Navigation – Plan du site

Des prêtres écrivains, la fin des écrivains catholiques (1960-1980)

Frédéric Gugelot

Résumé

Dans les années 1960-1970, paraissent plusieurs romans sacerdotaux, sous pseudonyme, qui dissimulent mal des clercs publiés sans imprimatur, alors que se conjuguent recul des pratiques, chute des vocations et désertion des militants. Même si l’un d’entre eux manque de peu le Goncourt, ces prêtres prennent la plume quand les écrivains catholiques disparaissent. Reflets des interrogations sur le sens de la cléricature, ils défendent une vision traditionnelle des prêtres. Ces fictions s’inscrivent dans une littérature d’ordre et de morale plutôt que d’incarnation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mauriac (François), Le nouveau Bloc-notes, 6 sept. 1962, Paris, Flammarion, 1968, p. 182.

On se croit bien seul; mais voici que des livres déposés […] sur ma table celui d’un inconnu se détache, […] me retient, me captive, moi qu’aucun roman n’intéresse plus. Qui est Jean Montaurier, l’auteur de Comme à travers le feu (chez Gallimard) ? Un prêtre ? ou un laïc comme Bernanos qui s’est fait curé de campagne pour tenir un journal ? S’il faut parier, je dirais un prêtre bien qu’aucun « nihil obstat » ne figure à la première page et que le souci d’être véridique l’emporte sur le désir d’édification1.

  • 2 Simon (Pierre-Henri), La Littérature du Péché et de la Grâce. Essai sur la constitution d'une Litté (...)
  • 3 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, Paris, Fayard, 1999 et Les écrivains et la politique en F (...)
  • 4 Claudel (Paul), Mémoires improvisées, Paris, Gallimard, 1954, p. 155.
  • 5 Serry (Hervé), La naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004.
  • 6 Thiesse (Anne-Marie), Le roman du quotidien, Paris, Seuil, 2000, pp. 214-215. « Ces auteurs de roma (...)
  • 7 Poncelet (Yves), Pierre l’Ermite, Paris, Cerf, 2011.
  • 8 Gugelot (Frédéric), La messe est dite. Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en Fran (...)

1À ce moment-là, Mauriac est la dernière des grandes figures catholiques de la « littérature du péché et de la grâce »2. Bernanos est mort en 1949 et Claudel en 1955. Mauriac apparaît alors comme celui qui peut introniser le successeur de cette veine, qui a obtenu avec eux ses lettres de reconnaissance dans le champ littéraire3. Il devine derrière le pseudonyme de Montaurier un prêtre. Jusque-là le sacerdoce semblait inconciliable avec l’écriture fictionnelle hors du champ de l’édification comme le rappelle Claudel : « l’attention complète, l’exigence totale et profonde qu’exige le service de Dieu n’est pas compatible avec la profonde attention qu’un vrai poète doit à son œuvre. (…) Je trouve que quand on est prêtre, il faut l’être tout entier, depuis les pieds jusqu’à la tête4 ». Les rares prêtres auteurs de romans s’inscrivent alors dans une littérature destinée au milieu catholique, sans débouchés dans le champ littéraire. Ces romans édifiants, comme les récits pieux, les adaptations d’épisodes bibliques ont la faveur de l’institution5. Leurs auteurs, souvent des femmes et des prêtres, ne disposent d’autres débouchés que les maisons spécialisées dans la littérature catholique6. Ainsi le jésuite Pierre Lhande qui publie Mon petit prêtre en 1918, récit d’une vocation qui éclot sous les yeux d’une mère, ou Pierre l’Ermite, pseudonyme du prêtre Edmond Loutil, aux multiples romans à succès7. On comprend mieux la surprise de François Mauriac découvrant cette fiction d’un prêtre. Ce n’est donc pas le genre qui surprend, Bernanos lui a donné ses lettres de noblesse, mais l’auteur. Or depuis le décès de Bernanos en 1948, toutes les tentatives de renouer avec ce personnage ont été soit un échec, avec Roger Bésus, soit affaiblies par un positionnement à thèse très prononcé, et centrées autour des prêtres de banlieue, avec Michel de Saint-Pierre. Pourtant les éditeurs quêtent avec avidité qui succèdera à Bernanos et connaîtra le même succès. Ce retour d’une nouvelle figure de curé de campagne est chargé de sens, car faire du prêtre un héros de fiction ne va pas de soi. Comment s’inscrit-il dans les deux veines de la littérature d’inspiration catholique, une veine où priment l’ordre et la morale qui insiste sur le péché originel, et une veine spirituelle, éthico-esthétique qui insiste sur le rachat par l’Incarnation8 ?

