Navigation – Plan du site

Pour une médiapoétique du fait divers1

Micheline Cambron

Texte intégral

Penser la presse et le fait divers

  • 1 Je remercie Marie-Ève Thérenty pour ses lectures attentives et amicales.
  • 2 Cette équipe internationale a été soutenue par la subvention du Conseil de recherche en sciences hu (...)
  • 3 Pour une chronologie de l’affaire Lindbergh, voir la « Chronologie », réalisée pour ce même dossier (...)
  • 4 Les champs d’intérêt des membres de l’équipe nous ont permis d’étendre notre enquête dans l’espace, (...)

1Le présent dossier rend compte de travaux réalisés par une équipe internationale2 qui s’est attachée à la couverture médiatique de l’affaire Lindbergh3, principalement en Belgique, en France, au Québec et en Suisse, et à ses prolongements4. Ces travaux s’inscrivent dans l’ensemble plus large d’une recherche qui porte sur la presse francophone de l’entre-deux-guerres et sont issus d’équipes nationales en interaction grâce à des séminaires annuels qui visaient, par le partage de problématiques et la comparaison de résultats bruts de recherche, à mener une réflexion sur la manière dont la presse rend compte des événements en investissant diverses formes génériques et en se mettant elle-même en scène. La presse donne ainsi à voir une réalité dont le récit est contraint par des enjeux médiatiques qui sont le plus souvent invisibles. Nous souhaitons par là plaider pour une médiapoétique de la presse, c’est-à-dire une approche visant la poétique des textes journalistiques et prenant en compte leur médium de production, leurs visées pragmatiques, leurs enjeux sociétaux, et leur circulation : reprises, dérivations, condensations, expansions par le biais de la réitération et de l’hyperbolisation de figures.

  • 5 Pour un exposé plus complet des approches pratiquées, on consultera Aron (Paul), Cambron (Micheline (...)

2L’enjeu est donc la manière (formes, images cardinales, jeux sur l’énonciation) dont la presse configure un réel qui n’est accessible, paradoxalement, qu’à travers elle, dans un contexte particulier de mondialisation de la nouvelle, celui de l’entre-deux-guerres. Les chercheurs de l’équipe s’appuient sur un postulat selon lequel la presse doit être saisie comme une forme spécifique, les journaux ne constituant pas un matériau inerte, dans lequel retrouver des informations discrètes (par le biais de dépouillements longitudinaux ou de data mining, par exemple), mais plutôt un ensemble dynamique de formes tendues entre elles et composant tout à la fois un récit, une interface labile entre les discours et un laboratoire où se jouent la poétique des genres5. Nous n’envisageons donc pas d’étudier le fonctionnement interne des articles et des rubriques en microanalyse sans prendre en compte l’équilibre des rubriques à l’intérieur d’un journal, et même le positionnement d’un médium dans des séries culturelles et médiatiques en diachronie ou en synchronie.

  • 6 « Les Jeux olympiques de Berlin de 1936 dans la presse internationale », dossier dirigé par Aron (P (...)
  • 7 Helen MacGill Hughes, affirme dans son analyse du traitement médiatique de l’affaire de l’enlèvemen (...)
  • 8 On trouve cette idée chez beaucoup de commentateurs ou théoriciens du fait divers. Voir M’Sili (Mar (...)
  • 9 Kalifa (Dominique), L’Encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Arthèm (...)
  • 10 C’est également le postulat de Gagnon (Alex), La Communauté du dehors. Imaginaire social et crimes (...)
  • 11 Ambroise-Rendu (Anne-Claude), Petits récits des désordres ordinaires. Les Faits divers dans la pres (...)
  • 12 Gonon (Laetitia), Le Fait divers criminel dans la presse quotidienne française du xixe siècle, Pari (...)

3Après avoir travaillé sur la couverture des Jeux olympiques de Berlin6, nous avons choisi de nous intéresser à un « fait divers » célèbre, le « greatest human interest story of the decade7 » : l’affaire de l’enlèvement du bébé Lindbergh. Prenant le contrepied de l’article fameux de Roland Barthes, « Structure du fait divers », la médiapoétique ne veut pas étudier le fait divers comme une information totale ou immanente, ou comme une structure fermée. Le fait divers a suscité des travaux féconds en histoire culturelle, en étude de presse ou en analyse du discours, qui ont déjà insisté sur sa structure ouverte8. Plus récemment, Dominique Kalifa9 a montré le passage du récit de crime à la mise en scène de l’enquête et la productivité d’une recherche qui considère tout le corpus du crime comme un gigantesque intertexte, sans créer des frontières artificielles entre les supports10. Anne-Claude Ambroise-Rendu11 a pour sa part montré la labilité historique de la forme en étudiant les formes nouvelles que prennent les faits divers à la fin du xixe siècle dans un corpus de quatre journaux de la fin du xixe siècle. Elle note que l’on voit apparaître dans ces récits les exigences d’une nouvelle profession, le journalisme : objectivité, enquêtes, précisions factuelles, mais aussi stéréotypes mis au service de peurs, d’inquiétudes, de volontés de contrôle et d’édiction de normes qui s’expriment par le biais du récit. Laetitia Gonon12 a mis en valeur le processus citationnel et intertextuel au cœur même de la fabrique du fait divers, ce processus s’exerçant entre les journaux. La rubrique du fait divers est souvent construite à partir de colle et de ciseaux. Elle a aussi montré le processus à l’œuvre entre cette rubrique et d’autres types de discours et documents (rapports de police, rapports médico-légaux) souvent intégrés à l’intérieur des textes.

  • 13 Si l’affaire est extraordinaire par ses dimensions, elle n’est pas atypique par son fonctionnement. (...)

4Dans la continuité de ces travaux et en prenant en compte les acquis de la poétique littéraire depuis Gérard Genette jusqu’à Raphaël Baroni, nous préconisons de mettre l’accent sur la dimension médiatique de la forme du fait divers, c’est-à-dire sur sa circulation, sur sa reprise, sur son étoilement, à la fois sur les plans chronologique, médiatique et géographique. Ce sont les multiples effets de reprises et de déclinaisons parfois transmédiales du fait divers qui sont appréhendés dans le présent dossier. Cette circulation met en évidence des phénomènes de standardisation, narratologiques et médiatiques, mais montre aussi combien le recopiage et le ressassement créent, paradoxalement, de la diversité : chacune des reprises dans un contexte de production et de réception différent modifie le sens du fait divers, même quand l’information est répétée textuellement. Le choix de l’affaire du bébé Lindbergh, encore aujourd’hui mondialement connue, semblait promettre l’existence d’une série « monstrueuse » de décloisonnement, de circulations et de ressassement, c’est pourquoi nous l’avons choisie13.

L’affaire de l’enlèvement du bébé Lindbergh : un objet médiatique diffusé, étudié et raconté

5Les faits divers s’étalent sur les feuilles de nouvelles depuis les débuts de l’imprimerie, et le xixe siècle offre déjà des exemples de faits divers jouissant d’une couverture mondialisée, comme l’affaire Troppmann ou le drame de Mayerling. L’affaire de l’enlèvement du bébé Lindbergh, déployée en plusieurs épisodes, depuis l’enlèvement de Charles Lindbergh Jr, le 1er mars 1932, jusqu’à l’exécution de Richard Hauptmann, le 3 avril 1936, n’inaugure donc pas une nouvelle série médiatique : elle s’inscrit dans une tradition. Toutefois, les journaux traitent la mondialisation de la couverture comme une nouvelle en soi. Ainsi, La Presse de Montréal place sa page du 2 mars 1932, sous le bandeau « Enlèvement qui cause un émoi universel » et y consacre, le 13 mai, jour de la découverte du cadavre de l’enfant, deux des neuf titres de la une qui la concernent : « Le monde soulevé d’horreur » et « Le monde entier soulevé par le crime Lindbergh ». Les échos en sont démultipliés, à travers le monde, par le recours aux nouveaux médias. La radio est, dès les débuts, mise au service de l’enquête, comme en témoigne l’appel polyglotte (allemand, français, anglais, italien, yiddish) radiodiffusé le 4 mars 193214. La télévision n’est pas en reste : le 14 mars, une émission montrant une photo de l’enfant et donnant oralement son signalement (« [Baby Lindbergh Kidnapped] », 1 min.) est considérée comme la première diffusion télévisée de l’histoire américaine de la télévision15. Le cinéma, dont les actualités, désormais parlantes, commencent à se frayer un chemin sur tous les écrans, profite lui aussi de l’affaire : la couverture cinématographique réalisée pour les actualités filmées culminera en 1935 avec la captation du procès, une première. Dans les journaux, le maintien de l’affaire parmi les grands titres à la une, malgré une actualité internationale marquée par des événements graves comme la guerre sino-japonaise, le décès d’Aristide Briand ou les conflits internes en Allemagne, illustre bien la conviction des journaux qu’il s’agit d’un événement médiatique hors-norme, barnumesque, en somme16.

