Navigation – Plan du site

Pour un libertinage alternatif ?

Compte rendu de Michel Brix, Libertinage des Lumières et guerre des sexes, Paris, Kimé, « Détours littéraires », 2018, 333 p.
Nicolas Duriau

Texte intégral

  • 1 À titre d’exemple, nous renvoyons à l’essai de Valérie Rey-Robert, Une culture du viol à la françai (...)
  • 2 Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Seuil, « Liber », 1998, p. 7.
  • 3 Université Sorbonne Nouvelle, « Journée d’étude. Désir, consentement, violences sexuelles en littér (...)
  • 4 Érica-Marie Benabou, La Prostitution et la police de mœurs au xviiie siècle, Paris, Perrin, 1987, p (...)
  • 5 Mathilde Cortey, « Les invalides de Cythères : une fausse remise en question de la toute-puissance (...)
  • 6 François-Ronan Dubois, « Violence sexuelle, lecture littérale et politique de la critique littérair (...)

1Bien qu’historique, l’essai que propose Michel Brix est d’une actualité brûlante : en cherchant en effet à « mettre au jour les enjeux, aujourd’hui voilés, du libertinage des Lumières » (p. 13), il participe à dénoncer les violences sexuelles que subissent encore aujourd’hui les femmes. Il rejoint en cela certains courants féministes actuels, aux yeux desquels ont été masqués, sous les attraits d’une tradition libertine « à la française1 », les abus dont les hommes se sont historiquement rendus coupables. À la dénonciation des faits, l’auteur adjoint donc une critique du discours historiographique : puisqu’ils travestissent volontiers ces violences en « fredaines » (p. 112), les exégètes instituent, volens nolens, une « violence symbolique2 » à l’encontre des femmes. Interrogeant sous cet angle l’histoire des lettres, l’auteur intègre un champ de recherches absolument novateur ; en témoigne, en 2019, le colloque intitulé « Désir, consentement, violences sexuelles en littérature : quelles méthodes d’analyse littéraire ? quels enjeux pour la discipline3 ? ». Parce que la place publique et, de là, les libertés sexuelles sont des privilèges essentiellement masculins, Michel Brix établit, jusqu’alors à raison, que le projet libertin sous-tend une inégalité, voire une « guerre des sexes » (p. 13). « En amour, l’homme met sa gloire à conquérir, et la femme à résister » (p. 39), si bien qu’en cédant aux avances du premier, la seconde est « la première coupable4 », assure Érica-Marie Benabou dans son étude sur la prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle. Aussi le libertinage des Lumières reflète-t-il un « fantasme phallocentrique » (p. 50) ou, comme l’écrit Mathilde Cortey, « un monde où l’imaginaire [...] repose sur le schéma de la domination masculine5 ». Si la thèse ainsi défendue par l’auteur est certainement fondée, l’argumentation qui la soutient nous semble toutefois, comme à François-Ronan Dubois6, étrangement spécieuse.

2Après un premier chapitre d’introduction (« Libertinage et récit libertin ») qu’il consacre d’abord, en retraçant sans surprise l’évolution du terme, à la redéfinition du genre « libertin », Michel Brix historicise dans son deuxième chapitre (« Libertinage et galanterie ») la tradition libertine à l’aune des littératures galantes et courtoises. Dans son troisième chapitre (« Les libertines introuvables »), il explique ensuite qu’il est impossible aux femmes des Lumières d’être actrices ou sujets du libertinage : sexuellement astreintes, elles obéiraient moins à leur appétit qu’à celui des hommes qui les soumettent et les objectivent. Partant, ses quatrième et cinquième chapitres (« Punir, mortifier, discréditer » et « Éros félon : les scélérats méthodiques ») éclairent les stratégies que déploient généralement les libertins pour obliger le « beau sexe » à répondre à leurs désirs – en leur imposant « force, violence, traîtrise, mensonge, abus de confiance... » (p. 89). Et l’auteur d’illustrer ses propos à travers deux études de cas, « Casanova, ou les baisers du vampire » et « Sade et l’enfer de Sodome » : il accuse ainsi la critique vingtiémiste d’avoir éclipsé derrière leurs œuvres l’attitude équivoque de ces deux écrivains, dont la vie prouve bel et bien la violence et la misogynie. En conclusion, Michel Brix émet des réflexions inédites, quoiqu’assez peu développées, lorsqu’il interroge enfin, dans ses huitième et neuvième chapitres, la survivance d’un « modèle libertin » (p. 296) dans la littérature française des xixe, xxe et xxie siècles (« L’Éros après Sade » et « Perspectives contemporaines : le retour des libertins »).

