Navigation – Plan du site

Peut-on penser une stylistique goldmannienne ?

La place de l’étude formelle dans l’approche des textes littéraires par Lucien Goldmann
Laélia Véron

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce souci de Goldmann, présent dès le Dieu caché est récurrent dans Pour une sociologie du roman.

1Ce travail collectif sur l’œuvre de Lucien Goldmann se présente moins comme un hommage qu’une recherche collective : nous affirmons qu’il est possible d’utiliser l’œuvre de Goldmann (qu’il s’agisse de la méthodologie globale qu’il a construite ou des pistes qu’il a pu esquisser) dans la recherche contemporaine et dans nos spécialités respectives (sociologie, littérature, stylistique). Si l’œuvre de Goldmann peut nous inspirer, c’est parce qu’elle n’est ni achevée ni fixiste. Goldmann lui-même n’a cessé, dans de nombreux ouvrages, d’insister sur le fait qu’il ne pouvait pas mener la réflexion à son terme par manque de temps, qu’il ne faisait que proposer des pistes, en indiquant ce sur quoi d’autres pourraient éventuellement travailler1.

  • 2 Voir Goldmann (Lucien), Pour une sociologie du roman, Gallimard, Paris, 1964, pp. 61-277. On peut p (...)
  • 3 Pour une sociologie du roman, Op. cit., p. 62.
  • 4 C’est la question posée dans Pour une sociologie du roman, voir notamment pp. 344-346.
  • 5 Voir ainsi l’analyse du théâtre de Genet par Goldmann, et le lien fait entre ce théâtre et certains (...)
  • 6 Voir ainsi l’analyse de Chagall et de la communauté juive, « Sur la peinture de Chagall : Réflexion (...)

2S’offrent à nous plusieurs possibilités : critiquer et corriger (ou affiner) l’approche goldmannienne – on pense notamment aux critiques faites à propos de l’homologie, jugée trop peu raffinée entre formes économiques et formes esthétiques (quoi qu’il soit erroné de parler d’une théorie du reflet à propos de Goldmann) ; compléter les pistes proposées par Goldmann à propos de certaines études précises, par exemple l’étude des romans de Malraux2 qui est plus littéraire et formelle, que sociologique, Goldmann ayant dégagé les structures internes signifiantes de l’œuvre de Malraux sans les mettre en lien avec des « homologies et des relations significatives avec les structures intellectuelles, sociales, politiques ou économiques de l’époque au cours de laquelle elles ont été élaborées3 » ; ou encore appliquer la méthodologie de Goldmann à d’autres œuvres, d’autres époques. C’est cette optique que choisissent Michael Löwy et Robert Sayre dans ce volume à propos du romantisme. On pourrait, dans cette même perspective, reconsidérer certains concepts goldmanniens et développer l’étude du lien entre l’auteur et le groupe dont il porte la vision du monde. Faut-il s’en tenir au lien entre auteur et classe sociale, ou faire évoluer ce concept, parler de groupe social4, de groupe politique5, voire de communauté culturelle et/ou religieuse6 ?

  • 7 Nous interrogerons notamment les rapports de Goldmann à Barthes, en nous appuyant sur l’interventio (...)

3Autant de pistes de travail possibles. Dans cet article, nous avons choisi de revenir sur l’intérêt de Goldmann pour la théorie formelle et formaliste7, ainsi que sur les analyses formelles (rhétoriques, poétiques, stylistiques) qu’il a pu esquisser. L’étude de la place de l’étude formelle dans la méthodologie goldmannienne, qui se veut une approche totale de l’œuvre littéraire peut nous permettre d’interroger la possibilité (théorique et pratique) d’une analyse qu’on peut qualifier de socio-stylistique.

L’Intérêt de Goldmann pour une approche de la forme littéraire

4L’intérêt de Goldmann pour la forme littéraire peut se décliner de plusieurs manières, du macro au micro : une approche esthétique globale (qui se confond souvent avec celle de genre littéraire), une analyse des structures signifiantes et enfin une approche des micro-structures.

Une approche esthétique globale

  • 8 Voir ainsi L’Âme et les formes, Paris, Gallimard, [1911] 1974 et Théorie du roman, Paris, Gallimard (...)

5Goldmann a toujours fait preuve d’un intérêt esthétique. Il a en effet critiqué, tout au long de son œuvre, une sociologie qui ne s’occuperait que des contenus en se désintéressant de la forme. Il a ainsi regretté, dans Sciences humaines et philosophie (1966), que Lukács ait abandonné un concept qu’il avait utilisé entre 1905 et 19178, celui de forme.

  • 9 Sciences humaines et philosophie, Société nouvelle des Éditions Gonthier, Paris, [1952] 1966, p. 13 (...)
  • 10 Ibid., p. 137.

Si tout sentiment, toute pensée et, à la limite, tout comportement humain est Expression, il faut, à l’intérieur de l’ensemble des expressions, distinguer le groupe particulier et privilégié des Formes qui constituent les expressions cohérentes et adéquates d’une vision du monde sur le plan du comportement, du concept ou de l’imagination9.
Il va de soi, par contre, que l’étude des grandes œuvres philosophiques et littéraires demande un travail d’analyse extrêmement poussé puisqu’à la limite il faut essayer de dégager, à partir de la vision d’ensemble, non seulement le contenu, mais aussi la forme extérieure de l’œuvre. C’est un travail qui, jusqu’ici, a été très peu entrepris mais qui nous semble constituer une des tâches principales de la critique littéraire et l’analyse des styles10

  • 11 Pour une sociologie du roman, Op. cit., p. 23.
  • 12 Cette narration peut cependant connaître des variations. Ainsi Lukács loue l’aptitude de Balzac à n (...)

6Cette notion de forme peut recouvrir plusieurs définitions. Elle s’est pendant longtemps confondue, sous la plume de Goldmann, avec celle de genre littéraire. Dans la lignée de Hegel et du premier Lukács, Goldmann a ainsi essayé de retracer une histoire esthétique des genres littéraires. Ainsi, dans Pour une sociologie du roman (1964) se revendique-t-il explicitement du Lukács de la Théorie du roman (1920) pour penser la forme romanesque moins comme un choix individuel que comme une nécessité, née d’une situation historique et politique. Le roman se définit alors comme « l’histoire d’une recherche dégradée (que Lukács appelle “démoniaque”) recherche de valeurs authentiques dans un monde dégradé lui aussi mais à un niveau autrement avancé et sur un mode différent11 ». Or, de cette définition même, Lukács et à sa suite Goldmann, déduisent des caractéristiques esthétiques spécifiques au roman : la nécessité d’une narration surplombante (que nous appellerions aujourd’hui omnisciente12), la présence d’une certaine tonalité ironique, qui manifeste l’écart entre la dégradation des valeurs dans le roman (celle de la recherche du héros, celle de ses valeurs) et des valeurs authentiques.

  • 13 Pour une sociologie du roman, « Introduction à une étude structurale des romans de Malraux », pp. 6 (...)

7Lorsque Goldmann, après avoir étudié le fragment et le théâtre (Le Dieu caché, 1955) analyse l’évolution du roman au xxe siècle (Pour une sociologie du roman, 1964), il tente de comprendre cette évolution formelle par rapport aux évolutions historiques et sociales du siècle, par rapport aux structures des groupes sociaux auxquels appartiennent les auteurs romanesques, mais aussi par rapport aux évolutions esthétiques internes aux romans. Ainsi Goldmann étudie le rapport entre l’évolution de la forme globale des romans de Malraux et certains choix formels, comme la figure du héros ou le type d’intrigue13. Par exemple, un ouvrage comme Les Conquérants correspondrait à la définition lukácsienne classique du roman (avec un héros problématique qui recherche des valeurs dégradées de manière dégradée, dans un monde dégradé) et à une forme de roman traditionnelle (un héros principal, une intrigue qui évolue de manière linéaire). Au contraire, L’Espoir représenterait une limite ou un franchissement extra-romanesque : le récit, lyrique, se trouve à la frontière du roman et du poème en prose, le héros n’est plus individuel, mais collectif. L’intrigue ne dépeint plus la trajectoire d’une individualité par rapport à une communauté, mais cette communauté elle-même, ce qui a plusieurs conséquences formelles : éparpillement des voix (polyphonie), multiplication des situations (pas d’intrigue linéaire), etc.

De l’esthétique des genres à l’analyse des structures significatives. Analyse des énonciations raciniennes

  • 14 Le Dieu caché, Gallimard, Paris, [1955] 1959, p. 351.
  • 15 Ibid., p. 351.

8Cet intérêt esthétique se limite-t-il à une esthétique des genres littéraires ? De fait, si Goldmann tente d’identifier, à partir du fonctionnement interne des œuvres, des structures significatives de l’œuvre, qui exprimeraient une vision du monde, il s’interroge peu sur les formes internes qui dévoilent ces structures significatives. Il serait cependant erroné de dire qu’il oblitère totalement ce point. On relève des réflexions formelles sur ces formes internes dans Le Dieu caché (1955), à propos du paradoxe pascalien, mais surtout de certaines spécificités formelles de la tragédie racinienne. Par exemple, si on suit la définition goldmannienne des modalités de la tragédie racinienne, comprises comme autant de variations de l’expression du dieu caché (toujours absent et présent) et des rapports du héros avec, d’une part, ce Dieu et, d’autre part, le monde (ou la communauté), on peut relever plusieurs analyses des manifestations formelles de ces rapports. Ainsi Goldmann explique-t-il la règle des trois unités comme une « nécessité interne14 » inhérente à la structure signifiante globale de l’œuvre, car tout, dans la tragédie racinienne « se jou[erait] en un seul instant : celui où l’homme devient réellement tragique par le refus du monde et de la vie15 ». La règle des trois unités n’est donc pas extérieure à l’œuvre : elle participe au sens même de l’œuvre.

