Navigation – Plan du site

Compte rendu de Jérôme Meizoz, La Littérature en personne. Scène médiatique et formes d’incarnation

Genève, Slatkine Érudition, 2016.
Marie-Charlotte Quin

Texte intégral

  • 1 Éléments de réflexion repris dans l’introduction de ce quatrième volet, p. 9-15.
  • 2 Le concept de « posture » est emprunté aux réflexions d’Alain Viala qui propose, dans Approches de (...)
  • 3 Ces questions font déjà l’objet de plusieurs articles publiés précédemment dans la revue COnTEXTES  (...)
  • 4 Goffman (Erving), La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

1Dans La Littérature en personne. Scène médiatique et formes d’incarnation, Jérôme Meizoz, Professeur associé de littérature française à l’Université de Lausanne, poursuit ses réflexions, situées au carrefour des études littéraires et des sciences sociales, afin de développer des outils d’analyse propres à saisir la littérature « en activité ». L’ouvrage fait suite à L’œil sociologue et la littérature (2004), Postures Littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur (2007) et Postures Littéraires II. La fabrique des singularités (2011) qui montraient comment les processus de socialisation du discours (pragmatique de l’activité littéraire, redéfinition de l’auteur, dimension collective et positionnement de l’œuvre dans sa réception publique)1 créaient une « posture »2 qu’il était absolument nécessaire de prendre en considération dans les études littéraires. Ce nouveau volume permet d’orienter la réflexion sur le cadre dans lequel la posture est jouée, en s’intéressant plus particulièrement à la « scène médiatique », c'est-à-dire aux lieux (espace public, librairies, radio, photographies) qui voient la posture de l’écrivain se former. Il s’agit d’analyser ces derniers comme les cadres d’une dramatisation au sens théâtral3, en y révélant la construction d’un discours gestuel et visuel. Pour figurer, de la sorte, l’activité littéraire comme un spectacle, le sociologue emprunte la métaphore théâtrale de la représentation du monde social à Erving Goffman4.

  • 5 MoMA de New York, 2010.

2Dans la première partie, « Corps, scène et activité littéraire », Jérôme Meizoz s’intéresse à la dimension performative de l’activité littéraire, en pensant l’engagement corporel de l’auteur, soit une « incarnation » de l’écrit dans l’espace de réception. Partant d’une observation faite dans le domaine de l’art contemporain, d’un déplacement dans la conception de l’œuvre d’art, l’auteur tourne son regard vers le champ littéraire. Il revient sur l’exemple de l’artiste Marina Abramovic qui a fait l’expérience de la présence humaine comme objet d’art dans une performance intitulée « The artist is present »5. L’incarnation y devenait l’objet d’art lui-même puisque la performance reposait entièrement sur la mise en présence de l’artiste dans des face-à-face successifs avec les spectateurs. Le sociologue montre à quel point, en littérature, ce phénomène d’incarnation est intégré dans l’horizon d’attente du public sans toutefois être considéré comme faisant partie de l’œuvre. L’objet livre, lui-même tangible, est doublé par la présence réelle de l’auteur qui assume comme part de son métier de représenter son texte (lectures, présentations, rencontres). Ainsi, l’auteur engage son corps dans l’écriture mais également lorsqu’il décide de jouer le jeu médiatique hors le texte, il devient un acteur plus ou moins engagé dans le processus de médiatisation de son œuvre. Cette dernière est théâtralisée, incarnée dans le champ médiatique. L’ambivalence inhérente à l’agir littéraire, qui naît de la structure même du champ littéraire pour lequel le visuel ne constitue pas un critère de valeur, est ainsi révélée. Cette approche permet de dépasser le texte et ses lectures biographiques ou purement stylistiques afin de le replacer dans le cadre d’une activité, d’un échange dans l’espace public. Dans ce volet, le chercheur expérimente le vocabulaire dramatique applicable à la construction de l’agir littéraire, puis pose les jalons d’une échelle de lecture (catégories d’étude, cadres institutionnels de l’activité littéraire) et l’applique au cas de Louis-Ferdinand Céline dans trois extraits issus de ses textes pamphlétaires. La question du genre (celui du pamphlet) est mise à l’épreuve de la construction de la posture dans le cadre de la scène médiatique.

  • 6 Voir notamment Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payo (...)
  • 7 La question de l’oralité et de ses implications dans les textes littéraires est plus particulièreme (...)
  • 8 Jaffrin (Ivan), « L’affaire Richard Millet ou la critique radicale de la société multiculturelle », (...)
  • 9 Voir à ce sujet : Sapiro (Gisèle), La responsabilité de l’écrivain, Paris, Seuil, 2011.

