sur l’Europe – et prétend conjurer le retour des forces obscures qui l’ont engendrée. Sa survenue rend momentanément compatible la quête esthétique spiritualiste avec la création pure, autonome, libre de toute entrave, bref, conforme aux critères de la modernité artistique définie, non sans tiraillements et contradictions, par Charles Baudelaire dès la seconde moitié du xixe siècle :

  • 12 Baudelaire (Charles), « Exposition universelle 1855 », dans Curiosités esthétiques, L’Art romantiqu (...)

Dans l’ordre poétique et artistique, tout révélateur a rarement un précurseur. Toute floraison est spontanée, individuelle. […] L’artiste ne relève que de lui-même. Il ne promet aux siècles à venir que ses propres œuvres. Il ne cautionne que lui-même. Il meurt sans enfants. Il a été son roi, son prêtre et son Dieu12.

  • 13 Emmanuel (Pierre), « Introduction », Paris, Seghers, « Poètes d’aujourd’hui », 1973 [1959].

7Ce qu’on appelle la poésie de la Résistance oppose la force de conviction des mots à l’avancée brutale du nazisme et redonne des accents sacrés à la geste poétique, y compris chez un matérialiste déclaré tel Aragon. Parmi les écrivains catholiques, Pierre Emmanuel incarne le retour de l’antique conception prophétique et mythique des rapports entre poésie et histoire : lié à la revue Esprit et à son directeur Emmanuel Mounier, le poète développe une sensibilité proprement spirituelle, révélée par la guerre et capable de nommer – autant que le permet la distance inhérente à la relation entre l’Être (Dieu) et le Dire (humain) – l’innommable13.

8Les mondes de l’art ne sont pas à l’abri des convulsions politiques et de leur oscillation : des motifs humanistes expliquent les convergences, sous l’Occupation, entre créateurs chrétiens et tenants d’un communisme athée ; la victoire des Alliés met un terme au développement de ces complicités. En effet, au lendemain de la Libération, les foyers artistiques ne sont pas épargnés par les tensions qui déchirent le tissu politique : de nouveau, une logique partisane prend le dessus et fait éclater les alliances de circonstance. Fait symptomatique des polémiques issues de la recomposition de l’Europe en deux blocs antagonistes, les liens amicaux entre le poète communiste Louis Aragon et le critique catholique Albert Béguin ne cessent de se dégrader. En 1949, Aragon rompt définitivement leur relation.

  • 14 Un colloque récent met l’accent précisément sur ce statut problématique (« L’écrivain catholique au (...)

9Au terme de cet affrontement aussi bien idéologique qu’esthétique, la plupart des artistes catholiques renoncent à mettre en avant leur foi dans l’acte de création : depuis 1945, il est devenu de plus en plus problématique d’énoncer le syntagme « écrivain catholique »14. Cette évolution provoque une mutation dans l’histoire de l’art. Dès l’annonce du credo moderniste par Baudelaire, l’appartenance confessionnelle est considérée implicitement comme un frein à l’épanouissement de l’individualité, de la singularité, de la spontanéité. Quand des créateurs comme Maurice Denis ou Marc Chagall pratiquent un art religieux sans renier la modernité artistique, ils semblent faire une entorse à un mouvement général jugé irréversible : l’interprétation courante décrit leur immersion dans le sacré comme une résurgence du passé.

10L’audience actuelle que connaît un écrivain comme Christian Bobin ne saurait faire illusion. À l’évidence, de nos jours, la poésie d’inspiration sinon d’appellation catholique n’attire ni la critique ni le public. Les rares frémissements éditoriaux dans ce domaine ne constituent qu’un tableau en trompe-l’œil. C’est sans véritable reconnaissance de l’institution littéraire que le courant prophétique ou mystique poursuit sa route en France, dans le sillage des grands aînés du siècle dernier, tels Paul Claudel, Francis Jammes et Charles Péguy. Dans la génération ultérieure, se détachent les noms – connus et célébrés à leur époque – de Pierre Jean Jouve, Patrice de La Tour du Pin, Jean Grosjean, Pierre Emmanuel et Jean-Claude Renard. Les auteurs vivants rattachables à cette lignée – comme Claude Louis-Combet, Bernard Jakobiak, Marc Alyn, Patrice Bouret, Jean-Pierre Lemaire, Dominique Cerbelaud, Gérard Pfister, Bernard Perroy ou Mathieu Baumier – ne manquent certes pas, mais ils ne possèdent pas l’aura de leurs prédécesseurs. Sans chercher à l’assimiler à une école, une chapelle ou un courant déterminé, il est possible d’inscrire Robert Marteau dans cette généalogie.

D’Esprit à Liberté

  • 15 La chronologie de ses collaborations se décompose comme suit : 108 entre 1961 et 1965, 45 entre 196 (...)
  • 16 Marteau (Robert), « Taureaux dans Bayonne », Esprit, mars 1960, pp. 434-436.
  • 17 Bourniquel (Camille), « Taureaux dans Bayonne », dans Pour saluer Robert Marteau, op.cit., pp. 230- (...)
  • 18 Ibid., p. 229.