  • 16 Ibid., p. 369.

9L’analyse formelle la plus poussée de Goldmann est celle de l’énonciation dans les différentes tragédies de Racine, comme expression esthétique d’une structure signifiante. Nous pouvons ainsi citer l’analyse de la présence ou de l’absence du chœur dans les tragédies raciniennes : « Or, ce problème de la solitude radicale du personnage tragique sous le regard du Dieu caché et de sa solidarité avec tout un peuple lorsque Dieu est présent a non seulement une expression philosophique en tant que problème de la communauté humaine et de l’univers, mais aussi une expression esthétique : le problème du chœur16. »

  • 17 Idem.
  • 18 Ibid., p. 440.
  • 19 Ibid., p. 370.

10Pour Goldmann, le chœur est représentatif du monde de la tragédie grecque, monde dans laquelle la communauté est encore réelle et proche du héros. Le chœur exprime « la pitié et la terreur de la communauté devant la destinée de l’un de ses membres qui, analogue par son essence à tous les autres, avait attiré sur soi la colère des dieux17 ». Dans la tragédie grecque, du fait de la présence du chœur, le héros n’est jamais complètement seul. La tragédie grecque ne serait donc pas complètement tragique, contrairement à la tragédie racinienne. Mais dans les œuvres mêmes de Racine, il est possible de différencier les tragédies proprement dites (comme Phèdre) des drames sacrés (Esther et Athalie) où le chœur reparaît. Dans ces drames sacrés, le Dieu est présent et manifeste. Ces drames, « à la place du Dieu caché et muet de la tragédie […] présentent un univers dans lequel Dieu est victorieux et présent dans le monde18 ». S’il y a présence d’un dieu, il y a possibilité d’un avenir (disparaissent donc les unités de lieu et de temps), possibilité d’une inscription dans le monde et dans une communauté, et ainsi d’une énonciation collective (le chœur peut donc réapparaître). Par contre, dans les tragédies proprement tragiques, le chœur ne peut pas apparaître, même lorsqu’il est évoqué. Ainsi, dans Britannicus, alors même que Junie échappe à Néron en s’enfuyant chez les Vestales, nous n’entendons pas Junie une fois sortie de scène. Nous n’entendons pas non plus le chœur des Vestales. Le monde des dieux reste irrémédiablement séparé du monde du héros tragique (celui de Néron). C’est l’illustration du Dieu toujours présent et absent : « il est quelque part, derrière la scène, caché comme le Dieu janséniste et pourtant toujours présent comme espoir et comme possibilité de refuge19. »

  • 20 Benveniste (Émile), « L’appareil formel de l’énonciation », Problèmes de linguistique générale, tom (...)
  • 21 Benveniste prend l’exemple du monologue intérieur, comme « dialogue intériorisé ». Mais l’analyse d (...)
  • 22 Idem.
  • 23 Le Dieu caché, p. 429.
  • 24 Idem.

11La forme énonciative tragique typique serait celle non pas du chœur, de l’énonciation collective, mais du monologue, qui manifesterait parfaitement le paradoxe du Dieu toujours présent et absent. En effet, comme l’a montré Benveniste, toute énonciation, quelle qu’elle soit, est une allocution, adressée à un destinataire. Le locuteur, « dès qu’il se déclare locuteur et assume la langue, il implante l’autre en face de lui, quel que soit le degré de présence qu’il attribue à cet autre20 ». Le monologue n’échappe pas à cette règle21, il est toujours adressé, quand bien même on s’adresserait à soi-même ou à un interlocuteur absent : le monologue « doit être posé, malgré l’apparence, comme une variété du dialogue, structure fondamentale22 ». Dans le monologue proprement tragique, le héros ne s’adresse pas aux personnages qui représentent le monde, mais au Dieu qui ne répond pas, qui est un spectateur muet. L’ambiguïté énonciative de la prise de parole de Phèdre lors de sa première apparition (III, 3), le pseudo-dialogue qui s’institue entre elle et Œnone illustre « d’emblée », pour Goldmann, « la structure de l’univers tragique23 ». Phèdre hésite entre deux interlocuteurs : Œnone (c’est-à-dire le monde, l’endroit où vivent les humains) et les dieux muets (le jour, le soleil). Si Œnone s’adresse à Phèdre et la presse, Phèdre hésite à lui répondre, bon nombre de ses répliques formant « le plus radical des dialogues solitaires entre un héros tragique et les dieux muets de la tragédie24 » :

Noble et brillant auteur d’une triste famille
Toi, dont ma mère osait se vanter d’être fille,
Qui peut-être rougis du trouble où tu me vois,
Soleil, je te viens voir pour la dernière fois ! (I, 3).

  • 25 Ibid., p. 421.

12Si nous poursuivons l’analyse de Goldmann, nous pouvons voir dans cette tension énonciative de la prise de parole de Phèdre (qui hésite entre l’adresse à un interlocuteur absent qui ne répond pas et l’adresse à un interlocuteur présent qui répond) l’expression même du paradoxe de la pièce, un espoir qui est nécessairement illusoire : « la tragédie de l’espoir de vivre dans le monde sans concession, sans choix et sans compromis, et de la reconnaissance du caractère nécessairement illusoire de cet espoir25 ». Cette reconnaissance s’exprimerait à la fin de la pièce, dans les dernières paroles de Phèdre, qui ne s’adresse plus directement à Thésée :

Déjà je ne vois plus qu’à travers un nuage
Et le Ciel et l’époux que ma présence outrage ;
Et la mort à mes yeux dérobant la clarté,
Rend au jour qu’ils souillaient toute sa pureté. (V, 7)

13Phèdre se retourne vers le dieu présent mais muet (et donc aussi absent), comme au début de la pièce. Cette tension énonciative traverse toute l’œuvre : elle est bien une structure signifiante.

Des structures signifiantes aux micro-structures

  • 26 Voir Kristeva (Julia), Les Samouraïs, roman autobiographique à clefs, où Goldmann apparaît sous le (...)

14Ces analyses restent cependant ponctuelles. Goldmann, qui pourtant n’était pas prompt à accepter les reproches qu’on pouvait lui faire, a reconnu lui-même le bien-fondé des critiques qui jugeaient qu’il ne s’intéressait pas suffisamment aux formes. Il a plusieurs fois déclaré que ce manque ne venait pas d’un désintérêt réel, mais d’une difficulté matérielle, et notamment de l’absence de collaboration avec des stylisticiens ou des linguistes (on sait qu’il aurait voulu que J. Kristeva26 notamment travaille avec lui dans cette direction). Citons plusieurs de ses prises de positions sur ce point.

  • 27 Le Dieu caché, Op.cit., pp. 350-351.
  • 28 Structures mentales et création culturelle, Op. cit., « Micro-structures dans Les Nègres de Jean Ge (...)
  • 29 Ibid., p. 306
  • 30 Structures mentales et création culturelle, Op. cit., « Éloges III de Saint-John Perse », p. 329.

Ceci dit, quelle contribution la méthode historico-sociologique peut-elle apporter à l’étude des ouvrages littéraires ? […] Une telle méthode peut, en dégageant tout d’abord les différentes visions du monde d’une époque, mettre en lumière les contenus des grandes œuvres littéraires, et leur signification. Ce sera, par la suite, la tâche d’une esthétique qu’on pourrait appeler sociologique de dégager la relation entre la vision du monde et l’univers d’être et de choses dans l’œuvre et celle de l’esthétique ou de la critique littéraires proprement dites, de dégager les relations entre, d’une part, cet univers et d’autre part, les moyens et les techniques proprement littéraires qu’a choisis l’écrivain pour l’exprimer.
On voit à quel point ces analyses se présupposent et se complètent. Ajoutons qu’au cours de la présente étude, nous resterons presque continuellement au premier de ces deux paliers esthétiques, celui du rapport entre la vision et l’univers. Quant à la relation entre cet univers et les moyens d’expression proprement littéraires, nous l’effleurerons à peine quelquefois, en passant, sans aucune velléité d’analyse approfondie27.
On nous a maintes fois reproché de limiter nos analyses presque toujours au signifié, à la structure de l’univers de l’œuvre, et de n’apporter, sauf quelques rares exceptions (…), aucun renseignement sur la forme dans le sens étroit que les critique considéraient le plus souvent comme l’aspect spécifiquement littéraire du texte. À cela nous avons toujours répondu que l’objection était justifiée mais qu’il fallait un travail déjà considérable pour trouver une nouvelle méthode permettant de dégager la structure significative globale de l’œuvre […] bien qu’il allât de soi que ces analyses devaient être complétées par des recherches plus strictement formelles28.
Quant aux conditions d’un progrès vers le domaine formel, nous avons toujours dit qu’elles dépendaient avant tout de la possibilité de travailler en collaboration avec des spécialistes de stylistique, de phonétique, de sémantique, etc.29
Nous devons préciser en outre que, n’ayant pas de collaborateurs spécialisés en linguistique, il va de soi que l’analyse que nous présentons reste partielle et ne constitue que le début d’une recherche30.

  • 31 Gaillard (Françoise), intervention citée.

