Navigation – Plan du site

Lucien Goldmann au Québec 

Étude de la réception et de la circulation de ses idées (1960-1970)
Rachel Nadon

Texte intégral

  • 1 Belleau (André), « La démarche sociocritique au Québec », Voix et images, vol. 8, no 2, 1983, p. 30 (...)
  • 2 Ibid., p. 301.

1Dans un article de 1983 intitulé « La démarche sociocritique au Québec », André Belleau, influent intellectuel québécois et grand lecteur de Bakhtine et de Lukács, fait retour sur les débuts de la sociocritique : « Si l’on excepte le rayonnement toujours important (et diffus) du Sartre de Qu’est-ce que la littérature? et de Questions de méthode, la grande influence pendant les années soixante fut celle de Lucien Goldmann1. » Si Belleau ajoute qu’il y a « peu de traces » concrètes de l’utilisation de la méthode goldmannienne dans la critique québécoise, il nuance en avançant que « le rôle de Goldmann [a] été surtout celui d’un instigateur, d’un éveilleur, du fait notamment de Pour une sociologie du roman, ouvrage pourtant très inférieur au Dieu caché : la sociocritique, renonçant à toute médiation, s’y dégrade en sociologisme vulgaire. Mais Goldmann nous a montré qu’une étude sociale du texte pouvait et devait être tentée2. »

  • 3 Bourdieu (Pierre), « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de (...)
  • 4 Ibid., p. 5.
  • 5 Des entrevues ont servi à étoffer cet article. Je tiens en ce sens à remercier Michel Brûlé, Paul C (...)
  • 6 Fournier (Marcel) et Maheu (Louis), « Nationalismes et nationalisation du champ scientifique québéc (...)

2Goldmann apparaît ici comme le précurseur de la sociocritique (et non de la sociologie de la littérature) au Québec, celui qui a modifié la manière dont on concevait le texte littéraire et le rôle du critique. La figure d’« éveilleur » que prend Goldmann sous la plume de Belleau doit être interrogée, tout comme ses « conditions de possibilités ». Comment les lecteurs québécois de Goldmann ont-ils « appliqu[é] à l’œuvre des catégories de perception et des problématiques qui sont le produit d’un champ de production différent », pour reprendre les mots de Bourdieu3 ? À quel point la position du sociologue dans le champ intellectuel français de l’après-guerre a-t-elle jouée dans la réception de ses idées dans le champ intellectuel québécois et quelles « homologies d’intérêt4 » peut-on retracer entre les deux? Il s’agira ainsi pour moi, d’une part, de comprendre les rapports5 entretenus entre Lucien Goldmann et le champ intellectuel québécois, au sein duquel l’enseignement est central, à un moment où le champ lui-même se « nationalise6 ». D’autre part, j’examinerai les modalités de réception des travaux de Goldmann dans les revues, tant savantes que culturelles, de l’époque. On verra que le référent marxiste joue un rôle central dans la manière dont sont reçus ou non les travaux de l’auteur du Dieu caché.

Lucien Goldmann, la France, les États-Unis, le Québec

  • 7 Rochlitz (Rainer) et Ivernel (Philippe), « Lucien Goldmann », Raison présente, no 68, 1983, p. 102. (...)
  • 8 Ibid., p. 104.
  • 9 Franck (Thomas), « L’adornisme français des années 50 », Cahiers du GRM, no 12, 2017, en ligne, URL (...)
  • 10 Fournier (Marcel), « De l’influence de la sociologie française au Québec », Revue française de soci (...)

3Il existe peu d’articles sur les différentes modalités de réception des travaux de Goldmann en France. Traducteur de Jean Piaget en allemand et de Lukács en français, Goldmann publie ses premiers travaux sur Kant dans une « époque de fort intérêt pour la pensée allemande en France7 ». Dans un article sur la « figure de médiateur » qu’est Goldmann, Rainer Rochlitz et Philippe Ivernel remarquent que, dans ses ouvrages parus dans les années 1950, « la littérature joue généralement alors un rôle subalterne par rapport à la philosophie systématique8 », ce qui se modifiera progressivement avec la constitution d’une sociologie du roman, Goldmann travaillant pour ainsi dire davantage à partir de la Théorie du roman de Lukács que de son Histoire et conscience de classe. Pour sa part, Thomas Franck inscrit Goldmann dans une « sociabilité marxiste hétérodoxe » qui regroupe, dans les années 1950, Theodor Adorno, Georges Friedmann, Henri Lefebvre, Edgar Morin et Kostas Axelos et au sein de laquelle la revue Arguments est centrale9. En 1959, Goldmann devient professeur et directeur d’études de la section « Sociologie de la littérature » à l’École pratique des hautes études (ÉPHE). Grâce à ses professeurs notamment, l’ÉPHE « s’est acquis depuis sa fondation un certain monopole de l’enseignement des sciences sociales, et en particulier la sociologie » dans l’espace francophone, de même qu’une visibilité « certes locale, mais aussi internationale10 ». Goldmann fonde en 1960 le Centre de sociologie de la littérature à l’Université libre de Bruxelles, qu’il dirige à partir de 1964.

  • 11 Rochlitz (Rainer) et Ivernel (Philippe), op. cit., p. 105.
  • 12 Cohen (Mitchell), The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a Hidden God, Princeton, Pr (...)
  • 13 Rochlitz (Rainer), op. cit. p. 111-112.
  • 14 Gossman (Lionel), « Obituary : Lucien Goldmann – 1913-1970 », MLN, vol. 86, no 4, 1971, p. 455.
  • 15 Cusset (François), French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie inte (...)
  • 16 Ibid. Voir notamment le chapitre 4, « Littérature et théorie » (p.  86-117.) Dans sa biographie int (...)
  • 17 Macksey (Richard A.) et Donato (Eugene) (dir.), The Structuralist Controversy : The Languages of Cr (...)

4Tant Rochlitz et Ivernel que Mitchell Cohen pointent cependant la position « relativement isolée11 » de Goldmann dans le champ intellectuel français dès la parution du Dieu caché : « Despite—or perhaps because of—these accusations of heresy [de la part des marxistes comme de la critique française], The Hidden God placed Goldmann on the French intellectual map. Yet while he eventually attained secure academic status, he always remained something of an outsider and few of his leading students were French12. » Goldmann participe cela dit aux débats de son temps, critiquant Heideigger, discutant Hegel, s’opposant nettement à Althusser et à un structuralisme trop prompt à évacuer le sujet et l’histoire13. Professeur invité en 1966-196714 à l’Université John Hopkins, Goldmann participe au même colloque que Tzvetan Todorov, Roland Barthes, Jacques Lacan et Jacques Derrida en octobre 1966. Moment charnière de l’introduction de la « French Theory15 » aux États-Unis, « The Languages of Criticism and the Sciences of Man » éclaire, comme l’a montré François Cusset, le rôle central des départements de littérature dans la traduction et la circulation de ces théories aux États-Unis16. Les comptes rendus de discussions, publiées par Johns Hopkins University Press en 1970, montrent une dissension entre Goldmann et Barthes, le premier évoquant aussi ses profondes réticences aux propositions d’Althusser 17.

  • 18 Gossman (Lionel), op. cit., p. 454.
  • 19 Ibid.

5L’isolement de Goldmann semble augmenter dans la décennie 1960 avec la popularité grandissante du structuralisme et la publication de critiques plus sévères de son travail. Dans un hommage publié à sa mort dans la revue MLN, également publiée par Johns Hopkins University Press, Lionel Gossman écrit : « Even within the Marxist camp itself, renewed theorical activity led to particularly severe criticism of Goldmann, his mentor Lukács and the Marxist «humanism» with wich they were both identified. As the 60s drew to a close, Goldmann felt rather isolated, though he tried to keep up a brave front18. » L’« isolement » tant intellectuel (contre Althusser et les structuralistes) que physique (Bruxelles) joue sans aucun doute un rôle tant dans l’intérêt de Goldmann pour les États-Unis et pour le Québec dès 1964, et dans l’intérêt des sociologues et des littéraires américains et québécois pour son travail. Dans le cas du Québec, Goldmann multiplie en effet les conférences et les venues au Québec à partir de 1964, à un moment où il occupe cette position peu avantageuse dans le champ français. Gossman souligne d’ailleurs qu’à sa mort en 1970, « [tough] he was no longer the intellectual guru he had been and wanted to be, Goldmann was an enormously cultured man and an outstanding teacher19 ». C’est d’ailleurs davantage comme professeur, comme « éveilleur » pour reprendre les termes de Belleau, que Goldmann semble avoir « marqué » les intellectuels québécois qu’il a côtoyé que comme « maître à penser ».

6Il est assez révélateur que la seule biographie intellectuelle du sociologue parue à ce jour soit celle de Mitchell Cohen, The Wager of Lucien Goldmann, publiée aux Presses de l’Université Princeton en 1994 (non traduite). À ce titre, Marc Zimmerman notait en 1978 que

  • 20 Si Raymond Wiliams est critique mais réceptif vis-à-vis des idées de Goldmann, Frederic Jameson et (...)
  • 21 Zimmerman (Marc), « Lucien Goldmann : From Dialectical Theory to Genetic Structuralim », Berkeley J (...)

Goldmann’s contribution to social theory emerged first in Continental Europe. […] Such recogniton came slower in England and in the U.S. Almost all of the early commentaries on Goldmann deal with the more literay and cultural aspects of his opus. And, after a brief period of tempered praise, a more negative critique emerged [in the mid-1970s], even among the non-Communist or New Left literay critics20, who reduced his total theorical enterprise to a narrow concern with establishing gross and unmediated homologies, or parallels, among literay, mental and socio-economic structures21.

7La voie d’entrée qu’indique Zimmerman, cette réception d’abord culturelle et littéraire de l’œuvre de Goldmann, d’abord modérément enthousiaste puis très critique, est intéressante en ce qu’elle semble similaire, à plusieurs égards, mais pas totalement, à celle qu’on retrace, plus tôt qu’aux États-Unis, dans les publications québécoises des années 1960 et 1970. En effet, on peut faire l’hypothèse que la réception de Goldmann, effectuée par des sociologues marxistes ou non, puis par des littéraires marxistes ou non, se traduit essentiellement par une attention à son travail de sociologue de la culture. Les textes montrent une faible ou une absence de préoccupation, dans ces années, pour son apport à la pensée et à la théorie marxistes ou à son rapport à la philosophie allemande, qui apparaissent sous toutes réserves nettement plus importants dans la réception des travaux de Goldmann en France.

8Plus largement, il semble y avoir au Québec une réception en trois temps des travaux de Goldmann, d’abord contemporaine de leur parution et de ses visites au Québec; ensuite, posthume, très critique, mais peu nombreuse envers ses travaux littéraires (Gilles Marcotte, Jean-Charles Falardeau, André Belleau notamment); puis, en 1980-2000, une sorte de relecture de Goldmann comme « précurseur » d’une analyse sociale du littéraire, au moment de la création du Centre interuniversitaire en analyse du discours et de sociocritique des textes en 1991 (Marc Angenot, Antonio Gomez-Mariana, Régine Robin) puis de l’École de sociocritique de Montréal. Dans le cadre de cet article, je m’intéresserai uniquement à ce que je nommerai pour l’instant le « premier temps » de sa réception, soit aux rapports entre Goldmann et les intellectuels québécois de l’époque et à la circulation de ses travaux dans trois revues (Recherches sociographiques, Liberté, Parti pris).

Les rapports entre sociologie et littérature au Québec, circa 1960

  • 22 Fournier et Maheu notent que la « nationalisation du système universitaire québécois et les conditi (...)
  • 23 Ibid., p. 111.