La crise du prêtre ou l’abbé Fleury alias Jean Montaurier

2Comme à travers le feu est selon le bandeau de l’ouvrage « Une vie de prêtre ». Il est surtout un cri d’alarme face à la crise du clergé. Ce journal intime dévoile le drame intérieur de deux prêtres qui s’interrogent sur le sens du sacerdoce.

  • 9 Titre de l’article de La Dépêche, 24 mars 1963. Voir aussi Le Figaro, 22 mars 1963.

3Jean Montaurier est le pseudonyme de l’abbé Fleury (1906-1992). Curé de Randan (Puy-de-Dôme), il ressent une « vocation tardive », celle d’écrivain. Son roman, Comme à travers le feu (Gallimard, 1963), retenu au Goncourt, le manque au dernier tour. Cet échec se fonde sur des raisons tant littéraires que de veine. Daniel-Rops l’explique dans un article intitulé, « Une injustice réparée » : « C’est en ces termes que notre éminent collaborateur Daniel-Rops, membre du jury, a commenté le résultat au cours de la réception qui a suivi l’attribution du neuvième Grand Prix catholique de Littérature à Jean Montaurier9. » Pour Daniel-Rops, bon connaisseur du milieu littéraire, le thème fut donc un obstacle à l’obtention du prix. Gallimard a néanmoins publié l’ouvrage. Il est vrai que pour les éditeurs, il ne faut pas manquer le prochain Bernanos.

4D’autant que ce roman décrit un monde perdu, celui de la France rurale et du catholicisme paroissial, à travers la crise du curé de campagne. Mais une ambiguïté hante l’ouvrage. Montaurier bénéficie de l’aura bernanosienne. Mauriac en a conscience :

  • 10 Mauriac (François), Op. cit., 6 sept. 1962, p. 182-183.

Les prêtres bernanosiens, et surtout le curé de campagne, ne paraissent pas vrais à la plupart de leurs confrères vivants, qui ne se reconnaissent pas dans ses créatures inventées dont les problèmes sont à leurs yeux de faux problèmes. Ils ont tort et raison. Les prêtres de Bernanos ne sont pas observés […]. [Les] saints, les médiocres, et même un maudit comme l’abbé Cénabre, sont les répliques successives du prêtre refoulé qui possédait Bernanos et qui différait des vivants par le génie, certes, mais aussi par un article du Credo qui paraît être chez Bernanos une vérité d’expérience, c’est que le mal est quelqu’un. Le démon10… 

  • 11 Prasteau (Jean), « Le curé de Randan a déjà oublié l’échec de Montaurier au Goncourt », Le Figaro l (...)

5Le critique met l’accent sur deux points essentiels. L’auteur est un prêtre auteur d’un récit sans l’accord de sa hiérarchie, preuve que les contraintes se sont desserrées sur les clercs écrivains au moment de Vatican ii. Le second revient à chaque décennie, écrivains et éditeurs recherchent le nouveau Bernanos. Les premiers comptes rendus insistent sur les traits communs. Luc Estang intitule son article du Figaro littéraire du 22 septembre 1962 : « Un autre “journal d’un curé de campagne” ». La saison des prix brise cette ambiguïté. Pressenti pour le Prix Goncourt de 1962, il perd sur des arguments peu littéraires. « Les Goncourt […] ont trouvé Jean Montaurier trop avancé en âge pour faire un lauréat et l’ont soupçonné d’être un écrivain d’occasion capable de ne plus jamais écrire de romans. […] On lui reproche certaines façons de parler de Bernanos11 ». Il n’obtient d’ailleurs aucune voix au tour final. L’âge de l’auteur a pesé, ses critiques contre Bernanos aussi. L’aspect documentaire a amplifié ce sentiment d’être en présence plus d’un témoignage que d’un roman. Le critique de La Croix, Guissard, apprécie ce choix :

  • 12 Guissard (Lucien), « Entre la foi et la révolte », La Croix, 9-10 septembre 1962.

Et comment ne pas songer à un témoignage en lisant ce livre tout entier consacré à une crise spirituelle, et à une crise qui déchire une âme sacerdotale sans la moindre concession au romanesque parfois très impur dont s’encombrent les romans sur le prêtre12 ?

6Car Montaurier revendique de réagir face aux prêtres de papier des décennies précédentes :

  • 13 Montaurier (Jean), Comme à travers le feu…, Paris, Gallimard, 1962, p. 56.