3La seconde partie « Bataille de voix », pose la question de « la personne réelle », impliquée par le concept de scénographie médiatique, et ce qu’il reste de sa « singularité ». Jérôme Meizoz s’intéresse particulièrement à la construction des postures d’opposition, les « topiques pamphlétaires »6, pour lesquels il y a « batailles de voix », ainsi que les cas de transfuges qui livrent bataille par la voix. Pour Jérôme Meizoz, l’oralité7 est un phénomène d’écriture, construit dans le texte, pour faire sens au moment de sa diffusion dans l’espace public, et particulièrement dans le cas des postures d’opposition. Il s’attarde notamment sur le cas de Richard Millet et de la polémique autour de son Éloge littéraire d’Anders Breivik, dont Ivan Jaffrin a publié une analyse en 20158, qui semble rejouer, à certains égards, la trajectoire scénaristique de Céline. Cet exemple montre qu’il existe des modèles de scénographie médiatique, inscrits dès les origines de l’écriture, dans le texte. Richard Millet use de la scène du « seul contre tous » et dissocie esthétique et éthique pour dénoncer une France en décadence. Le littéraire semble ainsi coupé de la parole sociale, autonomisé, il permet à Millet de dépasser le conformisme social. La polémique qui a suivi la publication du texte soulève la question de la responsabilité de l’auteur d’un point de vue éthique9. Cette deuxième partie donne également à Jérôme Meizoz l’occasion d'interroger le rôle de l’image et de la visibilité de l’auteur dans la réception publique, en présentant l’importance du reflet dans le phénomène d’incarnation du littéraire, notamment à partir des images médiatiques créées par Michel Houellebecq (attitudes, vêtements, apparences, gestuelle). En effet, Michel Houellebecq est à l’origine de la construction d’un discours visuel qu’il propage dans la sphère médiatique. L’image joue donc un rôle important dans cette construction hors le texte mais ne peut être dissociée de l’engagement d’une parole, d’une voix. Toujours à partir de ce cas expérimental, Jérôme Meizoz retranscrit l’entretien que l’auteur a accordé à Frédéric Taddei sur France Culture en 2013. La retranscription de l’entretien rend les hésitations d’expression, au sujet même de ses choix de représentation en tant qu’auteur. À partir de l’exemple de Jules Vallès cette fois, l’analyse met au jour un aspect différent de l’oralité, à l’épreuve du phénomène de médiatisation d’une posture de transfuge. Ces observations s’appliquent également à d’autres auteurs (Henri Calet, Gaston Cherpillod, Annie Ernaux, Édouard Louis) pour montrer les variations et les singularités de leurs démarches. L’oralité est, sur la scène étudiée, la métaphore des tensions sociales incarnées dans la trajectoire des auteurs. L’apport de Jérôme Meizoz sur cette problématique est tout à fait original. Il montre comment la fracture à l’origine de la posture de transfuge est rendue par la retranscription de l’oralité avant tout familiale, citée entre guillemets (Annie Ernaux) ou en italique (Édouard Louis) dans les textes. L’analyse soulève également des différences fondamentales dans l’emploi de l’oralité par les auteurs du corpus invoqué. Le cas d’Édouard Louis est ainsi placé en marge de l’ensemble en raison de son usage de l’oralité qualifié de misérabiliste, en opposition au mode populiste des autres. Alors qu’Annie Ernaux et d’Édouard Louis semblent tous deux hériter des théories de Bourdieu, l’étude révèle les clivages existants dans ce processus de mise en voix et dans la réutilisation des concepts bourdieusiens. Les courtes études monographiques viennent mettre à l’épreuve la voix du texte et permettent de montrer différents dispositifs de représentation de soi dans l’espace médiatique. L’ouvrage montre bien la construction à l’œuvre dans ces mises en scène auctoriales. Elles constituent une sorte d’écriture seconde, située hors le texte, mais ancrée dans l’activité, dans l’agir littéraire. La mise en scène est véritablement intégrée à la notion d’œuvre et met à distance l’idée d’une création autonome, ne relevant d’aucun système et évoluant dans un monde qui lui est propre. Ainsi, l’étude de la scène pamphlétaire met en valeur une autre forme d’incarnation du littéraire qui n’est plus simplement de l’ordre de la représentation de l’auteur par le corps, mais aussi par la voix.

  • 10 Meizoz (Jérôme), « Paroles de vendeur : Joël Dicker », Fixxion, 2012.

