Navigation – Plan du site

Compte rendu de Millicent Weber, Literary Festivals and Contemporary Book Culture, Cham (Suisse), Palgrave Macmillan, 2018, 272 p.

Mylène Fréchette

Texte intégral

  • 1 Voir Gisèle Sapiro & Cécile Rabot (dir.), Profession? Écrivain, Paris, Centre national de la recher (...)

1Proposant l’une des premières études qualitatives d’envergure sur le sujet, Literary Festivals and Contemporary Book Culture de Millicent Weber, lecturer à la Australian National University, donne à voir un portrait englobant du phénomène des festivals consacrés à la littérature. Tandis que les travaux de Gisèle Sapiro1sont surtout axés sur le profil socioéconomique des auteurs et des visiteurs, ceux de Weber embrassent plus largement les différents enjeux posés par les festivals littéraires. Divisé en cinq chapitres, le livre vise à étudier l’importance et l’influence des festivals littéraires dans la culture littéraire contemporaine, notamment en ce qui a trait à leur impact sur les pratiques littéraires des visiteurs (habitudes de lecture et d’écriture, rapports avec la communauté littéraire, etc.). Plus largement, Weber s’intéresse au fonctionnement des festivals littéraires – qu’elle considère comme des éléments constitutifs de la culture littéraire contemporaine – et à leur portée dans les sphères sociale, culturelle, commerciale et politique.

  • 2 Alessandro Falassi, « Festival: Definition and Morphology », Time out of Time: Essays on the Festiv (...)

2Pour circonscrire son sujet d’étude, Weber se base d’abord sur la définition du festival donnée par Alessandro Falassi2, selon lequel un festival correspond à un événement ou à une série d’événements de nature festive contenant souvent des éléments propres au rituel, qui se déroulent sur une période de temps donnée, habituellement de façon récurrente, et qui sont produits par et pour une communauté partageant un objectif ou un intérêt commun. La chercheuse précise ensuite cette définition afin de l’appliquer plus spécifiquement aux festivals littéraires :

  • 3 Millicent Weber, Literary Festivals and Contemporary Book Culture, Cham (Suisse), Palgrave Macmilla (...)

Literary festivals, then, are festivals that in addition incorporate literary culture into their constitution. They work as a celebration of literary culture; they frequently occur at a time which is of literary significance […]; they integrate aspects of literary culture into their organisation and events; and/or they address a specific community that is defined through engagement with literary culture3.

  • 4 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, (...)

3En identifiant des éléments propres au caractère de l’événement plutôt qu’à sa structure, Weber propose une acception large des festivals littéraires et atteste du même coup les multiples formes que ceux-ci peuvent prendre. Les festivals moins traditionnels, tels que le #TwitterFiction Festival qui se déroule entièrement sur une plateforme numérique, ne sont donc pas exclus de la définition. Convoquant la théorie du champ littéraire de Pierre Bourdieu4, Weber construit un modèle qui permet de définir la place complexe qu’occupent les festivals littéraires dans le champ. Parce qu’ils sont situés à l’intersection entre la culture littéraire et le divertissement, les festivals littéraires sont conceptualisés comme des instances qui reproduisent en miniature la structure du champ littéraire et les tensions qui le caractérisent. Au sein de ces festivals, les divers agents présents (écrivains, lecteurs, éditeurs, organisateurs, etc.) sont placés en situation de compétition pour l’obtention de différentes formes de légitimité. Par ailleurs, ces agents accèdent à une reconnaissance de leur statut grâce à leur présence au festival. Weber avance en ce sens que les festivals littéraires agissent à la fois comme une instance du champ littéraire disposant d’un pouvoir de légitimation et comme un microcosme de ce même champ.