11Les articles de Marteau constituent une part importante de son œuvre. Beaucoup d’entre eux furent réédités en recueils. Ils ont paru dans des revues françaises et étrangères. En France, c’est surtout à Esprit qu’il collabore : on ne recense pas moins de 156 contributions à ce périodique, sous quatre variantes – prose, poésie, critique littéraire et critique d’art. Il se révèle être un pilier de la revue généraliste en matière d’art et de littérature, surtout entre 1961 et 1965, période durant laquelle paraît le plus grand nombre de ses textes15. Esprit signifie d’abord pour Marteau l’appartenance à un groupe d’amis, autour de Camille Bourniquel, alors en charge des pages littéraires de la revue. C’est à l’instigation de ce dernier qu’il rejoint la rédaction d’Esprit en 1959. Marteau envoie à Esprit un texte poétique en prose, « Taureaux dans Bayonne », que Bourniquel remarque et publie16. En 1962, le directeur littéraire d’Esprit édite au Seuil le premier ouvrage de Marteau, un recueil de poésie : il en trouve même le titre, Royaumes17. À ce groupe se joignent deux relations de Marteau, eux-mêmes poètes, Paul Chaulot puis Jean-François Rollin. Indépendamment de l’orientation proprement personnaliste de la revue, qui prône un dialogue entre croyants et agnostiques, c’est indiscutablement la foi catholique qui soude ce petit groupe littéraire, resté « en marge des directions fondamentales de la revue18 ».

  • 19 Notons que le titre donné à la revue rappelle le fameux poème éponyme de Paul Éluard, autre figure (...)
  • 20 En hommage à Miron, décédé en 1996, Marteau donnera un poème à Liberté : « Ainsi, frère, c’est toi (...)
  • 21 Hébert a dirigé la revue durant les années 1980 et Melançon participé à son comité de rédaction.

12À l’étranger, c’est au Québec que Marteau publie le plus fréquemment, en particulier dans la revue montréalaise Liberté19, à laquelle il collabore à vingt-sept reprises entre 1968 et 1998. Cela n’a rien de surprenant, puisqu’il vécut, rappelons-le, à Montréal pendant une douzaine d’années. On retrouve dans cet ensemble de textes la palette des quatre variantes mentionnées. De la même manière qu’il s’est joint au groupe littéraire d’Esprit, c’est l’amitié qui rapproche Marteau de Liberté : en premier lieu, l’amitié durable et indéfectible du poète Fernand Ouellette. La claire expression de la foi catholique de ce dernier rappelle celle de Marteau : elle semble d’autant plus peser dans cette affinité élective qu’elle est devenue rare parmi les écrivains, tant au Québec qu’en France. Ouellette fut l’un des fondateurs de Liberté en janvier 1959. Parmi les proches de Marteau au Québec se trouvent d’autres animateurs de ce périodique : Jean-Guy Pilon, qui le codirige de 1959 à 1979 ; André Belleau, l’un de ses fondateurs ; Marie-Andrée Lamontagne, qui l’anime de 1993 à 1996. Mais c’est surtout avec Jacques Brault et son « frère » en poésie Gaston Miron20, puis avec François Hébert et Robert Melançon, que Marteau entretient des liens durables : tous les quatre ont d’ailleurs collaboré à Liberté21, lieu de sociabilité où l’« exilé » français se sent à l’aise parce qu’il peut y cultiver son propre jardin intellectuel.

  • 22 Directeur du service de la Radio-Télévision française en Amérique du Nord de 1949 à 1959, Emmanuel (...)

13Dans cette constellation autour de Liberté, Ouellette joue un rôle primordial en tant que principal introducteur du poète français au Québec. Les premières productions de Marteau au Québec, avant même son installation à Montréal, passent par Liberté, ainsi que par des émissions de Radio-Canada réalisées par Ouellette. Dès 1965, Marteau y intervient auprès du réalisateur montréalais en tant qu’auteur et interviewer : sa première collaboration porte sur une série de sept émissions, d’une heure chacune, consacrée à Pierre Jean Jouve, poète peu loquace et à l’abord difficile, que Marteau convainc de participer, à la surprise de beaucoup. À cet ensemble de sept volets radiophoniques collaborent notamment Pierre Emmanuel et André Marissel, deux proches de la revue Esprit22. Par ce moyen, les milieux que composent les deux revues, française et québécoise, trouvent un terrain pour communiquer : de part et d’autre de l’Atlantique, Marteau s’efforce d’établir puis de consolider des passerelles par le biais des revues et de la radio.

  • 23 Marteau publie en effet à New York (Les Vitraux de Chagall, Tador, 1973), à Toronto (Atlante, Exile (...)

14Le réseau mis en place ne s’étend pas seulement de la France au Québec. Il empiète sur l’Amérique du Nord, car Marteau nourrit des liens avec plusieurs poètes, éditeurs et revues du Canada anglais et des États-Unis23. Leur axe de ralliement repose sur la foi catholique, et l’inspiration qui les guide s’y ancre pareillement. Comme nous allons le voir à travers deux de ses articles, les collaborations de Marteau à la revue Liberté ne dérogent point à ce principe créatif.

Du « retour des dieux » au « poète qui regarde la croix »

  • 24 Marteau (Robert), « Le retour des dieux », Liberté, 10-4, juillet-août 1968, pp. 36-41.
  • 25 En 1954, le jeune inconnu Pilon a demandé et obtenu de Char une préface à son recueil Les Cloîtres (...)
  • 26 Marteau (Robert), « Le retour des dieux », op. cit., p. 39.

