Navigation – Plan du site
Des images de l'Amérique

Le fait divers comme parabole de l’altérité

Le traitement médiatique de l’affaire Lindbergh dans la presse suisse romande
Clio Devantéry et Gianni Haver

Texte intégral

1La résonance internationale de l’affaire Lindbergh attire l’attention sur l’Amérique. Avec son lot de mystères, l’enlèvement de l’enfant Lindbergh affole jusqu’à la vieille Europe. Elle angoisse les mères, intrigue les journalistes, mais surtout, questionne les mœurs d’un pays encore sous la coupe de la prohibition. Ce fait divers, loin de se réduire à sa dimension anecdotique, autrement dit à des considérations factuelles, génère, du moins dans la presse suisse romande, une compréhension générale sur le climat qui règne dans les grandes villes comme New York ou Chicago. L’affaire ainsi montée en généralité dépeint ce qui est censé être les us et coutumes de la société américaine des années trente.

2Sollicitant un imaginaire largement colporté par la presse, mais aussi les romans de gare et le cinéma, ce fait divers étaye une image de l’Amérique déjà bien établie par la fiction. Alors qu’au cinéma le borsalino d’Al Capone fait de l’ombre au stetson de Buffalo Bill, que l’asphalte des grandes villes est préféré aux étendues vierges, que l’imaginaire de l’Amérique se déplace, son image à l’étranger reste ancrée dans un fond romanesque ou plutôt cinématographique. Ainsi, entre gangsters et cowboys, les histoires d’outre-Atlantique nourrissent l’imaginaire européen de récits rocambolesques. Au-delà du registre discursif usité par les journalistes pour traiter de l’affaire, les évènements, à commencer par l’enlèvement, semblent suffire à insuffler une dimension fictionnelle à ce fait d’actualité. À cela s’ajoute la notoriété de l’aviateur qui, de par son activité, avive l’image de l’Amérique. Porteur d’une certaine modernité souvent assimilée aux États-Unis, mais aussi de qualités valorisées par la culture « Yankee » et européenne, telles que l’héroïsme, le courage et la bravoure, Lindbergh est le symbole de l’Amérique bien-pensante, mais surtout bien-portante. Ces différentes qualités vont, en raison de l’enlèvement du petit Charles-Auguste Lindbergh, se heurter à l’univers fictionnel des romans de gare et des films hollywoodiens, autrement dit, à cette Amérique inquiétante, aux mœurs étranges, et pour certains côtés inacceptables pour « des esprits européens ». L’affaire Lindbergh devient ainsi un lieu de tension au sein duquel se confrontent la fascination et la répulsion vis-à-vis d’un pays pas si intelligible.

  • 1 Hall (Stuart), « Introduction. Who needs identity? », dans Hall (S.) et Du Gay (P.), Questions of c (...)

3Cet imaginaire implique un partage symbolique entre un « eux » américain et un « nous » européen. Un partage qui, comme on le verra, se manifeste par l’extension de l’identité d’appartenance qui n’est plus ni régionale ni nationale, mais qui devient en quelque sorte continentale. L’antagonisme entre « Ancien » et « Nouveau » Mondes, largement utilisé dans le traitement de l’affaire Lindbergh par la presse suisse romande, rend prégnante la catégorie Europe, et par extension européenne. Différents éléments marquent cette division duale de l’Occident. Perçue en de nombreux aspects comme exotique par les journalistes romands, l’affaire fait la lumière sur les « bizarreries » liées à la culture américaine. Qu’il s’agisse des modes de vie, des formes de criminalité ou encore de la manière d’administrer la justice, l’Amérique est dépeinte sous les traits de l’altérité. En la posant comme « Autre », la presse suisse romande circoncit l’identité européenne. Identité qui voit dans l’altérité le catalyseur de sa transformation, mais aussi et surtout de sa définition. Car comme le dit Stuart Hall : « This entails the radically disturbing recognition that it is only through the relation to the Other, the relation to what it is not, to precisely what it lacks, to what has been called its constitutive outside that the positive meaning of any term – and thus its identity – can be which produced subjectivities, which construct us as subject which can be spoken1. » Ainsi, construire l’identité signifie construire, en même temps, la différence.

  • 2 Le rhéto-romanche qui constitue aujourd’hui la quatrième langue nationale n’est inscrit qu’en 1938 (...)

4En vue de tracer les contours de cette Amérique mythifiée, mais aussi d’approcher cet « idéal » européen, nous nous sommes attachés à regarder la manière dont les médias abordent l’affaire Lindbergh. Le système de communication médiatique, en raison des représentations qu’il convoque, permet de déterminer sa propre identité tout en spécifiant celle de « l’Autre ». Dès lors, nous avons décidé de nous appuyer sur les principaux journaux suisses romands. En raison de la construction politique du pays ainsi que de sa division en trois langues nationales2, il n’y a pas, à proprement parler, de titres ayant une valeur nationale. Les quotidiens ayant la plus grande diffusion sont cantonaux et chaque ville, même petite, a ses propres titres de presse. La Suisse, malgré sa dimension réduite, regroupe une grande quantité de journaux. Bien que nous nous soyons ici contentés d’un nombre restreint de titres, ceux-ci recoupent à eux seuls la majorité du lectorat francophone. Nous tiendrons également compte des articles d’opinions issus de la presse française et republiés dans les pages des quotidiens romands. Cette pratique qui est à l’époque régulière ne délégitime pas la portée de ces prises de position étrangères. Étant triées, sélectionnées puis publiées par les rédactions suisses, ces dernières, indépendamment de leurs origines, s’inscrivent, à notre sens, dans le débat journalistique local.

  • 3 Sur la presse quotidienne en Suisse, voir : Clavien (Alain), La presse romande, Lausanne, Antipodes (...)

5Nous avons ainsi choisi d’analyser différents titres de presse : les feuilles d’avis romandes, à savoir la Feuille d’avis de Lausanne, celle de Vevey, celle de Neuchâtel ainsi que le Journal et la feuille d’avis du Valais ; les journaux régionaux tels que L’Impartial, Le Courrier de Vevey, La Gazette de Lausanne, la Tribune de Lausanne, Le Rhône ; les hebdomadaires à vocation intercantonale, à savoir L’Illustré, Le magazine revue hebdomadaire illustrée et d’actualité, ainsi que les périodiques confessionnels ou engagés que sont La Liberté, le Nouvelliste Valaisan, Le Confédéré, La Revue de Lausanne, La Sentinelle, et Le Droit du Peuple. Mais aussi des journaux portant un regard plus distant comme le très sérieux Journal de Genève dont la sobriété de ton se démarque de l’ensemble. Malgré leur diversité, ces journaux se rejoignent dans une sorte de communion d’intention, avec tout au plus, dans la presse socialiste, une plus grande virulence vis-à-vis du capitalisme américain3.

6D’abord relayée par des dépêches d’agence, l’affaire Lindbergh sera rapidement abordée dans des articles de fond. Au-delà de la restitution des faits qui génère un nombre considérable de chroniques, la tragique histoire du petit Lindbergh est utilisée à titre d’exemple, de comparaison voire de prétexte pour réfléchir plus largement aux us et coutumes américains des années 1930. C’est pourquoi nous avons, dans le cadre de cette étude, choisi de privilégier les articles de fond plutôt que les dépêches qui par leurs aspects succincts et répétitifs n’offrent que peu d’accroches à notre questionnement. Ces articles, qui bien souvent s’éloignent du déroulement de l’affaire qui nous intéresse afin de questionner des éléments qui font la spécificité de la culture américaine, restent ouvertement liés à l’enlèvement du petit Lindbergh. Bien que l’affaire Lindbergh ne soit parfois qu’un simple prétexte, elle reste présente en trame de fond. Dès lors, regardons la manière dont la presse suisse romande traite ce fait divers, mais surtout les procédés qu’elle exploite en vue de tirer les traits de la société américaine et par ce biais de définir l’identité européenne.

