Navigation – Plan du site

Compte rendu de Durand (Pascal) & Servais (Christine), L’Intervention du support : médiation esthétique et énonciation éditoriale

Liège, Presses universitaires de Liège, série « Information et Communication », 2017, 183 p.
Hélène Lannier

Texte intégral

  • 1 Durand (Pascal) & Servais (Christine), « Préambule » dans L’Intervention du support : médiation est (...)
  • 2 Dont Pascal Durand est d’ailleurs spécialiste. Voir par exemple Durand (Pascal), Mallarmé. Du sens (...)
  • 3 Durand (Pascal) & Servais (Christine), « Préambule », art. cit., p. 18.
  • 4 Ibid., p. 17.

1Avec sa thèse « the Medium is the Message1 », le théoricien des médias Marshall McLuhan avait souligné l’importance que revêt le choix du medium dans tout dispositif communicationnel. Pour McLuhan, c’est le medium – soit le support –, plus que le contenu-même du message, qui conditionne l’effet que celui-ci aura sur le récepteur. Comme il l’est rappelé en quatrième de couverture de l’ouvrage dirigé par Pascal Durand et Christine Servais, cette importance du support est restée peu prise en compte dans le domaine des études artistiques et littéraires quoiqu’elle ait été revendiquée par certains artistes tels que Stéphane Mallarmé en poésie2. Ce dernier avait en effet élaboré une poétique caractérisée par un élargissement « à tous les paramètres formels tant de l’objet verbal que de son support […]3 ». Aussi, dans l’« Observation » insérée en tête de la première édition du Coup de dés4, le poète explique-t-il à son lecteur que « le papier intervient » et participe au sens du poème au même titre que les mots composant le vers.

  • 5 Ibid., p. 19.

2Les Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) poursuivent aujourd’hui les réflexions de McLuhan et c’est dans ce sillage que s’inscrit l’ouvrage de Durand et de Servais dont le titre, L’Intervention du support, emprunte donc au vocabulaire mallarméen. En mettant à profit la conception élargie que ces dernières ont des médias, qu’elles considèrent comme des « objets à caractère tout à la fois technique, symbolique et social5 », les auteurs s’attachent à l’analyse d’objets issus de domaines variés : poésie, jeux vidéo, théâtre, cinéma, livre et édition.

  • 6 Habrand (Tanguy), « Du paratexte à l’image de marque : Nyssen, concepteur d’Actes Sud », Marc-Emman (...)
  • 7 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art. cit., p. 21.

3Un Préambule, qui pose un cadre théorique solide, est suivi de onze articles répartis en trois ensembles. La première partie, « Médiation esthétique : l’œuvre et ses espaces » traite majoritairement d’œuvres et de pratiques émanant de champs artistiques divers (littérature, musique, arts de la scène, cinéma, etc.). Il y est tout à la fois question de l’impact sur leur sens que produit l’environnement dans lesquelles elles s’inscrivent ou, à rebours, du sens qu’elles prennent dans l’espace social. Le second volet d’articles, intitulé « L’œuvre et son support : aspects de l’énonciation éditoriale », se concentre sur des objets liés au monde du livre et de l’édition avec une place particulière accordée à l’œuvre de Hubert Nyssen, polygraphe et fondateur de la maison d’Actes Sud, qui fait l’objet de trois articles sur cinq6. D’ailleurs, les raisons de cette sur-représentation de Nyssen interroge et aurait sans doute méritée d’être expliquée. Enfin, la troisième et dernière partie, « Horizons numériques : le vidéoludique », élargit l’horizon aux supports informatiques qui interviennent dans le champ du jeu vidéo7.

Renouvellement définitionnel

  • 8 Goodman (Nelson), Langages de l’art, une approche de la théorie des symboles, traduit de l’anglais (...)
  • 9 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art. cit., p. 12, p. 15.