9Les années 1960 marquent à plusieurs égards le développement et l’institutionnalisation des sciences sociales au Québec, et particulièrement d’un champ scientifique « national22 » (financé par la province, axée sur des problématiques spécifiques, avec ses associations professionnelles « locales », etc.). « Loin d’être incompatible avec la poursuite d’activités scientifiques, la politisation des scientifiques apparaît, à la fin des années 1950 et le début des années 1960, comme une condition de la différenciation entre le champ scientifique québécois et les champs intellectuels, religieux et politique23». Pour Fournier par exemple, les sociologues des années 1950, réfractaires aux politiques conservatrices du gouvernement de Maurice Duplessis, auraient cherché une reconnaissance sociale dans une alliance avec les classes dominées, qui sont alors les objets privilégiés de la recherche sociologique.

  • 24 C’est ce que Michel Lacroix et moi-même avancions dans une communication présentée à l’Université d (...)
  • 25 Laurin (Nicole), « Genèse de la sociologie marxiste », Sociologie et sociétés, vol. 37, n° 2, 2005, (...)
  • 26 Il en est considéré comme le fondateur. Voir Legendre (Camille), « Institutionnalisation et profess (...)
  • 27 Dofny collabore notamment à l’Histoire générale du travail dirigé par Alain Touraine (1961) ainsi q (...)

10La décennie 1960 est également marquée, au Québec par domination des sociologues et du « paradigme social » dans le discours social24. Celle-ci s’ouvre avec la publication de la revue savante de sociologie de l’Université Laval, Recherches sociographiques, lancée en 1960 par Fernand Dumont, Jean-Charles Falardeau et Yves Martin. Outre des comptes rendus sur des ouvrages qui optent pour une perspective marxiste, on n’y retrouve pas d’analyse marxiste à proprement parler et les problématiques sociologiques ne sont pas formulées en ces termes. À l’image du Département de laquelle elle est issue, Recherches sociographiques répond à l’urgence de fonder une sociologie et un savoir sociologique « locaux », avec une méthodologie inspirée de l’École de Chicago. Au département de sociologie de l’Université de Montréal, plus « jeune » et plus « européen » à première vue que celui de Laval, le professeur Marcel Rioux enseigne dès 1961 Marx et la philosophie marxiste, et invite dans son cours Lucien Goldmann et Henri Lefebvre25. Le sociologue du travail26 Jacques Dofny, Belge engagé en 1962, publie de nombreux travaux dans la filiation d’Alain Touraine27. La revue savante départementale, Sociologie et sociétés, fondée par Dofny, voit le jour en 1969, et on y retrace assez rapidement un usage du vocabulaire et des outils marxistes bien qu’ils ne soient pas dominants. Ajoutons que la revue publie en 1970 des textes hommage à Goldmann et en 1976 un numéro d’analyse goldmannienne du cinéma (auquel Annie Goldmann participe par ailleurs). C’est une revue non savante, la revue Parti pris (1963-1968), fondée par des étudiants de littérature et de philosophie, qui revendique le plus fortement, dans cette décennie, une identification au marxisme.

  • 28 Avant de trouver son nom et sa forme, Voix et images a connu plusieurs vies. Voir : Lacroix (Michel (...)
  • 29 Dion (Robert) et Fortin (Nicole), « La critique (1968-1996) », dans Hamel (Réginald), Panorama de l (...)

11Alors que les revues savantes de sciences humaines — qui consacrent et consolident la constitution d’une communauté et d’une discipline scientifiques — sont pour l’essentiel fondées dans la période de l’après-guerre, il faut attendre 1965 pour qu’émergent les revues savantes de littérature. Liée au département d’études françaises de l’Université de Montréal, Études françaises est lancée en 1965; Études littéraires (Université Laval) en 1967 et Voix et images, chapeautée par la toute jeune l’Université du Québec à Montréal, dans ces mêmes années28. Avant 1965, « des lieux d’éditions d’articles critiques existent29 », mais ce sont des revues universitaires de sciences sociales (comme Revue de l’Université Laval, 1946-1966).

  • 30 Ibid. « Le décalage chronologique entre un premier mouvement, caractérisant les sciences humaines (...)

12On peut penser que ce « décalage30 » tant dans la « disciplinarisation » des études littéraires que dans leur consolidation laisse, au début de la décennie 1960, à Recherches sociographiques et aux revues littéraires comme Liberté et Parti pris la publication d’articles plus ou moins savants sur la littérature. L’étude des liens respectifs entre ces trois revues m’amènerait à produire une analyse quantitative et qualitative des contributions et des contributeurs, ce que ne me permet pas le cadre de cet article. Je me contenterai de noter au passage qu’on retrouve, de Recherches sociographiques à Liberté, qui occupe une position dominante dans le champ littéraire, une circulation rare et non réciproque d’auteurs. Jean-Charles Falardeau, Marcel Rioux et Fernand Dumont discutent à Liberté de littérature ou de sociologie entre 1959 et 1965 essentiellement, mais les collaborateurs réguliers de Liberté ne publient pas dans Recherches sociographiques. À première vue, seul le critique littéraire Gilles Marcotte semble avoir écrit dans les deux publications, encore que sa contribution à Recherches sociographiques soit mince (un compte-rendu, un article).

13La première mention de Lucien Goldmann et de ses notions se trouve dans Recherches sociographiques en 1960, dans un compte rendu d’un livre du critique littéraire Gérard Bessette par le professeur Marcel Rioux. Celui-ci commence son texte par une série de constats sur les rapports entre littérature et société.

  • 31 Rioux (Marcel), « Gérard Bessette, Les images en poésie canadienne-française », Recherches sociogra (...)

Dans la mesure, par exemple, où l’œuvre littéraire est une réflexion sur la société, sur la situation faite à l’homme dans la société, dans la mesure où l’artiste projette dans son œuvre son « projet d’exister », son œuvre intéresse hautement le sociologue qui veut connaître la vision du monde des individus et des sociétés. C’est ainsi que Lukács, par exemple, étudie l’œuvre de Thomas Mann et de Goethe et que Goldmann analyse celles de Pascal et de Racine. Au Canada français, certains travaux d’Auguste Viatte, de Jeanne Lapointe et de Henri Tuchmaier s’inscrivent partiellement dans cette perspective31.

  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid., p. 374.

14Les ouvrages de Lukács et de Goldmann apparaissent suppléer à l’absence d’un travail critique pleinement sociologique sur la littérature au Québec. Même si le travail de Bessette « se rapproche de la critique littéraire proprement dite que de la sociologie de l’art32», Rioux estime qu’il « contient un certain nombre d’observations qui confirment certaines analyses sociologiques du milieu canadien ». C’est un livre « qui devrait intéresser tant les sociologues que les littérateurs33 ».

  • 34 Dumont (Fernand) et Falardeau (Jean-Charles), « Avant-propos », Recherches sociographiques, vol. 5, (...)

15L’organisation d’un colloque « Littérature et société canadiennes-françaises » en février 1964, conjointement par le Département de sociologie de l’Université Laval et la Faculté de lettres, donne lieu à un numéro de Recherches sociographiques qui éclaire encore plus nettement les rapports entre les deux disciplines à l’époque. Ce colloque interdisciplinaire est le deuxième de quatre événements « bilan » qu’organise Recherches sociographiques dans les années 1960. En avant-propos des actes publiés dans la revue la même année, Dumont et Falardeau justifient leur intérêt pour la littérature : « Notre vaste interrogation sur la société canadienne-française débutait par un examen de notre littérature. […] Nous avons surtout voulu chercher en quoi elle a exprimé notre milieu social et comment elle a agi sur ses transformations34. »

  • 35 Dion (Robert) et Fortin (Nicole), op. cit., p. 8.

16Or, pour les auteurs, il ne fait aucun doute que « parmi les problématiques possibles, la sociologie jouit d’un privilège. Science des ensembles sociaux, elle est en mesure et en demeure, devant toute société, d’identifier les paliers où s’élaborent les créations intellectuelles et esthétiques et de dégager le sens de ces créations ». La littérature permet ainsi au sociologue de « saisir son objet sous sa figure d’ensemble », Dumont et Falardeau ajoutant que « cette saisie d’une totalité sociale par la littérature est particulièrement révélatrice dans le cas de la littérature canadienne-française35». Pour les sociologues, il s’agit donc d’étudier la littérature en tant qu’elle parle et reflète la société, en tant qu’elle permet une meilleure connaissance de la société canadienne-française; c’est sa fonction sociale qu’il faut mettre en lumière. C’est dans ce contexte que circule la pensée de Goldmann, dont on retrouve le nom dans trois des 16 textes du dossier publié par Recherches sociographiques (Dumont, Rioux, Lockquell). J’y reviendrai.

  • 36 Ibid., p. 526.
  • 37 Les auteurs notent que la « scientifisation » de la critique après 1968 « va passer par une adhésio (...)
  • 38 Ibid., p. 529.
  • 39 Ibid., p. 530. Voir aussi Lapointe (Martine-Emmanuelle), Emblèmes d’une littérature, Montréal, Fide (...)
  • 40 Ibid,. p. 552.
  • 41 Hamel (Jean-François), « Hubert Aquin et la perspective des singes », Contre-jour, no 8, 2005, p. 1 (...)

17Ces rapports entre sciences sociales et littérature apparaissent comme la condition de la spécialisation de la critique littéraire québécoise, remarquent Robert Dion et Nicole Fortin dans leur étude : c’est par leur entremise que la critique littéraire « spécifiera de plus en plus sa lecture, s’éloignant du passé et des autres formes de critique que tiennent les médias, les journaux, les écrivains – soit ceux que l’on regroupe sous le nom de critiques impressionnistes36 ». Les premières critiques qui s’éloignent de cet impressionnisme « envisagent les textes comme des objets à significations formelles et sociologues », s’inspirant des sciences sociales (sociologie [Lukács, Goldmann], psychanalyse, anthropologie [Lévi-Strauss37], linguistique). Pour Dion et Fortin, cette « façon dite “scientifique” de faire de la critique, développée en France à la fin des années 1950 et pendant la décennie suivante, s’impose dans l’université québécoise (et à sa périphérie […]) au cours des années 1960 et encore davantage après 1968 ». L’année 1968 marque ainsi la « constitution de la “nouvelle critique” québécoise » (« mélange d’analyse formelle et thématique38 »). Plus largement, dans cette décennie, la critique littéraire « investi[t] rapidement, et avec force, le champ des études sociales de la littérature » : « Dans la foulée des instigateurs européens de la sociocritique (Lukács, Sartre, Goldmann), la littérature sera lue en tant que reflet du social ». La fondation d’une littérature nationale occupe les écrivains de la Révolution tranquille, mais aussi la critique littéraire, qui n’échappe pas à la recherche de la « société dans le texte », à une lecture « engagée » des œuvres 39. En 1970-1980, André Belleau, Gilles Marcotte, Régine Robin et Marc Angenot contribueront notamment à développer cette perspective40. Les travaux de Goldmann arrivent donc, comme ceux d’autres intellectuels, à un moment où existe une sensibilité aux lectures sociales de la littérature, d’abord puisqu’elles semblent en phase avec une certaine critique « scientifique » française; ensuite puisqu’elles « effectue[nt] la suture entre les êtres de papier de la littérature et l’espace politique de la communauté41 », joignant les deux au sein du projet de « nation » québécoise.

Les visites de Goldmann au Québec : 1964-1969

  • 42 L’Institut scientifique franco-canadien (1920-1967), qui a invité Goldmann pour sa première confére (...)
  • 43 Fournier (Marcel), op. cit., p. 643.
  • 44 Dans une lettre à Fernand Dumont, Fernand Braudel semble irrité que Laval et Montréal aient des dem (...)

18Les rapports qu’entretiennent certains sociologues québécois et Goldmann précèdent ses visites et ses séjours au Québec42, et se concentrent autour de l’EPHE. En effet, le « travail pédagogique » effectué par les sociologues français dans les années 1960 au Québec est central, pour Marcel Fournier, dans la circulation de leurs idées, mais aussi dans l’« imposition » d’une « définition d’une compétence sociologique (et une théorie de la connaissance sociologique)43 ». L’enseignement apparaît ainsi à la fois la condition et le produit de ces rapports. Ajoutons que les multiples visites de Goldmann ont lieu à un moment où les départements de sociologie tant de l’Université Laval que sa concurrente l’Université de Montréal cherchent à nouer, au-delà des liens ponctuels, une entente officielle d’échange de professeurs avec l’ÉPHÉ44.