Des histoires qui « sonnent très cinéma »

  • 4 Tribune de Lausanne, 29 septembre 1931.
  • 5 Feuille d’avis de Vevey, 28 avril 1931.
  • 6 Revue de Lausanne, 5 avril 1932.

7Au regard des journaux analysés, le contexte sociétal américain se voit affecté par un univers narratif qui flatte les criminels. La littérature, au même titre que le cinéma, semble influer sur l’image de l’Amérique. Victime de ce fond fictionnel, l’affaire Lindbergh pourrait, à en croire certains journalistes, trouver sa cause dans les médias de divertissement. En effet, son image se construit en Suisse et plus généralement en Europe, en grande partie en raison de la diffusion désormais massive de biens culturels provenant d’outre-Atlantique. Cet imaginaire se voit amplifié par de fameux films de gangsters, à commencer par Carnation Kid de E. Mason Hopper (1929), projeté durant l’été 1931 en Suisse. Le critique de cinéma Jean Rubbatel traite avec une certaine suffisance du film et avec lui du genre cinématographique. Mais tout en dépréciant le filon, il œuvre, dans un article publié par la Tribune de Lausanne, à sa vulgarisation. Qualifiant le long-métrage « d’histoire farcie de mystères » et le situant dans « le milieu des gangsters de Chicago » il pose les bases d’une aventure qu’il garantit mouvementée, où « il serait superflu de dire que le révolver joue un rôle très important ». Par cette allusion qui en dit long sur les connotations déjà acquises par le genre, Rubbatel affirme le caractère insolent et de fait attrayant de ce type de productions4. La publicité du film de William Beaudine, Those who Dance (1930), dont la version française est diffusée en avril 1931 en Suisse romande, appâte quant à elle le potentiel spectateur par ces mots : « Un super film américain […] parmi les fameux “gangsters” de Chicago, il n’y a rien de plus “exciting” que ce film5. » Le même journal en donne un compte rendu élogieux tout en usant d’un vocabulaire largement connoté. Une chose est sûre, qu’ils soient valorisés ou dénigrés, ces films ainsi que les discours qui les accompagnent se fraient une place dans les esprits romands. Mais ce genre cinématographique à sensation trouble à tel point que de nombreux titres seront, dans certains cantons, interdits par la censure. La diffusion de Little Ceasar (Mervin LeRoy, 1931) ou encore de Scarface (Howard Hawks, 1932) sera bloquée en 1932 par les autorités vaudoises, alors que ces films sont projetés dans le canton voisin de Genève. D’autres, comme le franco-allemand Tumultes (Robert Siodmak, 1932), finissent par évoquer, en raison de leur sujet, le milieu du crime américain. C’est ainsi qu’en vue de présenter le film de Robert Siodmak, un journaliste écrit : « L’affaire Lindbergh a jeté une lumière trop crue sur certaines mœurs du Nouveau Monde pour que nous n’éprouvions pas, devant un tel film, le sentiment d’une menace. Réagissons pendant qu’il en est temps, contre certaines conceptions américaines et ne donnons pas droit d’entrée dans nos salles de spectacles à des films dangereux comme Tumultes, où l’on cherchera en vain d’ailleurs une inspiration véritablement artistique6. » Bien que le récit se déroule à Berlin, le chroniqueur présente l’intrigue telle une spécificité américaine, comme si le banditisme était l’apanage de l’Amérique.

  • 7 Voir à ce propos Haver (Gianni), « La censure cantonale vaudoise et la création de la Commission ca (...)

8Alors que les autorités imputent à ce type de fiction le fait d’augmenter la criminalité7, les récits des méfaits criminels assument un style fictionnel. Multipliant les références cinématographiques, les affaires criminelles américaines sont traitées sur le même ton fantasmé et les références au grand écran se multiplient. Ainsi, Le Droit du Peuple titre en 1939 un incident impliquant Jack Diamond, en ces termes : « Le ciné-roman d’un “gangster” ». Présentant l’affaire comme une intrigue, il la décrit en utilisant des tournures de phrases dignes des plus communs romans de gare :

  • 8 Le Droit du Peuple, 17 octobre 1930.

Patatras ! Voilà que le grand, le sensationnel film américain tourne à la plus plate comédie petite-bourgeoise. Jack Diamond, le « gangster » miraculeux, le roi des bandits de New York qui devait immanquablement mourir à la suite de la plus surprenante et de la plus audacieuse scène de cinéma, aurait tout simplement été révolvérisé par deux mercenaires au service de sa petite amie jalouse, la gracieuse et piquante, Marion Roberts, danseuse de son métier8

9Loin d’être une entité anonyme, le gangster a un statut, mais surtout un nom, ce qui en fait, au sens littéraire du terme, un personnage. Faisant la lumière sur la face sombre de l’Amérique, des noms comme Salvy Spitale, Irving Blitz ou encore Al Capone sont ponctuellement convoqués. Bien que leurs rôles dans l’affaire soient mineurs, ils attestent de la place, mais aussi du poids des « gangsters » dans la société américaine. Des photographies d’Al Capone vont même jusqu’à accompagner les articles sur l’enlèvement du petit Lindbergh, faisant de lui une des figures majeures de l’affaire.

  • 9 Dauzat (Albert), Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, Larousse, 1938.
  • 10 Dans le numéro du 22 août 1930. C’est seulement la deuxième fois que le journal utilise ce terme.
  • 11 David A. Pettersen dans son étude Americanism, Media and the Politics of Culture in 1930s France, [ (...)

10À cela s’ajoute l’utilisation d’un vocabulaire spécifique, qui en raison de son lexique connoté amplifie l’atmosphère romanesque du fait divers. De nombreux anglicismes qui, certes, soulignent le contexte américain de l’affaire accroissent par extension la fictionnalisation du traitement de l’évènement. Alors que le terme « détective » supplante celui d’inspecteur ou d’agent de police, que le « kidnapping » prend le pas sur la notion d’enlèvement, le mot « gangster » remplace celui de bandit. Utilisé sans modération, ce dernier est, depuis peu, adopté pour illustrer les intrigues qui agitent les villes américaines. L’usage récent du terme en Europe, dont Albert Dauzat atteste l’apparition dans la langue française en 1925, est fréquemment utilisé pour imager les affaires américaines9. La figure du gangster est largement relayée par la presse d’information. Se rapportant le plus souvent à des évènements criminels se déroulant outre-Atlantique, le terme fait irruption dans les quotidiens. Apparu avec une certaine récurrence dès 1930, il est initialement placé entre guillemets ou en italiques. Une ponctuation qui atteste de l’étrangeté du terme à son exorde. La Gazette de Lausanne va d’ailleurs jusqu’à l’accompagner de sa traduction française, bandit, mise entre parenthèses10. L’année suivante les guillemets se font déjà moins systématiques, et en 1933, ils sont pratiquement bannis des journaux analysés. Cette transformation typographique témoigne de l’entrée du terme dans la langue courante. Mais bien que faisant déjà, au début de la saga Lindbergh, partie du jargon de la presse il reste largement connoté. Évoquant l’univers fictionnel, l’utilisation du terme par les journalistes appuie la dimension romanesque de l’affaire. Il n’est de fait pas surprenant de lire, le 10 août 1933, dans le quotidien socialiste de la Chaux-de-Fonds, La Sentinelle, à propos de l’affaire Lindbergh : « Pour l’Européen, ces histoires sonnent très “cinéma” et semblent irréelles. Si elles sont possibles aux États-Unis, il faut y voir pour principales causes : l’organisation des gangsters comme suite à la loi sur la prohibition. » Cet univers qui voit se mêler fiction et réalité œuvre à la construction d’une Amérique fantasmée11.

