Navigation – Plan du site

Introduction. La figure de l’écrivain·e catholique de 1945 à nos jours

Frédéric Gugelot, Cécile Vanderpelen-Diagre et Denis Saint-Jacques

Texte intégral

  • 1 Preyat (Fabrice), Gugelot (Frédéric), Dierkens (Alain) et Vanderpelen-Diagre Cécile (éd.), La croix (...)
  • 2  Pour le cas français, quelques publications : Julliard (Jacques) et Winock (Michel) (Dir), Diction (...)
  • 3 Amadieu (Jean-Baptiste), La littérature française au xixe siècle mise à l’Index, Paris, Cerf, 2017.
  • 4 Desmazières (Agnès), L’inconscient au paradis. Comment les catholiques ont reçu la psychanalyse, 19 (...)
  • 5 Voir Chatelan (Olivier) et alii, « Sociologies catholiques », Archives des Sciences sociales des re (...)

1Ce numéro spécial s’inscrit dans le prolongement d’un chantier de recherche sur les figures de l’écrivain catholique depuis l’âge classique jusqu’à l’après-Deuxième Guerre mondiale1. Les travaux précédents ont montré que cette figure évolue en effectuant un mouvement qui est comparable à celui de l’éclipse ou de l’hélice ; en fonction de l’état du champ littéraire et du champ religieux, elle passe de l’ombre à la lumière, sans jamais disparaître toutefois. Depuis des siècles, ce mouvement est dépendant de la façon dont l’Église s’est adaptée à une « modernité » qu’elle a le plus souvent perçue comme agressive et déstabilisatrice. En fonction des époques et des conjonctures, elle a tantôt mobilisé des intelligences2, tantôt joué de sa capacité à interdire et à censurer3. À cet égard, les lois qui régissent les relations entre littérature et religion catholiques ne sont pas très différentes de celles auxquelles sont soumises les autres productions intellectuelles et artistiques. Dans le domaine des sciences, par exemple, l’Église est ainsi passée de l’excommunication du temps de l’ultramontanisme, à la publicité, après 1945, grâce aux talents pédagogiques des grands « réconciliateurs » avec la modernité que sont Teilhard de Chardin – à la fois préhistorien catholique et promoteur d’une pensée catholique de la modernité – et Georges Lemaître – père de l’atome. Les institutions catholiques s’illustrent aussi par la volonté de « catholiciser » espaces et mouvements de pensée, ancien ou moderne, pour gagner le combat culturel contre le monde nouveau. Les exemples sont nombreux de la volonté d’élaborer une paléontologie catholique, d’orchestrer une réception catholique de la psychanalyse4, et même de penser une sociologie catholique, où apologétique et recherches sociales se mêlent étroitement5.

  • 6 Lagrée (Michel), Religion et modernité. France, xixe-xxe siècles, Rennes, Presses universitaires de (...)
  • 7 Lagrée (Michel), La Bénédiction de Prométhée, Paris, Fayard, 1999 et Meunier (Martin), Laniel (Jean (...)

2Dans ces cas, comme dans celui de l’histoire de l’institution littéraire, les mêmes enjeux se posent et sont, pour les institutions ecclésiastiques : l’autorité, la tradition, l’avant-garde, la morale, la stratégie à l’égard de l’extérieur. Un constant rééquilibrage des positions s’opère entre le retrait – la « citadelle assiégée » – et la participation au monde. La négociation posturale s’articule à la question de l’orthodoxie de la pensée. Tout dépend de la capacité de l’Église à intégrer ou non ses fidèles novateurs. Le corps intransigeant peut se montrer apte à assimiler la nouveauté tant qu’elle ne remet pas en cause ce qu’elle considère comme intouchable6. Tout en préservant ses convictions profondément « antimodernes », l’Église borne donc son intransigeantisme quand il s’agit de technique7. Le néo-thomisme en particulier voit dans l’intervention humaine une participation à la création divine. Son triomphe favorise un meilleur accueil des nouveautés de l’effort humain. Une technophilie catholique est donc possible tant qu’elle reste cantonnée hors de l’autel liturgique et du dogme. Cet investissement fut un succès.

