Navigation – Plan du site

Introduction

Une polémique sur l’art et la religion
Anna Arzoumanov et Mathilde Barraband

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1En France, depuis le début des années 2000, de nombreux observateurs s’inquiètent d’une restriction croissante de la liberté de création, qui serait le résultat d’une judiciarisation de la société, et partant, du monde de l’art, et qui s’accompagnerait plus largement d’un raidissement du tribunal de l’opinion1. La presse s’en émeut régulièrement, comme en témoignent de nombreux articles consacrés à ce que d’aucuns appellent les « nouveaux censeurs2 ». Certains avocats en ont fait leur combat, comme ceux de l’Observatoire de la liberté de création3, ou comme Emmanuel Pierrat qui adopte dans ses livres un ton alarmant :

  • 4 Emmanuel Pierrat, Nouvelles Morales, nouvelles censures, Paris, Gallimard, 2018, p. 1.

Il est temps de s’en inquiéter. La culture, ou plutôt les œuvres – quelle que soit leur discipline d’origine : arts plastiques, littérature, cinéma, musique, etc. – sont attaquées de toutes parts. À la manœuvre, des ligues de vertu du troisième millénaire – défendant aussi bien les bonnes mœurs que des causes aussi légitimes et diverses que la lutte contre le racisme et la souffrance animale, des pétitionnaires, des réseaux sociaux mondialisés, des citoyens comme vous et moi pétris des meilleures intentions.4

  • 5 Les presses universitaires de France ont ainsi publié coup sur coup en 2019 : Isabelle Barbéris, L’ (...)
  • 6 Voir Chantal Mouffe, Agonistics: thinking the world politically, Londres, Verso, 2013 ou Amossy (Ru (...)
  • 7 Pour une mise au point sur les contentieux en droit de la presse concernant des fictions en France (...)
  • 8 On notera ainsi la promulgation d’une nouvelle loi en juillet 2016, relative à la liberté de la cré (...)

2Plusieurs universitaires ont à leur tour relayé ces craintes, dénonçant, non plus une censure d’État, mais une prolifération des censeurs, une tendance globale de la société à limiter le pouvoir des créateurs en fonction des sensibilités de telle ou telle communauté5. On peut toutefois peindre un tableau de la situation sous un jour moins défavorable, comme l’ont fait d’ailleurs d’autres observateurs, en saluant par exemple la démocratisation de l’accès à la justice ou la pluralisation de l’espace public6. Il faut en tout cas rappeler que les actions judiciaires contre l’art sont la plupart du temps le fait d’associations, certes très actives et organisées, mais au demeurant peu nombreuses. Qu’en outre, les procédures contre l’art depuis les années 2000 sont très loin d’aboutir systématiquement à des condamnations7. Enfin, on observe au cours des vingt dernières années une volonté marquée des mondes judiciaire et politique de renforcer la liberté de création et de l’affirmer comme un des piliers de la démocratie8.

  • 9 Les associations qui se sont fait une spécialité d’intenter des procès à des œuvres d’art l’ont bie (...)
  • 10 Sur les querelles d’écrivains en tant qu’elles dévoilent le champ littéraire comme espace de lutte, (...)
  • 11 Cyril Lemieux, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », dans Mil neuf cent. Revue d’histoire i (...)
  • 12 Luc Boltanski et Elisabeth Claverie, « Du monde social en tant que scène d’un procès », dans Affair (...)

3Qu’on les juge délétères ou bienvenus, ces débats autour de la liberté de création constituent des postes d’observation de premier intérêt pour comprendre les représentations actuelles des droits et des devoirs des artistes. L’importante couverture médiatique dont bénéficie chaque polémique ou procès contre l’art suscite une production pléthorique de prises de position en faveur de la liberté de création. À l’inverse, elle permet aux accusateurs de l’art contemporain de faire circuler leur discours, par exemple celui consistant à dénoncer une évolution dommageable de l’art, qui ne se définirait plus que par la provocation et un jeu tendancieux avec les limites de l’éthique. Ainsi, les controverses des dernières années autour de la liberté de création dépassent régulièrement le cadre de la querelle d’initiés pour prendre la forme de véritables polémiques sociales9. La moindre querelle, même circonscrite à un champ restreint, est révélatrice de rapports de force et de positions institutionnelles10. Elle est aussi performative et instituante, « un processus de dispute étant toujours une épreuve, c’est-à-dire une situation dans laquelle les individus déplacent et refondent l’ordre social qui les lie11 ». Lorsque la discussion s’étend à tout l’espace social, elle met en concurrence non plus seulement les agents d’un champ déterminé mais plusieurs champs entre eux. Les polémiques et procès médiatiques sont en cela des objets d’études privilégiés, pour qui souhaite observer la circulation de représentations dans des sphères très variées, mobilisant diverses instances de jugement : des médias grand public à la sphère privée et domestique, en passant parfois par les diverses institutions judiciaires et politiques12. Le cas des polémiques et procès sur la liberté de création a cet intérêt supplémentaire qu’ils soumettent à différents champs sociaux les règles d’un champ particulier, celui de l’art.

  • 13 Spécialiste des « blasphèmes » dont elle livre d’éclairantes analyses iconographiques, historiques (...)
  • 14 Sauf mention contraire, le dossier privilégiera l’orthographe retenue par les Solitaires intempesti (...)
  • 15 Voir Pawel Ploski et Dorota Semenowicz (dir.), Golgota picnic in Poland. An account of the events M (...)

4Si elle n’a étonnamment fait l’objet d’aucune étude13, l’affaire qui a entouré les représentations en France de la pièce Golgotha picnic14 de Rodrigo García constitue un cas particulièrement intéressant, du fait de sa longévité temporelle (de janvier 2011 à novembre 2017) et de son empan judiciaire (du tribunal correctionnel à la Cour de cassation en passant par le tribunal administratif). Elle mobilise une diversité d’acteurs (personnalités des mondes du théâtre et de l’art, regroupements religieux et politiques, défenseurs des droits de l’homme, critiques et journalistes, magistrats et simples citoyens), de thèmes (liberté d’expression et de création, liberté de croyance et laïcité, statut de l’art contemporain, etc.) et de valeurs (éthiques, esthétiques et religieuses principalement). Tout cela sans compter que la polémique française peut être mise en regard de celles qui se sont développées autour de la pièce en Espagne en janvier 2011 puis en Pologne en 201415. Autrement dit, on dispose autour de l’affaire Golgotha picnic d’un métadiscours particulièrement abondant et émanant de communautés interprétatives dont les protocoles d’évaluation varient, voire s’opposent radicalement. Elle autorise une étude à l’échelle du groupe ou de l’institution (communauté de catholiques traditionalistes, appareil judiciaire, réception journalistique), comme à l’échelle de l’individu non apparenté à un groupe (qui alimente la polémique en publiant ses propres commentaires sur internet ou en répondant aux questions des journalistes à l’occasion de micro-trottoir). Elle est enfin éminemment révélatrice d’un contexte social, marqué par la bonne fortune des discours sur la rupture entre le peuple et l’élite, par la défense de la spécificité culturelle française ou encore par la montée de mouvements conservateurs qui fustigent l’esprit libertaire de 1968. Autant de considérations qui alimentent les argumentaires sur la définition des droits et des devoirs de l’art et des artistes.

  • 16 Pour une histoire de cet argument, voir Jeanne Favret-Saada, Les Sensibilités religieuses blessées. (...)
  • 17 La séquence étudiée par Favret-Saada correspond à un moment où la France, déjà largement sécularisé (...)
  • 18 En 2002, Houellebecq était poursuivi par quatre associations musulmanes pour des propos tenus enver (...)
  • 19 Plusieurs associations musulmanes ont poursuivi le rédacteur en chef de l’hebdomadaire Charlie Hebd (...)

5Surtout, la polémique et les procès qui ont entouré Golgotha picnic ne peuvent se comprendre qu’en lien avec le retour en force de la question religieuse sur la scène publique. Comme dans tous les procès judicaires et sociaux récents mettant en jeu art et blasphème, l’affaire Golgotha picnic fait s’opposer deux camps. D’un côté, des croyants qui réclament une reconnaissance judiciaire et sociale de leurs « sensibilités blessées16 » et cherchent à obtenir une limitation de la critique de la religion au nom d’une liberté de croyance. De l’autre côté, des défenseurs de l’art qui revendiquent un droit au blasphème et à une critique des religions sans limites au nom de la liberté de création. Ce sont donc bien deux libertés qui s’opposent front à front dans ce type de polémique : liberté de croyance et liberté de création. La configuration n’est pas nouvelle et Jeanne Favret-Saada l’a repérée dans les affaires qui ont entouré les tentatives de censure religieuse du cinéma entre 1965 et 198817. Ce qui est nouveau, c’est que les catholiques ne sont plus les seuls à tenter d’encadrer les représentations artistiques. Depuis la publication des Versets sataniques en 1989, les musulmans ont commencé à faire valoir sur la scène publique française le préjudice que certaines œuvres leur feraient subir. À partir des années 2000, plusieurs de leurs représentants ont actionné les tribunaux contre Michel Houellebecq18 ou Charlie Hebdo19. Mais surtout, l’affaire Golgotha picnic concorde avec une douloureuse parenthèse qui a contribué à faire de la question de la liberté de création face à la religion une question émotionnelle et éminemment productrice de polémiques : l’affaire commence en effet juste après celle des caricatures de Mahomet et se prolonge alors que sont perpétrés des attentats contre Charlie Hebdo, puis contre la salle de spectacle du Bataclan en 2015, attentats qui visaient à faire payer par le sang des pratiques culturelles sacrilèges.