15Au-delà de la difficulté toute matérielle de l’ambition goldmannienne (qui nécessiterait un travail en équipe pour mener une démarche philosophique, historique, sociologique et linguistique), il est important de souligner que cette difficulté d’alliance entre une démarche sociologique et une démarche stylistique a des origines institutionnelles et politiques. En effet, le structuralisme génétique, historique et sociologique, de Goldmann ne peut que s’opposer à l’analyse stylistique telle qu’elle existait dans les études littéraires. Faute de temps pour dresser un panorama historique complet des études littéraires à l’époque goldmanienne, nous nous concentrerons sur les rapports entre Goldmann et Barthes, rapports que Françoise Gaillard qualifie de « rencontre manquée31 ».

Comment penser le rapport entre formes et société ? Retour sur le débat Barthes / Goldmann

le débat de 1964. Structuralisme contre structuralisme génétique.

  • 32 Barthes (Roland) « Les deux sociologies du roman », Œuvres complètes, tome I, Paris, Seuil, [1963], (...)
  • 33 Ibid., p. 1148

16Les rapports de Barthes et Goldmann ne peuvent se résoudre à un simple antagonisme. Les deux hommes ont plusieurs fois exprimé leur respect mutuel, tout en soulignant leurs divergences. Ainsi, en 1963, dans un compte-rendu de Pour une sociologie du roman, Barthes souligne l’intérêt de la typologie romanesque de Goldmann tout en lui reprochant de négliger les formes : « ce corps parfaitement cohérent de phénomène formel (au sens le plus extérieur du terme), écritures, rhétoriques, modes de narration, techniques de perception, critères de notation, qui font, eux aussi, le roman32 ». Le verdict de Barthes est sans appel : « La “forme” de Goldmann semble paradoxalement laisser passer les “formes33” ».

  • 34 Goldmann (Lucien), Bernard (Michel), Lallemand (Roger) (dir.), Littérature et société. Problèmes de (...)
  • 35 Barthes (Roland), « L’analyse rhétorique », Littérature et société, Op. cit., pp. 31-45.
  • 36 Barthes (Roland), « L’analyse rhétorique », Littérature et Société. Problèmes de méthodologie en so (...)

17Pour mieux comprendre l’intérêt et les réticences que peut avoir Goldmann par rapport à l’orientation que prend, au fil des années, l’analyse formelle de Barthes, nous choisirons ici non pas de faire l’historique des rapports entre Goldmann et Barthes mais de revenir sur un débat, qui nous semble particulièrement révélateur des enjeux de leurs méthodologies respectives. En 1964 a lieu un colloque à Bruxelles, sur l’œuvre de Lucien Goldmann34 (et plus largement autour de la sociologie de la littérature), colloque dans lequel Barthes propose une intervention sur la rhétorique35. Cette intervention est suivie d’un échange collectif. C’est lors de cet échange que Goldmann synthétise ce qui l’intéresse dans la démarche de Barthes, l’attention à la forme, aux micro-structures, et ce qui l’en éloigne : pour lui cette approche formelle n’est pas sociologique, d’où son caractère idéologique. Cette intervention de Barthes et cette réponse de Goldmann éclairent leur divergence d’une part quant à la sociologie de la littérature, d’autre part quant à l’analyse formelle que Barthes appelle rhétorique. Barthes, dans son intervention36, réfléchit à la manière dont on peut lier rhétorique et société et analyse la mutation profonde de la rhétorique durant la seconde moitié du xixe siècle.

  • 37 Ibid., p. 34.

Cette mutation est sans doute en rapport avec la crise de la conscience bourgeoise ; le problème n’est pas de savoir si l’une reflète analogiquement l’autre, mais si face à un certain ordre de phénomènes, l’histoire n’intervient en quelque sorte que pour modifier le rythme de leur diachronie, en effet dès que l’on a affaire à des formes (et c’est évidemment le cas du code rhétorique) les processus de changements sont plus de l’ordre de la translation que de l’évolution […]37.

  • 38 Lévi-Strauss (Claude), « Préface », Six leçons sur le son et le sens, R. Jakobson, Éditions de Minu (...)

18Barthes se positionne d’une part contre une théorie du reflet qui voudrait que l’histoire se reflète dans la rhétorique et contre le principe d’évolution selon lequel un principe immanent se développerait de lui-même. Pour lui, la littérature est un ensemble de formes, de codes, qui créent une structure. Le critique ne doit pas penser l’histoire mais les possibles. C’est exactement la même démarche que celle de Lévi-Strauss dans Les Structures de la parenté : il ne s’agit plus de s’attaquer à « la tâche sans issue de chercher les choses derrière les choses », mais de « s’affranchir de la considération des termes pour s’élever à celles des relations38 ». Barthes cherche à mettre en place un système des formes rhétoriques :

  • 39 Barthes (Roland), Art. cit., p. 35.

Mais ici encore, il ne faut pas attendre un rapport analogique entre un groupe d’usagers et sa rhétorique ; la tâche est plutôt de reconstituer un système général de sous-codes dont chacun se définit dans un certain état de société par ses différences, ses distances et ses identités à l’égard de ses voisins39 […].

19Il ne s’agit pas, pour Barthes, de réfléchir au rapport (analogique ou plus complexe) entre code rhétorique et classe sociale, mais de faire une cartographie des codes, puis ensuite de les relier à leurs rapports sociaux (par rapport, par exemple, aux codes dominants bourgeois). Il s’agit d’une démarche qu’on peut appeler structuraliste puisqu’elle est classificatoire. Cette classification ne se veut pas indépendante de la société, mais même si elle peut être reliée à la société, aux classes sociales, il ne s’agit pas d’une démarche historique sociologique mais plutôt sémiologique structuraliste.

20Dans le débat suivant sa propre intervention, Goldmann rend hommage à l’analyse structuraliste de Barthes du fait littéraire et de la rhétorique. Il salue l’intérêt de l’analyse formelle et reconnaît que les tenants de l’école lukácsienne (c’est-à-dire lui-même) n’ont bien souvent fait que de l’analyse de contenu lorsqu’ils ont essayé de faire de l’analyse formelle :

  • 40 Goldmann (Lucien), « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature », Littérature et (...)

Je suis le premier à être conscient de l’intérêt qu’il y aurait à établir un lien entre les travaux de l’école lukácsienne et ceux du structuralisme non génétique qui se rattache aux noms de Lévi-Strauss et de Roland Barthes. Mais c’est une chose plus facile à souhaiter qu’à réaliser. Il est en tout cas évident que les recherches d’inspiration lukácsienne n’arrivent que très rarement et de manière tout à fait accidentelle à des analyses de type formel et demeurent le plus souvent au niveau de ce qu’on pourrait appeler par certains côtés, le contenu. C’est pourquoi je me suis empressé de dire à quel point j’ai trouvé la partie méthodologique de l’exposé de Barthes passionnante, et à quel point je vois la nécessité de l’intégrer à nos propres travaux40.

  • 41 Barthes (Roland), « L’analyse rhétorique », Art. cit., p. 38.

21Goldmann reproche cependant à Barthes d’affirmer l’« autonomie du système sémiotique par rapport au message directement notatif de la littérature41 », c’est-à-dire l’idée d’une autonomie de la forme par rapport au contenu. Cette divergence d’analyse entre les deux critiques vient d’une opposition méthodologique. Pour Barthes, le processus de transformation des formes ne peut être lié au changement de la société (donc au changement du contenu des messages). Pour Goldmann, il faut chercher une explication causale du changement des formes en les reliant à une extériorité, aux transformations sociales qui entraînent une transformation du message, donc du contenu. Alors que Barthes pense que la possibilité de changement est inscrite dans les structures, c’est-à-dire dans le système sémiotique lui-même, Goldmann pense que le langage ne peut jamais jaillir comme forme autonome. Goldmann affirme que les deux méthodes exposées ne se valent pas, car la recherche empirique montrerait que sa propre méthode fonctionne alors qu’il n’y a aucune donnée positive de la non-explication causale des transformations des formes littéraires.

  • 42 Ibid, p. 39.

22Cette opposition méthodologique recoupe l’opposition entre structuralisme et philosophie de l’histoire, ou entre structuralisme et structuralisme génétique. Goldmann compare son débat avec Barthes au débat entre Lévi-Strauss et Lukács : « Certains savants ne cherchent que la régularité, la loi, d’autres défendent la nécessité de rechercher toujours la cause, d’aller au-delà de la loi, de ne pas s’arrêter à la régularité et de poser le problème du pourquoi42. » Cette opposition est selon Goldmann idéologique. Ne pas vouloir penser l’histoire, c’est-à-dire la cause, c’est ne pas penser la possibilité d’un changement autrement que comme un pur événement imprévisible.

  • 43 Goldmann (Lucien), « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature », Art.cit., pp. 2 (...)

Mais lorsque par la suite, il [Barthes] s’est orienté vers l’explication des transformations par un mouvement interne de type cyclique ou de n’importe quelle autre nature, et lorsqu’il a vu dans l’histoire seulement un élément perturbateur, propre à troubler des régularités purement immanentes de certains secteurs de la conscience et du comportement, il m’a semblé que je ne me trouvais plus devant une analyse purement scientifique, mais devant l’expression idéologique de tout ensemble de courants contemporains de pensée qui, correspondant en cela aux structures technocratiques de la société occidentale, tendant à éliminer la réalité de l’histoire43.

  • 44 Voir ainsi la critique d’Olivier Revault d’Allonnes à propos de l’ouvrage de Michel Foucault Les Mo (...)