Je ne pense pas qu’il soit jamais possible à personne de comprendre le prêtre. Tout ce que l’on a pu dire ou écrire sur lui est faux, ou niais, ou terriblement incomplet. […] Je ne veux pas entendre par là que tout y soit faux dans leurs livres, ou tout inventé ! Il y a bien quelques coups de pinceaux dans lesquels le prêtre se retrouve. Mais quel fatras de sentiments, d’émotions inutiles, de mots posés là on ne sait trop pourquoi, d’attitudes ridicules, de situations bizarres, d’états d’âme factices, enfin d’ignorance. L’histoire du prêtre ne sera jamais écrite, pas plus que celle du saint. Le prêtre et le saint sont des abîmes de ténèbres et de lumière13.

7Cet argument est celui de la réaction catholique face au roman sacerdotal de la veine d’inspiration éthico-esthétique. Il rejette la figure littéraire du prêtre bernanosien :

  • 14 Ibid., p. 22.

Ma vocation acceptée est une vocation de joie. […] Le christianisme n’est pas une névrose, le sacerdoce un état clinique, ni le prêtre un homme dont les comportements intérieurs ressortiraient à la psychiatrie. […] La référence d’un auteur n’est pas la vérité, elle est le goût, souvent morbide, du lecteur. Les histoires de curés n’y font pas exception, car, et même parmi les chrétiens, ces lecteurs acceptent mal l’idée d’un prêtre équilibré et normal14.

8L’auteur se définit en opposition à la veine éthico-esthétique et s’en prend aux ficelles du roman sacerdotal :

  • 15 Montaurier (Jean), Comme à travers le feu…, Paris, Gallimard, 1962, pp. 58-60.

Ils [les auteurs] mettent assez régulièrement en scène un vieux prêtre, très mûr et de bon sens, rassis et plutôt bedonnant, usé, fatigué, fané, inoffensif. […] Et puis, dans ces fameux romans, il y faut aussi […] le jeune prêtre, le prêtre sans étoffe, timide ou trop hardi, en équilibre de corde raide, l’esprit et le cœur pleins à étouffer de cas de conscience insolubles […] tiraillé entre sa théologie et l’Évangile, dégingandé, plutôt sale, au verbe hésitant ou trop précipité […]. Évidemment [,] les filles l’aiment, assez sadiquement, devinant en lui je ne sais quel formidable secret à inventorier ou bien cette terrible maladie de l’homme dont elles se sentent toutes, et surtout les plus diminuées, capables d’être les infirmières. Il doit être interrogateur, mais pas à la façon d’un étudiant curieux, à celle, tellement plus odieuse, d’un pécheur sans espérance, d’un raté, d’un maudit. […] Il sent qu’une faille s’est ouverte entre ses livres et sa précoce expérience [.] Il vient trouver le vieux prêtre… La scène est connue et elle occupe pratiquement tout le livre. […] Le jeune prêtre repartira. Le vieux prêtre se frottera les mains. Le jeune prêtre recommencera de douter en refermant la porte15.

9Pourtant dans son propre roman, les conventions romanesques restent nombreuses comme le remarque la critique :

  • 16 Andrianne (René), « Comme à travers le feu », La Revue nouvelle, 15 mars 1963, p. 319.

[Nous] retrouvons cependant deux prêtres révoltés à la recherche d’un difficile équilibre entre la charité vivante et les institutions ecclésiastiques. Maints clichés dénoncés par l’auteur chez d’autres romanciers réapparaissent subrepticement au fil du récit : le prêtre révolté, le médecin et son positivisme, le professeur et son laïcisme, le jeune prêtre moderne, ses slogans et son groupe de militants révolutionnaires, le mendiant aux yeux purs et la petite vieille sainte et effacée16.

  • 17 « L’obéissance est le moyen mis par Dieu à la disposition des subalternes », Ibid., p. 320.
  • 18 Ibid., p. 306.
  • 19 Blanchard (P.), « Récit ou roman ? Comme à travers le feu… de Jean Montaurier », Prêtres diocésains(...)