11Dès lors, regardons autour de quels éléments s’inscrit l’affirmation de cette dichotomie censée confronter la « vieille » et « sage » Europe à la « moderne » et « inquiétante » Amérique.

« Qui veut faire l’ange fait la bête »

12Les articles qui traitent de l’affaire Lindbergh tentent avant tout de trouver une justification rationnelle à ce fait divers qui, selon une formule fréquemment utilisée par les journalistes, « dépasse l’entendement ». Cette explication, les reporters la cherchent dans le contexte sociopolitique en place en Amérique. Ne se réduisant à la seule affaire Lindbergh, le crime organisé est dénoncé comme étant une pratique courante sur le sol américain. C’est pourquoi le père Piquerez – pseudonyme du rédacteur en chef Pierre Bourquin – dans un billet pour l’Impartial ne peut que se questionner sur la raison d’être de ces réseaux criminels. En effet, il s’écrie : « à quoi faut-il attribuer les maux et tourments du “gangstérisme” ? » À cette question il répond :  

  • 12 L’Impartial, 26 mars 1932.

Si l’Amérique n’avait pas voté la prohibition qui a fourni à la pègre des grandes cités les capitaux et les armes nécessaires, sans parler des complicités les plus étendues, il est probable que l’humiliation du rapt de Dayton lui aurait été épargnée. On n’aurait pas vu – après beaucoup d’autres foyers violés et en attendant les suivants – un homme comme Lindbergh se ronger les poings de désespoir devant le berceau vide et une mère qui pleure. Quelle leçon pour les puritains d’outre-Atlantique, qui voulaient rendre leur peuple vertueux à coup d’articles de loi et qui n’ont fait que confirmer une fois de plus la sagesse du mot de Pascal « Qui veut faire l’ange fait la bête12 ».

  • 13 Feuille d’avis de Neuchâtel, 7 avril 1932.

13La prohibition est souvent évoquée afin d’expliquer les raisons de la hausse de la criminalité dans les grandes métropoles américaines. La prohibition, aussi appelée régime sec, en plus d’être perçue comme une extravagance législative tout américaine n’ayant pas d’équivalent en Europe, est décrite comme une maladresse n’ayant fait que favoriser l’émergence de puissants réseaux criminels. Vue comme un manque de clairvoyance de la part de la politique de l’État, cette législation est attaquée de tout bord. Selon un journaliste de la Feuille d’avis de Neuchâtel : « La prohibition a ouvert à la pègre de magnifiques champs de travail. La vie en marge des lois est tellement lucrative que la compétition devient gênante. C’est pourquoi une branche très spéciale du crime s’est fructueusement développée ces dernières années. C’est le kidnapping, l’enlèvement d’enfants. »13 Face à ces interdits, mis en place par le xviiie amendement de la Constitution américaine, de nouvelles vocations voient le jour. La contrebande d’alcool, connue sous le terme « Bootlegging », apparait grâce au régime sec et jette les bases du développement du racket et plus tard du kidnapping.

« Business are Business ! »

  • 14 Voir notamment Feuille d’avis de Neuchâtel, 7 avril 1932 ; Courrier de Vevey, 6 janvier 1936.
  • 15 Le Droit du peuple, 23 juin 1932.

14Le métier de gangster est, dans les pages romandes, décrit comme une activité pour le moins lucrative. Bien que moralement répréhensible, elle permet d’acquérir richesse, puissance et dès lors le pouvoir14. Étant donné que la jeunesse est, selon un article du Droit du peuple, éduquée « à considérer la fortune personnelle comme le but de la vie et comme l’ambition la plus sacrée15 », le gangstérisme devient une activité attrayante. Le commentaire de l’organe socialiste serait banal si la presse bourgeoise ne s’unissait pas au chœur. L’Impartial s’offusque lui aussi de ce système qui promeut le succès par l’argent. En effet, le père Piquerez dans sa rubrique Notes d’un Passant écrit :

  • 16 L’impartial, 31 mai 1935.

[Q]uand une société érige le matérialisme en maitre et fait de l’argent sa raison de vivre, il ne faut plus s’étonner de rien. J’entendais l’autre soir un homme qui a beaucoup voyagé évoquer ses souvenirs d’Amérique : J’ai été émerveillé là-bas de certaines réalisations hardies, de l’esprit prompt, énergique et décidé des Yankees disait-il. Mais ils m’horripilaient lorsque pour jauger les qualités, l’intelligence, la position d’un homme, il ne trouvait que ces mots : il vaut 200 000 dollars ou 300 000 dollars. Il m’a fallu me retenir à quatre pour ne pas leur rire au nez et leur déclarer que la grandeur d’une civilisation ne s’escompte pas au nombre d’étages d’un gratte-ciel et que la valeur d’un homme ne se pèse ni en biceps ni en dollars. Le fait est que le Dieu dollar a fait de certains Américains des brutes et que la pauvre Amérique paye cher aujourd’hui. Prenons garde nous-même. Les valeurs morales méprisées se vengent16 !

  • 17 Je suis partout est un hebdomadaire à sympathie fasciste et antisémite depuis les émeutes de févrie (...)

15Ainsi, même si le gangstérisme est fils de la prohibition, il faut chercher ses origines dans le système capitaliste tel qu’il est mis en place en Amérique. Tandis que le droit est, en Europe, garant de moralité, l’argent est, aux dires du père Piquerez, son détracteur. Ériger l’argent en valeur universelle est ici largement décrié. La Feuille d’avis de Vevey, en s’appuyant sur un article emprunté au journal français, Je suis partout, va dans le même sens17 :

  • 18 Feuille d’avis de Vevey, 9 mai 1934.

la carrière criminelle a obtenu de trop éclatantes réussites aux États-Unis pour ne pas tenter une population d’arrivistes. La fortune d’Al Capone, dont le mobilier valait 100 000 dollars, auprès de qui on ne pénétrait que sur le vu de lettres de créance, a dû pousser maint brigandeau dans cette voie royale18.

  • 19 Courrier de Vevey, 30 mars 1932.

16Dès lors, en Amérique la frontière entre le bien et le mal tend à s’amincir, le but étant de parvenir. Même la douleur d’une mère à qui on a volé son enfant se voit exploitée à des fins pécuniaires. Salaam, rédacteur au Courrier de Vevey, s’indigne de cette situation. Il s’exclame : « Tout serait-il pourri dans cette Amérique sèche, se donnant cependant en exemple au monde et qui a étendu à des crimes sans nombre le sens de son axiome favori : “Business are business !” Traduction : Les affaires sont les affaires ! … Oui… mais… quelles affaires19 ? ... »

17Renversant les valeurs morales, ce système qui porte au pinacle la fortune individuelle semble, au même titre que la prohibition, pousser au crime.