  • 17 Parmi les publications récentes : Zorn (Robert E.), Cemetery John: the undiscovered mastermind of t (...)

6L’affaire a aussi donné lieu à une masse considérable de travaux dont la plupart sont, encore aujourd’hui, tournés vers son élucidation17. Diverses questions continuent de susciter l’intérêt : le bébé est-il vraiment mort ? qui l’a enlevé ? qui l’a tué ? S’il est vivant, où se trouve-t-il ? Quel rôle ont véritablement joué dans l’histoire les nombreux personnages que les médias ont fait apparaître puis disparaître : la jeune gouvernante de l’enfant, Betty Gow et son petit ami, « Red » Johnson ; les gangsters appelés au secours par Lindbergh lui-même (Ownney Madden, Salvatore Spitale et Irving Blitz) et celui qui proposa son aide depuis sa prison, Al Capone (!) ; John Condon dit « Jafsie » qui agira comme intermédiaire pour le versement de la rançon et tous les autres personnages qui enquêtent ou témoignent, dans les médias ou sur le terrain ? Quels ont été les dessous du procès ? Quel fut le rôle de Lindbergh lui-même ? Ces questions de fait, longuement débattues sur la foi d’images et d’artefacts divers, ne nous ont retenus ici que pour leur dimension pléthorique, qui, comme la remise du prix Pulitzer 1933 à Francis Jamieson pour sa couverture de l’affaire, témoigne de l’emballement médiatique provoqué par l’enlèvement, emballement qui constitue le véritable objet de nos recherches et de nos réflexions.

  • 18 Voir, par exemple, Ponce de Leon (Charles Leonard), « True success The Master Plot Of Celebrity Jou (...)
  • 19 MacGill Hughes (Helen), op. cit. Hughes poursuivra sa réflexion, en l’élargissant dans sa thèse : M (...)
  • 20 « Mystères d’archives : 1936, l’affaire Lindbergh », URL : http://www.ina.fr/video/CPD11001876. Con (...)

7Quelques ouvrages sur l’affaire portent d’ailleurs spécifiquement sur sa dimension médiatique18. Certains témoignent du fait que la réflexion sur les médias s’est développée concurremment à l’affaire, qui a servi de catalyseur. Ainsi l’article de Helen MacGill Hughes, paru en 1936, présente le traitement médiatique américain puis décrit l’organisation idéologique et partisane de la presse allemande à partir de l’analyse de la couverture de l’affaire, ce qui constitue un travail pionnier en sociologie des communications19. L’utilisation des nouvelles technologies a également fait l’objet d’analyses : un documentaire, Mystères d’archives : 1936, l’affaire Lindbergh (Arte France, Institut national de l’audiovisuel ; réalisation Serge Viallet ; 2011), porte sur la confection des actualités télévisées au moment du procès de Bruno Hauptmann20. Le présent numéro s’inscrit donc en partie dans la filiation de ces travaux en étude sur les communications, tout en recentrant le propos autour des questions de médiapoétique suscitées par l’affaire, principalement celles qui sont liées à la circulation élargie du fait divers.

  • 21 Louichon (Brigitte), « Définir la littérature patrimoniale », dans Peretti (Isabelle de) et Ferrier (...)
  • 22 Pour nous en tenir aux fictions littéraires, outre celles dont il sera question dans ce numéro – He (...)

8L’affaire a aussi donné lieu à de nombreuses fictions, souvent très célèbres, dont la rédaction fut parfois contemporaine de son déroulement. Il est piquant de penser que les informations liées aux derniers épisodes, le procès et l’exécution de Hauptmann, sont reçues par les lecteurs des journaux après la parution de Tintin en Amérique de Hergé et du Crime de l’Orient-Express d’Agatha Christie. Ces deux fictions ont en commun de s’inscrire dans un registre qui est celui de l’élucidation de l’énigme : aussi tiennent-elles, à tout le moins minimalement, du roman policier. On y trouve les principaux personnages du noyau narratif : le père et la mère célèbres, mais aussi les personnages secondaires. Ainsi, dans Le Crime de l’Orient-Express, qui repose sur l’enlèvement d’un bébé, la petite Daisy Armstrong retrouvée morte après le paiement d’une rançon, les personnages du récit correspondent de très près aux acteurs du drame élargi que racontent les journaux : des parents célèbres, une jeune gouvernante étrangère, un chauffeur et petit ami de la gouvernante, un bandit italo-américain de Chicago, un détective new-yorkais déguisé. Il y a aussi dans ces fictions des policiers ou des enquêteurs — pas toujours recommandables et pas du tout efficaces, à l’exception bien sûr de Tintin et d’Hercule Poirot — et une représentation des médias, particulièrement expressive dans certaines cases de Tintin en Amérique, dont celles qui montrent la meute de journalistes assaillant Tintin après l’enlèvement de Milou et celle qui a pour centre un appareil radio diffusant la nouvelle de son enlèvement. Nous nous sommes donc aussi intéressés à ces objets sémiotiques secondaires21, qui dans la mémoire littéraire sont parfois devenus premiers. Et ils sont nombreux22.

Une approche, des méthodes, des objets

9Les équipes ayant œuvré au projet étaient diversement composées selon les pays. Leur accès aux sources premières était variable et leurs objectifs différaient quelque peu.

10En Belgique, le travail a d’abord fait l’objet d’un séminaire de 3e année de bachelier en Langues et Littératures françaises et romanes, sous la direction de Paul Aron et Vanessa Gemis. Il s’agissait de montrer concrètement aux étudiants les échanges entre vie littéraire et vie médiatique, y compris dans les techniques d’écriture et les pratiques génériques, mais également de leur prouver que leur formation leur permettait de lire le journal d’une manière sinon novatrice, du moins pertinente. Le travail de recherche se doublait donc d’une réflexion sur l’intérêt pédagogique de l’étude de presse pour des étudiants en lettres. Les synthèses effectuées à partir des dépouillements de périodiques (hebdomadaires : Le Rouge et le Noir ; Le Soir illustré ; Pourquoi pas ? ; Le Patriote – Le Nouvel illustré ; Femmes d’aujourd’hui et Enquêtes, le grand hebdomadaire belge des faits divers illustrés ; et quotidiens : Le Soir, La Libre Belgique, La Dernière Heure, Le Peuple et Le Pays réel) constituent de fait les seules sources directement accessibles à l’ensemble des membres de l’équipe, en l’absence de numérisation des périodiques.

  • 23 Voir en particulier Thérenty (Marie-Ève), « Pour une histoire littéraire de la presse au xixe siècl (...)

11En France, l’équipe a pu compter sur de nombreux chercheurs : enseignants-chercheurs (Yoan Vérilhac, Amélie Chabrier, Marie-Ève Thérenty), chercheurs postdoctoraux (Santiago Díaz Lage, Mélodie Simard-Houde), doctorants (Laure Demougin, Filippos Katsanos, Jean Rime, Nicolas Bianchi, Nicolas Diassinous, Camila Lopez), tous rattachés au RIRRA21. Tous étaient déjà familiers des travaux sur la poétique du journal qui s’est développée depuis une vingtaine d’années en études littéraires23 et leurs travaux de recherche respectifs portent principalement, voire exclusivement sur des questions afférentes. La quantité de périodiques publiés dans l’entre-deux-guerres en France, qui invite à composer un corpus qui tienne compte des diverses familles politiques, et le nombre considérable de signatures, qui impose un minimum de recherches sur les journalistes (souvent également écrivains), constituent les deux grands défis. Les numérisations réalisées par la Bibliothèque nationale de France facilitent l’accès direct à certains journaux, au sein desquels des recherches plein texte sont parfois possibles permettant un retour aisé aux sources premières dans le cadre de travaux portant sur des questions transversales. Le nombre de périodiques analysés a donc pu être considérable (9 quotidiens : L’Action française, L’Humanité, Le Figaro, Le Matin, Paris-Soir, Le Petit Journal, Le Petit Parisien, Le Temps ; 8 hebdomadaires : Candide, Cyrano, Ric et Rac, Journal amusant, L’œil de Paris, Détective, Voilà, Marianne ; et même des revues comme Le Mercure de France), chacun d’entre eux ayant donné lieu à un rapport de recherche diffusé à l’intérieur de l’équipe. Par ailleurs, la recherche par mots clés a permis de localiser des textes qui auraient normalement échappé à un dépouillement classique, forcément restreint à des numéros spécifiques. Toutefois, certains journaux français ne sont disponibles que grâce à des copies papier conservées en bibliothèque : les rapports de recherche constituent donc parfois des sources essentielles.

