Navigation – Plan du site

Marges de la sociologie ?

L’inscription de Lucien Goldmann dans les espaces intellectuels et académiques français.
Lucile Dumont

Texte intégral

  • 1 Sapiro (Gisèle), La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXè-XXIè (...)
  • 2 Voir par exemple Löwy (Michael) et Naïr (Sami), Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, P (...)
  • 3 Löwy (Michael), « Mitchell Cohen, The Wager of Lucien Goldmann. Tragedy, Dialectics and a hidden go (...)
  • 4 Voir par exemple les textes de Rajah Abdelaziz, Jean Ferrette, Razmig Keucheyan et Laurent Tessier, (...)
  • 5 S.J. et J.P. « Lucien Goldmann n’est plus », L’Homme et la société, n°17, 1970, p. 3.
  • 6 Leenhardt (Jacques), « Lucien Goldmann », Littérature, n°1, Février 1971, p. 106-107.
  • 7 Voir par exemple Leenhardt (Jacques), « In memoriam. Lucien Goldmann, sociologue (1913-1970) », Rev (...)
  • 8 Voir par exemple « Avertissement », Goldmann (Annie), Löwy (Michael) et Naïr (Sami) (dir.), Le Stru (...)
  • 9 Charle (Christophe), Naissance des « intellectuels », 1880-1900. Paris, Minuit, 1990, p. 21.

1Caractéristique de la figure moderne de l’auteur et plus particulièrement de celle de l’écrivain1, « l’originalité2 » de Lucien Goldmann et de son œuvre est régulièrement mise en avant et déclinée sous différentes formes dans sa réception. Qu’il s’agisse d’évoquer la « singularité » de celui qui aurait « toujours été un outsider par rapport aux tendances dominantes dans la philosophie et la théorie politique en France et dans le monde3 » ou le caractère « paradoxal4 » d’une pensée « hors des chemins battus des conformismes intellectuels5 », nombreuses sont les lectures qui abordent le philosophe et sociologue comme un penseur isolé dont la nouveauté l’aurait « amené à soulever contre lui le cœur des dogmatismes, unis enfin contre cet empêcheur de penser en rond6 ». C’est donc à un « combat7 » perpétuel et incarné dans la lutte politique, et surtout à une forme de « marginalité8 », qu’est renvoyé son travail. Cette notion de marginalité a notamment été convoquée après la mort de Goldmann comme facteur explicatif du manque de reconnaissance dont le travail de Goldmann ferait l’objet. Plus récemment, alors que ses travaux ont fait l’objet d’un certain regain d’intérêt, la « marginalité » de l’auteur a été mentionnée comme facteur explicatif de l’éclipse qui l’a durablement mis à l’écart du canon des sciences humaines et sociales françaises. Elle apparaît toutefois plus généralement dans la réception de Goldmann comme une condition privilégiée du succès de ses travaux, par l’association de la notion de marginalité à la distinction qu’elle confère aux individus et à ses profits éventuels. Comme l’a montré Christophe Charle, la figure de l’homme de lettres et, dans cette tradition, celle de l’intellectuel, sont de longue date associées à l’image d’un individu qui serait « aux marges de la société9. » Cet article se donne pour but de prendre au sérieux et d’interroger, à travers la trajectoire et la première réception de Lucien Goldmann, les notions de marge et de marginalité dans les espaces académiques et intellectuels. Liée à la figure de l’artiste, de l’écrivain et de l’intellectuel, la marge est aussi le lieu naturel de l’avant-garde, temporellement exclue des positions de pouvoir. Elle serait donc, dans cette perspective, l’espace privilégié de la contestation, voire la condition sociale de possibilité d’une pensée subversive.

  • 10 Voir par exemple la manière dont Boris Gobille aborde le « sous-champ des avant-gardes » (Gobille ( (...)
  • 11 Voir par exemple R. K. Merton, Social Theory and Social Structure, New York, The Free Press, 1965 e (...)
  • 12 Castel (Robert), « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désaffi (...)
  • 13 Robert Castel préfère le terme de désaffiliation à celui d’« exclusion » pour caractériser ce qu’il (...)
  • 14 Goffmann (Erving), Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1975 (1963). Voir au (...)
  • 15 Becker (Howard), Outsiders. Studies in the Sociology of Deviance. New York, The Free Press, 1973.
  • 16 Elias (Norbert) et Scotson (John L.), op. cit.
  • 17 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur. Genève, Slatkine, 2007. (...)
  • 18 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992 (...)

2Or, comme la notion de périphérie, la marge n’a pas d’existence absolument autonome : elle n’est concevable qu’en rapport à un espace central ou de référence, et elle implique donc une conception relationnelle des activités auxquels on la rapporte, ici l’activité intellectuelle et/ou académique. Elle est dans le même temps un espace relativement autonome, de même que les productions qui en sont issues, comme l’ont montré plusieurs travaux10. C’est d’ailleurs de manière relationnelle que la sociologie a abordé la question, centrale pour la discipline, de la marginalité et de ses effets. La question de la marginalité sociale traverse la plupart des travaux qui ont posé la question du rapport aux normes sociales et des degrés possibles de soustraction à ces normes. Une partie d’entre eux a très tôt souligné que les « marges » peuvent être un vecteur de transformations11. Robert Castel, en s’intéressant aux individus « rejetés du circuit ordinaire des échanges sociaux »12, a quant à lui rappelé la nécessité de dénaturaliser la catégorie des « marginaux » et, pour cela, de considérer la marginalisation comme un processus dont les dynamiques principales résultent en partie d’un travail institutionnel de classification et surtout se manifestent, dans les trajectoires individuelles, bien en amont de la désocialisation et de la « désaffiliation »13. Cependant, comme l’a rappelé la sociologie interactionniste, la question de la marginalité et des processus de marginalisation n’est pas uniquement une question de structure sociale. Elle se joue aussi à des échelles plus restreintes, le discrédit d’un individu pouvant par exemple résulter du rejet d’une de ses caractéristiques définie comme un stigmate14. Ainsi, la « déviance » des « outsiders » d’Howard Becker n’a de sens qu’en tant qu’elle est perçue comme un produit de la transgression des normes d’une institution ou d’un groupe social15. C’est également ce que met en lumière le travail de Norbert Elias sur la petite communauté de Winston Parva, dans laquelle le groupe installé (established) et ceux qu’une partie de ses membres considère comme les intrus (outsiders) se déchirent autour d’un rapport de force inégal. Ils ont ainsi montré que les conséquences subjectives de l’exclusion et de la marginalisation ont une influence directe sur « l’idée que se fait une personne de la position de son groupe parmi les autres, et donc de sa propre position en tant que membre de ce groupe16 ». En généralisant, on peut donc affirmer que les processus de marginalisation, dont les mécanismes peuvent être saisis à l’échelle des sociétés, des espaces ou des champs et sont médiés par différentes institutions, se répercutent à l’échelle individuelle et influent donc sur la posture17 et, partant, sur la production intellectuelle. Enfin, Logiques de l’exclusion (The Established and the Outsiders) met l’accent sur le caractère temporel des positions détenues par les uns et les autres. Ces temporalités de l’exclusion sont enfin le moteur du modèle générationnel de l’avant-garde, dans lequel d’une part celles-ci sont toujours amenées à être dépassées par de nouvelles avant-gardes18, et d’autre part la distance au centre, la mise à l’écart, la marge, revêtent un caractère performatif et deviennent également moteurs de transformations.

Marginalité sociale et marginalité artiste

  • 19 Voir également, quoique les définitions et les mécanismes décrits soient différents, les notions de (...)
  • 20 Kauppi (Niilo), Tel Quel : la constitution sociale d’une avant-garde, Helsinki, The Finnish Society (...)
  • 21 Voir Goffmann (Erving), Stigmate : les usages sociaux des handicaps, op. cit.

3Ce sont donc deux conceptions de la marginalité qui coexistent et que l’on retrouve mêlées dans les références faites à la « marginalité » de Lucien Goldmann. La première, que l’on peut rapprocher des travaux sociologiques qui ont mis l’accent sur les processus d’exclusion sociale, est une définition de la marginalité sociale, saisie comme un phénomène négatif : elle met l’accent sur la mise à l’écart et la manière dont être marginal signifie d’abord être dépourvu des attributs des institutions et des individus temporellement dominants. La seconde est ce que l’on pourrait appeler une conception « artiste19 » de la marginalité : celle du poète maudit, valorisante en ce qu’elle est présentée comme un gage certain d’originalité, de pureté, de désintéressement, d’absence de compromission avec le pouvoir, bref, comme une déclinaison de la « formule de domination symbolique20 » caractéristique des avant-gardes historiques, qui associe radicalité esthétique et politique. Mais les marges des espaces intellectuels sont-elles nécessairement des marges de liberté, ou des espaces privilégiés de « retournement du stigmate »21 ? Et comment comprendre cette notion de marginalité dans les espaces académiques, où l’entrée et la progression dans la carrière, contrairement aux univers artistiques et littéraires, sont régulées par de nombreuses instances ? La coexistence de ces deux conceptions dans la réception de Goldmann renvoie aux positions qu’il a occupées dans les champs académique, intellectuel, et, dans une moindre mesure, littéraire. Promoteur d’une approche sociologique des textes littéraires, défenseur d’un marxisme hétérodoxe, il se situait au croisement de la philosophie, des études littéraires et de la sociologie, à laquelle il devait sa position institutionnelle et qui a dès lors occupé une place spécifique dans sa trajectoire. Celle-ci permet d’observer les formes d’exclusion et de marginalité qui lui sont assignées tôt et durablement dans son parcours, qui contribuent à la formation de sa posture d’auteur et qui fournissent des éléments d’explication à son inscription dans le champ académique et à ses déplacements à l’intérieur de celui-ci (I). La distribution de ses publications et la première réception de ses travaux laissent au contraire apparaître un lien beaucoup plus fort à des instances de consécration légitimes dans les espaces académiques et intellectuels, alors que la première diffusion à l’étranger des travaux de Goldmann semble reconduire cette dynamique de marginalisation (II). Ces processus montrent ainsi la nécessité d’envisager conjointement la production intellectuelle et la trajectoire de son auteur afin de dégager les logiques de sa réception et les conditions sociales de leurs clivages théoriques, disciplinaires et idéologiques.

Espaces marginaux et trajectoires individuelles : sociogenèse d’une posture

  • 22 Les informations biographiques sur Lucien Goldmann proviennent généralement de trois sources princi (...)

4La trajectoire de Lucien Goldmann fait apparaître les formes d’exclusion et de marginalisation qui ont contribué à forger sa posture intellectuelle. Elle permet d’envisager la question des marges à la fois sur le plan collectif et structurel (marges ou espaces marginaux) et individuel (assignation individuelle à la marginalité et incorporation de certaines de ses propriétés)22.

Identités marginalisées

  • 23 Cohen (Mitchell), op. cit. p. 22.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid, p. 24
  • 26 Mitchell Cohen évoque par exemple le Poor Students Union et son journal Tribuna Studentului Sărac ((...)
  • 27 Löwy (Michael) et Naïr (Sami), op. cit. p. 11. L’épisode est également régulièrement raconté et rep (...)
  • 28 « …the most significant Marxist theoretician to come from Romania was either chased from Romanian C (...)
  • 29 Voir Matonti (Frédérique), Intellectuels Communistes. Essai sur l’obéissance politique. La Nouvelle (...)
  • 30 Ibid, p. 36-37.