10Montaurier justifie d’être un prêtre de plume par sa volonté de combattre les fausses images sur le sacerdoce de la veine bernanosienne. Comme à travers le feu est un roman de redécouverte de son métier de prêtre par un curé désespéré de la remise en cause du sacerdoce. Le bon prêtre selon Montaurier est un homme à la fois présent et séparé du monde. Sa sainteté est dans l’obéissance17. « La révolte s’étend, [les] enfants se révoltent de n’avoir pas choisi leur père. L’épouse, qui a choisi son mari, d’avoir été bernée. L’ouvrier de son patron. Tous les patrons de leurs ouvriers. Les curés de l’autorité18 ». Il dénonce les remises en cause de l’autorité familiale et sociale des années 1960. Ce roman renoue avec des lignes de force de la littérature d’ordre et de morale. La critique le comprend bien. La revue destinée aux prêtres, Prêtres diocésains, rend compte avec chaleur de l’ouvrage de Montaurier, mais s’interroge, elle aussi, sur sa forme « Récit ou roman ? ». Les arguments avancés par le P. Blanchard révèlent cette critique latente contre les prêtres prophétiques que partage l’auteur : « vérité » du témoignage, qui n’est pas « faussé par aucun contexte d’aventure sentimentale ou de difficulté sexuelle19 ».

  • 20 Montaurier (Jean), Ils luttèrent jusqu’à l’aube, Paris, Gallimard, 1967, p. 250.
  • 21 Ibid., p. 262.

11Face à la crise de sens du sacerdoce, Montaurier multiplie les ouvrages de fiction puis d’essai pour à la fois contrer l’image bernanosienne et revenir à une plus juste définition du clerc selon lui. Un autre roman, Ils luttèrent jusqu’à l’aube, pose le problème des relations entre Dieu et le prêtre. Une rencontre finale avec son évêque résout la crise. « Je suis un mauvais prêtre, Monseigneur, puisque je n’ai pas su devenir un saint20… » La morale de cette histoire énoncée par son supérieur est « Ne rêvez plus de sainteté21 ». Le roman est le lent cheminement d’un prêtre aspirant à la sainteté parce que prêtre et qui découvre que le bon prêtre n’est pas nécessairement un saint. Deux différences marquantes avec Bernanos apparaissent : le recours possible au supérieur et l’abandon de l’exigence de sainteté comme absolu clérical. L’auteur résume ainsi les principaux griefs adressés aux écrivains catholiques :

  • 22 Montaurier (Jean), Tout le reste est silence, Paris, Plon, 1969, p. 38.

Il y a trop de livres et bien trop d’écrivains. Ce n’est pas un métier d’écrire. C’est un déchirement. Un écrivain qui ne saigne pas use son encre pour des sous, ce qui est un commerce. Je te le dis : Jésus-Christ ne nous a pas sauvés en écrivant des livres… […] J’accorde aux écrivains de n’être pas des saints. Au nom sacré de Dieu, je leur refuse d’écrire s’ils ne sont pas des crucifiés22.

  • 23 Montaurier (Jean), Ils luttèrent jusqu’à l’aube Op. cit., p. 180.
  • 24 Ibid., p. 234.
  • 25 Les deux maisons, classées à droite, sont liées au niveau du capital depuis 1949. Mollier (Jean-Yve (...)

12Le rejet du prêtre bernanosien s’accompagne du rejet de l’écrivain catholique. La vision du clerc défendue par Montaurier renoue avec celle issue du Concile de Trente. « Il redevenait le moyeu d’une roue et sa paroisse s’accrochait à ce centre23 ». Et du prêtre, il passe à l’Église : « l’Église a toujours raison, même sans le savoir, parce qu’elle est conduite par l’Esprit24 ». Il veut défendre la vision traditionnelle du prêtre. La publication chez Plon et à La Table Ronde25 ne surprend pas et son succès témoigne de la fin de la figure du prêtre bernanosien.

La crise de l’Église ou les romans de l’abbé Louis Fafournoux

  • 26 Mazara (Pierre), « L’ "aggiornamento" au couvent », Le Figaro, 9 novembre 1971.
  • 27 Compte rendu de Louis Fafournoux, Cercle d’études d’Angers, n° 3, décembre 1971, p. 64. La bande du (...)

13Dix ans plus tard, un autre prêtre, aussi auteur tardif, nous livre la fiction d’une abbaye en crise, en un concentré de la crise d’adoption de Vatican ii. Le Figaro titre pour le compte rendu : « L’“aggiornamento” au couvent »26 pour le premier intitulé L’Abbaye de Grand Vent : « De ce combat intérieur, lié à celui de l’abbaye de Notre-Dame de l’Agonie, se dégage une impression d’inquiétude douloureuse, presque de doute. On sent passer le vent d’orage qui secoue l’Église comme celui qui frappe les murs de la grande abbaye dressée comme la haute tour d’un phare au milieu des récifs »27.

  • 28 Louis Fafournoux, L’Abbaye de Grand Vent, Paris, Gallimard, 1971, rabats intérieurs.
  • 29 La figure inspiratrice semble être l’abbé Vincent Serralda, rapatrié d’Algérie, qui en 1977 partici (...)