  • 24 Voir deux récentes publications : Clavien (Alain), La presse romande, Lausanne, Antipodes, coll. «  (...)

12En Suisse, le travail a reposé sur une équipe réduite, composée de Clio Devantéry et Gianni Haver, et a été effectué dans la foulée de travaux en histoire de la presse romande menés par Alain Clavien, Clio Devantéry, Gianni Haver et François Vallotton24. L’étude repose sur l’examen de la couverture de l’affaire dans un grand nombre de journaux de Suisse romande, depuis les feuilles d’avis (la Feuille d’avis de Lausanne, celle de Vevey, de Neuchâtel ainsi que celle du Valais) et les journaux régionaux (L’Impartial, Le Courrier de Vevey, La Gazette de Lausanne, Tribune de Lausanne, Le Rhône) jusqu’aux hebdomadaires à vocation intercantonale (L’Illustré, Le magazine. Revue hebdomadaire illustrée et d’actualité) et aux confessionnels et engagés (La Liberté, le Nouvelliste Valaisan, Le Confédéré, La Revue de Lausanne, La Sentinelle et Le Droit du Peuple), en passant par le très sérieux Journal de Genève. Toutefois, un élargissement de l’aire d’analyse a permis d’inclure divers articles concernant de manière plus générale l’Amérique et la culture populaire qui lui est associée, de manière à replacer la couverture de l’affaire dans une interdiscursivité étendue.

  • 25 Charron (Jean), Bonville (Jean de) et Dubois (Judith) (dir.), Points de vue sur un journal en mouve (...)
  • 26 Le Star fut le plus important journal au Canada durant l’entre-deux-guerres. La Patrie est le secon (...)

13Au Québec, l’équipe était principalement composée de trois professeurs chercheurs, Dominique Marquis, Micheline Cambron et Will Straw, d’une chercheure postdoctorale, Sandria P. Bouliane, et d’un groupe d’assistants de recherche qui comptait, au doctorat : Ève Léger-Bélanger, Jérémi Perrault et Marilou St-Pierre ; à la maîtrise : Camille Caron Belzile, Xavier Boileau, Marie-Christine Corbeil, Alex Giroux, Jeanne Boucher Lauzon et Yosef Robinson. Le travail visait à la fois à éclairer l’événement choisi, l’affaire de l’enlèvement du bébé Lindbergh, et à engranger des données afin de pouvoir décrire la vie culturelle de l’entre-deux-guerres telle que les périodiques montréalais la configurent dans diverses langues (anglais, français, italien et yiddish). Il importe de souligner que l’étude de la presse de l’entre-deux-guerres est embryonnaire au Québec : les sources secondaires sont rares. Par ailleurs, plusieurs journaux montréalais n’existent que sur microfilms et les numérisations disponibles au moment des travaux ne permettaient pas de recherche plein texte. L’équipe a donc procédé de deux façons. D’abord, en dépouillant systématiquement, aux dates des principaux rebondissements de l’affaire, quatre quotidiens, L’Illustration et sa suite L’Illustration nouvelle, La Patrie, The Montreal Star (en anglais) et le Keneder Odler (en yiddish). Tous les éléments de chacun des numéros étudiés faisaient l’objet d’une description, le travail n’étant pas limité aux articles et entrefilets liés à l’affaire. L’équipe a bénéficié d’une plateforme de recherche élaborée par Olivier Lapointe, qui facilitait l’accès aux numérisations déjà existantes, ou réalisées par l’équipe, et l’interrogation par mot clé des données recueillies. Cet outil a rendu possible la confection de statistiques comparatives pour les journaux étudiés (surface, nombre de grands titres ou de bandeaux, comparaison de la couverture de l’affaire avec les autres sujets traités, etc.). Ces données, examinées lors du séminaire international de 2015, ont permis de constater que la couverture montréalaise variait quantitativement selon les journaux, mais était globalement plus importante que celle des journaux européens — ce qui n’est pas surprenant, les États-Unis étant la porte à côté. Parallèlement, le journal La Presse a été, aux mêmes dates, l’objet de dépouillements ciblés, plus sommaires, donc. Le journal Le Devoir, qui a été abondamment étudié par ailleurs25, n’a pas été retenu dans le cadre de ce travail, malgré son importance indubitable, l’équipe souhaitant éclairer plutôt des publications largement diffusées et totalement négligées, comme La Patrie et le Montreal Star26.

14Chacune des équipes a d’abord réalisé, à partir des dépouillements menés, des analyses de la couverture par journal. Ainsi ont été réalisés des rapports sur les journaux français, montréalais et sur les journaux belges — ces derniers synthétisés dans un document unique. Ces rapports de recherches, pour la plupart présentés oralement lors du séminaire international tenu en mai 2016, ont ensuite été rendus disponibles à tous, grâce à un site de partage des données, de manière à permettre la réalisation d’analyses transversales nourries par le séminaire international, durant lequel s’est effectuée l’identification des enjeux principaux et des topiques susceptibles d’en découler. Notre souhait était d’éviter de réaliser en solo des descriptions des couvertures nationales ; nous visions plutôt à mettre en relief certains aspects de la couverture dans une perspective globale. L’équipe suisse s’est jointe en cours de route. Aux rapports sur chacun des périodiques, qui seraient arrivés trop tardivement, elle a substitué des enquêtes du côté des images de l’Amérique en circulation au moment de l’affaire, éclairant ainsi de manière plus large les topoï en circulation dans l’espace francophone.

  • 27 Op. cit.
  • 28 Sandria P. Bouliane a répertorié 10 chansons publiées aux États-Unis ou au Canada. Pinker (Roy), «  (...)

15Du travail préliminaire mené par les équipes belge, française et québécoise est né l’ouvrage collectif signé Roy Pinker, Faire sensation. Du bébé Lindbergh au Barnum médiatique, destiné à un large public, présentant le résultat des analyses menées par les membres de l’équipe (9 en Belgique, 10 en France, 12 au Québec), lissé sous la plume efficace de Paul Aron et Yoan Vérilhac27. La préparation de cet ouvrage a permis à l’équipe de préciser les problématiques centrales, de progresser considérablement en ce qui a trait à l’examen des objets sémiotiques secondaires, intégrant même l’examen, par Sandria P. Bouliane des chansons inspirées par l’affaire28, et aussi de formuler un premier état des résultats ici proposés, qui trouvent dans ce numéro un substantiel approfondissement.

La fabrique de l’affaire ou l’étoilement des récits

  • 29 Dubied (Annick), Les dits et les scènes du fait divers, Genève et Paris, Librairie Droz, 2004, p. [ (...)

16Notre chronologie de l’affaire en restitue les événements marquants, intégrant certains éléments clés, en amont et en aval. Toutefois, l’affaire ne saurait être réduite à ces traits narratifs nodaux. En effet, des récits de l’affaire se succèdent dans le temps qui sont marqués par l’espérance des lecteurs en une clôture narrative, plusieurs fois reportée, parce que les contours de l’affaire sont mouvants, et que les récits en présence, qui relèvent parfois de la rumeur, sont entrelacés, repris, déplacés. Le fait divers n’est pas ici un objet simple, un récit nucléaire. La clôture mal assurée du récit, qui sera d’abord, par anticipation, le versement de la rançon, puis la découverte du cadavre, puis la découverte d’un suspect, et enfin son exécution, pose des questions proprement poétiques : les récits possibles se superposent les uns aux autres sans rien effacer des précédents, chacun d’eux convoquant un ou plusieurs autres récits, archétypaux, voire mythiques, riches en significations. C’est l’entrecroisement de ces récits qui donne forme au fait divers, qui n’existe que par eux, et apparaît, pour cela, étoilé. Cela correspond à la proposition d’Annick Dubied, pour qui « le fait divers est avant tout une mise en scène sémiotique. En d’autres termes, on ne rencontre pas un fait divers ailleurs que dans les médias, c’est sa mise en scène qui le constitue29 ». Les divers récits enchevêtrés peuvent ainsi être considérés comme autant de mises en scène sémiotiques cristallisant et déplaçant tout à la fois les enjeux éthiques et médiatiques qui les traversent. Ils donnent à voir l’ampleur et la complexité de la matière discursive générée. Énumérons-en quelques-uns.