4Le Préambule en trois parties qui inaugure l’ouvrage évoque les évolutions des pratiques et des discours liés aux supports, d’abord en arts plastiques (« L’art du support ») puis, dans le champ littéraire et éditorial (« Du livre au texte »). Il est l’occasion pour les auteurs de rappeler le point de départ théorique posé par Nelson Goodman concernant la notion de support en art. Goodman distingue les arts allographes, soit les arts littéraires pour lesquels l’œuvre jouit d’une autonomie totale vis-à-vis de son support, des arts autographes, c’est-à-dire les arts plastiques, qui ne peuvent se départir de leur support sans que leur sens en soit altéré8. La nécessité de dépasser cette distinction, par trop simplificatrice, est soulignée dès l’ouverture du volume. En s’appuyant sur quelques exemples, tels que l’œuvre mallarméenne, Durand et Servais démontrent que les notions de « support » et d’« œuvre » gagnent à être envisagées ensemble, au-delà de leur périmètre définitoire traditionnel, et que, quelle que soit leur nature, leur combinaison est productrice de sens. L’apport des Sciences de l’information et de la communication est rappelé en troisième partie du Préambule (« Médiations du support »). Ce que l’on considère classiquement comme un support est notamment requalifié. Les auteurs proposent de parler plutôt d’une « stratification de supports ». Est également introduit l’intérêt d’étudier les liens entre support, œuvre, créateur et destinataire en contexte, ce en quoi consiste la médiation esthétique9.

Les supports en question

  • 10 Ibid., p. 17.

5Les onze articles, répartis en trois ensembles, concrétisent l’ouverture à une définition plus large du support appelée en Préambule par l’analyse de cas concrets tirés d’époques historiques récentes10.

  • 11 Lelong (Guy), « Révolutions de support. De la poésie à l’architecture : Mallarmé, Buren, Grisen, Ra (...)
  • 12 Plassard (Didier), « Du théâtre de marionnettes au théâtre avec marionnettes : un nouveau paradigme (...)
  • 13 Servais (Christine), « Les Lumières de la ville : cinéma des premiers temps et espace urbain » dans (...)
  • 14 Lamizet (Bernard), « Médiation esthétique, médiation urbaine et espace de la ville » dans ibid., pp (...)

6La première partie de l’ouvrage, « Médiation esthétique : l’œuvre et ses espaces », réalise cet objectif en traitant d’objets poétiques, théâtraux, cinématographiques et de l’espace urbain. L’article de Guy Lelong ouvre ce premier volet en exposant les enjeux de la double révolution engagée par la poétique mallarméenne : rejet de la fonction communicationnelle du langage d’une part et fin de l’autonomie du texte par rapport à son support d’autre part. L’auteur convoque ensuite des héritiers de ces deux révolutions, notamment dans le domaine des arts plastiques avec Daniel Buren, pour qui le support de la sculpture n’est pas seulement le matériau employé pour sa confection mais aussi l’intégralité de l’espace dans lequel elle est insérée11. Didier Plassard élargit quant à lui la réflexion vers les arts de la scène en analysant les mutations connues par le support à l’œuvre dans le spectacle de marionnettes qui, pour l’auteur, ne se résume pas à la marionnette seule mais inclut l’intégralité du matériel scénique et sa mise en jeu12. Les conclusions de Christine Servais résultent des observations liées à l’arrivée d’un nouveau support dans l’espace social : le cinématographe et le film13. Bernard Lamizet clôt cette première partie en cherchant à décrire les interactions qui se jouent dans l’espace urbain alors envisagé comme le support de ces dernières14.

  • 15 Delhalle (Nancy), art. cit., pp. 131-141.
  • 16 Thérenty (Marie-Ève), « Les Œuvres complètes : testament éditorial, le cas Joseph Kessel », dans ib (...)
  • 17 Mélon (Marc-Emmanuel), art. cit.
  • 18 Legendre (Bertrand), « Les supports du livre : luxe, calme et volupté ? », dans ibid., pp. 93-101.

