Navigation – Plan du site

« Scandale au pays des éditions » et résistances de l’écrivain catholique au Québec dans les années 1960

Adrien Rannaud

Résumé

Le texte se penche sur la tempête médiatique occasionnée par la Commission d’enquête sur le commerce du livre au Québec (aussi appelée Commission Bouchard), en 1964, et sur les prises de position publiques de deux écrivains, Léo-Paul Desrosiers et Michelle Le Normand. La reconstitution des attaques répétées contre les Éditions Fides, en 1963 et 1964, permet dans un premier temps de mesurer l’ampleur de la reconfiguration du paysage éditorial et culturel québécois durant ce qu’on nomme la « Révolution tranquille ». Les deux lettres fournissent, quant à elles, un instantané de l’affolement vécu par les époux Desrosiers face à la commission d’enquête, dans le contexte plus large d’un changement paradigmatique entourant la présence de l’écrivain catholique au Québec.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Mémoire d’y croire. Le monde catholique et la littérature au Québec (1 (...)
  • 2 Outre l’ouvrage de Cécile Vanderpelen-Diagre, voir : Lamonde (Yvan), La modernité au Québec, 2 t., (...)
  • 3 La Commission Parent, du nom de son commissaire principal, Mgr Alphonse-Marie Parent, est lancée en (...)
  • 4 Rapport Bouchard, Rapport de la commission d’enquête sur le commerce du livre dans la province de Q (...)
  • 5 Rapport Bouchard, op. cit., p. 153.
  • 6 Les autres grandes entreprises visées sont la Librairie Beauchemin, Granger Frères et les Librairie (...)
  • 7 Lamonde (Yvan), La modernité au Québec, t. 2, op. cit., pp. 294-299.
  • 8 Michon (Jacques), Fides. La grande aventure éditoriale du père Paul-Aimé Martin, Montréal, Fides, 1 (...)

1Selon Cécile Vanderpelen-Diagre, les années 1960 se caractérisent, au Québec, par un « passage du monde catholique à un projet de “christianisation” du profane propre à toute société en voie de sécularisation1 ». Cela va de soi, un tel changement de régime n’apparaît pas subitement un certain 22 juin 1960 – jour de l’élection des libéraux à la tête de la province et qui marque le début de ce que l’on a appelé, dans l’historiographie québécoise, la « Révolution tranquille ». Il s’inscrit dans un large mouvement de reconfiguration des liens entre le religieux, le politique et le culturel, initié au lendemain de la Première Guerre mondiale et repris avec force durant les années 19302. Le phénomène de sécularisation des institutions en est toutefois un des années 1960, grâce, entre autres, à une série de commissions d’enquête mises en place par le nouveau Premier ministre, Jean Lesage, et son gouvernement. Ayant pour objectif d’éclairer plusieurs champs d’activité réputés pour leur opacité, ces commissions ont donné lieu à de grands chantiers de modernisation des structures étatiques. Symbole de l’idéal démocratique qui sous-tend la « Révolution tranquille », la célèbre Commission Parent3 allait ainsi propulser la création d’un système éducatif fédéré, public et laïc au Québec. Une autre commission participe à ce renversement de l’hégémonie catholique dans l’espace social, plus spécifiquement dans les processus de production et de diffusion de la littérature de l’époque : la Commission d’enquête sur le commerce du livre dans la province de Québec, constituée le 3 avril 1963 et présidée par le professeur universitaire Maurice Bouchard. Réclamée par les éditeurs et les libraires par le biais du Conseil supérieur du livre tout juste créé (1961), cette commission se donne pour objectif de « démontrer que le commerce du livre de langue française s’est organisé en fonction surtout d’une demande exprimée par les institutions, principalement les institutions d’enseignement4 » : y sont notamment abordés le système de distribution du livre et des manuels scolaires, et le rôle des libraires-grossistes à Montréal et dans le reste de la province. Parmi « quatre grand[e]s5 » entreprises éditoriales dans le collimateur des enquêteurs, les Éditions Fides, dirigées par le père Paul-Aimé Martin de la congrégation de Sainte-Croix, se voient reprocher plusieurs pratiques douteuses6. Avec en toile de fond le débat sur la laïcité7 et l’entrée en vigueur de la loi 60 qui vient confirmer la naissance d’un ministère de l’Éducation, c’est plus largement tout le projet éditorial et religieux du père Martin et de Fides qui est remis en question par la commission d’enquête. En effet, « deux visions du monde du livre et de l’édition s’affrontent : l’une centrée sur l’œuvre de propagande [catholique], l’autre sur les principes de l’économie libérale8 ». Suite aux recommandations du rapport Bouchard, le père Martin fera modifier substantiellement le statut de la corporation afin que celle-ci épouse plus précisément les nouvelles réalités d’une société québécoise davantage laïque. De même, plusieurs revues scolaires de Fides, comme L’Élève et Le Maître, disparaîtront dans les années suivantes.

  • 9 Voir Michon (Jacques), Fides, op. cit. ; et Michon (Jacques) (dir.), Histoire de l’édition littérai (...)

2Grâce aux travaux de Jacques Michon et du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec, on connaît bien le déroulement de la Commission Bouchard et ses conséquences sur le milieu éditorial9. Ce n’est pas cette histoire que je chercherai ici à reconstituer, mais bien celle du barnum médiatique qui entoure cette commission, et qui atteste, dans l’espace public, de cette renégociation du lien entre le catholicisme et la culture québécoise. Dans cette perspective, je souhaite aborder les prises de position médiatiques de deux écrivains relativement proches des Éditions Fides, et l’onde de choc qu’elles révèlent. En effet, la publication du rapport Bouchard, à l’hiver 1964, provoque un certain nombre de réactions au sein du milieu littéraire. Parmi celles-ci, les lettres aux journaux de Léo-Paul Desrosiers et de Michelle Le Normand se portent à la défense de la corporation, certes, mais surtout, elles promeuvent des valeurs et une conception de la littérature en passe d’être balayées par le vent de laïcité qui souffle sur le Québec. Je voudrais saisir ici la portée de ces deux lettres ouvertes afin de réfléchir sur le déphasage de certains écrivains catholiques avec la « Révolution tranquille ». Je présenterai d’abord de façon synthétique les Éditions Fides, et tenterai de reconstituer les temps forts de la crise que connaît la corporation en 1963 et 1964. C’est à partir de la couverture médiatique réservée à la bouillonnante Commission Bouchard et à un autre événement qui la précède, soit l’interdiction de la diffusion de la revue L’Élève dans les établissements de la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) au printemps 1963, qu’on mesurera l’ampleur de la reconfiguration du paysage éditorial et culturel québécois. Les deux lettres fourniront, quant à elles, un instantané de l’affolement vécu par les époux Desrosiers face à la commission d’enquête, dans le contexte plus large d’un potentiel changement paradigmatique entourant la présence de l’écrivain catholique au Québec.

L’affaire du rapport Bouchard : 1963-1964, années noires pour Fides

  • 10 Robert (Lucie), L’institution du littéraire au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 1989, (...)
  • 11 Publicité « Mes Fiches, une réalisation de la JEC au service de toute la masse étudiante », JEC, fé (...)

3Les Éditions Fides comptent parmi ces nombreuses entreprises culturelles qui fleurissent dans les années 1930 afin de contribuer au renouvellement du catholicisme en Amérique francophone. Dans une décennie marquée par la crise du spirituel, les associations et regroupements chrétiens multiplient en effet les organes de presse et d’édition afin d’encourager la reformulation du rapport entre le politique et le religieux en contexte canadien-français. C’est du côté des mouvements de jeunesse d’action catholique, et de ce que Lucie Robert nomme « la génération de la crise10 », qu’on observe une recrudescence de ces initiatives qui visent à proposer un nouveau programme religieux. Pensons à la JOC et à la JEC – respectivement Jeunesse ouvrière catholique et Jeunesse étudiante catholique – qui disposent de leur propre publication mensuelle, ainsi qu’à la revue La Relève, fondée en 1934 et d’où rayonne le personnalisme de Jacques Maritain et d’Emmanuel Mounier. Le projet éditorial du père Paul-Aimé Martin, fondateur de Fides et lui-même issu de la « génération de la crise », profite de cet élan. La revue Mes Fiches, créée en 1937 et qui bénéficie du soutien de la JEC, cherche avant tout à encourager la lecture chez les étudiants : « 16 fiches […] donnant la synthèse avec références des meilleurs articles parus depuis peu dans les revues européennes11 ». Ce faisant, la revue, qui remporte l’adhésion d’un lectorat étudiant et catholique, participe à la formation d’une jeunesse instruite selon un double principe d’intégration des connaissances, et de réflexion active et chrétienne sur un monde en plein bouleversement. Le succès de Mes Fiches amène rapidement le père Martin à développer ses activités vers le secteur du livre. Dès 1941, plusieurs tracts et volumes paraissent sous le nom des Éditions Fides, qui tendent par ailleurs à se démarquer de la JEC et à fonctionner comme une entreprise autonome. En 1942, la Corporation des Éditions Fides est constituée.

  • 12 Hébert (Pierre), « Sanctions, exclusions et omissions. La revue Lectures et “l’impossible” roman ps (...)
  • 13 Michon (Jacques), Fides, op. cit., pp. 153 et 155.

