Navigation – Plan du site

Introduction

La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Actualité d’un projet intellectuel
Lucile Dumont, Quentin Fondu et Laélia Véron

Texte intégral

  • 1 « La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporain » (...)

1La journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann, qui a servi de point de départ à la réalisation de ce dossier1, se donnait initialement trois objectifs. Elle entendait d’abord revenir sur les grands enjeux de la pensée de Goldmann, avec laquelle peu de jeunes sociologues, philosophes ou littéraires ont eu l’occasion de se familiariser. Elle cherchait ensuite à prendre la mesure de la réception française et étrangère de Goldmann pour comprendre les raisons d’une quasi oblitération de ses travaux dans la vie intellectuelle et académique française contemporaine. Enfin, la réalisation de cette journée visait également à se réapproprier la méthode et les concepts de Goldmann, en sociologie comme dans les études littéraires. Elle a permis de réunir un public et des participants variés : des proches de Goldmann, des anciens élèves, des collaborateurs et collaboratrices, des chercheurs et chercheuses débutant·es et confirmé·es, français·es et étranger·es, issu·es de différentes disciplines (études littéraires, sociologie, philosophie, linguistique, études théâtrales) ; elle a ainsi témoigné à la fois de l’actualité de la pensée de Goldmann et de la variété de sa réception. Ce dossier poursuit et prolonge ces objectifs.

Le projet intellectuel de Lucien Goldmann

  • 2 Goldmann (Lucien), La Communauté humaine et l’univers chez Kant, Paris, Presses universitaires de F (...)
  • 3 Naïr (Sami) et Löwy (Michael), Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 19 (...)

2Philosophe et sociologue né en Roumanie, Lucien Goldmann (1913-1970) passe la majeure partie de sa carrière intellectuelle en France. Après sa thèse de doctorat sur Kant soutenue à l’Université de Zürich, publiée en allemand en 1945 sous le titre Mensch, Gemeinschaft und Welt in der Philosophie Immanuel Kants puis traduite en français en 19482, il s’installe à Paris, où il soutient une seconde thèse à la Sorbonne, Le Dieu caché : Étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, publiée en 1955 chez Gallimard. Cet ouvrage « se veut […] dans la lignée de l’étude déjà élaborée sur Kant et s’intègre dans l’horizon théorique d’une étude d’ensemble sur la pensée dialectique qui devait se poursuivre avec un “Goethe” et un “Marx”3 » – projet qui ne verra jamais le jour – et établit les bases d’une conception originale de la sociologie de la littérature. Goldmann en poursuit le projet dans Pour une sociologie du roman (1964) et dans des textes épars, pour certains publiés en volume notamment dans les ouvrages posthumes Structures mentales et création culturelle (1970) et La Création culturelle dans la société moderne (1971). Pour autant, son œuvre est plurielle, parallèlement à ses multiples inscriptions disciplinaires et intellectuelles. Outre la sociologie de la littérature, Goldmann s’est intéressé aux rapports entre les sciences humaines et la philosophie et au marxisme, comme dans les ouvrages composites Sciences humaines et philosophie (1952, nouvelle édition en 1966), Recherches dialectique (1959) et Marxisme et sciences humaines (1970).

  • 4 Sur le rapport de Lucien Goldmann à l’œuvre et à la méthode de Jean Piaget, voir notamment Goldmann (...)
  • 5 « Althusser (…) représente lui-même une des formes les plus outrancièrement mécanistes qu’ait jamai (...)
  • 6 Van Nuijs (Laurence), « Reflet », in Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Le Lexique socius (...)
  • 7 « Une vision du monde, c’est précisément cet ensemble d’aspirations, de sentiments et d’idées qui r (...)
  • 8 « Cette manière d’envisager les faits de conscience représente un bouleversement considérable dans (...)
  • 9 « [La vision du monde] est un phénomène de conscience collective qui atteint son maximum de clarté (...)

