Navigation – Plan du site
La circulation de l'affaire dans le temps et dans l'espace

Mutations et usages d’un mythe médiatique : l’Aviateur héroïque reconfiguré par l’affaire Lindbergh

Mélodie Simard-Houde

Texte intégral

  • 1 Herrick (Myron T.), « Préface », à Lindbergh (Charles), Mon avion et moi. Ma vie depuis mon enfance (...)

« […] il se dressa, parmi les clameurs des foules, comme la personnification même du jeune Américain sans peur, généreux, cultivé, que rien n’a gâté, que rien ne peut gâter1. »

Prologue – Lindbergh avant l’Affaire

  • 2 Wohl (Robert), The Spectacle of Flight. Aviation and the Western Imagination, 1920-1950 et A Passio (...)
  • 3 « [...] the solitary Frontiersman ». Wohl (Robert), A Passion for Wings, op. cit., p. 11.
  • 4 Décrit par Paul Bleton, le mythe de l’Ouest américain et ses personnages typés sont, comme le mythe (...)
  • 5 Wohl (Robert), A Passion for Wings, op. cit., p. 26, selon le portrait tracé par François Peyrey da (...)
  • 6 Herrick (Myron T.), « Préface », loc. cit., p. x.

1À son atterrissage au Bourget, Charles Lindbergh connaît une célébrité telle que son éclat semble inaltérable. La traversée de l’Atlantique se présente comme la victoire de l’homme sur les éléments, exaltant la technique moderne, et une entreprise spirituelle dans laquelle communient les foules, qu’elles soient rassemblées sur le terrain d’atterrissage ou, de manière virtuelle, dans la lecture des journaux. La prouesse survient à un moment phare du développement de l’aviation – en France, l’année 1927 est celle de la création de la Compagnie générale Aéropostale –, mais l’exploit s’inscrit aussi dans une culture aérienne établie, un tissu de représentations littéraires, picturales et médiatiques né avec les essais pionniers des années 19002. Avant Lindbergh, l’aviateur Wilbur Wright a connu une célébrité médiatique en France dès 1908, à la suite de démonstrations de vol auxquelles assistent des journalistes parisiens. Entretemps sont intervenus les premiers pas de l’aviation militaire, puis commerciale et une longue série de raids aériens à caractère sportif, que le discours de presse a saisis pour instituer les aviateurs en héros de premier plan. Cependant, comme l’a souligné Robert Wohl, le Lindbergh de 1927 compose une figure singulière, qui doit beaucoup à celle de Wright, son prédécesseur américain, puisqu’il est comme lui un héros taciturne dont les journalistes décrivent le regard brillant et la force de caractère, « homme solitaire de la “Frontier3” », c’est-à-dire passeur entre l’Est et l’Ouest, comme le veut l’imaginaire du mythe américain4, en apparence simple, timide et réservé5. Myron T. Herrick, ambassadeur des États-Unis à Paris, écrit peu après la traversée de l’Atlantique que Lindbergh incarne « un exemple de l’idéalisme, du caractère et de la conduite des Américains6 ».

  • 7 Lindbergh (Charles), « We », New York, G. P. Putnam’s Sons, 1927.
  • 8 Cette autobiographie est traduite en France, dès 1927, sous un titre qui ajoute à cette image de si (...)
  • 9 Mortane (Jacques), La chevauchée des mers. Blériot, Garros, Lindbergh, Paris, Baudinière, 1927, p.  (...)
  • 10 Ces deux exemples ont été traités respectivement par Damien Accoulon et par Isabel Morujão dans le (...)

2Il s’agit d’une image sérieuse entretenue par Lindbergh lui-même dans son autobiographie We7, publiée dans la foulée de l’exploit. Ce récit sobre, parfois technicien, déploie la silhouette d’un pilote certes acrobate et téméraire, mais préoccupé par le développement de l’aviation commerciale avant toute chose et se tenant à distance du mythe de l’aviateur héroïque8, ce dernier étant entendu comme un ensemble de représentations attachées aux aviateurs pionniers, un imaginaire qui s’est constitué au tournant du xixe siècle en héritant des représentations des aéronautes et en s’incarnant dans la diversité des productions de la culture médiatique (presse, littérature, cartes postales, peinture, mode, objets décoratifs, etc.). La réserve de Lindbergh, en effet, tranche avec l’image courante du héros aviateur jouissant de sa célébrité, comme le notait le journaliste Jacques Mortane au lendemain de l’exploit9. Avant Lindbergh, d’autres aviateurs pionniers ont entretenu beaucoup plus volontiers leur image médiatique, tel Alberto Santos-Dumont, aéronaute et aviateur franco-brésilien des années 1900 abondamment dépeint par la presse sportive et mondaine ou, plus tard, les « as » de la Première Guerre mondiale que Mortane, prolifique polygraphe de la littérature et du journalisme aéronautiques en France, a l’habitude de mettre en scène en héros chevaleresques et patriotiques. Pour plusieurs, la visibilité médiatique est importante et même profitable, dans la mesure où elle permet la conversion des exploits aéronautiques dans d’autres sphères. L’as français René Fonck, par exemple, tente dans les années 1920 une double conversion de sa célébrité, en s’impliquant en politique et en tentant des raids sportifs. Pour d’autres, tel Sarmento de Beires, au Portugal, les médias sont un levier financier majeur et permettent d’amasser les sommes nécessaires à l’achat d’un appareil10.

  • 11 Pour une analyse comparée des traits généraux de la figure héroïque de l’aviateur dans la culture o (...)
  • 12 Lindbergh (Charles), Mon avion et moi, op. cit., p. 30.
  • 13 Ibid., p. 205.
  • 14 Ibid., p. 248.
  • 15 Ibid., p. 279.

3Pourtant, Linbdergh, en dépit de la mise à distance des médias et de la réserve qui le singularisent parmi les aviateurs contemporains, présente également des traits emblématiques du mythe de l’aviateur, tel qu’il circule alors dans les sociétés occidentales : on admire en lui le courage sans faille qui permet de braver la mort, la pureté de l’idéal, le dévouement et la jeunesse d’une figure filiale qui s’inquiète d’abord de transmettre la nouvelle de sa réussite à sa mère, et qui réactive les réminiscences mythiques habituelles des récits d’aviation du début du xxe siècle, d’Ulysse à Icare11. Par ailleurs, s’il est discret, Lindbergh n’est pas indifférent ; il soigne son image médiatique et semble se plaire à nourrir certains traits qui lui resteront associés, comme la solitude du pilote : « Être absolument seul pour la première fois dans la carlingue d’un avion à des centaines de mètres au-dessus du sol, c’est une aventure qui ne s’oublie pas12 », écrit-il en évoquant son apprentissage. Sa modestie, quant à elle, semble presque maladive, si l’on en croit la « Note de l’éditeur américain » figurant dans son autobiographie. Signe du malaise de Lindbergh vis-à-vis des médias, cette note précise que l’aviateur n’a pas été capable de narrer sa réception en Europe puis aux États-Unis, ce pourquoi l’épilogue du récit a été rédigé « à la troisième personne par un écrivain de son choix », Fitzhugh Green13. Ce dernier insiste pour sa part sur la simplicité et l’aisance d’un « diplomate » naturel aux actions d’une parfaite correction, aux yeux « clairs » et au « sourire vif »14. Lindbergh assure aussi par lui-même son inscription dans la lignée des Wright, en plaçant son autobiographie sous l’ombre portée des frères américains15.

  • 16 On peut penser notamment au roman L’Équipage (1923) de ce dernier, qui contribue à fixer dans la fi (...)
  • 17 Auteur de la biographie de l’as français Guynemer : Le chevalier de l’air. Vie héroïque de Guynemer(...)
  • 18 Van Every (Dale) et de Haven Tracy (Morris), La vie de Lindbergh, Paris, Payot, 1927, p. 149.
  • 19 Auteurs du volume mentionné dans la note précédente.
  • 20 Wohl (Robert), A Passion for Wings, op. cit., p. 282, note 92.
  • 21 Mortane (Jacques), La chevauchée des mers. Blériot, Garros, Lindbergh, op. cit., p. 244.
  • 22 Ibid., p. 258.
  • 23 Pour une présentation générale de l’affaire Lindbergh, de la chronologie des épisodes qui la compos (...)
  • 24 Mortane (Jacques), La chevauchée des mers. Blériot, Garros, Lindbergh, op. cit., p. 261.
  • 25 Pour plus de détails sur ce refus de la surexposition et les incidents auxquels il donne lieu, nota (...)

4Certes, maints journalistes et écrivains ont associé, plus largement, plusieurs de ces traits – solitude, modestie, idéalisme, le tout souvent exprimé par le prisme d’un regard clair et singulier – à la figure stéréotypée de l’aviateur, de Jacques Mortane à Joseph Kessel16, en passant par Henry Bordeaux17. C’est là une spécificité du héros médiatique que de se décliner dans une série – celle des personnages fictionnels et des individus incarnant le type héroïque dans la diversité des productions culturelles contemporaines – et d’activer des motifs attendus. Ce trait structurel renvoie à la fonction du héros : il incarne tout autant le caractère exceptionnel d’un destin qu’un possible méritocratique, puisque la réussite de l’aviateur, comme celle du sportif, est décrite par les contemporains comme reposant avant tout sur des qualités personnelles, sur un mérite individuel plutôt que sur un capital social et symbolique hérité. Toutefois les portraits de Wright et de Lindbergh accentueraient davantage que ceux des autres pilotes l’isolement de « l’aviateur solitaire venant de l’Ouest18 », selon la perception de deux biographes américains de Lindbergh (travaillant en 1927 pour l’agence United Press à partir d’un dossier de coupures de presse)19. Lindbergh apparaît à ses contemporains indifférent à la célébrité, plus technicien qu’aventurier20. Jacques Mortane souligne les « manières timides » de l’aviateur, « son manque de loquacité »21, son retrait rapide, le soir même de l’arrivée au Bourget, hors des projecteurs : « Et c’est une ombre de tristesse pour toute cette multitude qui aime Lindbergh pour son audace et voudrait le lui montrer22. » De manière intuitive, peut-être orienté en cela par son expérience de journaliste aéronautique, Mortane met le doigt, dès 1927, sur ce qui deviendra, dans les années 1930, l’un des ressorts de l’« affaire Lindbergh » – expression par laquelle les contributions du présent dossier désignent l’enlèvement du bébé de Charles Lindbergh, en 1932, l’enquête policière et le procès qui en sont les suites, ainsi que la construction de cette affaire par les médias internationaux23 : ce ressort est l’ambivalence d’une figure médiatique apparemment peu modelée pour la célébrité et qui – préfigure Mortane – « devait regretter le revers de sa gloire, qui le rendait esclave de toutes les notabilités, lui, l’homme libre, vainqueur de l’espace24 ». De fait, il est exact que dès la préparation de sa traversée et avant même d’acquérir une célébrité internationale, Lindberg entendait préserver son intimité des entreprises publicitaires et se montrait méfiant envers la presse, une attitude qui s’accentue après l’exploit de 1927 et lui vaut certaines inimitiés journalistiques dès avant 193225.

  • 26 Corpus limité au monde francophone en cohérence avec le corpus de presse francophone (France, Belgi (...)
  • 27 Van Every (Dale) et de Haven Tracy (Morris), La vie de Lindbergh, op. cit., p. 49.
  • 28 Grignon (Claude-Henri), Le secret de Lindbergh, Montréal, Éditions de la Porte d’or, 1928.
  • 29 Ibid., p. 67.
  • 30 Ibid., p. 108.
  • 31 Van Every (Dale) et de Haven Tracy (Morris), La vie de Lindbergh, op. cit, p. 150.
  • 32 Ibid., p. 18.
  • 33 Ibid., p. 184.
  • 34 Mortane (Jacques), La chevauchée des mers, op. cit., p. 5.
  • 35 Grignon (Claude-Henri), Le secret de Lindbergh, op. cit.