  • 20 Il s’agit d’une photographie de l’Américain Andres Serrano représentant un crucifix qui, d’après l’ (...)
  • 21 Créée à Essen le 23 juillet 2010 et représentée à Paris au théâtre de la Ville du 20 au 27 octobre (...)
  • 22 Jean Boulègue, Le Blasphème en procès, 1984-2009. L’église et la mosquée contre les libertés, Paris (...)
  • 23 Et notamment au début de cette période, les mobilisations contre le mariage pour personnes de même (...)
  • 24 Voir Denis Ramond, La Bave du crapaud. Petit traité de liberté d’expression, Paris, Éditions de l’O (...)

6Certes, Golgotha picnic, comme l’œuvre Piss Christ d’Andres Serrano20 et la pièce Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci21 ont essuyé les attaques de traditionalistes catholiques et non musulmans. Certes, 90 % des procès à caractère religieux intentés en France entre 1984 et 2009 contre des œuvres ou des publicités jugées diffamatoires l’ont été par des catholiques22. Il reste qu’au cours de la période qui nous intéresse23, le retour du religieux est associé dans le discours social à la religion musulmane et que le blasphème apparaît, non plus seulement comme un délit d’un autre temps, mais comme le délit d’un autre monde. Ceci explique qu’au cours des six années de polémique que ce dossier interroge, la liberté d’expression ait été de plus en plus systématiquement érigée en symbole du mode de vie français qu’il fallait accepter ou quitter et de plus en plus scindée entre bons et mauvais usages24. Après les attentats de 2015, un argumentaire largement contradictoire s’est installé dans le discours social, soutenant qu’il fallait, comme Voltaire, être prêt à se battre pour défendre le droit d’exprimer des idées que par ailleurs on condamne, et approuvant du même souffle la création de nouveaux crimes de parole (apologie du terrorisme, de l’esclavage, renforcement du délit de négationnisme). Les lignes de front du combat pour la liberté d’expression se sont ainsi fortement compliquées et déplacées au cours de cette période. Originellement antiautoritaire, pluraliste et progressiste, puisqu’il visait à défendre les droits de l’individu contre l’Église et l’État, ce combat a pris des accents autoritaires, identitaires et conservateurs, devenant même un levier du pouvoir pour définir les valeurs françaises. De ce nouvel échiquier, où les jeux d’opposition sont nombreux et encore mal compris, les groupes qui sont montés au créneau contre Golgotha picnic ont cherché à tirer avantage. Catholiques traditionalistes mais aussi nationalistes identitaires, ils ont été à la fois radicalement contestés par une opinion largement acquise à la liberté de création et à la laïcité, mais aussi portés par un esprit du temps sensible au questionnement identitaire et en quête de normes. De ce fait, si c’est principalement comme polémique et procès sur l’art que ce dossier aborde l’affaire Golgotha picnic, c’est aussi comme polémique et procès sur la place de la religion dans la France contemporaine et sur la définition de l’identité française qu’il faut l’entendre.

  • 25 Ce juriste, directeur du centre européen du droit et de la justice, publie régulièrement des articl (...)
  • 26 Grégor Puppinck, « Délit de blasphème : la CEDH n’est pas Charlie ! », Figarovox [En ligne], mis en (...)
  • 27 (S. a.), « Europe : la CEDH crée un délit de blasphème anti-islam », Évangéliques-info [En ligne], (...)
  • 28 On citera par exemple Grégor Puppinck : « Il n’est pas prudent de laisser une place à la charia en (...)
  • 29 Voir par exemple Jacques Pezet, « La CEDH a-t-elle validé la condamnation d’une femme autrichienne (...)
  • 30 Voir par exemple Arnaud Bevilacqua, « Pourquoi la CEDH confirme une condamnation pour dénigrement d (...)
  • 31 Voir le livre de Pierre Rainville, L’Art de la répression et la répression de l’art, op. cit.

7L’actualité judiciaire et législative montre que la France, et plus largement l’Europe, compose aujourd’hui encore avec l’épineux problème du blasphème. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a ainsi rendu le 25 octobre 2018 un arrêt qui a été abondamment relayé par les médias et qui illustre à nouveau l’intrication des enjeux identitaires et religieux autour de la notion de liberté d’expression. L’affaire concernait une femme politique autrichienne condamnée en février 2011 par le tribunal correctionnel régional de Vienne « pour dénigrement de doctrines religieuses », suite à une conférence au cours de laquelle elle avait traité Mahomet de pédophile. La requérante invoquait l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme afin de faire valoir une entrave à sa liberté d’expression. Or la CEDH a conclu à la non-violation de cet article par l’Autriche et a validé l’argumentation des juges consistant à limiter la critique des religions lorsqu’elle peut mettre à mal l’ordre social. Les catholiques conservateurs se sont emparés de l’affaire. L’information a immédiatement été dénoncée par Grégor Puppink25 s’indignant que la CEDH ait prétendument reconnu dans cet arrêt le délit de blasphème de l’islam26, information immédiatement reprise sur les sites catholiques27 ou proches des partis d’extrême droite28, et contestée dans les médias de gauche29 ou catholiques30. Si des groupes interreligieux ont pu, par le passé, s’associer pour faire valoir la nécessité d’encadrer l’expression et l’art, ce cas comme celui de Golgotha picnic donne à lire une autre dynamique. En l’occurrence, la droite conservatrice et catholique cherche à dénoncer ce qu’elle considère comme un droit européen fondé sur deux poids, deux mesures : il protègerait la croyance des musulmans en reconnaissant le délit de blasphème contre Mahomet alors qu’il s’y refuserait quand il s’agirait de blasphème contre le Christ. Une telle succession d’affaires fortement médiatisées se rapportant au blasphème et à la liberté d’expression montre bien qu’elles occupent une place de premier plan tant sur la scène judiciaire que médiatique et qu’elles font partie de ces notions clivantes qui permettent de diviser l’opinion publique, de faire de l’espace social un lieu de combat entre des camps antagonistes. Et si le temps de la Loi n’est pas supposé être celui de l’actualité sociale, force est de constater que ces polémiques et procès répétés qui ont essaimé un peu partout en Europe ont poussé les États à revenir sur leurs textes de loi ou à consulter leurs populations autour de la notion de blasphème. Si bien que le blasphème a constamment occupé la scène juridique européenne ces dernières années, faisant l’objet d’abrogations en séries depuis 2008, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Norvège, en Irlande, au Canada mais aussi en France, où il restait en vigueur dans certaines régions31.

  • 32 Luc Boltanski et Elisabeth Claverie, « Du monde social en tant que scène d’un procès », art. cit.
  • 33 COnTEXTES no 10 : « Querelles d’écrivains (XIXe-XXIe siècles) : de la dispute à la polémique. Média (...)

8L’objectif de ce dossier sera non seulement de questionner les termes de cette polémique et de mettre au jour des structures institutionnelles et sociales, voire des groupes d’influence, mais aussi d’appréhender et de décrire le processus de la polémique en lui-même, d’observer son déploiement dans des espaces très hétérogènes : la presse en ligne, la critique théâtrale, les réseaux de diffusion des groupes religieux, les tribunaux et les réseaux sociaux notamment. Ce dossier pluridisciplinaire sera ainsi l’occasion de comprendre une polémique comme phénomène sociodiscursif dans la lignée des travaux de Marc Angenot et de Ruth Amossy notamment, tout en envisageant le monde social comme « scène d’un procès32 ». Cette conception judiciaire du genre polémique implique dès lors de ne pas séparer ce qui se joue devant le tribunal de l’opinion et devant le tribunal institutionnel, ce qui suppose de donner au volet proprement judiciaire toute la place qu’il mérite. Autrement dit, c’est en tant que cette affaire a été une « épreuve de vérité » et une « épreuve de force » qu’elle nous intéressera33, en tant aussi qu’elle fait apparaître des conflits de normes. Pour l’analyser, nous avons choisi de mobiliser des méthodologies et des connaissances variées, issues de la sociologie, de l’histoire, de l’analyse du discours, du droit, mais aussi de la philosophie, de l’histoire, de l’anthropologie et des sciences politiques. L’intérêt et l’originalité de ce dossier tiennent ainsi dans la précision de l’objet et dans la diversité des approches. C’était tout le défi de notre projet : faire se pencher sur un cas particulier des spécialistes d’horizons multiples, dont les procédures herméneutiques et les savoirs pourtant complémentaires sont trop rarement rapprochés. Il nous faut donc commencer par présenter l’affaire qui est l’épicentre de ce dossier, et tout d’abord celui sans qui, de prime abord, rien ne serait arrivé, l’auteur Rodrigo García.

La situation de García dans la production artistique contemporaine

  • 34 Rodrigo García, Cendres, vol. 1 : 1986-1999, vol. 2 : 2000-2009, Besançon, Les Solitaires intempest (...)
  • 35 Bruno Tackels, Écrivains de plateau IV. Rodrigo García, Besançon, Les Solitaires intempestifs, « Du (...)
  • 36 Agnès Surbezy, « Le Théâtre hispanique contemporain : le dynamisme de la création ibérique et latin (...)
  • 37 Avec les Castellucci, François Tanguy et le théâtre du Radeau, Anatoli Vassiliev, Pipo Delbono et A (...)
  • 38 Agnès Surbezy, « Le Théâtre hispanique contemporain : le dynamisme de la création ibérique et latin (...)