4Ce rapide aperçu des premières années de l’entreprise éditoriale illustre éloquemment les deux domaines privilégiés au sein desquels Fides évoluera jusque dans les années 1970. D’une part, profitant du boom éditorial causé par la Seconde Guerre mondiale, la corporation s’impose comme un acteur inévitable de la vie littéraire. Depuis la brève collection « Le Message français » (1942-1946) qui reproduit nombre de titres publiés initialement en France, à la prestigieuse « Collection du Nénuphar » (1944-1978) dont le mandat consiste à rééditer les classiques du Québec, Fides joue un rôle majeur dans la constitution d’un patrimoine littéraire d’expression francophone. Particulièrement, le « Nénuphar » et les autres collections dédiées aux œuvres canadiennes-françaises propulsent la maison d’édition sur le devant de la scène en matière de promotion et de défense d’une culture nationale. D’autre part, dans la foulée du succès de Mes Fiches, Fides poursuit sa mission éducative par le biais d’une série de périodiques à la dimension hautement prescriptive. C’est le cas de Lectures. Apparue en 1946, cette revue « [d]estinée entre autres aux librairies, aux bibliothécaires et aux enseignants, […] dresse la cartographie morale de presque toute la production littéraire québécoise (et française)12 ». Le système de cotes morales qui y est mis en place pointe vers une critique idéologique qui délimite les bonnes et les mauvaises lectures. On y retrouve des contributeurs en provenance des institutions religieuses, mais également des laïcs évoluant dans le champ éducatif, ou encore, des écrivains. Dans un même ordre d’idées, la corporation se lance au milieu des années 1950 dans la composition d’une série de manuels destinés à l’enseignement primaire : « Le projet visait à combler une lacune qui se faisait sentir dans l’enseignement primaire depuis plusieurs années. En effet, en 1948, le Comité catholique du conseil de l’Instruction publique avait adopté un nouveau programme pour les écoles primaires, mais aucun outil n’était disponible pour le mettre en application. En 1951, la situation n’avait pas encore changé. La réforme visait à susciter la curiosité et l’activité de l’enfant en classe en lui fournissant des outils appropriés. Le Maître et L’Élève, en présentant les diverses matières dans les textes accompagnés de questionnaires, d’exercices, de dessins et de gravures, semblaient bien répondre à cette attente. […] Ces périodiques constituaient un enjeu important pour le Comité catholique et pour l’épiscopat qui y voyaient un complément utile à l’enseignement religieux. Les élèves n’avaient jusque-là que le petit catéchisme comme manuel de religion13. »

  • 14 Michon (Jacques), Fides, op. cit., p. 156.

5L’Élève et Le Maître font leur entrée dans les écoles en 1955 avec le consentement du Département de l’Instruction publique (DIP). Le succès de vente est, quant à lui, au rendez-vous, puisque « [d]eux ou trois ans après leur lancement, les sept éditions [pour les sept niveaux du primaire] atteignaient déjà un tirage de plus de 400 000 exemplaires14 ». Les profits dégagés par les revues sont par la suite réinvestis dans l’ensemble des activités de la Corporation des Éditions Fides qui peut s’enorgueillir, à la fin des années 1950, d’avoir pignon sur rue dans tous les secteurs du marché du livre.

  • 15 Leblanc (Jules), « L’usage de la revue L’Élève doit être interdit dans les écoles de la CECM » suiv (...)
  • 16 Roger Aird, cité dans Ferland (Guy), « Un comité de la CECM demande l’interdiction de la revue L’Él (...)
  • 17 Ferland (Guy), « Un comité de la CECM […] », art. cit., p. 14.
  • 18 Leblanc (Jules), « L’usage de la revue […] », art. cit., p. 8.

6C’est justement par le biais de la revue L’Élève, véritable gagne-pain pour la corporation et outil de propagande catholique, que la prédominance de l’entreprise éditoriale religieuse se voit remise en question dès le printemps 1963. Le 22 mars, le comité d’appréciation des manuels pédagogiques de la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) recommande l’interdiction de diffusion de L’Élève au sein des établissements placés sous sa juridiction. La presse montréalaise de l’époque s’empare de l’affaire. Dans son édition du 22 mars, Le Devoir passe en revue, sur une page entière, les conclusions du rapport déposé à la CECM. Les titres qui composent cette page révèlent la sévérité des accusations faites aux Éditions Fides : « L’Élève n’offre que glanures et recettes de succédanés pédagogiques sans importance », « L’Élève tend à l’encyclopédisme », « Un recours abusif à la passivité des écoliers », « L’Élève est une revue doctrinale, moralisatrice, pas du tout pastorale15 ». En un mot, L’Élève est dépassé et ne remplit plus sa mission. Cité dans La Presse du 22 mars 1963, l’abbé Roger Aird, membre du comité à l’origine de la recommandation, résume la situation ainsi : « Il faut que ça bouge16 ». Toujours selon La Presse, c’est précisément « au chapitre de la religion que les critiques ont été les plus sévères », la revue étant jugée « trop doctrinale, trop moralisatrice, et [ignorant] le renouveau catéchétique entrepris depuis quelques années17 ». À en croire les deux journaux, le rapport déposé à la CECM signale les déficiences de L’Élève en matière de nouvelles approches pédagogiques, tout comme il reproche à l’éditeur la promulgation d’un catholicisme de façade, où « rien ne débouche vers un engagement18 ». En ce sens, le comité invite Fides à revoir le contenu de sa revue afin de souscrire à des méthodes d’enseignement réactualisées et de former des chrétiens plus conscientisés.

  • 19 Voir Michon (Jacques), Fides, op. cit., pp. 197-224.
  • 20 Martin (Paul-Aimé), c.s.c., cité dans Michon (Jacques), Fides, op. cit., p. 199.
  • 21 Sauvé (Armand), « Les griefs contre une revue scolaire », La Presse, vol. 79, n° 153, samedi 13 avr (...)
  • 22 Richer (Julia), « Précisions au sujet de la revue L’Élève », La Presse, vol. 79, n° 158, samedi 20 (...)

7À partir des témoignages du père Martin, Jacques Michon a montré comment le rapport émis par le comité d’appréciation des manuels pédagogiques de la CECM, puis l’interdiction de diffusion promulguée en avril 1963, avaient créé des remous jusque dans l’organisation interne des Éditions Fides19. Les revues L’Élève et Le Maître sont en effet placées entre les mains d’un nouveau directeur de la rédaction, puis substantiellement réformées. L’administration tente, dans le même temps, de minimiser les dommages collatéraux, comme le raconte Paul-Aimé Martin : « […] la revue n’était pas tellement utilisée dans les écoles de la CECM, mais nous craignions que le retentissement qu’avaient eu les critiques de son comité d’appréciation des manuels n’incite d’autres commissions scolaires à interdire l’usage de la revue20 ». Cependant, les tirages chutent dès 1963. De même, les efforts déployés par le père Martin et son équipe ne permettent pas d’endiguer la polémique sur L’Élève, qui trouve un lieu d’expression privilégié avec le courrier des lecteurs de La Presse. Les 13 et 16 avril, deux lecteurs s’insurgent contre la mainmise de Fides dans le secteur scolaire21. La directrice des affaires extérieures de la corporation, Julia Richer, fait paraître une réponse dans La Presse, le 20 avril pour défendre « l’œuvre des Pères de Sainte-Croix22 ». C’est peine perdue, puisque l’un des deux lecteurs riposte le 11 mai dans une lettre au vitriol :

  • 23 Morin-Sauvé (Alice), « Les privilèges d’une maison », La Presse, vol. 79, n° 176, samedi 11 mai 196 (...)

J’admire donc l’habileté avec laquelle les Pères [de Sainte-Croix] ont planté leur tente aux confins du sacré et du profane, évitant ainsi les restrictions du code de droit canonique et échappant probablement à une partie des impôts dus à César. Ce qui expliquerait d’ailleurs le fait que « la maison Fides réinvestit ses profits dans l’entreprise » (aveu de Mme Richer) et construit un gratte-ciel rue Dorchester pendant que les autres libraires-éditeurs sont au bord de la faillite au point de demander au gouvernement une enquête sur l’édition au Québec. […] Décidément, j’avais raison : la maison Fides jouit d’un statut privilégié23.

  • 24 Chalvin (Solange), « L’Élève, nouvelle version, enthousiasme les parents, déçoit les professeurs : (...)

8Cette polémique à coups de lettres interposées éclabousse les Éditions Fides, précisément au moment où Maurice Bouchard et son équipe amorcent leur enquête sur le milieu du livre. Elle témoigne d’un malaise croissant chez le personnel enseignant – la lectrice en question, Alice Sauvé-Morin, est une « ex-institutrice » – et d’une partie de la population prête à reconsidérer « l’œuvre » de la corporation au sein des institutions d’enseignement. Certes, les nouvelles moutures de L’Élève et du Maître, publiées à l’automne 1963, semblent séduire les parents et les enfants, comme le titre Le Devoir dans son édition du samedi 30 novembre 196324 ; le mal est pourtant fait, et la crise entourant L’Élève constitue un prélude à la tempête que va connaître le champ éditorial quelques mois plus tard.

  • 25 Thivierge (Marcel), « Le rapport de la commission d’enquête sur le commerce du livre met en cause d (...)

9Connu du gouvernement dès la fin de l’automne 1963, le rapport Bouchard est rendu public le 24 janvier 1964 et secoue les milieux éditoriaux et les institutions religieuses. Si elle est loin d’être la seule maison d’édition accablée par le document – on peut penser, dans la même veine, à la Librairie des écoles chrétiennes tenue par les Frères des Écoles chrétiennes –, la Corporation des Éditions Fides est au centre de l’attention générale, comme le souligne implicitement le grand titre du Devoir : « Le rapport de la commission d’enquête sur le commerce du livre met en cause des membres du DIP, une maison d’édition et souligne la concurrence déloyale des communautés25 ». La polémique entourant L’Élève n’est pas loin dans les esprits, cela va sans dire. Justement, que reproche-t-on aux Éditions Fides ? Marcel Thivierge, qui couvre l’événement, résume les accusations portées contre la corporation en quatre points :

– Les communautés religieuses faisant commerce d’édition et de librairie offrent une concurrence déloyale par le fait qu’elles sont exemptes de l’impôt sur les profits et, souvent, de l’impôt foncier local ;

– De 1953 à 1963, la maison Fides, dirigée par les Clercs de Sainte-Croix, a retiré un profit net de $1,204,927 de la seule publication de la revue scolaire L’Élève. Aucun impôt sur ces profits ;

– Le comité pédagogique de la revue L’Élève comptait cinq personnes qui étaient toutes membres d’organismes du comité catholique qui ont eu à approuver la publication de cette revue. Ces personnes retiraient un traitement de Fides ;

  • 26 Thivierge (Marcel), « Le rapport de la commission d’enquête […] », art. cit., p. 1.

– Fides et la Corporation des Frères de l’instruction chrétienne ont une entente qui leur donne le monopole du marché pour les revues scolaires L’Élève, Le Maître, Feuilles volantes et L’École […]26.