5L’importance de cette ambivalence comme ressort médiatique demande, avant d’aborder la construction de l’image de Lindbergh par la presse durant l’affaire de 1932-1936, qui constitue le cœur de notre propos, d’examiner un peu plus avant de quoi est faite l’image de Lindbergh au lendemain de 1927, en s’appuyant sur les premières biographies qui ont rapidement pérennisé son exploit dans le monde francophone26. Reprenant la plupart des éléments mis en place par Lindbergh dans Mon avion et moi, tout en leur joignant des traits chevaleresques et un ton élogieux, les biographes tracent des récits téléologiques où tout semble destiner le petit Charles, enfant, à devenir le grand Lindbergh. Ils insistent sur la solitude du héros : Lindbergh est un « loup solitaire27 », un enfant rêveur, méditatif, un « timide aux yeux bleus », singularisé et isolé dès la petite école, refusant le jugement des hommes28, voire « perdu » parmi eux29, plus tard trouvant dans le vol une solitude ardemment désirée30. Si ces biographies francophones publiées dans le sillage immédiat de l’exploit (1927-1928) sont toutes plus ou moins hagiographiques, Lindbergh n’y est pas également héroïsé : pour certains il est un homme simple, « reconnu comme un héros principalement parce qu’il n’y avait rien d’héroïque en lui31 », un « garçon sérieux32 » et désintéressé. À ce point de la construction médiatique de l’image de Lindbergh, la mise en avant de la modestie et du désintéressement de l’aviateur, cependant, n’entre pas en contradiction avec le discours hagiographique ; par un détour, elle fait de Lindbergh un héros simplement ordinaire. En outre, cet humanisme ne brime en rien le recours à une tonalité épique, l’aviateur ayant vaincu les obstacles techniques et naturels, et symbolisant « le plus haut désir de l’homme […], l’avenir de la race33 ». D’autres, comme Mortane, investissent avec moins de ménagement la figure du surhomme, faisant de Lindbergh un « ange descendu des cieux34 ». Au Canada, Claude-Henri Grignon exploite les registres poétique et épique, traçant une biographie particulièrement lyrique, romancée et fictionnalisée, au ton moralisateur, qui désigne Lindbergh, poète des nuées, en exemple pour la jeunesse35.

  • 36 On se reportera à la « Chronologie » qui accompagne le présent dossier (url : http://journals.opene (...)
  • 37 Penfold (Ruth), « The Star’s Image, Victimization and Celebrity Culture », Punishment & Society, vo (...)

6Dès 1927 se dessine ainsi une image en demi-teinte : le chercheur averti y décèle des traits matriciels au potentiel problématique (amour de la solitude, refus de la célébrité), qui seront exploités comme on le verra dans le récit du fait divers, dont la chronologie se déroule de l’enlèvement de 1932 à l’exécution du ravisseur présumé du bébé, Bruno Hauptmann, en 1936, après un procès retentissant36. Et pourtant il demeure qu’en dépit (ou par la grâce) de sa réserve et de son sérieux, Lindbergh, en 1927, est l’une des incarnations emblématiques du mythe du conquérant du ciel. Mortane, comme Grignon ou Van Every et Haven Tracy convoquent à son propos l’image attendue du « chevalier du ciel », telle que décrite précédemment, figure héroïque de la culture médiatique contemporaine, tissée de courage, de pureté, d’idéalisme. Or, l’affaire Lindbergh, entre 1932 et 1936, tout en prenant appui sur ces traits du héros aviateur, a profondément reconfiguré son image médiatique. Autrement dit, l’image et la célébrité préalables de Lindbergh, tributaires des représentations des aviateurs dans la culture contemporaine, ont contribué à instituer l’affaire Lindbergh, mais celle-ci a, en retour, imprimé sa marque sur l’itinéraire et la mémoire du héros et sans doute même, plus largement, sur l’imaginaire de l’aviation. L’événement apparaît comme un nœud qui infléchit le récit de la vie de Lindbergh, entendu comme la narration issue de la série des productions et des discours médiatiques. Ruth Penfold a défendu une idée semblable : pour elle, l’impact de l’affaire est lié à la célébrité de Lindbergh, mais, en retour, l’image de la célébrité s’y est autonomisée pour muter et devenir performative, suscitant la « victimisation » de l’aviateur37.

7Il y a lieu d’approfondir ce constat et les causes de la mutation de l’image de Lindbergh en interrogeant les rouages stylistiques du discours de presse et de l’énonciation éditoriale, au cœur du fonctionnement de l’événement médiatique, et en étudiant la manière dont ce discours travaille et reconfigure les traits de la posture médiatique (solitude, taciturnité, isolement, sérieux) attachés dès 1927 à l’aviateur. Pour ce faire, il paraît essentiel d’envisager l’image individuelle de Lindbergh en relation avec des sources collectives (intertextes et imaginaires sociaux), des contextes de réception (variant selon les pays francophones envisagés par le présent dossier, soit la France, le Canada et la Belgique) et des usages politiques qu’elle rassemble en faisceau. Dans ce cadre, je m’attacherai particulièrement aux connotations de l’imaginaire aéronautique et aux liens entre les figures de l’aviateur, du criminel et du héros en culture médiatique.

L’aviateur, mythe et figure communicationnelle

  • 38 Michel Maffesoli envisage le fait divers comme « une des multiples formes d’agrégation sociale, un (...)
  • 39 Autant de motifs convoqués dans la postface de Green (Fitzhugh), « Aperçu de ce que le monde a pens (...)
  • 40 Ibid., p. 280.

8La figure de Lindbergh, en tant qu’aviateur, acquiert un grand poids symbolique dans une affaire où les moyens de transport, les messages et leurs supports médiatiques jouent un rôle de premier plan. L’affaire Lindbergh, en raison de l’exhibition des liaisons entre les individus que les journaux mettent constamment en avant tout au long de son déroulement, exacerbe la fonction d’agrégation sociale que Michel Maffesoli attribue au fait divers38. Il n’est pas anodin que la profession et le destin de l’un de ses personnages centraux mettent en abyme la place occupée dans l’affaire par le problème de la technologie et de la communication modernes. L’aviateur, les premières biographies de Lindbergh l’illustrent, est une figure communicationnelle à bien des égards : employé par l’aviation postale, Lindbergh transporte du courrier et des passagers, relie les territoires par une route intangible, à l’instar du fil télégraphique, tisse les relations diplomatiques, supporte des rumeurs et des discours39. Ainsi, la réponse du public à sa célébrité soudaine, en 1927, semble prendre la forme d’un geste circulaire, presque réflexif : on lui souhaite la bienvenue, à son retour à Saint-Louis, par le biais de milliers de lettres et de télégrammes transportés par la voie de la poste aérienne, entreprise pour laquelle lui-même a travaillé l’année précédente, en 192640. Cet imaginaire associé à la figure de Lindbergh aviateur a pu contribuer à préparer l’exploitation du motif de la communication dans l’affaire de l’enlèvement.

  • 41 Pour Robert Wohl, c’est le principal facteur de la médiatisation forcenée de son exploit. The Spect (...)
  • 42 Pinson (Guillaume), La culture médiatique francophone en Europe et en Amérique du Nord, de 1760 à l (...)
  • 43 Van Every (Dale) et de Haven Tracy (Morris), La vie de Lindbergh, op. cit., p. 156, 170, 171, 183-2 (...)
  • 44 Ibid., p. 214.

9Relais, objet et cible d’information, Lindbergh a de plus réalisé un exploit fortement déterminé par la symbolique communicationnelle qu’il active : avant lui, deux aviateurs anglais ont relié Terre-Neuve et l’Irlande dès 1919, mais Lindbergh se distingue car il a touché deux pôles médiatiques de première importance, New York et Paris, symboles de la modernité urbaine et du progrès technique41, ayant joué un rôle central dans le développement du réseau de circulation de l’information journalistique depuis le xixe siècle42. Les biographes de Lindbergh évoquent en ce sens la médiatisation intense et les offres publicitaires précédant et faisant aussitôt suite à la traversée43, l’intérêt médiatique international qui donne lieu à une prolifération d’informations, de rumeurs ainsi que de commentaires métadiscursifs sur l’information et sur l’opération de liaison effectuée par l’aviateur : « Paris et New-York, la France et l’Amérique, venaient d’être reliés l’un à l’autre par la voie des airs44 », concluent Dale Van Every et Morris de Haven Tracy après la description détaillée des échos médiatiques du vol, comme pour souligner la parenté entre la circulation du discours journalistique et celle de l’aviateur entre les continents.

  • 45 Boorstin (Daniel J.), Le triomphe de l’image : une histoire des pseudo-événements en Amérique, Mont (...)
  • 46 Ibid., p. 101.

10L’affaire de 1932-1936 réitère en mode tragique la démonstration du progrès technique et communicationnel effectuée en 1927 : elle renferme un même caractère circulaire, les médias en venant rapidement à parler d’eux-mêmes. C’est ce qui a permis à Daniel J. Boorstin de la désigner comme « pseudo-événement » tautologique, où l’information concerne la fabrique même de l’information45. Pour Boorstin, l’exploit de 1927 comme l’affaire témoignent de la logique circulaire de la fabrication d’une célébrité médiatique volatile, car tributaires de l’actualité46. De fait, comme la presse a donné naissance au héros Lindbergh en 1927, elle lui portera atteinte en 1932-1936, ainsi qu’on va le voir : les deux mouvements signalent la prééminence des médias dans la construction des héros modernes, puisque les premiers peuvent tisser et orienter de façon positive ou négative les représentations des conduites publiques des seconds et contrôler, dans une large mesure, les modalités et le sens de leur visibilité.

  • 47 Boucher (François Emmanuel), David (Sylvain) & Prévost (Maxime) (dir.), Mythologies du superhéros. (...)
  • 48 Sur les représentations de l’aérostation et des aéronautes, voir : Thébaud-Sorger (Marie), L’aérost (...)
  • 49 Odaert (Olivier), « L’aviateur dans la littérature française de 1909 à 1923. Une incarnation du “my (...)
  • 50 Tant chez des éditeurs populaires, comme Baudinière, qui a fait une large place aux collections aér (...)

11En plus d’être l’emblème du caractère circulaire du thème de la communication dans l’affaire, la figure de l’aviateur constitue alors, comme je l’ai signalé, un mythe moderne qui renvoie à un ensemble de représentations, pour partie transnationales et stéréotypées. Cette figure est mythe dans la mesure où elle rassemble un ensemble de traits, de métaphores et de scénarios narratifs codifiés, identifiables, repris (avec variations) par différents supports et types de discours, du cinéma à la presse nationale, de la poésie aux fascicules de l’édition populaire. Cet ensemble de représentations, collectif et transmédiatique, porteur de significations sociales, s’offre à divers usages politiques et répond à la définition du mythe moderne esquissée par la sociocritique47. De fait, les raids aériens sont abondamment relayés par la presse et les pilotes jouissent d’une visibilité médiatique hors de leur nation d’origine, d’abord puisque les aviateurs eux-mêmes, avant leurs représentations, franchissent les frontières. En France, par exemple, les reporters de la presse quotidienne reprennent en cœur le topos, né avec l’aviation pionnière de la « Belle Époque » (elle-même héritière des représentations des aéronautes des xviiie et xixe siècles48) puis renforcé pendant la Première Guerre mondiale, de l’aviateur sillonnant un espace vierge porteur de connotations métaphysiques, de dangers, de promesses techniques et de sensations nouvelles : l’aviateur est un héros s’élevant au-dessus des hommes et annonçant le monde à venir, risquant sa vie au profit de la nation, dans le combat aérien ou pour le transport du courrier. Il convoque des figures mythologiques anciennes49. Dans ce registre, les journaux consacrent régulièrement des « unes » aux raids aériens glorieux et aux disparitions d’aviateurs, tandis qu’un important ensemble de littérature aéronautique prolifère50, tout autant le fait de journalistes et d’écrivains que d’aviateurs (Lindbergh n’est ni le premier ni le dernier d’une longue série de pionniers de l’aéronautique ayant pris la plume pour raconter leurs exploits) qui relaient un faisceau de représentations codifiées.