4Dans la troisième partie, Jérôme Meizoz s’intéresse aux cas de contre-pieds, parfois satiriques, qu’il nomme « déplacements contemporains ». Le chercheur se positionne au plus près de l’actualité du phénomène de « scénographie médiatique » : il montre comment l’auteur qui entre dans le système commercial de la performance et de la promotion se trouve au cœur d’une ambivalence, entre une nouvelle visibilité et une décrédibilisation sur le plan littéraire, portée par la dissociation de deux temporalités : « le temps long de la consécration et le temps court de la demande du marché » (p. 139). Le cas de Joël Dicker, dont l’incarnation dans la sphère médiatique permet un éclairage nouveau sur la littérature suisse romande, reflète ce questionnement sur l’adaptation des logiques industrielles au livre. Il permet de critiquer la fabrique du succès commercial élaborée autour d’un système de vente qui repose entièrement sur l’exploitation du lecteur par un discours, non pas littéraire, mais entièrement tourné vers le commercial, le « best-seller »10. La démocratisation revendiquée n’est qu’apparente dans ce système avant tout commercial et fondé sur une logique de rentabilité. Face à ces cas d’hypermédiatisation, Jérôme Meizoz montre, à travers quelques exemples, que toute la littérature n’est pas l’objet d’une mise en scène médiatique. Ainsi, les éditions de Minuit semblent prendre place à contre-courant de ces phénomènes de mise en spectacle du littéraire. L’exemple de La Télévision de Jean-Philippe Toussaint, édité aux éditions de Minuit, qui paradoxalement ou même ironiquement place le média à distance, constitue une mise en abîme de cette résistance. L’esthétique relative au texte prend ici le dessus sur la visibilité de l’auteur sur la scène médiatique. Jérôme Meizoz propose de discuter la position de Jean-Philippe Toussaint face à la skholé, c’est à dire la distance avec le monde, nécessaire à l’élaboration de la pensée « pure » (Bourdieu), vécue par le personnage de La Télévision ; est-ce un hommage ou la démonstration d’une illusion ? La position de l’auteur est, à ce sujet, tout aussi problématique lorsque l’on connait son inclination pour la mise en scène de soi, l’exposition de soi et de son œuvre, notamment via son site internet, agent de la vidéosphère au cœur du questionnement du roman. Toujours dans l’étude d’une forme de résistance à la spectacularisation du littéraire, le roman de Noëlle Revaz, L’Infini livre, propose une réflexion sur les dérives du tout spectacle auquel se risquent certains acteurs du champ littéraire, le littéraire finissant par totalement disparaître au seul profit du spectacle. Le roman raconte un des aboutissements possibles des processus médiatiques en cours, à savoir une disparition totale de l’écrit au profit d’une seule entreprise de promotion qui repose sur des caractéristiques principalement sensorielles (la vue, le toucher) et non plus intellectuelles.

5En prolongement, la quatrième et dernière partie propose trois « entretiens » qui permettent d’ouvrir l’horizon des questionnements de l’ouvrage. Avec Camille Vorger, Jérôme Meizoz discute d’une forme littéraire particulièrement liée à la notion de performance : le slam. Cette pratique a la particularité de tisser un rapport direct avec le public et de jouer sur l’incarnation du littéraire par la voix et par le corps de l’artiste. L’entretien avec David Martens, qui étudie les modes de figuration de l’écrivain à travers l’iconographie et les représentations visuelles, permet de mettre à l’épreuve la notion de posture (simultanéités de postures, concept individuel ou applicable au groupe). Ensemble, Meizoz et Martens poursuivent la réflexion sur ce concept central de l’analyse sociologique du littéraire pour en dessiner les frontières et les limites. Enfin, dans un dialogue croisé avec Elenore Sulser, c'est le rôle de la collection Pléiade de Gallimard dans la construction d’une posture et de sa représentation médiatique qui est questionné. Les deux chercheurs reviennent conjointement sur le cas de Jean d’Ormesson qui a été spectateur de son entrée dans la collection. L’entretien révèle l’évolution progressive de la collection vers l’attrait commercial laissant volontairement de côté la part critique et patrimonial. L’entrée de Jean d’Ormesson dans la collection, avec ses « best-sellers », ne constitue qu’un jalon de plus dans l’acception mondaine et commerciale de la collection.