10Aussi le rapport Bouchard vient-il conforter l’opinion (vue précédemment) de la lectrice, Alice Morin-Sauvé, et d’une partie de la société québécoise convaincue de l’iniquité de la situation dans le champ des manuels scolaires et revues pédagogiques. Profits non imposables, conflits d’intérêts, relative mainmise commerciale : la situation des Éditions Fides, telle qu’elle est décrite par le rapport Bouchard et relayée par la presse, cristallise l’état des communautés religieuses qui œuvrent dans le domaine du livre. C’est précisément sur cet aspect que vont s’exprimer les éditorialistes des grands quotidiens dans les jours qui suivent la publication du rapport. Selon Claude Ryan au Devoir, la question religieuse est, somme toute, la plus importante des choses à régler :

  • 27 Ryan (Claude), « Le rapport Bouchard », Le Devoir, vol. 55, n° 20, lundi 27 janvier 1964, p. 4.

[…] le professeur Bouchard a exprimé dans un document officiel une requête dont nombre de laïcs ont saisi privément les autorités religieuses depuis une dizaine d’années. […] Il faudra maintenant agir, et ce dans tous les domaines où des institutions religieuses exercent une activité de caractère commercial27.

11Ces dernières phrases provoquent un tollé chez les lecteurs du journal, tant et si bien que Ryan est obligé de se justifier quelques jours plus tard dans un nouvel éditorial intitulé « Les communautés religieuses et l’argent » :

  • 28 Ryan (Claude), « Les communautés religieuses et l’argent », Le Devoir, vol. 55, n° 23, jeudi 30 jan (...)

L’opinion canadienne-française demeure foncièrement sympathique à l’action des communautés religieuses. Mais les temps ont changé. Tout se démocratise. Le domaine public s’élargit sans cesse. Les normes d’administration sont plus exigeantes que naguère. Cela exige, dans l’attitude des communautés religieuses face à l’argent, des changements radicaux. […] Puissions-nous ne pas rater, sous prétexte de défendre la religion, cette occasion inattendue qui nous est offerte de situer la religion à son vrai niveau, qui est celui de l’esprit28.

12Claude Ryan trouve un allié en la personne d’André Laurendeau, également éditorialiste pour Le Devoir et figure de proue des réseaux intellectuels de la « Révolution tranquille », qui n’hésite pas à signaler l’état alarmant dans lequel se trouve la société québécoise elle-même :

  • 29 Laurendeau (André), « Encore le rapport Bouchard », Le Devoir, vol. 55, n° 29, jeudi 6 février 1964 (...)

Paternalisme, patronage arbitraire, incuriosité, sinon docilité de l’opinion […] la société québécoise aurait tort de croire qu’elle n’a rien à voir avec tous ces scandales. C’est que au fond, de manière souvent inconsciente, elle acceptait le patronage […]29.

  • 30 Pelletier (Gérard), « Mettre fin à cette gabegie », La Presse, vol. 80, n° 90, mercredi 29 janvier (...)
  • 31 Prince (Vincent), « Concurrents et membres du jury », La Presse, vol. 80, n° 89, mardi 28 janvier 1 (...)
  • 32 Pelletier (Gérard), « Mettre fin à cette gabegie », art. cit., p. 6.

13Du côté de La Presse, où l’on salue unanimement l’arrivée du rapport Bouchard (« Au final, les recommandations du rapport Bouchard […] replacent dans ses vraies perspectives la nécessité urgente d’un ministère de l’Éducation30 »), c’est moins la question commerciale que la force de frappe des communautés religieuses sur le champ de l’éducation qui suscite le plus de réactions. Le 28 janvier, Vincent Prince s’en prend aux « indécents » conflits d’intérêts31, quand Gérard Pelletier, le lendemain, appelle de ses vœux le recadrage des entreprises religieuses dans un rôle de conseil uniquement : « Les comités confessionnels ne garderaient que le droit de décider que tel ouvrage est “contraire à la morale ou à la religion”32 ».

  • 33 Comme en témoigne cet article paru dans la page « L’univers féminin » : Chalvin (Solange), « L’inno (...)
  • 34 Rapport Bouchard, op. cit., extraits cités dans La Presse, vol. 80, n° 90, mercredi 29 janvier 1964 (...)

14Par ses révélations, le rapport Bouchard draine un certain nombre d’enjeux qui dépassent de loin le cadre déjà complexe de la vente des manuels scolaires, du livre et de la librairie : il s’agit bel et bien d’une radiographie de l’organisation sociale et culturelle du Québec. De fait, les réactions que provoque le document viennent saturer l’espace médiatique au tournant du mois de février 1964. Depuis la première page jusqu’aux éditoriaux, en passant par la page féminine33 et la reproduction des extraits significatifs du rapport dans les quotidiens34, on assiste à l’éclosion de ce qu’on pourrait nommer l’affaire du rapport Bouchard, et dans laquelle se croisent et se répondent chroniqueurs, juristes, politiciens, membres du clergé, enseignants, fonctionnaires universitaires, éditeurs et artistes. C’est ainsi que des écrivains, qui sont directement visés par les objectifs de la commission d’enquête, prennent la parole et affichent leur volonté d’en découdre avec un système économique et culturel qu’ils jugent archaïque. Parmi ceux-ci, le romancier Roger Lemelin, bien connu pour son best-seller Au pied de la pente douce (1944) et pour l’adaptation télévisuelle (1953-1959) qu’il fit de son roman Les Plouffe (1948), fait une sortie en règle contre Fides à l’émission de télévision Panorama, le 28 janvier, qui est reprise dans les journaux le lendemain :

Ces commerçants de manuels, sous le couvert de la notoriété, ont presque gaspillé une génération. […] Plusieurs communautés ont participé au festin, en particulier les Pères de Ste-Croix, par leurs Éditions Fides, qui ont abondamment profité de la situation, en imprimant les manuels et la revue L’Élève, qui ne leur rapportait, hélas, que huit mille dollars par numéro.

Les Éditions Fides payaient sous forme de salaire des commissions à ses protecteurs au sein de l’Instruction publique et du Comité catholique, qui, en retour, donnaient le coup de pouce pour l’imposer aux écoles. La « gimmick » quoi !

  • 35 Anonyme, « Autres réactions. Roger Lemelin », La Presse, vol. 80, n° 90, mercredi 29 janvier 1964, (...)

Comme communauté, poursuit M. Lemelin, Fides ne payait pas d’impôt foncier, mais le père de famille qui suait fort pour garder sa petite maison de $12,000 payait, lui, trois ou quatre cents dollars de taxes en plus d’acheter les livres et revues imprimés par Fides. Ça c’est grave, parce que ça dénote chez ceux qui devraient avoir notre confiance et notre respect un parfait mépris du bien commun. […] Nous marchons pour la confessionnalité, mais pour une confessionnalité nettoyée de racaille, du commerce des indulgences, des pieux mensonges, des influences indues, nettoyée de l’odeur de l’argent. […] [G]are aux fausses éminences, nous ne sommes plus des enfants de chœur effrayés35.

15Fait digne de mention, Lemelin deviendra bientôt l’un des auteurs phares du Cercle du livre de France, maison d’édition que dirige Pierre Tisseyre et qui apparaît, durant la tempête médiatique occasionnée par le rapport Bouchard, comme la rivale de Fides. J’y reviendrai.

16C’est donc dans ce contexte de grogne que se pose avec insistance la question de la place de l’écrivain catholique dans le Québec de la « Révolution tranquille ». La Commission Bouchard pointait directement du doigt des pratiques, des supports, des outils pérennisant la persistance du religieux dans les écoles et sa domination sur un champ économique précaire, celui du commerce du livre. Avec « l’affaire » qui en découle, la remise en question des acquis déborde et s’étend au personnel littéraire, au moment où ce dernier se diversifie au contact d’une nouvelle génération d’écrivains et d’écrivaines. Pour l’arrière-garde littéraire, la pilule ne passe pas.

Les écrivains à la rescousse de leur éditeur

  • 36 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, nouvelle édition r (...)
  • 37 Voir Bourdieu (Pierre), op. cit., pp. 249-268.
  • 38 Smart (Patricia), De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan. Se dire, se faire par l’écriture intime, (...)

17« […] [L]es artistes fossiles sont en quelque sorte deux fois vieux, par l’âge de leur art et de leurs schèmes de production, mais aussi par tout un style de vie dont le style de leurs œuvres est une dimension […]36 ». Voilà un constat sévère, mais bien réel, qu’on pourrait appliquer aux trajectoires liées de Léo-Paul Desrosiers (1896-1967) et de Michelle Le Normand (1893-1964) dans les années 1960. Ces deux enfants de la fin du xixe siècle, mariés en 1922, exemplifient éloquemment les logiques de renversement de garde analysées par Pierre Bourdieu dans Les règles de l’art37. En effet, ils adhèrent tous deux au régionalisme, au nationalisme et au catholicisme ; autant de valeurs, de positions et de postures qui relèvent, dans le Québec de la première moitié du xxe siècle, du pôle littéraire dominant, mais qui se brisent sur le récif de la « Révolution tranquille ». Certes, Desrosiers bénéficie encore d’une reconnaissance durable, acquise par ses romans historiques publiés en France, chez Gallimard, et par son rôle de conservateur de la bibliothèque municipale de Montréal entre 1941 et 1953. De son côté, Le Normand (pseudonyme de Marie-Antoinette Tardif), ancienne chroniqueuse pour Le Devoir, est une auteure de recueils de textes courts et de romans respectée. Le couple continue de faire rééditer ses livres, il demeure informé de l’actualité, et entretient une correspondance importante avec d’autres acteurs de la vie littéraire. Toutefois, comme l’écrit Patricia Smart, « [t]oujours extrêmement conservateurs, [les deux écrivains] ont été dépassés par le temps et se sentent étrangers aux goûts de leur époque38. » En bref, les Desrosiers sont issus d’une génération et d’un groupe qui, sans être totalement absents du paysage littéraire québécois de l’époque, se trouvent nouvellement dominés sur le plan des positions dans le champ.