  • 7 Gayle Rubin, Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Paris, EPEL, « Les classiques de (...)
  • 8 Virginie Despentes, King Kong Theory, Paris, Grasset, 2006, p. 29.

3Tout honorable qu’il apparaisse, le travail entrepris par l’auteur achoppe pourtant sur un écueil immense quand on y lit que « les esprits sont soumis aujourd’hui à un paradigme libertin identique à celui qui régentait au xviiie siècle les comportements amoureux » (p. 306). Pêchant par excès d’anachronisme, il anéantit complètement la possibilité d’un libertinage alternatif ou garantissant les libertés sexuelles au prix d’une « morale démocratique7 » et plus égalitaire entre ses partenaires, quel que soit leur sexe ou leur identité genrée. Ainsi, Catherine Millet, qui assume dans son œuvre autofictive être aux yeux des hommes « une chienne en chaleur » (p. 316), est aussitôt assimilée par le critique aux victimes sadiennes, dont elle est probablement aussi différente qu’une écrivaine actuellement encline, comme Virginie Despentes, à « la révolution des genres8 ». Ce réductionnisme, en l’occurrence historique, caractérise essentiellement un essai, dont deux aspects fondamentaux nous paraissent, à ce titre, extrêmement critiquables : une étude fondée sur un corpus trop restreint et, dès lors, un regard monolithe, sinon puritain, porté sur le libertinage.

4La grille de lecture, assez conservatrice, que construit Michel Brix, aux yeux duquel le roman libertin serait en quelque sorte le roman d’une formation sexuelle explicitement emblématique du rationalisme ou, plutôt, du libéralisme des Lumières nous semble en effet restrictive et, par conséquent, peu probante. D’après nous, elle exclut de très nombreuses œuvres qu’il aurait été pertinent d’aborder, selon la problématique qu’il envisage en effet d’étudier. Si sa méthodologie reste un parti pris qu’il est, au demeurant, légitime au chercheur d’assumer, il faut pourtant dénombrer deux incohérences face aux romans qu’il décide ou non de citer dans le développement de sa pensée.

  • 9 Mr. de M** (pseud.) [Jean-Louis Fougeret de Monbron], Margot la ravaudeuse, Hambourg, s. éd., 1800 (...)
  • 10 Kathryn Norberg, « The Libertine Whore: Prostitution in French Pornography from Margot to Juliet », (...)
  • 11 Ibid., p. 227.

5D’une part, certains d’entre eux, évincés d’emblée du corpus, auraient très bien pu nourrir la réflexion de l’auteur, sans en contredire les présupposés. C’est notamment le cas d’une Margot la ravaudeuse dont il affirme immédiatement qu’elle n’appartient pas au « rayondu récit libertin » (p. 28). Bien qu’elle réponde effectivement moins à l’éthique hédoniste des philosophes qu’aux vicissitudes d’une existence exécrable, l’héroïne de Fougeret de Monbron ne souscrit pas moins à « la morale des Lumières » (p. 28) lorsqu’elle décide de vendre son corps en aspirant aux privilèges d’une existence bourgeoise. Affirmer, comme l’historien de la littérature, qu’un « pareil tableau aurait pu être brossé à n’importe quelle époque » (p. 29), c’est oublier combien l’« Avis à une demoiselle du monde9 » – manuel éducatif à l’usage des apprenties prostituées dont hérite la protagoniste – est redevable à la libéralisation des mœurs à laquelle les contextes historique et philosophique du siècle de Voltaire sont éminemment favorables. Avantageant celle de la « courtisane vertueuse10 », qu’il définit comme l’une de ces « filles séduites et abandonnées » (p. 29), Michel Brix tend curieusement à bannir d’une étude sur le xviiie siècle la figure « prédatrice » de la « prostituée libertine11 », dont Kathryn Norberg a pourtant montré qu’elle était tout à fait particulière au libertinage des Lumières.