15Durant l’été 1968, Marteau publie dans Liberté un article élogieux sur René Char24. Parmi les collaborateurs de cette livraison consacrée à l’auteur des Feuillets d’Hypnos, figurent Jacques Brault, Gilles Marcotte, Jean Starobinski, Georges Mounin, Édith Mora et un ami de Marteau, Paul Chaulot, qui écrit régulièrement dans Esprit. Le directeur du périodique est alors Jean-Guy Pilon, lequel entretient une liaison épistolaire avec Char25. Les œuvres de ce dernier se rangent parmi ce que la poésie de langue française produit de mieux à l’époque, selon les jugements émis par la critique et ses pairs, de Maurice Blanchot à Albert Camus. Le poète catholique, quant à lui, s’applique à lire dans la poésie de Char la présence divine : ce n’est pourtant pas celle du Christ, de Dieu au singulier, avec un « D » majuscule ; mais celle des dieux au pluriel, avec un « d » minuscule. Est-ce à dire que le Dieu des chrétiens ne serait qu’une des manifestations possibles de cette présence ? Toujours est-il que la poétique de Char s’apparente selon Marteau à un idéal de création, en ce sens qu’elle traduit exemplairement « [l]’effort du poète : le rapatriement des dieux, qui est rapatriement de l’homme, et de la terre elle-même en son ciel26. »

16Au-delà de la prise en compte des obsessions de Char, il s’agit pour Marteau de récuser l’usage du prêt-à-porter de la critique universitaire, dont font partie les catégories commodes, mais réductrices du réalisme et du spiritualisme :

  • 27 Ibid., p. 41. C’est l’auteur qui souligne.

[Le poète] sait alors que les signes de ce monde-ci répondent à ceux d’un autre monde, qui est celui de l’esprit. D’un même coup sont balayés réalisme et spiritualisme pour le dévoilement de cette réalité du réel dont nous rendent compte les mythes, chroniques du sacré27.

17Malgré cet éloge, la relation de Marteau à René Char ne coule pas de source. Comme l’a noté le critique montréalais Gilles Marcotte, qui connaissait intimement l’auteur français établi au Québec, les deux œuvres ne se situent pas sur un plan identique, et leurs motifs diffèrent sensiblement. Comme l’avaient fait l’abbé Bremond puis Albert Béguin dans leur approche théorique de la poésie, Marcotte emploie le mot « prière » pour qualifier l’œuvre de Marteau. Assurément, lui-même ayant contribué à ce numéro, le chroniqueur de Liberté a lu avec attention l’article que Marteau a consacré à René Char. Mais il prend soin, concernant l’idée du poème comme prière, de distinguer nettement les visions des deux poètes. Il rappelle par là même une donnée majeure et souvent minorée : le caractère imprécateur, radicalement hostile à la modernité triomphante, de l’écrivain français devenu montréalais :

  • 28 Marcotte (Gilles), « La langue », dans Pour saluer Robert Marteau, op.cit., p. 28.

Il y a du religieux chez Marteau, disons même une foi, et le mot « prière » s’y fait entendre à plusieurs reprises, alors qu’il n’aurait aucun droit de citation dans l’œuvre de René Char. Aussi son opposition au monde moderne, à l’actualité, est-elle beaucoup plus radicale. Et plutôt que d’opposition, même, c’est de jugement qu’il faut parler : la poésie de Marteau juge le monde, le monde où elle est forcée d’apparaître, avec une sévérité qui se déploiera […] avec une violence inouïe. Marteau, le doux Marteau, l’ami de la nature, des arbres, des oiseaux, celui qui n’aime rien tant que la promenade attentive, la contemplation, le voici qu’il tire à boulets rouges sur tout ce qui bouge autour de lui […]28.

18Marteau n’invoque pas la prière métaphoriquement, dans une optique illustrative ou contemplative. Il en fait l’essence, le principe actif de sa poésie, par le pouvoir qu’il lui confère de rendre compte d’une réalité indissociablement humaine et divine. La prière est intercession, mieux, complicité divine, une complicité que le poète ne peut se résoudre à voir disparaître, sous peine de perdre le secret de son art. S’il y a « alchimie du Verbe », ce n’est pas seulement en référence à Rimbaud, mais par le fondement religieux, mythologique et biblique de l’écriture. Les œuvres personnelles de Marteau, le foisonnement de ses sonnets constitués en « objets sonores », de même que ses travaux critiques – en littérature, peinture ou sculpture – en font foi : il est toujours à l’affût de la conjonction des signes terrestres et célestes. La grâce du poète tient dans la capacité qu’il développe de traduire ces signes d’une richesse infinie en un idiome à l’abord maladroit. Seule l’acuité des sens et des mots – leur précision, non leur préciosité – permet de relever le défi. Il s’agit de polir le verbe moyennant une écoute attentive des bruits de la nature, une compréhension, aussi fine que possible, de la langue des oiseaux et des insectes, des fleurs et des arbres. Une telle poésie ne peut effectivement se concevoir que comme un « exercice spirituel », la quête d’un sacré dont l’universalité, comme l’atteste l’étymologie, puise son inspiration dans la foi catholique, même si elle ne s’y réduit pas, comme y insistent plusieurs de ses commentateurs.

19Quand Marteau retrouve dans l’œuvre de René Char l’expression de mythes ancestraux, il rejoint, animé par l’intérêt qu’il porte à tout ce qui touche au sacré, ses propres préoccupations. Il lui importe d’identifier et de restituer, à travers une histoire multiséculaire de la littérature, ce qui ressortit à la fable, aux diverses traditions mythologiques et alchimiques. Ce que recouvre aujourd’hui le vocable d’imaginaire, loin de se nicher seulement dans les livres, correspond pour lui à notre réalité, dont la substance est à la fois humaine et divine. Pierre Dubrunquez a bien résumé le « singulier mimétisme dont le poète est le témoin » :

  • 29 Dubrunquez (Pierre), « L’homme qui marchait dans les images », La Licorne, 117, 2015, p. 142. La ci (...)

« Rendre la réalité : l’unique devoir. » Tel se présente dans une formulation lapidaire le réalisme qui gouverne la poétique de Robert Marteau. Une poétique – non un parti pris esthétique – porteuse d’un « grand réalisme » […]. Une poétique c’est-à-dire une connaissance (parce qu’ici connaître est une modalité d’être), mais qui loin de les opposer rend complices l’un de l’autre le sujet connaissant et l’objet qui se donne à lui29.