3La mort prématurée de Goldmann en 1970, ainsi que le reflux de la pensée marxiste et les réprobations dont elle a fait l’objet à partir de cette décennie, ont entravé la poursuite et la circulation d’une œuvre qui se présente comme irréductible à tout classement disciplinaire. Dès les premiers temps de son élaboration, elle s’inscrit en effet dans des espaces intellectuels inégalement marqués par la réception du structuralisme et les appropriations du marxisme d’une part, et dans des espaces académiques en transformation (institutions, disciplines, morphologie des cursus) d’autre part. Au sein même de certaines disciplines importantes pour la réception de son travail, Goldmann semble difficile à catégoriser : il est souvent considéré comme trop « philosophe » par les sociologues, trop « sociologue » par les philosophes, trop « sociologue » et trop « philosophe » par les littéraires. Au moment où certains héritages de l’histoire littéraire inspirée de Gustave Lanson, initialement proche de la sociologie durkheimienne, est vivement critiqué par les tenants de la « nouvelle critique », le séminaire de Goldmann à la VIe Section de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), qui débute en 1959 et est consacré à la « sociologie de la littérature et de la philosophie », a pourtant constitué un lieu central de renouveau du croisement des études littéraires et des sciences sociales, attiré des étudiants d’horizons différents et nourri des approches variées de la littérature. Soucieux de construire des outils d’analyse du monde social qui entendent mettre empiriquement le marxisme à l’épreuve des œuvres littéraires et artistiques, Goldmann participe, dans les années 1950 et 1960, à la revivification du marxisme, à côté de Jean-Paul Sartre, Louis Althusser ou, plus proche de lui, Herbert Marcuse. Le structuralisme génétique, qu’il élabore à partir des travaux de Jean Piaget4 et à distance de l’existentialisme sartrien comme du structuralisme althussérien5, refuse toute « théorie du reflet6 » rabaissant les œuvres à leurs conditions sociales de production. Le concept de « vision du monde7 », tel qu’il est théorisé par Goldmann, ainsi que celui d’« homologie8 », supposent des niveaux de médiations dans l’analyse des conditions de production des œuvres et ouvrent la voie à l’application d’une méthodologie rigoureuse9.

Héritages pluriels

  • 10 Leenhardt (Jacques), Lecture politique du roman. La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet, Paris, Minuit, (...)
  • 11 Zima (Pierre V.), Manuel de sociocritique, Paris, Picard éditeur, 1985.
  • 12 Zima (Pierre V.), Le Désir du mythe : Une lecture sociologique de Marcel Proust, Paris, A.-G. Nizet (...)
  • 13 Mouillaud-Fraisse (Geneviève), Le Rouge et le noir de Stendhal : le roman possible, Paris, Larousse (...)
  • 14 Voir par exemple : Ishaghpour (Youssef), Paul Nizan : une figure mythique et son temps, Paris, Le S (...)
  • 15 Voir par exemple : Goldmann (Annie), Cinéma et société moderne : le cinéma de 1958 à 1968, Godard, (...)

4C’est dans les travaux de ses élèves que ce projet est poursuivi. Une partie d’entre eux ont orienté leurs recherches dans le domaine de la sociologie de la littérature, parfois étendue à une sociologie des arts. Jacques Leenhardt, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, où il dirige actuellement l’équipe de recherche Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures (EFISAL), commence sa carrière académique avec Lucien Goldmann, auprès duquel il anime un séminaire consacré à la sociologie de la littérature à partir de 1966 à l’EPHE, où il est élu maître de conférences en 1974. Son premier ouvrage, Lecture politique du roman. La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet10, publié en 1972, prolonge les approches goldmanniennes de la littérature en s’opposant aux lectures formalistes du Nouveau Roman, développées notamment autour de Tel Quel. Le travail du chercheur d’origine tchèque Pierre Zima (ou Peter Václav Zima), également ancien élève de Goldmann, connaît lui aussi une importante diffusion dans les études littéraires par le biais de son Manuel de sociocritique11, mais également par son travail sur Proust12, qui paraît à un moment de renouveau des études consacrées à l’auteur de la Recherche. Geneviève Mouillaud-Fraisse, ancienne étudiante de Goldmann, dédie elle aussi une partie de sa carrière à la sociologie de la littérature, et son premier ouvrage d’ampleur a été consacré à Stendhal13. Enfin les recherches de Youssef Ishaghpour, qui soutient en 1969 un mémoire sous la direction de Goldmann, se partagent entre sociologie de la littérature, sociologie de la peinture et sociologie du cinéma14. Ce domaine est également l’objet d’étude privilégié d’Annie Goldmann, chercheuse, collaboratrice et épouse de Lucien Goldmann. Après des études de droit et de psychologie, elle consacre ses recherches au cinéma et enseigne dans plusieurs établissements, dont l’EHESS où elle a travaillé avec l’historien Marc Ferro avant d’écrire sur le judaïsme – en particulier sur la socio-histoire de sa propre famille – et la place des femmes dans les œuvres de fiction15.