23Goldmann reproche à Barthes de ne pas penser le lien entre forme et histoire mais de penser les formes comme un système quasi autonome, simplement perturbé par l’histoire. Or selon Goldmann, il y a une parenté entre ce type d’analyse et une idéologie de technocrate qui pense l’évolution de la société sur le mode de la régularité et non du changement (on peut d’ailleurs noter que ce même reproche, qui lie approche anhistorique et mentalité technocratique, sera adressé à Foucault44). Penser les formes comme un système autonome veut dire, sur le plan philosophique, ne plus penser l’homme comme sujet potentiel, comme acteur de son histoire. C’est renoncer aux principes mêmes du matérialisme historique.

Deux visions de la critique 

  • 45 Goldmann (Lucien), Structures mentales et création culturelle, Op. cit., « Réponse à MM. Picard et (...)
  • 46 Voir ainsi Picard (Raymond), Nouvelle critique ou nouvelle imposture, Pauvert, 1965 et Daix (Pierre (...)
  • 47 Del Lungo (Andrea), « S/Z, ou les envers de la critique balzacienne », Alexandre Gefen, Marielle Ma (...)
  • 48 Voir Bouffard (Alix) et Véron (Laélia), « De Marx à Balzac. Fondements théoriques d’une lecture mar (...)
  • 49 Voir Del Lungo, Ibid.

24Cette divergence entre Barthes et Goldmann, entre l’approche formaliste sémiologique structuraliste et celle souhaitée, sinon effectuée, par les tenants d’une vision matérialiste de la littérature ne fera que s’accentuer. Lorsque Goldmann affirme, en 1969 que sa pensée et sa méthode sont « radicalement opposées45 » à celles de Barthes, c’est sans doute d’une part pour résister alors à la tendance qui voulait ranger sous le nom « Nouvelle Critique » des auteurs bien différents46 mais aussi parce qu’il s’éloigne réellement de la méthodologie de Barthes. Cette opposition sera entérinée avec la publication de S/Z en 1970. L’analyse formelle de Barthes, dans cet ouvrage, si elle se définit contre la stylistique légitimante (comme le faisait déjà Sur Racine en 1963), se définit également contre l’approche matérialiste. Lorsque Barthes s’attaque à Balzac en publiant S/Z, il touche aussi bien, comme le dit Andrea Del Lungo, à un « monument littéraire “sacré”, aussi monolithique qu’inébranlable », qu’à « l’auteur fétiche de ce qui restait à l’époque, en France, de la critique d’inspiration marxiste47 », Balzac, admiré par Marx et Engels, étudié par Lukács48. C’est d’ailleurs pourquoi Barbéris répond à Barthes, en commençant par le remercier d’avoir remis en cause des lectures classiques, mais lui reprochant ensuite vivement d’oublier ce qui est le principe de toute analyse matérialiste, l’histoire et les aspects socio-politiques du texte49. L’approche formelle de Barthes semble appartenir, en 1970, à un autre camp que l’approche critique matérialiste, auquel appartient Goldmann.

  • 50 Gaillard (Françoise), intervention citée.

25Soulignons que cette opposition méthodologique entre Goldmann et Barthes est aussi, comme l’a souligné Françoise Gaillard, une opposition quant au rôle de la critique : « Pour Roland Barthes, l’activité critique se situe hors de la question de la vérité. (…) Son but n’est pas de découvrir des vérités (encore moins une vérité) mais de faire émerger des validités50 ». Barthes cherche des possibles, quand Goldmann cherche une vérité. C’est que pour Goldmann, le rôle de la littérature est bien d’exprimer des idées via une vision du monde qui va forcément s’exprimer dans une forme littéraire appropriée. On peut dire que pour Barthes la forme est une expérimentation qui doit être saisie en elle-même dans ce qu’elle produit, dans ce qu’elle permet, alors que Goldmann réfère toujours la forme à ce dont elle est l’expression (pas ce dont elle pourrait être l’expression).

26Malgré la déception qu’il éprouve vis-à-vis du tour pris par l’analyse formelle de Barthes, et vis-à-vis de l’analyse formelle structuraliste en général, Goldmann n’a pas renoncé à introduire ce type d’analyse dans son approche de l’œuvre littéraire. Il s’est lui-même essayé à cette analyse formelle, notamment dans certains articles, issus d’un travail collaboratif à l’Université Libre de Bruxelles, écrits à la fin des années 1960.

Trois exemples d’analyse formelle par Goldmann

« Micro-structures dans les vingt-cinq premières répliques des Nègres de Jean Genet51 »

  • 51 In Structures mentales et création culturelle, Op.cit., p. 303-325. Ce texte a été rédigé par L. Go (...)
  • 52 « Le théâtre de Genet. Essai d’étude sociologique », Structures mentales et création culturelle, Op (...)
  • 53 Art. cit.
  • 54 Ibid., p. 308.
  • 55 Idem.
  • 56 Pour un exemple de cette critique, voir Bonzon (Alfred), La Nouvelle Critique et Racine, Éditions A (...)

27Dans cet article, Goldmann ne fait pas stricto sensu une étude formelle des Nègres de Jean Genet, mais tente de prouver, via une étude formelle, la validité de son interprétation. Ainsi dans « Le théâtre de Jean Genet. Essai d’analyse sociologique52 » puis dans les « Micro-structures dans les vingt-cinq premières répliques des Nègres de Jean Genet53 », établit-il une hypothèse sociologique interprétative de l’œuvre de Jean Genet ainsi qu’une macro-structure signifiante. La structure des quatre principales pièces de Genet (Les Bonnes, Le Balcon, Les Nègres, Les Paravents) serait celle d’un « univers structuré par le conflit entre dominés et dominants54 ». Cette structure générale connaît des variations selon les pièces, mais elle s’organise à chaque fois selon un rituel « constitué à la fois par la haine contre les dominants et la fascination que ceux-ci exercent sur les dominés55 » (rituel qui lui-même connaît des issues différentes selon les pièces). Si cette hypothèse est juste, cette structure signifiante doit pouvoir se lire au niveau de chaque micro-structure. En établissant cette cohérence entre hypothèse générale, macro-structure et micro-structure, Goldmann cherche principalement à répondre à une critique qui lui a été adressée de manière récurrente (et contre laquelle il s’est toujours élevé), une critique selon laquelle ses hypothèses interprétatives (mise au jour de structures cohérentes de l’œuvre, vision du monde, etc.) seraient abusives, soit en exagérant, soit en délaissant certains éléments de l’œuvre56 :

  • 57 « Réponse à MM. Elsberg et Jones », Art.cit., p. 396.

Quant au reproche “d’ajuster l’œuvre” à des analyses a priori, à des conceptions ou à des hypothèses sociologiques, tout ce que je peux dire c’est que mes collaborateurs et moi-même commençons toujours par une analyse interne de l’œuvre et que nous nous efforçons de tenir compte de l’intégralité des textes, alinéa par alinéa, à un degré peu pratiqué par des critiques littéraires57.

28Goldmann cherche à montrer comment, dans les vingt premières répliques des Nègres de Genet, la macro-structure se retrouve au niveau des micro-structures. Cette macro-structure est définie comme la mise en place d’un rituel qui débouche sur un conflit.

  • 58 Ibid., p. 311.

[On peut définir le] « rituel de la pièce comme une agression des Nègres contre les Blancs, agression que ceux-ci tentent d’empêcher ou d’interrompre par une agression contraire sans y parvenir, le conflit entre ces deux forces se terminant par la défaite des Blancs et la rupture des attaches de l’Afrique.
Tout ceci sur le plan imaginaire, bien entendu, mais lié à une lutte réelle qui se déroule derrière la scène58 […].

29Goldmann montre comment dans le prologue cette présence du rituel et de l’agression et de la contre-agression est omniprésente. Ainsi, dès, non pas les premières répliques, mais les premiers échanges paraverbaux indiqués par les didascalies, on retrouve ce schéma. Le comportement des Nègres (leur danse), est ressenti comme une menace par la Cour. La Cour tente une agression, par l’éclat d’un rire aigu, mais à ce rire répond immédiatement un autre rire des Nègres, plus aigu, qui déconcerte la Cour. Il s’agit bien d’un rituel, puisque l’échange s’organise autour d’une pantomime et que ces rires sont présentés dans le texte comme mis en scène, orchestrés par le groupe.

30Force est de constater que ce schéma, dégagé par Goldmann, semble bien saisir une dimension essentielle du texte des Nègres. Mais on peut se demander à quel point il s’agit d’une étude formelle et si les termes de micro-structures et de macro-structures ne sont pas quelque peu abusifs. Certes, l’idée même d’un schéma de composition (attaque ; contre-attaque) est juste et décrit le mouvement du texte c’est-à-dire la structure de la scène, mais la dimension du rituel n’est pas explicitée en termes de formes au niveau de phrase ou du syntagme. L’analyse reste macro.

« Éloges III de Saint-John Perse59 »

  • 59 « Éloges III de Saint John Perse » Structures mentales et création culturelle, Op. cit., pp. 327-33 (...)
  • 60 Ibid., p. 330.

31Cette étude est une des rares analyses de Goldmann qui prend pour objet la poésie. Dans cet article, Goldmann distingue une structure significative et étudie la façon dont on peut retrouver ce modèle dans des micro-structures. Ainsi, selon lui, le modèle sémantique global est celui de la « synthèse entre le statique extérieur et le dynamique enveloppé et caché qui assure seul la participation à la maîtrise du passé et de l’avenir60 ». Goldmann analyse les manifestations de ce modèle au niveau rythmique, lexical et sémantique. Il montre comment cette même structure se retrouve à divers degrés dans le poème, dans différentes micro-structures développées (sur plusieurs vers) ou réduites et renforcées à la fois (sur une même proposition).