  • 8 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 199 (...)
  • 9 Serry (Hervé), Naissance de l’intellectuel catholique, op. cit.
  • 10 Gugelot (Frédéric), La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935), Paris, C (...)
  • 11 On verra dans la contribution de Denis Saint-Jacques à ce numéro que l’évolution du champ littérair (...)

3À la fin du xixe siècle et durant toute la première moitié du xxe siècle, la littérature de langue française a été marquée par des figures fortes de l’écrivain catholique. Celui-ci a trouvé à s’imposer selon de nouvelles modalité à la faveur de modifications profondes dans le champ littéraire et religieux. Dans le premier, on observe à la fin du xixe siècle une autonomisation du champ décrite par Pierre Bourdieu et qui autorise l’écrivain qui se revendique du catholicisme à afficher une identité inédite8. Clairement, dans l’espace médiatique, il ne peut pas s’exprimer en position de porte-parole d’une classe, d’un groupe religieux, d’une fraction de classe. En revanche, il peut intervenir en tant qu’« écrivain » ou « intellectuel ». La contemporanéité relative de l’autonomisation du champ littéraire et de « l’apparition » des « intellectuels » n’est pas un hasard et correspond à la spécialisation moderne des fonctions de la communication sociale9. Dans le même temps, le monde intellectuel et artistique français d’obédience catholique jouit d’une conjoncture favorable qui le fait apparaitre comme une alternative positive au rationalisme, au matérialisme et à l’assèchement de la République laïque. Ce phénomène se matérialise par une vague de conversions au catholicisme10. Le problème alors pour les intellectuels et artistes catholiques est de décider sous quelle « casquette » ils interviennent : en tant que catholiques ou en tant qu’écrivains ? Le philosophe thomiste Jacques Maritain propose une parade en distinguant : agir en chrétien ou en tant que chrétien. Cela permet d’imaginer que l’on puisse servir deux maitres, Dieu et l’art. Claudel, Mauriac ou Bernanos restent toujours très attentifs à porter leurs deux casquettes, à être reconnus par La Nouvelle Revue française, tout en préservant leurs attaches avec l’Église, au risque parfois de distendre les liens avec la tradition. Ce temps fut le triomphe d’une « littérature du péché et de la grâce » (P. H. Simon)11.

  • 12 Saint-Martin (Isabelle), Art chrétien/art sacré. Regards du catholicisme sur l’art en France, xixe-(...)

4Pour l’art, les interrogations furent les mêmes. La réception d’un « art chrétien » s’articule de façon proche à celle de la littérature d’inspiration catholique jusqu’à définir, dans les années 1950 en particulier, un « art sacré ». Ici aussi « la valeur de l’art chrétien se trouve subordonnée à sa valeur en tant qu’art, à sa légitimité à se réclamer du mouvement artistique12 » devenue de plus en plus autonome. Il marque ce passage du cultuel au culturel qu’inclut le processus large de sécularisation et de recomposition des modalités d’inscription dans de nouveaux régimes de religiosité.

5Or dans la seconde moitié du xxe siècle, la « disparition » du syntagme « écrivain catholique » devient un thème récurrent. François Mauriac l’avait déjà constaté en 1949 :

  • 13 Mauriac (François), « Les dernières colonnes de l’Église », Le Figaro, 17 mai 1949 cité dans La pai (...)

cette lignée de littérateurs catholiques de Chateaubriand (mais c’est à Pascal sans doute qu’il faudrait remonter, les Pensées étant la source de toute notre littérature chrétienne « personnelle ») et qui, de Veuillot et de Barbey d’Aurevilly à Léon Bloy, de Huysmans à Péguy, à Psichari, à Bernanos, de Maurice de Guérin à Verlaine, à Jammes, à Claudel, cette longue et illustre lignée de témoins paraît interrompue, sinon brisée. Personne aujourd’hui ne pourrait plus publier, comme il y a trente ans, un livre intitulé Les Témoins du renouveau catholique13.

