Navigation – Plan du site
La circulation de l'affaire dans le temps et dans l'espace

Une histoire racontée par la presse, pleine de bruits et de rumeurs

Paul Aron et Vanessa Gemis

Texte intégral

  • 1 Serres (Michel), Genèse, Paris, Grasset et Fasquelle, 1982, p. 100.

1Dans Genèse (1981), Michel Serres glose poétiquement le célèbre monologue de Macbeth apprenant le suicide de sa femme. La vie comme la mort relèvent du spectacle proféré par un histrion qui s’adresse à une foule. C’est une dynamique collective, qui peut enfler infiniment, ou retomber à peine née. Le bruit est la rumeur, qui suit son propre chemin : « La rumeur n’est rien, presque rien, la rumeur choisit1 ». Ce qui la définit est la pluralité : elle n’a ni origine contrôlée ni source vérifiée. Chacun peut s’en emparer, y apporter son complément, et contribuer à la répandre. C’est une information qui circule et qui n’existe que dans la circulation. Elle suit un flux, dont on peut constater l’apparition, mais pas nécessairement l’origine, enregistrer l’amplitude ou le tarissement, mais sans pouvoir en prédire l’extinction définitive. Une fois immobilisée dans un récit analytique, elle rétrécit au point de s’effacer dans le néant de son absence de factualité.

Rumeurs et médias

2La rumeur est donc un récit très particulier. Elle requiert une croyance sans jamais fournir de preuves. Elle est pure vraisemblance ; elle se situe aussi loin de la vérité que de la fiction. Celui qui l’énonce n’est jamais que le porteur d’une parole sans énonciateur ; il ne peut que modaliser : « on dit », « il paraît que », « on m’a raconté ».

3Pour l’historien classique, la rumeur est le contraire d’un fait. Le propre de la critique historique est de nier son intérêt, et sa démarche tente de séparer les sources fiables de celles qui ne le sont pas. De vérifier la rumeur, donc de la détruire. De lever le brouillage dont elle porte la responsabilité.

  • 2 Notamment sur le modèle de Morin (Edgar), La Rumeur d’Orléans, Paris, Seuil, 1969. Voir notamment l (...)

4Mais nous savons aussi que l’histoire ne se réduit pas aux réalités tangibles. Une histoire des croyances et des représentations ne peut en faire l’économie. Des mouvements d’opinion peuvent avoir été suscités par des bruits infondés, il n’en reste pas moins qu’ils ont eu lieu et qu’ils méritent pleinement le titre de faits historiques. On en vient donc à prendre la rumeur au sérieux. De nombreux travaux, depuis une trentaine d’années, considèrent qu’une information peut être analysée malgré sa fausseté2. Qu’il y a une vérité historique de la rumeur qui est indépendante de son contenu de vérité. Ils se sont aussi intéressés aux groupes sociaux par définition mal informés parce que situés en bout de la chaîne sociale de l’information, notamment les classes populaires ou les communautés isolées. La rumeur est ainsi un moyen pour accéder à l’opinion publique, notion toujours un peu insaisissable, mais indispensable pour comprendre nombre de manifestations sociales.

  • 3 Froissart (Pascal), La Rumeur, Paris, Belin, 2010, p. 43.

5Néanmoins, comme Pascal Froissart le souligne, la rumeur reste un phénomène difficile à définir. Ses caractéristiques principales recouvrent celles de la « fama », de la réputation, du commérage ou de la calomnie ; son rythme, son origine (simple ou complexe), ses canaux de transmission (oral, écrit, médiatique), son rapport au vrai, au vraisemblable ou au mystère, aux intérêts particuliers (qui prodet ?). Quels rapports faut-il construire entre le folklore (la bête du Gévaudan) et la légende urbaine (l’enlèvement de jeunes femmes dans des magasins de mode) ? Dès lors, il conclut à une sorte de vanité du discours scientifique sur la rumeur : « La rumeur existe parce que… elle existe. Une autoréférentialité, en quelque sorte3. »

  • 4 L’ouvrage classique de Serge Tchakhotine (Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Ga (...)
  • 5 Voir, par exemple : Gaildraud (Laurent), Orchestrer la rumeur, Paris, Éditions Eyrolles, 2012.

6Dans le domaine politique, la rumeur croise la propagande, d’autant plus efficace, on le sait, qu’elle se répand insidieusement, comme une évidence. Fabriquer les rumeurs est une donnée essentielle du débat politique depuis les années 1930. L’ère des masses et du suffrage universel, l’ère des grandes manifestations populaires et de l’organisation des foules sont autant de contextes qui permettent de mesurer l’importance des on-dit, plus ou moins organisés ou récupérés4. Les pays en conflit pendant la Seconde Guerre mondiale ont fait un large usage de la propagande et tenté de contrôler les rumeurs. Le débarquement allié en Normandie a montré qu’elle était une arme de guerre efficace. Les publicitaires ont, depuis, pris le relais5. Insistons-y : si elle est informe et désordonnée, la rumeur n’est pas nécessairement désintéressée. On y investit des peurs, des souhaits, des orientations discursives et idéologiques.

  • 6 Reumaux (Françoise), Toute la ville en parle. Esquisse d’une théorie des rumeurs, Paris, L’Harmatta (...)

7Dans un ouvrage de psychologie sociale, Françoise Reumeux a tenté de modéliser les formes-rumeurs6. Elle distingue utilement cinq modalités du « venin social » qu’elles transportent :

  • Les rumeurs schizoïdes qui défont une unité devenue suspecte : x n’est pas y, x se cache sous y : c’est une figure de la dissociation.

  • Les rumeurs paranoïdes en sont l’inverse : x est la cause cachée de y ; il n’y a pas de x sans y. C’est une figure de la connexion (par exemple : théorie du complot).

  • Les rumeurs perverses : rumeurs indéfinissables, faites de la somme d’éléments discrets non pertinents, dont le sens général est nié. Elle procède par accumulation sans causalité.

  • Les rumeurs hystériques : elles sont partout, et demandent la nomination d’un responsable (Fantômas, Le Juif, le bouc émissaire).

  • Les rumeurs phobiques : semblables aux précédentes, mais en créant de nouvelles connexions. Elles sont aussi typiquement urbaines, mais se focalisent autour d’une figure blanche, un vide, et non le plein du bouc émissaire.

8L’analyse gagne en précision. La rumeur n’est plus un magma indifférencié, elle s’organise en catégories. On peut distinguer des niveaux dans la rumeur, le sens de son discours, les actants de son récit.

  • 7 Kapferer (Jean-Noël), Rumeurs. Le plus vieux média du monde, Paris, Seuil, 1987.
  • 8 Van de Winkel (Aurore), Gérer les rumeurs, ragots et autres bruits, Liège, Edipro, 2012.
  • 9 Géré (François), Dictionnaire de la désinformation, Paris, Armand Colin, 2011.

9Dans le domaine qui nous intéresse — l’histoire de la presse —, la rumeur mérite une attention particulière. On a pu dire qu’elle était « le plus vieux média du monde7 », mais elle est surtout une information circulant grâce aux médias existants, le bouche-à-oreille, la presse, les affiches, les graffitis, les images ou les récits publiés. Pour les techniciens de la communication, il s’agit d’être attentif à ses effets et de les gérer le mieux possible8. La désinformation, volontaire ou non, est un enjeu en soi ; on apprend aux étudiants en journalisme à s’en méfier9. Froissart fait un pas dans cette direction en soulignant qu’on ne peut négliger le rôle des journaux : s’interroger sur un « artefact médiatique » (p. 114) c’est reconnaître le rôle central de la presse dans la rumeur. On mesure aisément son rôle moteur : c’est l’effet boule de neige d’un fait incertain, d’une source non vérifiée.

