Navigation – Plan du site

Ce que le roman catholique fait au roman sentimental : le cas de la collection « Amour et aventure »

Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren

Résumé

Du début des années 1940 au milieu des années 1960, l’édition populaire au Québec connaît des succès sans précédents, notamment par le biais de séries en fascicules principalement publiées par les Éditions Police-Journal. Le contenu de ces fascicules, plus moderne et urbain, échappe à l’emprise des autorités cléricales et propose des valeurs contestables sous l’angle de la morale catholique. Pour contrer ce phénomène, les Éditions Fides, maison catholique, créent en 1947 la collection « Amour et aventure », destinée principalement à un lectorat féminin. En examinant ces textes du point de vue de la logique du roman sentimental, cet article cherche à en comprendre l’échec.

From the early 1940s to the mid-1960s, popular edition in Quebec enjoyed unprecedented successes, notably through the publication of many series of short novels mainly published by Éditions Police-Journal. The content of these more modern and urban short novels escaped the control of the clerical authorities and proposed, in the opinion of Roman Catholic elites, questionable values. To counter such a growing influence, Fides created the collection “Amour et aventure” in 1947. Analysing these publications from the perspective of the more commercial sentimental novels, this article seeks to understand the reasons behind its failure.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir Bouchard (Guy) et. al., Le Phénomène IXE-13, Québec, Presses de l’Université Laval, 1984; Mic (...)
  • 2 Selon les patientes recherches de Hébert (François), La littérature populaire en fascicules au Québ (...)

1Le Québec des années 1940 assiste à un véritable boom du roman populaire, écrit par des auteurs locaux et imprimé en séries, sur des feuillets de 32 pages. En réalité, cet âge d’or du roman en fascicules, qui durera un peu plus de vingt ans, est unique dans l’histoire de l’édition au Québec. Les Éditions Police-Journal se taillent la part du lion de ce marché en pleine effervescence, en lançant de nombreuses séries qui remporteront un franc succès, dont la plus célèbre, « Les Aventures étranges de l’agent IXE-13, l’as des espions canadiens1 », rappelle encore de vifs souvenirs aux lecteurs et lectrices qui ont vécu leur adolescence dans les années 1950. Aux côtés de cette galerie de personnages dont les « aventures extraordinaires » et les « exploits » sont bien mis en exergue par les sous-titres des séries, se trouvent les héroïnes et héros de la série « Amour », qui comptera 878 titres, parus entre 1944 et 19652.

2Prisées par un lectorat massif, ces publications ont tout pour provoquer l’ire des autorités cléricales de l’époque. Se déroulant presque exclusivement dans un cadre urbain, elles exhibent des signes d’émancipation qui heurtent de front le message catholique. Les héroïnes sont belles (ce qui est attendu dans le roman sentimental), mais valorisent une beauté physique, elle-même incarnée par les tenues dernier cri et les falbalas. Les héros sont riches et puissants, possèdent des voitures de luxe, habitent Westmount et conduisent l’héroïne dans les endroits les plus huppés : New York apparaît d’ailleurs comme un endroit de prédilection pour le voyage de noces. En sous-texte, dans ces récits qui racontent comment une femme sans domicile propre en vient à se trouver un « home » grâce à la seule avenue qui lui est offerte à l’époque, c’est-à-dire des fiançailles, c’est la réussite financière et matérielle des époux qui se trouve proclamée… Toutes ces valeurs télescopent celles de l’Église, qui longtemps avait fait du Canadien français un être modeste, expiateur, renonciateur aux plaisirs charnels et destiné à assurer la conservation de la « race », ayant pour socle la triade famille, religion, patrie.

  • 3 Les paratextes de la collection ne sont pas stables, en ce qui concerne le titre de la collection q (...)
  • 4 Martin (Paul-Aimé), « Fides au fil des jours », Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques et Arch (...)
  • 5 Ibid.

3Ainsi, dès le printemps 1947, les Éditions Fides contre-attaquent et lancent sur le marché la collection « Amour et aventure3 », destinée à concurrencer ces productions jugées immorales. Selon le Père Paul-Aimé Martin, directeur et fondateur des Éditions Fides, il s’agissait par ce moyen de répondre au vœu du Cardinal Villeneuve, qui souhaitait « voir surgir au plus tôt une collec­tion et même des collections de petits romans vifs, bien écrits, honnêtes, adaptés aux divers goûts et aux différents âges4. » Après la parution de cinq fascicules tirés à 10 000 exemplaires chacun et distribués dans les kiosques à journaux, côte à côte avec les autres fascicules qui remportent alors l’adhésion d’un très grand public, Fides est forcée à un constat d’échec. La collection, qui ne trouve pas preneur, doit être interrompue : « Est-ce le texte qui déplut, se demande a posteriori le Père Martin, ou la présentation? Toujours est-il que le public leur réserva un mauvais accueil, et qu'ils se vendaient mal5. »

4Notre article vise à poser une question simple : pourquoi le lectorat de 1947 choisit-il d’investir plutôt les 10 sous requis dans les fascicules proposés entre autres par les Éditions Police-Journal, dont le succès est phénoménal? Et qu’est-ce que tout cela peut nous apprendre sinon sur la disparition de l’écrivain catholique, du moins sur les limites que le message catholique ne doit pas transgresser, s’il veut respecter le contrat de lecture du roman sentimental populaire?

  • 6 Certes, le roman sentimental catholique ne disparaît pas en ces années, à preuve, l’importante popu (...)
  • 7 Notre corpus d’analyse repose sur 4 des 5 romans de la collection. Hélas, puisque le dépôt légal n’ (...)

5De toute évidence, le roman sentimental échappe, dès la fin des années 1940, aux éditeurs catholiques6, lesquels apparaissent pourtant encore comme les premiers prescripteurs de la norme sociale amoureuse. En analysant les raisons de la déconfiture éditoriale de Fides, qui fut le seul éditeur catholique québécois à tenter l’expérience du roman à 10 sous, nous souhaitons montrer comment, dans le Québec de l’immédiat après-guerre, l’Église ne peut plus prétendre avoir le contrôle sur les fantasmes et l’imaginaire du lectorat féminin populaire. Surtout, en examinant de près les représentations à l’œuvre dans cette collection7 en regard des codes du roman sentimental, nous serons en mesure d’observer les dérives qui ont pu, chez la lectrice de l’époque, annihiler le plaisir ludique, fondement de la lecture sérielle. Après avoir cerné les circonstances de la fondation de cette collection, nous y analyserons la représentation du couple. Puis, nous dégagerons la véritable quête de la diégèse de ces récits, ce qui nous conduira à un constat final somme toute prévisible : aux plaisirs terrestres valorisés dans les fascicules des Éditions Police-Journal, la collection des Éditions Fides oppose des valeurs d’abnégation, au profit d’une vie éternelle, ce qui ne pouvait qu’entrer en conflit avec les promesses de réussite personnelle et de bonheur mondain recherchées par les lectrices des romans roses de l’époque.