6Mauriac est immédiatement contesté par plusieurs jeunes écrivains qui reprennent à leur compte cette figure. Il dégage alors les différences de générations entre les grands auteurs de l’entre-deux-guerres et ceux et celles qui surgissent après le deuxième conflit mondial en pointant celles entre lui et Gilbert Cesbron :

  • 14 Mauriac (François), Le nouveau bloc-notes. 3, 1961-1964, 28 décembre 1964, Paris, Flammarion, 1968, (...)

Suis-je plus près d’un romancier chrétien, qui croit tout ce que je crois et aime tout ce que j’aime comme Gilbert Cesbron […] ? […] Ce chrétien qui nous raconte une histoire n’escamote pas le mal : ni le mal physique, ni le mal moral, ni la chiennerie du sexe, mais tout ce qu’il regarde lui apparaît dans une lumière qui à moi m’a toujours manqué. Gilbert Cesbron est accordé au monde tel qu’il est. […] Ce « Tout est grâce ! » que j’aurai toute ma vie répété les yeux fermés, il le répète lui aussi, mais les yeux ouverts, sans jamais céder au dégoût, et débordant visiblement d’amour pour les créatures14...

7Cet épisode où un grand ancêtre nie l’existence d’une jeune pousse et se voit vivement contesté illustre la récurrence du thème de la « disparition ». D’autant que de gros succès commerciaux illustrent la validité du choix. Le 4 juin 1952, un prêtre envahit les écrans : Le petit monde de Don Camillo est une adaptation par Julien Duvivier du succès de librairie de Giovanni Guareschi, paru en Italie en 1948. Les affrontements fraternels du maire communiste Peppone et du curé du village séduisent un large public. Le livre, paru au Seuil en 1951, s’est vendu à 798 000 exemplaires en 1955. Dans un autre registre, les livres, souvent réécrits en films, de Graham Greene, ou d’Evelyn Waugh, confirment cette tendance. Mais, on se trouve ici dans la culture élargie, domaine où l’engagement idéologique et religieux n’a rien de problématique.

  • 15 « Puisque je faisais le tour des derniers écrivains catholiques (il n’y en avait plus beaucoup, bie (...)
  • 16 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Ed. de Minuit, 19 (...)
  • 17 Boncenne (Pierre), « Dieu recherche intellectuels désespérément », Lire, n° 164, mai 1989, p. 53.
  • 18 Valasik (Corinne), « Intellectuels/écrivains catholiques en France actuellement : une désillusion ? (...)
  • 19 Pelletier (Denis), « Le "silence" des intellectuels catholiques français », op. cit., p. 298.

8Pourtant dans les années 1980, bien des critiques et des essayistes constatent à nouveau la disparition de la voix des écrivains catholiques. Indéniablement entre 1950 et 1980, le milieu littéraire croyant apparaît de plus en plus en retrait depuis la disparition des grands monstres sacrés de la littérature catholique. À l’image d’une Église de plus en plus désertée, la littérature d’inspiration chrétienne s’estompe dans les années 1960, avec la mort des grands auteurs, Bernanos dès 1948, Claudel en 1955 et Mauriac en 197015. Cette littérature d’inspiration catholique, comme toute la littérature, est touchée par la « déterritorialisation de la langue », le « branchement de l’individuel sur l’immédiat politique » et l’« agencement collectif d’énonciation » hors du catholicisme16. En 1989, Pierre Boncenne titre un de ses articles : « Dieu recherche intellectuels désespérément ». Il précise : « L’ennui, aujourd’hui, c’est que l’idéal chrétien n’a plus d’écrivains à décorer »17. Les écrivains catholiques ont disparu, les intellectuels catholiques s’enfoncent dans le silence18. Un modèle s’effondre19.