4Dans le premier chapitre (« Recognising Literary Festivals »), qui prend la forme d’un long préambule théorique, Weber prépare le terrain pour l’étude des expériences individuelles et collectives des festivaliers. Afin d’étudier ces expériences dans leurs complexités, leurs contradictions et leurs subtilités, elle développe un schéma d’analyse qui met à profit le caractère multiforme des festivals littéraires, dont la nature est à la fois littéraire, théâtrale et communicationnelle, en s’inspirant de différentes disciplines : les études littéraires et l’histoire du livre (théories sur le lecteur et sa réception) ; les études en communication et médias (habitudes de consommation et appropriation des contenus médiatiques par le public) et les études sur le théâtre et la performance (expérience des spectateurs). Un survol des observations théoriques que ces trois domaines de recherche ont en commun, par exemple l’impact du contexte sur la réception et l’interprétation d’une œuvre, permet d’éclairer certains aspects de l’expérience des festivaliers. Ce bref état de la question mène enfin à l’établissement du cadre méthodologique qui supporte tout l’ouvrage. Selon le schéma développé par Weber, l’expérience des festivaliers se déploie en quatre dimensions : la dimension esthétique, qui inclut l’appréciation des qualités artistiques de l’œuvre et de la forme dans laquelle elle est présentée ; la dimension cognitive ou analytique, qui tient à l’intérêt du spectateur envers le contenu intellectuel de l’œuvre, ainsi qu’à la stimulation intellectuelle qui en découle ; la dimension affective, qui réfère à l’engagement émotif du spectateur à l’égard de l’œuvre présentée ; enfin la dimension sociale, qui comprend le sentiment de faire partie d’une communauté et la possibilité d’interagir avec les autres membres du public. Dans l’évaluation de son expérience, chaque festivalier accorde une importance différente à chacune de ces dimensions, de sorte que toute expérience est unique. Plutôt que de se limiter au développement d’un modèle théorique, Weber l’applique à des situations concrètes et à des expériences réelles. Pour donner à voir un panorama le plus représentatif possible des expériences de festivaliers, elle étudie cinq festivals littéraires, situés en Australie et au Royaume-Uni et dont les caractéristiques divergent (portée internationale ou locale, cadre régional ou urbain, année de fondation récente ou non, etc.). Dans l’analyse de ces cinq festivals, la chercheuse met à profit des entrevues menées auprès de festivaliers et de membres de l’organisation. Un sondage distribué en ligne vient compléter les informations recueillies sur le terrain.

  • 5 Henri Schoenmakers, « Festivals, Theatrical Events and Communicative Interactions », dans Festivali (...)
  • 6 Millicent Weber, op. cit., p. 72.
  • 7 Idem.
  • 8 Millicent Weber, op. cit., p. 73.

5Le deuxième chapitre (« Patterns of Attendance and Experience ») dévoile les tendances en matière de fréquentation et d’expérience des festivals littéraires. La chercheuse examine, à partir du contenu de ses entrevues et des résultats du sondage, les attentes, les intentions, les actions, les expériences et les interprétations des membres du public à l’endroit des festivals littéraires. Il ressort de son étude que l’expérience d’un festival littéraire et la façon de le concevoir sont d’abord et avant tout structurées par l’identification personnelle et professionnelle de chacun avec la culture et les communautés littéraires. L’expérience d’un festival précis s’inscrit dans un continuum entre les pratiques littéraires passées et présentes de chaque festivalier ; elle ne doit pas être étudiée comme une occasion unique. Reprenant les travaux de Henri Schoenmakers5 sur les festivals de théâtre, Weber dégage trois fonctions que peut endosser le festivalier durant sa visite, selon son degré de participation et d’implication. D’abord, le spectateur (« spectator6 ») est celui qui participe à un événement spécifique du festival. Sa fonction se limite à celle d’un auditeur : il écoute, regarde et applaudit. Ensuite, le « festival-goer7 » correspond à celui dont la participation au festival a été planifiée : il a consulté la programmation, acheté ses billets et organisé sa sortie pour finalement se présenter sur le site du festival. Enfin, le « festival participant8 » constitue un type de festivalier particulièrement conscient de l’entité plus large que représente le festival, dont les influences se font sentir sur les contextes social, politique et culturel, mais aussi du rôle que lui-même joue au sein de cette entité. Ces trois types de festivaliers, qui ne sont pas exclusifs les uns des autres – ils s’expriment parfois de façon simultanée chez un même visiteur –, permettent de mettre en évidence les différents degrés de participation possibles. Selon les données récoltées par la chercheuse, les professionnels du livre présents sur le site à titre de festivaliers s’impliquent de façon plus active dans le festival que les membres du public en général. Cela dit, plusieurs festivaliers dont la profession n’est pas liée au domaine du livre ont une implication active, par exemple en poursuivant, auprès de leur entourage, les discussions amorcées lors des activités du festival.