32L’analyse est fine et rigoureuse, et elle a l’a l’intérêt de varier les échelles. Elle se heurte cependant à plusieurs limites. Tout d’abord, Goldmann ne met pas cette vision du monde en rapport avec un groupe social. On voit la difficulté d’établir une analyse qui réunit les trois dimensions de l’approche littéraire goldmannienne telle qu’il l’ambitionne, sociologique, sémantique et formelle. D’autre part, Goldmann modifie quelque peu sa méthode, qui est censée exiger que la vision du monde ne soit pas celle d’un texte ou d’une œuvre, mais de l’ensemble de l’œuvre de l’auteur (même si elle subit des variations). Ici, Goldmann étudie la structure signifiante d’un seul poème, ce qui paraît plus aisé. Il contourne cette difficulté méthodologique en déclarant qu’il s’agit d’une spécificité poétique, qu’il y aurait une unité du poème par rapport au recueil (et du recueil par rapport à l’œuvre), et que cette unité et cette autonomie seraient bien plus forte dans le cas du poème par rapport au recueil que dans celui de l’acte par rapport à la pièce, du chapitre par rapport au roman, etc. C’est cependant plus un postulat qu’une démonstration.

« Les Chats de Charles Baudelaire61 »

  • 61 Structures mentales et création culturelle, Op. cit., pp. 347-352.
  • 62 Ibid., p. 348.
  • 63 Jakobson (Roman) et Lévi-Strauss (Claude) « Les Chats de Charles Baudelaire », L’Homme, 1962, tome (...)
  • 64 Ibid., p. 348.

33Goldmann prétend dans cette étude reprendre l’analyse « d’inspiration linguistique62 » menée par Jakobson et Lévi-Strauss63 (1962). L’analyse de Jakobson et Lévi-Strauss est conçue comme un modèle d’analyse formelle : elle analyse chaque vers du poème puis revient sur la structuration d’ensemble et en tire quelque conclusions interprétatives – il est ainsi erroné de réduire l’analyse, comme le fait Goldmann, à une description purement formelle, avec « abstraction de la signification globale du texte64 ».

  • 65 « La simple connaissance superficielle de ses poèmes les plus connus suggère que cette vision du mo (...)

34La démarche de Goldmann est la suivante : il s’appuie, lui aussi, sur l’analyse formelle des micro-structures, mais cherche à chaque fois à rattacher ses micro-remarques à une structure significative globale : la tension due à l’impossibilité d’une synthèse entre un élan vers la transcendance et le refus de cette transcendance qui aboutit soit au mal soit à l’immobilité. Il s’appuie sur des remarques formelles, mais cherche, contrairement à Jakobson et Lévi-Strauss, à les interpréter à chaque fois, comme autant de manifestations de cette tentative de synthèse (synthèse non réussie dans la transcendance, synthèse réussie à la limite de l’immanence et de la transcendance, etc.), ce qui lui permet de dessiner cette structure significative globale. Cette structure significative globale conviendrait au poème des Chats, mais aussi, selon Goldmann à l’œuvre générale de Baudelaire (même si cette affirmation est quelque peu désinvolte65). Nous retrouvons cette exigence de la totalité qui manquait dans l’analyse de Saint-John Perse.

  • 66 Ibid, note 2, p. 351.

35Goldmann cherche à dépasser le côté purement technique et formel de l’analyse de Lévi-Strauss et de Jakobson. Ainsi Lévi-Strauss et Jakobson dégagent-ils la structure du sonnet en se basant sur la ponctuation. Goldmann, lui, se base sur la ponctuation et sur le rapport à cette structure signifiante, en établissant la façon dont le premier quatrain illustre une tension dialectique (synthèse réussie ; synthèse échouée ; synthèse réussie). Il va jusqu’à conclure : « Serait-il exagéré de dire que, si Jakobson et Lévi-Strauss ont dégagé la tripartition, nous avons dégagé sa raison d’être, et le pourquoi des trois points66 ? » On peut tempérer le contentement de Goldmann en remarquant que cette analyse conserve un caractère abstrait. Si Goldmann dégage bien une structure, une tension, peut-on pour autant parler ici de vision du monde ?

Faiblesses et prolongements

36Si ces approches présentent quelquefois des analyses convaincantes, nous trouvons peu d’exemples d’une illustration complète de la méthode goldmannienne (formes internes ou micro-structures ; structure signifiante ; vision du monde ; classe sociale). Outre le caractère ponctuel de ces études, il semble qu’elles pèchent à cause de certains problèmes méthodologiques que nous pourrions tenter de repenser.

Un certain flou autour du terme de « structures »

37Le mot structure est hérité de la terminologie marxiste, mais peut, nous semble-t-il, prêter à confusion, quand Goldmann parle de structure globale et de micro-structures ou de structures partielles. Si la structure signifiante est l’expression d’une vision du monde cohérente, il faudrait clarifier la place de la forme, des micro-structures et des structures partielles dans l’herméneutique de la vision du monde. Il nous semble que l’analyse formelle de Goldmann reste souvent problématique (à l’exception de son analyse de l’énonciation racinienne, qui présente un continuum du micro au macro), car son approche de la forme est ponctuelle : Goldmann s’arrête au niveau de l’énoncé, ce qui conduit à des remarques éparpillées qui paraissent quelquefois pauvres par rapport à la structure signifiante globale. On trouve un exemple de cette approche dans le chapitre « Expression et forme » dans Sciences humaines et philosophie.

  • 67 Sciences humaines et philosophies, Éditions Gonthier, Paris, p. 137

[S]i nous prenons deux phrases représentatives des deux grandes philosophies du xviie siècle, il est évident que l’équilibre et le balancement parfait des deux temps du Cogito ergo sum ou des deux temps du “Je pense donc je suis” expriment à merveille l’optimisme et l’équilibre de la philosophie cartésienne, tandis que la montée verticale du premier élément et la chute brusque de la fin dans Le silence éternel des espaces infinis m’effraie concentrent et expriment l’essence même de la vision tragique qui part de l’idée fondamentale que l’homme est en même temps grand et petit, c’est-à-dire qu’un seul et même sujet ne peut se définir que par deux attributs en apparence contradictoires67

38Goldmann semble ainsi hésiter entre des approches plus philosophiques que linguistiques ou stylistiques de la notion de forme (dans la lignée de Lukács) et des approches formelles quelques peu caricaturales – certaines tournures minimales seraient représentatives de toute une vision du monde, de toute une pensée. C’est une vision trop mimétique de la forme.

39Il faudrait donc redéfinir les niveaux de l’analyse formelle, pour ne pas s’appuyer seulement sur une opposition macro-structure (ou plutôt thème général) signifiantes et micro-structures ponctuelles formelles mais chercher des structures globales intermédiaires entre l’œuvre et la phrase. On pourrait, pour cela, prendre appui sur les acquis de la grammaire du texte et ainsi discerner de réelles macro-structures transphrastiques – énonciatives, mais aussi narratives, argumentatives, descriptives – qui pourraient servir de cadre à l’analyse des micro-structures (mais s’agit-il toujours de structures ?) formelles locales (lexique, trope, etc.).

La distinction de la forme et du contenu

40Goldmann déclare qu’il y a unité de la forme et du fond mais, en pratique, ne peut s’empêcher d’établir une distinction entre forme et contenu.

  • 68 « Micro-structures (…) », Art. cit., p. 305-306.

Ceci reconnu, nous affirmions cependant aussi que l’œuvre constituait une unité dans laquelle il était impossible de séparer une forme et un contenu, et que dans cette unité, la structure significative globale, ayant son origine dans la conscience collective, était certainement l’élément premier tant du point de vue chronologique […] que du point de vue structural, qu’il était par conséquent impossible d’étudiant le « signifiant » avant le « signifié », les structures partielles avant la structure de l’univers alors que l’inverse était faisable à condition de rester conscient du caractère incomplet et insuffisant de la recherche68.

41Peut-on cependant reprocher à Goldmann cette distinction ? De fait, pour Goldmann, la forme est toujours l’expression d’autre chose, d’une idée, qui elle-même a un contenu idéologique, qu’on peut lier à une conscience collective. Si la forme est fondamentalement liée à cet autre chose, il est logique de la considérer comme un moyen. Mais d’un point de vue méthodologique, cela conduit Goldmann à délaisser l’approche formelle puisqu’elle est toujours dernière et qu’elle paraît purement illustrative. Peut-être est-ce là l’illustration d’un réflexe marxiste qui veut d’abord et à tout prix identifier les superstructures. Du point de vue de l’analyse littéraire, on peut se demander s’il ne serait pas plus pertinent au contraire d’adopter une démarche sémasiologique, c’est-à-dire d’abord de noter les traits stylistiques récurrents/pertinents, les stylèmes pour ensuite essayer de voir en quoi ils traduisent une structure signifiante. Adopter une démarche sémasiologique est plus proche de la méthodologie goldmannienne telle qu’il la définit théoriquement lui-même mais telle qu’il ne la pratique pas toujours, c’est-à-dire, une méthode qui, pour ne pas plaquer d’idée préconçue sur le texte, part toujours du fonctionnement interne du texte, pour noter des récurrences, selon une démarche inductive. Cette démarche « en spirales » (des parties au tout et du tout vers la partie) permettrait sans doute également d’éviter cette autre critique que nous avions déjà mentionnée, qui reprochait à Goldmann d’appliquer une idée préconçue sur un texte.