  • 39 Parmi la masse de travaux consacrés à Desrosiers et Le Normand, voir : Lacroix (Michel), « À la for (...)
  • 40 Smart (Patricia), op. cit., pp. 272-274.
  • 41 Le Normand (Michelle), Journal, fonds d’archives Michelle-Le-Normand et Léo-Paul-Desrosiers, Biblio (...)

18On assiste, depuis quelques années, à un regain d’intérêt de la part de la critique universitaire pour Michelle Le Normand et Léo-Paul Desrosiers, deux écrivains fondamentalement ancrés dans l’histoire de la littérature québécoise du xxe siècle39. En revanche, exception faite des aperçus qu’en a donnés Patricia Smart40, on ignore tout des dernières années du couple, alors même que ce dernier tente de poursuivre l’écriture et de défendre sa vision du Québec. Dans son journal intime, Michelle Le Normand écrit : « En 1964 – comme en 1963, il sera à peu près impossible d’écrire. […] Pourtant, ce livre que j’ai dans l’idée […], il me semble qu’il serait “neuf” dans mon œuvre et dans notre littérature41. » L’écrivaine aura bien de la difficulté à se remettre à l’ouvrage : l’affaire du rapport Bouchard, qui éclate quelques jours plus tard, fait une entrée fracassante chez les Desrosiers et centralise toute l’attention de la famille. Comme nous l’apprend le journal de Michelle Le Normand, le couple est mortifié par le parfum de scandale qui environne le nom des Éditions Fides :

  • 42 Le Normand (Michelle), Journal, op. cit., entrées du 25, 26 et 28 janvier 1964.

Cela me met dans tous mes états. Je viens de prier pour que le St-Esprit éclaire tout le monde. Je suis terriblement malheureuse de tout ce qui rejaillira sur des gens non coupables. Quelle ère ! […] Je suis allée à la messe ce matin, sous un froid de 15 sous zéro. Uniquement pour que cessent ces dégoutantes enquêtes […] Nous traversons une ère qui n’est pas celle de la grandeur, quoi qu’en dise Jean Lesage. Je suis affolée par toute la saleté qui va rejaillir sur nous tous. Les calomnies lancées, personne ne les rattrape. […] Hier, l’histoire des profits dans les manuels scolaires présentés comme malhonnête [sic]. Fides est le 2e en ligne à être attaqué […] Ai passé la journée d’hier en ébullition. Énervée, par l’affaire des éditions, du rapport étrange, des données incomplètes qui feront croire au public que tout le monde est voleur au pays de Québec42.

  • 43 Enthousiasme (1955 [1947 pour la première édition]), La plus belle chose du monde (1956 [1937]), Au (...)
  • 44 Mentionnons que les Desrosiers sont des intimes de Julia Richer, la directrice des affaires extérie (...)

19Les époux Desrosiers sont échaudés par ce qu’ils considèrent comme un lynchage en public, tant et si bien qu’ils se mettent dès le 25 janvier 1964 à écrire, séparément, une lettre aux journaux. L’empressement avec lequel les deux écrivains rédigent leurs textes s’explique facilement. Desrosiers voit en effet son best-seller, Les engagés du grand-portage (1938), figurer dans le catalogue de la collection « Nénuphar », chez Fides, depuis 1946. Pour sa part, Le Normand a fait rééditer entre 1955 et 1962 la totalité de ses volumes dans la collection jeunesse « Rêve et vie43 ». En outre, elle est une contributrice régulière de Lectures, et voit même sa photographie reproduite sur la couverture de la revue en juin 1961, à l’occasion de la parution de son roman La montagne d’hiver – chez Fides. Il s’agit donc de défendre leur éditeur à tous deux et, ultimement, leur propre production44.

  • 45 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions de M. L.-P. Desrosiers sur Radio-Canada et le rapport Bouchard  (...)

20Paru dans La Presse le 31 janvier 1964, soit en pleine tourmente médiatique, le texte de Desrosiers45 constitue une réponse aux propos tenus à l’émission Aujourd’hui, présentée le 27 janvier 1964 à la télévision d’État Radio-Canada. Le programme est alors animé par Jacques Languirand et Michelle Tisseyre, star du petit écran et épouse… de Pierre Tisseyre, qui dirige le Cercle du livre de France et dont l’action fondatrice au Conseil supérieur du livre est à l’origine de la commission Bouchard. Laïc, découvreur de talents – c’est lui qui fait connaître Claire Martin, Hubert Aquin et Gérard Bessette, romanciers qui marquent profondément la production littéraire de la « Révolution tranquille » – attentif aux œuvres de la jeune génération, Tisseyre est à l’opposé de la mission spirituelle des Éditions Fides en ce sens qu’il prône une approche à la fois esthétique et commerciale du métier d’éditeur. En outre, Tisseyre est une personnalité connue du grand public, tant pour ses apparitions que pour la place centrale qu’occupe sa femme, Michelle, dans les médias écrits et audiovisuels. Justement, le 27 janvier, c’est Pierre Tisseyre qui est invité sur le plateau d’Aujourd’hui pour commenter les révélations du rapport Bouchard. Pour Desrosiers, la situation est assez louche pour ne pas prêter le flanc à une attaque en règle contre un éditeur qu’il juge trop libéral à son goût, et contre la télévision d’État qu’il exècre. Après avoir dressé le portrait de l’« écrivain moyen » au Québec – salaire modeste pour un travail acharné, précarité du marché –, le romancier s’en prend directement à Michelle Tisseyre, accusée de diffamer les compagnies éditoriales religieuses :

  • 46 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

Les écrivains, Madame Tisseyre, ont travaillé pendant des décades, lorsque vous n’avez à opposer à leur valeur que du bagout, une instruction ordinaire, certaines qualités de charme dont vous avez fatigué à mort toute la population du Canada français. Où est le superficiel ? Où est le sérieux46 ?

  • 47 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.
  • 48 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

21Desrosiers ne fait pas que dénigrer la présentatrice. Il s’attaque également à la télévision, démontrant au passage sa perception et sa hiérarchisation des pratiques culturelles. Il y a là une posture typique, celle de l’écrivain ou de l’intellectuel discréditant la culture populaire que cristallise la télévision, au profit d’une culture savante et légitime. Un autre fait marquant du texte consiste pour Desrosiers à remettre en question le financement des entreprises culturelles. Ce sont ici Radio-Canada et les Éditions du Cercle du livre de France qui sont visées, l’auteur rappelant que l’entreprise de Pierre Tisseyre « aurait obtenu à plusieurs reprises des subventions pour ses éditions47 ». Pas une fois, Desrosiers ne cite le nom des Éditions Fides. Toutefois, eu égard au contexte de parution, il est évident que l’écrivain tente de justifier les pratiques financières de la corporation, tout en s’insurgeant contre la télévision d’État, qui produit des émissions « tendancieuses48 » avec l’argent public, et contre un éditeur médiatisé et subventionné.

  • 49 Le Normand (Michelle), « La Corporation Fides et les auteurs », Le Devoir, vol. 55, n° 34, mercredi (...)
  • 50 Par exemple dans La Presse du 20 février 1964, ou Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 27 février 1964
  • 51 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.
  • 52 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.
  • 53 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.
  • 54 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.
  • 55 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.
  • 56 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.

22Le 12 février, c’est au tour de Michelle Le Normand de voir sa lettre publiée intégralement dans Le Devoir49, puis sous une forme raccourcie dans d’autres quotidiens québécois50. Ce texte s’apparente à une défense et un panégyrique des Éditions Fides. « Impossible sans en écrire aussi long que le rapport Bouchard, d’évaluer tout le bien que font parmi nous depuis trente ans, les Éditions Fides51 », martèle son auteure, égratignant au passage les résultats de la commission d’enquête. Le Normand invite d’ailleurs à la prudence quant au rapport : selon elle, il s’agit d’une calomnie qu’il sera difficile de renverser une fois que « la vérité se fera jour52 ». Dès lors, Le Normand se fait un devoir de dresser le portrait le plus complet de la maison d’édition du père Martin. Elle présente successivement les grands auteurs de la corporation, suivis des collections qui forment le catalogue ; la revue Lectures, digne successeure de Mes Fiches ; les succursales, qui contribuent à faire rayonner « nos écrivains les plus solides53 », depuis l’Ouest jusqu’à Paris ; enfin, la composition de l’équipe éditoriale (trois religieux et deux laïcs, eux-mêmes soutenus par un personnel de deux cents laïcs, d’après Le Normand). La liste des auteurs étant associés à Fides constitue un blanc-seing pour la maison d’édition. En effet, comme le suggère le texte, peut-on en vouloir à une entreprise qui a à cœur la fortune des lettres québécoises et qui publie, entre autres, Robert Choquette, Félix-Antoine Savard, Lionel Groulx, Luc Lacourcière et Félix Leclerc ? L’écrivaine insiste, en outre, sur la vocation patrimoniale de l’éditeur : « À Fides, nos livres ne meurent pas. Épuisés, ils sont réédités54 ». Ce faisant, elle justifie les choix commerciaux de la corporation en mettant en avant les valeurs d’abnégation et de patriotisme des Pères de Sainte-Croix, concluant sur la nécessité d’une telle « institution entièrement canadienne-française ». Dans le sillage du père Martin et de Julia Richer qui tenaient un discours similaire, Le Normand explique que les profits réalisés avec L’Élève – revue que l’auteure ne cherche curieusement pas à défendre – permettent à Fides de poursuivre son projet de publier « les livres difficiles à écouler et que les autres éditeurs refusaient55 ». En un mot, la Corporation des Éditions Fides est motivée par ce que l’écrivaine nomme « l’effort culturel de la province56 », soit la valorisation et la diffusion d’une littérature passée et actuelle locale.

  • 57 Lesta, « L’opinion du lecteur. Madame Tisseyre », L’Avenir du Nord, vol. 60, n° 23, mercredi 19 fév (...)
  • 58 Une indignée, « En marge du rapport Bouchard », La Presse, vol. 80, n° 109, jeudi 20 février 1964, (...)