« Piraterie à main armée »

  • 20 Revue de Lausanne, 5 avril 1932.
  • 21 Feuille d’Avis de Vevey, 30 mars 1932.
  • 22 Revue de Lausanne, 11 mars 1932.
  • 23 L’Impartial, 31 mai 1935.
  • 24 Le Droit du Peuple, 20 janvier 1937.

18De plus, le gangstérisme américain est, aux dires des différentes parutions, bien plus effroyable que le banditisme européen. Comme l’affirme la Revue de Lausanne, le pire bandit européen n’est rien à côté du gangster américain20. Tandis que le racket et la contrebande d’alcool ont émergé en raison de la prohibition, sa suppression pousse les gangsters à innover. Ils développent ainsi, « une branche très spéciale du crime », l’enlèvement d’enfant, appelé kidnapping. Le journaliste de la Feuille d’avis de Vevey du 30 mars 1932 va jusqu’à expliquer ce néologisme né de la conjonction entre le terme « kid » popularisé par le film de Charlie Chaplin The kid (1921) ainsi que le verbe issu du dialecte anglais « to nap » qui signifie voler. Ce nouveau champ du crime organisé est critiqué d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Le kidnapping est d’ailleurs décrit comme « quelque chose de lâche et d’atroce qui révolte tout être normal21 ». Dans sa rubrique féminine, Camille écrit sous le titre « Le calvaire de Mme Lindbergh » : « parmi tous les délits que le code prévoit et que la morale réprouve, il en est peu qui soulèvent autant d’indignation et de colère que ceux dont les enfants sont les victimes22 ». Le père Piquerez va encore plus loin en affirmant que « les “kidnappers” sont des monstres dans lesquels plus aucun sentiment humain ne subsiste23 ». L’horreur qu’inspire le kidnapping reste d’ailleurs vive en 1937, lorsque Le Droit du Peuple, dans un article intitulé « Les Tueurs d’enfants », annonce, en référence à l’enlèvement du petit Lindbergh : « de tous les délits, celui que commettent les kidnappers ou ravisseurs d’enfants est le plus monstrueux, le plus sauvage dans son raffinement, le plus inhumain24 ».

19Ce crime considéré comme particulièrement odieux entre en collision avec l’image souvent romantique allouée aux gangsters. Cette ambiguïté est relatée dans certains discours journalistiques, mais aussi fictionnels. Des journaux, à commencer par la Feuille d’avis de Vevey esquissent, à partir d’allégories ambivalentes les traits des gangsters américains. Ainsi, le quotidien veveysan écrit, le 16 mars 1932 : « Gangsters, bandits-gentlemen, la fraude et le vice codifiés, protégés. Quelle est cette flibusterie ultra-moderne, ces d’Artagnan armés de supermitrailleuses, ces dandys franc-tireur endiamantés, ces belles dames s’occupant aujourd’hui de piraterie à main armée, et demain d’œuvres de bienfaisance ? » Résidant dans les plus hauts buildings, établissant ses quartiers généraux dans des hôtels de luxe, le gangster américain est pimpant, clinquant même. Loin de l’image négligée du bandit des bas-fonds européens, c’est attifé d’un élégant costard, coiffé d’un prestigieux chapeau italien qu’il est la plupart du temps représenté. La Feuille d’avis de Vevey affirme quelques années plus tard, soit le 29 juillet 1936, que « durant de longues années le gangster américain était une sorte de héros non conformiste, porté au pinacle par l’irrésistible marée du bootlegging. On parlait du gangster dans les journaux, on romançait ses aventures et l’on en faisait des films. Tout le pays s’intéressait aux actes d’Al Capone ou de Dellinger. » Le quotidien ajoute qu’en raison de cette médiatisation fictionnelle « les gangsters prirent bientôt au sérieux leur légende ; ils vécurent dans des palaces, ne se déplacèrent qu’en avion ou en train de luxe et fréquentèrent des clubs élégants. » Tandis que le gangster influe sur la fiction, en lui offrant des intrigues à mettre en scène, la fiction affecte le gangster qui, selon le journaliste, se joue de son image et décide d’y coller.

  • 25 La Sentinelle, 29 juillet 1933.

20À leur aspect soigné s’ajoute une conduite qui se veut respectable, du moins en apparence. Dépeint par le cinéma comme un galant homme, une fois sa mitraillette rangée, le gangster se doit d’adopter un comportement considéré comme honorable. André Mevil, en relatant pour le quotidien socialiste La Sentinelle le témoignage de la fille d’un puissant industriel enlevée en 1933, explique que « les séquestrés se louent toujours beaucoup de la manière amicale et courtoise dont firent preuve à leur égard les séquestreurs qui savent se montrer les hommes les plus galants du monde. » En effet, cette dernière raconte que « chaque matin, à son réveil, elle recevait une magnifique gerbe de fleurs. Puis, on venait lui demander d’établir elle-même le menu de son déjeuner et de son dîner25. » Loin de faire l’éloge des valeurs morales des gangsters, ces propos construisent la représentation d’une criminalité américaine respectable et respectée par opposition à la criminalité européenne, mise au ban de la société. Dénonçant ainsi une forme de renversement des valeurs, cette mise en récit du bandit américain pousse finalement à la valorisation du gangstérisme.

« Le règne des forces occultes »

  • 26 Feuille d’avis de Vevey, 16 mars 1932. Dans le même sens, L’Impartial du 7 avril 1932 : « C’est not (...)
  • 27 Nouvelliste Valaisan, 7 mars 1932.

21Entre galanterie et criminalité, le gangster américain malgré l’atrocité des méfaits commis jouit d’une position sociale élevée et œuvre d’une certaine manière à redéfinir la hiérarchie sociale. La Feuille d’avis de Vevey explique d’ailleurs ce bouleversement sociétal en ces termes : « Brigands modernes, rançonneurs éhontés, spéculateurs et aventuriers plus ou moins sélects réussissent à merveille et sont à l’abri des sanctions. C’est le règne des forces occultes26. » Bien que clairement décriés les milieux criminels restent en place et les gangsters, en raison de leur renommée, jouissent d’une certaine liberté d’action. Selon le grand reporter Maurice Prax du Petit Parisien, dont l’article est repris à la fois par le Nouvelliste Valaisan et la Feuille d’avis de Lausanne, cette notoriété les met à l’abri de la justice. Il exprime ainsi sa consternation dans le quotidien le Nouvelliste Valaisan. Après avoir rappelé le caractère « atroce et révoltant de l’enlèvement du bébé Lindbergh », il s’exclame : « On s’étonne en Europe, que la grande, libre et fière Amérique n’arrive pas à se débarrasser de ses quelques douzaines d’assassins, en quelque sorte syndiqués, qui font commerce du crime ouvertement et qui exercent leur profession tragique et sanglante tout tranquillement. Des gangsters qui avaient sur la conscience – si l’on peut s’exprimer ainsi – de nombreux meurtres commis avec préméditation et insolence ont pu devenir célèbres27. » S’indignant contre la popularité de certains chefs de bandes, le Nouvelliste Valaisan exprime, au nom de l’Europe, sa mécompréhension face à l’enlisement de l’Amérique dans la criminalité.

  • 28 Feuille d’avis de Vevey, 16 mars 1932.
  • 29 Le Rhône, 5 avril 1932.
  • 30 Le Confédéré, 20 avril 1932.
  • 31 Tribune de Lausanne, 8 août 1933.