20Cette ouverture à la fable, au mythe et à l’alchimie présente un caractère « œcuménique », non pas qu’il faille y voir un dialogue fondateur de convergences entre les religions, mais plutôt l’inscription du christianisme dans une très longue histoire du sacré, où l’antiquité et ses intercesseurs, tels Virgile ou Pétrarque, ont leur place à part entière.

  • 30 Ughetto (André), « La théodicée poétique de Robert Marteau », La Licorne, 117, 2015, p. 121.

21Aussi peut-on lire les œuvres de Marteau comme « une poésie certes profondément religieuse (au sens le plus large du terme), mais non inféodée au christianisme qui en est la source pourtant la plus directe, quoique non exclusive30. » La réflexion est pertinente sur le fond. On peut trouver cependant sa formulation alambiquée : comme s’il s’agissait, par les vertus de l’euphémisme, d’atténuer les réticences contemporaines devant l’expression artistique d’une foi chrétienne. La prudence du commentaire et ses restrictions répétées dénotent probablement un embarras : l’affirmation d’une essence chrétienne dans la création poétique sème le doute chez les critiques actuels, parce qu’elle prête à des connotations péjoratives dont il est difficile de se départir.

  • 31 Marteau (Robert), « Rina Lasnier est elle aussi un poète qui regarde la croix », Liberté, 40-3, 199 (...)
  • 32 Ibid., p. 28.
  • 33 Ibid., p. 31.

22Marteau offre sa dernière contribution à Liberté trente ans plus tard, en 1998 : elle porte sur une poétesse québécoise née en 1910, Rina Lasnier, qui venait de s’éteindre en mai 199731. Le contenu de cet article montre que son approche poétique ne manque pas de constance. En remontant encore à l’étymologie des termes, le poète français décèle dans la poésie de Rina Lasnier une essence religieuse parce qu’elle est « l’inverse ou le contraire de la négligence32. » Une telle poésie requiert une extrême attention à la coalescence des signes terrestres et célestes, ainsi qu’à l’ordonnancement des mots qui en sont la traduction : « […] rien chez Rina Lasnier ne vient en écriture qui ne soit de quelque façon passé par la nature, et rien dans la nature qui n’ait affaire avec l’esprit33. » Cette réunion du divin, de la nature et de l’art découle des origines de la littérature latine chrétienne. L’acte poétique ne peut dès lors se concevoir que comme une « quête de voyance » :

  • 34 Ibid., p. 29.

Rina Lasnier est une âme vouée à la découverte, toujours en quête de voyance, ce qui fait que sa poésie se présente comme les traces marquées sur la terre par quelqu’un qui de son pas ouvre le chemin34.

23Ce « quelqu’un » n’est autre que le Créateur, le Dieu de la Bible. Taire son nom n’est pas une concession à l’air du temps, mais un moyen d’en suggérer et sanctifier la nécessaire présence. Contrairement à la stratégie critique courante qui consiste à valoriser des textes profondément religieux à partir de critères strictement esthétiques, Marteau ne met nullement en veilleuse la piété constitutive de la quête poétique de Rina Lasnier. Il souligne que son œuvre tout entière concourt à exalter la foi catholique. La poétesse québécoise rencontre ainsi un commentateur qui n’appose pas une lecture postmoderne sur son œuvre. Marteau se tient à distance d’un discours critique en termes de réhabilitation exclusivement esthétique, champ sémantique qui expulserait toute référence théologique. C’est que le critique partage avec son sujet une même sensibilité au sacré, l’intimité d’une voix qui s’élève pour porter la foi au plus haut du dicible.

Le dilemme catholique

24Les écrivains catholiques contemporains sont confrontés à un dilemme : exalter leur foi ou l’oblitérer, reconnaître leur inspiration sacrée ou la minorer, effaroucher la critique anticléricale ou complaire à ses exigences. Le processus d’autonomisation de l’art, qui prend son essor au XIXe siècle, conduit à imposer à l’artiste catholique la discrétion quant à la ferveur religieuse nécessaire à sa création. Dans les arts, la plupart des acteurs catholiques tiennent de plus en plus fréquemment ce discours : d’abord artistes, écrivains ou poètes, c’est à la seule aune esthétique qu’ils entendent être jugés. Un déplacement se produit dans ce qui définit la qualité de l’artiste et la source de son « authenticité » : du sacré au profane, d’un sens transcendant à un sens immanent.

25Un tel constat ne se réduit pas à une équation déterministe qui consisterait à faire de l’autonomie l’alpha et l’oméga de la condition artistique. Le déplacement évoqué est volontaire, il fait partie de la stratégie de résistance de beaucoup d’artistes catholiques. On peut généraliser le propos à d’autres catégories d’acteurs catholiques : dans leurs pratiques et leur présentation, la discrétion est de mise, et l’invocation fortement déconseillée. Au sein du monde catholique contemporain, il est fréquent de ne pas afficher sa foi, de dissimuler un pavillon confessionnel compromettant, de céder à la pression anticléricale.

  • 35 Indisposant Staline, qui ordonne à son encontre un blocus économique, la Yougoslavie communiste du (...)

26Née en 1932, la revue Esprit, animée par Emmanuel Mounier, présente à cet égard une évolution exemplaire. Proche à ses débuts de Jacques Maritain et des milieux dominicains – sans lesquels le périodique n’aurait pu financièrement exister –, Mounier va s’en éloigner : si le philosophe ne met pas entre parenthèses ses convictions catholiques, le directeur d’Esprit n’a de cesse de prôner un dialogue, parmi la rédaction et le lectorat, entre chrétiens, juifs et agnostiques. Une part non négligeable de l’équipe d’Esprit se rapproche des communistes à la Libération, tropisme auquel n’échappe pas Mounier. Cette lune de miel, au goût parfois amer, se prolonge jusqu’à la survenue de la crise yougoslave en 194835.