  • 12 Laurent Versini, Laclos et la tradition. Essai sur les sources et la technique des Liaisons dangere (...)
  • 13 « Rousseau des ruisseaux, qualificatif appliqué à Restif de La Bretonne au xviiie siècle, peut s’ (...)
  • 14 Valérie van Crugten-André, Le Roman du libertinage 1782-1815. Redécouverte et réhabilitation, Paris (...)

6D’autre part, certains critères, traditionnellement définitoires du roman libertin, sont théoriquement remis en question par l’auteur alors qu’ils se montrent, en pratique, discriminants dans le choix des œuvres qu’il entreprend effectivement d’étudier. Tandis qu’il dénonce, à juste titre, la réduction traditionnelle du roman libertin à ce que de nombreux critiques, comme Laurent Versini, décrivent sous l’appellation d’un « libertinage de bonne compagnie12 », Michel Brix cite le plus souvent les textes de Crébillon, Duclos, Dorat ou Laclos. Quand il semblait mis à la porte, l’élitisme du style ou des personnages qu’offrent à lire ces écrivains spécifiques entre ainsi par la fenêtre. Si l’on excepte les œuvres de Sade, inhumées depuis le surréalisme au panthéon de la littérature, rarement sont d’ailleurs analysées celles d’auteurs explicitement pornographes. Il est même étonnant, dans un essai qui fait la part belle au rousseauisme, d’évoquer si peu d’extraits d’un « Rousseau des ruisseaux13 » comme Restif de la Bretonne. Élargir in concreto le corpus à ce que Valérie André nomme le « roman du libertinage14 », en abordant des œuvres davantage encanaillées ou pornographiques, complèterait un ouvrage où la catégorie du roman libertin se réduit en vérité comme une peau de chagrin.

  • 15 Philipe Laroch, Petits-maîtres et roués. Évolution de la notion de libertinage dans le roman frança (...)
  • 16 Raymond Trousson, « Préface », dans Romans libertins au xviiie siècle, Paris, Laffont, « Bouquins » (...)
  • 17 Mr. de M** (pseud.) [Jean-Louis Fougeret de Monbron], op. cit., p. 141.

7Quand il définit le libertin comme un « éducateur » (p. 55) ou comme un « séducteur qui [...] nourrit l’intention de déshonorer les femmes qu’il conquiert » (p. 106), l’auteur arrête de surcroît ses recherches à la figure du « roué15 », dont Philippe Laroch a déjà largement brossé le portrait dans un ouvrage pionnier mais qui n’est jamais cité dans cet essai. Comme il illustre uniquement un personnage qui veut à la femme « ruiner sa réputation, saccager sa vertu » pour « la réassujettir à l’ordre masculin16 », Michel Brix oriente inéluctablement son raisonnement vers une conclusion cousue de fil blanc : « les femmes sont, ontologiquement en quelque sorte, les victimes du libertinage » (p. 50). Brosser l’archétype d’innocents « petits‑maîtres », à l’image des « laquais17 » qu’entretiennent ou prostituent les héroïnes, une fois parvenues, d’un Nerciat ou d’un Fougeret de Monbron, ne changerait pas les termes de l’étude – car elles restent des inventions masculines –  mais cette option permettrait toutefois d’en nuancer les résultats. Tautologique parce que trop étroite, la démonstration du chercheur engendre à l’opposé l’effet qu’elle est supposée décrire.