22Dans le traitement médiatique que la presse romande fait de l’affaire, la criminalité américaine repose sur une dichotomie opposant le bien et le mal. Bien que par définition malfaiteur, le criminel revêt, à l’occasion, le costume de bienfaiteur. D’un côté se trouvent les auteurs de l’enlèvement constamment renvoyés au contexte « abject » de leurs crimes, dont les actes se voient blâmés par des individus issus eux aussi du grand banditisme, tandis que de l’autre l’on retrouve une criminalité structurelle, inhérente à la société américaine dont les dirigeants font partie des plus hautes couches de la société. Ces personnalités du gangstérisme américain avec lesquelles les autorités vont jusqu’à collaborer jouissent d’une certaine renommée. Lindbergh se voit d’ailleurs, lui aussi, confronté à cette situation. Constatant l’impuissance des forces de l’ordre, il demande de l’aide aux célèbres gangsters Salve Spitale et Irving Blitz. Loin d’être anecdotique, la requête de Lindbergh renseigne sur le pouvoir octroyé aux gangsters américains. Bien que ceux-ci soient désignés coupables, c’est dans ce même milieu que Lindbergh cherche de l’aide en vue de retrouver son fils. Il n’attendra d’ailleurs qu’une couple de jours avant de se tourner vers les truands new-yorkais. Quelque temps plus tard, soit à la fin du mois de mars de la même année, c’est au tour d’Al Capone de se manifester. Du fond de sa cellule, ce dernier se dit apte à retrouver l’enfant. Bien que cette offre n’ait rien de désintéressé, elle a le mérite de rendre floue la frontière entre les différentes forces en présence. De nombreux journalistes romands, dans une certaine incompréhension, font état de la relation que Lindbergh noue avec ces différents leaders d’organisations criminelles : « L’on assiste à ce spectacle humiliant et risible à la fois, de Lindbergh grand homme et malheureux père, à qui l’on ravit son enfant, traitant de confident à confident avec les chefs gangsters, leur accordant sa confiance clandestine en se protégeant tant bien que mal contre les maladroites interventions et les excès de zèle des officiels28. » Ainsi, le système américain semble, au vu des évènements, ne pas réussir à répondre aux attentes d’un pays embourbé dans la criminalité. Selon les dires du journaliste, connu sous les acronymes P.M., les forces publiques sont démunies face à ce type de méfaits : « La police américaine qui depuis si longtemps cherche en vain le pauvre enfant volé du colonel Lindbergh, n’est pas aussi parfaite que voudraient nous le faire croire certains romans ou films “made in U.S.A.”29. » Dans ce contexte sociétal en proie à la criminalité, la confiance jusqu’alors accordée à la justice se déplace. Les gangsters deviennent les nouveaux protecteurs. Sur les pages de son journal, Victor Dupuis s’inquiète de ce renversement hiérarchique. Selon lui, « on assiste en Amérique à ce spectacle étonnant et paradoxal : la police est assurée par ceux qui devraient être en prison30. » Cette confusion des rôles serait le résultat d’une connivence entre la pègre et les pouvoirs publics, « [c]ar ce n’est un secret pour personne que, si la criminalité a pu prendre aux États-Unis le développement qu’on constate actuellement, c’est parce que les racketeers bénéficient des complicités politiques et soudoient souvent les agents qui sont chargés de les surveiller31. » Pour décrire la corruption en place en Amérique, les rédacteurs romands usent fréquemment du terme « spectacle ». Positionnant le lecteur dans le rôle du spectateur, l’utilisation de ce terme fort de sens appuie le caractère fictionnel de cet état de fait. Tout en décrédibilisant l’organisation sociale américaine, ce choix linguistique impute une distance, entre un « eux » renvoyant à la distraction et un « nous » décrété sérieux.

  • 32 Journal et Feuille d’avis du Valais, 2 avril 1932.

23La corruption dont souffre à cette époque l’Amérique, même si elle est considérée par certains comme grotesque, est aussi dépeinte comme alarmante, tout particulièrement dans le contexte sensible de l’enlèvement. Les journalistes romands tentent d’ailleurs de comprendre les raisons d’être de cet enlèvement ainsi que son possible dénouement. Le Journal et Feuille d’avis du Valais envisage même la visibilisation de l’affaire comme apte à faire évoluer la situation. En effet, tout en rappelant que « le drame Lindbergh fut réalisable au même titre que la comédie de la prohibition » qui est d’ailleurs « le mal dont se meurt l’Amérique », il affirme qu’à « se montrer trop draconienne, elle a discrédité la justice. » Étant donné que « magistrats et dévoyés finissaient par vivre en bons rapports, sur un pied d’égalité, tout en se faisant des concessions réciproques », la justice n’est à cette époque plus considérée comme digne de confiance. Néanmoins selon lui, « pour que le monde entier le sache il a fallu qu’un petit enfant payât de sa vie un tel état de choses. Puisse enfin, le sacrifice odieux de l’innocent rétablir le bien dans les régions du mal32. » Évoquant « un américain particulièrement qualifié », un journaliste de la Feuille d’avis de Neuchâtel est du même avis. Il écrit, le 2 avril 1932 : « Sait-on bien en Europe, disait ce transatlantique, que le résultat le plus clair de l’affaire Lindbergh sera peut-être de porter le coup de grâce au régime sec ? » Alors que la confusion qui règne en Amérique au moment du kidnapping du petit Charles-Auguste Lindbergh est discréditée par les journalistes romands – les mots « spectacle » voire « comédie » sont là pour rappeler le tragicomique de la situation –, ces derniers restent graves lorsqu’ils affirment que cette situation n’a que trop duré. Ils espèrent d’ailleurs que cette affaire ne soit pas vaine et vienne peser dans l’abandon de la politique de prohibition. Même si le rôle des évènements dans l’abrogation du régime sec ne peut être clairement affirmé par la presse, sa résonance est vue comme ayant le mérite de réfléchir à la criminalité et, avec elle, à la corruption qui a gagné l’Amérique. Tout en rappelant la place de la justice dans l’ordre social, cette critique du système américain réaffirme le rôle perdu de l’autorité légitime comme défenseur du bien commun.

« L’expiation par la souffrance »

  • 33 Feuille d’avis de Vevey, 17 janvier 1936. L’article est certainement de source française.
  • 34 Voir aussi le Courrier de Vevey, 16 février 1935.

24La répression américaine est à l’image de la criminalité, vue comme anarchique et brutale. La justice, quand elle arrive à mettre la main sur un coupable, se comporte, du moins du point de vue européen, de façon étonnante. Il suffit, pour s’en rendre compte, de regarder la manière dont la presse romande dépeint la condamnation du principal suspect de l’affaire : Bruno Hauptmann. Suite à la découverte d’indices, souvent considérés comme insuffisants, à son domicile, il est trainé devant la justice. Clamant son innocence, il voit ses multiples recours rejetés. Sa culpabilité sera, moins de deux ans après sa première inculpation, affirmée par la justice américaine. Mais le doute reste de mise dans les pages de la presse romande : « Coupable ? Innocent ? Nous ne pouvons le savoir. Ce qu’on sait en revanche, c’est que dans les pays à régime normal de cette vieille Europe si cordialement méprisée par les Américains, le doute profite généralement à l’accusé. C’est peut-être une de nos faiblesses de tomber dans le sentiment. Qu’importe ! Gardons cette faiblesse qui est l’indice d’une conscience délicate33. » Une certaine incompréhension règne face à cette précipitation, qui érige la présomption d’innocence en garde-fou de la justice européenne34.