Prolongements

  • 69 Nous ne parlerons ici que de travaux contemporains ou quasi contemporains et n’évoquerons pas, par (...)

42Si le souhait de Goldmann, sinon de faire école, du moins d’instaurer une méthodologie qui pourrait être explorée collectivement par des sociologues, philosophes, mais aussi linguistes, stylisticiens, etc, n’a pas été exaucé, on peut cependant souligner certains travaux en stylistique qui semblent répondre aux enjeux soulignés par Goldmann. On pourrait s’appuyer sur ces travaux, ces perspectives, pour essayer de voir comment intégrer une étude des formes à la méthodologie goldmannienne69.

  • 70 Bordas (Éric), « Stylistique et sociocritique », Littérature, n°140, 2005, p. 39.
  • 71 Amossy (Ruth), Herschberg Pierrot (Anne), Stéréotypes et clichés, Armand Colin, [1997], 2011.
  • 72 Wolf (Nelly), Prose du monde. Les enjeux sociaux des styles littéraires, Lille, Presses Universitai (...)
  • 73 Meizoz (Jérôme), « Pierre Bourdieu et la question de la forme. Vers une sociologie du style », dans (...)
  • 74 Pour une définition du terme voir Bordas (Éric), « Un stylème dix-neuviémiste : Le déterminant disc (...)
  • 75 Voir Bordas (Éric), Discours et détours. Pour une stylistique de l’énonciation romanesque, Presses (...)

43Tout d’abord, on peut noter les travaux de chercheurs et chercheuses ayant cherché à allier sociocritique et stylistique. La sociocritique, qui partage avec l’approche matérialiste et la sociologie de la littérature la prise en compte du social, mais en prétendant s’appuyer davantage sur le texte (en étudiant le social dans le texte, et non en dehors du texte, qu’il s’agisse de production et de la réception), et la stylistique se sont longtemps ignorées. Mais la stylistique classique a été transfigurée par l’avènement de l’analyse de discours, « pensée comme une épistémologie linguistique et philosophique du sujet sensible70 ». C’est l’avènement et le succès de l’analyse du discours qui a permis la rencontre d’une approche stylistique et sociocritique (on peut penser aux travaux de Ruth Amossy et d’Anne Herschberg Pierrot71, et plus récemment de Nelly Wolf72. D’un point de vue théorique, on peut citer les travaux de Jérôm Meizoz73. Cette démarche considère qu’il ne s’agit pas de retrouver dans les textes littéraires des grands repères morphosyntaxiques figés de la langue, mais qu’il faut considérer les catégories du discours comme toujours historiques et historicisées (cette historicité étant esthétique et politique). Par exemple, Éric Bordas a cherché à discerner des stylèmes dix-neuviémistes (comme l’exophore mémorielle74) en les mettant en rapport avec la perspective illocutoire du roman au xixe siècle75. Dans cette perspective historique de l’approche de la langue, on peut doit citer bien sûr les nombreux ouvrages de Gilles Philippe. Par exemple, dans Sujet, verbe complément, Le moment grammatical de la littérature française, 1890-1940, publié en 2002, Gilles Philippe explique en historien le souci accordé aux questions de grammaire à la fin du xixe siècle, au lendemain de la Grande Guerre (et qui s’incarne notamment autour de la figure de Flaubert) : faire de la littérature est-ce « bien » écrire, en respectant des préceptes puristes ?) C’est poser la question de la valeur littéraire comme un fait historique, voire comme un fait sociologique.

  • 76 Barthes (Roland), « L’analyse rhétorique », Art. cit., pp. 40-41.

44Cette approche historique de la forme est-elle celle de Goldmann ? Lors du débat que nous avons cité, Escarpit76 parle de la résurgence de la strophe spencérienne dans la littérature anglaise, à des intervalles et avec des contenus différents, comme l’expression d’une sorte d’essence littéraire inexplicable sociologiquement et historiquement alors que Goldmann pense qu’il faut se demander pourquoi, à certains moments, les écrivains ont voulu ou ont eu besoin de s’emparer de cette forme. Goldmann ne pense jamais la forme littéraire comme transhistorique ou hors du monde social. Cependant, il semble bien qu’il ait tendance à considérer la langue comme une entité figée et abstraite, qu’on utilise différemment selon les contextes historiques et sociaux, mais qui n’évolue pas elle-même. Goldmann ne pense pas en historien de la langue, il ne pense pas l’œuvre par rapport à l’état historique de la langue.

  • 77 Voir Bourdieu (Pierre), Langage et pouvoir symbolique, Paris, Le Seuil, 2001, pp. 83-84.
  • 78 Hamon (Philippe), Texte et idéologie, Presses Universitaires de France, Paris, p. 6.
  • 79 Ibid., p. 18.
  • 80 Idem.
  • 81 Alors que l’ouvrage est très convaincant (il manque peut-être d’illustrations, mais c’est un ouvrag (...)

45Une des perspectives qui nous semble le plus correspondre aux vœux de Goldmann, dans l’ambition d’allier une approche sociologique critique et une approche poétique, plus que la théorisation des « styles expressifs » et de la « stylistique spontanée » de Bourdieu77 est celle de Philippe Hamon dans Texte et idéologie (1986). Philippe Hamon cherche dans cet ouvrage, dans la lignée de Macherey et de Goldmann lui-même78, à ne pas laisser la question de l’idéologie aux sociologues, mais à la repenser en poéticien et en sémioticien. Il déclare ainsi : « l’effet-idéologie, dans un texte (et non : l’idéologie) passe par la construction et mise en scène stylistique d’appareils normatifs textuels incorporés à l’énoncé79 », en précisant que ces appareils normatifs ne sont pas complètement aléatoires, qu’on peut les retrouver dans certains « points textuels particuliers80 ». Hamon cherche à identifier des macro-structures ou macro-formes et des lieux formels : c’est essayer de faire de l’idéologie une notion abordable par une sémiotique textuelle, tout en repérant des moments-limites du texte (comme les notes de bas de page). Cette perspective, riche et intéressante, n’a pourtant pas donné lieux à d’autres études (par Philippe Hamon ou par d’autres), Hamon ayant même l’air de renoncer lui-même à son propre objet d’étude en fin d’ouvrage81.

  • 82 Sociologie du style littéraire, COnTEXTES, 18 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le (...)
  • 83 Dessy (Clément), Van Nuijs (Laurence) et Stiénon (Valérie), « Qui a peur du style en sociologie de (...)
  • 84 Idem.
  • 85 Bordas (Éric), « Que serait une sociostylistique ? », COnTEXTES [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne (...)
  • 86 Macé (Marielle), Styles : Critiques de nos formes de vie, Gallimard, Paris, 2016.

46La notion de style n’est pourtant pas négligée par la sociologie de la littérature. On peut même penser qu’elle redevient un centre d’intérêt majeur, comme le montre la parution récente dans la revue COnTEXTES d’un numéro consacré à la sociologie du style littéraire82. Ainsi, Clément Dessy, Laurence van Nuijs et Valérie Stiénon affirment clairement : « Toute conception du style, loin d’être universelle et transhistorique, est nécessairement inscrite socio-historiquement83 ». Mais cette approche socio-historique du style semble quelquefois déplacée par l’ampleur de son objet même. Comme le disent Dessy, van Nujis et Stiénon84, comme l’indique Bordas à propos de la notion de sociostylistique85, les rapprochements des notions de style et de sociologie peuvent recouvrir des recherches très variées, qui excèdent largement le domaine littéraire. C’est ce que montre par exemple l’ouvrage de Marielle Macé, Styles86, qui s’attache à décrire une anthropologie des styles d’existence quotidiens vus à travers la littérature. L’approche est globale, mais il ne s’agit plus, comme le souhaitait Goldmann, de comprendre comment la littérature ou le style peuvent représenter le monde, mais comment le monde devient littérature, comment l’existence devient style.

  • 87 Notons d’ailleurs que la seule biographie de Goldmann est en anglais. Voir Cohen (Michel), The Wage (...)
  • 88 Ou à une reproduction, au niveau formel, de la théorie du reflet.
  • 89 Hartley (Daniel), « On Raymond Williams: Complexity, Immanence, and the Long Revolution », Mediatio (...)
  • 90 Voir également l’entretien de

47C’est dans le monde universitaire anglophone87 qu’on peut retrouver une approche matérialiste globale de l’œuvre littéraire qui nous semble davantage correspondre à la voie tracée par Lucien Goldmann. On peut citer ainsi l’œuvre de Fredric Jameson, et plus récemment, l’ouvrage de Daniel Hartley, The Politics of Style: Towards a Marxist Poetics (2016) qui cherche justement à établir une théorie du style dans le cadre d’un projet de recherche historico-matérialiste global. L’ouvrage de Daniel Hartley semble ainsi éviter deux faiblesses que nous avions remarquées chez Goldmann : d’une part une vision paradoxalement assez anhistorique de la langue, puisque Hartley cherche à établir la situation linguistique (c’est-à-dire la structure du langage telle que se présentait à l’écrivain) et à partir de cela uniquement, la notion de stylisation, d’autre part une division du contenu et de la forme qui conduisait à une vision toujours seconde et amoindrie de la seconde88, ce que Hartley cherche à éviter en reprenant le « principe d’immanence89 » prôné par Raymond Williams qui, appliqué à la langue, cherche à penser la forme comme un élément constitutif de la situation historique et non comme son simple reflet ou sa simple représentation. L’intérêt de cet ouvrage est d’être à la fois théorique et analytique. Ainsi Hartley analyse, comme Goldmann, les œuvres de Robbe-Grillet comme une démystification de la vision bourgeoise de la réalité, mais relie cette démystification à l’ambition stylistique de Robbe-Grillet (dépasser un mode d’écriture qui lui semble conservateur90). Certains pourraient peut-être reprocher à Hartley, comme à Goldmann, d’avoir une approche très large du style. Mais l’ambition d’envisager le style à la fois comme vision du monde et comme rapport au monde est sans doute à ce prix.