9L’auteur d’origine argentine Rodrigo García, qui a d’abord tenté de faire carrière en Espagne, a trouvé son véritable public en France au début des années 2000, grâce notamment au Théâtre national de Bretagne à Rennes, au Festival d’Avignon et à un éditeur, Les Solitaires intempestifs. Ce dernier a non seulement fait le pari de publier très tôt les textes de García en traduction française, mais il a assuré depuis lors un travail d’édition particulièrement soutenu, en apportant un grand soin à l’appareil critique, en proposant au fil des ans des republications corrigées et augmentées, et même deux volumes d’œuvres choisies couvrant les années 1986 à 200934 – sans compter les deux ouvrages critiques de Bruno Tackels35. Les Solitaires intempestifs ont d’ailleurs joué un rôle central dans l’affaire Golgotha picnic, faisant paraître le texte de la pièce en novembre 2011, alors que la controverse battait son plein. Ce choix leur a valu, comme on le verra, six années de tourmente judiciaire. Grâce à ces différents diffuseurs, García est, au moment où commence la polémique qui nous intéresse, une figure en vue du théâtre contemporain. Remarqué pour ses textes et mises en scène insolites, il n’est toutefois pas un électron libre dans le champ théâtral contemporain. Agnès Surbezy ou Bruno Tackels en font ainsi respectivement un des représentants de la « génération Bradomín » en Espagne36, et un des grands « écrivains de plateau » que compte l’Europe37. Dans son tableau de la production dramatique hispanique contemporaine, Surbezy commence par souligner qu’« une des règles de conduite fondamentale de ce théâtre [celui de la génération Bradomín] est le jeu avec les conventions38 ». Conventions qui sont d’ordre esthétique mais aussi éthique. Comme elle le résume à partir de travaux de prédécesseurs, ces dramaturges

  • 39 Idem.

ont fait l’expérience de la perte des utopies de gauche et ont renoncé à la motivation politique et sociale ; ils recherchent un contact direct avec le public et privilégient la représentation de problèmes quotidiens et urbains ; ils usent de l’intertextualité (au sens large d’inclusion de matériaux textuels ou non) et recourent à la métathéâtralité et à la parodie […]. Enfin, ils pratiquent un humour qui n’est pas exempt d’auto-ironie et cultivent ce que Wilfried Floeck qualifie de « néo-réalisme »39.

  • 40 Bruno Tackels, Les Écritures de plateau. État des lieux, op. cit..
  • 41 « Plus de trace de situation, plus d’identification, de personnage ou d’action dramatique : tous le (...)

10Bruno Tackels, pour sa part, rassemble sous l’étiquette d’« écrivains de plateau » des auteurs qui ne sont ni des écrivains de textes théâtraux destinés à être joués sur scène, ni des metteurs en scène au sens traditionnel qui font du plateau un « espace de projection du texte ». Ces auteurs ont selon lui la particularité d’écrire depuis le plateau, d’en faire un « lieu de création vierge à déchiffrer40 ». Résolument opposés au texto-centrisme du théâtre traditionnel, ils créent des œuvres souvent pluridisciplinaires, qui mêlent la musique, la danse, le cirque, la vidéo, le cinéma, les arts plastiques et n’ont de réelle raison d’être que la performance scénique. Les livres que l’on peut en tirer, comme ce fut le cas pour Golgotha picnic, n’en représentent donc qu’une partie infime. Ces écrivains de plateau s’inscrivent selon Tackels dans la continuité du théâtre postdramatique qui a émergé dans les années 1970 et a rompu avec la dramatisation traditionnelle du théâtre, sa fable mimétique et ses rebondissements, pour mieux se rapprocher de la performance et de l’improvisation41.

  • 42 Agnès Surbezy, « Le Théâtre hispanique contemporain : le dynamisme de la création ibérique et latin (...)
  • 43 Bruno Tackels, Écrivains de plateau IV. Rodrigo García, op. cit., p. 61. L’auteur souligne.
  • 44 Bruno Tackels, Les Écritures de plateau, op. cit., p. 77. L’auteur souligne.
  • 45 Ibid., pp. 77-78.

11Ce qui rassemble les auteurs de la génération Bradomín comme les écrivains de plateau tient donc dans un certain horizon éthique (celui de la fin des utopies), dans une esthétique (à la fois non-conventionnelle et pluridisciplinaire) et dans une manière différente de travailler avec le texte (désormais subordonné à la mise en scène) comme avec les acteurs (davantage mis à contribution et exposés). Le point commun entre ces auteurs réside encore dans un certain nombre de thématiques de prédilection. Selon Agnès Surbezy, « par-delà l’extrême variété des sujets abordés, on retrouve ainsi des thèmes privilégiés : la solitude et la difficulté de la communication humaine, l’amour impossible et le sexe, la violence souvent rendue de manière très crue (cf. le théâtre de Borja Ortiz de Gondra ou de Rodrigo García) et la société actuelle, la société de consommation42 ». Tackels abonde dans le même sens, en dressant une liste des cauchemars récurrents de García : « la mise à mort de l’enfance, la torture de la nourriture, la violence politique de la porte fracassée, et l’homme qui résiste à la chose (marchandise) comme à l’animal43 ». Toutes ces options esthétiques, éthiques, thématiques placent au final García et ses acolytes sous le signe de la transgression : ils s’attachent à faire monter sur la scène l’obscène, tout ce qui « ne convient pas44 ». Comme le résume Tackels : « Aucun interdit, ni éthique, ni esthétique, ni politique. Sur la scène, pas de morale45 ».

  • 46 Nathalie Heinich, Le Paradigme de l’art contemporain. Structures d’une révolution artistique, Paris (...)
  • 47 Comme les auteurs postdramatiques avant eux et qui, selon Lehmann, ne font en fait que réaliser l’e (...)
  • 48 Régis Debray, Sur le pont d’Avignon, Paris, Flammarion, 2005, p. 29.
  • 49 Ibid., respectivement pp. 33 et 27.

12Ces dramaturges, qu’on associera volontiers au paradigme de l’art contemporain décrit par Nathalie Heinich46, suscitent ainsi régulièrement la polémique47. Celle qui a entouré l’édition de 2005 du festival d’Avignon est certainement la plus marquante. Régis Debray y a consacré un pamphlet, Sur le pont d’Avignon, où l’auteur se plaint qu’on lui ait volé le festival qu’il aimait, ses grands spectacles fédérateurs et populaires, qui portaient la mémoire de la grande culture européenne : « Difficile d’aller plus loin dans le hard, l’agressif ! On s’engueule, on se tronçonne, on s’encule, on s’égorge. Le tout, live48 », déplore-t-il. Ce théâtre est pour lui le signe de l’américanisation de la société et de ce qu’il appelle avec dédain « la démocratisation de l’insuffisance49 ». De la même manière, les spectacles de García suscitent depuis le tournant de l’an 2000 une réception polarisée, parfois admirative, parfois outrée. La représentation de ses cauchemars lui a en particulier valu de devenir l’ennemi des protecteurs de l’enfance ou de la cause animale. J’ai acheté une pelle à Ikea pour creuser ma tombe (2003) mettait sur la scène un enfant regardant des images pornographiques, After sun (2000) donnait à voir un exercice de jonglerie avec des lapins, Accidens (2004) scénarisait la mise à mort d’un homard, Et balancez mes cendres sur Mickey (2006) contenait une scène où un acteur plongeait des hamsters dans l’eau et les repêchait juste avant la noyade, etc. Autant dire qu’en 2011, quand Golgotha picnic a été programmé sur les scènes espagnoles et françaises, la réputation sulfureuse de García n’était plus à faire.

  • 50 « Dans Versus (2009) défilent sur l’écran des bouches en gros plan, des séquences érotico-déviantes (...)

13Avec Golgotha picnic, c’est donc des catholiques traditionalistes que García est devenu la cible. La culture chrétienne traverse toute l’œuvre de García, de Histoire de Ronald, le clown de Mc Donald’s (2003) qui mettait en scène un Judas contemporain, à Golgotha picnic (2011), qui fait du Christ transposé à l’époque actuelle son personnage principal, en passant par Versus (2009), qui met en scène un Dieu simiesque50. En recyclant l’histoire sainte (ou mythique d’ailleurs), García tend toutefois moins à produire des actualisations dont le théâtre français a été friand (pensons à Anouilh, Cocteau ou Giraudoux) que des « télescopages » selon Tackels :

  • 51 Bruno Tackels, Écrivains de plateau IV. Rodrigo García, op. cit., pp. 33-34.

Rodrigo García a très vite su mélanger ce qui pouvait se combiner : le noble et le bas, la tragédie et la comédie, l’élégant et le vulgaire, le quotidien et le littéraire, le mythe et le trivial, etc. Entre ces pôles, il ne s’agit pas de trancher, ou d’annexer l’un par l’autre, mais plutôt de tendre un fil de l’un à l’autre, de Prométhée au boxeur, de Borges au boucher, d’Agamemnon au footballeur. Il ne s’agit pas non plus, dans ces télescopages, d’actualiser les mythes anciens dans notre modernité. Rodrigo García est au plus loin de cette tendance à l’exégèse politique, son seul souci est dans le grand écart : se référer à la culture, mais parler aussi hors d’elle, parce que le monde actuel n’est pas autre chose que cet écart51

14Et en effet, le rapport de García à la culture chrétienne est loin d’être univoque. Son art est tout autant marqué par le vulgaire que par un désir de transcendance, qui prend souvent les abords d’une référence à l’art chrétien, spécialement à son iconographie et à sa musique :

  • 52 Ibid., p. 37.

