Navigation – Plan du site

« Des bétyles aux bottines » : La Belle Époque des amours fétichistes

Compte rendu de Martina Díaz Cornide, La Belle Époque des amours fétichistes, Paris, Classiques Garnier, Collection « Études romantiques et dix-neuviémistes » no 88, 420 p.
Frédéric Saenen

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage a été couronné par le Prix Maurice Chalumeau 2015 (Faculté de médecine - hôpitaux univers (...)

1En refermant l’ouvrage issu de la thèse de Martina Díaz Cornide1, le lecteur ne pourra plus réduire fétichisme à un « jeu innocent », ainsi que le définissait Friedrich Max Müller, ni à une pratique sexuelle dont les mises en scène flirtent avec le mauvais goût et un certain ridicule. La fameuse scène de l’adoration de la bottine, fatale à son protagoniste, dans le Journal d’une femme de chambre de Mirbeau tient lieu, à cet égard, de paradigme : elle dérange tout en déclenchant le rire, elle est aberrante et triviale à la fois ; pourtant, elle illustre seulement le fétichisme et ne le résume pas.

  • 2 Díaz Cornide (Martina), La Belle Époque des amours fétichistes, Paris, Classiques Garnier, Collecti (...)

2Le fétichisme consiste en « l’adoration érotique d’une partie corporelle ou d’un objet2 ». Derrière cette définition très simple d’apparence se cache une multiplicité de questionnements. À propos de l’adorateur et des motivations, conscientes ou non, qui le poussent à ainsi s’attacher aux cheveux, aux pieds, aux mouchoirs en tissus, aux dessous… À propos aussi de sa relation à l’objet aimé : car il y a ceux qui se focalisent sur une partie du corps d’un être chéri et ceux qui s’entichent de chaussures ou de coiffures anonymes, détachés de tout référent significatif. En convoquant le subtil distinguo entre synecdoque et métonymie, le propos se confond avec une véritable rhétorique du désir.

  • 3 Binet (Alfred), « Le Fétichisme dans l’amour », Revue philosophie de France et de l’étranger, vol.  (...)

3Le fétichisme est décomposable en une très complexe taxonomie, et extensible aussi à bien des comportements. Ainsi, dans l’article fondateur « Le fétichisme dans l’amour » qu’Alfred Binet publie en 18873, cette perversion englobe-t-elle les homosexuels (vus comme fétichistes du même sexe) et les sadomasochistes (vus comme fétichistes de la douleur), au point que « cette nouvelle catégorie nosographique apparaît comme superlative » (p. 17).

4Martina Díaz Cornide, docteure ès lettres françaises de l’université de Genève, a pris le parti de sonder l’histoire du mot « fétichisme » afin d’en définir le champ d’application exact. L’étymologie de « fétiche » donne lieu à une généalogie d’un concept, faussement relié à l’idée de fatum (oracle, prédiction, destinée) alors qu’il dérive de « factitius », soit un artefact matérialisant la divinité , donc investi d’un pouvoir. Le terme « fétichisme » est quant à lui issu de l’anthropologie religieuse puisqu’il désigne, chez de Brosses, dans son ouvrage Du Culte des dieux fétiches paru en 1760, l’adoration d’objets matériels dans le cadre d’un culte païen. Cette portée magique intrinsèque se ressent dans le pouvoir prêté au fétichisme par Marx, qui désigne là une déviation économique due à la puissance symbolique de l’objet. Une fois que, à la BelleÉpoque, le mot fétichisme aura réinvesti la sphère de la « scientia sexualis », l’identification à une tare mentale et comportementale maximise la dangerosité prêtée à la personne qui s’y livre. La pratique est soumise à diagnostic et, dès lors qu’elle s’avère une manie par sa fréquence, elle peut déboucher sur la réclusion asilaire.

5La pathologisation de cette manifestation amoureuse dépasse le cadre strictement médical pour susciter l’intérêt des écrivains. La littérature fin-de-siècle, friande de thèmes scabreux, puise dans le corpus clinique des « cas » qui l’inspirent ; en retour, la science ne se privera pas de recourir à l’exemple fictionnel pour décrire les effets psychiques de la pulsion fétichiste. « Médecine et littérature ne cessent de dialoguer et de s’emprunter récits, concepts, questionnements et procédés d’écriture, sur un fond en constante tension de rivalité et de complémentarité. » (p. 21) Étonnante alchimie qui se joue là entre deux champs discursifs qui s’anoblissent réciproquement de leur légitimité propre.

6La démarche de Martina Díaz Cornide se situe dans la transversalité des savoirs. Elle nous plonge dans un entrelacs de faits divers qui furent fondateurs pour le développement des idées scientifiques au cours du XIXe siècle. À commencer par cette effrayante affaire du Sergent Bertrand dont la jouissance nécessitait d’exhumer et violer des cadavres de jeunes filles dans les cimetières parisiens. Ce macabre loisir a marqué le coup d’envoi pour la médecine de l’intérêt envers les écarts amoureux et de l’attention portée à la question, centrale en psychopathologie, de la « perversion de l’instinct génésique ».