Haut de page

Bibliographie

Amossy (Ruth), Herschberg Pierrot (Anne), Stéréotypes et clichés, Armand Collin, [1997], 2011.

Barthes (Roland), Sur Racine, Paris, Points [1965] 2014.

Barthes (Roland), « L’analyse rhétorique », Littérature et Société. Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Actes du colloque organisé conjointement par l’Université libre de Bruxelles et l’École pratique des hautes études en mai 1964, édité par L. Goldmann, M. B. et R. Lallemand, Éditions de l’Institut de sociologie, Université Libre de Bruxelles, 1967, pp. 31-45.

Barthes (Roland), S/Z, Paris Seuil, [1970] 1976.

Benveniste (Émile), « L’appareil formel de l’énonciation », Langages, 1970, numéro 17, pp. 12-18.

Bonzon (Alfred), La nouvelle critique et Racine, Éditions A.-G. Nizet, Paris, 1970.

Bordas (Éric), Un stylème dix-neuviémiste : Le déterminant discontinu un de ces...qui.... », L’Information Grammaticale, N. 90, 2001, pp. 32-43.

Bordas (Éric), Discours et détours. Pour une stylistique de l’énonciation romanesque, Presses Universitaires du Mirail, 2003.

Bordas (Éric), « Stylistique et sociocritique », Littérature, n°140, 2005, pp. 30-41.

Bordas (Éric), Que serait une sociostylistique ? », COnTEXTES [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 06 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6253 ; DOI : 10.4000/contextes.6253.

Bouffard (Alix) et Véron (Laélia), « De Marx à Balzac. Fondements théoriques d’une lecture marxiste de La Comédie humaine par Lukács », Colloque « Histoire des études littéraires dix-neuviémistes », le 08 juin 2016, organisé par D. Pernot dans le cadre du projet « Humanités romantiques ». En ligne https://humarom.hypotheses.org/567 (consulté le 05 mars 2018).

Cohen (Michel), The Wagger of Lucien Goldmann : Tragedy, Dialectics, and a Hidden God, Princeton University Press, 2016.

Daix (Pierre), Nouvelle critique et art moderne, Le Seuil, 1968.

Del Lungo (Andrea), « S/Z, ou les envers de la critique balzacienne », Alexandre Gefen, Marielle Macé (sous la direction de), Barthes, au lieu du roman. Paris, Desjonquères, « Nota Bene », 2002, pp. 111-125.

Dessy (Clément), Van Nuijs (Laurence) et Stiénon (Valérie), « Qui a peur du style en sociologie de la littérature ? », COnTEXTES [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 23 décembre 2016, consulté le 06 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6263 ; DOI : 10.4000/contextes.6263

Goldmann (Lucien), Le Dieu caché, Gallimard, Paris, [1955] 1959.

Goldmann (Lucien), Pour une sociologie du roman, Gallimard, Paris, 1964.

Goldmann (Lucien), Sciences humaines et philosophie, Société nouvelle des Éditions Gonthier, Paris, [1952] 1966.

Goldmann (Lucien), Bernard (Michel), Lallemand (Roger) (dir.), Littérature et société. Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Colloque organisé par l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles et l’École Pratique des Hautes Études de Paris, du 21 au 23 mai 1964, Éditions de l’Institut de Sociologie de l’Université de Bruxelles, 1967.

Goldmann, Lucien « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature », Littérature et société, Ibid., pp. 195-222.

Goldmann (Lucien), Structures mentales et création culturelle, Éditions Anthropos, 1970.

Goldmann (Lucien), Situation de la critique racinienne, L’Arche Éditeur, Paris, 1971.

Hamon (Philippe), Texte et idéologie, Presses Universitaires de France, Paris, 1984.

Hartley (Daniel), « On Raymond Williams: Complexity, Immanence, and the Long Revolution », Mediations, volume 30, n°1, 2016, pp. 39-60.

Hartley (Daniel), The Politics of style. Towards a Marxist Poetics, Brill, 2016.

Jakobson (Roman), Lévi-Strauss (Claude), « Les Chats » de Charles Baudelaire, L’Homme, 1962, tome 2 n°1. pp. 5-21.

Jakobson (Roman), Six leçons sur le son et le sens, Éditions de Minuit, 1976.

Kristeva (Julia), Les Samouraïs, Paris, Fayard, 1990.

Lévi-Strauss (Claude), « Préface », Six leçons sur le son et le sens, R. Jakobson, Éditions de Minuit, 1976, pp. 7-18.

Lukács, (Georg), L’Âme et les formes, Paris, Gallimard, [1911] 1974

Lukács, (Georg), Théorie du roman, Paris, Gallimard, [1916] 1989

Lukács (Georg, La Théorie du roman, Gallimard, Tel, [1920] 1989.

Lukács (Georg), Balzac et le réalisme français [1951], traduit de l’allemand par Paul Laveau, La Découverte, Paris, 1999.

Lukács, Georg, Problèmes du réalisme, Paris, Éditions de L’Arche, 1975.

Macé (Marielle), Styles : Critiques de nos formes de vie, Gallimard, Paris, 2016.

Meizoz (Jérôme), « Pierre Bourdieu et la question de la forme. Vers une sociologie du style », dans Le Symbolique et le Social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu [2005], Liège, Presses Universitaires de Liège, 2015, pp. 191-201.

Philippe (Gilles), Sujet, verbe complément, Le moment grammatical de la littérature française, 1890-1940, Gallimard, Paris, 2002.

Picard (Raymond), Nouvelle critique ou nouvelle imposture, Pauvert, 1965.

Revault D’Allonnes (Olivier), « Michel Foucault : les mots contre les choses », « Les Mots et les Choses » de Michel Foucault, Regards critiques, 1966-1968, Presses Universitaires de Caen, 2009, p. 147-171

Wolf (Nelly), Prose du monde. Les enjeux sociaux des styles littéraires, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2014.

Haut de page

Notes

1 Ce souci de Goldmann, présent dès le Dieu caché est récurrent dans Pour une sociologie du roman.

2 Voir Goldmann (Lucien), Pour une sociologie du roman, Gallimard, Paris, 1964, pp. 61-277. On peut penser aussi à la brève mais intéressante piste qu’il a suggérée à propos de Balzac, comme hapax ou contre-exemple de sa théorie selon laquelle la vision du monde développée dans le roman serait par essence critique et oppositionnelle contre l’ordre établie, puisqu’il voit dans Balzac moins l’aspiration à des valeurs transindividuelles et transhistoriques que l’expression littéraire des « valeurs conscientes et [des] aspirations effectives de la bourgeoisie », Ibid, p. 53. Il s’oppose d’ailleurs en cela à l’analyse de son maître Lukács dans Balzac et le réalisme français, La Découverte, Paris, [1951] 1999.

3 Pour une sociologie du roman, Op. cit., p. 62.

4 C’est la question posée dans Pour une sociologie du roman, voir notamment pp. 344-346.

5 Voir ainsi l’analyse du théâtre de Genet par Goldmann, et le lien fait entre ce théâtre et certains courants politiques classés à gauche « Le Théâtre de Genet – Essai d’étude sociologique », Structures mentales et création culturelle, Éditions Anthropos, 1970, pp. 267-302.

6 Voir ainsi l’analyse de Chagall et de la communauté juive, « Sur la peinture de Chagall : Réflexions d’un sociologue », Structures mentales et création culturelle, Op. Cit., pp. 365-389.

7 Nous interrogerons notamment les rapports de Goldmann à Barthes, en nous appuyant sur l’intervention de Françoise Gaillard (« Goldmann et Barthes, une rencontre manquée » intervention lors de la journée d’études « La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann », co-organisée par L. Dumont, Q. Fondu et L. Véron, janvier 2017), qui n’a malheureusement pas donné lieu à un article, mais que nous nous permettons de citer dans ce travail.

8 Voir ainsi L’Âme et les formes, Paris, Gallimard, [1911] 1974 et Théorie du roman, Paris, Gallimard, [1916] 1989.

9 Sciences humaines et philosophie, Société nouvelle des Éditions Gonthier, Paris, [1952] 1966, p. 135.

10 Ibid., p. 137.

11 Pour une sociologie du roman, Op. cit., p. 23.

12 Cette narration peut cependant connaître des variations. Ainsi Lukács loue l’aptitude de Balzac à ne jamais décrire pour décrire, mais à lier la description au point de vue et au destin d’un personnage. Il oppose sur ce point Balzac à Zola Voir Problèmes du réalisme, « Raconter et décrire », Paris, Éditions de L’Arche, 1975, pp. 130-175.

13 Pour une sociologie du roman, « Introduction à une étude structurale des romans de Malraux », pp. 61-277.

14 Le Dieu caché, Gallimard, Paris, [1955] 1959, p. 351.

15 Ibid., p. 351.

16 Ibid., p. 369.

17 Idem.

18 Ibid., p. 440.

19 Ibid., p. 370.

20 Benveniste (Émile), « L’appareil formel de l’énonciation », Problèmes de linguistique générale, tome II, Gallimard, 1974, p. 82.