7Le second volet d’articles se concentre sur des objets liés au monde du livre et de l’édition. Dans ce contexte, le support est envisagé à différentes échelles. Nancy Delhalle s’intéresse aux les textes de Hubert Nyssen envisagés comme support de sa conception propre du théâtre ainsi que sur sa vision du théâtre comme support d’un « idéal-type de communication15 ». Marie-Ève Thérenty et Marc-Emmanuel Mélon s’arrêtent sur des formes éditoriales : les œuvres complètes pour la première16 et le guide de voyage pour le second17. Tanguy Habrand étend la notion en considérant le catalogue d’éditeur, le paratexte mais, plus largement, tout élément, de l’énonciation éditoriale jusqu’aux choix stratégiques de développement de la maison d’édition, à l’image des supports sur lesquels se fonde l’image de marque de cette dernière. Bertrand Legendre, enfin, définit le support dans le champ éditorial comme un « dispositif communicationnel incluant donc à la fois les options de présentation matérielle et esthétique de l’œuvre, son environnement de discours, mise en scène, espace de vente, mais aussi les interactions entre producteurs, créateurs, objets, entreprises productrices, spectateurs, utilisateurs ou lecteurs18 ».

  • 19 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art. cit., p. 21.
  • 20 Delbouille (Julie), « Esthétique des supports vidéoludiques » dans ibid., pp. 145-159.
  • 21 Hurel (Pierre-Yves), « Jeu vidéo amateur : des supports et des positionnements » dans ibid., pp. 16 (...)

8Enfin, les deux articles de la troisième et dernière partie de l’ouvrage, « Horizons numériques : le vidéoludique », ouvrent la perspective vers les supports qui interviennent dans le jeu-vidéo19. L’article de Julie Delbouille pose notamment un cadre théorique convaincant avec la description minutieuse des supports matériels (manettes, télévision, etc.) et logiciels (interface graphique, 2D et 3D) qui sont à envisager dans les études sur le vidéoludique20. Dans une perspective plus resserrée, ce sont les logiciels libres de création de jeux-vidéos que Pierre-Yves Hurel entend définir21.

Typologie des « interventions du support »

  • 22 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art.cit., p. 20.

9Au-delà d’une redéfinition de ce que l’on peut considérer comme des supports dans les champs artistiques et littéraires, les auteurs tirent parti des principes de la médiation esthétique et proposent d’observer tant l’« intervention du support » sur la « trace » qu’il véhicule que les effets de cadrage qu’il engendre sur l’acte créateur lui-même, sur le médiateur ou encore sur le destinataire de l’œuvre. C’est ainsi « l’ensemble de ces liens entre œuvre, support technique et destinataires positionnés dans une structure collective22 » qui les intéresse. Il s’agit dès lors d’apprécier la force agissante du support dans le contexte socio-économique dans lequel il s’inscrit.

Ce que le support fait au créateur

  • 23 Mélon (Marc-Emmanuel), art.cit.
  • 24 Hurel (Pierre-Yves), art. cit.
  • 25 Plassard (Didier), art. cit.
  • 26 Thérenty (Marie-Ève), art. cit.
  • 27 Habrand (Tanguy), art. cit.