14L’auteur met en scène un couvent de bénédictines dans lequel l’intrusion d’un homme permet de percevoir les tensions intérieures et l’affrontement entre deux orientations du catholicisme. Le personnage principal est « L’abbé Alexis, un jeune professeur qui a dû abandonner son ministère d’enseignement dans un séminaire pour raison de santé, est envoyé par ses supérieurs comme aide-chapelain à Notre-Dame-de-la-Sainte-Agonie, au lieu-dit de Grand Vent »28. Il arbitre entre deux types de catholicisme, incarnés dans des prêtres opposés, dont l’abbé Roquoda29, prêtre rapatrié d’Algérie : 

  • 30 Ibid., pp.180-181.

L’abbé Roquoda qui a perdu beaucoup de choses en Algérie, son presbytère, ses modestes meubles, l’église qu’il a construite et qui sert désormais de mosquée […] est très en réaction contre ce qu’il appelle « le progressisme ». […]. Alexis a cru comprendre que Roquoda mettait un rapport de cause à effet entre cette erreur doctrinale et le départ des Français d’Algérie ». Roquoda attaque le père abbé sur le « vent de libéralisme et de démocratie qui, à son avis, perturbe l’Église, et en particulier sur l’introduction forcée du français dans la liturgie » alors que « - les bons chrétiens n’en veulent pas de “votre” français dans la messe ! la messe, c’est la Passion de Jésus, et les soldats romains qui crucifièrent Jésus parlaient latin, le latin de la messe ! On se targue d’esprit d’accueil, d’ouverture, de dialogue et pourquoi ? pour écouter les ennemis de l’Église qui veulent saper l’esprit chrétien. [C]’est le Christ que nous devons prêcher, le Christ ! et non pas Karl Marx ou Simone de Beauvoir […]. Ils ont toujours à la bouche le qualificatif de chrétien, mais la seule internationale qu’ils connaissent c’est l’internationale du communisme mondial à laquelle ils se sont vendus, comme Judas pour trente roubles30 !

15Roquoda lie déchristianisation, décadence du pays et abandon des colonies.

16Un divorce profond existe entre les deux prêtres, que résume ce court passage : « Et les vénérables traditions de l’Ordre bénédictin », dit l’abbé Roquoda. « Nous les adaptons au monde moderne ainsi que le désirent Paul VI et le Concile », répond l’abbé Grelone.

  • 31 Ibid., pp.182-183.

Vous me faites rigoler, mon Révérend, avec vos adaptations. Et la Croix, comment allez-vous l’adapter pour la rendre séduisante aux foules paganisées ? les clous, la couronne d’épines et le coup de lance, vous allez les adapter avec quoi ? dites-moi donc ce qui permettra aux clous de ne plus trouer les mains et les pieds, aux épines de ne plus déchirer le front, à la lance de ne plus percer le cœur. […] Il y a une belle bande d’hurluberlus à ce Concile, tous ces évêques qui veulent donner des ordres au pape au nom d’une soi-disant collégialité… la démocratie dans l’Église ! et la Primauté du pape qu’en faites-vous, mon Révérend31 ?

  • 32 Ibid.

17La morale de l’histoire est donnée par une jeune religieuse que l’abbé Alexis voit en rêve : « Un prêtre ne doit jamais désespérer »32.

  • 33 Montaurier (Jean], « Le visiteur apostolique », Œuvres des campagnes, n° 118, avril-juin 1981.
  • 34 Simon (Pierre-Henri), Le Monde, 3 déc. 1971.

18L’auteur Louis Fafournoux est présenté comme détenteur d’une licence de théologie, rien n’indique qu’il est membre du clergé alors qu’il est professeur de théologie, et appartient au diocèse de Clermont33. L’ouvrage bénéficie d’une bonne réception critique. L’Abbaye de grand vent est retenu dans la première liste du Goncourt et même classé second roman dans les meilleures ventes de la semaine du 24 janvier 1972 de la revue de droite Valeurs actuelles. La critique catholique est plutôt favorable, mais divisée sur l’interprétation. Chez les proches des milieux intransigeants, le livre est perçu comme favorable à leurs thèses. Le critique littéraire du Monde Pierre-Henri Simon, auteur d’un essai sur la constitution d’une littérature chrétienne depuis 1880 intitulé La Littérature du Péché et de la Grâce, conclut en 1957: « Je ne crois pas que l’intention de l’Abbaye de Grand-Vent soit une apologie de l’intégrisme : sur ce point, la thèse du roman est que l’Église ne peut durer que par l’équilibre de la tradition et de l’ouverture »34. Ce roman apparaît comme un attardé d’une grande aventure maintenant achevée, celle du roman catholique :

  • 35 Hesse (Frédéric-Guillaume), « L’abbaye de Grand Vent », Combat, 2 décembre 1971.