  • 45 Dumont (Fernand), Montminy (Jean-Paul) et Hamelin (Jean) (dir.), Les Idéologies au Canada français, (...)
  • 46 Dumont (Fernand), Le lieu de l’homme : la culture comme distance et mémoire, Montréal, Éditions HMH (...)
  • 47 La correspondance entre Fernand Dumont et Lucien Goldmann que l’on retrouve dans le Fonds Dumont à (...)
  • 48 Dumont y publie un premier texte en 1963, « Idéologie et savoir historique » (vol. 35, 1963, p. 43- (...)
  • 49 Harvey (Fernand), Séguin-Noël (Hugo) et Verreault (Marie-Josée), « Repères biographiques », Bibliog (...)
  • 50 Gagnon (Nicole), « Le Département de sociologie 1943-1970 », Cinquante ans de sciences sociales à l (...)
  • 51 Celui-ci est financé par les instances québécoises, françaises, belges ainsi que par l’UNESCO. Voir (...)
  • 52 Les actes sont publiés dans les numéros 38 et 39 des Cahiers internationaux de sociologie. La confé (...)

19Fernand Dumont, qui est considéré comme l’un des sociologues les plus importants du Québec, notamment par ses travaux sur les idéologies45 et sur la culture46, a entretenu des liens professionnels et personnels47 avec Goldmann. Dumont fait ses études doctorales à la Sorbonne et à l’EPHE en 1953-1954, où il sera professeur invité en 196548. Il suit notamment les cours de Georges Gurvitch, de Gaston Bachelard et de Lucien Goldmann, qui dirigera sa thèse49. Soutenue en 1966, celle-ci paraît aux éditions Anthropos (Paris) en 1970 sous le titre La dialectique de l’objet économique, avec une préface de Lucien Goldmann. Les liens de Fernand Dumont, alors président de l’Association canadienne des anthropologues, psychologues sociaux et sociologues de langue française (ACASLF), avec l’EPHE et avec Gurvitch50 favorisent la tenue en 1964 du ve colloque de l’Association internationale des sociologues de langue française51, dont Gurvitch est président, à Lac-Beauport, près de Québec (29 septembre au 4 octobre 1964). À ce colloque, qui porte sur les « Les classes sociales dans le monde aujourd’hui52 », on retrouve par exemple, côté français — en plus de Gurvitch — Georges Balandier, Lucien Goldmann, Jean Duvignaud et Jacques Berque, et du côté des professeurs québécois, tous sociologues : Fernand Dumont, Gérald Fortin et Jean-Charles Falardeau de l’Université Laval ainsi que Marcel Rioux, alors vice-président de l’ACASLF, de l’Université de Montréal (UdeM).

  • 53 Gagnon (Nicole), op. cit., p. 121.
  • 54 Alain Robbe-Grillet lui-même donne une conférence le 6 octobre à l’Université de Montréal.
  • 55 « Actualités », Études françaises, vol. 1, n° 1, 1965, pp. 112-113. Il y rencontre Paul Ricœur, alo (...)
  • 56 Lapointe s’est notamment intéressée à Natalie Sarraute au tournant des années 1970. On peut penser (...)
  • 57 Lettre de Goldmann à Dumont, 13 octobre 1964, Fonds Dumont (P429), P429/A/3 : La correspondance per (...)
  • 58 Falardeau invite Goldmann à Caen « pour une conférence qui a attiré environ 300 étudiants et une bo (...)

20Après le colloque considéré comme le point d’orgue53 de l’ébullition sociologique des années 1960 au Québec, le 15 octobre 1964, Goldmann donne une conférence à l’UdeM intitulée « Le nouveau roman et la société contemporaine : Robbe-Grillet54, Nathalie Sarraute et Claude Ollier55 ». Il fait ensuite un court séjour (23 novembre au 8 décembre 1964) à l’Université Laval, où il est invité conjointement, fait notable, par le département de sociologie et d’anthropologie et par le département de littérature française. Il n’est d’ailleurs pas impossible que la professeure de littérature Jeanne Lapointe ait joué un rôle dans cette invitation56. Goldmann donne vraisemblablement plusieurs cours à l’Université Laval : en littérature « Problèmes d’une sociologie du roman » avec des œuvres de Malraux et de Robbe-Grillet et « Problèmes de méthode en sociologie de la littérature »; en sociologie, sur « le structuralisme génétique, la vérification, le concept de conscience possible57 ». Le sociologue Jean-Charles Falardeau, qui s’intéresse très tôt à la littérature, semble lui aussi entretenir des liens amicaux et professionnels avec Goldmann, qu’il invite par ailleurs pour une conférence remarquée en 1969 lors de son séjour à Caen58.

  • 59 Le Conseil des arts du Canada offrait à l’époque des subventions pour ces professeurs invités, pour (...)
  • 60 Jean-Marc Piotte, un des fondateurs de la revue Parti pris, qui a fait sa thèse avec Lucien Goldman (...)
  • 61 Goldmann, (Lucien), « Le livre et la lecture dans les sociétés industrielles modernes », Le Devoir, (...)
  • 62 Il suit les cours de Goldmann de 1963 à 1966 parallèlement à ses études doctorales à la Sorbonne; i (...)

21À l’Université de Montréal, Jacques Dofny invite, au début des années 1960, de nombreux sociologues de ce qu’il appelle « la nouvelle école française », notamment les sociologues du Centre d’études sociologiques (CES) et de l’EPHE, laboratoires où, ensuite, de nombreux étudiants, plus particulièrement les « jeunes marxistes » vont suivre une formation59. À ce titre, il est fort probable que ce soit Dofny, un « ami proche de Goldmann60 » selon son ancien thésard québécois Jean-Marc Piotte, qui l’a invité à être professeur au Département de sociologie à l’automne 1965. Cette année-là, en plus de signer un texte inédit dans le quotidien Le Devoir61, Goldmann donne une conférence intitulée « Le théâtre de Sartre, des Mouches aux Séquestrés d’Altona : morale et efficacité » à l’Université de Montréal le 7 octobre 1965. Le Département compte alors le goldmannien Michel Brûlé62, qui est sauf erreur le premier à enseigner à l’UdeM la sociologie de la littérature et l’analyse, sous l’angle du structuralisme génétique, du cinéma québécois. Sa carrière universitaire est de courte durée : embauché en 1966, il quitte l’UdeM en 1977, peu de temps après avoir fait paraître un ouvrage d’analyse goldmanienne du cinéma de Pierre Perrault.

  • 63 Pontaut (Alain), « La littérature n’est-elle qu’un fait social ? », La Presse, samedi 11 février 19 (...)
  • 64 Dans l’hommage au sociologue Luc Racine, l’auteur affirme que cette conférence était le résultat du (...)
  • 65 « Ainsi en 1969, un an avant sa mort inopinée, Lucien Goldmann, directeur d’études à l’École pratiq (...)

22Au début de 1967, Lucien Goldmann est non pas au Canada, mais aux États-Unis : il enseigne à l’Université John Hopkins, mais, comme l’écrit un journaliste de La Presse, « il lui arrivera, comme ces jours derniers, de faire assez régulièrement la navette entre Baltimore et l’avenue Maplewood63 ». Le 31 janvier 1967, il est l’invité du Département de sociologie et de la Faculté des sciences sociales, politiques et économiques de l’Université de Montréal; il présente une conférence sur la « Sociologie de la littérature ». C’est au début février 1967 que Goldmann donne une conférence sur le théâtre de Jean Genet et sur deux romans de l’auteure québécoise Marie-Claire Blais, qu’il publie indépendamment sous le titre « Notes sur deux romans de Marie-Claire Blais64 ». Celles-ci sont précédées, dans l’édition publiée de 1969, de deux textes « introductifs », dont celui de Michel Brûlé intitulé « Introduction à l’univers de Marie-Claire Blais ». Le dernier séjour de Goldmann à Montréal a lieu à l’été 1969, au cours duquel il enseigne Lukács et la sociologie de la littérature dans le cadre de l’École d’été de McGill65 (du 20 juillet au 31 juillet 1969).

23Ajoutons que Goldmann semblait chercher à former des « goldmaniens » et à « placer » ses étudiants dans les départements de sociologie québécois. C’est l’avis de l’ancien professeur de sociologie Michel Brûlé, qui affirme en entrevue que Goldmann souhaitait « essaimer » sa méthode dans les universités hors de France. Dans une lettre datée du 20 mai 1969 adressée à Fernand Dumont, Goldmann écrit également

  • 66 Lettre de Lucien Goldmann à Fernand Dumont, 20 mai 1969, Fonds Fernand Dumont (P429), P429/C/6 : La (...)

Ce mot pour te recommander la candidature de Roberto Miguelez [aujourd’hui professeur à l’Université d’Ottawa] qui a été transmise à la Faculté de philosophie par l’intermédiaire de Jean-Charles Falardeau. C’est un garçon très bien, je dirais même remarquable, ami de Emilio de Ipola que Dofny a fait nommer à Montréal. Il a soutenu l’année dernière sa thèse de IIIe cycle (Naturalisme et anti-naturalisme en sciences sociales) qui est une remarquable analyse de la parenté entre les systèmes de Husserl et de Lukács. [Jacques] Dofny ne peut pas prendre un encore un goldmannien à Montréal [où se trouve déjà Michel Brûlé], mais je suis absolument certain que l’Université Laval ne pourrait que se louer si elle pouvait s’adjoindre Miguelez. J’ai d’ailleurs rarement donné de recommandation avec autant de conviction66.

24Si on note le rôle de Jacques Dofny dans la circulation des idées comme des personnes goldmaniennes, on peut aussi relever l’autorité que semble avoir Goldmnann auprès tant de Dofny que de Dumont, Goldmann se permettant de discuter de la vie du département de l’Université Laval.

La réception de Goldmann dans les revues

La revue savante Recherches sociographiques

  • 67 Cambron (Micheline), « Sciences humaines et littérature. Conflits et complémentarité », Recherches (...)

25Entre 1964 et 1969, Lucien Goldmann participe ainsi à un colloque, donne au moins quatre conférences, et est professeur invité pour des séjours de durées variables à l’Université Laval (1964), à l’Université de Montréal (1965) et à l’Université McGill (1969). Invité par des départements de sociologie, il enseigne principalement sa sociologie de la littérature et propose des analyses du Nouveau Roman. Ces invitations coïncident à un moment où la sociologie québécoise savante s’intéresse à la littérature comme source de savoir social et comme lieu de confirmation d’hypothèses sociologiques; et où la littérature emprunte aussi à la sociologie savante ses outils67. D’où l’intérêt des intellectuels québécois pour un Goldmann sociologue de la culture, dont la méthode du structuralisme génétique légitime leurs préoccupations et leur conception des rapports entre la sociologie et la littérature ou entre la société et la littérature. À ce titre, tant dans Recherches sociographiques que dans Liberté et Parti pris, c’est la méthode de Goldmann sa méthode de lecture sociologique des textes littéraires qui est discutée et centrale aux propos, et non sa pensée ou ses concepts en particulier. Cette attention fait échos aux préoccupations des sociologues et des littéraires quant aux rapports entre leurs deux disciplines et à leurs spécificités, mais aussi aux conditions de possibilité d’une lecture universitaire, méthodique, de la littérature. Voyons quelques occurrences significatives de Lucien Goldmann dans la revue savante de sociologie Recherches sociographiques.

  • 68 Dumont (Fernand), « La sociologie comme critique de la littérature », op. cit., p.  229.
  • 69 Ibid., p. 230.
  • 70 Quant à Rioux, il propose une histoire littéraire canadienne, revue à l’aune de la notion d’« alién (...)