9Les belles heures de la littérature catholique ont-elles disparu avec Bernanos, Claudel et Bernanos et Mauriac ? La question se pose d’autant plus que, dans les années 1960, le monde catholique connaît des bouleversements profonds dans les suites du Concile Vatican ii. L’Index est supprimé en 1966 et les modalités de mise en place de la ligne de défense morale est reconfigurée. Un système d’ « alerte » perdure en particulier pour le cinéma. On le voit à l’œuvre lors de la sortie du très peu orthodoxe La dernière tentation du Christ de Scorsese (1988) (adapté d’un roman d’inspiration catholique de Nikos Kazantzakis), ou encore de La Passion de Mel Gibson, dont la violence et le propos manichéen dérangent. Les livres peuvent également susciter la polémique, qu’on pense à Da Vinci Code de Dan Brown dont la lecture est déconseillée en chaire. Il faut noter qu’il s’agit de supports ou d’œuvres au public potentiellement large ; pour le champ littéraire restreint, point n’est besoin... Dans le même temps, la conception de l’encadrement des fidèles, de leurs lectures ou de leur écriture change. Si auparavant c’était à l’Église enseignante (le clergé) qu’il revenait de définir les lignes de conduite morales, la responsabilité en incombe désormais à l’Église enseignée (le laïcat). Le déclin de l’autorité ecclésiastique produit une modification du rapport à l’écriture et à l’engagement.

  • 20 Gugelot (Frédéric), La messe est dite. Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en Fran (...)

10En dégageant la récurrence et les transformations de la réception de cette figure d’auteur.e, il s’agit d’enregistrer les fluctuations de cette catégorie et de repérer les domaines qu’elle investit, ou pas. L’écrivain·e catholique s’attache-t-il·elle à un genre littéraire plus qu’à un autre ? Se distingue-t-il·elle par des engagements sociopolitiques différents au sein du monde des lettres ? Par des aires géographiques particulières ? Sa chronologie diffère-t-elle de celle du monde littéraire ? L’anticolonialisme, la mémoire de guerre, les nationalismes, les prêtres-ouvriers, Vatican ii, la déchristianisation et la sortie des couvents, le féminisme, le marxisme sont autant d’événements et de mouvements qui ont inspiré des écritures singulières et ont eu des résonances différentes en fonction des générations et des origines sociales et nationales. Si Mauriac distinguait des générations, il nous revient de cerner des familles d’écriture, des filiations et leur extinction. Ces moments ont dessiné des oscillations qu’il s’agit de localiser entre un pôle obsédé par l’ordre et la morale et un autre qui ouvre les yeux sur le monde et veut lui accorder la grâce sans condition20. Si ce numéro se focalise essentiellement sur la France et les pays francophones, il ébauche les influences, les importations et exportations de et vers les autres espaces linguistiques.

  • 21 Durand (Pascal) et Sindaco (Sarah), « Postures et figures "néo-réactionnaires" », COnTEXTES [En lig (...)
  • 22 Houellebecq (Michel), Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019, p. 347.
  • 23 Verpoorten (Laurent), « De la sérotonine à l’hostie », La Libre Belgique, 8 mars 219, p. 38.

11Les écrivain·e·s qui se revendiquent du catholicisme ne sont jamais tout à fait absents de la scène médiatique et littéraire, mais il y a des moments où ils gagnent en visibilité. Les raisons de cette mise sous projecteurs ne sont le plus souvent pas faciles à repérer. Ces écrivain·e·s peuvent ainsi défrayer la chronique au gré de thèmes qui reviennent sur les devants de la scène de manière cyclique : la décadence, le déclin, l’enracinement. C’est le catholicisme comme excentricité, comme esthétique baroque, perceptible chez Chesterton et Waugh, minoritaires au sein d’une société protestante, ou dans la même veine, la « coquetterie » d’être catholique chez Philippe Sollers ou Houellebecq. Pendant ce temps, perdure le roman à thèse, largement promu par le catholicisme intégral et qui donc a son public. Le succès du livre de Jean Raspail, Le Camp des saints, le démontre. Ces dernières années, par exemple, la lumière projetée sur les « néo-réactionnaires » a rejailli sur le catholique traditionaliste Richard Millet ou le plus inclassable Michel Houellebecq21. Le roman Sérotonine se clôt sur la figure rédemptrice de Jésus-Christ et envoie un message rassurant à notre monde désolé : Dieu s’occupe de nous et nous donne l’amour, l’extase et les illuminations qui seules nous sauveront22. Pour le journaliste à la Radio chrétienne francophone belge Laurent Verpoorten, « que le message chrétien soit validé par un écrivain majeur contemporain mettra sans doute du baume au cœur des catholiques. Et ne manquera pas d’interroger les autres23 ».