Récit(s) d’enquête(s)

  • 30 Le site du FBI sur le « Cas Lindbergh » évoque « a mass of misinformation received from well-meanin (...)

17La couverture médiatique accorde une place considérable aux diverses enquêtes, aux enquêteurs officiels ou officieux, aux paroles des détectives, à celles des gangsters qui « offrent » leur contribution et bien sûr à celle des policiers — de nombreuses interviews sont publiées. Chacun de ces fils possède sa propre diégèse, largement déceptive avant l’arrestation fortuite de Bruno Hauptmann. D’une dépêche à l’autre, les fils de ces récits s’entrecroisent, disparaissent, ressurgissent ailleurs. La lecture de la presse montréalaise, située quasi dans le feu de l’action (la frontière fait l’objet d’une surveillance particulière, la police américaine se déplace à Québec), donne le sentiment que les journalistes, les Américains surtout, se muent en détectives : ils y vont d’hypothèses, font des déclarations à l’emporte-pièce. Tout un chacun peut contribuer à l’enquête. Soit, pour les plus riches, en survolant la région du rapt ou en sillonnant la mer dans un yacht (comme Lindbergh lui-même le fait avec ses amis), soit encore, pour les moins nantis, par des dénonciations, ou des révélations parfois douteuses, parfois faites de bonne foi30. Le mot d’ordre demandant de contribuer aux recherches est général, comme en témoigne un entrefilet de La Presse, publié le 7 mars, qui donne la teneur d’un télégramme envoyé à Montréal par Will Green, Président de la Fédération américaine du Travail, au secrétaire du Conseil des Métiers et du Travail de Montréal, M. Joseph Pelletier, invitant les ouvriers montréalais à collaborer aux recherches :

Tous les membres et officiers des unions ouvrières affiliées à la Fédération américaine du Travail aux États-Unis et au Canada sont priés de collaborer avec les autorités policières, judiciaires et autres, dans leurs recherches pour retrouver l’enfant du Colonel Lindbergh.

  • 31 « Les ouvriers invités à contribuer aux recherches », La Presse, 7 mars 1932.

18Le journal ajoute : « le Président Green demande de donner à ce télégramme et à son invitation la publicité la plus large possible31 ». Les journaux parlent de groupes de volontaires participant à des battues et à des fouilles. Les lecteurs interpellés sont ainsi eux-mêmes mis indirectement en scène.

  • 32 Causse (Pierre), « Un américain avait cru voir à Paris le fils de Lindbergh », L’Intransigeant, 7 m (...)
  • 33 Voir Aron (Paul) et Gemis (Vanessa) dans « Une histoire racontée par la presse, pleine de bruits et (...)
  • 34 Sur les quintuplées Dionne, traitées comme des bêtes de cirque par le Gouvernement ontarien, voir P (...)
  • 35 La comparaison entre les deux affaires est récurrente dans La Patrie, les « jumelles Dionne » parta (...)

19Mais on n’est pas en reste à Paris où un touriste croit avoir reconnu le bébé et alerte les gendarmes en donnant le numéro de plaque d’un taxi dans lequel celui-ci se serait trouvé... L’histoire se révèle finalement « trop belle » pour être vraie, mais cela n’empêche pas le journaliste de raconter l’enquête menée32. De même, en Belgique, où un journaliste suit, de 1933 à 1937, la trace du bébé Lindbergh, qui aurait été adopté par une famille de Malèves-Sainte-Marie33. Ces « enquêtes » témoignent à la fois de la prégnance du genre médiatique du reportage, dont elles reprennent les codes, et des modèles littéraires du roman policier, tout en participant à la dissémination de rumeurs, qui semblent consubstantielles à la recherche collective, comme le montre le titre tendancieux de la une de La Patrie du 26 mars 1935 : « Les jumelles Dionne menacées de subir le sort du bébé Lindbergh ». L’évocation d’une possible menace à l’endroit des « jumelles Dionne », les célèbres quintuplées canadiennes34, porte ainsi en creux, elle aussi, une enquête et confirme le rôle joué par ce modèle narratif dans les mécanismes de reterritorialisation de la nouvelle35.

  • 36 Vérilhac (Yoan), op. cit.

20Ces enquêtes journalistiques rétablissent un semblant de congruence entre le temps de l’enquête policière réelle, qui multiplie les temps morts, et la succession des numéros du journal, de sorte que « Chaque jour ajoute [véritablement] un chapitre au tragique roman », pour pasticher Pierre Causse, de L’Intransigeant36.

Récit(s) judiciaire(s)

  • 37 Les images de la salle de presse construite pour l’occasion à Flemington tirées des actualités ciné (...)
  • 38 « Les avocats dans l’affaire Hauptmann », La Patrie, 8 janvier 1935 ; « Un vif débat dans l’affaire (...)

21Le procès de Hauptmann donne lieu à un déferlement médiatique sans précédent : la petite ville de Flemington, New Jersey, est envahie par une horde de journalistes — entre 150 et 1 200, selon les sources37 (!). De nombreuses photos sont prises durant le procès — une pratique étrangère à celle des systèmes de justice canadien et européens ; le juge autorise la présence de caméras pour les actualités cinématographiques. Une véritable salle de presse est installée à Flemington, depuis laquelle partent des informations et des images : les preuves matérielles sont montrées, l’action du tribunal est rendue perceptible par des images qui en exposent le mouvement. En outre, les commentaires des correspondants français détachés sur place (Raymond Lange, Pierre Desnoyers et Philippe Vidéla, Jacques Fransalès) jouent un rôle essentiel (et quasi éditorial) dans la dramatisation et la feuilletonisation de l’action outre-Atlantique. Les procédures sont ainsi expliquées et commentées dans la presse francophone, la biographie de Hauptmann, celle de sa femme, la photo de leur fils (du même âge à peu près que le fils Lindbergh) font la une : l’affaire du bébé Lindbergh est alors déjà devenue l’affaire Hauptmann, comme l’indique la présence du syntagme dans les grands titres de La Patrie montréalaise, dès le 8 janvier 193538, et de Détective, le 6 avril 1935. Une seconde famille, celle d’Hauptmann apparaît en une.

  • 39 Signalons que, selon le journal Le Canada du 19 mai 1932, des modèles réduits de « l’échelle » aura (...)
  • 40 Ces exemples sont tirés de La Patrie des 5 janvier 1935 et 5 avril 1936 (Corbeil (Marie-Christine), (...)

22Aux récits journalistiques proprement judiciaires, marqués par le sensationnalisme des photos, s’entremêle celui des actualités filmées qu’étudie Amélie Chabrier, mais aussi des microrécits improbables qui surgissent des fragments d’information, par exemple la publicité de la Ligue de Sécurité de la Province de Québec sur l’usage sécuritaire d’une échelle, placée à côté d’un article sur le procès Hauptmann39, ou encore celle sur « La chaise électrique, chanson dramatique avec 6 autres chansons », elle aussi stratégiquement placée40.

Récits américains

  • 41 New York Times, 2 mars 1932. L’information est reprise dans plusieurs journaux, dont La Presse de M (...)
  • 42 Selon certaines sources, Hearst aurait offert de payer les émoluments d’Edward J. Reilly, un crimin (...)