« Puis-je lire n’importe quoi? » : contours d’une collection

6Le problème des « mauvaises lectures » a incarné, dans l’histoire, une préoccupation constante pour les penseurs du catholicisme et Fides, fondée en 1941 par les Frères de Sainte-Croix, n’a pas échappé à ces questionnements. Le père Paul-Aimé Martin avait déjà lancé en 1937 la revue Mes fiches, organe destiné à guider la jeunesse dans ses choix de lectures. Les Éditions Fides poursuivent le même objectif. Le Père Martin lui-même écrit, en avril 1942, que

  • 8 Martin (Paul-Aimé), « Les Éditions Fides », Cahiers d’action catholique, no 19, avril 1942, p. 363, (...)

[…] le grand moyen de combattre la mauvaise littérature est de la remplacer. Il est à espérer que grâce à Dieu les Éditions Fides pourront un jour publier de ces magazines qui à l’heure actuelle captent l’attention des foules, et de mettre sur le marché de ces volumes très peu dispendieux dont les comptoirs des grands magasins sont remplis8

  • 9 Michon (Jacques), Fides. La grande aventure éditoriale du Père Paul-Aimé Martin, Montréal, Fides, 1 (...)

7La première publication de la maison, une série de tracts intitulée « Face au mariage », vise à encadrer le comportement des futurs époux, avec des titres comme « Le flirt », « Ai-je le droit de plaire? », « Et la danse? » ou encore « Puis-je lire n’importe quoi? ». Force est d’admettre que ce type d’imprimés répond à une demande : selon Jacques Michon, en 1962, le tirage total des tracts de cette collection avait dépassé le million d’exemplaires9.

8À côté des brochures édifiantes, des ouvrages religieux ou de spiritualité, des romans et de la poésie, la tentation de s’adresser également aux amoureux et aux amoureuses par le truchement du roman sentimental était légitime, pour un éditeur généraliste comme Fides, qui perçoit bien les vertus du roman à thèse et a, par ailleurs, énormément investi dans les collections jeunesse « à mettre entre toutes les mains. » L’ouverture de nouveaux marchés s’inscrit dans la volonté de remplacer par une littérature sanctionnée par l’Église l’entièreté de la production livresque qui ne correspond pas aux canons de la moralité catholique d’après-guerre. Plutôt que d’auteurs en quête de public, c’est un public en émergence qui semble avoir besoin de trouver des auteurs plus satisfaisants, ce à quoi Fides se propose de remédier.

9Peu de documents concernant spécifiquement « Amour et aventure » ont été conservés dans les archives de Fides, mais on sait néanmoins que dès décembre 1946, Guy Boulizon dirige cette collection, dont la périodicité sera mensuelle. Boulizon se charge de trouver les manuscrits, de les corriger et de les soumettre au comité des éditions de Fides, qui se prononce à leur sujet. Pour bénéficier d’un plus grand choix de manuscrits, Fides lance un grand concours, assorti de prix alléchants : les gagnants recevront respectivement 80$, 70$ et 60$. Vu l’échec de la collection, les trois romans primés ne pourront finalement paraître dans celle-ci, en fascicules : ils seront plutôt réunis en un seul volume intitulé Trois nouvelles, publié chez Fides en 1948.

  • 10 Dans l’ordre, voici les titres des fascicules parus : 1. Mercier-Gouin (Yvette) et Gouin (Ollivier) (...)
  • 11 Procès-verbal du comité des éditions, 23 octobre 1947, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques (...)

10Si l’affaire fait long feu, ce n’est pas faute de moyens. Les titres sont tirés chacun à 10 000 exemplaires10 et distribués largement, à travers la province. Pourtant, en date du 23 octobre 1947, la cause de cette collection est entendue : il faut cesser la série. Le procès-verbal du comité des éditions fait état d’un imposant inventaire, les retours des dépositaires de Montréal, Québec, Ottawa et Trois-Rivières se situant entre 2000 et 3000 exemplaires par fascicule. Les invendus s’élèvent alors à 3055 exemplaires pour le numéro 1, 4649 exemplaires pour le numéro 2, 5552 exemplaires pour le numéro 3 et 5884 exemplaires pour le numéro 411, ce qui signifie que les fascicules se vendaient de moins en moins, mois après mois. La marge entre le premier et le deuxième fascicule indique une perte de près de 1600 lecteurs en un seul numéro. Au quatrième fascicule, la série avait laissé échapper près de 60% de ses acheteurs potentiels, n’ayant écoulé que 3116 exemplaires sur une possibilité de 10 000, signe que le contenu n’était pas compétitif avec la production d’éditeurs « laïques ».

  • 12 Procès-verbal du comité des éditions, 16 janvier 1947, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Procès-verbal du comité des éditions, 28 avril 1947, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques et (...)
  • 15 Procès-verbal du comité des éditions, 29 janvier 1948, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques (...)
  • 16 Procès-verbal du comité des éditions, 5 décembre 1947, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques (...)

11Pour l’éditeur, les premières difficultés concernent les manuscrits, rédigés par des auteurs qui, sans être forcément des amateurs, n’ont pas d’expérience dans ce genre de littérature et proposent leurs nouvelles à un concours. Soucieux de publier de la « bonne littérature », le comité des éditions de Fides constate, dans son procès-verbal du 16 janvier 1947 : « Les textes remis par monsieur Boulizon pour la collection de romans populaires accusent des faiblesses de style intolérables. On en fait part à monsieur Boulizon qui devra corriger lui-même12. » Comme si cela ne suffisait pas, le contenu moral devient aussi problématique, bien que, selon un mémo conservé du Père Martin, « il semble évident que la collection Amour et aventure doit être présentée comme s’adressant à des gens formés13 ». Lors d’une rencontre avec le Père Martin, le 28 avril 1947, Guy Boulizon « expose la difficulté de porter un jugement au point de vue moral sur certaines scènes des romans qui lui sont présentés14. » Un manuscrit d’abord accepté par Boulizon, Télégramme fatal, se voit refusé après coup par le comité des éditions, parce que « toute son intrigue est construite sur une histoire d’union libre15 ». Qui plus est, selon le comité éditorial, « la trame en est insignifiante et usée à la corde16. »

  • 17 Voir à ce sujet Lemay (Dominique), « L’œuvre dramaturgique d’Yvette Ollivier Mercier-Gouin », mémoi (...)

12Boulizon a assurément sollicité lui-même des auteurs, dont, peut-être, Georges Cerbelaud-Salagnac, un journaliste parisien très actif dans le milieu scout : il signe Ramaty, fille de la brousse. Plusieurs de ses romans jeunesse seront d’ailleurs réimprimés chez Fides, dans les années 1950 et 1960. Le premier fascicule de la collection, Du sang sur les tréteaux, laisse quant à lui croire à tort à une collaboration probable entre un homme et une femme, puisque le fascicule porte la mention auctoriale « Mme Yvette Mercier-Gouin et Ollivier Gouin ». Or, ce texte est attribuable à Yvette Ollivier (comédienne), qui épouse en 1917 Léon-Mercier Gouin, fils de Lomer Gouin, Premier ministre du Québec de 1905 à 1920. Yvette Ollivier Mercier-Gouin avait écrit plusieurs pièces de théâtre qui en ont fait une auteure importante de l’entre-deux‑guerres, dont Cocktail, parue en 1935 aux Éditions Albert Lévesque17. Enfin, né en 1927 aux Îles Saint-Pierre et Miquelon, Roger Tillard, qui signe Le plus bel amour, vient faire ses études au Canada pendant la guerre. En 1946-1947, il est l’élève du Père Paul Gay, au collège St-Alexandre de Limbourg, près d’Ottawa. Il entre chez les Pères Dominicains d’Ottawa en 1949 et fera carrière comme professeur titulaire au collège dominicain de philosophie et de théologie, à Ottawa. Théologien reconnu à l’échelle internationale, il est l’auteur de plus d’une quinzaine d’essais, dont plusieurs paraîtront aux Éditions du Cerf, en France. Aucune des sources que nous avons consultées ne fait toutefois mention du fait qu’il aurait, à 18 ans, écrit ce fascicule pour les éditions Fides. Nous n’avons pas pu établir l’identité de Luc Daoudal, auteur de Cœur d’espionne, non plus que celle de Pierre Najac, auteur d’Ainsi va la vie, mais la consonance étrange de ces noms nous incline à croire qu’il s’agit de pseudonymes, comme c’est souvent le cas pour ce type de productions.