S’en souvient-on encore ? Il y eut naguère dans ce pays une belle floraison de romans catholiques. Depuis le vent souffle ailleurs et les apprentis romanciers se sont hâtés d’évacuer les potagers des presbytères pour aller semer sous d’autres cieux leur avoine et leur sainfoin. Dans les églises et les romans conventionnels d’aujourd’hui on dîne par petites tables en évoquant gentiment de graves questions sauf celles des fins dernières. […] Dans de telles conditions, doit-on considérer le roman de monsieur Fafournoux comme l’ultime fleur desséchée d’un herbier qu’il faut désormais refermer ?35.

19Les critiques perçoivent le roman comme une survivance et le rapprochent de ceux de Montaurier, ami de l’auteur qu’il a connu au Grand Séminaire de Clermont.

  • 36 Transcription de l’émission de France culture, « le premier livre » de Claude Montcalm du 3 novembr (...)
  • 37 Montaurier (Jean), « L’Abbaye de Grand Vent », Ecclesia, janvier 1972, p. 50. Dans un compte rendu (...)

20De plus le roman est la transposition romanesque d’une aventure réelle, la fin du couvent des Bénédictines de la rue Monsieur, déplacé à Vauhallan36. Montaurier insiste sur l’aspect véridique : « Ce livre est bien plus et mieux que n’importe quel récit inventé, il est un témoignage […]. Nous avons ici dans ce récit dépouillé, une littérature à l’état vierge qui se moque éperdument de la littérature et qui, on le sent, rougirait d’elle-même en se permettant de fabuler37 ». Les traits qui définissent ces ouvrages les apparentent à la lignée de la morale et de l’ordre : refus du bernanonisme, défense du clergé et littérature de témoignage. Mais ils ne permettent pas à leurs auteurs de mener une vraie carrière littéraire, et témoignent de la disparition des figures d’écrivains catholiques.

21Les romans sacerdotaux rédigés par des prêtres pour défendre et illustrer le destin de clerc illustrent la disparition des grandes figures d’écrivains catholiques. En 1966, l’essayiste et directeur de collection catholique, Jean-Marie Paupert, très favorable au concile Vatican ii et très critique envers les conservatismes dans l’Église, attribue à celle-ci la responsabilité de cette disparition :

  • 38 Paupert (Jean-Marie), Peut-on être chrétien aujourd’hui ?, Paris, Grasset, 1966, p. 111.

Les derniers feux rougeoyants de la chrétienté avaient cuit cette ultime fournée d’écrivains et de poètes ; maintenant la chrétienté est éteinte [,] il n’y a plus rien dans le buffet littéraire de l’Église, et l’on ne voit lever ni de pâte nouvelle ni de jeunes moissons38.

  • 39 Certeau (Michel de), « Une figure énigmatique » (1964), La Faiblesse de croire, Paris, Seuil, 1987, (...)

22Le système catholique a perdu ses assises symboliques. « Comme le prêtre […], le religieux intrigue plus qu’il ne provoque la crainte ou le respect. Il rejoint le sauvage et le sorcier dans le folklore propre à la France de l’intérieur39 », écrit Michel de Certeau. Le roman sacerdotal des années 1960-1970 s’inscrit largement dans une veine classique, celle de l’ordre et de la morale, dont le triomphe s’inscrit dans l’effacement de l’autre veine jusque-là dominante. La nouveauté réside dans la prise de parole de clercs sans mandat.

  • 40 Pelletier (Denis), La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, (...)
  • 41 Mauriac (François), Le nouveau Bloc-notes, 17 mai 1963, Paris, Flammarion, 1968, p. 286.
  • 42 Pelletier (Denis), La crise catholique… op. cit., p. 12.
  • 43 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Kafka. Pour une littérature mineure, Ed. de Minuit, 1975, p. (...)
  • 44 Boncenne (Pierre), « Dieu recherche intellectuels désespérément », Lire, n°164, mai 1989, p. 54.