  • 18 Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe, Paris, Gallimard, « Folio essais », 1976, v. II, p. 429.
  • 19 Lilian Mathieu, La Condition prostituée, Paris, Textuel, 2007, p. 12.
  • 20 Madame de C*** (pseud.) [Félicité de Choiseul-Meuse], Julie ou j’ai sauvé ma rose, Paris, Marchands (...)
  • 21 Valérie van Crugten-André, « Félicité de Choiseul-Meuse : du libertinage dans l’ordre bourgeois », (...)
  • 22 Fanny Lorent, « Brix, contre la modernité », compte rendu de Michel Brix, L’Entonnoir ou les Tribul (...)

8Le misérabilisme au sein duquel est a priori enfermée la sexualité féminine le révèle assez, ce qui est d’autant plus dommageable pour une étude aux très puissantes potentialités. À supposer que le libertinage soit une guerre des sexes intemporelle, il apparaît à l’auteur indispensable d’ériger des institutions « qui abolissent le droit du plus fort et donnent aux femmes la possibilité de compenser l’inégalité originelle qui existait entre les hommes et elles » (p. 104). Bien qu’elle soit « contraignante » (p. 45), l’option du « mariage monogamique » (p. 104) – hétérosexuel, s’entend – est selon lui l’une d’entre elles, ce qui s’avère une aberration sociohistorique au regard des tenants et des aboutissants du code édicté, dès 1804, par Napoléon. Résolvant moins les inégalités sexuelles qu’elle ne les crée, l’institution maritale est au contraire à l’origine d’une sexualité féminine illégitime : « le mariage a pour corrélatif la prostitution18 », rappelle éloquemment Simone de Beauvoir. Au demeurant, ses propos infondés sont relativement cohérents quand on apprend que Michel Brix est hostile à défendre la « prostitution, au nom des libertés individuelles » (p. 310). Dissimulant à peine ses convictions abolitionnistes – alors que Lilian Mathieu prouve les dangers pour la recherche en sociologie d’une doctrine aussi « réductionnis[t]e » et « simplis[t]e19 » que le réglementarisme –, il infléchit idéologiquement son discours au lieu d’écouter les femmes. L’absence d’allusions à des écrivaines à succès du tournant des Lumières, comme Suzanne Giroust de Morency ou Félicité de Choiseul‑Meuse, est pour le moins surprenante, puisqu’elles écrivent des romans d’éducation plus ou moins conformes à la grille de lecture qu’édifie l’auteur et décrivent des instituteurs libertins enseignant à leurs héroïnes un « savoir-jouir20 » au féminin. Probablement privilégiées parce qu’elles écrivent un libertinage à la solde des hommes en s’inscrivant volontiers dans « l’ordre bourgeois21 », il  n’empêche qu’elles devraient être abordées en tant qu’autrices ou figures libertines à part entière, en particulier quand on connaît le caractère autobiographique d’Illyrine ou l’écueil de l’inexpérience. Enlevant non seulement la parole aux femmes, mais également le peu de liberté de choix et d’action qui leur appartiendrait a priori, l’historien de la littérature semble en outre oublier, comme l’affirmait déjà Fanny Lorent22, son devoir d’objectivité puisqu’il observe le passé moins souvent qu’il ne le juge. De nombreuses modalités d’énoncé trahissent en effet quelques-uns de ses jugements de valeurs : au tournant du xxie siècle, les autrices pornographes deviennent notamment des « “écrivaines” » (p. 315) avec des guillemets. Ce discours idéologique est d’autant plus importun de la part d’un historien qu’il semble ainsi s’étendre à l’époque contemporaine. En attestent les dernières lignes d’une conclusion dont le pessimisme moral est à nos yeux sans égal :

Le libertinage contemporain opère le même travail de sape. On retrouve aujourd’hui le culte du vagabondage amoureux, l’éloge de toutes les formes d’étreintes charnelles coupées de la génération, et la prédilection pour une sexualité où – sous couvert d’égalité – les femmes ne se font plus respecter et, en conséquence, ne peuvent plus jouer le rôle d’éducatrice qui est le leur et qui a été décrit par Rousseau. Ainsi, avec les femmes placées sous le joug des hommes, et les hommes s’abandonnant au joug de leurs pulsions, la société occidentale court le danger de revenir à ses origines, c’est-à-dire de voir réinstaurée la loi du plus fort (celle de l’homme, bien sûr), dans le jungle de Hobbes (p. 322-323).