10Certains articles sont davantage centrés sur l’analyse de liens entre support et créateur et sur les effets de cadrage que le premier impose au second. Marc‑Emmanuel Mélon, par exemple, rend compte de l’élaboration d’une œuvre de commande et le cadre éditorial, un guide de voyage, auquel l’auteur, Hubert Nyssen, est contraint de se conformer. L’écrivain doit suivre un canevas préétabli et, ainsi, laisser de côté un certain nombre de photos qui ne respectent pas les consignes imposées pour l’écriture d’un guide sur l’Algérie. Toutefois, l’adaptation nécessaire est intéressante en ce qu’elle conduit à l’invention d’une nouvelle forme entre guide de voyage et récit poétique d’un voyage23. Dans un tout autre domaine, les « usines à jeux » évoquées par Pierre-Yves Hurel rendent accessible la création de jeux à des amateurs mais, du même coup, imposent un cadre à la création et la conditionnent. Elles sont toutefois également support d’élaboration de nouvelles formes de jeux vidéo et de nouvelles pratiques d’utilisation24. En définitive, dans ces exemples, le support définit les potentialités de l’acte de création. De fait, il arrive que les mutations du support entraînent la redéfinition de ce cadre et, par conséquent, de la pratique artistique. C’est par exemple le cas avec le théâtre de marionnettes qu’évoque Didier Plassard. L’auteur relève un changement de paradigme dans la pratique artistique menant d’un théâtre de marionnettes à un théâtre avec marionnettes25. Par ailleurs, la dimension symbolique que revêt tout support fait que le choix de ce dernier n’est pas anodin. Le créateur convoque en effet l’imaginaire qui l’accompagne. Ainsi, les systèmes de publications véhiculent un imaginaire éditorial qui « permet à l’écrivain d’exprimer un nœud de son œuvre » ou qui révèlent un éthos particulier26. L’article de Marie-Ève Thérenty donne l’exemple des œuvres complètes et se penche en particulier sur celles de Joseph Kessel (Rombaldi, 1973-1975) qui devaient être pour lui le moyen d’acquérir la légitimité littéraire lui faisant défaut. Toutefois, le support choisi, l’édition de club (livre publié par souscription et vendu par correspondance), conduit à l’échec de l’entreprise : le support utilisé n’était pas légitimant, comme peut l’être la « Bibliothèque de la Pléiade » chez Gallimard, par exemple. Dans le même ordre d’idée, le choix d’un support technique induit une dimension symbolique construisant l’image qu’un éditeur et sa maison d’édition aura pour le public. Tanguy Habrand illustre ce phénomène à travers les trajectoires de Hubert Nyssen et des éditions Actes Sud27.

Ce que le support fait à l’œuvre

  • 28 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art. cit., p. 15.
  • 29 Lelong (Guy), art. cit.
  • 30 Ibid.
  • 31 Delhalle (Nancy), art. cit.
  • 32 Thérenty (Marie-Ève), art. cit.
  • 33 Delbouille (Julie), art. cit.
  • 34 Ces réflexions rappellent celles de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre au sujet de ce qu’ils nomment (...)

11D’autres auteurs interrogent les liens entre support et œuvre en questionnant l’importance du premier dans le processus de composition de la seconde, soit des exemples d’« œuvres qui jouent des ressources formelles offertes par leur support28 ». Ainsi, à partir des années 1970, la musique spectrale a-t-elle redéfini son médium en ne basant plus la composition musicale sur la note, l’exigence mélodique ou encore la construction sérielle, mais seulement sur le son et son exploration29. De même, pour l’architecture météorologique de Philippe Rahm, ce sont les réalités climatiques de l’espace qui induisent la fonction et la forme architecturale conférées à ce dernier30. Ces exemples peuvent être rapprochés, dans un autre domaine, de l’usage que Hubert Nyssen fait du théâtre. Nancy Delhalle souligne en effet que Nyssen ne le considère pas comme un genre nourrissant une ambition créative mais qu’il utilise le langage théâtral pour l’idéal-type de communication qu’il incarne à ses yeux31. Dans le contexte éditorial, le choix de l’énonciation et des caractéristiques de l’objet-livre cadre l’œuvre. Ainsi, le choix du format du livre club pour la publication des œuvres complètes de Joseph Kessel conditionne le contenu et la structure des pièces rassemblées32. Le support technique joue aussi un rôle de médiation dont dépend la bonne ou la mauvaise transmission de la trace. Le meilleur exemple est sans doute représenté par les supports informatiques intervenant dans le jeu vidéo33. Le support et la fonction symbolique qu’ils endossent contribuent aussi à déterminer le positionnement de l’œuvre dans l’espace social. Bertrand Legendre constate ainsi que les livres relevant de choix technico-esthétiques plus élaborés font entrer l’œuvre qu’ils portent dans le secteur haut de gamme du marché du livre. S’observe aussi l’instrumentalisation de ces formes éditoriales par le secteur du luxe qui, pour faire rejaillir la valeur symbolique ajoutée du livre sur un autre savoir-faire tel que la joaillerie, intègre l’objet-livre au dispositif communicationnel servant de support promotionnel34.