  • 51 C’est l’un des facteurs du traitement médiatique de l’affaire souligné par les observateurs contemp (...)

12Cette construction préalable du mythe de l’aviateur, qui dépasse la seule figure de Lindbergh, participe sans nul doute de l’ampleur prise par l’affaire de l’enlèvement du bébé. Certes y jouent les ressorts émotifs de l’enlèvement, qui peuvent atteindre un lectorat diversifié, au-delà des frontières sociales ou nationales51. Mais l’affaire est d’abord rendue possible par la célébrité de Lindbergh, elle-même tributaire d’un mythe transnational auquel est associé un imaginaire qui a contribué à préparer l’exploitation du motif de la communication en culture médiatique.

Le héros et sa Némésis : la fabrique sérielle des images

  • 52 Cet article porte en premier lieu sur le corpus français, mais les exemples canadiens et belges ser (...)
  • 53 Gourdin (Patrice), « Image de l’aviateur dans les films français de l’entre-deux-guerres », Guerres (...)
  • 54 « Linbdergh était allé au rendez-vous… », L’Intransigeant, 5 mars 1932, p. 1.
  • 55 Causse (Pierre), « Où est le fils de Lindbergh ? Enlevé depuis 53 jours… », L’Intransigeant, 25 avr (...)

13Dans tous les corpus de presse nationaux dépouillés52, le traitement de l’affaire se caractérise par la formation d’un système de personnages stéréotypés supportant une mise en scène dramatique. Dans la distribution des rôles, Lindbergh incarne le type de « l’aviateur », selon un scénario cependant fort différent des configurations narratives habituelles du discours social contemporain en France et, plus largement, dans les pays occidentaux. Héros épique de la presse ou du roman d’aventures, héros sentimental du cinéma53, l’aviateur devient ici une victime du sort. Néanmoins, dans ce nouveau rôle, il est dans un premier temps fortement idéalisé, selon l’image médiatique préalable de Lindbergh. Tandis que « presque toute la population [américaine] […] témoigne sa sympathie aux infortunés parents54 », le héros se montre, dans le drame, conforme à la sobriété de son image antérieure, sans que celle-ci ne paraisse problématique : « […] Lindbergh, grand, “bon”, modeste et simple, avait cherché refuge [dans sa propriété de Hopewell] contre l’indiscrète curiosité que provoque la gloire […]55. » Sa volonté de solitude semble naturelle et n’entre pas en conflit avec le rassemblement qu’appelle sa grande célébrité : les lecteurs se sentent interpellés, veulent joindre l’enquête, envoient des messages au couple.

  • 56 Picard (Nicolas), « Une autre forme d’“apothéose infâme”. Médias et public face à la célébrité crim (...)

14 Le moment du procès de Hauptmann, à l’hiver 1935, même s’il n’en est pas le seul jalon, est fondamental dans le processus de reconfiguration de l’image de Lindbergh. Un face-à-face s’y dessine entre l’aviateur qui demande justice et l’accusé qui entre en scène. A priori, l’étoffe héroïque du premier ne semble pas atteinte par cette confrontation. Si le traitement de la figure de Bruno Richard Hauptmann témoigne de la médiatisation, alors peu embarrassée de réflexion éthique, des figures de criminels dans la France des années trente56, celle-ci paraît d’abord atténuée par la mise en parallèle manichéenne et condamnatrice du criminel et du héros-victime. Associé à la mise en scène médiatique du procès, qui insiste sur la théâtralité de l’événement, ce parallélisme dessine une scénographie rhétorique, exprimée par l’énonciation éditoriale. Elle instaure un duel contrasté entre les deux hommes, comme dans ce titre à disposition symétrique en une de Paris-Soir :

Fig. 1 — Paris-Soir, 4 janvier 1935.

  • 57 Détective emploie l’expression « affaire Hauptmann » le 6 avril 1935, tandis qu’un titre de L’Écho (...)
  • 58 9 janvier 1935.

15Le procès est aussi le moment d’un renversement dans la dénomination : l’« affaire Lindbergh » devient « affaire Hauptmann »57, un basculement qui contribue à placer en vis-à-vis les deux personnages. Cette scène judiciaire n’évacue pas, au contraire, la figure de Lindbergh ; elle permet le surgissement d’un parallélisme fort, qui est davantage qu’une simple opposition dans la mesure où il est également porteur de similitudes entre victime et accusé. Le nom de Lindbergh ne tarde pas à réapparaître : après avoir titré « Le procès Hauptmann », Paris-Soir tâtonne et tente le surtitre « Le procès Hauptmann-Lindbergh58 ».

  • 59 Launay (Guy), « Le Verdict de Flemington », Le Matin, 20 février 1935.
  • 60 4 janvier 1935, p. 1.
  • 61 L’Intransigeant, 30 janvier 1935, p. 3.
  • 62 « Le procureur Willentz imite avec Hauptmann le jeu du chat et de la souris », Paris-Soir, 30 janvi (...)

16La symétrie est porteuse d’implications politiques disséminées dans le discours de presse. Les deux hommes sont revêtus de mystiques nationales contrastées, selon l’expression de Raymond Lange à L’Intransigeant, qui parle d’une « mystique lindberghienne », le 6 janvier 1935, pour désigner l’aura de l’aviateur et sa faculté de susciter une émotion collective quasi religieuse. Face à l’Américain, Hauptmann symbolise une autre mystique, germanique, selon une logique qui superpose à l’axiologie victime/criminel une seconde axiologie, nationale et tout autant manichéenne. Dans cette perspective, les origines allemandes de Hauptmann et son immigration illégale aux États-Unis (en 1923) sont rappelées par des désignations comme « cet Allemand émigré59 ». La nationalité est brandie comme une preuve dans le processus judiciaire. L’accent allemand de l’accusé, que Le Petit Journal « reproduit » dans l’orthographe d’un titre, correspondrait à celui de l’intermédiaire de 1932 : « “HEY DOKTOR” / À ce cri Lindbergh reconnaît en Hauptmann son interlocuteur d’une nuit dans un cimetière60 ». Un autre élément introduit par le procureur Willentz nourrit l’interprétation nationaliste de droite et anti-germanique à laquelle paraît adhérer L’Intransigeant, comme la majorité des titres de la presse française d’information de l’époque : « le mysticisme germanique qui [marque] la volonté d’Hauptmann, et l’admiration profonde de l’accusé pour l’aviateur allemand Manfred von Richtofen, dont il [connaît] la biographie par cœur61 ». Dans Paris-Soir, Jacques Fransalès considère ce fait « des plus intéressants62 » et évoque une hypothèse des psychiatres selon laquelle Hauptmann aurait pu « [vouloir] venger l’as allemand ». Le fait divers s’érige en prolongement du conflit mondial et l’opposition entre les deux protagonistes renvoie à l’antagonisme entre leurs nations respectives, dont ils incarneraient l’essence : l’esprit démocratique, la faculté de rassemblement de Lindbergh sont opposés à autre chose, qui relève confusément du mal, de l’entêtement dans l’erreur, de la violence.

  • 63 Videla, Le Petit Parisien, 5 janvier 1935.
  • 64 Paris-Soir, 26 janvier 1935, p. 5.

17Et pourtant, en dépit de ces polarisations, une série de caractéristiques communes apparentent, de manière incongrue, Lindbergh et Hauptmann. Les opposants, semble insinuer la presse, sont aussi des figures gémellaires, produits d’une série médiatique. Ils se rapprochent par une économie de paroles et de gestes. Autour d’eux, la charge pathétique est exprimée tacitement par un langage corporel et des expressions faciales, dont l’effet est d’autant plus fort que tous deux sont habituellement mesurés et impassibles. Lors de ses premières apparitions en cour, Hauptmann semble dénué d’émotion ; la plus « légère expression sur [son] visage63 » est scrutée. Davantage que ses paroles, son regard énigmatique attire l’attention, « le regard décentré des renards et des loups64 » :

Fig. 2 — Paris-Soir, 8 février 1935.

  • 65 Treize (Serge), « Lindbergh accorde à “Paris-Soir” sa première interview depuis son arrivée en Euro (...)
  • 66 Ibid. Voir aussi Jacques Fransalès, « Le second fils de Lindbergh est à son tour menacé de rapt par (...)
  • 67 Fransalès (Jacques), « Le procès Flemington. Entre le colonel Lindbergh et l’avocat de Hauptmann un (...)
  • 68 Ibid.

18Or, Lindbergh se caractérise aussi par la particularité de son regard, le « regard éloigné des aviateurs et des marins65 » (décrit dans une construction syntaxique identique à la citation précédente). La qualité de sa voix – sourde, posée, au « verbe rare et précis66 », au « ton bref, simple et mesuré67 » – contraste avec celle, « tonitruante68 », de l’avocat Reilly.

  • 69 Le Figaro, 5 janvier 1935 et L’Intransigeant, 16 février 1935, p. 3.

19En contrepoint de l’impassibilité des deux protagonistes, l’émotion de leurs femmes dessine un second duo en miroir. Les deux femmes, qui font figure de matres dolorosae, vivent chacune un « calvaire69 », décrit en convoquant une imagerie conséquente :

Fig. 3 — Une de L’Intransigeant, 5 avril 1936.

Fig. 4 — Une du Petit Parisien, 4 janvier 1935.

20Les deux images soulignent par les légendes (et le montage, dans le premier cas) la ressemblance entre l’enfant Hauptmann et le défunt bébé. La photographie du bas [Fig. 4], par le drapé couvrant le bras de la femme de Hauptmann, la pose mettant en valeur ses mains protégeant l’enfant et son expression relativement neutre et calme, que l’on pourrait qualifier de songeuse ou de résignée, rappelle les portraits de Vierge à l’enfant et active une intericonicité biblique qui sera appuyée l’année suivante, en 1936, par une photographie largement diffusée de Charles Lindbergh portant son second fils, Jon, à son arrivée à Liverpool :

Fig. 5 — Une de Paris-Soir, 2 janvier 1936.

21Une étrange série de « baby » est donnée à voir : le fils du couple Hauptmann a environ le même âge que Jon Lindbergh, petit frère du défunt bébé Lindbergh né le 16 août 1932. Lors du procès, ces deux enfants sont un peu plus âgés que le premier-né des Lindbergh lors de son enlèvement (vingt mois), mais rappellent de manière continuelle ce dernier. L’image dédoublée Lindbergh/Hauptmann se prolonge ainsi, comme dans la profondeur d’un miroir, dans la représentation spéculaire des femmes (Anne Lindbergh et Anna Hauptmann – la presse jouera quelquefois de cette parenté) et des enfants.

  • 70 Le Petit Journal, 13 janvier 1936, p. 1.
  • 71 Monsieur de La Palisse, « Aux vérités de la palisse », extrait du Petit Journal, revue de presse du (...)
  • 72 Par exemple dans L’Intransigeant, 30 janvier 1935, p. 3 et 4 avril 1936, p. 1 ; Le Petit Parisien, (...)
  • 73 Le Petit Journal, 9 janvier 1935, p. 4.
  • 74 Le fait est rapporté dans Paris-Soir, le 6 février.