12Les effets de champ ne sont pas à sous-estimer. L’estompement de la présence des écrivain·e·s catholiques dans les années 1960 correspond à l’essoufflement de la figure de l’écrivain·e engagé·e. Celle de l’expert·e en sciences humaines impliqué.e dans l’action prend le pas sur l’écrivain·e dans sa tour d’ivoire. C’est dans le domaine de l’histoire, savante ou plus romancée, que les catholiques reçoivent leurs lettres de noblesse, que l’on pense aux Belges Georges-Henri Dumont et Jo Gérard ou aux Français Max Gallo, Jean Delumeau et René Rémond. Emile Poulat s’investit quant à lui dans la sociologie.

13Les conjonctures propres au monde catholique déjà signalées sont tout aussi opératoires après la Deuxième Guerre mondiale. Les années 1960 sont monopolisées par le Concile Vatican ii et ses suites. L’année 1989, date de chute des grands systèmes de pensée et de croyance, annonce le retour des écrivain·e·s catholiques sur la scène littéraire (Sylvie Germain, François Taillandier). Ceux-ci sont alors disponibles dans les années 1990 quand s’exprime l’aspiration à une nouvelle visibilité autour du changement de siècle.

14Il n’y a donc à certains moments pas disparition, mais réduction de la visibilité de la figure de l’écrivain·e catholique. Il n’y a d’ailleurs pas une seule figure de l’écrivain·e catholique, mais au moins deux types : le polémiste que Maurice Clavel illustre dans les années 1970 et la figure du « prophète » tel Bobin dans les années 1990. Si une première veine fait porter l’accent sur l’ordre et la morale, une autre a des accents plus spirituels, éthico-esthétiques (Marie Noël par exemple) ; ces différences se fondent sur une vision théologique différente. Les premiers insistent sur le péché originel alors que ceux de la veine spirituelle insistent sur le rachat par l’Incarnation. La première veine combat une société en déclin, décadence de laquelle participe l’effondrement du religieux et de l’Église comme institution, la seconde refuse la désincarnation du monde, elle rejette un temps déchristianisé, mais perçoit le christianisme comme un ferment. Ces choix, y compris fictionnels, visent explicitement des publics différents. La veine de l’ordre promeut une littérature d’identité, de pérennité destinée à un public déjà conquis, mais qu’elle confirme dans ses choix spirituels, sociaux et politiques. La seconde aspire à élargir son public pour toucher le plus grand nombre possible. La recherche de la validation littéraire est aussi un choix apologétique.

15D’autant qu’il ne faut pas se focaliser sur les romans, il y a une littérature catholique qui trouve ses lettres de noblesse dans d’autres espaces. D’autres choix littéraires s’inscrivent avec succès dans le marché du « bien-être mental » en recherche de spiritualité : Paulo Coelho, Khalil Gibran ou même Christian Bobin. Cela veut dire que des écrivain·e·s catholiques parviennent à convertir leur littérature pour s’adresser à un public non captif des institutions religieuses (même si ce public reste important). Le marché de l’ésotérisme et occultisme qui se développe fortement dès les années 1950 ne se réduit donc pas au seul succès de la littérature bouddhiste tel l’ouvrage de Sogyal Rinpoché, Le livre tibétain de la vie et de la mort, publié en 1993 en France, et qui connaît un grand succès et plusieurs rééditions. Il apparaît comme un de ces ouvrages passerelles qui mêlent tradition tibétaine et quête contemporaine. Sur ce marché, les auteur·e·s catholiques parviennent à répondre à une vraie demande sociale. Les titres de littérature mystique participent de cette vogue comme le vif succès de Teilhard de Chardin après sa mort et durant les Trente Glorieuses, ou le retour récurrent des ouvrages de Simone Weil (autour des valeurs de l’engagement et de la pauvreté), et la découverte d’autres œuvres comme celle d’Etty Hillesum sur la Shoah. La littérature et l’art demeurent un lieu possible d’une authentique expérience religieuse.