  • 16 Löwy (Michael), La Théorie de la révolution chez le jeune Marx, Paris, Maspero, 1970.
  • 17 Löwy (Michael), Pour une sociologie des intellectuels révolutionnaires : l’évolution politique de G (...)
  • 18 Naïr (Sami), Machiavel et Marx : fétichisme du pouvoir et passion du social, Presses universitaires (...)

5Toutefois, la sociologie de la littérature n’était qu’un aspect des recherches de Goldmann. Elle ne recouvre donc pas l’intégralité des orientations suivies par ses élèves. Ainsi, la philosophie politique, la sociologie politique et la réflexion sur le marxisme ont constitué, et constituent toujours, des domaines d’études privilégiés de Michael Löwy, philosophe et sociologue né au Brésil. C’est Goldmann qui dirige son premier travail universitaire en 1964, La Théorie de la Révolution chez le jeune Marx16. Löwy travaille ensuite sur Lukács, auquel il consacre son doctorat17, réalisé cette fois sous la direction de Nicos Poulantzas. Sami Naïr, un autre étudiant de Lucien Goldmann, poursuit également ses recherches sur Marx et le marxisme et publie en 1984, Machiavel et Marx : fétichisme du pouvoir et passion du social18.

Hommages et introductions à l’œuvre de Lucien Goldmann

  • 19 Les citations qui suivent sont extraites de Naïr (Sami) et Löwy (Michael), Lucien Goldmann ou la di (...)

6Ce sont justement Michael Löwy et Sami Naïr qui proposent les premiers une introduction – qui se veut également un hommage – à l’œuvre de Lucien Goldmann en 1973, assortie de la publication de textes inédits. Ils donnent pour but à leur entreprise, qu’ils présentent comme une lecture « engagée19 », qui « prend racine » « dans la matrice du marxisme révolutionnaire », de « favoriser l’accès à tous » à l’œuvre de Goldmann. Cet ouvrage met en avant l’unité de l’œuvre de Goldmann, qui, affirment-ils, doit être envisagée comme un « tout cohérent », dans la mesure où le structuralisme génétique est une « méthodologie générale » qui « s’étend d’un bout à l’autre de l’espace des sciences dites humaines » :

  • 20 Ibid., p. 8.

Contrairement à une thèse simpliste et schématique, récemment répandue, cette œuvre n’est pas un essai, mais une œuvre systématique et cohérente. Elle ne se limite pas à poser des questions, elle les résout parce qu’elle est sous-tendue par la cohérence de principes méthodologiques qui autorisent la saisie de la réponse dans la question elle-même. Elle est ainsi marxiste, au sens le plus rigoureux du terme20.

  • 21 Zima (Pierre V.), Goldmann, Paris, Éditions universitaire, 1973, p. 15.

7Le marxisme résolument antistalinien de Goldmann, « “son” marxisme », qui a longtemps fait de lui la cible de « l’orthodoxie dogmatique », est ainsi l’un des éléments constitutifs de l’unité de l’œuvre selon les deux auteurs. En 1973 également, Pierre Zima consacre lui aussi une introduction à la pensée de Lucien Goldmann, publiée aux Éditions universitaires. L’ouvrage, qu’il conçoit comme un « dialogue21 » avec le philosophe, a également pour objectif de rendre compte de la cohérence du projet de Goldmann, un projet inséparablement intellectuel et politique de plus en plus en discordance avec l’époque, comme il le note :

  • 22 Ibid., p. 14.

Ce n’est pas un hasard si l’œuvre toute entière de Goldmann constitue une tentative pour déduire la dialectique concrète de la vision tragique de Pascal, de Kant, de Racine et du jeune Lukács : à l’heure actuelle, elle frôle la tragédie et elle en est consciente. C’est à la lumière de cette conscience qu’il convient d’envisager la pensée goldmannienne22

  • 23 Lallemand (Roger), « En guise d’introduction », in Coll. Lucien Goldmann et la sociologie de la lit (...)