22Suivant cette construction, Hauptmann et Lindbergh sont rapprochés par leur rôle paternel. « On a peine encore à concevoir que cet heureux papa, goûtant avec sa petite famille les plaisirs de la place ait pu, un jour, enlever un enfant, supplicier un autre père70 ! » indique la légende d’un portrait de la famille Hauptmann. La photographie et l’énonciation éditoriales tendent à revêtir également Lindbergh et Hauptmann d’un caractère religieux, qui nourrit une certaine sympathie envers l’accusé. Comme Lindbergh, « jeune héros martyr de la publicité71 », Hauptmann paraît persécuté par les médias américains et s’érige en figure sacrificielle par divers traits christiques : la presse mentionne son métier de charpentier72, son calvaire, et rapporte l’interjection « C’est l’homme ! » proférée par deux témoins du procès, qui évoque le « ecce homo » de la Passion du Christ73. Pour ajouter au parallèle et poser deux figures christiques en face à face, la presse mentionne vers la même époque l’âge de Lindbergh, qui atteint trente-trois ans le 4 février 193574.

  • 75 Picard (Nicolas), « Une autre forme d’“apothéose infâme”. Médias et public face à la célébrité crim (...)
  • 76 Selon les modalités habituelles décrites dans ibid., p. 150.

23La polarité victime/criminel est donc loin d’être nette et laisse entrevoir, plutôt qu’une simple opposition manichéenne, une interprétation morale ambivalente de l’affaire. Pour expliquer cette dérive médiatique, on peut invoquer un désir de pallier les « défaillances de personnalités » trop ternes75 dans une quête de sensationnalisme. Le parallélisme crée un effet mystérieux, tandis que la personnalité respective des protagonistes, prise séparément, aurait sans doute présenté moins d’aspérités pour la dramatisation du spectacle. Il en résulte que l’affaire Lindbergh inscrit la figure de Hauptmann moins dans une lignée de criminels, dans une mémoire du crime76, que dans une lignée plus floue où peuvent figurer côte à côte un aviateur célèbre et un présumé assassin : tous deux s’apparenteraient par le mode de construction de leur célébrité. Le discours médiatique semble délirer à dessein, en fabriquant des images sérielles dont les avatars se brouillent entre eux pour produire une équivoque séduisante.

  • 77 Du côté français, on peut penser à Fantômas, à Arsène Lupin, ou encore à la série Malabar, moins co (...)

24Le processus de sérialisation des protagonistes impliqués procède d’au moins deux logiques : d’une part, la recherche d’une mise en récit efficace y joue un rôle certain. Il semble qu’on touche là un ressort médiatique : le discours et la photographie de presse travaillent l’image héroïque sans avoir l’air d’y toucher, chacun avec leur langage propre mais selon des rapprochements implicites procédant de manière similaire, par montage, en quelque sorte, comme si la recherche de parallélismes stylistiques primait sur toute considération éthique. D’autre part, ce travail se nourrit à un intertexte culturel. Outre l’intertexte biblique qui associe comme on l’a vu les deux figures maternelles à des matres dolorosae, il active des récits plus proprement médiatiques. Le système de personnages mis en place par l’affaire s’apparente en effet à la littérature sérielle contemporaine, que l’on pense aux comic books américains ou aux romans-feuilletons d’aventures publiés dans la presse française : ceux-ci fabriquent de même des « héros » en série, ou plus exactement des figures héroïques auxquelles sont couplés des ennemis également grands dans le crime, surhommes ou supervillains, doubles des héros qui les pourchassent tout en entretenant à leur égard une forme de fascination77. La mise en série ambivalente des familles Lindbergh et Hauptmann, entre opposition et dédoublement, procède de cette logique empruntée à des fictions sérielles où, de même, le héros et son ennemi incarnent la lutte entre un possible méritocratique (telle la figure de l’aviateur américain) et un antagoniste obscur (tel l’Allemand criminel).

La cristallisation d’un malaise médiatique

  • 78 Launay (Guy) (pseud. de Fernand Weil), « Échos et propos », Le Matin, 3 juin 1932.
  • 79 « L’Enfant national », L’Intransigeant, 9 mars 1932.
  • 80 « À la recherche des ravisseurs de l’enfant Lindbergh », Paris-Soir, 7 mars 1932, p. 3.
  • 81 Ibid.

25Ce parallélisme a pour contrecoup la mise à mal de l’image de Lindbergh, qui cristallise un ressentiment antérieur de la foule. Dès 1932, l’affaire modifie peu à peu l’image du héros, préparant le rapprochement Lindbergh/Hauptmann affirmé lors du procès de 1935. D’entrée de jeu, en 1932, s’il n’est pas encore l’objet de critiques et de remarques ambivalentes, le héros est déchu, comme si le ciel conquis en 1927 ne le protégeait plus. L’enlèvement de son enfant serait un signe de vulnérabilité, Lindbergh devenant une victime, se montrant égal au reste des hommes « dans le malheur », après que la « gloire [a] frôlé les plans de son aile »78. Le héros frappé par la tragédie voit son aura entamée. L’accroc demeurerait faible si le discours de presse ne travaillait, par des opérations d’apparence anodine mais dont l’effet implicite émerge de la masse des articles et de la série des représentations stéréotypées qui y circulent, à déconstruire l’image héroïque. Le moment où Lindbergh s’engage dans l’enquête en parallèle de la police officielle suscite une réaction mitigée : « L’opinion publique se montre très réservée au sujet de l’appel adressé par le colonel Lindbergh à des repris de justice. Tout en comprenant les sentiments qui bouleversent un père en détresse, certains journaux indiquent que la faillite de la police prend une tournure humiliante pour l’ordre des choses établi dans le pays79. » Où est passé le jeune aviateur de 1927 ? « En quatre jours, il a horriblement changé », annonce Paris-Soir, dans un article où sont évoquées les tractations de Lindbergh et des gangsters80. Le « divorce81 » d’avec la police est perçu à la fois comme le signe d’une crise politique et sociétale en Amérique et une forme de trahison ; Lindbergh n’est plus l’Américain idéal et inattaquable.

  • 82 « L’angoisse d’un père », L’Intransigeant, 5 mars 1932, p. 3.
  • 83 L’Intransigeant, 14 mai 1932.
  • 84 10 mars 1932.
  • 85 15 mai 1932.
  • 86 Le Petit Journal, 5 janvier 1935.
  • 87 L’Intransigeant, 20 mai 1932.
  • 88 Paris-Soir, 20 mai 1932.
  • 89 L’Intransigeant, 6 janvier 1935.
  • 90 Paris-Soir, 5 janvier 1935, p. 3.
  • 91 Ce type d’analyse sera bientôt possible, grâce au projet en cours « Numapresse » financé par l’Agen (...)

26Un nœud problématique se tisse également autour de la figure paternelle, dont la représentation des émotions est reconfigurée. En 1932, Lindbergh est montré, en cohérence avec la recherche du « human interest », profondément atteint, endolori, aux côtés de sa femme. L’émotion est naturelle, mais constitue néanmoins une première mise à mal de l’héroïsme de la figure : le père est « angoissé82 », son « désespoir », « indicible »83, à la découverte du corps de l’enfant. « Lindbergh l’Ailé pleure son enfant », titre Détective dès le 10 mars84 dans une légende de couverture prémonitoire de la découverte du cadavre, tandis que L’Intransigeant rapportera son évanouissement à ce moment85. Figure éplorée, Lindbergh s’érige encore en « père douloureux86 » au tout début du procès, en janvier 1935. Toutefois, quelque chose se modifie au moment de la confrontation avec les suspects : en mai 1932, lorsque Lindbergh rencontre Curtiss, la presse insiste sur son grand calme87, qui cependant témoigne d’une force morale positive88. Mais au moment de la confrontation avec Hauptmann, la taciturnité et l’impassibilité de l’aviateur marquent désormais un contraste ambivalent avec les émotions des autres acteurs, Hauptmann excepté. Lindbergh est non plus seulement mesuré, mais peut-être « insensible même à la tragédie qui l’a frappé89 ». « Lindbergh Shows no Emotion As he Sees Hauptmann », titre le Montreal Daily Star du 27 septembre 1934. Lors du procès, l’aviateur n’a plus « l’expression de hardiesse juvénile du héros qui brava les périls de l’Atlantique, mais le visage d’un homme endurci par la souffrance90 ». Cette image nouvelle d’un Lindbergh insensible, comme on le voit, traverse les frontières nationales et linguistiques de la presse, une prégnance qui peut être attribuée à la vérité de ce manque d’expression chez l’aviateur, mais qui a pu aussi être favorisée par la concentration des journalistes de toute provenance à Flemington lors du procès – on peut présumer que ceux-ci partagent entre eux leurs impressions – ainsi que par la circulation, la traduction et la reprise de dépêches d’un pays à l’autre, grâce aux agences. Cette hypothèse pourrait être vérifiée par une analyse plus fine des trajectoires internationales des dépêches et des articles reproduits, voire traduits, à l’aide d’outils numériques et lexicographiques91. Quoi qu’il en soit, la presse souligne que Lindbergh paraît avoir été modelé par le crime et les descriptions de son attitude ne sont pas loin de laisser entendre une insensibilité pathologique, à l’instar de celle que l’on attribue aux criminels ; c’est du moins l’un des brouillages qui ressort du parallélisme Lindbergh/Hauptmann et qui reconfigure l’image héroïque initiale de l’aviateur.

  • 92 Merriman (John), « Anarchistes et illégalistes contre l’État aux marges de Paris avant la Grande Gu (...)
  • 93 Bourcier (Emmanuel), « Les secrets de la contrebande. I. 30 000 francs de neige saisis au vol », (...)
  • 94 Rub (Gaston), « Grands procès. Un flibustier de haut vol : Éloi Rossier », Détective, n22, 28 mar (...)
  • 95 Détective, n150, 10 septembre 1931, p. 2.

27À cet égard, une parenthèse peut s’avérer instructive : l’affaire Lindbergh permet l’activation d’un imaginaire périphérique, mais néanmoins présent au sein du discours social, de l’aviateur en figure criminelle. Depuis le début du siècle, l’imaginaire du crime associe les bandes organisées et les moyens de transport modernes : le braquage de la rue Ordener en 1912, les poursuites automobiles de Fantômas, jusqu’aux récits de faits divers de Détective, dans les années 1930, disent que la criminalité est affaire de technique et de vitesse. Même si le crime en avion demeure d’abord un fantasme vu le stade du développement aéronautique, il est très tôt associé à cet imaginaire. On retrouve dès 1912 un dossier d’archives de la Préfecture de la Seine qui fait état de la surveillance des écoles d’aviation après l’affaire de la bande à Bonnot92. Entre 1928 et 1932, une criminalité aéronautique semble émerger, à tout le moins comme fait de discours : Détective rapporte quelques faits divers montrant tour à tour l’avion au service de la contrebande de drogue93, d’un escroc d’envergure internationale94 ou de la police, moyen moderne de surveillance95. Et de fait, dans l’affaire Lindbergh, quelques avions assurent la recherche d’un bateau sur lequel se trouverait le bébé disparu ; cette intervention, effectuée par Lindbergh et d’autres aviateurs, intervient en parallèle des recherches officielles, participant de l’image complexe du colonel et introduisant l’idée d’une figure d’aviateur hors-la-loi ou du moins hors de l’ordre social. En effet, par ses démarches personnelles, Lindbergh semble se dissocier des forces policières ou à tout le moins signaler implicitement leur insuffisance. 