5Né en 1913 à Bucarest dans une famille juive relativement sécularisée, Goldmann perd son père, qui exerçait une profession juridique, tôt dans son enfance23. Il est élevé par sa mère, d’origine viennoise et polonaise, dans des conditions matérielles difficiles (Mitchell Cohen rapporte que les dossiers de Goldmann à l’université de Bucarest contiennent des certificats d’indigence24) mais dans un environnement cultivé. Il passe son enfance et ses études secondaires dans la ville de Botoșani. C’est là qu’il devient membre de l’organisation de jeunesse sioniste de gauche Hachomer Hatzaïr, au sein de laquelle il se familiarise avec un marxisme humaniste teinté de romantisme et porteur d’une vision du socialisme comme accomplissement individuel dans et avec la communauté. Goldmann séjourne un an à Vienne (1930-1931)25 où il étudie l’économie politique et suit les cours de Max Adler, dont il connaissait les travaux par le biais d’Hachomer Hatzaïr. Là, il se familiarise avec l’austro-marxisme et, surtout, il lit les textes de György Lukács, dont l’influence se révèle progressivement décisive sur ses recherches. C’est ensuite à Bucarest que Goldmann poursuit ses études supérieures – une licence de droit, obtenue en 1934 – dans un environnement marqué par un antisémitisme croissant. Dans ce contexte, il fréquente des groupes d’étudiants juifs, dans lesquels il intervient et présente des textes marxistes, sous le contrôle de membres d’organisations communistes alors illégales en Roumanie. Il se rapproche de certaines d’entre elles, aurait très probablement écrit dans certaines de leurs publications26 et rejoint ensuite les Jeunesses communistes roumaines. À plusieurs reprises est évoquée son appartenance « pendant une ou deux années » à « une organisation culturelle clandestine para-communiste dans laquelle il aurait eu des fonctions d’agitation culturelle », qui l’aurait conduit à faire un court séjour en prison27. Les raisons qui ont poussé Goldmann à quitter la Roumanie et les circonstances de son départ restent floues. Plusieurs éléments semblent relativement clairs cependant. De deux choses l’une, affirme Cohen : soit Goldmann « a été chassé des cercles communistes roumains, soit il les a quittés dans d’amères circonstances. En effet, après son arrivée à Paris, les communistes français avaient été avertis par leurs homologues roumains qu’il ne fallait pas lui faire confiance28. » L’antistalinisme certain de Goldmann le conduit à être considéré comme dissident et comme déviant par les organisations communistes. L’accusation de trotskysme à son égard semble justifiée par plusieurs analyses. Elle transparaît dans plusieurs descriptions de Goldmann, présenté – dans le langage codé du monde communiste29 – comme un « excentrique », un « non-conformiste » et plus particulièrement comme un communiste « non-orthodoxe30 ». C’est au final l’association de plusieurs phénomènes qui ne peut qu’avoir motivé son exil : la peur de l’arrestation dans un contexte extrêmement répressif, les conflits avec les organisations communistes, et l’absence de perspectives de carrière dans le droit et l’enseignement du fait qu’il était à la fois juif et de gauche. Goldmann affirme être arrivé à Paris à la fin de l’année 1934, après l’obtention d’un diplôme qui lui permettait d’accéder au barreau. Il n’a cependant jamais exercé le droit, ni en Roumanie, ni en France.

  • 31 Voir Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres. Paris, Seuil, 1999.
  • 32 Löwy et Naïr, op. cit, p. 11.
  • 33 Voir par exemple Jeanpierre (Laurent), Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situation d (...)
  • 34 Une journée d’études s’est donnée pour but de mettre en lumière les pratiques intellectuelles en si (...)
  • 35 Voir Jeanpierre (Laurent), 2008, « Invention et réinventions transatlantiques de la “Critical Theor (...)
  • 36 Pour observer cela, en plus des œuvres publiées de Goldmann, on peut également se référer à ses poè (...)
  • 37 La sortie de Goldmann fait l’objet de plusieurs récits. Selon Mitchell Cohen, Goldmann serait sorti (...)

6C’est donc à Paris, capitale symbolique de l’espace intellectuel européen31, que Goldmann passe la seconde moitié des années 1930. Une longue séquence d’exils successifs se poursuit alors, dont la persécution des juifs est la raison principale. Chaque déplacement géographique est aussi un déplacement sociologique. En arrivant à Paris, comme le résument Löwy et Naïr, « Goldmann connaît la vie difficile de l’étudiant étranger sans le sou32. » Il fait plusieurs petits boulots pour se maintenir. Il poursuit cependant ses études dans des filières hautement légitimes dans les hiérarchies scolaires et disciplinaires : il obtient un diplôme d’économie politique et une licence, se spécialise dans l’allemand – qu’il parle couramment – et la philosophie. Ses connaissances en philosophie allemande et son intérêt pour le personnalisme s’inscrivent dans les préoccupations de la vie intellectuelle parisienne d’alors. Il se porte volontaire pour le service militaire en 1939 mais on le refuse pour raisons de santé. Il enseigne l’allemand en banlieue parisienne, sur un poste qu’il aurait obtenu avec l’aide de Vladimir Jankélévitch et qu’il perd au moment de l’invasion allemande. Il fuit en zone « libre », à Toulouse, où il trouve une communauté intellectuelle et universitaire active dans laquelle il rencontre notamment Jean-Pierre Vernant, qui devient plus tard son collègue à la VIe section de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). Pour survivre, il écrit des thèses de droit pour des étudiants fortunés, tout en parvenant à suivre des cours à l’université et à poursuivre ses lectures en philosophie. En octobre 1942, après plusieurs périodes passées à se cacher, il parvient à passer clandestinement en Suisse, où il est de nouveau fait prisonnier plusieurs mois dans un camp de rétention près de Zurich. Les déplacements de Goldmann sous l’Occupation ne ressemblent guère à ceux, souvent mis en avant quand il s’agit de penser l’exil des figures intellectuelles du structuralisme, des intellectuels allemands ou français qui étaient parvenus à s’exiler aux États-Unis33. Plus instable du fait de l’issue constamment incertaine de ces déplacements, mais aussi de la proximité avec les troupes allemandes et les lieux physiques de la guerre, la trajectoire de Goldmann sous l’Occupation a pourtant certains points communs avec l’exil ou la retraite d’autres intellectuels « empêchés34 » : le rapprochement avec des communautés intellectuelles exilées et la socialisation intellectuelle hors des institutions académiques, la transformation des individus déplacés en intermédiaires de la circulation des idées35, le façonnement d’une posture d’auteur qui intègre à ses questionnements, directs ou indirects, ceux de l’exil, de l’éloignement, de la rupture36. En captivité à Zurich, où la vie intellectuelle s’organise tant bien que mal, Goldmann rencontre ainsi Manès Sperber, écrivain autrichien naturalisé français, lui aussi anciennement membre de Hashomer Hazaïr et ancien élève d’Alfred Adler. À sa sortie du camp37, Goldmann se lance dans l’exécution de sa thèse de doctorat sur Kant à l’université de Zurich.

« Un intello qui vit dans les nuages »

  • 38 Voir Picard (Jean-François) (dir.), La République des savants : la recherche française et le CNRS, (...)

7Goldmann travaille alors sous la direction de Jean Piaget, et les années en Suisse sont celles de nombreuses découvertes intellectuelles. À la Libération, il obtient un poste à Paris dans le contexte des importantes vagues de recrutement d’après-guerre. Engendrées par la dynamique de renouvellement scientifique, elles bénéficient particulièrement aux sciences sociales38. Goldmann est recruté comme attaché de recherches au CNRS en sociologie. Cela lui permet de mettre à distance une certaine précarité économique sans y mettre fin toutefois puisque les contrats, non permanents, devaient être renouvelés régulièrement. C’est à ce poste qu’il poursuit en tout cas ses recherches et démarre celles qui le mènent peu à peu à son travail sur Racine et Pascal. La fin de la guerre, la reconstruction scientifique, académique et intellectuelle, la formation progressive d’un discours critique sur les sociétés industrielles, la diffusion du marxisme forment les conditions sociales de possibilité de l’accueil de figures intellectuelles critiques, étrangères, exilées, aux trajectoires non linéaires.

  • 39 Sa première épouse, Jeannine Quillet, était alors étudiante en philosophie. Enseignante à l’univers (...)

8Dans ce contexte, la trajectoire de Goldmann semble se « normaliser » : il est docteur, chercheur, spécialiste de philosophie, employé dans une grande institution de recherche de la capitale intellectuelle européenne de l’après-guerre, il se marie une première fois en 1948 et obtient sa naturalisation française39. Dans la première moitié des années 1950, il vit et évolue dans le quartier latin, où il rencontre Annie Taieb, d’environ vingt ans sa cadette, qu’il épouse en 1956. Celle-ci, issue d’une famille de la bourgeoisie juive tunisienne et alors étudiante en droit, fait un récit de leur rencontre et de leurs premières années de vie commune qui fait écho à plusieurs descriptions de Goldmann qui voient dans son style de vie, son apparence physique et son éthos la marginalité qui serait également caractéristique de sa posture intellectuelle. Ils se rencontrent dans un restaurant du quartier latin, au début des années 1950 :

  • 40 Entretien avec Annie Goldmann. Mené par Quentin Fondu et moi-même, le 2 nov. 2017 à Paris.

Donc Goldmann me dit « est-ce que je peux emprunter votre journal, Les lettres françaises ? » (…) Et en le lui donnant je savais pas du tout qui c’était, ni rien, et il était quand même grisonnant hein je veux dire… Pas… assez corpulent ! (...) Alors il le prend, il le lit, et puis au bout d’une demi-heure, une heure (...) il me le rend, et il me fait une analyse de ce discours, enfin du texte d’Aragon. (...) Et il me dit « parce que vous ne savez pas lire. » Alors ça, ça m’a frappée. (...) Et j’ai été un peu secouée par ça, en me disant tiens... En plus il était habillé comme un clochard, ou presque… vraiment on voyait qu’il était fauché comme les blés, la seule chose qu’il avait en sa possession c’était un vieux vélo, donc bon… J’étais un petit peu surprise. 
(…) La fois d’après, on se rencontre deux ou trois fois, et il me dit « je suis invité, je dois faire une conférence au TNP [Théâtre National Populaire]» (...) Moi j’étais tout à fait… les yeux grands ouverts, alors j’ai dit oui oui, bien sûr, etc. Donc très gentiment, on prend le bus, il laisse son vélo dans un coin d’ailleurs ! – ce qui pour moi était aberrant, qu’un homme de cet âge se promène à vélo ! Ou il a la voiture ou il en a pas, mais c’est… bon. (…) Mes amis de Tunis, qui venaient à Paris faire leurs études, me disaient « mais qu’est-ce que tu fais avec ce type ?! Qu’est-ce que tu fais avec lui, il est bohème… », enfin etc… « Qu’est-ce que tu fais, il a vingt ans de plus que toi », etc…40

9Après sa soutenance de thèse, Goldmann se rend à Tunis, rencontre la famille et l’entourage de sa future épouse, initialement réticents à leur mariage :

  • 41 Ibid.