23Bien qu’il soit reproduit sous une forme raccourcie dans d’autres quotidiens québécois, le texte de Michelle Le Normand ne fait aucune vague dans la presse. Les « réactions » de Léo-Paul Desrosiers, elles, parviennent à susciter quelques réponses dans les courriers des lecteurs. Ainsi, dans L’Avenir du Nord du 19 février 1964, un – ou « une » – « Lesta » profite du texte du romancier pour dénoncer les choix de Radio-Canada, cette « T.V. d’État [qui] nous impose ce cabotinage, cette prostitution d’une pauvresse d’esprit, prête à tous les m’as-tu-vu […]57 ». C’est ici Michelle Tisseyre qui s’attire les foudres du lecteur. De même, « une indignée » joint sa voix à celle de Desrosiers pour défendre les intérêts des « payeurs de taxe », et accuser la télévision d’État de vilipender le milieu du livre58. On le voit, le soutien au texte de Léo-Paul Desrosiers s’effectue surtout par rapport aux propos tenus par Michelle Tisseyre. La Commission Bouchard et ses conclusions sur le milieu du livre sont ainsi délaissées au profit d’une remise en question du financement et de la programmation de Radio-Canada.

« De grâce, agissons comme des baptisés » : l’écrivain catholique dans la cité

  • 59 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.
  • 60 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

24Venons-en à présent à la posture de l’écrivain catholique qui se manifeste dans les deux lettres, et qu’il convient de resituer dans le double contexte de la Commission Bouchard et de la « Révolution tranquille » des années 1960. Sur le plan rhétorique, le réquisitoire de Léo-Paul Desrosiers se construit selon un principe d’opposition entre, d’une part, la télévision d’État, son animatrice vedette et l’éditeur Pierre Tisseyre, et d’autre part, la société québécoise qui ne se voit nullement représentée dans les instances culturelles qu’elle-même finance. Les questions d’argent sont au cœur du propos. Derrière, c’est l’interventionnisme de l’État que Desrosiers critique. À plusieurs reprises, l’écrivain se demande si la supposée modernité des programmes de Radio-Canada et des choix éditoriaux de Pierre Tisseyre ne s’accompagne pas d’un profond anticléricalisme : « Sont-elles, ces œuvres [publiées par Tisseyre] dans la tradition bien catholique59 ? » S’adressant à Michelle Tisseyre, Desrosiers étale ses doutes : « […] avez-vous du respect pour ce peuple qui vous comble d’émoluments ? Pour ses institutions ? Pour ses religieux et religieuses60 ? » De même, à Pierre Tisseyre, qu’il taxe d’opportunisme :

  • 61 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

Naturellement, publier des livres pas catholiques pour une population catholique et un petit marché – même vous battez à nos frais le tambour – ne rapporte pas beaucoup […] Alors, un peuple catholique subventionnerait une littérature peu catholique et qu’on veut lui imposer ? À coup d’argent61 ? 

  • 62 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.
  • 63 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

25Desrosiers n’hésite pas à dénoncer la cabale médiatique qui se joue autour du rapport Bouchard : « Et c’est de l’argent catholique qui les gratifiera de fortes sommes pour tenter de faire scandale autour d’auteurs et d’institutions catholiques62. » Le « scandale au pays des éditions63 » apparaît en fait, dans la lettre, comme une attaque en règle du gouvernement libéral contre les institutions religieuses et, derrière elle, contre toute une société respectueuse des traditions catholiques. En bref, l’affaire du rapport Bouchard montre, selon Desrosiers, la présence d’un fossé entre les productions culturelles publiques et les valeurs morales qui régissent la vie de la population. Elle offre à l’écrivain l’occasion de défendre, indirectement, la vision d’une littérature québécoise en service religieux, et dont l’existence et la fortune doivent se mesurer à partir du rapport au catholicisme.

  • 64 Le Normand évoque les Conseils des Arts du Canada et de la Province du Québec.

26La lettre de Michelle Le Normand va plus loin dans la défense d’un engagement littéraire chrétien. D’abord, l’auteure poursuit les accusations de son époux au sujet du courant anticlérical qui souffle sur les organismes de subvention. Dans ce cas, ce sont les Conseils des arts64 qui font les frais de la critique, alors même que le Conseil supérieur du livre multiplie les interventions afin de définir des critères économiques et culturels pour la répartition des subventions :

  • 65 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.

Si les Conseils des Arts avaient financé certaines collections historiques et religieuses, nous aurions aujourd’hui moins de jeunes esprits révoltés parce qu’ils sont ignorants. Ces Conseils se montreraient-ils généreux surtout pour les livres destinés à effriter morale et religion ? Parfois, on le dirait65.

  • 66 Luneau (Marie-Pier), Lionel Groulx. Le mythe du berger, Montréal, Leméac, 2003.
  • 67 Groulx (Lionel), Chemins de l’avenir, Montréal, Fides, 1964, p. 159.
  • 68 Voir à ce sujet l’article suivant : Bédard (Éric), « L’“État français” sans la jeunesse : Lionel Gr (...)

27Cet extrait témoigne d’un sentiment de rupture entre la vieille garde et la jeunesse de la « Révolution tranquille ». En quelque sorte, il annonce les grandes lignes du testament spirituel de l’ancien « berger66 » de la nation, le chanoine Lionel Groulx qui décrira, à la fin de l’année 1964, la « grande misère67 » que connaît la jeunesse des années 1960 – et qui est attribuable, notamment, à Radio-Canada68. Enfin, après avoir présenté l’ensemble de l’œuvre de Fides, l’écrivaine conclut par un credo en faveur de la foi et de « l’effort culturel » :

Fides est une réussite […], une institution entièrement canadienne-française. Si le rapport Bouchard, grâce aux influences tapageuses d’anticléricaux, contribue à affaiblir cette œuvre, que penserons-nous de la sincérité de l’effort culturel de la province ?

Et cet effort culturel, que les catholiques ne cessent pas d’y penser, il contribuera à notre grandeur s’il est nourri de la Foi, non s’il rejette la réalité chrétienne qui est la nôtre.

  • 69 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.

De grâce, agissons comme des baptisés. Confessons notre Dieu devant les hommes et soutenons ceux qui le servent69

28L’emploi de la première personne du pluriel, en toute fin d’article, renforce le caractère alarmant de la situation. Dès lors, l’ensemble du texte de Le Normand converge vers la nécessité de l’ascèse, qui englobe à la fois le patriotisme et la mise en valeur d’une culture québécoise. Il se double d’un appel au rassemblement des catholiques de la province derrière Fides, « ceux qui servent » Dieu, tant dans la production et la médiation de la littérature locale que dans sa mission pédagogique. Mais une telle profession de foi va bien au-delà de la défense des Éditions Fides, puisqu’elle suppute la constitution d’un champ littéraire sur les fondements de la chrétienté, et la spécificité d’une écriture canadienne-française et impérativement catholique.

  • 70 Lesage (Germain), o.m.i., Notre éveil culturel, Montréal, Rayonnement, 1963, p. 189.
  • 71 Lesage (Germain), o.m.i., Notre éveil culturel, op. cit., p. 192.
  • 72 Roy (Martin), Une réforme dans la fidélité. La revue Maintenant (1962-1974) et la « mise à jour » d (...)
  • 73 Roy (Paul-Émile), Les intellectuels dans la cité, Montréal, Fides, « Présence », 1963.
  • 74 Gélinas (Xavier), La droite intellectuelle québécoise et la Révolution tranquille, Québec, Presses (...)
  • 75 Ce qui conduit E.-Martin Meunier à écrire avec justesse que « 1960 ne signe pas la sortie complète (...)
  • 76 Voir à ce sujet un numéro récent de la revue Voix et images : Philippe (Céline) et Cliche (Anne-Éla (...)

29Dans un sens, la lettre de Michelle Le Normand, qui opère un glissement discursif depuis la commission Bouchard vers le positionnement critique de l’écrivain catholique au Québec, emprunte à une tradition discursive instaurée par les figures emblématiques, au xxe siècle, de Lionel Groulx et de Camille Roy ; au xixe siècle, celle de l’abbé Henri-Raymond Casgrain : des hommes d’Église et animateurs de la vie littéraire qui définissaient publiquement la littérature par rapport à un double axiome national et religieux. S’inscrivant dans cette filiation, les textes de Desrosiers et de Le Normand réactivent également une série de discours qui englobent largement la Commission d’enquête sur le commerce du livre. Notamment, ils rappellent Notre éveil culturel, du père Germain Lesage (1963). En effet, dans ce livre qui fonctionne comme une enquête conclusive et prospective sur la culture au Canada français, l’auteur observe les mêmes problèmes structuraux dans les productions culturelles (soupçons d’immoralité chez Radio-Canada, incomplétude de la mission des Conseils des Arts) que les Desrosiers. Il y plaide entre autres pour la préservation d’un « catholicisme vrai, satisfaisant, générateur de joie et de paix intérieure70 » : « Croire en l’esprit, c’est enfin admettre la création de l’homme, son adoption divine, l’ordre surnaturel, la Rédemption, la sainte Église. Ces valeurs spirituelles, notre peuple tout entier les désire71 ! » On le voit, s’ils apparaissent isolés dans le débat qui suit la publication du rapport Bouchard, les époux Desrosiers ne le sont finalement que très peu dans le contexte d’une redéfinition du catholicisme au Québec. Redéfinition qu’on peut discerner à travers les entreprises du père Lesage, mais aussi dans la revue dominicaine Maintenant (1962-1964), qui œuvre à « la formulation d’un catholicisme actualisé et délesté de ses pratiques démodées72 » ; dans l’ouvrage Les intellectuels dans la cité, de Paul-Émile Roy (1963), paru chez Fides et qui prône justement l’intervention des penseurs chrétiens dans l’espace public73 ; ou encore, dans les réorientations idéologiques des réseaux intellectuels de droite au Québec74, le tout sur fond de concile Vatican ii75. Dans le champ littéraire, outre la Commission Bouchard, la production romanesque et poétique de la « Révolution tranquille » est frappée d’ambivalence en ce qui concerne le rapport au religieux, comme en témoignent, entre autres, les titres de Marie-Claire Blais, Jacques Ferron, Anne Hébert, Paul-Marie Lapointe et Hubert Aquin76. La critique accuse une telle ambiguïté entre culture et confessionnalité et appelle de ses vœux un sursaut du catholicisme, ainsi que l’écrit Gilles Marcotte dans un article resté célèbre :

  • 77 Marcotte (Gilles), « La religion dans la littérature canadienne-française contemporaine », Recherch (...)