  • 23 Cherchant à « transcrire en histoire la fable des Bijoux indiscrets » (Michel Foucault, Histoire de (...)
  • 24 « Libertinage d’hier et d’aujourd’hui. Entretien avec Jean-Baptiste Del Amo », propos recueillis pa (...)
  • 25 Bernard Quemada (dir.), Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe (...)
  • 26 « Libertinage d’hier et d’aujourd’hui [...] », art. cit., p. 68.

9Toujours faut-il insister sur l’intérêt d’un ouvrage qui prend, avec plus ou moins d’originalité, le contrepied des idées ordinairement soutenues au sujet du libertinage « à la française ». Moins une entreprise égalitaire et libératrice qu’instigatrice de violences sexuelles, il s’agit plutôt d’une institution genrée favorisant la reproduction des différences entre les sexes ou des hiérarchies entre les hommes et les femmes. Aux heurs des uns, Michel Brix oppose à bon droit les malheurs des autres, si ce n’est qu’en dénonçant de manière aussi réductrice ceux que subissent ces dernières, il participe paradoxalement à les reproduire et perpètre en même temps la domination masculine. Ainsi le développement du chercheur aurait-il, au moins, exposé davantage de nuances, sinon de références – entre autres à des auteurs et des autrices queer comme Judith Butler ou, avant elle, Michel Foucault, dont on se souvient d’ailleurs de l’analyse des « Bijoux indiscrets23 » – qu’il aurait à meilleur escient appuyé la thèse qu’il vise vainement à défendre. Dans un entretien récemment recueilli par Michel Delon, Jean-Baptiste del Amo, l’auteur d’Une Éducation libertine, explique très justement que le « libertinage du xviiie siècle [...] était souvent le fait de puissants jouissant de privilèges octroyés par héritage et d’une organisation sociale basée sur le patriarcat et la domination du faible ». En revendiquant pourtant le « droit à l’imaginaire et à la liberté24 », précise l’écrivain, la littérature érotique ou libertine, étymologiquement saisie comme un « affranchi[ssement]25 »,  n’autoriserait pas moins le « renversement de l’ordre établi, des codes, de la morale26 ». Aussi réduire une fois pour toutes le libertinage littéraire à une « guerre des sexes », c’est encore aujourd’hui négliger son pouvoir émancipateur et son aptitude actuelle à questionner les fondements des identités de genre ou des orientations sexuelles en parvenant, le temps d’une étreinte, à mettre en terre la hache de guerre.

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple, nous renvoyons à l’essai de Valérie Rey-Robert, Une culture du viol à la française, Montreuil, Libertalia, 2019, 300 p.

2 Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Seuil, « Liber », 1998, p. 7.

3 Université Sorbonne Nouvelle, « Journée d’étude. Désir, consentement, violences sexuelles en littérature : quelles méthodes d’analyse littéraire ? quels enjeux pour la discipline ? », Malaise dans la lecture, mis en ligne le 12 décembre 2018, consulté le 28 novembre 2019 [https://malaises.hypotheses.org/378].

4 Érica-Marie Benabou, La Prostitution et la police de mœurs au xviiie siècle, Paris, Perrin, 1987, p. 20-21.

5 Mathilde Cortey, « Les invalides de Cythères : une fausse remise en question de la toute-puissance du mâle dans les romans-mémoires de courtisanes du xviiie siècle », dans Le Mâle en France, 1715‑1830 : représentations de la masculinité, sous la direction de Katherine Astbury et Marie‑Emmanuelle Plagnol-Diéval, Bern, Peter Lang, « French Studies of the Eighteenth and Nineteenth Centuries », 2004, p. 150.

6 François-Ronan Dubois, « Violence sexuelle, lecture littérale et politique de la critique littéraire », compte rendu de Michel Brix, Libertinage et guerre des sexes, Paris, Kimé, « Détours littéraires », 2018, Fabula, n4, 2019, mis en ligne en avril 2019, consulté le 7 janvier 2020 [https://www.fabula.org/revue/documen t12108.php].