 il était très fin, sous des apparences… comme ça, il était très très fin, il a tout de suite compris ce qu’était la mentalité de mon père. Il a tout de suite compris qu’il fallait mettre le poids sur la culture, sur le poste qu’il allait avoir à l’université, sur des choses comme ça, et pas sur la manière dont il était habillé, ou le fait qu’il ne goûtait pas une goutte de vin, ce que mon père trouvait bizarre, enfin des choses comme ça… (…) Il débarque à Tunis, on va le chercher à l’aéroport, et je lui avais dit : « mets une cravate je t’en prie, mets une cravate ». Parce qu’il mettait jamais de cravate, et quand il allait faire son cours, il sortait la cravate de sa poche, et personne savait comment la lui nouer, ni moi ni ses étudiants on ne savait comment nouer la cravate. (…) [Goldmann] pouvait comprendre ce que c’était un bourgeois. Et d’un autre côté mon père ne pouvait pas comprendre un type comme ça. (…) Il comprenait pas qu’il vivait dans une chambre, avec les toilettes dans les couloirs, une chambre avec un lavabo, rien de plus, bon ! Moi j’ai été choquée d’ailleurs quand je suis rentrée là la première fois. Je me disais quand même… C’est vrai qu’il y avait une crise du logement, mais…
[je demande] Il habitait où ?
Rue Sainte-Geneviève, dans un grand immeuble transformé en chambres…. Mais lui pouvait se mettre à la place de tout le monde (…) il avait ce savoir et en même temps cette connaissance du monde, avec toute la vie qu’il a eu…41»

  • 42 Ibid.
  • 43 Voir Lahire (Bernard), Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles. Paris, Na (...)
  • 44 Voir Bourdieu (Pierre), La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris, Minuit, 1979, p. 66, 2 (...)
  • 45 Kristeva (Julia), Je me voyage. Entretiens avec Samuel Dock. Paris, Fayard, 2016, p. 64. Elle revie (...)
  • 46 Kristeva (Julia), Les Samouraïs, Paris, Fayard, p. 
  • 47 Ibid, p. 10-11.
  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid.

10La mère d’Annie plaide enfin sa cause auprès du père, et soutient leur mariage : « Il l’aime beaucoup, beaucoup beaucoup. Et il est pas méchant. C’est pas un pervers, c’est un intello qui vit dans les nuages.42 » Bien sûr, ces perceptions des manières d’être, du style de vie, de même que la perception des corps sont tout aussi révélatrices des locuteurs qui « classent » que des individus « classés ». Il n’empêche que dans les souvenirs de ses proches ou les photographies de Goldmann, le faisceau de représentations qui se dégage contraste avec l’austérité, les « dispositions ascétiques »43 et la distinction caractéristique des professions académiques44 et du corps professoral au sens strict, qui porte une cravate et se doit d’avoir les pieds sur terre. Julia Kristeva, qui fut une de ses étudiantes, se souvient ainsi de « sa familiarité de juif roumain, fraternelle et paternelle, qui tranchait avec le style réservé des professeurs45 ». Dans son roman Les Samouraïs, le personnage de Fabien Edelman - Lucien Goldmann, qui déblatère à tort et à travers sur les jansénistes, la totalité et le marxisme et dont la démarche est « titubante46 », est « bedonnant, souriant, avec sa chemise ouverte et bien sûr sans cravate47», ses mains sont des « pelles » maladroites dont chacune est « grande, chaude et molle comme une pelle en pâte à modeler confectionnée par un enfant48 » et il mange sans élégance en buvant son café, « avala[nt] machinalement un sandwich au saucisson, puis un autre au fromage49. » Si Goldmann peut donc apparaître à certains comme « un intello qui vit dans les nuages », oublieux de son corps, il n’en reste pas moins que son corps s’impose à tous les récits. Paradoxalement, c’est même cet oubli du corps qui est vu comme étant à la source de sa présence excessive, comme si la prouesse intellectuelle s’incarnait nécessairement dans une sorte de démesure physique :

  • 50 Cohen (Mitchell), « Le pari de L. Goldmann », Anamnèse, « Lucien Goldmann », n°6, 2010, p. 160.

Goldmann était plein d’indifférence à l’égard de sa propre santé, habituellement obèse, souvent malade : sa mort prématurée à 57 ans correspond, d’une certaine manière, à son œuvre. Six volumes de ses travaux et essais écourtés, deux sur lesquels il était en train de travailler lorsqu’il mourut, ont été publiés depuis50.

  • 51 Voir notamment Boschetti (Anna), Sartre et Les Temps Modernes : une entreprise intellectuelle, Pari (...)
  • 52 Viala (Alain), « Eléments de sociopoétique », dans Approches de la réception. Sémiostylistique et s (...)
  • 53 Löwy (Michael) et Naïr (Sami), op. cit., p. 8.

11La figure de l’intellectuel à la production intellectuelle débordante et l’hybris qui lui est associé contrastent, dans une certaine mesure, avec les thématiques des analyses théoriques de Goldmann, voire avec leur rigueur. Ils rappellent surtout, plutôt que la figure de l’érudit, du chercheur ou du professeur, des figures d’écrivains, d’artistes, d’intellectuels. Cela ne suffit pourtant pas à faire de Goldmann un « marginal ». En effet, la figure dominante de l’intellectuel à ce moment-là est celle de Sartre, au sujet de laquelle on pourrait rétorquer que, loin de se distinguer pour son excentricité, elle n’est pas comparable à celle de Goldmann. Sa construction, sa diffusion et sa légitimité ne sont pourtant pas strictement académiques et résonnent, d’une certaine manière, avec cette idée d’une production intellectuelle et culturelle qui déborde l’éthos académique et le cadre professionnel. D’abord, la figure de Sartre est liée à la littérature. Avec les transformations de la presse, elle a nourri la médiatisation des intellectuels et renforcé le poids de leur image, et elle est, au plus fort de son succès, inséparable de l’effervescence culturelle multiforme (musique, théâtre, vie nocturne) du Saint-Germain-des-Prés des années 1950 que la réception scolaire de l’existentialisme a eu tendance à occulter51. Bien qu’on ne puisse bien sûr pas la comprendre comme un acte entièrement intentionnel, la posture auctoriale est de manière générale autant un produit de l’incorporation des normes que de la manière qu’ont les individus de les « performer » et de travailler la présentation de soi. Comme l’a souligné Alain Viala, « chaque posture postule une façon de se situer par rapport aux destinataires52. » Le début de la carrière académique de Goldmann est donc, dans ce sens, autant marqué par un sens de la rupture avec les codes académiques traditionnels, que par une forme d’affiliation aux espaces intellectuels dominants. Sciences humaines et philosophie, dirigé contre Gurvitch et de manière générale critique envers la sociologie, constitue la première production intellectuelle de Goldmann qui prolonge la dimension de rupture. La publication du Dieu caché en 1955 est elle aussi relatée comme le principal fait d’armes d’un intellectuel seul contre tous, ou du moins « envers et contre plusieurs53 ». Le succès de l’ouvrage et l’élection de Goldmann comme directeur d’études à la VIe section de l’EPHE en 1959, sur une direction d’études qu’il intitule « sociologie de la littérature et de la philosophie » invitent cependant à envisager l’évolution de sa trajectoire non pas uniquement sur le plan de sa production intellectuelle, ni comme le travail d’une pensée qui se serait déployée dans un espace intellectuel dépourvu de démarcations internes, mais au contraire en le réinscrivant dans le champ académique.

« Un trouble-fête sans parti »

  • 54 Voir Heilbron (Johan), French Sociology, Ithaca and London, Cornell University Press; Mazon (Brigit (...)

12La VIe section de l’EPHE, initialement dédiée aux sciences économiques et sociales, est dans les années 1960 un lieu important de renouvellement des sciences humaines et sociales54. Elle partage une partie de ses membres avec d’autres institutions de recherche et/ou d’enseignement supérieur, le CNRS en particulier. La double marginalité – sociale et « artiste » – de l’institution se retrouve notamment sous la plume de Pierre Bourdieu, dans l’analyse qu’il propose du champ académique à la veille de mai 1968.

  • 55 Bourdieu (Pierre), Homo academicus, Paris, Minuit, 1984, p. 87.
  • 56 Ibid.
  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid. Je souligne.
  • 59 Ibid.
  • 60 Ibid, p. 146. Je souligne.
  • 61 Ibid, p. 109. Quoique récurrente, la désignation des disciplines « marginales » est instable : on t (...)
  • 62 Ibid, p. 109.

13La question des marges renvoie dans un premier temps dans Homo academicus à la polarisation du champ académique, dans lequel « l’orthodoxie des professeurs canoniques, passés par la voie royale des concours55 » s’oppose à « l’hérésie tempérée des chercheurs et des professeurs marginaux ou originaux, souvent parvenus à la consécration par des voies de traverse56 ». Or ceux-ci sont comparés aux « innovateurs hérétiques57 » des facultés de médecine, qui ne possèdent pas les titres sociaux nécessaires pour accéder aux positions dominantes et ont trouvé « dans des institutions marginales (...) la possibilité de poursuivre une carrière de chercheurs plus réussie scientifiquement que socialement58. » La marginalité dans le champ n’exclut donc ni la reconnaissance académique et intellectuelle ni le prestige, bien au contraire. Plus encore : elle peut être une ressource. Ainsi, avec le Collège de France, la VIe section est évoquée tout au long de l’ouvrage comme l’institution marginale par excellence. Elle tire à la fois sa marginalité et son succès « d’un projet scientifique et institutionnel ambitieux59 », de son ouverture vers l’étranger et d’« une politique d’investissements risqués fondée, d’abord, sur l’affirmation et l’exploitation rationnelle de la marginalité de l’institution – avec par exemple le souci de faire ce qui ne se faisait pas ailleurs, d’accueillir les disciplines ignorées et oubliées, de prospecter les chercheurs d’avenir, etc60. » Sa marginalité tient également à sa focalisation sur la recherche, qui la dégage des impératifs de la reproduction de la culture et du corps (enseignement, préparation des concours). Elle tient aussi aux disciplines de l’établissement, qui sont « nouvelles » (sociologie, linguistique) ou, par opposition aux disciplines « canoniques », « marginales dans l’université61 », au sens où elles ont peu d’étudiants, et parfois pas de concours d’enseignement. Enfin, elle tient aux propriétés sociales de ses membres, « qui semblent étrangers au « milieu » tant par leur carrière universitaire – ils sont moins souvent normaliens – que par leur origine sociale – ils sont plus souvent fils de commerçants et nés à l’étranger)62 ».

  • 63 Ibid, p. 143
  • 64 Ibid, p. 140 et suivantes.
  • 65 Ibid, p. 142
  • 66 Voir Loyer (Emmanuelle), Lévi-Strauss, Paris, Flammarion, 2015.
  • 67 Ibid, p. 152.

14À l’échelle individuelle, les démêlés avec les institutions temporellement dominantes et leurs représentants apparaissent comme un trait caractéristique de la marginalité académique pré-1968. C’est ce qu’observe Bourdieu sur plusieurs figures de « marginaux consacrés63 » ou d’« hérétiques consacrés64 », selon la formule dont Roland Barthes se voit longuement gratifié. C’est pourtant la carrière de Claude Lévi-Strauss, parmi tous les représentants du structuralisme cités, qui est désignée comme l’ « exemple typique de ces trajectoires universitaires aux marges ou au-dehors de l’Université65 ». La marginalité sociale de Lévi-Strauss étant pourtant toute relative66. Goldmann est quant à lui évoqué une seule fois dans l’ouvrage, rattaché à Barthes et à « des gens qui ont en commun d’être aux marges de l’institution universitaire67 », soit la dite « nouvelle critique », dans la querelle avec Picard.

