Navigation – Plan du site

Céline, du Styx au Léthé

Compte rendu de Bernabé Wesley, L’oubliothèque mémorable de L.-F. Céline. Essai de sociocritique, Presses Universitaires de Montréal, Collection « Cavales », 2018, 336 p.
Frédéric Saenen

Texte intégral

1La mémoire a, chez Louis-Ferdinand Céline, partie liée avec l’obsession du temps. Toute son œuvre romanesque, du moins celle qui se développe entre Voyage au bout de la nuit (1932) et Guignol’s Band (1944), participe d’un vaste projet de transposition du passé, rendu à travers le fameux « style émotif », lui-même sous-tendu par un usage pionnier de l’oral-populaire. Puis il y a la césure – aux allures de gouffre – idéologique que constituent les pamphlets ; l’insoluble paradoxe qu’incarnera encore longtemps cet auteur dont on n’arrive pas à démêler les parts de génie et de salauderie. Quels critiques n’ont pas buté contre cette aporie ? Et s’ils ont tenté de la résoudre, voire de prétendre l’ignorer, n’ont-ils pas été suspectés d’adhérer peu ou prou à l’abjection célinienne ?

2Dans l’introduction de son essai de sociocritique, Bernabé Wesley adopte d’emblée une position que certains qualifieront de périlleuse, d’autres de courageuse. Rappelant que, certes, le risque de contamination du lecteur de Céline par ses idées antisémites n’est jamais nul, Wesley poursuit en affirmant que ce danger

est inférieur au danger qui menace l’histoire de la liberté qu’est la littérature lorsqu’on dénie au lecteur le droit de lire en toute connaissance de cause et de se faire une opinion par lui-même, tout comme il est préjudiciable que les chercheurs en littérature ne puissent travailler sur des textes polémiques sans être soupçonnés de complaisance ou être sommés de s’excuser au nom de leur objet de recherche. (p. 17)

3Une vision empreinte d’un louable libéralisme, qui fait le pari de l’intelligence du lecteur et tranche avec les rigidités d’une approche où le jugement moral sur un cas précis primerait sur l’éthique du fait littéraire envisagé dans son entier.

4La deuxième audace de Wesley est d’enrichir le cadre méthodologique de l’approche de la « vocation mémorielle du roman », souvent réduite à des enjeux poétiques ou narratologiques. La mémoire est selon lui chargée « d’une historicité et d’une socialité particulière » qui impliquent de refonder les outils de l’analyse littéraire.

5Dès lors, Wesley décentre sa perspective et envisage la mémoire par son revers, l’oubli. Son corpus se limite à la trilogie allemande, la part en effet la moins commentée de l’œuvre, comme le remarque le chercheur. C’est pourtant dans cet ultime pan de la production célinienne que la « vocation léthéenne » du roman fonctionne à plein régime : les trois récits qui la constituent – D’un Château l’autre (1957), Nord (1960) et Rigodon (1969) – marquent l’émergence du Céline chroniqueur qui se veut le témoin d’une époque sur laquelle la vérité (sa vérité ?) reste à faire et qui, dans le même temps, souffrant des affres de la détention, de la proscription et de la vieillesse, avoue parfois ses défaillances d’esprit à la restituer à son lecteur captif. Le beau concept d’oubliothèque forgé par Wesley qualifie

la mise en prose des oublis collectifs que l’historiographie officielle n’a pas racontés. Entre les trous de la mémoire, les trois romans opèrent des raccrocs inattendus, ils recomposent les discontinuités et les ruptures, les incohérences, les appropriations abusives, les déformations retorses ou les omissions involontaires qui raccordent tant bien que mal le présent et le passé. (p. 22)

6La pléthore de sources concernant la mémoire est inversement proportionnelle à la rareté de celles portant sur le concept d’oubli. Mais cette pénurie référentielle offre en retour au chercheur un espace de réflexion large et une marge de manœuvre pour créer des concepts originaux. Wesley forge ainsi celui d’oubliogramme pour désigner

les effacements actifs et passifs de la société française d’après-guerre tels que le roman célinien les donne à lire. Les oublis désignés par ce concept résultent d’interventions sémiotiques identifiables qui affectent le tissu mémoriel d’une société par des altérations, des amputations, des réécritures ou des oblitérations. (p. 45)

7Autant dire que cette dialectique mémoire-oubli est en convergence parfaite avec une autre, fondamentale dans l’appréhension de la création célinienne : la dualité vérité-mensonge, définie comme fondatrice de l’existence humaine dès le Voyage au bout de la nuit. « Il faut choisir : mourir ou mentir. Moi, j’ai jamais pu me tuer. » énonçait son porte-voix Bardamu, éberlué par les traumatismes de 14-18…

8Le narrateur Céline va s’attacher à réinstrumentaliser cette alternative à l’issue de son second rendez-vous avec l’Histoire majuscule. Pour ce faire, il se situe à la confluence de diverses traditions d’écriture française qui vont de la Chanson de Roland aux Chroniques de Froissart, en passant par la pastorale ou le théâtre de Molière. La féérie célinienne s’en trouve empreinte de motifs et de topiques, qui de désuets qu’ils étaient sont réactivés par leur déplacement dans un autre contexte chronologique. Les marqueurs linguistiques (français oralisé ponctué d’archaïsmes), les indices topographiques (les lieux disparus évoqués par l’écrivain) ou encore les personnages dépositaires de la mémoire mais en cheville avec la mort (les figures de grands-mères) composent l’oubliothèque célinienne, soit

une esthétique impossible où l’écriture prend acte de la déchirure du temps sans cesser d’en recoudre les trous, les accrocs, les impasses et les revenances condamnées afin d’inventer une tradition de l’oubli. (p. 159)

9La deuxième partie de l’ouvrage est particulièrement intéressante, dans la mesure où elle montre comment Céline a revisité et révisé le récit magnifié de la Seconde Guerre mondiale tel qu’il a été élaboré durant les années cinquante, avec ses figures centrales (De Gaulle en sauveur) et ses schémas réducteurs (une France globalement résistante, et une résistance surtout communiste vs la minorité active et malfaisante des collabos). Wesley introduit dans l’inventaire de l’oubliothèque toutes les stratégies utilisées par Céline pour contredire cette version officielle : sa dévitalisation du mot « résistant », la scénographie de la violence durant l’Épuration, l’insistance sur la honteuse défaite et la « débinette » consécutive de 1940 ou encore les bombardements alliés (qui monopolisent la narration de tout un roman, Normance). Céline n’en devient pas moins un historien critique pour la cause, lui qui reste d’une impardonnable partialité en ne pipant mot des atrocités nazies ni de la Shoah.

10Quand il s’extrait du ressassement amer du passé, Céline se mue en « cataclyste » du présent, lui qui observe avec jubilation sarcastique tous les indices de la décadence dans la société qu’a engendrée la guerre : l’effondrement des empires coloniaux et plus encore le triomphe d’une modernité saturée de publicité, de pollution, de vitesse, de machines.

11La lecture que propose Bernabé Wesley s’avère donc particulièrement stimulante et enrichissante à propos d’un écrivain qui est pourtant au centre de l’intérêt en recherche littéraire depuis les années 70. Elle vient combler bien des points de suspension qui émaillent ses vitupérations, ses rengaines, ses vaticinations et ses remembrances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Saenen, « Céline, du Styx au Léthé », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 04 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8187

Haut de page

Auteur

Frédéric Saenen

Articles du même auteur

Haut de page