  • 18 Memo du 28 avril 1947, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques et archives de l’Université de S (...)

13D’entrée de jeu, il faut avouer que ni le flou générique de la collection « Amour et aventure », ni la maquette matérielle même, n’étaient de taille à livrer bataille aux productions de Police-Journal. D’une part, le mélange d’amour et d’aventures risquait d’indisposer tant le lectorat de romans d’aventures que celui de roman sentimental : les Éditions Police-Journal l’avaient compris et offraient déjà plusieurs séries qui découpaient précisément le lectorat (policier, espionnage, aventure et amour étant séparés), ce qui avait le mérite d’établir, au premier coup d’œil, un contrat de lecture clair. D’autre part, en dépit du titre de la collection, il était à craindre que l’aventure l’emporte sur l’amour, au sein d’une maison comme Fides qui faisait déjà des mauvaises pensées une source de péché. Mentionnons à ce sujet que la quatrième de couverture des quatre premiers numéros d’ « Amour et aventure » est occupée par des publicités pour des titres de Fides, dont Ce sacrement est grand d’A. Christian, Le mariage du père Jean Viollet, Ma conversion au syndicalisme catholique d’Alfred Charpentier... des titres qui, c’est le moins qu’on puisse dire, n’essaient pas de mettre sous le boisseau la mission morale dont s’investit l’éditeur. Ce choix éditorial a peut-être d’ailleurs constitué une entrave aux ventes, puisqu’il est convenu, le 28 avril 1947, de ne plus faire d’annonces en quatrième de couverture, « si ce n’est des fascicules de la collection18. » Et que dire enfin des illustrations de couvertures? On se contentera ici de n’évoquer qu’un seul exemple, Cœur d’espionne. Montrant une femme assez laide et méfiante ouvrant la porte à un homme vu de dos, la couverture de ce roman exprime les tiraillements d’une collection qui embrassait trop large. Rien de comparable avec l’illustration de Nuit divine (chez Police-Journal), qui montre une jeune femme aux longs cheveux ondulés et aux lèvres pulpeuses, enlaçant langoureusement son mari et lui glissant la main dans les cheveux, le tout encadré d’un collier de fleurs…

« Leurs regards se croisèrent… communiant dans le même sacrifice19 » : représentations du couple

  • 19 Daoudal (Luc), Cœur d’espionne, Montréal, Fides, 1947, p. 29.

14Le roman sentimental a été suffisamment théorisé pour qu’on puisse en définir les principaux invariants, tels qu’établis par Ellen Constans. La fable doit être constituée d’une seule histoire d’amour qui tisse toute la trame narrative : des intrigues secondaires peuvent s’y greffer, mais le lecteur reconnaît la principale histoire d’amour, celle qui met en scène les deux protagonistes, plus grands que nature, présentés dès les premières pages. Le scénario canonique suit inexorablement trois phases : la rencontre des héros, la disjonction qui les sépare (et qui occupe généralement presque tout l’espace romanesque) et enfin la conjonction finale, qui les réunit, soit dans le bonheur (le happy end du mariage), soit dans le malheur (le motif de la mort, où l’un trépasse sur le tombeau de l’autre, étant récurrent).

  • 20 Constans (Ellen), Parlez-moi d’amour. Le roman sentimental, des romans grecs aux collections de l’a (...)
  • 21 On trouvera un exemple classique dans la rencontre de la Princesse de Clèves et du Duc de Nemours.

15On devine dès lors l’importance du couple, au sein des autres personnages : « La notion de couple implique que les deux partenaires soient placés dans une position de symétrie et de réciprocité par rapport à un objet de quête commun : le bonheur amoureux20. » Comprenons-nous bien : ils ne sont pas caractérisés par un rapport d’égalité (le héros incarnant la force protectrice et virile et l’héroïne la vulnérabilité et la pureté), mais bien par un rapport de symétrie : il sera exceptionnellement riche et elle exceptionnellement vertueuse ou intelligente, et tous deux seront exceptionnellement beaux : bref, ils seront placés « au-dessus de la mêlée », par rapport aux autres personnages. Il arrive ainsi souvent que les principaux protagonistes du roman se « reconnaissent » sans s’être jamais vus et se distinguent immédiatement dans la multitude par leurs qualités de corps, de cœur et d’esprit21.

16Or, dès le premier fascicule de la collection « Amour et aventure », la notion de couple structurant l’action et établissant la hiérarchie du système des personnages est mise à mal. Le sang sur les tréteaux, dont l’action se déroule étonnement en Hongrie, met en scène Yola, une magnifique, mais « fragile » danseuse de ballet, et Frantz, un clown difforme, qui sont maintenus captifs par les propriétaires d’un cirque itinérant, les méchants Balthazar, couple d’ivrognes cupides. Ici, il y a bel et bien histoire d’amour, mais les deux éléments du couple appartiennent à la sphère de la victime et c’est grâce à l’intervention du curé du village qu’ils seront délivrés et pourront, à la fin, se marier. Cette survalorisation du rôle du prêtre-héros mise à part, on reconnaît bien ici les tropes du roman de la victime, une forme proche du roman sentimental et qui a connu son âge d’or à la fin du xixe siècle.

17En effet, la petite Yola — de son vrai nom Greta — a été enlevée à l’âge de 5 ans par Balthazar : depuis, il la traite en esclave et la bat jusqu’au sang. La seule consolation de Yola réside dans l’amour que lui porte Frantz, qui vit avec elle dans une minuscule roulotte délabrée. Alors que Balthazar fait irruption dans la roulotte avec l’intention de violer Yola, Frantz s’interpose et Yola réussit à trouver refuge dans la cage du lion. Balthazar blesse Frantz (lequel devient hors circuit), mais n’aura pas raison du lion qui défend ardemment la vertu de la pauvre Yola.

  • 22 Mme Mercier-Gouin (Yvette) & Gouin (Ollivier), Le sang sur les tréteaux, Montréal, Fides, 1947, p. (...)
  • 23 Ibid., p. 24.