  • 68 Voir Fabiani (Jean-Louis), Les Philosophes de la République, Paris, Minuit, 1988.
  • 69 Il précise par exemple que Barthes « n’ [est] pas au nombre des élus de l'institution (il n’est ni (...)
  • 70 Pour le détail de ces évolutions, on se permet de renvoyer à Dumont (Lucile), « De la sociologie au (...)
  • 71 Heilbron (Johan), op. cit, p. 152 et suivantes.
  • 72 Bruno Péquignot ajoute à cette division du travail intellectuel à l’intérieur de l’institution la c (...)
  • 73 Goldmann (Lucien), « Préface à la deuxième édition (1966) », Sciences humaines et philosophie, Pari (...)
  • 74 Voir Cardon-Quint (Clémence), Des lettres au français. Une discipline à l’heure de la démocratisati (...)

15Dans cet établissement, Bourdieu envisage la philosophie, « discipline du couronnement68 », comme une propriété qui rapproche des « élus » et des titres les plus légitimes dans le champ académique69. C’est que la philosophie et les études littéraires ne sont pas des disciplines privilégiées à la VIe section. Loin s’en faut : si plusieurs directeurs d’études, parfois anciens dans la section, ont consacré de nombreux travaux à des auteurs, des ouvrages ou des pratiques littéraires, aucun, jusqu’à l’élection de Goldmann, ne dispose d’une direction d’études spécialement dédiée à la littérature et/ou à la philosophie. Il se retrouve donc, pourrait-on dire, assez vite marginal au sein d’un établissement déjà lui-même marginal dans le champ académique. Rattachés à la division « Sociologie et ethnologie » entre 1960 et 1966, ses enseignements passent ensuite dans le groupe « Sociologie » au moment de l’apparition des divisions disciplinaires dans la VIe section70. Dans la sociologie, quoique les travaux consacrés aux biens symboliques dans leur ensemble soient de plus en plus nombreux, la discipline s’institutionnalise autour de thèmes et de méthodes bien différents de ceux développés par Goldmann. Si la licence universitaire avait été créée en 1958, c’est la décennie 1960 qui voit véritablement la discipline s’institutionnaliser et ses effectifs se multiplier71. Sur le plan théorique et paradigmatique, cette institutionnalisation est synonyme d’autonomisation relative, ce qui signifie que la sociologie ne lâche pas la philosophie seulement sur le plan institutionnel, mais qu’elle travaille à s’en séparer sur tous les plans. C’est notamment sur cet aspect que l’arrivée de Bourdieu à la VIe section, fervent défenseur de cette séparation, et dont le séminaire de sociologie de la culture en 1964 se place, dans une certaine mesure, sur le même terrain que celui de Goldmann, contribue rapidement à renforcer l’isolement de ce dernier72, qui l’égratigne à demi-mot dans sa deuxième préface à Sciences humaines et philosophie73. Du côté de la littérature se rejoue pour Goldmann une forme de marginalisation interne à l’établissement. À l’intérieur de celui-ci, la part des enseignements consacrés à la littérature augmente significativement. Ils sont regroupés dans la division « Sémantique, sémiologie et linguistique » (SSL) autour de la direction d’études de Barthes, alors au sortir de la querelle avec Picard et à la tête de la « nouvelle critique », médiatisée en tant qu’avant-garde. Avec celle de Gaëtan Picon, également isolé mais alors fermement opposé à toute approche théorique des textes littéraires, la direction d’études de Goldmann reste la seule, hors de cette division SSL, à se consacrer à la littérature. Hors de la VIe section, les études littéraires connaissent également d’importantes transformations : l’agrégation de lettres modernes, créée en 1959, pérennise – tardivement – ce cursus dans lequel une licence existait pourtant depuis 194374. Les études littéraires sont en première ligne de la croissance des effectifs étudiants du fait des transformations générales des cursus universitaires et, nourries par les développements de la linguistique au niveau de la recherche, elles voient leurs parcours et leurs grandes orientations en partie renouvelées. Goldmann est ponctuellement associé à ce renouvellement, comme en témoignent certaines de ses collaborations avec Barthes ou le ralliement – distancié – à ce dernier au moment de la querelle avec Picard.

  • 75 Voir Gobille (Boris), op. cit.
  • 76 Cohen (Mitchell), « Le pari de L. Goldmann », op. cit. p. 157-158.
  • 77 Ibid.
  • 78 Bourdieu (Pierre), Homo academicus, op. cit. p. 302.
  • 79 Convert (Bernard) et Heilbron (Johan), « La réinvention américaine de la sociologie économique », L (...)
  • 80 Voir Hauchecorne (Mathieu), « Le polycentrisme des marges. Les “filières” belge et québécoise d'imp (...)

16Les années 1960 sont aussi celles d’une forte politisation des champs académique, intellectuel et littéraire, qui engendre une polarisation tout aussi forte autour du marxisme et de ses différents courants. Le double refus exprimé par Goldmann des usages politiques du marxisme (la doxa communiste) et de certains de ses usages théoriques et scientifiques (l’althussérisme) le place en porte-à-faux et tend à l’isoler, en l’écartant d’un côté des solidarités partisanes et de l’autre de celles des avant-gardes liées au marxisme althussérien, puissantes institutionnellement et éditorialement75. Le marxisme de Goldmann se présente donc comme un trait ambivalent de sa carrière : à un moment où la politisation des productions intellectuelles passe en grande partie par le marxisme, ce dernier intègre Goldmann au paysage intellectuel critique. Dans le même temps, les positions de Goldmann vis-à-vis des usages du marxisme contribuent à l’isoler et à le distinguer. Cohen affirme même, d’après Löwy et Naïr, que le marxisme de Goldmann vient s’ajouter aux autres formes d’extériorité, d’étrangeté et de marginalité qui lui sont assignées en écrivant que, « pour les intellectuels du Parti communiste, Goldmann était un trouble-fête sans parti76Il souligne en outre que « les accusations d’hérésie » dont Goldmann a fait l’objet autour du Dieu caché ont contribué à le classer « parmi les intellectuels français qui comptent77. » L’intellectuel plutôt que le philosophe ou le sociologue : on retrouve dans cette formule le « dépassement électif 78» qui caractérise la posture goldmannienne autant que la conversion de la marginalité en un refus surplombant de la division. Ainsi, s’il est de coutume de souligner que l’institutionnalisation des sciences humaines et sociales aurait cloisonné des espaces et empêché les circulations entre plusieurs disciplines, il faut également remarquer que c’est la période qui précède cette institutionnalisation qui, en tant qu’elle élève les frontières entre plusieurs domaines intellectuels, voit celles-ci se raidir. Dans ce contexte, se dégager des enjeux disciplinaires, quoique cela puisse être défendu ou perçu comme le « choix » d’une forme d’insoumission intellectuelle, académique et professionnelle, c’est aussi être exclu et/ou se dégager de la logique collective que suppose la production scientifique. Philosophie et sociologie, sociologie et littérature, philosophie sans spéculation et sociologie sans sociologisme : le désinvestissement de la logique disciplinaire conduit, dans le cas de Goldmann, à l’investissement d’une spécialité79, la sociologie de la littérature. Il est en partie le produit d’une logique institutionnelle, puisque c’est suite à la création de l’Institut de sociologie de Bruxelles en 1961 que Goldmann est appelé par ses membres à le diriger en 1964. Mais c’est une fois de plus par les marges que circulent les travaux de Goldmann. La sociologie de la littérature se retrouve rapidement intégrée à la sociologie des arts (peinture, arts contemporains, théâtre). Surtout, la sociologie de la littérature francophone se déploie, circule et s’institutionnalise durablement dans des espaces académiques périphériques80 : à Paris, hors des institutions temporellement dominantes (CNRS, VIe section de l’EPHE puis Vincennes avec la sociocritique de Claude Duchet), dans des universités situées hors de Paris (Bordeaux autour d’Escarpit, puis Lille), et surtout en Belgique et au Québec, où les travaux du belge exilé Marc Angenot prolongent ensuite ces préoccupations.

17Ce sont donc plusieurs formes de marginalisation qui se succèdent et parfois se combinent dans la trajectoire de Goldmann. Celle-ci se caractérise par une double tension : entre le centre et la périphérie, et entre les conceptions sociales et artistes de la marginalité. Originaire d’un pays périphérique dans l’espace intellectuel transnational, il se dirige en effet vers la capitale de ce dernier. Il est assigné à sa judéité, qui devient une identité violemment marginalisée pendant sa jeunesse puis pendant la guerre, et ce sont différentes formes de marginalité sociale qui le caractérisent pendant ses premiers séjours parisiens. C’est ensuite la conversion de cette marginalité sociale en une forme de marginalité « artiste », faisant de la marginalisation une forme d’élection, qui fait émerger la posture auctoriale de Goldmann, puisque son éthos, ses choix intellectuels et sa réception convoquent et reformulent une partie de l’histoire et de l’imaginaire du champ.

Avant-gardes, légitimité intellectuelle et légitimité académique

18Cette focalisation sur la marginalité visible, perçue et assignée à Goldmann du point de vue de sa trajectoire biographique et de son style de vie ne dispense pas d’observer la distribution de ses publications et de ses objets intellectuels de prédilection, ainsi que ses stratégies d’insertion dans le champ. Toutes trois relativisent en effet la marginalité évoquée plus haut, et surtout elles mettent en lumière le rôle central de l’effet de champ, c’est-à-dire les médiations exercées par les logiques propres aux activités et aux institutions académiques, entre la trajectoire biographique et la production intellectuelle telle qu’elle est ensuite envisagée par la réception. En d’autres termes, s’il y a association de la marginalité sociale de Goldmann avec la conception « artiste » de la marginalité, il ne s’agit pas de se limiter à l’évocation d’une magie sociale, mais bien de montrer que cette forme de réception n’est possible que grâce à l’insertion dans le champ et à la consécration préalable de Goldmann dans cet espace.

Goldmann en revues

  • 81 Goldmann (Lucien), « Marxisme et psychologie. La psychologie de Jean Piaget. » Critique, vol. 3, n° (...)
  • 82 Goldmann (Lucien), « Matérialisme dialectique et histoire de la philosophie », Revue philosophique (...)
  • 83 Goldmann (Lucien), « Goethe et la révolution française », Études germaniques, n°2-3.
  • 84 Goldmann (Lucien), « Matérialisme dialectique et histoire de la littérature », Revue de métaphysiqu (...)