10Nous définissons la « rumeur médiatique » comme un « tout-venant » de nouvelles diffusées sans vérification, généralement dans la hâte, et dont les sources demeurent imprécises ou incertaines. Le plus souvent, elle forme un dispositif repérable dans l’ensemble de l’information ; elle se révèle par des marqueurs énonciatifs, narratifs et éditoriaux. On verra cependant qu’elle est indissociable de la dynamique médiatique dans son ensemble, mais aussi qu’elle répond à des stratégies fortement orientées par des intérêts particuliers. Ces deux perspectives seront abordées successivement dans notre article.

11L’affaire de l’enlèvement du bébé Lindbergh, puis l’arrestation et le jugement de son ravisseur forme un cas particulièrement ajusté à cette étude de la rumeur. Il s’agit certes au départ d’un fait divers, mais la notoriété des victimes et le battage médiatique produit en particulier par la presse à sensation américaine ont été propices au développement de rumeurs en tous sens. L’assassin a-t-il agi seul ou avec des complices ? L’enfant est-il réellement mort ? La rançon a-t-elle été retrouvée ? Le silence de Hauptmann dissimulait-il un complice ? Ces questions et bien d’autres suscitent des hypothèses, des témoignages, des opinions que la presse se plaît à relayer, sans vouloir ou sans pouvoir les vérifier. On s’intéressera donc ici à ce que publient les journaux français et belges au moment de la disparition et les stratégies narratives qu’ils déploient pour entretenir l’intérêt des lecteurs en l’absence de faits nouveaux ou d’informations ; puis, à une date ultérieure, à la construction d’un intérêt pour un enfant qui pourrait être le fils Lindbergh adopté dans un village belge. On pourra donc, en conclusion, revenir de manière plus informée sur l’usage médiatique de la rumeur.

Les rumeurs Lindbergh10

  • 10 Cette recherche a bénéficié des travaux des étudiants de langues et littératures françaises et roma (...)

12La déontologie journalistique actuelle suppose que l’on distingue information et rumeur. La première implique des procédures de vérification strictes, par le recours à l’enquête personnelle, l’interrogation de sources ou de témoins fiables ; la seconde représente en quelque sorte l’échec d’une investigation directe. Cette déontologie était déjà celle que revendiquait le Syndicat des journalistes français en 1918. Mais, hier autant qu’aujourd’hui, ce processus est largement dépendant des moyens en temps et en argent mis à la disposition du journaliste. Une information de proximité est plus aisément vérifiable qu’une information venue de loin. Une information transmise en temps réel a moins de chance de pouvoir être vérifiée. Par ailleurs, le choix de transmettre ou non une information ne dépend pas seulement de l’analyse rationnelle de sa fiabilité. La concurrence entre les médias, le souci d’être dans le coup, de réagir à chaud pour conserver ses lecteurs ou ses auditeurs pèsent lourdement sur les choix d’un journaliste. Publier une information ou la relayer résulte donc d’un compromis entre intuition et contrainte.

13Le journaliste de l’entre-deux-guerres n’avait pas à craindre la concurrence des médias sociaux. Mais son travail n’était pas plus aisé que celui de son confrère actuel. Il faut donc bien prendre conscience des relais par lesquels transite une information lointaine pour comprendre le rôle que la rumeur a pu prendre dans l’affaire Lindbergh. La grande majorité des journaux européens ne pouvaient envoyer un enquêteur de leur propre rédaction pour prendre directement connaissance des faits. Cela est particulièrement sensible dans la période qui suit l’enlèvement du bébé, du 1er mars 1932 jusqu’à la dispersion de ses cendres le 15 août de la même année, ainsi que dans la longue phase d’enquête qui suit, jusqu’à l’inculpation de Hauptmann le 8 octobre 1934. On mesure aisément les principaux obstacles : il aurait fallu envoyer un journaliste maîtrisant parfaitement l’anglais pour suivre une affaire dont personne ne pouvait soupçonner ni les rebondissements ni le moment où elle se terminera. Contrairement aux grandes manifestations sportives ou politiques, le rapt n’a en effet pas de temporalité prévisible : le coût de la mission est donc impossible à prévoir. Or la presse américaine, qui n’a évidemment pas les mêmes contraintes et qui dispose de très nombreux correspondants locaux, est parfaitement à même de suivre les événements. La presse francophone reçoit les informations qu’elle livre en abondance, et les grandes agences de presse, comme Reuters, relaient, via leur bureau de Londres, la majorité des faits méritant d’être connus. Ce sont ces agences qui fournissent donc l’essentiel de la matière journalistique dont la presse francophone va faire usage. Ainsi, les informations qui paraissent dans le quotidien français Le Matin sont-elles signées par un « Correspondant particulier » de Londres qui n’est pas nommé et qui communique par téléphone avec la rédaction à Paris. Le Petit Journal prend soin, très souvent, de préciser de quelles sources il tient l’information transmise aux lecteurs. Il cite de nombreux journaux : le Mirror (19 mars 1932) ; le Philadelphia Ledger (26 mars) ; la Chicago Tribune, édition continentale (27 mars) ; le Daily Mail (2 avril, 14 avril) ; le New York Mirror (15 avril) ; le New York Times (16 avril) ; le New-York Fund (14 mai) ; le New York Telegram (15 mai) ; le Daily News (15 mai) ; l’Evening Standard (15 mai, 21 mai) ; le New York News (22 mai) ; voire collectivement « Plusieurs journaux américains » (13 avril). Il cite aussi des agences : United Press (13 avril) ; Reuters, orthographié « Reuter » (18 mai).

14La situation sera différente au moment du procès dont la durée et le lieu unique permettront d’envisager l’envoi d’un correspondant particulier, ou la publication de textes d’une source locale dont on se sera assuré de l’exclusivité. C’est le cas, par exemple, pour le grand reporter et correspondant permanent de Paris-Soir à New-York, Jacques Fransalès, qui se charge de la médiatisation du procès et de la chronique judiciaire, de même que des « à-côtés pittoresques du procès » alors qu’il n’a pas couvert personnellement les premières phases de l’événement.

  • 11 Bonville (Jean de), La Presse québécoise de 1884 à 1914. Genèse d’un média de masse, Québec, Presse (...)