18Très grièvement blessé, Balthazar est conduit au village pour y être soigné par le médecin. Dirigé vers le presbytère, le méchant homme se trouve à la merci du curé du village, « jeune prêtre à l’ardente charité22 », qui prend en mains la suite des choses. Il retrouve Greta/Yola : la belle et fragile danseuse est bel et bien cette enfant qui avait été kidnappée par les gitans et que la communauté recherche depuis tant d’années. Entretemps, les parents de Yola sont morts de chagrin, ce qui non seulement laisse l’héroïne libre d’épouser Frantz, mais la dote par le fait même d’un petit héritage. Les problèmes des amoureux sont instantanément réglés. Le jeune couple dirigera même le cirque de l’ancien patron, puisque les Balthazar sont mis sous les écrous. Tout est bien qui finit bien, confirme le prêtre : « Quand tous les deux, vous serez las de la route, vous viendrez vous reposer au village dans la maison des parents de Yola23. »  

  • 24 Ibid., p. 5-6.
  • 25 Ibid., p. 30.
  • 26 Constans (Ellen), « Du bon chic-bon genre dans un mauvais genre », dans Bettinotti (Julia) et Noize (...)

19De toute évidence, le héros masculin est ici déficitaire sur plusieurs plans. En comparaison avec la description du beau et riche héros mis en valeur par les fascicules laïques qui circulent au même moment, Frantz a-t-il de réelles chances de remporter l’adhésion de la lectrice? Il n’est ni riche, ni instruit, ni particulièrement fort et intelligent. Pire, il est laid. « Yola, tu es la beauté, je suis la laide réalité. Yola, tu es le rêve, le charme, je suis le ridicule et pourtant j’ose lever les yeux vers toi car mon amour dépasse en force toute l’horreur de notre vie24. » Certes, Yola le trouve beau dans son cœur, et le récit lui donnera la chance de se transfigurer légèrement (mais pas au point de changer le crapaud en prince charmant…). Après un acte héroïque (il sauve un enfant des flammes), « l’humble clown en est comme transformé, son visage tendu vers la lumière rayonne, ce matin, d’une étrange beauté… il se sent digne, enfin, d’être le mari de Greta25 […] ». Un tel embellissement demeure relatif, puisque le roman soutient la thèse que la véritable beauté est intérieure et la transfiguration de Frantz semble en définitive plus spirituelle que physique. Certes, cela s’accorde avec le message du roman sentimental catholique au sein duquel le cœur prime sur le corps, mais on est sans doute rarement allé aussi loin dans la négation de la beauté, même chez un auteur comme Delly, où, comme le rappelle Ellen Constans : « Le portrait physique des héros, porté par des descriptions récurrentes et répétitives, concourt à la construction de types B.C.-B.G. qui pourraient être définis ainsi : de belles âmes dans de beaux corps26. »

  • 27 Mme Mercier-Gouin (Yvette) & Gouin (Ollivier), op. cit., p. 19.
  • 28 Ibid., p. 20.
  • 29 Ibid., p. 22.

20Infirme, Frantz a donc failli à protéger Yola : c’est le lion qui blesse le méchant Balthazar, puis, c’est le curé qui assure ensuite la réunion du couple. En fait, héros sans véritable force physique, Frantz a abdiqué sa virilité devant le lion, puis devant le curé, représentant de Dieu. Respecté par ses villageois, qui sont « groupés autour de leur curé comme un paisible troupeau autour de son berger27 », le prêtre se trouve même supérieur aux représentants de la loi : « Je parlerai à la Balthazar. Après lui avoir arraché la vérité, je remettrai cette femme aux gendarmes qu’il faudra demain aller quérir à la ville28 », affirme-t-il, sûr de ses moyens. Son charisme s’apparente presque à un super pouvoir : « Mieux que ses liens, le magnétisme se dégageant de l’âme ardente du prêtre l’immobilise; elle pressent qu’une soumission entière à la volonté de cet homme peut seule la sauver29. » Ce héros surdimensionné tranche non seulement avec la faiblesse de Frantz, il rompt avec les règles de hiérarchisation des protagonistes du roman sentimental, où les personnages secondaires sont censés incarner de simples utilités destinées à favoriser la quête ou à s’y opposer.

21Or, dans la collection, Frantz n’est pas le seul héros problématique, par rapport aux protagonistes concurrents de Police-Journal. Patrick Flornais, dans Ramaty, fille de la brousse, possède au moins la beauté, en plus d’être militaire. Le principal défaut de ce soldat stationné à Madagascar reste d’être un bien mauvais catholique, puisqu’après avoir vécu en concubinage avec Ramaty, l’héroïne noire élevée par des sœurs, il l’abandonne lâchement. Dès le début du récit, le père Ambroise le condamne vertement :

  • 30 Cerbelaud-Salagnac (Georges), Ramaty fille de la brousse, Montréal, Fides, 1948, p. 7.

Vous n’êtes ni meilleur, ni pire que les autres et vous avez fait comme les autres. Ramaty vous a plu et vous ne vous êtes fait aucun scrupule de l’épouser, comme vous le dites si pudiquement, “à la mode du pays”, malgré ce qui vous reste de pratiques religieuses30

  • 31 Ibid., p. 31.

22En ramenant Patrick Flornais à la moyenne (« ni meilleur, ni pire »), la narration le prive d’une qualité essentielle au héros sentimental, l’exceptionnalité. Le père condamne les préjugés qui empêchent Patrick de s’unir à une noire. Ramaty est de pure race mérina, insiste-t-il, son père était un prince de Tanananarive et ses cousins des membres de la famille royale de Tompomanana, elle a 17 ans et est jolie, sans traits trop « négroïdes »… Elle s’est donnée à lui avec passion, avec confiance, et il l’a traitée comme une vulgaire prostituée. Dans cette étrange fiction qui flirte avec le roman d’aventures et le roman d’apprentissage, Patrick abandonne l’héroïne au début du récit et part pour la guerre. Ramaty tente par tous les moyens de le retrouver, pourtant, le lecteur ne le reverra surgir qu’à la toute fin : « vaincu par tant d’amour, de persévérance et de grandeur d’âme31 », il décide d’épouser son ancienne maîtresse. Selon les règles canoniques, les deux protagonistes devraient être animés par une quête commune : le bonheur amoureux. Ici, c’est bien Ramaty qui poursuit le héros de ses ardeurs, et cela parce que le roman proclame qu’au-delà du bonheur amoureux, une autre quête est plus importante.

23Un peu plus choyé que ses comparses, Justin Fortier, dans Cœur d’espionne, a la chance de représenter le beau héros viril, vigoureux et incarnant la force. Lorsque son amoureuse, Martine, disparaît mystérieusement, après avoir été condamnée (injustement) à vingt ans de prison,

  • 32 Daoudal (Luc), Cœur d’espionne, Montréal, Fides, 1947, p. 16.

Justin, l’âme torturée du plus amer dégoût, sentant toute son impuissance à continuer une lutte inégale, perfide, inutile, pensa aux Canadiens qui menaient une autre lutte là-bas, très loin, au-delà des mers, une lutte plus loyale, plus vraie, à armes égales, une lutte où son cœur trouverait l’oubli de tant de turpitudes, de mensonges et de lâchetés : il s’enrôla32

  • 33 Ibid., p. 12.