  • 35 Une annonce lapidaire de L’impartial du 8 janvier 1936 va dans le même sens : « Cruauté yankee. — H (...)

25Le journaliste, tout en accusant le manque de preuves, ajoute : « sur le même plan, on est froissé de la brutalité de la justice américaine qui, deux semaines à l’avance, prévient Hauptmann du sort inexorable auquel il est promis. Que la peine de mort, qu’avec raison, nous avons bannie de notre arsenal pénal, nous parait douce en France en regard de ces mœurs-là. Au moins, de l’autre côté de la frontière, le condamné est-il avisé à la dernière minute du rejet de son pourvoi tandis qu’en Amérique, pays progressiste, on le lui annonce avec éclat bien avant l’exécution35. » L’annonce de la sentence est considérée par le journaliste comme une torture morale. Mais le supplice d’Hauptmann ne s’arrête pas là. Comptant, du fond de sa cellule, les jours qui le séparent de son exécution, celui-ci verra à plusieurs reprises cette dernière reportée. La précipitation de l’accusation est ralentie par l’hésitation du procureur Hoffman qui à chaque nouvelle preuve renvoie la mise à mort. Ce dernier, suite à la décision publique de l’exécution, revient sur ses propos et prononce sursis après sursis. Ainsi, les annonces médiatiques de la soudaine mise à mort d’Hauptmann sont contredites l’une après l’autre par la communication de nouvelles dates. Ces contres-coups contribuent à faire monter la tension autour de l’évènement.

26Perçues comme un manque de sensibilité vis-à-vis du condamné, les nombreuses suspensions de la peine sont considérées comme une forme de barbarie. La Feuille d’avis du district de la Vallée du 23 janvier 1936 écrit à ce propos : « À force de vouloir protéger le citoyen contre les injustices de la justice, on en arrive à être inhumain au possible. » Indignée par la procédure, la Feuille d’avis de Lausanne du 4 avril 1936 s’écrie à son tour : « ce spectacle atroce par lequel on fait passer Hauptmann écœure ceux-là mêmes qui sont absolument convaincus de sa culpabilité. » De son côté, le père Piquerez évoque les « tortures vieille Chine » décrites par Octave Mirbeau dans le Jardin des Supplices : « Eh bien, n’en déplaise aux mânes du grand romancier, mais ses bourreaux chinois sont de petits garçons à comparer à certains juges ou gouverneurs d’État américains ! »

  • 36 L’Impartial, 3 avril 1936.

27Voilà quatre mois que Hauptmann, qui est peut-être coupable, est laissé en tête à tête avec la mort. Un mois qu’on lui a prolongé la vie de trente jours. Deux fois 24 heures qu’on lui a rasé le sommet du crâne, envoyé un pasteur, fait entendre les essais de la chaise électrique dont les étincelles crépitaient à côté de sa cellule, et offert enfin de composer le menu du dernier repas du condamné à mort. Et toujours à la dernière minute un télégramme arrive annonçant : « L’exécution est remise à plus tard36. » De nombreux journalistes crient au scandale. Ne se retrouvant pas dans cette justice irrationnelle, dont le châtiment est inutilement prolongé, ils font état du peu de sentiments de l’Amérique face à cet homme clamant son innocence.

  • 37 Courrier de Vevey, 16 février 1935.
  • 38 Sur la Tribune de Lausanne du 22 janvier 1935 H. Ch. s’étonne de lire dans les comptes rendus de l’ (...)
  • 39 Nouvelliste Valaisan, 10 janvier 1935.

28Après quatre années à attendre un coupable, la découverte d’indices au domicile d’Hauptmann, tout en ravivant de vieilles blessures, échauffe les esprits. Le commerce, la curiosité malsaine, voire les réjouissances qui entourent le procès s’ajoutent aux démêlés judiciaires pour dépeindre l’image d’une Amérique où tout est perverti. La presse en fait ses gros titres. Des tickets sont distribués « aux amateurs d’émotions judiciaires ». Des artisans fabriquent des reliques de l’échelle ayant servi à enlever le fils Lindbergh que des vendeurs ambulants proposent à la sortie du tribunal. Tandis qu’un menu est même servi dans un restaurant où les clients peuvent déguster le steak Lindbergh accompagné de haricots Hauptmann37. La passion qui anime l’enceinte et les alentours du tribunal, considérée comme indigne par le chroniqueur du Nouvelliste Valaisan, enlève encore au sérieux de l’affaire. Le procès est devenu, selon ses mots, motif à paris, occasion de commerce mais aussi prétexte au divertissement38. À cela il ajoute : « Rédacteurs, sportifs et mondains, cinéastes, monteurs, femmes du monde, étoiles de toute grandeur, tripoteurs de tout acabit se sont rués sur Flemington comme des sauterelles. Les nouvelles les plus incroyables se répandent, et ce procès devient, pour une racaille hétéroclite, la mine où l’on extrait du sang, de la volupté et de l’or39. » Titré « La grande foire », cet article pointe le peu de retenue du peuple américain.

  • 40 Courrier de Vevey, 16 février 1935.
  • 41 Courrier de Vevey, 9 avril 1936.
  • 42 Courrier de Vevey, 27 janvier 1936. Au vu du signataire cet article provient probablement de la pre (...)
  • 43 Courrier de Vevey, 27 janvier 1936. L’annonce d’un enregistrement sonore de l’exécution scandalise (...)

29Ce manque de sensibilité s’exacerbe au moment de la sentence. Vue comme un mélange de cruauté primitive et de modernité high-tech, la peine de mort américaine renvoie à la chaise électrique. Même si le Code criminel diffère d’un État à l’autre, et si la jurisprudence de chacun est, en raison de l’immigration, différente, l’imaginaire collectif européen fantasme la mort par électrocution40. Mais au-delà de la peine en elle-même, c’est le décorum qui entoure la pratique qui est critiqué. À la manière d’une pièce de théâtre, la mise à mort du détenu est annoncée avec fracas, faisant les gros titres des journaux, la nouvelle arrive jusqu’aux oreilles du prévenu conscient que sa fin est proche. À cela s’ajoute le costume, qui accentue d’autant le pathos de la scène. « Le condamné doit revêtir un uniforme spécial, un pantalon fendu. Tous ces détails donnent la nausée. […] Tout cela n’est plus de notre temps. C’est la date de celui où l’on croyait encore à l’expiation par la souffrance41. » Le tout se déroulant sur une estrade, qui ne peut que rappeler les plateaux sur lesquels se jouent comédies et tragédies. Jean-Jacques Brousson affirme avec cynisme : « On fait une répétition avant la pièce42. » Renvoyant immanquablement à l’univers du spectacle, plus particulièrement à son penchant lucratif, la peine de mort, au même titre que sa scénographie, témoigne de l’arrogance américaine. En effet, Brousson poursuit sa diatribe en expliquant que l’Ancien Monde dans toute sa modestie a renié l’échafaud, autrement dit, le théâtre qui fait de la peine de mort une pratique présentable et dès lors convenable. A contrario, en Amérique, « on enregistre tous les gémissements de la chaise. On les monte en épingle, c’est-à-dire en film. Rien ne marque plus la différence des psychologies de monde à monde : un océan, un abime43. » Malgré la technologie avancée dont usent les Américains, les pratiques restent, aux dires des journalistes, barbares. Entre archaïsme et modernité, l’Amérique se construit sur un antagonisme qui voit s’affronter technologies de pointe et comportements primitifs.