19L’espace des revues dans lesquelles publie Goldmann tout au long de sa carrière permet de comprendre son inscription dans les champs académique et intellectuel, certains mécanismes de sa consécration et surtout la manière dont il se situe et il est situé par ses contemporains, le modèle collectif et périodique des revues et l’éclatement de la production intellectuelle qu’elles engendrent étant plus « classant » que celui du livre ou du recueil. Le succès du Dieu caché, l’ancrage de Goldmann dans la philosophie et sa marginalisation au sein de la sociologie en cours d’institutionnalisation, avec laquelle il n’a de lien que de manière très superficielle jusqu’à ce qu’il engage une partie de ses activités dans l’Institut de sociologie de Bruxelles, a éloigné la réception de Goldmann des sciences sociales et en particulier de la sociologie française. Sa réception s’est donc progressivement reportée sur les études littéraires, dans un mouvement qui a favorisé les objets d’études de Goldmann plutôt que ses méthodes d’analyse. L’inscription de Goldmann dans les espaces académiques et intellectuels se déploie sur plusieurs disciplines, et sur des revues variées dont le format autant que les orientations théoriques et/ou politiques permettent à Goldmann ce « dépassement électif » de la marginalité à laquelle il était sinon cantonné à l’intérieur de la sociologie. Ainsi, avant la parution d’une grande partie de ses textes en recueil (Recherches dialectiques en 1959, Structures mentales et création culturelle en 1970) ceux-ci sont publiés dans des revues, françaises pour la plupart, et en règle générale prestigieuses pour les disciplines de référence de Goldmann. Ses publications montrent son insertion dans les espaces intellectuels et académiques, contre l’idée d’une marginalité absolue qui l’aurait exclu des réseaux d’interconnaissance et du même coup des possibles ouverts par ces derniers. Un des premiers articles de Goldmann est ainsi un compte rendu de La Psychologie de l’intelligence de Jean Piaget, publié en 1947 dans la jeune revue de compte rendus Critique, créée l’année précédente par Georges Bataille81. L’année suivante, il publie « Matérialisme dialectique et histoire de la philosophie » dans la Revue philosophique de la France et de l’étranger, alors dirigée par Bréhier, qui lui commande Sciences humaines et philosophie82. En 1950, après une publication sur Goethe dans la revue spécialisée Études germaniques83, il publie deux articles dans des revues de première importance pour la philosophie : la Revue d’esthétique, qui accueille de nouveau un article sur Kant, et la Revue de métaphysique et de morale, lieu historique de la lutte contre le positivisme, où il publie son article « Matérialisme dialectique et histoire de la littérature84 ». La parution du Dieu caché en 1955 fait définitivement entrer Goldmann dans les champs académique et intellectuel. C’est du moins ce qui ressort de l’examen de la distribution des 81 publications consécutives à la parution de l’ouvrage, sur une totalité de 92 articles, compte rendus inclus. En effet, le nombre des publications augmente, les instances éditoriales se diversifient, le rythme des publications est également plus resserré du fait que tous les articles ne sont pas des articles académiques : la reconnaissance extra-académique, même si elle n’est pas comparable avec celle d’autres figures intellectuelles de la période, accélère alors les temporalités de la carrière. Pour une sociologie du roman en 1964 s’apparente à une deuxième rupture dans la carrière de Goldmann. Quoique plus spécialisé et dépourvu de la hauteur théorique du Dieu caché, l’ouvrage connaît un succès important et les objets qui y sont étudiés, plus abordables et plus contemporains, contribuent à sa diffusion et du même coup à la reconnaissance de Goldmann.

  • 85 Goldmann (Lucien), « Marilyn, ce négatif de notre temps », France-Observateur, n°644, 6 septembre 1 (...)
  • 86 Goldmann (Lucien), « La croyance en Dieu. Conversation avec Michèle Georges », L’Express, n°892, 12 (...)
  • 87 Voir par exemple Goldmann (Lucien), « Port Royal, d’Henri de Montherlant, mise en scène de Jean Mey (...)
  • 88 Goldmann (Lucien), « Phèdre. Remarques sur la mise en scène », Bref, n°11, décembre 1957.
  • 89 Goldmann (Lucien), « La philosophie classique et la bourgeoisie occidentale », La revue socialiste  (...)
  • 90 Goldmann (Lucien), « Un bilan désabusé. À propos de Fritz Sternberg : Kapitalismus und Sozialismus (...)
  • 91 Goldmann (Lucien), « Pouvoir et humanisme » Praxis, p. 24-44. Voir aussi Lucien Goldmann, « Débat s (...)
  • 92 Voir par exemple Goldmann (Lucien), « Le Dieu caché, La Nouvelle Critique et le marxisme », Les Tem (...)
  • 93 Goldmann (Lucien),, « L’esthétique du jeune Lukacs », Médiations, n°1, p. 9-21 ; « Marx, Girard et (...)
  • 94 Goldmann (Lucien), « Socialisme et humanisme », Diogène, n°46, 1964, p. 88-107.
  • 95 Goldmann (Lucien), « Sur la peinture de Chagall. Réflexions d'un sociologue », Annales. Économies, (...)
  • 96 Goldmann (Lucien), « La sociologie de la littérature. Situation actuelle et problèmes de méthode », (...)
  • 97 Voir par exemple Goldmann (Lucien), « Introduction aux problèmes d’une sociologie du roman », Revue (...)
  • 98 Voir le numéro 3, 1969.
  • 99 Ibid.
  • 100 Goldmann (Lucien), « Structuralisme, marxisme, existentialisme », L’Homme et la société, n°2, octob (...)
  • 101 Goldmann (Lucien), « La mort d’Adorno », La Quinzaine littéraire, n°78, 1-15 septembre 1969, p. 25- (...)

20Le signe le plus évident de l’élargissement de la réception de Goldmann est son intervention dans des revues ou des journaux destinés au « grand public cultivé », nouveaux dans le paysage éditorial des années 1960. En plus de son intervention dans le quotidien Le Monde au moment de la querelle de la « nouvelle critique », Goldmann publie au début des années 1960 quelques comptes rendus pour l’hebdomadaire culturel marqué à gauche France-Observateur85, dans lequel officie également Barthes, et une conversation avec Michèle Georges dans L’Express – dont il vaut peut-être la peine de rappeler qu’il se situait alors au centre gauche – en 196886. Il publie cependant toujours, dans les années qui suivent la parution du Dieu caché, dans des revues spécialisées. C’est par exemple le cas entre 1955 et 1958 dans des revues consacrées au théâtre, en particulier dans Théâtre populaire87, bastion de Barthes et de Bernard Dort, et dans Bref88, également liée au TNP. Les revues intellectuelles et politiques sont un autre type d’instance éditoriale qui accueille les travaux de Goldmann. La Revue Socialiste avait publié un article de Goldmann en 194789. La revue marxiste hétérodoxe Arguments, créée en 1956 et au comité de laquelle se trouvent alors notamment Roland Barthes et Edgar Morin bientôt rejoints par Serge Mallet, accueille deux articles de Goldmann en 1957 et 195990. À la fin des années 1960, Goldmann s’intéresse à l’autogestion, voyage en Yougoslavie et se rapproche notamment de la revue Praxis, qui publie « Pouvoir et humanisme » en 197091. Les revues intellectuelles généralistes sont également un endroit de publication privilégié pour Goldmann. D’une grande légitimité dans le champ intellectuel de l’après-guerre, la revue Les Temps modernes92 publie ainsi 9 articles de Goldmann entre 1957 et 1962, à un moment où elle n’est pas encore déclassée par les nouvelles avant-gardes théoriques. En 1961, la revue intellectuelle Médiations est créée par un historien et critique d’art proche du mouvement de la « nouvelle figuration », Jean-Louis Ferrier. Goldmann, qui entre dès le départ dans son comité éditorial aux côtés notamment d’Yves Berger, d’Alain Resnais et de Jean Ricardou, y publie trois articles consacrés à des questions esthétiques et littéraires93. La revue Diogène, créée en 1952 par Roger Caillois, se situe à mi-chemin entre le modèle des revues intellectuelles et celui des revues de sciences sociales. Goldmann y publie un article en 196494. Les revues de sciences sociales ne sont pas en reste dans ce paysage éditorial en transformation, comme en témoigne la jeunesse de certaines revues dans lesquelles publie Goldmann. Ce sont d’abord les Annales, revue d’histoire et de sciences sociales issue du courant du même nom, qui publient deux articles de Goldmann, en 1960 et en 196795. La même année, par le biais de l’Unesco dont les financements ont un temps nourri le développement de la sociologie de la littérature, Goldmann publie dans un numéro de la revue de sciences sociales de l’organisation, Revue internationale des sciences sociales96, spécialement consacré à la sociologie de la création littéraire. Il investit ensuite périodiquement la Revue de l’Institut de sociologie de Bruxelles, dans laquelle il publie sur la littérature et le théâtre en particulier. Elle devient en quelque sorte « sa » tribune97. C’est en 1969 et dans cette revue qu’il publie sa lecture des « Chats » de Baudelaire98, qui se veut une réponse à l’analyse qu’en avaient fait Claude Lévi-Strauss et Roman Jakobson dans L’Homme plus de dix ans auparavant, et qui était devenue entretemps un modèle du genre. Ses réponses – au compte-rendu du Dieu caché qu’avait fait Crouzel dans La Nouvelle Critique, à « MM. Ellsberg et Jones », à « M. Picard et Daix » – sont également publiés dans cette revue99. Toujours dans les sciences sociales, la revue L’Homme et la société, créée en 1966 par des proches de Goldmann, accueille deux de ses articles en 1966 et 1967100. Enfin, les ouvrages de Goldmann paraissent chez Gallimard, un éditeur d’une part hautement légitime, et d’autre part spécialisé dans la littérature plus que dans les sciences humaines et sociales. Quelques revues littéraires accueillent des textes de Goldmann. Très peu cependant, ce qui montre que sa réception dans les études littéraires est plus redevable du développement de la spécialité de sociologie de la littérature et de la circulation des textes au-delà de leur support de (première) publication, que de l’inscription initiale de Goldmann dans l’espace éditorial dédié à la littérature. Il collabore ainsi en 1949 à l’éphémère revue Empédocle, dirigée par le romancier Jean Vagne et dans laquelle on trouve une partie des protagonistes de la vie littéraire proche des avant-gardes historiques et/ou centraux pour la vie intellectuelle d’après-guerre (Albert Béguin, Albert Camus, René Char, mais aussi Maurice Blanchot, Georges Bataille, Jean Cayrol ou Julien Gracq). On peut relever un petit article consacré à Adorno après sa mort dans la Quinzaine littéraire101 en 1969.

  • 102 Voir Jey (Martine), La Littérature au lycée : invention d’une discipline (1880-1925), Metz, Univers (...)
  • 103 Voir par exemple Goldmann (Lucien), Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964, p. 84.
  • 104 Ibid, p. 384 : « La nature même des grandes œuvres culturelles indique qu’elles doivent être leurs (...)