6La partie la plus enrichissante de ce chapitre est sans doute celle qui analyse les motivations incitant les visiteurs à se rendre au festival, étant donné qu’elle permet de définir les conditions nécessaires à une expérience considérée comme positive par les festivaliers. S’inspirant des recherches en éducation et en tourisme, Weber divise les motivations des festivaliers en deux catégories, soit les motivations internes, relatives à leur satisfaction personnelle, et les motivations externes, relatives à l’atteinte d’un objectif précis, distinct du simple plaisir tiré de l’expérience. Les motivations les plus souvent mentionnées lors des entrevues avec les festivaliers relèvent soit des domaines social et affectif (observer les autres spectateurs, partager une expérience commune ou interagir avec des gens ayant les mêmes intérêts), soit des domaines culturel et littéraire (développer son appréciation des œuvres, acquérir de nouvelles connaissances et faire preuve d’un engagement intellectuel). Chacun de ces domaines inclut des motivations à la fois internes et externes. Bien qu’elle insiste sur le fait qu’il n’existe pas d’expérience typique ni de festivalier typique, Weber observe certaines tendances générales par rapport aux motivations des festivaliers : pour que leur expérience soit globalement perçue positivement, elle doit combler à la fois leurs motivations internes et leurs motivations externes. En effet, les visiteurs souhaitent vivre des expériences qui combinent la réalisation d’une activité de loisir – motivation interne – avec leur développement culturel, intellectuel et professionnel – motivation externe. En somme, une expérience des plus positives survient lorsqu’une activité repousse les attentes, les préférences et les préconceptions d’un festivalier, et que celui-ci est amené à expérimenter avec intensité la dimension esthétique, cognitive, affective ou sociale.

7Dans le troisième chapitre (« Online and Onsite : Intersections in Embodied and Digital Engagement »), Weber s’interroge sur les changements engendrés par l’espace virtuel sur les relations des individus avec la culture, notamment sur le site des festivals littéraires. Elle stipule d’entrée de jeu que les univers numériques, imprimés et live dans lesquels se déploie la culture littéraire sont interconnectés et complémentaires, et non pas complètement opposés les uns aux autres. En partant de l’idée que la lecture est une pratique socialement et matériellement construite, la chercheuse étudie les rapports entre les espaces numériques et les espaces concrets dans lesquels il est possible d’interagir avec la culture littéraire, plus particulièrement en ce qui concerne l’engagement de chacun avec la littérature. Le festival littéraire apparaît comme un objet d’étude privilégié en regard de ces questions, étant donné qu’il s’agit d’un événement dont la nature est à la fois médiatisée, sociale et communautaire. Après avoir demandé aux festivaliers de comparer leurs expériences du festival avec les rencontres d’écrivains ou de lecteurs qu’ils ont pu faire sur des plateformes numériques, Weber s’inspire de leurs réponses pour dégager cinq dimensions propres à l’événement en direct : la possibilité de rencontrer les écrivains et d’avoir un contact humain avec eux ; l’engagement avec l’espace physique et l’accès à une atmosphère particulière ; le partage d’une expérience collective et le sentiment d’être connectés aux autres membres du public ; la possibilité de faire des découvertes, sur les plans social et culturel, et le caractère unique de l’événement, qui offre une expérience exclusive et imprévisible. Une fois rassemblés, ces cinq éléments forment la particularité des festivals littéraires et leur octroient une valeur additionnelle en comparaison avec les événements diffusés à la radio, à la télévision ou en ligne. Selon les résultats de l’enquête de Weber, la majorité des festivaliers préfèrent assister à des événements en direct, étant donné que le caractère live, la matérialité et la singularité demeurent des composantes importantes de l’engagement avec la culture littéraire.

  • 9 Richard Florida, The Rise of the Creative Class, New York, Basic Books, 2002, 404 p.

8Au quatrième chapitre (« Festival as Policy Vehicle : Creative Industries, Creative Cities, and the Creative Class »), la chercheuse s’éloigne de la figure individuelle des festivaliers pour étudier, de façon beaucoup plus large, l’entité du festival littéraire en rapport avec le contexte social, politique, économique et culturel dans lequel il s’inscrit. Elle examine la situation des festivals littéraires par le prisme des politiques culturelles de l’État et s’intéresse notamment au concept de l’économie créative (« creative industries »), selon lequel les produits culturels et artistiques poursuivent des visées culturelles, sociales et politiques mais agissent surtout comme des outils de croissance économique. Dans la lignée de cette proposition théorique s’est développée l’idée d’un groupe de travailleurs créatifs (« creative class9 »), formé de jeunes professionnels créatifs, intelligents et ambitieux, qui dynamiseraient l’environnement dans lequel ils décident de s’implanter. À la lumière de ces concepts, Weber démontre que les festivals littéraires, en tant que symboles de la dualité entre les volets économique et culturel d’une société, se rapprochent à plusieurs égards de l’économie créative, que ce soit en promouvant l’authenticité de leur contenu, en instaurant une atmosphère propice au développement des connaissances ou en formant un espace socialement et culturellement animé.

