Navigation – Plan du site
La circulation de l'affaire dans le temps et dans l'espace

L’affaire Lindbergh ou la propagation du sensationnel

Laure Demougin

Texte intégral

  • 1 Engelbrecht (Barbara), « Swinging at the Savoy », Dance Research Journal 1983, vol. 15, n° 2, p. 3- (...)
  • 2 Voir par exemple Gardner (Lloyd C.), The Case That Never Dies: The Lindbergh Kidnapping, New Brunsw (...)
  • 3 Labasse (Bertrand), « Sexe, sang et physique des particules : le sensationnalisme est-il partout… (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Voir Pinker (Roy) [Paul Aron et Yoan Vérilhac], Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh (...)

1Depuis le vol qui l’a conduit à traverser l’Atlantique en 1927, Charles Lindbergh est une vedette qui lie les deux rives de l’Atlantique, un héros populaire, médiatisé et enthousiasmant – à tel point que la danse en vogue dans le Harlem de 1927 est baptisée « lindy hop1 » dans l’euphorie de l’annonce de ce premier vol transatlantique. Quand son fils âgé de vingt mois est enlevé, en mars 1932, c’est donc sans surprise aucune que « l’affaire » devient l’enjeu d’une couverture médiatique reconnue dès ses prémices comme un sommet dans le traitement d’un fait divers. L’affaire Lindbergh se développe en plusieurs dates clefs qui construisent rétrospectivement un récit cohérent, orienté vers un dénouement macabre : cette trame est indissociable de son traitement médiatique, et en tire son existence, suscitant par là des réactivations jusqu’à aujourd’hui2. Or ce traitement médiatique s’est fait à l’échelle internationale, et la presse francophone a participé, avec sa variété et ses particularités, à la construction quotidienne de ce « crime du siècle » par le biais du sensationnalisme. Historiquement, « sensationnalisme » est hérité du xixe siècle médiatique en Grande-Bretagne ; mais ce terme souvent utilisé est pourtant complexe : tournent autour de sa définition des catégories diverses, qui touchent à la fois au fond et à la forme, au choix du sujet et à son écriture. L’enlèvement d’un enfant dans sa chambre est un sujet suffisamment émouvant pour se prêter au sensationnel : mais à côté de ce « sensationnalisme topique3 » se fait jour également une forme de « sensationnalisme discursif4 » dont nous allons traiter. Des premiers rayonnements de l’affaire jusqu’à l’accusation explicite de sensationnalisme portée contre la presse américaine, l’affaire Lindbergh met en lumière une manière d’écrire et de penser le crime dont on peut suivre les développements dans des presses nationales différentes. À partir des dépouillements faits par les différentes équipes, et dans une perspective globale, cet article vise donc à étudier quelques points du sensationnalisme de l’affaire Lindbergh. L’information écrite telle qu’elle apparaît en Belgique, au Canada et en France joue en effet, pour ce fait divers, une partition marquée d’abord par la propagation des nouvelles et leur inscription dans une forme de proximité : morcelée au moment de l’enquête, l’information tirée des dépêches est concurrencée par différents types d’articles qui montrent la portée immédiate de l’enlèvement. Par la suite, la rumeur et l’invention, la description de l’intimité, l’exotisme du cadre américain constituent les éléments d’un sensationnalisme propre à cette période du journalisme : tous ces échos médiatiques construisent une affaire « sensationnelle5 ».

Le sensationnalisme par la proximité

  • 6 Fass (Paula S.), Kidnapped: Child Abduction in America, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 1 (...)

2Tout part donc d’Hopewell (New Jersey) et de la demeure des Lindbergh, devenue le symbole du foyer moderne : c’est ce premier point, symbolique, qui permet le traitement sensationnel de l’affaire6. Dès le 2 mars, les bulletins et dépêches donnent Hopewell comme origine et donc, par métonymie, comme gage de leur authenticité : l’information va alors rayonner, d’abord au Canada le jour même, puis en France (3 mars) et enfin en Belgique (4 mars), en une des périodiques.

  • 7 « Les frontières internationales sont surveillées », La Patrie, 2 mars 1932. Source : Corbeil (Mari (...)
  • 8 L’analyse statistique de Marilou St-Pierre révèle que 54 % des nouvelles des trois premiers jours d (...)
  • 9 « La police suit enfin une piste jugée importante », Le Canada, 5 mars 1932, p. 3 et 9. Source : Co (...)

3La presse canadienne publie la nouvelle de l’enlèvement dès le 2 mars, avec comme particularité l’obsession de la proximité qui caractérise en partie le traitement de l’affaire : dans La Patrie du 2 mars 1932, le bandeau de la une concerne la frontière (« Les frontières internationales sont surveillées ») et le troisième sous-titre indique : « Les enleveurs de l’enfant de Lindbergh ne pourront passer au Canada7 ». En ce qui concerne les sources de l’information, plusieurs cas de figure émergent : soit les nouvelles données n’ont pas d’origine, si ce n’est la ville8 ; soit elles émanent de l’Associated Press – la United Press n’est utilisée que par L’Illustration. Il reste enfin les échanges privés entre journaux, canadiens (Le Soleil), américains (Trenton Times, New York Times, Washington Evening Star) mais aussi plus lointains (l’Osservatore Romano du Vatican), montrant une nouvelle au rayonnement mondial extraordinaire. La proximité spatiale entre le Canada et les États-Unis n’empêche donc pas un morcellement des sources, comme en témoigne le numéro du 5 mars 1932 du Canada. Huit sources y sont convoquées : l’Aérodrome de Newark (par la Presse Associée), Trenton, Newark, Hartford, Hopewell (par la Presse Associée), New-York, Boston et Cambridge9. Les textes issus de ces sources étant collés les uns à côté des autres, on peut parler de kaléidoscope, y compris pour la tonalité que chacun de ces « morceaux » d’information développe : le sensationnel est ici de l’ordre de l’extraordinaire alors même que le fait divers est donné comme proche géographiquement.

  • 10 Wolff (Jacques), « Structure, Fonctionnement et évolution du marché international des nouvelles. Le (...)
  • 11 Source : Katsanos (Filippos), « Rapport sur Le Matin », 2015.
  • 12 Source : Rime (Jean), « Rapport sur Le Petit Journal », 2015.
  • 13 Détective, 10 mars 1932. Source : Thérenty (Marie-Ève), « Rapport sur Détective », 2015.

4La traversée de l’Atlantique est ensuite une épreuve pour l’information : les nouvelles atteignent la France avec la mention d’une source première, « message », « dépêche » ou « télégramme » issu des États-Unis ou des bureaux londoniens des agences de presse, relai des télégraphes. La presse américaine montrée comme une source d’information complémentaire aide ainsi à dessiner un réseau d’informations à plusieurs branches qui concerne le plus grand nombre : le foyer américain touché par le drame, propre à émouvoir tous les lecteurs, devient un foyer d’un autre genre, celui d’une information rayonnant en Europe. La reconstitution du modèle du Petit Parisien montre particulièrement la complémentarité de plusieurs sources au sein du même périodique : outre Pierre Denoyer, le correspondant particulier aux États-Unis, on trouve le département radio du Petit Parisien, l’agence Havas pour quelques dépêches, ainsi que le département du Petit Parisien basé à Londres, qui utilise abondamment l’agence de presse Exchange Telegraph – elle possède un fil direct entre Londres et les États-Unis, héritage de la mise en place des bureaux des agences de presse et pratique généralisée10. L’Écho de Paris, Paris-Soir, Le Matin affichent la provenance londonienne de leurs dépêches, transmises depuis Londres par un « correspondant particulier » anonyme, auxquelles s’ajoutent parfois des dépêches (également anonymes) de New-York11. Si cet usage de la presse américaine va conditionner sa critique, et ce particulièrement après la découverte de la dépouille du petit Lindbergh, citer les périodiques américains permet au départ d’étayer les affirmations, même les plus fantaisistes, de la presse française. L’Écho de Paris et Le Petit Journal précisent ainsi que leurs informations émanent des titres de presse américains pour appuyer des informations qui paraissent fragiles : la citation signale, pour le fond comme pour la forme, le lien avec une information qui est caractéristique des États-Unis, qui fait « couleur locale », et qui peut donc se rattacher à ce « sensationnalisme » décrit comme exotique et sur lequel nous reviendrons12. Ainsi peut-on lire dans le premier article de Détective qui rend compte de l’affaire : « Ceci, c’est le simple fait divers, et j’ai gardé dans ce récit le ton et le style “traduction de journal américain13” ».