23La couverture de presse de l’affaire comporte également beaucoup de textes qui, se détachant de l’écheveau confus des événements, exposent des critiques parfois vives à l’endroit de la société américaine, dans laquelle un tel crime a été possible. De nombreux énoncés vont en ce sens : « Il faut avouer que les histoires américaines mettent à rude épreuve les ressources de la crédulité humaine », écrit L’Humanité, le 2 avril 1932, tandis que Le Vingtième Siècle de Bruxelles, choisit un titre éloquent, « Le rôle extravagant de la presse américaine », le 22 mai 1932. Plus le temps avance, plus les textes traitant du contexte américain, se multiplient : l’affaire devient prétexte au dénigrement de valeurs considérées comme antinomiques avec celles de la société du scripteur, que celui-ci soit en France, en Belgique, au Québec, en Suisse ou en Espagne. Certains des arguments développés sont inspirés par la couverture américaine elle-même. Ainsi, dès le 2 mars, le New York Times avait consacré, à côté de la nouvelle de l’enlèvement, un espace en première page aux rapts avec demandes de rançon, citant le sénateur américain qui avait déposé un projet de loi pour criminaliser l’enlèvement de personnes et rappelant l’importance accrue de ce type de crimes depuis les nouvelles sanctions liées à la prohibition41. D’autres témoignent d’une lecture critique à l’endroit de l’espace consacré aux gangsters de tout acabit par les journaux américains. Les conflits sur l’éthique journalistique qui ébranlent durant cette décennie la presse des pays anglo-saxons et qu’explore le texte de Filippos Katsanos, « Presses respectables et criminelles : Charles Lindbergh, le crime du siècle et la querelle anglo-américaine sur le journalisme », sont par ce biais indirectement répercutés dans les journaux francophones. Nous avons peu exploré le rôle de Hearst et de son conglomérat de journaux dans les dérives médiatiques qui se sont produites, depuis les récompenses promises par les journaux jusqu’à la prise en charge du salaire de l’avocat de Hauptmann42, en passant par l’entrevue de Al Capone publiée par le groupe de presse Hearst — Al Capone y demande à être mis en liberté pour participer plus efficacement aux recherches (!). Mais, selon Amélie Chabrier, ces dérives invitent à penser la couverture médiatique comme ayant interféré avec le cours du procès, infléchissant même l’opinion des jurés qui condamneront Hauptmann.

24La description faite du cirque médiatique qui accompagne les événements de l’Affaire — par exemple, la présence de la meute de journalistes installée sur la propriété des Lindbergh après l’enlèvement, le débat autour des photos du cadavre du bébé, prises illégalement puis vendues, selon ce que dit la rumeur, celui autour de la conduite du procès et des circonstances de l’exécution — est teintée et de fascination, et de dégoût. La presse américaine est présentée comme mue par des intérêts qui sont loin d’être toujours nets. Mais dénigrer l’allié américain, c’est aussi se draper dans une moralité publique censée moins corrompue, plus humaine. Les glissements, depuis les événements eux-mêmes, qui provoquent le dégoût, vers leur couverture médiatique, puis vers un jugement moral à l’endroit de la société américaine, sont particulièrement visibles dans la presse espagnole, qui en tire même des effets comiques, malgré la dimension dramatique de l’enlèvement. Santiago Diaz Lage en retrace le mouvement dans « Les feuilletons de la réalité en Amérique du Nord : notes sur l’affaire Lindbergh dans la presse espagnole 1932-1936 » et rapporte l’existence de poèmes satiriques. Toutefois, il ne faut pas s’illusionner : jugeant ainsi l’Autre, c’est un peu le procès de leur propre modernité médiatique que dressent les diverses presses nationales, qui se sont abreuvées sans vergogne tout au long de l’affaire à la confusion des sources américaines, confusion qu’elles ont ainsi reproduite.

25Au-delà de l’indignation à l’endroit de la couverture américaine de l’affaire, la presse francophone étudiée manifeste également son rejet des valeurs américaines ainsi révélées, ce qui contraste avec l’engouement certain que suscite la production culturelle américaine que rapportent Clio Devantéry et Gianni Haver. Mais cela a de toute évidence à voir avec l’importance de l’affirmation des valeurs dites nationales durant l’entre-deux-guerres. Les jugements sont rapportés non pas à des valeurs universelles, mais à celles d’une nation, que celle-ci soit suisse, française, belge ou canadienne. « Le billet du dimanche » du 5 avril 1935 de Louis Francœur, sous-titré « Leur justice et la nôtre », est représentatif de la violence du choc des valeurs suscité par l’affaire :

Hauptmann a cessé d’être intéressant. Mais les procès qu’on lui a faits, les à-coup et les à-côté qui ont donné à l’affaire de faux airs de vaudeville tragique ont à jamais discrédité la magistrature et la justice de son pays d’adoption. Les frasques barnumesques du gouverneur Hoffmann, les effarantes attitudes du docteur Condon, le va-comme-j’te-pousse du juge Trenchard, la horde des faux témoins, le prurit de réclame de certains avocats, la diarrhée des journaux à sensation, ont collaboré à faire de l’affaire Hauptmann le procès le plus dégradant, le plus hideux de l’époque contemporaine. Et cela au pays de l’ « efficiency », du « one hundred per cent », du « biggest in the world »...

Mises en récit biographiques et pouvoir médiatique

  • 43 Cela se trouve dans le New York Times et aussi dans La Presse.

26Dernier type de récit présent dans la couverture de l’affaire, bien que plus modestement en termes de surface, la biographie — dont, au premier chef, le rappel des hauts faits de Lindbergh. La couverture de presse donne à voir en creux la renommée de Lindbergh, par exemple lorsque, dès les premières missives, les journalistes s’empressent de rappeler l’enlèvement de la sœur de madame Lindbergh, de faire le compte de la fortune des Morrow, la famille multimillionnaire de la mère du bébé, ou d’interviewer les deux grands-mères de l’enfant43. Cette renommée internationale est lisible dans les nombreux messages envoyés par des figures publiques, le pape, des chefs d’état, des hommes politiques, des vedettes, mais aussi par des associations qui iconisent ainsi la projection de simples citoyens dans la douleur du père et de la mère de la famille idéale que représentent les Lindbergh, ce qui explique les nombreux rappels biographiques dont ses membres sont l’objet.

  • 44 Voir Katsanos (Filippos), « Presses respectables et criminelles : Charles Lindbergh, le crime du si (...)
  • 45 Adolphe Nantel développe explicitement ce thème dans un poème, « À Lindbergh », Le Canada, 13 mai 1 (...)
  • 46 Simard-Houde (Mélodie), « Mutations et usages d’un mythe médiatique : l’Aviateur héroïque reconfigu (...)

27Mais il n’y a pas que la vie des Lindbergh qui fasse l’objet d’articles. Les diverses figures de l’affaire, depuis celles des gangsters jusqu’à celles des célébrités associées ou créées par l’affaire, comme le Docteur Condon, sont ainsi racontées, souvent par bribes, et ressassées. Refluent donc dans le journal du jour des récits biographiques dont la pertinence est postulée, même si, ultimement, certains seront renvoyés à l’obscurité. Le suicide de la jeune domestique des Morrow, Violet Sharp, donne ainsi lieu à une couverture relativement faible, sauf en Grande-Bretagne44 : ce sont les romanciers qui y reviendront. L’un de ces récits, toutefois, s’apparente au mythe : Lindbergh l’aviateur a fait preuve d’une démesure qui apparaît comme une forme moderne d’hubris, punie par le destin45. C’est de lui que traite, sous tous ses angles, l’article de Mélodie Simard-Houde46.

Répétition, ressassement : le caractère infini de l’affaire et ses bégaiements

  • 47 L’Intransigeant en fait un procédé, titrant « toujours rien » au 7e jour (9 mars 1932), puis compta (...)
  • 48 Pinker (Roy), « Vide », op. cit., p. 75 et suiv.

28Ces divers récits, répétons-le ne sont pas toujours entièrement racontés, ils ne sont pas véritablement des unités discrètes, contenues entre un début et une fin. Répétés, contredits, donnés par bribes ou en creux, ils participent à la circulation générale des discours de presse dont ils révèlent la mouvance. Il semble que le « sur-place » qui exaspère tant journalistes et lecteurs lorsqu’il ne se passe rien47, invite soit au ressassement, à la récapitulation tronquée, voire à l’emballement de la rumeur, ou, au contraire, à une prise en charge énonciative qui pose dans une sorte de déjà-là les informations brutes et se fait chronique ou éditorial. L’absence d’action, le « vide », n’invite en aucun cas au silence médiatique48.