8Initialement publié en en deux fascicules en 1973 et 1974 dans la Revue de l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles puis réunis en ouvrage en 1975, un livre d’hommages, Lucien Goldmann et la sociologie de la littérature regroupe des contributions « de ses amis, de ses élèves et de ses maîtres que cette mort prématurée bouleversa23 ». Parmi celles-ci se trouvent des textes d’Herbert Marcuse, de Jean Piaget, de Jean Duvignaud, d’Erich Köhler, de Georg Lukács – ce dernier ayant fait parvenir à la revue un texte de jeunesse, « Remarques sur la théorie de l’histoire littéraire » (1910) – et de certains de ses élèves (Annie Goldmann, Jacques Leenhardt, Geneviève Mouillaud, Youssef Ishagpour et Françoise Gaillard). Si tous les auteurs soulignent l’importance de l’œuvre de Goldmann sans pour autant partager entièrement ses analyses, ils et elles insistent également sur l’actualité de sa pensée. Cette perspective est poursuivie dans un autre ouvrage, Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Lucien Goldmann, dirigé par Annie Goldmann, Michael Löwy et Sami Naïr et publié en 1977 aux éditions Denoël/Gonthier. Un « Avertissement » liminaire note ainsi :

  • 24 « Avertissement », in Goldmann (Annie), Löwy (Michael) et Naïr (Sami) (dir), Le Structuralisme géné (...)

Ce volume ne se veut pas un hommage académique à Lucien Goldmann, mais une discussion de certaines de ses idées et recherches par quelques-uns qui, tout en n’en partageant pas toujours les options, n’en sont pas moins conscients de l’importance d’une œuvre, laquelle, dans le courant marxiste, représente une tentative exigeante et rigoureuse de développer le marxisme à la suite de Marx et du jeune Lukács24.

  • 25 Ferrette (Jean) (dir.) « Lucien Goldmann. Actes des journées d’études (IMEC, Abbaye d’Ardennes, Cae (...)
  • 26 Cohen (Mitchell), « Le pari de Lucien Goldmann. Tragédie, dialectiques et un dieu caché », trad. Je (...)
  • 27 Cohen (Mitchell), The Wager of Lucien Goldmann. Tragedy, Dialectics and a Hidden God, Princeton, Pr (...)
  • 28 Ibid., p. 5

9Ces publications, concentrées dans les années 1970, eurent peu de continuateurs en France, jusqu’à la livraison de la revue Anamnèse, parue en 2010 et issue d’une journée d’études consacrée à Lucien Goldmann à l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine (IMEC). Ce numéro25 – qui, à l’image du présent dossier, regroupe des anciens élèves de Goldmann, des lecteurs accomplis de son œuvre et des jeunes chercheurs – associe également la volonté de rendre hommage à Goldmann à des réflexions sur les applications et les transformations de sa pensée. Plusieurs contributions reviennent de cette façon sur le rapport de Goldmann au marxisme, preuve que cette entrée dans son œuvre demeure centrale, mais peut-être signe, également, d’un renouveau récent de la pensée marxiste. L’un des articles, « Le pari de Lucien Goldmann. Tragédie, dialectiques et un dieu caché26 », est une traduction partielle de la seule monographie d’ampleur consacrée à Goldmann. Il s’agit de The Wager of Lucien Goldmann. Tragedy, Dialectics and a Hidden God27, et une partie importante de l’ouvrage est consacrée à un travail de recherches biographiques rigoureux. L’auteur, Mitchell Cohen, est professeur de théorie politique au Baruch College et au CUNY Graduate Center à New York et co-directeur de la revue Dissent. « Comment Lucien Goldmann est-il devenu Lucien Goldmann ?28 » se demande Cohen. Son essai s’apparente à un examen de la trajectoire intellectuelle de Goldmann. L’auteur insiste en particulier sur la dimension philosophique inhérente au travail du sociologue, dont il estime qu’il est tout entier défini par plusieurs mouvements dialectiques, mais aussi psychologiques ou existentiels : entre le doute et la confiance, la tragédie et l’espoir, le sujet et l’objet, la recherche académique et la politique. La force du programme de recherche goldmannien, selon Cohen, réside dans la prise de risque continue sur laquelle il repose – le pari – et dans la réponse qu’elle formule à la crise du marxisme à laquelle se confronte peu à peu Goldmann. L’herméneutique goldmannienne apparaît à Cohen comme une manière de théoriser à travers l’interprétation des œuvres des autres. À la dimension dialectique de l’œuvre de Goldmann s’ajoute dès lors une dimension dialogique qui conduit Cohen à resituer Goldmann dans les débats philosophiques et, dans une moindre mesure, politiques, de son époque. Cette herméneutique rend impossible, pour Cohen, la séparation de ce qui serait une « méthode goldmannienne » des objets d’études sur lesquels elle est élaborée. C’est en dernière instance ce qui justifie l’ampleur de l’ouvrage, que son auteur présente comme une vue d’ensemble du travail de Goldmann, et qu’il distingue des introductions à l’œuvre de ce dernier.