28Par l’association, même confuse, entre crime et aviation, l’affaire Lindbergh a pu stimuler un écheveau de représentations latentes : en effet, les faits divers aéronautiques se multiplieront dans Détective à l’été 1932. Or, l’imaginaire du crime en avion est paradoxal : il fait pendant aux représentations dominantes de l’aviateur en héros épique au service de la nation. On peut ainsi postuler que l’affaire a un retentissement médiatique assez fort pour susciter une mutation non seulement de l’image d’un individu mais, plus largement, de l’image de l’aviateur, au moins dans un certain corpus de récits de crime. Et cela, dans une large mesure, semble découler de la complexité et du caractère sombre de l’image de Lindbergh lui-même dans l’affaire.

  • 96 Aymond (J.), « Le rapt du petit Lindbergh », La Libre [Belgique], 8 mars 1932, p. 1.
  • 97 Lindbergh (Charles), Mon avion et moi, op. cit., p. 191.
  • 98 « Dans un message adressé à la presse le colonel Lindbergh revendique le droit pour son second fils (...)

29La mise à mal du héros passe enfin par la reconversion du motif de sa solitude : celle-ci était d’abord, dans le récit épique tissé par la presse et les biographies peu après l’exploit de 1927, la marque courageuse de l’aviateur sorti de la foule pour conquérir le ciel de l’Atlantique. Désormais, la grandeur solitaire de Lindbergh devient un isolement recherché qui prête le flanc à la critique. La solitude, emblème d’une singularité tragique, est perçue non seulement comme un sentiment configurant la destinée héroïque de Lindbergh, mais ayant déterminé sa vulnérabilité au crime : la retraite choisie de la maison de Hopewell aurait facilité le travail des kidnappeurs96. Comme dans une reprise cauchemardesque de l’atterrissage de 1927, où Lindbergh s’était senti inquiet en découvrant la marée humaine qui l’accueillait et avait tenté de lui échapper97, la solitude se trouve associée à la mise en scène de Lindbergh isolé au milieu d’une foule qui l’oppresse, au centre d’un cirque médiatique mondial. Lindbergh agit en effet de manière à protéger sa vie privée : en août 1932, il demande à la presse américaine de le laisser élever en paix son deuxième fils98. La représentation de cette volonté de solitude dans les médias s’exacerbe toutefois au fil du temps. En janvier 1936, alors que l’exécution de Hauptmann approche, l’arrivée des Lindbergh à Liverpool est commentée comme un refus de la médiatisation et une fuite de l’Amérique où la pression des reporters est devenue invivable. À quelques jours de distance, deux reporters de Paris-Soir développent l’image de Lindbergh en albatros échoué parmi les hommes, tout en présentant l’Europe comme un havre ultime pour le héros deux fois émigrant, en 1927, puis en 1936 :

  • 99 Treize (Serge), « Lindbergh accorde à “Paris-Soir” sa première interview depuis son arrivée en Euro (...)

Deux images illustrent pathétiquement cette destinée exceptionnelle. L’une, c’est l’ombre mouvante de la foule en délire, prête à rompre la frêle chaîne d’uniformes français qui prétend à protéger – déjà ! – l’inconnu d’Amérique […] ; l’autre, c’est la solitaire passerelle de Liverpool où se profile l’héroïque silhouette qui serre peureusement contre son épaule le bébé emmitouflé, tout le trésor de l’émigrant99.

  • 100 Paris-Soir Dimanche, 26 janvier 1936.

30Reprenant l’idée formulée dès 1927 par Jacques Mortane, Louis Delaprée montre Lindbergh en « homme traqué » réfugié sous la protection de Scotland Yard, après avoir été « l’homme libre, le génie de l’air » : « La gloire et la douleur ont atteint l’albatros en plein vol. » Le reporter insiste sur le « divorce » de Lindbergh et de l’Amérique, moins rattaché aux conséquences de l’enlèvement qu’à l’inadéquation profonde entre le héros « distrait, ennuyé de sa gloire », et l’attitude attendue de sa part par le public100.

  • 101 Au cœur du propos de Wohl (Robert), The Spectacle of Flight, op. cit., p. 4.
  • 102 Mortane (Jacques), La Chevauchée des mers, op. cit., p. 227.
  • 103 Wohl (Robert), The Spectacle of Flight, op. cit., pp. 38-40.
  • 104 Larique (Marius), Détective, 10 mars 1932, p. 12-13.
  • 105 Boorstin (Daniel J.), Le triomphe de l’image, op. cit., p. 100.

31Dans l’affaire, un malaise trouve ainsi une scène idéale pour s’énoncer : Lindbergh n’agit pas de manière appropriée à sa célébrité, ne jouit pas d’elle, suivant le rôle attendu de l’aviateur dans le spectacle médiatique101. Son attitude semble confirmer le mot de Mortane : Lindbergh, méfiant envers la presse, « n’est pas un de ces aviateurs pour salles de rédaction102 ». Cette aversion lui a tôt suscité des critiques, lors de sa tournée américaine de l’été 1927, pendant laquelle il refuse de céder à certaines demandes de la presse103. Au terme d’un « match farouche » de quatre ans livré contre les journalistes104, Lindbergh présente plus que jamais les traits d’un héros « archaïque » au sens de Boorstin105, c’est-à-dire qui méprise la publicité et la visibilité médiatique. C’est là une manière de formuler le malaise autour de Lindbergh : héros moderne et sériel par les conditions de son émergence, il semble en inadéquation avec la culture médiatique qui l’a forgé.

32L’affaire a permis de cristalliser le mécontentement à l’égard de la discrétion de Lindbergh, un sentiment qui serait surtout le fait du public américain, car, par ailleurs, les articles étrangers, tout en relayant la mise au ban du héros, témoignent d’une compréhension devant la fuite de Lindbergh, dans un désir de démarquer l’Europe du cirque médiatique américain. La presse étrangère, nourrie par la presse américaine et les dépêches d’agences, se situe ainsi dans une position ambiguë, entre une attitude compréhensive et la réitération, plus ou moins volontaire, de la figure de Lindbergh en « mauvais » héros médiatique. C’est toutefois l’appropriation du héros qui domine et la mise à distance du discours des agences et de la presse américaine qui se joue, en fin de compte, dans diverses formes de reterritorialisation.

De la plasticité des usages politiques et littéraires du mythe

  • 106 Voir, dans ce dossier, l’article de Paul Aron et Vanessa Gemis pour l’analyse extensive d’un cas sp (...)
  • 107 Rabinovitch (Israël), « Tog Ayn, Tog Oys », Keneder Odler [Canada], 23 septembre 1934. Source : Rap (...)
  • 108 2 avril 1936, p. 1.
  • 109 Le Matin présente tour à tour Paul Gorgulov, assassin de Paul Doumer aux « attaches communistes » ( (...)
  • 110 Le Petit Journal, 17 mai 1932, p. 3.
  • 111 Paris-Soir, 17 avril 1932.
  • 112 Voir l’article synthèse de Demougin (Laure), « L’affaire Lindbergh ou la propagation du sensationne (...)

33L’obscurcissement et la complexification de la figure de Lindbergh tout au long de l’affaire sont accentués par une série d’appropriations locales des figures clés du récit médiatique, notamment de Hauptmann, de Lindbergh lui-même et de son enfant kidnappé. Parfois mettant à distance les médias américains, parfois nourrissant des interprétations politiques, morales ou religieuses au sein de titres de presse orientés, ces reterritorialisations complexes (puisqu’elles mettent en jeu des logiques de réappropriation tour à tour spatiales, politiques, médiatiques et culturelles) surviennent dès le moment de l’enlèvement et se poursuivent parfois des années après l’exécution de Hauptmann106. Elles donnent lieu à des interprétations opposées qui témoignent de la partialité et des visées de leur émetteur : l’affaire permet à un quotidien canadien juif de critiquer des hommes politiques canadiens antisémites107, au quotidien communiste français L’Humanité de s’en prendre à la propagande nazie108 et au quotidien Le Matin de tenir un discours anticommuniste109. Dans la veine de la spéculation à contenu idéologique, l’Allemagne est visée par l’idée qui circule dans certains quotidiens français de la dissémination de criminels émigrés sur le territoire américain, « bandits germano-italiens110 » ou « bande germano-américaine111 ». En Belgique, l’affaire de Malèves-Sainte-Marie permet à un journal d’extrême droite d’exposer les liens entre Lindbergh et le savant Alexis Carrel, défenseur de la perfectibilité de l’homme par l’eugénisme112. Emmaillotant Lindbergh dans le filet des tensions politiques internationales des années trente, ces appropriations locales préparent une association durable entre la figure de Lindbergh et l’extrême droite. Elles sont problématiques dans la mesure où, en adaptant le récit de l’affaire à des références culturelles, des modèles narratifs et idéologiques locaux, elles investissent le fait divers et ses protagonistes de connotations qui, au départ, leur sont exogènes.

  • 113 Voir les différents discours politiques rapportés dans la seconde partie de Mon avion et moi, op. c (...)

34D’autres appropriations locales sont motivées plus spécifiquement par la logique du fait divers et visent, plutôt que de servir un propos politique, la création d’un effet de proximité, tels les témoignages affirmant avoir aperçu le bébé dans une ville étrangère. La force de cette volonté de faire siens les protagonistes de l’affaire s’enracine dans le mythe médiatique antérieur auréolant Lindbergh, et ce, particulièrement dans le cas de la France, point d’arrivée du raid et berceau important de la conquête de l’air. Dès 1927, la figure de Charles Lindbergh connaît une multiplicité d’appropriations locales : à travers les villes et les pays visités, chaque personne, chaque organisme saluant le héros accole à l’exploit des significations à promouvoir. Lindbergh devient un réceptacle pour que d’autres y déposent leur parole politique : ode au progrès technique, à la communication, à la paix internationale, à l’industrie américaine, aux morts de la Grande Guerre, à Dieu113. La célébrité conquise par l’aviateur est mise au service de la diffusion d’un message politique. Le cas de Lindbergh souligne un phénomène qui n’est pas isolé : les raids entre métropoles et colonies ont pu servir pendant l’entre-deux-guerres la diffusion de la culture coloniale, tandis que certains aviateurs se sont parfois engagés dans une cause de manière beaucoup plus volontaire que Lindbergh (celui-ci s’étant plutôt vu enrôler), à l’instar de l’aviatrice Ruth Nichols qui participe à la campagne présidentielle en faveur du candidat et président sortant Hoover, à l’automne 1932 :

Fig. 6 — Paris-Soir, 6 novembre 1932, p 1. Photo accompagnant un reportage de Jules Sauerwein sur les États-Unis, légendée : « La fameuse aviatrice américaine miss Ruth Nichols est un grand agent de propagande pour M. Hoover, candidat à la présidence, et Curtiss, candidat à la vice-présidence. Elle vient de faire peindre les noms des deux leaders républicains sur le fuselage de l’avion avec lequel elle doit tenter la traversée directe et sans escale des États-Unis d’est en ouest. »

  • 114 Wohl (Robert), The Spectacle of Flight, op. cit., p. 25.
  • 115 Ibid., pp. 27-28.