29La dissémination de l’affaire d’un média à l’autre, d’une rubrique à l’autre, d’un récit à l’autre, crée cependant moins un chaos qu’un maelström qui entraîne dans son tournoiement toutes sortes de motifs et de figures, pris aux rets d’une interdiscursivité affolée, recyclant au passage lieux communs, stéréotypes et préjugés.

  • 49 Vérilhac (Yoan), « Déréalisation et sensationnalisme dans le traitement de l’affaire Lindbergh : ve (...)

30Le présent dossier propose un ordre qui favorise l’exploration des diverses formes de circulation des informations et des récits qui les agrègent. Se trouve ainsi souligné l’apport spécifique de la perspective médiapoétique adoptée : non seulement rendre compte de la tension entre les discours, depuis le plus ténu, l’entrefilet tiré d’un fil de presse, jusqu’au plus ambitieux, les réécritures romanesques, mais aussi montrer la pertinence des outils littéraires dans l’analyse des corpus médiatiques, là où la « machine générale du sensationnalisme », comme la désigne Yoan Vérilhac49 construit le sens en mettant en relation matière informative « empilée », archive médiatique, codes génériques et modèles littéraires, depuis les mythes antiques jusqu’aux formes nouvelles de la littérature et de la culture contemporaine, comme le reportage ou la monstration des actualités cinématographiques, tous les récits que la presse prend en écharpe.

31Un premier groupe de textes, « La circulation de l’affaire dans le temps et dans l’espace », explore la circulation, les déplacements et les étoilements du fait divers dans l’espace. Dans la couverture de l’Affaire, la célébrité du père et le caractère architextuel de la séquence (l’enlèvement d’enfant) font que l’information migre rapidement par toute une série de canaux plus ou moins déformants (journaux, agences, câbles, rumeurs) vers l’étranger. Laure Demougin examine, dans « L’affaire Lindbergh ou la propagation du sensationnel », les effets pragmatiques du sensationnalisme à travers les mécanismes à l’œuvre en Belgique, en France et au Québec, identifiant plusieurs modes de circulation médiatiques contradictoires, jouant, selon les lieux et les momentsn sur la distance et une étrangeté flirtant avec l’exotisme ou sur la proximité favorable à une appropriation du récit. Mais tout aussi bien, les discours sur l’affaire s’agrègent à d’autres récits, s’hybrident et se transforment. Mélodie Simard-Houde, dans « Mutations et usages d’un mythe médiatique. L’aviateur à l’épreuve de l’affaire Lindbergh », montre ainsi comment le mythe de l’aviateur, exporté hors du récit épique où il s’est construit, est mis à l’épreuve d’une nouvelle configuration narrative qui le place en parallèle avec Hauptmann et provoque le renversement de la figure de Lindbergh, qui devient alors un « mauvais » héros médiatique, associé à la figure du criminel. L’analyse des images sans cesse reprises et déplacées, inscrites dans des montages qui en font varier le sens, montre bien les effets de ces migrations sur les valeurs que réactive l’affaire et sur ses ressorts mélodramatiques aussi, comme le montre Will Straw dans son article « The face of the journal: Photojournalism and l’affaire Lindburgh ». Pour leur part, Paul Aron et Vanessa Gemis étudient, dans « Une histoire racontée par la presse, pleine de bruits et de rumeurs », les étoilements qui déplacent l’affaire du côté d’enjeux nationaux dans les périodiques belges francophones, à partir du cas de reterritorialisation précédemment évoqué, concluant que le récit rumoral constitue une composante structurelle du journalisme, ce qui est lourd de conséquences en notre époque de fake news. Dans une perspective différente, dans son article « Déréalisation et sensationnalisme dans le traitement de l’affaire Lindbergh : vers une poétique historique des médias », Yoan Vérilhac revient sur la fabrication du sens dans le journal et montre comment à la faveur de cette circulation médiatique chaotique se trouvent mises « en relation la matière informative [et] une archive médiatique et/ou idéologique » engendrant une déréalisation qui modèle le pacte de lecture.

32Une seconde série d’articles, « L’affaire et la mise scène de modèles médiatiques », problématise explicitement la couverture médiatique à partir de cas de figures particuliers. Filippos Katsanos analyse, dans « Presses respectables et criminelles : Charles Lindbergh, le crime du siècle et la querelle anglo-américaine sur le journalisme », la polémique nouée autour de l’américanisation des médias, qui oppose le modèle médiatique des « journaux jaunes » et celui de l’information objective telle que la promeut le New York Times. Il montre aussi le rôle que joua l’affaire dans la polarisation des débats. Amélie Chabrier examine plutôt la couverture cinématographique, celle des « actualités » et en interroge les dérives et les effets, qui seront à la fois médiatiques et judiciaires, évoquant au passage les objets dérivés, matérialisations saugrenues qui inscrivent l’affaire dans une transmédialité radicale. Mais sa contribution, « En direct de Flemington : la chronique filmée du procès Hauptmann », vise aussi à saisir comment les « actualités » sont refigurées par le montage, dans les studios de Pathé.

33Un troisième groupe, « Des images de l’Amérique », comporte deux articles qui montrent la façon dont l’affaire sert de médiation dans la définition de l’Autre et du Soi. Dans l’article « “Les feuilletons de la réalité en Amérique du Nord” : l’affaire Lindbergh dans la presse espagnole, 1932-1936 », Santiago Diaz Lage analyse la couverture de l’affaire dans la presse espagnole, ce qui met en relief les convergences du traitement francophone. Sont ainsi mises en relief des attitudes à l’endroit de l’Amérique, et aussi à l’endroit de la nouvelle brute qui circule par les agences de presse, assez fortement décalées, entre autres parce que la dimension mélodramatique y est bridée, contrebalancée par une ironie assumée. C’est plutôt l’indignation qui caractérise la couverture nationale étudiée par Clio Devantéry et Gianni Haver dans « Le fait divers comme parabole de l’altérité : le traitement médiatique de l’affaire Lindbergh dans la presse suisse romande ». Malgré le contrepoint offert par la forte présence de la culture populaire américaine dans les journaux, le couple fascination/répulsion contribue à une mise à distance qui configure l’Autre états-unien et, par contraste, conforte les valeurs morales désignées comme européennes.

34Enfin, les deux derniers textes, placés sous l’intertitre « Des objets sémiotiques secondaires comme résolutions de l’affaire », s’attachent à des œuvres redéployant la couverture médiatique de l’affaire à titre d’hypertexte. Dans « Tintin face à l’actualité : la transposition de l’Affaire Lindbergh dans Tintin en Amérique », Jean Rime examine les effets du désordre médiatique ambiant sur l’écriture de Tintin en Amérique par Hergé, à partir du croisement minutieux des informations disponibles dans les journaux bruxellois et des planches de cette aventure de Tintin publiées hebdomadairement dans Le Petit Vingtième, avec quelques semaines de décalage. Marie-Ève Thérenty saisit quant à elle globalement la fictionalisation de l’affaire dans « La mise en fictions d’un fait divers. Essai de typologie à partir de l’affaire Lindbergh et de ses fictions dérivées ». Elle explore ainsi la dimension transmédiatique et sérielle d’un phénomène qui est au cœur de nos sociétés contemporaines même s’il caractérise déjà l’entre-deux-guerres et sans doute le xixe siècle. En cela l’approche médiapoétique se révèle historique, c’est-à-dire qu’elle invite à appréhender l’affaire Lindbergh dans son espace-temps, en la restituant à la fois dans une histoire longue du phénomène et dans le climat très particulier des années 1930.

35C’est à cette double lecture que le dossier invite : théorique, c’est-à-dire poétique et médiatique, et donc, dans une certaine mesure détachée de l’objet que constitue l’affaire, mais aussi centrée sur une période trouble dont les points de fuite chaotiques ont été amplifiés par la puissance des médias.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Marie-Ève Thérenty pour ses lectures attentives et amicales.

2 Cette équipe internationale a été soutenue par la subvention du Conseil de recherche en sciences humaines pour le projet « La presse montréalaise de l’entre-deux-guerres, lieu de transformation de la vie culturelle et de l’espace public » (CRSH-Programme Savoir), et par le laboratoire RIRRA21 de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Nous remercions vivement ces organismes. Nous remercions également pour son appui le Centre interuniversitaire de recherche sur la littérature et la culture québécoises québécoise (CRILCQ).