Goldmann, aujourd’hui

10L’œuvre de Lucien Goldmann – protéiforme et en perpétuelle évolution – se situe au croisement de plusieurs disciplines : la philosophie, la sociologie, l’histoire et les études littéraires, médiatisées par le marxisme. En interrogeant les relations, et parfois les paradoxes, entre le marxisme et la sociologie au sein de l’œuvre de Goldmann, Quentin Fondu (« Lucien Goldmann, sociologue marxiste de la littérature ») vise à rendre compte de l’originalité de son projet intellectuel et politique, sensible déjà au travers de sa dénomination de « sociologie dialectique ». Cet article poursuit ainsi un double objectif : proposer une introduction à l’œuvre de Lucien Goldmann et contribuer à une histoire des relations entre sociologie et marxisme en France dans la seconde moitié du XXe siècle. Le rapport entre la pensée intellectuelle et politique de Goldmann est l’objet de l’article de Jacques Leenhardt (« Actualités théoriques dans la pensée de Lucien Goldmann »), qui insiste à juste titre sur l’importance du contexte social et politique de l’époque pour comprendre l’œuvre de Goldmann et ses métamorphoses. Contextualiser précisément la pensée mouvante de Goldmann, peut permettre, paradoxalement, de mieux comprendre son actualité. Cet aspect évolutif de la pensée de Golmann est mis en valeur par l’article de Laurie Rousseville (« Le marxisme de Lucien Goldmann et le “théâtre de la révolte” de Jean Genet ») qui s’intéresse à un aspect spécifique de l’analyse goldmanienne, celle, publiée dans les années 1960, qu’il consacre aux pièces de théâtre de Jean Genet. La confrontation aux textes de Genet pousse Goldmann à faire évoluer son cadre conceptuel et l’amène à percevoir les possibilités de transformations sociales au sein de la société française d’après-guerre.

11La réception de Goldmann, multiple, a évolué dans le temps. Elle se sépare, encore aujourd’hui, difficilement de l’idée selon laquelle Goldmann serait une figure « marginale », qualificatif tantôt négatif, notamment du fait de l’assignation de Goldmann à des identités marginalisées, tantôt positif, la marginalité pouvant s’accompagner d’un certain prestige dans l’ordre symbolique, en particulier au pôle des avant-gardes où radicalité politique, théorique et esthétique sont liées. C’est ce que montre l’article de Lucile Dumont (« Marges de la sociologie ? L’inscription de Lucien Goldmann dans les espaces intellectuels et académiques français ») à partir de l’étude de la trajectoire de Goldmann et de la première circulation de ses travaux. Dans cette même perspective, l’article d’Alain Cantillon (« 1955 : Le Dieu caché : croire/ parier “pour le marxiste comme pour le chrétien” ») revient sur les questions soulevées par la réception du Dieu caché. Ainsi, les études pascaliennes n’ont pas contribué à la diffusion de l’ouvrage mais ont, semble-t-il, mis à distance, voire mal saisi, la centralité et l’enjeu de la pensée dialectique de Goldmann. Le caractère quelquefois disparate de la réception de Goldmann ne se limite pas à certains champs d’études français. Ainsi, comme le montre l’étude de Rachel Nadon (« Lucien Goldmann au Québec : étude des réseaux intellectuels et de la circulation de ses idées (1964-1974) »), l’importante réception des travaux de Lucien Goldmann au Québec n’en a pas fait la figure centrale de la sociologie de la littérature, mais celle du précurseur de la sociocritique. Cette réception localisée s’est établie par le biais de réseaux intellectuels politisés mais aussi par la pratique de la méthode goldmannienne et son application à des textes littéraires québécois regroupés dans la revue Parti Pris dans les années 1960.