21Après avoir observé les enjeux de la marginalité sur la trajectoire de Goldmann, la conquête rapide et efficace d’une position intellectuellement légitime dans les espaces intellectuels pourrait surprendre. Ses publications sont relativement nombreuses et se distribuent sur des revues diversifiées, disciplinaires autant qu’intellectuelles et politiques. Malgré la trajectoire biographique chaotique de Goldmann, et malgré les multiples expériences d’exclusion qui ont pu nourrir un éthos « marginal », Goldmann est en possession des titres de légitimité académique qui lui permettent d’exercer sa profession, mais aussi de se positionner en conséquence. C’est notamment ce que montrent les différentes « réponses » à des critiques de son œuvre, appuyées sur une rhétorique qui oscille entre celle de la querelle et l’auto-interprétation. Les choix littéraires de Goldmann révèlent eux aussi un ancrage dans les régions tout à fait légitimes des études littéraires et de l’ordre académique et scolaire. La focalisation sur la littérature du XVIIe siècle, et en particulier sur la tragédie, et en est probablement la meilleure illustration. Racine est, à cet égard, bien plus qu’un objet d’étude simplement « classique », à tous les sens du terme. Le Grand Siècle est en effet plébiscité par l’institution scolaire, dans lequel il s’est historiquement taillé la part du lion : comme l’a montré Martine Jey, il constituait encore 55% des références du canon littéraire dans l’enseignement au début du XXe siècle102. Choix légitime s’il en est, les corpus de littérature contemporaine choisis par Goldmann révèlent également, surtout dans le cas du roman, la volonté de ne pas se cantonner à des œuvres d’intérêt mineur tout en sortant du registre classique : au moment où Goldmann s’intéresse au Nouveau roman, celui-ci est une avant-garde consacrée. L’appropriation d’objets canoniques et légitimes dans les espaces intellectuels, si elle peut être comprise, socialement, comme une manière de dépasser ou de contrer l’isolement et la marginalité qui caractérisent le positionnement de Goldmann dans le champ académique et d’aller vers le centre, doit aussi être envisagée sur le plan théorique. En effet, la théorie sociale et esthétique de Goldmann ne se départit à aucun moment d’une certaine hiérarchisation entre les productions culturelles. Ainsi la sociologie de la littérature goldmannienne, déclare son principal promoteur, doit s’intéresser aux « grands écrivains103 » et aux « grandes œuvres », qui seules sont l’expression d’une « vision du monde104 ».

Les périphéries du structuralisme

  • 105 Voir Matonti (Frédérique), « L'anneau de Moebius. La réception en France des formalistes russes », (...)
  • 106 Voir notamment Goldmann (Lucien), « Le Dieu caché, La Nouvelle Critique et le marxisme », op. cit.
  • 107 Voir Sapiro (Gisèle) et Dumont (Lucile), « La diffusion internationale du structuralisme : entre ap (...)

22La circulation internationale des travaux de Goldmann permet d’observer comment se rejouent, à une échelle plus ample, des enjeux déjà présents dans son positionnement au sein des espaces intellectuels et académiques francophones. On a évoqué plus haut la réception de la sociologie de la littérature dans les périphéries des espaces francophones. Avant cela, Goldmann prend part à la circulation internationale des idées en important en français les textes sur lesquels il bâtit sa propre œuvre. Il traduit lui-même son premier travail de thèse sur Kant. Surtout, le premier geste intellectuel qui à la fois marque sa carrière et acte symboliquement son exil est d’importer les textes de Lukács par la traduction. Il publie ainsi la Brève histoire de la littérature allemande, qu’il traduit avec Michel Butor, et Goethe et son époque, en 1949. Ce geste d’importation, de même que la figure de Goldmann comme importateur et comme intermédiaire de la circulation transnationale des idées, ne sont que rarement évoqués quand il s’agit de penser les transferts intellectuels Est-Ouest dans les années1960. Et pour cause. Comme l’ont montré une série de travaux, la politisation du structuralisme d’une part, et celle de la circulation des textes et des idées ont rapidement mis à l’écart la figure de Lukács, qu’une revue comme La Nouvelle critique au moment de son tournant althussérien a pu faire jouer contre Brecht, présenté comme une incarnation du marxisme théorique promu par la revue. L’importation des formalistes russes par le groupe d’animateurs de la revue Tel Quel et certains de ses auteurs, médiée par le couple Aragon-Triolet et érigée en modèle des théories littéraires élaborées autour de la « nouvelle critique » est de ce point de vue l’exact contrepoint du travail d’importation de Lukács par Goldmann105. En effet, l’importation des formalistes bénéficie de nombreux relais éditoriaux, médiatiques et intellectuels qui contribuent à leur intégration au sein d’un projet collectif, quoique non homogène, d’élaboration d’approches théoriques de la littérature. L’absence d’intégration de Goldmann à ce projet, qui éloigne Lukács de cette généalogie intellectuelle revendiquée par les théoriciens, s’ajoute à l’isolement de Goldmann sur les plans idéologique et politique, puisque c'est surtout sur ce plan que l’appropriation de Lukács est débattue106. Dans le même sens, là où les structuralistes, et parmi eux les littéraires en particulier, bénéficient pour la plupart d’une réception anglophone précoce et importante, il semble que le cas de Goldmann diffère. La circulation transnationale de ses travaux s’appuie en partie sur les réseaux de diffusion du marxisme, pour lesquels l’internationalisme est un idéal, une question et une pratique centrales. Elle est par ailleurs particulièrement importante dans les pays qui importent des textes français en grande quantité. C’est le cas de l’Italie, qui « suit » l’actualité intellectuelle française à cette période107.

  • 108 Heilbron (Johan), « Échanges culturels transnationaux et mondialisation : Quelques réflexions », Re (...)

23Les traductions des ouvrages de Goldmann en volume sont, de ce point de vue, explicites. La première traduction en volume est celle de Sciences humaines et philosophie en espagnol (Las Ciencias humanas y la filosofía), publiée à Buenos Aires chez Galatea Nueva Visión en 1958. Suivent deux traductions italiennes en 1961 : Scienze umane e filosofia et la première traduction du Dieu caché, Pascal e Racine. Studio sulla visione tragica nei Pensieri di Pascal e nel teatro di Racine, respectivement publiés chez Feltrinelli et Lerici à Milan. Les traductions vers l’anglais arrivent progressivement : la traduction du Dieu caché paraît en 1964, exécutée par Philip Thody, qui fut aussi le traducteur de textes de Camus et de Sartre et simultanément publiée aux États-Unis (New York) et au Royaume-Uni (Londres), chez Humanities Press, Routledge and Kegan Paul. En 1969, c’est la maison Cape qui publie la traduction anglaise de Sciences Humaines et philosophie. Jusqu’à la mort de Goldmann, ce sont les deux seuls ouvrages disponibles dans la langue centrale pour les échanges académiques et intellectuels108. En 1970, une série d’articles traduite en anglais paraît dans la Drama Review, qui fait suite à la traduction, deux ans plus tôt, d’un article sur Genet. En allemand, ce sont aussi les traductions en articles qui sont privilégiées. Entretemps, la bibliographie de Goldmann avait continué de s’enrichir en italien, où une traduction de Pour une sociologie du roman avait paru en 1967, en espagnol, avec par exemple une traduction des Recherches dialectiques publiée en 1962, et en catalan, où Ciencies humanes i filosofia est publié en 1966. Là encore, on résiste mal à la tentation de lire cette circulation internationale comme une circulation par les marges. Si c’est effectivement le cas à l’échelle internationale, un renversement de perspective invite à prendre positivement la mesure de la rapidité de la réception des textes de Goldmann à l’étranger, qui s’ajoute aux séjours qu’il a pu faire hors de France pendant sa carrière. En effet, la marginalité de Goldmann se comprend au sein d’un espace qui est dominant dans l’espace intellectuel transnational (Paris). La circulation rapide de ses travaux dans certains espaces nationaux étrangers montre toutefois que cette marginalité n’exclut pas la reconnaissance internationale, qui fonctionne comme un circuit de consécration alternatif et nourrit en retour la reconnaissance de Goldmann dans les espaces intellectuels et académiques français. La marginalité n’est donc pas à concevoir de manière absolue mais bien de manière relative aux espaces dans lesquels elle s’inscrit : la domination ou au contraire l’isolement dans un espace spécifique n’ont pas pour corollaire l’isolement dans tous les autres champs, espaces d’activités, domaines ou espaces nationaux. En d’autres termes, on peut être dominé dans un espace et simultanément dominant dans un autre. Une des meilleures illustrations de ce principe sur la trajectoire de Goldmann demeure son rapport à la sociologie puisque, isolé dans la sociologie française où son rattachement à la philosophie tend à l’exclure de la définition légitime de la sociologie, il est pourtant appelé pour la direction d’une institution de sociologie à l’étranger.

  • 109 Febvre (Lucien), « De la théorie à la pratique de l'histoire », Annales, vol. 8, n°3, 1953, p. 362- (...)

24Prendre au sérieux la question de la marginalité dans la trajectoire de Lucien Goldmann et l’observation de son inscription dans les espaces académiques et intellectuels français et internationaux amène à faire plusieurs constats. D’abord celui d’une marginalisation sous plusieurs rapports, qui a contribué à la construction d’une posture d’auteur fondée sur le dépassement des clivages et des logiques d’exclusion, disciplinaire en particulier. En effet, le choix de la philosophie, discipline surplombante et englobante – à tel point que Derrida questionne l’idée même qu’elle puisse avoir des limites – et le rôle qu’y joue la marge brouillent les frontières disciplinaires. Elle permet toutefois, par son statut élevé dans les hiérarchies disciplinaires et sociales, de s’approprier les questions d’autres disciplines, en prenant part à leurs enjeux avec la distance qu’autorise le regard extérieur et accessoirement dominant – « Voilà donc le problème formulé par un philosophe !109 » s’exclamait Lucien Febvre dans sa note critique sur Sciences humaines et philosophie, où il jugeait bon de répondre en historien aux questions posées par Goldmann sur le traitement de l’histoire et de l’historicité.

25Goldmann est aux marges de la sociologie tout en la contournant par le haut. Du même coup, on peut observer que la marginalité sociale et les processus de marginalisation qui s’appliquent à Goldmann ne sont en rien incompatibles avec la légitimité intellectuelle. C’est en effet ce que montre à la fois la distribution de ses publications dans l’espace des revues, qui met en lumière la diversité de ses interlocuteurs et ses stratégies d’entrée dans le champ, et qui lui permet de cocher toutes les cases des revues importantes et légitimes à son pôle du champ académique. L’association de la marginalité sociale et de la conception « artiste » de la marginalité à propos de Goldmann repose d’ailleurs sur cela : c’est bien parce qu’il y a légitimité intellectuelle et académique que l’homme « habillé comme un clochard » dont on s’étonne qu’il soit fin lecteur d’une revue littéraire devient cette figure de la pensée critique développée au prix d’une liberté conquise de haute lutte et résolument marginale en ce qu’elle reste constamment sur la limite, à la fois au-dedans et au-dehors des espaces qui lui sont assignés.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu (Pierre), La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

Bourdieu (Pierre), Homo academicus, Paris, Minuit, 1984.

Bourdieu (Pierre), « Existe-t-il une littérature belge ? Limites d’un champ et frontières politiques ». Études de lettres, no 4, 1985, p. 3-6.

Cardon-Quint (Clémence), Des lettres au français. Une discipline à l’heure de la démocratisation (1945-1981), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Castel (Robert), « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désaffiliation », Cahiers de recherche sociologique, n°22, 1994, p. 11-25.

Cohen (Mitchell), The Wager of Lucien Goldmann. Tragedy, Dialectics and a Hidden God, Princeton (NJ), Princeton University Press, 1994.

Convert (Bernard) & Heilbron (Johan), « La réinvention américaine de la sociologie économique », L’année sociologique, Vol. 55, n°2, 2005 p. 329-364.

Dirkx (Paul), Sociologie de la littérature, Paris, Armand Colin, 2000.

Elias (Norbert), Scotson (John L.), The Established and the Outsiders, New York, Sage Publications, 1965.

Goldmann (Annie),  « L’auteur », dans Situation de la critique racinienne, Paris, L’Arche, 1971.