24Toutefois, le courage de Justin, tout au long du récit, est tributaire d’une force supérieure, qui ne lui appartient pas en propre : « Il ne tremblait pas; comme au bois des souches, sa volonté semblait se raidir sous l’aiguillon du destin. À chaque pas, d’un rythme régulier, la parole du vieux prêtre martelait ses oreilles : “garde ta foi, Justin”33. » Sans surprise, Justin se trouve aux côtés d’un prêtre presque à chacun de ses déplacements dans le récit. Jamais démuni, donc, il peut particulièrement compter sur la présence de l’aumônier du camp militaire d’Aldershot, « beau type d’apôtre, surnaturel, compréhensif », qui lui rend visite tous les jours et devient littéralement le double du curé de Saint-Lazare, sa paroisse natale.  

25À la fin du récit, le sort de Justin se retrouve encore entre les mains d’un prêtre, celui du carmel où meurt Élisa, la rivale, qui avait faussement accusé Martine de meurtre. C’est l’aumônier qui remet à Justin la lettre dans laquelle Élisa avoue tous ses crimes. Justin revient à Saint-Lazare, épouse Martine. La boucle est bouclée et le dernier mot du récit incombe évidemment au curé : 

Les jeunes gens tombèrent dans les bras l’un de l’autre; puis se donnant la main, ils s’agenouillèrent aux pieds du prêtre pour entendre des paroles qui marquèrent le reste de leur vie :

  • 34 Ibid., p. 31.

— Martine et Justin, sachez pardonner et gardez votre foi : que la bénédiction du Dieu tout puissant, Père, Fils et Saint-Esprit descende sur vous et y demeure toujours34

  • 35 Ibid., p. 12.

26Dans ce roman, la notion de « couple », en tant qu’organisateur du récit, est également menacée. L’action de Cœur d’espionne, après avoir commencé dans un petit village des Laurentides, se transporte en Europe, au front. Comme le laisse supposer le titre, la méchante rivale occupe beaucoup d’espace au sein de la fiction. Amoureuse de Justin Fortier, elle fait tout pour faire accuser de meurtre l’héroïne, Martine. Mais après le départ de Justin pour la guerre, le statut d’Élisa Rasigneux — que le récit avait d’abord clairement désignée comme une « jalouse » au « rire strident », une espionne « aux yeux de chouette », ayant une « cervelle de rat », en somme, une « Judas35 » — va progressivement se transformer. Elle décide elle aussi de s’enrôler, devient une vraie espionne et « sauve » littéralement Justin, qui avait été fait prisonnier dans un camp de travail. À ce stade du récit, le personnage d’Élisa flirte drôlement avec l’aventurière qui fera la gloire de certaines séries d’aventures des Éditions Police-Journal, notamment Gisèle Tubœuf, dans les aventures d’IXE-13. Vers la fin du récit, la méchanceté dont Élisa avait fait preuve est complètement rachetée. Atteinte d’une balle, elle expire dans un carmel d’Europe, après avoir expié ses péchés. Justin pourra épouser Martine, qui était elle aussi cachée, en attendant, dans un couvent.

  • 36 Ibid., p. 29.

27Martine, l’héroïne, est donc mise hors circuit dès le début du roman, alors que la méchante Élisa, au fil des aventures, devient une héroïne positive. Normalement, l’insertion d’un ou d’une rivale ne remet pas en cause l’appartenance au sous-genre sentimental, bien au contraire : il s’agit de l’un de ses ressorts les plus usés. Le problème, ici, réside dans le fait que Justin, qui aime Martine, découvre peu à peu qu’il aime aussi Élisa : « il l’aimait, oui, il l’aimait… parce qu’elle mourait pour lui36. » Le récit ne tranche pas vraiment en faveur de l’une ou de l’autre et se clôt donc sur la perspective d’un triangle amoureux, ce qui, une fois de plus, ne respecte pas le scénario type. Même si Justin épouse Martine, il s’agit d’une étrange conjonction, dans la mesure où le roman sentimental encourage une rhétorique centrée sur la rencontre de l’âme sœur, réputée unique au monde. Les amoureux retrouvent ainsi en l’autre leur « moitié », conformément au mythe de l’androgyne. En brouillant le scénario type du roman sentimental impliquant rencontre, disjonction, conjonction des amoureux, les récits de la collection « Amour et aventure » semblent donc porteurs d’un autre message.

Récits d’amour ou de conversion?

  • 37 Ibid., p. 8.
  • 38 Constans (Ellen), Parlez-moi d’amour. Le roman sentimental, des romans grecs aux collections de l’a (...)

28Le mot d’ordre martelé par le curé, dans Cœur d’espionne, sème le doute dans l’esprit de Justin : « Qu’avait voulu dire le prêtre : "garde ta foi, Justin"? La foi en qui? En Dieu? En Martine? Tout cela pour lui ne faisait qu’un : il les confondait tous deux dans le même amour37. » Au vu de l’ensemble des romans de la collection, cette ambiguïté est loin de se révéler anodine, car, selon Ellen Constans, le roman sentimental se distingue par la glorification du sentiment amoureux en tant que tel, c’est-à-dire en lui-même et pour lui-même, ce « que confirme la conjonction finale : le roman d’amour est celui du triomphe de l’amour38. »

  • 39 Daoudal (Luc), op. cit., p. 30.

29Or, est-ce bien ce que font ces romans, faire triompher l’amour, même si, à la fin, les amoureux sont bel et bien réunis? On l’a vu, Cœur d’espionne, truffé de personnages de prêtres et d’aumôniers, de cloîtres et de presbytères, raconte comment une héroïne vertueuse est faussement accusée de meurtre par une rivale jalouse, laquelle se rachète d’abord par ses exploits militaires, puis meurt en demandant pardon, sous le crucifix d’un cloître. Entre les deux, le héros masculin hésite : les deux femmes sont maintenant dignes de son amour. Il faut bien en déduire que le message fondamental dans ce texte ne réside pas dans la quête du bonheur dans l’amour, mais dans la conversion d’Élisa. Celle-ci, à l’agonie après avoir été blessée mortellement par la balle d’un contre-espion belge, a pris le nom de sœur Sainte Martine en hommage à celle qui fut sa rivale. Dans une lettre écrite sous sa dictée, elle déclarait : « […] je souhaite que, réunis bientôt dans le même amour, vous fondiez un foyer, pour le bonheur duquel j’offre à Dieu le sacrifice de ma vie39. »

  • 40 Cerbelaud-Salagnac (Georges), op. cit., p. 27.
  • 41 Ibid., p. 30.
  • 42 Ibid., p. 31.

30On pourrait en arriver aux mêmes conclusions avec Ramaty, fille de la brousse, où une héroïne d’abord timorée se métamorphose littéralement, afin de reconquérir l’homme qui l’a abandonnée. Le récit tourne autour d’une femme « encore foncièrement païenne » qui est attirée par la « vraie religion », et d’un homme issu d’une famille éminemment catholique qui s’imagine ne pas avoir à faire davantage qu’assister à la messe le dimanche pour remplir ses devoirs religieux. La guerre est déclarée et, en 1942, Patrick part combattre au Maghreb. Ramaty se porte immédiatement volontaire pour servir dans les armées françaises en Tunisie, comme infirmière. Elle apprend à conduire une ambulance et soigne des malades partout en Afrique du Nord, sous le sifflement des bombes, faisant preuve d’un courage incomparable. « Qu’était donc devenue Ramaty du dispensaire, amoureuse et lointaine, rêveuse et nonchalante? Elle s’était métamorphosée en une guerrière authentique40. » Elle finit par se convertir au catholicisme et prendre le nom de Marie. Patrick, décoré de la Légion d’honneur, mais cloué dans un lit d’hôpital, la revoit et aussitôt tous ses préjugés racistes s’évanouissent. « Avant de quitter Tuléar le Père Ambroise m’a baptisée! Je suis de ta religion et je reconnais ton Dieu41! » Désormais convertie, elle passe de paria à épouse potentielle : « Il comprit qu’on peut être Mérina et pourtant être digne de devenir devant Dieu, l’épouse légitime d’un homme blanc, dès l’instant que l’amour existe42. » Encore plus qu’une histoire d’amour, Ramaty, fille de la brousse racontait le récit d’une conversion.