  • 14 Slauter (Will), « Le paragraphe mobile. Circulation et transformation des informations dans le mond (...)
  • 15 Source : sous la direction de Paul Aron et Vanessa Gemis, travail de Jennifer Arnould, Florence Bon (...)
  • 16 La Dernière Heure, 4 mars 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

5Par un effet de ricochet, la presse belge tire l’information des journaux français parus le 3 mars, et publie donc le 4 mars, avec l’utilisation des « ciseaux-colles » – cette pratique ancienne, héritée des débuts du journal14 consistant à découper et reprendre les informations dans d’autres périodiques, en signalant ou non l’origine – la nouvelle de l’enlèvement : La Libre Belgique, Le Vingtième Siècle et La Dernière Heure reprennent mot pour mot le même bulletin, avec d’infimes nuances dans l’introduction15. La Dernière Heure, en donnant l’origine de la dépêche, permet de remonter au périodique français Le Journal ; mais surtout, dans cette version de la dépêche donnée par La Dernière Heure, le lecteur belge doit noter la date de l’information française (3 mars) pour donner tout son sens à l’embrayeur « hier soir » : « Paris, 3 mars – Le Journal donne les détails suivants sur l’enlèvement du fils du colonel Lindbergh : C’est hier soir, vers 20 h 30, que l’enfant a disparu […] »16. Ce décalage, parce qu’il exprime une volonté d’actualité et d’immédiateté de la nouvelle, est représentatif de la manière dont la presse européenne va, en général, rendre compte de l’événement – en forçant le trait, au détriment parfois de la clarté de l’information.

6L’article source de la presse belge se trouve dans Le Journal : le périodique avait procédé par une annonce en une et un développement en troisième page. Son information principale n’était pas tant le cadre – cette « clairière isolée » qui plante le décor d’une action tragique – que la rançon demandée, à l’unisson de la presse française et de sa dénonciation des « bandits » américains, puisque le titre est conçu ainsi : « Le jeune fils de Lindbergh est enlevé par des gangsters qui exigent une rançon de 50.000 dollars ». En cela, il rejoint les différents titres observés dans les quotidiens français : « Le fils de Lindbergh enlevé par des gangsters » dans l’Humanité ; « Une tragique aventure — Des bandits enlèvent le fils de Lindbergh… et exigent une rançon » dans l’Intransigeant ; « Des bandits enlèvent le fils de Lindbergh. Ils exigent une rançon de 50.000 dollars » dans l’Écho de Paris ou encore « Les gangsters ne respectent personne ! — Des bandits ont enlevé le fils de Lindbergh — Ils exigent une rançon » dans Le Petit Journal. Même le titre « La gloire rançonnée », plus dramatique qu’informatif, de la revue Détective met en avant cette caractéristique essentielle : la demande de rançon. L’information du Journal, plus particulièrement, est donnée avec la précision suivante :

  • 17 Le Journal, 3 mars 1932.

Londres, 2 mars – Les « gangsters » américains ont mis le comble à leurs exploits : le fils du colonel Charles Lindbergh, un enfant de vingt mois, a été enlevé hier, dans la demeure de ses parents, à Hopewell, État de New Jersey17.

7Le premier effet de la nouvelle de l’enlèvement est donc « sensationnel » par la multiplicité des moyens qui apparaissent dans les articles francophones. La multiplicité des sources et informations est le gage du retentissement de ce qui n’est, au départ, qu’un enlèvement ; et l’attention portée à la proximité, spatiale ou temporelle, crée le lien entre le lecteur et le fait divers.

Le sensationnalisme par la rumeur et l’invention

  • 18 MacGill Hughes (Helen), « The Lindbergh Case: A Study of Human Interest and Politics », American Jo (...)
  • 19 Source : Corbeil (Marie-Christine), op. cit.
  • 20 Ibid.

8Tributaire de la manière dont l’information parvient jusqu’aux périodiques, le caractère protéiforme du traitement de l’enlèvement – et de ses suites – est un fait saillant et reconnu dès le déroulement de l’affaire. En témoigne un article paru en 1936 dans l’American Journal of Sociology : l’auteur y dénombre en effet les différents types de traitement de l’affaire dans la presse… berlinoise, démontrant qu’il s’agit bien de « l’affaire criminelle du siècle », et que tous les périodiques, quelles qu’aient été leurs lignes éditoriales, y ont participé18. En ce qui concerne les journaux de notre corpus, et dans un premier temps, quel que soit le pays concerné, c’est bien la forme du bulletin informatif qui domine, travaillé comme on l’a vu par une écriture de la proximité ; s’y joignent des articles de fond, mais dans une moindre mesure. Le faisceau de ces nouvelles venues de sources différentes qui a convergé pour éclairer entièrement le fait divers hors de ses frontières a entraîné des décalages, des contradictions : les rubriques de « dernière heure » contredisent parfois les titres, parce que les deux articles ne relèvent pas de la même logique et n’anticipent pas la même réaction du lectorat. Les journaux utilisent en effet toutes les informations pour étayer le suspense, faisant volontairement de la rumeur une base de l’affaire. Au Canada, et dès le 8 mars 1932, La Patrie est représentative de ces écarts quand elle titre à la fois : « Le fils du Colonel Lindbergh à Québec » (une) et « La police ne croit pas que le fils Lindbergh soit ici » dans un article en troisième page19. S’exprime dans cette contradiction la tentation de déterritorialiser et reterritorialiser l’affaire autant que la nécessité d’afficher toutes les informations – la plus alléchante en termes de vente s’étalant en une. C’est l’un des mécanismes du sensationnalisme : faire acheter le périodique en interpellant le lecteur. L’affaire se décline ensuite en éditoriaux autant qu’en bulletins, selon les avancées et les rebondissements de l’enquête. Présentée en une lors des moments importants, l’information est développée dans les pages intérieures ; dans les moments creux, les rares informations remplissent les rubriques de bulletins de « dernière heure » ou les chroniques à la portée politique et générale. L’hiver canadien de 1935, au moment du procès, voit ainsi surgir une deuxième vague de cette appropriation par la rumeur. Dans La Patrie, le lecteur canadien lit ainsi, dans les titres : le 20 janvier, « Un Montréalais qui serait au courant de toute l’affaire Bruno Hauptmann » ; le 2 février, « Trois Montréalais vont témoigner en faveur d’Hauptmann » ; le 3 février, « Le malheureux bébé Lindbergh aurait été caché en notre ville20 ».

  • 21 Larique (Marius), « La gloire rançonnée », Détective, 10 mars 1932. Source : Thérenty (Marie-Ève), (...)
  • 22 Le Petit Journal, 9 mars 1932. Source : Jean Rime, op. cit.
  • 23 Source : Thérenty (Marie-Ève), op. cit.
  • 24 Voir Chabrier (Amélie) et Thérenty (Marie-Ève) (dir.), Détective. Fabrique de crimes ?, Nantes, Jos (...)
  • 25 L’épanouissement de la nouvelle au fil des différents articles peut rappeler, mutatis mutandis, le (...)