  • 29 Les rapports entre Barthes et Goldmann ont été étudiés, durant la journée d’études qui a précédé ce (...)

12La méthode goldmannienne peut-elle s’appliquer à de nouveaux objets ? C’est ce que pensent Michael Löwy et Robert Sayre (« Lucien Goldmann et la vision romantique du monde »), qui reprennent et élargissent les quelques analyses de Goldmann sur le romantisme, pour les développer, les interroger et analyser, à sa suite, Chagall comme le peintre d’une « vision du monde » romantique. Laélia Véron s’interroge de son côté sur la place de la forme dans le système élaboré par Goldman (« Peut-on penser une stylistique goldmannienne ? La place de l’étude formelle dans l’approche des textes littéraires par Lucien Goldmann. Pistes, enjeux, développements »). Elle pose les premiers jalons de ce que pourrait être une stylistique goldmannienne, aussi bien d’un point de vue épistémologique (cette stylistique doit trouver sa place entre la stylistique « classique » de la Sorbonne et la sémiologie de Barthes29) que pratique, en reprenant les élaborations d’analyses faites par Goldmann à propos de Racine, mais aussi de Malraux, ou de Genet.

  • 30 Avertissement », in Goldmann (Annie), Löwy (Michael) et Naïr (Sami) (dir), Le Structuralisme généti (...)
  • 31 Goldmann (Lucien), Sciences humaines et philosophie (1952), Paris, Gonthier, 1966, p. 97.

13Ce dossier, qui se donne pour objectif d’interroger l’actualité contemporaine de la pensée de Lucien Goldmann, poursuit alors l’entreprise d’hommage actif dessiné par les ouvrages d’introduction dont il a été précédemment question. Nous décidons alors de faire nôtre l’avertissement d’Annie Goldmann, Michael Löwy et Sami Naïr qui ouvre l’ouvrage Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Lucien Goldmann : « Fidèles en cela à l’homme de dialogue qu’il fut, le plus grand hommage que l’on pouvait rendre à Goldmann était justement de ne pas épargner la discussion ni même la critique30 », condition sine qua non d’une réception active de la pensée de Lucien Goldmann puisque, comme il l’écrit, « l’activité du sujet individuel et social s’exerce non seulement dans le choix d’une pensée dans laquelle il se retrouve, mais aussi dans les transformations qu’il lui fait subir31. »

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative32

Textes de Lucien Goldmann

Sciences humaines et philosophie, Paris, PUF, 1952.

Le Dieu caché : Étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955.

Racine, dramaturge, Paris, L’Arche, 1956.

Recherches dialectiques, Paris, Gallimard, 1959.

Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

« Structuralisme, marxisme, existentialisme : un entretien avec Lucien Goldmann », in L’Homme et la société, n°2, 1966, pp. 105-124.

« La sociologie de la littérature : situation actuelle et problèmes de méthode », in Revue internationale des sciences sociales, XIX/4, 1967, pp. 531-554.

« Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature » (1964) in Littérature et société :  Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie, 1967, pp. 195-222.

Introduction à la philosophie de Kant (1948), Paris, Gallimard, 1967.

Structures mentales et création culturelle, Paris, Anthropos, 1970.

Marxisme et sciences humaines, Paris, Gallimard, 1970.

Situation de la critique racinienne, Paris, L’Arche, 1971.

La Création culturelle dans la société moderne, Paris, Denoël-Gonthier, 1971.

Épistémologie et philosophie politique : Pour une théorie de la liberté (1978), Paris, éditions Delga, 2016.

Ouvrages sur Lucien Goldmann


Cohen (Mitchell),
The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a Hidden God, Princeton University Press, 1994.