16La poésie catholique est une preuve supplémentaire d’un courant qui, même quand il n’est pas très visible, reste très vivant avec des auteur·e·s comme Robert Marteau, Jean-Claude Renard et Colette Nys-Mazure.

17Un autre exemple est la reconnaissance de la BD qui dispose d’une veine catholique au succès mondial (Jijé, Hergé, et les maisons Dupuis, Casterman). Le polar, la littérature sentimentale, la littérature jeunesse (les éditions Averbode, Fleurus, Mame, Bayard) sont confrontés aux mêmes enjeux, aux mêmes évolutions, aux mêmes interrogations. S’agit-il simplement d’éditer ou faut-il aussi édifier ? Des maisons d’édition à la santé plus ou moins solide, tels Bayard, Cerf ou Desclée, restent des leviers et des débouchés puissants de la diffusion des œuvres catholiques.

18Les lieux de consécration-reconnaissance continuent à exister : le grand prix de littérature catholique (depuis 1945), le Prix des écrivains croyants, Scriptores catholici, les Grandes Conférences catholiques en Belgique. Par ailleurs un nombre appréciable d’écrivain·e·s qui s’autoproclament « catholiques » occupent des sièges dans les Académies française (Jean Guitton, Félicien Marceau) et belge (Xavier Hanotte, Armel Job).

19Bien des chantiers restent donc ouverts dans ce champ d’une littérature qui s’est peut-être détachée des enjeux de l’engagement, mais qui aspire toujours à concilier création et foi.

Haut de page

Bibliographie

Amadieu (Jean-Baptiste), La littérature française au xixe siècle mise à l’Index, Paris, Cerf, 2017.

Boisdeffre (Pierre de), Contre le vent majeur. Mémoires 1368-1968, Paris, Grasset, 1994.

Boncenne (Pierre), « Dieu recherche intellectuels désespérément », Lire, n°164, mai 1989, p. 53.

Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

Chatelan (Olivier) et alii, Sociologies catholiques, dossier des Archives des Sciences sociales des religions, n° 179, octobre-décembre 2017.

Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Ed. de Minuit, 1975.

Demers (Jean-Christophe), « Permanence et recomposition de la “religion culturelle”. Aperçu socio-historique du catholicisme québécois (1970-2005) », dans Mager (Robert) et Cantin (Serge) (dir.), Religion et modernité au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010.

Desmazières (Agnès), L’inconscient au paradis. Comment les catholiques ont reçu la psychanalyse, 1920-1965, Paris, Payot, 2011.

Durand (Pascal) et Sindaco (Sarah), « Postures et figures “néo-réactionnaires” », COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 06 décembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/6104.

Durand (Pascal) et Sindaco (Sarah), Le discours néo-réactionnaire, Paris, CNRS, « Culture et société », 2015.

Fouilloux (Etienne), « Intellectuels catholiques ? », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 53, janv.-mars 1997.

Gugelot (Frédéric), « Engagement des intellectuels catholiques », dans Duriez (Bruno), Fouilloux (Étienne), Pelletier (Denis) et Viet-Depaule (Nathalie) (Dir.), Les catholiques dans la République 1905-2005, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2005, pp. 91-95.

Gugelot (Frédéric), La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935), Paris, CNRS, 1998.

Gugelot (Frédéric), La messe est dite. Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au xxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

Gugelot (Frédéric), Vanderpelen-Diagre (Cécile) et Warren (Jean-Philippe), L’engagement créateur. Écritures et langages des personnalismes chrétiens au XXe siècle, dossier spécial Contextes, 12, 2012. URL : https://journals.openedition.org/contextes/5429.

Guyot (Claire), Les intellectuels catholiques dans la société française. Le Centre catholique des intellectuels français (1941-1976), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

Julliard (Jacques) et Winock (Michel) (Dir), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Seuil, 1996.