15Très concrètement, le journal européen traite donc l’affaire par les pratiques habituelles du secrétariat de rédaction. Ses outils sont les ciseaux et la colle. La démarche est bien connue : lecture des journaux du matin et des dépêches, réorganisation et hiérarchisation de la matière, aménagements légers de l’article, en particulier du début et de la fin, intertitres, détermination de la place à occuper dans le journal, du nombre de colonnes à attribuer à l’événement, et enfin choix typographiques et rédaction des titres11. Il suffit de lire quelques journaux différents publiés pendant le même laps de temps pour constater la ressemblance des articles publiés : on y retrouve des informations identiques, souvent présentées dans le même ordre, avec des sources qui diffèrent légèrement. La seule originalité tient aux titres, qui sont de la rédaction. Le point de départ est parfois indiqué (« Le New York Sun raconte » ; « Reuter »), mais l’usage le plus fréquent demeure celui des indéterminés (« on mande de New York » ; « on reçoit les détails suivants ») avec mention du jour ou de l’heure de la réception de la dépêche : « Paris, 3 mars ». De là le recours systématique à des structures lexicales ou syntaxiques signalant un discours rapporté : des verbes introduisant le discours indirect, par exemple : « Le Mirror dit savoir » (Le Petit Journal, 19 mars 1932), des constructions prépositionnelles (« selon », « d’après », « suivant », etc.) L’emprunt à un confrère est parfois explicite et révèle alors le circuit long de l’information : « Paris 6 février — On mande de Londres au Matin » (L’Indépendance belge, 7 février 1935) ; « Le Révérend Peacock, de Norfolk (Virginia) […] a fait aujourd’hui [20 mai] par téléphonie sans fil à l’Evening Standard les déclarations suivantes » (Le Petit Journal, 21 mai, p. 3).

  • 12 Elle est d’ailleurs relayée par les sites qui conseillent les internautes. Voir par exemple : http: (...)

16La succession des dépêches produit un effet d’empilement qui demeure lisible dans les colonnes du journal. Il n’est pas rare que les faits se contredisent, voire s’annulent les uns les autres sans que le journal n’ait pu ou n’ait voulu faire disparaître une information démentie peu après sa publication. Ce phénomène est partiellement compensé par la pratique rédactionnelle dite de la pyramide inversée, enseignée dans toutes les écoles de journalisme, qui consiste à mettre les informations les plus importantes en tête d’article12. Les informations secondaires ou moins vérifiées se trouvant en queue, c’est également là que se dirigent les ciseaux du secrétaire de rédaction ou que la composition récupérera l’espace qui lui manque.

  • 13 9 mars 1932.
  • 14 11 mars 1932.
  • 15 13 mars 1932.
  • 16 Ibid.

17Le déferlement des dépêches produites par une presse américaine avide d’événements et l’impossibilité matérielle de les vérifier sont des facteurs essentiels de propagation des rumeurs. La presse française ne peut éviter de les relayer tout en étant bien consciente du caractère fragile de nombre d’affirmations. Ainsi L’Écho de Paris annonce-t-il peu après l’enlèvement les différentes rumeurs qui circulent : « l’enfant a-t-il été embarqué à destination de la France13 ? » ou encore : « on connaît l’hypothèse suivant laquelle l’enfant aurait été déjà restitué à ses parents depuis dimanche soir. D’après une autre hypothèse, les bandits estimeraient qu’il n’est pas sûr encore pour eux d’entamer des négociations et ils attendent que la fièvre de l’opinion publique se soit calmée14. » Le lendemain, le quotidien se demande : « le petit Lindbergh a-t-il été enlevé par les adorateurs de la Lune15 ? » Puis, il signale que « le bruit avait couru que le fils de Lindbergh se trouvait à bord du Président Roosevelt qui a quitté New York le 2 mars et qui est arrivé hier à Hambourg. » Le paragraphe suivant avoue qu’il s’agit d’une fausse piste : « le fils qui a été pris pour le fils du colonel est le fils âgé de 22 mois d’une dame danoise qui rentre dans son pays16. » Ce flux continu de fausses nouvelles est bien entendu modalisé de manière à éviter tout reproche, avec un usage immodéré de points d’interrogation, de conditionnels, et de sémantèmes de distance (hypothèse, bruit,...) L’ambivalence est constante entre la captation du lecteur par la dramatisation de l’événement et la nécessité journalistique de demeurer conforme à la vérité. Dans L’Écho de Paris, le 14 mars 1932, on lit que : « Londres 13 mars — On mande de New York à l’Agence Reuter : suivant certains bruits, l’enfant Lindbergh aurait été retrouvé à Crossville dans le Tennessee. » Mais dès le paragraphe suivant, l’information est niée : « La piste était fausse », « l’enfant trouvé à Crossville [...] n’était pas celui du colonel […] ».

18Le lecteur du Petit Journal connaît bien ce va-et-vient omniprésent dans la presse de l’époque. Les marqueurs linguistiques de modalisation sont récurrents, notamment le conditionnel, mais aussi le « on » impersonnel assorti d’un verbe d’hypothèse ainsi que d’autres procédés visant à nuancer une information relayée par une/des source(s) non communiquée(s) :

« On pense que les ravisseurs pourraient bien être d’anciens domestiques » (5 mars 1932, p. 3).

« Une information signalait hier que […] On croit qu’il fut victime d’un mystificateur » (ibid.).

19Mais on voit bien également que cette prudence permet aussi au journal de publier tout ce qu’il reçoit, même des informations fantaisistes, afin de maintenir l’attention des lecteurs les jours de disette… Ainsi peut-on lire : « Le Daily Mail rappelle un bruit qui a déjà couru et selon lequel l’enfant de Lindbergh n’aurait jamais été enlevé » (2 avril, p. 3), avec la précision suivante : « Nous publions cette version à titre de pure information et sous toutes réserves ». Dans le titre « Une hypothèse romanesque touchant le rapt du petit Lindbergh ? », le point d’interrogation et l’épithète romanesque marquent doublement le caractère douteux des faits. Même un journal comme L’Humanité communiste, enclin par conviction à critiquer autant les grands médias que le monde américain, se laisse prendre au jeu. Le 12 mars 1932, un entrefilet continue à donner des nouvelles, mais pour mieux noter : « laissons les journalistes raconter chaque jour des histoires abracadabrantes. Nous ne reprendrons la plume que le jour où il y aura un élément nouveau sur cette aventure ». Le 17 mars cependant, on trouve un autre entrefilet, puis rien jusqu’au 24 mars. Le 1er avril, on trouve encore une brève avec un point d’exclamation : « Des bandits recherchent le fils de Lindbergh ! » ; le 2 avril, en même position, la rumeur selon laquelle « Lindbergh se serait débarrassé lui-même de son fils » est développée sur deux paragraphes. Le sous-titre annonce : « et ce fils ne serait qu’un enfant adoptif » ; l’article est en fait une critique de l’article du Daily Mail et de la théorie selon laquelle Madame Lindbergh aurait perdu l’enfant qu’elle portait dans une « randonnée aérienne » et le couple aurait alors adopté. Conclusion de l’article : « il faut avouer que les histoires américaines mettent à dure épreuve les ressources de la crédulité humaine ! »

20La rumeur est ainsi liée à la maximalisation de l’information : pas un jour sans nouvelles, fussent-elles démenties. Le flux est constant et ne peut se tarir sans être remplacé par un autre. Il s’agit alors, pourrait-on dire, d’une rumeur structurelle, liée au processus même de la circulation de l’information dans le régime journalistique des années 1930. Elle est d’autant plus insistante que la rumeur concerne un événement lointain, qu’il est difficile de confirmer, pour des raisons économiques autant que pratiques.

21Tout autre est la rumeur intentionnelle dont la presse fournit également nombre d’exemples. Celle-ci se constitue souvent selon d’autres codes et répond à d’autres motivations, même si les deux régimes peuvent aussi se conjuguer. Nous allons voir cela en détail, à propos d’un cas particulier.

Les mystères de l’enfant retrouvé

  • 17 Paillard (Bernard), « L’écho de la rumeur », Communications, no 52, 1990, p. 131.
  • 18 Exemple : Le Journal (Paris), 6 novembre 1933.