C’est que le religieux, au Canada français, a partie liée avec la culture ; on pourrait dire, à la fois, qu’il l’asservit, et qu’il est asservi par elle. On découvre à tous les niveaux, aussi bien celui des institutions que celui des consciences, une confusion du règne de la foi et du règne culturel, qui produit un enchevêtrement inextricable des causes et des effets77.

30Ces quelques exemples permettent de mesurer l’ampleur et les branchements discursifs des préoccupations de Desrosiers et Le Normand face à une question que pose d’une manière détournée la commission d’enquête : dorénavant, quelle place occuper en tant que catholique dans la littérature en particulier, et dans l’espace public au Québec en général ?

  • 78 Le supplément vient surtout souligner l’inauguration, le 20 mai 1964, du nouvel immeuble de la corp (...)

31Les nombreux points de convergence entre les deux écrivains et une topique substantielle du discours social des années 1960, alimentée par les Marcotte et les jeunes intellectuels de Maintenant, ont toutefois une limite, compte tenu du déplacement des Desrosiers au sein du jeu des positions littéraires et de leur production soit essoufflée, soit dépassée. En fait, l’effort de résistance de ce qu’on pourrait nommer la vieille garde nationaliste catholique – Léo-Paul Desrosiers, Michelle Le Normand et le chanoine Groulx en tête – face à la sécularisation des institutions et au renversement de l’hégémonie religieuse dans le champ littéraire semble consacrer l’avènement de la figure médiatique du réactionnaire catholique. Un supplément du quotidien La Presse, paru le samedi 16 mai 1964, permet de prendre le pouls de cette figure émergente. Le supplément est en réalité un publi-reportage consacré aux Éditions Fides et au « nouveau départ » adopté par la corporation78. Aucune mention ne sera faite de la crise qu’avaient occasionnée, successivement, l’interdiction de L’Élève dans les établissements de la CECM, et la Commission Bouchard. Les contributeurs – parmi lesquels Julia Richer, qui cumule les fonctions de journaliste et de directrice des affaires extérieures – évoquent plutôt le second souffle de Fides et le déploiement d’une stratégie d’édition inédite. Une section du publi-reportage donne la parole, sous forme de questionnaire, à sept auteurs (six hommes et une femme) de la maison d’édition : Lionel Groulx, Marcel Trudel, Léo-Paul Desrosiers, Félix-Antoine Savard, Fernand Benoit, Paul-Émile Roy et Michelle Le Normand. Dans ces « témoignages », la question : « La littérature canadienne-française vous paraît-elle axée sur les véritables valeurs, animée de préoccupations assez hautes ? Vous semble-t-elle traduire assez fidèlement une réalité personnelle, originale ? », obtient quatre réponses qu’il convient de citer un peu longuement :

La littérature canadienne, sauf en de rares exceptions, souffre affreusement d’originalité. Nous ne possédons que la plus faible des consciences nationales. Pas surprenant que nous ne soyons pas originaux. [Lionel Groulx]

Jusqu’à ce jour, la littérature canadienne-française a sans doute connu son apogée de 1925 à I960. Nous avons eu alors des auteurs qui visaient très haut, qui voulaient construire solide et grand. […] II semble que l’on ait perdu aujourd’hui une partie de ces soucis. Nous avons chu dans les volumes courts, si ce n’est dans les plaquettes ; et, malheur plus grave, ils rappellent presque toujours de grands ouvrages antérieurs, soit français, soit étrangers. Ainsi la jeune fille qui débine sa mère, ou la jeune fille qui aime une autre jeune fille. Et les thèmes de la sexualité, usés jusqu’à la corde, que l’on sert avec une sauce un peu différente, jusqu’au point d’ennuyer tout le monde. Manque de personnalité et de force. Un autre problème est plus grave. À la suite de grands écrivains d’ailleurs, nos auteurs se sont mis à ne plus voir que les petitesses de l’homme et ils sont devenus aveugles à ses grandeurs. Pourtant, Pascal a écrit sur le sujet des pages immortelles. Chacun en sent d’autre part la vérité criante. Les critiques n’encouragent que trop les auteurs qui se consacrent aux pourritures de l’homme, et, qui, pour cette raison, n’ont pas d’équilibre dans leurs conceptions. Et qui ruinent leur talent, par l’incapacité totale d’imaginer des scènes agréables, gracieuses, où apparaissent les indéniables qualités humaines. On en est rendu à un tel point de folie que tout livre qui représente la créature telle qu’elle est est mis de côté et n’occupe pas du tout nos pages littéraires. Toutefois, on peut dire que l’activité présente laisse voir dans bien des écrivains des dons précieux et rares. [Léo-Paul Desrosiers]

Beaucoup d’écrivains de chez nous me déçoivent. A l’heure où nous cherchons même avec violence, à nous affranchir du colonialisme politique, nous nous enfonçons de plus en plus, dans tous les marécages du colonialisme littéraire et artistique. Mais je crois entendre, ici et là, des cris de liberté. Honneur à ceux qui les poussent ! [Félix-Antoine Savard]

  • 79 [La Presse], « Témoignages d’auteurs… », La Presse, supplément, samedi 16 mai 1964, pp. 6A-8A.

Présentement, non ; ce qui s’écrit avec beaucoup de talent manque d’une dimension. La plus importante. On semble en général croire que ce serait déshonorant d’accorder un rôle à Dieu. Pourtant chacun d’entre nous est dans Sa main. Le libre arbitre, c’est à nous. La vie, Il la tient79 ! [Michelle Le Normand]

  • 80 [La Presse], « Témoignages d’auteurs… », art. cit., p. 8A.

32L’appréciation de ces quatre écrivains nés au siècle précédent est dominée par le passéisme, le constat d’un manque d’originalité et le refus de nouvelles tendances plus progressistes en matière d’esthétique. Au sein de ce groupe, Léo-Paul Desrosiers et Michelle Le Normand réinvestissent plusieurs thèmes de leurs lettres ouvertes, comme l’effroi devant la supposée immoralité des œuvres contemporaines, la désapprobation du thème de la sexualité, un certain mépris pour la jeune génération et l’appel à la foi chrétienne. Le Normand pousse la réflexion un cran plus loin, dans une phrase-conclusion qui alterne entre promotion de la maison d’édition et regard affligé sur la jeunesse : « Si le public répondait bien à la bienfaisante œuvre de Fides — il me semble que nous aurions moins à nous inquiéter du sort de notre jeunesse catholique80. » Difficile de ne pas voir, derrière ces « témoignages », le déploiement d’une pensée antimoderne, à contre-courant de toutes les forces, laïques ou confessionnelles, qui alimentent le renouvellement des idéologies et des esthétiques au Québec.

  • 81 C’est du moins ce que consigne Michelle Le Normand dans son journal intime. La « lettre d’avocat » (...)
  • 82 Mentionnons toutefois l’intervention de François-Albert Angers, lui aussi réfractaire au rapport Bo (...)
  • 83 Le Moyne (Jean), Convergences, Montréal, HMH, 1961.

33Prise en tant qu’événement, la Commission Bouchard sonne donc le glas d’un système d’édition et de distribution né avec la Crise et la Deuxième Guerre mondiale, et où les communautés religieuses avaient les coudées franches pour, d’une part, contribuer à l’enseignement ou aux lettres canadiennes-françaises comme elles le souhaitaient et, d’autre part, assurer le maintien des foules dans le respect des traditions chrétiennes. Elle confirme le rayonnement de plus jeunes entreprises dans le champ littéraire, comme le Cercle du livre de France, dans le même temps qu’elle impose aux plus anciennes, comme les Éditions Fides, une refonte de leur programme éditorial. L’affaire du rapport Bouchard, de son côté, s’apparente à un nouveau et percutant débat sur la laïcité dans lequel, somme toute, une grande partie des figures publiques (éditorialistes, politiques, personnalités médiatiques) partagent le même avis, à savoir la déconfessionnalisation partielle (et non intégrale) du marché des livres scolaires et revues pédagogiques. Pour les époux Desrosiers, la situation est critique, d’abord et avant tout parce qu’ils apparaissent comme les grands perdants de la commission d’enquête et du vent de sécularisation qui souffle sur le Québec. Ceci explique le recours à la lettre ouverte, forme inhabituelle pour le couple d’écrivains plutôt réservé sur la sphère publique. Toutefois, le discours que tiennent Léo-Paul Desrosiers et Michelle Le Normand est un discours d'hostilité à l’égard du monde contemporain, et d’une propagande ouvertement catholique qui ne parle plus, ou peu, à la société québécoise de 1964 – surtout venant de deux écrivains « fossiles ». Hormis une lettre de mise en demeure envoyée par les Tisseyre81, les sorties médiatiques des Desrosiers ne font aucune vague. Elles constituent des voix qui viennent s’opposer momentanément à la commission d’enquête82, avant d’être rapidement balayées par le rythme de l’actualité et par un relatif consensus en faveur de la réforme du système du livre. Marginales dans le barnum, ces voix n’en demeurent pas moins traversées par la conviction d’alerter la société québécoise des dangers qui la guettent. Dans une perspective tout à fait opposée à celle du très célèbre Convergences de Jean Le Moyne, ouvrage qui réinvente la figure de l’intellectuel catholique dans le Québec des années 196083, ces voix figurent l’expression d’une protestation des écrivains catholiques face aux changements apportés par la « Révolution tranquille », ainsi que la démonstration de leur nouvelle position minoritaire dans le champ littéraire québécois.

Haut de page

Bibliographie

CORPUS PRIMAIRE

Angers (François-Albert), « Les manuels scolaires : un débat mal engagé », Le Devoir, vol. 55, n° 31, samedi 8 février 1964, p. 4.

Anonyme, « Autres réactions. Roger Lemelin », La Presse, vol. 80, n° 90, mercredi 29 janvier 1964, p. 12.

Chalvin (Solange), « L’Élève, nouvelle version, enthousiasme les parents, déçoit les professeurs : qu’en pensent les spécialistes ? », Le Devoir, vol. 54, n° 281, samedi 30 novembre 1963, p. 18.