Lagrée (Michel), La Bénédiction de Prométhée, Paris, Fayard, 1999 et Meunier (Martin), Laniel (Jean-François).

Lagrée (Michel), Religion et modernité. France, xixe-xxe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

Langlois (Claude), « La naissance de l’intellectuel catholique », dans Colin (Pierre) (Dir.), Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Cerf, 1997, pp. 213-233.

Mauriac (François), Le nouveau bloc-notes. 3, 1961-1964, Paris, Flammarion, 1968.

Mauriac (François), La paix des cimes. Chroniques 1948-1955, Paris, Bartillat, 2000.

Pelletier (Denis), « Le "silence" des intellectuels catholiques français », Revue d’histoire ecclésiastique, 95-3, 2000, pp. 289-304.

Preyat (Fabrice), Gugelot (Frédéric), Dierkens (Alain) et Vanderpelen-Diagre Cécile (éd.), La croix et la bannière. L’écrivain catholique en francophonie (xviie-xxie siècles), Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, « Problèmes d’histoire des religions; 17 », 2007.

Saint-Jacques (Denis), « Une renaissance catholique », dans Lamonde (Yvan) et Livernois (Jonathan) (Dir.), Une culture de transition. La recherche de codes de substitution au Québec (1934-1965), Québec, Codicille éditeur, « Prégnance », 2018, pp. 19-28.

Saint-Martin (Isabelle), Art chrétien/art sacré. Regards du catholicisme sur l’art en France, xixe-xxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Serry (Hervé), Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004.

Vanderpelen-Diagre (Cécile), Mémoire d’y croire. Le monde catholique et la littérature au Québec (1920-1960), Québec, Éditions Nota bene, 2007.

Vanderpelen-Diagre (Cécile), Ecrire en Belgique sous le regard de Dieu: la littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Complexe-CEGES, « Histoires contemporaines », 2004.

Zelis (Guy) (Dir.), Les intellectuels catholiques en Belgique francophone aux 19e et 20e siècles, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, « Temps et espace », 2009.

Haut de page

Notes

1 Preyat (Fabrice), Gugelot (Frédéric), Dierkens (Alain) et Vanderpelen-Diagre Cécile (éd.), La croix et la bannière. L’écrivain catholique en francophonie (xviie-xxie siècles), Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, « Problèmes d’histoire des religions; 17 », 2007 et Gugelot (Frédéric), Vanderpelen-Diagre (Cécile) et Warren (Jean-Philippe), L’engagement créateur. Écritures et langages des personnalismes chrétiens au XXe siècle, dossier spécial Contextes, 12, 2012. URL : https://journals.openedition.org/contextes/5429.

2  Pour le cas français, quelques publications : Julliard (Jacques) et Winock (Michel) (Dir), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Seuil, 1996 ; Langlois (Claude), « La naissance de l’intellectuel catholique », dans Colin (Pierre) (Dir.), Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Cerf, 1997, pp. 2123-233 ; Fouilloux (Etienne), « Intellectuels catholiques ? », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 53, janv.-mars 1997 ; Pelletier (Denis), « Le "silence" des intellectuels catholiques français », Revue d’histoire ecclésiastique, 95-3, 2000, pp. 289-304 ; Guyot (Claire), Les intellectuels catholiques dans la société française. Le Centre catholique des intellectuels français (1941-1976), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002 ; Serry (Hervé), Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004 ; Gugelot (Frédéric), « Engagement des intellectuels catholiques », dans Duriez (Bruno), Fouilloux (Étienne), Pelletier (Denis) et Viet-Depaule (Nathalie) (Dir.), Les catholiques dans la République 1905-2005, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2005, pp. 91-95. Pour le cas québécois : Vanderpelen-Diagre (Cécile), Mémoire d’y croire. Le monde catholique et la littérature au Québec (1920-1960), Québec, Éditions Nota bene, 2007 ; Saint-Jacques (Denis), « Une renaissance catholique », dans Lamonde (Yvan) et Livernois (Jonathan) (Dir.), Une culture de transition. La recherche de codes de substitution au Québec (1934-1965), Québec, Codicille éditeur, « Prégnance », 2018, pp. 19-28. Pour la Belgique francophone : Vanderpelen-Diagre Cécile, Ecrire en Belgique sous le regard de Dieu: la littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Complexe-CEGES, « Histoires contemporaines », 2004 et Zelis Guy (Dir.), Les intellectuels catholiques en Belgique francophone aux 19e et 20e siècles, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, « Temps et espace », 2009.