31Il en est de même dans Le plus bel amour, de Roger Tillard. En ce qui concerne la récupération du roman sentimental au profit du message catholique, ce fascicule atteint assurément un sommet. L’action commence aux Îles Saint-Pierre et Miquelon : madame Paré, pauvre épouse de pêcheur battue par son ivrogne de mari, décide, contre le gré de celui‑ci, de recueillir et d’élever un bébé, abandonné dans un bénitier. L’enfance et l’adolescence de celui qu’elle appelle Jean se déroulent somme toute bien : il est aimé de sa mère, qu’il aime en retour, et est de surcroît amoureux de la belle Huguette,  la fille d’un riche marchand de la région. Hélas, à la suite des mauvais traitements que lui inflige son mari, madame Paré meurt subitement et le père alcoolique en profite pour chasser Jean de la maison.

  • 43 Tillard (Roger), Le plus bel amour, Montréal, Fides, 1947, p. 13.
  • 44 Ibid., p. 14.

32Apprenant la nouvelle, le curé Girard lui octroie illico une bourse qui lui permet d’aller étudier la médecine en France. Apparaît ici la figure du prêtre-conseiller si chère à cette collection. « Mon père, s’écrie le héros, que vous êtes bon43! » Jean se résout donc à quitter sa fiancée pour une période de cinq ans. La lectrice est placée devant un indice clair quant à la faillite de la quête amoureuse, étant donné qu’à l’annonce du départ de Jean, Huguette, plutôt que d’appuyer son fiancé inconditionnellement, rétorque : « Je suis de ces âmes qui ont besoin de l’amour. Toi parti, qui me le donnera44? » Malgré la surveillance du curé Girard, Huguette devient infidèle, et c’est d’ailleurs une lettre de ce bon conseiller qui confirme à Jean ses pires soupçons. Son ancienne flamme fréquente des garçons de mauvaises mœurs et a l’âme « ancrée dans le vice ».

33Après quelques heures de méditation — et une discussion avec l’abbé Diès, son directeur de conscience à Angers —, Jean décide de se sacrifier pour sauver l’âme d’Huguette. Et c’est ici que la quête du héros se transforme abruptement : c’est en Dieu que Jean trouvera « le plus bel amour ». Le récit respecte en surface le schéma narratif du roman sentimental, structuré autour de la rencontre des héros, de leur disjonction et de leur conjonction, quoiqu’avec une altération fondamentale. La réunion finale se fait dans une même communion à l’amour de Dieu, le plus bel amour, selon le titre du roman. Par son sacrifice, Jean aura réussi à sauver l’âme d’Huguette, qui revient miraculeusement dans le droit chemin. On retrouve à la fin du récit, l’abbé Jean Paré, de retour aux îles, prêt à célébrer sa première messe, secondé par l’abbé Girard. Distinguant Huguette parmi la foule qui s’avance vers lui, il peut bénir la pécheresse repentante :

Elle, pleine de réserve et de dignité, ne le regarde même pas. À genoux dans la poussière, elle s’est courbée avec tellement de contrition et de respect que l’abbé a eu la certitude intérieure que la lèpre qui avait envahi l’âme d’Huguette avait disparu et qu’elle était, à jamais, guérie.

— Merci, mon Dieu, murmura le prêtre, vous m’avez exaucé… Ce sacrifice que, pour Vous, j’ai fait si joyeusement, n’aura pas été inutile.

  • 45 Ibid., p. 32.

Alors, imposant les mains sur cette tête qu’il touchait pour la dernière fois, il appela sur elle les bénédictions du ciel45

  • 46 Daoudal (Luc), op. cit., p. 32.

34Le plus bel amour exacerbe les motifs qui ont pu aliéner les lectrices de la collection dirigée par Fides. Huguette, la belle jeune fille du Plus bel amour, est devenue à la fin du roman ridée et porte des habits fripés. Il est probable qu’elle ne se mariera jamais, pas plus bien sûr que Jean, qui a embrassé la prêtrise. Ce qu’enseigne le récit de la collection « Amour et aventure » à la lectrice, c’est qu’il faut s’oublier soi-même et prier, prier beaucoup, comme l’a fait Martine dans son couvent, en attendant, « dans la plus grande confiance, l’heure de Dieu46. »

En conclusion : la vraie vie est au ciel

  • 47 Mme Mercier-Gouin (Yvette) et Gouin (Ollivier), op. cit., p. 30.

35En somme, à part leur format (et nous reviendrons sur cet élément important), les fascicules publiés par les Éditions Police-Journal et ceux publiés par Fides ont bien peu en commun, bien qu’il faille se garder d’ériger la production des Éditions Police-Journal en « modèle » d’avant-gardisme et de progrès (ces fascicules restent, à moult égards, très conformistes!). Toutefois, à la sensualité exacerbée des uns, les autres opposent la dénégation de toute forme de sexualité, si bien que certains sous-titres, destinés sans doute à ferrer la lectrice, peuvent devenir mensongers. C’est en vain, par exemple, que l’on cherchera « un baiser » dans le chapitre du même nom, dans Le plus bel amour. L’absence de toute forme de sensualité prime bien sûr sur la vraisemblance. Frantz et Yola, dans Le sang sur les tréteaux, ont vécu pratiquement toute leur vie ensemble dans une minuscule roulotte, sans jamais se toucher. À la fin du récit, l’héroïne « s’approche et pose, pour la première fois, ses lèvres sur le visage de l’homme qu’elle aime depuis toujours. Frantz entoure la frêle enfant de ses deux bras dans un geste tendre et fort47. »

  • 48 Loslier (Thérèse), Le hockey et l’amour, Montréal, Éditions Police-Journal, [s.d.], p. 12.
  • 49 Mme Mercier-Gouin (Yvette) et Gouin (Ollivier), op. cit., p. 24.

36La dévaluation des corps est doublée d’une complète dévalorisation de toute forme de matérialisme. Pour les personnages des fictions de Police-Journal, l’argent n’est pas seulement représenté comme élément du décor (s’incarnant dans les voitures de luxe, les maisons cossues, les voyages à l’étranger, les tenues chics, portées lors de bals et soirées somptueuses où la richesse est à l’honneur), mais il est assumé, dans le discours. Ainsi Marjolaine, dans Le Hockey et l’amour, souhaite « vivre comme une princesse » et intime à son mari de tout mettre en œuvre pour gagner « beaucoup d’argent ». Et quand il se demande « pourquoi faut-il du vil métal pour alimenter l’amour? », la jeune épouse rétorque avec aplomb : « nous sommes faits d’un cœur pour aimer, mais aussi d’un corps qui doit bien manger48. » On ne trouvera évidemment rien de tel chez Fides, où l’appétit financier ne doit pas dépasser les limites strictes du confort minimal. Les attentes de Yola, qui vient d’hériter et d’acquérir une petite chaumière sont, en cette matière, fort modestes : « Yola rit et pleure à la fois… elle répète : — Une maison, une vraie maison avec de vraies fenêtres49. » D’ailleurs, dans l’ensemble de la collection, c’est la classe prolétaire et paysanne qui est représentée : les personnages n’en sortiront que pour embrasser la vocation religieuse, jamais pour se hisser vers la bourgeoisie.