9Face à la multiplication des bulletins, des sources et des erreurs qu’elle provoque, le commentaire ou le décalage sont autant d’échappatoires. En France, les récits de l’enlèvement font la part belle aux rappels de la proximité de Lindbergh avec la France – Marius Larique, dans Détective, évoque le 10 mars 1932 l’atterrissage au Bourget et la naissance symbolique de l’aviateur : « À partir de ce soir-là, il était Lindbergh21 ». Le Petit Journal va aussi, dans son numéro du 9 mars, tenter de déplacer l’affaire, mais par une stratégie double : d’abord en publiant l’entretien d’un rédacteur (anonyme) avec le commandant de l’American Legion de France dont Lindbergh était membre honoraire afin de recueillir son avis sur les dernières rumeurs ; ensuite avec un titre plus explicite : « L’enfant de Lindbergh a-t-il été victime d’une bande internationale organisée ? », suivi de l’intertitre « Les ravisseurs sont-ils en route pour l’Europe22 ? ». Mais on trouve aussi, plus simplement peut-être, la mise en lumière d’une lassitude des journalistes eux-mêmes face au manque de cohérence des informations. Dans le Détective français, cette lassitude face aux fausses annonces va passer par la figure du journaliste lui-même. Un certain Roy Pinker est censé être le correspondant américain du magazine et couvrir à ce titre l’affaire, le procès et l’exécution d’Hauptmann à partir du 19 mai 1932, prenant la suite de Marius Larique – journaliste réel, quant à lui23. Mais son nom fait référence aux détectives de l’agence Pinkerton et se révèle, dans le cadre de l’affaire, par ce clin d’œil, comme un pseudonyme : premier indice d’un glissement fictionnalisant. Son article du 2 janvier 1936 le présentant comme un ami d’enfance de Lindbergh est le début d’une métamorphose du correspondant, qui passe de journaliste à acteur du fait divers. Il va ensuite jusqu’à écrire en détails les dialogues entre Hauptmann et son épouse avant l’exécution et se décrit comme un ami du directeur de la prison24. Cette solution toute médiatique à un défaut d’informations brûlantes signale que l’information se propage en changeant de nature : quand elle dépasse la forme des bulletins, elle touche à une forme de mise en récit qui emprunte à des codes littéraires, à des personnages également. En faisant primer l’éthos du journaliste sur le discours rationnel de l’information que l’on pourrait attendre, elle devient de fait « sensationnelle » : le récit peut alors emprunter la stylistique du pathétique pour révéler sa nature émouvante25.

Le sensationnalisme par l’intime : le roman d’une famille

  • 26 « Sympathies du maire au colonel Lindbergh », Le Canada, 14 mai 1932. Parution aussi dans L’Illustr (...)
  • 27 La Dernière Heure, 4 mars 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

10La lettre du maire de Montréal, Fernand Rinfret, reproduite dans plusieurs journaux26, tranche sur l’absence de réactions officielles en France ou en Belgique et révèle en creux la propension à traiter l’enlèvement sur le modèle du fait divers, de l’intime devenu spectaculaire. L’intimité de la famille Lindbergh va en effet constituer un autre biais pour écrire la trame du fait divers. Dans le premier article de La Dernière Heure belge, repris du Journal français, la tragédie familiale est mise en avant par la description d’une scène quotidienne : « Le colonel et Mrs Lindbergh s’étaient mis à table comme à l’ordinaire, vers 19 h 3027 ». Cette description est doublée de précisions concernant l’activité de tous les occupants de la maison, dont le maître d’hôtel et la nurse, ajoutant alors à la scène une portée policière. Cette attention portée à l’intime est renforcée par la photographie, toujours reprise de la une du Journal français, de Mme Lindbergh tenant son fils : c’est cet aspect personnel qu’ont retenu les rédacteurs de La Dernière Heure, mais encore du Vingtième Siècle et de La Libre Belgique – et pas la photographie de l’enfant seul. Ce traitement de l’affaire sous l’angle de la famille favorise une proximité affective du lecteur de la presse francophone avec les Lindbergh.

  • 28 Jovette, L’Illustration, 13 mai 1932. Source : Boucher Lauzon (Jeanne), « Rapport sur L’Illustratio (...)
  • 29 Oligny (Odette), « L’aiglon volé », Le Canada, 8 mars 1932. Source : Perreault-Coutu (Jérémi), op. (...)
  • 30 Fass (Paula S.), op. cit., p. 125.

11L’affaire Lindbergh va être l’occasion d’appropriations plus spécifiques liées à l’intime, particulièrement en contexte canadien : la chronique de Jovette, autour de laquelle s’organise la page féminine de l’Illustration intitulée « Le domaine de la femme », est un exemple de la féminisation de l’affaire et de son traitement pathétique. Elle écrit sur l’affaire à deux reprises. Dans « Au lendemain… », après la découverte du corps, elle exprime un deuil qui touche la collectivité : « sans nous en rendre bien compte, nous aimons Bébé Lindbergh au point que sa mort nous est aujourd’hui un deuil familier28 » ; dans « Le crime odieux », elle condamne Hauptmann avec fermeté. On peut faire le lien entre cette écriture et celle, proche, d’Odette Oligny, chroniqueuse au Canada : « Chacun prend la chose à cœur comme si la petite victime était son propre enfant, car un bébé est une chose sacrée29 ». Entre l’analyse sociale – la décadence, liée à l’argent, de l’homme contemporain – et l’extraordinaire émouvant du fait divers, ces écritures féminines jouent d’un équilibre que l’on ne retrouve pas en Europe dans le traitement de l’affaire. Cet aspect semble propre à l’Amérique du Nord : en France ou en Belgique, si Anne Lindbergh est un personnage clef de l’affaire, elle ne donne pas lieu à des développements centrés sur les femmes ou le foyer, et on n’observe aucune féminisation de l’affaire, pas même celle qui travaille la presse américaine décrivant le procès devant une foule de femmes reporters30.

  • 31 Voir, dans ce dossier, Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), « Une histoire racontée par la presse, plein (...)
  • 32 Chabry (Claude), « Baby Lindbergh », Le Pays Réel, 24 octobre 1937. Voir Aron (Paul) et Gemis (Vane (...)

12En Belgique, enfin, l’enlèvement n’est pas le fait le plus important qu’on puisse rattacher à la figure de l’aviateur : il a pris moins de place dans la presse que l’exploit de l’aviateur en 1927. Comme pour combler ce manque d’intérêt, une « nouvelle » affaire prend une ampleur particulière et constitue une sorte de récit secondaire, centré sur la famille et son intimité : celle de l’enfant de Malèves-Sainte-Marie, adopté par un couple qui croit reconnaître en lui le fils Lindbergh31. Cette rumeur permet une appropriation sentimentale autant que territoriale, à l’image d’un article, dans lequel Claude Chabry laisse parler un certain lyrisme à l’idée que l’enfant de Lindbergh grandisse en Belgique : « Quel cœur ne bondirait à une émotion aussi pure32 ? » Le sensationnel de l’affaire est donc déplacé, au cours de ce fait divers qui dure, des thématiques spatiales vers une approche sentimentale qui inclut les lecteurs dans les événements.

  • 33 Penfold (Ruth), « The Star’s Image, Victimization and Celebrity Culture », Punishment & Society, 6. (...)
  • 34 Curnonsky, « Le rapt de l’enfant prodige », Paris-Soir, 7 mars 1932. Source : Simard-Houde (Mélodie (...)