Coll., Lucien Goldmann et la sociologie de la littérature, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1975.

Ferrette (Jean) (dir.), Lucien Goldmann, Anamnèse n°6, 2010.

Goldmann (Annie), Löwy (Michael) et Naïr (Sami) (dir), Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Goldmann. Paris, Denoël/Gonthier, 1977.

Naïr (Sami) et Löwy (Michael), Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973.

Zima (Pierre). Goldmann, Paris, éditions universitaires, 1973. 

Haut de page

Notes

1 « La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporain », journée d’études organisée par Lucile Dumont, Quentin Fondu et Laélia Véron, le 17 janvier 2017 à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris. Plus d’informations ici : https://www.fabula.org/actualites/la-sociologie-de-la-litterature-de-lucien-goldmannreceptions-heritages-et-usages-contemporains_77460.php. Qu’il nous soit ici permis de remercier l’ensemble des participants à cette journée ; l’École des hautes études en sciences sociales pour avoir accueilli la manifestation ; le Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP, EHESS) et l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM, ÉNS de Lyon) pour les financements qui nous ont été alloués, ainsi qu’Annie Goldmann pour sa présence et son soutien.

2 Goldmann (Lucien), La Communauté humaine et l’univers chez Kant, Paris, Presses universitaires de France, 1948. Une seconde édition est publiée en 1967 chez Gallimard sous le titre, Introduction à la philosophie de Kant.

3 Naïr (Sami) et Löwy (Michael), Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973, p. 13.

4 Sur le rapport de Lucien Goldmann à l’œuvre et à la méthode de Jean Piaget, voir notamment Goldmann (Lucien), « La psychologie de Jean Piaget » (1947), in Recherches dialectiques (1959), Paris, Gallimard, pp. 118-128. Et « L’épistémologie de Jean Piaget » (1952), in Ibid., pp. 129-145.

5 « Althusser (…) représente lui-même une des formes les plus outrancièrement mécanistes qu’ait jamais prise une pensée se réclamant de Marx ». (Goldmann (Lucien), Marxisme et sciences humaines, Paris, Gallimard, 1970, p. 166.)

6 Van Nuijs (Laurence), « Reflet », in Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Le Lexique socius, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/68-reflet, page consultée le 18 avril 2018.

7 « Une vision du monde, c’est précisément cet ensemble d’aspirations, de sentiments et d’idées qui réunit les membres d’un groupe (le plus souvent, d’une classe sociale), et les oppose aux autres groupes ». (Goldmann (Lucien), Le Dieu caché, Paris, Gallimard, 1955, p. 26.)

8 « Cette manière d’envisager les faits de conscience représente un bouleversement considérable dans la sociologie de la culture. Celle-ci était en effet jusqu’aux travaux de Lukacs et des chercheurs qui s’en inspirent, orientée vers la recherche d’analogies entre le contenu de la conscience collective et celui des créations culturelles […]. Ce qu’on recherche en revanche dans une perspective structuraliste génétique, c’est une homologie ou une relation intelligible entre les structures de la conscience collective et les structures des œuvres culturelles qui expriment un univers unitaire et cohérent, étant bien entendu que deux structures rigoureusement homologues peuvent avoir un contenu entièrement différent. » (Goldmann (Lucien), « Épistémologie de la sociologie » (1966), in Épistémologie et philosophie politique : Pour une théorie de la liberté (1978), Paris, éditions Delga, 2016, pp. 31-31.) Voir aussi Olivier Roueff, « Homologie », dans Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Le Lexique socius, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/155-homologie, page consultée le 20 juin 2019.

9 « [La vision du monde] est un phénomène de conscience collective qui atteint son maximum de clarté conceptuelle ou sensible dans la conscience du penseur ou du poète. Ces derniers l’expriment à leur tour dans l’œuvre qu’étudie l’historien en se servant de l’instrument conceptuel qui est la vision du monde ». (Ibid., p. 28.)

10 Leenhardt (Jacques), Lecture politique du roman. La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet, Paris, Minuit, 1973.