3 Amadieu (Jean-Baptiste), La littérature française au xixe siècle mise à l’Index, Paris, Cerf, 2017.

4 Desmazières (Agnès), L’inconscient au paradis. Comment les catholiques ont reçu la psychanalyse, 1920-1965, Paris, Payot, 2011.

5 Voir Chatelan (Olivier) et alii, « Sociologies catholiques », Archives des Sciences sociales des religions, n°179, octobre-décembre 2017.

6 Lagrée (Michel), Religion et modernité. France, xixe-xxe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

7 Lagrée (Michel), La Bénédiction de Prométhée, Paris, Fayard, 1999 et Meunier (Martin), Laniel (Jean-François) et Demers (Jean-Christophe), « Permanence et recomposition de la “religion culturelle”. Aperçu socio-historique du catholicisme québécois (1970-2005) », dans Mager (Robert) et Cantin (Serge) (dir.), Religion et modernité au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010.

8 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

9 Serry (Hervé), Naissance de l’intellectuel catholique, op. cit.

10 Gugelot (Frédéric), La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935), Paris, CNRS, 1998.

11 On verra dans la contribution de Denis Saint-Jacques à ce numéro que l’évolution du champ littéraire fut différente au Québec et son autonomisation beaucoup plus tardive.

12 Saint-Martin (Isabelle), Art chrétien/art sacré. Regards du catholicisme sur l’art en France, xixe-xxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 131.

13 Mauriac (François), « Les dernières colonnes de l’Église », Le Figaro, 17 mai 1949 cité dans La paix des cimes. Chroniques 1948-1955, Paris, Bartillat, 2000, p. 106.

14 Mauriac (François), Le nouveau bloc-notes. 3, 1961-1964, 28 décembre 1964, Paris, Flammarion, 1968, p. 459-460.

15 « Puisque je faisais le tour des derniers écrivains catholiques (il n’y en avait plus beaucoup, bientôt ils ne voudraient même plus porter ce nom),… », écrit Pierre de Boisdeffre en évoquant les années 1950 (Boisdeffre (Pierre de), Contre le vent majeur. Mémoires 1368-1968, Paris, Grasset, 1994, p. 387).

16 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Ed. de Minuit, 1975, p. 33.

17 Boncenne (Pierre), « Dieu recherche intellectuels désespérément », Lire, n° 164, mai 1989, p. 53.

18 Valasik (Corinne), « Intellectuels/écrivains catholiques en France actuellement : une désillusion ? », dans La Croix et la bannière… op. cit., p. 165.

19 Pelletier (Denis), « Le "silence" des intellectuels catholiques français », op. cit., p. 298.

20 Gugelot (Frédéric), La messe est dite. Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au xxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

21 Durand (Pascal) et Sindaco (Sarah), « Postures et figures "néo-réactionnaires" », COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 06 décembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/6104 et les mêmes, Le discours néo-réactionnaire, Paris, CNRS, « Culture et société », 2015.

22 Houellebecq (Michel), Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019, p. 347.

23 Verpoorten (Laurent), « De la sérotonine à l’hostie », La Libre Belgique, 8 mars 219, p. 38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Gugelot, Cécile Vanderpelen-Diagre et Denis Saint-Jacques, « Introduction. La figure de l’écrivain·e catholique de 1945 à nos jours », COnTEXTES [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 avril 2019, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/7769 ; DOI : 10.4000/contextes.7769

Haut de page

Auteurs

Frédéric Gugelot

CERHIC-Université de Reims-CeSor-EHESS. Labex Hastec

Articles du même auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

Université libre de Bruxelles-CIERL

Articles du même auteur

Denis Saint-Jacques

Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page