13La goût pour la proximité franchit parfois la limite du privé et rejoint la fiction et ses codes. L’affaire est alors traitée selon des modèles préexistants, des modèles culturels qui aident à dépasser le stade de l’information – et donc ses lacunes – pour aller vers le pathétique, aspect important du sensationnalisme. La dramatisation du fait divers favorise quelques personnages, au premier rang desquels le couple formé par l’aviateur et son épouse – dans l’histoire racontée par les journaux, Anne Morrow Lindbergh n’est pas seulement une mère, elle est aussi la fille d’un riche sénateur et une aviatrice accomplie. Une mise en récit médiatique avait fait du mariage des Lindbergh un véritable conte de fées dont la naissance de l’enfant avait constitué une forme d’heureuse fin33. D’où l’onde de choc que constitue l’enlèvement, et plus encore la découverte du corps, et la perpétuation du modèle littéraire : dans Paris-Soir en mars 1932, le journaliste Curnonsky relève, avec ironie, les « personnages » stéréotypés du fait divers, « le papa illustre et désespéré, la maman aux abois, l’enfant célèbre dès sa naissance34 », déchiffrant ainsi pour ses lecteurs l’écriture américaine du fait divers. Dans le même journal, l’affaire est même qualifiée de « roman », le 19 mai 1932. Ces occurrences pourraient relever, dans ces formules, d’un topos du discours médiatique, mais ici, il s’adapte particulièrement au traitement ainsi qu’aux attentes du développement de l’affaire. Certains articles vont en effet jouer d’effets narratifs empruntés aux romans, comme dans ce texte paru en une du Canada, après la découverte du corps, et qui reprend l’affaire à ses débuts :

  • 35 « Le fils de Lindbergh est trouvé mort », Le Canada, 13 mai 1932. Source : Coutu-Perreault (Jérémi) (...)

Le premier mars au soir, alors que le vent soufflait et qu’une pluie fine tombait depuis le matin, un homme grimpa à une échelle et s’introduisit dans la chambre du petit Charles Lindbergh et enleva l’enfant tandis que ses parents et les domestiques se trouvaient dans d’autres parties de la maison35

  • 36 L’Illustration, 22 septembre 1934. Source : Boucher Lauzon (Jeanne), « Rapport sur L’Illustration » (...)
  • 37 L’Intransigeant, 20 avril 1932. Source : Vérilhac (Yoan), « Rapport sur L’Intransigeant », 2015.
  • 38 L’Intransigeant, 14 mai 1932. Source : Vérilhac (Yoan), op. cit.
  • 39 Sources : Coutu-Perreault (Jérémi), op. cit. ; Corbeil (Marie-Christine), op. cit.
  • 40 L’Intransigeant, 24 janvier 1935. Source : Vérilhac (Yoan), op. cit.
  • 41 Hixe, « Un peu de modestie svp. », Le Peuple, 16 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), (...)
  • 42 L’expression de « vaudeville tragique » paraît dans La Patrie, le 5 avril 1936. Source : Corbeil (M (...)

14Le romanesque va donc se retrouver dans le tissu même de l’événement ; et ses outils vont également être utilisés dans les commentaires médiatiques. Un métadiscours se développe en effet, surtout en France et au Canada, qui met en avant la littérarité du fait divers et sa déclinaison en tragédie, roman policier ou roman réaliste. Ainsi, quand Hauptmann est arrêté, les premiers mots de l’article de L’Illustration montréalaise sont : « Cherchant un dénouement rapide… », avant qu’un éditorial ne souligne que cette arrestation « soulage la conscience universelle », « venge la police » et décourage « ses émules36 », opérant ainsi en équilibre entre le modèle fictionnel et la portée politique de cette étape du fait divers. L’affaire est close parce qu’elle est devenue récit, histoire, roman : c’est le même phénomène linguistique qu’on observe dans L’Intransigeant français à plusieurs reprises : « Chaque jour ajoute un chapitre au tragique roman37 », lit-on en titre dès le 20 avril 1932, écho de la « tragique aventure » qui avait constitué le titre du 2 mars : « Quel magnifique dénouement pour l’extraordinaire aventure qui passionne les États-Unis et le monde entier » si l’enfant aperçu à Paris le 7 mai 1932 avait bien été le petit Lindbergh ; et le 14 mai : « on demeure confondu d’horreur à l’annonce du dénouement atroce que vient d’avoir, soixante-douze jours après l’enlèvement, la mystérieuse disparition du bébé du colonel Lindbergh38 ». Le drame, puis le roman policier sont les clefs génériques principales de la première partie de l’affaire ; une fois le pathétique de la découverte du corps passé, la plupart des périodiques orientent leur récit vers l’attente de l’arrestation, le bandit étant devenu un meurtrier. Dans la presse canadienne, Le Canada et La Patrie récapitulent même les personnages principaux au lendemain de la découverte du corps, laissant supposer une forme de reprise nécessaire avant de pouvoir passer à la deuxième partie du récit, celle du roman policier continué39. C’est ensuite une autre forme de roman, le roman réaliste, qui occupe les journaux, une fois l’arrestation opérée et le suspect connu. L’Intransigeant, déjà cité, tisse clairement l’affaire sur ce patron littéraire : « Si un romancier voulait, dans une vaste fresque, reprendre et étudier les personnages qui jouèrent un rôle à Flemington, il pourrait donner un tableau très complet de la vie sociale de l’Amérique d’aujourd’hui40 ». Plus épisodiquement, et peut-être de manière moins visible, on trouve dans la presse le modèle de la tragédie pour expliquer la faillite du système policier et judiciaire américain. Avant le procès, un article belge souligne l’image de policiers bouffons qui détonnent dans la tragédie de l’affaire41 ; pendant le procès, l’expression « vaudeville tragique » apparaît au Canada42, en écho sans doute à la prédominance de la famille au cours du procès – des deux familles, Lindbergh et Hauptmann, que l’on oppose. La presse remplit ainsi l’horizon d’attente de son lectorat en développant à l’excès l’intérêt du fait divers, modulant les références selon les grands développements de l’affaire : le sensationnalisme est alors stylistique, balisé pour que le lecteur puisse suivre l’évolution, toute littéraire, d’une affaire que l’on déréalise peu à peu et que l’on transforme en feuilleton.

Le sensationnalisme comme exotisme : un fait divers américain

15Quand en mai 1932, l’information court que la famille Lindbergh se réfugie en France. La presse canadienne témoigne, quoiqu’à distance, de cette appropriation du héros par la France – que repèrent aussi quelques titres français. Dans Le Canada, le rédacteur en chef Olivar Asselin la présente positivement, accusant alors par ricochet « la civilisation américaine » tout entière :

  • 43 Asselin (Olivar), « À propos de l’Affaire Lindbergh », Le Canada, 15 mai 1932. Source : Coutu-Perre (...)

Nous ne savons trop si les Lindbergh ont vraiment l’intention d’aller habiter la France, mais cela serait, qu’on les comprendrait facilement. À chaque chapitre du drame eschyléen dont ils viennent d’être les victimes, la civilisation américaine s’est montrée sordide43.

16Après l’installation européenne des Lindbergh, au moment du procès, ce changement de continent est aussi évoqué. Quelques lignes, dans Le Temps ou L’Humanité, s’en font l’écho, mêlant là encore appropriation européenne de la famille Lindbergh et critique envers l’Amérique :

  • 44 L’Humanité, 2 avril 1936. Source : Demougin (Laure), « Rapport sur L’Humanité », 2015.

Pendant ce temps, Lindbergh, dégoûté des procédés ignobles de la police américaine, dont il ne veut pas se faire le complice, veille, en Europe, sur son deuxième enfant, que le formidable appareil policier américain est incapable de protéger, comme il fut incapable de protéger le premier44.

  • 45 Hixe, « Supériorité ? Infériorité ? », Le Peuple, 9 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vaness (...)
  • 46 Hixe, « Un peu de modestie svp. », Le Peuple, 16 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), (...)
  • 47 Casimir, « La revanche de l’Europe », Le Soir, 16 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa) (...)
  • 48 Voir l’article de Labasse (Bertrand), « Sexe, sang et physique des particules : le “sensationnalism (...)