22La période de reflux médiatique qui accompagne la longue enquête de la justice américaine entre l’automne 1932 et septembre 1934 est scandée par les voyages de l’aviateur. Ils offrent au passage l’occasion de se demander s’il ne s’est pas tué au Groenland (août 1933). Le manque d’information à propos d’un personnage connu peut être générateur de bruits en tous sens17. La presse internationale donne ainsi un certain écho à la rumeur qui naît en novembre 1933 en Belgique, dans le petit village de Malèves-Sainte-Marie : on y aurait retrouvé le fils Lindbergh18 ! Notons qu’il ne s’agit pas du seul cas où la presse croit être sur les traces du disparu, mais ici les journalistes prétendent faire réellement leur travail.

23Le premier média à avoir mis en exergue la rumeur de Malèves-Sainte-Marie est le quotidien généraliste La Dernière Heure. Journal d’obédience libérale, mais destiné à un public populaire, il s’agit d’un journal qui donne une large place au sport, aux nouvelles régionales et aux faits divers à sensation. Le 5 novembre 1933, on titre en Une : « Un enfant mystérieux à Malèves-Sainte-Marie ». Dans ce premier article, le journaliste Jean Josse commence par exposer la situation : en septembre 1933, suite à une annonce parue dans le journal La Libre Belgique, les époux Vandenbosch-Heynen décident de prendre sous leur aile (moyennant rétribution) un petit enfant abandonné par ses parents et recueilli par un prêtre d’Amblève. Ce dernier ne donne guère de détails sur l’identité de l’enfant ; aussi le voisinage remarque-t-il que le petit Jean parle non seulement allemand, mais aussi anglais ! L’identité mystérieuse de l’enfant, couplée aux investigations menées par un policier privé et une institutrice de passage à Malèves, incite le journaliste à mener une enquête. Selon les dires du voisinage et des parents adoptifs eux-mêmes, Jean ressemblait étrangement au fils de Lindbergh non seulement sur le plan physique, mais également sur le plan mental (on mesure la portée de l’argument en rappelant que c’est un bébé qui a été assassiné !). Jean Josse se rend ainsi sur place, interroge l’enfant et les parents, qui sont persuadés qu’il s’agit de l’enfant de Lindbergh.

24Dans le deuxième article (daté du 6 novembre 1933), La Dernière Heure fait le compte-rendu de l’enquête du détective bruxellois Goddefroy, dans laquelle celui-ci tente de convaincre le lecteur que l’enfant de Malèves est bien le fils de Lindbergh.

25Enfin, dans un dernier article du 7 novembre 1933, La Dernière Heure annonce : « Le mystère de Malèves-Sainte-Marie est éclairci ». Jean Josse se rend à Amblève, un petit village près de Malmedy, pour interroger le prêtre Lambertz qui avait recueilli l’enfant avant de le confier au couple de Malèves-Sainte-Marie. L’ecclésiastique affirme évasivement que l’enfant est bien le fils d’un Allemand, mais n’écarte pas la possibilité que le bambin serait en réalité le fils du pilote.

26Les autres journaux nationaux tels que La Libre Belgique ou Le Soir rapportent la rumeur tout en relativisant son degré de réalité. Ainsi, dans un article du Soir, le journaliste interviewe le curé qui, cette fois-ci, affirme clairement que l’enfant n’est pas le fils de Lindbergh. Le journaliste déclare même que cette rumeur, qu’il qualifie de « simple histoire humaine », illustre « l’imagination des peuples ». La Libre Belgique, pour sa part, titre : « prétendue affaire mystérieuse ». à titre d’exemple, voici ce qu’écrit le journal :

Ceux-ci, comme bien l’on pouvait penser, ne donnèrent aucune suite à cette « sensationnelle nouvelle ». On sait d’ailleurs que l’aviateur a reconnu le cadavre de son enfant.

  • 19 « Une prétendue affaire mystérieuse à Malèves-Sainte-Marie », La Libre Belgique, 8 novembre 1933, p (...)

Et à Malèves-Sainte-Marie, où l’on a cru pendant quelques jours se trouver en présence du petit Lindbergh, on rit aujourd’hui de l’histoire banale entre toutes. L’enfant dont il a été question est d’origine allemande, placé dès sa naissance en des mains étrangères, et échoué aujourd’hui dans le Brabant Wallon19.

27Cette semaine d’agitation s’apaise rapidement lorsque le journalisme d’investigation se donne la peine de vérifier ses sources. La rumeur s’efface, comme si elle n’avait jamais existé. Mais, très étrangement, elle rebondit quatre ans plus tard, bien après l’exécution de Hartmann. C’est que Lindbergh n’a jamais vraiment disparu de l’horizon médiatique.

  • 20 Torrent (Paul), « “L’homme, cet inconnu” par Alexis Carrel », Le Pays Réel, 17 août 1936, p. 7.
  • 21 Bibard (Pierre), La Libre Belgique, 8 décembre 1935, p. 8.

28En 1937, les époux Vandenbosch-Heynen habitent à Wavre et sont toujours persuadés que leur enfant adopté est bien le fils de Lindbergh. Déjà en 1933, le couple avait écrit à l’aviateur dans l’espoir que celui-ci le reconnaisse comme son fils. Lors de leur emménagement à Wavre, le couple a su convaincre nombre de leurs nouveaux concitoyens des caractéristiques troublantes que partageraient Jean et feu Charles Junior, si bien que c’est par le biais de ces habitants et d’Alexis Carrel que le parquet de Nivelles décide, le 22 octobre 1937, d’ouvrir une enquête sur cette affaire. En effet, face au mutisme de Lindbergh, les parents et les Wavriens ont subtilement choisi de s’adresser à Alexis Carrel (1873-1944), prix Nobel de médecine, chirurgien célèbre pour ses apports dans le domaine de la suture vasculaire et de la transplantation d’organes, mais aussi biologiste et auteur de l’un des best-sellers de l’entre-deux-guerres : L’homme cet inconnu (1935). L’essentiel de sa carrière se déroule aux États-Unis où il collabore avec Lindbergh à la mise au point d’une pompe à perfusion pour un cœur artificiel. Ils ont écrit en commun The Culture of Organs en 1938 et font la Une du Time le 13 juin 1938. Les deux hommes partagent la même vision élitiste et autoritaire du monde, fascinés par l’eugénisme. Dans son essai de 1935, Alexis Carrel développe une idée que reprendront certains « transhumanistes » actuels : la sélection humaine, obtenue grâce à la génétique. À l’automne 1935, la publication de L’Homme cet inconnu confère au chirurgien une visibilité médiatique accrue qui se double d’une admiration mêlée de sympathie. Le Pays Réel, quotidien d’extrême droite catholique, dont l’orientation idéologique est intimement liée aux convictions de Carrel, rédige un article évoquant « la pensée du beau et fondamental livre que le Dr Carrel a écrit20 ». Mais il faut dire à la vérité que le prestige de Carrel a été rarement contesté avant la fin du xxe siècle. Pour sa part, La Libre Belgique déclare que le livre du « grand anatomiste, grand chirurgien, grand vagabond doit être connu21 ! »

29Au mois de juillet 1937, Lindbergh voyage jusqu’en Bretagne pour rencontrer Alexis Carrel avec qui il travaillait depuis environ deux ans afin de mettre au point un cœur artificiel. Cette rencontre sera rapportée dans la plupart des médias belges. Compte tenu de la publicité médiatique dont il jouissait à cette époque-là et du capital de légitimité dont il était porteur, il y a lieu de penser que la rencontre entre Lindbergh et le chirurgien, qui fut rapportée dans la presse belge, constitua l’événement déclencheur qui poussa les parents Vandenbosch-Heynen à assigner à Alexis Carrel la fonction de relais de communication de la rumeur, c’est-à-dire l’opérateur au moyen duquel cette dernière resurgit dans le monde médiatique.