Goldmann (Annie), Löwy (Michael), Naïr (Sami), Le Structuralisme génétique :  l’œuvre et l’influence de Lucien Goldmann, Paris, Denoël Gonthier, 1977.

Goldmann (Lucien), Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

Groupe COnTEXTES (dir.), « La posture. Genèses, usages et limites d’un concept », COnTEXTES, n° 8, 2011.

Hauchecorne (Mathieu), « Le polycentrisme des marges. Les « filières » belge et québécoise d'importation de la philosophie politique étasunienne contemporaine en France », Histoire @ politique, vol. 15, n°3, 2011, p. 90-109.

Heilbron (Johan), French Sociology, Ithaca and London, Cornell University Press, 2015.

Kauppi (Niilo), Tel Quel : la constitution sociale d’une avant-garde, Helsinki, The Finnish Society of Sciences and Letters, 1990.

Löwy (Michael), Naïr (Sami), Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973, p.10-16.

Meizoz (Jérôme,) Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007.

Viala (Alain), « Eléments de sociopoétique », dans Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, sous la dir. de Georges Molinié & Alain Viala, Paris, Presses Universitaires de France, 1993.

Haut de page

Notes

1 Sapiro (Gisèle), La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXè-XXIè s.), Paris, Seuil, 2011. Voir aussi « Je n’ai jamais appris à écrire. Les conditions de formation de la vocation d’écrivain. » Actes de la recherche en sciences sociales, 2007, vol. 3 n°168, p. 12-33.

2 Voir par exemple Löwy (Michael) et Naïr (Sami), Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973, p. 9.

3 Löwy (Michael), « Mitchell Cohen, The Wager of Lucien Goldmann. Tragedy, Dialectics and a hidden god, Princeton, Princeton University Press, 1994 [Compte rendu] », L’Homme et la société, n°117-118, 1995, p. 176-178.

4 Voir par exemple les textes de Rajah Abdelaziz, Jean Ferrette, Razmig Keucheyan et Laurent Tessier, Jacques Leenhardt, Geneviève Mouillaud dans Anamnèse « Lucien Goldmann », n°6, 2010.

5 S.J. et J.P. « Lucien Goldmann n’est plus », L’Homme et la société, n°17, 1970, p. 3.

6 Leenhardt (Jacques), « Lucien Goldmann », Littérature, n°1, Février 1971, p. 106-107.

7 Voir par exemple Leenhardt (Jacques), « In memoriam. Lucien Goldmann, sociologue (1913-1970) », Revue française de sociologie, vol. 12, n°2, 1971, p. 259-260.

8 Voir par exemple « Avertissement », Goldmann (Annie), Löwy (Michael) et Naïr (Sami) (dir.), Le Structuralisme génétique. L’œuvre et l’influence de Lucien Goldmann, Paris, Denoël-Gonthier, 1977.

9 Charle (Christophe), Naissance des « intellectuels », 1880-1900. Paris, Minuit, 1990, p. 21.

10 Voir par exemple la manière dont Boris Gobille aborde le « sous-champ des avant-gardes » (Gobille (Boris), Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-garde littéraire. Paris, CNRS Éditions, 2018) ou la manière dont Karim Hammou, après Graham Huggan, examine la valorisation commerciale de productions artistiques porteuses d’un stigmate social sous l’angle d’un « marketing de la marge » (Hammou (Karim), Une histoire du rap en France, Paris, La Découverte, 2012 ; Graham Huggan, The Postcolonial Exotic. Marketing the Margins. London, Routledge, 2001).

11 Voir par exemple R. K. Merton, Social Theory and Social Structure, New York, The Free Press, 1965 et The normative structure of science, Free Press, 1942.

12 Castel (Robert), « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désaffiliation » Cahiers de recherche sociologique, n°22, 1994, p. 11.

13 Robert Castel préfère le terme de désaffiliation à celui d’« exclusion » pour caractériser ce qu’il qualifie également de « grande marginalité » : le « double décrochage, à la fois par rapport au travail et par rapport à l’insertion relationnelle », qu’il considère également inséparable de protocoles institutionnels de classifications et de prise en charge des individus. Ibid, p. 14.

14 Goffmann (Erving), Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1975 (1963). Voir aussi Elias (Norbert) et Scotson (John L.), Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997 (The Established and the Outsiders, New York, Sage Publications, 1965.)

15 Becker (Howard), Outsiders. Studies in the Sociology of Deviance. New York, The Free Press, 1973.

16 Elias (Norbert) et Scotson (John L.), op. cit.

17 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur. Genève, Slatkine, 2007. Voir aussi Viala (Alain), « Eléments de sociopoétique », dans Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, sous la dir. de Molinié (Georges) et Viala (Alain), Paris, Presses Universitaires de France, 1993.

18 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992. Voir aussi Bourdieu (Pierre), « La production de la croyance, contribution à une économie des biens symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 13, 1977, p. 39.

19 Voir également, quoique les définitions et les mécanismes décrits soient différents, les notions de « critique sociale » et de « critique artiste », dans Boltanski (Luc) et Chiapello (Ève), Le Nouvel Esprit du capitalisme. Paris, Gallimard, 1999.

20 Kauppi (Niilo), Tel Quel : la constitution sociale d’une avant-garde, Helsinki, The Finnish Society of Sciences and Letters, 1990, p. 13. Voir aussi Boschetti (Anna), « Avant-garde », dans Olivier Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Métailié, 2010, pp. 65-82 et Gobille (Boris), « La guerre de Change contre la « dictature structuraliste » de Tel Quel. Le « théoricisme » des avant-gardes littéraires à l’épreuve de la crise politique de Mai 68 », Raisons politiques, vol. 2 n°18, 2005, p. 73-96.

21 Voir Goffmann (Erving), Stigmate : les usages sociaux des handicaps, op. cit.

22 Les informations biographiques sur Lucien Goldmann proviennent généralement de trois sources principales. C’est le cas des données biographiques mobilisées dans cette étude, sauf mention contraire. Voir donc Cohen (Mitchell), The Wager of Lucien Goldmann. Tragedy, Dialectics and a Hidden God. Princeton (NJ), Princeton University Press, 1994 ; Goldmann (Annie), « L’auteur », dans Situation de la critique racinienne. Paris, L’Arche, 1971, p. 122-124 ; « Notes pour une biographie intellectuelle », Löwy (Michael), Naïr (Sami), op. cit. p. 10-16.

23 Cohen (Mitchell), op. cit. p. 22.

24 Ibid.

25 Ibid, p. 24

26 Mitchell Cohen évoque par exemple le Poor Students Union et son journal Tribuna Studentului Sărac (Poor Students’ Tribune) Ibid, p. 27.

27 Löwy (Michael) et Naïr (Sami), op. cit. p. 11. L’épisode est également régulièrement raconté et repris par les proches de Goldmann et dans plusieurs textes à son sujet. Mitchell Cohen semble cependant n’avoir trouvé aucune trace ni de cette activité, ni de l’épisode carcéral (voir Cohen (Mitchell), op. cit. p. 28).

28 « …the most significant Marxist theoretician to come from Romania was either chased from Romanian Communist circles or quit them in acrimonious circumstances. Indeed, after his arrival in Paris, French Communists were warned by their Romanian sister party that he was untrustworthy. » Cohen (Mitchell), op. cit., p. 36.

29 Voir Matonti (Frédérique), Intellectuels Communistes. Essai sur l’obéissance politique. La Nouvelle Critique (1967-1980). Paris, La Découverte, 2005.

30 Ibid, p. 36-37.

31 Voir Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres. Paris, Seuil, 1999.

32 Löwy et Naïr, op. cit, p. 11.

33 Voir par exemple Jeanpierre (Laurent), Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situation d’exil : intellectuels français réfugiés aux États-Unis pendant la Seconde Guerre Mondiale. Thèse pour le doctorat de sociologie, Paris, EHESS, 2004.

34 Une journée d’études s’est donnée pour but de mettre en lumière les pratiques intellectuelles en situation d’ « empêchement », ainsi que les conséquences biographiques et intellectuelles des situations d’éloignement, de contrainte et d’enfermement. « Intellectuels empêchés », journée d’études organisée par Brigitte Gaïti et Nicolas Mariot, 7, 8 et 9 octobre 2015, Maison des Mines, Sorbonne, EHESS (Paris). Voir également Mariot (Nicolas), Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple. Paris, Seuil, 2013 ; Samoyault (Tiphaine), Roland Barthes. Paris, Seuil, 2015, p. 147-202.

35 Voir Jeanpierre (Laurent), 2008, « Invention et réinventions transatlantiques de la “Critical Theory” », L’Homme, no 3, p. 247–270.

36 Pour observer cela, en plus des œuvres publiées de Goldmann, on peut également se référer à ses poèmes, non publiés mais évoqués et présentés par Cohen. Cohen (Mitchell), op. cit., p. 40 et suivantes.

37 La sortie de Goldmann fait l’objet de plusieurs récits. Selon Mitchell Cohen, Goldmann serait sorti du camp par l’intermédiaire du rabbin de Zurich. Plusieurs récits rapportent quant à eux que Goldmann serait sorti sur l’intervention de Piaget. Cette version n’est cependant attestée par aucun document, et elle n’a jamais été confirmée par Piaget lui-même. Cohen (Mitchell), op. cit. p. 44.

38 Voir Picard (Jean-François) (dir.), La République des savants : la recherche française et le CNRS, Paris, Flammarion, 1990.

39 Sa première épouse, Jeannine Quillet, était alors étudiante en philosophie. Enseignante à l’université Paris XII, spécialiste de théologie politique et de philosophie politique, elle a également fait carrière dans la recherche. Ils divorcent en 1955.

40 Entretien avec Annie Goldmann. Mené par Quentin Fondu et moi-même, le 2 nov. 2017 à Paris.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Voir Lahire (Bernard), Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles. Paris, Nathan, 2002.

44 Voir Bourdieu (Pierre), La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris, Minuit, 1979, p. 66, 298 ; Bourdieu (Pierre), Homo academicus, Paris, Minuit, 1984, p. 81. Voir aussi Bourdieu (Pierre), L’Ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Minuit, 1988.

45 Kristeva (Julia), Je me voyage. Entretiens avec Samuel Dock. Paris, Fayard, 2016, p. 64. Elle revient également sur l’épisode de sa soutenance de thèse en 1968 : « Lucien, qui tutoyait et demandait que les étudiants le tutoient, a cassé le rituel conventionnel de la soutenance et déclaré tout de go qu’avant toute discussion le jury devait me décerner le titre de « docteur ès lettres », le texte déposé faisant foi. Pour sa part, il se contenterait d’une seule question : « Que pensez-vous de Gaudí ? » et préférerait ouvrir un débat de fond : « Pourquoi accorder tant d’importance à la psychanalyse au détriment du marxisme ? Le sexe serait-il plus important, selon vous, que l’estomac ? » Je cite de mémoire. » Ibid, p. 65

46 Kristeva (Julia), Les Samouraïs, Paris, Fayard, p. 

47 Ibid, p. 10-11.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Cohen (Mitchell), « Le pari de L. Goldmann », Anamnèse, « Lucien Goldmann », n°6, 2010, p. 160.