Ce que le support fait à ses destinataires

  • 35 Servais (Christine), art. cit.
  • 36 Lamizet (Bernard), art. cit.
  • 37 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art. cit., p. 20.
  • 38 Hurel (Pierre-Yves), art. cit.

12Bien souvent pour les auteurs, il s’agit aussi d’étudier la réception de la trace et de son support dans l’espace public et la façon dont le support contribue à la construction de l’espace social par l’œuvre. Ainsi Christine Servais analyse-t-elle la « fonction fondatrice du champ social endossée par le cinématographe » et, plus particulièrement, par les représentations de la ville et de la foule dans les premiers films. L’hypothèse est la suivante : devenus « supports d’identification collective », ces films, en offrant un rapport à soi au corps social, ont pu modifier le rapport des spectateurs à leur propre espace de vie collective35. Pour Bernard Lamizet également, l’espace urbain est le théâtre d’une dialectique entre identité et « alientité » et se définit comme un environnement de représentations et de spectacles où « le fait même d’habiter fait l’objet d’une mise en scène de nature à lui donner une signification36 ». Il y a aussi l’idée que les supports participent à la configuration des rapports sociaux et construisent du social37. L’article de Pierre-Yves Hurel en donne un exemple avec les « usines à jeux » qui sont aussi des médias qui produisent du social en permettant à des fans de se retrouver et d’élaborer de nouveaux modes d’être ensemble38.

  • 39 Anne Réach-Ngô, L’Écriture éditoriale à la Renaissance : genèse et promotion du récit sentimental f (...)

13L’ouvrage collectif dirigé par Pascal Durand et Christine Servais offre à la réflexion scientifique un apport théorique solide sur la notion de support et pose à nouveaux frais des questions qui occupent les Sciences de l’information et de la Communication. Quoique l’ouverture à des époques plus anciennes aurait pu enrichir la réflexion et renforcer l’ensemble d’une inscription diachronique (concernant l’énonciation éditoriale, nous pensons notamment aux travaux d’Anne Réach-Ngô sur les imprimés du xvie siècle39), la variété des objets traités et leur appartenance à des champs variés permettent d’envisager de nouveaux objets au nombre desquels les supports informatiques. Les analyses enrichissent en sus les études littéraires et artistiques qui, par le croisement des éclairages et l’intégration des outils et des méthodes des SIC, réévaluent l’appréhension de certaines œuvres et de certaines pratiques artistiques. L’ouvrage démontre ainsi l’intérêt d’entreprises scientifiques interdisciplinaires et vient utilement compléter, complexifier et surtout concrétiser des réflexions entamées ailleurs, dans le domaine de l'esthétique philosophique, des sciences de l’édition ou encore des études de la médiation esthétique.

Haut de page

Notes

1 Durand (Pascal) & Servais (Christine), « Préambule » dans L’Intervention du support : médiation esthétique et énonciation éditoriale, sous la direction de Pascal Durand et Christine Servais, Liège, Presses universitaires de Liège, série « Information et Communication », 2017, p. 19.

2 Dont Pascal Durand est d’ailleurs spécialiste. Voir par exemple Durand (Pascal), Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Seuil, 2008. Voir aussi le très récent Mallarmé au monde. Le spectacle de la matière, sous la direction de Barbara Bohac et Pascal Durand, Paris, Hermann, 2019.