  • 22 Chabry (Claude), « Ce que dit le curé de Malèves… et une curieuse histoire de singe », Le Pays Réel(...)

30Fondé en mai 1936, Le Pays Réel est un quotidien rexiste qui fut notamment dirigé par Léon Degrelle. Il consacre quatre articles à l’affaire, les 24, 25, 26 et 28 octobre 1937. Dans le premier article, le journaliste Claude Chabry se rend à Wavre pour interroger l’enfant, qu’il surnomme « l’enfant sans état civil ». Il retrace également toute l’histoire de Jean et rassemble les « indices » qui dénoteraient une possible filiation avec l’aviateur. Dans le deuxième article, le journaliste rapporte la suite de son interview avec l’enfant et tente de justifier l’absence de démarches plus sérieuses entreprises par le couple de Malèves et la nécessité de poursuivre coûte que coûte cette histoire. Ensuite, l’envoyé spécial interroge l’épouse du détective privé Goddefroy qui s’était intéressé à l’affaire en 1933. Enfin, dans le dernier article, Claude Chabry retranscrit ce que le curé de Malèves aurait annoncé à « l’un des informateurs les plus sûrs22 » du Pays Réel. Il reprend les informations recueillies par le parquet de Nivelles et s’interroge sur la lenteur de la justice face à cette rumeur. L’article consacre également un paragraphe à une anecdote portant sur un singe qui aurait fait une apparition à Malèves-Sainte-Marie.

31On sait peu de choses sur Claude Chabry, pseudonyme de Willy Daumerie, né en 1914. Ce journaliste rexiste spécialisé dans les chroniques littéraires et la critique de films a fondé deux maisons d’édition en 1943, les éditions du Rond-Point et les éditions de la Mappemonde, où il publie sa traduction de Wuthering Heights d’Emily Brontë. L’année suivante, il fonde les éditions Claude Chabry qui traduisent le roman de Knut Hamsun, Vagabonds. Prix Nobel de littérature en 1920, ce dernier était connu sous l’Occupation pour son soutien au parti pronazi de Vitkun Qisling et il ne cachait pas son admiration pour le Fürher.

32Une exploitation politique de la rumeur apparaît clairement dans cette série d’articles. Le journal mène une campagne permanente contre le régime démocratique. Il ne manque jamais une occasion de souligner un dysfonctionnement, que les institutions en place chercheraient évidemment à occulter. Le couple de bons catholiques wavriens apparaît ainsi comme la victime d’un système auquel participe une justice inefficace. La tonalité générale est celle du « on vous cache quelque chose ».

33Lorsqu’on analyse plus en détail les articles de Chabry, on ne s’étonne pas d’y retrouver les procédés classiques du reportage. Ils mettent en scène une enquête personnalisée utilisant largement les codes de la fiction au service de l’information. Néanmoins, le fait que le reportage se donne ici pour objet une rumeur tend à accentuer certains de ces procédés. C’est sur ceux-ci que nous insistons. On en énumérera quelques-uns :

  • 23 Chabry (Claude), « Les étranges aventures d’un enfant sans état civil », Le Pays Réel, 25 octobre 1 (...)
  • 24 Marion (Philippe), « Les mirages de la révélation promise : le discours de la presse à sensation », (...)

34Une revendication d’exclusivité. À chaque article, Claude Chabry tient à rappeler au lecteur que Le Pays Réel est le seul journal à avoir eu « le courage23 » de rapporter les faits. Qui plus est, dans l’article du 26 octobre 1937, l’encadré qui indique « De notre envoyé spécial Claude Chabry » est placé à côté du titre et rédigé dans la même typographie que celui-ci, ce qui démontre la volonté du journal de mettre en évidence son exclusivité, et donc le label d’authenticité propre au journalisme de reportage. De surcroît, cet encadré renvoie, par sa forme, à la référence stéréotypée des cachets sur certains dossiers (« Top secret », « Exclusif », etc.). Selon Philippe Marion, cette référence implicite rattache le journal à la pratique dite du « racolage24 ».

  • 25 Ibid., p. 2.
  • 26 Ibid., p. 2.
  • 27 Chabry (Claude), « Baby Lindbergh », Le Pays Réel, 24 octobre 1937, p. 2.
  • 28 Pinson (Guillaume), « Rumeurs et anecdotes : imaginer la mondanité dans la presse, vers 1900 », Tan (...)

35Une littérarisation efficace. Claude Chabry est habituellement chargé de commenter des œuvres fictionnelles. Mais en l’occurrence, conformément aux procédés de littérarisation courants dans l’écriture de reportage, il cisèle ses articles comme de véritables romans, comme l’illustre le choix de ses titres : « Les étranges aventures d’un enfant sans état civil » ou encore « Le mystère de l’enfant sans état civil ». L’enfant des Vandenbosch est constamment affublé de divers surnoms : petit Jean25, l’enfant-sans-état-civil26, ou encore le petit Lindbergh27. De même, dans le premier article, le journaliste anonymise les protagonistes de l’histoire, à savoir le prêtre et les parents de l’enfant. Comme le souligne Guillaume Pinson, l’anonymat dans un article de presse, constitue un indice qui fait pencher l’histoire du côté de la fiction28. C’est peut-être pourquoi le journaliste, conscient de ce glissement qui détruit l’authenticité qu’il cherche à retranscrire, choisit de ne plus couvrir d’anonymat lesdits protagonistes dans les articles suivants.

  • 29 Chabry (Claude), « Le mystère de l’enfant sans état civil », Le Pays Réel, 26 octobre 1937, p. 2.

36La rhétorique de la dénonciation. Lorsque le journaliste rappelle l’historique de la rumeur, il présente le détective Goddefroy comme relativement incompétent, mais surtout comme une personne devenue la risée de son entourage du fait de son enquête. À cet égard, l’interview de son épouse dans l’article du 26 octobre 1937 n’est pas anodine. En évoquant « la mauvaise foi préconçue », le « doute » émanant de ses collègues ainsi que la « lutte » que son mari a dû engager contre les découragements de ses confrères, Mme Goddefroy fait de celui-ci un bouc émissaire et Le Pays Réel trouve là une justification à la poursuite de son enquête. Le fait de placer un tel discours au sein de l’article transforme l’enquêteur en héros des médias belges qui délivrera enfin la vérité au public au sujet de cette rumeur. De surcroît, généralement à la fin de ses articles, Claude Chabry insiste sur la nécessité absolue de tirer au clair cette « affaire aussi ténébreuse29 ».

  • 30 Chabry (Claude), « Baby Lindbergh », Le Pays Réel, 24 octobre 1937, p. 2.
  • 31 Dymytrova (Valentyna), « La construction sémio-discursive de l’émotion dans la presse écrite », dan (...)