Chalvin (Solange), « L’innocence aux mains pleines », Le Devoir, vol. 55, n° 23, jeudi 30 janvier 1964, p. 7.

Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions de M. L.-P. Desrosiers sur Radio-Canada et le rapport Bouchard », La Presse, vol. 80, n° 92, vendredi 31 janvier 1964, p. 12.

Ferland (Guy), « Un comité de la CECM demande l’interdiction de la revue L’Élève dans les écoles de Montréal », La Presse, vol. 79, n° 135, vendredi 22 mars 1963, p. 14.

Groulx (Lionel), Chemins de l’avenir, Montréal, Fides, 1964,

Laurendeau (André), « Encore le rapport Bouchard », Le Devoir, vol. 55, n° 29, jeudi 6 février 1964, p. 4.

Leblanc (Jules), « L’usage de la revue L’Élève doit être interdit dans les écoles de la CECM » suivi d’un résumé des quatre rapports, Le Devoir, vol. 54, n° 68, vendredi 22 mars 1963, pp. 1 et 8.

Le Moyne (Jean), Convergences, Montréal, HMH, 1961.

Le Normand (Michelle), « La Corporation Fides et les auteurs », Le Devoir, vol. 55, n° 34, mercredi 12 février 1964, p. 4.

Le Normand (Michelle), Journal, fonds d’archives Michelle-Le-Normand et Léo-Paul-Desrosiers, Bibliothèque et Archives nationales du Québec-Montréal, MSS26.

Lesage (Germain), o.m.i., Notre éveil culturel, Montréal, Rayonnement, 1963.

Lesta, « L’opinion du lecteur. Madame Tisseyre », L’Avenir du Nord, vol. 60, n° 23, mercredi 19 février 1964, p. 2.

Marcotte (Gilles), « La religion dans la littérature canadienne-française contemporaine », Recherches sociographiques, dossier « Littérature et société canadiennes-françaises », vol. 5, n° 1-2, 1964, p. 167-176.

Morin (Alice), « À propos de manuels scolaires », La Presse, vol. 79, n° 154, mardi 16 avril 1963, p. 4.

Morin-Sauvé (Alice), « Les privilèges d’une maison », La Presse, vol. 79, n° 176, samedi 11 mai 1963, p. 4.

Pelletier (Gérard), « Mettre fin à cette gabegie », La Presse, vol. 80, n° 90, mercredi 29 janvier 1964, p. 6.

[La Presse], « Témoignages d’auteurs… », La Presse, supplément, samedi 16 mai 1964, pp. 6A-8A.

Prince (Vincent), « Concurrents et membres du jury », La Presse, vol. 80, n° 89, mardi 28 janvier 1964, p. 6.

Publicité, « Mes Fiches, une réalisation de la JEC au service de toute la masse étudiante », JEC, février 1937, p. 16.

Rapport Bouchard, Rapport de la commission d’enquête sur le commerce du livre dans la province de Québec, Montréal, s.é., décembre 1963.

Richer (Julia), « Précisions au sujet de la revue L’Élève », La Presse, vol. 79, n° 158, samedi 20 avril 1963, p. 4.

Roy (Paul-Émile), Les intellectuels dans la cité, Montréal, Fides, « Présence », 1963.

Ryan (Claude), « Le rapport Bouchard », Le Devoir, vol. 55, n° 20, lundi 27 janvier 1964, p. 4.

Ryan (Claude), « Les communautés religieuses et l’argent », Le Devoir, vol. 55, n° 23, jeudi 30 janvier 1964, p. 4.

Sauvé (Armand), « Les griefs contre une revue scolaire », La Presse, vol. 79, n° 153, samedi 13 avril 1963, p. 4.

Thivierge (Marcel), « « Le rapport de la commission d’enquête sur le commerce du livre met en cause des membres du DIP, une maison d’édition et souligne la concurrence déloyale des communautés », Le Devoir, vol. 55, n° 19, samedi 25 janvier 1964, p. 1

Une indignée, « En marge du rapport Bouchard », La Presse, vol. 80, n° 109, jeudi 20 février 1964, p. 4.

CORPUS SECONDAIRE

Bédard (Éric), « L’“État français” sans la jeunesse : Lionel Groulx et la Révolution tranquille », Mens : revue d’histoire intellectuelle et culturelle, vol. 16, n° 2, 2016, pp. 37-63.

Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, nouvelle édition revue et corrigée, Paris, Seuil, « Points essais », 1998 [1992].

Gélinas (Xavier), La droite intellectuelle québécoise et la Révolution tranquille, Québec, Presses de l’Université Laval, 2007.

Hébert (Pierre), « Sanctions, exclusions et omissions. La revue Lectures et “l’impossible” roman psychologique (1946-1959) », dans Décliner l’intériorité. Le roman psychologique des années 1940-1950 au Québec, sous la direction de François Ouellet, Québec, Nota Bene, « Sciences humaines / littérature », 2011, pp. 15-42.

Lacroix (Michel), « À la fortune des lettres. Introduction », dans Desrosiers (Léo-Paul), Le Normand (Michelle) & Pourrat (Henri), Des « Amitiés paysannes » à la NRF. Correspondance, 1933-1959, éditée par Michel Lacroix, Québec, Nota bene, 2010, pp. 5-37.

Lamonde (Yvan), La modernité au Québec, 2 t., Montréal, Fides, 2011 et 2016.

Luneau (Marie-Pier), Lionel Groulx. Le mythe du berger, Montréal, Leméac, 2003.

Meunier (E.-Martin), « L’ancrage du catholicisme au Québec et sa déliaison progressive : une sociologie historique de l’exculturation », dans Catholicisme et cultures. Regards croisés France-Québec, sous la direction de Solange Lefebvre, Céline Béraud et E.-Martin Meunier, Québec, Presses de l’Université Laval, 2015, pp. 21-45.

Michon (Jacques), Fides. La grande aventure éditoriale du père Paul-Aimé Martin, Montréal, Fides, 1998.

Michon (Jacques) (dir.), Histoire de l’édition littéraire au Québec au xxe siècle, t. 3 : La bataille du livre. 1960-2000, Montréal, Fides, 2010.

Philippe (Céline) et Cliche (Anne-Élaine), dossier « Destins de l’héritage catholique », Voix et images, vol. 41, n° 3, 2016, pp. 7-159.

Rannaud (Adrien), « “Je viens d’achever le billet que j’avais dans la tête”. Hybridité des pratiques intimes, autobiographiques et journalistiques chez Michelle Le Normand », COnTEXTES, n° 20, 2018. url : http://journals.openedition.org/contextes/6430

Robert (Lucie), L’institution du littéraire au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 1989.

Rocher (Guy), « Un bilan du rapport Parent : vers la démocratisation », Bulletin d’Histoire politique, Montréal, Association québécoise d’histoire politique et Lux éditeur, vol. 12, no 2,‎ hiver 2004, p. 117-128.

Roy (Martin), Une réforme dans la fidélité. La revue Maintenant (1962-1974) et la « mise à jour » du catholicisme québécois, Québec, Presses de l’Université Laval, « Cultures québécoises », 2012.

Smart (Patricia), De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan. Se dire, se faire par l’écriture intime, Montréal, Boréal, 2014.

Vanderpelen-Diagre (Cécile), Mémoire d’y croire. Le monde catholique et la littérature au Québec (1920-1960), Québec, Nota Bene, 2007.

Haut de page

Notes

1 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Mémoire d’y croire. Le monde catholique et la littérature au Québec (1920-1960), Québec, Nota Bene, 2007, pp. 143-144.

2 Outre l’ouvrage de Cécile Vanderpelen-Diagre, voir : Lamonde (Yvan), La modernité au Québec, 2 t., Montréal, Fides, 2011 et 2016.

3 La Commission Parent, du nom de son commissaire principal, Mgr Alphonse-Marie Parent, est lancée en avril 1961 sous le titre de « Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec ». Pour plus d’informations, voir : Rocher (Guy), « Un bilan du rapport Parent : vers la démocratisation », Bulletin d’Histoire politique, Montréal, Association québécoise d’histoire politique et Lux éditeur, vol. 12, no 2,‎ hiver 2004, pp. 117-128.

4 Rapport Bouchard, Rapport de la commission d’enquête sur le commerce du livre dans la province de Québec, Montréal, s.é., décembre 1963, pp. 131-132.

5 Rapport Bouchard, op. cit., p. 153.

6 Les autres grandes entreprises visées sont la Librairie Beauchemin, Granger Frères et les Librairies Dussault.

7 Lamonde (Yvan), La modernité au Québec, t. 2, op. cit., pp. 294-299.

8 Michon (Jacques), Fides. La grande aventure éditoriale du père Paul-Aimé Martin, Montréal, Fides, 1998, p. 214.

9 Voir Michon (Jacques), Fides, op. cit. ; et Michon (Jacques) (dir.), Histoire de l’édition littéraire au Québec au xxe siècle, t. 3 : La bataille du livre. 1960-2000, Montréal, Fides, 2010.

10 Robert (Lucie), L’institution du littéraire au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 1989, p. 196.

11 Publicité « Mes Fiches, une réalisation de la JEC au service de toute la masse étudiante », JEC, février 1937, p. 16.

12 Hébert (Pierre), « Sanctions, exclusions et omissions. La revue Lectures et “l’impossible” roman psychologique (1946-1959) », dans Décliner l’intériorité. Le roman psychologique des années 1940-1950 au Québec, sous la direction de François Ouellet, Québec, Nota Bene, « Sciences humaines / littérature », 2011, pp. 15-16.

13 Michon (Jacques), Fides, op. cit., pp. 153 et 155.

14 Michon (Jacques), Fides, op. cit., p. 156.

15 Leblanc (Jules), « L’usage de la revue L’Élève doit être interdit dans les écoles de la CECM » suivi d’un résumé des quatre rapports, Le Devoir, vol. 54, n° 68, vendredi 22 mars 1963, pp. 1 et 8.

16 Roger Aird, cité dans Ferland (Guy), « Un comité de la CECM demande l’interdiction de la revue L’Élève dans les écoles de Montréal », La Presse, vol. 79, n° 135, vendredi 22 mars 1963, p. 14.