De son propre aveu, la grande peinture chrétienne nourrit son travail sur les corps, des corps tiraillés entre la souffrance et la grâce. Cet amour de la peinture se propage jusqu’à des artistes contemporains comme Bruce Nauman ou Bill Viola. Qui recueillent les dernières traces du sacré dans ce qui reste de l’humain. Et telle est bien la posture éthique de Rodrigo García, qu’il reconnaît lui-même comme profondément « moraliste ». Un paradoxe qui n’est en fait qu’apparent52

  • 53 Rodrigo García, Golgotha picnic, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2011, p. 72
  • 54 Ibid., pp. 18-19.
  • 55 Isabelle Saint-Martin, « Sensibilités catholiques et réactions militantes devant les blasphèmes en (...)
  • 56 Rodrigo García, Golgotha picnic, op. cit., p. 18.
  • 57 Toutefois, dans certaines salles, c’est ce final qui a suscité les foudres du public, certains spec (...)

15Golgotha picnic, dont le titre annonce le dessein désacralisant, rejoue de tels contrastes. Les symboles du christianisme y sont banalisés, voire dégradés et la figure du Christ y est démultipliée, perdant son aura (une comédienne revêt un costume de Christ en croix, une autre se fait crucifier au sol au milieu d’un amas de nourriture, une vidéo projette des parachutistes qui, les bras en croix, tombent du ciel à vive allure, etc.). En outre, le texte livre une charge contre les évangiles qui ourdissent « des milliers de mensonges, infantiles pour la plupart, destinés à ne pas accepter l’homme dans son imperfection53 », contre l’art chrétien, cette « propagande pour la perversion, le tourment et la cruauté, résultat de techniques raffinées54 » et contre le Christ, désigné comme traître, vaniteux, misanthrope, manipulateur, destructeur, en un mot « démoniaque ». Toutefois, il nous semble qu’Isabelle Saint-Martin, spécialiste des « blasphèmes en images », règle trop rapidement le compte de Golgotha picnic quand elle écrit que la pièce « relève plus classiquement d’une rhétorique anticléricale […] ouvertement hostile au christianisme, à l’art et à la culture qui en découlent55 ». Le rapport de Golgotha picnic à l’art chrétien n’est pas si simple, ne serait-ce que parce que la pièce ne cesse de donner à voir « ces épouvantables tableaux » auxquels « personne ne devrait avoir accès »56. Elle convoque ainsi, et paradoxalement, des dizaines d’œuvres qui ont exalté le christianisme, et sa mise en scène fait constamment signe vers les grandes représentations picturales du catholicisme, comme lorsque les corps enchevêtrés recouverts de peinture de la seconde partie du spectacle rappellent les scènes du jugement dernier. Certes, toutes ces images sont largement effrayantes, mais la pièce se clôt aussi par l’oratorio des Sept Dernières Paroles du Christ en croix de Haydn interprété sur scène par Marino Fromenti. Certains commentateurs ont retenu une autre provocation, car le pianiste jouait nu, mais d’autres ont vu dans ce très long final un moment de recueillement, religieux, qui annonçait la possible rédemption par l’art57. Le préambule au texte publié par les Solitaires intempestifs et signé par Marino Fromenti confère en tout cas un rôle essentiel à l’oratorio, puisqu’il fait de la rencontre entre García et Fromenti autour de Haydn l’origine même de la pièce. Ces interprétations contrastées montrent, à tout le moins, que la pièce n’est pas aussi univoque que le prétend Isabelle Saint Martin. Ses jeux de contraste n’ont en tout cas pas été du goût de plusieurs organisations catholiques françaises qui ont manifesté bruyamment leur colère à son endroit, dans la rue et jusque dans les tribunaux. Elles ont organisé une riposte qui s’est cristallisée au cours de l’été 2011, plusieurs mois avant les représentations prévues en France, et n’a pris fin qu’au terme de l’année 2017.

Chronologie de la polémique

  • 58 Voir la chronologie en annexe qui détaille chaque étape de la polémique.
  • 59 L’AGRIF est une association fondée en 1984 par un ancien membre du Front national. Pour une présent (...)
  • 60 Fondé en 1999, l’Institut Civitas est situé lui aussi à l’extrême droite et rassemble des catholiqu (...)
  • 61 Alain Escada, « Appel aux catholiques de France », Civitas [En ligne], mis en ligne le 11 juillet 2 (...)

16La polémique se joue à la fois sur le terrain médiatique, dont l’arbitre est le tribunal de l’opinion, et sur le terrain judiciaire, dont l’arbitre est le juge58. L’affaire est lancée par les milieux catholiques traditionalistes en janvier 2011, lorsque la vice-présidente de l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (AGRIF)59 annonce la programmation à venir, à Paris et à Toulouse, d’une pièce « blasphématoire », Golgotha picnic, qui a fait couler beaucoup d’encre en Espagne. Il faut cependant attendre juillet 2011 pour qu’un autre groupe traditionaliste, l’Institut Civitas60, appelle tous les chrétiens à se mobiliser afin d’« obtenir la déprogrammation de ce blasphème61 ». Les croyants sont invités à mener un combat sous de multiples formes : occupation de la rue, des médias, d’internet, des réseaux sociaux, pression sur les acteurs culturels, politiques et économiques. Cette croisade contre la pièce s’inscrit en outre dans une stratégie plus globale visant à faire reconnaître ce que l’Institut considère comme une christianophobie ambiante, à laquelle la session d’été qu’il organise le même mois est entièrement dédiée. L’appel à la mobilisation est relayé par divers médias catholiques, ainsi que par plusieurs représentants de la communauté catholique, comme Monseigneur Podvin, porte-parole des évêques de France, ou encore le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, qui invite à une veillée de prière en décembre 2011. Du point de vue médiatique, la stratégie d’occupation de l’espace paye puisque les médias couvrent très abondamment l’affaire lorsque la pièce tient finalement l’affiche à Toulouse en novembre puis à Paris en décembre. Rien que pour la presse, 66 articles y sont consacrés, qui alimentent le débat tout en faisant circuler les arguments mis en avant par les groupes catholiques opposés à la pièce.

  • 62 Communiqué de l’AGRIF, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 13 février 2019. URL : https:// (...)

17Sur le terrain judiciaire, l’affaire est lancée par l’AGRIF à l’été 2011 et se prolongera jusqu’en novembre 2017 sous la forme de trois procédures devant des tribunaux de première instance et autant d’appels et renvoi. Le 23 juillet 2011, l’association annonce qu’elle « a décidé d’agir conjointement à Toulouse et à Paris. Pour cela, elle a chargé Maître Pierre-Marie Bonneau, du Barreau de Toulouse, et Maître Jérôme Triomphe, du Barreau de Paris, d’engager des actions concertées dès la rentrée62. » La première des procédures s’ouvre le 8 novembre 2011 juste avant les représentations toulousaines au théâtre Garonne. Le maire de Toulouse puis le préfet de la Haute-Garonne ayant refusé d’intervenir pour faire interdire la pièce, l’AGRIF dépose devant le tribunal administratif de Toulouse une requête pour faire annuler leurs décisions. La requête est rejetée par les juges. Cette relaxe sera suivie d’une ordonnance le 24 février 2012 au terme de laquelle l’AGRIF devra verser 1000 € à la commune de Toulouse, ordonnance dont l’AGRIF fera appel avec succès. La deuxième procédure est engagée à Paris devant le tribunal correctionnel. L’AGRIF exige cette fois l’interdiction des représentations au théâtre du Rond-Point à Paris, sur le fondement de l’article 809 du code de procédure civile. Subsidiairement, elle tente d’obtenir la suppression de propos et de gestes qu’elle juge illégaux, comme le retrait de l’affiche et du titre. Très subsidiairement, elle demande que la pièce ne soit pas accessible aux mineurs et qu’un communiqué soit diffusé avant les représentations. L’AGRIF est déboutée dans une ordonnance de référé rendue le 7 décembre 2011. Toutes les représentations prévues à Toulouse et à Paris ont donc lieu.

  • 63 TGI Paris, 10 décembre 2015, Jugement (copie de travail), no 1235023020, p. 1.

18Suite à l’échec des procédures administratives et civiles visant à faire empêcher les représentations, l’AGRIF choisit la voie pénale pour faire sanctionner ceux qui ont diffusé Golgotha picnic. Le 30 octobre 2012, l’association engage une troisième procédure : elle dépose une plainte devant la 17e chambre, avec constitution de partie civile, contre Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point, et contre Pascale Vurpillot, l’éditrice de Golgotha picnic aux Solitaires intempestifs. Selon l’AGRIF, un certain nombre de propos de la pièce seraient « constitutifs de l’infraction de provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers les chrétiens63 ». Après l’instruction menée par une juge, est prononcé un Réquisitoire de renvoi devant le tribunal correctionnel. Le 18 juillet 2014, l’éditrice des Solitaires intempestifs et le directeur du théâtre du Rond-Point sont renvoyés devant le tribunal correctionnel de Paris. Il leur faudra attendre décembre 2015 pour que le tribunal rende sa décision et prononce leur relaxe. L’AGRIF fera appel devant la cour d’appel de Paris, qui confirmera le jugement, puis se pourvoira en cassation, sans plus de succès. Ce n’est qu’avec le rejet du pourvoi par la Cour de cassation le 14 novembre 2017 que le volet judiciaire prend fin. On dispose ainsi, dans le volet toulousain, de deux ordonnances et d’un arrêt d’une cour administrative d’appel et, dans le volet parisien, d’une ordonnance de référé, d’une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel, d’un réquisitoire aux fins de renvoi devant le tribunal correctionnel, d’un jugement de première instance et de deux arrêts rendus par la cour d’appel et la Cour de cassation. Un abondant corpus juridique vient de ce fait s’ajouter à la non moins abondante réception sociale, qu’elle ait pris la forme d’articles et de reportages journalistiques dans les médias, ou de commentaires du grand public, captés dans les « courriers des lecteurs », à l’occasion de micro-trottoir ou diffusés via différentes plateformes d’internet.