37Ainsi, chez Police-Journal, on trouve des héros riches et séduisants, parfois brutaux, mais parfois aussi soumis à la volonté féminine; chez Fides, des héros pauvres, même repoussants, qui sont plus ou moins les jouets de prêtres qui leur dictent leur conduite. S’opposent aussi les fantasmes : les villes américaines, modernes, où l’alcool peut incarner une source de plaisir, où l’on fête pour célébrer sa jeunesse, où l’on conduit des « roadsters », où l’on a soif de luxe et où la passion règne; ou bien, inversement, des espaces plus ou moins glauques (notamment le cirque dans Le Sang sur les tréteaux), espaces dont on ne peut s’évader que pour aller étudier ou faire la guerre, mondes où l’alcool est vilipendé, où l’ambition doit être réprimée, où la résignation, appuyée sur une foi solide, est la seule option devant les malheurs…

38Sur quatre fascicules de cette série, on rencontre trois récits de conversion d’un personnage féminin, ce qui prouve la suprématie de la valeur religieuse sur la valeur amoureuse : la vraie vie est au ciel, le passage sur terre ne sert qu’à la préparer. La païenne Ramaty se fait catholique, Élisa entre chez les sœurs avant de mourir, l’orpheline Yola apprend à prier sous la direction de son futur époux, Huguette traverse son chemin de Damas et revient dans le giron de l’Église. Deux personnages masculins connaissent aussi une régénérescence morale : Patrick Flornais devient un meilleur catholique et Jean Paré embrasse la prêtrise. Ce n’est pas tant l’union des amoureux dans un bonheur unique et autarcique que la réconciliation en Dieu des personnages qui est l’objet réel du récit. Dans « Amour et aventure » de Fides, les amoureux ne sont pas seuls au monde.

  • 50 Pierre Tisseyre cité par Michon, (Jacques) (dir.), Histoire de l’édition littéraire au Québec, volu (...)
  • 51 Ibid., p. 315.

39Force est d’admettre que les fascicules de Fides puisent leur contenu à la tradition du roman de la victime et au feuilleton mélodramatique, exposant les malheureuses tribulations d’un personnage, souvent féminin, qui ne réussit finalement sa quête que grâce à l’intervention d’un deus ex machina, ici incarné par le prêtre. Chapeautée par une maison d’édition religieuse, mâtinée d’idéologie judéo-chrétienne, il semble que cette production conduise aux frontières du roman sentimental, en sous-entendant qu’idéalement, le véritable amour se déroulerait avec Dieu plutôt qu’avec les mortels. Or, cette forme hybride du roman sentimental, balançant entre édification et romance, entame son lent déclin dans la société québécoise de l’après-guerre. En ce sens, la question du format choisi par Fides, en l’occurrence le fascicule, compte sans doute parmi les principales causes de son insuccès. On le sait, le roman sentimental catholique continuera de recueillir les faveurs d’un lectorat non négligeable jusqu’au début des années 1980 au Québec, mais ces lectrices achètent des livres. Pierre Tisseyre l’a compris, lui qui crée en 1952 la collection « Le cercle du livre romanesque », composée de livres en bonne et due forme, principalement des romans « d’amour famille, sans vraie sexualité50. » Dès 1953, ce club compte 3000 membres et il « restera en activité jusqu’au début des années 1980 alors que les traductions françaises des romans Harlequin, plus osées et plus proches de la réalité des lectrices nord-américaines, commenceront à pénétrer le marché québécois51. » De plus, on sait que les romans de Delly, réimprimés au Québec dès les années 1910, y connaîtront une très grande vogue à partir des années trente, et ce, jusque dans les années 1980. Tout se passe comme si la clientèle du roman sentimental catholique publié sous forme de livres, gouverné par l’esthétisme du BCBG, était foncièrement différente de celle du roman en fascicules. La matérialité du support devient ici un facteur de première ligne départageant le lectorat : l’achat d’un fascicule ne nécessitant que 10 sous, il est très probable que ce format attire un lectorat plus jeune. Or, les Éditions Police-Journal ont courtisé ce lectorat dès le début des années 1940, au moyen d’un contenu nettement plus « moderne », adapté à la société de consommation qui se développe et s’américanise. En 1947, Fides arrive trop tard.

40Il est probable que ces plus jeunes lectrices aient comparé les divers fascicules en vente dans les kiosques à journaux et soient rapidement arrivées à la conclusion que Fides vendait un pâle ersatz de ce qu’elles recherchaient. Vu à partir d’aujourd’hui, l’échec de la collection de Fides n’a donc rien pour surprendre. À travers les temps, le discours lettré n’a cessé de clamer le caractère pernicieux des productions populaires, la masse étant jugée trop perméable aux discours prescriptifs ou aliénants contenus dans ces objets. Le fiasco commercial que représente la collection « Amour et aventure » nous semble incarner un bel acte d’opposition face au discours hégémonique de l’Église, clamant que pour peu qu’on lui en donne le choix, la nouvelle génération de lectrices qui émerge avec l’après-guerre décidera elle-même de ses fantasmes amoureux.

Haut de page

Bibliographie

[Anonyme], Dernier amour, Montréal, Éditions Police-Journal, 1947.

Bettinotti (Julia) & Noizet (Pascale), Guimauve et fleurs d’oranger. Delly, Québec, Nuit blanche éditeur, 1995.

Bouchard (Guy) et. al., Le Phénomène IXE-13, Québec, Presses de l’Université Laval, 1984.

Cerbelaud-Salagnac (Georges), Ramaty fille de la brousse, Montréal, Fides, 1948.

Constans (Ellen), Parlez-moi d’amour. Le roman sentimental, des romans grecs aux collections de l’an 2000, Limoges, Presses de l’Université de Limoges, 1999.

Daoudal (Luc), Cœur d’espionne, Montréal, Fides, 1947.

En collaboration, Trois nouvelles, signées par Beaulair (André) (« Tragique indiscrétion », premier prix), D’Avranche (Roselyne) (« L’ombre sur les ailes », deuxième prix), Daveluy (Paulette) (« Conciergerie », troisième prix), Montréal, Fides, 1948.

Hébert (François), La littérature populaire en fascicules au Québec, tomes 1 et 2, Montréal, Les Éditions GID, 2012 et 2015.

Lafayette (Mme de), La Princesse de Clèves, [1678], Paris, GF Flammarion, 2009.

Lemay (Dominique), L’œuvre dramaturgique d’Yvette Ollivier Mercier-Gouin, mémoire de maîtrise, UQAM, 2009.

Loslier (Thérèse), Le hockey et l’amour, Montréal, Éditions Police-Journal, [s.d.].