17 Ferland (Guy), « Un comité de la CECM […] », art. cit., p. 14.

18 Leblanc (Jules), « L’usage de la revue […] », art. cit., p. 8.

19 Voir Michon (Jacques), Fides, op. cit., pp. 197-224.

20 Martin (Paul-Aimé), c.s.c., cité dans Michon (Jacques), Fides, op. cit., p. 199.

21 Sauvé (Armand), « Les griefs contre une revue scolaire », La Presse, vol. 79, n° 153, samedi 13 avril 1963, p. 4 ; Morin (Alice), « À propos de manuels scolaires », La Presse, vol. 79, n° 154, mardi 16 avril 1963, p. 4.

22 Richer (Julia), « Précisions au sujet de la revue L’Élève », La Presse, vol. 79, n° 158, samedi 20 avril 1963, p. 4.

23 Morin-Sauvé (Alice), « Les privilèges d’une maison », La Presse, vol. 79, n° 176, samedi 11 mai 1963, p. 4.

24 Chalvin (Solange), « L’Élève, nouvelle version, enthousiasme les parents, déçoit les professeurs : qu’en pensent les spécialistes ? », Le Devoir, vol. 54, n° 281, samedi 30 novembre 1963, p. 18.

25 Thivierge (Marcel), « Le rapport de la commission d’enquête sur le commerce du livre met en cause des membres du DIP, une maison d’édition et souligne la concurrence déloyale des communautés », Le Devoir, vol. 55, n° 19, samedi 25 janvier 1964, p. 1, je souligne.

26 Thivierge (Marcel), « Le rapport de la commission d’enquête […] », art. cit., p. 1.

27 Ryan (Claude), « Le rapport Bouchard », Le Devoir, vol. 55, n° 20, lundi 27 janvier 1964, p. 4.

28 Ryan (Claude), « Les communautés religieuses et l’argent », Le Devoir, vol. 55, n° 23, jeudi 30 janvier 1964, p. 4.

29 Laurendeau (André), « Encore le rapport Bouchard », Le Devoir, vol. 55, n° 29, jeudi 6 février 1964, p. 4.

30 Pelletier (Gérard), « Mettre fin à cette gabegie », La Presse, vol. 80, n° 90, mercredi 29 janvier 1964, p. 6.

31 Prince (Vincent), « Concurrents et membres du jury », La Presse, vol. 80, n° 89, mardi 28 janvier 1964, p. 6.

32 Pelletier (Gérard), « Mettre fin à cette gabegie », art. cit., p. 6.

33 Comme en témoigne cet article paru dans la page « L’univers féminin » : Chalvin (Solange), « L’innocence aux mains pleines », Le Devoir, vol. 55, n° 23, jeudi 30 janvier 1964, p. 7. À noter que Solange Chalvin, accompagnée de son mari, Michel, avait déjà signalé l’obsolescence des manuels scolaires dans un pamphlet percutant paru en 1962, Comment on abrutit nos enfants : la bêtise en 23 manuels scolaires.

34 Rapport Bouchard, op. cit., extraits cités dans La Presse, vol. 80, n° 90, mercredi 29 janvier 1964, p. 12, et La Presse, vol. 80, n° 91, jeudi 30 janvier 1964, p. 5.

35 Anonyme, « Autres réactions. Roger Lemelin », La Presse, vol. 80, n° 90, mercredi 29 janvier 1964, p. 12.

36 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, nouvelle édition revue et corrigée, Paris, Seuil, « Points essais », 1998 [1992], p. 251.

37 Voir Bourdieu (Pierre), op. cit., pp. 249-268.

38 Smart (Patricia), De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan. Se dire, se faire par l’écriture intime, Montréal, Boréal, 2014, p. 272.

39 Parmi la masse de travaux consacrés à Desrosiers et Le Normand, voir : Lacroix (Michel), « À la fortune des lettres. Introduction », dans Desrosiers (Léo-Paul), Le Normand (Michelle) & Pourrat (Henri), Des « Amitiés paysannes » à la NRF. Correspondance, 1933-1959, éditée par Michel Lacroix, Québec, Nota bene, 2010, pp. 5-37 ; et Rannaud (Adrien), « “Je viens d’achever le billet que j’avais dans la tête”. Hybridité des pratiques intimes, autobiographiques et journalistiques chez Michelle Le Normand », COnTEXTES, n°20, 2018. url : http://journals.openedition.org/contextes/6430.

40 Smart (Patricia), op. cit., pp. 272-274.

41 Le Normand (Michelle), Journal, fonds d’archives Michelle-Le-Normand et Léo-Paul-Desrosiers, Bibliothèque et Archives nationales du Québec-Montréal, MSS26, entrée du 20 janvier 1964.

42 Le Normand (Michelle), Journal, op. cit., entrées du 25, 26 et 28 janvier 1964.

43 Enthousiasme (1955 [1947 pour la première édition]), La plus belle chose du monde (1956 [1937]), Autour de la maison et La maison aux phlox (1958 [respectivement 1916 et 1941]), Le nom dans le bronze (1959 [1933]), et Couleur du temps (1962 [1919]).

44 Mentionnons que les Desrosiers sont des intimes de Julia Richer, la directrice des affaires extérieures de la corporation. On peut postuler que les deux écrivains ont été appelés en renfort afin d’appuyer Fides sur la scène médiatique.

45 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions de M. L.-P. Desrosiers sur Radio-Canada et le rapport Bouchard », La Presse, vol. 80, n° 92, vendredi 31 janvier 1964, p. 12.

46 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

47 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

48 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

49 Le Normand (Michelle), « La Corporation Fides et les auteurs », Le Devoir, vol. 55, n° 34, mercredi 12 février 1964, p. 4.

50 Par exemple dans La Presse du 20 février 1964, ou Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 27 février 1964.

51 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.

52 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.

53 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.

54 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.

55 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.

56 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.

57 Lesta, « L’opinion du lecteur. Madame Tisseyre », L’Avenir du Nord, vol. 60, n° 23, mercredi 19 février 1964, p. 2.

58 Une indignée, « En marge du rapport Bouchard », La Presse, vol. 80, n° 109, jeudi 20 février 1964, p. 4.

59 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

60 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

61 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

62 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

63 Desrosiers (Léo-Paul), « Réflexions […] », art. cit.

64 Le Normand évoque les Conseils des Arts du Canada et de la Province du Québec.

65 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.

66 Luneau (Marie-Pier), Lionel Groulx. Le mythe du berger, Montréal, Leméac, 2003.

67 Groulx (Lionel), Chemins de l’avenir, Montréal, Fides, 1964, p. 159.

68 Voir à ce sujet l’article suivant : Bédard (Éric), « L’“État français” sans la jeunesse : Lionel Groulx et la Révolution tranquille », Mens : revue d’histoire intellectuelle et culturelle, vol. 16, n° 2, 2016, pp. 37-63.

69 Le Normand (Michelle), « La corporation Fides […] », art. cit.

70 Lesage (Germain), o.m.i., Notre éveil culturel, Montréal, Rayonnement, 1963, p. 189.

71 Lesage (Germain), o.m.i., Notre éveil culturel, op. cit., p. 192.

72 Roy (Martin), Une réforme dans la fidélité. La revue Maintenant (1962-1974) et la « mise à jour » du catholicisme québécois, Québec, Presses de l’Université Laval, « Cultures québécoises », 2012, p. 35.

73 Roy (Paul-Émile), Les intellectuels dans la cité, Montréal, Fides, « Présence », 1963.

74 Gélinas (Xavier), La droite intellectuelle québécoise et la Révolution tranquille, Québec, Presses de l’Université Laval, 2007.

75 Ce qui conduit E.-Martin Meunier à écrire avec justesse que « 1960 ne signe pas la sortie complète du catholicisme de la société québécoise, mais sa reconduite sous un autre régime de religiosité » : Meunier (E.-Martin), « L’ancrage du catholicisme au Québec et sa déliaison progressive : une sociologie historique de l’exculturation », dans Catholicisme et cultures. Regards croisés France-Québec, sous la direction de Lefebvre (Solange), Béraud (Céline) et Meunier (E.-Martin), Québec, Presses de l’Université Laval, 2015, p. 35.

76 Voir à ce sujet un numéro récent de la revue Voix et images : Philippe (Céline) et Cliche (Anne-Élaine), dossier « Destins de l’héritage catholique », Voix et images, vol. 41, n° 3, 2016, pp. 7-159.

77 Marcotte (Gilles), « La religion dans la littérature canadienne-française contemporaine », Recherches sociographiques, dossier « Littérature et société canadiennes-françaises », vol. 5, n° 1-2, 1964, p. 171. À noter que Marcotte introduit son texte à partir de l’étude d’un roman de Desrosiers, Les angoisses et les tourments (1959).

78 Le supplément vient surtout souligner l’inauguration, le 20 mai 1964, du nouvel immeuble de la corporation éditoriale, boulevard Dorchester : « Pour l’occasion, La Presse du 16 mai 1964 a publié un cahier de douze pages tiré à 275 000 exemplaires grâce au concours financier de nombreux annonceurs recrutés parmi les fournisseurs et les amis de Fides. » Michon (Jacques), Fides, op. cit., p. 234.

79 [La Presse], « Témoignages d’auteurs… », La Presse, supplément, samedi 16 mai 1964, pp. 6A-8A.

80 [La Presse], « Témoignages d’auteurs… », art. cit., p. 8A.

81 C’est du moins ce que consigne Michelle Le Normand dans son journal intime. La « lettre d’avocat » sera sans suite.

82 Mentionnons toutefois l’intervention de François-Albert Angers, lui aussi réfractaire au rapport Bouchard et aux interventions mal placées, selon lui, de Pierre Tisseyre : Angers (François-Albert), « Les manuels scolaires : un débat mal engagé », Le Devoir, vol. 55, n° 31, samedi 8 février 1964, p. 4.

83 Le Moyne (Jean), Convergences, Montréal, HMH, 1961.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Rannaud, « « Scandale au pays des éditions » et résistances de l’écrivain catholique au Québec dans les années 1960 », COnTEXTES [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 avril 2019, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/7863 ; DOI : 10.4000/contextes.7863

Haut de page

Auteur

Adrien Rannaud

Université du Québec à Montréal/Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ)

Articles du même auteur

Haut de page