Présentation des contributions

  • 64 Sur cette catégorie, voir notamment Ruth Amossy, Apologie de la polémique, Paris, Presses universit (...)

19La première partie de ce dossier est centrée sur « Les réceptions de Golgotha picnic » et de l’affaire, à partir du croisement de plusieurs méthodes. Les articles d’Anna Arzoumanov et de Marie-Odile Richard comme de Geneviève Bernard Barbeau, Marty Laforest et Jessica Rioux-Turcotte identifient et répertorient les différents arguments en faveur ou en défaveur de la pièce et des actions catholiques. Y sont distingués deux instances de jugement : d’une part la presse professionnelle, qu’elle soit confessionnelle, marquée politiquement ou généraliste, et d’autre part la « parole citoyenne64 », non professionnelle, en l’occurrence le tout venant des commentaires diffusés à la suite des articles de presse publiés sur les sites des différents périodiques. Dans les deux cas, l’affaire est appréhendée par un questionnement qui dépasse largement celui d’une critique d’une pièce de théâtre. S’affrontent majoritairement des opinions sur la liberté d’expression, la liberté religieuse, les droits de l’art contemporain ou encore une présumée christianophobie à la française. La récurrence des arguments révèle une forte circulation des discours, comme dans toute polémique, mais plus spécifiquement montre que le débat est largement influencé par les prises de position des groupes catholiques traditionalistes, lesquels acquièrent ainsi une forte visibilité dans l’espace public français. Le troisième article, celui d’Anna Arzoumanov, Mathilde Barraband et Marty Laforest, suit une démarche inverse. Les auteures isolent a priori une catégorie, la fiction, qui est souvent mobilisée dans les polémiques et les procès faits à l’art, afin d’évaluer dans quelles mesures elle modèle la réception de la pièce. Trois instances de jugement sont passées au crible de l’analyse à travers la confrontation des discours qu’elles produisent : les groupes traditionalistes, les instances judiciaires et les internautes qui commentent les articles des journaux en ligne. La fiction n’occupe pas la même place dans les discours selon les communautés interprétatives qui s’en saisissent et si toutes s’accordent sur l’effectivité de l’art, elles développent des conceptions des pouvoirs de la fiction dans l’espace social qui varient considérablement, voire s’opposent radicalement.

20La seconde partie du dossier, « Revendiquer l’autonomie de l’art en régime contemporain », examine l’affaire au prisme des tensions qui traversent les champs culturel et théâtral. Il s’agit d’interroger les modalités selon lesquelles l’autonomie artistique peut s’affirmer dans une période où les artistes jouent avec les frontières de l’éthique. Mathilde Barraband propose de redonner la parole à García, figure étrangement absente de la polémique, afin d’analyser sa poétique, qui joue de manière provocante sur les frontières entre fiction et non-fiction, et de sorte à évaluer quelle théorie de la fictionnalité une telle ambiguïté implique. Chloé Lavalette s’intéresse aux vingt années qui précèdent la polémique au cours desquelles elle note l’essor d’un discours fustigeant une crise inédite de la culture, discours qu’elle articule à l’avènement du néo-libéralisme. Elle se concentre ensuite sur la figure de García elle-même, artiste pris au piège de son propre discours revendiquant à la fois un art politique et une autonomie.

21La dernière partie du dossier, « L’hétéronomie à la française », propose de relire l’affaire comme un conflit entre les normes de l’art et celles de la communauté religieuse traditionaliste comme de l’instance judiciaire qui contestent son autonomie. Mathilde Barraband et Jean-Yves Camus analysent le cas singulier de Golgotha picnic au regard de la stratégie des groupes catholiques traditionalistes qui partent en guerre contre le blasphème et dénoncent une christianophobie. Les auteurs retracent d’abord l’histoire de Civitas et de l’AGRIF, en présentent leurs grandes figures et leurs stratégies d’occupation de l’espace public, puis décrivent le mode d’action que ces deux groupes ont adopté pour tenter de faire censurer la pièce de García. En choisissant l’art pour cible, les groupes religieux réaffirment ce qui les unit et ce qui les sépare de leurs opposants mais aussi occupent le terrain médiatique et politique. Les deux articles suivants, rédigés par des juristes, interprètent cette affaire au regard de la jurisprudence. Arnaud Latil se penche sur l’évolution de la compréhension de la provocation à la haine, catégorie juridique relevant du droit de la presse qui est mobilisé devant la 17e chambre par l’AGRIF pour qualifier l’effet de la pièce sur son public. Son champ d’application se restreint au fur et à mesure des décisions rendues dans l’affaire Golgotha picnic, ce qui est le reflet d’un mouvement plus global de protection grandissante de la liberté d’expression. À l’origine définie comme le simple fait de susciter un sentiment de rejet d’une communauté, l’infraction doit désormais comprendre une exhortation explicite à la violence envers cette communauté. Ainsi, si les catégories juridiques restent stables du point de vue de leur désignation, elles renvoient à des notions dont les contours peuvent évoluer en fonction de la jurisprudence et des affaires qui se présentent devant les tribunaux. Les règles juridiques pourtant intangibles s’appliquent diversement selon les sensibilités de chaque époque et les points de crispation d’une société afin de mieux se conformer aux usages sociaux. Nathalie Droin, pour sa part, rappelle la place grandissante accordée à la liberté de création par le droit, alors même que se multiplient dans l’espace social les polémiques sur l’art soi-disant blasphématoire. Si la liberté de l’artiste n’est pas absolue, les tentatives des communautés religieuses de faire reconnaître le délit de blasphème restent vouées à l’échec à la fois parce que le délit n’existe plus en droit français, et parce que la jurisprudence consacre un droit à l’humour et à la satire permettant de prendre pour cibles des sujets religieux.

Haut de page

Bibliographie

Aïssaoui (Mohammed), « Quand la littérature subit les nouveaux censeurs », Le Figaro [En ligne], mis en ligne le 8 juin 2018, consulté le 29 janvier 2019. URL : http://www.lefigaro.fr/livres/2018/06/08/03005-20180608ARTFIG00259-le-politiquement-correct-gagne-la-litterature.php.

Amossy (Ruth), Apologie de la polémique, Paris, Presses universitaires de France, 2014.

Arzoumanov (Anna), « La fiction objet de droit : réflexions sur une catégorie émergente en droit de la presse », La Licorne, à paraître.

Barbéris (Isabelle), L’Art du politiquement correct, Paris, Presses universitaires de France, 2019.

Béraud (Céline) et Portier (Philippe), Métamorphoses catholiques. Acteurs, enjeux et mobilisations depuis le mariage pour tous, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, « Interventions », 2015.

Bernard Barbeau (Geneviève), Le dossier Maclean’s et le Québec bashing. Analyse sociodiscursive d’une affaire médiatique controversée, Thèse de doctorat, 2014.

Bevilacqua (Arnaud), « Pourquoi la CEDH confirme une condamnation pour dénigrement de doctrines religieuses », La Croix [En ligne], mis en ligne le 26 octobre 2018, consulté le 29 janvier 2019. URL : https://www.la-croix.com/France/Justice/Pourquoi-CEDH-confirme-condamnation-denigrement-doctrines-religieuses-2018-10-26-1200978840.

Boltanski (Luc) & Claverie (Elisabeth), « Du monde social en tant que scène d’un procès », dans Affaires, scandales et grandes causes : De Socrate à Pinochet, sous la direction de Nicolas Offenstadt & Stéphane Van Damme, Paris, Stock, « Les Essais », 2007, pp. 395-452.

Boulègue (Jean), Le Blasphème en procès, 1984-2009. L’église et la mosquée contre les libertés, Paris, Nova Éditions, 2010.

COnTEXTES [En ligne], no 10 : « Querelles d’écrivains (XIXe-XXIe siècles) : de la dispute à la polémique. Médias, discours et enjeux », 2012, mis en ligne le 13 avril 2012, consulté le 29 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/contextes/5040.

Debray (Régis), Sur le pont d’Avignon, Paris, Flammarion, 2005.

Escada (Alain), « Appel aux catholiques de France », Civitas [En ligne], mis en ligne le 11 juillet 2011, consulté le 29 août 2018. URL : http://www.civitas-institut.com/2011/07/11/appel-aux-catholiques-de-france/.

Favret-Saada (Jeanne), Les Sensibilités religieuses blessées. Christianismes, blasphème et cinéma : 1965-1988, Paris, Fayard, 2017.

García (Rodrigo), Cendres, vol. 1 : 1986-1999, Besançon, Les Solitaires intempestifs, « Œuvres choisies », 2011.

García (Rodrigo), Cendres, vol. 2 : 2000-2009, Besançon, Les Solitaires intempestifs, « Œuvres choisies », 2011.

García (Rodrigo), Golgotha picnic, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2011.

Guérin (Michel), « De Pierre Loti à Médine : les nouveaux censeurs », Le Monde [En ligne], mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 29 janvier 2019. URL : https://www.lemonde.fr/idees/article/018/06/15/de-pierre-loti-a-medine-les-nouveaux-censeurs_5315376_3232.html.

Guillemain (Jacques), « Retour du délit de blasphème : la CEDH s’est soumise à la charia », Riposte laïque [En ligne], mis en ligne le 3 novembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : https://ripostelaique.com/retour-du-delit-de-blaspheme-la-cedh-sest-soumise-a-la-charia.html.

Gutiérrez (Rubén), « Aucun son n’est innocent. Ou la forêt est jeune et pleine de vie », Théâtre public, no 220 : Rodrigo García, avril-juin 2016, pp. 62-67.

Heinich (Nathalie), Le Paradigme de l’art contemporain. Structures d’une révolution artistique, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Sciences Humaines », 2014.