17En Europe comme au Canada, c’est donc une attitude de prise de distance, voire de revanche face aux États-Unis qui semble prévaloir, mise en valeur par les revendications d’appropriation ; mais c’est en Belgique qu’elle est le plus explicite, ne serait-ce que par les titres des articles. On y lit la relation compliquée entre l’Europe et les États-Unis : « Supériorité ? Infériorité45 ? » et « Un peu de modestie svp46 » sont les titres de deux articles de Hixe ; on trouve encore, et plus explicitement, « La revanche de l’Europe47 ». Ces titres sont le symptôme d’un traitement plus général, plus politique du fait divers de départ ; cette portée le transforme en affaire valant aussi pour ce qu’elle permet comme commentaires moraux ou politiques sur un pays alors au centre des attentions. Dans les médias francophones se développe une critique axiologique des États-Unis, miroir fascinant pour les systèmes judiciaires et médiatiques des pays concernés. Or cette perspective axiologique est l’un des éléments reconnus comme définitoires par les études médiatiques lorsqu’il est question de sensationnalisme : outre les questions de sujet traité ou de stylistique adoptée, « faire sensation » est également affaire de valeurs morales48.

  • 49 Voir, dans ce dossier, l’article de Katsanos (Filippos), « Presses respectables et criminelles : Ch (...)
  • 50 Labasse (Bertrand), art. cit., p. 121.
  • 51 Fass (Paula S.), op. cit., p. 108.
  • 52 Sanvoisin (Gaetan), « Le rapt du fils de Lindbergh », Le Soir, 8 mars 1932. Source : Aron (Paul) et (...)

18Première concernée, première sur place, première aussi – forcément – par la couverture de l’affaire49 : la presse américaine est le principal point de départ de l’événement que constitue l’enlèvement du bébé Lindbergh. Source d’informations, on l’a dit, elle est aussi source de représentations, et participe du portrait de la société américaine mis en place par une affaire devenue parfois la métonymie idéologique des États-Unis. La presse francophone porte sur sa consœur américaine un regard caractéristique de l’attitude adoptée vis-à-vis des écritures médiatiques en général : le sensationnalisme « ne paraît guère être plus qu’un jugement de valeur, exprimant la distance perçue entre un discours effectif (ce qui a été sélectionné et traité) et un discours idéal (ce qui, aux yeux de l’observateur, aurait dû être dit en lieu et place50) ». Les journalistes étrangers ont beau jeu, pendant l’affaire, de prescrire une déontologie médiatique pour accompagner l’information première du fait divers, alors même que leur propre pratique peut être remise en cause : porter un avis sur la presse américaine participe autant au sensationnalisme de l’affaire que l’enlèvement en lui-même. L’origine de ce mouvement critique se trouve d’ailleurs aux États-Unis même, puisque la presse y réfléchit aux rôles de la police et de la justice51. Mais hors des frontières nationales, la critique peut se faire plus franche et plus générale. Elle commence tôt en Belgique et semble représentative des reproches adressés au système médiatique des années 1930 en général : dès le 8 mars 1932, Le Soir donne un bref avis sur la presse américaine. En diffusant les prouesses des bandits, celle-ci amoindrirait la gravité de leurs actes et courrait le risque de créer des générations de futurs brigands : est visée ici l’influence des médias de masse sur les évolutions de la société, donc une problématique de la réception de la presse52. Les journalistes sont mis en cause ici dans leur influence pragmatique sur le lectorat.

  • 53 Amicus, « Carnet du philosophe », Le Vingtième Siècle, 29 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis ( (...)

19Le quotidien Le Vingtième Siècle vise lui aussi particulièrement la presse, mais après la découverte du cadavre, et selon une optique différente : dans « Le rôle extravagant de la presse américaine », le journaliste déplore une presse vulgaire, sans remord et prête à tout pour augmenter son quota d’impressions, autrement dit une presse à sensation. Après la découverte du corps, toujours dans le Vingtième siècle, le « carnet du philosophe » signé Amicus publie une critique des journaux trop prompts à suivre les instincts de leur lectorat ; l’envie de mystère s’allierait à un goût du public pour la perversité et le sadisme, d’où le succès de la presse américaine : « Elle sait que le lecteur américain n’ignore pas qu’il est trompé mais qu’il veut l’être, pour la joie de la sensation, pour être délicieusement secoué par le frisson d’horreur53 ». Ici, production et réception se complètent : la presse est au centre d’un cercle vicieux qui ternit l’information – et l’affaire Lindbergh n’en aurait que révélé avec éclat le fonctionnement. On retrouve explicitement le mot de « sensation », ici pris au sens premier : la sensation du frisson d’horreur marque la dimension physique du sensationnalisme.

20Ces indices témoignent assez que la presse belge cultive une vision critique de la presse américaine pour sa recherche du profit. Dans la presse française, selon une perspective voisine mais plus tardive, c’est l’exploitation au moins faussée, voire fictionnalisante du fait divers, considérée comme une invention exclusivement américaine et néfaste, qui constitue l’angle d’attaque du corpus médiatique outre-Atlantique, partant un axe de définition du sensationnalisme encore plus resserré. C’est bien sûr L’Humanité, « organe central du parti communiste (S.F.I.C.) », qui accuse le plus clairement la presse américaine, le 14 mai 1932, après la découverte du corps :

  • 54 L’Humanité, 14 mai 1932. Source : Demougin (Laure), op. cit.

Pendant les deux mois et plus qu’a duré l’enquête policière, la presse américaine se surpassa en publiant les informations les plus stupides et contradictoires que les journaux français ne prenaient qu’avec empressement. Et l’enfant mort était là, à quelques minutes du domicile de ses parents54.

21Là encore, la critique de la presse américaine – et de ses imitateurs asservis au même carcan idéologique, semble dire le journal – voisine sans effort avec une dramatisation pathétique et rétrospective de l’information. Apparaît alors le paradoxe du procès fait à la presse américaine : comme la presse canadienne, comme la presse belge, les périodiques français ont produit ou produisent encore un traitement sensationnaliste de l’affaire au moment où ils critiquent le sensationnalisme de la presse américaine. Ils ont publié des informations contradictoires, imité un modèle romanesque, mis en une les rumeurs, utilisé les photographies familiales… avant d’en dénoncer l’invalidité.

  • 55 Hixe, « Méthodes spéciales », Le Peuple, 17 juin 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. (...)

22Outre la presse, la police dès 1932 et la justice à partir de 1935 constituent des objets particulièrement intéressants pour les journalistes des trois pays qui regardent avec avidité la scène américaine. Les deux cibles se mêlent à cause de leur potentiel politique et symbolique, occasionnant de vraies envolées rhétoriques qui mobilisent dans les journaux l’émotion du lectorat. En Belgique, les critiques les plus acerbes semblent portées par Hixe, journaliste au Peuple, dans une perspective de comparaison nationale, comme lorsqu’il écrit : « Réjouissons-nous, mes amis, que notre police soit encore aussi arriérée et qu’elle ignore les méthodes perfectionnées des américains55 ». Mais l’ironie reflète un débat plus profond, que l’on peut lire aussi dans une tonalité plus solennelle, ne refusant ni le pathos ni la mise à distance des mœurs américaines, dans une perspective qui est bien celle du sensationnalisme :

  • 56 « Condamnés à mort graciés “in extremis” », La Libre Belgique, 16 janvier 1936. Source : Aron (Paul (...)

Curieux pays où le condamné à mort est informé quinze jours à l’avance, de la date de son exécution… Atroce tourment que celui infligé à ce criminel que l’on imagine arrachant chaque matin, d’une main tremblante, une éphéméride au calendrier de sa cellule56.