26Si Marcel Rioux faisait référence à la méthode de Goldmann dans le Dieu caché dans son compte rendu, Fernand Dumont consacre quelques pages au même livre dans le dossier de 1964 sur « Littérature et société canadiennes-françaises ». Pour Dumont, l’« incontestable mérite » de Goldmann est d’avoir montré que « la biographie de l’auteur n’est pas une unité significative : dissociée du groupe, elle dissout le sens de l’œuvre dans une aveugle psychologie68». « On le voit, en situant d’abord l’œuvre littéraire dans le groupe, nous lui restituions ses racines les plus concrètes. Mais nous ne l’abandonnons pas, pour cela, aux hasards de la conjoncture historique : elle représente alors une réaction structurée à une situation elle-même relativement généralisée. La réponse comme la situation y sont stylisées69. » L’œuvre, l’étude des relations réciproques entre l’œuvre et la société, et le déplacement que cette étude opère dans les méthodes sociologiques, dit Dumont, fait apparaître « des façons [qu’a l’œuvre] d’opter devant le monde ». En rapatriant l’œuvre dans « le groupe » social, en la soustrayant au biographique, la méthode de Goldmann apparaît ainsi comme le point de départ pour penser les « conflits et les complémentarités » de la sociologie et de la littérature70.

  • 71 Lockquell (Clément), « Intuition et critique littéraire », Recherches sociographiques, vol. 5, n° 1 (...)
  • 72 Ibid., p. 212.

27Dans le même dossier, on retrouve chez l’ecclésiaste Clément Lockquell, professeur d’études françaises à l’Université Laval, une tentative pour affirmer au contraire l’autonomie du critique littéraire devant la sociologie. Ce point de vue « autonomiste » s’appuie cependant sur un désaccord profond face à la « professionnalisation » de la lecture littéraire. Contre une critique « déterministe71 », Lockquell valorise et oppose une critique impressionniste, fondée sur l’intuition du critique, qui apparaît dès lors comme un créateur au même titre que le poète. Tout l’article de Lockquell est informé par une critique très forte d’une critique « scientifique »: « Il convient de parler du concept de méthode. Ce terme évoque plus ou moins fatalement une idée de rigueur, de démarches savamment planifiées, de quasi-certitude à l’égard des résultats de recherche » (p. 207). Synonyme de « contrôle », de « mécanique » et de « confort intellectuel », la méthode contrarie l’intuition du lecteur-critique et demeure peu favorable à la production d’une lecture « vraie » des œuvres. Goldmann est mentionné à une seule reprise, comme lecteur « d’obédience marxiste72 » de Racine. Le qualificatif marxiste apparaît dans ce cas-ci, à l’instar de la perspective psychanalytique, comme une disqualification des compétences littéraires du critique. Comme Gaston Picard ou Charles Mauron à qui il est comparé, Goldmann resterait à distance de la vérité de l’oeuvre. « Il me semble, en ce sens, que l’intention de la critique impressionniste soit plus ambitieuse et plus périlleuse que l’entreprise de la critique dite scientifique. À la plus grande liberté, les plus grands dangers. »

  • 73 Dion et Fortin, p. 526

28Trois ans après la parution du dossier, en 1967, deux comptes rendus parus dans Recherches sociographiques donnent lieu à un discours plus précis sur les rapports entretenus entre les deux disciplines, à partir de lieux d’énonciation différents. Le sociologue Falardeau discute de plusieurs ouvrages de critiques récents, dont celui édité par Gilles Marcotte, récemment engagé comme professeur de littérature à l’Université de Montréal (1965). Le professeur Marcotte fait pour sa part le compte rendu d’un livre de Falardeau, Notre société et son roman, « un des textes fondamentaux de l’époque » en matière de critique littéraire73.

  • 74 Falardeau (Jean-Charles), « Gilles Marcotte [éd.], Présence de la critique; Pierre de Grandpré, Dix (...)
  • 75 « À cette condition seulement une interprétation de la littérature pourra-t-elle ambitionner d’être (...)

29D’emblée Falardeau remarque que les différents textes critiques rassemblées par Marcotte « manque[nt] surtout de méthode », « la critique [y] est déférante plutôt que stimulante74 ». Pour Falardeau, il faut plutôt viser une « compréhension des œuvres romanesques » qui puisse être sociologique au sens plein du terme, ce qui signifie aussi « pousser plus avant la recherche non pas d’une seule, mais de toutes les structures significatives des romans ». Tout comme Dumont en 1964, Falardeau se réfère à Goldmann comme à celui qui propose une lecture de ce type. « Il n’est pas nécessaire qu’une telle investigation emprunte tous les postulats ni tous les cheminements de Georges Lukács ou de Lucien Goldmann. Il est cependant nécessaire, pour interpréter en profondeur les œuvres romanesques, de les mettre, selon une méthode ou une autre, en regard de la société d’où elles sont issues75. » Le sociologue considère qu’il s’agit de la seule voie possible pour la critique littéraire, ajoutant que c’est « à cette condition seulement [qu’]une interprétation de la littérature pourra-t-elle ambitionner d’être vraiment éclairante. »

  • 76 Marcotte (Gilles), « Jean-Charles Falardeau, Notre société et son roman », Recherches sociographiqu (...)

30Marcotte ne souscrit pas à une telle nécessité, et s’interroge plutôt sur l’autonomie de la critique littéraire en regard d’autres disciplines : « Le sociologue, le psychanayste, le philosophe, ont-ils droits de regard sur la littérature? et quand ils étudient les œuvres selon leur propre discipline, est-ce bien la littérature qu’ils atteignent ou seulement l’une de ses écorces, le littéraire échappant totalement à leur prise76 ? » Or, le « critique-sociologue » Falardeau est pour Marcotte « le seul à avoir appliqué de façon méthodique des schèmes sociologiques à cette littérature ». « Sans le moindre malaise, il fait coexister en lui-même et dans l’ordre de la connaissance, sociologie et littérature. » Si les « ruses » de Goldmann et de Charles Mauron ne le convainquent pas, Falardeau lui semble éviter au contraire tous les écueils d’une lecture sociologisante simplificatrice. On voit bien, ici, que la référence à Goldmann ne possède pas la même fonction ni les mêmes objectifs : modèle de critique stimulant pour Falardeau, Goldmann est pour Marcotte un repoussoir et il refuse, dans son compte rendu, de comparer les analyses de Falardeau à celles de Pour une sociologie du roman.

Du côté des revues non savantes : Liberté et Parti pris

  • 77 Angers (Stéphanie) et Fabre (Gérard), Les échanges intellectuels entre la France et le Québec. Les (...)

31Si les premières mentions de Goldmann se trouvent dans Recherches sociographiques, il est intéressant de noter que les occurrences de Lucien Goldmann dans des articles de revues savantes de littérature, à partir de 1965, sont le fait de critiques français : Robert Escarpit et Jean-Paul Weber en 1966 dans Études françaises, Jacques Leenhardt en 1967, Jean Starobinski en 1970 dans Études littéraires; sans compter Serge Doubrovsky, dans un long article sur « La crise de la critique française » dans Liberté (non savant) en 1968. Sur les 10 articles de revue savante de littérature (sur 38 au total, toutes revues confondues) citant Goldmann entre 1960 et 1970, outre les 4 articles tout juste mentionnés, 5 sont des comptes rendus d’ouvrages de critique, le seul restant ne mobilise pas des outils goldmannien d’analyse. La référence à Goldmann – il n’y a jamais de citation excepté dans l’article de Dumont en 1964 et dans celui de Leenhardt en 1967 — agit comme un marqueur de connaissance de la critique actuelle et non comme un enjeu de discussion. Les « littéraires locaux » ne discutent pour ainsi dire pas les travaux de Goldmann dans leurs revues savantes, mais signalent par des comparaisons qu’ils ont connaissance de ses ouvrages. On retrouve au contraire quelques analyses goldmaniennes de la littérature dans Parti pris entre 1965 et 1967, au sein de laquelle le marxisme est un important facteur de distinction, c’est là « la seule référence “avouée” de la revue77 ».

  • 78 Kattan (Naïm), « La théorie du roman de Georges Lukacs », Liberté, vol. 6, n° 5, 1964, pp. 389-391. (...)
  • 79 Saint-Martin (Fernande), « Lucien Goldmann et le nouveau roman », Liberté, vol. 8, n° 4, 1966, pp.  (...)
  • 80 Clari (Jean-Claude), « Notes sur deux chansons de Claude Léveillée », Liberté, vol. 8, no 4, 1966, (...)

32Du côté des articles parus en revue littéraire non savante, le premier article à faire référence au « philosophe marxiste » Goldmann parait en 1964 dans la revue littéraire Liberté, à l’occasion du 80e anniversaire de Lukács. Après un parcours de la vie et de l’œuvre de Lukács, dont l’œuvre est alors critiquée, l’écrivain Naïm Kattan termine son article sur les « postérités » de Lukács: « En France, à côté du nouveau roman et du silence du héros, certaines recherches sociologiques, menées surtout par Lucien Goldmann, qui semble être le disciple et le continuateur de Lukács, permettent d’entrevoir une nouvelle voie dans laquelle la critique littéraire peut s’engager78. » Chez Kattan, écrivain et collaborateur régulier à Liberté, tout comme chez Jean-Claude Clari (collaborateur unique), c’est Pour une sociologie du roman qui est mentionné et le rôle de la critique qui est interrogé; on retrouve en 1966 également un compte rendu peu favorable de ce livre par Fernande St-Martin79, qui réfute les postulats d’une critique scientifique de la littérature telle que proposée par Goldmann. Si Clari reconnaît à Goldmann que l’auteur d’une « manifestation artistique » est collectif, on lit en note et entre parenthèse une dissidence : « (je tiens à signaler que je n’accepte pas d’emblée les travaux de Lucien Goldmann, mais que jusqu’à un certain point, je sympathise avec sa méthode80.) »

33Au même moment (1965-1967), dans la revue concurrente Parti pris, on retrouve des analyses goldmaniennes de la littérature qui sympathisent sans ambiguïté avec la méthode de Goldmann, tout en demeurant à certains égards hésitantes devant ses réussites méthodologiques.

Parti pris et les analyses goldmaniennes de la littérature québécoises

  • 81 L’éditorial du premier numéro montre que, pour les fondateurs, la revue procède d’une « entreprise (...)

34La revue Parti pris est fondée en 1963 (-1968) par de jeunes écrivains de formation littéraire ou politique, dont Jean-Marc Piotte (qui a fait sa thèse avec Goldmann sur Gramsci) et Paul Chamberland (qui a suivi les séminaires de Goldmann à Paris). Tout en se présentant comme une revue « littéraire », elle propose aussi des articles d’analyses historiques, politiques, économiques substantiels. Laïque, socialiste et indépendantiste (pour la souveraineté du Québec), elle se situe au confluent des courants de pensée de son époque d’où elle tire ses sources idéologiques : marxisme-léninisme, existentialisme sartrien et décolonisation du Tiers-Monde. La revue constitue une sorte d’« avant-garde » dans l’espace des revues de l’époque : elle se positionne contre « les intellectuels de la génération qui [la] précède » (liés à la revue Cité libre et Liberté), contre leur « universalité », leur « objectivité »; à leur désir de discussion répondent son désir d’action et sa colère81.

  • 82 Major (Robert), Parti pris. Idéologies et littérature, Montréal, Nota bene, 2013, p. 299.
  • 83 Ibid.
  • 84 Ibid., p. 285, note 59.
  • 85 Piette (Alain), « Un homme et son péché : l’innocente avarice ou le masque idéologique », Voix et i (...)