23Les écrivains catholiques ont disparu, des prêtres prennent la plume. Ils témoignent à leurs façons de l’approfondissement de la « crise catholique »40, ce moment où la conjugaison du recul des pratiques, de la chute des vocations et de la désertion des militants a laissé craindre une disparition du catholicisme en France. La fin de la figure des écrivains catholiques correspond d’abord à une époque où « La réaction publique n’est plus chrétienne41 ». Dans les années 1960, le rapport au monde n’est plus chrétien. « La France se trouve en effet confrontée à une redéfinition générale de son système de références éthiques et politiques42. À l’image d’une Église de plus en plus désertée, la littérature d’inspiration chrétienne s’estompe dans les années 1960. Elle est touchée par un « branchement de l’individuel sur l’immédiat politique » et un « agencement collectif d’énonciation » qui mènent à la marginalisation littéraire 43 au point qu’en 1989, la revue Lire publie un dossier intitulé « Dieu recherche intellectuels désespérément44 ».

Haut de page

Bibliographie

Andrianne (René), « Comme à travers le feu », La Revue nouvelle, 15 mars 1963, p. 319.

Blanchard (P.), « Récit ou roman ? Comme à travers le feu… de Jean Montaurier », Prêtres diocésains, p. 34.

Boncenne (Pierre), « Dieu recherche intellectuels désespérément », Lire, n°164, mai 1989, p. 54.

Certeau (Michel de), « Une figure énigmatique » (1964), La Faiblesse de croire, Paris, Seuil, 1987, p.7.

Claudel (Paul), Mémoires improvisées, Paris, Gallimard, 1954.

Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Ed. de Minuit, 1975.

Gugelot (Frédéric), La messe est dite. Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au xxe siècle, Rennes ; Presses universitaires de Rennes, 2015.

Guissard (Lucien), « Entre la foi et la révolte », La Croix, 9-10 septembre 1962.

Hesse (Frédéric-Guillaume), « L’abbaye de Grand Vent », Combat, 2 décembre 1971.

Jean-Yves Mollier, Édition, presse et pouvoir en France au xx siècle, Paris, Fayard, 2008

Louis Fafournoux, L’Abbaye de Grand Vent, Paris, Gallimard, 1971.

Mauriac (François), Le nouveau Bloc-notes, Paris, Flammarion, 1968.

Mazara (Pierre), « L’ ‘aggiornamento’ au couvent », Le Figaro, 9 novembre 1971

Montaurier (Jean), « L’Abbaye de Grand Vent », Ecclesia, janvier 1972, p. 50.

Montaurier (Jean), Comme à travers le feu…, Paris, Gallimard, 1962.

Montaurier (Jean), Ils luttèrent jusqu’à l’aube, Paris, Gallimard, 1967.

Montaurier (Jean), Tout le reste est silence, Paris, Plon, 1969.

Montaurier (Jean], « Le visiteur apostolique », Œuvres des campagnes, n° 118, avril-juin 1981.

Paupert (Jean-Marie), Peut-on être chrétien aujourd’hui ?, Paris, Grasset, 1966.

Pelletier (Denis), La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002.

Poncelet (Yves), Pierre l’Ermite, Paris, Cerf, 2011.

Prasteau (Jean), « Le curé de Randan a déjà oublié l’échec de Montaurier au Goncourt », Le Figaro littéraire, 22 déc. 1962.

Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, Paris, Fayard, 1999

Sapiro (Gisèle), Les écrivains et la politique en France de l’Affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, Paris, Seuil, 2018.

Serry (Hervé), La naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004.

Simon (Pierre-Henri), La Littérature du Péché et de la Grâce. Essai sur la constitution d'une Littérature chrétienne depuis 1880, Paris, Fayard, 1957.

Thiesse (Anne-Marie), Le roman du quotidien, Paris, Seuil, 2000

Haut de page

Notes

1 Mauriac (François), Le nouveau Bloc-notes, 6 sept. 1962, Paris, Flammarion, 1968, p. 182.

2 Simon (Pierre-Henri), La Littérature du Péché et de la Grâce. Essai sur la constitution d'une Littérature chrétienne depuis 1880, Paris, Fayard, 1957.

3 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, Paris, Fayard, 1999 et Les écrivains et la politique en France de l’Affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, Paris, Seuil, 2018.

4 Claudel (Paul), Mémoires improvisées, Paris, Gallimard, 1954, p. 155.

5 Serry (Hervé), La naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004.

6 Thiesse (Anne-Marie), Le roman du quotidien, Paris, Seuil, 2000, pp. 214-215. « Ces auteurs de roman populaire, contrairement aux écrivains catholiques prestigieux, ne fréquentent guère les milieux littéraires et se contentent de participer aux corporations de publicistes chrétiens ».

7 Poncelet (Yves), Pierre l’Ermite, Paris, Cerf, 2011.

8 Gugelot (Frédéric), La messe est dite. Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au xxe siècle, Rennes ; Presses universitaires de Rennes, 2015.