6Jérôme Meizoz affectionne particulièrement l’écriture en dialogue, comme en témoigne notamment la place laissée aux entretiens dans la dernière partie. Il avait déjà expérimenté les ressorts pédagogiques de cette forme dans l’ouvrage Postures Littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur (2007) dans lequel il introduisait la notion de posture en faisant dialoguer « Le Chercheur » et « Le Curieux ». Le choix du dialogue rend visible la démarche de questionnement engagée par le chercheur. Ainsi, les entretiens de la dernière partie ne sont pas de simples supports d’énonciation mais bien trois possibilités d’élargissement du questionnement de la mise en scène du littéraire par des discussions avec d’autres chercheurs. L’intérêt réside dans une reformulation des idées principales et dans la possibilité de dépasser les exemples proposés. Certains travaux font l’objet d’une attention plus grande, c’est le cas, de l’essai de Samuel Estier, dédié aux lectures du style de Houellebecq par la critique. Jérôme Meizoz replace également son étude dans une chronologie scientifique qui permet de lire le mouvement de sa pensée. Ce faisant, le chercheur nous donne à voir l’envers du décor, l’arrière scène de son raisonnement. Il a le mérite de proposer au lecteur une réflexion ouverte plutôt qu’une théorie rigide, soutenue par l’hybridité des formes du discours scientifique. Ainsi, outre les entretiens conclusifs déjà évoqués, les « post-scriptum », insérés dans la deuxième partie, permettent d’élargir le champ d’investigation et de poser des problèmes plus spécifiques, tels que : « soi-même comme une marque ? », « Photographies d’écrivains », « Postures sacrées ». Meizoz donne à lire un propos sur la littérature « en activité », mais aussi la dynamique, ou l’activité-même, qui guide ce propos. Les études de cas participent de la même logique. Jérôme Meizoz étudie ainsi divers exemples d’auteurs (Céline, Houellebecq, Millet, Ernaux, Vallès, Calet, Louis), d’éditeur (les éditions Minuit) ou encore de fictions (La Carte et le territoire, L’infini livre), en restant fidèle à son approche d’union entre la sociocritique et la sociologie du littéraire. Dans l’entretien qu’il partage avec David Martens, il revient sur cette approche et se compare à un ethnologue qui procède à partir de cas très concrets. Si Meizoz développe une réflexion sur le littéraire « hors le texte », celle-ci s’articule toujours en dialogue avec celui-ci, en s'appuyant sur de longs extraits de textes commentés.

7Dans La Littérature en personne. Scène médiatique et formes d’incarnation, Jérôme Meizoz observe un contexte de changement des modes de diffusion de la littérature notamment du fait d’une systématisation de la rencontre de l’écrivain avec son public (librairies, festivals, salons). Ce livre contribue à mettre au jour l’existence de tout un dispositif physique du littéraire, qui recourt à l’engagement du corps et de la voix de l’auteur dans le mécanisme médiatique et commercial. Il pense la littérature « en personne », c’est-à-dire incarnée par un corps et une voix. Comme dans ses précédents ouvrages, le sociologue cherche à élargir le domaine d’investigation des études littéraire à l’« activité » de la littérature dans le domaine public, en préférant, au parti pris d’un primat du texte, celui d'un dialogue possible entre l'énoncé littéraire et son épitexte. Il s’agit, cette fois, d'interroger les effets scéniques de la médiatisation de l’objet littéraire en en déclinant la variété des nuances. Le chercheur met ainsi au jour la tension qui naît dans une société dont les moyens de communication et de promotion offrent des possibilités de se montrer décuplées. Il y pointe le risque d’une chute dans le « tout spectacle », mais il y repère aussi, dans un même mouvement, des formes de résistance possibles à travers certaines satires des procédés spectaculaires.

Haut de page

Notes

1 Éléments de réflexion repris dans l’introduction de ce quatrième volet, p. 9-15.

2 Le concept de « posture » est emprunté aux réflexions d’Alain Viala qui propose, dans Approches de la réception, un pendant à l’approche bourdieusienne des positions objectives en envisageant leur dimension effective, c’est à dire la manière d’occuper une position, manifestée sur les plans discursif et comportemental.

3 Ces questions font déjà l’objet de plusieurs articles publiés précédemment dans la revue COnTEXTES : Meizoz (Jérôme), « Cendrars, Houellebecq : portrait photographique et présentation de soi », COnTEXTES [En ligne], 2014 ; Meizoz (Jérôme), « ‘Écrire, c’est entrer en scène’ : la littérature en personne », COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 10 février 2015.

4 Goffman (Erving), La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

5 MoMA de New York, 2010.

6 Voir notamment Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982.

7 La question de l’oralité et de ses implications dans les textes littéraires est plus particulièrement l’objet de l’ouvrage L’âge du roman parlant (2001).

8 Jaffrin (Ivan), « L’affaire Richard Millet ou la critique radicale de la société multiculturelle », COnTEXTES, octobre 1015, en ligne : http://journals.openedition.org/contextes/6100.

9 Voir à ce sujet : Sapiro (Gisèle), La responsabilité de l’écrivain, Paris, Seuil, 2011.

10 Meizoz (Jérôme), « Paroles de vendeur : Joël Dicker », Fixxion, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Charlotte Quin, « Compte rendu de Jérôme Meizoz, La Littérature en personne. Scène médiatique et formes d’incarnation », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 18 juin 2019, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8198

Haut de page