23Dans cet extrait est condensé en quelques lignes un des modes de traitement de cet épisode de l’affaire que constitue l’exécution, et qui représente bien la tension à l’œuvre entre l’information et l’incarnation propre à attirer le lecteur – ici, la « main tremblante » face à l’éphéméride. Il y a bien une nécessité d’attirer le lecteur, car, en Belgique, si le début du procès constitue le point culminant de cette affaire en termes de couverture médiatique, sa conclusion est nettement moins médiatisée. L’exécution de B. Hauptmann est peu suivie, tous ces articles passant davantage en cinquième page que dans les premières et troisièmes pages – comme dans les premières dépêches de l’affaire. L’exécution d’Hauptmann, d’ailleurs, ne paraîtra pas en une des périodiques belges.

  • 57 Dans le numéro du 5 avril 1936, on trouve même cette publicité : « La chaise électrique, chanson dr (...)
  • 58 La Patrie, 31 mars 1936. Source : Corbeil (Marie-Christine), op. cit.

24Au Canada, dans La Patrie, ce n’est pas la peine de mort qui choque57 – son traitement se fait dans une tonalité ironique et lassée, même si une critique portée contre les États-Unis y affleure, entre tirets : « S’il ne survient de développement imprévu — aux États-Unis, on n’est jamais sûr de rien — Hauptmann mourra ce soir sur la chaise électrique. Ce sera pour lui une délivrance, ainsi que pour les lecteurs des journaux58 ». La désinvolture du commentaire finale, en connivence avec le lecteur, semble montrer que le dénouement n’intéresse plus. Mais on y lit aussi, cinq jours après, un billet beaucoup plus politique, qui dénonce le procès en reprenant les éléments de son spectacle :

  • 59 La Patrie, « Leur justice et la nôtre », 5 avril 1936. Source : Corbeil (Marie-Christine), op. cit.

Hauptmann a cessé d’être intéressant. Mais les procès qu’on lui a faits, les à-coup et les à-côté qui ont donné à l’affaire de faux airs de vaudeville tragique ont à jamais discrédité la magistrature et la justice de son pays d’adoption. Les frasques barnumesques du gouverneur Hoffmann, les effarantes attitudes du docteur Condon, le va-comme-j’te-pousse du juge Trenchard, la horde des faux témoins, le prurit de réclame de certains avocats, la diarrhée des journaux à sensation, ont collaboré à faire de l’affaire Hauptmann le procès le plus dégradant, le plus hideux de l’époque contemporaine. Et cela au pays de l’« efficiency », du « one hundred per cent », du « biggest in the world59 ».

  • 60 Le Petit Journal, 18 avril 1936. Source : Rime (Jean), op. cit.
  • 61 Le Petit Journal, 2 avril 1936. Source : Rime (Jean), op. cit.

25C’est ici une définition claire du sensationnalisme qui se lit à travers les différents éléments pragmatiques de l’affaire. La « diarrhée des journaux à sensation » n’en est qu’un aspect, mais l’ensemble se plie à la définition du sensationnel comme appel immoral à l’intérêt du lecteur. La polémique ici porte bien sûr un ensemble : et la référence littéraire de l’affaire Lindbergh, la « tragédie », n’est reprise ici que sous sa forme adjectivale, dans un oxymore qui met en valeur la manière dont, en passant de l’enlèvement au procès, on est aussi passé de la tragédie au vaudeville. On retrouve l’esquisse d’une civilisation américaine décriée dans ses détails (noms cités, justice, magistrature) comme dans son ensemble (les citations anglophones finales), la prégnance d’un modèle littéraire comme clef d’interprétation et patron de récit, l’analyse hyperbolique de ce qu’on sait être un sommet du fonctionnement médiatique… et enfin, dans le titre même, la comparaison avec le système canadien. Le procès Hauptmann représente bien alors, dans ce cas précis, la possibilité de signer une forme de récapitulation des événements qui porte l’empreinte nationale – et éditoriale. En France, c’est aussi cet aspect spectaculaire qui sert à résumer les critiques que l’on peut porter contre l’Amérique. Le Petit Journal adopte une attitude critique envers cette « écœurante publicité », mais cette fois en suivant la presse américaine, quoiqu’en la questionnant : « Faut-il faire chorus avec une certaine presse américaine qui dénonça le caractère “spectaculaire” à l’excès de ce drame judiciaire60 ? ». L’unisson questionné semble valoir pour gage de l’analyse critique du Petit Journal : la mise à distance devient ici une donnée voulue et symbolique. Une telle critique, peu souvent explicitée, a néanmoins un caractère ambigu, tant Le Petit Journal tire aussi intérêt de l’effervescence qui entoure le procès. Plus évidente sera la critique contre l’exécution sur la chaise électrique, toujours dans Le Petit Journal : « Partout, l’on semble s’élever contre le supplice judiciaire, bureaucratique, soi-disant humanitaire, que la loi fait endurer au condamné à mort61. »

  • 62 L’emploi du mot est attesté en France au début des années 1930 : la presse l’emploie dès 1928, mais (...)
  • 63 Le « Scarface » d’Howard Hawks sort aux États-Unis le 9 avril 1932, sommet d’une vague de films de (...)
  • 64 Piccolo, « Choses d’Amérique », Le Soir, 6 juin 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. (...)

26Cet élargissement de l’arrière-plan, devenu économique et social, porte un sensationnalisme complémentaire de celui du fait divers proprement dit. D’où un autre thème « américain », beaucoup plus vendeur, présent cette fois dans les trois corpus de presse : les « gangsters ». Le mot est en France relativement récent quand l’enlèvement a lieu62, et dans les premiers titres apparaît plutôt le terme de « bandit », qui parfois redouble un anglicisme à la notoriété encore balbutiante. Mais les « gangsters » sont exotiques, cinématographiques63, et la presse va utiliser le terme anglais dans les titres, comme une accroche permettant de toucher du doigt une réalité américaine. Ils exotisent donc l’affaire ; grâce à eux est évoquée une autre partie du monde américain fantasmé par l’Europe ; après une période de réflexion, et donc dans une phase d’analyse de l’affaire, un journaliste belge tire de la participation demandée aux gangsters un constat politique plus large, incluant le monde financier et dessinant un monde polarisé entre gangsters et financiers : « cela ne s’est vu que dans le pays où les financiers de Wall Street font la pluie et le beau temps64 ». Dans Le Soir belge est mise en mots l’idée que l’image idéalisée du hors-la-loi s’est ternie tout au long de l’affaire Lindbergh, preuve de la prégnance de cet arrière-plan culturel évoqué. Ainsi, Puck écrit ironiquement :

  • 65 Puck, « De l’outlaw au gangster », Le Soir, 25 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), o (...)

Les États-Unis ont perdu de leur séduction, depuis que les gangsters ont remplacé les outlaws. Au temps heureux de Gustave Aymard, les bandits restaient sympathiques parce que chevaleresques. Aujourd’hui qu’ils s’attaquent à des enfants, ils ne nous intéressent plus. On a cassé en mille morceaux les beaux rêves de notre enfance. C’est pourquoi nous en voulons à l’Amérique65. 

27Cette remarque, qui apparente les gangsters américains au monde de l’enfance selon une double dynamique – les souvenirs d’enfants et les enfants enlevés – démontre aussi le potentiel affectif que les journalistes prêtent à l’affaire : c’est parce que l’utopie américaine s’est transformée en dystopie que les lecteurs belges, lointains et trahis, s’y intéressent autant, qu’ils y investissent des sentiments… et que l’on peut alors parler de sensationnalisme. Enfin, au Canada, les gangsters sont également utilisés, mais dans une perspective que l’on peut dire plus « nationale », en tout cas dans l’Autorité du 14 mai 1932, qui les lie à la question religieuse, partant à une différence fondamentale entre le Québec et les États-Unis :

  • 66 L’Autorité, 14 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

Les pasteurs qui prêchaient à tant par sermon en faveur de la « sècheresse » seront les premiers à fulminer contre les meurtriers. Qu’ils fassent donc leur examen de conscience les hypocrites, et ils reconnaîtront que les « gangsters » sont les dignes fils de leurs prêches66… 

28Le sensationnalisme lié à l’affaire Lindbergh a donc évolué, de ligne en ligne, vers une remise en question plus générale et plus politique de son contexte : utilisant l’exotisme américain comme embrayeur de critiques, la presse francophone s’est définie par un jeu de reflets face à la presse américaine.