  • 44 Feuille d’avis de Lausanne, 16 mai 1932.
  • 45 Tribune de Lausanne, 22 janvier 1935.
  • 46 Becker (Howard S.), Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 2012 [1973].

30Mais la chaise électrique n’est pas la seule expiation possible, il existe une expiation plus populaire et surtout moins maitrisable : le lynchage. Même si cette pratique n’est pas autorisée et si seuls certains États la tolèrent, plusieurs commentateurs en parlent comme d’une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête des potentiels suspects. Cette coutume perçue comme tout américaine qui consiste à mettre un individu à mort sans jugement régulier fait écho à l’affaire Lindbergh. L’indignation qu’a éveillée l’inculpation d’Hauptmann incite de nombreuses réactions. Alors qu’en 1932, au moment des recherches, les habitants d’Hopewell clament qu’ils seraient heureux de massacrer les ravisseurs44, La Liberté ajoute le 9 mars 1932, au regard de l’agitation populaire qui règne dans le New Jersey, que s’ils sont retrouvés les kidnappeurs risquent le lynchage. Pendant le procès un chroniqueur se fait d’ailleurs interprète des supposées réactions de la rue : « Et on va perdre son temps à juger ce misérable ! Entendez-vous. Il ne mérite pas même cela. On devrait le pendre immédiatement. La loi de Lynch quoi45 ! » Quelle soit légale ou spontanée l’administration de la justice aux États-Unis est vue comme exotique en rapport à celle en vigueur dans le « vieux continent ». En confrontant l’organisation politique d’outre-Atlantique au régime européen considéré comme « normal », les journalistes l’étiquettent, au sens beckerien du terme, comme « déviante ». Par ce processus de catégorisation sociale qui opère une distinction entre ce qui relève de la déviance et ce qui fait écho à la norme, les journalistes romands, à de multiples reprises, considèrent la manière d’administrer les lois en Amérique comme non conforme au rôle attendu par la justice46.

Conclusion

31L’affaire Lindbergh, largement médiatisée par la presse suisse romande, fait figure d’archétype. Dépeignant les mœurs du « Nouveau Monde », ce fait divers est érigé en canon des us et coutumes américains. Il suffit pour le voir d’évoquer le contexte sociopolitique paralysé par la criminalité, la corruption, mais aussi la répression. L’enlèvement de l’enfant Lindbergh se fait ainsi allégorie d’un pays en proie au gangstérisme. Les différents titres de presse renforcent d’autant cette image mythifiée.

32Mais le regard porté sur l’Amérique construit par opposition un « Nous » européen. Dépeinte sous les traits de l’altérité, elle est vue comme étrangère à l’Europe. Elle est mise à distance. Rappelons que la figure de l’étranger, thématisée par des auteurs comme Tzvetan Todorov, Georg Simmel, Howard Becker ou encore Stuart Hall, se construit dans la différence, mais surtout dans la représentation de cette différence. Ainsi, cette figure prend son sens dans sa relation à l’Autre. L’altérité ainsi mise en récit permet de dessiner les contours de cette entité qu’est l’Amérique ; loin de se réduire à des particularismes qui feraient la spécificité de ce pays aux multiples États et aux nombreuses législations, elle est entendue comme un tout cohérent, homogène même. Car bien que l’identité soit, comme le dit Becker, un processus, elle prend en raison de sa représentation médiatique une forme universelle. Appelée « Nouveau Monde » par un grand nombre de journalistes, l’Amérique est décrite sous les traits de la modernité, tandis que l’Europe, considérée comme plus traditionaliste, est convoquée sous l’appellation « Ancien Continent ». Ces qualificatifs, loin d’être anecdotiques, soulignent la dichotomie qui sépare un continent de l’autre.

  • 47 Feuille d’avis de Vevey, 16 mars 1932.
  • 48 Feuille d’avis de Vevey, 28 mai 1932.
  • 49 Todorov (Tzvetan), La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, Paris, Édition du Seuil, 1982 (...)

33Mais cette modernité, potentiellement positive, est, en raison de l’affaire Lindbergh et du sentiment d’horreur qu’inspire le meurtre de l’enfant, vue comme pervertie et décrite comme source de barbarie par de nombreux journalistes. Rappelant le kidnapping, mais aussi et surtout la criminalité, un chroniqueur connu sous les initiales P.R. se demande : « Le progrès en plus, n’est-ce point là une réédition de l’état de terreur dans lequel vivait l’Europe au Moyen-âge47 ? » Et il ajoute, en mai de la même année : « Les ravages du “veau d’or” s’accentuent et se multiplient provoquant des actes de sauvageries à peine moins horribles que les tortures moyenâgeuses. Il est impossible que les anthropophages mêmes atteignent à ce degré de cruauté, car s’ils sont praticiens des souffrances corporelles, ils ignorent certainement les souffrances morales48. » Ces citations contiennent en leur sein l’essence même de la représentation de l’Amérique véhiculée par les médias investigués. La criminalité au même titre que la corruption renvoie à des pratiques rappelant une Europe révolue. L’Autre est dépeint comme cruel et dès lors considéré comme archaïque, tant sur le plan axiologique que praxéologique. En effet, sur le plan axiologique, les journalistes discutent les fondements de l’Amérique des années 1930. En jugeant négativement le régime de la prohibition au même titre que le système capitaliste, ils remettent en question les valeurs américaines. Tandis que sur le plan praxéologique, ils critiquent les actions des gangsters comme celles de la police voire de la justice49. Loin d’embrasser les us et coutumes du système en place en Amérique, les journalistes les rejettent. Ainsi, les valeurs américaines sont contestées tandis que le système sociopolitique est attaqué. Cette différenciation est marquée tant dans le fond en raison de la contestation des modes de vie américains que dans la forme par l’utilisation d’anglicismes. Cette négation des valeurs et des actions américaines fait sur le plan épistémique état de la revendication d’une certaine connaissance de l’identité de l’Autre.

34Mais penser l’Autre c’est aussi se penser soi. Ainsi, la représentation de la figure de l’étranger, prenant ici les traits de l’Amérique, œuvre à former l’identité européenne. Suivant cela, l’identité se construit dans l’opposition voire dans la confrontation. En effet, selon Stuart Hall, l’identité au même titre que l’altérité se forme dans la négociation voire dans la lutte. Ainsi, la différence est indissociable de l’identité. Dès lors, en posant l’Amérique comme dissemblable, les journalistes affirment l’identité européenne. En décriant le système en place, et par ce biais la criminalité qui en découle, les chroniqueurs proclament leur désaccord face à un pays aux forces de l’ordre corrompues et aux criminels célébrés. Par cette mise à distance de l’Autre, mais surtout cette dépréciation de la manière d’administrer la justice, la presse francophone se remémore les valeurs morales européennes. En effet, en s’insurgeant contre la popularité des malfrats, décrits comme de galants hommes tant par le cinéma, la littérature que la presse, les journaux romands réaffirment la hiérarchie sociale vue comme indispensable au bon fonctionnement de la société. Alors qu’en s’étonnant de la confusion des rôles, ils tentent de rappeler que le bien et le mal sont des valeurs antagonistes qui ne doivent être confondues. Ces discours de la différenciation imposent, sous couvert, une certaine morale bien-pensante.

  • 50 Simmel (Georg), « Digressions sur l’étranger » [1908], dans L’École de Chicago. Naissance de l’écol (...)
  • 51 Morin (Edgar), La méthode T.5, L’humanité de l’humanité, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 81.