35La critique littéraire y occupe une bonne place dans l’économie générale de la revue, mais elle ne constitue pas un « bloc monolithique ». À ce titre, Robert Major souligne qu’« il est d’ailleurs surprenant que la critique marxiste intervienne si peu dans le discours critique des partipristes82». Ceci dit, les critiques engagées les plus réussies, dit-il, « se réclament clairement de Lucien Goldmann83 » et sont, de manière étonnante et « révélatrice84 », le fait de collaborateurs occasionnels. On peut penser que la référence à Goldmann a un certain coût symbolique, qu’elle participe, en tant que référence française marxiste connue, d’une quête de légitimité intellectuelle, d’une stratégie d’« entrant ». Dans leurs lectures, l’emploi d’une terminologie marxiste et goldmannienne ne montre cependant pas une application directe de ces théories, mais plutôt une manière de faire coller un discours critique à la ligne éditoriale de la revue et d’opérer certaines critiques, dont celles de la bourgeoisie canadienne-française à laquelle on s’oppose. Outre la critique de Pierre Desrosiers d’Un homme et son péché qui a été critiquée par Falardeau (1974) et relayée par Alain Piette (1978) dans un article de Voix et images85, on ne peut pas affirmer que ces lectures ont eu un impact important dans les discours critiques subséquents, d’autant plus que ses auteurs n’ont pas poursuivi, sauf erreur, de carrière intellectuelle ou universitaire. A contrario, la lecture que fait Goldmann de deux romans de Marie-Claire Blais orientera certains discours critiques qui seront publiés à sa suite.

  • 86 Dufresne (Luc), « Québec chez Harvey et Lemelin », vol. 2, no 9, mai 1965, pp. 31-36; Euvrard (Mich (...)
  • 87 Racine (Luc), op. cit., p. 8.
  • 88 Racine (Luc), Pichette (Michel), Pizzaro (Narciso) et Bourque (Gilles), « Production culturelle et (...)

36Aucun texte de Parti pris ne mentionne Goldmann entre 1963 et 1965 : son introduction dans la bibliothèque de la revue coïncide avec l’arrivée au comité de rédaction de plusieurs jeunes sociologues formés à l’Université de Montréal (Gabriel Gagnon et Luc Racine en 1966, Gilles Bourque en 1967). À ce titre, le numéro quadruple « Dépossession et domination », dans lequel on retrouve 5 des 1286 occurrences de Goldmann, signale le tournant sociologique que prend Parti pris, dont les discours s’apparentent alors davantage à une pratique savante de la sociologie. Paru en 1967, l’objectif du numéro est d’« élaborer, en tirant parti le plus pleinement possible des travaux d’hommes comme Mehring, Goldmann, Lukács, Marcuse, Althusser et Macherey, une application vraiment rigoureuse des diverses manifestations culturelles de notre société, de la poésie à l’interprétation de l’histoire et à l’idéologie politique87». Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, un seul article88 de cette livraison fait référence aux Recherches dialectiques de Goldmann; les autres textes citent tous sa Sociologie du roman, dont la publication est, aussi, plus « contemporaine » de la parution de la revue.

  • 89 Dufresne (Luc), « Québec chez Harvey et Lemelin », Parti pris, vol. 2, no 9, mai 1965, p. 31.
  • 90 Bernard [Michel], « Prochain épisode ou l’autocritique d’une impuissance », vol. 4, no 3-4, novembr (...)

37La méthode du structuralisme génétique de Goldmann permet une critique engagée, elle autorise un certain discours qui fait le lien entre la société et l’œuvre, entre la forme, les thèmes et la société. Dans une analyse des romans de Jean-Charles Harvey et de Roger Lemelin, Luc Dufresne, un collaborateur occasionnel de Parti pris, consacre tout un passage à la sociologie du roman de Goldmann. Il regrette cependant que « cette théorie n’en [soit] encore qu’à l’état d’ébauche » et qu’il soit « impossible si ce n’est au plan de la description sommaire » de parler des œuvres et de la société canadienne-française. « Nous en sommes donc réduits, actuellement, à dégager des œuvres littéraires québécoises l’image qui s’y trouve d’une société89. » Dufresne semble s’excuser de faire une critique plus littéraire que sociologique, plus littéraire que proprement marxiste. Tout se passe comme si la discussion, même superficielle, sur la méthode d’analyse choisie était perçue comme « obligatoire » par ces collaborateurs, et qu’on ne pouvait à Parti pris, dans ces années, parler de littérature sans méthode. On retrouve les mêmes précautions rhétoriques à propos des « théories ou des méthodes goldmaniennes » parfois « dogmatiques » ou « rigides» dans une lecture que propose Michel Bernard de Prochain Épisode90 d’Hubert Aquin. Que ce soit par l’entremise de la méthode de Goldmann ou non, « reste que l’on conteste et que l’on contestera de moins en moins la nature du rapport qui lie l’œuvre authentique aux structures sociales ».

38Au final, les références aux travaux de Goldmann semblent cautionner simplement une mise en rapport des œuvres et de la société canadienne-française, et la « lecture » goldmanienne de l’œuvre littéraire permet surtout une critique sociale et non une critique de l’œuvre ou de la pensée goldmanienne elle-même. Malgré leur orientation sociologique et marxiste, les textes de critique littéraire de Parti pris qui citent Goldmann le font d’une manière plutôt scolaire, comme apprise du « professeur » Goldmann, et ne montrent pas une appropriation ou même une véritable discussion théorique de ses enjeux. Les critiques plus fortes dans le champ littéraire, à la fin de la décennie 1960, des lectures « nationalistes » de la littérature canadienne-française motivent peut-être ces précautions.

Postérités québécoises de Goldmann

39Dans les années 1960, les travaux de Goldmann sont reçus par les sociologues québécois, qui dominent alors le champ scientifique, en particulier par ceux qui s’intéressent déjà à la culture et la littérature (Fernand Dumont, Jean-Charles Falardeau, Marcel Rioux). Le cadre d’analyse que propose le Dieu caché leur semble prometteur pour l’analyse sociologique de la littérature canadienne-française, à un moment où la question de la « méthode » de la critique littéraire et de son caractère « scientifique » se pose. Les professeurs de littérature (Marcotte, Lockquell) tout comme certains collaborateurs de Liberté sont à ce titre méfiants des interventions de méthodes hétérodoxes d’analyses littéraires des œuvres dont La Sociologie du roman donnerait un exemple plus ou moins convaincant. À Parti pris, cette exigence sociologique de la « méthode d’analyse » « oblige » en apparence les collaborateurs occasionnels à en utiliser une pour parler de littérature (dont Goldmann), produit d’une formation universitaire qui professionnalise l’analyse, dont la lecture littéraire. Le marxisme de Goldmann est très rarement mentionné, ce qui en révèle peut-être le caractère « polémique » ou au contraire, la dimension « attendue » ou évidente. Ce marxisme joue peut-être davantage sur le plan des relations « concrètes » et des stratégies de distinction des sociologues eux-mêmes, que sur le plan des discours à proprement parler. On pourrait aussi penser, par exemple, que la fréquentation de Goldmann par les sociologues (Rioux, Dofny, Brûlé) de l’Université de Montréal ait amené les littéraires de la même université, comme le professeur Gilles Marcotte, occupant une position analogue dans son champ à partir de 1965, à s’y opposer fortement.

40À ce titre, l’étude des discours en revue savante révèle que Goldmann « arrive » pour ainsi dire à un moment où les rapports entre la sociologie et la littérature sont en voie de redéfinition et que la constitution d’un champ « scientifique » littéraire – revues savantes, théories, etc. – s’effectue. Son nom légitime une lecture sociale savante du littéraire, que les collaborateurs de Parti pris reprennent non sans quelques hésitations, comme si cette lecture sociale était la condition de la présence du littéraire à la revue, mais qu’elle n’était pas non plus une évidence. Tout comme aux États-Unis et contrairement à la France, c’est par l’entremise de son travail en sociologie de la culture que Goldmann est « reçu », et c’est surtout sa méthode et ses analyses littéraires qui sont discutées, d’abord avec sympathie puis avec sévérité.

  • 91 Voir par exemple : Tremblay (Christiane), « Lecture d’Hubert Aquin : Prochain épisode », thèse de m (...)
  • 92 En entrevue, Guy Rocher souligne que Goldmann venait « fonder ici la sociologie de la littérature » (...)

41Les travaux Goldmann continuent de circuler au Québec après sa mort, mais sans que son structuralisme génétique soit, outre mesure, repris et réactualisé. Les années 1970 et 1980 voient paraître un certain nombre de monographies, d’articles et de mémoires qui commentent ou utilisent le structuralisme génétique91. On pourrait dire que c’est souterrainement que l’influence de Goldmann se retrace, comme si ses travaux avaient « mis en circulation » certaines idées, avaient ouvert des possibles pour une analyse sociale des œuvres, mais sans réussir à atteindre une pérennité. Ses visites fréquentes au Québec signalent et éclairent son importance pour les milieux intellectuels québécois de l’époque. Le nom de Goldmann semble cela dit profondément associé à celui de Lukács. Que Goldmann ait traduit et de fait introduit la Théorie du roman de Lukács dans l’espace francophone y est bien sûr pour quelque chose. Pour le sociologue Guy Rocher92, Goldmann était à l’époque le médiateur de Lukács, celui qu’on invitait à défaut de pouvoir faire venir en Amérique l’auteur de L’Âme et les formes. Il faudrait à ce titre retracer dans quelle mesure les références à Goldmann dans les revues culturelles et savantes québécoises sont aussi des références à Lukács.

42La postérité de Goldmann au Québec passe peut-être plus particulièrement par l’entremise, paradoxalement Gilles Marcotte. Critique fort reconnu tant à l’université qu’à l’extérieur de ses murs, le professeur Marcotte se positionnera contre Lucien Goldmann, dont les « Notes sur deux romans de Marie-Claire Blais » assurent à la méthode dialectique de Goldmann une certaine postérité québécoise. Je parlerai ailleurs de la manière dont cette opposition tardive, mais forte contribue à consacrer une « nouvelle » division du travail intellectuel, soit que la lecture sociale du texte littéraire est une affaire de littéraires et non de sociologues. En faisant de Goldmann le représentant par excellence d’un « sociologisme sans médiations », Marcotte (et Belleau avec lui) repousse la sociologie hors de l’horizon du travail universitaire en littérature et met en avant une sociocritique centrée sur le texte, dont se réclamera notamment, dans les années 2000, le Centre interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST) de l’Université de Montréal.

Haut de page

Bibliographie

[s. a.], « Actualités », Études françaises, vol. 1, no 1, 1965, pp. 112-113.

Angers (Stéphanie) et Fabre (Gérard), Les échanges intellectuels entre la France et le Québec. Les réseaux de la revue Esprit avec La Relève, Cité libre, Parti pris et Possibles, Québec, Presses de l’Université Laval, « Sociologie contemporaine », 2004.

Balandier (Georges), « Discours de clôture et discussion », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 39, 1965, pp. 217-235.

Belleau (André), « Relire le jeune Lukács », Liberté, vol. 23, n° 6, 1981, pp. 105-115.

Belleau (André), « La démarche sociocritique au Québec », Voix et images, vol. 8, no 2, 1983, pp. 299-310.

Bernard (Michel), « Prochain épisode ou l’autocritique d’une impuissance », vol. 4, no 3-4, novembre-décembre 1966, pp. 78-87.

Bourdieu (Pierre), « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, 2002, p. 4-5.

Brûlé (Michel), « L’œuvre ouverte de Lucien Goldmann », Sociologies et sociétés, vol. 3, no 1, 1971, pp. 3-14.

Brûlé (Michel), Pierre Perreault et le cinéma national. Essai d’analyse socio-cinématographique, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1974.

Cambron (Micheline), « Sciences humaines et littérature. Conflits et complémentarité », Recherches sociographiques, vol. 44, no 3, 2003, pp. 429-431.  

Clari (Jean-Claude), « Notes sur deux chansons de Claude Léveillée », Liberté, vol. 8, n no 4, 1966, p. 58-62.