  • 10 Des groupes professionnels liés au mouvement anti-censure, tels que le PEN International, sont inte (...)

9Le dernier chapitre (« Festival as Field : Literary Festivals as Instantiations of Larger Cultural Spaces ») s’attache à étudier les contradictions qui sous‑tendent les festivals littéraires en relation avec le contexte politique. Comparant les retombées réelles des festivals avec le discours rhétorique propre à l’économie créative, Weber montre que, malgré leur objectif de faciliter l’accès à la culture, les festivals littéraires continuent d’attirer plutôt des visiteurs qui ressentent déjà un engagement envers la communauté littéraire. Certains facteurs de marginalisation, tels que la classe sociale, le statut socioéconomique, le niveau d’éducation et l’identité ethnique, constituent des barrières pour la participation aux festivals littéraires. Or, dans leur programmation, la plupart des festivals témoignent d’une volonté de promouvoir la diversité et de questionner les hiérarchies établies dans le champ littéraire. En ce sens, contrairement à l’économie créative, qui vise à éluder tout enjeu socioéconomique au profit du succès économique d’une communauté, les festivals littéraires fonctionnent de façon à révéler et à disséquer les inégalités à l’œuvre dans les espaces littéraires, locaux et internationaux, autant sur les plans culturel, social, économique que politique. Différents exemples de conflits survenus dans les festivals partout à travers le monde, autour de questions liées notamment à la liberté d’expression, appuient cette affirmation en montrant l’espace de débats que peuvent représenter les festivals littéraires. Le cas du Ubud Writers & Readers Festival montre bien le poids politique des festivals littéraires : pour l’édition de 2015, la programmation prévoyait plusieurs événements commémorant le massacre survenu en 1965 en Indonésie, qui avait fait un demi-million de victimes. Or, sous les pressions des autorités locales, les organisateurs ont dû annuler les séances liées au massacre, sous peine de voir le festival interdit. Ce geste de censure a engendré une foule de critiques de la part des auteurs invités et des festivaliers, mais aussi de la communauté internationale10. Loin de rayer le massacre de 1965 des discussions, ce scandale l’a plutôt mis à l’avant-plan, en plus d’alimenter les débats sur la censure.

  • 11 Les festivals littéraires sont souvent critiqués pour leur aspect commercial et grand public, sous (...)
  • 12 Les études portant sur un festival littéraire précis tendent à faire ressortir uniquement les point (...)

10En abordant les festivals littéraires sous un angle à la fois micro – par l’étude des témoignages et des expériences de festivaliers – et macro – par la mise en perspective du festival au sein du champ littéraire et du contexte socioéconomique et politique –, Weber propose une analyse complexe et complète, qui parvient avec brio à nuancer le discours, souvent trop critique11 ou trop idéalisateur12, émis à l’endroit des festivals littéraires. La multiplicité des approches théoriques convoquées tout au long de l’ouvrage, qui puise entre autres du côté des recherches sur l’histoire du livre, sur le tourisme et sur les politiques culturelles, est un bon indice du caractère hybride des festivals littéraires et de leur influence sur différentes sphères de la société. Bien que cet appareil théorique contribue à jeter un éclairage nouveau sur les festivals littéraires, il alourdit parfois la lecture sans pour autant apporter la profondeur souhaitée à l’analyse. Dans certains chapitres, l’introduction au cadre théorique occupe plus d’espace que l’analyse elle-même. Enfin, il faut souligner l’énorme travail que représente cette étude empirique et qualitative qui propose des outils méthodologiques novateurs. L’ouvrage, qui tâche de prendre en compte les complexités et les subtilités de l’objet d’étude, autant dans sa portée individuelle que collective, constitue une avancée de taille dans la recherche sur les festivals littéraires.

Haut de page

Bibliographie

Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, 480 p.

Alessandro Falassi, « Festival: Definition and Morphology », Time out of Time: Essays on the Festival, sous la direction d’Alessandro Falassi, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1987, p. 1-10.

Richard Florida, The Rise of the Creative Class, New York, Basic Books, 2002, 404 p.