  • 36 Dans le numéro spécial consacré au cinquantième anniversaire de la revue Esprit, Thibaud considère (...)

27Mounier choisit donc d’éloigner la revue de ses ancrages confessionnels, ce qui déconcerte la frange maritainienne de ses lecteurs. À partir des années 1950, avec Albert Béguin puis Jean-Marie Domenach, la stratégie de mise à distance du catholicisme et du christianisme se poursuit. De 1977 à 1988, leur successeur, Paul Thibaud, accentue cette rupture avec les racines catholiques : il entend se démarquer d’une étiquette qu’il juge à son tour encombrante36. Quelles que soient la personnalité et la longévité de ses animateurs, Esprit suit de loin en loin une ligne de retrait confessionnelle : tous manifestent une continuité dans la démarche de délestage de la tradition catholique.

28Quant à la revue Liberté, sa naissance en 1959 survient à un moment où la société québécoise se met à rejeter son fonds religieux, perçu par les couches montantes de sa population comme un fardeau. D’emblée, les membres catholiques de la rédaction sont minoritaires : leur foi ne peut qu’être marginale dans la politique de la revue. L’œcuménisme tourne ici à l’évaporation de toute substance religieuse. Chez les fondateurs, se côtoient le catholique Fernand Ouellette et des anticléricaux déclarés, à l’image de l’écrivain Jacques Godbout, animateur durant les années 1960 du Mouvement laïque de langue française.

  • 37 Gugelot (Frédéric), La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935), Paris, É (...)
  • 38 Souvent clandestines, des revues et publications poétiques de « résistance spirituelle » se réfèren (...)
  • 39 Labelle (Gilles), « Sens et destin de la colère antithéologique au Québec après la révolution tranq (...)

29Au Québec, comme ce fut le cas en France, les auteurs et acteurs catholiques se tiennent désormais sur la défensive et font profil bas. Ils en viennent à abdiquer devant la véhémence et la virulence des adversaires de la matrice théologique. D’où leur frilosité à défendre une spécificité catholique dans les modes de pensée et les façons d’être au monde. Cette stratégie de survie s’adapte tant bien que mal à la disparition de l’ancien catholicisme canadien-français. La nouvelle tournure, humaniste et édulcorée, prise par une religion déclinante ne fait qu’entériner sa perte d’audience. En France, le rapport de force entre catholiques et anticléricaux a basculé depuis les débuts de la Troisième République. Au Québec, il faut attendre la « révolution tranquille », à l’aube des années 1960, pour qu’ait lieu un processus comparable de basculement : ce dernier n’est entrecoupé par aucune rémission, comme il avait pu s’en produire en France des années 1880 aux années 193037, ou encore pendant la fermentation littéraire catholique sous l’Occupation38. Sur les rives du Saint-Laurent, la « colère antithéologique »39 emporte tout sur son passage, à tel point que l’idée même de transcendance s’épuise et s’efface des ressorts symboliques de la création. On notera que dans les deux sociétés, mais avec presque un siècle de décalage, cette lutte acharnée contre la matrice catholique s’engage alors que l’Église, ayant perdu l’essentiel de sa puissance, ne forme plus une force directrice, ni pour la cité ni dans l’ordre de la création artistique.

  • 40 « Pour déceler la mue actuelle du catholicisme, Huysmans est une bonne pierre de touche. Ce à quoi (...)

30Dans leur grande majorité, en France comme au Québec, les pasteurs du catholicisme en viennent à refuser tout prosélytisme : ils renoncent à convertir et se défendent de propager la parole évangélique. Une telle abstention marque également la plupart des productions artistiques comme leurs résonances à travers la société. Symétriquement, les conversions d’écrivains et d’artistes au catholicisme deviennent rarissimes, comme le prévoyait Julien Gracq dès le milieu des années 197040.

31Cette position de repli répond à un changement paradigmatique quant à la place et au sens de l’art. Celui-ci n’est plus défini par l’idée sacrée d’une communion, d’un acte de foi collectif, mais par un jeu formel, virtuel, transgressif, défiant sa tradition et ses conventions. Désormais, il revient aux créateurs et récepteurs – transformés en monades isolées et autarciques – de s’adonner à une expérience hédoniste : la pratique de l’art consiste à ressentir du plaisir, et non plus la présence divine. Le ludique prime sur le liturgique dans la conception et la perception des œuvres. La seule évaluation esthétique autorisée est celle des pairs, dont font partie les critiques, et la seule sanction, celle du marché.

32Non pas seulement conséquence du long processus de sécularisation des sociétés, ce changement paradigmatique dans l’ordre artistique oriente le rapport au religieux et les définitions actuelles du catholicisme. Il légitime une logique individuelle de la table rase, par le rejet de toute affiliation, qu’elle soit spirituelle, culturelle, sociale ou politique. Une telle logique de désaffiliation – et son corollaire, la conquête d’une autonomie absolue – réassigne la place de l’artiste dans la cité. Elle rend caduc le syntagme « écrivain catholique ». Seul l’usage de la conjonction de coordination est tolérable. Il est inconcevable d’être écrivain catholique, même s’il est possible, à la rigueur, d’être écrivain et – accessoirement – catholique. La colère antithéologique ne s’arrête pas là. Peu après le discrédit jeté sur les créateurs catholiques, c’est au tour de leurs équivalents communistes de subir le même sort, de disparaître dans les limbes obscurs de l’histoire de l’art. Le renoncement à l’épithète « catholique » et à l’épithète « communiste » procède d’une même injonction, celle de créer librement, sans instance de contrôle moral ou idéologique : sans croix ni martyrs, envers et contre toute l’ancienne tradition ; sans faucille ni marteau, à distance respectable des utopies meurtrières du xxe siècle. La ferveur de création catholique et communiste est recouverte du même opprobre : la notion d’écrivain communiste est devenue aussi obsolète que celle d’écrivain catholique.