3 Pour une chronologie de l’affaire Lindbergh, voir la « Chronologie », réalisée pour ce même dossier : COnTEXTES, 24 | 2019, mis en ligne le 22 mai 2019, consulté le 23 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8103.

4 Les champs d’intérêt des membres de l’équipe nous ont permis d’étendre notre enquête dans l’espace, à l’Espagne, à la Grande-Bretagne et aux États-Unis, et dans le temps, grâce à des travaux sur les refigurations littéraires de l’Affaire.

5 Pour un exposé plus complet des approches pratiquées, on consultera Aron (Paul), Cambron (Micheline), Haver (Gianni), Vallotton (François), Thérenty (Marie-Ève), « Questions de méthode. Le sport et ses enjeux nationaux et internationaux mis en discours », Belphégor. Littératures populaires et culture médiatique, mis en ligne le 6 juillet 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://belphegor.revues.org/824 ; DOI : 10.4000/belphegor.82.

6 « Les Jeux olympiques de Berlin de 1936 dans la presse internationale », dossier dirigé par Aron (Paul), Cambron (Micheline), Haver (Gianni), Vallotton (François) et Thérenty (Marie-Ève), Belphégor. Littératures populaires et culture médiatique, mis en ligne le 6 juillet 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://belphegor.revues.org/824 ; DOI : 10.4000/belphegor.82

7 Helen MacGill Hughes, affirme dans son analyse du traitement médiatique de l’affaire de l’enlèvement du bébé Lindbergh que les journaux américains la désignent comme « the greatest human interest story of the decade ». (« The Lindbergh Case: A Study of Human Interest and Politics », American Journal of Sociology, vol. 42, no 1, 1er juillet 1936, p. 32-54. Rappelons que les termes « fait divers » et « human interest story » ne recouvrent pas exactement la même chose, voir : Lits (Marc), « Le fait divers : un genre strictement francophone ? », Semen, 13 | 2001. Mis en ligne le 30 avril 2007. Consulté le 02 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/2628.

8 On trouve cette idée chez beaucoup de commentateurs ou théoriciens du fait divers. Voir M’Sili (Marine), Le fait divers en République. Histoire sociale de 1870 à nos jours, Paris, CNRS Éditions, 2000 et Auclair (Georges), Le Mana quotidien : structures et fonctions de la chronique des faits divers, Paris, Éd. Anthropos, 1970. Insistant sur l’ébranlement que provoque le fait divers, Isabelle Décarie (« Le bruissement des faits divers : paradoxe des voix, choc des discours », in Cambron (Micheline), Le journal Le Canadien : littérature, espace public et utopie, 1836-1845, Montréal, Fides, coll. « Nouvelles études québécoises », 1999, p. 239) et Sylvie Dion (« La rupture de la quotidienneté », Tangence, n37, 1992, p. 8) y lisent une forme d’ouverture sur l’ensemble du discours social. Marc Angenot, traitant du fait divers de l’assassinat de Mayerling, y voit la manifestation d’un « romanesque général » dans lequel « chaque épisode, chaque segment, est analysable, intelligible en lui-même, autosuffisant, mais il est cumulable à d’autres, rapprochable, cointelligible », et donc ouvert (voir : Angenot (Marc), « Rhétorique du discours social », Langue Française, n79, 1988, p. 24-36. URL : www.jstor.org/stable/41558360. Consulté le 20 novembre 2018).

9 Kalifa (Dominique), L’Encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Arthème Fayard, 1995.

10 C’est également le postulat de Gagnon (Alex), La Communauté du dehors. Imaginaire social et crimes célèbres au Québec (xixe-xxe siècle), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, collection « Socius », 2016.

11 Ambroise-Rendu (Anne-Claude), Petits récits des désordres ordinaires. Les Faits divers dans la presse française des débuts de la Troisième République, Paris, éditions Seli Arslan, 2004.

12 Gonon (Laetitia), Le Fait divers criminel dans la presse quotidienne française du xixe siècle, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2013.

13 Si l’affaire est extraordinaire par ses dimensions, elle n’est pas atypique par son fonctionnement. Stéphanie Sauget montre, dans un essai à paraître, la circulation mondiale d’une légende urbaine à la Belle Époque : l’histoire d’une princesse russe, enterrée depuis cinq ans dans un cercueil de cristal au Père-Lachaise et qui aurait prévu une donation d’un millier de dollars au volontaire qui accepterait de la veiller pendant 365 jours et 366 nuits.

14 La presse « Appels polyglottes » à la radio, La Presse, 5 mars 1932. Il était possible de capter directement ces appels à Montréal, depuis les postes américains. Il est possible que l’appel ait été transmis par ondes courtes en Europe, mais nous n’avons trouvé aucune information à ce propos, seulement des traces indirectes de l’appel originel.

15 « Lindbergh Baby Kidnapped », URL : https://www.history.com/topics/charles-a-lindbergh/videos/lindbergh-baby-kidnapped. Consulté le 22 juin 2019.

16 L’idée de barnum médiatique, de couverture et de procès barnumesque se trouve déjà dans les journaux de l’époque. Elle est reprise dans le titre de l’ouvrage de l’équipe, Pinker (Roy), Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique (Agone, Marseille, 2017), publié sous le pseudonyme de Roy Pinker, nom d’un journaliste fictif de la revue Détective (voir Chabrier (Amélie) et Thérenty (Marie-Ève), « La fiction maîtresse de l’enquête », Détective, fabrique de crimes, Paris, Joseph K., 2017, p. 130-133).

17 Parmi les publications récentes : Zorn (Robert E.), Cemetery John: the undiscovered mastermind of the Lindbergh kidnapping, New York, Overlook Press, 2012.

18 Voir, par exemple, Ponce de Leon (Charles Leonard), « True success The Master Plot Of Celebrity Journalism », in Self-exposure: Human-interest Journalism and the Emergence of Celebrity in America, 1890-1940, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2002, p. 106-140.

19 MacGill Hughes (Helen), op. cit. Hughes poursuivra sa réflexion, en l’élargissant dans sa thèse : MacGill Hughes (Helen), News and the Human Interest Story, Chicago, University of Chicago Press, 1940. Rappelons le rôle cardinal de la human interest story dans la sociologie américaine des médias.

20 « Mystères d’archives : 1936, l’affaire Lindbergh », URL : http://www.ina.fr/video/CPD11001876. Consulté le 22 juin 2019.

21 Louichon (Brigitte), « Définir la littérature patrimoniale », dans Peretti (Isabelle de) et Ferrier (Béatrice) (dir.), Enseigner les « classiques » aujourd’hui. Approches critiques et didactiques, Bruxelles, Peter Lang, 2012, p. 37-49. Nous considérons ici que la couverture de l’affaire, si pléthorique soit-elle, constitue un objet sémiotique premier.

22 Pour nous en tenir aux fictions littéraires, outre celles dont il sera question dans ce numéro – Hergé, Tintin en Amérique ; Christie (Agatha), Le Crime de l’Orient Express ; Roth (Philip), The Plot Against America –, mentionnons Tyron (Tom), The Other ; Maurice Sendak, Outside over There ; Collins (Max Allen), Stollen Away ; Ionno (Mark di), The Last Newspaperman. Voir aussi « Bébé Milou et autres produits dérivés », dans Pinker (Roy), op. cit., p. [175]-203.

23 Voir en particulier Thérenty (Marie-Ève), « Pour une histoire littéraire de la presse au xixe siècle », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 103, no 3, 2003, p. 625-635. Mais aussi : Cambron (Micheline), « De l’importance de la facture des périodiques dans la compréhension de l’histoire de la littérature du Bas-Canada », Fac-Simile, no 14, novembre 1995, p. 12-15 (parution simultanée en anglais sous le titre « The Importance of Periodical Format and Styles : Understanding the History of Literature in Lower Canada ») ; Cambron (Micheline) (dir.), Le Journal Le Canadien. Littérature, espace public et utopie (1836-1845) (dir.), Montréal, Fides, coll. « Nouvelles études québécoises », 1999 ; Thérenty (Marie-Ève) et Vaillant (Alain), 1836, l’an I de l’ère médiatique, 1836, l’an I de l’ère médiatique. Analyse littéraire et historique de La Presse de Girardin, Paris, Nouveau monde éditions, 2001 ; Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien: Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, 2007 ; Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) et Vaillant (Alain) (dir.), La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2011. On fréquentera aussi le site Médias 19, www.medias19.org/. Consulté le 22 juin 2019.