21 Benveniste prend l’exemple du monologue intérieur, comme « dialogue intériorisé ». Mais l’analyse de Benveniste s’étend bien au monologue en général : « le monologue procède bien de l’énonciation », Ibid., p. 85. On peut penser que la représentation théâtrale exacerbe le côté dialogique des monologues intérieurs des personnages en les faisant sortir (ne serait-ce que par l’expression) de cette intériorité. Le concept de monologue adressé nous semble plus pertinent, à propos des exemples raciniens, que celui de surdestinataire qui implique un troisième interlocuteur dans une structure apparemment dialogique.

22 Idem.

23 Le Dieu caché, p. 429.

24 Idem.

25 Ibid., p. 421.

26 Voir Kristeva (Julia), Les Samouraïs, roman autobiographique à clefs, où Goldmann apparaît sous le nom de « Fabien Edelman », Paris, Fayard, 1990.

27 Le Dieu caché, Op.cit., pp. 350-351.

28 Structures mentales et création culturelle, Op. cit., « Micro-structures dans Les Nègres de Jean Genet », p. 305

29 Ibid., p. 306

30 Structures mentales et création culturelle, Op. cit., « Éloges III de Saint-John Perse », p. 329.

31 Gaillard (Françoise), intervention citée.

32 Barthes (Roland) « Les deux sociologies du roman », Œuvres complètes, tome I, Paris, Seuil, [1963], 1993, p. 1147.

33 Ibid., p. 1148

34 Goldmann (Lucien), Bernard (Michel), Lallemand (Roger) (dir.), Littérature et société. Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Colloque organisé par l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles et l’École Pratique des Hautes Études de Paris, du 21 au 23 mai 1964, Éditions de l’Institut de Sociologie de l’Université de Bruxelles, 1967.

35 Barthes (Roland), « L’analyse rhétorique », Littérature et société, Op. cit., pp. 31-45.

36 Barthes (Roland), « L’analyse rhétorique », Littérature et Société. Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Actes du colloque organisé conjointement par l’Université libre de Bruxelles et l’École pratique des hautes études en mai 1964, édité par L. Goldmann, M. B. et R. Lallemand, Éditions de l’Institut de sociologie, Université Libre de Bruxelles, 1967, pp. 31-37.

37 Ibid., p. 34.

38 Lévi-Strauss (Claude), « Préface », Six leçons sur le son et le sens, R. Jakobson, Éditions de Minuit, 1976, p. 7-18.

39 Barthes (Roland), Art. cit., p. 35.

40 Goldmann (Lucien), « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature », Littérature et société, Op. cit., p. 219.

41 Barthes (Roland), « L’analyse rhétorique », Art. cit., p. 38.

42 Ibid, p. 39.

43 Goldmann (Lucien), « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature », Art.cit., pp. 219-220.

44 Voir ainsi la critique d’Olivier Revault d’Allonnes à propos de l’ouvrage de Michel Foucault Les Mots et les Choses : « La mauvaise plaisanterie de Foucault était du reste préparée de longue date : la préface du livre avait pris soin de discréditer par avance la critique historienne, et de proposer un relativisme anti-historique. […] Un symbole s’impose, non géométrique, mais bassement empirique : le bureau. Moins celui du bureaucrate que celui du technocrate. » Revault D’Allonnes (Olivier), « Michel Foucault : les mots contre les choses », « Les Mots et les Choses » de Michel Foucault, Regards critiques, 1966-1968, Presses Universitaires de Caen, 2009, pp. 166-168.

45 Goldmann (Lucien), Structures mentales et création culturelle, Op. cit., « Réponse à MM. Picard et Daix », p. 412.

46 Voir ainsi Picard (Raymond), Nouvelle critique ou nouvelle imposture, Pauvert, 1965 et Daix (Pierre), Nouvelle critique et art moderne, Le Seuil, 1968.

47 Del Lungo (Andrea), « S/Z, ou les envers de la critique balzacienne », Alexandre Gefen, Marielle Macé (sous la direction de), Barthes, au lieu du roman. Paris, Desjonquères, « Nota Bene », 2002, p. 112.

48 Voir Bouffard (Alix) et Véron (Laélia), « De Marx à Balzac. Fondements théoriques d’une lecture marxiste de La Comédie humaine par Lukács », Colloque « Histoire des études littéraires dix-neuviémistes », le 8 juin 2016, organisé par D. Pernot dans le cadre du projet « Humanités romantiques ». En ligne https://humarom.hypotheses.org/567 (consulté le 05 mars 2018).

49 Voir Del Lungo, Ibid.

50 Gaillard (Françoise), intervention citée.

51 In Structures mentales et création culturelle, Op.cit., p. 303-325. Ce texte a été rédigé par L. Goldmann à partir d’un travail collectif.

52 « Le théâtre de Genet. Essai d’étude sociologique », Structures mentales et création culturelle, Op. cit., p. 267-302.

53 Art. cit.

54 Ibid., p. 308.

55 Idem.

56 Pour un exemple de cette critique, voir Bonzon (Alfred), La Nouvelle Critique et Racine, Éditions A.-G. Nizet, Paris, 1970, p. 70. Selon Bonzon, le commentaire de Goldmann « réduit les personnages à un schéma abstrait » qui « fausse la vérité de la tragédie ».

57 « Réponse à MM. Elsberg et Jones », Art.cit., p. 396.

58 Ibid., p. 311.

59 « Éloges III de Saint John Perse » Structures mentales et création culturelle, Op. cit., pp. 327-335.

60 Ibid., p. 330.

61 Structures mentales et création culturelle, Op. cit., pp. 347-352.

62 Ibid., p. 348.

63 Jakobson (Roman) et Lévi-Strauss (Claude) « Les Chats de Charles Baudelaire », L’Homme, 1962, tome 2 n°1. pp. 5-21.

64 Ibid., p. 348.

65 « La simple connaissance superficielle de ses poèmes les plus connus suggère que cette vision du monde est constituée en grande partie par les éléments constitutifs de l’analyse que nous venons d’esquisser » Ibid., p. 350. 

66 Ibid, note 2, p. 351.

67 Sciences humaines et philosophies, Éditions Gonthier, Paris, p. 137

68 « Micro-structures (…) », Art. cit., p. 305-306.

69 Nous ne parlerons ici que de travaux contemporains ou quasi contemporains et n’évoquerons pas, par exemple, les travaux, souvent difficilement accessibles, de la revue Tel Quel.

70 Bordas (Éric), « Stylistique et sociocritique », Littérature, n°140, 2005, p. 39.

71 Amossy (Ruth), Herschberg Pierrot (Anne), Stéréotypes et clichés, Armand Colin, [1997], 2011.

72 Wolf (Nelly), Prose du monde. Les enjeux sociaux des styles littéraires, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2014.

73 Meizoz (Jérôme), « Pierre Bourdieu et la question de la forme. Vers une sociologie du style », dans Le Symbolique et le Social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu [2005], Liège, Presses Universitaires de Liège, 2015, pp. 191-201.

74 Pour une définition du terme voir Bordas (Éric), « Un stylème dix-neuviémiste : Le déterminant discontinu un de ces...qui.... », L’Information Grammaticale, N. 90, 2001, pp. 32-43.

75 Voir Bordas (Éric), Discours et détours. Pour une stylistique de l’énonciation romanesque, Presses Universitaires du Mirail, 2003.

76 Barthes (Roland), « L’analyse rhétorique », Art. cit., pp. 40-41.

77 Voir Bourdieu (Pierre), Langage et pouvoir symbolique, Paris, Le Seuil, 2001, pp. 83-84.

78 Hamon (Philippe), Texte et idéologie, Presses Universitaires de France, Paris, p. 6.

79 Ibid., p. 18.

80 Idem.

81 Alors que l’ouvrage est très convaincant (il manque peut-être d’illustrations, mais c’est un ouvrage théorique et méthodologique), l’auteur semble renoncer, en conclusion, à définir son objet, l’idéologie, qui devient une notion diffuse, indécidable et non-localisable, Op.cit., p. 227 (quand bien même tout ce que nous avons lu semblerait démonter, avec finesse, le contraire)….

82 Sociologie du style littéraire, COnTEXTES, 18 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 06 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6262 ; DOI : 10.4000/contextes.6262.

83 Dessy (Clément), Van Nuijs (Laurence) et Stiénon (Valérie), « Qui a peur du style en sociologie de la littérature ? », COnTEXTES [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 23 décembre 2016, consulté le 06 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6263 ; DOI : 10.4000/contextes.6263.

84 Idem.

85 Bordas (Éric), « Que serait une sociostylistique ? », COnTEXTES [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 06 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6253 ; DOI : 10.4000/contextes.6253.

86 Macé (Marielle), Styles : Critiques de nos formes de vie, Gallimard, Paris, 2016.

87 Notons d’ailleurs que la seule biographie de Goldmann est en anglais. Voir Cohen (Michel), The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics, and a Hidden God, Princeton University Press, 1994.

88 Ou à une reproduction, au niveau formel, de la théorie du reflet.

89 Hartley (Daniel), « On Raymond Williams: Complexity, Immanence, and the Long Revolution », Mediations, volume 30, n°1, 2016, p. 39-60.

90 Voir également l’entretien de

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laélia Véron, « Peut-on penser une stylistique goldmannienne ? », COnTEXTES [En ligne], 25 | 2019, mis en ligne le 03 octobre 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8497 ; DOI : 10.4000/contextes.8497

Haut de page

Auteur

Laélia Véron

Université d’Orléans

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Actualité d’un projet intellectuel
    Paru dans COnTEXTES, 25 | 2019
Haut de page