37La rhétorique de l’émotion. Le journaliste recourt fréquemment en fin d’article au pathétique pour émouvoir le public et ainsi mieux attirer sa sympathie. Par exemple, dans son premier reportage, après avoir manifesté sa joie de voir grandir en Belgique le fils de Lindbergh, il demande : « Quel cœur ne bondirait à une émotion aussi pure30 ? » Le recours à l’émotion dans la presse écrite favorise une tension entre l’information et le sentiment, ce qui transforme le média en outil « de la fabrication de l’information-spectacle à des fins de marchandisation » et empêche « la critique et le jugement des lecteurs31 ».

  • 32 Gryspeerdt (Axel) et Kleine (Annabelle), La Galaxie des rumeurs, Bruxelles, Evo éditions, p. 78.

38Un discours rationnellement irrationnel. À plusieurs reprises, Le Pays Réel fait appel à des figures d’autorité pour permettre à la rumeur folle de trouver écho auprès de son public. Le journal développe ainsi des procédés « rationalisateurs » pour objectiver la rumeur. Axel Gryspeerdt considère que ce type de démarche vise à introduire « l’incertitude, l’irrationnel, l’imaginaire32 » et qu’il constitue l’un des traits typiques du discours rumoral. Voici quelques exemples qui attestent de ce procédé :

  • 33 Chabry (Claude), Le Pays Réel, octobre 1937, p. 2.

Le Procureur du Roi l’a interrogé en jouant avec lui pendant des heures, les médecins légistes l’ont fait parler et personne n’a relevé le moindre fait qui pourrait faire croire à une comédie. Alors33 ?

  • 34 Chabry (Claude), « Ce que dit le curé de Malèves… et une curieuse histoire de singe », Le Pays Réel(...)

Il est une autre chose étrange et dont la certitude est assurée puisqu’elle est confirmée par le certificat médical d’un docteur de Perwez, pièce qui figure au dossier.
Quelque temps après l’arrivée de l’enfant chez les époux Vandenbosch qui – nous l’avons dit – prenaient de lui un soin jaloux, celui-ci tomba malade […]. Le médecin traitant soigna l’enfant et au cours de ses visites reconnut que le petit Jean donnait tellement l’impression d’avoir été drogué. D’ailleurs en ce qui concerne une époque de sa vie, ses souvenirs sont contradictoires […]34.

  • 35 Ibid.

[…] il raconte qu’on lui donnait à boire du whisky et qu’il faisait des « couacs », ce qui signifie chez lui le vomissement.
Le détective Klein et Melle Pauline Hart, de Hambourg, l’ont soumis, il y a deux ans et demi, à une épreuve. Sur une table, on avait mis une série de bouteilles de liqueur les plus variées […]. Il examina toutes les bouteilles les renifla et s’en fut chercher, derrière tous les autres, le flacon qui contenait cet ethyique [sic] breuvage.
Sans rien déduire de cela d’extraordinaire, il y a lieu de s’étonner de ce qu’un enfant, élevé chez les sœurs de Saint-Vith et ensuite par des modestes gens qui n’ont jamais bu de whisky de leur vie, reconnaisse une telle liqueur35.

39L’ambivalence testimoniale. Il y a contradiction entre le statut de l’envoyé spécial, chargé de vérifier la véracité d’un fait, et l’entretien de la rumeur, qui sert les intérêts du journal. Les articles de Chabry témoignent de ce conflit discursif. D’un côté, il insiste sur ce que lui apprend la rencontre de visu de l’enfant :

C’est un petit garçon de sept ans et demi maintenant. Les cheveux moutonnant comme ceux de son père. Le même regard brûlant et volontaire. Le front relevé, le nez légèrement retroussé et ce fameux menton carré agrémenté d’une fossette… Pas de doute, c’est le portrait du père.

40Mais la suite du même texte nuance le propos de manière à frayer la voie à l’imaginaire rumoral :

C’est le même front, le même regard dur et brillant, la même bouche, le même dessin du visage. Qu’on le veuille ou non, on ne peut pas ne pas être remué par cette extraordinaire similitude.
Que faut-il en inférer ?
Nous n’irons pas jusqu’à dire que le petit Jean, parce qu’il a un accent anglais, utilise dans sa conversation un débit brûlant, des mots anglais, parce qu’il ressemble comme deux gouttes d’eau au second fils du colonel Lindbergh, et parce que son origine est mystérieuse, est le fils du célèbre aviateur. Mais nous insistons d’une manière pressante pour qu’une enquête serrée et des recherches documentées soient entreprises.
Nous citons les lieux, nous avons les noms, qu’on remue ciel et terre, mais qu’on ne demeure pas sur cette cruelle hésitation. Il faut conclure.

  • 36 Gryspeerdt (Axel) et Klein (Annabelle), La Galaxie des rumeurs, op.cit., p. 77.

41La quadruple répétition de l’adjectif « même » oriente le lecteur dans une direction qui se voit immédiatement déviée de sa trajectoire par la négation « Nous n’irons pas jusqu’à dire ». Une confrontation entre ces deux prises de position rend l’attitude du journaliste contradictoire, presque schizophrénique. Cette tendance bipolaire contribue à créer un discours ouvert, qui, selon Axel Gryspeerdt, constitue aussi l’un des traits de l’écriture rumorale36. Celle-ci prend enfin appui sur un imaginaire partagé avec les lecteurs, qui est fortement imprégné de catholicisme.

42L’imaginaire partagé. Dans son premier article, Claude Chabry se rend à Wavre pour interroger l’enfant. Voici deux extraits de cette rencontre :

Je le presse gentiment de questions, le prenant sur mes genoux et le caressant, mais il répond toujours :
— Yes, monsieur, ou « No monsieur », ou encore : « Je ne sais plus » et puis il me regarde fixement comme si tout cela éveillait en lui des échos vagues ou des résonances éteintes qui se perdaient dans le brouillard d’une mémoire d’enfant.

Et le petit Lindberg [sic] est là, joyeux et indifférent à tous ces gens qui se pressent autour de lui, le questionnent, et il répond inlassablement, cent fois à la même question, sans se troubler, toujours par la même chose.

  • 37 Froissart (Pascal), « La rumeur ou la survivance de l’intemporel dans une société d’information », (...)

43Comme en témoignent les extraits ci-dessus, son unique et brève rencontre avec l’enfant semble marquer une transformation temporelle pouvant s’apparenter au temps cyclique de l’éternel retour, comme si l’enfant constituait le moteur de cette résurgence. Dès lors, le discours de Jean devient le symptôme de la rumeur même : celle-ci, de même que toutes les réponses du bambin, est cyclique et destinée à se reproduire37. Ajoutons à cela le portrait même de l’enfant, dont le journaliste se plaît à souligner la douceur et l’intelligence spontanée. Il est une sorte de « simple d’esprit » « mais son visage pétille de malice et d’intelligence » (24 octobre 1937, p. 1). On pourrait y voir une figure légendaire dont le retour serait de l’ordre de la résurrection christique, ce qui serait en parfaite conformité avec l’orientation idéologique du journal et de ses lecteurs.

  • 38 Chabry (Claude), « Ce que dit le curé de Malèves… et une curieuse histoire de singe », Le Pays Réel(...)
  • 39 Kapferer (Jean-Noël), Rumeurs : Le plus vieux média du monde, op. cit., p. 130.

44La stratégie du silence. Dans Le Pays Réel, Claude Chabry conclut son article en prédisant un « coup de théâtre imminent dans cette affaire38 ». Toutefois, force est de constater que ce suspense ne débouche sur rien. Selon Jean-Noël Kapferer, « l’après-rumeur pose la question de la signification du silence39 ».