Mercier-Gouin (Mme Yvette) & Gouin (Ollivier), Le sang sur les tréteaux, Montréal, Fides, 1947.

Michon (Jacques), Fides. La grande aventure éditoriale du Père Paul-Aimé Martin, Montréal, Fides, 1998.

Michon (Jacques) (sous la direction de), Histoire de l’édition littéraire au Québec au xxe siècle, volume 2, Montréal, Fides, 2004.

Tillard (Roger), Le plus bel amour, Montréal, Fides, 1947.

Documents d’archives

Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques et Archives de l’Université de Sherbrooke.

Haut de page

Notes

1  Voir Bouchard (Guy) et. al., Le Phénomène IXE-13, Québec, Presses de l’Université Laval, 1984; Michon (Jacques) [dir], Histoire de l’édition littéraire au Québec au XXe siècle, volume 2, Montréal, Fides, 2004; Hébert (François), La littérature populaire en fascicules au Québec, tomes 1 et 2, Montréal, Les Éditions GID, 2012 et 2015.

2 Selon les patientes recherches de Hébert (François), La littérature populaire en fascicules au Québec, tome 2, Montréal, Les Éditions GID, 2015, p. 102-136.

3 Les paratextes de la collection ne sont pas stables, en ce qui concerne le titre de la collection qui se décline parfois ainsi : « Amour et aventures ». L’usage du singulier nous semble toutefois plus régulier, ce pourquoi nous le privilégions.

4 Martin (Paul-Aimé), « Fides au fil des jours », Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques et Archives de l’Université de Sherbrooke.

5 Ibid.

6 Certes, le roman sentimental catholique ne disparaît pas en ces années, à preuve, l’importante popularité du Cercle du Livre romanesque créé en 1952 par Pierre Tisseyre, et qui continuera longtemps d’attirer une clientèle catholique traditionnelle : nous reviendrons sur ce phénomène en conclusion.

7 Notre corpus d’analyse repose sur 4 des 5 romans de la collection. Hélas, puisque le dépôt légal n’est entré en vigueur qu’à la fin des années 1960 au Québec, malgré nos recherches, nous n’avons pu mettre la main sur le deuxième fascicule, Ainsi va la vie, signé par Pierre Najac.

8 Martin (Paul-Aimé), « Les Éditions Fides », Cahiers d’action catholique, no 19, avril 1942, p. 363, cité par Michon (Jacques) (dir.), Histoire de l’édition littéraire au Québec, volume 2, Montréal, Fides, 2004, p. 151.

9 Michon (Jacques), Fides. La grande aventure éditoriale du Père Paul-Aimé Martin, Montréal, Fides, 1998, p. 49.

10 Dans l’ordre, voici les titres des fascicules parus : 1. Mercier-Gouin (Yvette) et Gouin (Ollivier), Le sang sur les tréteaux; 2. Najac (Pierre), Ainsi va la vie; 3. Tillard (Roger), Le plus bel amour; 4. Daoudal (Luc), Cœur d’espionne; 5. Cerbelaud-Salagnac (Georges), Ramaty, fille de la brousse, et, sous forme de volume, Trois nouvelles, signées par Beaulair (André) (« Tragique indiscrétion », premier prix), D’Avranche (Roselyne) (« L’ombre sur les ailes », deuxième prix), Daveluy (Paulette) (« Conciergerie », troisième prix).

11 Procès-verbal du comité des éditions, 23 octobre 1947, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques et archives de l’Université de Sherbrooke.

12 Procès-verbal du comité des éditions, 16 janvier 1947, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques et archives de l’Université de Sherbrooke.

13 Ibid.

14 Procès-verbal du comité des éditions, 28 avril 1947, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques et archives de l’Université de Sherbrooke.

15 Procès-verbal du comité des éditions, 29 janvier 1948, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques et archives de l’Université de Sherbrooke.

16 Procès-verbal du comité des éditions, 5 décembre 1947, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques et archives de l’Université de Sherbrooke.

17 Voir à ce sujet Lemay (Dominique), « L’œuvre dramaturgique d’Yvette Ollivier Mercier-Gouin », mémoire de maîtrise, UQAM, 2009, 84 p.

18 Memo du 28 avril 1947, Fonds Fides, P64, Service des bibliothèques et archives de l’Université de Sherbrooke.

19 Daoudal (Luc), Cœur d’espionne, Montréal, Fides, 1947, p. 29.

20 Constans (Ellen), Parlez-moi d’amour. Le roman sentimental, des romans grecs aux collections de l’an 2000, Limoges, Presses de l’Université de Limoges, 1999, p. 18.

21 On trouvera un exemple classique dans la rencontre de la Princesse de Clèves et du Duc de Nemours.

22 Mme Mercier-Gouin (Yvette) & Gouin (Ollivier), Le sang sur les tréteaux, Montréal, Fides, 1947, p. 17.

23 Ibid., p. 24.

24 Ibid., p. 5-6.

25 Ibid., p. 30.

26 Constans (Ellen), « Du bon chic-bon genre dans un mauvais genre », dans Bettinotti (Julia) et Noizet (Pascale) (dir.), Guimauve et fleurs d’oranger. Delly, Québec, Nuit blanche éditeur, 1995, p. 101.

27 Mme Mercier-Gouin (Yvette) & Gouin (Ollivier), op. cit., p. 19.

28 Ibid., p. 20.

29 Ibid., p. 22.

30 Cerbelaud-Salagnac (Georges), Ramaty fille de la brousse, Montréal, Fides, 1948, p. 7.

31 Ibid., p. 31.

32 Daoudal (Luc), Cœur d’espionne, Montréal, Fides, 1947, p. 16.

33 Ibid., p. 12.

34 Ibid., p. 31.

35 Ibid., p. 12.

36 Ibid., p. 29.

37 Ibid., p. 8.

38 Constans (Ellen), Parlez-moi d’amour. Le roman sentimental, des romans grecs aux collections de l’an 2000, p. 26.

39 Daoudal (Luc), op. cit., p. 30.

40 Cerbelaud-Salagnac (Georges), op. cit., p. 27.

41 Ibid., p. 30.

42 Ibid., p. 31.

43 Tillard (Roger), Le plus bel amour, Montréal, Fides, 1947, p. 13.

44 Ibid., p. 14.

45 Ibid., p. 32.

46 Daoudal (Luc), op. cit., p. 32.

47 Mme Mercier-Gouin (Yvette) et Gouin (Ollivier), op. cit., p. 30.

48 Loslier (Thérèse), Le hockey et l’amour, Montréal, Éditions Police-Journal, [s.d.], p. 12.

49 Mme Mercier-Gouin (Yvette) et Gouin (Ollivier), op. cit., p. 24.

50 Pierre Tisseyre cité par Michon, (Jacques) (dir.), Histoire de l’édition littéraire au Québec, volume 2, op. cit., p. 314.

51 Ibid., p. 315.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, « Ce que le roman catholique fait au roman sentimental : le cas de la collection « Amour et aventure » », COnTEXTES [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/7903 ; DOI : 10.4000/contextes.7903

Haut de page

Auteurs

Marie-Pier Luneau

Université de Sherbrooke

Articles du même auteur

Jean-Philippe Warren

Université Concordia

Articles du même auteur

Haut de page