Konopnicki (Guy), « Comment la censure devient revendication ou marque politique », Marianne [En ligne], mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 29 janvier 2019. URL : https://www.marianne.net/societe/comment-la-censure-devient-revendication-ou-marque-politique.

Lehmann (Hans-Thies), Le Théâtre postdramatique, traduction Ph.-H. Ledru, Paris, L’Arche, 2002.

Lehmann (Hans-Thies), « Le risque, le tragique, le poison », Alternatives théâtrales, nos 85-86 : « L’épreuve du risque – Jan Fabre, une œuvre en marche », 2005, pp. 71-73.

Lemieux (Cyril), « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 25 : « Comment on se dispute. Les formes de la controverse », 2007, pp. 191-212.

Mallet-Poujol (Nathalie), « De la biographie à la fiction : la création littéraire au risque des droits de la personne », Légicom, no 24, 2001, pp. 107-121.

Marino (Laure), « La fiction et la liberté de création », Gazette du Palais, 27-28 avril 2007, pp. 26-27.

Mouffe (Chantal), Agonistics: thinking the world politically, Londres, Verso, 2013.

Papalexious (Eleni), « Violences sur la scène contemporaine : nécessité ou gratuité ? », Désordres et ordonnancements, nos 43-44, printemps-automne 2008, pp. 181-188.

Pezet (Jacques), « La CEDH a-t-elle validé la condamnation d’une femme autrichienne pour blasphème contre Mahomet », Libération [En ligne], mis en ligne le 2 novembre 2018, consulté le 29 janvier 2019. URL : https://www.liberation.fr/checknews/2018/11/02/la-cedh-a-t-elle-valide-la-condamnation-d-une-femme-autrichienne-pour-blaspheme-contre-mahomet_1689434.

Pierrat (Emmanuel), Nouvelles Morales, nouvelles censures, Paris, Gallimard, 2018.

Ploski (Pawel) & Semenowicz (Dorota) (dir.), Golgota picnic in Poland. An account of the events May-July 2014, Poznan, Malta Fundacja, 2014.

Pelletier (Denis), La Crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002.

Portier (Philippe), « Le mouvement catholique en France au xxe siècle. Retour sur un processus de dérégulation », dans Beaudoin (Jean) et Portier (Philippe) (dir.), Le Mouvement catholique française à l’épreuve de la pluralité. Enquête autour d’une militance éclatée, Paris, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, pp. 36-47.

Portier (Philippe), « Pluralité et unité dans le catholicisme français », dans Béraud (Céline), Gugelot (Frédéric), Saint-Martin (Isabelle) (dir.), Catholicisme en tensions, Paris, EHESS, 2012, pp. 19-36.

Portier (Philippe), « La question du “droit au blasphème” dans la France contemporaine. Genèse et structure d’une controverse », dans Barb (Amandine) et Lacorne (Denis) (dir.), Les Politiques du blasphème, Paris, Karthala, « Recherches internationales », 2018, pp. 39-62.

Puppinck (Grégor), « Délit de blasphème : la CEDH n’est pas Charlie ! », Figarovox [En ligne], mis en ligne le 26 octobre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://www.lefigaro.fr/vox/religion/2018/10/26/31004-20181026ARTFIG00232-delit-de-blaspheme-la-cedh-n-est-pas-charlie.php.

Puppinck (Grégor) : « Il n’est pas prudent de laisser une place à la charia en Europe au titre du pluralisme », Boulevard Voltaire [En ligne], mis en ligne le 27 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://www.bvoltaire.fr/gregor-puppinck-il-nest-pas-prudent-de-laisser-une-place-a-la-charia-en-europe-au-titre-du-pluralisme/.

Rainville (Pierre), L’art de la répression et la répression de l’art : la profanation de la religion à l’épreuve des mutations du droit pénal contemporain au sujet du blasphème et de la protection des identités religieuses, Québec, Presses de l’Université Laval, « DiKè », à paraître.

Ramond (Denis), La Bave du crapaud. Petit traité de liberté d’expression, Paris, Éditions de l’Observatoire, « La relève », 2018.

Roques (Sylvie), « Subversion et théâtralité : Une écriture performative du corps, Subversion, no 135, 2010, pp. 124-130.

Rousset (Marion), « La nébuleuse des nouveaux censeurs », Le Quotidien de l’Art [En ligne], mis en ligne le 6 juillet 2018, consulté le 9 février 2019. URL : https://www.lequotidiendelart.com/articles/12927-culture-la-nebuleuse-des-nouveaux-censeurs.html.

Roy (Olivier), L’Europe est-elle chrétienne ?, Paris, Seuil, « Documents », 2019.

Saint-Martin (Isabelle), « Sensibilité catholiques et réactions militantes devant les “blasphèmes en image” », dans Dumons (Bruno) et Gugelot (Frédéric), Catholicisme et identité. Regards croisés sur le catholicisme français contemporain (1980-2017), Paris, Karthala, « Signes des temps », 2017, p. 228-249.

Sarfaty (Vidal), « La liberté de création dans le piège des fictions du réel » Légipresse, no 335, février 2016.

Sauteraud (Anne-Marie), « Bonne foi et littérature : les limites de la liberté de création, Légicom, no 50, 2013, pp. 45-50.

Siredey-Garnier (Fabienne), « Le regard du juge de presse sur la liberté de création », Légicom, no 58, 2017, pp. 65-73.

Surbezy (Agnès), « Le Théâtre hispanique contemporain : le dynamisme de la création ibérique et latino-américaine », conférence présentée au musée Bonnat de Bayonne, le 21 octobre 2004, mis en ligne sur le site du Rectorat de l’Académie de Bordeaux, consulté le 3 septembre 2018, URL : https://fr.scribd.com/document/117795961/Le-Theatre-Hispanique-Contemporain-Le-Dynamisme-de-La-Creation-Iberique-Et-Latino-Americaine.

Tackels (Bruno), Écrivains de plateau IV. Rodrigo García, Besançon, Les Solitaires intempestifs, « Du désavantage du vent », 2007.

Tackels (Bruno), Les Écritures de plateau. État des lieux, Besançon, Les Solitaires intempestifs, « Essais », 2015.

Tasin (Christine), « CEDH, affaire Elisabeth Wolf : cette semaine le délit de blasphème sera-t-il imposé à toute l’Europe ? », Resistancerepublicaine [En ligne], mis en ligne le 22 janvier 2019, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://resistancerepublicaine.eu/2019/01/22/cedh-affaire-elisabeth-wolf-cette-semaine-le-delit-de-blaspheme-sera-t-il-impose-a-toute-leurope/.

Talon Hugon (Carole) L’Art sous contrôle. Nouvel agenda sociétal et censures militantes, Paris, Presses universitaires de France, 2019.

TGI Paris, 10 décembre 2015, Jugement (copie de travail), no 1235023020.

Treppoz (Édouard), « Pour une attention particulière du droit à la création : l’exemple des fictions littéraires », Recueil Dalloz, no 36, 20 octobre 2011, p. 2487.

Turbide (Olivier), Vincent (Diane) et Kavanagh (Éric), « Repères méthodologiques pour l’analyse des discours sociaux. Lorsqu’un tweet devient une “affaire” », dans Londei (Danielle), Moirand (Sophie), Reboul-Touré (Sandrine) et Reggiani (Licia) (dir.), Dire l’événement : langage, mémoire, société, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 23-34.

(S. a.), « Europe : la CEDH crée un délit de blasphème anti-islam », Évangéliques-info [En ligne], mis en ligne le 29 octobre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://www.evangeliques.info/articles/2018/10/29/europe-la-cedh-cree-un-delit-de-blaspheme-anti-islam-18966.html.

Haut de page

Notes

1 Le présent dossier est issu des travaux menés dans le cadre du projet « L’écrivain en procès » financé en 2016 par le Conseil de recherche du Canada en sciences humaines (CRSH). Ce projet a pour objectif de faire dialoguer des chercheurs d’horizons disciplinaires variés, et notamment des juristes, des littéraires et des linguistes, autour de procès et de polémiques mettant en jeu la liberté de création. L’enquête autour de l’affaire Golgotha picnic a aussi abouti à un exercice de droit comparé, dans lequel Pierre Rainville imagine comment l’affaire aurait été jugée selon le droit criminel canadien. Voir Pierre Rainville, L’art de la répression et la répression de l’art : la profanation de la religion à l’épreuve des mutations du droit pénal contemporain au sujet du blasphème et de la protection des identités religieuses, Québec, Presses de l’Université Laval, « DiKè », 2019. Les directrices de ce dossier tiennent à remercier plusieurs personnes sans lesquelles ce dossier n’aurait pu voir le jour. Maîtres Arnaud Latil, Agnès Tricoire et Raphaël Serres ont eu la gentillesse de nous communiquer plusieurs décisions. Anne-Marie Duquette et Jessica Rioux-Turcotte ont agi à titre d’assistantes de recherche. Marie-Odile Richard, enfin, nous a apporté une aide essentielle en contribuant avec un grand soin et autant d’efficacité à préparer le dossier et à mettre au point le manuscrit.

2 En voici quelques exemples parmi de très nombreux : Guy Konopnicki, « Comment la censure devient revendication ou marque politique », Marianne [En ligne], mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 29 janvier 2019. URL : https://www.marianne.net/societe/comment-la-censure-devient-revendication-ou-marque-politique ; Mohammed Aïssaoui, « Quand la littérature subit les nouveaux censeurs », Le Figaro [En ligne], mis en ligne le 8 juin 2018, consulté le 29 janvier 2019. URL : http://www.lefigaro.fr/livres/2018/06/08/03005-20180608ARTFIG00259-le-politiquement-correct-gagne-la-litterature.php ; Michel Guérin, « De Pierre Loti à Médine : les nouveaux censeurs », Le Monde [En ligne], mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 29 janvier 2019. URL : https://www.lemonde.fr/idees/article/018/06/15/de-pierre-loti-a-medine-les-nouveaux-censeurs_5315376_3232.html ; Rousset (Marion), « La nébuleuse des nouveaux censeurs », Le Quotidien de l’Art [En ligne], mis en ligne le 6 juillet 2018, consulté le 9 février 2019. URL : https://www.lequotidiendelart.com/articles/12927-culture-la-nebuleuse-des-nouveaux-censeurs.html.