Katya Johanson & Robin Freeman, « The reader as audience: The appeal of the writers’ festival to the contemporary audience », Continuum, vol. 26, no 2, 2012, p. 303-314.

Caroline Lurie, « Festival, Inc. », Australian Author, vol. 36, no 2, 2004, p. 8-12.

Gisèle Sapiro & Cécile Rabot (dir.), Profession? Écrivain, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 2017, 366 p.

Gisèle Sapiro et al., « L’amour de la littérature : le festival, nouvelle instance de production de la croyance. Le cas des Correspondances de Manosque », Actes de la recherche en sciences sociales, nos 206-207, 2015, p. 108-137.

Gisèle Sapiro (dir.), L’écrivain-e à la rencontre de son public. Enquête sur le public du festival Les Correspondances de Manosque, Paris, Centre européen de sociologie et de science politique, 2012, 38 p.

Henri Schoenmakers, « Festivals, Theatrical Events and Communicative Interactions », Festivalising! Theatrical Events, Politics and Culture, sous la direction de Hauptfleisch (Temple) et al., Amsterdam/New York, Rodopi, 2007, p. 27-37.

Millicent Weber, Literary Festivals and Contemporary Book Culture, Cham (Suisse), Palgrave Macmillan, 2018, 272 p.

Haut de page

Notes

1 Voir Gisèle Sapiro & Cécile Rabot (dir.), Profession? Écrivain, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 2017, 366 p. ; Gisèle Sapiro et al., « L’amour de la littérature : le festival, nouvelle instance de production de la croyance. Le cas des Correspondances de Manosque », Actes de la recherche en sciences sociales, nos 206-207, 2015, p. 108-137 ; Gisèle Sapiro (dir.), L’écrivain-e à la rencontre de son public. Enquête sur le public du festival Les Correspondances de Manosque, Paris, Centre européen de sociologie et de science politique, 2012, 38 p.

2 Alessandro Falassi, « Festival: Definition and Morphology », Time out of Time: Essays on the Festival, sous la direction d’Alessandro Falassi, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1987, p. 1-10.

3 Millicent Weber, Literary Festivals and Contemporary Book Culture, Cham (Suisse), Palgrave Macmillan, 2018, p. 7.

4 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, 480 p.

5 Henri Schoenmakers, « Festivals, Theatrical Events and Communicative Interactions », dans Festivalising! Theatrical Events, Politics and Culture, sous la direction de Temple Hauptfleisch et al., Amsterdam/New York, Rodopi, 2007, p. 27-37.

6 Millicent Weber, op. cit., p. 72.

7 Idem.

8 Millicent Weber, op. cit., p. 73.

9 Richard Florida, The Rise of the Creative Class, New York, Basic Books, 2002, 404 p.

10 Des groupes professionnels liés au mouvement anti-censure, tels que le PEN International, sont intervenus dans cette affaire, en faisant circuler par exemple des pétitions pour renverser la décision des autorités indonésiennes.

11 Les festivals littéraires sont souvent critiqués pour leur aspect commercial et grand public, sous prétexte qu’ils priorisent le succès économique au détriment du contenu littéraire. Selon cette pensée, les festivals littéraires mèneraient à la disparition de la « vraie » littérature et du texte écrit au profit de la célébrité de l’auteur. L’exemple le plus frappant de ce type de discours se retrouve dans l’article de Caroline Lurie : « Festival, Inc. », Australian Author, vol. 36, no 2, 2004, p. 8-12.

12 Les études portant sur un festival littéraire précis tendent à faire ressortir uniquement les points positifs dudit festival. Par exemple, dans leur article « The reader as audience: The appeal of the writers’ festival to the contemporary audience » (Continuum, vol. 26, no 2, 2012, p. 303-314), Katya Johanson et Robin Freeman mettent en relief les aspects du Eye of the Storm Writers’ Festival qui font que les spectateurs apprécient leur expérience. À partir de leurs observations, elles proposent cinq éléments qui rehaussent l’expérience des festivaliers, éléments qui s’appliquent difficilement à d’autres festivals, le Eye of the Storm étant un festival célébré en pleine nature et regroupant un petit nombre de spectateurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mylène Fréchette, « Compte rendu de Millicent Weber, Literary Festivals and Contemporary Book Culture, Cham (Suisse), Palgrave Macmillan, 2018, 272 p. », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8593

Haut de page

Auteur

Mylène Fréchette

Université de Sherbrooke

Haut de page