Conclusion 

  • 67 Fisher (Jim), The Lindbergh Case: A Story of Two Lives, New Brunswick, Rutgers University Press, 19 (...)
  • 68 Scaduto (Anthony), Scapegoat: The Lonesome Death of Bruno Richard Hauptmann, Putnam, 1976.
  • 69 Fisher (Jim), op. cit., p. XIV.
  • 70 Id., p. XV.
  • 71 Ainsi du Parisien en ligne qui, le 22 octobre 2015, rappelle sa une du 23 octobre 1985 : Harold Ols (...)

29L’affaire Lindbergh, par ses caractéristiques matérielles, qui mettent en jeu la propagation d’une information ainsi que les vides que les journalistes doivent combler, permet de lire pragmatiquement l’un des effets du sensationnalisme. La proximité affichée, le poids de la rumeur et de l’invention, la prédominance de l’intime et enfin l’exotisme américain de ce fait divers se retrouvent, mutatis mutandis, dans les articles de la presse francophone. L’on pourrait même y trouver l’un des caractères définitoires de cette notion médiatique que chaque époque reprend selon ses caractéristiques : le sensationnalisme des années 1930 n’est sans doute pas identique au sensationnalisme de nos années 2010, pour des raisons qui sont à la fois morales, techniques mais aussi esthétiques. Or l’affaire Lindbergh va survivre à différentes décennies : jusqu’au décès de la veuve de Bruno Hauptmann, elle a connu des rebondissements divers. Ainsi, dans un développement inattendu, l’acteur Anthony Hopkins, parce qu’il a incarné Hauptmann en 1976 dans le téléfilm The Lindbergh Kidnapping Case, prend dans les années suivantes position en faveur de son innocence. En 1981, Mme Hauptmann poursuit l’état du New Jersey pour la condamnation de son mari : à l’hiver 1982 donc, on discute encore de la culpabilité d’Hauptmann, voire on le disculpe dans un film de la BBC intitulé Who killed the Lindbergh Baby67, sur la base d’un ouvrage publié par Anthony Scaduto, Scapegoat68 ; en 1987, l’avocat Robert Bryan, engagé par Mme Hauptmann, continue à tenter de prouver l’innocence d’Hauptmann. Jim Fisher va jusqu’à écrire que Mme Hauptmann, en 1987, a gagné le cœur des Américains69, dans un renversement intéressant par rapport aux débuts du fait divers. Et en 1991, on rejoue devant Bryan Robert, à Flemington même, le procès de 193570. Il semble que l’un des derniers rebondissements de l’affaire soit l’ultime apparition de Mme Hauptmann à la télévision, le 10 janvier 1992 : si les protagonistes du fait divers ont disparu, les réactions continuent à rayonner. Ces prolongements judiciaires et médiatiques de l’affaire n’ont cependant pas la portée des débuts : leur écho n’a pas dépassé les frontières comme cela avait été le cas dans les années 1930, et l’affaire s’est en quelque sorte repliée sur elle-même. En restent, pour la presse francophone, quelques rappels dans des éphémérides numériques, occasion de publier en ligne des unes passées et d’insister, par ce biais, sur le caractère historique du périodique concerné71. Nombre de périodiques des années 1930 ont disparu, ainsi que leur traitement des faits divers que l’affaire Lindbergh avait mise en pleine lumière : l’exploitation d’un crime devenu une trame narrative sur laquelle se greffe, selon les rebondissements, mise à distance ou dramatisation, exotisme ou réflexion sur le cadre même de ce qu’on peut alors appeler « l’intrigue », et qui montre les différentes inflexions que peut prendre, dans un cadre précis, la notion de sensationnalisme.

Haut de page

Notes

1 Engelbrecht (Barbara), « Swinging at the Savoy », Dance Research Journal 1983, vol. 15, n° 2, p. 3-10.

2 Voir par exemple Gardner (Lloyd C.), The Case That Never Dies: The Lindbergh Kidnapping, New Brunswick, Rutgers University Press, 2004.

3 Labasse (Bertrand), « Sexe, sang et physique des particules : le sensationnalisme est-il partout… ou nulle part ? », Cahiers du journalisme, été 2012, n° 24, p. 120.

4 Ibid.

5 Voir Pinker (Roy) [Paul Aron et Yoan Vérilhac], Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique, Marseille, Agone, 2017, notamment p. 55 et suivantes pour l’image de l’écho médiatique.

6 Fass (Paula S.), Kidnapped: Child Abduction in America, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 101. Voir aussi ce que dit le docteur Condon, personnage de l’affaire, de la nuit qu’il passe dans la chambre de l’enfant :  Condon (John F.), Jafsie Tells All! Revealing the inside Story of the Lindbergh-Hauptmann Case, New York, Jonathan Lee Publishing Corp., 1936, p. 33-34 et suivantes.

7 « Les frontières internationales sont surveillées », La Patrie, 2 mars 1932. Source : Corbeil (Marie-Christine), « Rapport sur la couverture des deux derniers épisodes de l’Affaire et sur sa “montréalisation” dans La Patrie », 2015.

8 L’analyse statistique de Marilou St-Pierre révèle que 54 % des nouvelles des trois premiers jours de la couverture médiatique montréalaise ne comportent pas ni source explicite (agence de presse ou journal) ni signature. Source : St-Pierre (Marilou), « Rapport quantitatif du cas Lindbergh », 2016.

9 « La police suit enfin une piste jugée importante », Le Canada, 5 mars 1932, p. 3 et 9. Source : Coutu-Perreault (Jérémi), « Rapport sur le journal Le Canada », 2015.

10 Wolff (Jacques), « Structure, Fonctionnement et évolution du marché international des nouvelles. Les agences de presse de 1835 à 1934 », Revue économique, 42.3, 1991, p. 575–601. Source : Thérenty (Marie-Ève), « Rapport sur Le Petit Parisien », 2015.

11 Source : Katsanos (Filippos), « Rapport sur Le Matin », 2015.

12 Source : Rime (Jean), « Rapport sur Le Petit Journal », 2015.

13 Détective, 10 mars 1932. Source : Thérenty (Marie-Ève), « Rapport sur Détective », 2015.

14 Slauter (Will), « Le paragraphe mobile. Circulation et transformation des informations dans le monde atlantique du XVIIIe siècle », Annales. Histoire, sciences sociales, n° 2, 2012, p. 363-89.

15 Source : sous la direction de Paul Aron et Vanessa Gemis, travail de Jennifer Arnould, Florence Bonkain, Nicolas Bujiriri, Sarah Dispas, François Félix, Marie Van Nuffel et Chloé Vanden Berghe, « Rapport sur la presse belge », 2015.

16 La Dernière Heure, 4 mars 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

17 Le Journal, 3 mars 1932.

18 MacGill Hughes (Helen), « The Lindbergh Case: A Study of Human Interest and Politics », American Journal of Sociology, 42.1, 1936, p. 32-54.

19 Source : Corbeil (Marie-Christine), op. cit.

20 Ibid.

21 Larique (Marius), « La gloire rançonnée », Détective, 10 mars 1932. Source : Thérenty (Marie-Ève), « Rapport sur Détective », 2015.

22 Le Petit Journal, 9 mars 1932. Source : Jean Rime, op. cit.

23 Source : Thérenty (Marie-Ève), op. cit.

24 Voir Chabrier (Amélie) et Thérenty (Marie-Ève) (dir.), Détective. Fabrique de crimes ?, Nantes, Joseph K., 2017, p. 133. 