35Dans le cas de l’exploit de Lindbergh, la connotation idéologique qui domine dans les appropriations de 1927 est l’idée d’un trait d’union tracé entre la France et les États-Unis, d’un apaisement des relations diplomatiques tendues par la question du remboursement des dettes de la Grande Guerre. Dans cette optique, Lindbergh, en 1927, est déjà un héros reterritorialisé et « francisé » : Pierre Weiss le compare à l’as français Guynemer et retrouve en lui des affinités françaises114. Pour cette raison même, il est en 1932 une figure médiatique « adaptée » à la formation d’un fait divers international, forme antinomique qui doit concilier l’événement lointain et sa construction médiatique locale, car Lindbergh est, déjà, un héros un peu français (comme il est par ailleurs un peu belge et un peu britannique, sa tournée de 1927 l’ayant mené à Paris, Bruxelles et Londres115).

  • 116 Couverture de Détective, 10 mars 1932.

36Cette pré-appropriation locale du héros explique en partie l’attitude compassionnelle de la presse française envers l’émigrant au moment de l’exil de décembre 1935 en Grande-Bretagne (dont le traitement est soutenu par l’idée que Lindbergh, de toute manière, n’est pas vraiment Américain, car en inadéquation avec son pays d’origine). On retrouve dès le début du fait divers la volonté d’européaniser, et même plus, de franciser voire d’annexer le héros et sa famille dans l’usage ambigu du terme « l’Aiglon116 » accolé au bébé disparu : celui-ci renvoie, d’une part, à l’emblème américain et à la conquête du ciel, et d’autre part, à la tradition impériale française. Francisé, puis exilé, trempé dans les eaux troubles où circulent confusément figures communistes, antisémites, nazies, eugénistes, criminelles, que reste-t-il après 1936 du héros de 1927 ?

  • 117 Boorstin (Daniel J.), Le triomphe de l’image, op. cit., p. 114.
  • 118 Ibid., pp. 113-114.
  • 119 Wohl (Robert), The Spectacle of Flight, op. cit., p. 305.

37« Une affiche lumineuse annonçant le savon Palmolive remplaça le phare Lindbergh au-dessus d’un gratte-ciel à Chicago117» Cette occultation mémorielle est la réponse amusante mais sans doute un peu rapide que propose Daniel J. Boorstin. Selon ce dernier, Lindbergh n’est toutefois mis au purgatoire médiatique qu’en 1941118, après avoir effectué une série de visites en Allemagne afin de rendre compte au gouvernement américain de la puissance de l’armée de l’air. L’expression de l’admiration de l’aviateur pour celle-ci, de même que sa position en faveur du non interventionnisme américain, le fera en effet accuser de nourrir des sympathies pronazies119. Or, avant même ces actions de Lindbergh, l’affaire a constitué un tournant, un « turning point » (à la manière de ceux dont jouent les fictions uchroniques) qui a préparé l’impact de ce jugement dans l’imaginaire collectif. Loin d’être une simple prolongation de la célébrité de Lindbergh ou une rupture après laquelle le héros aurait retrouvé son éclat premier, elle a modifié en profondeur l’image médiatique de l’aviateur et a révélé, avant 1941, l’inadéquation entre celui-ci et le système médiatique. Elle a fait du « mythe » de Lindbergh 1927 – qui était autant lié à la personnalité propre du héros qu’à la spécificité de son exploit et à l’aura dont bénéficie alors dans l’imaginaire social la figure de l’aviateur – quelque chose d’autre, qui s’est éloigné de sa configuration originelle pour acquérir l’épaisseur d’épisodes et de personnages ajoutés (dont Hauptmann, la Némésis), de connotations idéologiques et d’une finale tragique qui n’y figuraient pas.

  • 120 Boucher (François Emmanuel), David (Sylvain) & Prévost (Maxime) (dir.), Mythologies du superhéros, (...)
  • 121 Voir, dans ce dossier, Thérenty (Marie-Ève), « La mise en fiction d’un fait divers. Essai de typolo (...)

38Cette seconde nébuleuse conserve quelque chose de sa trame de départ, des traits qui l’ont nourri, mais elle a muté ; néanmoins, elle tient encore du mythe dans son épaisseur narrative et ses formes nouvelles, si l’on admet que l’une des caractéristiques du mythe moderne, en culture médiatique, est de posséder comme les mythes anciens une faculté de circulation et de mutation, à la différence que celle-ci est désormais fortement tributaire de logiques commerciales, transmédiatiques et de phénomènes d’adaptation. Si ce constat a été proposé sur la base d’études de représentations fictionnelles (celles des superhéros)120, certaines similitudes de fonctionnement peuvent être mises au jour à propos de la figure de Lindbergh. On en veut pour preuve la remarquable « transfactualité » mise en évidence par Marie-Ève Thérenty dans ce dossier121, soit l’inscription d’éléments narratifs tirés de l’affaire et de la vie de Lindbergh au sein d’un ensemble important de textes fictionnels de genres divers (romans policiers, uchronies, biographies romancées ou fictions historiques). Transmédiatique, le « mythe Lindbergh » l’est certainement, qui s’est créé aux confluents de la presse, du livre, voire de la chanson, du cinéma, du music-hall. Il a tiré en bonne partie sa force d’imprégnation culturelle – c’est bien là le paradoxe – du fait des agissements des gangsters. L’affaire, à cet égard, met en évidence le rôle de la presse dans la construction du mythe médiatique : les journaux et les feuilles périodiques donnent, en raison de leur rapidité de production, quelque chose comme un premier sous-texte mythique, des discours et des représentations topiques susceptibles d’être mobilisées et travaillées par des productions culturelles qui interviennent dans un second temps.

  • 122 Belperron (Pierre), Lindbergh, Paris, Plon, 1938, p. 82-83.

39La création du couple Lindbergh/Hauptmann, entouré d’un halo de connotations ambiguës, les récupérations politiques qui s’ensuivent et, de manière générale, le système de représentations mis en place par le discours médiatique ont nourri ultérieurement (sans qu’un lien causal direct soit nécessairement établi ou toujours possible à établir) la mémoire de Lindbergh au sein de biographies, de fictions et de productions culturelles diverses en fournissant des images, des symboles, des nœuds narratifs. On retrouve par exemple la trace a contrario de l’impact du discours médiatique des années 1932-1936 dans la petite hagiographie que l’écrivain-journaliste et historien vulgarisateur Pierre Belperron consacre en 1938 au célèbre aviateur. Prenant le contrepied du cirque médiatique du procès, qu’il condamne vertement122, Belperron retrace les grandes étapes de l’affaire et s’attache à produire une représentation douloureuse et apitoyante du couple Lindbergh. Il convoque à cet effet une imagerie religieuse appuyée qui hérite à l’évidence de l’iconographie de presse. Ainsi l’évocation de l’exil européen par Belperron paraît être une ekphrasis des photographies étudiées précédemment, explicitant ce que l’image insinuait :

  • 123 Ibid., p. 91. Je souligne.

La Vierge et saint-Joseph, emportant l’Enfant Jésus, durent fuir en Égypte pour échapper aux persécutions d’Hérode. Et, de nos jours, Lindbergh et sa femme avec leur petit Jon dans les bras ont eux aussi fui leur pays, leurs parents, leurs amis, pour échapper non plus à un despote déchaîné, mais aux appétits de bandes toutes-puissantes et à la tyrannie incessante que leur valait leur gloire et leur malheur. / Quel peintre sera tenté par « la Fuite en Europe ». Mme Lindbergh, toute menue dans son ample manteau de voyage, descendant de la passerelle du paquebot, suivie de Lindbergh portant son fils et redressant sa haute taille […]123 ?

  • 124 Ibid., p. 93.

40Pour Belperron, le fait de produire une interprétation empreinte d’épisodes et de personnages religieux au sujet de l’iconographie de presse dont il garde le souvenir (ou dont il se documente peut-être) sert l’hagiographie de l’aviateur. Il lui permet de conclure sur une image édifiante et moralisatrice, recommandant à son lecteur l’exemple consolateur « de ce couple, si simple, si uni, luttant épaule contre épaule pour vaincre l’adversité124. »

  • 125 Pour plus de détails sur les romans uchroniques, voir l’article de Marie-Ève Thérenty dans ce dossi (...)

41La volonté de réhabiliter Lindbergh n’est toutefois pas la tendance dominante des discours assurant la postérité de l’image de l’aviateur. En aval, la mémoire collective tend à effacer l’image que l’on croyait impérissable du héros du Bourget au profit de celle de L’Ange noir (titre d’une biographie de Bernard Marck publiée en 2006), ce qui signale le caractère indélébile de l’affaire. De la mutation et des images spécifiques que celle-ci produit témoignent également les romans uchroniques (comme The Plot Against America, de Philip Roth, paru en 2004), où le motif de la collusion entre Lindbergh et l’Allemagne nazie est prégnant125. Il me semble qu’il y a dans l’incorporation répétée du personnage de Lindbergh dans des formes uchroniques quelque chose de l’ordre de la parenté fonctionnelle : l’uchronie se nourrit d’un « turning point » imaginé dans l’histoire, comme l’affaire, par son pouvoir performatif, a constitué elle-même un tournant dans la construction transmédiatique du mythe de Lindbergh, a fait dévier le cours de la vie du héros, les paramètres de sa célébrité et les imaginaires collectifs qui l’accompagnent.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

À ces sources s’ajoute le corpus de presse francophone dépouillé, dont l’introduction du dossier fait état.

Belperron (Pierre), Lindbergh, Paris, Plon, 1938.

Grignon (Claude-Henri), Le secret de Lindbergh, Montréal, Éditions de la Porte d’or, 1928.

Lindbergh (Charles), Mon avion et moi. Ma vie depuis mon enfance jusqu’au lendemain de ma traversée, Paris, Flammarion, 1927.

Lindbergh (Charles), « We », New York, G. P. Putnam’s Sons, 1927.

Mortane (Jacques), La chevauchée des mers. Blériot, Garros, Lindbergh, Paris, Baudinière, 1927.

Van Every (Dale) & Haven Tracy (Morris de), La vie de Lindbergh, Paris, Payot, 1927.

Wilson (P. W.), « The Lindbergh Case », The North American Review, vol. 237, no 1, janvier 1934, pp. 51-58.

Sources secondaires

Bleton (Paul), Western, France. La place de l’Ouest dans l’imaginaire français, Amiens, Encrage, « Travaux », 2002.

Boorstin (Daniel J.), Le triomphe de l’image : une histoire des pseudo-événements en Amérique, Montréal, Lux, 2012 [1962].

Boucher (François Emmanuel), David (Sylvain) & Prévost (Maxime) (dir.), Mythologies du superhéros. Histoire, physiologie, géographie, intermédialités, Liège, Presses universitaires de Liège, « ACME 2 », 2014.

Dubied (Annick), Les dits et les scènes du fait divers, Genève/Paris, Librairie Droz, 2004.

Gourdin (Patrice), « Image de l’aviateur dans les films français de l’entre-deux-guerres », Guerres et conflits (xixe-xxie siècle). Actualité de la recherche et de l’édition en histoire [en ligne], mis en ligne le 27 janvier 2012. URL : http://guerres-et-conflits.over-blog.com/article-l-aviation-de-l-entre-deux-guerres-98011514.html

Lucbert (Françoise) & Tison (Stéphane) (dir.), L’imaginaire de l’aviation pionnière. Contribution à l’histoire des représentations de la conquête aérienne, 1903-1927, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2016.

Merriman (John), « Anarchistes et illégalistes contre l’État aux marges de Paris avant la Grande Guerre », conférence du séminaire de Dominique Kalifa, « Histoires des imaginaires », Université Paris 1, 8 mars 2016.

Montandon (Alain), La plume et le ballon, Paris, éditions Orizons, « Universités/Comparaisons », 2014.

Monteiro (António), Outeirinho (Maria de Fátima), Faria (Dominique) et Domingues de Almeida (José) (dir.), Aviateurs-écrivains. Témoins de l’histoire, Paris, Éditions Le Manuscrit, « Savoirs/Exotopies », 2017.