3 https://www.ldh-france.org/observatoire-de-la-liberte-dexpression-dans-la-creation/.

4 Emmanuel Pierrat, Nouvelles Morales, nouvelles censures, Paris, Gallimard, 2018, p. 1.

5 Les presses universitaires de France ont ainsi publié coup sur coup en 2019 : Isabelle Barbéris, L’Art du politiquement correct et Carole Talon Hugon, L’Art sous contrôle. Nouvel agenda sociétal et censures militantes.

6 Voir Chantal Mouffe, Agonistics: thinking the world politically, Londres, Verso, 2013 ou Amossy (Ruth), Apologie de la polémique, Paris, Presses universitaires de France, 2014.

7 Pour une mise au point sur les contentieux en droit de la presse concernant des fictions en France depuis les années 2000, voir Anna Arzoumanov, « La fiction objet de droit : réflexions sur une catégorie émergente en droit de la presse », La Licorne, à paraître.

8 On notera ainsi la promulgation d’une nouvelle loi en juillet 2016, relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (dite LCAP). Elle vise à protéger et garantir la liberté de création et à moderniser la protection du patrimoine culturel. Nombreuses sont les publications juridiques consacrées à la protection de la liberté de création depuis les années 2000, on peut citer par exemple : Nathalie Mallet-Poujol, « De la biographie à la fiction : la création littéraire au risque des droits de la personne », dans Légicom, no 24, 2001, pp. 107-121 ; Laure Marino, « La fiction et la liberté de création », dans Gazette du Palais, 27-28 avril 2007, pp. 26-27 ; Edouard Treppoz, « Pour une attention particulière du droit à la création : l’exemple des fictions littéraires », dans Recueil Dalloz, no 36, 20 octobre 2011, p. 2487 ; Anne-Marie Sauteraud, « Bonne foi et littérature : les limites de la liberté de création, dans Légicom, no 50, 2013, pp. 45-50 ; Vidal Sarfaty, « La liberté de création dans le piège des fictions du réel », dans Légipresse, no 335, février 2016 ; Fabienne Siredey-Garnier, « Le regard du juge de presse sur la liberté de création », dans Légicom, no 58, 2017, pp. 65-73.

9 Les associations qui se sont fait une spécialité d’intenter des procès à des œuvres d’art l’ont bien compris. Quelles qu’en soient les issues, les débats et procédures qu’elles engagent leur permettent de faire entendre leurs arguments bien au-delà de leurs médias d’expression traditionnels. Isabelle Saint-Martin le remarque notamment à propos des traditionnalistes catholiques (« Sensibilité catholiques et réactions militantes devant les “blasphèmes en image” », dans Bruno Dumons et Frédéric Gugelot, Catholicisme et identité. Regards croisés sur le catholicisme français contemporain (1980-2017), Pairs, Karthala, « Signes des temps », 2017, p. 232).

10 Sur les querelles d’écrivains en tant qu’elles dévoilent le champ littéraire comme espace de lutte, voir COnTEXTES, no 10 : « Querelles d’écrivains (XIXe-XXIe siècles) : de la dispute à la polémique. Médias, discours et enjeux », 2012. URL : http://journals.openedition.org/contextes/5040.

11 Cyril Lemieux, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », dans Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 25 : « Comment on se dispute. Les formes de la controverse », 2007, p. 192.

12 Luc Boltanski et Elisabeth Claverie, « Du monde social en tant que scène d’un procès », dans Affaires, scandales et grandes causes : De Socrate à Pinochet, sous la direction de Nicolas Offenstadt et Stéphane Van Damme, Paris, Stock, « Les Essais », 2007, p. 395-452.

13 Spécialiste des « blasphèmes » dont elle livre d’éclairantes analyses iconographiques, historiques et théologiques, Isabelle Saint-Martin ne consacre à la pièce que quelques lignes dans un article publié en 2017, estimant la pièce contemporaine de Castellucci, Sur le concept du visage du fils de Dieu, plus intéressante pour son propos (« Sensibilité catholiques et réactions militantes devant les “blasphèmes en image” », art. cit., p. 240). Philippe Portier l’évoque encore plus rapidement dans « La question du “droit au blasphème” dans la France contemporaine. Genèse et structure d’une controverse », dans Amandine Barb et Denis Lacorne (dir.), Les Politiques du blasphème, Paris, Karthala, « Recherches internationales », p. 39-62.

14 Sauf mention contraire, le dossier privilégiera l’orthographe retenue par les Solitaires intempestifs lors de la publication de la pièce en français.

15 Voir Pawel Ploski et Dorota Semenowicz (dir.), Golgota picnic in Poland. An account of the events May-July 2014, Poznan, Malta Fundacja, 2014.

16 Pour une histoire de cet argument, voir Jeanne Favret-Saada, Les Sensibilités religieuses blessées. Christianismes, blasphème et cinéma : 1965-1988, Paris, Fayard, 2017.

17 La séquence étudiée par Favret-Saada correspond à un moment où la France, déjà largement sécularisée, achève de se déchristianiser, consommant dans le sillon des années 1968 sa rupture avec les valeurs prônées par l’Église. Voir Olivier Roy, L’Europe est-elle chrétienne ?, Paris, Seuil, « Documents », 2019. La crise catholique au cours des années 1970 (Denis Pelletier, La Crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002) est suivie, au cours de la décennie suivante, par la perte de vitesse d’un « catholicisme d’ouverture », porté à s’adapter à la modernité, et la montée en puissance d’un « catholicisme d’identité », plus prompt à se replier sur ses valeurs selon la terminologie proposée par Philippe Portier (voir « Le mouvement catholique en France au xxe siècle. Retour sur un processus de dérégulation », dans Jean Beaudoin et Philippe Portier (dir.), Le Mouvement catholique française à l’épreuve de la pluralité. Enquête autour d’une militance éclatée, Paris, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, pp. 36-47 et « Pluralité et unité dans le catholicisme français », dans Céline Béraud, Frédéric Gugelot et Isabelle Saint-Martin (dir.), Catholicisme en tensions, Paris, EHESS, 2012, pp. 19-36).

18 En 2002, Houellebecq était poursuivi par quatre associations musulmanes pour des propos tenus envers l’Islam dans l’Hebdomadaire Lire. Il y affirmait notamment que « La religion la plus con, c’est quand-même l’Islam ». Il a été relaxé.

19 Plusieurs associations musulmanes ont poursuivi le rédacteur en chef de l’hebdomadaire Charlie Hebdo parce qu’il avait publié des caricatures de Mahomet. Il a été relaxé le 22 mars 2007. La publication des caricatures de Mahomet a suscité une seconde polémique en 2012.

20 Il s’agit d’une photographie de l’Américain Andres Serrano représentant un crucifix qui, d’après l’artiste, est plongé dans son sang et dans son urine. Elle a été présentée lors de l’exposition « Je crois aux miracles », qui s’est tenue à la Collection Lambert d’Avignon du 12 décembre 2010 au 8 mai 2011.

21 Créée à Essen le 23 juillet 2010 et représentée à Paris au théâtre de la Ville du 20 au 27 octobre 2011 et au 104 du 2 au 6 novembre 2011, cette pièce a également suscité de vives réactions au sein de la communauté chrétienne et a provoqué des manifestations des membres de Civitas. Sur le fond de la scène, était dressé une immense reproduction du Christ de Messine, sur lequel des enfants lançaient des grenades et un vieillard déversait ses excréments.

22 Jean Boulègue, Le Blasphème en procès, 1984-2009. L’église et la mosquée contre les libertés, Paris, Nova Éditions, 2010.

23 Et notamment au début de cette période, les mobilisations contre le mariage pour personnes de même sexe ont changé à nouveau la donne, marquant le retour sur la scène politique et médiatique des catholiques, voir Céline Béraud et Philippe Portier, Métamorphoses catholiques. Acteurs, enjeux et mobilisations depuis le mariage pour tous, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, « Interventions », 2015.

24 Voir Denis Ramond, La Bave du crapaud. Petit traité de liberté d’expression, Paris, Éditions de l’Observatoire, « La relève », 2018.

25 Ce juriste, directeur du centre européen du droit et de la justice, publie régulièrement des articles sur le site Boulevard Voltaire et est connu notamment pour ses positions anti-avortement.

26 Grégor Puppinck, « Délit de blasphème : la CEDH n’est pas Charlie ! », Figarovox [En ligne], mis en ligne le 26 octobre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://www.lefigaro.fr/vox/religion/2018/10/26/31004-20181026ARTFIG00232-delit-de-blaspheme-la-cedh-n-est-pas-charlie.php.

27 (S. a.), « Europe : la CEDH crée un délit de blasphème anti-islam », Évangéliques-info [En ligne], mis en ligne le 29 octobre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://www.evangeliques.info/articles/2018/10/29/europe-la-cedh-cree-un-delit-de-blaspheme-anti-islam-18966.html.