24 Voir deux récentes publications : Clavien (Alain), La presse romande, Lausanne, Antipodes, coll. « Histoire.CH », 2017 et Haver (Gianni), La presse illustrée : une histoire romande, Lausanne, Presses Polytechniques Universitaires Romandes, 2018.

25 Charron (Jean), Bonville (Jean de) et Dubois (Judith) (dir.), Points de vue sur un journal en mouvement : six études sur Le Devoir (1910-2010), Québec, Département d’information et de communication, Université Laval, 2012 ; Lahaise (Robert) (dir.), Le Devoir, reflet du 20e siècle, Montréal, Hurtubise HMH, 1994 ; Anctil (Pierre), À chacun ses Juifs — 60 éditoriaux pour comprendre la position du Devoir à l’égard des Juifs 1910-1947, Québec, Septentrion, 2014 ; Anctil (Pierre), ‘Soyons nos maîtres’, 60 éditoriaux pour comprendre Le Devoir sous Georges Pelletier (1932-1947), Québec, Septentrion, 2013 ; Anctil (Pierre), ‘Fais ce que dois’, 60 éditoriaux pour comprendre Le Devoir sous Henri Bourassa (1910-1932), Québec, Septentrion, 2010.

26 Le Star fut le plus important journal au Canada durant l’entre-deux-guerres. La Patrie est le second quotidien francophone en termes de diffusion. L’absence complète de travaux savants à leur propos est proprement consternante.

27 Op. cit.

28 Sandria P. Bouliane a répertorié 10 chansons publiées aux États-Unis ou au Canada. Pinker (Roy), « L’affaire en chanson », op. cit., p. 181-184.

29 Dubied (Annick), Les dits et les scènes du fait divers, Genève et Paris, Librairie Droz, 2004, p. [13].

30 Le site du FBI sur le « Cas Lindbergh » évoque « a mass of misinformation received from well-meaning but uninformed, highly imaginative individuals, and a deluge of letters written by demented persons, publicity seekers, and frauds. It was essential, however, that all possible clues, regardless of the prospect of success, be carefully followed, and it was impossible in the vast majority of instances to determine at the inception whether they would be material or false ». Il s’agirait de milliers d’informations. URL : https://www.fbi.gov/history/famous-cases/lindbergh-kidnapping. Consulté le 9 décembre 2018.

31 « Les ouvriers invités à contribuer aux recherches », La Presse, 7 mars 1932.

32 Causse (Pierre), « Un américain avait cru voir à Paris le fils de Lindbergh », L’Intransigeant, 7 mai 1932. Source : Vérilhac (Yoan), « Rapport interne sur L’Intransigeant ».

33 Voir Aron (Paul) et Gemis (Vanessa) dans « Une histoire racontée par la presse, pleine de bruits et de rumeurs », COnTEXTES, 24 | 2019, mis en ligne le 23 juin 2019, consulté le 23 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8228.

34 Sur les quintuplées Dionne, traitées comme des bêtes de cirque par le Gouvernement ontarien, voir Pinker (Roy), op. cit., p. 84-86 et le site de Radio Canada, URL : https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/aujourd-hui-l-histoire/segments/entrevue/47282/jumelles-dionne-quintuplees-magda-farhni. Consulté le 06 juin 2019.

35 La comparaison entre les deux affaires est récurrente dans La Patrie, les « jumelles Dionne » partageant déjà visuellement la une avec le bébé Lindbergh en février (le 3 et le 15). Ce sera à nouveau le cas le 5 avril 1936. (Corbeil (Marie-Christine), « “Montréalisation” Rapport sur les derniers événements de l’affaire », 2015).

36 Vérilhac (Yoan), op. cit.

37 Les images de la salle de presse construite pour l’occasion à Flemington tirées des actualités cinématographiques de l’époque (INA, 2011) donnent à voir plusieurs centaines de journalistes et de photographes.

38 « Les avocats dans l’affaire Hauptmann », La Patrie, 8 janvier 1935 ; « Un vif débat dans l’affaire Hauptmann », La Patrie, 10 janvier 1935.

39 Signalons que, selon le journal Le Canada du 19 mai 1932, des modèles réduits de « l’échelle » auraient été distribués aux passants par des camelots new-yorkais (Coutu-Perrault (Jérémi), « Rapport sur Le Canada », 2015). Cette fameuse échelle est aussi l’image choisie par l’avocat Reilly pour l’en-tête de son papier à lettres pendant le procès (Falzini (Mark W.) et Davidson (James), New Jersey’s Lindbergh Kidnapping and Trial, Arcadia Publishing, 2012, p. 97.)

40 Ces exemples sont tirés de La Patrie des 5 janvier 1935 et 5 avril 1936 (Corbeil (Marie-Christine), op. cit.).

41 New York Times, 2 mars 1932. L’information est reprise dans plusieurs journaux, dont La Presse de Montréal (« Le “rapt” est une industrie née de la contrebande de boisson », 3 mars). Le journal publie une entrevue « exclusive » du Consul américain à Montréal, qui explique l’industrie du kidnapping par la nécessité des gangsters liés à la contrebande d’alcool de diversifier leurs activités « dont les profits ont été coupés par les nouvelles mesures dirigées contre eux ». L’Intransigeant de Paris publie en avril 1932 plusieurs textes sur le rapt aux États-Unis (Vérilhac (Yoan), op. cit.). La teneur est la même, mais la signification est fort différente selon que l’on se trouve en France, où l’idée de prohibition semble plutôt pittoresque, à Montréal, plaque tournante de la circulation d’alcool à destination des États-Unis et ville refuge pour les fêtards américains en manque durant la période de la prohibition (1919-1933), ou en Suisse, où les excès de la rigueur morale américaine semblent incarner les dérives d’un utopisme déconnecté du réel (voir l’article de Devantéry (Clio) et Haver (Gianni), « Le fait divers comme parabole de l’altérité : Le traitement médiatique de l’affaire Lindbergh dans la presse suisse romande », COnTEXTES, 24 | 2019, mis en ligne le 23 juin 2019, consulté le 23 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8263).

42 Selon certaines sources, Hearst aurait offert de payer les émoluments d’Edward J. Reilly, un criminaliste réputé, en échange d’interviews exclusives accordées par Anna Hauptmann (Falzini (Mark W.) et Davidson (James), op. cit., p. 95).

43 Cela se trouve dans le New York Times et aussi dans La Presse.

44 Voir Katsanos (Filippos), « Presses respectables et criminelles : Charles Lindbergh, le crime du siècle et la querelle anglo-américaine sur le journalisme », COnTEXTES, 24 | 2019, mis en ligne le 23 juin 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8245.

45 Adolphe Nantel développe explicitement ce thème dans un poème, « À Lindbergh », Le Canada, 13 mai 1932, p. 3 (Perrault-Coutu (Jérémi), « Rapport de recherche sur Le Canada »). De même, au moins une chanson parmi celles répertoriées par Sandria P. Bouliane, celle de Mary Travers (la Bolduc) (Pinker (Roy), op. cit., p. 182-184).

46 Simard-Houde (Mélodie), « Mutations et usages d’un mythe médiatique : l’Aviateur héroïque reconfiguré par l’affaire Lindbergh », COnTEXTES, 24 | 2019, mis en ligne le 23 juin 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8217.

47 L’Intransigeant en fait un procédé, titrant « toujours rien » au 7e jour (9 mars 1932), puis comptant les jours à partir du 13e jour (16 mars 1932) : « Depuis 13 jours, le fils de Lindbergh a disparu » (Vérilhac (Yoan), « Rapport de recherche sur L’Intransigeant », 2015).

48 Pinker (Roy), « Vide », op. cit., p. 75 et suiv.

49 Vérilhac (Yoan), « Déréalisation et sensationnalisme dans le traitement de l’affaire Lindbergh : vers une poétique historique des médias », COnTEXTES, 24 | 2019, mis en ligne le 23 juin 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8233.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Micheline Cambron, « Pour une médiapoétique du fait divers », COnTEXTES [En ligne], 24 | 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8291 ; DOI : 10.4000/contextes.8291

Haut de page

Auteur

Micheline Cambron

Université de Montréal/CRILCQ

Haut de page