Penfold (Ruth), « The Star’s Image, Victimization and Celebrity Culture », Punishment & Society, vol. 6, 2004, pp. 289-302.

Picard (Nicolas), « Une autre forme d’“apothéose infâme”. Médias et public face à la célébrité criminelle (années 1930-1950) », Hypothèses, Publications de la Sorbonne, n15, 2002, pp. 145-155.

Pinker (Roy) (pseudonyme d’un collectif de chercheurs, rédaction Paul Aron et Yoan Vérilhac), Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique, Agone — Contre-feux, Marseille, 2017, 340 p.

Pinson (Guillaume), La culture médiatique francophone en Europe et en Amérique du Nord, de 1760 à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Québec, Presses de l’Université Laval, « Cultures québécoises », 2016.

Simard-Houde (Mélodie), « La plume et l’aile. Écrire l’épopée aéronautique française, entre presse et édition (1908-1945) », dans « Le livre et le journal : croisements, prolongements et transformations », dossier sous la direction d’Adrien Rannaud, Mémoires du livre/Studies in book culture, vol. 8, no 2, printemps 2017. URL : http://id.erudit.org/iderudit/1039698ar

Thébaud-Sorger (Marie), L’aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2009.

Wohl (Robert), The Spectacle of Flight. Aviation and the Western imagination, 1920-1950, New Haven and London, Yale University Press, 2005.

Wohl (Robert), A Passion for Wings. Aviation and the Western Imagination. 1908-1818, New Haven and London, Yale University Press, 1994.

Haut de page

Notes

1 Herrick (Myron T.), « Préface », à Lindbergh (Charles), Mon avion et moi. Ma vie depuis mon enfance jusqu’au lendemain de ma traversée, Paris, Flammarion, 1927, p. ix.

2 Wohl (Robert), The Spectacle of Flight. Aviation and the Western Imagination, 1920-1950 et A Passion for Wings. Aviation and the Western Imagination. 1908-1818, New Haven and London, Yale University Press, 1994 (vol. 1) et 2005 (vol. 2).

3 « [...] the solitary Frontiersman ». Wohl (Robert), A Passion for Wings, op. cit., p. 11.

4 Décrit par Paul Bleton, le mythe de l’Ouest américain et ses personnages typés sont, comme le mythe de l’aviateur, le fruit d’une construction médiatique nourrie par une panoplie de supports des xixe et xxe siècles, à commencer par les romans de Fenimore Cooper. Voir Bleton (Paul), Western, France. La place de l’Ouest dans l’imaginaire français, Amiens, Encrage, « Travaux », 2002.

5 Wohl (Robert), A Passion for Wings, op. cit., p. 26, selon le portrait tracé par François Peyrey dans Les Hommes-oiseaux (1908).

6 Herrick (Myron T.), « Préface », loc. cit., p. x.

7 Lindbergh (Charles), « We », New York, G. P. Putnam’s Sons, 1927.

8 Cette autobiographie est traduite en France, dès 1927, sous un titre qui ajoute à cette image de simplicité et de modestie : Mon avion et moi (op. cit.).

9 Mortane (Jacques), La chevauchée des mers. Blériot, Garros, Lindbergh, Paris, Baudinière, 1927, p. 244.

10 Ces deux exemples ont été traités respectivement par Damien Accoulon et par Isabel Morujão dans le cadre du colloque « La presse et la conquête de l’air (xviiie-xxie siècles) », tenu à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne le 12 janvier 2017.

11 Pour une analyse comparée des traits généraux de la figure héroïque de l’aviateur dans la culture occidentale, voir Wohl (Robert), The Spectacle of Flight, op. cit., de même qu’une série de travaux récents qui ont bien balisé ses représentations, parmi lesquels : Lucbert (Françoise) et Tison (Stéphane) (dir.), L’imaginaire de l’aviation pionnière. Contribution à l’histoire des représentations de la conquête aérienne, 1903-1927, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2016 ; Monteiro (António), Fátima Outeirinho (Maria de), Faria (Dominique) & Almeida (José Domingues de) (dir.), Aviateurs-écrivains. Témoins de l’histoire, Paris, Éditions Le Manuscrit, « Savoirs/Exotopies », 2017. D’autres analyses plus ponctuelles ont étudié la construction de l’image de l’aviateur dans des sources cinématographiques, journalistiques et littéraires données. L’ensemble de ces recherches sur lesquelles je m’appuie donne à voir, en mobilisant des corpus plus ou moins larges, la construction d’une figure héroïque à laquelle sont associés des récits, des métaphores, des formules figées (le « chevalier du ciel »), en somme, un imaginaire prégnant et circulant entre les médias et les supports : la littérature, le cinéma et la presse de l’entre-deux-guerres font de l’aviateur à la fois un sportif, un héros intrépide risquant sa vie avec désintéressement et un séducteur amoureux mais frivole, figure clé de la culture de masse du début du xxe siècle.

12 Lindbergh (Charles), Mon avion et moi, op. cit., p. 30.

13 Ibid., p. 205.

14 Ibid., p. 248.

15 Ibid., p. 279.

16 On peut penser notamment au roman L’Équipage (1923) de ce dernier, qui contribue à fixer dans la fiction l’image de l’aviateur à la fois intrépide et dévoué, tiraillé entre l’appel de son métier et l’amour.

17 Auteur de la biographie de l’as français Guynemer : Le chevalier de l’air. Vie héroïque de Guynemer, Paris, Plon, 1918.

18 Van Every (Dale) et de Haven Tracy (Morris), La vie de Lindbergh, Paris, Payot, 1927, p. 149.

19 Auteurs du volume mentionné dans la note précédente.

20 Wohl (Robert), A Passion for Wings, op. cit., p. 282, note 92.

21 Mortane (Jacques), La chevauchée des mers. Blériot, Garros, Lindbergh, op. cit., p. 244.

22 Ibid., p. 258.

23 Pour une présentation générale de l’affaire Lindbergh, de la chronologie des épisodes qui la composent et de sa construction médiatique, le lecteur peut se reporter à l’introduction et à la chronologie du présent dossier : Cambron (Micheline ), « Pour une médiapoétique du fait divers » (URL : http://journals.openedition.org/contextes/8291, consulté le 26 juin 2019), ainsi que la « Chronologie » (URL : http://journals.openedition.org/contextes/8103, consulté le 26 juin 2019).

24 Mortane (Jacques), La chevauchée des mers. Blériot, Garros, Lindbergh, op. cit., p. 261.

25 Pour plus de détails sur ce refus de la surexposition et les incidents auxquels il donne lieu, notamment entre 1930 et 1932, voir, sous le pseudonyme de Roy Pinker, la publication des équipes de recherche dirigées par Paul Aron, Micheline Cambron et Marie-Ève Thérenty (rédaction de Paul Aron et Yoan Vérilhac) : Pinker (Roy), Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique, Marseille, Agone — Contre-feux, 2017.

26 Corpus limité au monde francophone en cohérence avec le corpus de presse francophone (France, Belgique et Canada) qui délimite l’analyse collective de la construction médiatique de l’affaire Lindbergh effectuée dans le présent dossier. Pour une présentation détaillée du corpus et de la méthodologie du groupe de recherche international qui a donné lieu à ce dossier, voir Cambron (Micheline), « Pour une médiapoétique du fait divers » (URL : http://journals.openedition.org/contextes/8291, consulté le 26 juin 2019).

27 Van Every (Dale) et de Haven Tracy (Morris), La vie de Lindbergh, op. cit., p. 49.

28 Grignon (Claude-Henri), Le secret de Lindbergh, Montréal, Éditions de la Porte d’or, 1928.

29 Ibid., p. 67.

30 Ibid., p. 108.

31 Van Every (Dale) et de Haven Tracy (Morris), La vie de Lindbergh, op. cit, p. 150.

32 Ibid., p. 18.

33 Ibid., p. 184.

34 Mortane (Jacques), La chevauchée des mers, op. cit., p. 5.

35 Grignon (Claude-Henri), Le secret de Lindbergh, op. cit.

36 On se reportera à la « Chronologie » qui accompagne le présent dossier (url : http://journals.openedition.org/contextes/8103) pour une présentation détaillée de l’affaire et de l’enchevêtrement de récits et de personnages auquel elle donne lieu. On peut toutefois en exposer ici les moments saillants : à la suite de l’enlèvement du bébé, le 1er mars 1932, un traitement médiatique intense et international se déploie immédiatement autour de l’enquête, jusqu’à la découverte du cadavre, le 12 mai suivant. Après une période de latence, d’autres faits mènent, à l’automne 1934, à un rebondissement de l’enquête, puis à l’arrestation et à l’inculpation de Bruno Richard Hauptmann pour kidnapping et meurtre. S’ouvre alors la deuxième phase de médiatisation intense de l’affaire, celle de la couverture du procès de Hauptmann, tenu du 2 janvier au 13 février 1935 à Flemington, au New Jersey. À l’issue du procès, Hauptmann est reconnu coupable. Plusieurs demandes d’appels et sursis se succèdent, avant l’exécution de Hauptmann, qui se déclare toujours innocent, le 3 avril 1936.

37 Penfold (Ruth), « The Star’s Image, Victimization and Celebrity Culture », Punishment & Society, vol. 6, 2004, p. 291-292 et 296-297.

38 Michel Maffesoli envisage le fait divers comme « une des multiples formes d’agrégation sociale, un des fils qui permettent aux personnes de se rencontrer, de communiquer » (« Une forme d’agrégation tribale », Autrement, no 98, p. 91, cité par Dubied (Annik), Les dits et les scènes du fait divers, Genève/Paris, Librairie Droz, 2004, p. 74).

39 Autant de motifs convoqués dans la postface de Green (Fitzhugh), « Aperçu de ce que le monde a pensé de Lindbergh », Mon avion et moi, op. cit., p. 205-280.

40 Ibid., p. 280.

41 Pour Robert Wohl, c’est le principal facteur de la médiatisation forcenée de son exploit. The Spectacle of Flight, op. cit., p. 13 et p. 43-44.

42 Pinson (Guillaume), La culture médiatique francophone en Europe et en Amérique du Nord, de 1760 à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Québec, Presses de l’Université Laval, « Cultures québécoises », 2016.

43 Van Every (Dale) et de Haven Tracy (Morris), La vie de Lindbergh, op. cit., p. 156, 170, 171, 183-214.

44 Ibid., p. 214.

45 Boorstin (Daniel J.), Le triomphe de l’image : une histoire des pseudo-événements en Amérique, Montréal, Lux, 2012 [1962], p. 110-111.

46 Ibid., p. 101.

47 Boucher (François Emmanuel), David (Sylvain) & Prévost (Maxime) (dir.), Mythologies du superhéros. Histoire, physiologie, géographie, intermédialités, Liège, Presses universitaires de Liège, « ACME », 2014.

48 Sur les représentations de l’aérostation et des aéronautes, voir : Thébaud-Sorger (Marie), L’aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2009 ; ainsi que Montandon (Alain), La plume et le ballon, Paris, éditions Orizons, « Universités/Comparaisons », 2014.

49 Odaert (Olivier), « L’aviateur dans la littérature française de 1909 à 1923. Une incarnation du “mythe du progrès” ? », dans L’imaginaire de l’aviation pionnière. Contribution à l’histoire des représentations de la conquête aérienne, 1903-1927, op. cit., p. 295-310.