33Rétrospectivement, Béguin et Aragon se retrouvent unis, au-delà de leur rupture d’après-guerre. « Celui qui croyait au ciel et celui qui n’y croyait pas » se rejoignent en un passé révolu, version profane d’un purgatoire appliqué aux écrivains : dans la veine postmoderne, leur hétéronomie à l’égard de l’Église ou du Parti est une malédiction, et les lignées dans lesquelles ils s’inscrivent, vouées à disparaître.

Conclusion

  • 41 Pinson (Jean-Claude), « Poésie : un regain ? », Carnets. Revue électronique d’études françaises, II (...)

34Le genre poétique connaît un regain de vitalité à travers de nouveaux dispositifs scéniques qui font la part belle à l’oralité41. Mais l’audience de la poésie d’inspiration catholique n’en profite guère, et se réduit le plus souvent à de maigres cercles d’initiés. Au cours du second xxe siècle, et sans que des contraintes économiques puissent l’expliquer – tout le genre poétique étant marginalisé au plan éditorial –, les poètes catholiques ont mis en veilleuse la vocation spirituelle de leur création.

35Ainsi, sans vitrine médiatique pour s’exposer et se légitimer, la quête d’un Robert Marteau s’est déplacée vers le Nouveau Monde, le Québec notamment, où il vécut une douzaine d’années. Cet exil volontaire, d’ordre à la fois physique et métaphysique, est crucial dans sa biographie. L’Amérique du Nord constitue son « Arche du Refuge », métaphore empruntée à un tout autre contexte : la fuite à l’étranger des réformés français entre le xvie et le xviiie siècle, afin de ne pas renier leur foi. Enracinée dans la poésie pure, dans le langage considéré comme ultime « Refuge » et ultime « Désert », cette quête, qui se prévaut d’une essence chrétienne, ne rallie guère au-delà de son foyer initial. Malgré leur translation atlantique, les vers de Marteau résonnent mal dans la république des lettres. L’affirmation têtue de son catholicisme joue contre la reconnaissance littéraire du poète. Pour la plupart de nos contemporains, son chant polyphonique, renouant avec la naissance et la connaissance d’un verbe sacré, est inaudible. Sa renommée pâtit de la dépréciation du syntagme « écrivain catholique », auquel la majeure partie de l’actuelle critique n’accorde ni sens ni valeur.

Haut de page

Bibliographie

Aragon (Louis), La Diane française, Paris, Seghers, 1944.

Baudelaire (Charles), « Exposition universelle 1855 », dans Curiosités esthétiques, L’Art romantique et autres œuvres critiques, Paris, Garnier Frères, 1962, p. 120-126.

Bédouret-Larraburu (Sandrine) et Casanova (Jean-Yves) (dir.), « Robert Marteau, arpenteur en vers et en proses », La Licorne, 117, 2015.

Béguin (Albert), « Notes sur la litanie (Pour servir à l’intelligence du style de Péguy) », Fontaine, 19-20, mars-avril 1942, pp. 89-104.

Bon (François), « Robert Marteau, in memoriam », Le Tiers Livre, http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2583.

Bourniquel (Camille), « Taureaux dans Bayonne », dans Pour saluer Robert Marteau, Seyssel, Champ Vallon, 1996, pp. 229-232.

Bremond (Henri), Prière et Poésie, Paris, Grasset, 1926.

Char (René), « Lettres à Jean-Guy Pilon (1954-1978) », Liberté, 49-3, septembre 2007, pp. 7-21.

Dubrunquez (Pierre), « L’homme qui marchait dans les images », La Licorne, 117, 2015, pp. 137-146.

Fontaine, numéro intitulé « De la poésie comme exercice spirituel », 19-20, mars-avril 1942.

Gracq (Julien), Lettrines, tome 2, Paris, José Corti, 1974.

Gugelot (Frédéric), La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935), Paris, Éditions du CNRS, 1998.

Hébert (François), « Lettres. Adieu Robert Marteau », Le Devoir, 18 mai 2011, p. B7.

Labelle (Gilles), « Sens et destin de la colère antithéologique au Québec après la révolution tranquille », dans Jacques Palard, Alain-G. Gagnon et Bernard Gagnon (dir.), Diversités et identités au Québec et dans les régions d’Europe, Bruxelles/ Québec, Peter Lang/ Les Presses de l’Université Laval, 2006, pp. 337-364.

Labriolle (de) (Pierre), Histoire de la littérature latine chrétienne, Paris, Les Belles Lettres, 1920.

Marcotte (Gilles), « La langue », dans Richard Millet (dir.), Pour saluer Robert Marteau, Seyssel, Champ Vallon, 1996, pp. 25-31.

Marteau (Robert), « Taureaux dans Bayonne », Esprit, mars 1960, pp. 434-436.

Marteau (Robert), « Le retour des dieux », Liberté, 10-4, juillet-août 1968, pp. 36-41.

Marteau (Robert), Les Vitraux de Chagall, New York, Tador, 1973.

Marteau (Robert), Atlante, Toronto, Exile, 1979.

Marteau (Robert), Salamander, Princeton, Princeton University Press, 1979.

Marteau (Robert), Traité du blanc et des teintures, Toronto, Exile, 1980.