11 Zima (Pierre V.), Manuel de sociocritique, Paris, Picard éditeur, 1985.

12 Zima (Pierre V.), Le Désir du mythe : Une lecture sociologique de Marcel Proust, Paris, A.-G. Nizet, 1973.

13 Mouillaud-Fraisse (Geneviève), Le Rouge et le noir de Stendhal : le roman possible, Paris, Larousse, 1972.

14 Voir par exemple : Ishaghpour (Youssef), Paul Nizan : une figure mythique et son temps, Paris, Le Sycomore, 1980 ; D’une image à l’autre : la représentation dans le cinéma d’aujourd’hui, Paris, Denoël-Gonthier, 1981 ; Aux origines de l'art moderne : le « Manet » de Bataille, Paris, Éditions de la Différence, 1989.

15 Voir par exemple : Goldmann (Annie), Cinéma et société moderne : le cinéma de 1958 à 1968, Godard, Antonioni, Resnais, Robbe-Grillet. Paris, Anthropos, 1971 ; Les Filles de Mardochée : histoire familiale d'une émancipation. Paris, Denoël-Gonthier, 1979 ; Rêves d'amour perdus : les femmes dans le roman du XIXe siècle. Paris, Denoël-Gonthier, 1984.

16 Löwy (Michael), La Théorie de la révolution chez le jeune Marx, Paris, Maspero, 1970.

17 Löwy (Michael), Pour une sociologie des intellectuels révolutionnaires : l’évolution politique de György Lukacs, 1909-1929, Paris, Presses universitaires de France, 1976.

18 Naïr (Sami), Machiavel et Marx : fétichisme du pouvoir et passion du social, Presses universitaires de France, 1984.

19 Les citations qui suivent sont extraites de Naïr (Sami) et Löwy (Michael), Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, op. cit., pp. 7-9.

20 Ibid., p. 8.

21 Zima (Pierre V.), Goldmann, Paris, Éditions universitaire, 1973, p. 15.

22 Ibid., p. 14.

23 Lallemand (Roger), « En guise d’introduction », in Coll. Lucien Goldmann et la sociologie de la littérature, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1975, p. 7.

24 « Avertissement », in Goldmann (Annie), Löwy (Michael) et Naïr (Sami) (dir), Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Goldmann. Paris, Denoël/Gonthier, 1977, p. 7.

25 Ferrette (Jean) (dir.) « Lucien Goldmann. Actes des journées d’études (IMEC, Abbaye d’Ardennes, Caen, 13-14 septembre 2009) », Anamnèse n°6, 2010.

26 Cohen (Mitchell), « Le pari de Lucien Goldmann. Tragédie, dialectiques et un dieu caché », trad. Jean Ferrette, in Ferrette (Jean) (dir.), Ibid., pp. 151-170.

27 Cohen (Mitchell), The Wager of Lucien Goldmann. Tragedy, Dialectics and a Hidden God, Princeton, Princeton University Press, 1994.

28 Ibid., p. 5

29 Les rapports entre Barthes et Goldmann ont été étudiés, durant la journée d’études qui a précédé cette publication, par Françoise Gaillard (« Goldmann et Barthes : une rencontre manquée »). Françoise Gaillard montrait comment, malgré leur estime et leur intérêt réciproques, une divergence a toujours subsisté entre les deux hommes, divergence qui illustre un rapport différent à la tâche de la critique littéraire et à la notion de vérité. Cette intervention n’a malheureusement pas donné lieu à un article, mais certains propos de Françoise Gaillard sont cités dans l’article de Laélia Véron.

30 Avertissement », in Goldmann (Annie), Löwy (Michael) et Naïr (Sami) (dir), Le Structuralisme génétique, op. cit., p. 7.

31 Goldmann (Lucien), Sciences humaines et philosophie (1952), Paris, Gonthier, 1966, p. 97.

32 Pour une bibliographie complète – quoique datée –, voir Tell (Eduard), « Bibliographie de Lucien Goldmann », in Lucien Goldmann et la sociologie de la littérature, op. cit., pp. 345-364.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Dumont, Quentin Fondu et Laélia Véron, « Introduction », COnTEXTES [En ligne], 25 | 2019, mis en ligne le 03 octobre 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8392 ; DOI : 10.4000/contextes.8392

Haut de page

Auteurs

Lucile Dumont

EHESS – CESSP

Articles du même auteur

Quentin Fondu

EHESS – CESSP

Articles du même auteur

Laélia Véron

Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page