9 Titre de l’article de La Dépêche, 24 mars 1963. Voir aussi Le Figaro, 22 mars 1963.

10 Mauriac (François), Op. cit., 6 sept. 1962, p. 182-183.

11 Prasteau (Jean), « Le curé de Randan a déjà oublié l’échec de Montaurier au Goncourt », Le Figaro littéraire, 22 déc. 1962.

12 Guissard (Lucien), « Entre la foi et la révolte », La Croix, 9-10 septembre 1962.

13 Montaurier (Jean), Comme à travers le feu…, Paris, Gallimard, 1962, p. 56.

14 Ibid., p. 22.

15 Montaurier (Jean), Comme à travers le feu…, Paris, Gallimard, 1962, pp. 58-60.

16 Andrianne (René), « Comme à travers le feu », La Revue nouvelle, 15 mars 1963, p. 319.

17 « L’obéissance est le moyen mis par Dieu à la disposition des subalternes », Ibid., p. 320.

18 Ibid., p. 306.

19 Blanchard (P.), « Récit ou roman ? Comme à travers le feu… de Jean Montaurier », Prêtres diocésains, p. 34.

20 Montaurier (Jean), Ils luttèrent jusqu’à l’aube, Paris, Gallimard, 1967, p. 250.

21 Ibid., p. 262.

22 Montaurier (Jean), Tout le reste est silence, Paris, Plon, 1969, p. 38.

23 Montaurier (Jean), Ils luttèrent jusqu’à l’aube Op. cit., p. 180.

24 Ibid., p. 234.

25 Les deux maisons, classées à droite, sont liées au niveau du capital depuis 1949. Mollier (Jean-Yves), Édition, presse et pouvoir en France au xx siècle, Paris, Fayard, 2008, pp.167-170.

26 Mazara (Pierre), « L’ "aggiornamento" au couvent », Le Figaro, 9 novembre 1971.

27 Compte rendu de Louis Fafournoux, Cercle d’études d’Angers, n° 3, décembre 1971, p. 64. La bande du livre est : « Grand Vent : une mystérieuse forteresse ».

28 Louis Fafournoux, L’Abbaye de Grand Vent, Paris, Gallimard, 1971, rabats intérieurs.

29 La figure inspiratrice semble être l’abbé Vincent Serralda, rapatrié d’Algérie, qui en 1977 participe à l’occupation de l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet et à la reprise de la messe traditionnelle selon saint Pie V.

30 Ibid., pp.180-181.

31 Ibid., pp.182-183.

32 Ibid.

33 Montaurier (Jean], « Le visiteur apostolique », Œuvres des campagnes, n° 118, avril-juin 1981.

34 Simon (Pierre-Henri), Le Monde, 3 déc. 1971.

35 Hesse (Frédéric-Guillaume), « L’abbaye de Grand Vent », Combat, 2 décembre 1971.

36 Transcription de l’émission de France culture, « le premier livre » de Claude Montcalm du 3 novembre 1971. Archives Gallimard. Dossier de presse Louis Fafournoux, p. 1. La transposition est parfois très décryptable, en particulier pour les modèles des personnages eux-mêmes. Ainsi l’abbé Roquoda est la transposition romanesque de l’abbé Vincent Serralda.

37 Montaurier (Jean), « L’Abbaye de Grand Vent », Ecclesia, janvier 1972, p. 50. Dans un compte rendu du Bulletin des lettres, 15 mars 1972, p. 94, l’auteur précise : « pour peu que l’on connaisse les communautés de moniales bénédictines, il frise l’indiscrétion ».

38 Paupert (Jean-Marie), Peut-on être chrétien aujourd’hui ?, Paris, Grasset, 1966, p. 111.

39 Certeau (Michel de), « Une figure énigmatique » (1964), La Faiblesse de croire, Paris, Seuil, 1987, p. 7.

40 Pelletier (Denis), La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002.

41 Mauriac (François), Le nouveau Bloc-notes, 17 mai 1963, Paris, Flammarion, 1968, p. 286.

42 Pelletier (Denis), La crise catholique… op. cit., p. 12.

43 Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Kafka. Pour une littérature mineure, Ed. de Minuit, 1975, p. 33.

44 Boncenne (Pierre), « Dieu recherche intellectuels désespérément », Lire, n°164, mai 1989, p. 54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Des prêtres écrivains, la fin des écrivains catholiques (1960-1980) », COnTEXTES [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/7775 ; DOI : 10.4000/contextes.7775

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Université de Reims, CERHiC-CeSor

Articles du même auteur

Haut de page