Navigation – Plan du site

Chronologie

Affaire de l’enlèvement du bébé Lindbergh

Texte intégral

Chronologie des faits principaux faits couverts par les médias

120-21 mai 1927. Charles Lindbergh (1902-1974) effectue le premier vol sans escale et en solitaire entre New York et Paris. Il remporte ainsi le prix Orteig. Tournée triomphale en France et dans plusieurs pays européens dont la Belgique.

213 juin 1927. Parade en son honneur sur la Cinquième Avenue à New York.

327 mai 1929. Il épouse Anne Spencer Morrow (1906-2001), riche héritière passionnée d’aviation et écrivaine. Ils auront six enfants.

41er mars 1932. Hopewell. Betty Gow, la nurse de l’enfant, constate que Charles Lindbergh junior n’est plus dans son lit et alerte les parents. Charles Lindbergh découvre une lettre de rançon dans la chambre du petit. La rançon demandée est de 50 000 dollars. Les parents alertent la police de Hopewell, qui communique avec la police de l’état.

52 mars 1932. La police de l’État du New Jersey annonce l’enlèvement de Charles Lindbergh junior survenu le soir précédent. Deux heures plus tard, la presse est sur place. Rapidement, les Lindbergh prennent le contrôle des opérations de recherche.

66 mars 1932. Le New York Times révèle que les Lindbergh sont entrés en contact avec, « Salvy » Spitale et Irving Blitz, identifiés au monde interlope, et les ont mandatés comme intermédiaires auprès des ravisseurs. Une deuxième lettre du ravisseur est reçue, celle-ci faisant passer la somme demandée de 50 000 à 70 000 dollars.

78 mars 1932. Une troisième lettre de rançon est reçue. Cette dernière précise qu’aucun intermédiaire nommé par les Lindbergh ne sera accepté. Le même jour, le Bronx Home News publie une lettre du Dr. John F. Condon qui offre son aide et 1 000 dollars de récompense, pour toute information.

89 mars 1932. La quatrième lettre est reçue par Condon, et l’autorise à agir comme intermédiaire, ce que les Lindbergh acceptent.

9Une cinquième, puis une sixième missives sont reçues par Condon.

1016 mars 1932. Condon reçoit une septième missive, cette fois accompagnée du pyjama de l’enfant, à titre de preuve.

1119 mars 1932. Arthur Brisbane, journaliste du groupe Hearst, rend visite à Al Capone dans la prison de Cook County. Capone propose son aide pour retrouver l’enfant et se fait fort de réussir là où la police a échoué. L’article sensationnaliste de Brisbane est largement diffusé par les journaux du groupe Hearst, puis relayé dans la presse mondiale.

122 avril 1932. Après de multiples échanges avec les ravisseurs par le truchement de la presse et suite à la réception d’instructions la veille, Condon rencontre l’émissaire supposé des ravisseurs et lui donne 50 000 dollars en échange d’une note révélant le lieu où se trouverait l’enfant : un bateau nommé « Nellie » près de Martha’s Vineyard dans le Massachusetts.

13On recherche activement l’enfant par la voie des mers et des airs. Diverses hypothèses, y compris l’envoi de l’enfant vers l’Europe, occupent les pages des journaux.

1412 mai 1932. L’enfant est retrouvé mort dans les bois à quelques kilomètres de la maison familiale des Lindbergh. L’état du corps laisse supposer que l’enfant est mort depuis environ deux mois

1513 mai 1932. Le FBI devient officiellement l’agence de liaison et de coordination de l’enquête sur l’enlèvement et la mort du bébé Lindbergh.

1610 juin 1932. La police envisage la possibilité qu’un proche de la famille soit à l’origine du crime. Suspectée et violemment interrogée, Violet Sharp, servante anglaise de la famille Morrow, se suicide sous la pression policière. Toute implication de cette dernière sera par la suite écartée.

1717 janvier 1934. Dans l’espoir de retrouver les ravisseurs en retraçant l’argent de la rançon, les autorités distribuent à toutes les banques les numéros de série des billets de la rançon.

1820 août 1934. Les autorités découvrent, grâce aux numéros de série, que les billets de la rançon sont utilisés dans les quartiers de Yorkville et Harlem à New York.

1918 septembre 1934. Un employé de banque informe les autorités qu’un garagiste lui a remis un billet de la rançon. Ce dernier, pensant que le billet qui lui avait été remis était faux, avait pris soin de prendre en note le numéro de la plaque d’immatriculation du client. Le numéro de la plaque est au nom de Bruno Richard Hauptmann.