Cohen (Mitchell), The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a Hidden God, Princeton, Princeton University Press, 1994.

Colman (S. J.), « Margaret Atwood, Lucien Goldmann’s Pascal and the Meaning of Canada », University of Toronto Quarterly, vol. 48, no 2, pp. 245-262.

Cusset (François), French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux Etats-Unis, Paris, La Découverte, 2005.

Desrosiers (Pierre), « Séraphin ou la dépossession », Parti pris, vol. 4, nos 5-6, janvier-février 1967, pp. 52-62.

Desrosiers (Pierre), « La genèse et le développement de la pensée politique et sociale de Henri Bourrassa », Parti pris, vol. 4, nos 9-12, mai-août 1967, pp. 146-164.

Dion (Robert) et Fortin (Nicole), « La critique (1968-1996) », dans Hamel (Réginald), Panorama de la littérature québécoise contemporaine, Montréal, Guérin, 1997, pp. 519-566.

Dofny (Jacques), « Itinéraires sociologiques », Recherches sociographiques, vol. 15, no 1-2, 1974, pp. 305-309.

Dufresne (Luc), « Québec chez Harvey et Lemelin », Parti pris, vol. 2, no 9, mai 1965, pp. 31-36.

Dumont (Fernand), « Idéologie et savoir historique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 35, 1963, pp. 43-60.

Dumont (Fernand), « La sociologie comme critique de la littérature », Recherches sociographiques, vol. 5, nos 1-2, 1964, pp. 225-240. 

Dumont (Fernand), Le lieu de l’homme : la culture comme distance et mémoire, Montréal, Éditions HMH, 1968.

Dumont (Fernand), « Notice. Lucien Goldmann », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 50, 1971, pp. 143-146.

Dumont (Fernand), Montminy (Jean-Paul) et Hamelin (Jean) (dir.), Les idéologies au Canada français, Québec, Presses de l’Université Laval, « Histoire et sociologie de la culture », 3 vol., 1971-1976.

Dumont (Fernand) et Falardeau (Jean-Charles), « Avant-propos », Recherches sociographiques, vol. 5, nos 1-2, 1964, pp. 7-8.

Euvrard (Michel), « Les livres (2). Des romans? Lesquels? Pourquoi? », Parti pris, vol. 3, no 3-4, octobre-novembre 1965, pp. 83-88.

Euvrard (Michel), « Pour situer “Les choses” », Parti pris, vol. 3, no 8, mars 1966, pp. 63-65.

Euvrard (Michel), « Une saison… », Québec Cinéma, mai-juin 1973, pp. 49-50.

Falardeau (Jean-Charles), « Gilles Marcotte [éd.], Présence de la critique; Pierre de Grandpré, Dix ans de vie littéraire au Canada; Archives des lettres canadiennes, tome 2, Le roman canadien-français; Réjean Robidoux et André Renaud, Le roman canadien-français du vingtième siècle », Recherches sociographiques, vol. 8, no 1, 1967, pp. 105-109.

Falardeau (Jean-Charles), Imaginaire social et littérature, Montréal, Hurtubise, 1974.

Faucher (Albert) (dir.), Cinquante ans de sciences sociales à l’Université Laval : l’histoire de la Faculté des sciences sociales, Sainte-Foy, Faculté des sciences sociales de l’Université Laval, 1988.

Fournier (Marcel), « De l’influence de la sociologie française au Québec », Revue française de sociologie, 1972, vol. 13, pp. 630-665.

Fournier (Marcel) et Maheu (Louis), « Nationalismes et nationalisation du champ scientifique québécois », Sociologie et sociétés, vol. 7, no 2, 1975, p. 89-114.

Franck (Thomas), « L’adornisme français des années 50 », Cahiers du GRM, no 12, 2017, en ligne, URL : https://journals.openedition.org/grm/955#tocto1n3.

Gagnon (Charles), « Les classes sociales au Québec et l’insurrection de 1837-38 », vol. 4, nos 9-12, mai-août 1967, pp. 76-101.

Gagnon (Lysiane), « Le teach-in sur l’“Université utopique” révèle que l’Université du Québec ne pourra être acceptée dans sa conception actuelle », La Presse, lundi 2 juin 1969, p. 8.

Goldmann (Lucien), « Le livre et la lecture dans les sociétés industrielles modernes », Le Devoir, samedi 30 octobre 1965, p. 35.

Goldmann (Lucien), « Préface », dans Dumont (Fernand), La dialectique de l’objet économique, Paris, Éditions Anthropos, 1970, pp. 5-9.

Gossman (Lionel), « Obituary : Lucien Goldmann – 1913-1970 », MLN, vol. 86, no 4, 1971, pp. 453-455.

Gurvitch (Georges), « Avant-propos », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 38, 1965, pp. 3-10.

Hamel (Jean-François), « Hubert Aquin et la perspective des singes », Contre-jour, no 8, 2005, pp. 103-118.

Harvey (Fernand), Séguin-Noël (Hugo) et Verreault (Marie-Josée), « Repères biographiques », Bibliographie générale de Fernand Dumont. Œuvres, études, réception, Québec, Institut national de la recherche scientifique, 2006.

Kattan (Naïm), « La théorie du roman de Georges Lukács », Liberté, vol. 6, n° 5, 1964, pp. 389-391.

Lacroix (Michel), « “L’épreuve de la lecture publique » : Études françaises, la disciplinarisation du savoir et l’idéal du critique-écrivain », Études françaises, vol. 50, no 3, 2014, pp. 39-80.

Lamonde (Yvan), « Le Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill de 1853 à nos jours », Université McGill, 2013.

Laurin-Frenette (Nicole), « La sociologie des classes sociales au Québec de Léon Gérin à nos jours », dans Continuité et rupture. Les sciences sociales au Québec, sous la direction de Georges-Henri Lévesque, tome 2, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2004, p. 531-556.

Laurin (Nicole), « Genèse de la sociologie marxiste », Sociologie et sociétés, vol. 37, no 2, 2005, pp. 183-205.

Legendre (Camille), « Institutionnalisation et professionnalisation de la sociologie du travail au Québec : un aperçu », Sociologie et sociétés, vol. 38, n° 1, 1997, pp. 51-88.

Lockquell (Clément), « Intuition et critique littéraire », Recherches sociographiques, vol. 5, n°s 1-2, 1964, pp. 205-215.

Lukács (Georg), « Georg Lukács nous écrit », Liberté, vol. 7, n° 3, 1965, pp. 303-304.

Macksey (Richard A.) et Donato (Eugene) (dir.), The Structuralist Controversy : The Languages of Criticism and the Sciences of Man, Baltimore, John Hopkins University Press, 1970.

Major (Robert), Parti pris. Idéologies et littérature, Montréal, Nota bene, 2013.

Marcotte (Gilles), « Jean-Charles Falardeau, Notre société et son roman », Recherches sociographiques, vol. 8, no 2, 1967, p. 227-230.

Marcotte (Gilles), « Préface », dans Falardeau (Jean-Charles), Imaginaire social et littérature, Montréal, Hurtubise, 1974, pp. 11-14.

Méthot (Pierre-Olivier), « French Epistomology Overseas : Analyzing the Influence of Georges Canguilhem in Québec », Humana-Mente. Journal of Philosophical Studies, no 9, pp. 39-58.

Nielsen (Greg Marc), « Esquisse d’une sociologie critique au-delà de Lukács et Goldmann », Études françaises, vol. 19, n° 3, 1983, pp. 83-92 

Palard (Jacques), « Henri Desroches et ses réseaux québécois : entre théorie de l’utopie et pratique maïeuticienne », Sociologie et sociétés, vol. 37, no 2, 2005, pp. 21-47.

Paquette (Jean Marcel), « Réflexions sur la notion de “valeur esthétique” dans la sociocritique de Lucien Goldmann », Recherches sociographiques, vol. 23, n° 1-2, 1982, pp. 95-108

Pelletier (Jacques), Lecture politique du roman québécois, Montréal, Université du Québec à Montréal, 1984.

Pelletier (Jacques) (dir.), Littérature et société, Montréal, VLB éditeur, « Essais critiques », 1994.

Piette (Alain), « Un homme et son péché : l’innocente avarice ou le masque idéologique », Voix et images, vol. 4, n° 1, 1978, pp. 107-126.

Pontaut (Alain), « La littérature n’est-elle qu’un fait social? », La Presse, samedi 11 février 1967, p. 6.

« Présentation », Parti pris, vol. 1, n° 1, pp. 2-4.

Raby (Claudia), « Le parcours critique de Jeanne Lapointe », mémoire de maîtrise, Département des littératures, Université Laval, 2007.

Racine (Luc) « Présentation. Dépossession et domination », vol. 4, no 9-12, mai-août 1967, pp. 7-10.

Racine (Luc), « Productions romanesques de la bourgeoisie québécoise », vol. 4, no 9-12, mai-août 1967, pp. 201-207.

Racine (Luc), Pichette (Michel), Pizzaro (Narciso) et Bourque (Gilles), « Production culturelle et classes sociales au Québec », vol. 4, no 9-12, mai-août 1967, pp. 43-75.

Renaud (Michelle), « Lucie Goldmann et l’approche sociologique de la littérature », thèse de maîtrise, Département de sociologie, Université d’Ottawa, 1987.

Rioux (Marcel), « Gérard Bessette, Les images en poésie canadienne-française », Recherches sociographiques, vol. 1, no 3, 1960, pp. 373-374.

Rioux (Marcel), « Aliénation culturelle et roman canadien », Recherches sociographiques, vol. 5, n°s 1-2, 1964, pp. 145-150.

Rioux (Marcel), « Remarques sur la sociologie critique et la sociologie aseptique », Sociologie et sociétés, vol. 1, n° 1, 1969, pp. 53-68.

Rochlitz (Rainer) et Ivernel (Philippe), « Lucien Goldmann », Raison présente, no 68, 1983, pp. 101-116.

Rodriguez (Illena) et Zimmerman (Marc), « Lucien Goldmann. Cultural Creation in Modern Society », Telos, no 28, 1976, pp. 199-215.

Ruest (Colette), « Marie Calumet de Rodolphe Girard : un roman contestataire », mémoire de maîtrise, Département de lettres, Université du Québec à Trois-Rivières, 1979.

Saint-Martin (Fernande), « Lucien Goldmann et le nouveau roman », Liberté, vol. 8, n° 4, 1966, pp. 94-101.

Tremblay (Christiane), « Lecture d’Hubert Aquin : Prochain épisode », thèse de maîtrise, Département de langue et littérature françaises, Université McGill, 1971.

Williams (Raymond), « Literature and Sociology: in memory of Lucien Goldmann », New Left Review, no 67, 1971, pp. 3-18.

Zimmerman (Marc), « Lucien Goldmann : From Dialectical Theory to Genetic Structuralim », Berkeley Journal of Sociology, vol. 23, 1978-1979, pp. 151-182.

Fonds d’archives

Division des archives, Université Laval, Fonds Fernand Dumont (P429), P429/A/3 : La correspondance personnelle.

Division des archives, Université Laval, Fonds Fernand Dumont (P429), P429/C/6 : La correspondance professionnelle.

Division de la gestion des documents et des archives, Université de Montréal, Fonds Institut scientifique franco-canadien (P12), P12/G4 : Programmes et textes de conférence.

Haut de page

Notes

1 Belleau (André), « La démarche sociocritique au Québec », Voix et images, vol. 8, no 2, 1983, p. 300.

2 Ibid., p. 301.

3 Bourdieu (Pierre), « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, 2002, p. 4-5.

4 Ibid., p. 5.

5 Des entrevues ont servi à étoffer cet article. Je tiens en ce sens à remercier Michel Brûlé, Paul Chamberland, Marcel Fournier, Jean Marcel, Robert Major, Roberto Miguelez, Jacques Pelletier, Jean-Marc Piotte et Guy Rocher.