  • 40 J. N., « Le mystérieux enfant de Wavre est-il l’enfant de Lindbergh ? », Le Peuple, 27 octobre 1937 (...)
  • 41 J. N., « Le petit adopté de Wavre n’est pas le fils de Lindbergh », Le Peuple, 2 novembre 1937, p.  (...)

45Après le 28 octobre 1937, Le Pays Réel ne publie plus guère d’articles au sujet de la rumeur, alors qu’au début du mois de novembre, le fameux « coup de théâtre » prédit par Claude Chabry eut bel et bien lieu : le parquet de Nivelles conclut l’affaire en affirmant que Jean n’était pas l’enfant de Lindbergh, mais bien celui de Marguerite Schröder et Ruther Rudolf, un boucher de Bullange. Compte tenu des déclarations du parquet, l’on peut dès lors penser que Le Pays Réel décida de ne pas faire état de ces révélations afin d’éviter toute décrédibilisation. À l’inverse, le journal socialiste Le Peuple, qui s’est abstenu de diffuser la rumeur, consacre les 27 octobre et 2 novembre 1937, deux articles détaillés à l’affaire qui permettent de démêler le vrai du faux. Ce travail d’éclaircissement s’accompagne d’une vive critique du Pays Réel. Le Peuple déclare que le quotidien rexiste a donné un « caractère sensationnel et mystérieux » à cette « abracadabrante histoire40 » et qu’il cherche à exploiter les scandales « pour arrêter la chute vertigineuse de son tirage41 ». La dénonciation de la rumeur, on le voit, n’est pas moins exempte d’enjeux politiques que son exploitation journalistique.

46L’histoire du fils retrouvé nous semble caractéristique de la gestion médiatique d’une rumeur de proximité. La réputation d’un personnage internationalement célèbre s’y voit récupérée au plan local, en réalisant l’improbable liaison entre deux réalités que tout sépare (une adoption mystérieuse dans un village belge et le meurtre d’un enfant aux États-Unis). Dans ce cas, le discours médiatique fait coup double : la rumeur internationale est réactivée « près de chez vous », en donnant au lecteur l’illusion qu’il participe à un événement de portée mondiale. Mais cette réappropriation nationale de la rumeur ouvre inévitablement la porte à sa contamination par les enjeux locaux. On lit dans l’histoire de Malèves l’intervention d’un prêtre et d’une famille croyante en butte à l’incompréhension de ses concitoyens, la sympathie que lui manifeste la presse catholique, la méfiance en retour de la presse laïque, puis l’exploitation de l’affaire par ceux qui dénoncent la « pourriture » du régime démocratique… Une histoire belge, en somme, où s’achève le grand battage médiatique mondial de l’affaire Lindbergh.

Conclusion

47L’affaire Lindbergh offre un cadre intéressant pour analyser les contraintes à la fois discursives et contextuelles qui définissent les modalités d’appropriation et de transmission de la rumeur par la presse. Elle cumule une double contrainte intrinsèque. D’une part, elle voit se tourner vers elle les médias du monde entier, donnant aux logiques concurrentielles locales une ampleur transnationale. La rumeur occupe à ce titre une véritable fonction structurelle : elle vient combler les interruptions événementielles et garantir la continuité du flux médiatique, en maintenant la curiosité et l’intérêt chez le lecteur. Dans ce contexte, le récit rumoral catalyse une des tendances majeures du monde de la presse : le sensationnalisme. D’autre part, malgré son retentissement international, nombre de journalistes européens doivent – pour des raisons très pratiques – se contenter d’une information de seconde main. L’essentiel de l’affaire est ainsi publié dans la presse francophone sur le mode du « copier-coller », la matière des articles étant directement puisée dans les médias américains. On comprend ici pourquoi la rumeur a trouvé dans la presse francophone un terrain fertile. Il est en effet d’autant moins aisé de vérifier une information que cette dernière vient de loin. Mais si la gestion de la rumeur par le journal est largement contrainte par des effets de distance, comment ne pas s’interroger alors sur la gestion de ces mêmes rumeurs par la presse américaine, la distance ne pouvant servir ici de caution ? Une étude comparative reste à faire et en particulier en ce qui concerne l’appareil discursif mobilisé par les journalistes américains. Une telle étude permettrait de comparer l’ethos journalistique outre-Atlantique à celui des journalistes européens (le rapport au sensationnel, voire au fictionnel, comme indicateur postural). Tout en profitant des effets de dramatisation de la rumeur, la rigueur journalistique se joue en effet dans le monde francophone sur une rhétorique énonciative qui modélise et met à distance le propos. La prise en charge du récit rumoral par la presse offre donc un terrain d’analyse privilégié de sa poétique spécifique, laquelle se joue sur une tension constante entre la mise à distance professionnelle et le surinvestissement des effets de dramatisation.

  • 42 Voir Boucharenc (Myriam), L’Écrivain-reporter au cœur des années trente, Villeneuve-d’Ascq, Presses (...)

48La production et l’appropriation in situ d’un récit rumoral conjuguent ce dernier sous d’autres formes narratives. Lorsqu’elle concerne une réalité proche, la rumeur jouit en effet d’un tout autre traitement dans la presse. La déontologie journalistique la pousse à sortir de l’anonymat pour la donner à lire comme objet d’investigation. Le récit rumoral se trouve alors pris en charge par un énonciateur qui visera à donner au récit l’épaisseur du réel, à interroger, voire à témoigner de son contenu de vérité. La rumeur de Malèves-Sainte-Marie donne ainsi lieu à la publication de reportages d’abord par le journal La Dernière Heure, ensuite par le quotidien rexiste, Le Pays Réel. Les procédés journalistiques de gestion de la rumeur qui ressortent de ces articles sont d’autant plus subtils qu’ils répondent, parfois en l’exacerbant, à une esthétique propre au reportage (procédés de littérarisation, valorisation du reporter témoin, gage d’exclusivité, rhétorique de l’émotion, etc.). Or, on sait combien ces effets de style tissent également entre eux les mailles d’une structure argumentative42. En ce sens, la poétique du reportage sert directement la fonction idéologique d’un récit rumoral dont la fonction sera d’autant plus intentionnelle que la matière est proche et sert des enjeux locaux.

49La gestion du récit rumoral par la presse permet donc de distinguer deux fonctions principales de la rumeur : une fonction structurelle et une fonction intentionnelle. Sans que l’une et l’autre fonction ne s’excluent complètement, elles permettent néanmoins de circonscrire deux rapports distincts à l’information, dont les enjeux déontologiques diffèrent complètement. Dans le cas où la source est lointaine, la rumeur structurelle tend à s’imposer. Les journaux ne peuvent exercer leur esprit critique que de manière discursive, en recourant à divers modalisateurs, tout en veillant à ne pas tarir le flux des nouvelles plus ou moins vraisemblables. Dans le cas où la rumeur a une origine proche, elle offre les conditions nécessaires aux protocoles de vérification de l’information. La diffuser relève alors d’une logique intentionnelle qui met en lumière les conflits ou les négociations possibles de la déontologie objectivante d’une part, des contraintes ou engagements idéologiques de la presse, d’autre part. Dans ces deux cas, la rumeur apparaît bien comme une des composantes essentielles du discours médiatique.