2019 septembre 1934. Arrestation de Bruno Richard Hauptmann. Il a sur lui un billet de 20 dollars issu de la rançon et son allure correspond aux portraits dessinés du supposé ravisseur.

2120 septembre 1934. La police retrouve 13 000 dollars dont les coupures portent des numéros liés à la rançon dans le garage d’Hauptmann. On découvre rapidement qu’il est d’origine allemande et est illégalement entré aux États-Unis.

22Déclaré coupable d’extorsion, Hauptmann est emprisonné, en attente de son procès pour meurtre.

232 janvier 1935. À Flemington (New Jersey), début du procès de Bruno Hauptmann, en présence de la presse et de caméras : le procès est filmé, une première.

2413 février 1935. Hauptmann est condamné à mort.

259 octobre 1935. La cour d’appel du New Jersey confirme la peine prononcée en première instance.

261935. Lindbergh obtient avec Alexis Carrel le brevet d’une pompe de perfusion qui contribuera au développement du cœur artificiel. La découverte leur vaudra la première page du Time magazine en 1938, année où ils cosigneront La Culture des organes.

2723 décembre 1935. Le New York Times annonce que les Lindbergh quittent les États-Unis en quête d’un havre de paix. Ils débarquent à Liverpool le 31 décembre et s’installent près de Londres.

283 avril 1936. Exécution de Bruno Hauptmann.

298 juillet 1936. Invité par l’ambassade américaine à Berlin pour découvrir l’aviation allemande, Lindbergh est décoré de l’ordre de l’Aigle (Verdienstorden vom deutschen Adler) par Hermann Göring.

30Avril 1939. Les Lindbergh retournent aux États-Unis et soutiennent l’America First Committee qui lutte contre l’entrée en guerre du pays.

311954. Lindbgerh obtient le prix Pulitzer pour le récit de son exploit dans The Spirit of St. Louis.

322003. Astrid Hesshaimer révèle la liaison de sa mère Brigitte avec Lindbergh, entre 1957-1974. Ils ont eu ensemble trois enfants que leur père n’a jamais reconnus.

Principaux acteurs de « l’affaire » (par ordre d’entrée en scène)

33Charles Lindbergh, héros américain de l’aviation civile. Connu internationalement.

34Anne Morrow, épouse de Charles Lindbergh.

35Charles Augustus Lindbergh Jr. (bébé Lindbergh), enfant de Charles Lindbergh et Anne Morrow. Il est âgé de 20 mois au moment de son enlèvement.

36Betty Gow, nurse de l’enfant.

37« Red » Johnson, petit ami de Betty Gow.

38Herbert Norman Schwarzkopf, Chef de la police de l’état du New Jersey.

39Henry Beckinridge, ami et avocat des Lindbergh.

40Olly and Elsie Whateley, couple employé par les Lindbergh.

41Salvadore « Salvy » Spitale et Irving Blitz, propriétaires de bars clandestins (speakeasy).

42John F. C. Condon, dit Jafsie, directeur d’école à la retraite et personnalité connue du Bronx)

43William Randolph Hearst, propriétaire de la plus importante chaîne de journaux aux États-Unis dans les années 1930 et d’une agence de presse. Il sera le « modèle » du personnage du magnat Kane dans le film d’Orson Welles Citizen Kane (1941).

44Al Capone, figure emblématique du gangstérisme américain. Il est en prison, pour fraude fiscale, au moment de l’enlèvement du bébé Lindbergh.

45Cemetery John, première personne que Jafsie rencontre pour la remise de rançon.

46Violet Sharp, jeune femme de chambre britannique de la famille Morrow. Elle se suicidera.

47Bruno Richard Hauptmann, jugé comme assassin de l’enfant, il sera exécuté.

48Edward J. Reilly, avocat de Hauptmann, payé par The Daily Mirror, propriété de Hearst.

49Anna Hauptmann, épouse de Bruno Richard Hauptmann. Elle déposa en 1981 une poursuite civile contre l’état du New Jersey pour avoir poursuivi, jugé et exécuté son mari injustement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Chronologie », COnTEXTES [En ligne], 24 | 2019, mis en ligne le 22 mai 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8103 ; DOI : 10.4000/contextes.8103

Haut de page