Marteau (Robert), « [À Saint-Sulpice] », Liberté, 39-5, octobre 1997, p. 5.

Marteau (Robert), « Rina Lasnier est-elle aussi un poète qui regarde la croix », Liberté, 40-3, 1998, pp. 24-33.

Marteau (Robert), Le temps ordinaire (Liturgie V 1999-2000), Seyssel, Champ Vallon, 2009.

Millet (Richard) (dir.), Pour saluer Robert Marteau, Seyssel, Champ Vallon, 1996.

Pierre Emmanuel, Paris, Seghers, « Poètes d’aujourd’hui », 1973 [1959].

Pinson (Jean-Claude), « Poésie : un regain ? », Carnets. Revue électronique d’études françaises, II, 9, janvier 2017, pp. 34-44.

Thibaud (Paul), « Le christianisme d’Esprit : Ferment ou latence ? », Esprit, janvier 1983, pp. 168-188.

Ughetto (André), « La théodicée poétique de Robert Marteau », La Licorne, 117, 2015, pp. 111-121.

Valéry (Paul), Œuvres, tome 1, Paris, Le Livre de Poche, 2016.

Haut de page

Notes

1 Marteau (Robert), Le temps ordinaire (Liturgie V 1999-2000), Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 254.

2 Tandis que le quotidien montréalais Le Devoir annonce le 18 mai 2011 la disparition de Marteau dans deux articles, l’un signé de son ami François Hébert (« Lettres. Adieu Robert Marteau »), l’autre de la rédaction (« Décès du poète Robert Marteau »), les grands médias et journaux français, à la notable exception du Monde, n’accordent aucune attention à ce décès. Certaines personnalités du milieu littéraire n’y sont toutefois pas insensibles : ainsi, sur son site Le Tiers Livre, François Bon diffuse un texte composé essentiellement de citations, intitulé « Robert Marteau, in memoriam », dans lequel il écrit : « Me rapprochait de Robert Marteau, dont j’appréciais cette rigueur d’écriture, qu’il avait l’âge de mon père et qu’on avait le Poitou en partage. L’herbe [Dans l’herbe] est un grand livre. […] un autre biais qui me rapproche de Robert Marteau, son Fleuve sans fin, journal du Saint-Laurent […]. »

3 « Robert Marteau, arpenteur en vers et en proses », études réunies et présentées par Sandrine Bédouret-Larraburu et Jean-Yves Casanova, La Licorne, 117, 2015.

4 Pour un éclairage biographique plus complet, voir Millet (Richard) (dir.), Pour saluer Robert Marteau, Seyssel, Champ Vallon, 1996, pp. 239-250.

5 La livraison de La Licorne comporte une riche section bibliographique, pp. 147-173.

6 de Labriolle (Pierre), Histoire de la littérature latine chrétienne, Paris, Les Belles Lettres, 1920.

7 Valéry (Paul), Œuvres, tome 1, Paris, Le Livre de Poche, 2016, pp. 689-691 et 1705-1713.

8 Bremond (Henri), Prière et Poésie, Paris, Grasset, 1926. Comme le titre l’indique, Bremond insistait sur la parenté mystique de la poésie avec la prière.

9 Béguin (Albert), « Notes sur la litanie (Pour servir à l’intelligence du style de Péguy) », Fontaine, 19-20, mars-avril 1942, pp. 89-104. Outre l’œuvre de Péguy, Béguin élargit son étude à des poèmes d’Aragon.

10 Publié initialement en mars 1943, il fut repris dans La Diane française, Paris, Seghers, 1944.

11 « De la poésie comme exercice spirituel », Fontaine, 19-20, mars-avril 1942.

12 Baudelaire (Charles), « Exposition universelle 1855 », dans Curiosités esthétiques, L’Art romantique et autres œuvres critiques, Paris, Garnier Frères, 1962, p. 126 (mots soulignés par le poète).

13 Emmanuel (Pierre), « Introduction », Paris, Seghers, « Poètes d’aujourd’hui », 1973 [1959].

14 Un colloque récent met l’accent précisément sur ce statut problématique (« L’écrivain catholique au xxe siècle », Université Paris-Sorbonne, Université d’Angers, Université de Lorraine, 23 décembre 2013, 23 janvier 2014, 6 février 2014).

15 La chronologie de ses collaborations se décompose comme suit : 108 entre 1961 et 1965, 45 entre 1966 et 1972, et seulement 3 entre 1973 et 1977, à la suite de son départ pour Montréal.

16 Marteau (Robert), « Taureaux dans Bayonne », Esprit, mars 1960, pp. 434-436.

17 Bourniquel (Camille), « Taureaux dans Bayonne », dans Pour saluer Robert Marteau, op.cit., pp. 230-231.

18 Ibid., p. 229.

19 Notons que le titre donné à la revue rappelle le fameux poème éponyme de Paul Éluard, autre figure majeure de la Résistance littéraire : paru en juin 1942 dans la revue Fontaine sous le titre « Une seule pensée », « Liberté » est repris en janvier 1943 dans Les Cahiers du Rhône, dirigés en Suisse par Albert Béguin.

20 En hommage à Miron, décédé en 1996, Marteau donnera un poème à Liberté : « Ainsi, frère, c’est toi qu’aujourd’hui [la mort] atteint / Dans l’octobre rutilant du Québec » (Robert Marteau, « [À Saint-Sulpice] », Liberté, 39-5, octobre 1997, p. 5). Le poème est daté du jeudi 10 octobre 1996.