6 Fournier (Marcel) et Maheu (Louis), « Nationalismes et nationalisation du champ scientifique québécois », Sociologie et sociétés, vol. 7, no 2, 1975, p. 89-114.

7 Rochlitz (Rainer) et Ivernel (Philippe), « Lucien Goldmann », Raison présente, no 68, 1983, p. 102. (101-116)

8 Ibid., p. 104.

9 Franck (Thomas), « L’adornisme français des années 50 », Cahiers du GRM, no 12, 2017, en ligne, URL : https://journals.openedition.org/grm/955#tocto1n3.

10 Fournier (Marcel), « De l’influence de la sociologie française au Québec », Revue française de sociologie, vol. 13, 1972, p. 661.

11 Rochlitz (Rainer) et Ivernel (Philippe), op. cit., p. 105.

12 Cohen (Mitchell), The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a Hidden God, Princeton, Princeton University Press, 1994, p. 8. Marcel Fournier remarque aussi que Lucien Goldmann, Henri Desroches et Alain Touraine sont les professeurs de l’EPHE « dont le nombre d’étudiants d’origine étrangère est plus élevé que celui d’étudiants français » durant les années 1960 (op. cit., p. 663). Sur les échanges intellectuels entre Henri Desroches et le Québec, voir l’article de Jacques Palard, « Henri Desroches et ses réseaux québécois : entre théorie de l’utopie et pratique maïeuticienne », Sociologie et sociétés, vol. 37, no 2, 2005, pp. 21-47.

13 Rochlitz (Rainer), op. cit. p. 111-112.

14 Gossman (Lionel), « Obituary : Lucien Goldmann – 1913-1970 », MLN, vol. 86, no 4, 1971, p. 455.

15 Cusset (François), French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux Etats-Unis, Paris, La Découverte, 2005.

16 Ibid. Voir notamment le chapitre 4, « Littérature et théorie » (p.  86-117.) Dans sa biographie intellectuelle de Goldmann, Cohen affirme qu’Edward Saïd reprochait notamment à Goldmann d’avoir oblitéré la dimension révolutionnaire des écrits de Lukacs (op. cit., p. 6)

17 Macksey (Richard A.) et Donato (Eugene) (dir.), The Structuralist Controversy : The Languages of Criticism and the Sciences of Man, Baltimore, John Hopkins University Press, 1970, p. 148-149.

18 Gossman (Lionel), op. cit., p. 454.

19 Ibid.

20 Si Raymond Wiliams est critique mais réceptif vis-à-vis des idées de Goldmann, Frederic Jameson et Terry Eagleton, au début des années 1970, trouvent peu de qualité à ses travaux. Voir Williams (Raymond), « Literature and Sociology: in Memory of Lucien Goldmann », New Left Review, no 67, 1971, pp. 3-18. Pour un aperçu des critiques négatives de Goldmann, voir le compte rendu de Rodriguez (Illena) et Zimmerman (Marc), « Lucien Goldmann. Cultural Creation in Modern Society », Telos, no 28, 1976, pp. 199-215.

21 Zimmerman (Marc), « Lucien Goldmann : From Dialectical Theory to Genetic Structuralim », Berkeley Journal of Sociology, vol. 23, 1978-1979, p 152. Je souligne.

22 Fournier et Maheu notent que la « nationalisation du système universitaire québécois et les conditions sociales du progrès de la connaissance scientifique dans ce milieu ouvrent la voie à la nationalisation des stratégies de promotion et de défense de leurs intérêts » (op. cit., p. 108).

23 Ibid., p. 111.

24 C’est ce que Michel Lacroix et moi-même avancions dans une communication présentée à l’Université de Liège en janvier 2018. « Entre engagement et disciplinarisation : la sociologie dans l’espace des revues québécoises 1960-1969 », colloque « Supports, circulation et disciplinarisation des discours de savoir en humanités » (25-26 janvier 2018), non publiée.

25 Laurin (Nicole), « Genèse de la sociologie marxiste », Sociologie et sociétés, vol. 37, n° 2, 2005, p. 192.

26 Il en est considéré comme le fondateur. Voir Legendre (Camille), « Institutionnalisation et professionnalisation de la sociologie du travail au Québec : un aperçu », Sociologie et sociétés, vol. 38, n° 1, 1997, pp. 51-88.

27 Dofny collabore notamment à l’Histoire générale du travail dirigé par Alain Touraine (1961) ainsi qu’à l’étude collective Les ouvriers et le progrès technique (1966).

28 Avant de trouver son nom et sa forme, Voix et images a connu plusieurs vies. Voir : Lacroix (Michel), « «L’épreuve de la lecture publique » : Études françaises, la disciplinarisation du savoir et l’idéal du critique-écrivain », Études françaises, vol. 50, no 3, 2014, p. 46.

29 Dion (Robert) et Fortin (Nicole), « La critique (1968-1996) », dans Hamel (Réginald), Panorama de la littérature québécoise contemporaine, Montréal, Guérin, 1997, p. 524 (519-566)

30 Ibid. « Le décalage chronologique entre un premier mouvement, caractérisant les sciences humaines et sociales, et un second, touchant les études littéraires, signale à nouveau que la construction des études littéraires comme forme spécifique de savoir et comme discours sur la nature distincte de ce savoir, a une autre historicité, met en cause d’autres éléments que pour l’histoire, la géographie et les sciences sociales, que ces dernières soient considérées individuellement ou en bloc. »

31 Rioux (Marcel), « Gérard Bessette, Les images en poésie canadienne-française », Recherches sociographiques, vol. 1, no 3, 1960, p. 373.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 374.

34 Dumont (Fernand) et Falardeau (Jean-Charles), « Avant-propos », Recherches sociographiques, vol. 5, nos 1-2, 1964, p. 7.

35 Dion (Robert) et Fortin (Nicole), op. cit., p. 8.

36 Ibid., p. 526.

37 Les auteurs notent que la « scientifisation » de la critique après 1968 « va passer par une adhésion assez large aux méthodes d’analyse structurale (Saussure, Hjemslev, Benveniste, etc.) et acclimatées en sciences humaines via l’anthropologie de Lévi-Strauss, tout particulièrement » Ibid., p.532.

38 Ibid., p. 529.

39 Ibid., p. 530. Voir aussi Lapointe (Martine-Emmanuelle), Emblèmes d’une littérature, Montréal, Fides, « Nouvelles études québécoises », 2008.

40 Ibid,. p. 552.

41 Hamel (Jean-François), « Hubert Aquin et la perspective des singes », Contre-jour, no 8, 2005, p. 107.

42 L’Institut scientifique franco-canadien (1920-1967), qui a invité Goldmann pour sa première conférence à l’Université de Montréal, est à l’origine de nombreux « échanges » de professeurs et de professeures entre les universités françaises et québécoises. Parmi les séjours d’intellectuels français au Québec, notons la venue, à l’Université de Montréal, de Chombart de Lauwe en février 1957, de Georges Balandier en octobre 1957, de Jean Piaget et de Georges Poulet à l’automne 1964, de Paul Ricoeur en 1964, de Jean-Paul Weber en janvier 1966 et de Georges Canguilhem en septembre 1966 (Fonds P12/G). Pour une analyse de l’influence de Canguilhem au Québec, voir Méthot (Pierre-Olivier), « French Epistomology Overseas : Analyzing the Influence of Georges Canguilhem in Québec », Humana-Mente. Journal of Philosophical Studies, no 9, pp. 39-58.

43 Fournier (Marcel), op. cit., p. 643.

44 Dans une lettre à Fernand Dumont, Fernand Braudel semble irrité que Laval et Montréal aient des demandes différentes à l’égard de son institution et appelle les deux départements de sociologie québécois à se concerter. Voir : Lettre de Fernand Braudel à Fernand Dumont, 24 janvier 1963, Fonds Fernand Dumont (P429), P429/C/6 : La correspondance professionnelle. Le projet de coopération est discuté au moins depuis 1962, comme en témoigne une lettre de Paul Mercier à Fernand Dumont (7 juin 1962, ibid.)

45 Dumont (Fernand), Montminy (Jean-Paul) et Hamelin (Jean) (dir.), Les Idéologies au Canada français, Québec, Presses de l’Université Laval, « Histoire et sociologie de la culture », 3 vol., 1971-1976.

46 Dumont (Fernand), Le lieu de l’homme : la culture comme distance et mémoire, Montréal, Éditions HMH, 1968.

47 La correspondance entre Fernand Dumont et Lucien Goldmann que l’on retrouve dans le Fonds Dumont à l’Université Laval n’est pas très volumineuse, elle concerne surtout leurs séjours respectifs à Paris ou à Montréal, ainsi que différentes activités comme les colloques organisés conjointement par l’Institut de sociologie de Bruxelles et par l’EPHE, dont Goldmann est directeur de 1959 à 1970. Le ton est fort cordial, souvent amical (tutoiement, utilisation des prénoms, formules d’amitiés, emphase). Voir le Fonds Dumont, P429, P429/A/3 et P429/C/6. À la mort de Goldmann, Dumont publie un hommage très admiratif à son « ami, l’un des grands philosophes et sociologues de ce temps » dans les Cahiers internationaux de sociologie, revue fondée par Georges Gurvitch et liée à l’EPHE.

48 Dumont y publie un premier texte en 1963, « Idéologie et savoir historique » (vol. 35, 1963, p. 43-60). Ceci dit, c’est sur le terrain épistémologique que Goldmann et Dumont se rassemblent, au sein d’une sociologie critique de la connaissance : en effet si la préface de Goldmann et l’hommage de Dumont mettent en lumière une grande amitié, ils signalent tous deux des différends, notamment sur la foi chrétienne de Dumont. Voir : Goldmann (Lucien), « Préface », dans Dumont (Fernand), La dialectique de l’objet économique, Paris, Éditions Anthropos, 1970, pp. 5-9 et Dumont (Fernand), « Notice. Lucien Goldmann », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 50, 1971, pp. 143-146.

49 Harvey (Fernand), Séguin-Noël (Hugo) et Verreault (Marie-Josée), « Repères biographiques », Bibliographie générale de Fernand Dumont. Œuvres, études, réception, Québec, Institut national de la recherche scientifique, 2006, p. 109.

50 Gagnon (Nicole), « Le Département de sociologie 1943-1970 », Cinquante ans de sciences sociales à l’Université Laval : l’histoire de la Faculté des sciences sociales, sous la direction d’Albert Faucher, Sainte-Foy, Faculté des sciences sociales de l’Université Laval, 1988, pp. 121-122. Mentionnons que Gurvitch a été invité par Dumont à enseigner sa sociologie de la connaissance à l’automne 1962 (séjour du 14 septembre au 5 octobre 1962, Lettre de Gurvitch à Dumont, 9 juin 1962).

51 Celui-ci est financé par les instances québécoises, françaises, belges ainsi que par l’UNESCO. Voir Gurvitch (Georges), « Avant-propos », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 38, 1965, p. 3.

52 Les actes sont publiés dans les numéros 38 et 39 des Cahiers internationaux de sociologie. La conférence de Goldmann n’est pas publiée à cause des « problèmes techniques », mais on peut lire une de ses interventions dans la discussion publiée. Il insiste sur la nécessité d’être attentif au présent et de ne pas y plaquer le concept de classes sociales sans s’assurer qu’il est adéquat à la société étudiée. Voir : Balandier (Georges), « Discours de clôture et discussion », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 39, 1965, pp. 228-230. Les communications des participants québécois paraîtront également dans Recherches sociographiques en 1965, la revue du Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Laval.

53 Gagnon (Nicole), op. cit., p. 121.

54 Alain Robbe-Grillet lui-même donne une conférence le 6 octobre à l’Université de Montréal.

55 « Actualités », Études françaises, vol. 1, n° 1, 1965, pp. 112-113. Il y rencontre Paul Ricœur, alors professeur invité à la Faculté de philosophie.