28 On citera par exemple Grégor Puppinck : « Il n’est pas prudent de laisser une place à la charia en Europe au titre du pluralisme », Boulevard Voltaire [En ligne], mis en ligne le 27 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://www.bvoltaire.fr/gregor-puppinck-il-nest-pas-prudent-de-laisser-une-place-a-la-charia-en-europe-au-titre-du-pluralisme/ ; Jacques Guillemain, « Retour du délit de blasphème : la CEDH s’est soumise à la charia », Riposte laïque [En ligne], mis en ligne le 3 novembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : https://ripostelaique.com/retour-du-delit-de-blaspheme-la-cedh-sest-soumise-a-la-charia.html ; Christine Tasin, « CEDH, affaire Elisabeth Wolf : cette semaine le délit de blasphème sera-t-il imposé à toute l’Europe ? », Resistancerepublicaine [En ligne], mis en ligne le 22 janvier 2019, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://resistancerepublicaine.eu/2019/01/22/cedh-affaire-elisabeth-wolf-cette-semaine-le-delit-de-blaspheme-sera-t-il-impose-a-toute-leurope/.

29 Voir par exemple Jacques Pezet, « La CEDH a-t-elle validé la condamnation d’une femme autrichienne pour blasphème contre Mahomet », Libération [En ligne], mis en ligne le 2 novembre 2018, consulté le 29 janvier 2019. URL : https://www.liberation.fr/checknews/2018/11/02/la-cedh-a-t-elle-valide-la-condamnation-d-une-femme-autrichienne-pour-blaspheme-contre-mahomet_1689434.

30 Voir par exemple Arnaud Bevilacqua, « Pourquoi la CEDH confirme une condamnation pour dénigrement de doctrines religieuses », La Croix [En ligne], mis en ligne le 26 octobre 2018, consulté le 29 janvier 2019. URL : https://www.la-croix.com/France/Justice/Pourquoi-CEDH-confirme-condamnation-denigrement-doctrines-religieuses-2018-10-26-1200978840.

31 Voir le livre de Pierre Rainville, L’Art de la répression et la répression de l’art, op. cit.

32 Luc Boltanski et Elisabeth Claverie, « Du monde social en tant que scène d’un procès », art. cit.

33 COnTEXTES no 10 : « Querelles d’écrivains (XIXe-XXIe siècles) : de la dispute à la polémique. Médias, discours et enjeux », op. cit.

34 Rodrigo García, Cendres, vol. 1 : 1986-1999, vol. 2 : 2000-2009, Besançon, Les Solitaires intempestifs, « Œuvres choisies », 2011, dont le dépôt légal date respectivement de septembre et novembre.

35 Bruno Tackels, Écrivains de plateau IV. Rodrigo García, Besançon, Les Solitaires intempestifs, « Du désavantage du vent », 2007 ; Les Écritures de plateau. État des lieux, Besançon, Les Solitaires intempestifs, « Essais », 2015.

36 Agnès Surbezy, « Le Théâtre hispanique contemporain : le dynamisme de la création ibérique et latino-américaine », conférence présentée au musée Bonnat de Bayonne, le 21 octobre 2004, mis en ligne sur le site du Rectorat de l’Académie de Bordeaux, consulté le 3 septembre 2018. URL : https://fr.scribd.com/document/117795961/Le-Theatre-Hispanique-Contemporain-Le-Dynamisme-de-La-Creation-Iberique-Et-Latino-Americaine. Selon Agnès Surbezy, « la “génération Bradomín”, du nom du prix convoqué annuellement par l’Instituto de la Juventud espagnolla [réunit] la plupart des grandes figures de la scène espagnole des années quatre-vingt-dix […], de Sergi Belbel à Rodrigo García, en passant par Juan Antonio Mayorga, ou encore Borja Ortiz de Gondra ».

37 Avec les Castellucci, François Tanguy et le théâtre du Radeau, Anatoli Vassiliev, Pipo Delbono et Ariane Mnouchkine. Voir notamment Bruno Tackels, Les Écritures de plateau. État des lieux, op. cit.

38 Agnès Surbezy, « Le Théâtre hispanique contemporain : le dynamisme de la création ibérique et latino-américaine », art. cit.

39 Idem.

40 Bruno Tackels, Les Écritures de plateau. État des lieux, op. cit..

41 « Plus de trace de situation, plus d’identification, de personnage ou d’action dramatique : tous les piliers de ce qui constitue le drame occidental y sont renversés, pulvérisés » (Roques (Sylvie), « Subversion et théâtralité. Une écriture performative du corps, Subversion, no 135, 2010, p. 127). Elle y voit une continuité avec les phénomènes repérés par Hans-Thies Lehmann (Le Théâtre postdramatique, traduction Ph.-H. Ledru, Paris, L’Arche, 2002).

42 Agnès Surbezy, « Le Théâtre hispanique contemporain : le dynamisme de la création ibérique et latino-américaine », art. cit.

43 Bruno Tackels, Écrivains de plateau IV. Rodrigo García, op. cit., p. 61. L’auteur souligne.

44 Bruno Tackels, Les Écritures de plateau, op. cit., p. 77. L’auteur souligne.

45 Ibid., pp. 77-78.

46 Nathalie Heinich, Le Paradigme de l’art contemporain. Structures d’une révolution artistique, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Sciences Humaines », 2014.

47 Comme les auteurs postdramatiques avant eux et qui, selon Lehmann, ne font en fait que réaliser l’essence du théâtre : « L’expérience esthétique s’occupe justement de ce qui est en marge du discours de ce qui ne cadre pas dans la norme et la règle, ni même dans la norme de la raison morale. Il n’y a pas de grand théâtre si l’on ne dépasse pas les limites de ce que la conscience accepte. Aristote était le premier à concevoir la tragédie comme une attaque contre le spectateur : guérison, catharsis par une fièvre affective temporaire qui déstabilise le sujet » (Hans-Thies Lehmann, « Le risque, le tragique, le poison », Alternatives théâtrales, nos 85-86 : « L’épreuve du risque – Jan Fabre, une œuvre en marche », 2005, p. 71, cité par Eleni Papalexious, « Violences sur la scène contemporaine : nécessité ou gratuité ? », Désordres et ordonnancements, nos 43-44, printemps-automne 2008, p. 186.).

48 Régis Debray, Sur le pont d’Avignon, Paris, Flammarion, 2005, p. 29.

49 Ibid., respectivement pp. 33 et 27.

50 « Dans Versus (2009) défilent sur l’écran des bouches en gros plan, des séquences érotico-déviantes, des saynètes animées où l’on voit les attentats du 11 septembre 2001, un homme bloquant une colonne de chars et un singe autoritaire censé représenter Dieu éructant des vérités à notre face. » (Sylvie Roques, « Subversion et théâtralité. Une écriture performative du corps », art. cit., p. 128.)

51 Bruno Tackels, Écrivains de plateau IV. Rodrigo García, op. cit., pp. 33-34.

52 Ibid., p. 37.

53 Rodrigo García, Golgotha picnic, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2011, p. 72

54 Ibid., pp. 18-19.

55 Isabelle Saint-Martin, « Sensibilités catholiques et réactions militantes devant les blasphèmes en image », art. cit., p. 240. Elle ajoute que la pièce fait « le choix conscient de déformer les Écritures et le message de celui qui est appelé “el puto diablo” pour en révéler la véritable nature ». Il est à noter que l’expression « el puto diablo » n’est en fait pas une citation du texte mais plutôt d’un entretien accordé par García.

56 Rodrigo García, Golgotha picnic, op. cit., p. 18.

57 Toutefois, dans certaines salles, c’est ce final qui a suscité les foudres du public, certains spectateurs manifestant leur mécontentement, au titre qu’ils n’étaient pas venus assister à un concert mais à une pièce de théâtre (voir Rubén Gutiérrez, « Aucun son n’est innocent. Ou la forêt est jeune et pleine de vie », Théâtre public, no 220 : Rodrigo García, avril-juin 2016, p. 63).

58 Voir la chronologie en annexe qui détaille chaque étape de la polémique.

59 L’AGRIF est une association fondée en 1984 par un ancien membre du Front national. Pour une présentation détaillée, voir dans cette livraison l’article de Mathilde Barraband et Jean-Yves Camus.

60 Fondé en 1999, l’Institut Civitas est situé lui aussi à l’extrême droite et rassemble des catholiques traditionalistes.

61 Alain Escada, « Appel aux catholiques de France », Civitas [En ligne], mis en ligne le 11 juillet 2011, consulté le 29 août 2018. URL : http://www.civitas-institut.com/2011/07/11/appel-aux-catholiques-de-france/.

62 Communiqué de l’AGRIF, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 13 février 2019. URL : https://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/lagrif-poursuit-golgota-picnic.html

63 TGI Paris, 10 décembre 2015, Jugement (copie de travail), no 1235023020, p. 1.

64 Sur cette catégorie, voir notamment Ruth Amossy, Apologie de la polémique, Paris, Presses universitaires de France, 2014 ; Geneviève Bernard Barbeau, Le dossier Maclean’s et le Québec bashing. Analyse sociodiscursive d’une affaire médiatique controversée, Thèse de doctorat, 2014 ; Olivier Turbide, Diane Vincent et Éric Kavanagh, « Repères méthodologiques pour l’analyse des discours sociaux. Lorsqu’un tweet devient une “affaire” », dans Danielle Londei, Sophie Moirand, Sandrine Reboul-Touré et Licia Reggiani (dir.), Dire l’événement : langage, mémoire, société, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 23-34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Arzoumanov et Mathilde Barraband, « Introduction », COnTEXTES [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 15 janvier 2020, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.8649

Haut de page

Auteurs

Anna Arzoumanov

Université Paris Sorbonne

Articles du même auteur

Mathilde Barraband

Université du Québec à Trois-Rivières

Articles du même auteur

Haut de page