35Mais l’affirmation de ces différences ne serait possible sans un fond commun sur lequel s’appuyer. Comme l’exprime Georg Simmel, la figure de l’étranger est rupture et appartenance à un groupe social donné, autrement dit, « une combinaison de proximité et de distance50. » Suivant cela, l’autre est avant tout le même. Edgar Morin va plus loin en expliquant qu’« autrui, c’est à la fois le semblable et le dissemblable, semblable par ses traits humains ou culturels communs, dissemblable par ses singularités individuelles ou ses différences ethniques. Autrui porte effectivement en lui l’étrangéité et la similitude51. »

36Ainsi, tandis que le « Nouveau Monde » se distingue de l’« Ancien » en raison de certaines spécificités, tous deux se retrouvent sous une même identité occidentale. Lindbergh en ayant relié en solitaire l’Europe aux États-Unis est le trait d’union entre ces deux continents et dès lors la métaphore positive de l’Ouest. Un lien symbolique qu’il a consacré, en atterrissant aux commandes du Spirit of St. Louis à l’aéroport du Bourget, un soir du printemps 1927. Alors que la tragédie qui l’accompagne permet de confronter les deux mondes, l’aviateur, en raison des valeurs qu’il représente, s’éloigne de la dichotomie qui sépare l’Amérique de l’Europe, pour endosser ce « Nous » occidental.

Haut de page

Notes

1 Hall (Stuart), « Introduction. Who needs identity? », dans Hall (S.) et Du Gay (P.), Questions of cultural identity, Londres, Éditions Sage, 1996, p. 4.

2 Le rhéto-romanche qui constitue aujourd’hui la quatrième langue nationale n’est inscrit qu’en 1938 dans la Constitution fédérale helvétique.

3 Sur la presse quotidienne en Suisse, voir : Clavien (Alain), La presse romande, Lausanne, Antipodes, 2017.

4 Tribune de Lausanne, 29 septembre 1931.

5 Feuille d’avis de Vevey, 28 avril 1931.

6 Revue de Lausanne, 5 avril 1932.

7 Voir à ce propos Haver (Gianni), « La censure cantonale vaudoise et la création de la Commission cantonale de contrôle des films, 1917-1935 », Revue historique vaudoise, 1996, p. 55-70.

8 Le Droit du Peuple, 17 octobre 1930.

9 Dauzat (Albert), Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, Larousse, 1938.

10 Dans le numéro du 22 août 1930. C’est seulement la deuxième fois que le journal utilise ce terme.

11 David A. Pettersen dans son étude Americanism, Media and the Politics of Culture in 1930s France, [s.l.], University of Wales Press, 2016, remarque que les critiques français considèrent les sujets des premiers films de gangsters américains comme « tirés des pages des journaux ». Voir notamment le chapitre « The perceived realism of American gangster cinéma ».

12 L’Impartial, 26 mars 1932.

13 Feuille d’avis de Neuchâtel, 7 avril 1932.

14 Voir notamment Feuille d’avis de Neuchâtel, 7 avril 1932 ; Courrier de Vevey, 6 janvier 1936.

15 Le Droit du peuple, 23 juin 1932.

16 L’impartial, 31 mai 1935.

17 Je suis partout est un hebdomadaire à sympathie fasciste et antisémite depuis les émeutes de février 1934. L’article est signé G.M. Tracy, pseudonyme de Marguerite-Yerta Méléra. Sur ce personnage, ainsi que sur la position antiaméricaine de la presse réactionnaire française, voir Armus (Seth D.), French Anti-Americanism (1930-1948). Critical Moments in a Complex History, Lanham, Lexington Books, 2007.

18 Feuille d’avis de Vevey, 9 mai 1934.

19 Courrier de Vevey, 30 mars 1932.

20 Revue de Lausanne, 5 avril 1932.

21 Feuille d’Avis de Vevey, 30 mars 1932.

22 Revue de Lausanne, 11 mars 1932.

23 L’Impartial, 31 mai 1935.

24 Le Droit du Peuple, 20 janvier 1937.

25 La Sentinelle, 29 juillet 1933.

26 Feuille d’avis de Vevey, 16 mars 1932. Dans le même sens, L’Impartial du 7 avril 1932 : « C’est notre perpétuelle stupeur, à nous candides Européens, que de constater l’épanouissement insolent, affiché, éclatant du crime aux États-Unis. »

27 Nouvelliste Valaisan, 7 mars 1932.

28 Feuille d’avis de Vevey, 16 mars 1932.

29 Le Rhône, 5 avril 1932.

30 Le Confédéré, 20 avril 1932.

31 Tribune de Lausanne, 8 août 1933.

32 Journal et Feuille d’avis du Valais, 2 avril 1932.

33 Feuille d’avis de Vevey, 17 janvier 1936. L’article est certainement de source française.

34 Voir aussi le Courrier de Vevey, 16 février 1935.

35 Une annonce lapidaire de L’impartial du 8 janvier 1936 va dans le même sens : « Cruauté yankee. — Hauptmann est informé qu’il sera exécuté 9 jours à l’avance. »

36 L’Impartial, 3 avril 1936.

37 Courrier de Vevey, 16 février 1935.

38 Sur la Tribune de Lausanne du 22 janvier 1935 H. Ch. s’étonne de lire dans les comptes rendus de l’audience que le public « “explose de rire”, qu’il est en proie à “l’hilarité générale” ». La Feuille d’Avis de Lausanne du 2 avril 1936 décrit la foule réunie autour de la prison par ces termes : « On rit. On chante. Les cafés font des affaires d’or. […] Les camelots vendent des souvenirs et soufflent dans les mirlitons. » Une euphorie rendue plus inquiétante par la publication d’une photographie de la chaise électrique de la prison de Trenton.

39 Nouvelliste Valaisan, 10 janvier 1935.

40 Courrier de Vevey, 16 février 1935.

41 Courrier de Vevey, 9 avril 1936.

42 Courrier de Vevey, 27 janvier 1936. Au vu du signataire cet article provient probablement de la presse française.

43 Courrier de Vevey, 27 janvier 1936. L’annonce d’un enregistrement sonore de l’exécution scandalise également le père Piquerez lequel, dans L’Impartial du 17 janvier 1936, s’exclame : « Souhaitons donc qu’à la dernière minute les autorités yankees comprennent ce que leur geste aurait de révoltant et combien la conscience humaine le jugerait sévèrement. »

44 Feuille d’avis de Lausanne, 16 mai 1932.

45 Tribune de Lausanne, 22 janvier 1935.

46 Becker (Howard S.), Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 2012 [1973].

47 Feuille d’avis de Vevey, 16 mars 1932.

48 Feuille d’avis de Vevey, 28 mai 1932.

49 Todorov (Tzvetan), La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, Paris, Édition du Seuil, 1982, p. 233.

50 Simmel (Georg), « Digressions sur l’étranger » [1908], dans L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, anthologie réalisée et présentée par Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, Paris, Aubier, 1984, p. 58.

51 Morin (Edgar), La méthode T.5, L’humanité de l’humanité, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clio Devantéry et Gianni Haver, « Le fait divers comme parabole de l’altérité », COnTEXTES [En ligne], 24 | 2019, mis en ligne le 09 juillet 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8263 ; DOI : 10.4000/contextes.8263

Haut de page

Auteurs

Clio Devantéry

Université de Lausanne

Gianni Haver

Université de Lausanne

Haut de page