  • 4 Voir à ce sujet Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Dubois (Jacques) et Paque (Jeannine), Le Ro (...)

7Il est aisé de comprendre, à partir d’ici, que le travail remarquable mené par Martina Díaz Cornide vient éclairer d’un jour nouveau l’appréhension du personnel romanesque propre au naturalisme – à commencer par les « bêtes humaines », bourgeoises ou ouvrières, campées par Zola – et au décadentisme, au roman célibataire4 – les dandys de Huysmans, les aristocrates déchus de Lorrain, les « Hors nature » de Rachilde, les hallucinés de Maupassant, le Hugues Viane de Rodenbach, etc.

  • 5 La série a paru chez Chamuel, à Paris, entre 1898 et 1902.

8Et ce sont encore là les figures les plus communément partagées, du moins par les connaisseurs. L’auteure remet au jour des références moins souvent invoquées (Maurice Rollinat, Maurice Montégut, Paul Vigné d’Octon…) mais dont l’apport, souterrain ou marginal, est considérable si l’on prétend comprendre de l’engouement pour la question fétichiste qui gagne la Belle Époque. Elle souligne ainsi l’importance de Restif de la Bretonne, l’un des premiers à avoir disséqué son obsession des chaussures. Elle explore également le trésor livresque que représentent la « Bibliothèque populaire des connaissances médicales » de Jean Fauconney – dont maints volumes abordent autour de 1905 la physiologie de l’amour – ou encore la série en onze volumes d’Armand Dubarry, Les Déséquilibrés de l’amour5, mettant en scène flagellateurs, coupeurs de nattes et autres lionnes en fourrures. Une dimension s’additionne aux cultures médicale et littéraire : la culture populaire, comme pour recomposer la triangulation typique de l’imaginaire fin-de-siècle.

  • 6 Macé (Gustave), La Police parisienne. Un Joli Monde, Paris, Charpentier et Cie, 1887.

9L’ouvrage est une invite à la redécouverte d’un pan oublié de littérature française, et cela contribue au grand plaisir que l’on éprouve à chaque page. Comment ainsi ne pas être titillé par l’envie de plonger dans les mémoires de l’ancien chef de la Sûreté Gustave Macé (1835-1904) et sa typologie des kleptomanes (mot opportunément épicène ici) de grands magasins6 ? De reprendre tel conte de Maupassant que l’on avait négligé (Le Baiser ou encore La Moustache), voire d’entreprendre la lecture de la monumentale Psychopathia sexualis de Krafft-Ebing (1886) ? Autant de textes aux styles et aux genres différents, mais qui témoignent unanimement des fantasmes inavoués d’une époque.

10Un seul regret peut-être : l’absence, dans ce vaste corpus textuel francophone, de la Belgique. Pas des Belges, non, car le Bruges-la-Morte de Rodenbach y est sérieusement réévalué, malgré une dommageable mise à l’écart de la dimension profondément religieuse du texte. Mais de la Belgique naturaliste, qui elle aussi a compté avec Camille Lemonnier et des minores tels que Jean-François Elslander son lot de « pathographes » de talent…

11L’ouvrage n’en demeure pas moins très richement documenté, solidement structuré et rédigé avec une piquante maestria qui ne dépare en rien son corsetage scientifique.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage a été couronné par le Prix Maurice Chalumeau 2015 (Faculté de médecine - hôpitaux universitaires de Genève, Suisse) et le Prix Hélène et Victor Barbour 2016 (Faculté des lettres - université de Genève, Suisse).

2 Díaz Cornide (Martina), La Belle Époque des amours fétichistes, Paris, Classiques Garnier, Collection « Études romantiques et dix-neuviémistes » n° 88, p. 17.

3 Binet (Alfred), « Le Fétichisme dans l’amour », Revue philosophie de France et de l’étranger, vol. XXIV, juillet- décembre 1887, p. 143-167 et 252-274 ; rééd. Binet (Alfred), Le fétichisme dans l’amour [1887], préf. André Béjin, Paris, Payot et Rivage, 2001.

4 Voir à ce sujet Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Dubois (Jacques) et Paque (Jeannine), Le Roman célibataire. D’À Rebours à Paludes, Paris, José Corti, 1996.

5 La série a paru chez Chamuel, à Paris, entre 1898 et 1902.

6 Macé (Gustave), La Police parisienne. Un Joli Monde, Paris, Charpentier et Cie, 1887.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Saenen, « « Des bétyles aux bottines » : La Belle Époque des amours fétichistes », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 10 juillet 2019, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8322

Haut de page

Auteur

Frédéric Saenen

Articles du même auteur

  • Céline, du Styx au Léthé [Texte intégral]
    Compte rendu de Bernabé Wesley, L’oubliothèque mémorable de L.-F. Céline. Essai de sociocritique, Presses Universitaires de Montréal, Collection « Cavales », 2018, 336 p.
    Paru dans COnTEXTES, Notes de lecture
Haut de page