56 Lapointe s’est notamment intéressée à Natalie Sarraute au tournant des années 1970. On peut penser que ses séjours nombreux en France et son intérêt pour la critique française, psychanalytique notamment, ont pu justifier l’invitation de Goldmann au sein de son département. Raby (Claudia), « Le parcours critique de Jeanne Lapointe », mémoire de maîtrise, Département des littératures, Université Laval, 2007.

57 Lettre de Goldmann à Dumont, 13 octobre 1964, Fonds Dumont (P429), P429/A/3 : La correspondance personnelle.

58 Falardeau invite Goldmann à Caen « pour une conférence qui a attiré environ 300 étudiants et une bonne trentaine de professeurs ». (Lettre de Falardeau à Dumont, 15 mai 1969, Fonds Dumont [P429], P429/A/3 : La correspondance personnelle.)

59 Le Conseil des arts du Canada offrait à l’époque des subventions pour ces professeurs invités, pour des séjours de plus de deux mois. Pour Dofny, cela contribuait à une reconnaissance des échanges franco-québécois : « Au cours des premières années 60, une des façons dont s’est réalisé et accentué ce dialogue entre les deux sociologies fut d’inviter au Département de sociologie de Montréal, pour des périodes de trois mois en général, des sociologues de la nouvelle école française. » Voir Dofny (Jacques), « Itinéraires sociologiques », Recherches sociographiques, vol. 15, n° 1-2, 1974, p. 308.

60 Jean-Marc Piotte, un des fondateurs de la revue Parti pris, qui a fait sa thèse avec Lucien Goldmann, confirme en entrevue que Dofny agissait comme médiateur et qu’il était un « ami proche » de Goldmann.

61 Goldmann, (Lucien), « Le livre et la lecture dans les sociétés industrielles modernes », Le Devoir, samedi 30 octobre 1965, p. 35.

62 Il suit les cours de Goldmann de 1963 à 1966 parallèlement à ses études doctorales à la Sorbonne; il entretiendra des liens d’amitié avec le sociologue jusqu’à sa mort. En entrevue, il mentionne que c’est Jacques Dofny qui a fait le lien entre Goldmann, le Département de sociologie de l’UdeM et lui. Ils se sont rencontrés les trois à Paris, Dofny cherchant alors à recruter des professeurs. Voir aussi Brûlé (Michel), « L’œuvre ouverte de Lucien Goldmann », Sociologies et sociétés, vol. 3, n° 1, 1971, pp. 3-14 et Pierre Perreault et le cinéma national. Essai d’analyse socio-cinématographique, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1974.

63 Pontaut (Alain), « La littérature n’est-elle qu’un fait social ? », La Presse, samedi 11 février 1967, p. 6.

64 Dans l’hommage au sociologue Luc Racine, l’auteur affirme que cette conférence était le résultat du travail des étudiants québécois de Goldmann, dont Racine.

65 « Ainsi en 1969, un an avant sa mort inopinée, Lucien Goldmann, directeur d’études à l’École pratique des hautes études et à l’Institut de sociologie de Bruxelles et critique marxiste influent, passera l’été à enseigner en bras de chemise, sous les arbres des résidences, la sociologie de la littérature et la pensée esthétique de György Lukàcs. » (Lamonde [Yvan], « Le Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill de 1853 à nos jours », Université McGill, 2013, p. 104.)

66 Lettre de Lucien Goldmann à Fernand Dumont, 20 mai 1969, Fonds Fernand Dumont (P429), P429/C/6 : La correspondance professionnelle.

67 Cambron (Micheline), « Sciences humaines et littérature. Conflits et complémentarité », Recherches sociographiques, vol. 44, no 3, 2003, pp. 429-431.  

68 Dumont (Fernand), « La sociologie comme critique de la littérature », op. cit., p.  229.

69 Ibid., p. 230.

70 Quant à Rioux, il propose une histoire littéraire canadienne, revue à l’aune de la notion d’« aliénation culturelle », des travaux de Jacques Berque et du critique littéraire Gilles Marcotte. Goldmann lui sert surtout à asseoir le postulat des rapports entre l’œuvre littéraire, la société et la classe sociale de laquelle elle est issue: « C’est ainsi, par exemple, que Lucien Goldmann relie certains caractères d’une œuvre à la vision du monde de la classe sociale à laquelle l’auteur appartient. Dans Le Dieu caché, il a pratiqué cette méthode en étudiant Pascal et Racine. Ne serait-il pas utile de s’interroger non seulement sur la classe sociale des auteurs mais sur la société globale dans laquelle ils sont insérés ? Cette démarche est d’autant plus profitable que la société globale est petite et homogène. Le Canada français répond à ces critères : c’est une société de taille restreinte et, encore aujourd’hui, largement homogène. » Rioux (Marcel), « Aliénation culturelle et roman canadien », Recherches sociographiques, vol. 5, n° 1-2, 1964, pp. 145-150.

71 Lockquell (Clément), « Intuition et critique littéraire », Recherches sociographiques, vol. 5, n° 1-2, 1964, p. 206-208.

72 Ibid., p. 212.

73 Dion et Fortin, p. 526

74 Falardeau (Jean-Charles), « Gilles Marcotte [éd.], Présence de la critique; Pierre de Grandpré, Dix ans de vie littéraire au Canada; Archives des lettres canadiennes, tome 2, Le roman canadien-français; Réjean Robidoux et André Renaud, Le roman canadien-français du vingtième siècle », Recherches sociographiques, vol. 8, no 1, 1967, p.  105.

75 « À cette condition seulement une interprétation de la littérature pourra-t-elle ambitionner d’être vraiment éclairante, en s’inscrivant dans une vaste problématique où s’entrecroiseront avec elle l’analyse de l’évolution des structures sociales et l’analyse de l’évolution psycho-culturelle. » Ibid., p. 109.

76 Marcotte (Gilles), « Jean-Charles Falardeau, Notre société et son roman », Recherches sociographiques, vol. 8, no 2, 1967, p. 227-230.

77 Angers (Stéphanie) et Fabre (Gérard), Les échanges intellectuels entre la France et le Québec. Les réseaux de la revue Esprit avec La Relève, Cité libre, Parti pris et Possibles, Québec, Presses de l’Université Laval, « Sociologie contemporaine », 2004, p. 123.

78 Kattan (Naïm), « La théorie du roman de Georges Lukacs », Liberté, vol. 6, n° 5, 1964, pp. 389-391. Notons que Liberté publie également une lettre de Georges Lukács à Naïm Kattan : « Georg Lukacs nous écrit », Liberté, vol. 7, n° 3, 1965, pp. 303-304.

79 Saint-Martin (Fernande), « Lucien Goldmann et le nouveau roman », Liberté, vol. 8, n° 4, 1966, pp. 94-101.

80 Clari (Jean-Claude), « Notes sur deux chansons de Claude Léveillée », Liberté, vol. 8, no 4, 1966, p. 58.

81 L’éditorial du premier numéro montre que, pour les fondateurs, la revue procède d’une « entreprise de démystification » par la parole de la situation canadienne-française, et un moyen d’exprimer la révolution en marche. « Au sein de la révolution qui seule pourra nous y conduire, la fonction de PARTI PRIS est double. D’abord, par rapport aux structures aliénantes qu’il s’agit de détruire, cette revue est une entreprise de démystification; nous tenterons de démonter les mythes et les idéologies qui cachent la violence qu’on nous fait, et de révéler les structures, les moyens et les auteurs de cette violence. D’autre part, par rapport à la révolution qu’il s’agit de réaliser, PARTI PRIS aura un rôle critique et réflexif; notre revue exprimera, nous l’espérons, la révolution prenant conscience d’elle-même à mesure qu’elle se fera. » (« Présentation », Parti pris, vol. 1, n° 1, p. 4.)

82 Major (Robert), Parti pris. Idéologies et littérature, Montréal, Nota bene, 2013, p. 299.

83 Ibid.

84 Ibid., p. 285, note 59.

85 Piette (Alain), « Un homme et son péché : l’innocente avarice ou le masque idéologique », Voix et images, vol. 4, n° 1, 1978, pp. 107-126.

86 Dufresne (Luc), « Québec chez Harvey et Lemelin », vol. 2, no 9, mai 1965, pp. 31-36; Euvrard (Michel), « Les livres (2). Des romans ? Lesquels ? Pourquoi ? », vol 3, no 3-4, octobre-novembre 1965, pp. 83-88; Euvrard (Michel), « Pour situer “Les choses” », vol. 3, no 8, mars 1966, pp. 63-65; Hussereau (Yvon), « Notes à propos de l’écrivain politique et de la contestation morale », vol. 3, no 9, avril 1966, pp. 61-65; Bernard (Michel), « Prochain épisode ou l’autocritique d’une impuissance », vol. 4, no 3-4, novembre-décembre 1966, pp. 78-87; Desrosiers (Pierre), « Séraphin ou la dépossession », vol. 4, no 5-6, janvier-février 1967, pp. 52-62; Racine (Luc) « Présentation. Dépossession et domination », vol. 4, no 9-12, mai-août 1967, pp. 7-10; ; (Gagnon) Charles, « Les classes sociales au Québec et l’insurrection de 1837-38 », vol. 4, no 9-12, mai-août 1967, pp. 76-101; Desrosiers (Pierre), « La genèse et le développement de la pensée politique et sociale de Henri Bourassa », vol. 4, no 9-12, mai-août 1967 pp. 146-164; Racine (Luc), « Productions romanesques de la bourgeoisie québécoise », vol. 4, no 9-12, mai-août 1967, pp. 201-207.

87 Racine (Luc), op. cit., p. 8.

88 Racine (Luc), Pichette (Michel), Pizzaro (Narciso) et Bourque (Gilles), « Production culturelle et classes sociales au Québec », vol. 4, no 9-12, mai-août 1967, pp. 43-75.

89 Dufresne (Luc), « Québec chez Harvey et Lemelin », Parti pris, vol. 2, no 9, mai 1965, p. 31.

90 Bernard [Michel], « Prochain épisode ou l’autocritique d’une impuissance », vol. 4, no 3-4, novembre-décembre 1966, p. 86.

91 Voir par exemple : Tremblay (Christiane), « Lecture d’Hubert Aquin : Prochain épisode », thèse de maîtrise, Département de littérature française, Université McGill, 1971; Ruest (Colette), « Marie Calumet de Rodolphe Girard : un roman contestataire », mémoire de maîtrise, Département de lettres, Université du Québec à Trois-Rivières, 1979; Colman (S. J.); « Margaret Atwood, Lucien Goldmann’s Pascal and the Meaning of Canada », University of Toronto Quarterly, vol. 48, n° 2, pp. 245-262 ; Paquette (Jean Marcel), « Réflexions sur la notion de “valeur esthétique » dans la sociocritique de Lucien Goldmann », Recherches sociographiques, vol. 23, n° 1-2, 1982, pp. 95-108; Nielsen (Greg Marc), « Esquisse d’une sociologie critique au-delà de Lukacs et Goldmann », Études françaises, vol. 19, n° 3, 1983, pp. 83-92; Renaud (Michelle), « Lucien Goldmann et l’approche sociologique de la littérature », thèse de maîtrise, Département de sociologie, Université d’Ottawa, 1987.

92 En entrevue, Guy Rocher souligne que Goldmann venait « fonder ici la sociologie de la littérature », et que Goldmann était invité puisqu’on « ne pouvait avoir Lukács ». Rocher garde le souvenir d’un homme charismatique et humaniste : son absence de dogmatisme permettait selon Rocher des rapprochements avec les sociologues chrétiens, dont Dumont.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel Nadon, « Lucien Goldmann au Québec  », COnTEXTES [En ligne], 25 | 2019, mis en ligne le 03 octobre 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8489 ; DOI : 10.4000/contextes.8489

Haut de page

Auteur

Rachel Nadon

Université de Montréal

Articles du même auteur

Haut de page