3 Durand (Pascal) & Servais (Christine), « Préambule », art. cit., p. 18.

4 Ibid., p. 17.

5 Ibid., p. 19.

6 Habrand (Tanguy), « Du paratexte à l’image de marque : Nyssen, concepteur d’Actes Sud », Marc-Emmanuel Mélon, « Le support et la commande : une “croisière” photographique en Algérie », Nancy Delhalle, « Le paradoxe de l’amateur de théâtre : du Théâtre de Plans aux Ruines de Rome », Ibid., pp. 103-118, 119-130, 131-141.

7 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art. cit., p. 21.

8 Goodman (Nelson), Langages de l’art, une approche de la théorie des symboles, traduit de l’anglais par Jacques Morizot, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1980 [Languages of Art : An Approach to a Theory of Symbols, 1968].

9 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art. cit., p. 12, p. 15.

10 Ibid., p. 17.

11 Lelong (Guy), « Révolutions de support. De la poésie à l’architecture : Mallarmé, Buren, Grisen, Rahm », dans ibid., pp. 25-49.

12 Plassard (Didier), « Du théâtre de marionnettes au théâtre avec marionnettes : un nouveau paradigme ? » dans ibid., pp. 41-49.

13 Servais (Christine), « Les Lumières de la ville : cinéma des premiers temps et espace urbain » dans ibid., pp. 51-60.

14 Lamizet (Bernard), « Médiation esthétique, médiation urbaine et espace de la ville » dans ibid., pp. 61-73.

15 Delhalle (Nancy), art. cit., pp. 131-141.

16 Thérenty (Marie-Ève), « Les Œuvres complètes : testament éditorial, le cas Joseph Kessel », dans ibid., pp. 77-92.

17 Mélon (Marc-Emmanuel), art. cit.

18 Legendre (Bertrand), « Les supports du livre : luxe, calme et volupté ? », dans ibid., pp. 93-101.

19 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art. cit., p. 21.

20 Delbouille (Julie), « Esthétique des supports vidéoludiques » dans ibid., pp. 145-159.

21 Hurel (Pierre-Yves), « Jeu vidéo amateur : des supports et des positionnements » dans ibid., pp. 161-175.

22 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art.cit., p. 20.

23 Mélon (Marc-Emmanuel), art.cit.

24 Hurel (Pierre-Yves), art. cit.

25 Plassard (Didier), art. cit.

26 Thérenty (Marie-Ève), art. cit.

27 Habrand (Tanguy), art. cit.

28 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art. cit., p. 15.

29 Lelong (Guy), art. cit.

30 Ibid.

31 Delhalle (Nancy), art. cit.

32 Thérenty (Marie-Ève), art. cit.

33 Delbouille (Julie), art. cit.

34 Ces réflexions rappellent celles de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre au sujet de ce qu’ils nomment l’« enrichissement » des objets marchands, voir Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, 2017. On pense aussi aux considérations de Jean-Pierre Cometti qui a étudié comment l’art peut fonctionner comme un « diffuseur d’aura », voir Jean-Pierre Cometti, La Nouvelle aura. Economies de l'art et de la culture, Paris, Questions théoriques, 2016.

35 Servais (Christine), art. cit.

36 Lamizet (Bernard), art. cit.

37 Durand (Pascal) & Servais (Christine), art. cit., p. 20.

38 Hurel (Pierre-Yves), art. cit.

39 Anne Réach-Ngô, L’Écriture éditoriale à la Renaissance : genèse et promotion du récit sentimental français (1530-1560), Genève, Droz, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Lannier, « Compte rendu de Durand (Pascal) & Servais (Christine), L’Intervention du support : médiation esthétique et énonciation éditoriale », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 13 juillet 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8328

Haut de page

Auteur

Hélène Lannier

Université Lumière Lyon 2

Haut de page