7 Gayle Rubin, Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Paris, EPEL, « Les classiques de l’érotologie », 2010, p. 163.

8 Virginie Despentes, King Kong Theory, Paris, Grasset, 2006, p. 29.

9 Mr. de M** (pseud.) [Jean-Louis Fougeret de Monbron], Margot la ravaudeuse, Hambourg, s. éd., 1800 [1750], p. 80.

10 Kathryn Norberg, « The Libertine Whore: Prostitution in French Pornography from Margot to Juliet », dans The Invention of Pornography: Obscenity and the Origins of Modernity, 1500-1800, sous la direction de Lynn Hunt, New York, Zone books, 1993, p. 240.

11 Ibid., p. 227.

12 Laurent Versini, Laclos et la tradition. Essai sur les sources et la technique des Liaisons dangereuses, Paris, Klincksieck, 1968, p. 57.

13 « Rousseau des ruisseaux, qualificatif appliqué à Restif de La Bretonne au xviiie siècle, peut s’appliquer à beaucoup des camarades de Restif dans la bohème littéraire », Robert Darnton, Bohème littéraire et Révolution, Paris, Gallimard, « Tel », 2010, p. 264.

14 Valérie van Crugten-André, Le Roman du libertinage 1782-1815. Redécouverte et réhabilitation, Paris, Honoré Champion, « Les dix-huitièmes siècles », 1997, p. 46.

15 Philipe Laroch, Petits-maîtres et roués. Évolution de la notion de libertinage dans le roman français du xviiie siècle, Québec, Presses de l’Université de Laval, 1979, 389 p.

16 Raymond Trousson, « Préface », dans Romans libertins au xviiie siècle, Paris, Laffont, « Bouquins », 1993, p. XLI.

17 Mr. de M** (pseud.) [Jean-Louis Fougeret de Monbron], op. cit., p. 141.

18 Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe, Paris, Gallimard, « Folio essais », 1976, v. II, p. 429.

19 Lilian Mathieu, La Condition prostituée, Paris, Textuel, 2007, p. 12.

20 Madame de C*** (pseud.) [Félicité de Choiseul-Meuse], Julie ou j’ai sauvé ma rose, Paris, Marchands de Nouveautés, v. II, p. 222.

21 Valérie van Crugten-André, « Félicité de Choiseul-Meuse : du libertinage dans l’ordre bourgeois », dans Portraits de femmes, sous la direction de Roland Mortier et Hervé Hasquin, Bruxelles, Université de Bruxelles « Études sur le xviiie siècle », 2000, p. 109-115.

22 Fanny Lorent, « Brix, contre la modernité », compte rendu de Michel Brix, L’Entonnoir ou les Tribulations de la littérature à l’ère de la modernité, Paris, Kimé, « Détours littéraires », 2013, COnTEXTES, mis en ligne le 28 octobre 2014, consulté le 8 janvier 2020 [http://journals.openedition.org/contextes/5988].

23 Cherchant à « transcrire en histoire la fable des Bijoux indiscrets » (Michel Foucault, Histoire de la sexualité, Paris, Gallimard, « Tel », 1976, v. I, p. 101), l’auteur interroge la question du désir et de la sexualité comme une construction sociale ou mise en discours du sexe, aspect qu’évacue complètement l’ouvrage essentialiste et naturaliste écrit par Michel Brix.

24 « Libertinage d’hier et d’aujourd’hui. Entretien avec Jean-Baptiste Del Amo », propos recueillis par Michel Delon, Revue de la BnF, no 60, 2015, p. 68.

25 Bernard Quemada (dir.), Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle (1789-1960), Paris, CNRS, 1983, v. X, p. 1170-1171.

26 « Libertinage d’hier et d’aujourd’hui [...] », art. cit., p. 68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Duriau, « Pour un libertinage alternatif ? », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 09 janvier 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8601

Haut de page

Auteur

Nicolas Duriau

Université libre de Bruxelles

Haut de page