51 Voir notamment Boschetti (Anna), Sartre et Les Temps Modernes : une entreprise intellectuelle, Paris, Éditions de Minuit, 1985. La question de la représentation des intellectuels à partir de la figure de Sartre est aussi centrale dans le pamphlet de Julien Gracq, contemporain de Goldmann, qui publie « La littérature à l’estomac » pour la première fois en 1949 dans Empédocle, revue dans laquelle publie également Goldmann. Voir Gracq (Julien), La littérature à l’estomac, Paris, José Corti, 1950.

52 Viala (Alain), « Eléments de sociopoétique », dans Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, sous la dir. de Molinié (Georges) et Viala (Alain), Paris, Presses Universitaires de France, 1993, p. 13.

53 Löwy (Michael) et Naïr (Sami), op. cit., p. 8.

54 Voir Heilbron (Johan), French Sociology, Ithaca and London, Cornell University Press; Mazon (Brigitte), Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales: le rôle du mécénat américain 1920-1960, Paris, Cerf, 1988 ; Popa (Iona), « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires: La 6e section de l’EPHE et les études sur l’espace russe, soviétique et est-européen », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 5, n°210, p. 60-81.

55 Bourdieu (Pierre), Homo academicus, Paris, Minuit, 1984, p. 87.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 Ibid. Je souligne.

59 Ibid.

60 Ibid, p. 146. Je souligne.

61 Ibid, p. 109. Quoique récurrente, la désignation des disciplines « marginales » est instable : on trouve également dans l’ouvrage des « disciplines « inférieures » (comme les langues vivantes) » (p. 166) ou des « disciplines mineures ou marginales » (p. 141).

62 Ibid, p. 109.

63 Ibid, p. 143

64 Ibid, p. 140 et suivantes.

65 Ibid, p. 142

66 Voir Loyer (Emmanuelle), Lévi-Strauss, Paris, Flammarion, 2015.

67 Ibid, p. 152.

68 Voir Fabiani (Jean-Louis), Les Philosophes de la République, Paris, Minuit, 1988.

69 Il précise par exemple que Barthes « n’ [est] pas au nombre des élus de l'institution (il n’est ni normalien, ni agrégé, ni « philosophe ») » p. 302.

70 Pour le détail de ces évolutions, on se permet de renvoyer à Dumont (Lucile), « De la sociologie aux théories littéraires. Ancrages disciplinaires de la littérature à la VIe section de l’EPHE (1956-1975) », dans Biens Symboliques/ Symbolic Goods, n°3, Octobre 2018.

71 Heilbron (Johan), op. cit, p. 152 et suivantes.

72 Bruno Péquignot ajoute à cette division du travail intellectuel à l’intérieur de l’institution la concurrence entre Goldmann et Bourdieu sur l’appropriation et la reformulation des modèles marxistes : « Du côté de Lucien Goldmann, son œuvre, marquée par sa référence constante à Karl Marx, a souffert bien évidemment de cette « mort » de Karl Marx, mais surtout sa disparition prématurée l’a exclu de fait des débats qui sont apparus dans cette période, autour de l’émergence de la théorie bourdieusienne, comme théorie générale en sociologie, si ce n’est comme théorie dominante. Or, cette conjoncture était doublement défavorable à la prise en compte des recherches de Lucien Goldmann. Tout d’abord parce que Pierre Bourdieu se situait sur le terrain même de Lucien Goldmann, mais à partir d’une position apparemment plus globale d’une part et d’autre part parce qu’il réinterprétait ou utilisait Karl Marx, en le citant peu, et donc qu’il facilitait une opération subtile de substitution de ses propres catégories théoriques à celles de Karl Marx. Or, ces catégories, Lucien Goldmann ne les discute pas, et du coup le changement de vocabulaire rend son discours inaudible pour une génération de sociologues nourris aux textes de Pierre Bourdieu. Rendre inaudible l’autre est sans doute la tactique la plus efficace pour paraître comme la seule théorie valable, et surtout pour éviter toute comparaison. » Voir Péquignot (Bruno), « Lucien Goldmann et Karl Marx : la question des arts en sociologie », Anamnèse « Lucien Goldmann » n°6, 2010, p. 15-27.

73 Goldmann (Lucien), « Préface à la deuxième édition (1966) », Sciences humaines et philosophie, Paris, Delga, 2014, p. 5-14.

74 Voir Cardon-Quint (Clémence), Des lettres au français. Une discipline à l’heure de la démocratisation (1945-1981), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

75 Voir Gobille (Boris), op. cit.

76 Cohen (Mitchell), « Le pari de L. Goldmann », op. cit. p. 157-158.

77 Ibid.

78 Bourdieu (Pierre), Homo academicus, op. cit. p. 302.

79 Convert (Bernard) et Heilbron (Johan), « La réinvention américaine de la sociologie économique », L’année sociologique, Vol. 55, n°2, 2005 p. 329-364.

80 Voir Hauchecorne (Mathieu), « Le polycentrisme des marges. Les “filières” belge et québécoise d'importation de la philosophie politique étasunienne contemporaine en France », op.cit.

81 Goldmann (Lucien), « Marxisme et psychologie. La psychologie de Jean Piaget. » Critique, vol. 3, n° 13-14, p. 115-124.

82 Goldmann (Lucien), « Matérialisme dialectique et histoire de la philosophie », Revue philosophique de la France et de l’étranger, n°4-6, p. 160-179.

83 Goldmann (Lucien), « Goethe et la révolution française », Études germaniques, n°2-3.

84 Goldmann (Lucien), « Matérialisme dialectique et histoire de la littérature », Revue de métaphysique et de morale, n°55, p. 283-301.

85 Goldmann (Lucien), « Marilyn, ce négatif de notre temps », France-Observateur, n°644, 6 septembre 1962, p. 21-22 ; « A propos de Le Mariage de Gombrowicz », France-Observateur, n°718, 6 février 1964, n°1.

86 Goldmann (Lucien), « La croyance en Dieu. Conversation avec Michèle Georges », L’Express, n°892, 12 août 1968.

87 Voir par exemple Goldmann (Lucien), « Port Royal, d’Henri de Montherlant, mise en scène de Jean Meyer, à la Comédie Française », Théâtre populaire, n°11, janvier-février 1955, p. 86-88 ; « Bérénice ou le tragique racinien », Théâtre populaire, n°20, septembre 1956 ; Goldmann (Lucien), « L’Hôtel du libre-échange, de G. Feydeau et Marie Desvallières au Théâtre Marigny », Théâtre populaire, n°2, janvier 1957.

88 Goldmann (Lucien), « Phèdre. Remarques sur la mise en scène », Bref, n°11, décembre 1957.

89 Goldmann (Lucien), « La philosophie classique et la bourgeoisie occidentale », La revue socialiste : Culture, doctrine, action, n°12, juin 1947, p. 49-64.

90 Goldmann (Lucien), « Un bilan désabusé. À propos de Fritz Sternberg : Kapitalismus und Sozialismus vor dem Weltgericht ; Marx und die Gegenwart » Arguments, n°1-2, février-mars 1957 ; « L’apport de la pensée marxiste à la critique littéraire », Arguments, vol. 3, n°12-13, janvier-mars 1959.

91 Goldmann (Lucien), « Pouvoir et humanisme » Praxis, p. 24-44. Voir aussi Lucien Goldmann, « Débat sur l'autogestion. [Avec Serge Mallet] », Autogestion, études, débats, documents, cahier n°7, décembre 1968, p. 57-61.

92 Voir par exemple Goldmann (Lucien), « Le Dieu caché, La Nouvelle Critique et le marxisme », Les Temps modernes, vol. 12 n°134, p. 1617-1627 ; « Propos dialectiques. Y a-t-il une sociologie marxiste ? », Les Temps modernes, vol. 13, n°140, octobre 1957, p. 729-751 ; « Problèmes de théorie critique de l’économie », Les Temps modernes, vol. 13, n°147-148, 1958, p. 2210-2231. Voir aussi Boschetti (Anna), Sartre et Les Temps Modernes : une entreprise intellectuelle, op. cit.

93 Goldmann (Lucien),, « L’esthétique du jeune Lukacs », Médiations, n°1, p. 9-21 ; « Marx, Girard et la sociologie du roman », Médiations, n°2, p. 143-153 ; « Les deux avant-gardes », Médiations, n°4, hiver 1961-1962, p. 63-83.

94 Goldmann (Lucien), « Socialisme et humanisme », Diogène, n°46, 1964, p. 88-107.

95 Goldmann (Lucien), « Sur la peinture de Chagall. Réflexions d'un sociologue », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 15, n°4, juillet-août 1960, p. 667-683 ; « La Pensée des « Lumières » », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n°22, 1967, p. 752-779.

96 Goldmann (Lucien), « La sociologie de la littérature. Situation actuelle et problèmes de méthode », Revue internationale des sciences sociales, vol. 19, n°4, p. 531-534.

97 Voir par exemple Goldmann (Lucien), « Introduction aux problèmes d’une sociologie du roman », Revue de l'Institut de sociologie, vol. 36, n°2, 1963, p. 225-467, et le numéro 3 de 1969.

98 Voir le numéro 3, 1969.

99 Ibid.

100 Goldmann (Lucien), « Structuralisme, marxisme, existentialisme », L’Homme et la société, n°2, octobre-décembre 1966, p. 105-124 ; « Actualité de la pensée de Karl Marx », L’Homme et la société, n°4, avril-juin 1967, p. 37-48.

101 Goldmann (Lucien), « La mort d’Adorno », La Quinzaine littéraire, n°78, 1-15 septembre 1969, p. 25-26.

102 Voir Jey (Martine), La Littérature au lycée : invention d’une discipline (1880-1925), Metz, Université de Metz, 1998.

103 Voir par exemple Goldmann (Lucien), Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964, p. 84.

104 Ibid, p. 384 : « La nature même des grandes œuvres culturelles indique qu’elles doivent être leurs caractéristiques. Ces œuvres représentent en effet, nous l’avons déjà dit, l’expression de visions du monde, c’est-à-dire des tranches de réalité imaginaire ou conceptuelle, structurées de telle manière que, sans qu’il soit besoin de compléter essentiellement leur structure, on puisse les développer en univers globaux. »

105 Voir Matonti (Frédérique), « L'anneau de Moebius. La réception en France des formalistes russes », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n°176-177, p. 52-57.

106 Voir notamment Goldmann (Lucien), « Le Dieu caché, La Nouvelle Critique et le marxisme », op. cit.

107 Voir Sapiro (Gisèle) et Dumont (Lucile), « La diffusion internationale du structuralisme : entre appropriation et rejet », dans Bert (Jean-François) et Lamy (Jérôme) (dir.), Résonances des structuralismes, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2016, p.123‑38.

108 Heilbron (Johan), « Échanges culturels transnationaux et mondialisation : Quelques réflexions », Regards sociologiques, n°22, 2011, p. 141-154. Voir aussi Sapiro (Gisèle), « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l’histoire globale », Actes de la recherche en sciences sociales, n°200, 2013, p. 70-85.

109 Febvre (Lucien), « De la théorie à la pratique de l'histoire », Annales, vol. 8, n°3, 1953, p. 362-369.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Dumont, « Marges de la sociologie ? », COnTEXTES [En ligne], 25 | 2019, mis en ligne le 03 octobre 2019, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8458 ; DOI : 10.4000/contextes.8458

Haut de page

Auteur

Lucile Dumont

EHESS – CESSP

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Actualité d’un projet intellectuel
    Paru dans COnTEXTES, 25 | 2019
Haut de page