50Inscrite dans les journaux, relayée, voire fabriquée par eux, la rumeur s’impose comme un fait historique intéressant, malgré son statut de fake, comme on le dit de nos jours. Notre article permet dès lors à la fois de revenir sur le phénomène de la rumeur, mais aussi sur l’histoire des relations entre les médias et des fausses nouvelles, qui est un débat bien actuel.

51À l’évidence, les articles de presse confirment les mécanismes psychologiques suggérés par Françoise Rumeux. On voit bien comment ils mobilisent les figures de dissociation (l’enfant ne serait pas mort ; les parents nous cachent quelque chose ; le fils Lindbergh peut se cacher sous d’autres noms) ou de la connexion (la justice belge refuse d’enquêter, c’est qu’elle nous cache la vérité). Si les rumeurs hystériques ou phobiques sont peu attestées dans le cas qui nous occupe, au moins dans la presse francophone, la perversion rumorale apparaît par contre au cœur même du système médiatique de l’entre-deux-guerres. La succession des informations concaténées sur la page du journal, sans ordre ni tri, au fil des dépêches, empêche toute vue synthétique des événements et évite de traiter de leur fil causal. Elle place le lecteur dans une posture presque ingérable puisque le média lui délègue de facto la responsabilité qui est la sienne : celle de transformer le chaos en ordre.

52Contrairement à ce qui se dit de nos jours, les fake news ne sont dès lors pas seulement liés à la multiplication virale des informations, ou à l’intervention de « non-journalistes » dans le flux informatif, mais à la nature même du monde médiatique, à des questions liées à la concurrence entre journaux, à la distance, à la gestion de l’inconnu ou du vide de sens, autant qu’aux contraintes économiques de l’information. Le récit rumoral devient dès lors une des composantes structurelles du journalisme.

Haut de page

Notes

1 Serres (Michel), Genèse, Paris, Grasset et Fasquelle, 1982, p. 100.

2 Notamment sur le modèle de Morin (Edgar), La Rumeur d’Orléans, Paris, Seuil, 1969. Voir notamment la bibliographie proposée par Pascal Froissart sur son site : http://pascalfroissart.online.fr/1-annuaire/02-articleonline.html, consulté le 21 mai 2019.

3 Froissart (Pascal), La Rumeur, Paris, Belin, 2010, p. 43.

4 L’ouvrage classique de Serge Tchakhotine (Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1939) est l’un des premiers qui a théorisé l’importance de la propagande conçue comme organisation de la rumeur.

5 Voir, par exemple : Gaildraud (Laurent), Orchestrer la rumeur, Paris, Éditions Eyrolles, 2012.

6 Reumaux (Françoise), Toute la ville en parle. Esquisse d’une théorie des rumeurs, Paris, L’Harmattan, [1994].

7 Kapferer (Jean-Noël), Rumeurs. Le plus vieux média du monde, Paris, Seuil, 1987.

8 Van de Winkel (Aurore), Gérer les rumeurs, ragots et autres bruits, Liège, Edipro, 2012.

9 Géré (François), Dictionnaire de la désinformation, Paris, Armand Colin, 2011.

10 Cette recherche a bénéficié des travaux des étudiants de langues et littératures françaises et romanes de l’ULB inscrits au séminaire de BA3 en 2014-2015 dirigé par Paul Aron et Vanessa Gemis : Jennifer Arnould, Florence Bonkain, Nicolas Bujiriri, Sarah Dispas, François Félix, Marie Van Nuffel et Chloé Vanden Berghe.

11 Bonville (Jean de), La Presse québécoise de 1884 à 1914. Genèse d’un média de masse, Québec, Presses de l’Université Laval, 1988, pp. 170-171.

12 Elle est d’ailleurs relayée par les sites qui conseillent les internautes. Voir par exemple : http://www.ecrirepourleweb.com/pyramide-inversee-heritage-du-journalisme-cher-redaction-web/, consulté le 21 mai 2019.

13 9 mars 1932.

14 11 mars 1932.

15 13 mars 1932.

16 Ibid.

17 Paillard (Bernard), « L’écho de la rumeur », Communications, no 52, 1990, p. 131.

18 Exemple : Le Journal (Paris), 6 novembre 1933.

19 « Une prétendue affaire mystérieuse à Malèves-Sainte-Marie », La Libre Belgique, 8 novembre 1933, p. 5

20 Torrent (Paul), « “L’homme, cet inconnu” par Alexis Carrel », Le Pays Réel, 17 août 1936, p. 7.

21 Bibard (Pierre), La Libre Belgique, 8 décembre 1935, p. 8.

22 Chabry (Claude), « Ce que dit le curé de Malèves… et une curieuse histoire de singe », Le Pays Réel, 28 octobre 1937, p. 2.

23 Chabry (Claude), « Les étranges aventures d’un enfant sans état civil », Le Pays Réel, 25 octobre 1937, p. 2.

24 Marion (Philippe), « Les mirages de la révélation promise : le discours de la presse à sensation », Médiatiques, no 16 (1999), p. 8.

25 Ibid., p. 2.

26 Ibid., p. 2.

27 Chabry (Claude), « Baby Lindbergh », Le Pays Réel, 24 octobre 1937, p. 2.

28 Pinson (Guillaume), « Rumeurs et anecdotes : imaginer la mondanité dans la presse, vers 1900 », Tangence, no 80, 2006, p. 91.

29 Chabry (Claude), « Le mystère de l’enfant sans état civil », Le Pays Réel, 26 octobre 1937, p. 2.

30 Chabry (Claude), « Baby Lindbergh », Le Pays Réel, 24 octobre 1937, p. 2.

31 Dymytrova (Valentyna), « La construction sémio-discursive de l’émotion dans la presse écrite », dans Vacher (Béatrice) et al. (éd.), Communication et débat public : les réseaux numériques au service de la démocratie ?, Paris, L’Harmattan, pp. 204-205.

32 Gryspeerdt (Axel) et Kleine (Annabelle), La Galaxie des rumeurs, Bruxelles, Evo éditions, p. 78.

33 Chabry (Claude), Le Pays Réel, octobre 1937, p. 2.

34 Chabry (Claude), « Ce que dit le curé de Malèves… et une curieuse histoire de singe », Le Pays Réel, 28 octobre 1937, p. 2.

35 Ibid.

36 Gryspeerdt (Axel) et Klein (Annabelle), La Galaxie des rumeurs, op.cit., p. 77.

37 Froissart (Pascal), « La rumeur ou la survivance de l’intemporel dans une société d’information », Recherches en communication, no 3, 1995, p. 71.

38 Chabry (Claude), « Ce que dit le curé de Malèves… et une curieuse histoire de singe », Le Pays Réel, 28 octobre 1937, p. 2.

39 Kapferer (Jean-Noël), Rumeurs : Le plus vieux média du monde, op. cit., p. 130.

40 J. N., « Le mystérieux enfant de Wavre est-il l’enfant de Lindbergh ? », Le Peuple, 27 octobre 1937, p. 4.

41 J. N., « Le petit adopté de Wavre n’est pas le fils de Lindbergh », Le Peuple, 2 novembre 1937, p. 4.

42 Voir Boucharenc (Myriam), L’Écrivain-reporter au cœur des années trente, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Aron et Vanessa Gemis, « Une histoire racontée par la presse, pleine de bruits et de rumeurs », COnTEXTES [En ligne], 24 | 2019, mis en ligne le 02 juillet 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8228 ; DOI : 10.4000/contextes.8228

Haut de page