21 Hébert a dirigé la revue durant les années 1980 et Melançon participé à son comité de rédaction.

22 Directeur du service de la Radio-Télévision française en Amérique du Nord de 1949 à 1959, Emmanuel a donné 34 contributions à Esprit, qui se répartissent de la façon suivante : 5 entre 1939 et 1949 ; 6 entre 1950 et 1954 ; 9 entre 1955 et 1956 ; 5 entre 1957 et 1958 ; 6 entre 1959 et 1964 ; 3 entre 1965 et 1971. Quant à Marissel, auteur d’un Pierre Emmanuel aux Éditions de la Fraternité en 1974, il fut l’un des recenseurs de l’auteure québécoise Anne Hébert pour Esprit, où il rendit compte notamment des romans Kamouraska dans le numéro d’octobre 1970 (p. 655-657), Les enfants du sabbat dans celui d’octobre 1975 (p. 545-546) et Les fous de Bassan dans celui de janvier 1983 (p. 262).

23 Marteau publie en effet à New York (Les Vitraux de Chagall, Tador, 1973), à Toronto (Atlante, Exile, 1979 et Traité du blanc et des teintures, Exile, 1980) et à Princeton (Salamander, Princeton University Press, 1979). Son ami canadien Barry Callaghan, dont il traduit de l’anglais Les Livres de Hogg (Montréal, Quinze, 1978), devient son éditeur en langue anglaise dans la revue Exile et les éditions éponymes.

24 Marteau (Robert), « Le retour des dieux », Liberté, 10-4, juillet-août 1968, pp. 36-41.

25 En 1954, le jeune inconnu Pilon a demandé et obtenu de Char une préface à son recueil Les Cloîtres de l’été (Montréal, L’Hexagone, 1954). Un titre du poète français, Les Matinaux, sert en outre de nom de baptême à la collection qu’il lance simultanément aux Éditions de l’Hexagone. Sur leur relation épistolaire, voir, dans un dossier ultérieur de Liberté consacré à Char, René Char, « Lettres à Jean-Guy Pilon (1954-1978) », Liberté, 49-3, 2007, pp. 7-21.

26 Marteau (Robert), « Le retour des dieux », op. cit., p. 39.

27 Ibid., p. 41. C’est l’auteur qui souligne.

28 Marcotte (Gilles), « La langue », dans Pour saluer Robert Marteau, op.cit., p. 28.

29 Dubrunquez (Pierre), « L’homme qui marchait dans les images », La Licorne, 117, 2015, p. 142. La citation de Marteau se trouve dans Le Message de Paul Cézanne, Seyssel, Champ Vallon, 1997, p. 59.

30 Ughetto (André), « La théodicée poétique de Robert Marteau », La Licorne, 117, 2015, p. 121.

31 Marteau (Robert), « Rina Lasnier est elle aussi un poète qui regarde la croix », Liberté, 40-3, 1998, pp. 24-33.

32 Ibid., p. 28.

33 Ibid., p. 31.

34 Ibid., p. 29.

35 Indisposant Staline, qui ordonne à son encontre un blocus économique, la Yougoslavie communiste du maréchal Tito rompt avec Moscou et conclut des traités commerciaux avec les pays occidentaux. Présenté comme une idéologie révisionniste délétère, le « titisme » s’attire les foudres des dirigeants soviétiques et de leurs relais communistes occidentaux.

36 Dans le numéro spécial consacré au cinquantième anniversaire de la revue Esprit, Thibaud considère que la confrontation au monde moderne impose aux chrétiens une leçon d’humilité : « Pour les chrétiens […] c’est renoncer à se prétendre indispensables, c’est arrêter de croire qu’ils portent le monde sur leurs épaules, que sans eux tout va s’écrouler. » (Paul Thibaud, « Le christianisme d’Esprit : Ferment ou latence ? », Esprit, janvier 1983, p. 187).

37 Gugelot (Frédéric), La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935), Paris, Éditions du CNRS, 1998.

38 Souvent clandestines, des revues et publications poétiques de « résistance spirituelle » se réfèrent alors à la tradition chrétienne de l’incantation. Leurs poèmes sont ensuite diffusés à plus grande échelle par Témoignage chrétien, Franc-Tireur et Les Cahiers du Rhône. Des auteurs inscrits dans ce mouvement de « résistance spirituelle », tels Pierre Jean Jouve, Pierre Emmanuel et Patrice de la Tour du Pin, usent largement des registres prophétique et mystique de cette tradition. Au lendemain de la guerre, avec Jean-Claude Renard par exemple, ces registres suscitent encore des vocations.

39 Labelle (Gilles), « Sens et destin de la colère antithéologique au Québec après la révolution tranquille », dans Palard (Jacques), Gagnon (Alain-G.) et Gagnon (Bernard) (dir.), Diversités et identités au Québec et dans les régions d’Europe, Bruxelles/ Québec, Peter Lang/ Les Presses de l’Université Laval, 2006, pp. 337-364.

40 « Pour déceler la mue actuelle du catholicisme, Huysmans est une bonne pierre de touche. Ce à quoi il s’est converti, c’est tout ce que l’Église vient de larguer, et rien que ce que l’Église vient de larguer. On peut d’ailleurs penser que les conversions d’écrivains et d’artistes vont se faire rares, mais le pape s’en moque, et mise pour l’avenir sur des races moins énervées [que les écrivains]. » (Gracq (Julien), Lettrines, tome 2, Paris, José Corti, 1974, p. 67).

41 Pinson (Jean-Claude), « Poésie : un regain ? », Carnets. Revue électronique d’études françaises, II, 9, janvier 2017, pp. 34-44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Fabre, « Robert Marteau ou la résistance catholique en poésie », COnTEXTES [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/7655 ; DOI : 10.4000/contextes.7655

Haut de page

Auteur

Gérard Fabre

Centre d’étude des mouvements sociaux, CNRS/EHESS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page