25 L’épanouissement de la nouvelle au fil des différents articles peut rappeler, mutatis mutandis, le traitement de l’affaire Troppmann en France, en 1869-1870 : voir Ambroise-Rendu (Anne-Claude), « L’affaire Troppmann et la tentation de la fiction », Le Temps des médias, no 14, 2010/1, p. 47-61.

26 « Sympathies du maire au colonel Lindbergh », Le Canada, 14 mai 1932. Parution aussi dans L’Illustration, le même jour. Sources : Coutu-Perreault (Jérémi), op. cit., Boucher Lauzon (Jeanne), « Rapport sur L’Illustration ».

27 La Dernière Heure, 4 mars 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

28 Jovette, L’Illustration, 13 mai 1932. Source : Boucher Lauzon (Jeanne), « Rapport sur L’Illustration », 2015.

29 Oligny (Odette), « L’aiglon volé », Le Canada, 8 mars 1932. Source : Perreault-Coutu (Jérémi), op. cit.

30 Fass (Paula S.), op. cit., p. 125.

31 Voir, dans ce dossier, Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), « Une histoire racontée par la presse, pleine de bruits et de rumeurs », COnTEXTES, 24 | 2019, consulté le 29 juin 2019. URL : https://journals.openedition.org/contextes/8228.

32 Chabry (Claude), « Baby Lindbergh », Le Pays Réel, 24 octobre 1937. Voir Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), « Une histoire racontée par la presse, pleine de bruits et de rumeurs » art. cit.

33 Penfold (Ruth), « The Star’s Image, Victimization and Celebrity Culture », Punishment & Society, 6.3, 2004, p. 296.

34 Curnonsky, « Le rapt de l’enfant prodige », Paris-Soir, 7 mars 1932. Source : Simard-Houde (Mélodie), « Rapport sur Paris-Soir », 2015.

35 « Le fils de Lindbergh est trouvé mort », Le Canada, 13 mai 1932. Source : Coutu-Perreault (Jérémi), op. cit.

36 L’Illustration, 22 septembre 1934. Source : Boucher Lauzon (Jeanne), « Rapport sur L’Illustration », 2015.

37 L’Intransigeant, 20 avril 1932. Source : Vérilhac (Yoan), « Rapport sur L’Intransigeant », 2015.

38 L’Intransigeant, 14 mai 1932. Source : Vérilhac (Yoan), op. cit.

39 Sources : Coutu-Perreault (Jérémi), op. cit. ; Corbeil (Marie-Christine), op. cit.

40 L’Intransigeant, 24 janvier 1935. Source : Vérilhac (Yoan), op. cit.

41 Hixe, « Un peu de modestie svp. », Le Peuple, 16 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

42 L’expression de « vaudeville tragique » paraît dans La Patrie, le 5 avril 1936. Source : Corbeil (Marie-Christine), op. cit.

43 Asselin (Olivar), « À propos de l’Affaire Lindbergh », Le Canada, 15 mai 1932. Source : Coutu-Perreault (Jérémi), op. cit.

44 L’Humanité, 2 avril 1936. Source : Demougin (Laure), « Rapport sur L’Humanité », 2015.

45 Hixe, « Supériorité ? Infériorité ? », Le Peuple, 9 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

46 Hixe, « Un peu de modestie svp. », Le Peuple, 16 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

47 Casimir, « La revanche de l’Europe », Le Soir, 16 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

48 Voir l’article de Labasse (Bertrand), « Sexe, sang et physique des particules : le “sensationnalisme” est-il partout… ou nulle part ? », Cahiers du journalisme, n° 24, été 2012, p. 114-149.

49 Voir, dans ce dossier, l’article de Katsanos (Filippos), « Presses respectables et criminelles : Charles Lindbergh, le crime du siècle et la querelle anglo-américaine sur le journalisme », COnTEXTES, 24 | 2019, consulté le 29 juin 2019. URL : https://journals.openedition.org/contextes/8245. Voir aussi Boorstin (Daniel J.), Le triomphe de l’image : une histoire des pseudo-événements en Amérique, Montréal, Lux, « Mémoire des Amériques », 2012, p. 110. Selon l’auteur, dans les 24 premières heures suivant l’annonce de l’enlèvement, 50 000 mots avaient été rédigés sur l’événement, 30 000 le surlendemain et 10 000 trois jours après.

50 Labasse (Bertrand), art. cit., p. 121.

51 Fass (Paula S.), op. cit., p. 108.

52 Sanvoisin (Gaetan), « Le rapt du fils de Lindbergh », Le Soir, 8 mars 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

53 Amicus, « Carnet du philosophe », Le Vingtième Siècle, 29 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

54 L’Humanité, 14 mai 1932. Source : Demougin (Laure), op. cit.

55 Hixe, « Méthodes spéciales », Le Peuple, 17 juin 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

56 « Condamnés à mort graciés “in extremis” », La Libre Belgique, 16 janvier 1936. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

57 Dans le numéro du 5 avril 1936, on trouve même cette publicité : « La chaise électrique, chanson dramatique avec 6 autres chansons ». Source : Corbeil (Marie-Christine), op. cit.

58 La Patrie, 31 mars 1936. Source : Corbeil (Marie-Christine), op. cit.

59 La Patrie, « Leur justice et la nôtre », 5 avril 1936. Source : Corbeil (Marie-Christine), op. cit.

60 Le Petit Journal, 18 avril 1936. Source : Rime (Jean), op. cit.

61 Le Petit Journal, 2 avril 1936. Source : Rime (Jean), op. cit.

62 L’emploi du mot est attesté en France au début des années 1930 : la presse l’emploie dès 1928, mais accompagné de traduction (par exemple L’Humanité du 2 novembre 1928) ou en italiques.

63 Le « Scarface » d’Howard Hawks sort aux États-Unis le 9 avril 1932, sommet d’une vague de films de gangsters à succès. Voir Mason (Fran), American Gangster Cinema: From ‘Little Caesar’ to ‘Pulp Fiction’, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2002 ; particulièrement, la chronologie p. 9. Sur les films américains diffusés durant l’affaire, voir infra l’article de Devantéry (Clio) et Haver (Gianni), « Le fait divers comme parabole de l’altérité. Le traitement médiatique de l’affaire Lindbergh dans la presse suisse romande », COnTEXTES, 24 | 2019, consulté le 29 juin 2019. URL : https://journals.openedition.org/contextes/8263.

64 Piccolo, « Choses d’Amérique », Le Soir, 6 juin 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

65 Puck, « De l’outlaw au gangster », Le Soir, 25 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

66 L’Autorité, 14 mai 1932. Source : Aron (Paul) et Gemis (Vanessa), op. cit.

67 Fisher (Jim), The Lindbergh Case: A Story of Two Lives, New Brunswick, Rutgers University Press, 1994.

68 Scaduto (Anthony), Scapegoat: The Lonesome Death of Bruno Richard Hauptmann, Putnam, 1976.

69 Fisher (Jim), op. cit., p. XIV.

70 Id., p. XV.

71 Ainsi du Parisien en ligne qui, le 22 octobre 2015, rappelle sa une du 23 octobre 1985 : Harold Olson y revendique être le bébé Lindbergh. On trouve ensuite les pages du Petit Parisien liées à l’enlèvement. Pour le domaine suisse, 24 heures publie en ligne le 3 mars 2015 les archives de la Feuille d’avis de Lausanne concernant l’enlèvement du bébé Lindbergh.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Demougin, « L’affaire Lindbergh ou la propagation du sensationnel », COnTEXTES [En ligne], 24 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8211 ; DOI : 10.4000/contextes.8211

Haut de page

Auteur

Laure Demougin

Université Laval

Haut de page