50 Tant chez des éditeurs populaires, comme Baudinière, qui a fait une large place aux collections aéronautiques, qu’au sein de maisons à l’orientation idéologique plus marquée, comme les Nouvelles éditions latines de Fernand Sorlot, ou chez des éditeurs au fort capital symbolique, comme Gallimard, qui publie Saint-Exupéry et Amelia Earhart. À ce sujet, voir Simard-Houde (Mélodie), « La plume et l’aile. Écrire l’épopée aéronautique française, entre presse et édition (1908-1945) », dans « Le livre et le journal : croisements, prolongements et transformations », dossier sous la direction d’Adrien Rannaud, Mémoires du livre/ Studies in book culture [en ligne], vol. 8, no 2, printemps 2017. url : http://id.erudit.org/iderudit/1039698ar, consulté le 21 mai 2019.

51 C’est l’un des facteurs du traitement médiatique de l’affaire souligné par les observateurs contemporains, tel Wilson (P. W.), « The Lindbergh Case », The North American Review, vol. 237, no 1, janvier 1934, p. 51.

52 Cet article porte en premier lieu sur le corpus français, mais les exemples canadiens et belges seront convoqués. Lorsqu’un titre autre que français sera cité, le pays d’origine sera précisé entre crochets.

53 Gourdin (Patrice), « Image de l’aviateur dans les films français de l’entre-deux-guerres », Guerres et conflits (xixe-xxie siècle). Actualité de la recherche et de l’édition en histoire [en ligne], mis en ligne le 27 janvier 2012. url : http://guerres-et-conflits.over-blog.com/article-l-aviation-de-l-entre-deux-guerres-98011514.html, consulté le 21 mai 2019.

54 « Linbdergh était allé au rendez-vous… », L’Intransigeant, 5 mars 1932, p. 1.

55 Causse (Pierre), « Où est le fils de Lindbergh ? Enlevé depuis 53 jours… », L’Intransigeant, 25 avril 1932.

56 Picard (Nicolas), « Une autre forme d’“apothéose infâme”. Médias et public face à la célébrité criminelle (années 1930-1950) », Hypothèses, Publications de la Sorbonne, n15, 2002, p. 146.

57 Détective emploie l’expression « affaire Hauptmann » le 6 avril 1935, tandis qu’un titre de L’Écho de Paris du 3 janvier 1935 montre que le glissement passe par l’expression intermédiaire « Le procès d’Hauptmann », ou encore « Le procès Hauptmann » (Paris-Soir, 5 janvier 1935).

58 9 janvier 1935.

59 Launay (Guy), « Le Verdict de Flemington », Le Matin, 20 février 1935.

60 4 janvier 1935, p. 1.

61 L’Intransigeant, 30 janvier 1935, p. 3.

62 « Le procureur Willentz imite avec Hauptmann le jeu du chat et de la souris », Paris-Soir, 30 janvier 1935, 5pa.

63 Videla, Le Petit Parisien, 5 janvier 1935.

64 Paris-Soir, 26 janvier 1935, p. 5.

65 Treize (Serge), « Lindbergh accorde à “Paris-Soir” sa première interview depuis son arrivée en Europe », Paris-Soir, 14 janvier 1936, p. 5.

66 Ibid. Voir aussi Jacques Fransalès, « Le second fils de Lindbergh est à son tour menacé de rapt par les gangsters », Paris-Soir, 7 février 1935.

67 Fransalès (Jacques), « Le procès Flemington. Entre le colonel Lindbergh et l’avocat de Hauptmann un duel dramatique s’est engagé », Paris-Soir, 6 janvier 1935.

68 Ibid.

69 Le Figaro, 5 janvier 1935 et L’Intransigeant, 16 février 1935, p. 3.

70 Le Petit Journal, 13 janvier 1936, p. 1.

71 Monsieur de La Palisse, « Aux vérités de la palisse », extrait du Petit Journal, revue de presse du Matin, 3 juin 1932, p. 3.

72 Par exemple dans L’Intransigeant, 30 janvier 1935, p. 3 et 4 avril 1936, p. 1 ; Le Petit Parisien, 1er janvier 1935.

73 Le Petit Journal, 9 janvier 1935, p. 4.

74 Le fait est rapporté dans Paris-Soir, le 6 février.

75 Picard (Nicolas), « Une autre forme d’“apothéose infâme”. Médias et public face à la célébrité criminelle (années 1930-1950) », art. cit., p. 149.

76 Selon les modalités habituelles décrites dans ibid., p. 150.

77 Du côté français, on peut penser à Fantômas, à Arsène Lupin, ou encore à la série Malabar, moins connue mais plus contemporaine de l’affaire Lindbergh, co-écrite par Charles Dornac et Jean Ricard, parue en plusieurs feuilletons dans Le Matin à partir d’octobre 1932.

78 Launay (Guy) (pseud. de Fernand Weil), « Échos et propos », Le Matin, 3 juin 1932.

79 « L’Enfant national », L’Intransigeant, 9 mars 1932.

80 « À la recherche des ravisseurs de l’enfant Lindbergh », Paris-Soir, 7 mars 1932, p. 3.

81 Ibid.

82 « L’angoisse d’un père », L’Intransigeant, 5 mars 1932, p. 3.

83 L’Intransigeant, 14 mai 1932.

84 10 mars 1932.

85 15 mai 1932.

86 Le Petit Journal, 5 janvier 1935.

87 L’Intransigeant, 20 mai 1932.

88 Paris-Soir, 20 mai 1932.

89 L’Intransigeant, 6 janvier 1935.

90 Paris-Soir, 5 janvier 1935, p. 3.

91 Ce type d’analyse sera bientôt possible, grâce au projet en cours « Numapresse » financé par l’Agence nationale de la recherche (France). URL : http://www.numapresse.org/. Par ailleurs, au sein du présent dossier, l’article de Laure Demougin se penche sur ces questions de circulation internationale et sur les canaux empruntés par l’information pendant l’Affaire. Voir Demougin (Laure), « L’affaire Lindbergh ou la propagation du sensationnel », COnTEXTES, 24 | 2019, consulté le 30 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8211.

92 Merriman (John), « Anarchistes et illégalistes contre l’État aux marges de Paris avant la Grande Guerre », conférence du séminaire de Dominique Kalifa, « Histoires des imaginaires », Université Paris 1, 8 mars 2016.

93 Bourcier (Emmanuel), « Les secrets de la contrebande. I. 30 000 francs de neige saisis au vol », Détective, no 51, 17 octobre 1929, p. 6.

94 Rub (Gaston), « Grands procès. Un flibustier de haut vol : Éloi Rossier », Détective, n22, 28 mars 1929, p. 8.

95 Détective, n150, 10 septembre 1931, p. 2.

96 Aymond (J.), « Le rapt du petit Lindbergh », La Libre [Belgique], 8 mars 1932, p. 1.

97 Lindbergh (Charles), Mon avion et moi, op. cit., p. 191.

98 « Dans un message adressé à la presse le colonel Lindbergh revendique le droit pour son second fils de grandir en Amérique », Paris-Soir, 18 août 1932, p. 5.

99 Treize (Serge), « Lindbergh accorde à “Paris-Soir” sa première interview depuis son arrivée en Europe », Paris-Soir, 14 janvier 1936, 5 pa.

100 Paris-Soir Dimanche, 26 janvier 1936.

101 Au cœur du propos de Wohl (Robert), The Spectacle of Flight, op. cit., p. 4.

102 Mortane (Jacques), La Chevauchée des mers, op. cit., p. 227.

103 Wohl (Robert), The Spectacle of Flight, op. cit., pp. 38-40.

104 Larique (Marius), Détective, 10 mars 1932, p. 12-13.

105 Boorstin (Daniel J.), Le triomphe de l’image, op. cit., p. 100.

106 Voir, dans ce dossier, l’article de Paul Aron et Vanessa Gemis pour l’analyse extensive d’un cas spécifique d’appropriation locale, en Belgique : « Une histoire racontée par la presse, pleine de bruits et de rumeurs », COnTEXTES, 24 | 2019, consulté le 30 juin 2019. URL : https://journals.openedition.org/contextes/8228.

107 Rabinovitch (Israël), « Tog Ayn, Tog Oys », Keneder Odler [Canada], 23 septembre 1934. Source : Rapport de recherche de Yosef Robinson, « Le Keneder Odler et l’affaire Lindbergh de 1932 et 1934 », juin 2015, p. 7.

108 2 avril 1936, p. 1.

109 Le Matin présente tour à tour Paul Gorgulov, assassin de Paul Doumer aux « attaches communistes » (7 mai 1932), puis Wellingston Henderson, « l’un des chefs de l’Internationale communiste aux États-Unis » (12 mai 1933) comme suspects.

110 Le Petit Journal, 17 mai 1932, p. 3.

111 Paris-Soir, 17 avril 1932.

112 Voir l’article synthèse de Demougin (Laure), « L’affaire Lindbergh ou la propagation du sensationnel », COnTEXTES, 24 | 2019, mis en ligne le 24 juin 2019, consulté le 01 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8211.

113 Voir les différents discours politiques rapportés dans la seconde partie de Mon avion et moi, op. cit.

114 Wohl (Robert), The Spectacle of Flight, op. cit., p. 25.

115 Ibid., pp. 27-28.

116 Couverture de Détective, 10 mars 1932.

117 Boorstin (Daniel J.), Le triomphe de l’image, op. cit., p. 114.

118 Ibid., pp. 113-114.

119 Wohl (Robert), The Spectacle of Flight, op. cit., p. 305.

120 Boucher (François Emmanuel), David (Sylvain) & Prévost (Maxime) (dir.), Mythologies du superhéros, op. cit.

121 Voir, dans ce dossier, Thérenty (Marie-Ève), « La mise en fiction d’un fait divers. Essai de typologie à partir de l’affaire Lindbergh et de ses fictions dérivées », COnTEXTES, 24 | 2019, consulté le 21 mai 2019. URL : https://journals.openedition.org/contextes/8285.

122 Belperron (Pierre), Lindbergh, Paris, Plon, 1938, p. 82-83.

123 Ibid., p. 91. Je souligne.

124 Ibid., p. 93.

125 Pour plus de détails sur les romans uchroniques, voir l’article de Marie-Ève Thérenty dans ce dossier.

Haut de page

Fig. 1 — Paris-Soir, 4 janvier 1935.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8217/img-1.jpg
image/jpeg, 772k
Fig. 2 — Paris-Soir, 8 février 1935.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8217/img-2.png
image/png, 628k
Fig. 3 — Une de L’Intransigeant, 5 avril 1936.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8217/img-3.jpg
image/jpeg, 652k
Fig. 4 — Une du Petit Parisien, 4 janvier 1935.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8217/img-4.jpg
image/jpeg, 68k
Fig. 5 — Une de Paris-Soir, 2 janvier 1936.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8217/img-5.jpg
image/jpeg, 628k
Fig. 6 — Paris-Soir, 6 novembre 1932, p 1. Photo accompagnant un reportage de Jules Sauerwein sur les États-Unis, légendée : « La fameuse aviatrice américaine miss Ruth Nichols est un grand agent de propagande pour M. Hoover, candidat à la présidence, et Curtiss, candidat à la vice-présidence. Elle vient de faire peindre les noms des deux leaders républicains sur le fuselage de l’avion avec lequel elle doit tenter la traversée directe et sans escale des États-Unis d’est en ouest. »
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8217/img-6.png
image/png, 285k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélodie Simard-Houde, « Mutations et usages d’un mythe médiatique : l’Aviateur héroïque reconfiguré par l’affaire Lindbergh », COnTEXTES [En ligne], 24 | 2019, mis en ligne le 02 juillet 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8217 ; DOI : 10.4000/contextes.8217

Haut de page

Auteur

Mélodie Simard-Houde

Université Paul-Valéry Montpellier 3/RIRRA-21

Articles du même auteur

Haut de page